• Chroniques françaises , par Toni Negri
    14 Décembre 2018

    Nous proposons ici la traduction d’une contribution rédigée par Antonio Negri au lendemain du discours d’Emmanuel Macron du 10 décembre dernier. Il s’agit d’un texte d’analyse (...) qui avance (...) des pistes de lecture intéressantes, notamment pour ce qui est des clivages classe/peuple, de l’impossibilité de médiation et de l’épuisement de la gouvernance, mais aussi de la question de la socialisation du salaire et de l’enjeu de la prolifération des foyers des luttes.

    http://www.platenqmil.com/blog/2018/12/14/chroniques-francaises

    #giletsjaunes #fédéralisme #municipalisme #macron #salaire #salaire_social #classe #peuple #multitude #médiation #représentativité #néolibéralisme #Macron #giletsjaunes #gilets_jaunes #Negri

    • Commentaire d’une camarade #intermittente : « Si Toni Negri lisait la page de la #CIP IDF, il aurait su le soir même qu’il n’y a pas d’augmentation du #SMIC et que la “prime d’activité”, comme son nom l’indique, est idéologiquement très marquée (les pauvres sont des fainéants, etc). »

    • « Pas de coup de pouce, mais un revenu en hausse » dans L’iMmonde est incomplet mais pas que
      https://seenthis.net/messages/743277
      Si d’autres ont vu mieux...

      Negri, il plane grave sur le SMIC (entre autre chose), comme tous ceux qui oublient que le SMIC mensuel n’est plus le salaire minimum effectif, qu’il a été remplacé pour des millions d’actives et actifs par un SMIC horaire un temps de travail annualisé.
      En revanche lorsqu’il intègre la #prime_d'activité -aussi marquée soit-elle par le travaillisme- au #salaire social, il vise juste et à un endroit tout à fait négligé par l’analyse sociale (un aveuglement pallié par la nostalgie du CNR). Il y a pas de lecture possible de l’évolution des #droits_sociaux (au dela de l’emploi) sans partir du fait que cette prime finance en même temps (si si) des emplois et employeurs et la reproduction de la forme de travail, que c’est un rapport politique, pas juste une diversion conjoncturelle ou une anomalie à résorber. Comment fonctionne cette #individualisation du salaire social ? Quel mixte d’intégration (au modèle d’emploi, précaire et mal payé et/ou à la figure du cas’sos ; le rouage ou le déchet, telle est l’alternative offerte), de coercition (aiguillon de la faim, inséreurs, proprio, #dette) et de #punition (désocialisation, culpabilité, contrôle) présente-t-elle ?
      Je ne sais pas si ça se lit sur le site de la cip, mais on y trouve de nombreux papiers sur la nécessité de ne pas en rester à la #cotisation_sociale gagée sur la durée d’emploi et les salaires pour financer un #droit_au_chômage). On peut tout savoir du #salaire_social si on s’en tient à l’imaginaire des idéologues de la gauche formol (tel Friot qui exclue du salaire social le RSA, le minimum vieillesse, les bourses et tout droit financé par l’#impôt...), on peut continuer de se poser des questions comme certains secteurs syndicaux tout en ayant de moins en moins de prise au conflit capital travail, et puis on peut aller chercher des réponses chez les #Gilets_jaunes, dans la #grève_sociale expérimentale en cours... Les réponses de l’État sont à tout le moins un élément à prendre en compte dans un programme d’#enquête. Tout comme la réforme un instant reporté du droit aux chômage où les #chômeurs en activité à temps réduit seront en première ligne : diminuer les #allocations_chômage versée de 1,3 milliard est leur projet.


  • Belgique, Pays-bas #revue_de_presse ce vendredi 14 Décembre 2018.

    PAYS-BAS

    Un juge néerlandais interdit toute grève au sein de PostNL dans les semaines à venir
    https://www.rtbf.be/info/economie/detail_un-juge-neerlandais-interdit-toute-greve-au-sein-de-postnl-dans-les-sema


    Il ne pourra pas y avoir de grève au sein de l’entreprise postale PostNL dans les semaines à venir aux Pays-Bas, a décidé jeudi un tribunal de La Haye à la suite d’un pourvoi en référé que la société néerlandaise avait introduit contre le syndicat FNV.

    PostNL avait initié cette démarche car les grèves annoncées, durant un mois de décembre très chargé pour le secteur, auraient mené à « des dommages et des risques disproportionnés ». L’entreprise postale a évoqué un impact direct se mesurant en millions d’euros et des consommateurs qui auraient fortement souffert du retard du courrier et des colis.

    BELGIQUE

    Actions syndicales : des manifestants ont canardé de peinture rouge la façade de la FEB
    https://www.rtbf.be/info/belgique/detail_les-manifestants-se-reunissent-au-siege-de-la-feb-pour-denoncer-la-la-de

    Actions syndicales en Flandre : des dizaines d’entreprises touchées, dont Coca-Cola
    https://www.rtbf.be/info/regions/detail_journee-nationale-d-actions-syndicales-l-usine-de-coca-cola-de-wilrijk-c

    Une nonantaine d’entreprises en province de Flandre orientale sont touchées par les mouvements de grève, dont une quarantaine sont totalement à l’arrêt, selon Marc Staelens, le secrétaire régional de la FGTB-Metal flamande, citant notamment Volvo Cars, Volvo Trucks, Tower Automotive, Honda, Bekaert Aalter et Arcelor Mittal. Plusieurs barrages ont été recensés dans la région de Gand, ce qui provoque de gros embarras de circulation.
    . . . . . .
    La production et la distribution à l’usine de Coca-Cola de Wilrijk sont totalement à l’arrêt
    . . . . .

