• Covid à Gaza : la situation pourrait devenir hors de contrôle
    Publié le : 24/11/2020
    Avec notre correspondant à Jérusalem, Guilhem Delteil
    https://www.rfi.fr/fr/moyen-orient/20201124-covid-%C3%A0-gaza-la-situation-pourrait-devenir-hors-de-contr%C3%B4le

    Le ministère de la Santé de la bande de Gaza ne cache plus son inquiétude : le nombre de cas de coronavirus augmente rapidement dans cette enclave palestinienne et le système hospitalier pourrait être rapidement débordé. Pour le moment, certaines procédures médicales non-essentielles ont été reportées. Mais la dégradation de la situation sanitaire se poursuit à un rythme rapide.

    « La situation empire de jour en jour », affirme à RFI un habitant de la bande de Gaza joint par téléphone. Alors que l’enclave palestinienne avait été épargnée par la pandémie jusqu’au mois d’août, elle est désormais touchée de plein fouet. Ces derniers jours, plus de 600 cas ont été recensés quotidiennement sur une population de deux millions d’habitants. Et le taux de tests positifs est très élevé : il est de près de 25%.

    Dans les hôpitaux, la situation est de plus en plus difficile. Le territoire compte aujourd’hui 109 patients en état critique mais jusqu’à récemment, il n’y avait que 100 lits en soins intensifs. Les cliniques de jour ont été fermées pour deux semaines et les opérations chirurgicales non-essentielles reportées. Désormais, la bande de Gaza compte 150 lits en soins intensifs. Mais la rapide propagation des cas pourrait rendre cet effort insuffisant en quelques jours.

    Malgré la situation sanitaire, les autorités du Hamas n’ont pas imposé de restrictions de déplacement. Dans un territoire déjà très pauvre, où près de 50% de la population active est au chômage, elles cherchent à éviter tout nouveau coup porté à l’activité économique. Mais ces derniers jours, deux roquettes ont été tirées vers Israël. Des tirs interprétés comme un message d’alerte : le Hamas veut faire pression pour obtenir de l’aide.

    #GAZA

  • Israel Launches Fifteen Airstrikes Throughout Gaza
    Nov 22, 2020 – – IMEMC News
    https://imemc.org/article/israel-launches-fifteen-airstrikes-throughout-gaza

    The Israeli occupation, on Saturday night, launched at least fifteen airstrikes throughout the besieged Gaza Strip, causing damage to targets as well as the surrounding homes, the Palestinian WAFA News Agency reported.

    The Israeli jets attacked sites belonging to the al-Qassam Brigades, the military wing of Hamas, in response to one rocket, allegedly fired, Saturday, by Palestinian resistance factions towards the Israeli city of Ashkelon, north of the border with Gaza.

    WAFA correspondent confirmed that Israeli warplanes fired three missiles, destroying the targets west of Gaza city in the central Gaza Strip. No human casualties were reported, however there was damage to adjacent properties.

    He added that military aircraft launched two missiles and destroyed a site in Tal Al-Hawa neighborhood, west of Gaza City, battering nearby property, and inciting terror among the Palestinian civilians.

    Israeli jets fired five additional missiles towards open farmland, to the east of Gaza City, causing harm to adjacent properties, but no human casualties.

    Furthermore, five Israeli airstrikes were launched at two sites to the west of Khan Younis in the central Gaza Strip, and Rafah in the south, destroying the sites and damaging nearby property.

    #GAZA

  • Israeli Army Fires Missiles Into Gaza
    Oct 23, 2020 – – IMEMC News
    https://imemc.org/article/israeli-army-fired-missiles-into-gaza

    Israeli soldiers fired, on Friday at dawn, several missiles into a few areas in the besieged Gaza Strip causing damage.

    Media sources said the army fired three missiles into a site, run by an armed resistance group, and agricultural land, east of Khan Younis, in the southern part of the Gaza Strip.

    They added that the soldiers also fired at least two missiles into another site, east of Rafah, in southern Gaza.

    The army also fired missiles into a site in the Nusseirat refugee camp, in central Gaza.

    The attacks led to property damage without causing any casualties. The Israeli army said it was retaliating to two homemade shells, which were reportedly fired from Gaza, and landed in open areas.

    #Gaza

  • « Made in France - Au service de la guerre », de Sophie Nivelle-Cardinale et Alice Odiot (Arte, 2020, 1 heure), en replay jusqu’au 21 octobre
    https://www.arte.tv/fr/videos/090021-000-A/made-in-france-au-service-de-la-guerre

    Un fabricant de matériel de guerre français est visé par une plainte pour complicité de crime de guerre après la mort de trois enfants palestiniens. Le récit d’un combat judiciaire sans précédent, depuis la bande de Gaza jusqu’au tribunal de Paris.

    Le 17 juillet 2014, pendant l’opération « Bordure protectrice » *, un drone israélien cible une maison dans un quartier populaire de Gaza. Wassim, Afnan et Jihad, trois enfants qui jouaient sur le toit, meurent, les corps criblés par les éclats d’un missile. Un enquêteur palestinien, Yamin al-Madhoun, chargé par l’ONG Al Mezan de récolter les preuves des crimes de guerre commis lors de l’offensive découvre un petit bout de métal parmi les débris. Il y est inscrit « Paris, France » et le nom d’une entreprise française. Pour la première fois, un lien juridique pourrait être établi entre un crime de guerre et un industriel français. Cette pièce à conviction permet le démarrage d’une procédure opposant les parents des enfants disparus à un fabricant de matériel de guerre. Fait inédit dans l’histoire de la jurisprudence française : un juge devra se prononcer sur la complicité d’une société privée à la participation d’un crime de guerre commis par une armée étrangère. La plainte est instruite depuis février 2018 par le pôle « Crimes contre l’humanité – crimes et délits de guerre » du tribunal judiciaire de Paris. L’affaire, en pleine instruction en 2020, était jusqu’ici restée confidentielle.

