#gigeconomy

  • Just Eat : le salariat entre à la carte des plates-formes de travail
    https://www.alternatives-economiques.fr/barbara-gomes/just-eat-salariat-entre-a-carte-plates-formes-de-travail/00095450

    L’annonce parue dans le Journal du dimanche n’est pas passée inaperçue : la plate-forme de livraison Just Eat compte se démarquer de ses concurrentes en recourant à des coursiers salariés en CDI. Le droit du travail comme argument commercial, voilà qui est peu commun… Quelque 350 livreurs auraient déjà été engagés en novembre dernier, et 4 500 le seraient en 2021. Il s’agit là d’un changement radical de modèle qui doit faire grincer bien des dents du côté des plates-formes mais aussi du gouvernement. (...)

    #JustEat #GigEconomy #travail

  • Livreurs à vélo : « On ne va pas se féliciter qu’un employeur respecte le code du travail »
    https://www.liberation.fr/france/2021/01/31/livreurs-a-velo-on-ne-va-pas-se-feliciter-qu-un-employeur-respecte-le-cod

    Just Eat France, filiale du géant mondial Takeaway.com, a annoncé dimanche le lancement de sa flotte parisienne de coursiers en CDI. Une annonce qui ne convainc pas totalement Ludovic Rioux, syndicat CGT. Effet d’annonce ou réel signal positif pour le secteur très précaire des livreurs à vélo ? Dans le Journal du dimanche, Just Eat France, filiale du leader mondial de la restauration livrée Takeaway.com, officialise le lancement de son équipe de livreurs à Paris. Inédit dans le secteur, et pourtant (...)

    #JustEat #GigEconomy #travail #CGT

  • Amazon using AI-equipped cameras in delivery vans
    https://www.cnbc.com/2021/02/03/amazon-using-ai-equipped-cameras-in-delivery-vans.html

    Amazon has begun rolling out AI-enabled cameras from Netradyne in vehicles at a handful of contracted delivery partners across the U.S., CNBC has learned.

    The cameras record drivers “100% of the time” while they’re on their route and flag a series of safety infractions, including failure to stop at a stop sign, speeding and distracted driving.

    Amazon says the cameras will help it improve safety in its delivery network, but drivers and experts have raised concerns about the potential for (...)

    #Amazon #CCTV #vidéo-surveillance #GigEconomy #surveillance #travail #algorithme

  • Tech Workers at Every Level Can Organize to Build Power
    https://jacobinmag.com/2021/02/tech-workers-organizing-class-position

    Tech workers occupy a contradictory location in the American class structure. On the one hand, many are well paid and identify both as professionals and with management. On the other, the proletarianized aspects of their work can offer opportunities to seize for organizing as workers. While the COVID-19 pandemic has ravaged the US economy, the tech industry remains its most profitable sector. While government institutions responded clumsily to the crisis, tech companies, large and small, (...)

    #domination #bénéfices #GAFAM #lutte #GigEconomy #travail

  • Gig Workers’ Data Rights Should Be Prioritized in Labor’s Next Fight
    https://truthout.org/articles/organizers-say-access-to-workplace-data-might-have-prevented-passage-of-pr

    In the November election, California voters delivered a blow to gig workers by passing Prop 22, a ballot initiative permitting companies like Uber and Lyft to continue treating app-based and delivery drivers as independent contractors rather than employees. The vote was widely seen as a rebuttal to AB5, a 2019 law which ensured that California businesses appropriately classify their workers as either independent contractors or employees. As lawmakers nationwide debate the future of the gig (...)

    #Lyft #Uber #migration #racisme #législation #discrimination #GigEconomy #télétravail #travail (...)

    ##données

  • Dans l’Alabama, des salariés espèrent créer le premier syndicat Amazon des Etats-Unis
    https://www.mediapart.fr/journal/economie/080221/dans-l-alabama-des-salaries-esperent-creer-le-premier-syndicat-amazon-des-

    Les 6 000 salariés de l’entrepôt de Bessemer votent pour la création d’un syndicat, un vote qui pourrait faire basculer les rapports de force au sein du géant du numérique, aux États-Unis et ailleurs.

    Quand Amazon a fait le choix de construire un entrepôt à Bessemer, la décision a été présentée par la direction comme un événement historique. Pour la première fois, a-t-elle souligné dans un communiqué, le géant du e-commerce allait mettre en place un centre de distribution en Alabama, une aubaine pour cette ville populaire à majorité afro-américaine, située dans la banlieue de Birmingham, la plus grande ville de l’État.

    Deux ans et demi plus tard, l’entrepôt pourrait entrer dans l’histoire pour d’autres raisons. Si les 5 800 salariés de cet État du Sud votent en faveur de la création d’une organisation syndicale, ce sera le premier syndicat Amazon aux États-Unis. Le cas échéant, la direction serait contrainte de négocier collectivement avec les salariés de Bessemer, mettant fin au statu quo dans lequel Amazon impose ses décisions de manière unilatérale.

    Autrement dit, cette élection pourrait faire basculer les rapports de force au sein de l’entreprise. Tout dépendra du vote qui se déroule par correspondance entre le 8 février et le 29 mars. « Si les salariés d’un entrepôt Amazon se syndiquaient, ce serait un énorme pas en avant, explique Joseph McCartin, professeur d’histoire à l’Université de Georgetown et expert du syndicalisme américain. Cela pourrait faire tache d’huile. »

    La campagne lancée par le Retail, Wholesale and Department Store Union (RWDSU) à Bessemer fait déjà l’objet de nombreux soutiens. La loi américaine exige, en amont de l’élection, que le syndicat démontre le soutien d’au moins 30 % des salariés à son initiative auprès de la National Labor Relations Board. Cette agence fédérale est responsable de l’organisation des élections syndicales. Pour ce faire, le syndicat fait circuler et signer des cartes de soutien, appelées des union cards. Ces dernières sont souvent le fruit d’une longue campagne de sensibilisation, menée de manière clandestine pour minimiser les risques de répression de la part de l’entreprise.

    Une première tentative de créer un petit syndicat de techniciens à Amazon a échoué en 2014, mais on espère au RWDSU que cette fois-ci sera la bonne. En plus des sujets classiques qui conduisent à l’adhésion syndicale – la paie, les conditions de travail, les congés, etc. –, la volonté d’instaurer un contre-pouvoir à l’entreprise est au cœur de la campagne, explique-t-on au syndicat.

    « On veut se sentir plus respectés »

    « L’union fait la force, constate un salarié de Bessemer qui a souhaité rester anonyme afin d’éviter des représailles de la part de la direction. On se bat pour réaliser des vrais changements au travail, y compris des changements qu’Amazon ne réaliserait jamais [tout seul]. On voudrait avoir le droit de contester les décisions prises par Amazon, on voudrait que les problématiques liées à la santé des salariés soient mieux prises en compte, mais surtout, on veut se sentir plus respectés. »

    Amazon se défend, notant qu’elle offre à ses employés un salaire de base brut de 15 dollars par heure, bien au-delà du salaire minimum fédéral. « Nous ne pensons pas que le RWDSU représente l’opinion majoritaire de nos employés », espère Rachel Lighty, porte-parole d’Amazon.