    Liège : appel à la grève entendu 5 sur 5, une centaine d’entreprises perturbées
    https://www.rtbf.be/info/regions/detail_liege-appel-a-la-greve-entendu-5-sur-5-le-point-sur-la-situation?id=1009

    Journée de grève générale ce vendredi. Des grèves et des actions syndicales sont programmées toute la journée, dans tout le pays et forcément en région Liégeoise. En front commun, les syndicats dénoncent la politique du gouvernement. Les grévistes réclament un meilleur pouvoir d’achat et s’opposent fermement à la réforme des pensions. 
    . . . . .
    Une centaine d’entreprises perturbées
    Une centaine d’entreprises connaissent des perturbation. Ses entreprises sont soit complètement à l’arrêt, soit des piquets de grève y sont établis,
    . . . . .
    Les bus TEC restés au dépôt
    Les conséquences de cette journée d’actions en région liégeoise sont aussi bien visibles dans les transports en communs. La paralysie est quasi générale. "
    . . . . .
    Le personnel des entreprises débraye
    Dans le secteur industriel, certains zonings sont bloqués par l’intermédiaire de barrages filtrants. Au niveau des entreprises, à l’arrêt ce vendredi : Aero boorster, l’ex-Techspace aux Hauts Sart, la FN, CMI, entre autres. 
    La mobilisation devrait être forte aussi dans le secteur de l’alimentaire, avec du personnel en grève, des distributions de tract aux clients, notamment chez Delzaize, Colruyt, Carrefour... 
    Toujours au niveau des magasins, une action a débuté vers 7h30 ce vendredi devant le Ikea à Hognoul.

    Service minimum dans les prisons
    Dans les prisons, le mouvement et bien suivi également. Ce sera service minimum aujourd’hui. Aucune visite, les sorties au préau ne seront pas organisées. De nombreux gardiens de Lantin sont en effet aussi en grève comme la police qui en est à sa deuxième journée d’action d’affilée. 
    . . . . .
    Barrages filtrants et blocages sur les routes
    . . . . .

    Fin de l’action escargot sur la RN25, plusieurs zonings bloqués dans le Brabant wallon
    https://www.rtbf.be/info/regions/detail_plusieurs-zonings-bloques-dans-le-brabant-wallon-une-action-escargot-pre
    . . . . .
    • Plusieurs entreprises à l’arrêt
    D’importantes entreprises du Brabant wallon sont également à l’arrêt. C’est le cas de GSK à Wavre, de Twindisk à Nivelles, des entreprises de travail adapté Village n°1 (Braine-l’Alleud) et Axedis (Limal), des carrières de Quenast, de Derbigum (Perwez) ou encore de Clariant (Louvain-la-Neuve). Un piquet de grève est installé devant NLMK Clabecq.
    . . . . .
    Des examens annulés dans certaines écoles du Hainaut pour cause de grève des bus

    https://www.rtbf.be/info/regions/detail_des-examens-annules-dans-certaines-ecoles-du-hainaut-pour-cause-de-greve
    La quasi paralysie des bus des TEC ce vendredi en Hainaut a poussé certains établissements scolaires à prendre les devants et à réorganiser leur session d’examens afin que les élèves ne soient pas pénalisés. Concrètement, certaines écoles ont décidé d’annuler les examens prévus ce vendredi et à les organiser à une autre date.
    . . . . .

    Vague de grèves : les collectes de déchets perturbées, le point région par région
    https://www.rtbf.be/info/regions/detail_vague-de-greves-les-collectes-de-dechets-perturbees-le-point-region-par-

    Les collectes de déchets sont perturbées à des degrés divers en Wallonie et à Bruxelles. Plusieurs secteurs sont touchés ce vendredi par des mouvements de grève et des actions syndicales contre la réforme des pensions du gouvernement fédéral et les problèmes de pouvoir d’achat.
    . . . . .

    Actions syndicales dans le Hainaut : barrages filtrants, grosse mobilisation carolo et montoise
    https://www.rtbf.be/info/regions/detail_actions-syndicales-a-ghislenghien-barrage-filtrant-a-l-entree-du-depot-c

    Des mouvements de grève et des actions syndicales en front commun sont programmées sur l’ensemble du territoire belge ce vendredi. On s’attend à pas mal de perturbations dans plusieurs services. Le Hainaut comme attendu est fort mobilisé. 

    La mobilisation semble au rendez-vous à Charleroi. L’entièreté du réseau TEC est à l’arrêt ce vendredi matin , le personnel de grosses entreprises comme Induscabel ou Alstom ont décidé de débrayer. Des perturbations sont signalées à l’aéroport de Charleroi. Les bagagistes ont rejoint eux-aussi le mouvement de grève.
    à Ghislenghien, un barrage filtrant bloque l’entrée du dépôt Colruyt. Ce dépôt dessert tous les Colruyt du pays. On ne parle pas de blocage total pour le moment, il s’agit d’un barrage filtrant. Le dépôt du Colruyt est à l’arrêt complet.
    Appel à la grève entendu à Mons-Borinage
    . . . .

    * La pauvreté, une réalité pour un élève sur 4 : « Sans l’école, certains enfants ne mangent pas »
    https://www.rtbf.be/info/societe/detail_sans-l-ecole-certains-enfants-ne-mangent-pas?id=10097642

    . . . . .
    Plus d’un enfant sur 4 vit sous le seuil de pauvreté en Fédération Wallonie-Bxl. Et dans les ménages sans emploi, le phénomène est encore plus vivace : dans 50% des cas, les enfants sont privés d’au moins 3 « besoins », comme manger des fruits et légumes, pouvoir participer à des excursions scolaires, avoir deux paires de chaussures...
    Un phénomène qui se traduit au quotidien dans les boîtes à tartines, dans les vêtements , dans l’hygiène, dans l’absentéisme. 
Des enfants ont faim quand ils arrivent à l’école, comme on l’a constaté encore cette semaine dans cette école de la communauté française.
    . . . . .
    #GiletsJaunes #grève #luttes_sociales #infos_locales (