    « David contre Goliath »
    Les journalistes et documentaristes Sophie Nivelle-Cardinale (Prix Albert-Londres en 2016, pour le documentaire Disparus, la guerre invisible de Syrie) et Alice Odiot (lauréate du même prix en 2012 pour Zambie, à qui profite le cuivre ?) relatent l’affaire, des toits de Gaza jusqu’au cabinet parisien d’avocats qui juge le combat à venir comme celui de « David contre Goliath ». L’on suit le lent cheminement de la justice, en passant par le siège des Nations Unies ou par Tel Aviv, où les réalisatrices ont pu capter la parole de hauts dirigeants de l’armée israélienne. Outre les images glaçantes tournées par l’enquêteur au lendemain du bombardement, le documentaire s’attache aussi longuement aux survivants de la famille Shuheibar, leurs visages sonnés devant les enquêteurs et les avocats, ou leurs regards inquiets tournés vers le ciel. En dix ans, l’ONG Al Mezan a déposé 244 plaintes en Israël concernant plus de 500 civils tués ou blessés par les soldats israéliens dans la bande de Gaza. Aucune n’a abouti. Pour eux, le procès en France représente la seule réponse juridique aux crimes de guerre commis par Israël.

    ============================

    Crimes de guerre à Gaza : une société française visée par une enquête
    Luc Mathieu, Libération, le 22 septembre 2020
    https://www.liberation.fr/planete/2020/09/22/made-in-france-a-gaza-une-societe-poursuivie-pour-complicite-de-crimes-de

    Le père d’Afnan a gardé les débris du missile israélien qui a tué sa fille, âgée de 9 ans, le 17 juillet 2014 à Gaza. Il les a rangés dans des sacs en plastique. Dans l’un d’eux, une petite pièce qui ressemble à un fusible, sur laquelle on peut lire une inscription débutant par « Euro » et en dessous « France ».

    Ce débris est le point de départ de l’enquête des journalistes Sophie Nivelle-Cardinale et Alice Odiot. Il est aussi celui d’une procédure judiciaire en France, menée par le pôle crimes contre l’humanité et crimes et délits de guerre du tribunal de grande instance de Paris. Elle vise à déterminer la responsabilité de la société française Exxelia, qui a racheté Eurofarad, fabricant de composants utilisés dans l’industrie de l’armement. Celui retrouvé sur le toit est un capteur, qui sert à commander les ailettes d’un missile. Il n’est pas courant qu’une entreprise française soit poursuivie pour complicité de crimes de guerre. Trois enfants tués

    A Gaza, Yamin al-Mehdoun, enquêteur pour l’ONG Al Mezan, a retrouvé des missiles israéliens non explosés où est intégrée la même pièce. Il suit l’affaire depuis le début. Il était sur le toit de l’immeuble de la famille d’Afnan le 18 juillet 2014. La veille, vers 19 heures, un missile tiré par un drone israélien avait frappé la bâtisse. Trois enfants qui jouaient sont tués : Afnan, Wassim, 8 ans, et Jihad, 10 ans. L’armée israélienne avait lancé dix jours plus tôt l’opération « Bordure protectrice ». Elle s’achèvera fin août par un cessez-le-feu.

    La famille a porté plainte. Elle n’a eu aucun retour des autorités israéliennes. A Paris, leur avocat travaille à distance.. Gaza n’est pas un Etat, mais une enclave palestinienne où les entrées et les sorties sont contrôlées par Israël. Il n’a pas pu s’y rendre. Le juge d’instruction non plus. Lorsqu’il interroge les parents d’Afnan, c’est par vidéoconférence.

    Au cœur du film, qui passe de Gaza à Paris en passant par Genève, où siège la commission des droits de l’homme de l’ONU, la question revient : ceux qui fabriquent et vendent des armes sont-ils responsables des crimes commis par ceux qui les utilisent ? Le film n’y répond pas. C’est à la justice de le faire. L’instruction n’est pas achevée et pourrait durer encore des années. A Gaza, la mère d’Afnan se rappelle que sa fille est morte avec sa poupée préférée dans les bras. Le jouet, souillé de sang, est resté longtemps sur le toit de la maison.

    #Palestine #Gaza #France #Embargo #BDS #armement #Exxelia #Arte #Film #Documentaire

  • A Palestinian student wants a visa to Europe? Let him do research in Gaza
    Amira Hass | Sep. 22, 2020 | 12:50 AM | Haaretz.com
    https://www.haaretz.com/opinion/.premium-he-wants-a-visa-to-europe-let-him-do-research-in-gaza-1.9174600

    The Be’er Sheva District Court, sitting as an administrative court, dared to rule that S.O., a Palestinian doctoral student in engineering, must be allowed to leave the Gaza Strip for Tel Aviv in order to receive a visa for the European state in which he is meant to begin his research on October 1. But Israel is determined to block the 28-year-old Gazan man from realizing his dream. To this end, it enlisted its endless supply of time, resources, clerks, officers and jurists. So important was it for Israel to shoot down S.O.’s scholarship and his research that it hastened to appeal the Be’er Sheva court’s ruling to the Supreme Court.

    The Supreme Court justices did not disappoint. They didn’t miss the opportunity to prove their conservatism. On Wednesday, Justices Neal Hendel, Anat Baron and Yosef Elron ruled that a one-time scholarship for doctoral studies does not meet the criteria for “exceptional humanitarian cases.” This is the rigid framework that the office of the Coordinator of Government Activities in the Territories follows to implement Israel’s policy to deny Palestinians their freedom of movement and to cut off Gazans from the rest of the world.

