• Des soldats israéliens tirent sur une voiture d’Israéliens, une enquête est en cours

    Des soldats de Tsahal ont ouvert le feu par erreur sur une famille israélienne qui traversait la vallée du Jourdain samedi, croyant que les passagers tentaient de les attaquer à la voiture-bélier lorsqu’ils ont accéléré pour éviter des pneus enflammés lancés sur la route par des émeutiers palestiniens.


    La famille rentrait chez elle dans l’implantation de Neve Daniel en Cisjordanie lorsque l’incident s’est produit.

    « Lorsque nous nous sommes approchés du village d’Al-Auja, nous avons vu des flammes sur la route, et nous avons immédiatement pensé que c’était un barrage routier palestinien et que nous allions être piégés et lynchés », a expliqué dimanche à la Douzième chaîne la mère, identifiée uniquement par son initiale « S ».

    « Nous étions terrifiés. Nous ne savions pas quoi faire. J’ai essayé de crier à mon mari de faire demi-tour, mais il ne l’a pas fait parce qu’il pensait qu’il y aurait peut-être un autre véhicule derrière nous », a-t-elle dit.

    La mère a raconté que son mari avait alors vérifié la circulation dans la voie d’en face et, comme elle était dégagée, il a décidé d’accélérer pour passer les flammes. Mais ils n’avaient pas remarqué le groupe de soldats de Tsahal de l’autre côté de la route.

    « Tout à coup, des soldats se tenaient devant nous et ils pensaient certainement que c’était une attaque à la voiture-bélier parce que nous roulions du mauvais côté de la route à grande vitesse, ce qui devait sembler suspect », a-t-elle expliqué. « Ils nous ont tiré dessus et j’ai crié à mon mari : ‘Ce sont des soldats !’ » Dès qu’il a compris, il s’est arrêté et nous leur avons crié que nous étions israéliens. »

    La mère a déclaré que les soldats avaient tiré sur le véhicule à la fois avec des balles réelles et des balles en caoutchouc, mais se sont arrêtés dès que le véhicule s’est immobilisé.

    « Je ne sais pas s’ils se sont arrêtés parce qu’ils nous ont entendus, ou parce qu’ils se sont rendu compte que nous étions israéliens, mais ça s’est arrêté d’un coup », a-t-elle déclaré. Bien qu’ils aient tiré de nombreuses balles sur la voiture où se trouvaient les deux adultes et leurs cinq enfants, personne dans la famille n’a été gravement blessé.

    « Les balles réelles se sont coincées dans les portières de la voiture et les balles en caoutchouc ont touché le pare-brise. Du verre a volé en éclats au-dessus de moi et j’ai été blessée », a déclaré la mère. « La fenêtre à côté de ma fille aînée à l’arrière s’est complètement brisée, mais heureusement elle n’a pas été blessée. Ma plus jeune fille, âgée d’un an et demi, a été très légèrement touchée et a quelques égratignures.

    L’armée israélienne a déclaré à la Douzième chaîne que l’incident s’était produit après qu’une émeute a éclaté près du village d’Al-Auja dans la vallée du Jourdain, lorsque des émeutiers ont jeté des pierres sur la route et allumé un pneu.

    Source : https://fr.timesofisrael.com/des-soldats-tirent-sur-une-voiture-disraeliens-une-enquete-est-en-

    #palestine #israël #gaza #israel #bds #palestine_assassinée #occupation #colonisation #cisjordanie #racisme #boycott #apartheid
    #armée_israélienne

  • Ongoing Airstrikes On Gaza At Dawn
    May 17, 2021 – – IMEMC News
    https://imemc.org/article/ongoing-airstrikes-on-gaza-at-dawn

    The Israeli army is carrying out an extensive bombing attack on various parts of the Gaza Strip, in more than a hundred airstrikes at the time of this report.

    Media sources said the army bombed dozens of homes, buildings, structures, public facilities, and even roads across the coastal region.

    They added that medical and rescue teams are facing numerous challenges in reaching the bombarded areas, especially after the army fired missiles at many roads, including those near hospitals.

    Most of the bombings took place in the western area around the Shifa Medical Center, north of the Rimal neighborhood in Gaza city.

    Among the confirmed targets of the Israeli strikes is the Ansar tower which includes many governmental facilities, in addition to the al-Maqousi residential building, various major and minor roads in Remal, Tal al-Hawa, Sheikh Ejleen, Rashid Street, and the western area of the Zeitoun neighborhood.

    There are many, including many women and children; however, the intensity of the bombings and the destruction of roads is still hindering search and rescue operations.

    The army also targeted electric grids near the Gaza Power Plant, causing serious damage and electricity blackout.

    مشاهد من القصف الإسرائيلي العنيف على مدينة غزة.#GazaUnderAttack #غزة_تحت_القصف pic.twitter.com/LjYTmAnjZT

    — شبكة قدس الإخبارية (@qudsn) May 16, 2021,

    #GAZA

  • Intéressante question à laquelle #Google / #Apple ne répondent pas vraiment : pourquoi les cartes de #Gaza sont floues sur #GoogleMaps ?
    https://www.bbc.com/news/57102499


    L’article souligne combien les images précises ont permis d’alerter sur les situations des Rohingyas et des Uighurs.
    Il est à craindre un vraisemblable choix politico-commercial nauséabond...
    #GAFA #Israel #Palestine

    • It’s an issue that has been highlighted by researchers using open-source, publicly available information - including mapping data - to locate attacks and document the destruction.

      “The fact that we don’t get high-resolution satellite images from Israel and Palestinian territories sets us back,” says Samir, an open-source investigator.

      In fact, much of both Israel and the Palestinian territories appear on Google Earth as low-resolution satellite imagery, even though higher-quality images are available from satellite companies.

      It’s barely possible to see the cars in Gaza City.

      Compare that with Pyongyang, the secretive capital of North Korea, where the cars are sharply defined and it’s possible to make out individual people.

      Why is satellite imagery important?

      The use of satellite images has become a vital element in the reporting of conflict.

      But the availability of detailed images can also compromise military security.

      In the latest Middle East confrontation, investigators are looking to corroborate the locations of missile fire and targeted buildings in Gaza and Israel, using satellites.

      However, on Google Earth, the most widely used image platform, the most recent imagery for Gaza is of low resolution and therefore blurry.

      “The most recent Google Earth image is from 2016 and looks like trash. I zoomed in on some random rural area of Syria and it has had 20+ images taken since that time, in very high resolution,” tweeted Aric Toler, a journalist for Bellingcat.

      Google says its aim is to “keep densely populated places refreshed on a regular basis” but this hasn’t been the case with Gaza.
      Are high-resolution images available?

      Until last year, the US government had placed a restriction on the quality of satellite images of Israel and the Palestinian territories that American companies were permitted to provide on a commercial basis.

      This restriction was written into the Kyl-Bingaman Amendment (KBA) - US legislation dating back to 1997 - in support of Israeli security concerns.

      “We would always prefer to be photographed at the lowest resolution possible. It’s always preferable to be seen blurred, rather than precisely,” said Amnon Harari, head of space programmes at Israel’s Defence Ministry last year, reported by Reuters.

      Under the KBA, US satellite image providers were allowed to offer lower-resolution pictures with a pixel size of no less than 2m (6ft 6in, making an object the size of a car just about visible, but no smaller).

      It’s not uncommon that sites such as military bases have been blurred - but the KBA was the only case of an entire country being subject to such a restriction.

      The law mentioned only Israel, but it was also applied to the Palestinian territories.

      However, once non-US providers, such as French company Airbus, were able to supply these images at a higher resolution, the US came under increasing pressure to end its restrictions.

      In July 2020, the KBA was dropped, and now the US government allows American companies to provide far higher-quality images of the region (each pixel can now be as small as 40cm, so that objects the size of a person could be readily picked out).

      The initial motivation was scientific," says Michael Fradley, an archaeologist at the University of Oxford and one of the academics who successfully campaigned for the amendment to be changed.

      “We wanted to have a consistent data source to work with in our project, so we needed access to high resolution over the Occupied Palestinian Territories comparable to what we use over other parts of the region.”
      So why is Gaza still blurry?

      The BBC spoke to Google and Apple (whose mapping apps also show satellite images).

      Apple said it was working to update its maps soon to a higher resolution of 40cm.

      Google told us that its images come from a range of providers and it considers “opportunities to refresh [its] satellite imagery as higher-resolution imagery becomes available”. But it added that it had “no plans to share at this time”.

    • “Considering the importance of current events, I see no reason why commercial imagery of this area should continue to be deliberately degraded,” said Nick Waters, an open-source investigator for Bellingcat on Twitter.
      Who actually takes the images?

      Public mapping platforms, such as Google Earth and Apple Maps, rely on companies that own satellites to supply imagery.

      Maxar and Planet Labs, two of the largest, are now making available high-resolution images of Israel and Gaza.

      “As a result of recent changes to US regulations, the imagery of Israel and Gaza is being provided at 0.4m (40cm) resolution,” Maxar said in a statement.

      Planet Labs confirmed to the BBC it supplies imagery at 50cm resolution.

      Open-source investigators, however, rely heavily on the free-to-use mapping software and don’t often have direct access to these high-resolution images.
      What else can high-resolution imagery reveal?

      Satellite imagery is used for many purposes, including tracking deforestation and forest fires, as well as investigating human rights abuses around the world.

      Researchers at Human Rights Watch teamed up with satellite providers Planet Labs in 2017 to show the destruction of Rohingya villages by the military in Myanmar.
      The imagery enabled them to map the extent of damage to more than 200 villages in the area, by comparing 40cm-resolution satellite imagery of these areas from before and after.

      The evidence appeared to corroborate claims from Rohingya, who had fled Myanmar to neighbouring Bangladesh, that their homes had been targeted by the military.

      Satellite imagery has also been vital in tracking what’s been happening in the Xinjiang region of China, including the network of “re-education” centres set up there for the Uyghurs.
      The information has helped to show where these facilities have been built, and high-resolution images have also given an idea of their size and particular features.

  • Le Hamas a tiré la semaine dernière des roquettes sur la plateforme de gaz Tamar

    . . . . . . .
    La semaine dernière, le groupe terroriste palestinien du Hamas a tiré des dizaines de roquettes sur la plate-forme de gaz naturel israélienne Tamar, qui a été vidée de son carburant et temporairement mise hors service au début des combats, a appris le Times of Israel.

    Aucune de ces roquettes n’a failli toucher la plate-forme, qui est protégée par une batterie antimissile du Dôme de fer, embarquée sur un navire et d’autres systèmes défensifs.

    Comme les roquettes produites dans la bande de Gaza ne sont pas des munitions à guidage de précision, il est très peu probable qu’elles atteignent la plate-forme, – une cible extrêmement petite à atteindre depuis la côte.

    Les drones transportant des explosifs, comme ceux abattus par un avion de combat F-16 au-dessus de la mer la semaine dernière, pourraient cibler plus efficacement la plate-forme, ce qui nécessiterait des défenses aériennes considérables de la part de la marine israélienne.