  • La #sama
    http://www.radiopanik.org/emissions/association-de-bienfaiteurs/la-sama

    En 1989, les marolliens, de la rue de la #samaritaine, firent #grève. La grève des #matelas. Parce que les pompiers avaient décidé que leur logement était insalubre, dangereux, parce que la commune de Bruxelles avait envoyé sa police afin de distribuer les avis d’expulsion à qui de droit, parce qu’aucune alternative de relogement ne leur était proposée, pour ces raisons, les personnes concernées, et des sympathisants, manifestèrent en dormant sur desq matelas dans la rue. Lieu où les entités communales, fédérales, les envoyaient vivre, n’ayant plus de logement. De cette manifestation naquit un mouvement pour le droit à un logement digne pour tout citoyen. Malheureusement, ce combat est toujours d’actualité.

    De ce mouvement naquit aussi le Comité de la Samaritaine. Lieu où je vous emmène (...)

    #cuisine #alimentaire #colis #commémoration #grève,cuisine,alimentaire,samaritaine,sama,colis,commémoration,matelas
    http://www.radiopanik.org/media/sounds/association-de-bienfaiteurs/la-sama_05845__1.mp3


  • Pour découvrir comment au nom de l’art, on défend une politique froidement managériale :
    http://jefklak.org/tout-va-bien-au-theatre-de-la-commune

    Tout va bien au théâtre de la Commune
    Enquête sur la grève des salarié·es du théâtre de la Commune d’Aubervilliers

    Par Jean-Marie Mignon et Michel Demoor

    Que se passe-t-il au théâtre de la Commune à Aubervilliers ? Quelles sont les raisons de la grève longue de plus de deux mois, huée par le philosophe Alain Badiou ? Harcèlement des syndiqué·es, départ de plus de la moitié de l’équipe permanente, humiliations et menaces… Tout est bon pour mener à bien le projet artistique de Marie-José Malis. Restée assez discrète, cette grève est pourtant révélatrice de l’état d’esprit de certain·es artistes-dirigeant·es d’établissements culturels publics aujourd’hui. Au nom de l’art, on y défend une politique managériale digne des pires ténors du CAC40. Un document confidentiel, le CDNLeaks, en téléchargement in extenso ci-dessous, et une longue enquête menée depuis le début de la grève montrent le niveau de contamination néolibérale d’un lieu historique du théâtre populaire. Mesdames et messieurs, demandez le programme !

    #grève #luttes #CDN #theatre #art #culture #Aubervilliers #commune


  • « Merci »
    https://oulaviesauvage.blog/2018/12/06/merci

    (6 décembre 2018, jour anniversaire de l’assassinat d’Alèxandros Grigorópoulos, tué par un policier dans le centre d’Athènes – Alèxandros avait 15 ans, en aurait 25 aujourd’hui.)

    Les revendications des banlieues populaires et de la jeunesse racisée, des lycéenne.s, des étudiant.e.s, des infirmières, des cheminots, routiers, ambulanciers, chômeuses, précaires, intérimaires, dockers, employé.e.s de la grande distribution ou de dépôts de carburant, maçons-couvreurs, artisans, agentes de surface, ouvrières, techniciennes, caristes, sans emploi, saisonniers, chauffeurs, intérimaires encore, peuvent aujourd’hui converger avec celles des gilets jaunes en impulsant à ce mouvement une dynamique radicalement différente de celle que l’extrême-droite rêvait de lui donner – une dynamique fondée sur l’union plutôt que sur la division des classes populaires. Face à cette menace, la stratégie du gouvernement consiste notamment à cibler la jeunesse, et en particulier celle des quartiers les moins favorisés. Plus rien d’autre ou presque que ça, depuis samedi : des menaces directes ou à peine voilées et, pour les illustrer, une démonstration de violence gratuite et cruelle ; des corps adolescents – 14, 15, 16 ans – qu’on frappe, qu’on étrangle, qu’on passe à tabac, qu’on gaze, qu’on met en joue à moins d’un mètre. Les tirs tendus ciblant la tête ou le « triangle génital », les passages à tabac ne s’expliquent pas par l’état d’épuisement des forces de répression, leur fébrilité extrême, celle de leurs responsables, leur manque d’effectif ou le fait, avancé par J.-L. Mélenchon, que certains n’auraient pas reçu leur plateau-déjeuner, mais répond à un calcul politique, celui d’une stratégie de la tension ou de la terreur qui ne dit pas son nom (car les ministres doivent conserver la latitude de dénoncer bouche en cœur « la violence » et de faire le partage entre « bons » et mauvais » manifestants). La stratégie du gouvernement n’est pourtant plus aujourd’hui fondée que sur la force. Le gouvernement cible les plus jeunes afin qu’absolument personne, parmi celles et ceux qui protestent, ne se sente à l’abri. Il lui faut individualiser la peur (peur d’être blessé.e, de perdre un œil, d’être défiguré.e, de perdre la vie) et généraliser l’arbitraire pour que n’importe qui se sache exposé. Les peines de prison déjà prononcées, qui font partie de l’attirail classique que le pouvoir oppose aux mouvements sociaux, ne suffisent pas, cette fois. Macron, Philippe, Castaner, Blanquer, au pied du mur, se voient contraints d’aller plus loin ou de céder ; c’est aussi ce qui montre que le mouvement en cours, que l’on peut espérer de plus en plus multiforme et de plus en plus uni, de moins en moins contradictoire, se heurte au roc du réel – ce qui le rend infiniment plus dangereux pour l’ordre en place que n’importe quelle pétition d’idées. Face à cela, les gouvernants doivent prouver qu’ils n’hésiteront devant rien, que tous les coups sont désormais permis et provoquer en face une peur plus viscérale et plus forte que la leur, une peur qui nous atteint chez nous, entre nos murs et dans nos corps, une peur intime. Si les professeurs de lycées ne se sont pas encore mis en grève, me dit une amie de Lyon, c’est probablement « par peur ». Et pourtant ; répondre devrait au minimum consister à cesser le travail dans tous les établissements dont les élèves sont aujourd’hui exposés à cette violence exemplaire — en espérant que cet arrêt de travail marque le début d’une grève générale, d’un mouvement qui portera sur la place publique la question de la justice sociale et celle des violences policières. (c’est moi qui graisse, ndc) Les lycéen.ne.s et étudiant.e.s qui sont sorti.e.s il y a quelques heures et ont parcouru Paris en manif sauvage viennent juste de prouver qu’il est possible de retourner la peur, nos peurs contre la leur. Tout au long du direct diffusé à l’occasion, des internautes leur envoyaient des cœurs, les remerciaient, leur disaient « bravo », ne se lassaient pas de les entendre rire et prenaient courage puisque, dans seulement deux jours, ce sera leur tour de sortir. Merci.