    As is customary in the bureaucratic warfare at which Israel excels, killing time was the weapon immediately drawn against S.O. His consulate interview was scheduled for August 24. By the end of July he applied to the Gaza District Coordination and Liaison Office for a one-day exit permit to Tel Aviv. For two weeks the DCO, which answers to the Defense Ministry and the IDF, was silent.

    Gisha, an Israeli human rights organization that seeks to protect Palestinians’ freedom of movement, petitioned the Be’er Sheva court, asking it to instruct the DCO to reply. The state answered that the case was not urgent. Judge Gad Gidion disagreed. He scheduled a hearing for August 13, the day after the petition was filed, and ordered the state to respond to the exit permit request. On August 18, the DCO sent its standard refusal: S.O. did not apply through proper channels (that is, the Palestinian Authority). He does not fit any category of exceptional cases that are permitted to leave. And besides, there’s a pandemic.

    Gisha’s lawyers immediately petitioned to have S.O.’s case heard. A hearing was set for August 24. The consulate meeting was postponed to September 2. Judge Ariel Vago, like Gidion, was not intimidated by the state’s formalistic arguments (coronavirus, categories and proper channels). He proposed broadening the “humanitarian” definition beyond medical issues, and asked the state to weigh S.O.’s specific request. Only on the afternoon of September 2, after the time for the consular interview had passed, did the DCO reply: We considered the request. S.O. isn’t getting an exit permit.

    On September 5, Gisha filed another petition. S.O. had managed to get a third date for his consular interview: September 16. On September 9, the Be’er Sheva court held its third hearing. The case had returned to Gidion, who like Vago believed the opportunity posed by this special, one-time scholarship was indeed a humanitarian case. He ruled that S.O. must be allowed to go to Tel Aviv, subject to a Shin Bet security service check, as quickly as possible so that he did not miss his interview again.

    But when the state wants to, it can move quickly: Not two days passed before it appealed to the Supreme Court. This time the state won. The justices ruled that the court’s role in the first instance is not to set criteria instead of the authorities, but to review and monitor how the criteria are applied. They also hinted that giving S.O. a permit would set a precedent for other Gazans who win scholarships for foreign study, God forbid.

    Thus the Supreme Court justices joined the coordinator of government activities and practically announced: We love our Gazans when they are wretched, sick and dying (and even then, not always). Those are the only ones to whom we’ll throw crumbs of freedom of movement. We don’t like them when they are talented students, ambitious researchers and able Ph.Ds.

    #GAZA

  • L’agence chargée des réfugiés palestiniens « au bord de la cessation de paiement »
    https://www.lemonde.fr/international/article/2020/09/19/l-agence-chargee-des-refugies-palestiniens-au-bord-de-la-cessation-de-paieme

    Où en est la progression de l’épidémie de Covid-19 dans les camps de réfugiés palestiniens ? En juillet, nous avions moins de 200 cas recensés, sur nos cinq théâtres d’opération (Liban, Jordanie, Syrie, Cisjordanie et bande de Gaza). Le taux de contamination était inférieur à celui des pays hôtes. Depuis, l’épidémie a progressé de façon drastique dans ces pays et cela s’est traduit aussi dans les camps, principalement dans ceux de Cisjordanie. On recensait 6 876 cas le mardi 15 septembre, et 685 morts. Comme partout, le plus à craindre c’est l’épidémie de pauvreté. Le Covid-19 a un impact socio-économique terrible sur la population des camps, déjà très vulnérable. Songez que dans les camps libanais, le taux de chômage dépasse les 80 %. Les attentes de nos bénéficiaires n’ont jamais été aussi élevées. Le problème c’est que nos donateurs, eux, s’apprêtent à entrer en récession.
    Dans quelle situation budgétaire se trouve l’agence ? Il nous manque 200 millions de dollars pour finir l’année, notamment payer les salaires de nos 30 000 employés de septembre à décembre. Ce montant est séparé de l’appel à contribution, à hauteur de 95 millions de dollars, que j’ai récemment lancé pour couvrir les besoins supplémentaires créés par l’épidémie de Covid-19. On entre dans une zone dangereuse. Nous naviguons à vue. Nous sommes au bord de la cessation de paiement. Si nous ne parvenons pas à régler les salaires des prochains mois, c’est notre réponse au Covid-19 qui sera mise en cause. Dans une région aussi instable et volatile que le Moyen-Orient, l’UNRWA est une source de prévisibilité. Investir dans l’UNRWA, c’est investir dans le développement humain, donc dans la stabilité.

    #Covid-19#migrant#migration#camp#refugie#palestine#vulnerabilite#sante#pauvrete#liban#jordanie#syrie#cisjordanie#gaza#unrwa

  • Israel returns to virus lockdown as cases mount
    https://apnews.com/ff70d10700ebe2ed7becc3b2a9e08bc7

    Under the new lockdown, nearly all businesses open to the public will be closed. People must remain within 1 kilometer (0.6 miles) of home, but there are several exceptions, including shopping for food or medicine, going to work in a business that’s closed to the public, attending protests and even seeking essential pet care.Israel has reported a total of more than 175,000 cases since the outbreak began, including at least 1,169 deaths. It is now reporting around 5,000 new cases a day, one of the highest per capita infection rates in the world.Israel was among the first countries to impose sweeping lockdowns this spring, sealing its borders, forcing most businesses to close and largely confining people to their homes. That succeeded in bringing the number of new cases down to only a few dozen per day in May.But then the economy abruptly reopened, and a new government was sworn in that was paralyzed by infighting. In recent months authorities have announced various restrictions only to see them ignored or reversed even as new cases soared to record levels.
    The occupied West Bank has followed a similar trajectory, with a spring lockdown largely containing its outbreak followed by a rise of cases that forced the Palestinian Authority to impose a 10-day lockdown in July. The PA has reported more than 30,000 cases in the West Bank and around 240 deaths.The Gaza Strip, which has been under an Israeli-Egyptian blockade since the Islamic militant group Hamas seized power from rival Palestinian forces in 2007, was initially insulated from the pandemic. But authorities detected community spread last month, and there are now more than 1,700 active cases in the impoverished territory of 2 million, straining its already fragile health system. At least 16 people have died.