    La campagne de recrutement a décollé rapidement, accélérée par la crise sanitaire dans cet entrepôt qui a ouvert ses portes au mois de mars 2020. Les premières discussions ont eu lieu dès l’été, alors qu’Amazon, profitant de la montée en puissance du e-commerce, connaît un succès fulgurant. Les entrepôts tournent déjà à plein régime, lorsque arrive le « Prime Day », deux journées de promotions réservées aux clients d’Amazon, qui font encore grimper les ventes. Quelques semaines plus tard, au mois de novembre, le syndicat communique sa demande d’une élection à la National Labor Relations Board.

    Cette campagne pourrait paraître à première vue surprenante puisqu’elle a lieu dans un État très conservateur, marqué par son passé ségrégationniste. Mais ce n’est pas un hasard si le premier syndicat Amazon se construit à Bessemer. Le sud des États-Unis compte de nombreuses usines agroalimentaires – et de nombreux salariés syndiqués, en grande partie afro-américains et latinos. Certains d’entre eux ont été déployés par le RWDSU pour soutenir la campagne Amazon.

    « C’est leur combat [mais] on est là pour les soutenir, explique Michael Foster, un salarié d’une usine de transformation de volailles aux alentours de Bessemer et un adhérent du RWDSU qui soutient le syndicat à Amazon. Ce n’est pas facile de prendre des risques et de défendre ses convictions, mais on leur explique que c’est comme ça qu’on peut améliorer notre quotidien au travail. Cette confiance, cette compréhension mutuelle, et ces rapports que nous avons construits avec les travailleurs participent à un mouvement très positif. »

    Et puis, politiquement et démographiquement, ce coin de l’Alabama ne ressemble pas tout à fait au reste de l’État. Le comté de Jefferson, un ancien bassin métallurgique, penche à gauche. La ville de Bessemer compte une population à 70 % afro-américaine, et beaucoup de travailleurs à l’entrepôt sont noirs, un autre facteur qui pourrait jouer en faveur du syndicat. Comme l’a rapporté le New York Times, les syndicalistes sur le terrain reprennent les thèmes du mouvement Black Lives Matter, mettant l’accent sur la justice sociale et la dignité humaine.

    « Depuis les années 1960, les syndicats sont associés avec le combat antiraciste, et pas toujours à juste titre », explique Joseph McCartin. Si les syndicats jouissent d’une image positive dans la communauté noire, ajoute-t-il, ils pâtissent parfois de cette association auprès des travailleurs blancs dans le Sud.

    L’espoir d’un effet d’entraînement

    L’élection ne concerne que le site de Bessemer. Même en cas d’une victoire syndicale, Amazon n’aura aucune obligation de négocier avec le reste de ses entrepôts aux États-Unis. Mais le RWDSU espère qu’elle aura un effet boule de neige, qu’une victoire dans l’Alabama deviendrait une source d’inspiration pour les centaines de milliers de travailleurs d’Amazon. Aux États-Unis, l’entreprise compte plus de 590 000 salariés.

    « C’est la peur d’Amazon aussi, j’en suis sûr », dit Christy Hoffman, secrétaire générale de l’UNI Global Union, une fédération syndicale mondiale qui regroupe des syndicats de service, basée à Genève.

    Depuis 2018, l’UNI Global Union gère l’Amazon Alliance, un réseau international de syndicats de commerce qui se réunit mensuellement. À la dernière réunion du comité directeur (une structure qui compte dans ses rangs le puissant syndicat allemand Verdi, la CGIL italienne, la CCOO espagnole, ou encore le RWDSU américain, parmi d’autres), l’ambiance était plutôt joyeuse, selon des sources à la fédération. « Les syndicats européens me disent que ça peut tout changer parce que si Amazon doit accepter les syndicats aux États-Unis, ça changera leur approche vis-à-vis des organisations syndicales en Europe aussi », explique Christy Hoffman.

    La crise du Covid-19 a mis en lumière les difficultés auxquelles font face les salariés aux États-Unis lorsqu’ils critiquent publiquement l’entreprise. Mais la pandémie a aussi montré la fragilité du dialogue social en Europe. Au printemps 2020, les salariés d’un centre de distribution dans le nord de l’Italie ont fait grève pendant deux semaines pour réclamer plus de masques et d’autres mesures de santé, critiquant l’inaction d’Amazon.

    En France, le géant du numérique a été condamné par la justice qui estimait que l’entreprise n’avait pas procédé à une évaluation des risques professionnels avec les organisations syndicales. En Espagne, le syndicat CCOO a dû faire appel au ministère du travail afin de pousser Amazon à mettre en place des mesures de protection.

    Depuis des années, poursuit Christy Hoffman, Amazon exporte ses stratégies de management en Europe. « On le voit concrètement avec les algorithmes et les mesures de productivité qu’ils utilisent, dit-elle. S’il n’y a pas de contre-pouvoir aux États-Unis, c’est plus dur de se défendre en Europe. »

    Il n’y a pas de conventions collectives aux États-Unis. Tout se joue au niveau de l’entreprise, ce qui fait que la différence entre les employeurs dits « syndiqués » et « non syndiqués » est immense. Selon les données du gouvernement fédéral américain, le salaire hebdomadaire médian d’un travailleur syndiqué en 2020 se situait à 1 114 dollars brut par semaine, bien au-delà des 958 dollars pour les travailleurs non syndiqués. Grâce à la négociation collective, les salariés syndiqués bénéficient aussi, en général, de meilleures mutuelles de santé et de plus de congés payés, sans parler des protections contre les licenciements.

    Mais ils sont une minorité. Si à peu près un tiers des salariés américains appartenaient à un syndicat dans les années 1960, ils ne sont plus que 10,6 % aujourd’hui. Des tentatives d’inverser la tendance font face, depuis longtemps, à une opposition féroce de la part des employeurs. Cette hostilité a même donné naissance à une industrie spécialisée dans la répression syndicale : une constellation de boîtes de conseil et de cabinets d’avocats qui se consacrent au « union-busting ». Avec l’appui de cette aide extérieure, les employeurs font souvent campagne contre la mise en place d’un syndicat lors d’une élection.

    C’est l’approche d’Amazon à Bessemer. Après avoir embauché comme avocat Harry Johnson, un ancien membre de la NLRB, l’agence fédérale qui conduit les élections syndicales, l’entreprise a lancé un site web, doitwithoutdues.com (« Fais-le sans cotisations ») afin de faire campagne en faveur du « non ». Accompagné de photos montrant des salariés souriant au travail, le site met l’accent sur le prix de la représentation syndicale : « Pourquoi ne pas économiser votre argent pour acheter […] les choses dont vous avez envie ? », demande-t-on aux lecteurs.

    Comme l’ont révélé Bloomberg et le Washington Post, Amazon organise aussi des réunions obligatoires dans lesquelles on explique aux salariés pourquoi ils devraient voter contre le syndicat. Et l’entreprise envoie des SMS aux salariés les encourageant de voter « non » à partir du 8 février.