    #lycéens #police #grève


  • Maintenant, tous en #grève !
    https://nantes.indymedia.org/articles/43804

    La grève est maintenant une nécessité vitale. Ce texte est un appel, une invitation. Diffusons le au maximum. C’est le moment d’agir. Le mouvement de révolte sociale des #gilets_jaunes s’amplifie. Les lycéens sont entrés dans la danse. Pour certains, l’heure est à la préparation du prochain samedi, en vue d’augmenter le niveau de confrontation avec le pouvoir. N’oublions pas que notre principale arme ne se trouve pas à décathlon ou monsieur bricolage : cette arme, c’est la grève.

    #partout #grève,gilets_jaunes


  • Bouc-Bel-Air : les “gilets jaunes” sont venus soutenir les salariés d’Amazon en grève

    Il y a actuellement 60.000 colis en attente dans cet entrepôt. Ironie de cette histoire, Amazon vend aussi des « gilets jaunes » et comme rien n’arrête ce géant du commerce en ligne, le prix du « gilets jaunes » vendu sur Amazon a augmenté de 22% entre le 1er et le 30 novembre.

    https://france3-regions.francetvinfo.fr/provence-alpes-cote-d-azur/bouches-du-rhone/aix-en-provence/bouc-bel-air-gilets-jaunes-sont-venus-soutenir-salaries

    #giletsjaunes #gilets_jaunes #amazon #grève #commerce_en_ligne #GAFA

    déniché par @colporteur sur Twitter et republié par Albertine sur FB....




  • Vocabulaire politique : #Syndicat - Le #Service_Minimum en question
    http://www.radiopanik.org/emissions/lactualite-en-3d/le-service-minimum-en-question

    Aujourd’hui, l’Actualité en 3D reçoit Vaïa Demertzis, politologue et chercheuse au #CRISP. Elle est notamment membre du Groupe d’analyse des #Conflits_sociaux (GRACOS), un collectif interdisciplinaire qui étudie les principaux mouvements de #Grève ainsi que d’autres évènements liés aux conflits sociaux. Avec notre invitée, nous allons tenter de décrypter un enjeu régulièrement au centre de ces conflits : le service minimum.

    Qu’est-ce que le service minimum ? Quelles sont les professions ou les secteurs d’activité qui y sont soumis ? Quels sont les arguments qui plaident en sa faveur ou en sa défaveur ? Pourquoi semble-t-il cristalliser à ce point les oppositions idéologiques ? Quelle est la position du gouvernement belge mais également des gouvernements régionaux sur la question ? (...)

    #Prison #Transports #Prison,CRISP,Transports,Conflits_sociaux,Syndicat,Service_Minimum,Grève
    http://www.radiopanik.org/media/sounds/lactualite-en-3d/le-service-minimum-en-question_05775__0.mp3


  • La CGT annonce une grève dans six des sept raffineries françaises Ce mouvement de deux jours, qui a été entamé mercredi, vise à peser sur les négociations salariales annuelles avec l’Union française des industries pétrolières. Il est susceptible d’être prolongée jeudi soir.

    https://www.francetvinfo.fr/economie/transports/penurie-de-carburants/la-cgt-annonce-une-greve-dans-six-des-sept-raffineries-francaises_30471

    La CGT et les « gilets jaunes » bloquent plusieurs raffineries Total
    Plusieurs sites de Total étaient affectés jeudi par un mouvement de grève à l’appel de la CGT, et lié à des négociations salariales, et qui dans certains cas s’ajoutent à des blocages de « gilets jaunes ». La CGT se défend d’avoir rejoint le mouvement.

    http://www.lefigaro.fr/societes/2018/11/22/20005-20181122ARTFIG00279-plusieurs-sites-de-total-bloques-par-des-greviste

    #cgt #giletsjaune #pétrole #total #raffineries #blocage #grève #syndicalisme #industrie #industrie_pétrolière #carburant


  • Homo inc.orporated – Le triangle et la licorne qui pète

    Avec #Homo_Inc.orporated, #Sam_Bourcier poursuit la réflexion menée dans la trilogie des Queer Zones. Mariage, procréation, travail, patrie, les gais et les lesbiennes ont basculé dans la sphère de la reproduction et de la production. Que reste-t-il du sujet politique #LGBT lorsqu’il est défini par le #droit et le management de la #diversité ? Pas grand-chose. Raison pour laquelle les #queers et les #transféministes se mobilisent pour un agenda de #redistribution_économique et de #justice_sociale plus large que la simple demande d’#égalité et d’#intégration. Homo Inc.orporated propose une critique radicale de l’#homonationalisme et des politiques de l’#égalité_des_droits. C’est aussi une boîte à outils pour lutter contre le #néolibéralisme, avec une réflexion et de nouveaux moyens d’action sur les politiques du #savoir à l’#université, le genre comme #travail, la #grève_du_genre sans oublier le #gender_fucking !