    #Covid-19#migrant#migration#israel#gaza#sante#religion#systemesante#frontière#reconfinement

  • Elever des enfants à Gaza était déjà difficile. Et puis est arrivé un confinement dans le confinement.
    Par Hazem Balousha, 12 septembre 2020 | Washington Post | Trad : CG pour l’Agence Média Palestine.

    https://agencemediapalestine.fr/blog/2020/09/17/elever-des-enfants-a-gaza-etait-deja-difficile-et-puis-est-arri

    GAZA — Il était tard dans la nuit à Gaza. Adam et Karam, mes deux fils, étaient endormis. Mais le son des bombardements était très fort, les avions israéliens ciblant des sites militaires du Hamas. Ma peur, comme toujours, était que le bruit les éveille et leur fasse peur. Mais quand j’ai vérifié, ils dormaient.

    Il n’y aurait eu nulle part où aller s’ils s’étaient vraiment réveillés. Pour la première fois depuis que la pandémie de coronavirus a commencé, les deux millions de Gazaouis sont en quarantaine à la maison pour ralentir une épidémie croissante. Nos mouvements sont toujours restreints à l’intérieur des 360 km2 de Gaza, bornés par la Méditerranée d’un côté et clôturés par l’armée israélienne de l’autre. Mais maintenant, alors que les avions tirent à l’extérieur pour la vingtième nuit consécutive, nous ne pouvons même pas quitter nos maisons.

    Nous sommes coincés en confinement dans le confinement.

    #GAZA

  • Coronavirus: Gaza’s latest nightmare needs a global response | Middle East Eye

    Good news rarely comes out of Gaza. But for the first six months of the coronavirus pandemic, this tiny Palestinian territory was by one crucial measurement a global success story.

    As the virus spread rampantly around the rest of the world, Gaza’s grotesque isolation counted, for once, in its favour. It was virus-free. While there were cases, they all came from outside.

    The virus was controlled by a rigorous quarantine process, with individuals isolated for three weeks and tight travel restrictions. Furthermore, lockdown was - to put it mildly - nothing new in Gaza.
    It seemed close to miraculous. Then, on 24 August, came the moment Gaza had been dreading. A mother who had travelled to Jerusalem from Gaza so her child could receive cardiac treatment fell ill. Contact tracing immediately went into action, and four members of her family in Gaza also tested positive. The virus was in the community.

    Less than two weeks later, the number of cases is growing exponentially. As of Thursday, there have been 581 cases. Within the last 24 hours, 98 new cases have been confirmed.

    Since there are few testing kits, there is every reason to believe that this is a serious underestimate. Five Palestinians in Gaza have died so far. There are valid fears that this number could soar.

    https://www.middleeasteye.net/opinion/coronavirus-gaza-we-are-nowhere-near-peak

    #covid-19#Palestiniens#Gaza#pandémie#confinement#migrant#migration

  • Coronavirus : la crainte du pire dans la bande de Gaza
    Publié le : 02/09/2020, Avec notre correspondant à Jérusalem, Guilhem Delteil
    https://www.rfi.fr/fr/moyen-orient/20200902-coronavirus-la-crainte-pire-la-bande-gaza

    Quatre-vingt-trois nouveaux cas de coronavirus ont été recensés à Gaza ce mercredi. L’enclave palestinienne compte désormais plus de 400 malades, la très grande majorité ayant été contaminée désormais hors des centres de quarantaine. Les autorités locales, les institutions internationales et les organisations non-gouvernementales sont toutes inquiètes face à l’évolution de la situation dans ce territoire sous blocus et au système de santé fragile.

    #GAZA

  • Tandis qu’Israël continue à bombarder Gaza pour la 15e nuit consécutive, pendant que sa seule centrale électrique est forcée de fermer en raison de la décision d’Israël d’interdire l’entrée du fuel dans la Bande, et alors que le Coronavirus se propage hors des centres de quarantaine... Haidar Eid reprend Abdel Halim Hafez... Peut-être que la musique nous sauvera collectivement ?

    Ode à la résistance : une vidéo venue de Palestine
    Haidar Eid, Palestine Chronicle, le 29 août 2020
    https://agencemediapalestine.fr/blog/2020/08/31/ode-a-la-resistance-un-videoclip-venu-de-palestine-chant-de-hai

    #Musique #Musique_et_politique #Haidar_Eid #Abdel_Halim_Hafez
    #Gaza #Palestine #bombardements #destructions #assassinats
    https://seenthis.net/messages/873306

  • Gaza : frappes israéliennes sur le Hamas en riposte à des tirs de ballons incendiaires
    30/08/2020 - De notre correspondante à Ramallah, Alice Froussard
    https://www.rfi.fr/fr/moyen-orient/20200830-gaza-frappes-isra%C3%A9liennes-le-hamas-en-riposte-%C3%A0-tirs-ballons-

    (...) « Des tanks israéliens ont frappés des postes militaires du Hamas », précise le communiqué de Tsahal, l’armée israélienne. Pour le moment, aucune victime n’a été recensée dans l’enclave côtière… Mais ce regain de tension entre Israël et Gaza n’est que la suite d’une longue série.

    Depuis le début du mois d’août, le Hamas multiplie les tirs de roquettes vers les kibboutz frontaliers, et les tirs de ballons incendiaires - qui ont provoqué près de 400 départs de feu dans les localités du sud d’Israël.

