• Un gouvernement criminel converti à l’idéologie libertarienne.

    Covid : Des allègements annoncés pour la rentrée malgré la pandémie
    http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2022/02/03022022Article637794669426939752.aspx

    #herd_immunity

    J’en profite pour linker vers cette analyse de la #GBD (Great Barrington Declaration)

    https://theconversation.com/5-failings-of-the-great-barrington-declarations-dangerous-plan-for-

    Good science and sound public health policy are needed to guide us through a pandemic that will likely continue throughout 2021. Public buy-in is essential for long-term adherence to effective public health measures such as wearing masks in indoor spaces, hand washing, maintaining physical distancing and staying home when sick.
    These measures can control case spread but, let’s face it, they are no fun. Even harder to weather are the intermittent closures of businesses and schools in response to local pandemic spikes.
    We have never been in more need of coherent and consistent messaging from the medical professionals, scientists, public health agencies and the government. Unfortunately, reckless messaging by some doctors and scientists is feeding mistrust of public health policies.
    Infectious bad ideas called cognogens readily spread in our stressed pandemic environment. One such cognogen, the Great Barrington Declaration , is causing harm. The declaration takes its name from Great Barrington, a Massachusetts resort town. This declaration, signed by 12,000 people, is sponsored by the American Institute for Economic Research, a libertarian think-tank.

    The declaration begins with the false premise that governments intend to lock down society, and cherry-picks facts (for example, that COVID-19 infections are mild in healthy people). It states:

    “Those who are not vulnerable should immediately be allowed to resume life as normal. The most compassionate approach that balances the risks and benefits of reaching herd immunity, is to allow those who are at minimal risk of death to live their lives normally to build up immunity to the virus through natural infection, while better protecting those who are at highest risk.”

    The 5 flaws

    1. It creates a false dichotomy. The declaration rhetoric offers a false choice between a wholesale return to our pre-pandemic lives (which is objectively dangerous) versus a total lockdown (which no one advocates). Across Canada, schools, daycares and businesses are open and we are providing health care for patients who suffer from non-COVID-19 diseases. Timothy Caulfield, Canada Research Chair in health law and policy, notes that it’s not a binary choice between the Barrington perspective and full lockdown, and that governments are striving to balance public health with economic recovery.
    This is true in Ontario where, after the first COVID-19 peak, the province reopened in three stages, guided by epidemiology.

    2. The Barrington declaration gives oxygen to fringe groups. The signatories did not intend to support such fringe groups, but their rhetoric invalidates public health policy and feeds the 19 per cent of North Americans who don’t trust public health officials.
    When physicians and scientists sign on to the declaration they support the fears of an increasingly anxious public and fuel conspiracy theories. This is even more dangerous in America with a president that many people view as divisive, and fringe groups such as the paramilitary Oath Keepers and QAnon.

    3. The Barrington declaration puts individual preference far above public good. The declaration advocates that, “individual people, based upon their own perception of their risk of dying from COVID-19 and other personal circumstances, personally choose the risks, activities and restrictions they prefer.”
    If these views were applied to traffic safety, chaos would ensue as we each chose our own speed limit and which side of the road to drive on. Public health matters, and the approach of the declaration to place ideology over facts helps fuel the pandemic.

    4. The declaration misunderstands herd immunity. Herd immunity occurs when a large enough proportion of the population has immunity, usually more than 70 per cent. Viral spread is then slowed because the virus largely encounters immune people. Herd immunity can be safely achieved by vaccines, but in order to “naturally” develop herd immunity, people must first survive the infection.
    Despite more than nine million cases in the United States, less than 10 per cent of Americans have COVID-19 antibodies. Even if true caseloads were 10-fold greater than recognized, 94 per cent of people remain susceptible and, if rapidly infected, would swamp the health-care system and lead to many avoidable deaths.
    The declaration’s approach amounts to a global chickenpox party, a historical means of generating immunity to the varicella-zoster virus that causes chickenpox. Healthy children were put in close contact with an infected child so that all became infected with chickenpox.
    Unfortunately, even some healthy children suffered severe complications and unintended people were often infected. At least with chickenpox there was no risk of epidemic spread because society had herd immunity (which we lack for COVID-19).

    5. The declaration offers no details on how it would protect the vulnerable. In Ontario, more than 60 per cent of COVID-19 deaths have occurred in residents of nursing homes and long-term care (LTC) facilities. COVID-19 is imported into LTCs from the community by relatives and health-care workers, so we must prevent viral spread in the community to keep these vulnerable people safe.
    The experts have spoken: Experts view the Barrington declaration as wrong-minded and dangerous. Dr. Anthony Fauci dismissed the idea, calling it dangerous.
    The declaration is also rebutted by the 6,400 vetted signatories of the John Snow Memorandum, named for the 19th-century pioneer of epidemiology.
    The Snow memorandum cites clear evidence that the virus is highly contagious, several times more lethal than influenza and can have lasting consequences, even in healthy people. It affirms that COVID-19 can be constrained by good public health measures, and warns that herd immunity may be hard to achieve. It concludes:

    “… controlling community spread of COVID-19 is the best way to protect our societies and economies until safe and effective vaccines and therapeutics arrive within the coming months.”

    The Infectious Diseases Society of America’s 12,000 front-line infectious diseases scientists, physicians and public health experts strongly denounce the Barrington declaration.

    Finally, Wisconsin’s epidemic exemplifies the failure of Barrington declaration’s ideology. Its Republican-controlled legislature has supported legal challenges to the governor’s mask mandate even as the state’s rate of positive COVID-19 tests spiked to nearly 30 per cent and hospitalizations skyrocketed.

    The Great Barrington Declaration, supported by U.S. President Donald Trump, is naive and dangerous. Physicians and scientists must be responsible in our pronouncements and not sow mistrust of effective public health measures.

  • Covid-19 : plus de 21 000 classes fermées dans l’Education nationale, du jamais vu depuis le début de l’épidémie
    https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/covid-19-plus-de-21-000-classes-sont-fermees-du-jamais-vu-depuis-le-deb

    Dans un nouveau bilan, vendredi 28 janvier, le ministère recense 21 049 classes actuellement fermées en France, tous niveaux confondus, soit 4% des classes du pays. Un bilan jamais atteint depuis le début de l’épidémie.

    […]

    Près de 4,7% des élèves (soit 572 072 élèves) ont été testés positifs durant la semaine.

    Alors même qu’il n’y a plus de tests en pharmacie, mais des autotests approximatifs et certifiés par la bonne foi de parents.

  • Face à la pandémie, le camp des luttes doit sortir du déni | le collectif Cabrioles
    https://www.jefklak.org/face-a-la-pandemie-le-camp-des-luttes-doit-sortir-du-deni

    Alors que la pandémie de Covid-19 fait rage et touche en premier lieu les catégories les plus discriminées de la société, le gouvernement français laisse filer et des centaines de milliers de nouvelles contaminations ont lieu chaque jour. En cette journée de mobilisation interprofessionnelle, le collectif Cabrioles appelle à sortir du covido-négationnisme, et à nous emparer enfin des moyens de l’autodéfense sanitaire, en nous appuyant sur l’histoire des luttes populaires en faveur de la santé communautaire : pratiques de prévention et de réduction des risques, grève, autoréductions de masques FFP2, etc. Source : Jef (...)

    • La pandémie est entièrement structurée selon les rapports de domination qui gouvernent ce monde. Son déni est un luxe bourgeois, patriarcal, raciste et validiste.

      […]

      Appliquant en cela la feuille de route des réseaux climatonégationnistes de l’extrême-droite libertarienne qui prônent la politique eugéniste du « vivre avec ». « Vivre avec » c’est accepter que toute la population, mais plus particulièrement les classes populaires, et parmi elles ses franges les plus fragilisées que sont les femmes et les personnes racisées, mais aussi les personnes immunodéprimées, atteintes de maladie chronique ou handicapées, vivent dans la peur, se fassent infectées, contractent des Covid Longs, ou en meurent.

      Bizarre de faire une périphrase sans citer explicitement (avec lien de sources expliquant qui a porté ça) la déclaration de #great_barrington [edit : ah ça arrive mais bien plus loin]

      ce raisonnement repose sur des implicites inquiétants : le rejet du principe de précaution face à une maladie inconnue dans ses effets à moyen et long terme, une banalisation des prises en charges en réanimation qui pourtant conduisent à plus d’un tiers de décès, sont toujours traumatisantes et entraînent de nombreuses séquelles, et enfin l’invisibilisation des Covid longs qui touchent au moins 10 % des personnes infectées mêmes asymptomatiques et ont des conséquences gravement incapacitantes.

      Cette lecture problématique qui nie la gravité intrinsèque de la pandémie, a conduit les mobilisations à se focaliser exclusivement sur la juste exigence de moyens pour l’hôpital public, mettant complètement de côté la revendication, ainsi que la diffusion auto-organisée, de moyens de prévention efficaces visant à l’élimination du virus. Une politique émancipatrice et populaire d’autodéfense sanitaire ne devrait pas accepter que nous nous fassions infecter massivement, et encore moins que nous finissions en réanimation, mais devrait avoir pour objectif d’agir en amont, d’empêcher toute infection par un pathogène dangereux.

    • J’ai bien peur que ce genre d’appel manque son but, par le fait même de trancher sur la stratégie de protection face au virus. Il tombe dans le piège de la solution unique (les autres solutions étant directement disqualifiées comme étant d’extrême-droite, complotistes, etc.).

      Ce serait bien plus malin et constructif d’admettre le principe d’une pluralité de modes de protection.
      On ne peut pas défendre le principe d’une politique par le bas, et en même temps fermer dès le départ l’éventail des stratégies possibles.

    • Mais tu comprends bien que certaines méthodes ne peuvent logiquement (au sens fort du terme, pas juste en adverbe dans la phrase) pas être compatibles entre elles ? Une stratégie justement multiple qui viserait le zéro-covid ou presque, est foncièrement incompatible avec une stratégie qui viserait à laisser circuler au mieux et à ne protéger que les « plus faibles » (catégorie qui s’élargit chaque mois toujours plus). C’est forcément un combat entre ces stratégies, qui ne peuvent absolument pas cohabiter, et donc un rapport de force.

    • Oui effectivement c’est un rapport de force, mais le problème est dans quelles « cités » (au sens des économies de la grandeur) on est amené à mesurer la grandeur des arguments. Il est clair pour moi que dans cette histoire c’est une cité unique dans laquelle je n’ai pas envie de vivre - au sens propre du terme. Ou pour le dire autrement, une société dégueulasse qui sauvent des vies reste une société dégueulasse si sa méthode pour le faire reconduit et radicalise ce qui est en faisait la dégueulasserie. Jusqu’ici cette même société dégueulasse n’était pas autant dérangée par d’autres causes de mortalités ou de maladies incapacitantes, et n’était pas aussi zélée pour en faire le décompte quotidien et culpabiliser publiquement les comportements qui en sont des causes. Qu’est-ce qui s’est passé entre temps ?

    • c’est prendre la question à l’envers ! cette pandémie est un événement qui offre une occasion de mettre à l’agenda ce principe de non précaution capitaliste (non pas « en général » mais depuis un moment précis, un problème précis), qui nous a imposé tant de sales contraintes et inculqué tant de mauvaises habitudes, effectivement pathogènes. la pandémie démontre l’inanité du relativisme capitaliste (ah bon, les profits d’aujourd’hui font les dégâts de demain, will see).

      ne pas se saisir politiquement d’une situation qui préfigure l’autoritarisme écologique qui viendra répondre au coup par coup et en se délestant de pas mal de monde au passage à des nuisances structurelles.

  • Martin Blachier et Gérald Kierzek accusés de “décrédibiliser la vaccination” : les langues se délient… - Gala
    https://webcache.googleusercontent.com/search?q=cache:azAP_0X11ukJ:https://www.gala.fr/l_actu/news_de_stars/martin-blachier-et-gerald-kierzek-accuses-de-decredibili

    Le journal Le Parisien a donné la parole à plusieurs médecins en leur demandant ce qu’ils pensaient des nombreuses interventions télé de Martin Blachier et Gérald Kierzek.

    Difficile d’allumer la télévision sans tomber sur un médecin ou un épidémiologiste. Depuis le début de la pandémie de Covid-19, ces derniers trustent les plateaux des chaînes d’information, notamment BFMTV et LCI. Parmi ceux qui sont le plus souvent invités, Martin Blachier et Gérald Kierzek. Ces deux médecins ont fait l’objet d’un article du journal Le Parisien, qui a demandé à plusieurs médecins leur avis sur leurs interventions. Pour Alice Desbiolles, médecin de santé publique, la situation est claire : « Tout expert qui s’exprime de manière publique doit faire preuve de prudence et d’humilité. » Selon elle, ce n’est pas ce que fait Martin Blachier, qui a souvent fait preuve d’un excès d’optimisme, ce qui l’a poussé à donner des informations qui se sont révélées fausses.