    https://www.cambourakis.com/spip.php?article870
    #transféminisme #genre #livre


  • Midinettes et grèves des ouvrières durant la Grande Guerre


    https://paris-luttes.info/midinettes-et-greves-des-ouvrieres-10984?var_mode=calcul

    Pendant la 1e guerre mondiale les femmes sont encouragées à travailler et à remplacer les hommes partis au front dans les champs, les usines, les sociétés de transport etc. Pour le même travail elles sont moins bien payées et traitées que leurs collègues masculins et peu soutenues par les syndicats qui s’inquiètent du fait que la place des ouvriers ne leur soit pas rendue à leur retour des tranchées. Elles s’organisent pourtant pendant la guerre et mènent plusieurs mouvements sociaux et grèves revendiquant la revalorisation de leurs salaires et l’amélioration de leurs conditions de travail.

    #grève #feminisme #ouvriers #prolétariat @rezo

    • Oh les vilains syndicalistes ! ! !
      En temps de guerre, quand t’ouvrais ta gueule, c’était le départ pour le front ou la taule.
      Seule forme de résistance, le sabotage du boulot.

      Qui plus est un syndicat, c’est la représentation de celles et ceux qui se prennent en charge et luttent, ce qui s’est fait.
      elles s’organisent pourtant pendant la guerre et mènent plusieurs mouvements sociaux et grèves revendiquant la revalorisation de leurs salaires et l’amélioration de leurs conditions de travail.

      Curieux ce début d’article, qui ne semble pas parler du rôle des patrons au paradis pendant ces années là !

      Le féminisme a bon dos !

    • Curieux ce début d’article, qui ne semble pas parler du rôle des patrons au paradis pendant ces années là !

      Curieux aussi de ne pas lire la totalité de l’article. Vous y auriez lu que ce mouvement avait abouti à une syndicalisation massive des femmes ;)


  • Dossier urbain : 1922 : La ville de Mexico se soulève contre les proprios
    http://www.alternativelibertaire.org/~fil/?Dossier-urbain-1922-La-ville-de

    Annotations :

    Retour à la capitale où, le 29 mars, un nouveau rassemblement approuve les statuts du syndicat et une plate-forme revendicative : une baisse de 25 % des loyers ; la rénovation des logements insalubres aux frais des propriétaires ; la constitution de commissions d’hygiène contrôlées par les locataires. Pour le syndicat, ces trois objectifs doivent faire l’objet d’une loi applicable à tout le pays, et non d’accords particuliers avec les propriétaires. Dans les quinze jours qui suivent, le syndicat connaît en effet une croissance exponentielle. Certains journaux évoquent des milliers d’adhésions quotidiennes, dans l’excitation de la grande bataille qui s’annonce. (...)

    #lutte #logement #-Mexique #grève_des_loyers #-1922


  • [infokiosques.net] - Barcelone 1931 - Grève massive des loyers
    https://infokiosques.net/lire.php?id_article=660

    Annotations :

    Au début des années 1920, les employeurs répondirent à l’augmentation du militantisme ouvrier en créant un syndicat « jaune » (pro-patronal) appelé le Sindicato Libre (le Syndicat Libre) et en engageant des pistoleros (tueurs à gages) pour assassiner des activistes connus de la CNT. Des centaines de travailleurs furent tués durant cette campagne. Certains activistes de la CNT ripostèrent en assassinant des patrons qui recrutaient des pistoleros. A partir de 1923, l’atmosphère répressive fut officialisée par une dictature militaire dirigée par Primo de Rivera, qui fit interdire la CNT. Parera justifia la demande de réduction des loyers par le fait que l’inflation (...)

    #lutte #logement #grève_des_loyers #-Espagne #-1931 #répression


  • #grève_des_loyers dans un foyer à Argenteuil - Paris-luttes.info
    https://paris-luttes.info/greve-des-loyers-dans-un-foyer-a?lang=fr

    Le plafond encore noirci par l’incendie qui s’est déclaré dans la cafétéria toujours fermée - le 2 mai dernier, mine les visages des chibanis (NDLR : qui veut dire vieux en arabe). Aujourd’hui les travaux de la cafétériat sont toujours en attente. Les résidents du foyer des remparts à Argenteuil en ont ras-le-bol. Dans le hall, des feuilles avec le titre « en grève » s’affichent sur les portes de l’ascenseur. Tags : #lutte #logement grève des loyers #immigration #-Argenteuil (...)

    #-2014


  • [Genève] 1977 #grève_des_loyers et #syndicats proprios - Renversé
    https://renverse.co/Geneve-1977-Greve-des-loyers-et-syndicats-proprios-525

    En 1977, un vent de révolte souffle chez certains locataires genevois. Face à la hausse continue de leurs loyers, ils se mettent en grève contre leurs propriétaires. Seul hic, les propriétaires en question sont des syndicats qui font fructifier leur patrimoine. Tags : #lutte #logement grève des loyers #-Genève #-1977 syndicats #gauche


  • Contester une institution dans le cas d’une mobilisation improbable : la « #grève_des_loyers » dans les foyers #Sonacotra dans les années 1970 | Cairn.info
    https://www.cairn.info/article.php?ID_ARTICLE=SOCO_065_0055

    Annotations :

    Si une grande partie des militants rencontrés sont aujourd’hui amers, en dépit du « désordre » que la « grève des loyers » a provoqué ­ les pertes financières, par exemple, s’élèvent de 1975 à 1979 à plus de 100 millions de francs pour la Sonacotra 2f[20] Il faut souligner tout d’abord combien la nature même de la mobilisation comporte des aspects juridiques déterminants : la revendication du statut de locataire, par exemple, qui émerge dès l’année 1975, suppose une connaissance très fine du contrat de résidence établi entre l’occupant et la Sonacotra 2f[37][37] La voie juridique est celle déjà empruntée dans le.... Avant même l’expansion de la #lutte, en 1972, les (...)