    Des frappes presque chaque nuit

    En représailles, presque chaque nuit, l’armée israélienne mène des frappes aériennes à Gaza et a durcit le blocus. Ainsi, la zone de pêche est désormais complètement fermée et un embargo sur le fioul a été mis en place, ce qui a provoqué la semaine dernière l’arrêt de l’unique centrale électrique de Gaza. (...)

    #GAZA

  • VIDÉO : « Je veux répandre la paix » : rencontre avec un rappeur gazaoui de 11 ans
    Rakan Abed El Rahman, Huthifa Fayyad, Mardi 25 août 2020 | Middle East Eye édition française
    https://www.middleeasteye.net/fr/videos/palestine-israel-gaza-rappeur-preado

    Voici Abdul-Rahman al-Shanti, rappeur de 11 ans originaire de Gaza, qui s’est donné pour mission de raconter au monde ce que signifie grandir dans l’enclave assiégée.

    #GAZA

  • Je ne sais pas si c’est une coïncidence, mais depuis l’explosion à Beyrouth, israel profite que le Liban, et en particulier le Hezbollah, a d’autres chats à fouetter, et bombarde Gaza tous les jours.

    Car on n’en parle que lorsqu’il y a des massacres (en 2008-2009, en 2014 etc.), mais il ne se passe pas un mois sans qu’israel ne bombarde Gaza, détruise des maisons et des infrastructures (cette semaine une école primaire par exemple), et assassine des civils, soi-disant en représailles de pichenettes innocentes (cette fois ci, je n’exagère pas, c’est en représailles contre des ballons !!!), et contre un territoire à l’intérieur duquel les gens sont enfermés et sous blocus depuis plus de 13 ans !

    Hier, pour confirmer ce que je dis, israel a aussi directement bombardé des positions du Hezbollah au Liban.
    https://seenthis.net/messages/873273

    Et comme d’habitude, la « communauté internationale » va laisser faire sans un mot ?

    Pour Gaza : amplifions les campagnes BDS pour que des comptes soient demandés à Israël
    Palestinian BDS National Committee (BNC), le 23 août 2020
    https://www.bdsfrance.org/pour-gaza-amplifions-les-campagnes-bds-pour-que-des-comptes-soient-demand

    Depuis plus de onze nuits, les forces militaires israéliennes bombardent Gaza, terrorisant ses deux millions d’habitants palestiniens, qui vivent dans la plus grande prison à ciel ouvert du fait du siège israélien qui dure depuis 13 ans. L’excuse d’Israël cctte fois-ci est l’envoi depuis Gaza de ballons incendiaires, qui ont causé des incendies sur les terres agricoles de colonies israéliennes près de la barrière militaire qui encercle Gaza.

    Les attaques israéliennes ont endommagé des maisons et des infrastructures civiles, dont une école primaire dans le camp de réfugiés de Shati, géré par l’Agence de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (l’UNRWA), bombardée à l’aube le 12 août. L’UNRWA a contesté l’affirmation d’Israël que cette attaque avait été « accidentelle », étant donné que les coordonnées de toutes les structures des Nations Unies sont transmises aux autorités d’occupation israéliennes et régulièrement mises à jour.

    L’Israël de l’apartheid a resserré encore le blocus suffocant des 2 millions de Palestiniens de la bande de Gaza ces derniers jours, en interdisant totalement la pêche sur ses côtes et interdisant toute entrée de biens et de carburants depuis le 10 août, causant l’arrêt total de la seule usine d’électricité de cette région surpeuplée.

    Sur ces derniers bombardements :
    https://seenthis.net/messages/870774
    https://seenthis.net/messages/871139
    https://seenthis.net/messages/871509
    https://seenthis.net/messages/871832
    https://seenthis.net/messages/872298
    https://seenthis.net/messages/872449
    https://seenthis.net/messages/872562
    https://seenthis.net/messages/872952
    https://seenthis.net/messages/873182

    #Gaza #Palestine #Boycott #BDS #bombardements #destructions #assassinats

  • En représailles à des tirs, Israël frappe des postes du Hezbollah au Liban
    https://www.lemonde.fr/international/article/2020/08/26/en-represailles-a-des-tirs-israel-frappe-des-postes-du-hezbollah-au-liban_60

    Comme toujours, après le titre obligé de la forme « en représailles, Israël… », et un premier paragraphe en « En "réponse" à des tirs du Hezbolla », Le Monde-avec-AFP-et-Reuters ne parvient à trouver qu’une seule source de citations et de témoignages : des Israéliens (à commencer par – tu m’étonnes – l’armée israélienne elle-même).

    Ce niveau de nullité, c’est même plus drôle.

  • Gaza in lockdown to contain its first COVID-19 outbreak – Middle East Monitor

    A government spokesman said the four cases were uncovered after a woman travelled to the West Bank, where she tested positive. Four members of her family then tested positive in Gaza, the first cases outside quarantined border facilities.

    Interior Ministry spokesman Eyad al-Bozom said the family had been in contact with many other people in the Maghazi refugee camp in central Gaza, and that the camp was now isolated from the rest of the 360 sq. km. territory.