    Rémi Salomon, lui, va plus loin : « Martin Blachier et Gérald Kierzek sont des gens qui ont des paroles dont la conséquence est désastreuse, comme décrédibiliser la vaccination », a expliqué le président de la commission médicale d’établissement de l’Assistance publique Hôpitaux de Paris (AP-HP). De même, le Conseil scientifique s’en est pris ce jeudi 20 janvier à plusieurs médias, non nommés, qui « opposent d’un côté des opinions scientifiquement marginales, douteuses ou erronées, et d’un autre côté des avis largement partagés par les communautés scientifiques ».
    La course à l’image

    Au sein du monde médical, la présence de Martin Blachier et de Gérald Kierzek dans de nombreuses chaînes de télévision relève d’une volonté de devenir une personnalité médiatique importante. Ainsi, le médecin retraité Christian Lehmann tacle Martin Blachier : Il « s’est trompé constamment, il est inintéressant et il fait partie de ces invités qui sont déjà dans le taxi lorsqu’on les invite ». Aujourd’hui, l’épidémiologiste n’est plus invité sur BFMTV mais reste un intervenant récurrent de LCI.

    Article écrit en collaboration avec 6Medias.

    URL originale de l’article chez Gala, en 404 désormais, retrouvé en cache chez Google :
    https://www.gala.fr/l_actu/news_de_stars/martin-blachier-et-gerald-kierzek-accuses-de-decredibiliser-la-vaccination-les-

     :-)

    La source serait celle-ci :

    Covid-19 : Martin Blachier et Gérald Kierzek, ces influents médecins « rassuristes » qui divisent - Le Parisien
    https://www.leparisien.fr/societe/martin-blachier-et-gerald-kierzek-ce-duo-clivant-de-medecins-rassuristes-

    Martin Blachier et Gérald Kierzek ont trois choses en commun. Ils ont une parole divergente de celle de la majorité des scientifiques qui prennent la parole sur le Covid-19, et sont souvent taxés de « rassuristes ». Ils l’expriment très souvent sur certains plateaux télé et à l’antenne de différentes radios : LCI (surtout) et Sud Radio sont leurs principaux repères. Enfin, ils ont déjà assuré avoir l’oreille du couple Macron, Monsieur pour l’un, Madame pour l’autre.

  • Les chiffres du Covid s’envolent mais surtout « Don’t Look Up », Christian Lehmann ou Kouchner chez Taubira.
    https://www.liberation.fr/societe/sante/les-chiffres-du-covid-senvolent-mais-surtout-dont-look-up-20220114_7C52EL

    L’épidémie est hors de contrôle. Après nos tentatives d’aplanir la courbe, flatten the curve, lors de la première vague, nous voici réduits à ne plus la regarder : « Don’t look up ! » pour ne pas risquer une entorse cervicale. Deux années ont passé, et après les tentatives de réduire les contaminations, nous avons abdiqué pour un laisser-aller généralisé caché sous des protocoles abscons auxquels l’exécutif fait semblant de croire. Les chiffres quotidiens de contaminations n’ont jamais été aussi élevés, et l’exécutif fait le dos rond. Il fallait à tout prix garder l’école ouverte, louable souhait, mais la sécuriser, éviter la contamination des élèves, de leurs familles, des enseignants, aurait demandé une prise en compte de la réalité scientifique et des investissements qui auraient a posteriori constitué un désaveu pour le ministre de l’Education nationale après dix-huit mois de déni sur la non-contagiosité des enfants.https://seenthis.net/messages/943467

    Dans le reste de la société, le virus se répand, et nombre de politiques et de commentateurs s’accrochent à l’espoir d’une moindre gravité du variant omicron, même si sa contagiosité supérieure à celles des formes antérieures du Sars-Cov-2 entraîne des pertes de chance du fait de la saturation des services de santé. Ayant bien intégré que la stratégie choisie entraînerait des contaminations massives, Olivier Véran lui-même, dans une interview au Journal du dimanche juste avant la rentrée scolaire, voulait espérer que cette vague serait la dernière. Et ressort, une fois de plus, l’hypothèse d’une « immunité collective » une fois que, baissant les bras et abandonnant fragiles et immunodéprimés à leur sort, on aurait laissé le virus passer dans toute la population, heureusement en grande partie protégée des formes graves pour ceux qui sont correctement vaccinés.

    Fortement critiquée par le monde scientifique, cette idée de laisser courir le virus sans porter atteinte à l’économie mondiale a été lancée par la « déclaration de Great Barrington », initiée par un think-tank ultralibéral américain climatosceptique, et a constitué la base de la stratégie du gouvernement Trump.
    [Ration, 13/12/2021 : https://www.liberation.fr/checknews/que-sait-on-de-la-declaration-de-great-barrington-qui-recommande-de-limit l’une de ses initiatrices est professeure d’épidémiologie au département de... zoologie à Oxford, ndc ]
    En France, cette invitation à laisser filer la pandémie en ne protégeant que les plus vulnérables a été soutenue par Christèle Gras Le Guen, la présidente de la Société française de pédiatrie, par les docteurs Alice Desbiolles et Guillaume Barucq, récemment invités par Brigitte Macron à l’Elysée, et par Martin Blachier [Ration, 8/4/2021, https://justpaste.it/8q1js ], spécialiste en plateau télé qui affirmait début décembre que l’épidémie serait sur le déclin à Noël.

    Pensée magique

    Or cette idée d’immunité collective secondaire à la déferlante omicron est un parfait exemple de pensée magique. Jusqu’à présent, hélas, aucune vague de Covid n’a conféré une immunité parfaite face à un variant ultérieur, et nombre de personnes ayant contracté un Covid en 2020 ou jusqu’à cet été sont à nouveau ré-infectées actuellement, même si heureusement la vaccination complète conserve une efficacité importante contre les formes graves et réanimatoires.

    Oubliant un peu vite que le tsunami omicron est venu s’ajouter à la vague delta toujours active qui sature les réanimations, certains voudraient croire à la fin de l’épidémie, ayant intégré un autre parfait exemple de pensée magique, à savoir qu’au fil du temps un virus muterait et se recombinerait toujours pour au final devenir plus contagieux mais aussi moins dangereux, parce que la meilleure stratégie pour un virus est de ne pas tuer ses hôtes pour pouvoir se disséminer plus facilement, à la différence d’Ebola, si foudroyant qu’il n’arrive pas à s’étendre avant d’avoir tué tous ses porteurs. Mais ce parfait échantillon d’anthropomorphisme n’a aucune valeur scientifique. Un virus n’a aucune stratégie. Le matériel génétique d’un virus se propage et se recombine en permanence dans une population non-vaccinée, et de ce feu d’artifice de recombinaisons peuvent jaillir des formes plus ou moins contagieuses, plus ou moins dangereuses. Une forme plus contagieuse peut très bien prendre le dessus en ayant une mortalité élevée mais plus tardive.

    Face à ce danger, et même pour les plus égoïstes d’entre nous, il n’y a pas d’autre solution à long terme que de vacciner la planète, de mettre tous nos efforts dans une action concertée pour permettre aux pays pauvres d’accéder au vaccin, au lieu d’empiler les doses de rappel dans le seul but de diminuer transitoirement la contamination. Notre objectif ne devrait pas être de « sauver Noël », puis de « sauver les vacances d’hiver », ni la présidentielle, mais de protéger l’humanité.

    Lueur d’espoir

    Découvrant le 11 janvier dans Libération la tribune signée par un collectif de 1 200 scientifiques appelant à la mise en place d’un arsenal sanitaire pour lutter contre cette pandémie et les suivantes [ https://seenthis.net/messages/943663 ], j’ai eu l’impression qu’ont dans les romans postapocalyptiques les survivants qui soudain captent un message provenant d’une autre colonie : il existait donc encore un peu d’espoir en ce monde, et une vie intelligente loin des rodomontades nombrilistes sur les plateaux télé. La stratégie proposée tenait en quatre thèmes : campagnes de vaccination universelle à l’échelle mondiale, utilisation de masques FFP2 en intérieur, mise en place des normes de ventilation de l’air, recrutement d’arpenteurs sanitaires. Et sur la vaccination, ces scientifiques allaient plus loin que les habituelles demandes à suspendre les brevets. Car si cette décision est effectivement nécessaire, il importe aussi de transférer dans les pays pauvres les moyens techniques d’encapsulation des vaccins ARNm, afin que des centres de production régionaux puissent approvisionner massivement en vaccins de haute qualité.

    Dans le monde entier, un mouvement international d’universitaires et de chercheurs porte ces mêmes revendications. Vous en avez entendu parler ? Non. Mais vous savez tout des déboires familiaux de Didier Raoult, de la prise de bec entre Jean-Michel Blanquer et Olivier Véran, ou du coming out bigame d’Eric Zemmour.

    Bienvenue dans Don’t Look Up

    L’auteur de l’article persiste à accorder un soutien acritique à une politique gouvernementale qui aurait connu ses bons moments...

    après les tentatives de réduire les contaminations, nous avons abdiqué pour un laisser-aller généralisé

    C’est créditer le gouvernement du travail effectué par tous les acteurs de santé.

    À citer les ’"arpenteurs de santé", il aurait pu évoqué ce qu’est devenu COVISAN, un des micro modèle, reproductible, amendable qui aurait pu avec d’autres appuyer une politique en ce sens. Ces essais là ont été relégués aux oubliettes ou laissés au bon vouloir de quelques chefs de services ou d’autres soignants aptes à mettre en oeuvre de biens pauvres moyens. On a fait la santé à la télé et chez docotolib.
    Les discours de gauche, parfois bien tournés, s’évertuent à flouter les aspérités du réel. Abandon intellectuel et politique dont on fait les ministres.

    edit

    again
    24h Pujadas @24h #Pujadas, LCI, 17 janv.

    « Je me suis fait boycotté de certains médias, des experts ont demandé à des médias que je ne sois plus invité donc je n’ai plus été invité pendant au moins 1 mois et demi [dans certains média où j’allais quasi quotidiennement ; j’ai été critiqué par des enfermistes] » @MartinBlachier

    "on a fait tout ce travail, sans aux intérêt personnel" (M.B)

    #Great_Barrington_Declaration #Martin_Blachier #Covid-19

  • Love For Sale - Marvin Gaye
    https://www.youtube.com/watch?v=Eys84ysDUUw

    Voilà comment quelques artistes interprètent un classique du jazz.

    Cole Porter – Love For Sale Lyrics
    https://genius.com/Cole-porter-love-for-sale-lyrics

    When the only sound in the empty street
    Is the heavy tread of the heavy feet
    That belong to a lonesome cop
    I open shop

    When the moon so long has been gazing down
    On the wayward ways of this wayward town
    That her smile becomes a smirk
    I go to work

    Love for sale
    Appetizing young love for sale
    Love that’s fresh and still unspoiled
    Love that’s only slightly soiled
    Love for sale

    Who will buy?
    Who would like to sample my supply?
    Who’s prepared to pay the price
    For a trip to paradise?
    Love for sale

    Let the poets pipe of love
    In their childish way
    I know every type of love
    Better far than they
    If you want the thrill of love
    I’ve been through the mill of love
    Old love, new love
    Every love but true love

    Love for sale
    Appetizing young love for sale
    If you want to buy my wares
    Follow me and climb the stairs
    Love for sale.