    #.articles_revues #Sociologie #logement #immigration #-1970~


  • Les « sonacos » ou la #grève_des_loyers des résidents des foyers #Sonacotra Odysséo
    http://odysseo.generiques.org/actualites/p14/les-sonacos-ou-la-greve-des-loyers-des-residents-des-foyers-sona

    Annotations :

    Le mouvement de #lutte des résidents des foyers Sonacotra s’inscrit dans un mouvement plus général de mobilisation des travailleurs immigrés qui revendiquent de meilleures conditions de travail et de logement et combattent le durcissement des conditions de séjour des étrangers en France dans les années 1970 : grèves dans les usines, comme à Renault ou Pennaroya, de 1971 à 1975 ; grèves de la faim pour obtenir des papiers de décembre 1972 à l’automne 1973, mobilisation contre les circulaires Marcellin-Fontanet qui conditionnent l’autorisation de séjour en France à la détention d’un emploi. A partir de 1975, une « grève des loyers » débute au foyer Romain-Rolland de (...)

    #immigration #-1970~ #-France


  • Les résidents de Coallia optent pour la #grève_des_loyers - Paris-luttes.info
    https://paris-luttes.info/les-residents-de-coallia-optent-7009?lang=fr

    Annotations :

    La Grève des loyers par les résidents des foyers Coallia pour travailleurs immigrés tient le vent depuis juillet 2016. Ainsi depuis le 30 juin 2016, les résidents des foyers Coallia de Boulogne, rue Nationale, et quai Stalingrad affirment leurs revendications légitimes par leur grève des loyers. Ils sont déterminés à la poursuivre de manière illimitée et reconductible jusqu’à satisfaction complète de toutes leurs adjurations intégrales. En novembre 2016 la mobilisation continue la #lutte. Les résidents des foyers pour travailleurs immigrés de Boulogne exigent la réouverture de la cuisine collective. « La cuisine collective du foyer Boulogne a été fermée le 24 mai 2016 (...)

    #logement #immigration #-2016 #-Paris


  • A Londres, des #étudiants font la #grève_des_loyers
    https://www.lemonde.fr/campus/article/2016/05/13/greve-des-loyers-etudiants-a-londres-pour-faire-baisser-les-prix_4918747_440

    Annotations :

    13.05.2016 Comme près de 1 000 étudiants londoniens, cette internaute a pris la décision de ne plus payer son loyer jusqu’à ce qu’une baisse ait été négociée avec les propriétaires des résidences étudiantes. Initiée en janvier par les étudiants de l’University College de Londres (UCL), la grève a été rejointe par leurs camarades de trois autres universités : Roehampton, Goldsmith et l’Institut Courtauld. Selon le mouvement UCL Cut The Rent (littéralement « réduisez le loyer ») près d’1 million de livres sterling (soit 1 200 000 euros) seraient ainsi en suspens, conservées par les étudiants-locataires en colère.

    Tags : (...)

    #lutte #logement #-Londres #-2016


  • Adoma — Wikipédia
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Adoma

    Annotations :

    La « #grève_des_loyers » débute en janvier 1975 avec les résidents du foyer Romain Rolland de Saint-Denis, en majorité originaires d’Algérie avec une forte minorité issue du Mali et du Sénégal. À la suite de l’annonce de l’augmentation générale des loyers de 30 %, la plateforme de revendications du comité des résidents est reprise en septembre par un Comité de coordination des foyers en #lutte qui ne sera jamais reconnu par la #Sonacotra et le gouvernement. En l’absence de négociation le conflit se durcit (expulsions de résidents des foyers et même du territoire en avril 1976) et se politise. Initiés par des résidents ayant acquis une expérience syndicale dans le cadre (...)

    #immigration #logement #-France #-1970~


  • Mouvement de grève chez Amazon en Allemagne Belga - 2 Novembre 2018 - RTBF
    https://www.rtbf.be/info/economie/detail_mouvement-de-greve-chez-amazon-en-allemagne?id=10062770

    Les travailleurs de deux établissements Amazon en Allemagne (à Leipzig et Bad Hersfeld) ont déclenché une nouvelle grève vendredi en raison d’un conflit salarial qui dure depuis plusieurs années. Quelque 600 personnes doivent participer au mouvement qui se prolongera jusque samedi soir, selon le syndicat Verdi. Des retards sont donc possibles dans la livraison des colis.

    La grève vise à forcer Amazon à discuter d’un nouvel accord salarial pour ses travailleurs. « Même si Amazon a augmenté les salaires de 2% en septembre, l’écart avec l’accord de convention collective demandé n’a pas diminué », précise un syndicaliste.
    Le syndicat Verdi se bat depuis 2013 pour une convention collective englobant les 16.000 employés d’Amazon en Allemagne, jusqu’ici sans succès.

    L’entreprise répond que, même sans convention, elle reste un employeur juste et responsable.

