• Updated: Two Palestinians Killed, Ten Injured In New Israeli Air Strikes In Gaza – – IMEMC News
    https://imemc.org/article/one-palestinian-killed-ten-injured-in-new-israeli-air-strikes-in-gaza
    May 11, 2021

    The Israeli army carried out, on Tuesday afternoon, a series of airstrikes targeting several areas in the Gaza Strip, causing excessive property damage, in addition to killing at least two Palestinian, and injuring more than ten.

    Media sources said the strikes targeted many homes, residential buildings, structures, farmlands, and sites run by armed resistance groups, in several parts of the Gaza strip.

    Update: Israeli sources said two Israelis were killed, and two were injured, one seriously, by Palestinian shells in Asqalan.


    Sameh Fahim Hashem al-Mamlouk, 34
    Update: The Al-Jazeera News Agency has reported that the Israeli army fired missiles into a school for orphans in Deir al-Balah, in the central Gaza Strip.

    Update: The Israeli army fired missiles into a building in Gaza city, killing Sameh Fahim Hashem al-Mamlouk, 34.

    A Palestinian, identified as Mohammad Yahia Mohammad Abu al-Ata, 30, was killed in one of the Israeli strikes in Gaza city, medical sources said.

    The army also fired a missile at a Palestinian car, in Gaza, causing injuries, while the Israeli navy fired sporadic missiles at sites close to the Gaza shore.


    Mohammad Yahia Mohammad Abu al-Ata, 30

    Medical sources in Gaza also said two Palestinians were killed, and eight were injured, when the army fired missiles into an apartment in the Rimal neighborhood in Gaza. Most of the wounded are children.

    The Israeli army also fired a barrage of missiles targeting homes and residential buildings in the al-Shati’ refugee camp, in northern Gaza, causing excessive damage.

    As of Tuesday morning, the Palestinian Ministry of Health has confirmed that Israeli airstrikes have killed 27 Palestinians, including 9 children and one woman, and wounded at least a hundred in the Gaza Strip. Israel began its assault on Gaza Monday evening, following three weeks of Israeli settler and soldier attacks on Palestinians.

    It added that at least 122 Palestinians have been injured, including more than 15 who suffered serious wounds and said that among the injured are 41 children. (...)

    #GAZA #Palestine_assassinée

    • Serious Escalation in Gaza Strip: 26 Palestinians Killed, including 9 Children and Woman and her Child with Disability, and 75 Others Injured, including 22 Children and 7 Women
      Date: 11 May 2021 | Time: 12:15 GMT
      https://www.pchrgaza.org/en/serious-escalation-in-gaza-strip-26-palestinians-killed-including-9-childr

      Since yesterday evening, 10 May 2021, the Gaza Strip has witnessed a major military escalation that resulted in the killing of 26 Palestinians, including 9 children; one of them was killed with his father while another was with a disability and was killed along with his mother, and the injury of 75 others, including 22 children and 7 women, during wide ranging Israeli airstrikes against targets in the Gaza Strip. The Israeli Occupation Forces (IOF) declared that a wide-range military operation has begun in the Gaza Strip and has been given an official name: “Operation Guardian of the Walls” after rockets were fired, as claimed by the Palestinian armed groups in response to the Israeli violence in Jerusalem that escalated in the last 2 days when al-Aqsa Mosque was raided and hundreds of worshipers were injured. The Israeli threats warn of a growing number of casualties among civilians and further destruction in the civilian objects.

      At approximately 18:05 on Monday, 10 May 2021, a missile fell in the middle of Saleh Dardonah Street, which was overcrowded, behind al-‘Omari Mosque in Jabalia in the northern Gaza Strip. As a result, 7 were killed, including a child, and 34 others were injured, including 10 children and 2 women. Five of those injuries were serious; one of them was a child who succumbed to his wounds after few hours. Those killed were identified as Nabil No’man Mohammed Dardonah (23); ‘Issmat ‘Abdullah al-Zain (49); Rae’d ‘Abed Zaki Abu Wardah (28); Zakaria Ziad Mohammed ‘Aloush (18); Mousa Khamis Mousa Jneid (18); Bashir Mohammed Mohammed ‘Aloush (55); and Mustafa Mohammed Mahmoud ‘Obeid (17). At approximately 23:00, the medical sources at the Indonesian Hospital announced the death of Baraa’ Wisam Ahmed al-Gharabli (14), succumbing to his wounds. PCHR’s staff is still investigating the circumstances of this incident.

      At approximately 18:10, an Israeli drone launched a missile at an agricultural land on al-Kashef Hill in ‘Ezbet ‘Abed Raboh area in Jabalia in the northern Gaza Strip. As a result, Saber Ibrahim Mahmoud Soliman (38) from Jabalia and his son Mohammed (15) were killed as they were in the abovementioned land. They were taken to the Indonesian Hospital in Jabalia, where it turned out that many pieces of shrapnel hit all over their bodies. (...)

  • Update: Israeli Missiles Kill 27 Palestinians in Gaza Including 9 Children
    May 11, 2021
    https://imemc.org/article/israeli-airstrikes-on-gaza-kill-21-palestinians-including-9-children


    As of Tuesday morning, the Palestinian Ministry of Health has confirmed that Israeli airstrikes have killed 26 Palestinians, including 9 children and one woman, and wounded at least a hundred in the Gaza Strip. Israel began its assault on Gaza Monday evening, following three weeks of Israeli settler and soldier attacks on Palestinians in Jerusalem. The Israeli attacks in Jerusalem began on the first day of Ramadan on April 12th, and have continued throughout the Muslim holy month, which is set to end Wednesday May 12th. Israel’s attacks focused on Palestinian Muslims attempting to pray at the holy al-Aqsa Mosque during the Muslim holy month of Ramadan.

    In Gaza, reports continue to trickle in from hospitals and from survivors of the Israeli airstrikes. In addition to the nine children, including a 9-year old girl, who were confirmed killed in the first wave of Israeli airstrikes, local sources have also confirmed that a woman and her disabled son were among those slain.

    In addition to those identified in the update below, five additional victims have been identified as having been killed by the two missiles that struck the home of Ibrahim Atallah al-Masri in Beit Hanoun, in northern Gaza Monday night.

    Ibrahim Yousef Atallah al-Masri, 10 years old
    Yazin Sultan Atallah al-Masri, a toddler
    Marwan Yousef Atallah al-Masri, 12
    Rahaf Mohammad Atallah al-Masri, 9 year old girl
    Ahmad Mohammad Atallah al-Masri, 20

    Before dawn Tuesday, the Israeli army fired missiles into an apartment in a residential tower, in the Rimal neighborhood, west of Gaza city, killing three Palestinians, and seriously wounding one, in addition to injuring at least seven other Palestinians in adjacent apartments. The Maan News Agency said the army targeted leaders of the al-Quds Brigades, the armed wing of the Islamic Jihad, in the residential tower. The slain Palestinians have been identified as:

    Samer al-Mamlouk
    Kamal Taiseer Qreiqe’, 35
    Mohammad Abu al-Ata

    Extrajudicial assassinations are considered violations of international law, but are common practice by the Israeli military.

    In Khan Younis, a Palestinian died of wounds sustained Monday evening during Israeli missile attacks in the al-Manara area of the city. He has been identified as:

    Salim Mahmoud al-Farra, 37

    “““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““"
    Israeli Airstrikes on Gaza Kill 21 Palestinians, Including 9 Children
    May 11, 2021 – – IMEMC News
    https://imemc.org/article/israeli-airstrikes-on-gaza-kill-21-palestinians-including-9-children

    Israeli warplanes bombarded the northern Gaza Strip, on Monday, killing at least 21 people including 9 children, the Ministry of Health in Gaza has confirmed.