    Billie Holiday & Her Orchestra (Clef Records 1952)
    https://www.youtube.com/watch?v=cp6jvMgLGMQ

    Eartha Kitt
    https://www.youtube.com/watch?v=mPNfCM9I_Gs

    Annie Ross
    https://www.youtube.com/watch?v=QXkWufi4fPU

    Dame Shirley Basse
    https://www.youtube.com/watch?v=gEkekU5Xreg

    Aretha Franklin
    https://www.youtube.com/watch?v=hu7oPu0k70U

    Shirley Horn (Mercury Records 1962)
    https://www.youtube.com/watch?v=F89i2uDOqyE

    Elisabeth Welch
    https://www.youtube.com/watch?v=N8uv_umsCYg

    Elisabeth Welch, 1980 TV
    https://www.youtube.com/watch?v=zpcGmP8L_oc

    Ella Fitzgerald
    https://www.youtube.com/watch?v=Jw2g6bE7aqQ

    Clare Torry
    https://www.youtube.com/watch?v=uom03bCsw9M

    Inge Brandenburg
    https://www.youtube.com/watch?v=JhBoeLdNVRo

    Patti Page
    https://www.youtube.com/watch?v=5rnCl6SYnbU

    Jane Birkin (French/English)
    https://www.youtube.com/watch?v=aQ8oXoE9h9U

    莫文蔚 Karen Mok
    https://www.youtube.com/watch?v=WtHYOOzgowQ

    Anna Sise
    https://www.youtube.com/watch?v=vg6H_9S2-78

    Andy Bey
    https://www.youtube.com/watch?v=ZD-7tRtJTdo

    Jamie Cullum ft. Roots Manuva
    https://www.youtube.com/watch?v=QFo0fpl7Txo

    Simply Red
    https://www.youtube.com/watch?v=zdKmIUpb-bE

    Dinah Washington
    https://www.youtube.com/watch?v=fohefPjJ6Vw

    Hildegard Knef
    https://www.youtube.com/watch?v=z3DVinZ_dhc

    Libby Holman - 1931
    https://www.youtube.com/watch?v=1Ri679hvwYU

    Shirley Horn
    https://www.youtube.com/watch?v=9wxFbDW5asM

    Astrud Gilberto
    https://www.youtube.com/watch?v=pGO6LnffIDU

    K.D. Lang
    https://www.youtube.com/watch?v=4VlZZFbbPvk

    Sidney Bechet Quartet
    https://www.youtube.com/watch?v=ha7C5Ixyais

    Art Tatum with Lionel Hampton & Buddy Rich
    https://www.youtube.com/watch?v=vk33s6RDIk4

    Amad Jamal
    https://www.youtube.com/watch?v=dNnULiAAy70

    Cecil Taylor
    https://www.youtube.com/watch?v=bZxnPAIbpIE

    Love For Sale - Sergio Mendes
    https://www.youtube.com/watch?v=QMr29vUX0pw

    Barney Kessel: Love for Sale
    https://www.youtube.com/watch?v=V6J3I8ORqCA

    Love For Sale - Tyree Glenn
    https://www.youtube.com/watch?v=v7qWStyBT3g

    Love For Sale (Live) - The Dave Brubeck Quartet
    https://www.youtube.com/watch?v=DnYZaNIXx_Q

    Chet Baker At Onkel Pö’s Carnegie Hall Hamburg 1979 - Love For Sale
    https://www.youtube.com/watch?v=5Yqi9zYqEF8

    love for sale || yaoi edit || rsarchive || ~~~
    https://www.youtube.com/watch?v=L0cR028wZHg

    #musique #jazz #cole_porter

  • Roussel manifestant avec la police, c’était le Printemps républicain. Hier soir, le PCF organisait un hommage à Charlie. Parmi les invités à la tribune, place du Colonel Fabien : Fourest, Gorce et Aram.
    Source, Elsa Faucillon, Députée des Hauts-de-Seine (Gennevilliers, Colombes, Villeneuve), PCF
    .https://twitter.com/ElsaFaucillon/status/1479160731350319108

    Le Colonel Fabien était un résistant de la première heure, dès 1939, peu après la signature du pacte germano soviétique.

    #PCF #Printemps_républicain #honte

  • Je crois que l’adoption de la Déclaration de Great Barrington n’a jamais été aussi ouvertement assumée par le gouvernement.

    Covid-19 : règles d’isolement, 3e dose, fin de la 5e vague,... ce qu’il faut retenir des déclarations d’Olivier Véran au JDD - ladepeche.fr
    https://www.ladepeche.fr/2022/01/02/covid-19-regles-disolement-3e-dose-fin-de-la-5e-vague-ce-quil-faut-retenir

    D’après Olivier Véran, cette vague pourrait être « la dernière ». En effet, la forte contagiosité du variant Omicron inquiète, mais est aussi, paradoxalement, porteuse d’espoir selon le ministre qui affirme : "Omicron est tellement contagieux qu’il va toucher toutes les populations du monde. Il va entraîner une immunité renforcée : on sera tous plus armés après son passage."

  • Le virage Boris Johnson d’Emmanuel Macron – Journal d’épidémie

    Pour celles et ceux d’entre nous qui ont l’impression d’être englués dans un jour sans fin, la réunion du Conseil de défense sanitaire de lundi marque une réelle évolution. Pour la première fois en effet, en pleine transparence, l’exécutif assume ne plus même faire semblant de se soucier de la situation sanitaire du pays. Les contaminations explosent, mais l’essentiel est sauf : de nouvelles règles ont été édictées, semblant sorties tout droit d’un jeu médiéval inventé par le Perceval de Kaamelott. Masque en extérieur, interdiction de consommer debout au comptoir, mais pas de report de la rentrée scolaire alors que l’incidence des contaminations chez les enfants, qui avait augmenté courant décembre, commençait à redescendre pendant les vacances chez les 5-12 ans (dont pourtant le ministre de l’école ouverte nous explique qu’ils se contaminent surtout à domicile).

    Une fois encore, la vaccination semble résumer toute la stratégie gouvernementale. A l’école, l’aération, les masques FFP2, une vraie politique de tests et de prévention des clusters avec fermeture dès le premier cas positif, tout cela a été une fois de plus balayé. Et tandis que dans de nombreux pays européens pas moins vaccinés que le nôtre (Portugal, Pays-Bas, Danemark, Belgique…), la décision a été prise de rallonger la coupure de Noël ou de privilégier l’enseignement en distanciel, en France, ceux qui ont pointé la dangerosité de cette rentrée précoce quelques jours à peine après les brassages familiaux des fêtes ont eu droit à une contre-attaque groupée dans les médias. Comme je l’ai dit dans les colonnes de Ration, les cinquante soignants qui ont signé une tribune dans le JDD pour demander à Olivier Véran, devant l’incurie autosatisfaite de Jean-Michel Blanquer, de protéger les enfants en milieu scolaire, n’ont pas soudain décidé la veille de Noël d’emmerder le monde. Nombre d’entre eux alertent, depuis plus d’un an et demi, sur les contaminations en milieu scolaire, et sont constamment caricaturés par le ministre en ayatollahs de la fermeture. Or, rappelons-le, si une porte doit être ouverte ou fermée, une école peut être ouverte et protégée.

    Rassurisme télévisuel

    Sous le regard ravi de David Pujadas, Martin Blachier, celui-là même qui, le 7 décembre, prédisait avec une acuité jamais égalée que « Noël sera déjà dans une phase de descente de l’épidémie », expliquait que ces médecins sonnant l’alerte étaient des « fanatiques ». Ne voulant pas être en reste, Gérald Kierzek, à qui Gala avait fait l’honneur d’une interview dans laquelle il avait pu donner libre cours à son irritation envers les médecins de plateaux, trop nombreux à… ne pas être lui, apparemment, avait surenchéri : « Omicon ne dévaste rien du tout. » Le premier avait de longue date confié faire passer ses analyses à l’Elysée, le second minaudait dans Gala sur sa relation privilégiée avec Brigitte Macron pour qui il avait organisé, courant novembre, un déjeuner informel avec une demi-douzaine de médecins, dans un panel allant du rassurisme télévisuel au conspirationnisme pur et dur, en passant par le charlatanisme naturopathe, et expliquait envoyer au Président les vrais chiffres d’occupation des lits d’hospitalisation.

    Au moment où leurs confrères confrontés à l’augmentation des contaminations alertaient sur les risques touchant les enfants en milieu scolaire, Kierzek et Blachier faisaient donc une fois de plus la tournée des plateaux pour expliquer que tout allait bien se passer, et Jean Castex et Jean-Michel Blanquer, une fois de plus, pouvaient appuyer leur immobilisme sur la « position sans équivoque » de la Société française de pédiatrie, dont le dernier communiqué de presse atteignait des sommets. Après avoir répété depuis des mois que les enfants n’étaient pas à risque, n’étaient pas contaminants, que le port d’un masque était une hérésie, la SFP, confrontée au variant Omicron, faisait valoir son expertise spécifique par rapport à des médecins « sans expertise en santé de l’enfant », et alignait une série d’affirmations étonnantes. Forcée de constater une augmentation préoccupante du nombre d’enfants hospitalisés, elle insistait : « Si le nombre des jeunes enfants hospitalisés en lien avec le Covid semble en augmentation, une analyse qualitative des données est indispensable car il s’agit très souvent de bronchiolites dues au virus respiratoire syncitial (sic) avec découverte fortuite du Sars-CoV-2. » On croyait relire les délires des négationnistes du Covid qui, en 2020, expliquaient que les morts du Covid étaient en fait morts « avec » le Covid, mais d’autres causes. Pour asseoir son expertise, la SFP mettait ainsi en avant… une étude réalisée lors de la première vague épidémique en 2020, alors même que le variant Omicron change radicalement la donne en s’attaquant plus particulièrement aux enfants…

    Française des jeux

    Le lendemain de la conférence de presse ministérielle, les contaminations, qui avaient passé les 100 000 le jour de Noël, atteignaient 180 000 par jour, malgré la difficulté grandissante des malades à obtenir un test PCR rapidement. Les urgentistes et réanimateurs effarés dépeignaient une situation apocalyptique dans de nombreux hôpitaux. Le Conseil scientifique estimait qu’un tiers des enseignants seraient touchés de manière directe ou indirecte en janvier, ce à quoi Jean-Michel Blanquer, déplorant le spectre de l’absentéisme, expliquait qu’il ferait appel à de jeunes retraités, population la plus appropriée à plonger dans un bain de variant omicron. Le virage Boris Johnson d’Emmanuel Macron, épidémiologiste à la Française des jeux, se déroulait comme prévu.
    https://www.liberation.fr/societe/sante/le-virage-boris-johnson-demmanuel-macron-20211229_35UVT64KUBFPHM33ERYICMU
    https://www.liberation.fr/resizer/qs1kqVqQK21SnQgIwAaaeteyQaU=/1200x630/filters:format(jpg):quality(70):focal(1353x761:1363x771)/cloudfront-eu-central-1.images.arcpublishing.com/liberation/PFMIWL7ZCVBEJEWEB7MMNPENKA.jpg
    (les deux présidents se causent très rapprochés et sans masques sur cette photo...)
    A la COP26, à Glasgow, le 1er novembre. (Christopher Furlong/AFP)

    • Il n’y pas que le virus qui varie. N’en déplaise à Christian Lehmann, il n’y a pas de « tournant Johnson » mais une stratégie sous-jacente (cf. la Déclaration de Great Barrington) adoptée localement par nombre de gouvernants à travers le monde, servie par des tactiques variables au gré des circonstances et rapports de forces.
      La tactique, ça se divise en deux : soit des actes et des abstentions en cohérence plus ou moins étroite avec la stratégie suivie, soit, à l’inverse, des moments de renversement de la stratégie pour garder la main, suffisamment quant au besoin.

      Il semble que l’on ne se souvienne pas que le méchant rassuriste inconséquent Johnson avait du faire un virage à 180° qui fit évènement il y a un an lorsque la vague delta a frappé la GB [erreur de ma part : c’était le alpha, surnommé « variant anglais »] et que des mesures inimaginables vu le cadre idéologique affiché jusqu’alors avaient été prises (confinement). Avant d’être en mesure de varier encore.

      Quoi qu’il en coûte.

      #Great_Barrington_Déclaration

  • TRIBUNE. #Covid-19 : 50 personnels de santé alertent Olivier Véran sur la circulation du #virus chez les enfants
    https://www.lejdd.fr/Societe/Sante/tribune-covid-19-50-personnels-de-sante-alertent-olivier-veran-sur-la-circulat

    nous déplorons cependant les faibles moyens déployés jusqu’à présent par le ministère de l’Education nationale pour freiner l’épidémie dans les écoles

    #covid_long, #santé, #éducation, #blanquer, #véran

    • Nous, professionnels de santé, attendons de vous, Monsieur le ministre, la prise en charge de la gestion sanitaire dans les établissements scolaires, avec son transfert immédiat. Au regard de l’urgence de la situation, nous vous appelons aux mesures suivantes dès la rentrée au mois de janvier 2022 :

      le report de la rentrée du 3 janvier, à haut risque compte tenu de sa proximité avec les festivités du Nouvel An, avec recours au télé-enseignement jusqu’au retour à des seuils d’indicateurs sanitaires définis publiquement ;

      la sensibilisation des instances éducatives sur la transmission par aérosol et les pratiques à adopter pour limiter le risque de contamination aéroportée du virus : capteurs de CO2, aération, ventilation, etc. ;

      l’association des professionnels de la santé à l’élaboration d’un nouveau protocole sanitaire dans les écoles, (...)