    #Covid-19#Palestine#Gaza#Santé#Société_civile#migrant#migration#confinement

    https://www.middleeastmonitor.com/20200825-gaza-in-lockdown-to-contain-its-first-covid-19-outbreak

  • La France salue l’annonce d’une normalisation des relations entre les Emirats (...) - France ONU
    Proche-Orient - Intervention de Mme Anne Gueguen- Représentante permanente adjointe de la France auprès des Nations unies
    au Conseil de sécurité
    https://onu.delegfrance.org/La-France-salue-l-annonce-d-une-normalisation-des-relations-entre-l

    (...) Tout d’abord, la France a salué l’annonce d’une normalisation des relations entre les Emirats arabes unis et Israël, qui sont deux partenaires stratégiques pour nous. Dans un contexte régional dégradé, cette annonce montre que des dynamiques positives peuvent s’enclencher.
    (...)
    Troisièmement, je veux exprimer la préoccupation de la France face au regain de tensions entre Gaza et Israël au cours des dernières semaines. Ces violences doivent cesser, avant que ne s’enclenche un nouveau cycle de violences meurtrières. La France appelle à la poursuite des efforts visant à éviter toute escalade dont les premières victimes seraient les populations civiles israélienne et palestinienne. Au-delà de cette situation sécuritaire critique, il est absolument crucial de répondre à la crise humanitaire qui ne peut passer qu’à travers la levée du blocus sur Gaza, assortie de garanties de sécurité crédibles pour Israël. Des progrès sont, parallèlement, indispensables dans la réconciliation inter-palestinienne. Ce processus passe par la tenue des élections nationales.

    #FranceDiplo

  • Gaza Enters New Phase as Coronavirus Cases Found Outside Quarantine Centers
    Date: 25 August 2020 – Palestinian Centre for Human Rights
    https://www.pchrgaza.org/en/?p=14964

    The Palestinian Centre for Human Rights (PCHR) follows with great concern recent developments on the spread of coronavirus in the Gaza Strip, pursuant to the official announcement on Monday evening, 24 August 2020, of four coronavirus cases found for the first time in the Gaza Strip outside quarantine centers and from citizens inside the Gaza Strip. PCHR warns of the catastrophic consequences of the spread of the pandemic in the Gaza Strip considering its exhausted health system due to 14 years of closure and collective punishment, imposed illegally and inhumanly by Israeli occupation forces.

    Since Monday evening, Gaza authorities imposed a 48-hour curfew across the Gaza Strip, and suspended work in public and private sectors, and shutdown educational institutions, mosques, markets, wedding halls and clubs, and banned all gatherings in order to contain the virus, identify possible cases and to deal with individuals who had contact with corona cases.

    This is the first time a coronavirus case was documented outside the Gaza Strip quarantine centers, as the measures put forward since March 2020 contained the spread of the virus in the Gaza Strip.

    As the Gaza Strip endures a 20-hour power outage per day, due to the Israeli ban on the import of fuel for operating the power plant, PCHR fears a dangerous and accelerated deterioration in health conditions, as explained in its detailed press release earlier today.

    With these developments, the Gaza Strip witnesses a new and unprecedented phase that will affect all aspects of life and aggravate the already critical humanitarian conditions. (...)

    #GAZA

    • A Gaza, le confinement s’ajoute aux roquettes et aux bombardements - Libération
      https://www.liberation.fr/planete/2020/08/25/a-gaza-le-confinement-s-ajoute-aux-roquettes-et-aux-bombardements_1797685

      Photo Mohammed Abed. AFP

      Le Hamas a instauré lundi soir un confinement strict de l’enclave sous blocus, où quatre cas de coronavirus ont été dépistés dans un camp de réfugiés. Le tout en plein regain de tensions sécuritaires avec Israël.

      A Gaza, voilà que le confinement généralisé s’ajoute au blocus, dans un contexte de recrudescence des tensions avec Israël. Pour la première fois depuis le début de la pandémie, l’état d’urgence a été déclaré lundi soir par le Hamas, qui contrôle la bande côtière. Après la découverte de quatre cas de coronavirus parmi les membres d’une même famille vivant dans un camp de réfugiés, un couvre-feu a été instauré pour les prochaines quarante-huit heures. Mosquées, écoles, salles des fêtes, bâtiments administratifs et autres restaurants sont fermés jusqu’à nouvel ordre.

      Avant cela, les cas de contamination avaient été repérés uniquement chez des Palestiniens revenant de l’étranger et rentrant au compte-gouttes dans Gaza par l’Egypte ou Israël, tous forcés à une quarantaine stricte dans des hôtels et casernes dédiés pour une durée de trois semaines. La réapparition surprise du virus dans le camp d’Al-Maghazi, où plus de 30 000 Palestiniens sont entassés sur un demi-kilomètre carré, a provoqué une onde de choc dans l’enclave, qui craint de voir son système médical, ravagé par les guerres et les privations, s’écrouler si le virus venait à s’y propager. (...)

  • Israeli Navy Attacks Fishermen, Army Opens Fire at Shepherds
    ug 24, 2020 – IMEMC News
    https://imemc.org/article/israeli-navy-attacks-fishermen-army-opens-fire-at-shepherds

    The Israeli navy, on Sunday, attacked Palestinian fishermen and their boats as they sailed within one nautical mile off the Gaza shore, the Palestinian Information Center reported.

    Local Coordinator of the fishermen’s union, Zakariya Bakr said the Israeli total closure of the Gaza sea, which has continued for the seventh consecutive day, deprives Gaza fishermen of their daily sustenance and increases their families’ suffering.

    Even prior to the recent escalations in Gaza, the Israeli navy was attacking and harassing fishermen on a daily basis, for no specific reason.

    The 1993 Oslo accords allowed fishing up to 20 nautical miles off the coast of Gaza, but the Israeli authorities have reduced the fishing zone to between three and six nautical miles.

    The Israeli army, on Saturday morning, opened machine-gun fire towards cultivated land and shepherds in the besieged Gaza Strip, PIC further reported.

    According to local media sources, Israeli soldiers opened fire at a group of shepherds in the east of al-Bureij refugee camp in central Gaza, which forced them to leave their work.

    Farmlands to the east of al-Qarara town, east of Khan Younis, in the southern Gaza Strip, also came under similar gunfire attack by soldiers.

    No casualties were reported. (...)