    The names of those killed have not yet been released, but IMEMC will update this article with the information as soon as it is available.

    In northern Gaza, Israeli forces fired missiles from an unmanned Israeli drone, striking dozens of civilians in the city of Beit Hanoun, killing 21 and injuring 65 others.

    Several missiles were fired into the besieged coastal region, in response to rockets fired from the resistance factions in Gaza.

    According to Jerusalem (Quds) Press correspondent, Israeli jets fired missiles at a large gathering of Palestinian civilians on Al-Masryin Street, adding that several people were transferred to the hospital for their injuries.

    Earlier Monday, the “Joint Chamber of Palestinian Resistance Factions” demanded that the Israeli authorities disengage from the sacred Al-Aqsa Mosque and the Sheikh Jarrah neighborhood in occupied Jerusalem.

    Resistance factions set a deadline of 6pm, at which time they would retaliate for the violations against the Palestinians in occupied Jerusalem.

    At 6pm the Palestinian resistance reportedly fired several crude, homemade rockets into Israel from the besieged Gaza Strip, no casualties or damage were reported.

    #GAZA #Palestine_assassinée

    • « Ils étaient en train de jouer » : Gaza pleure les enfants tués dans les frappes aériennes israéliennes
      Par Maha Hussaini, Mohammed al-Hajjar
      Published date : Mardi 11 mai 2021 - 06:26 | Last update : 42 mins | Middle East Eye édition française
      https://www.middleeasteye.net/fr/actualites/israel-palestine-gaza-frappes-aeriennes-morts-enfants-jerusalem-aqsa-
      http://www.middleeasteye.net/sites/default/files/images-story/enfants+tues%20gaza%20bombardements%20isra%C3%A9liens%20mai%202021.jp

      Au moins 22 Palestiniens, dont 9 enfants et une femme, ont été tués dans une série de frappes aériennes israéliennes à travers la bande de Gaza lundi, selon le ministère palestinien de la Santé, tandis qu’au moins 106 personnes ont été blessées, certaines dans un état critique.

      Parmi les personnes tuées se trouvaient deux frères et sœurs de la famille al-Masri, Ibrahim, 11 ans, et Marwan, 7 ans, de Beit Hanoun, dans le nord de la bande de Gaza.

      Sept autres Palestiniens auraient été tués lors de la même attaque.

      « Les enfants étaient en train de jouer avec leurs cousins ​​devant la maison lorsqu’un homme à moto est passé et que l’occupation [Israël] l’a ciblé à deux reprises », a déclaré à Middle East Eye Youssef al-Masri, le père des enfants.

      « Mes enfants sont morts en martyrs. Je ne trouve aucune justification au fait de viser quelqu’un qui passe par des quartiers civils surpeuplés où des dizaines d’enfants ont l’habitude de jouer », ajoute-t-il.

      Des témoins oculaires ont rapporté que les frappes aériennes avaient frappé des quartiers très peuplés après que des groupes palestiniens armés à la frontière orientale de Gaza eurent ciblé un véhicule militaire israélien avec un missile Kornet et lancé un barrage de roquettes vers Israël.

      Les groupes armés palestiniens ont déclaré qu’ils avaient agi ainsi en représailles aux « crimes et violations » commis par Israël à Jérusalem, y compris les attaques anti-palestiniennes à la mosquée al-Aqsa et dans le quartier de Sheikh Jarrah.
      (...)

  • Army Bombards Beit Lahia, Deir Al-Balah, And Rafah, Closes Gaza Sea
    May 10, 2021 – – IMEMC News
    https://imemc.org/article/army-bombards-beit-lahia-deir-al-balah-and-rafah-closes-gaza-sea

    The Israeli army fired on Monday at dawn, several missiles, and shells into various areas in the northern, central, and southern parts of the besieged Gaza Strip.

    Media sources in Gaza said the soldiers, stationed in military camps across the perimeter fence, fire two artillery shells at a site in Beit Lahia, in northern Gaza, causing fire, and severe damage, but did not lead to casualties.

    The sources added an Israeli war jet fired two missiles into two sites, east of Deir al-Balah, in central Gaza, causing damage to the targeted structures and nearby homes.

    In addition, the army fired two artillery shells at another site, east of Rafah city, in the southern part of the Gaza Strip, causing damage to the site and surrounding buildings.

    Furthermore, Israel decided to impose a tight siege on Gaza waters, preventing the Palestinians from fishing until further notice, in addition to revoking entry permits of merchants from the coastal region.

    The Israeli army claimed rocket sirens sounded in the Asqalan (Ashkelon) area and added that it closed that fishing zoned in the Gaza Strip due to what it called the “renewed rocket fire and flammable balloons from Gaza.”

    The army added that the closure of the fishing zone in the Gaza Strip will remain in effect “until further notice.”

    The army also decided to close the Erez (Beit Hanoun) border terminal until further notice.

    Such measures, including the closing of border terminals and other violations against the civilian population, are acts of illegal collective punishment that violate International Law, even if the allegations of “rocket fire are true.” (...)

    #GAZA

  • Soldiers Attack Palestinians In Sheikh Jarrah, Abduct Five
    May 9, 2021 – – IMEMC News
    https://imemc.org/article/soldiers-attack-palestinians-in-sheikh-jarrah-abduct-five

    Israeli soldiers attacked on Sunday night, many Palestinians in the Sheikh Jarrah neighborhood, in occupied Jerusalem, causing injuries, and abducted five.

    Eyewitnesses said the soldiers, including mounted police officers, invaded the neighborhood and assaulted dozens of residents, including children and women, causing injuries.

    They added that the invasion was carried out when the situation was calm, and no protests were taking place.

    The Israeli army was also pushing and dragging the Palestinians from the neighborhood and forced them all away. Locals said the streets are now filled with soldiers and police officers.

    Israel has been trying to remove and evict at least 75 Palestinian families from their homes and neighborhood, to replace them with illegal colonialist settlers.

    It is worth mentioning that the soldiers abducted, Sunday, twenty-five Palestinians; 24 of them are former political prisoners, during ongoing invasions and violent searches of homes and buildings, in Jerusalem.

    In addition, the soldiers injured overnight until morning hours, Sunday, at least 205 Palestinians, including some who were injured in the eyes, during protests that erupted after dozens of soldiers and police officers invaded the Al-Aqsa Mosque; The soldiers also abducted and detained many Palestinians.

    Furthermore, a Palestinian father and his four children were injured, on Sunday at dawn, after the soldiers fired concussion grenades at them near Bab

    #Jerusalem #Sheikh_Jarrah

    • Israeli Soldiers Injure Three Palestinians in Gaza
      May 9, 2021
      https://imemc.org/article/israeli-soldiers-injure-three-palestinians-in-gaza-5

      Israeli soldiers shot and injured, on Saturday at night, at least three Palestinians during protests that took place on their lands near the perimeter fence, east of Gaza city, in the besieged coastal region.

      Media sources said dozens of Palestinians protested the escalating Israeli violations in occupied Jerusalem, especially in the Sheikh Jarrah neighborhood and the Al-Aqsa Mosque.

      They added that the soldiers, stationed across the perimeter fence, especially in the Malka military base, fired many live rounds, gas bombs, and rubber-coated steel bullets at the Palestinians, wounding at least three and causing many to suffer the effects of teargas inhalation.