    Dans l’ensemble, la marine a réussi à empêcher toutes les tentatives du Hamas d’utiliser ses capacités navales contre des cibles israéliennes en mer et à terre.

    Tsahal a également détruit la plupart des infrastructures navales et des armements du groupe terroriste tout au long de la semaine dernière, y compris plusieurs sous-marins autonomes que le Hamas a développés ces dernières années, – chacun étant capable de transporter 30 kilogrammes d’explosifs et d’être guidé à l’aide d’un GPS. L’armée estime toutefois que plusieurs autres armes pourraient être encore en possession du Hamas.
    . . . . . . . .

    La suite : https://fr.timesofisrael.com/le-taux-de-roquettes-lancees-vers-israel-sans-precedent-dans-lhist

    #Palestine #israël #israel #Gaza #violence #bds #Palestine_assassinée #occupation #colonisation #racisme #sionisme #apartheid #gaz #énergie Tsahal l’#armée_israélienne

  • Le #patriarcat, une religion d’inversion – Révolution Féministe
    https://revolutionfeministe.wordpress.com/2021/05/16/le-patriarcat-une-religion-dinversion

    Voici quelques exemples d’inversion patriarcale (liste non exhaustive) :

    – les femmes conduisent mal–alors que 84% des accidents de la route mortels sont causés par les hommes (3). Les excès de vitesse, la conduite en état d’ivresse sont aussi très majoritairement le fait des hommes.

    – les femmes parlent trop–alors que dans un groupe mixte, les hommes parlent plus que les femmes, les interrompent, mansplainent, utilisent toutes sortes de stratégies pour monopoliser la parole, comme le met en évidence l’étude de l’université de Princeton « The Silent Sex »(4).

    – les femmes sont moins intelligentes que les hommes–alors que le pourcentage de femmes diplômées de l’enseignement supérieur est supérieur à celui des hommes dans tous les pays occidentaux (aux Etats-Unis, plus de 25%) (5). A noter que, quand les femmes n’avaient pas accès à l’éducation, les hommes affirmaient que, si elles étaient ignorantes, c’était parce qu’elles étaient moins intelligentes. Par contre, quand elles les dépassent dans pratiquement toutes les disciplines, ce n’est pas parce qu’elles sont plus intelligentes qu’eux– expliquent-ils—c’est simplement parce qu’elles sont plus travailleuses et plus disciplinées…

    – les femmes sont incapables de contrôler leurs émotions, elles sont hystériques–alors que les hommes sont sujets à des accès de colère, de jalousie etc. qui peuvent aller jusqu’à la violence et au meurtre. Et reconnaissent eux-mêmes qu’ils ne les contrôlent pas—ce manque de contrôle étant censé excuser ces violences. En fait, il s’agit d’un double standard : le fait d’être dominé par ses émotions est réprouvé chez les femmes, la colère en particulier leur est interdite ; par contre, quand les hommes se laissent aller à cette émotion virile, c’est vu comme une affirmation de soi valorisante et signale leur appartenance à la catégorie dominante. Eux ont le droit de déverser leur courroux sur les dominé.es, de rager, de crier et de se plaindre (et dans ce cas, les femmes doivent prêter une oreille compatissante) mais l’inverse n’est pas vrai : toute tentative de la part des femmes d’extérioriser leurs émotions en direction des hommes sera perçue comme importune ou hystérique. De même que le « elles parlent trop » vise à les réduire au silence, le « elles sont hystériques » leur pose une interdiction d’exprimer leur colère, de protester ou de se plaindre.

  • Après la destruction d’un immeuble abritant des médias internationaux à #Gaza, indignation et colère contre Israël
    https://www.lemonde.fr/international/article/2021/05/16/cacher-le-carnage-indignation-apres-la-destruction-par-israel-d-un-immeuble-

    Cette attaque est intervenue au cinquième jour de la confrontation entre le Hamas et Israël, qui a déjà causé la mort de 145 personnes, dont 41 enfants, et près de 1 100 blessés dans le territoire palestinien, et le décès de dix personnes en Israël. L’armée israélienne a justifié la destruction de la tour de bureaux en affirmant qu’elle abritait « des moyens militaires » du Hamas, sans toutefois apporter de preuves à l’appui de ces dires.

    AP, qui était dans ce lieu depuis quinze ans, a assuré n’avoir jamais eu l’indication que le mouvement palestinien était aussi dans le bâtiment : « C’est quelque chose que nous vérifions activement au mieux de nos capacités. Nous ne mettrions jamais sciemment nos journalistes en danger. » L’agence a également appelé le gouvernement israélien à fournir des preuves.

    #impunités #crimes
    #paywall

  • Yasmine jarba sur Twitter : “Leicester footall players Wesley Fofana and Hamza Choudhury flying the Palestine flag after their FA Cup win over Chelsea! ✌🏼🇵🇸 #FreePalestine #GazaUnderAttack https://t.co/93jiTpJfOL” / Twitter
    https://twitter.com/YasmineAlmi1/status/1393651217046384640

    Ça fait d’autant plus plaisir que Chelsea appartient à un criminel:

    Tony Karon sur Twitter : “Every football fan outraged by Israel’s apartheid evictions in Sheikh Jarrah needs to be reminded that ChelseaFC’s owner is a major donor to the settler org driving it @africasacountry https://t.co/h9Nv60oN4n” / Twitter
    https://twitter.com/TonyKaron/status/1390330958495326208

  • Blowing apart a monstrous Israeli lie | The Electronic Intifada
    https://electronicintifada.net/blogs/ali-abunimah/blowing-apart-monstrous-israeli-lie

    It’s a monstrous lie, but Israeli propagandists keep repeating it: Palestinians deliberately sacrifice their own children just to make Israel look bad.

    I had the opportunity to debunk this vicious, dehumanizing libel to the face of one such propagandist when I appeared on CGTN’s The Heat on Thursday.

    #palestine #gaza #colonisation #colonialisme

  • Israeli Soldiers, Settlers, Killed Ten Palestinians In West Bank
    May 14, 2021
    https://imemc.org/article/israeli-forces-kill-6-palestinians-in-the-west-bank-on-friday

    Israeli soldiers killed, Friday, nine Palestinians and injured dozens, while paramilitary colonialist settlers also killed a young man, in several parts of the occupied West Bank, the Palestinian Health Ministry has reported and added that more than 500 Palestinians have been injured.

    The soldiers invaded the northern West Bank city of Nablus, in addition to Sbeih Mountain, and the villages of Salem and Asira al-Qibliya, east of Nablus, and Orif village, south of the city, killed four Palestinians and injured dozens during ensuing protests.

    Media sources said the soldiers killed Dr. Issa Barham , 40, a District Attorney with the Palestinian Public Prosecution Department, in Abu Sbeih Mountain in his town of Beita, southeast of Nablus.

    In addition, medical sources said the soldiers shot, and seriously a young man, identified as Malek Hamdan , 22, with live rounds to the chest, before he succumbed to his wounds in a hospital in Nablus.

    Malek, from Salem village near Nablus, was injured along with dozens of Palestinians during protests that took place after the soldiers invaded the village, and attacked protesters.

    In addition, Israeli colonialist settlers from Yitzhar illegal colony, infiltrated into the eastern area of Nablus, leading to protests, before the soldiers invaded it and shot two young men with live rounds in the abdomen and legs; one of them suffered a serious injury.

    The soldiers also killed Husam Asayra , 20, with a live round to the chest, during protests that took place after the soldiers invaded Asira al-Qibliya village and attacked protesters.

    In Orif village, the soldiers killed a young man, identified as Nidal Sayel Safadi , 30, after shooting him with a live round, after several army jeeps invaded the village, and attacked protesters.

    In Ramallah, in central West Bank, the soldiers killed Mohammad Rawhi Hammad , 30, after he reportedly attempted to ram soldiers with his car. The Palestinian is from Silwad town, northeast of Ramallah.

    The soldiers also killed Yousef Mahdi Nawasra , 27, from Fahma village, southwest of the northern West Bank city of Jenin, during protests near the Dothan Israeli military roadblock.

    In Salfit, in central West Bank, the soldiers invaded Marda village, north of the city, and killed a young man, identified as Sharif Khaled Salman , 37, during protest that took place when the soldiers invaded the village, in addition to killing Awad Ahmad Harb , 27, in Iskaka village, east of Salfit.

    Sharif had not been participating in protests, but was standing outside his home when he was shot by invading Israeli forces. His mother told reporters with Ma’an News Agency, “I cannot believe that Sharif was killed. Just hours ago, he woke me up from sleep to have coffee together. He left behind a pregnant wife and three daughters.”

    As tears streamed down her face, she told reporters, “I asked him to drink coffee with me, to drink it together, and to close the door for fear that his children, and his sister’s children might go out to the street, because the army was out in the street, and our home is located near the main street of the village. I fell asleep while I waited for him to drink his coffee. I was awakened by the sound of gunfire and screaming. I did not know that the bullets were fired at Sharif, to end his life. The occupation deprived me of my son for no reason, just as it has deprived so many mothers.”

    Furthermore, paramilitary Israeli colonists invaded, on Friday evening, the ar-Reehiyya village, south of the southern West Bank city of Hebron, and attacked dozens of residents, in addition to firing many live rounds at them, killing Ismael Jamal at-Tubasi , 23, with a live round to the head.

    In Jericho, in northeastern West Bank, the soldiers killed Mohammad Adel Abu Shqeir , 20, from the al-Qasab neighborhood, during protests that took place at the entrance of the city.

    In Tubas, in northeastern West Bank, the soldiers fired a barrage of gas bombs and concussion grenades at Palestinian protesters, causing many injuries, in addition to burning farmlands.

    Protests also took place at the Tayasir military roadblock, near Tubas, before the soldiers fired live rounds, rubber-coated steel bullets, and gas bombs.

    The soldiers also invaded the Al-Khader town, south of Bethlehem, and attacked Palestinians who marched near the al-Bawwaba area by the main Jerusalem-Hebron Road.

    It is worth mentioning that the Health Ministry in the West Bank has reported more than 500 injuries among the Palestinians, including nine who suffered life-threatening wounds.

    Updated:
    Israeli Forces Kill 6 Palestinians in the West Bank on Friday
    May 14, 2021, at 19:47

    Israeli Forces Kill 6 Palestinians in the West Bank on Friday
    May 14, 2021– – IMEMC News
    https://imemc.org/article/israeli-forces-kill-6-palestinians-in-the-west-bank-on-friday

    According to the Palestinian Ministry of Health, Israeli troops invading the West Bank Friday killed 6 Palestinians and wounded 91. The invading troops shot live ammunition at Palestinians protesting the ongoing Israeli bombing of Gaza and takeover of Jerusalem. The soldiers killed two Palestinians in Salfit, one in Jericho, one in Ramallah, one in Nablus and one in Jenin.

    The Israeli troops invaded various areas with armored vehicles and fully loaded automatic rifles and other weaponry. Palestinian villagers (who have no army) confronted them with stones, shouting and marching with a determination to remain on their land and stop the Israeli invasion of their land. Many were shot by the invading army.