    • Ellen Queen Of The Bouse @EllenAgreaux
      https://twitter.com/EllenAgreaux/status/1475018885174812682

      mh. ya mon moi 2020 en larmes devant le massacre de nos gosses qui vous juge quand même SEVEREMENT quant à la LENTEUR de vos gros cerveaux là hein.

      en plus clairement non, c’est même pas je vous juge c’est je vous condamne et je vous pardonnerai pas. on a rouvert les #écoles en yolo en septembre 2020 avec votre soutien. vous avez tous validé l’avalanche de merde déversée sur les familles particulièrement les mères pauvres.

      les mêmes qui ont soutenu que le confinement était mauvais pour les enfants que sans les #cantines on saurait pas les nourrir que leur niveau allait baisser tellement on est résumés illettrés parce qu’on n’est pas médecins, nous, qui nous ont même accusées de maltraitance...

      nan franchement jvous déteste et j’en ai rien à taper de votre tentative de rattrapage aux branches un an et demi après une fois que les gamins ont bien été lancés au feu sur TROIS variants covid au total.
      vous avez enfin raison mais je vous pardonne pas.

    • Harcelé, Claude-Alexandre Gustave, biologiste médical annonce cesser de publier ses contributions sur le covid
      https://twitter.com/C_A_Gustave/status/1475576253579157513

      Suite à la parution de la tribune dans le JDD, je n’ai jamais reçu autant d’insultes, menaces...
      Sur @LCI on se fait même traiter de « fanatiques » en toute tranquilité...

      Merci entre autres, @LCI, @JDD, @BFMTV, d’avoir bien instrumentalisé cette tribune en pointant 1 seule des mesures citées, la veille d’annonces qui seraient évidemment diamétralement opposées, pour mieux caricaturer le propos et en stigmatiser les auteurs

      Ça fait près de 2 ans que j’essaie d’alerter, informer, vulgariser...
      Apparemment, il ne faut pas faire ça.
      J’ai bien compris le message. Le sanitaire doit se taire.
      Il ne faut pas nuire à l’économie.

      Je laisse mon compte ouvert pour qui veut lire, pour les DM (car Twitter ce fut aussi de belles rencontres avec qui j’espère garder le contact)

      Mais dorénavant, je ne publierai plus rien.
      Bon vent à tous. Bon courage.

      Merde. C’est (c’était ?) un compte précieux.
      Cette pause n’aurait pas eu lieu sans la faiblesse persistante de tout ce qui dans et hors institutions se préoccupe de santé publique.

      De l’autre côté, la pétition « Ecoles = retour à la normale le 3 janvier 2022 », lancée le 15 décembre par Blachier (qui se présente comme « médecin de santé publique ») et Marie-Estelle Dupont réclame « la fin du port du masque en classe (...) la fin des évictions scolaires pour les enfants positifs au covid. » Elle a recueilli 120 000 signatures.

    • Je citais la pétition pour le « retour à la normale » à l’école pour illustrer la multiplication des initiatives mobilisatrices qui, avec ce que diffusent les mass média, avec ce que les RS promeuvent, continuent à permettre au gouvernement de faire semblant ou n’importe quoi. Je découvre avec retard que le terme « fanatique » cité par Claude-Alexandre Gustave s’applique à tous les signataires de la pétition et qu’on le doit à... Blachier (cet « ami de Bigote Macron » et probable "visiteur du soir de l’Élysée dont le maître avait pas mal échangé avec Raoult, y compris après qu’il ait quitté le « conseil scientifique ».

      Je trouve, comme Ellen Queen Of The Bouse, que la pétition alertant sur la circulation du virus vient bien tard et reste timide. De l’autres coté, ils ont de l’avance et une doctrine radicale (un eugénisme qui ne dit pas son nom) et ils s’y tiennent au gré des événements pandémiques, en adaptant juste ce qu’il faut pour circonvenir préventivement toute critique qui puisse être décisive. La déclaration de Great Barrington, c’est un peu comme l’antisémitisme aujourd’hui, c’est mauvais genre de s’en revendiquer quand on veut qu’elle pèse, et, ici et ailleurs, innerve les orientations des politiques publiques.

      Edit spécial pluralisme, 4 vérités valent mieux qu’une

      sur cet abject personnage, 7 décembre ( Omicron, qui s’appelait encore B.1.1.529, a été identifié le 23 novembre)

      et encore hier

      malgré le taux d’incidence ici, malgré l’augmentation des hospitalisations en GB...
      #Martin_Blachier

      #eugénisme #Great_Barrington_Déclaration

  • David Cayley, De la vie, 2021 – Et vous n’avez encore rien vu…
    https://sniadecki.wordpress.com/2021/11/22/cayley-vie

    Ou comment légitimer de rien faire ou presque avec érudition, mais érudition philo-littéraire, avec en fait aucune connaissance de comment fonctionne le consensus scientifique (c’est fou tous les philos qui critiquent « La Science » en disant très justement qu’il n’y a pas Une Science… tout en le prétendant en fait eux-mêmes dans le même mouvement ! alors que dans la réalité de tous les jours, c’est beaucoup de débats, de relectures, de tests pour reproduire ou pas les observations des collègues, etc).

    Cela a engendré une censure efficace, d’abord pour ne pas ébruiter des désaccords scientifiques et ensuite pour conférer une apparence d’évidences irréfutables à ce qui n’est en réalité que précaution douteuse sur le plan scientifique. (On peut penser d’une part à la marginalisation d’experts en santé publique tel le médecin hygiéniste en chef de l’Ontario, Richard Schabas et de l’ancien directeur du centre international pour les maladies infectieuses du Manitoba, JoelKettner, en raison de leur désaccord. Et d’autre part, à l’utilisation des masques, déclarés inutiles au début de la pandémie, puis rendus obligatoires et indiscutables sans apporter davantage de preuves de leur utilité.)

    Un grand classique : on critique La Science MAIS attention, si ya UNE OU DEUX brebis galeuses bardées de diplômes « Science » qui elles vont dans mon sens, alors là je n’hésite pas à les citer !

    Sauf qu’il vaut mieux le dire et redire mille fois : le consensus scientifique ça marche pas comme ça : dans l’histoire de la recherche, presque à aucun moment une brebis galeuse n’a eu raison contre l’ensemble de toutes les personnes en capacité de la relire, de la comprendre, et de reproduire ce qu’elle avance. Ce pourquoi dans l’immense majorité des cas, ce qui est prouvé comme fonctionnant sur un problème ("le paracétamol diminue la douleur" … « le masque bien porté fait baisser drastiquement la propagation des virus en aérosol » …) c’est toujours des milliers de cherchereuses qui ont réussi à reproduire le même constat à travers le monde entier, dans plein de situations différentes, ce qui a permis de confirmer une hypothèse de départ.

    Les gens qui mettent en avant les quelques voix dissonantes sont en gros toujours des gens qui 1) n’ont aucune compétence dans le sujet en question et 2) qui ont magiquement déjà une réponse en tête (moi je CROIS que l’hydroxychloroquine ça marche) et qui vont ensuite chercher les quelques personnes et rares articles qui vont aller dans leur sens.

    À en croire Illich, les surprises faisaient le sel de sa vie.

    Surpriiiise tu viens de choper le covid et tu vas avoir des séquelles physiques et neurologiques pendant des mois et peut-être des années…

    Surpriiiise tu viens de refiler le covid à ton père et il est entre la vie et la mort avec des tubes partout…

    J’ai hâte !

    Un risque est une probabilité répartie dans une population, ce n’est pas une personne. Une personne invite au discernement, c’est-à-dire qu’elle nous invite à nous concentrer attentivement sur une histoire unique.

    Et un beau jour on découvrit l’épidémiologie, dont la discipline entière est d’étudier et se demander quoi faire lorsqu’une maladie se propage dans une population entière (et pire encore quand c’est la planète entière), et non pas comment soigner telle personne précise…

    Une personne qui s’est cassée la jambe, avec son histoire personnelle, ça n’a rien à avoir avec gérer la peste bubonique (par exemple). « Oh tiens votre peau devient toute noire et je vais vous soigner vous en particulier avec votre histoire particulière » … => ridicule.

    Cela ne signifie pas que le risque n’a pas de place légitime dans le monde. Un actuaire a besoin de connaître précisément la fréquence de certains évènements contraires ; un chirurgien négligerait son devoir s’il ne pesait pas le pour et le contre d’une intervention. Il s’agit ici, comme dans la pensée d’Illich en général, d’une question de degré ou d’équilibre.

    Comment se contredire deux phrases plus loin. Bah oui, c’est justement le principe de l’épidémiologie gros bêtassou illettré.

    Lorsque trois éminents épidémiologistes, Sunetra Gupta, Jayanta Bhattacharya et Martin Kulldorf publièrent la Déclaration de Great Barrington

    On parle de la déclaration organisée par un énorme think tank libertarien, qui nie le réchauffement climatique et investie des millions dans l’industrie fossile ? Mais ça c’est des supers alliés ! Illich serait ravi !

    (Je ne voudrais pas insister sur ce qui devrait être évident, mais une société donnée ne peut pas être, au même moment, confinée et non confinée, ce qui serait le seul moyen de comparer les deux situations de manière sûre et « scientifique ».)

    T’es au courant que la pandémie a touché la Terre entière ? Et que donc c’est une maladie qui touche de manière relativement similaire tous les êtres humains de toutes les sociétés ? Et que donc il est parfaitement possible de voir les différences entre les pays/régions qui ont confiné, et les autres pas ? Il est aussi possible de voir les différences dans un même pays entre des mois sans confiner puis tout d’un coup ce que ça a fait une fois confiné (genre en Angleterre).

    Ce qui m’inquiète le plus dans tout cela est le renforcement de ce que j’ai appelé ailleurs le « mythe de la science », ce qui signifie essentiellement qu’il existe une institution appelée science, s’exprimant d’une seule voix et de manière indiscutable. Chaque fois que quelqu’un parle de « la science », il convoque le mythe. En raison de leur nature, les sciences sont plurielles, contestables et sujettes à d’interminables révisions compliquées. En parler au singulier et faire de cet amalgame un oracle a deux conséquences profondément pernicieuses.

    La seconde conséquence pernicieuse de ce mythe est de nuire aux sciences elles-mêmes. En dépit de la censure qui s’est exercée pendant la pandémie, les désaccords fondamentaux qui ont, dès le début, divisé les épidémiologistes, les virologues, les spécialistes des maladies infectieuses et les experts en santé publique n’ont pu échapper à ceux qui ont l’esprit un tant soit peu ouvert et disposent de sources variées. Ces désaccords sont normaux, prévisibles et sains. C’est la fiction d’unanimité soutenue par ceux qui prétendent savoir et obéir à la science qui est malsaine. À mon avis, cette fiction perpétue une fausse représentation des sciences, dont sont exclus toute variabilité, toute contingence, et tout préjugé. Pire encore, son fondamentalisme engendre cette antiscience à laquelle elle tente de s’opposer. Les sciences s’épanouiront et rempliront leur rôle lorsqu’on cessera de les confondre avec la voix de la nature ou avec la voix de Dieu.

    Cf l’intro du début : « La Science » en tant que grand tout est essentiellement mis en avance par : 1) les politiques et technocrates, qui veulent faire accepter des choses, et 2) les critiques dans son genre. Là pour le covid, ya quand même des milliers de milliers de pages de preuves (mais faut pas être paresseux et les chercher plutôt que de parler en abstraction) qui montrent parfaitement qu’il y a eu plein de débats, plein de tests, plein d’hypothèses, dans la communauté scientifique. Et qu’après des mois de débats, d’expériences, de reproduction des expériences des autres, etc, il c’est DÉGAGÉ un consensus : le virus se propage essentiellement par aérosol, et du coup mettre des masques sérieusement c’est cool pour tout le monde, aérer sérieusement c’est cool, et ne PAS mettre de masque dans un lieu fermé c’est augmenter immensément les risques de propagation (et donc de morts dans le territoire en question), etc, etc.

    Le contraste a été brutal dans le cas de la pratique religieuse. On a approuvé et encouragé les rituels de santé et de sécurité et interdit les rituels religieux.

    Trop dur !

    #David_Cayley #Ivan_Illich #Illich #Jean-Pierre_Dupuy #débat #philosophie #antiscience #consensus_scientifique #méthode_scientifique #vie #Jésus (il parait que c’est important de savoir ce que faisait Jésus dans ce débat)

    • @rastapopoulos
      Voilà une belle manière de ne pas lire un texte en voulant n’y voir que ce que l’on connait déjà !