    « Amazon m’envoie des textos, [les messages] sont dans nos salles de pause, ils sont même dans les toilettes pour nous dire de voter contre. C’est un niveau de propagande assez dingue, et c’est très trompeur », dit le salarié anonyme de Bessemer.

    L’entreprise défend sa campagne de communication. « Il est très important que les salariés comprennent le processus électoral et les implications de l’adhésion syndicale », répond la porte-parole d’Amazon.

    Au bout du compte, ces méthodes sont assez classiques, explique Joseph McCartin. Selon la loi américaine, « les employeurs ont le droit à la libre expression et le droit de prendre position contre le syndicat. Il y a certaines choses qu’on ne peut pas dire. On ne peut pas menacer la fermeture du site si les salariés se syndiquent. Mais il y a un seuil de tolérance assez élevé ».

    Ce n’est pas tout. Amazon a également contesté – sans succès – le décret de la NLRB prévoyant de tenir l’élection syndicale par correspondance. L’agence a pris cette décision pour des raisons sanitaires, notant que la région souffrait d’un taux de circulation élevé du virus. Depuis le début de la pandémie, un résident sur 10 dans le comté de Jefferson a été infecté, et le mois de décembre 2020 a connu un nombre record de cas. Mais selon Amazon, cela ne constituait pas un véritable cluster, et les salariés devraient se rendre sur place pour voter.

    « Les employeurs ont toujours voulu tenir des élections syndicales sur leur propriété, explique Joseph McCartin. Les employeurs ont toujours pensé que ça leur donne un avantage, parce que l’élection a lieu chez eux. Même s’ils ne voient pas comment les salariés votent, ça envoie un message. »

    Le fait que le vote se tient par correspondance est un autre élément qui pourrait favoriser le syndicat, selon Christy Hoffman de l’UNI Global Union. « Très souvent, les salariés, et surtout dans des petites entreprises, sentent de la pression pour aller voter. Leur directeur les encourage à aller voter, explique-t-elle. Or ce sont ces gens-là qui peut-être ne participeraient pas à une élection par correspondance s’ils n’étaient pas vraiment en faveur du syndicat. Ils pourraient peut-être rester sur le banc de touche. »

    Finalement, c’est la majorité parmi les votants qui sera déterminante. Rendez-vous le 30 mars pour le décompte des voix.

    #Amazon #racisme #GigEconomy #lutte #syndicat #travail

  • Les grands gagnants de « l’économie du confinement »
    https://www.lemonde.fr/economie/article/2021/02/06/covid-19-les-grands-gagnants-de-l-economie-du-confinement_6068977_3234.html

    La crise planétaire a détruit des emplois et asséché des secteurs entiers. Mais elle en a aussi dopé d’autres, enrichissant les actionnaires de multinationales comme Apple, Netflix et Amazon.

    Non, le nouveau coronavirus n’a pas tout asséché ni appauvri. La crise économique est sans nul doute planétaire et historique. L’économie française a plongé de 8,3 % en 2020, selon l’Insee. De surcroît, la récession a détruit 255 millions d’emplois dans le monde, d’après l’Organisation internationale du travail. Le marché de l’automobile est exsangue, et accuse un recul de 15 % aux Etats-Unis et de 25,5 % en France. Les avions sont immobilisés au sol, les salles de restaurant et de cinéma, vides.

    Toutefois, l’année 2020 aura aussi été celle d’une boulimie de dépenses de loisirs numériques et d’une fièvre acheteuse en ligne, à la suite de profonds « changements de modes de consommation », observe Simon Borel, chargé de recherches à l’ObSoCo, société d’études et de conseil en stratégie. Cela tient d’abord aux modes de vie casaniers, à cette injonction de rester à la maison, dans ce « refuge » qui préserve et protège. « L’ultime champ de repli » où nos concitoyens « ont pu agir », relève le sociologue.

    Le domicile est devenu un bureau, une école, un gymnase, une salle de cinéma, mais aussi un restaurant ouvert matin, midi et soir. Partout, le télétravail a dopé les ventes d’ordinateurs (+ 4,8 % en 2020, soit la plus forte croissance annuelle depuis dix ans dans le monde) et asséché les stocks de fauteuils de bureau chez Ikea.

    Les hypermarchés ont été pris d’assaut. Cela a été « une année exceptionnelle », marquée par « une accélération inédite », reconnaît Didier Duhaupand, président du groupement Les Mousquetaires, à la tête d’Intermarché. Dans l’Hexagone, la vente de produits de grande consommation a progressé de 7,7 %, selon Kantar Worldpanel. Du jamais-vu.

    Car la crise a mis hommes et femmes aux fourneaux. Ils ont confectionné des gâteaux et des pains (+ 57 % pour les ventes de levure), à l’aide d’un robot flambant neuf (+ 34 % pour les ventes de modèles multifonctions), et investi dans une boîte Pyrex (+ 30 %) pour transporter leur « gamelle » au bureau. Privés de salles de spectacles, les ménages se sont rabattus sur les téléviseurs. Des grands formats, surtout. Aux Etats-Unis, leurs ventes ont bondi de 19 %.

    Le désœuvrement a aussi été le meilleur ami des éditeurs de bande dessinée (+ 9 % en France), de puzzles (+ 63 % entre janvier et novembre 2020 dans l’Hexagone), des fabricants de skateboard (+ 31 % aux Etats-Unis) et de consoles de jeux. Entre avril et décembre 2020, Nintendo a écoulé 24,1 millions de sa Switch et 31 millions d’exemplaires du jeu Animal Crossing : New Horizons, exutoire favori de nombreux confinés.Retour ligne automatique
    Marchés dopés

    Les adultes se sont, eux aussi, offert de nouveaux jouets. Les ventes de machines à coudre se sont envolées de 70 % chez Singer, atteignant 380 000 unités en France, fin 2020. Black & Decker a également profité de cette petite victoire du « C’est moi qui l’ai fait pendant le confinement » : le chiffre d’affaires du spécialiste de la perceuse était en hausse de 19 % au quatrième trimestre 2020.

    ManoMano, plate-forme de vente de produits de bricolage, a généré 1,2 milliard d’euros de chiffre d’affaires l’an passé, soit 20 % de plus que prévu. Les enseignes de bricolage (+ 4,8 %) et les jardineries (+ 8,1 %) ont bénéficié du « repli sur soi », analyse Laurence Paganini, présidente de la fédération du commerce spécialisé, Procos.

    Les consommateurs ont passé plus de temps sur leur smartphone. Pour trouver l’amour (les revenus de Match Group, propriétaire de Tinder et de Meetic, ont crû de 17 % en 2020), prendre des nouvelles et rire, en dépit de l’actualité. Plus de 2,6 milliards de personnes utilisent quotidiennement Facebook, WhatsApp et Instagram, soit 15 % de plus que fin 2019. L’activité du groupe de Mark Zuckerberg a augmenté de 33 % de septembre à décembre.