    Medical staff in the various treatment centers have reported the following injuries:

    Ramallah: 15 injuries (2 serious)
    Jericho: 3 injuries.
    Nablus: 27 (5 serious)
    Bethlehem: 5 injuries
    Hebron: 8 injuries
    Jenin: 8 injuries
    Salfit: 8 injuries
    Tulkarm: 12 injuries (1 serious)
    Qalqilya: 5 injuries, including a critical one with live bullets in the main artery.

    Most of those injured were shot by live ammunition.

    One of those killed was the younger brother of a journalist with Ma’an News Agency, identified as Issa Barham . Issa was shot by Israeli forces during an invasion of the “Jabal Sabih” area, south of the town of Beita, in the Nablus District. He was struck with four bullets in his body, and arrived at a hospital in Nablus, where he was pronounced dead soon after.

    The head of Urif village council, Mazen Shehadeh, confirmed that the two Palestinians killed in the Salfit District were from the villages of Marda and Sakaka, respectively. The one from Sakaka has not yet been identified, but is believed to be in his twenties. According to Shehadeh, the two were shot by Israeli forces in separate incidents in the two villages. They were taken separately to the Salfit Governmental Hospital, where they were pronounced dead.

    The man killed in Marda was a 37-year old father of three, identified as Sharif Suleiman, 37. He had not been participating in protests, but was standing outside his home when he was shot by invading Israeli forces. His mother told reporters with Ma’an News Agency, “I cannot believe that Sharif was killed. Just hours ago, he woke me up from sleep to have coffee together. He left behind a pregnant wife and three daughters.”

    As tears streamed down her face, she told reporters, “I asked him to drink coffee with me, to drink it together, and to close the door for fear that his children and his sister’s children might go out to the street, because the army was out in the street, and our home is located near the main street of the village. I fell asleep while I waited for him to drink his coffee. I was awakened by the sound of gunfire and screaming. I did not know that the bullets were fired at Sharif, to end his life. The occupation deprived me of my son for no reason, just as it has deprived so many mothers.”

    In Jenin, the Palestinian Ministry of Health identified the person killed in the protests as Yusef Atatreh , 25. He was killed by live ammunition fired by Israeli soldiers at the Dotan military checkpoint in the Jenin governorate.

    Mahmoud Al-Saadi, the head of ambulance and emergency in the Palestinian Red Crescent in Jenin, reported that Atatreh, from the village of Al-Tarm, was pronounced dead shortly after his arrival at Jenin Governmental Hospital. He was killed by a bullet that penetrated the main artery in his leg.

    In Hebron, 26-year-old, Ismail Jamal Al-Toubasi , was killed and 4 Palestinians were wounded when they tried to repel the invading Israeli army in the Al-Rayyah area and the Fur refugee camp, south of Hebron.

    His body was transferred to Abu Al-Hassan Al-Qassem Hospital in Yatta. (...)

    #Palestine_assassinée

    • En Israel, rien de nouveau - Julien Salingue - facebook

      Israël, les Palestinien·ne·s, les appels au « calme », l’oppression coloniale

      Le 10 mai dernier, en fin de journée, des groupes armés palestiniens, principalement liés au Hamas, ont tiré plusieurs centaines de roquettes depuis la bande de Gaza. Le matin de ce même 10 mai, les forces armées israéliennes étaient brutalement intervenues sur l’esplanade des mosquées à Jérusalem (500 blessé·e·s) et le Hamas avait menacé de tirer des roquettes si lesdites forces armées ne se retiraient pas de l’esplanade — elles sont restées.

      https://www.youtube.com/watch?v=smZfQsE8K7o&feature=emb_logo

      Depuis on ne cesse d’entendre des appels au « calme », comme dans ce communiqué du ministère des Affaires étrangères français qui « appelle l’ensemble des acteurs à faire preuve de la plus grande retenue et à s’abstenir de toute provocation pour permettre un retour au calme dans les plus brefs délais. » En clair, il faudrait revenir à la situation antérieure au 10 mai.

      Quelques chiffres pour illustrer le « calme » auquel certains se réfèrent :

      Entre le 1er janvier 2019 et le 10 mai 2021, au moins 167 Palestinien·ne·s ont été tués par les forces armées israéliennes (contre 12 Israélien·ne·s tués).

      Entre le 1er janvier 2019 et le 10 mai 2021, au moins 330 logements palestiniens ont été détruits par Israël, ce qui a mis près de 1200 personnes à la rue, dont 50% d’enfants.

      Entre le 1er janvier 2019 et le 10 mai 2021, plus de 11 500 Palestinien·ne·s ont été arrêtés par Israël, dont plus de 1500 mineur·e·s.

      Entre le 1er janvier 2019 et le 1er janvier 2021, le nombre de colons juifs en Cisjordanie est passé d’environ 438 000 à environ 475 000 (soit une augmentation de 8,5%). En incluant les colons de « Jérusalem-Est » (environ 230 000), la barre des 700 000 a donc été franchie.

      Entre le 1er janvier 2019 et le 1er avril 2021, plus de 1200 attaques ont été perpétrées par des colons contre des Palestinien·ne·s et/ou contre leurs biens (magasins, champs, etc.). Soit plus d’une par jour en moyenne.

      Ce qu’illustrent ces chiffres, que l’on pourrait multiplier, c’est la situation que vivent au quotidien les Palestinien·ne·s, faite de violences, d’expulsions, d’arrestations, de dépossession.

      Et au-delà des chiffres, on pourrait aussi parler des contrôles quotidiens au checkpoint pour quiconque veut/doit se déplacer, des humiliations infligées sur lesdits checkpoints, de l’omniprésence de l’armée israélienne, destinée à rappeler qui est le maître.

      Des contrôles quotidiens qui matérialisent l’absence totale de liberté de mouvement, laissée au bon vouloir des autorités israéliennes qui peuvent chaque jour arbitrairement changer les règles et interdire de déplacement n’importe qui.

      Sans oublier le blocus de la bande de Gaza, qui dure depuis plus de 15 ans, avec deux millions de personnes enfermées dans un territoire de 365 km2, dont plus de la moitié vivent sous le seuil de pauvreté et 80% dépendent de l’aide alimentaire.

      Sans oublier les discriminations institutionnalisées contre les Palestinien·ne·s d’Israël et les Palestinien·ne·s de Jérusalem, à propos desquels Human Rights Watch parle désormais de « crime d’apartheid » — au même titre que les Palestinien·ne·s de Cisjordanie et de Gaza.

      Sans oublier les millions de réfugié·e·s palestiniens à qui Israël interdit de revenir sur leurs terres alors que, dans le même temps, les Juifs et Juives du monde entier sont régulièrement appelés à venir s’installer en Israël, à Jérusalem et en Cisjordanie.

      Voilà ce qu’ils appellent le « calme ».

      Cela s’appelle en réalité l’oppression coloniale.

      Et c’est contre cette oppression que les Palestinien·ne·s se révoltent, pour rappeler au monde qu’ils et elles ont des droits et qu’ils et elles n’ont pas l’intention d’y renoncer.

      Ils et elles méritent tout notre soutien, tandis que les tenants du « calme » colonial ne méritent rien d’autre que notre mépris.

      PS : Les divers chiffres viennent de B’Tselem (ONG israélienne), du Palestinian Prisoners Club (ONG palestinienne) de l’OCHA (département de l’ONU), du PCBS (bureau central des statistiques palestinien) et du CBS (bureau central des statistiques israélien).

      Source : https://pt-br.facebook.com/groups/batiamourtsou/?ref=group_header

      https://www.facebook.com/login/?next=https%3A%2F%2Fwww.facebook.com%2Fjulien.slng%2Fposts%2F1022223187900

      #palestine #israël #gaza #israel #bds #palestine_assassinée #occupation #colonisation #cisjordanie #racisme #boycott #apartheid #hamas

  • ENQUÊTE. #Malte : une centrale au #gaz, des #politiques corrompus, des policiers ripoux... Après trois ans d’investigation, retour sur le scandale qui a coûté sa vie à une journaliste
    https://www.francetvinfo.fr/monde/europe/daphne-project/enquete-malte-une-centrale-au-gaz-des-politiques-corrompus-des-policier

    La journaliste d’investigation Daphne Caruana Galizia s’apprêtait à révéler un scandale autour du plus gros #marché_public maltais de ces dernières années. Plus de trois ans après son assassinat, Malte peine à sortir des affaires de #corruption et des pratiques clientélistes.

  • Endless Airstrikes Push Gazan Hospitals Hammered by COVID to the Brink
    https://www.thedailybeast.com/endless-airstrikes-push-gazan-hospitals-besieged-by-covid-to-the-brin

    Gaza’s health-care system has long been plagued with shortages in medical supplies, doctors, electricity, and a crumbling infrastructure. The pandemic was particularly hard on Gaza’s roughly 2 million residents, with researchers saying that infection rates are vastly underreported, and that Israel’s siege on the enclave had exacerbated the #COVID crisis even further.

    “Israel’s blockade has devastated the economy in #Gaza,” one researcher from European University Institute in Florence told Al-Jazeera in February. “And this is having a major impact on the ability of people to comply with lockdown measures when doing so means losing their already limited sources of income.”

    [...]

    Adding to the COVID crisis in Gaza is a lagging #vaccination rate. Although Israel’s vaccine campaign was one of the most successful in the world, less than one percent of Palestinians have been fully vaccinated. Israeli officials have faced a barrage of criticism for failing to extend their vaccine efforts to Palestinians in Gaza and the West Bank.

    The current violence sweeping the region, with Israeli airstrikes pummeling building after building—and the Hamas militant group firing hundreds of rockets back at Israel—has killed at least 83 Gazans, including 17 children. On the Israeli side, five civilians have died.

    #crimes #sionisme #vitrine_de_la_jungle

  • Mass protests against Israeli settler-colonial policies in the neighbourhood of Sheikh Jarrah have spread throughout Palestine—in #AlAqsaMosque, #Gaza, #Haifa, #Jenin, #Lydd, Nazareth, Ramallah, Umm al-Fahm—and are everywhere being met with ferocious violence by Israeli forces. The ethnic cleansing in #SheikhJarrah is not a simple case of individual legal claims—it is part of Israel’s apartheid regime exercised throughout Palestine.
    This escalation has now culminated in Israeli jets dropping missiles on Palestinians in besieged Gaza, after having shut down the Erez-Beit Hanoun crossing in the occupied enclave and banned fishing as a form of collective punishment.
    In anticipation of the upcoming 73rd anniversary of Al-Nakba, and as an expression of our solidarity with Palestinian colleagues and protesters, Forensic Architecture is documenting the ethnic cleansing of Sheikh Jarrah as part of the ongoing #Nakba.