    #GAZA

  • Israel cuts fuel, Gaza goes dark | The Electronic Intifada
    https://electronicintifada.net/blogs/tamara-nassar/israel-cuts-fuel-gaza-goes-dark

    The Gaza Strip’s only power plant shut down on Tuesday after Israel stopped the transfer of fuel to the territory.

    The halting of fuel transfers is among a series of collective punishment measures Israel has imposed on Gaza.

    Israel has claimed the measures are a response to incendiary balloons released from Gaza. The launching of such balloons by some Palestinians is, in reality, a symbolic effort to draw attention to the deteriorating situation in Gaza, long subject to an Israeli siege.

    Although incendiary balloons caused several fires in Israel, “no injuries or damage have been reported,” according to The Jerusalem Post.

    #necropolitics #Gaza #Israel #électricité #énergie

    • Pour rappel : les punitions collections et l’intimidation des populations civiles relèvent du crime de guerre :

      Traités, États parties et Commentaires - Convention de Genève (IV) sur les personnes civiles, 1949 - 33 - Responsabilité individuelle. Peines collectives. Pillage. Représailles
      https://ihl-databases.icrc.org/dih-traites/WebART/380-600038

      ARTICLE 33 [ Link ] . - Aucune personne protégée ne peut être punie pour une infraction qu’elle n’a pas commise personnellement. Les peines collectives, de même que toute mesure d’intimidation ou de terrorisme, sont interdites.

      Le pillage est interdit.

      Les mesures de représailles à l’égard des personnes protégées et de leurs biens sont interdites.

    • Israeli Military Bombs Three Sites in the Gaza Strip
      Aug 21, 2020 – IMEMC News
      https://imemc.org/article/israeli-military-bombs-three-sites-in-the-gaza-strip

      The Israeli occupation army, at dawn Thursday, shelled three sites in the besieged Gaza Strip, with no reported casualties, the Palestinian Information Center reported.

      Local sources said the Israeli artillery bombed what the army describes as an observation post east of Khan Younis in southern Gaza. Similar posts were also bombed to the east of Juhor ad-Dik and al-Bureij refugee camp in the central coastal enclave.

      The Israeli occupation closed border crossings, banned fishing long the coast, and blocked fuel shipments, causing the power plant to shut down. Israel’s use of collective punishment against the 2 million inhabitants of the Gaza Strip, after a number of youths launched incendiary balloons sparking fires in Israeli areas.

      The occupying power has heavily fired missiles and shelled many sites of the Gaza Strip, in the most recent escalation by the Israeli military, has been ongoing since August 3, 2020, and has continued in short intervals of 1-3 days between rounds of bombing.

      #GAZA

      Israel Continues Heavy Bombardment of the Gaza Strip
      Aug 21, 2020 - Ali Salam
      https://imemc.org/article/israel-continues-heavy-bombardment-of-the-gaza-strip

      Israeli combat helicopters, late Thursday night struck a site west of Khan Younis city in the southern enclave with at least six missiles, the Palestinian WAFA News Agency reported.

      Israeli warplanes, early Friday morning, bombed several sites across the besieged Gaza Strip, according to WAFA correspondent.

      He said that Israeli military jets fired three missiles at a site west of Gaza city, in the central Strip, causing heavy destruction to the site as well as to nearby homes.

      Meanwhile, Israeli tanks fired artillery shells against farmlands to the east of Gaza city.

      The Israeli Air Force also fired two missiles and struck a site near Beit Lahia town in the north, causing major damage to the site and to adjacent houses.

      One Palestinian farmer was moderately injured during the assault on farmlands, located east of Khan Younis, the Palestinian Information Center reported.

      The condition of the wounded man was not known at the time of this report.

      Local sources said that Israel’s pre-dawn bombardment focused on the area surrounding Khan Younis, while other airstrikes hit the central Strip, near Gaza City, as well as Beit Lahia in the north.

      Sources added that Palestinian resistance groups responded to the attack by firing rockets towards Israeli settlements, 3 of which were intercepted by Israel’s missile defense system, known as the Iron Dome.

      For nearly two weeks now, Israel has been bombarding and shelling the coastal enclave, as well as tightening the already strict siege. The Israeli military is using excessive force on a population with no army, no navy, and no air-force.

  • Tirs de chars d’Israël vers Gaza, efforts pour calmer les tensions
    https://www.lapresse.ca/international/moyen-orient/2020-08-20/tirs-de-chars-d-israel-vers-gaza-efforts-pour-calmer-les-tensions.php
    Publié le 20 août 2020 à 6h38 - Agence France-Presse

    PHOTO HATEM MOUSSA, AP
    Des Palestiniens marchent dans l’obscurité le 19 août, la bande de Gaza ne recevant que 4 heures d’électricité par jour.

    (Gaza) Des chars israéliens ont bombardé tôt jeudi des positions du Hamas dans la bande de Gaza en réponse à tirs de ballons incendiaires, sur fond de tractations diplomatiques pour juguler l’escalade entre Israël et le mouvement islamiste.

    #GAZA

  • Weekly Report on Israeli Human Rights Violations in the Occupied Palestinian Territory (13– 18 August 2020) – Palestinian Centre for Human Rights
    https://www.pchrgaza.org/en/?p=14941

    (...) This week, IOF escalated its attacks on the Gaza Strip with multiple airstrikes, one of which landed on a United Nations Relief and Works Agency (UNRWA) school in Gaza city. Additionally, IOF tightened its closure restrictions on the Gaza Strip, closing Karm Abu Salem, banning en try of fuel that resulted in the Gaza Power Plant shutdown, and closing the sea. These decisions is a continuation of the collective punishment policy, and inhumane and illegal retaliatory actions adopted by Israel against the Gaza Strip civilian population since 2007. PCHR fears for the lives of Palestinian civilians as the attacks continue and warns of their repercussions on the collective economic and social rights of Palestinians. Additionally, IOF continued its attacks in the West Bank, including excessive use of force, demolition of houses and facilities and settlement expansion. (...)