      Vers la fin on peut tout de même lire ceci :

      J’ai raconté plus haut l’histoire du jeune homme qui, suite à la conférence d’Illich sur Némesis médicale , se demandait si Illich proposait de « laisser mourir les gens ». Je suis bien sûr qu’on pourrait me poser la même question aujourd’hui. C’est une question étrange car elle implique qu’il dépend de moi, ou d’Illich, ou de quiconque peut être interpelé de cette manière, d’autoriser ou non autrui à mourir.

      Mais le progressiste ne supporte pas que l’on discute "la Science". Dès que l’on questionne ses certitudes, il vous demande si vous préférez « laisser mourir les gens »...

      Les représentations antiques des Parques les montrent en train de filer et de couper le fil de la destinée, distribuant à chacun sa part définitive dès la naissance. La représentation contemporaine montre exactement l’inverse. Rien ne détermine notre destin hormis la vigilance des institutions qui nous protègent. Nous vivrons jusqu’à ce qu’on nous « autorise » à mourir, à la fin du traitement.

      Le progressiste ne voit pas de problème a contraindre les gens, si c’est pour leur bien. Obligation vaccinale, QR Code, confinement des non-vaccinés, et quoi d’autre encore... pourvu qu’il soit "scientifiquement démontré" que c’est "efficace"...

      L’hubris qui caractérise cette représentation est l’image inversée de l’ancienne. Illich était l’homme du « juste milieu », ce qui ne signifiait pas la médiocrité à ses yeux, mais un discernement sur le fil du rasoir constamment renouvelé. Il ne préconisait pas plus de laisser mourir les gens au hasard que de les maintenir en vie à tout prix. Rien ne nous indique le point d’équilibre à l’avance, mais ce n’est certainement pas en interdisant la discussion que nous le trouverons.

      Le progressiste ne supporte pas qu’il n’y ai pas de solution rapide et définitive à un problème. Il lui faut de l’hydroxychloroquine, des vaccins, ou une stratégie "Zéro Covid". Il ne peut pas admettre que le virus continuera à circuler quoi qu’il fasse (et quoi qu’il soit effectivement nécessaire de faire pour limiter les dégâts), parce que c’est quelque chose de trop petit et insaisissable pour être maîtrisé. Un peu comme la radioactivité d’un réacteur nucléaire en fusion...

      Et donc, le progressiste n’admet d’autre solution que technique, le reste - la destruction de la vie sociale, le renforcement de l’arbitraire - il s’en fout. Et puisque cela ne marche pas, il lui faut des bouc émissaires :

      les foutaises sur la liberté et Macron il est méchant, ça tient tant qu’on ne considère pas qu’il y a une conséquence réellement mortelle au « choix » de ne pas se faire vacciner. Et que ce choix a pour conséquence de tuer des gens. Si ça vous fait chier de l’entendre, continuez à vous enterrer la tête dans le cul, mais ne venez pas couiner que ce sont les autres qui sont méchants.

      https://seenthis.net/messages/936603
      C’est dans un post d’ @arno .

      Le progressiste manie avec virtuosité les chiffres et les stats, car il s’est lui-même si bien identifié aux experts et au point de vue du gouvernement - c’est-à-dire à la domination - qu’il se considère lui-même comme une variable d’ajustement. Stade suprême de l’aliénation...

      Un risque est une probabilité répartie dans une population, ce n’est pas une personne. Une personne invite au discernement, c’est-à-dire qu’elle nous invite à nous concentrer attentivement sur une histoire unique.

      Explication : si dans une population une stat établi que les individus ont tant de probabilité de mourir de tel chose, ou de diffuser telle maladie, cela ne veut pas dire que tous les individus ont la même probabilité de le faire, mais seulement que c’est une moyenne. Et donc, on ne peut pas imputer a un individu ou à une fraction de la population la cause ou la responsabilité de quelque chose à partir de stats. On ne peut pas non plus justifier des mesures générales sur la base de ces stats : il faudrait avant tout faire appel au #discernement des personnes.

      Mais c’est pas une solution technique, donc ça ne vaut rien, n’est-ce pas !?

      Mais le progressiste ne s’indigne pas plus que ça que certains qualifient d’ assassins certaines catégories ni des mesures de discrimination à l’égard de ceux qu’il considère comme des déviants.

      Le progressiste oublie facilement l’histoire, et particulièrement celle des sciences. Car à propos de " comment fonctionne le consensus scientifique ", on pourrait parler de l’idéologie scientifique #eugénisme qui avait pignon sur rue au début du XXe siècle.

      Là également à " aucun moment une brebis galeuse n’a eu raison contre l’ensemble de toutes les personnes en capacité de la relire, de la comprendre, et de reproduire ce qu’elle avance " car il s’agissait de rien de moins que d’éviter la dégénérescence de la race humaine.

      Là aussi des solutions techniques ont été mises en œuvre et des populations ont été stigmatisées pour leurs mauvais comportements sociaux et reproductifs, jusque dans des pays tout ce qu’il y a de (socio-)démocratiques...

      Autrement dit, le consensus scientifique d’un jour n’est peut-être pas celui de demain, et l’expérimentation dans le #laboratoire-monde n’a pas encore livrée tous ses résultats...

      Donc, oui, ce texte de David Cayley n’est pas parfait ni irréprochable. C’est vraiment étonnant, n’est-ce pas ?!?

      Il cite des libéraux, en effet. Mais quand les soi-disant progressistes ont renoncé à défendre la liberté et l’autonomie (le discernement) des personnes, vers qui se tourner ?

      https://sniadecki.wordpress.com/tag/mathieu-slama

      Ou pensent-ils qu’Illich lui-même a tort ?

    • Le débat est important, il me semble. Est-ce que vous en savez plus sur Richard Schabas, l’ancien directeur du centre international pour les maladies infectieuses du Manitoba, et Joel Kettner ? à toutes fins utiles j’aurai voulu comprendre les positions qu’ils ont tenu ou tiennent.

  • #Covid-19 and the new merchants of doubt - The BMJ
    https://blogs.bmj.com/bmj/2021/09/13/covid-19-and-the-new-merchants-of-doubt

    Oxford University professor Sunetra Gupta, a critic of public health measures to curb covid-19 and a proponent of “natural herd immunity,” had “received almost £90,000 from the Georg and Emily von Opel Foundation.” The foundation was named after its founder, Georg von Opel who is the great-grandson of Adam Opel, founder of the German car manufacturer. Georg von Opel is a Conservative party donor with a net worth of $2 billion. “[…]

    This is not the first time billionaires aligned with industry have funded proponents of “herd immunity.” Gupta, along with Harvard University’s Martin Kulldorff and Stanford University’s Jay Bhattacharya, wrote the Great Barrington Declaration (GBD), which, in essence, argues that covid-19 should be allowed to spread unchecked through the young and healthy, while keeping those at high risk safe through “focused protection,” which is never clearly defined. This declaration was sponsored by the American Institute for Economic Research (AIER), a libertarian, climate-denialist, free market think tank that receives “a large bulk of its funding from its own investment activities, not least in fossil fuels, energy utilities, tobacco, technology and consumer goods.”

    The AIER’s American Investment Services Inc. runs a private fund that is valued at $284,492,000, with holdings in a wide range of fossil fuel companies (e.g. Chevron, ExxonMobil) and in the tobacco giant Philip Morris International. The AIER is also part of “a network of organizations funded by Charles Koch—a right-wing billionaire known for promoting climate change denial and opposing regulations on business” and who opposes public health measures to curb the spread of covid-19.

    #corruption

  • Le rail privé britannique, ce mort-vivant… Michaël Verbauwhede

    Trains hors de prix, en retard, souvent annulés : même le gouvernement de Boris Johnson doit reconnaître que la privatisation du rail anglais est un échec. Mais plutôt que de le renationaliser comme le demandent deux tiers des Britanniques, il a décidé de relooker la privatisation du rail. Explications.

    En 1994, la Royaume-Uni privatisait l’ensemble de son chemin de fer. Transport de passagers, vente de tickets, entretien des voies… tout allait mieux rouler avec le privé : moins de retards, plus de services, des tickets moins chers.


    Deux tiers des Britanniques demandent la renationalisation du rail anglais. (Photo : We own it)

    Mais très vite, le rail anglais dépérit : de nombreux accidents ont eu lieu, dont le terrible accident de Hatfield (4 morts) dus à un mauvais entretien des voies. Le service se dégrade et les tarifs sont de plus en plus chers. Les Britanniques dépensent en moyenne 14 % de leur salaire mensuel pour faire la navette https://www.latribune.fr/economie/union-europeenne/au-royaume-uni-la-privatisation-des-chemins-de-fer-deraille-628489.html , contre 2 % en France par exemple. Un jeune YouTubeur fait ainsi le calcul qu’il lui revient moins cher de faire le trajet de Sheffield (nord de l’Angleterre) à Essex (est de Londres) en passant par Berlin en avion, plutôt que de prendre le train. https://www.independent.co.uk/travel/news-and-advice/teenager-flies-from-sheffield-to-essex-via-berlin-because-it-is-cheap

    Enfin, les conditions de travail se dégradent, comme en témoigne le splendide film de Ken Loach, The Navigators

    https://www.youtube.com/watch?v=1Gzdrqd4uQE


    The Navigators|2002| VOSTFR ~ WebRip

    Les opérateurs privés en ont par contre tiré des profits importants. Le syndicat anglais TUC a ainsi calculé que les actionnaires des compagnies privées avaient reçu un milliard de livres (environ 1,16 milliards d’euros) en dividendes entre 2013 et 2018.

    La privatisation du rail au Royaume-Uni en 1994 est donc un échec. Suite aux accidents à répétition, le gouvernement britannique avait déjà renationalisé la gestion de l’infrastructure en 2002, en créant Network Rail.

    Même la droite reconnait l’échec
    Mais les retards, les tarifs élevés et la mauvaise qualité du service n’ont pas arrêté pour autant. Les syndicats et voyageurs ont continué à dénoncer l’échec de la privatisation et à réclamer une renationalisation. Deux tiers de la population soutient cette reprise de contrôle public. https://www.independent.co.uk/news/uk/politics/rail-chaos-denationalisation-chris-grayling-labour-two-thirds-bmg-res Sous la direction de Corbyn, le Labour avait également fait campagne en ce sens.

    L’échec du système est visible par tous. Sous pression, de l’opinion publique et des syndicats, le gouvernement de Boris Johnson a été obligé de le reconnaître, dans un rapport qui vient de sortir. Il met donc fin au système tant décrié des franchises. Ce système donnait l’exclusivité à une compagnie privée de faire rouler des trains sur une région ou des lignes bien déterminées. Sur cette franchise, la compagnie fixait les tarifs qu’elle souhaitait.

    Même morte, la privatisation du rail britannique vit encore...
    Dorénavant, une structure ferroviaire nationale unique (Great British Railways) est rétablie, avec un seul système de billetterie. Mais le gouvernement n’en tire pas toutes les conclusions. Car les compagnies privées restent toujours impliquées pour la circulation des trains, par des délégations de services (le public fixe les horaires et tarifs et le privé exploite les trains).

    Le communiqué du gouvernement est assez clair à ce sujet : « ce n’est pas une renationalisation (…) mais une simplification. Si Great British Railways joue le rôle d’âme dirigeante pour coordonner l’ensemble du réseau, notre plan prévoit une plus grande participation du secteur privé ». Et de citer les façons dont le privé pourra s’impliquer dans le transport ferroviaire : faire circuler les trains, innover dans la vente de billets…

    Le gouvernement continue donc à financer les profits du privé avec de l’argent public et celui des voyageurs. Il reste dans une logique de marché. Le groupe d’action We own it, qui se bat pour la renationalisation de toute une série de services publics, estime que cette décision n’est qu’une « privatisation relookée ». Les syndicats soupçonnent qu’il y aura encore des coupes budgétaires et que les profits continueront à aller au privé. https://www.rfi.fr/fr/europe/20210520-royaume-uni-le-gouvernement-d%C3%A9voile-sa-r%C3%A9forme-du-rail

    L’Écosse montre qu’un autre modèle est possible
    Le débat sur la renationalisation du rail au Royaume-Uni fait rage depuis des années. Sous pression, l’Écosse et le Pays de Galle avaient été beaucoup plus loin. L’Écosse a ainsi décidé de renationaliser l’entièreté de son rail en mars 2021, car l’opérateur privé (Abellio filiale de la NS néérlandaise) n’atteignait pas ses objectifs. Fini le privé (contrairement au plan du gouvernement de Boris Johnson), c’est une entreprise publique qui fera désormais rouler les trains en Écosse. Cette entreprise conservera l’ensemble du personnel. Les syndicats et organisations de gauche attendent beaucoup de cette véritable renationalisation écossaise.