    Conquer and Divide
    https://conquer-and-divide.btselem.org/map-fr.html

  • Emeutes, lynchages : La police déplore un niveau de violence inédit en Israël Par Itamar Sharon et Stuart Winer
    https://fr.timesofisrael.com/emeutes-lynchages-la-police-deplore-un-niveau-de-violence-inedit-e

    Les dirigeants expriment leur sentiment d’horreur alors que des hooligans remplissent les rues, brûlant, attaquant, tirant des coups de feu.

    Après une nuit de violence au cours de laquelle des émeutiers juifs et arabes ont semé le trouble dans plusieurs villes, submergeant la police locale, le ministre de la Défense, Benny Gantz, a ordonné jeudi un important appel aux réservistes de la police des frontières afin de prêter main forte aux officiers chargés de contenir les troubles.

    Dix compagnies de réservistes de la police paramilitaire des frontières ont été appelées à intervenir, a indiqué le ministère de la Défense dans un communiqué.
    « Nous sommes dans une période d’urgence », a déclaré Gantz, soulignant le contexte nationaliste de l’agitation. « En ce moment, une réponse massive des forces sur le terrain est nécessaire. »

    Toutefois, Gantz a souligné qu’aucun soldat de Tsahal ne serait impliqué dans des activités de police, « qui ne font pas partie de la mission de Tsahal en tant qu’armée du peuple. »

    Son insistance à ce que l’armée soit tenue à l’écart des rues était en contraste direct avec l’approche du Premier ministre Benjamin Netanyahu, qui avait annoncé la veille qu’il envisageait de déployer l’armée à l’intérieur des villes pour rétablir l’ordre.

    Gantz a ajouté que le maintien de l’ordre et la répression ne remplaçaient pas « un leadership responsable et la réduction des tensions ».

    Le ministre a déclaré qu’il avait rencontré mercredi soir les maires de 30 municipalités arabes israéliennes et qu’il tiendrait d’autres réunions dans la journée avec des dirigeants arabes et juifs « afin de calmer les choses sur le terrain et de mettre fin à l’incitation et à l’agitation qui déchirent la société israélienne de l’intérieur ».

    Ces mesures font suite à la pire nuit de chaos entre Juifs et Arabes jamais observée en Israël depuis de nombreuses années, alors qu’un conflit armé est en cours avec Gaza, et que des scènes de violence, d’émeutes, de rassemblements haineux et de chaos social croissant se propagent de villes en villes, certaines étant autrefois considérées comme des symboles de coexistence.

    De violents affrontements ont éclaté à Lod, Akko, Jérusalem, Haïfa, Bat Yam, Tibériade et dans de nombreux autres endroits, avec des personnes blessées, dont certaines gravement, ce qui a entraîné le Premier ministre Benjamin Netanyahu à annoncer qu’il envisageait de déployer l’armée à l’intérieur des villes afin de rétablir l’ordre.

    Plus de 400 personnes ont été arrêtées.
    Les dirigeants expriment leur sentiment d’horreur alors que des hooligans emplissent les rues brûlant, attaquant, tirant des coups de feu, écrasant ; Netanyahu annonce qu’il pourrait déployer l’armée dans les villes ; L’attaque d’un homme arabe par une foule à Bat Yam décrié comme « ne correspondant pas aux valeurs juives »

    La scène la plus choquante de la nuit, et celle qui a suscité des expressions d’incrédulité et d’horreur de la part des dirigeants israéliens, est celle d’images de centaines d’extrémistes juifs à Bat Yam vandalisant des propriétés arabes puis agressant un chauffeur arabe dans sa voiture, le traînant hors de son véhicule et le battant sauvagement.

    Des foules juives ont été aperçues errant dans les rues de Tibériade et de Haïfa à la recherche d’Arabes à attaquer.

    À Jérusalem, un homme arabe a été poignardé par des juifs et grièvement blessé au marché de Mahane Yehuda.

    « Mort aux Arabes » a été entendu dans de nombreux endroits lors de rassemblements juifs.

    Pendant ce temps, à Akko, un professeur juif de 37 a été agressé par des émeutiers arabes et frappé avec des pierres et des barres de fer, et a été hospitalisé dans un état critique.

    D’après son épouse, il voulait empêcher ses élèves de se mêler aux émeutes.

    Il a été fait état d’émeutes arabes à Jérusalem, Lod, Haïfa, Tamra et ailleurs.

    Malgré deux jours précédents emplis d’une agitation croissante, et un appel à des renforts pour la police et la police aux frontières, les forces de l’ordre semblaient une fois de plus drastiquement sous-équipées pour gérer l’ampleur du chaos, et de nombreuses scènes de violence se sont déroulées avec peu d’interférence de la police.

    À Lod, qui avait été au centre des troubles durant les deux nuits précédentes – des foules arabes incendiant des synagogues, des magasins et des voitures pendant la nuit de mardi à mercredi – un couvre-feu avait été décrété entre 20 heures et 4 heures du matin. Pourtant, des bandes rôdaient dans les rues et se sont livrées à des actes de vandalisme sans rencontrer d’obstacles et durant des heures, la police contenant certains événements mais ne parvenant pas à contrôler efficacement les foules. Selon certaines informations, deux personnes auraient été abattues et blessées légèrement à modérément, bien que leurs identités n’aient pas été immédiatement révélées.

    À Tamra, un homme juif a été poignardé et agressé par une foule arabe, a rapporté la Douzième chaîne, un ambulancier arabe affirmant même que les assaillants ont failli brûler l’homme à l’intérieur de sa voiture avant qu’il n’aide à l’évacuer en lieu sûr.

    L’événement clé de la nuit est survenu lorsque des centaines de juifs extrémistes, lors d’un rassemblement organisé sur les réseaux sociaux quelques heures auparavant et explicitement annoncé comme ayant des intentions violentes, ont marché le long de la promenade de Bat Yam, détruisant des propriétés arabes alors qu’ils se dirigeaient vers la ville voisine de Jaffa, la police ne faisant pas grand-chose pour les en empêcher.

    À un moment, la foule a identifié un homme qui conduisait sur la route comme étant arabe et a commencé à attaquer sa voiture.

    Les participants à la manifestation ont déclaré à Kan News que l’homme avait délibérément tenté de les écraser, mais des images et des échos venus de l’endroit indiquaient que le chauffeur avait paniqué et avait tenté de partir en voiture alors qu’il était abordé par les manifestants.

    La vidéo partagée sur les réseaux sociaux montrait la voiture s’approchant de la foule, puis reculant rapidement en heurtant un véhicule derrière elle. La voiture a ensuite accéléré dans la foule, apparemment sans écraser personne, et a tenté de passer une ligne de circulation sur le chemin, mais s’est écrasée dans une autre voiture avant de s’arrêter.

    Le chauffeur a ensuite été sorti de sa voiture et battu par des dizaines d’émeutiers avant d’être finalement laissé tranquille. Il a été emmené à l’hôpital Ichilov, qui a déclaré qu’il était dans un état grave mais stable.

    Lors d’un incident à Haïfa, un chauffeur arabe s’est retrouvé au milieu d’une foule scandant « Mort aux Arabes ». Alors qu’il était la cible de multiples jets de pierres, le conducteur a fait demi-tour pour s’échapper mais a heurté l’un des émeutiers, âgé de 26 ans, lui occasionnant des blessures modérées. Le chauffeur, âgé de 20 ans, s’est enfui mais a ensuite été arrêté par la police.

    Condamnation et dégoût de la part des politiciens
    L’incident abondamment documenté de Bat Yam a suscité des expressions de dégoût de la part des politiciens, depuis le Premier ministre jusqu’aux membres de la Knesset situés à l’extrême droite. Dans une vidéo filmée depuis son bureau, Netanyahu a déclaré au public que de tels incidents étaient « intolérables ».

    « Je n’ai que faire que votre sang est en ébullition. Donc il bouillonne. Ce n’est pas pertinent. Vous ne pouvez pas faire rendre justice vous-mêmes », tonna-t-il. « Vous ne pouvez pas aborder un civil arabe et essayer de le lyncher, tout comme nous ne pouvons pas laisser des citoyens arabes faire la même chose à des citoyens juifs. Cela ne passera pas ».

    Le chef de l’opposition Yair Lapid a dénoncé une « perte de contrôle
    totale ».

    Le ministre de la Défense, Benny Gantz, a averti que les divisions internes israéliennes n’étaient « pas moins dangereuses que le Hamas ».

    Le chef du parti Yamina Naftali Bennett a qualifié les scènes de Bat Yam comme étant « non juives, immorales, inhumaines ». Son numéro deux du parti Ayelet Shaked a dénoncé la « faillite morale » d’une telle attaque.

    Gideon Sa’ar du parti Tikva Hadasha a averti que le pays pouvait glisser vers la guerre civile.

    Le grand rabbin séfarade Yitzhak Yosef a publié une déclaration implorant les Juifs de ne pas utiliser la violence contre les citoyens arabes.

    « Des civils israéliens innocents sont attaqués par des organisations terroristes, le sang chauffe et nos cœurs sont choqués, les scènes sont difficiles à regarder. Mais nous ne devons pas être entraînés à commettre des provocations et à blesser des personnes ou à nuire à des biens », a-t-il déclaré.

    Il a ajouté que la Torah ne permet pas à une personne de prendre la loi en main. « Le travail de rétablissement de l’ordre doit être laissé à la police », a-t-il déclaré. « Nous devons être une lumière pour les nations, et non, Dieu nous en préserve, le contraire ».

    Le chef du parti Sioniste religieux d’extrême droite, Bezalel Smotrich, longtemps accusé d’avoir attisé les tensions raciales et religieuses, s’est dit « choqué et honteux jusqu’au fond de mon âme » par l’attaque perpétrée contre l’homme arabe. « Nous vivons des jours difficiles, attaqués, frustrés… mais bon sang, comment les juifs peuvent-ils être aussi cruels ?! Terrible », a-t-il tweeté.

    Netanyahu dénonce « l’anarchie » des émeutiers arabes

    Les politiciens ont également exprimé nombre critiques à l’égard de la violence arabe, Netanyahu déplorant « l’anarchie » des émeutiers arabes « mettant le feu à des synagogues, incendiant des voitures, attaquant la police, attaquant des civils innocents pacifiques. Nous ne pouvons pas l’accepter ».

    Il a déclaré qu’il offrirait un soutien total et davantage de pouvoirs et de ressources à la police afin de faire appliquer la loi, et a affirmé qu’il envisageait également de déployer des forces militaires dans les villes dans la mesure où la loi le permettrait. « Si nécessaire, nous légifèrerons plus avant [pour le faire] », a-t-il déclaré.

    Le ministre de la Sécurité publique, Amir Ohana, a déclaré que les attaques arabes contre les Juifs étaient inacceptables, tout comme l’étaient les attaques juives contre les Arabes. « La violence mêlée de haine doit être condamnée catégoriquement », a-t-il déclaré. « Nous n’avons pas d’autre pays. Nous devons vivre ici ensembles ».

    Lors d’une interview téléphonique exceptionnelle donnée à la Douzième chaîne, le président Reuven Rivlin a imploré les Israéliens de toutes ethnies et religions d’arrêter la « folie » qui a lieu dans les rues des villes judéo-arabes.