      The protesters carried Palestinian flags and wore the kufiyahs, and chanted in solidarity with Sheikh Jarrah, and in condemnation of the Israeli attempts to displace the Palestinians to replace them with illegal colonialist settlers, in addition to the escalating violations against the Palestinians in occupied Jerusalem.

      They also chanted against the repeated invasions and violations in Al-Aqsa Mosque, the Palestinian neighborhoods, and towns in the city.

      #GAZA

    • Israeli Army Fires Missiles Into Central Gaza
      May 9, 2021
      https://imemc.org/article/israeli-army-fires-missiles-into-central-gaza

      Israeli soldiers fired on Sunday at dawn, several missiles into two sites in Deir al-Balah city, in central Gaza Strip.

      Media sources said an Israeli F16 fighter jet fired missiles into two sites, believed to be run by the al-Qassam Brigades, the armed wing of the Hamas movement, causing damage.

      They added that the missiles also caused damage to nearby homes but did not lead to casualties.

      The Israeli army claimed it fired the missiles after a homemade shell was fired into settlements across the fence and added that the shell landed in an undeveloped area causing no damage or injuries.

      #GAZA

  • Israeli Authorities Close Gaza Fishing Zone, Army Fires at Shepherds
    By Ali Salam – Apr 27, 2021 – IMEMC News
    https://imemc.org/article/israeli-authorities-close-gaza-fishing-zone-army-fires-at-shepherds

    The Israeli occupation authorities closed, on Monday, the entire fishing zone in the besieged Gaza Strip, under the pretext that Palestinian resistance factions allegedly fired rockets towards Israel Sunday night, the Palestinian Information Center reported.

    It added that the resistance factions stated that the rockets were fired in retaliation for the Israeli forces’ assaults against the peaceful Palestinian muslims celebrating the holy month of Ramadan at Al-Aqsa mosque in occupied East Jerusalem.

    Zakariya Baker, coordinator of the fishermen syndicate, stated that Israeli authorities informed them of the decision to close the entire fishing zone and ban Palestinian fisherman from sailing off the coast.

    Baker stated;

    This is an unjust and arbitrary decision that deprives 4,000 fishermen of their daily source of livelihood and increases their burdens in the midst of the coronavirus pandemic and the restrictions already imposed by the [Israeli] occupation navy.”

    In related news, Israeli forces opened fire at farmlands while farmers were present, to the east of Khuza’a town in the southern besieged Gaza Strip.

    The threat of injury compelled the shepherds and farmers to leave their farmland and their livelihood.

    No injuries were reported.

    #GAZA

  • Gantz : If quiet is not kept, #Gaza will suffer - The Jerusalem Post
    https://www.jpost.com/breaking-news/rocket-sirens-heard-near-gaza-envelope-666165

    Gantz said on Saturday that if the quiet will not be kept on the Gaza border, the Strip will be “severely hit – in its economy, security, and from the civilian perspective.”

    Et toujours les mêmes déclarations criminelles dans la parfaite indifférence des « civilisés ».

    #civils #victimes_civiles #terrorisme #crimes #sionisme #vitrine_de_la_jungle

  • Virus : les Palestiniens reçoivent 100 000 doses du vaccin chinois

    Les Palestiniens ont reçu lundi 100 000 doses du vaccin chinois anti-coronavirus Sinopharm, données par Pékin et constituant le plus gros lot de vaccins reçus depuis le début de la pandémie.
    . . . . .
    L’Autorité palestinienne a lancé le 21 mars la vaccination des personnes de plus de 75 ans et de certains malades, quelques jours après la réception d’un premier lot de 60 000 vaccins anti-coronavirus du dispositif Covax destiné aux régions défavorisées.

    Plus de 20 000 des 60 000 doses Covax ont été transférées vers la bande de Gaza, enclave palestinienne . . . .
    . . . . .
    Quelque 60 000 autres doses du vaccin russe Spoutnik V avaient déjà été livrées à Gaza, en provenance des Emirats arabes unis,
    . . . . .
    Israël, pays qui a vacciné plus de la moitié de ses neuf millions d’habitants, s’est engagé à fournir aux Palestiniens 5 000 vaccins et a vacciné plus de 100 000 travailleurs ayant un permis de travail en Israël ou dans les implantations israéliennes en Cisjordanie.

    Depuis le début de la pandémie, environ 174 800 personnes contaminées ont officiellement été recensées en Cisjordanie, dont près de 2 000 décès. Quelque 63 750 cas ont été détectés dans la bande de Gaza, dont plus de 600 décès.
    Source : Time of Israel https://fr.timesofisrael.com/virus-les-palestiniens-recoivent-100-000-doses-du-vaccin-chinois
    #vaccins #vaccination #covid-19 #Palestine #coronavirus #santé #Gaza

    • COVID-19 : La deuxième vague s’abat sur Gaza avec un taux de positivité de 25 %

      Avec un nombre de cas en forte hausse, la bande de Gaza est entrée dans la seconde vague de coronavirus, ont déclaré les responsables de la santé de l’enclave côtière au Times of Israel dans la journée de lundi.

      Il y a eu 815 nouvelles infections à coronavirus en l’espace de 24 heures, a fait savoir le ministère de la Santé de Gaza, lundi. Le nombre de cas actifs a presque triplé en deux semaines, passant de 2 291 à 6 619.

      Le taux officiel de positivité des tests de dépistage a grimpé en flèche, atteignant 25 % en une seule journée, selon les officiels du groupe terroriste du Hamas. Ce taux élevé de résultats positifs indique que le virus se propage probablement largement sans être détecté.
      . . . . .
      Depuis le début de la pandémie, 63 742 Gazaouis ont été malades du coronavirus et 604 personnes ont succombé à une forme grave de la COVID-19.

      Le groupe terroriste et les observateurs internationaux ont averti que le système de soins de Gaza – éprouvé par des années de blocus israélo-égyptien et par trois guerres entre Israël et les dirigeants de l’enclave – n’était pas équipé de façon à pouvoir affronter une grave épidémie de coronavirus.

      « Gaza est sous blocus, le territoire est très densément peuplé… Nous manquons de réserves en oxygène pour soigner les patients et les médicaments dont nous disposons actuellement ne nous permettront de soigner les malades que pendant trois mois », estime un responsable de la Santé du Hamas, Munir al-Bursh, au cours d’un entretien téléphonique.

      Selon al-Bursh, il n’y a que deux machines PCR – qui servent à traiter les tests de dépistage – au sein de l’enclave côtière, ce qui limite fortement les capacités des officiels à effectuer des dépistages et à suivre la propagation de la maladie.

      Avec une population de deux millions de personnes, entre 2 000 et 3 0000 tests de dépistage sont effectués quotidiennement à Gaza. L’État juif, pour sa part, avec une population de 9,25 millions de personnes, avait été en mesure de réaliser plus de 120 000 tests de dépistage quotidiens au pic de sa lutte contre le virus.

      Le ministère de la Santé du Hamas a aussi annoncé lundi que le variant britannique, plus meurtrier et qui se propage plus vite que la souche virale originale, avait été détectée pour la toute première fois dans la bande de Gaza.


      Un soignant palestinien effectue un dépistage pour le coronavirus dans un centre de santé à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 5 janvier 2020. (Crédit ; Abed Rahim Khatib/Flash90)
      Source : https://fr.timesofisrael.com/covid-19-la-deuxieme-vague-sabat-sur-gaza-avec-un-taux-de-positivi

  • Israël-Palestine : l’enquête nécessaire de la Cour pénale internationale
    https://www.lemonde.fr/idees/article/2021/03/13/israel-palestine-l-enquete-necessaire-de-la-cour-penale-internationale_60729
    https://img.lemde.fr/2021/03/03/390/0/3829/1914/1440/720/60

    Fatou Bensouda, la procureure de la CPI, a confirmé, le 3 mars, l’ouverture d’une enquête pour les crimes commis, depuis juin 2014, dans les territoires palestiniens occupés. Le manque de soutien des grandes puissances, à commencer par les Etats-Unis, à cette décision est regrettable.