    La lutte pour la renationalisation du rail en Angleterre n’est donc pas terminée. Mais cette nouvelle tentative de la droite pour maintenir coûte que coûte la privatisation du rail britannique montre qu’elle est sur la défensive. Elle a du reconnaître que la privatisation des années ‘90 était un échec. Et les syndicats, voyageurs et mouvement de gauche ont déjà annoncé la couleur : ils continueront à se battre pour reconstruire un rail public.

    Source : https://www.solidaire.org/articles/le-rail-prive-britannique-ce-mort-vivant

    #royaume-uni #trains #banlieue #privatisation #Network_Rail #boris_johnson #Great_British_Railway #délégations_de_services #Écosse

  • Archie Shepp : le bon génie de la transmission
    https://pan-african-music.com/archie-shepp-le-bon-genie-de-la-transmission

    Depuis 1960, ce pionnier du « free jazz » n’a cessé de fouiller toutes les strates de la culture « africaine américaine ». Il poursuit ses explorations dans Let My People Go, en duo avec le pianiste Jason Moran.

    Un long article sur Archie Shepp avec en plus ce documentaire de 1983 dedans :
    https://www.youtube.com/watch?v=LBjrkybOIa8

    #Archie_Shepp #musique #jazz #free_jazz #great_black_music #Histoire #saxophone

  • Selon Antoine Flahaut, la stratégie du présipotent porte un nom : la roue libre
    https://threadreaderapp.com/thread/1373023774849785861.html

    1/9 - Le 28 oct 2020, le Président Macron annonce un confinement et un changement radical de stratégie française de riposte contre la pandémie, les quatre piliers de la stratégie de suppression sont alors évoqués :
    1. “L’objectif est de passer de 40000 à 5000 contaminations/j.”

    2/9-“La stratégie de tests de dépistage et de traçage des contacts sera redéployée une fois le pic épidémique passé” ;
    3.“Nous devons collectivement déployer beaucoup plus massivement l’application TousAntiCovid” et,
    4.“L’isolement des personnes positives doit être plus efficace.”

    3/9 - Le 1er décembre, l’objectif visé n’est pas atteint (plus de 10000 cas/j rapportés), mais la révision de la stratégie française n’est à partir de ce moment plus jamais rappelée. La stratégie de tests n’est pas revisitée, l’App. peu promue et l’isolement reste inefficace.

    4/9 - La “stratégie” du gouvernement français part alors en roue libre : un plateau élevé (entre 10 et 30’000 cas/j) accompagné d’un couvre-feu, de la fermeture des bars, restaurants, de la vie culturelle, sportive et festive = des mesures de confinement partielles mais strictes.

    5/9 - Ce confinement partiel et strict contredit la doctrine du “vivre avec” (mitigation en anglais) puisque de telles mesures sont sensées être mises en œuvre pour sauvegarder le système de santé. Jusqu’en mars, le système de santé n’est pas menacé mais les mesures maintenues.

    6/9 - Ce couvre-feu éreintant pour les Français s’avère inopérant pour faire baisser le plateau au-dessous de 10’000 cas. Mais le gouvernement semble tout miser sur le vaccin et ne met pas en œuvre les éléments de la stratégie de suppression annoncée en octobre.

    7/9 - Le 1er décembre, il aurait fallu appuyer plus fort sur le frein, par exemple en fermant les écoles 15 j avant les vacances de Noël, mais il ne fallait pas toucher aux écoles. De janvier au 15 mars l’absence de stratégie perdure, et la fin mars voit une 3ème vague arriver.

    8/9 - On n’invente pas des stratégies de lutte contre une pandémie. Il y en a trois (en anglais) :
    1. Mitigation (“vivre avec”) ;
    2. Suppression (“circulation minimale”) ;
    3. Elimination (“#ZeroCovid).
    Si, la 4ème s’appelle la “roue libre” ou encore en anglais #NoStrategy

    9/9 - “Vivre avec” s’avère un échec cuisant pour toute l’Europe et l’Amérique.
    La “roue libre” française (mais aussi européenne) s’avère désastreuse depuis plus de 3 mois et demi : Combien de temps faudra-t-il pour s’en rendre compte collectivement et changer son fusil d’épaule ?

    • • •

    #covid-19 #crise_sanitaire

    • Écrase qui peut.

      La « question de l’acceptabilité » concerne moins les mesures sanitaires en tant que telles que les effets dévastateurs propres à la pandémie d’une part : il faut à tout prix éviter le scandale d’images de non prise en charge (médicale mais aussi sociale cf., les queues de 500 mètres d’étudiants paupérisés qui attendent pour avoir de quoi manger) et de morts (centralité de l’indicateur du nombre de réanimation), éviter à tout prix l’irruption du réel dans la mélasse de confusions organisées qui tient lieu de réalité ; et, d’autre part : l’acceptabilité jamais garantie malgré la prévalence de la lutte de chacun contre tous d’une idéologie directrice, plus ou moins camouflée, dont les auteurs de la Déclaration de Great Barrington ont formulé une version https://gbdeclaration.org/la-declaration-de-great-barrington

      La crise sanitaire se présente pour les militants du capital comme une crise structurelle de leur société, la société d’abandon, et, à l’opposé, pour les tenants de l’égalité ou de l’émncipation comme une faillite définitive (à échelle de vie humaine).
      Schipappa promet un désordre terrible et difficelement remédiable dès lors que la société ne sera plus gouvernée sous le signe de cette crise là (de quoi aller à l’extrême droite sans même une pensée électoraliste, pour la survie du capitalisme, du pouvoir de l’économie), et parmi nous dès que ça s’inquiète râle ou proteste, la blague, " bienvenue dans le monde d’après !" pour dire le pire qui est là et promis à croître sans pour autant s’y soumettre (ce bien peu cultive des complicités vitales).

      #Great_Barrington_Declaration

  • Keep Out... Come Again. The underbelly of American-styled conservation in the Indian Himalayas.

    IN DECEMBER, THE ROAD leading to the #Tirthan_Valley entrance archway of the #Great_Himalayan_National_Park (#GHNP), a #UNESCO World Heritage site in India’s mountain state of Himachal Pradesh, is a potholed mudslide: For miles, a fleet of excavators and tunnel-boring machines are lopping and drilling the mountains to widen and extend the highway. Most of the traffic passing through a big, dark tunnel blasted through the mountain is headed to Manali — the mass-tourist hub of the Western Himalayas, about an hour’s drive farther north.

    My partner and I pass through the archway and weave the motorcycle along a cliffside road into the gorgeous, narrow valley. Villages and orchards dot the ridges. The first snow is melting off the roofs, and far below the Tirthan River runs free and fast. This is still the off-beaten path. But around every turn, we see signs that development is on the rise. Guesthouses, campsites, cottages, hotels, and resorts are sprouting up outside the park’s boundaries. Trucks carrying construction material drive traffic off onto the shoulder. On the opposite ridge, a new helipad access road is being carved out. The area appears to be under construction, not conservation.

    It seems that by putting this once little-known national park on the global map, conservationists have catalyzed a massive wave of development along its border. And ecotourism, though ostensibly a responsible form of development, looks over here, as one researcher put it, more like “old wine in a new bottle.”

    In the two decades since it was formed, the park has displaced over 300 people from their land, disrupted the traditional livelihoods of several thousand more, and forced yet more into dependence on a risky (eco)tourism industry run in large part by outside “experts.” In many ways, the GHNP is a poster child of how the American national park model — conceived at Yellowstone and exported to the Global South by a transnational nexus of state and nonstate actors, continues to ignore the sociopolitical and cultural realities of a place. As a result, protected areas around the world continue to yield pernicious impacts on local communities, and, to some extent, on the local ecology as well. It also raises the question: If protecting one piece of land requires moving its long-time human residents out, developing adjacent land, and flying in tourists from around the world — what is actually being conserved?

    IN THE EARLY 1980s, at the invitation of the Himachal government, a team of Indian and international wildlife biologists led by a British researcher named Tony Gaston surveyed the Western Himalayas for a possible location for the state’s first national park. The state government had been eyeing the Manali area, but after a broad wildlife survey, Gaston’s team recommended the Upper Tirthan and Sainj valleys instead.

    The ecosystem was less disturbed, home to more wildlife, and thus had “excellent potential for attracting tourists”— especially foreign tourists — who might constitute both a “substantial source of [park] revenues” as well as “an enormous input to the local economy,” the team’s report said.

    The proposed 754.4-square-kilometer park included the upper mountain glacial and snow melt water source origins of the Jiwa Nal, Sainj Tirthan, and Parvati rivers, which are all headwater tributaries to the Beas River and subsequently, the Indus River. Given its location at the junction of two of the world’s major biogeographic realms — the Palearctic and Indomalayan — its monsoon-fed forests and alpine meadows sustain a diversity of plant, moss, lichen, bird, and mammal species, many of which are endemic, including the Himalayan goral, blue sheep, and the endangered western Tragopan pheasant and musk deer.

    The park’s boundary was strategically drawn so that only four villages needed to be relocated. But this glossed over the problem of resource displacement. To the northwest, the proposed park was buffered by high mountain systems that include several other national parks and wildlife sanctuaries, but the land in and around its southwest boundary was home to about 150 villages with a total population of at least 11,000 people, all of whom were officially dispossessed of the forests they depended on for centuries when the Indian government inaugurated The Great Himalayan National Park in 1999. These villages are now part of a 265.6-square-kilometer buffer, or so-called “ecozone,” leading into the park.

    A large majority of these families were poor. Many of them cultivated small parcels of land that provided subsistence for part of the year, and they relied on a variety of additional resources provided by the forestlands in the mountains around their homes to meet the rest of their food and financial requirements. That included grazing sheep and goats in the alpine meadows, extracting medicinal herbs that they could sell to the pharmaceutical and cosmetics industry, and collecting gucchi, or morel mushrooms, that fetched high prices in international markets.

    “IN THE INDIAN CONTEXT, the notion that you can have a landscape that is pristine and therefore devoid of humans is an artificial creation,” says Dr. Vasant Saberwal, a wildlife biologist and director of the Centre for Pastoralism, an organization based in Gujarat state that aims to enhance our understanding of pastoralist ecosystems. “India has [long] been a heavily populated country. So, when you think of alpine meadows at 15,000 feet above sea-level, they have been used by pastoral communities for several hundred years. You cannot now go into those landscapes and say we want a pristine alpine meadow. There’s no such thing.”

    In keeping with the lingering idea, tracing back to early American conservationism, that pastoral societies destroy their own land, the Gaston team’s original report claimed that firewood collecting, hunting, and especially overgrazing, were degrading habitat within the area. It recommended a ban on grazing and medicinal plant collection in order to maintain the park’s biodiversity.

    But Saberwal’s research shows that grazing practices in the park’s high alpine meadows — which constitute almost half the park’s area — were likely necessary to maintain its high levels of herb diversity. Before the area was closed off to people, traditional herders of the Indigenous Gaddi tribe would travel up to the alpine meadows with about 35,000 sheep and goats entrusted to them by individual families, and graze them in these meadows for six snow-free months from April through September.

    “So, when you talk to people and suggest to people that their use of the park leads to degradation, they say that we have been using these resources for the past 150-200 years,” he says. “They say, if our presence here has been such a threat, then why would there be biological diversity here?”

    Saberwal’s findings are consistent with reams of scholarship in recent years documenting how local and Indigenous communities, without external pressures, live convivially with nature.

    That is not to say that external pressures aren’t impacting the region. There has definitely been an uptick in morel and medicinal herbs extraction from the park area, especially since the early 1990s when India “liberalized” its economy. Yet today, without adequate enforcement, it remains unclear just how much the park actually helped curtail extraction of these herbs or instead just forced the market underground.

    Other threats include poaching, human-wildlife conflicts, and hydropower development. Ironically, a 10-square-kilometer area was deleted from the original map of the GHNP for building of a hydro-power project, underscoring a typical approach towards conservation “wherein local livelihoods are expendable in the interests of biodiversity, but biodiversity must make way for national development,” Saberwal says.

    India’s Wildlife Protection Act, which prohibits all human activities within a national park, does recognize people’s traditional rights to forest resources. It therefore requires state governments settle or acquire these rights prior to finalizing a new national park’s boundaries, either through financial compensation or by providing people alternative land where such rights can be exercised. But India’s record of actually honoring these rights has been sketchy at best. In GHNP’s case, the state chose to offer financial compensation to only about 300 of the 2,300 or so impacted households, based on family names listed in a colonial report with census data for the area dating back to 1894. It eventually provided the rest of the villagers alternative areas to graze their livestock, but this land was inadequate and nutrient-poor compared to the grasses in the high alpine meadows. Only a handful of families in these villages still have sheep and goat herds today.