    En ville, la crainte d’être contaminé dans un métro ou un bus a soutenu les ventes de vélo, électriques surtout (+ 20 % prévus en 2020)

    Le confinement, la peur, l’angoisse d’être emporté par la pandémie de Covid-19 ont dopé nombre de marchés. A l’automne, 1,7 million de traitements supplémentaires d’anxiolytiques ont été prescrits par rapport aux prévisions initiales, d’après le rapport Epi-Phare en France rendu public à la mi-décembre 2020.

    La mysophobie (crainte extrême de la saleté et des microbes) a, quant à elle, accéléré l’usage du sans-contact lors des paiements par carte bancaire et… les ventes de détergent et lessive chez Procter & Gamble (+ 12 %). En ville, la crainte d’être contaminé dans un métro ou un bus a soutenu les ventes de vélo, électriques surtout (+ 20 % prévus en 2020).

    « Le développement était déjà exponentiel, rappelle Virgile Caillet, délégué général de l’Union Sport & Cycle. La pandémie a accéléré la transition. » Car notre mode de vie à l’ère du Covid-19 a validé des marchés déjà jugés prometteurs.

    Les jeux de hasard en ligne progressent de 40 %, note la Française des Jeux. Et la livraison de repas à domicile aurait « gagné deux à trois ans de développement sur ses plans de marche initiaux », d’après Just Eat en France.Retour ligne automatique
    Plusieurs valeurs boursières battent des records

    Le commerce en ligne a aussi été placé sur orbite. Faute de pouvoir faire du lèche-vitrines, les consommateurs se sont rués sur Internet. En France, le Web représente désormais 13,4 % des ventes, rapporte la Fédération du e-commerce et de la vente à distance, grâce au bond de 32 % des achats de produits physiques. Soit 112 milliards d’euros au total.

    La Toile a recruté partout de nouveaux adeptes : au Brésil (+ 66 %), au Mexique (+ 54 %), en Russie (+ 45 %), mais aussi en Inde (+ 28 %), observe Euromonitor International. Les transporteurs, les fabricants de carton et, bien sûr, Amazon en ont fait leur miel. Pour la première fois depuis sa création, en 1994, le site de Jeff Bezos a généré plus de 100 milliards de dollars de chiffre d’affaires au cours d’un trimestre. L’américain a clos l’exercice 2020 sur 320 milliards d’euros de ventes (+ 38 % par rapport à 2019).

    Les mesures de confinement ont fait « tomber des barrières » sur le marché de la visioconférence, juge Gilles Bertaux, cofondateur de Livestorm, le spécialiste français. Ce média s’est imposé aux employeurs, aux salariés, aux écoliers et aux étudiants. Résultat : la société organise 40 000 événements par mois. Son concurrent, Zoom, revendique près de 400 000 entreprises clientes de plus de dix employés. Son chiffre d’affaires devrait quadrupler, à plus 2 milliards d’euros en 2021.

    La « visio » payante entre aussi dans les mœurs, pour un cours de yoga ou une consultation médicale. Pas moins de 19 millions d’actes réalisés en téléconsultation ont été remboursés par la Sécurité sociale en 2020, dont 8 millions par le biais de Doctolib. Le verrou psychologique de l’abonnement en ligne à un service a sauté.

    Apple revendique désormais 620 millions d’abonnements, soit 140 millions de plus que fin 2019. Netflix, lui, en affiche plus de 200 millions dans le monde (+ 31 % en un an), avec des revenus avoisinant 25 milliards de dollars (20,8 milliards d’euros, + 24 %). Vingt-trois ans après sa création, le site de films et séries approche du seuil de rentabilité.

    Aucun de ces phénomènes n’a échappé à la Bourse. En dépit de la crise économique, plusieurs valeurs, soutenues par la politique très accommodante des banques centrales, battent des records. A commencer par Apple. L’américain a réalisé le plus gros bénéfice trimestriel jamais enregistré par une entreprise privée : 23,8 milliards d’euros fin 2020. La firme pèse dorénavant 2 300 milliards de dollars en Bourse.Retour ligne automatique
    De nombreux investisseurs se sont enrichis

    Le contexte pandémique n’a pas non plus empêché les levées de fonds. Fin 2020, Livestorm a levé 25 millions d’euros. Chez Deliveroo, le montant est encore plus spectaculaire : après avoir bouclé un tour de table de 180 millions de dollars mi-janvier 2021, le britannique vaut désormais 7 milliards de dollars. La plate-forme de livraison se délecte de la fermeture des restaurants : elle a décroché le référencement de 46 000 restaurants, dont la plupart ont été privés d’activité. L’entreprise qui fait rouler 110 000 livreurs file tout droit vers une entrée en Bourse, dès avril. Ce sera au bénéfice de ses actionnaires, des fonds d’investissements, surtout, et… d’Amazon.

    Les sociétés pharmaceutiques ont tiré le meilleur parti de 2020. Du moins celles qui se sont positionnées avec succès sur le vaccin contre le Covid-19

    De fait, la crise a déjà enrichi moult investisseurs, à l’image des actionnaires de Spotify. La capitalisation boursière du champion du streaming musical a doublé, pour atteindre 65 milliards de dollars, à la faveur de la hausse du nombre d’abonnés (+ 24 %, à 155 millions).

    DocuSign fait aussi partie des gagnants. Le leader mondial de la signature électronique (solution sécurisée lors de la conclusion de contrats à distance) a vu son activité franchir le cap du milliard de dollars. Son cours de Bourse a explosé : + 188 % en un an.

    Sans surprise, les sociétés pharmaceutiques ont également tiré le meilleur parti de l’année écoulée. Du moins celles qui se sont positionnées avec succès sur le vaccin contre le Covid-19. Moderna, dont le vaccin est autorisé dans l’Union européenne depuis le 6 janvier, dépasse les 60 milliards de dollars de capitalisation boursière. Lonza, son sous-traitant suisse, en profite : son bénéfice net a connu une hausse d’environ 35 % en 2020.

    Au fil de l’année, le cours de la firme allemande BioNTech, qui a développé avec Pfizer un vaccin à ARN messager, a bondi de 250 %. La fortune de son PDG, Ugur Sahin, s’élève aujourd’hui à plus de 5 milliards de dollars, à en croire Bloomberg. Albert Bourla, directeur général de Pfizer, s’est aussi largement enrichi, lors de la vente de 5,6 millions de dollars d’actions du laboratoire, le 9 novembre 2020, jour de l’annonce de bons résultats préliminaires de son vaccin. Depuis, le groupe estime que celui-ci devrait générer 15 milliards de dollars de ventes en 2021.Retour ligne automatique
    Décryptage : Les 90 % d’efficacité du vaccin de Pfizer, un « résultat extraordinaire » qui pose des questions

    Si les actionnaires de ces entreprises se frottent les mains, qu’en est-il de leurs salariés ? Ont-ils aussi bénéficié de la crise ? Chez Black & Decker, le PDG a adressé un message de remerciement à « chacun » des 53 000 employés pour leur « performance héroïque » et leur a accordé… un jour de congé, lundi 1er février. « On l’a pris », déclare Pierre Rousseau, représentant CFDT au comité européen du groupe, et délégué central des usines françaises, en soulignant qu’« il est certain que les salariés auraient préféré une prime ou une augmentation de salaire ». Un sentiment largement partagé, après une année si particulière.Retour ligne automatique
    Multiples controverses

    Car les représentants du personnel sonnent régulièrement l’alarme. En entrepôt, par exemple, les cadences ont été infernales. Le syndicat SUD note combien les postiers ont été « rincés » par l’explosion du nombre de livraisons assurées par La Poste fin 2020, avec près de 4 millions de colis par jour en France. Depuis l’irruption de la pandémie, l’emballement de la « gig economy », cette économie de petits boulots précaires que symbolisent les livreurs Deliveroo ou Uber Eats, soulève de multiples controverses.