    #Esclaves #under_menschen #serfs #esclavagistes #Grève #allemagne


  • PAPREC : DU SALE DANS LE TRI DES DÉCHETS
    http://www.platenqmil.com/blog/2018/10/30/paprec--du-sale-dans-le-tri-des-dechets

    Dans un coin de La Courneuve, entre des entrepôts de ferraillage, des locaux d’imprimeries, le siège de l’UOIF, un collège-lycée et l’autoroute A86, l’usine PAPREC trie tout un tas de déchets. Son activité consiste à récupérer des bennes déposées dans des entreprises ou des collectivités, puis à réinjecter cette matière première gratuite dans les circuits capitalistes. Mais Paprec trie aussi ses ouvriers, pour éviter toute contestation, ce qui lui a valu une certaine renommée dans les réseaux syndicaux. Depuis les élections professionnelles d’octobre 2016, Paprec fait tout son possible pour se débarrasser de son représentant syndical CGT, Mahamoudou Kanté. Comme dans beaucoup de boites, on a d’abord tenté de le rétrograder, de conducteur d’engins à trieur de déchets. Ensuite, c’est l’enchainement complet : agressions physiques en novembre et décembre 2016, convocations multiples, mises à pied conservatoires, mutations forcées, procédures de licenciement. Entre février 2017 et mars 2018, il ne reçoit plus aucun salaire mais refuse les dizaines de milliers d’euros qui lui sont proposés pour quitter l’usine. Malgré les victoires aux prud’hommes, il lui reste encore 7 mois de salaires non payés.
     
    La répression syndicale vit une époque florissante mais chez Paprec on pousse loin le délire. Depuis mars 2018, les participants à une simple réunion syndicale organisée par Mahamadou Kanté sont sanctionnés un par un, parfois jusqu’au licenciement. Et de façon générale, quiconque s’approche trop près du délégué syndical est visé par la répression.

    #capitalisme_vert #répression_anti-syndicale

    • Le "spécialiste du recyclage et de la valorisation des déchets" Paprec s’y connaît aussi très bien en méthodes de surexploitation : dans son usine de La Courneuve, accidents graves, morts, contrôle et répression syndicale... Ce sera le principal objet de l’émission "Vive la sociale" de ce soir.

      L’émission « Vive la sociale », c’est sur Fréquence Paris Plurielle
      (106.3 MHz ou, par Internet, www.rfpp.net « écouter le direct »),
      le 1er et le 3e jeudis du mois, de 19 heures à 20 h 30,
      avec rediffusion le lundi suivant de 7 heures à 8 h 30.
      Les émissions sont ensuite postées sur le site http://vivelasociale.org/les-emissions-recentes

      Mel reçu. Par ailleurs, je dis cette fois #toctoc pour l’article documenté de la Plate forme d’enquêtes militantes posté ci-dessus, dont voici un autre extrait.

      Niveau communication, le groupe Paprec est au top du #greenwashing avec son image écolo et moderne : une "société modèle" selon le magazine L’Express (3). Mais entre les murs des usines, celle de La Courneuve en particulier, la réalité est plus sombre. Les #ouvriers travaillent dans des bâtiments vétustes et mal organisés, où le risque est permanent. Au lieu de trier les bennes de papier au sol, on les oblige à monter sur des tapis roulants qui ne sont pas prévus pour. Ils bossent donc en se déplaçant à travers un flot de déchets, pour éviter de se faire happer par la broyeuse qui est derrière eux ou bien par les énormes tractopelles qui continuent à déverser les déchets juste devant. À quelques mètres, d’autres #manutentionnaires - avec ou sans casques - travaillent à proximité directe de grues hydrauliques dont les griffes métalliques se balancent au-dessus de leurs têtes. A un niveau inférieur, confinés dans des cuves en béton, des #trieurs en masques et combinaisons blanches ramassent à la main des montagnes de paperasse, dans des nuages de poussières. La situation est à peine mieux pour les #chauffeurs, contrôlés par géolocalisation à la minute près tout en étant contraints de dépasser régulièrement les #temps_de_travail réglementaires.

      En 2014, un ouvrier de La Courneuve est mort écrasé par des balles de papier en déchargeant un camion. La même année, dans l’usine Paprec de Wissous (91), un salarié meurt broyé par la machine de tri. Ce traitement réservé aux ouvriers des déchets ressort assez clairement des statistiques nationales qui ne sont pourtant que la face visible du phénomène. En 2016, le secteur « collecte, traitement et élimination des déchets » est presque en tête pour la fréquence des #accidents_du_travail, juste derrière le bâtiment, mais au-dessus de la logistique. Les accidents sont aussi plus graves que dans les autres secteurs, les décès étant presque aussi nombreux que dans la construction. En France, 110 000 salariés sont regroupés dans ce type d’activité, dont 17 000 en Ile de France. Ce sont pour 2/3 des ouvriers, principalement des chauffeurs et des ouvriers non qualifiés. C’est sur leurs dos - et sur leur santé en général - que les patrons du recyclage font fortune. Celle de Jean-Luc Petithuguenin, patron de Paprec, est passée de 100 millions d’euros en 2008 à 390 millions en 2018. Depuis sa création en 1995, le Groupe Paprec a multiplié son chiffre d’affaire par 430 pour atteindre 1,5 milliards d’euros en 2017.

      Le PDG Petithuguenin se présente non seulement comme un patron « social », mais aussi comme un antiraciste engagé… En mars 2017, il prend position contre le passage du FN au second tour et conseille quoi voter à ses ouvriers, par courriers individuels. Il se vante partout d’embaucher des gens de 66 nationalités différentes, présentant comme de l’ « intégration » ce qui n’est qu’exploitation d’une main d’œuvre à bas coût. Inutile de préciser que lui-même est blanc, ainsi que l’ensemble des 15 membres de son comité exécutif et que la seule femme présente est cantonnée aux ressources humaines. Même chose pour les directions d’établissements Paprec, où on ne trouve quasiment que des hommes blancs. En fait, la « diversité » brandie par Petithuguenin concerne surtout les ouvriers peu qualifiés et tout particulièrement pour les métiers les plus pénibles. En Île de France, près de la moitié des ouvriers du déchet sont des #immigrés et près des 2/3 sont sans diplômes. Dans l’entrepôt de La Courneuve, le recrutement cible en priorité des #primo-arrivants, avec ou sans papiers, comme on a pu le voir lors des #grèves de 2008. A cette occasion, Paprec s’était d’ailleurs illustré en ne promettant que des CDD de quelques mois aux travailleurs sans-papiers, et en refusant ensuite de les prolonger.