    Saberwal, and many mainstream conservationists, says there is an argument to be made for allowing villagers into the park, and not only because it supports their livelihoods. “The presence of people with a real stake in the biological resources of the park can also lead to far greater levels of support for effective management of the park, including better monitoring of who goes into the park, for what, and at what times of the year. Poaching could be more effectively controlled, as could the excessive extraction of medicinal herbs,” he says.

    DESPITE STIFF LOCAL RESISTANCE, the forest department — with support from an international nonprofit called Friends of GHNP, as well as the World Bank, which chipped in a $2.5 million loan — developed an ecotourism industry in the area to help local communities adapt.

    Eco-development, of course, is the current cool idea for making exclusionary conservation acceptable. On paper, it requires community involvement to create “alternative livelihoods” to reduce locals’ dependence on a park’s resources. So, with the support of Friends of GHNP, the forest department helped form a street theater group. It developed firewood and medicinal herb plantations in an effort to wean villagers off of foraging for these the park. A women’s savings and credit collective called Sahara was set up to produce vermicompost, apricot oil, and handicrafts. The Forest Department also handed out “doles” — stoves, handlooms, televisions, pressure cookers — what Mark Dowie, in his book Conservation Refugees, calls “cargo conservation,” or the exchange of commodities for compliance.

    Yet, the project was mired in corruption and mismanagement. The male director of the women’s collective, for instance, was discovered to be siphoning off the collective’s funds. Meanwhile, local ecodevelopment committees set up to coordinate expenditure on livelihood projects were run by the most powerful people in the villages, usually upper-caste males of the devta (deity) community, and chose to spend the money on things like temple and road repairs. According to a 2001 study of the ecodevelopment project, 70 percent of the funds were spent on infrastructure initiatives of this kind. Much later, in 2002, in an attempt to distance itself from the program, the World Bank concluded ecodevelopment had left “very little or no impact … on the ground.”

    In 2014, the park, along with the adjacent Sainj and Tirthan wildlife sanctuaries, was designated a UNESCO World Heritage site, again in spite of more protests from the impacted local communities. Friends of GHNP wrote the application.

    If creating the park cracked the door to development in the Tirthan Valley, minting it a UNESCO World Heritage site flung it wide open.

    On the economic front, it’s certainly true that the influx of tourists has injected more money into the Tirthan Valley than ever before. And it’s true, too, that many locals, the youth especially, are excited, or at least hopeful, that the industry will improve their lives and alleviate poverty. But on the whole, locals are losing opportunities to outside entrepreneurs who come with deeper pockets, digital marketing savvy, and already established networks of potential clientele.

    “That kind of investment and marketing involvement is difficult for locals for figure out,” says Manashi Asher, a researcher with Himdhara, a Himachal-based environmental research and action collective. “Basically, what many locals have done instead, is circumvent local ecotourism policies by turning their properties into homestay or other kinds of [tourist] lodgings and leasing them out to outsiders to run.”

    Though there are no official estimates yet, there’s a consensus among locals that outsider-run guesthouses have already cornered a majority of the valley’s tourism revenue. “City-based tourism operators are licking out the cream, while the peasantry class and unemployed youth earn a pittance from the seasonal, odd jobs they offer,” Dilaram Shabab, the late “Green Man” of Tirthan Valley who spearheaded successful movements against hydropower development on the Tirthan river, wrote in his book Kullu: The Valley of Gods.

    When I read this quote to Upendra Singh Kamra, a transplant from the northwestern state of Punjab who runs a tourism outfit for fishing enthusiasts called Gone Fishing Cottages, he emphasizes how, unlike at most properties, they don’t lay off their local staff during low season. Some have even bought motorcycles or cars. “Logically, you have nothing and then you have something and then you’re complaining that something is not enough. So it doesn’t make sense for me.”

    Many locals see it differently. Narotham Singh, a veteran forest guard, told me he leased his land for 30 years, but now worries for his son and grandchildren. “If they don’t study, what they’re going to be doing is probably cleaning utensils and sweeping in the guesthouses of these people. That’s the dark future.” Karan Bharti, one of Shabab’s grandsons, told me many youth are so ashamed to work as servants on their own land that they’re fleeing the valley altogether.

    More broadly, tourism is also a uniquely precarious industry. Global market fluctuations and environmental disasters frequently spook tourists away for years. (The Western Himalayas is primed for an 8.0-plus magnitude quake tomorrow). And when destination hotspots flip cold, once self-reliant shepherds turned hoteliers are left holding the bill for that high-interest construction loan.

    Sadly, this is exactly what’s happened. In Himachal, the Covid-19 pandemic has exposed just how dependent the state has become on tourism. After the borders were shut in late March, pressure to reopen to salvage a piece of the summer high season was palpable in the press. Chief Minister Jai Ram Thakur proposed Himachal advertise itself for “Quarantine Tourism.” The hotel unions shot down the idea as absurd.

    THERE’S NO SIGN NOR ROAD to Raju’s Guesthouse. To get to it, you have to cross the Tirthan River in a cable basket or makeshift plank bridge and climb up the opposite bank into a fairytale. Vines climb the dark wood facade. There are flowers, fruit trees, and a fire pit. When I visit, kittens are playing around an old cherry tree and a pack of dogs bark up the steep south face; leopards, I learn, come over the ridge at night sometimes and steal dogs.

    Raju, in his late sixties, toothpick-thin, and wearing a baseball cap, is the pioneer of ecotourism in Tirthan Valley. He is also Shabab’s son. When I first spoke with him on the phone, he called the park an “eyewash.” What he meant was that most people don’t come to the park for the park. It’s a steep, half-day trek just to the official boundary, and, inside, the trails aren’t marked. Most tourists are content with a weekend kickback at a guesthouse in the ecozone.

    Still, if real ecotourism exists, Raju’s comes as close as I’ve ever seen. Food scraps are boiled down and fed to the cows. There’s fishing and birding and trekking on offer. No corporate groups allowed, even though that’s where the big bucks are. And no fume-expelling diesel generator, despite guests’ complaints after big storms. There’s a feeling of ineffable wholesomeness that has kept people coming back year after year, for decades now.

    In a 1998 report titled “Communtity-Based Ecotourism in the GHNP,” a World Bank consultant was so impressed by Raju’s that she recommended it be “used as a model for the whole area.” But this was a consultant’s fantasy. Rather than provide support to help locals become owners in the tourism industry, the government and World Bank offered them tour guide, portering, and cooking training. Today, similar second-tier job trainings are part of an $83 million project funded by the Asian Development Bank to develop tourism (mainly by building parking lots) across Himachal.

    Varun, one of Raju’s two sons who runs the guesthouse, doesn’t think any tourist property in the area is practicing ecotourism, even his own. People are illegally catching trout for guests’ dinners, cutting trees for their bonfires, and dumping their trash into the river, he says.

    In 2018, Varun founded the Tirthan Conservation and Tourism Development Association (https://www.facebook.com/Tirthan-conservation-and-tourism-development-association-101254861218173), a union of local guesthouses that works to “eliminate the commercialization of our neighborhood and retain the aura of the valley.” They do tree plantings, enforce camping bans around the river, and meet regularly to discuss new developments in the valley.

    Yet, Varun doesn’t see any way of stopping the development wave. “I mean, it’s inevitable. No matter how much you resist, you know, you’ll have to accept it. The only thing is, we can delay it, slow it down.”

    https://www.earthisland.org/journal/index.php/magazine/entry/keep-out...come-again
    #Inde #montagne #conservation_de_la_nature #nature #protection_de_la_nature #parc_national #Himachal_Pradesh #Manali #tourisme #colonialisme #néo-colonialisme #circulation_des_modèles #Hymalayah #Jiwa_Nal #Sainj_Tirthan #Parvati #rivières #Beas_River #paysage #conservationnisme #biodiversité #Gaddi #élevage #ressources #exploitation_des_ressources #Friends_of_GHNP #banque_mondiale #éco-tourisme #écotourisme #cargo_conservation #corruption #devta #deity #éco-développement #développement #World_Heritage_site #énergie_hydroélectrique #Asian_Development_Bank #Tirthan_Conservation_and_Tourism_Development_Association

    #ressources_pédagogiques

  • Dans le triptyque tester/tracer/isoler, nous avons oublié que le plus important est l’isolement ! – Claude-Alexandre GUSTAVE, Thread Reader App
    https://threadreaderapp.com/thread/1325906387071856640.html

    Seule action efficace pour rompre les chaînes de contaminations

    Les pays victorieux contre la COVID en ont fait le pilier stratégique.
    Citons par exemple 🇹🇼 et ses 10000€ d’amende en cas de non-respect de l’isolement pour les infectés ou cas-contacts...
    Ou bien 🇰🇷 avec l’assignation à domicile, 8000 € d’amende ou 1 an de prison ...

    Sur ce sujet, aucun espoir en France puisque le Ministre de l’Economie vient de rejeter ce modèle 🇰🇷 car ce système d’isolement contraint des infectés était contraire à nos libertés publiques... !!!????
    Le « stop & go » et tragédie sanitaire, ça par contre ça passe ! 🤪

    Nous avons également oublié, que le triptyque tester/tracer/isoler n’est pas l’alpha et l’omega de la réponse sanitaire mais doit seulement servir à cibler certaines mesures sanitaires et « rattraper » les contaminations qui passent au travers du « filet » sanitaire ...14/23
    Sur ce point, @tomaspueyo résume très bien l’approche qui s’est avérée victorieuse dans tout l’Extrême-Orient et l’Océanie notamment.
    Sa description de la « Swiss cheese strategy » est parfaite :
    https://tomaspueyo.medium.com/coronavirus-the-swiss-cheese-strategy-d6332b5939de

    La France fait donc le choix du « stop & go » pour privilégier les profits de court terme, au mépris du risque sanitaire.
    L’épidémie ne va donc pas être mise sous contrôle, avec une succession de vagues, de tension hospitalière extrême, de perte d’accès aux soins ...16/23
    Pour donner l’impression de protéger les citoyens, les autorités feront probablement le choix de la stratégie chère à D. Trump = déclaration de Great Barrington : immunité collective par infection des actifs et confinement ciblé des « vulnérables »

    Mais aussi des possibilités d’inciter à l’#isolement, en lui dédiant des logements et de le soutenir, comme l’illustrait un slogan italien « tu nous enfermes, tu nous payes »..

    #covid-19 #Claude-Alexandre_Gustave #Great_Barrington_Déclaration

  • L’exécutif réfléchit au scénario d’un confinement pour les seules personnes vulnérables
    https://www.lemonde.fr/politique/article/2020/11/06/l-executif-reflechit-au-scenario-d-un-confinement-pour-les-seules-personnes-

    Dans ce contexte, une mesure d’isolement des seules personnes vulnérables « peut être pertinente mais elle n’est pas suffisante », estimait Emmanuel Macron lors de son allocution. Difficile d’être certain qu’une barrière étanche s’installerait entre les différentes catégories de la population. « Cette voie n’est pas, au moment où je vous parle, utilisable », concluait le chef de l’Etat. La nuance temporelle a son importance. Selon nos informations, l’exécutif réfléchit en effet à un scénario conduisant à l’avenir à un confinement des seules personnes vulnérables. « On travaille dessus, si l’épidémie réduit », souligne-t-on dans l’entourage de M. Macron.

    L’hypothèse est défendue à bas bruit – et évoquée sous couvert d’anonymat – par certains membres du premier cercle présidentiel. Ces derniers suggèrent un isolement ciblé afin de préserver autant que possible la vie économique et sociale en attendant l’arrivée d’un vaccin.

    Ces gens vivent vraiment sur une autre planète…

    • Dans mon entourage, j’ai du mal à faire comprendre qu’un vrai confinement court, ça serait mieux que ce faux confinement éternel dans lequel les personnes responsables (ou peureuses) jouent le jeu, et sont dans la même situation (psycho, sociale...), finalement, qu’un vrai confinement...

    • Le faux confinement est un avatar de la "stratégie" de l’immunité collective. Par fidélité à l’optique libérale, on adopte là aussi sans le dire et avec des trémolos à propos des victimes et des soignants, une théorie de la « protection focalisée » formulée par ce groupe de scientifiques qui a récemment publié un texte mettant en garde contre les mesures contraignantes déployées pour faire face au #Covid-19, la #Great_Barrington_Déclaration. https://seenthis.net/messages/883886

      Jusqu’aux vaccins et après, ils mentiront... tant qu’ils pourront.