    « Je suis très inquiet », a-t-il dit, ajoutant qu’il « hurlait » pour que la paix revienne dans le pays.

    « J’appelle et je supplie tous les dirigeants locaux, les chefs religieux, les citoyens, les parents. Faites tout ce que vous pouvez pour arrêter cette terrible chose qui se passe sous nos yeux », a-t-il déclaré. « Nous avons affaire à une guerre civile entre notre sein, sans aucune raison. S’il vous plaît, arrêtez cette folie… Je vous en supplie. Ce pays nous appartient à tous. Cessez ».

    Le président de la Liste arabe unie, Ayman Odeh, et le chef du parti Raam, Mansour Abbas, ont tous deux condamné la violence sur une radio en langue arabe, tout en demandant aux Arabes de ne pas quitter leurs maisons afin d’éviter d’être attaqués par des foules juives.

    Les deux dirigeants politiques arabes israéliens ont également souligné la nécessité pour la jeunesse arabe de ne pas répondre par la violence contre les personnes ou les biens.

    Odeh a également attaqué Ohana, qu’il a accusé d’enjoindre les émeutiers juifs à « se faire justice eux-mêmes » après qu’il a pris la parole en faveur des Juifs soupçonnés d’avoir tiré sur des émeutiers arabes plus tôt durant la semaine, ayant déclaré que « les civils qui portent des armes sont utiles aux autorités en neutralisant immédiatement les menaces ou les
    dangers ».

    « La folie doit prendre fin », a déclaré Odeh.

    Dans les studios de télévision, les présentateurs et les experts étaient découragés, beaucoup décrivant les événements de la nuit comme ne ressemblant à rien de ce qu’ils avaient jamais vécu, et comme étant le signe d’une rupture de la cohésion sociale qui pourrait prendre des années à cicatriser.

    Ce n’est que vers minuit que la police a déclaré qu’elle avait réussi à maîtriser la plupart des points chauds, avec au moins 400 personnes arrêtées, dont plusieurs soupçonnées d’avoir participé à l’attaque de Bat Yam. La police a déclaré que 36 policiers avaient été blessés lors des événements.

    Autres incidents d’importance signalés :

    À Tibériade, une foule de manifestants juifs a agressé un chauffeur arabe, attaque qui a nécessité des soins pour des blessures légères pour la victime. Un policier a également été blessé alors qu’il tentait de protéger une femme passagère dans la voiture. Quatre personnes auraient été arrêtées en relation avec l’incident.

    Un Arabe de 30 ans a été grièvement blessé lors de violences près d’Or Yehuda, près de Tel Aviv, ont rapporté les médias israéliens.

    Des affrontements ont éclaté autour de la mosquée du centre de Lod, qui était apparemment la cible de Juifs qui ont jeté des pierres sur le bâtiment et ont affronté des Arabes du voisinage, a rapporté la chaîne. La police s’est déplacée pour intervenir et disperser les foules qui ont également attaqué les maisons arabes de la ville. Des escarmouches ont également éclaté entre des résidents arabes et des policiers. Une voiture de patrouille de police a été incendiée.

    Israël a ordonné plus tôt ce mercredi un soutien supplémentaire d’envergure aux forces de police déployées dans les villes avec des populations juives et arabes. Cette décision est intervenue quelques heures après la proclamation de l’état d’urgence à Lod.

    La déclaration d’urgence exceptionnelle dans la ville centrale d’Israël a conduit à l’envoi accéléré de plusieurs brigades de la police des frontières pour œuvrer au rétablissement de l’ordre.

    La violence entre les communautés juive et arabe est née des affrontements ayant eu lieu à Jérusalem autour du mois musulman du Ramadan, et de confrontations sur le mont du Temple. Elle a atteint un point critique alors qu’Israël se lançait dans un affrontement de plus en plus conséquent l’opposant à des groupes terroristes tirant des roquettes sur Israël depuis Gaza.

    #palestine #israël #israel #gaza #violence #bds #palestine_assassinée #occupation #colonisation #racisme #sionisme #apartheid

  • La vie souterraine de Berlin, entre infrastructure et politique Clarence Hatton-Proulx

    Eau, électricité, gaz : dans Remaking Berlin, Timothy Moss propose une histoire des réseaux d’infrastructures de Berlin de 1920 à 2020, montrant comment leur fonctionnement a varié au gré des régimes politiques.


    Timothy Moss, Remaking Berlin. A History of the City through Infrastructure, 1920–2020, Cambridge (Massachusetts), MIT Press, 2020, 472 p.

    Pour quiconque s’intéresse à l’histoire des villes, le cas de Berlin est particulièrement riche. En moins d’un siècle, la capitale allemande a connu une succession de régimes politiques différents : république de Weimar, règne nazi, division de la ville en deux républiques concomitantes (une libérale et une socialiste) pendant plus de quarante ans, puis, après la réunification des deux Allemagne en 1990 https://metropolitiques.eu/Qu-est-il-arrive-a-Berlin-depuis-1989.html , son nouveau statut de capitale. Cette diversité incomparable de régimes politiques se prête bien à l’étude d’un objet pourtant réputé pour sa résistance au changement et son insularité par rapport aux contextes sociaux : l’infrastructure. Timothy Moss, auteur de Remaking Berlin, remet magistralement en cause ces deux idées reçues à partir d’une monographie passionnante. Son étude est originale à plusieurs égards. Alors que l’infrastructure est habituellement traitée de manière sectorielle, Moss fait le choix d’étudier cinq types d’infrastructure simultanément : l’électricité, le gaz, le chauffage urbain, l’eau et le traitement des eaux usées. Ce choix permet de rendre compte des dynamiques de compétition comme de symétrie entre les différents réseaux étudiés. De plus, analyser l’évolution de ces réseaux sur le temps long, entre 1920 et 2020, met au jour les continuités et les changements du traitement des réseaux par des régimes politiques hétérogènes.

    Quatre tensions importantes ressortent du livre. Le mode de gestion des entreprises d’infrastructure change plusieurs fois pendant le siècle étudié, oscillant entre municipalisation – actionnariat et contrôle majoritaire de la municipalité – et privatisation. Sous la république de Weimar (1919-1933), les services en réseau sont contrôlés par la municipalité. Elle s’en sert pour propulser la production industrielle et la modernisation des équipements domestiques. Après une période d’incertitude liée à l’hyperinflation qui culmina en 1923, les entreprises municipales d’infrastructure améliorent la qualité et la portée de leurs réseaux et proposent des tarifs relativement bas, ce qui augmente rapidement le nombre de ménages connectés. Leurs bénéfices contribuent ainsi de manière importante au budget municipal. Ce mode de gestion est mis en cause par la Grande dépression et par des déficits budgétaires municipaux qui se sont creusés à cause de la crise. Bewag, l’entreprise d’électricité de Berlin, est privatisée en 1931. Si la municipalisation comme mode de gestion des infrastructures connaît ensuite un regain d’intérêt sous les nazis, c’est parce qu’elle permet d’expulser les actionnaires étrangers, en particulier juifs. Les entreprises d’infrastructure, qui étaient toutes publiques à Berlin-Est et sous contrôle municipal majoritaire ou minoritaire à Berlin-Ouest après le conflit, seront finalement toutes privatisées dans les années 1990. La raison invoquée ne tient pas tant à des performances insuffisantes, puisque Bewag et Berliner Wasserbetriebe (BWB), l’entreprise d’eau, étaient profitables. Leur vente a plutôt pour objectif de renflouer les coffres de la ville, laissés vides par la désindustrialisation massive et la chute des subventions fédérales accordées à Berlin après la réunification. BWB sera finalement municipalisée à nouveau en 2013, ce qui montre à quel point le triomphe d’un mode de gestion, quel qu’il soit (entreprise d’État, gestion municipale, privée), dépend de contextes politiques historiquement mobiles.

    La deuxième tension importante concerne le mode d’approvisionnement en eau et en énergie, constamment tiraillé entre le local et le lointain. Dès les années 1920, les gestionnaires d’infrastructures berlinois mettent l’accent sur la nécessité de produire localement, alors que la production d’électricité commence à s’éloigner des centres urbains dans plusieurs autres pays occidentaux. Suite à la scission physique du territoire de Berlin à partir de 1948, les dirigeants de Berlin-Ouest confirment cette option locale – une décision forcée par l’isolement politique et géographique de la ville entourée par la République démocratique allemande (RDA) et accélérée par le blocus soviétique mis en place cette année-là. Afin de se soustraire à d’autres blocus potentiels, Berlin-Ouest adopte une politique d’autarcie facilitée par les financements généreux de la République fédérale (RFA). Des stocks énormes de charbon et de pétrole sont constitués sur le terrain des centrales électriques et gazières de Berlin-Ouest et la capacité maximale de l’infrastructure d’eau et d’énergie est elle aussi considérablement augmentée pour tendre vers l’autosuffisance, au risque de développer un réseau inefficace en cas d’utilisation trop faible. À Berlin-Est, on constate le phénomène inverse : la production de gaz et d’électricité est graduellement déplacée hors du centre urbain, notamment pour valoriser le lignite est-allemand extrait en Lusace, puis le gaz naturel soviétique. Cette même tension est aussi soulevée pendant la période nazie. Alors que l’eau de Berlin provient de son aquifère, Hitler insiste pour que celle-ci vienne plutôt de sources de montagne. Cette lubie coûteuse ne verra pas le jour.

    Le troisième type de tensions, entre priorités urbaines et agenda national, est parfaitement illustré par la période nazie https://metropolitiques.eu/La-conquete-d-une-petite-ville-par.html . Berlin, capitale du nouveau Reich et, aux yeux d’Adolf Hitler, symbole de la métropole « dégénérée » aux mains des prolétaires marxistes et des Juifs, est un terrain idéal pour mettre en œuvre les politiques nazies. Les intérêts municipaux sont subordonnés à ceux du Parti et de l’État. Les dirigeants nazis imposent ainsi la construction d’un gazoduc de Watenstedt à Berlin afin d’assurer l’approvisionnement des usines de munitions de la capitale. Ils obligent Bewag à acheter le tiers de son électricité au fournisseur électrique national. L’agenda nazi donnait la priorité à l’utilisation des eaux usées pour produire des fertilisants agricoles utilisés dans les fermes à proximité de la ville et négligeait la qualité de l’eau sanitaire. Toutes ces mesures s’inscrivent dans un contexte de préparation à une guerre imminente qui oblige à renforcer l’autarcie nationale, au détriment de l’indépendance de la ville de Berlin. Quand le conflit éclate, ce sont évidemment les usages militaires de l’infrastructure qui priment sur les usages civils, contraignant les ménages à restreindre leur consommation pour que l’industrie de guerre puisse tourner à plein régime. Les infrastructures urbaines sont relativement épargnées par les bombardements alliés et l’artillerie soviétique, notamment en raison de leur caractère en partie souterrain. Cela n’empêchera pas que la période d’après-guerre soit marquée par des insuffisances chroniques d’approvisionnement en charbon, limitant la fourniture d’électricité et de gaz et compliquant l’activation des pompes à eau – indiquant de ce point de vue la centralité de l’utilisation du charbon dans le fonctionnement des différents types d’infrastructure. La destruction partielle du système d’épuration des eaux usées ainsi que des logements conduit en outre au déversement de quantités impressionnantes d’eaux non traitées dans les cours d’eau de la ville.