    Editorial du « Monde ». Cinquante-quatre ans après le début de l’occupation de la Cisjordanie et de la bande de Gaza, la politique de l’Etat d’Israël dans ces territoires est désormais sous la loupe de la Cour pénale internationale (CPI), juridiction créée en 2002 sous l’égide des Nations unies, qui siège à La Haye. L’ouverture d’une enquête sur ce dossier explosif a été confirmée, début mars, par la procureure de l’institution, Fatou Bensouda.

    La magistrate gambienne, qui a courageusement passé outre les pressions exercées sur elle par Donald Trump, a fait cette annonce peu après l’arrivée au pouvoir de Joe Biden. L’accueil réservé par le nouveau président démocrate à cette procédure s’annonce comme un marqueur de sa politique proche-orientale. D’autant que l’enquête s’ouvre au moment précis où la normalisation des relations entre Israël et ses voisins arabes, négociée sous Trump, tend à marginaliser la question du droit des Palestiniens à un Etat.
    Dans un rapport publié en 2019, Mme Bensouda envisageait de se pencher sur trois sujets : les crimes présumés commis lors de la guerre de l’été 2014, dans la bande de Gaza, tant par l’armée israélienne que par le Hamas ; la répression de la « marche du retour », dans la bande de Gaza en 2018, qui a fait 200 morts et des milliers de blessés ; et la colonisation juive en Cisjordanie, violation de la convention de Genève, qui interdit de modifier la démographie d’un territoire occupé. Ni les Etats-Unis ni Israël ne reconnaissent la CPI. Mais l’Autorité palestinienne y a adhéré en 2015, après avoir obtenu le statut d’observateur aux Nations unies.

    Un test de crédibilité pour Biden
    L’avocat britannique Karim Khan, qui doit succéder à Fatou Bensouda à la mi-juin, devra faire preuve de la même inflexibilité que sa devancière. Car Joe Biden ne semble pas pressé de respecter l’indépendance de la CPI. Le nouveau président hésite même à lever les sanctions infligées à Fatou Bensouda par Donald Trump, en contradiction avec son engagement à restaurer une diplomatie « des valeurs ». Le signal envoyé par Washington – mais aussi par Berlin, qui a déploré en des termes similaires la décision de la procureure – est d’autant plus regrettable qu’il survient au moment où l’idéal de justice universelle redresse timidement la tête.

    Un premier verdict contre un tortionnaire syrien a été prononcé, fin février, par le tribunal de Coblence, en Allemagne. D’autres procédures sont en cours dans d’autres pays, contre d’autres maillons de la machine répressive du régime Assad, selon le même principe de compétence universelle.

    Les crimes imputés au pouvoir syrien en dix années de guerre civile et ceux reprochés à Israël depuis 1967 ne sont pas de la même nature. Mais ces deux conflits prospèrent sur le même terreau : l’impunité. Le système judiciaire israélien dénie aux Palestiniens toute capacité à obtenir réparation. Les autres voies qu’ils ont explorées pour défendre leurs droits, qu’il s’agisse de la mobilisation populaire non violente, des négociations, du soulèvement armé, du terrorisme ou du recours à l’ONU, ont fini en impasses. Du fait de l’asymétrie entre les parties et de la répugnance des grandes puissances à peser sur Israël pour que cesse sa politique d’annexion et de fait accompli.

    La saisine de la CPI est donc l’ultime planche de salut pour les Palestiniens. C’est un test de crédibilité pour Joe Biden et pour toutes les capitales occidentales qui prétendent défendre la « solution à deux Etats ». Nul ne peut être au-dessus du droit international.

  • Covid-19 : Israël « achète la bonne volonté » de pays alliés avec ses surplus de vaccins
    https://www.lemonde.fr/international/article/2021/02/25/israel-achete-la-bonne-volonte-de-pays-allies-avec-ses-surplus-de-vaccins-an

    Mercredi, M. Nétanyahou a rappelé que plus de 5 millions d’Israéliens ont déjà été vaccinés et que l’ensemble de sa population adulte (6,2 millions) pourrait l’être d’ici quelques semaines. Le premier ministre estimait que son pays disposait de stocks « plus que suffisants » et pouvait se permettre de réduire ceux constitués auprès du laboratoire Moderna.Le ministre de la défense, Benny Gantz, a réagi en déplorant que M. Nétanyahou ne l’ait pas consulté au préalable et n’ait pas réuni le cabinet de sécurité. « Le fait que Nétanyahou vende, sans en répondre, les vaccins qui appartiennent aux citoyens d’Israël, lesquels les ont payés avec leurs impôts, montre qu’il pense diriger un royaume plutôt qu’un Etat », dénonçait-il. On ignore si le laboratoire Moderna a été consulté.
    L’Autorité palestinienne (AP) s’est, quant à elle, vu promettre 5 000 doses par Israël, qui en a déjà livré un ou deux milliers. Elle a également reçu de Moscou 10 000 doses du vaccin Spoutnik V et compte sur le système Covax de l’Organisation mondiale de la santé. Un rival du président Mahmoud Abbas, Mohammed Dahlan, a par ailleurs fait livrer cette semaine 20 000 doses des Emirats arabes unis, où il vit en exil, dans la bande de Gaza, par le biais de l’Egypte. Mais ces arrivages ne peuvent assurer l’injection des deux doses aux quelque 25 000 travailleurs de santé en Cisjordanie et dans la bande de Gaza. Israël estime que rien ne l’oblige légalement à combler cet écart, renvoyant l’AP à sa responsabilité en matière de santé, selon les accords d’Oslo. Mais cette situation pose un problème moral autant que d’image. A tout le moins, elle inquiète les autorités sanitaires israéliennes, nombre d’experts faisant valoir que le pays et les territoires occupés forment un écosystème sanitaire uni. Une immunité de masse pourrait ne pas être obtenue en Israël si la Cisjordanie demeure exclue – à l’exception notable des colonies.
    Israël prend la mesure de cette situation en prévoyant, selon la presse, de vacciner une partie des 120 000 travailleurs palestiniens qui franchissent le mur de séparation quotidiennement. Pendant la première vague de contaminations, en mars 2020, leur circulation avait été bloquée. Mais, durant la deuxième vague, à l’été, nombre d’Arabes israéliens avaient contourné le confinement en se rendant dans des centres commerciaux et des restaurants ouverts dans les territoires. Depuis un an, les allers-retours sont demeurés constants entre Jérusalem-Est et le reste de la Cisjordanie.

    #COvid-19#migrant#migration#israel#gaza#cisjordanie#sante#vaccination#ecosystemesanitaire#politique#frontiere#circulation#diplomatiesanitaire

  • Entre occupation, division et Covid, Gaza se bat contre un effondrement total
    Par Ali Abdel-Wahab - 14 janvier 2021 – Al-Shabaka – Traduction : Chronique de Palestine – Lotfallah
    https://www.chroniquepalestine.com/entre-occupation-division-et-covid-gaza-se-bat-contre-un-effondr

    Cette réalité soulève des questions sociopolitiques sur le rôle de ces facteurs dans la poursuite de l’effondrement social à Gaza, et sur l’évolution des valeurs de résilience et de fermeté chez les Palestiniens du même territoire.