    Just Eat, qui jure prôner un modèle social plus responsable, annonce vouloir recruter 4 500 livreurs en CDI en 2021 dans l’Hexagone. Amazon veille aussi à son image. Accusé au printemps 2020 de ne pas avoir suffisamment protégé ses employés, le site américain a augmenté leur salaire de 2 euros de l’heure, d’avril à juin, puis distribué une prime d’été de 500 à 1 000 euros, et, enfin, reconduit une prime de fin d’année liée au pic d’activité des fêtes.

    Chez Seb, la prime dite Macron a été versée en deux fois à près de 3 900 des 6 000 employés français. Et pour faire face à la hausse d’activité dans ses usines hexagonales et l’envolée de la demande de yaourtières (+ 26 %) et de machines à pain (+ 39 %), le groupe a accordé une prime de 15 euros par jour à ses salariés, entre mars et juin 2020. Au premier trimestre 2021, une « centaine d’intérimaires seront embauchés en contrat à durée indéterminée », précise son directeur des ressources humaines, Dan Abergel.

    Le secteur de la vente en ligne embauche aussi à tour de bras. En France, ManoMano va signer 350 recrutements en 2021, après 200 en 2020. Fin 2021, le site emploiera plus de 1 000 personnes. Amazon, lui, a déjà recruté 400 000 personnes entre janvier et octobre 2020, soit plus de 1 300 par jour en moyenne, dans le monde. L’e-commerçant, qui fait travailler 1,15 million de salariés, figure parmi les premiers employeurs des Etats-Unis, aux côtés de Walmart (2,2 millions). Signe que le Covid-19 n’a pas fini de bousculer le monde de l’entreprise.

    #Apple #Match #Nintendo #Amazon #Deliveroo #Doctolib #Facebook #Instagram #JustEat #Meetic #Netflix #Tinder #WhatsApp #bénéfices #BigPharma #consommation #COVID-19 #FoodTech #santé #télétravail #travail #visioconférence #CFDT #SUDSolidaires (...)

    ##santé ##GigEconomy

  • Uber Buys Drizly, an Alcohol Delivery Service, for $1.1 Billion
    https://www.nytimes.com/2021/02/02/business/uber-buys-drizly.html?campaign_id=158&emc=edit_ot_20210204&instance_id=2675

    Uber has acquired Drizly, the alcohol delivery service, in a $1.1 billion deal, the ride-hailing company said on Tuesday. The acquisition is part of Uber’s aggressive push to expand its booming delivery business during the pandemic. The deal, a mix of stock and cash, follows Uber’s recent acquisitions of Postmates, a food delivery service, and Cornershop, a grocery delivery company. Uber has also joined with Nimble to deliver prescriptions in some markets. Uber will incorporate alcohol (...)

    #Deliveroo #Postmates #Uber #UberEATS #domination #Drizly #FoodTech #GigEconomy #Cornershop #Nimble (...)

    ##Lantern

  • Livreurs : la lente conquête syndicale
    https://www.alternatives-economiques.fr/livreurs-lente-conquete-syndicale/00095447

    A quelques mois des ordonnances qui trancheront sur les modalités du dialogue social pour les plates-formes, de plus en plus de villes se dotent de collectifs de livreurs. Un salaire de 10,30 euros de l’heure pour 4 500 livreurs en CDI – vous avez bien lu, en contrat à durée indéterminée –, c’est l’objectif annuel que vient d’annoncer Just Eat, qui souhaite salarier et fidéliser ses livreurs aujourd’hui indépendants. Avec la fermeture des restaurants, le couvre-feu à 18 heures, le secteur de la (...)

    #Deliveroo #Frichti #JustEat #UberEATS #migration #FoodTech #GigEconomy #lutte #syndicat #travail #CFDT #CLAP (...)

    ##CGT

  • Jeff Bezos : Your Legacy Is Exploitation
    https://jacobinmag.com/2021/02/jeff-bezos-amazon-exploitation-ceo

    Jeff Bezos is stepping aside as Amazon’s CEO having made a fortune of almost $200 billion. It’s an attempt at reputation rehabilitation — but he can’t escape the legacy of exploitation he leaves behind. Jeff Bezos, who you might also know as “the richest man in the world” or “that guy who ate a lizard one time,” is stepping down as the CEO of Amazon after twenty-seven years at the helm — or maybe it’s better to say he’s stepping to the side. Bezos will instead take on the title of executive chair, (...)

    #Amazon #domination #consommation #GigEconomy #travail

  • Facebook et WhatsApp, où l’art de vous trahir
    https://www.pixeldetracking.com/fr/facebook-whatsapp-trahir-confiance

    Sa position dominante acquise, Facebook a pu imposer sa surveillance. L’histoire se répète maintenant avec WhatsApp Le pire du capitalisme de surveillance Je n’avais encore jamais écrit sur Facebook, et pourtant cette société représente ce qui se fait de pire dans le domaine de la surveillance publicitaire. Les conséquences de sa domination sont graves : Addictions : Les équipes produit de Facebook ont pour objectif ultime de faire croître l’engagement. Plus vous passez de temps sur ses (...)

    #Facebook #Instagram #MySpace #Signal #WhatsApp #algorithme #domination #BigData #modération #GigEconomy #santé #travail #censure (...)

    ##santé ##addiction

  • How Amazon Swindled Its Own Drivers, Got Caught, and Ended Up Richer
    https://onezero.medium.com/how-amazon-swindled-its-own-drivers-got-caught-and-ended-up-richer-e

    The company’s $62 million FTC settlement shows ‘corporate crime pays’ One of the world’s richest companies was accused of systematically shortchanging some of its lowest-paid, most precarious workers. It got sued by the U.S. government. It eventually agreed to pay back the money it had pocketed. And it came out billions richer in the end. That’s the ugly bottom line of Tuesday’s news that Amazon has agreed to pay $62 million to the Federal Trade Commission (FTC) to settle charges that it (...)