    La dernière tension se rapporte à la distance, au cours de tout le siècle écoulé, entre les prévisions de demande et les fluctuations imprévisibles de la consommation. Sur la base de projections démographiques ambitieuses, les dirigeants des entreprises d’infrastructures formulent la plupart du temps des prévisions de hausse de la demande afin de justifier l’extension des réseaux. Selon Moss, le mot d’ordre de cette stratégie, dominante pendant la période, est « construire et offrir ». On la retrouve à l’époque de Weimar, en RDA https://metropolitiques.eu/Une-exploration-urbaine-urbex-a-Plauen.html , ou encore dans la Berlin réunifiée. Pourtant, elle se heurte souvent à la réalité. Les plans quinquennaux socialistes prévoyaient que la consommation moyenne d’eau à Berlin-Est doublerait entre 1959 et 1980, mais cette hausse importante n’a pas eu lieu. Une même hypothèse optimiste de hausse de la demande caractérise les projections suivant la réunification berlinoise. Or, la quantité d’électricité et d’eau consommée dans la ville décline entre 1990 et 2011. 13 439 millions de kWh sont vendus à Berlin en 1990, contre 11 371 en 2011. 369 millions de mètres cubes sont distribués à Berlin en 1989, contre 217 en 2013. Cette baisse s’explique entre autres par la désindustrialisation massive de l’agglomération ainsi qu’une légère baisse démographique. Mais l’histoire de Berlin est également ponctuée de tentatives relativement infructueuses de réduction de la demande, notamment pendant la Seconde Guerre mondiale et en RDA.

    La suite  : https://metropolitiques.eu/La-vie-souterraine-de-Berlin-entre-infrastructure-et-politique.html

    #Berlin #histoire #ville #villes #municipalité #infrastructures #politique #gestion_municipale #électricité #gaz #chauffage_urbain #eau #traitement_des_eaux_usées #histoire

  • Update: Nine Palestinians Killed, 152 Injured In New Israeli Air Strikes In Gaza
    May 11, 2021
    The Israeli army carried out, Tuesday, a series of airstrikes targeting several areas in the Gaza Strip, causing excessive property damage, in addition to killing at least seven Palestinians, and injuring more than 152.

    Media sources said the strikes targeted many homes, residential buildings, structures, farmlands, and sites run by armed resistance groups, in several parts of the Gaza strip.


    Eyad Fathi Fayeq Sharir

    Update: The Israeli army assassinated, on Tuesday evening, Eyad Fathi Fayeq Sharir, 35 , in the Sheikh Radwan neighborhood, in Gaza city.

    The army claimed Abu Sharir is one of the military leaders of the al-Qassam Brigades, the armed wing of Hamas.

    He was killed along with his wife, who was not identified at the time of this report, when the army fired a missile into their home, also wounding 25 Palestinians in surrounding areas due to the blast.


    Mohammad Abdul-Rauf Hallas

    The Palestinian Health Ministry in Gaza said the army fired missiles into buildings adjacent to the Indonesian hospital, causing damage to the buildings and the hospital, and denounced the attack as another war crime violating International Law by targeting medical and civilian structures.

    The Israeli army also fired missiles into a residential tower, containing many floors, causing it to collapse and turning it into rubble.

    Media sources in Gaza said the Israeli missiles targeted Hanadi Tower in the al-Mina’ (Port) area, west of Gaza city, and added that the army first fired smaller missiles into the tower before the Palestinians rushed out just minutes before the further strike turned it into rubble.

    Abu Obeida, the spokesperson of the Al-Qassam Brigades of Hamas, said if Israel continued to target civilian homes in Gaza, “Tel Aviv will be next and will witness much more than what happened in Asqalan (Ashkelon).

    It is worth mentioning that, on Tuesday evening and before the latest escalation, the Health Ministry in Gaza said the army killed 28 Palestinians, including ten children and one woman, and injured at least 152.

    Update: A Palestinian identified as Mohammad Abdul-Rauf Hallas , died on Tuesday evening, from wounds he suffered when the soldiers bombarded the Sheja’eyya neighborhood, east of Gaza city.


    Kamal Taiseer Qreiqe’, 35

    Update: Amira Abdul-Fattah Sobeh, 57, killed by an Israeli shell targeting her apartment in the Shati’ refugee camp.

    Update: Abdul-Rahman Sobeh (special needs) the son of Amira, killed in the same bombing.

    Update: An Israeli missile killed Kamal Taiseer Qreiqe ’, 35, in the Rimal neighborhood in Gaza city.

    Update: Israeli sources said two Israelis were killed, and two were injured, one seriously, by Palestinian shells in Asqalan.

    Update: The Al-Jazeera News Agency has reported that the Israeli army fired missiles into a school for orphans in Deir al-Balah, in the central Gaza Strip.

    “““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““"
    Updated: Two Palestinians Killed, Ten Injured In New Israeli Air Strikes In Gaza – – IMEMC News
    https://imemc.org/article/one-palestinian-killed-ten-injured-in-new-israeli-air-strikes-in-gaza
    May 11, 2021

    The Israeli army carried out, on Tuesday afternoon, a series of airstrikes targeting several areas in the Gaza Strip, causing excessive property damage, in addition to killing at least two Palestinian, and injuring more than ten.

    Media sources said the strikes targeted many homes, residential buildings, structures, farmlands, and sites run by armed resistance groups, in several parts of the Gaza strip.

    Update: Israeli sources said two Israelis were killed, and two were injured, one seriously, by Palestinian shells in Asqalan.


    Sameh Fahim Hashem al-Mamlouk, 34

    Update: The Al-Jazeera News Agency has reported that the Israeli army fired missiles into a school for orphans in Deir al-Balah, in the central Gaza Strip.

    Update: The Israeli army fired missiles into a building in Gaza city, killing Sameh Fahim Hashem al-Mamlouk , 34.

    A Palestinian, identified as Mohammad Yahia Mohammad Abu al-Ata , 30, was killed in one of the Israeli strikes in Gaza city, medical sources said.

    The army also fired a missile at a Palestinian car, in Gaza, causing injuries, while the Israeli navy fired sporadic missiles at sites close to the Gaza shore.


    Mohammad Yahia Mohammad Abu al-Ata, 30

    Medical sources in Gaza also said two Palestinians were killed, and eight were injured, when the army fired missiles into an apartment in the Rimal neighborhood in Gaza. Most of the wounded are children.

    The Israeli army also fired a barrage of missiles targeting homes and residential buildings in the al-Shati’ refugee camp, in northern Gaza, causing excessive damage.

    As of Tuesday morning, the Palestinian Ministry of Health has confirmed that Israeli airstrikes have killed 27 Palestinians, including 9 children and one woman, and wounded at least a hundred in the Gaza Strip. Israel began its assault on Gaza Monday evening, following three weeks of Israeli settler and soldier attacks on Palestinians.

    It added that at least 122 Palestinians have been injured, including more than 15 who suffered serious wounds and said that among the injured are 41 children. (...)

    #GAZA #Palestine_assassinée

    • Serious Escalation in Gaza Strip: 26 Palestinians Killed, including 9 Children and Woman and her Child with Disability, and 75 Others Injured, including 22 Children and 7 Women
      Date: 11 May 2021 | Time: 12:15 GMT
      https://www.pchrgaza.org/en/serious-escalation-in-gaza-strip-26-palestinians-killed-including-9-childr

      Since yesterday evening, 10 May 2021, the Gaza Strip has witnessed a major military escalation that resulted in the killing of 26 Palestinians, including 9 children; one of them was killed with his father while another was with a disability and was killed along with his mother, and the injury of 75 others, including 22 children and 7 women, during wide ranging Israeli airstrikes against targets in the Gaza Strip. The Israeli Occupation Forces (IOF) declared that a wide-range military operation has begun in the Gaza Strip and has been given an official name: “Operation Guardian of the Walls” after rockets were fired, as claimed by the Palestinian armed groups in response to the Israeli violence in Jerusalem that escalated in the last 2 days when al-Aqsa Mosque was raided and hundreds of worshipers were injured. The Israeli threats warn of a growing number of casualties among civilians and further destruction in the civilian objects.

      At approximately 18:05 on Monday, 10 May 2021, a missile fell in the middle of Saleh Dardonah Street, which was overcrowded, behind al-‘Omari Mosque in Jabalia in the northern Gaza Strip. As a result, 7 were killed, including a child, and 34 others were injured, including 10 children and 2 women. Five of those injuries were serious; one of them was a child who succumbed to his wounds after few hours. Those killed were identified as Nabil No’man Mohammed Dardonah (23); ‘Issmat ‘Abdullah al-Zain (49); Rae’d ‘Abed Zaki Abu Wardah (28); Zakaria Ziad Mohammed ‘Aloush (18); Mousa Khamis Mousa Jneid (18); Bashir Mohammed Mohammed ‘Aloush (55); and Mustafa Mohammed Mahmoud ‘Obeid (17) . At approximately 23:00, the medical sources at the Indonesian Hospital announced the death of Baraa’ Wisam Ahmed al-Gharabli (14), succumbing to his wounds. PCHR’s staff is still investigating the circumstances of this incident.

      At approximately 18:10, an Israeli drone launched a missile at an agricultural land on al-Kashef Hill in ‘Ezbet ‘Abed Raboh area in Jabalia in the northern Gaza Strip. As a result, Saber Ibrahim Mahmoud Soliman (38) from Jabalia and his son Mohammed (15) were killed as they were in the abovementioned land. They were taken to the Indonesian Hospital in Jabalia, where it turned out that many pieces of shrapnel hit all over their bodies. (...)

  • Update: Israeli Missiles Kill 27 Palestinians in Gaza Including 9 Children
    May 11, 2021
    https://imemc.org/article/israeli-airstrikes-on-gaza-kill-21-palestinians-including-9-children


    As of Tuesday morning, the Palestinian Ministry of Health has confirmed that Israeli airstrikes have killed 26 Palestinians, including 9 children and one woman, and wounded at least a hundred in the Gaza Strip. Israel began its assault on Gaza Monday evening, following three weeks of Israeli settler and soldier attacks on Palestinians in Jerusalem. The Israeli attacks in Jerusalem began on the first day of Ramadan on April 12th, and have continued throughout the Muslim holy month, which is set to end Wednesday May 12th. Israel’s attacks focused on Palestinian Muslims attempting to pray at the holy al-Aqsa Mosque during the Muslim holy month of Ramadan.

    In Gaza, reports continue to trickle in from hospitals and from survivors of the Israeli airstrikes. In addition to the nine children, including a 9-year old girl, who were confirmed killed in the first wave of Israeli airstrikes, local sources have also confirmed that a woman and her disabled son were among those slain.