    Malgré la volonté des habitants de Gaza de survivre et d’atteindre une certaine stabilité dans leur vie quotidienne, les conséquences de l’occupation, de la division politique et de la pandémie ont érodé parmi eux les bases de leur persévérance. En effet, les Palestiniens de Gaza ont souffert de la fragilité, de l’incertitude et des turbulences de la société qui les ont obligés à vivre dans des communautés imaginaires, lesquelles s’accrochent à un imaginaire pour survivre.

    Cette analyse décrit la réalité de Gaza à la lumière des trois principales variables. Elle explore les transformations en cours au sein de la société civile de Gaza pour contrer l’effondrement sur le point de se produire, notamment les initiatives sociales telles que la Grande Marche du Retour, le mouvement « Nous voulons vivre » et d’autres initiatives sur les réseaux sociaux. Elle se conclut par des réflexions sur l’avenir de Gaza basées sur des entretiens avec des militants et de jeunes Palestiniens qui vivent cette réalité depuis leur enfance. (...)

    #GAZA

  • Gaza : le parkour, synonyme de liberté
    Victor Buu - franceinfo - Mis à jour le 26/01/2021
    https://www.francetvinfo.fr/monde/palestine/gaza/gaza-le-parkour-synonyme-de-liberte_4272511.html

    À Gaza, Mohamed Aliwa est un amateur de parkour pas comme les autres. Avec une seule jambe et des béquilles, le jeune de 18 ans pratique cette discipline acrobatique consistant à franchir des obstacles urbains ou naturels. Mohamed a été amputé en 2018 suite à un tir israélien. Il essaie depuis de se reconstruire et n’a pas abandonné sa passion. « Mon rêve est d’avoir une prothèse adaptée au sport pour pouvoir pratiquer correctement la gymnastique et le parkour », explique-t-il. (...)

    https://twitter.com/AFP/status/1353640000827568128
    #GAZA

  • Sous perfusion humanitaire, Gaza s’alarme d’une flambée de Covid-19
    https://www.lemonde.fr/international/article/2020/12/28/sous-perfusion-humanitaire-gaza-s-alarme-d-une-flambee-du-covid-19_6064654_3

    Longtemps, la bande de Gaza a été épargnée. Le blocus israélien, qui l’isole du monde depuis 2006, avait retardé l’arrivée de l’épidémie de Covid-19, et les autorités avaient mis en place un système de quarantaine draconien pour tout voyageur de retour dans l’enclave palestinienne. Mais rien n’est parfaitement étanche. En août, les premiers cas ont été détectés parmi ses 2 millions d’habitants et si, pendant quelques mois, les autorités ont réussi à circonscrire l’épidémie, les compteurs s’affolent ces dernières semaines. Un tiers des tests de dépistage réalisés sont désormais positifs, et le nombre de décès liés au coronavirus a doublé en trois semaines, pour atteindre plus de 300 morts, dimanche 27 décembre.
    Après des années de blocus, « le système de santé à Gaza est sous pression, les ressources sont très limitées », s’inquiète Bassem Naïm, ancien ministre de la santé, à la tête du comité des relations internationales du Hamas, le mouvement islamiste qui dirige l’enclave. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), les unités consacrées au Covid-19 sont occupées à 80 %. « Nous ne pouvons pas ouvrir d’autres lits, car les hôpitaux doivent continuer à soigner les patients hors Covid-19 », poursuit M. Naïm.
    L’enclave navigue à vue, tentant de pourvoir aux besoins les plus pressants avec une aide internationale délivrée au compte-gouttes. « Nous manquons de tout : des tests, des équipements de protection (PPE)… Ce que nous avons reçu, via des donations, bien sûr, ne suffit que pour quelques jours. La plupart de notre personnel médical ne dispose pas de PPE qui les protège efficacement pour travailler », explique l’ex-ministre du Hamas. Début décembre, un confinement partiel a été mis en place : couvre-feu à partir de 18h30 et fermeture totale les week-ends (vendredi et samedi). Mais rien n’y fait, l’épidémie s’infiltre partout dans les camps surpeuplés et les appartements minuscules. « C’est compliqué de faire respecter toutes les mesures. Même quand les gens sont confinés, les familles sont nombreuses : en général, quarante à cinquante personnes qui s’entassent dans une même maison », décrit Ziad Medoukh, responsable du département de français à l’université Al-Aqsa.
    L’option d’un reconfinement « est toujours sur la table », assure Bassem Naïm. Mais Gaza n’est pas certaine de pouvoir se permettre une mise à l’arrêt totale. Des milliers de travailleurs journaliers ont déjà perdu leur gagne-pain à cause des diverses fermetures. Avant la crise sanitaire, quelque 80 % des habitants survivaient grâce à l’aide humanitaire ; certains pourraient désormais se retrouver le vendre vide. Sans espoir d’acquérir un vaccin rapidement, Gaza comme la Cisjordanie jonglent entre les restrictions tout en tentant de préserver leur très fragile économie. L’OMS espère pouvoir acheminer les premières injections dans les territoires palestiniens « début ou milieu 2021 » – dans les faits, probablement pas avant le mois de mars. « Nous ne savons pas exactement quand les vaccins seront disponibles pour être distribués, car de nombreux vaccins potentiels sont à l’étude et plusieurs essais cliniques sont en cours », a précisé Gerald Rockenschaub, directeur de l’OMS dans les territoires palestiniens occupés.

    #Covid-19#migrant#migration#gaza#israel#cisjordanie#confinement#fermeture#blocaus#camp#sante#confinement#travailleurjournalier#crisesanitaire

  • Israeli Jets Bomb Civilian Sites in Gaza, Two Palestinians Injured, Including a Child
    Dec 26, 2020 – – IMEMC News


    https://imemc.org/article/israeli-jets-bomb-civilian-sites-in-gaza-two-palestinians-injured-including-a

    The Israeli occupation unleashed, Friday night, a military offensive against the besieged Gaza Strip, injuring a Palestinian child and a young man with shrapnel, according to Palestinian WAFA News Agency.

    After alleged rocket fire from the coastal enclave, the Israeli military reacted with intensive air and artillery strikes, in the central and southern Strip, damaging a number of civilian targets, including homes, a mosque, and the Mohammad Durra Pediatrics Hospital, causing material damage.

    WAFA correspondent stated that five missiles were launches towards the Tuffah neighborhood in Gaza City, causing glass and shrapnel injuries. The casualties were brought to Shifa hospital in Gaza City, their injuries being described as ‘light’.

    Fires were reported at the sites of missile impact, and electricity was cut off due to damage to power lines.

    In a statement, the Israeli army said “the Iron Dome system intercepted two missiles fired from Gaza towards the coastal city of Ashkelon,” reported the Jerusalem (Quds) Press.

    #GAZA

  • Gaza sous blocus affronte seule la crise du Covid-19
    Majed Abusalama, 5 décembre 2020
    https://charleroi-pourlapalestine.be/index.php/2020/12/08/le-blocus-israelien-a-deja-paralyse-gaza-puis-est-venue-le

    La pandémie a lancé un défi formidable à ce qu’on appelle le « premier monde », mais la pauvreté omniprésente dans la bande de Gaza, avec ses 70 pour 100 de chômage, ainsi que la discrimination raciale et l’oppression institutionnalisée imposées par les occupants font qu’elle fait partie des sites les plus précaires et vulnérables du monde entier.

    En aucun autre endroit on n’est confronté aux mêmes rythmes d’oppression structurelle qu’à Gaza. Et c’est ainsi que le pire cauchemar pour la population de l’enclave a débuté en août avec un lock-down prolongé après que les premiers cas de maladie y ont été confirmés. Les résidents de la zone ont dû affronter non seulement la propagation du Covid-19, mais aussi une pandémie mortelle dans un contexte de siège, d’oppression et de bombardements aériens imposé par Israël.