    #Amazon #procès #fraude #bénéfices #GigEconomy #travail #FTC

  • Pinduoduo Employee Deaths Ignites China Debate Over Work
    https://www.nytimes.com/2021/02/01/business/china-technology-worker-deaths.html

    The deaths of two young employees of Pinduoduo, an e-commerce platform, have reignited longstanding concerns about working conditions at internet giants. It was 1:30 a.m. just days before the new year, and the 22-year-old employee of Pinduoduo, a Chinese e-commerce company, was leaving after a long day of work. Suddenly, she clutched her stomach and collapsed. Her co-workers rushed her to a hospital, but six hours later, she died. Less than two weeks later, a young Pinduoduo worker leaped (...)

    #GigEconomy #santé #travail #Pinduoduo

    ##santé

  • Écologistes, Gilets jaunes et commerçants ensemble contre Amazon
    https://reporterre.net/Ecologistes-Gilets-jaunes-et-commercants-ensemble-contre-Amazon

    Dans le cadre d’une journée nationale « Stoppons Amazon », près de mille personnes ont manifesté à Fournès (Gard) samedi 30 janvier, là où le géant du commerce en ligne veut construire un immense entrepôt à proximité du Pont-du-Gard. Le rassemblement était appelé par des associations écologistes, des syndicats et la confédération des commerçants de France. La pluie a fini par se faire battante. Ce qui n’a pas empêché les organisateurs de gagner leur pari. Ce samedi 30 janvier, la sono annonçait mille (...)

    #Amazon #écologie #consommation #COVID-19 #GigEconomy #lutte #santé #travail #AmisdelaTerre #ATTAC (...)

    ##santé ##SUDSolidaires

  • Les Tchèques n’utilisent pas Amazon, mais Amazon utilise les Tchèques
    https://www.mediapart.fr/journal/international/310121/les-tcheques-n-utilisent-pas-amazon-mais-amazon-utilise-les-tcheques

    Amazon n’a pas de site internet pour la République tchèque, mais l’entreprise a créé un centre de distribution dans ce pays afin de traiter les commandes des clients allemands. Face à la contestation et à la syndicalisation, elle déplace sa production. La pandémie de 2020 a été synonyme de croissance record pour Amazon. Le troisième trimestre, par exemple, a été son plus grand succès à ce jour : l’entreprise a annoncé une augmentation de ses ventes de 37 % par rapport à la même période l’année dernière. (...)

    #Amazon #bénéfices #consommation #COVID-19 #GigEconomy #santé #travail

    ##santé

  • Façonner les données : le travail à la chaine du numérique (Le travail des données 3/3)
    https://linc.cnil.fr/fr/faconner-les-donnees-le-travail-la-chaine-du-numerique-le-travail-des-donn

    Les algorithmes et autres intelligences « artificielles » fonctionnent sur la base du traitement automatique de grandes bases de données. Cette matière première informationnelle est le résultat de l’activité de nombreux individus réalisant quotidiennement les tâches minutieuses de tri, d’annotation et de classement. Le travail souvent précaire de ces « petites mains du numérique » contribue à donner forme aux données personnelles et à déterminer les usages qui pourront en être faits. Il se trouve de ce (...)

    #Apple #Google #Amazon #CAPTCHA #Home #Alexa #Siri #technologisme #BigData #GigEconomy #PrivacyShield #voix #[fr]Règlement_Général_sur_la_Protection_des_Données_(RGPD)[en]General_Data_Protection_Regulation_(GDPR)[nl]General_Data_Protection_Regulation_(GDPR) #CJUE (...)

    ##[fr]Règlement_Général_sur_la_Protection_des_Données__RGPD_[en]General_Data_Protection_Regulation__GDPR_[nl]General_Data_Protection_Regulation__GDPR_ ##CNIL

  • Droit du travail : un chauffeur Uber requalifié en « salarié »
    http://www.bonnes-nouvelles.be/site/index.php?iddet=2849&id_surf=&idcat=305&quellePage=999&surf_lang=fr

    Je me sens comme un esclave : je travaille de longues heures chaque jour, sous les ordres d’une application, mais je n’ai pas de quoi me payer un salaire à la fin du mois. » Guillaume* est chauffeur indépendant, ou « limousine » comme on dit chez Bruxelles Mobilité, où il a obtenu sa licence il y a un peu plus de deux ans. Depuis novembre 2018, il « collabore » avec Uber, qui organise le transport rémunéré de citadins dans la capitale et un peu partout dans le monde. À ce stade, il n’a « plus rien à (...)

    #Uber #procès #législation #conducteur·trice·s #GigEconomy #travail

    • Je me sens comme un esclave : je travaille de longues heures chaque jour, sous les ordres d’une application, mais je n’ai pas de quoi me payer un salaire à la fin du mois. »

      Guillaume* est chauffeur indépendant, ou « limousine » comme on dit chez Bruxelles Mobilité, où il a obtenu sa licence il y a un peu plus de deux ans. Depuis novembre 2018, il « collabore » avec Uber, qui organise le transport rémunéré de citadins dans la capitale et un peu partout dans le monde. À ce stade, il n’a « plus rien à perdre », nous explique-t-il. « Mais peut-être, quelque chose à gagner ». À savoir : devenir salarié de la multinationale.

      Début juillet, Guillaume a introduit une demande de qualification de sa relation avec la plateforme d’origine américaine auprès de la Commission administrative de règlement de la relation de travail (CRT). Quand la nature de votre relation avec votre donneur d’ordre ou votre employeur vous apparaît comme suspecte, cet organe est là pour analyser votre cas et décider, si au regard de la législation locale, vous êtes salarié ou indépendant.

      « Je ne gagne pas ma vie décemment »

      Guillaume, sur papier, appartient à la seconde catégorie de travailleurs (les deux seules existant en droit du travail belge). Il a enregistré une société en personne physique, son véhicule lui appartient, il a obtenu seul les autorisations nécessaires pour exercer son métier. « Avec Uber, je ne connais que les inconvénients de ce statut, en aucun cas les avantages. Je ne gagne de toute façon pas ma vie décemment, donc j’ai décidé d’aller jusqu’au bout », poursuit le trentenaire.

      Une démarche concluante puisque Le Soir a appris que la CRT lui avait donné raison à travers une décision longue de 12 pages rendue le 26 octobre dernier : Uber est bien, selon la Commission qui dépend du SPF Sécurité sociale, l’employeur de Guillaume. Précisément, la CRT conclut après un examen approfondi que « les modalités d’exécution de la relation de travail sont incompatibles avec la qualification de #travail_indépendant ».

      Pour aboutir à cette conclusion – la question est épineuse et fait débat dans bon nombre de pays européens ainsi qu’aux États-Unis (lire ci-contre) –, plusieurs éléments contractuels ont été analysés. Notamment ceux qui concernent la #liberté_d’organisation_du_travail et d’organisation du #temps_de_travail de Guillaume, deux démarches inhérentes au #statut_d’indépendant. Deux leitmotivs aussi utilisés par Uber depuis son lancement : l’entreprise estime, en effet, que la #flexibilité de ses chauffeurs ainsi que leur #liberté de prester quand ils le souhaitent et pour qui ils le souhaitent est à la base de sa « philosophie ».