    In addition to those identified in the update below, five additional victims have been identified as having been killed by the two missiles that struck the home of Ibrahim Atallah al-Masri in Beit Hanoun, in northern Gaza Monday night.

    Ibrahim Yousef Atallah al-Masri, 10 years old
    Yazin Sultan Atallah al-Masri, a toddler
    Marwan Yousef Atallah al-Masri, 12
    Rahaf Mohammad Atallah al-Masri, 9 year old girl
    Ahmad Mohammad Atallah al-Masri, 20

    Before dawn Tuesday, the Israeli army fired missiles into an apartment in a residential tower, in the Rimal neighborhood, west of Gaza city, killing three Palestinians, and seriously wounding one, in addition to injuring at least seven other Palestinians in adjacent apartments. The Maan News Agency said the army targeted leaders of the al-Quds Brigades, the armed wing of the Islamic Jihad, in the residential tower. The slain Palestinians have been identified as:

    Samer al-Mamlouk
    Kamal Taiseer Qreiqe’, 35
    Mohammad Abu al-Ata

    Extrajudicial assassinations are considered violations of international law, but are common practice by the Israeli military.

    In Khan Younis, a Palestinian died of wounds sustained Monday evening during Israeli missile attacks in the al-Manara area of the city. He has been identified as:

    Salim Mahmoud al-Farra, 37

    “““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““"
    Israeli Airstrikes on Gaza Kill 21 Palestinians, Including 9 Children
    May 11, 2021 – – IMEMC News
    https://imemc.org/article/israeli-airstrikes-on-gaza-kill-21-palestinians-including-9-children

    Israeli warplanes bombarded the northern Gaza Strip, on Monday, killing at least 21 people including 9 children, the Ministry of Health in Gaza has confirmed.

    The names of those killed have not yet been released, but IMEMC will update this article with the information as soon as it is available.

    In northern Gaza, Israeli forces fired missiles from an unmanned Israeli drone, striking dozens of civilians in the city of Beit Hanoun, killing 21 and injuring 65 others.

    Several missiles were fired into the besieged coastal region, in response to rockets fired from the resistance factions in Gaza.

    According to Jerusalem (Quds) Press correspondent, Israeli jets fired missiles at a large gathering of Palestinian civilians on Al-Masryin Street, adding that several people were transferred to the hospital for their injuries.

    Earlier Monday, the “Joint Chamber of Palestinian Resistance Factions” demanded that the Israeli authorities disengage from the sacred Al-Aqsa Mosque and the Sheikh Jarrah neighborhood in occupied Jerusalem.

    Resistance factions set a deadline of 6pm, at which time they would retaliate for the violations against the Palestinians in occupied Jerusalem.

    At 6pm the Palestinian resistance reportedly fired several crude, homemade rockets into Israel from the besieged Gaza Strip, no casualties or damage were reported.

    #GAZA #Palestine_assassinée

    • « Ils étaient en train de jouer » : Gaza pleure les enfants tués dans les frappes aériennes israéliennes
      Par Maha Hussaini, Mohammed al-Hajjar
      Published date : Mardi 11 mai 2021 - 06:26 | Last update : 42 mins | Middle East Eye édition française
      https://www.middleeasteye.net/fr/actualites/israel-palestine-gaza-frappes-aeriennes-morts-enfants-jerusalem-aqsa-
      http://www.middleeasteye.net/sites/default/files/images-story/enfants+tues%20gaza%20bombardements%20isra%C3%A9liens%20mai%202021.jp

      Au moins 22 Palestiniens, dont 9 enfants et une femme, ont été tués dans une série de frappes aériennes israéliennes à travers la bande de Gaza lundi, selon le ministère palestinien de la Santé, tandis qu’au moins 106 personnes ont été blessées, certaines dans un état critique.

      Parmi les personnes tuées se trouvaient deux frères et sœurs de la famille al-Masri, Ibrahim, 11 ans, et Marwan, 7 ans, de Beit Hanoun, dans le nord de la bande de Gaza.

      Sept autres Palestiniens auraient été tués lors de la même attaque.

      « Les enfants étaient en train de jouer avec leurs cousins ​​devant la maison lorsqu’un homme à moto est passé et que l’occupation [Israël] l’a ciblé à deux reprises », a déclaré à Middle East Eye Youssef al-Masri, le père des enfants.

      « Mes enfants sont morts en martyrs. Je ne trouve aucune justification au fait de viser quelqu’un qui passe par des quartiers civils surpeuplés où des dizaines d’enfants ont l’habitude de jouer », ajoute-t-il.

      Des témoins oculaires ont rapporté que les frappes aériennes avaient frappé des quartiers très peuplés après que des groupes palestiniens armés à la frontière orientale de Gaza eurent ciblé un véhicule militaire israélien avec un missile Kornet et lancé un barrage de roquettes vers Israël.

      Les groupes armés palestiniens ont déclaré qu’ils avaient agi ainsi en représailles aux « crimes et violations » commis par Israël à Jérusalem, y compris les attaques anti-palestiniennes à la mosquée al-Aqsa et dans le quartier de Sheikh Jarrah.
      (...)

  • Army Bombards Beit Lahia, Deir Al-Balah, And Rafah, Closes Gaza Sea
    May 10, 2021 – – IMEMC News
    https://imemc.org/article/army-bombards-beit-lahia-deir-al-balah-and-rafah-closes-gaza-sea

    The Israeli army fired on Monday at dawn, several missiles, and shells into various areas in the northern, central, and southern parts of the besieged Gaza Strip.

    Media sources in Gaza said the soldiers, stationed in military camps across the perimeter fence, fire two artillery shells at a site in Beit Lahia, in northern Gaza, causing fire, and severe damage, but did not lead to casualties.

    The sources added an Israeli war jet fired two missiles into two sites, east of Deir al-Balah, in central Gaza, causing damage to the targeted structures and nearby homes.

    In addition, the army fired two artillery shells at another site, east of Rafah city, in the southern part of the Gaza Strip, causing damage to the site and surrounding buildings.

    Furthermore, Israel decided to impose a tight siege on Gaza waters, preventing the Palestinians from fishing until further notice, in addition to revoking entry permits of merchants from the coastal region.

    The Israeli army claimed rocket sirens sounded in the Asqalan (Ashkelon) area and added that it closed that fishing zoned in the Gaza Strip due to what it called the “renewed rocket fire and flammable balloons from Gaza.”

    The army added that the closure of the fishing zone in the Gaza Strip will remain in effect “until further notice.”

    The army also decided to close the Erez (Beit Hanoun) border terminal until further notice.

    Such measures, including the closing of border terminals and other violations against the civilian population, are acts of illegal collective punishment that violate International Law, even if the allegations of “rocket fire are true.” (...)

    #GAZA

  • Soldiers Attack Palestinians In Sheikh Jarrah, Abduct Five
    May 9, 2021 – – IMEMC News
    https://imemc.org/article/soldiers-attack-palestinians-in-sheikh-jarrah-abduct-five

    Israeli soldiers attacked on Sunday night, many Palestinians in the Sheikh Jarrah neighborhood, in occupied Jerusalem, causing injuries, and abducted five.

    Eyewitnesses said the soldiers, including mounted police officers, invaded the neighborhood and assaulted dozens of residents, including children and women, causing injuries.

    They added that the invasion was carried out when the situation was calm, and no protests were taking place.

    The Israeli army was also pushing and dragging the Palestinians from the neighborhood and forced them all away. Locals said the streets are now filled with soldiers and police officers.

    Israel has been trying to remove and evict at least 75 Palestinian families from their homes and neighborhood, to replace them with illegal colonialist settlers.

    It is worth mentioning that the soldiers abducted, Sunday, twenty-five Palestinians; 24 of them are former political prisoners, during ongoing invasions and violent searches of homes and buildings, in Jerusalem.

    In addition, the soldiers injured overnight until morning hours, Sunday, at least 205 Palestinians, including some who were injured in the eyes, during protests that erupted after dozens of soldiers and police officers invaded the Al-Aqsa Mosque; The soldiers also abducted and detained many Palestinians.

    Furthermore, a Palestinian father and his four children were injured, on Sunday at dawn, after the soldiers fired concussion grenades at them near Bab

    #Jerusalem #Sheikh_Jarrah

    • Israeli Soldiers Injure Three Palestinians in Gaza
      May 9, 2021
      https://imemc.org/article/israeli-soldiers-injure-three-palestinians-in-gaza-5

      Israeli soldiers shot and injured, on Saturday at night, at least three Palestinians during protests that took place on their lands near the perimeter fence, east of Gaza city, in the besieged coastal region.

      Media sources said dozens of Palestinians protested the escalating Israeli violations in occupied Jerusalem, especially in the Sheikh Jarrah neighborhood and the Al-Aqsa Mosque.

      They added that the soldiers, stationed across the perimeter fence, especially in the Malka military base, fired many live rounds, gas bombs, and rubber-coated steel bullets at the Palestinians, wounding at least three and causing many to suffer the effects of teargas inhalation.

      The protesters carried Palestinian flags and wore the kufiyahs, and chanted in solidarity with Sheikh Jarrah, and in condemnation of the Israeli attempts to displace the Palestinians to replace them with illegal colonialist settlers, in addition to the escalating violations against the Palestinians in occupied Jerusalem.

      They also chanted against the repeated invasions and violations in Al-Aqsa Mosque, the Palestinian neighborhoods, and towns in the city.

      #GAZA

    • Israeli Army Fires Missiles Into Central Gaza
      May 9, 2021
      https://imemc.org/article/israeli-army-fires-missiles-into-central-gaza

      Israeli soldiers fired on Sunday at dawn, several missiles into two sites in Deir al-Balah city, in central Gaza Strip.

      Media sources said an Israeli F16 fighter jet fired missiles into two sites, believed to be run by the al-Qassam Brigades, the armed wing of the Hamas movement, causing damage.

      They added that the missiles also caused damage to nearby homes but did not lead to casualties.

      The Israeli army claimed it fired the missiles after a homemade shell was fired into settlements across the fence and added that the shell landed in an undeveloped area causing no damage or injuries.