    Après avoir enduré à maintes reprises des invasions et agressions militaires israéliennes au cours de ces quinze dernières années, les gens de Gaza subissent aujourd’hui un massacre d’un genre nouveau : plus lent, peut-être, sans pluie de bombes, mais qui inflige toujours des dégâts dévastateurs. Gaza – effectivement une prison à ciel ouvert – héberge plus de 2,13 millions de Palestiniens qui y sont confinés et se voient refuser la possibilité de voyager ailleurs en Palestine ou dans le monde.

    La bande de Gaza est déjà invivable, en réalité, sans eau potable disponible, avec de quatre à six heures d’électricité par jour et une crise de la sécurité alimentaire. Alors qu’en tant que puissance occupante Israël a des obligations légales envers Gaza, avec ou sans Covid-19, l’enclave, qui est sous contrôle total d’Israël, par air, par terre et par mer, doit lutter seule.

    La situation médicale à Gaza est l’un des aspects les plus déchirants du siège israélien. Selon un rapport de l’ONU publié en 2018, Gaza avait déjà atteint un « point de rupture » à la suite du refus par Israël que des équipements médicaux essentiels parviennent aux Palestiniens dans le territoire. Les experts de l’ONU ont réclamé une réponse internationale à large échelle au besoin accablant de soins de santé que connaissent les résidents de Gaza. (...)

    #GAZA

  • Covid à Gaza : la situation pourrait devenir hors de contrôle
    Publié le : 24/11/2020
    Avec notre correspondant à Jérusalem, Guilhem Delteil
    https://www.rfi.fr/fr/moyen-orient/20201124-covid-%C3%A0-gaza-la-situation-pourrait-devenir-hors-de-contr%C3%B4le

    Le ministère de la Santé de la bande de Gaza ne cache plus son inquiétude : le nombre de cas de coronavirus augmente rapidement dans cette enclave palestinienne et le système hospitalier pourrait être rapidement débordé. Pour le moment, certaines procédures médicales non-essentielles ont été reportées. Mais la dégradation de la situation sanitaire se poursuit à un rythme rapide.

    « La situation empire de jour en jour », affirme à RFI un habitant de la bande de Gaza joint par téléphone. Alors que l’enclave palestinienne avait été épargnée par la pandémie jusqu’au mois d’août, elle est désormais touchée de plein fouet. Ces derniers jours, plus de 600 cas ont été recensés quotidiennement sur une population de deux millions d’habitants. Et le taux de tests positifs est très élevé : il est de près de 25%.

    Dans les hôpitaux, la situation est de plus en plus difficile. Le territoire compte aujourd’hui 109 patients en état critique mais jusqu’à récemment, il n’y avait que 100 lits en soins intensifs. Les cliniques de jour ont été fermées pour deux semaines et les opérations chirurgicales non-essentielles reportées. Désormais, la bande de Gaza compte 150 lits en soins intensifs. Mais la rapide propagation des cas pourrait rendre cet effort insuffisant en quelques jours.

    Malgré la situation sanitaire, les autorités du Hamas n’ont pas imposé de restrictions de déplacement. Dans un territoire déjà très pauvre, où près de 50% de la population active est au chômage, elles cherchent à éviter tout nouveau coup porté à l’activité économique. Mais ces derniers jours, deux roquettes ont été tirées vers Israël. Des tirs interprétés comme un message d’alerte : le Hamas veut faire pression pour obtenir de l’aide.

    #GAZA

  • Israel Launches Fifteen Airstrikes Throughout Gaza
    Nov 22, 2020 – – IMEMC News
    https://imemc.org/article/israel-launches-fifteen-airstrikes-throughout-gaza

    The Israeli occupation, on Saturday night, launched at least fifteen airstrikes throughout the besieged Gaza Strip, causing damage to targets as well as the surrounding homes, the Palestinian WAFA News Agency reported.

    The Israeli jets attacked sites belonging to the al-Qassam Brigades, the military wing of Hamas, in response to one rocket, allegedly fired, Saturday, by Palestinian resistance factions towards the Israeli city of Ashkelon, north of the border with Gaza.

    WAFA correspondent confirmed that Israeli warplanes fired three missiles, destroying the targets west of Gaza city in the central Gaza Strip. No human casualties were reported, however there was damage to adjacent properties.

    He added that military aircraft launched two missiles and destroyed a site in Tal Al-Hawa neighborhood, west of Gaza City, battering nearby property, and inciting terror among the Palestinian civilians.

    Israeli jets fired five additional missiles towards open farmland, to the east of Gaza City, causing harm to adjacent properties, but no human casualties.

    Furthermore, five Israeli airstrikes were launched at two sites to the west of Khan Younis in the central Gaza Strip, and Rafah in the south, destroying the sites and damaging nearby property.

    #GAZA

  • Israeli Army Fires Missiles Into Gaza
    Oct 23, 2020 – – IMEMC News
    https://imemc.org/article/israeli-army-fired-missiles-into-gaza

    Israeli soldiers fired, on Friday at dawn, several missiles into a few areas in the besieged Gaza Strip causing damage.

    Media sources said the army fired three missiles into a site, run by an armed resistance group, and agricultural land, east of Khan Younis, in the southern part of the Gaza Strip.

    They added that the soldiers also fired at least two missiles into another site, east of Rafah, in southern Gaza.

    The army also fired missiles into a site in the Nusseirat refugee camp, in central Gaza.

    The attacks led to property damage without causing any casualties. The Israeli army said it was retaliating to two homemade shells, which were reportedly fired from Gaza, and landed in open areas.

    #Gaza

  • « Made in France - Au service de la guerre », de Sophie Nivelle-Cardinale et Alice Odiot (Arte, 2020, 1 heure), en replay jusqu’au 21 octobre
    https://www.arte.tv/fr/videos/090021-000-A/made-in-france-au-service-de-la-guerre

    Un fabricant de matériel de guerre français est visé par une plainte pour complicité de crime de guerre après la mort de trois enfants palestiniens. Le récit d’un combat judiciaire sans précédent, depuis la bande de Gaza jusqu’au tribunal de Paris.

    Le 17 juillet 2014, pendant l’opération « Bordure protectrice » *, un drone israélien cible une maison dans un quartier populaire de Gaza. Wassim, Afnan et Jihad, trois enfants qui jouaient sur le toit, meurent, les corps criblés par les éclats d’un missile. Un enquêteur palestinien, Yamin al-Madhoun, chargé par l’ONG Al Mezan de récolter les preuves des crimes de guerre commis lors de l’offensive découvre un petit bout de métal parmi les débris. Il y est inscrit « Paris, France » et le nom d’une entreprise française. Pour la première fois, un lien juridique pourrait être établi entre un crime de guerre et un industriel français. Cette pièce à conviction permet le démarrage d’une procédure opposant les parents des enfants disparus à un fabricant de matériel de guerre. Fait inédit dans l’histoire de la jurisprudence française : un juge devra se prononcer sur la complicité d’une société privée à la participation d’un crime de guerre commis par une armée étrangère. La plainte est instruite depuis février 2018 par le pôle « Crimes contre l’humanité – crimes et délits de guerre » du tribunal judiciaire de Paris. L’affaire, en pleine instruction en 2020, était jusqu’ici restée confidentielle.