      « Je ne peux pas refuser une course »

      « La réalité est bien différente », détaille Guillaume. « Uber capte quasi tout le marché à Bruxelles et, si je suis connecté à l’#application, je n’ai pas le #droit_de_refuser une course. Si je le fais, Uber abaisse ma “#cotation”. Si je le fais trois fois de suite, Uber me vire », détaille Guillaume. Qui précise qu’il lui est également impossible de jongler entre plusieurs plateformes. « Si je suis sur deux applications et que j’accepte une course pour un autre opérateur et qu’Uber me demande d’être disponible, je suis obligé de refuser la course. Au final, comme expliqué, cela me porte préjudice. »

      Guillaume, en outre, ne connaît pas son itinéraire avant d’accepter de prendre en charge un client. « On peut m’envoyer à 10 kilomètres. Soit un long trajet non rémunéré pour un trajet payé de 1.500 mètres. » S’il choisit de dévier du chemin imposé par la plateforme, par bon sens ou à la demande d’un client pressé, le chauffeur se dit également régulièrement pénalisé. Chez Uber, le client est roi. Quand ce dernier commande une course, l’application lui précise une fourchette de #prix. « Évidemment, si je prends le ring pour aller jusqu’à l’aéroport, le prix de la course augmente car le trajet est plus long, mais le client peut très facilement réclamer à Uber la différence tarifaire. Même s’il m’a demandé d’aller au plus vite. » Dans ce cas de figure, la différence en euros est immédiatement déduite de la #rémunération de Guillaume.

      La CRT estime que le chauffeur ne peut pas influer sur la manière dont Uber organise un #trajet, qu’il « n’a aucune marge de manœuvre quant à la façon dont la prestation est exercée. (…) En cas de non-respect de l’#itinéraire, si le prix de la course ne correspond pas à l’estimation, il peut être ajusté a posteriori par Uber, le passager peut alors obtenir un remboursement mais le chauffeur ne sera payé que sur base du prix annoncé à ce dernier. (…) A aucun moment, un dialogue direct entre le chauffeur et le passager n’est possible. (…) De telles modalités obligent le chauffeur à fournir une prestation totalement standardisée. »

      Un chantier dans le « pipe » du gouvernement

      Guillaume n’est pas naïf, ses représentants qui l’ont accompagné dans la démarche administrative – le syndicat CSC via sa branche dédiée aux indépendants #United_Freelancers et le collectif du secteur des taxis – ne le sont pas non plus. Il sait que l’avis de la CRT est « non contraignant » pour Uber mais qu’elle a de lourdes implications pour son cas personnel. À moins d’être requalifié comme « salarié » par l’entreprise elle-même (un recommandé a été envoyé à ce titre aux différentes filiales impliquées en Belgique), il ne peut désormais plus travailler pour Uber.

      De son côté, Uber explique qu’il « n’a pas encore pas encore reçu le point de la vue de la CRT » mais qu’il « estime que la justice bruxelloise a déjà tranché en 2019 le fait que ses chauffeurs étaient indépendants » (un procès a opposé l’entreprise au secteur des #taxis et lui a donné raison, mais ce dernier a fait appel et le jugement n’a pas encore été rendu). La société américaine pourrait d’ailleurs attaquer la décision en justice. L’anglaise #Deliveroo avait opté pour cette démarche en 2018 après que le même organe a acté en 2018 qu’un de ses #coursiers indépendants était en réalité salarié de la plateforme (l’audience aura lieu en septembre de cette année).

      « Notre priorité est de faire réagir les autorités. Uber, comme d’autres plateformes, doit occuper ses travailleurs selon une qualification conforme à la réalité du travail. Soit les #prestataires sont véritablement indépendants et devraient, dès lors, pouvoir fixer leurs prix, leurs conditions d’intervention, choisir leurs clients, organiser leur service comme ils l’entendent… Soit Uber continue à organiser le service, à fixer les prix et les règles, à surveiller et contrôler les chauffeurs, et ceux-ci sont alors des travailleurs salariés », cadrent Martin Willems, qui dirige United Freelancers et Lorenzo Marredda, secrétaire exécutif de la CSC Transcom.

      Au cabinet du ministre en charge du Travail Pierre-Yves Dermagne (PS), on confirme avoir déjà analysé les conclusions de la CRT et la volonté de débuter rapidement un chantier sur le sujet avec les partenaires sociaux. « Nous allons nous attaquer à la problématique des #faux_indépendants des #plateformes_numériques, comme décidé dans l’accord de gouvernement. L’idée est bien d’adapter la loi de 2006 sur la nature des #relations_de_travail. Cela pourrait passer par une évaluation des critères nécessaires à l’exercice d’une #activité_indépendante, par un renforcement des critères également. Mais il s’agit évidemment d’une matière qui doit être concertée », précise Nicolas Gillard, porte-parole.

      * Le prénom est d’emprunt, les décisions de la CRT sont anonymisées quand elles sont publiées.

      Des pratiques désormais similaires chez les taxis

      A.C.

      Selon le collectif des Travailleurs du taxi et la #CSC-Transcom, les problèmes constatés chez Uber sont actuellement également une réalité chez d’autres acteurs du secteur, en l’occurrence les #centrales_de_taxis. « Les taxis indépendants sont très dépendants des centrales. Et depuis leur #numérisation, il y a vraiment un glissement des pratiques. Les chauffeurs de taxi indépendants ne savent pas non plus où on les envoie avant d’accepter une course », explique Michaël Zylberberg, président du collectif. « La dernière version de l’application #Taxis_Verts est un clone de celle d’Uber. Au début, il y a cette idée de #concurrence_déloyale mais, comme le problème n’a pas été réglé, les centrales tendent à copier les mauvaises habitudes des plateformes. Cela est très inquiétant pour les travailleurs, qui perdent progressivement leur #autonomie », ajoute Lorenzo Marredda, secrétaire exécutif de la CSC-Transcom.

      Des décisions dans d’autres pays

      Mis en ligne le 13/01/2021 à 05:00

      Par A.C.

      Lors de son introduction en Bourse en 2019, Uber expliquait collaborer avec 3 millions de chauffeurs indépendants dans le monde. Fatalement, face à une telle masse de main-d’œuvre, qui se plaint souvent de #conditions_de_travail et de #rémunération indécentes, procès et interventions des législateurs ponctuent régulièrement l’actualité de l’entreprise. Ces derniers mois, trois décisions retiennent particulièrement l’attention.

      En #Suisse

      Plusieurs cantons sont en plein bras de fer avec la plateforme américaine. A #Genève et à #Zurich, les chauffeurs Uber sont désormais considérés comme des salariés. Les caisses d’#assurances_sociales réclament des sommes très importantes à l’entreprise, qui refuse jusqu’à présent de payer les #cotisations_sociales employeurs réclamées.

      En #France

      La# Cour_de_cassation a confirmé en mars dernier que le lien entre un conducteur et l’entreprise est bien un « #contrat_de_travail ». Les arguments utilisés se rapprochent de ceux de la CRT : la plus haute juridiction du pays a jugé que « le chauffeur qui a recours à l’application Uber ne se constitue pas sa propre clientèle, ne fixe pas librement ses tarifs et ne détermine pas les conditions d’exécution de sa prestation de transport ». Une #jurisprudence qui permet d’appuyer les demandes de #requalification des chauffeurs indépendants de l’Hexagone.