      En plus de ça, Petithughenin prône la laïcité radicale en compagnie des fanatiques du Printemps Républicain et est même le premier patron français à avoir fait voter une Charte de la Laïcité dans sa boîte. Il reçoit des récompenses pour ce genre de conneries, comme le « Grand Prix de la Laïcité » qui lui a été remis en octobre 2014 par la #mairie_de_Paris. Sa charte va jusqu’à dépasser le cadre légal en imposant un strict « devoir de neutralité » qui contraint les ouvriers à « ne pas manifester leurs convictions religieuses » mais aussi « politiques » dans l’exercice de leur travail (8). Pour le dire plus clairement, Petithuguenin déteste tout autant les musulmans que les communistes et mène activement la chasse aux sorcières. Pour inaugurer le site de La Courneuve, il n’a pas trouvé mieux que de faire cuire des cochons de lait juste en face de la mosquée voisine. Et il a récemment déclaré à propos du dialogue syndical : « Si quelqu’un vient me voir avec des intentions politiques et fonde son action sur la lutte des classes, je dis non ». Il est comme ça Petithuguenin, il aime penser à la place des gens. Il fait dans le paternalisme à tendance néocoloniale. Et comme tout bon colon, il tient à son image de grand bienfaiteur et se débrouille pour dissimuler le carnage à ses pieds, par exemple en faisant le mécène à l’Opéra de Paris ou en investissant dans les sports nautiques, plutôt que dans l’amélioration des conditions de travail.

      à suivre...

    • Paprec : une entreprise qui traite ses salariés comme des déchets ! Après l’article sur l’usine de La Courneuve, voici une #vidéo à partager largement

      https://vimeo.com/301594164

      Soyons prêts à soutenir très bientôt cette lutte !

      https://seenthis.net/messages/656686
      https://seenthis.net/messages/43809

      #luttes_sociales #répression_anti-syndicale #enquête_militante #intervention et #toctoc again...


  • 530 vols annulés à Brussels Airport depuis jeudi : l’incertitude demeure quant à la durée de la grève Belga - 28 Octobre 2018 - RTBF
    https://www.rtbf.be/info/economie/detail_greve-spontanee-chez-aviapartner-plus-d-un-vol-sur-cinq-a-nouveau-annule

    Plus d’un vol sur quatre a été annulé dimanche à Brussels Airport en raison de la grève du personnel de la société d’assistance aéroportuaire Aviapartner, qui dure maintenant depuis jeudi après-midi, a-t-on appris auprès de l’aéroport bruxellois. En tout, 530 vols ont été annulés depuis jeudi. Contrairement à ces derniers jours, aucun passager n’a dû y passer la nuit.

    Au total, ce sont 150 vols sur 550 qui ont été annulés dimanche à Brussels Airport, alors que l’aéroport était censé accueillir un total de 74.000 passagers au départ et à l’arrivée en ce deuxième jour du premier week-end des vacances de la Toussaint.


    La grève du personnel d’Aviapartner (bagagistes et assistants aéroportuaires) a commencé jeudi après-midi et, malgré plusieurs réunions de négociations, aucune solution satisfaisante n’a encore pu être dégagée. La direction a dès lors appelé à une conciliation vu l’urgence de la situation. Les discussions doivent ainsi reprendre ce dimanche dans les locaux du SPF Emploi, Travail et Concertation sociale, à Bruxelles, et non pas à l’aéroport de Zaventem comme cela a été le cas samedi. Il ne semble toutefois plus certain que la réunion débute à 10h00 comme prévu initialement.

    Quelles sont les demandes ? 
    Lors des négociations, les trois syndicats (CSC Transcom, FGTB-UBT et CGSLB) ont davantage concrétisé leurs exigences. Mais lorsqu’ont été abordées les compensations financières et indemnités, le fossé s’est creusé entre les deux parties. Les syndicats ont notamment demandé que les intérimaires reçoivent un contrat à durée indéterminée.

    Aviapartner a proposé l’engagement de 78 intérimaires, le paiement d’une prime de 250 euros par personnes « dans le contexte d’une sortie de grève immédiate », et le renforcement du middle management, notamment, a fait savoir l’entreprise dans la nuit de samedi à dimanche. Elle a ajouté regretter que les syndicats aient refusé ces offres.

    Les discussions portent aussi sur le matériel et les vêtements de travail. Les pauses déjeuner sont également un point important pour les syndicats. Les travailleurs d’Aviapartner se plaignent en effet de ne pas savoir en début de service quand ils pourront profiter d’un temps de repos durant leur journée de travail.

    A en croire Sandra Langenus, de l’UBT-FGTB, les syndicats ont jusqu’à présent obtenu une réponse satisfaisante à « quelques petits points mais pas les principaux ».

    Brussels Airport, de son côté, recommande de consulter la liste des compagnies touchées par la grève sur son site internet avant de se rendre à l’aéroport et de contacter celles-ci le cas échéant.

    Les bagages des vols annulés ne sont eux pas encore disponibles. « Ceux-ci seront envoyés vers leur destination », précise Brussels Airport. « Nous conseillons dès lors d’introduire une demande de récupération de bagage à destination auprès du service Lost & Found local de la compagnie aérienne. Si vous décidez de ne pas partir, vous pouvez vous adresser au service Lost and Found ’Welcome services’ à Brussels Airport. »

    Les bagages des passagers à l’arrivée ne sont pas non plus disponibles. Les voyageurs recevront un code qu’ils peuvent utiliser pour introduire une demande de récupération de bagage.

     #grève #travail #luttes_sociales #lutte #low_cost #transport-aérien #avion #transports #aéroports #conditions_de_travail #Bruxelles #Belgique