    « David contre Goliath »
    Les journalistes et documentaristes Sophie Nivelle-Cardinale (Prix Albert-Londres en 2016, pour le documentaire Disparus, la guerre invisible de Syrie) et Alice Odiot (lauréate du même prix en 2012 pour Zambie, à qui profite le cuivre ?) relatent l’affaire, des toits de Gaza jusqu’au cabinet parisien d’avocats qui juge le combat à venir comme celui de « David contre Goliath ». L’on suit le lent cheminement de la justice, en passant par le siège des Nations Unies ou par Tel Aviv, où les réalisatrices ont pu capter la parole de hauts dirigeants de l’armée israélienne. Outre les images glaçantes tournées par l’enquêteur au lendemain du bombardement, le documentaire s’attache aussi longuement aux survivants de la famille Shuheibar, leurs visages sonnés devant les enquêteurs et les avocats, ou leurs regards inquiets tournés vers le ciel. En dix ans, l’ONG Al Mezan a déposé 244 plaintes en Israël concernant plus de 500 civils tués ou blessés par les soldats israéliens dans la bande de Gaza. Aucune n’a abouti. Pour eux, le procès en France représente la seule réponse juridique aux crimes de guerre commis par Israël.

    ============================

    Crimes de guerre à Gaza : une société française visée par une enquête
    Luc Mathieu, Libération, le 22 septembre 2020
    https://www.liberation.fr/planete/2020/09/22/made-in-france-a-gaza-une-societe-poursuivie-pour-complicite-de-crimes-de

    Le père d’Afnan a gardé les débris du missile israélien qui a tué sa fille, âgée de 9 ans, le 17 juillet 2014 à Gaza. Il les a rangés dans des sacs en plastique. Dans l’un d’eux, une petite pièce qui ressemble à un fusible, sur laquelle on peut lire une inscription débutant par « Euro » et en dessous « France ».

    Ce débris est le point de départ de l’enquête des journalistes Sophie Nivelle-Cardinale et Alice Odiot. Il est aussi celui d’une procédure judiciaire en France, menée par le pôle crimes contre l’humanité et crimes et délits de guerre du tribunal de grande instance de Paris. Elle vise à déterminer la responsabilité de la société française Exxelia, qui a racheté Eurofarad, fabricant de composants utilisés dans l’industrie de l’armement. Celui retrouvé sur le toit est un capteur, qui sert à commander les ailettes d’un missile. Il n’est pas courant qu’une entreprise française soit poursuivie pour complicité de crimes de guerre. Trois enfants tués

    A Gaza, Yamin al-Mehdoun, enquêteur pour l’ONG Al Mezan, a retrouvé des missiles israéliens non explosés où est intégrée la même pièce. Il suit l’affaire depuis le début. Il était sur le toit de l’immeuble de la famille d’Afnan le 18 juillet 2014. La veille, vers 19 heures, un missile tiré par un drone israélien avait frappé la bâtisse. Trois enfants qui jouaient sont tués : Afnan, Wassim, 8 ans, et Jihad, 10 ans. L’armée israélienne avait lancé dix jours plus tôt l’opération « Bordure protectrice ». Elle s’achèvera fin août par un cessez-le-feu.

    La famille a porté plainte. Elle n’a eu aucun retour des autorités israéliennes. A Paris, leur avocat travaille à distance.. Gaza n’est pas un Etat, mais une enclave palestinienne où les entrées et les sorties sont contrôlées par Israël. Il n’a pas pu s’y rendre. Le juge d’instruction non plus. Lorsqu’il interroge les parents d’Afnan, c’est par vidéoconférence.

    Au cœur du film, qui passe de Gaza à Paris en passant par Genève, où siège la commission des droits de l’homme de l’ONU, la question revient : ceux qui fabriquent et vendent des armes sont-ils responsables des crimes commis par ceux qui les utilisent ? Le film n’y répond pas. C’est à la justice de le faire. L’instruction n’est pas achevée et pourrait durer encore des années. A Gaza, la mère d’Afnan se rappelle que sa fille est morte avec sa poupée préférée dans les bras. Le jouet, souillé de sang, est resté longtemps sur le toit de la maison.

    #Palestine #Gaza #France #Embargo #BDS #armement #Exxelia #Arte #Film #Documentaire

  • A Palestinian student wants a visa to Europe? Let him do research in Gaza
    Amira Hass | Sep. 22, 2020 | 12:50 AM | Haaretz.com
    https://www.haaretz.com/opinion/.premium-he-wants-a-visa-to-europe-let-him-do-research-in-gaza-1.9174600

    The Be’er Sheva District Court, sitting as an administrative court, dared to rule that S.O., a Palestinian doctoral student in engineering, must be allowed to leave the Gaza Strip for Tel Aviv in order to receive a visa for the European state in which he is meant to begin his research on October 1. But Israel is determined to block the 28-year-old Gazan man from realizing his dream. To this end, it enlisted its endless supply of time, resources, clerks, officers and jurists. So important was it for Israel to shoot down S.O.’s scholarship and his research that it hastened to appeal the Be’er Sheva court’s ruling to the Supreme Court.

    The Supreme Court justices did not disappoint. They didn’t miss the opportunity to prove their conservatism. On Wednesday, Justices Neal Hendel, Anat Baron and Yosef Elron ruled that a one-time scholarship for doctoral studies does not meet the criteria for “exceptional humanitarian cases.” This is the rigid framework that the office of the Coordinator of Government Activities in the Territories follows to implement Israel’s policy to deny Palestinians their freedom of movement and to cut off Gazans from the rest of the world.

    As is customary in the bureaucratic warfare at which Israel excels, killing time was the weapon immediately drawn against S.O. His consulate interview was scheduled for August 24. By the end of July he applied to the Gaza District Coordination and Liaison Office for a one-day exit permit to Tel Aviv. For two weeks the DCO, which answers to the Defense Ministry and the IDF, was silent.

    Gisha, an Israeli human rights organization that seeks to protect Palestinians’ freedom of movement, petitioned the Be’er Sheva court, asking it to instruct the DCO to reply. The state answered that the case was not urgent. Judge Gad Gidion disagreed. He scheduled a hearing for August 13, the day after the petition was filed, and ordered the state to respond to the exit permit request. On August 18, the DCO sent its standard refusal: S.O. did not apply through proper channels (that is, the Palestinian Authority). He does not fit any category of exceptional cases that are permitted to leave. And besides, there’s a pandemic.

    Gisha’s lawyers immediately petitioned to have S.O.’s case heard. A hearing was set for August 24. The consulate meeting was postponed to September 2. Judge Ariel Vago, like Gidion, was not intimidated by the state’s formalistic arguments (coronavirus, categories and proper channels). He proposed broadening the “humanitarian” definition beyond medical issues, and asked the state to weigh S.O.’s specific request. Only on the afternoon of September 2, after the time for the consular interview had passed, did the DCO reply: We considered the request. S.O. isn’t getting an exit permit.

    On September 5, Gisha filed another petition. S.O. had managed to get a third date for his consular interview: September 16. On September 9, the Be’er Sheva court held its third hearing. The case had returned to Gidion, who like Vago believed the opportunity posed by this special, one-time scholarship was indeed a humanitarian case. He ruled that S.O. must be allowed to go to Tel Aviv, subject to a Shin Bet security service check, as quickly as possible so that he did not miss his interview again.

    But when the state wants to, it can move quickly: Not two days passed before it appealed to the Supreme Court. This time the state won. The justices ruled that the court’s role in the first instance is not to set criteria instead of the authorities, but to review and monitor how the criteria are applied. They also hinted that giving S.O. a permit would set a precedent for other Gazans who win scholarships for foreign study, God forbid.