      En #Californie

      Une loi contraint, depuis le 1er janvier 2020, Uber et #Lyft à salarier ses collaborateurs. Les deux entreprises refusant de s’y plier ont investi environ 200 millions de dollars pour mener un référendum citoyen sur la question qu’ils ont remporté en novembre dernier, avec un texte baptisé « #proposition_22 ». Qui introduit pour les dizaines de milliers de chauffeurs concernés un #revenu_minimum_garanti et une contribution à l’#assurance_santé.

      #néo-esclavage #ordres #Bruxelles_Mobilité #sous-traitance #travailleur_indépendant #salariat #salaire #Commission_administrative_de_règlement_de_la_relation_de_travail (#CRT) #Belgique #droit_du_travail

  • En Corée du Sud, pendant la pandémie des livreurs meurent d’une surcharge de travail
    https://www.mediapart.fr/journal/international/180121/en-coree-du-sud-pendant-la-pandemie-des-livreurs-meurent-d-une-surcharge-d

    La situation des livreurs des plateformes de e-commerce devient un problème national en Corée du Sud. Les restrictions liées à la pandémie a augmenté la demande, sans que les entreprises ne s’adaptent. Selon les syndicats, 19 d’entre eux seraient décédés d’une surcharge de travail en 2020. Séoul (Corée du Sud).– « Je suis tellement épuisé. » Début octobre, il est 4 h 28 lorsque M. Kim envoie ce message à son collègue. Après plus de 20 heures de service, il lui reste un quart de son camion à livrer dans la (...)

    #COVID-19 #GigEconomy #santé #travail #syndicat

    ##santé

  • Voices from the Valley - Ben Tarnoff
    https://us.macmillan.com/books/9780374538675

    In Voices from the Valley, the celebrated writers and Logic cofounders Moira Weigel and Ben Tarnoff take an unprecedented dive into the tech industry, conducting unfiltered, in-depth, anonymous interviews with tech workers at all levels, including a data scientist, a start-up founder, a cook who serves their lunch, and a PR wizard. In the process, Weigel and Tarnoff open the conversation about the tech industry at large, a conversation that has previously been dominated by the voices of (...)

    #technologisme #GigEconomy #travail

  • We’re Google Workers. And We’re Forming a Union
    https://www.nytimes.com/2021/01/04/opinion/google-union.html

    Our company’s motto used to be “Don’t be evil.” An organized work force will help us live up to it. On Nov. 1, 2018, at 11:10 a.m., some 20,000 Google employees, along with employees of Waymo, Verily and other Alphabet companies, stopped working and walked off the job in cities around the world. A week earlier, The New York Times reported that the company had paid tens of millions of dollars to two executives who had been accused of sexual misconduct toward our co-workers, staying silent about (...)

    #YouTube #Google #Alphabet #Verily #Waymo #racisme #police #sexisme #discrimination #GigEconomy #harcèlement #licenciement #Maven (...)

    ##travail

  • Hundreds of Google Employees Unionize, Culminating Years of Activism
    https://www.nytimes.com/2021/01/04/technology/google-employees-union.html

    The creation of the union, a rarity in Silicon Valley, follows years of increasing outspokenness by Google workers. Executives have struggled to handle the change. OAKLAND, Calif. — More than 225 Google engineers and other workers have formed a union, the group revealed on Monday, capping years of growing activism at one of the world’s largest companies and presenting a rare beachhead for labor organizers in staunchly anti-union Silicon Valley. The union’s creation is highly unusual for the (...)

    #Alphabet #Google #Salesforce #Verily #Waymo #Amazon #Pinterest #YouTube #racisme #sexisme #discrimination #GigEconomy #syndicat (...)

    ##travail

  • Des salariés de Google créent un syndicat après des mois de tensions internes
    https://www.lemonde.fr/pixels/article/2021/01/04/google-des-salaries-creent-un-syndicat-apres-des-mois-de-tensions-internes_6

    Ce syndicat, un des tout premiers au sein d’un fleuron de la Silicon Valley, ne s’occupera pas que des questions liées aux salaires et conditions de travail mais aussi des problématiques éthiques. En raison de divergences avec leur direction qui se multiplient, des salariés de Google ont annoncé, lundi 4 janvier, créer un syndicat, une décision qui coïncide avec une période de mécontentement grandissant envers les géants de la Silicon Valley. La Silicon Valley était parvenue jusqu’à présent à éviter (...)

    #Fitbit #Google #Verily #Waymo #YouTube #éthique #GigEconomy #syndicat #travail (...)

    ##Maven

  • Livraison à vélo : comment les coopératives s’organisent
    https://www.lesechos.fr/industrie-services/conso-distribution/livraison-a-velo-comment-les-cooperatives-sorganisent-1276580

    Face à l’hégémonie des grandes plateformes, qui imposent aux livreurs un statut d’autoentrepreneurs, certains d’entre eux ont lancé leur propre alternative à l’échelle locale. Sous forme de coopératives, 21 collectifs français ont sauté le pas. A la clé, de meilleures conditions de travail et une gouvernance horizontale. Les livreurs de repas à domicile multiplient les grèves pour améliorer leurs conditions de travail. Si des petites victoires sont parfois arrachées, comme à Saint-Etienne où Uber Eats (...)

    #GigEconomy #UberEATS #FoodTech #travail

  • The Gig Economy Is Failing. Say Hello to the Hustle Economy.
    https://onezero.medium.com/the-gig-economy-is-failing-say-hello-to-the-hustle-economy-13ae3aa91

    Unemployed teachers, cooks, dancers are turning to Patreon, Twitch, and OnlyFans Unemployed teachers, cooks, dancers are turning to Patreon, Twitch, and OnlyFans “We have nothing to sell besides physical touch.” The thought jarred Amber Briggle awake some nights. It kept her from eating in the first week of the Covid-19 shutdown when she lost six pounds fretting over the sudden collapse of the business she’d built up her “entire adult life.” For seven years, Briggle has owned a massage studio (...)

    #COVID-19 #enseignement #FoodTech #GigEconomy #licenciement #santé #travail #télétravail

    ##santé

  • Coronavirus Is Speeding Up the Amazonification of the Planet
    https://onezero.medium.com/coronavirus-is-speeding-up-the-amazonification-of-the-planet-21cb20d

    As restaurants, bars, and local shops close down, platform-based monoliths are vacuuming up customers and jobs There are always parties who profit in times of crisis, and so it goes with our ever-accelerating global pandemic. For toilet paper manufacturers and supermarket chains and, say, a pair of grifter brothers hawking Purell at an obscene markup, the coronavirus has been good for business. But the biggest beneficiaries in the long term may be Amazon and the tech companies that follow (...)

    #Walmart #Amazon #DoorDash #Lyft #Uber #instacart #technologisme #domination #COVID-19 #FoodTech #GigEconomy #santé (...)

    ##santé ##travail