      #GAZA

  • RI
    #Energies et #Relations_Internationales
    Pétrole et paranoïa, par Pierre Rimbert (Le Monde diplomatique, avril 2015)
    http://www.monde-diplomatique.fr/2015/04/RIMBERT/52870

    Gaz de schiste, la grande escroquerie, par Nafeez Mosaddeq Ahmed (Le Monde diplomatique, mars 2013)
    http://www.monde-diplomatique.fr/2013/03/AHMED/48823

    Maudit pétrole bon marché, par Michael T. Klare (Le Monde diplomatique, avril 2016)
    https://www.monde-diplomatique.fr/2016/04/KLARE/55199

    Choc pétrolier : les finances des producteurs africains dans le rouge. Par Martin Mateso
    http://geopolis.francetvinfo.fr/choc-petrolier-les-finances-des-producteurs-africains-dans-le-
    #Cemac #Tchad #Angola #Portugal #Afrique

    Le Nigeria renonce à 90 représentations diplomatiques pour réduire ses dépenses
    http://geopolis.francetvinfo.fr/le-nigeria-renonce-a-90-representations-diplomatiques-pour-red

    Le Nigéria prévoit de se retirer de certaines organisations internationales pour limiter les dépenses - Agence Afrique
    http://www.agenceafrique.com/11517-nigeria-prevoit-de-se-retirer-de-certaines-organisations-intern

    « Le Nigéria vient à peine de sortir de la récession dans laquelle il était plongé depuis presque deux ans. Ce premier producteur de pétrole sur le continent africain a été frappé par la chute des cours de l’or noir »

    Batailles commerciales pour éclairer l’Afrique, par Aurélien Bernier (Le Monde diplomatique, février 2018)
    https://www.monde-diplomatique.fr/2018/02/BERNIER/58354

    Une dépendance aux matières premières jamais résolue, par Renaud Lambert (Le Monde diplomatique, janvier 2016)
    http://www.monde-diplomatique.fr/2016/01/LAMBERT/54474
    #Discours_orthodoxes #Orthodoxie #Amérique_latine #Amérique_du_Sud

    Pétrole et Moyen-Orient : le dessous des cartes … par Benjamin Louvet
    http://leseconoclastes.fr/2016/01/petrole-moyen-orient-le-dessous-des-cartes-a-travers-le-prisme-petro

    « en Syrie aussi, ce sont les ressources énergétiques qui sont au centre des raisons du conflit. Plus précisément, le gaz du champ géant de South Pars, plus grand champ de gaz au monde, situé au milieu du Golfe Persique, et dont les droits d’exploitation sont répartis entre le Qatar et l’Iran. Ces deux pays exploitent donc ce champ chacun de leur côté et cherchent un moyen d’exporter leur gaz sur le marché international.

    Et c’est là que la Syrie joue un rôle central. Car pour rejoindre le marché international du gaz, l’Iran et le Qatar ont tous deux un projet de pipeline qui passe, à un moment donné, par le territoire syrien, mais avec des ambitions stratégiques totalement différentes. Le pipeline qatari prévoit ainsi de se connecter au projet de gazoduc Nabucco, ouvrage pensé par les européens pour alimenter leur marché en énergie en s’affranchissant du gaz… russe.

    De son côté, la Russie envisage plutôt un projet de pipeline partant de Syrie pour se raccorder au gazoduc South Stream, projet de pipeline russe. »

    La guerre d’Irak était BIEN une guerre du pétrole (cette fois, c’est prouvé !) par Matthieu Auzanneau | Oil Man
    http://petrole.blog.lemonde.fr/2011/06/14/la-guerre-dirak-etait-bien-une-guerre-du-petrole-cette-fois-ces

    « Après avoir quitté le gouvernement, Lady Symons, aujourd’hui âgée de 59 ans, est devenue conseillère de la banque d’affaires MerchantBridge, qui a réalisé d’importants profits dans des contrats de reconstruction dans l’Irak d’après-guerre, précise The Independent. »

    #Mers :

    La guerre du pétrole se joue en mer, par Michael T. Klare (Le Monde diplomatique, février 2015)
    http://www.monde-diplomatique.fr/2015/02/KLARE/52621

    Course au gaz en Méditerranée, par Bachir El-Khoury (Le Monde diplomatique, octobre 2015)
    http://www.monde-diplomatique.fr/2015/10/EL_KHOURY/53934

    Litige frontalier en mer entre Israël et le Liban, par Cécile Marin (Le Monde diplomatique, octobre 2015)
    http://www.monde-diplomatique.fr/cartes/litigegazmediterranee


    #Orient #Relations_internationales_Orient_Arabie_Saoudite #OPEP #Pétrole #Hydrocarbures #Gaz #Israël #Liban #Méditerranée #Chypre #Mers #Organisations_Internationales

    #Documentaires Mer de Chine, la guerre des archipels | ARTE
    http://www.arte.tv/guide/fr/054777-000-A/mer-de-chine-la-guerre-des-archipels
    Mer de Chine, la guerre des archipels ARTE - YouTube
    https://www.youtube.com/watch?v=3sGNZDrPMbY

    Et pour quelques rochers de plus…, par Didier Cormorand (Le Monde diplomatique, juin 2016)
    http://www.monde-diplomatique.fr/2016/06/CORMORAND/55728

    Le Vietnam, son encombrant voisin et l’ami américain, par Martine Bulard (Le Monde diplomatique, février 2017)
    http://www.monde-diplomatique.fr/2017/02/BULARD/57045

    De la mer en partage au partage de la mer, par Nicolas Escach (Le Monde diplomatique, juillet 2016)
    http://www.monde-diplomatique.fr/2016/07/ESCACH/55919
    #Aménagement_du_territoire #Conflits_d'intérêts_fondations #Environnement

    20 ans de mutations des routes maritimes en 4 pages — Géoconfluences
    http://geoconfluences.ens-lyon.fr/actualites/veille/20-ans-mutations-routes-maritimes #Mers_Commerce #Commerce_International_Mers #Lectures

    Nord Stream 2 : Plus qu’un pipeline #Russie #UE
    https://www.tdg.ch/monde/europe/nord-stream-2-qu-pipeline/story/11494268

    –- <http://seenthis.net/messages/14753>

  • L’histoire du gazon, symptôme de nos contradictions face à la nature
    https://www.franceculture.fr/emissions/le-journal-de-lhistoire/lhistoire-du-gazon-symptome-de-nos-contradictions-face-a-la-nature

    Une pelouse verte parfaitement tondue serait le symbole du contrôle de la nature par la loi du marché. Peut-on encore domestiquer son environnement à sa guise, sans remords, alors que la conscience écologique grandit dans nos sociétés ?

  • Israeli Authorities Close Gaza Fishing Zone, Army Fires at Shepherds
    By Ali Salam – Apr 27, 2021 – IMEMC News
    https://imemc.org/article/israeli-authorities-close-gaza-fishing-zone-army-fires-at-shepherds

    The Israeli occupation authorities closed, on Monday, the entire fishing zone in the besieged Gaza Strip, under the pretext that Palestinian resistance factions allegedly fired rockets towards Israel Sunday night, the Palestinian Information Center reported.

    It added that the resistance factions stated that the rockets were fired in retaliation for the Israeli forces’ assaults against the peaceful Palestinian muslims celebrating the holy month of Ramadan at Al-Aqsa mosque in occupied East Jerusalem.

    Zakariya Baker, coordinator of the fishermen syndicate, stated that Israeli authorities informed them of the decision to close the entire fishing zone and ban Palestinian fisherman from sailing off the coast.

    Baker stated;

    This is an unjust and arbitrary decision that deprives 4,000 fishermen of their daily source of livelihood and increases their burdens in the midst of the coronavirus pandemic and the restrictions already imposed by the [Israeli] occupation navy.”

    In related news, Israeli forces opened fire at farmlands while farmers were present, to the east of Khuza’a town in the southern besieged Gaza Strip.

    The threat of injury compelled the shepherds and farmers to leave their farmland and their livelihood.

    No injuries were reported.

    #GAZA

  • Gantz : If quiet is not kept, #Gaza will suffer - The Jerusalem Post
    https://www.jpost.com/breaking-news/rocket-sirens-heard-near-gaza-envelope-666165

    Gantz said on Saturday that if the quiet will not be kept on the Gaza border, the Strip will be “severely hit – in its economy, security, and from the civilian perspective.”

    Et toujours les mêmes déclarations criminelles dans la parfaite indifférence des « civilisés ».

    #civils #victimes_civiles #terrorisme #crimes #sionisme #vitrine_de_la_jungle

  • À cause des humains, l’#Amazonie émet plus de #gaz_à_effet_de_serre qu’elle n’en absorbe
    https://www.numerama.com/sciences/696775-a-cause-des-activites-humaines-lamazonie-contribue-au-changement-cl

    Jusqu’à maintenant, les recherches se concentraient surtout sur les émissions de dioxyde de #carbone (#CO2) et, en la matière, l’Amazonie semblait toujours absorber davantage qu’elle n’en rejetait. Mais ce nouveau travail publié mi-mars étend la recherche à d’autres gaz que le carbone, et plus particulièrement le #méthane (CH₄), ainsi que du protoxyde d’azote (N₂O). Résultat, l’équilibre actuel apparait bien plus fragile que ne le montraient de précédentes études.

    « Nous concluons que le réchauffement actuel dû aux agents non-CCO2 (en particulier le CH₄ et le N₂O) dans le bassin de l’Amazone contrebalance largement — et dépasse très probablement — le service climatique fourni par l’absorption du CO2 atmosphérique », estiment les auteurs de l’étude. Ce déséquilibre signifie non seulement que l’Amazonie ne peut plus aider à contrebalancer les émissions de gaz à effet de serre émises par les êtres humains ; mais qu’elle s’inscrit alors dans un cycle nourrissant le changement climatique.

    Qui plus est, le réchauffement du #climat accentue la boucle : « Des projections récentes suggèrent qu’une augmentation de la température de 4°C dans les zones humides tropicales d’Amérique du Sud pourrait doubler les émissions régionales de [méthane], déjà importantes », écrivent les auteurs. À mesure que le climat se réchauffe, l’Amazonie libère des gaz à effet de serre, qui contribuent à au réchauffement.

    LES ACTIVITÉS HUMAINES AU CŒUR DU PROBLÈME

    Le constat n’est pas vraiment une surprise, mais il se trouve les raisons de ce déséquilibre sont à trouver dans les activités humaines et comment elles dérèglent l’écosystème du bassin de l’Amazonie.

    Les auteurs citent de nombreux exemples, comme l’#inondation consécutive à la construction de #barrages : cela diminue les niveaux d’oxygène aquatique et augmente la décomposition anoxique de la matière organique, libérant des quantités importantes de méthane dans l’atmosphère. « Cet effet est potentiellement 10 fois plus fort dans les systèmes tropicaux que pour les barrages en milieux tempérés », écrivent les scientifiques.

    À cet exemple il faut ajouter les incendies causés par la #déforestation effrénée et souvent illégale : les feux libèrent des gaz à effet de serre ; mais toute cette surface qui part en fumée représente aussi au long terme de la biomasse en moins pour absorber le dioxyde de carbone contenu dans l’atmosphère. En résumé, à cause de l’impact humain, l’Amazonie génère toujours plus de gaz à effet de serre, mais peut de moins en moins en absorber.

    Victime de l’Homme, la forêt amazonienne aggraverait désormais le réchauffement climatique | National Geographic
    https://www.nationalgeographic.fr/environnement/victime-de-lhomme-la-foret-amazonienne-aggraverait-desormais-le-r

    Frontiers | Carbon and Beyond : The Biogeochemistry of Climate in a Rapidly Changing Amazon | Forests and Global Change
    https://www.frontiersin.org/article/10.3389/ffgc.2021.618401/full