    #GAZA

  • Tuer Gaza à petit feu
    Par Yousef Alhelou - 18 août 2020 – Middle East Monitor – Traduction : Chronique de Palestine
    https://www.chroniquepalestine.com/tuer-gaza-a-petit-feu

    Les deux millions d’habitants de Gaza se sont habitués ces vingt dernières années aux frappes aériennes, aux incursions terrestres et aux attaques navales israéliennes.

    En fait, l’enclave côtière assiégée est devenue un terrain d’expérimentation où sont utilisés les dernières technologies et l’arsenal militaire israélien, y compris des drones faits pour tuer. La peur et la panique sont devenues la norme alors que le bruit des explosions et des déflagrations secoue les 40 kilomètres de la Bande. (...)

    #GAZA

    • Israël bombarde Gaza après un tir de roquette
      Ouest-France Avec AFP. Publié le 19/08/2020
      https://www.ouest-france.fr/monde/israel/israel-bombarde-gaza-apres-un-tir-de-roquette-6941995

      Des avions israéliens ont bombardé la bande de Gaza dans la nuit de mardi 18 août à mercredi après un tir de roquette depuis l’enclave palestinienne vers le sud de l’État hébreu. Le conflit s’est intensifié depuis une douzaine de jours, après des lancers de ballons incendiaires depuis Gaza, qui ont causé plus d’une centaine d’incendies en territoire israélien, et de tirs de roquettes. L’État hébreu a répondu par des frappes et par un resserrement du blocus imposé à l’enclave palestinienne.
      (...)
      « Le terrorisme recourant aux cerfs-volants et aux ballons est une forme de terrorisme comme les autres », a déclaré, selon un communiqué, le président israélien, Reuven Rivlin, lors d’une visite aux pompiers dans la zone frontalière.

      « Le Hamas devrait savoir que ce n’est pas un jeu. Le moment viendra où ils devront décider… S’ils veulent la guerre, ils auront la guerre », a ajouté le président, dont la fonction est essentiellement honorifique.

  • » Massive Israeli Airstrikes Reported in North, East and South of Gaza
    August 16, 2020 4:20 AM – IMEMC News
    https://imemc.org/article/massive-israeli-airstrikes-reported-in-north-east-and-south-of-gaza

    On Saturday night, Israeli warplanes launched a number of missiles at Palestinian civilian areas in the northern, southern and eastern West Bank, according to local sources. The areas hit include Khan Younis, in the southern West Bank, Beit Lahia, in the north, and al-Boreij refugee camp, in eastern Gaza.

    Dozens of injuries have been reported, according to Dr. Basem Naim, who tweeted this video:

    🚨 The disastrous scene tonight in #Gaza, dozens of wounded people by #Israel air strikes, very dangerous & fragile medical care. #GazaUnderAttack #LiftGazaSiege #StopArmingIsrael #BDS pic.twitter.com/jQKOZjzudQ

    — Dr. Basem Naim (@basemn63) August 15, 2020

    Saturday’s bombings marked the seventh straight night of Israeli airstrikes in Gaza. Israel claimed it launched the massive missiles into the Palestinian civilian areas in response to what it called ‘incendiary balloons’ from Gaza, which are children’s party balloons with a string attached, bearing a flaming rag or paper that someone in Gaza sent floating upward.

    Following the Israeli bombardment, several Palestinian-fired rockets were seen heading toward the Israeli border.

    This Video by: Muhammad Najjar/Quds News Network shows one of the bombings, in the northern Gaza Strip.

    #GAZA

    • At Least Five Palestinians Shot, Injured by Israeli Fire in Gaza
      August 16, 2020 6:06 AM IMEMC News
      https://imemc.org/article/at-least-five-palestinians-shot-injured-by-israeli-fire-in-gaza

      Palestinian medical sources have reported that five residents were injured, on Saturday at night, by live rounds fired by Israeli soldiers, stationed in a military base across the perimeter fence, east of Gaza city. The incidents took place while the army also fired several missiles into various parts of the coastal region.

      The Palestinians were injured when the Israeli army fired it rounds at many homes, and into farmlands in the besieged coastal region, and were rushed to local medical centers.

      In addition, an Israeli drone fired missiles into a site and farmlands, east of the al-Boreij refugee camp, in central Gaza, causing excessive damage.

      The army also fired at least one missile into a building, west of Beit Lahia, in northern Gaza, causing property damage.

      Some of the targeted sites are run by armed resistance groups near Beit Lahia, Palestinian sources said.

  • À Gaza, l’aggravation des conditions de vie pousse de plus en plus de Palestiniens au suicide
    Par Maha Hussaini – BANDE DE GAZA - Jeudi 13 août 2020 | Middle East Eye édition française
    https://www.middleeasteye.net/fr/actu-et-enquetes/gaza-suicide-palestine-israel-stress-pauvrete

    Vingt-trois ans après sa libération d’une prison israélienne, Jamal Wadi se débattait toujours avec les conséquences de sa terrible expérience. Souffrant de graves traumatismes psychologiques et de problèmes de santé mentale, le Palestinien s’est suicidé le 21 juin dernier à l’âge de 54 ans.

    La bande de Gaza connaît une flambée des taux de suicide alors qu’elle est entrée dans sa 14e année sous blocus.

    Selon le Centre al-Mezan pour les droits de l’homme, basé à Gaza, au moins seize personnes se sont suicidées et des centaines d’autres ont tenté de le faire à Gaza au premier semestre 2020.

    Qu’elle soit due aux difficultés économiques, à l’impact traumatisant des politiques d’occupation israéliennes ou à d’autres facteurs, la flambée des tentatives de suicide est très préoccupante pour les ONG de défense des droits de l’homme. (...)

    #GAZA