    Thus the Supreme Court justices joined the coordinator of government activities and practically announced: We love our Gazans when they are wretched, sick and dying (and even then, not always). Those are the only ones to whom we’ll throw crumbs of freedom of movement. We don’t like them when they are talented students, ambitious researchers and able Ph.Ds.

    #GAZA

  • L’agence chargée des réfugiés palestiniens « au bord de la cessation de paiement »
    https://www.lemonde.fr/international/article/2020/09/19/l-agence-chargee-des-refugies-palestiniens-au-bord-de-la-cessation-de-paieme

    Où en est la progression de l’épidémie de Covid-19 dans les camps de réfugiés palestiniens ? En juillet, nous avions moins de 200 cas recensés, sur nos cinq théâtres d’opération (Liban, Jordanie, Syrie, Cisjordanie et bande de Gaza). Le taux de contamination était inférieur à celui des pays hôtes. Depuis, l’épidémie a progressé de façon drastique dans ces pays et cela s’est traduit aussi dans les camps, principalement dans ceux de Cisjordanie. On recensait 6 876 cas le mardi 15 septembre, et 685 morts. Comme partout, le plus à craindre c’est l’épidémie de pauvreté. Le Covid-19 a un impact socio-économique terrible sur la population des camps, déjà très vulnérable. Songez que dans les camps libanais, le taux de chômage dépasse les 80 %. Les attentes de nos bénéficiaires n’ont jamais été aussi élevées. Le problème c’est que nos donateurs, eux, s’apprêtent à entrer en récession.
    Dans quelle situation budgétaire se trouve l’agence ? Il nous manque 200 millions de dollars pour finir l’année, notamment payer les salaires de nos 30 000 employés de septembre à décembre. Ce montant est séparé de l’appel à contribution, à hauteur de 95 millions de dollars, que j’ai récemment lancé pour couvrir les besoins supplémentaires créés par l’épidémie de Covid-19. On entre dans une zone dangereuse. Nous naviguons à vue. Nous sommes au bord de la cessation de paiement. Si nous ne parvenons pas à régler les salaires des prochains mois, c’est notre réponse au Covid-19 qui sera mise en cause. Dans une région aussi instable et volatile que le Moyen-Orient, l’UNRWA est une source de prévisibilité. Investir dans l’UNRWA, c’est investir dans le développement humain, donc dans la stabilité.

    #Covid-19#migrant#migration#camp#refugie#palestine#vulnerabilite#sante#pauvrete#liban#jordanie#syrie#cisjordanie#gaza#unrwa

  • Israel returns to virus lockdown as cases mount
    https://apnews.com/ff70d10700ebe2ed7becc3b2a9e08bc7

    Under the new lockdown, nearly all businesses open to the public will be closed. People must remain within 1 kilometer (0.6 miles) of home, but there are several exceptions, including shopping for food or medicine, going to work in a business that’s closed to the public, attending protests and even seeking essential pet care.Israel has reported a total of more than 175,000 cases since the outbreak began, including at least 1,169 deaths. It is now reporting around 5,000 new cases a day, one of the highest per capita infection rates in the world.Israel was among the first countries to impose sweeping lockdowns this spring, sealing its borders, forcing most businesses to close and largely confining people to their homes. That succeeded in bringing the number of new cases down to only a few dozen per day in May.But then the economy abruptly reopened, and a new government was sworn in that was paralyzed by infighting. In recent months authorities have announced various restrictions only to see them ignored or reversed even as new cases soared to record levels.
    The occupied West Bank has followed a similar trajectory, with a spring lockdown largely containing its outbreak followed by a rise of cases that forced the Palestinian Authority to impose a 10-day lockdown in July. The PA has reported more than 30,000 cases in the West Bank and around 240 deaths.The Gaza Strip, which has been under an Israeli-Egyptian blockade since the Islamic militant group Hamas seized power from rival Palestinian forces in 2007, was initially insulated from the pandemic. But authorities detected community spread last month, and there are now more than 1,700 active cases in the impoverished territory of 2 million, straining its already fragile health system. At least 16 people have died.

    #Covid-19#migrant#migration#israel#gaza#sante#religion#systemesante#frontière#reconfinement

  • Elever des enfants à Gaza était déjà difficile. Et puis est arrivé un confinement dans le confinement.
    Par Hazem Balousha, 12 septembre 2020 | Washington Post | Trad : CG pour l’Agence Média Palestine.

    https://agencemediapalestine.fr/blog/2020/09/17/elever-des-enfants-a-gaza-etait-deja-difficile-et-puis-est-arri

    GAZA — Il était tard dans la nuit à Gaza. Adam et Karam, mes deux fils, étaient endormis. Mais le son des bombardements était très fort, les avions israéliens ciblant des sites militaires du Hamas. Ma peur, comme toujours, était que le bruit les éveille et leur fasse peur. Mais quand j’ai vérifié, ils dormaient.

    Il n’y aurait eu nulle part où aller s’ils s’étaient vraiment réveillés. Pour la première fois depuis que la pandémie de coronavirus a commencé, les deux millions de Gazaouis sont en quarantaine à la maison pour ralentir une épidémie croissante. Nos mouvements sont toujours restreints à l’intérieur des 360 km2 de Gaza, bornés par la Méditerranée d’un côté et clôturés par l’armée israélienne de l’autre. Mais maintenant, alors que les avions tirent à l’extérieur pour la vingtième nuit consécutive, nous ne pouvons même pas quitter nos maisons.

    Nous sommes coincés en confinement dans le confinement.

    #GAZA

  • Coronavirus: Gaza’s latest nightmare needs a global response | Middle East Eye

    Good news rarely comes out of Gaza. But for the first six months of the coronavirus pandemic, this tiny Palestinian territory was by one crucial measurement a global success story.

    As the virus spread rampantly around the rest of the world, Gaza’s grotesque isolation counted, for once, in its favour. It was virus-free. While there were cases, they all came from outside.

    The virus was controlled by a rigorous quarantine process, with individuals isolated for three weeks and tight travel restrictions. Furthermore, lockdown was - to put it mildly - nothing new in Gaza.
    It seemed close to miraculous. Then, on 24 August, came the moment Gaza had been dreading. A mother who had travelled to Jerusalem from Gaza so her child could receive cardiac treatment fell ill. Contact tracing immediately went into action, and four members of her family in Gaza also tested positive. The virus was in the community.

    Less than two weeks later, the number of cases is growing exponentially. As of Thursday, there have been 581 cases. Within the last 24 hours, 98 new cases have been confirmed.

    Since there are few testing kits, there is every reason to believe that this is a serious underestimate. Five Palestinians in Gaza have died so far. There are valid fears that this number could soar.

    https://www.middleeasteye.net/opinion/coronavirus-gaza-we-are-nowhere-near-peak

    #covid-19#Palestiniens#Gaza#pandémie#confinement#migrant#migration

  • Coronavirus : la crainte du pire dans la bande de Gaza
    Publié le : 02/09/2020, Avec notre correspondant à Jérusalem, Guilhem Delteil
    https://www.rfi.fr/fr/moyen-orient/20200902-coronavirus-la-crainte-pire-la-bande-gaza

    Quatre-vingt-trois nouveaux cas de coronavirus ont été recensés à Gaza ce mercredi. L’enclave palestinienne compte désormais plus de 400 malades, la très grande majorité ayant été contaminée désormais hors des centres de quarantaine. Les autorités locales, les institutions internationales et les organisations non-gouvernementales sont toutes inquiètes face à l’évolution de la situation dans ce territoire sous blocus et au système de santé fragile.

    #GAZA