      Les vulnérables se répartissent en trois catégories, deux qui coûtent cher et une dernière qui peut moins encore que les précédentes se confiner sans un appui matériel qi le permette.

      Le conseil scientifique, dans un avis rendu le 26 octobre, évoque le chiffre de 22 millions de personnes pouvant être aujourd’hui considérées comme vulnérables. Cette population « hétérogène » , relève la note, comprend les plus de 65 ans, les sujets jeunes « avec facteurs de comorbidité (diabète, surpoids, insuffisance rénale, cancer) » ainsi que les personnes en situation de « grande précarité » .

  • Social Media Conversations in Support of Herd Immunity are Driven by Bots – Federation Of American Scientists
    https://fas.org/blogs/fas/2020/10/social-media-conversations-in-support-of-herd-immunity-are-driven-by-bots

    Approximately half of the profiles pushing the case for herd immunity are artificial accounts. These bot or bot-like accounts are generally characterized as engaging in abnormally high levels of retweets and low content diversity.
    The high level of bot-like behavior attributed to support for the Great Barrington Declaration on social media indicates the conversation is manipulated

  • Internet access deal allows Chinese government censorship in our UK university (virtual) classrooms

    1. Introduction

    We are a group of academics with many years of experience of teaching on China, including Hong Kong, in the fields of law, political sociology, labour relations, human rights, and gender politics. We are deeply concerned that, in their eagerness to maintain fee income from Chinese international students as near to pre-Covid levels as possible, some UK universities have signed up to a China-based system for providing access to online teaching to students who choose to study for their UK degrees from their homes in the PRC. We are concerned this system potentially endangers our students and invites censorship of the curriculum in our universities.
    2. UK HE and the Great Fire Wall of China

    As has been widely reported, many UK universities that have become dependent on steep international fees from Chinese students faced a sharp fall in their incomes this academic year if applicants failed to enroll on their courses (see #USSBriefs94). In the event, the fall has apparently been less precipitous than forecasted, although reliable data is not yet available, due in part to last minute marketing of courses to students in China. But a significant proportion of these students are joining courses from their homes in China, due to a variety of factors, including worries among students and parents about the UK’s shambolic approach to coronavirus control and late issuance of letters students need to apply for UK visas. The Chinese Ministry of Education has announced that, unlike in the past, it will recognize UK degrees that involve online study.

    But studying online for a UK degree from inside China presents specific challenges. The ‘Great Fire Wall’ restricts access to the internet outside China, imposing mechanisms to filter content and block ‘blacklisted’ sites, including major platforms such as Google, Youtube, Facebook, Twitter; news providers such as the Guardian and the New York Times; and transnational activist networks, among others. The ‘virtual private networks’ (VPNs) that UK universities routinely provide to their staff and students to access much of their content from off campus are blocked as part of a generalized Chinese government ban on VPNs and other forms of encrypted communication. Students in China joining some UK university courses (such as pre-sessional English programmes) during the summer reported significant connection problems.
    3. Over the wall: the Alibaba ‘solution’

    In this context, institutions representing UK universities are rolling out a dedicated service to enable students studying for UK degrees from China to access their course materials. This has been piloted over the summer at a number of UK HEIs, and is a joint project by promoters of all things digital in UK HE Jisc and Ucisa, the British Council (which is involved in marketing UK HE) and Universities UK. The service provides access to UK universities’ online platforms for students within China via a government-approved VPN enabled by Chinese internet and e-commerce giant Alibaba. UK universities want to ensure that students in China can have reliable access to course materials, including recorded lectures, readings and live activities, and are able to participate in their courses, posting comments on discussion boards and submitting assignments.

    From the publicly available information, this service, which has been piloted in a number of UK universities over the summer, and is now being rolled out at some of our institutions, will allow students to access their UK university’s content via a login to a dedicated Alibaba Cloud service on its Cloud Enterprise Network. Although the documentation on the Alibaba service describes this being routed via the company’s ‘virtual private cloud’ on servers in locations outside China, this does not mean that Chinese government surveillance and censorship mechanisms would be avoided, because all traffic would initially be routed through Alibaba’s servers in China.
    4. Censorship, surveillance and students at risk?

    As well as claiming that it will provide ‘fast and reliable access’ to course materials, the documentation states that the Alibaba ‘solution’ would be ‘fully legal and compliant with Chinese laws and regulations’. These laws allow for extensive censorship of public content on social media and news websites, as well as of personal communications, based on broad and vague criteria. While parameters for what is forbidden are set by the authorities, responsibility for deleting and blocking related content, activity and users rests with social media platforms and services, including Alibaba. China’s 2016 Cybersecurity Law makes companies that fail to carry out these responsibilities subject to massive fines, prosecution and even cancellation of business licenses. This legal responsibility implies that Alibaba could face legal sanctions if it failed to block course content on prohibited topics such as protests in Hong Kong or the detention camps in Xinjiang.

    The Alibaba scheme could also put students at risk, as their engagement with their courses can be monitored through Chinese government electronic surveillance systems. This is the case not only for students studying for their degrees remotely from China, but also potentially other students who are in the UK but in the same courses, whose engagement could potentially be monitored via the access of the students joining course activities remotely. This is no idle fear in a context where there have been significant tensions among students over support for the 2019 protests in Hong Kong, for example.

    Repression in China is targeted, and depends on identifying people regularly accessing content or online activities seen as problematic (particularly those engaging in any form of collective action national or local authorities find problematic), and focusing monitoring on such ‘suspect’ people. Using the Alibaba Cloud service, UK universities will not be able identify what kinds of monitoring and censorship happen when and to whom. Given the Chinese government’s demonstrated AI capacities, this monitoring could include automated profiling of student use of materials or interaction with the teaching to infer political reliability or political inclinations. By providing the Alibaba service to their students, UK universities could be complicit in enabling such profiling, and in our view this would be a failure in our duty of care to our students.
    5. China and the chilling effect

    There are broader concerns about the potential chilling effects for teaching of China-related material in UK universities, both short term and long term. This is not an idle concern: in recent years, controversies have erupted as the Chinese government has sought to pressure academic publishers to censor ‘politically sensitive’ content, including Cambridge University Press. It also comes in the context of the newly passed National Security Law in Hong Kong, which criminalizes a broad range of previously acceptable speech, and exerts extraterritorial powers that have raised deep concerns among scholars working on China-related issues. In such an environment, content deemed potentially offensive to the Chinese government may be at risk from (self-)censorship, either because teachers opt to eliminate it or because institutions decide that certain ‘problem’ courses are no longer viable. Documentation for staff at a number of universities offering this service has made vague references to ‘problematic’ content that may result in some teachers preemptively removing any China-related material from their courses.

    Some institutions have effectively started justifying such censorship of courses for Chinese students studying remotely, asking teachers to provide ‘alternatives’ to ‘problematic’ China related content for these students. Such moves presume that all Chinese students will be offended by or want to avoid such content; in our view this is a mistaken assumption based on stereotyped notions of Chinese students. Some of our students from China choose to study at UK universities precisely because they will encounter a different range of approaches and opinions to those they have encountered in universities in mainland China, and some specifically want to hear about alternative analysis of developments in their own country at a time when such debate is being closed down at home. Pro-government, nationalist students may be vocal, but there are many others with a variety of viewpoints. One indication of this in the UK context is a finding from a representative sample of mainland Chinese students studying for undergraduate and postgraduate taught degrees at UK universities. The Bright Futures survey, conducted in 2017–18, found that 71% of respondents said they ‘never’ participated in activities of the Chinese Students Association (which is supported and funded by the Chinese authorities) and a further 22% said they participated once a month or less.
    6. Alternative solutions and academic freedom

    Given the concerns outlined above, we do not believe that UK universities have done enough to find alternatives to the Alibaba service that might mitigate some of the risks we describe. Other academic institutions, including joint-venture universities with campuses in China, have apparently negotiated exceptions to the ban on foreign VPNs. For obvious reasons, these universities do not publicize the ad hoc solutions they have been able to find, as these would technically be violations of Chinese law. In the current context other possibilities for UK HE might include approaching the Chinese Ministry of Education to negotiate access for students in China to UK university VPNs, or to a collectively managed joint UK-university ‘VPN concentrator’ located in China. Another part of a solution could be a joint-UK university project to mirror UK university server content in locations nearer to China (such as Singapore, South Korea or Japan) that would allow for faster access to content via VPNs. These solutions could address some of the key surveillance concerns, but would nonetheless still be subject to censorship demands by Chinese authorities.

    Universities should not plead that they cannot consider alternatives on cost grounds, since the Alibaba service is reportedly costly (although rates have not been made public), with prices likely reaching £100,000 per institution annually depending on data volume. With a model of payment by data volume, UK universities are in the invidious (and likely unworkable) position of distinguishing between ‘study-related’ and other usage of the service. More importantly, no saving of expenditure or maintaining of pre-Covid income levels can justify the ‘costs’ of exposing our students to the risk of persecution as a result of taking UK university courses, or of inviting Chinese government censorship into our university systems.

    Unfortunately, there is little sign that the leaders of the sector are considering the complexity of the risks involved. On 15 October 2020, UUK issued a report entitled ‘Managing risks in internationalisation: security related issues’. Deplorably, this report suggests that universities are, or should become, guardians of UK national security, but fails to recognise the nature of the risks to academic freedom that staff and students in the UK are actually facing. The report certainly makes no mention of the concerns we outline above, despite UUK being a co-sponsor of the Alibaba scheme. Addressing itself exclusively to ‘senior leaders’ in universities, the report also suggests a top-down, managerial approach to addressing the risks of academic internationalisation, without giving sufficient thought to the need to involve academic staff. Self-governance is an important dimension of academic freedom. One reason we are publishing this piece is that we have had little or no say in how our institutions are making policy in this area, despite the evident relevance of our expertise, and the gravity of the concerns we raise. At this moment, we believe UK universities need to commit to strong defense of academic freedom, ensure that this applies equally to staff and students and prevent this key value of our universities being undermined by ‘technical’ or market considerations.

    https://medium.com/ussbriefs/internet-access-deal-allows-chinese-government-censorship-in-our-uk-universi

    #Chine #UK #Angleterre #censure #université #distanciel #enseignement #taxes_universitaires #frais_d'inscription #Great_Fire_Wall #internet #étudiants_chinois #VPN #Jisc #Ucisa #Alibaba #Alibaba_cloud #surveillance #liberté_académique

    ping @etraces

  • Serrer la vis ou laisser faire, le dilemme de l’immunité collective - Le Temps
    https://www.letemps.ch/sciences/serrer-vis-laisser-faire-dilemme-limmunite-collective

    Un groupe de scientifiques a récemment publié un texte mettant en garde contre les mesures contraignantes déployées pour faire face à une potentielle deuxième vague de Covid-19.

    Le document, paru sous le nom de Déclaration de Great Barrington, du nom de la ville américaine où il a été signé, a été rédigé par trois épidémiologistes : Jay Bhattacharya de l’Université Stanford, Martin Kulldorff de l’Université Harvard et Sunetra Gupta de l’Université d’Oxford.

    Ils affirment que « les politiques actuelles de confinement produisent des effets désastreux sur la santé publique », parmi lesquels « une baisse des taux de vaccination chez les enfants, une aggravation des cas de maladies cardio-vasculaires, une baisse des examens pour de possibles cancers ou encore une détérioration de la santé mentale en général ».

    Par conséquent, réclament-ils, il faut retourner au plus vite à la vie d’avant et laisser les restaurants, les commerces, les lieux culturels ou sportifs et les écoles ouvrir selon leurs habitudes. Sauf pour une partie de la population : les plus vulnérables au virus, principalement les plus âgés, doivent complètement s’isoler.

    Cette stratégie, qu’ils appellent la « protection focalisée » (focused protection) permettrait d’après eux au coronavirus de se propager rapidement dans la population jeune sans faire de dégâts majeurs tout en préservant les activités socio-économiques. Après quoi la majorité de la population guérie serait naturellement immunisée contre la maladie.

    Seuil d’immunité

    Ce concept n’est pas vraiment neuf : il est même régulièrement évoqué depuis le début de l’épidémie sous le nom d’« immunité collective » – en fait un abus de langage, ce terme ne désignant pas une stratégie ou un mécanisme, mais le statut immunitaire d’une population vis-à-vis d’une maladie infectieuse.

    [...]


    Ce graphe montre que plus le virus est contagieux (R zéro élevé, axe horizontal), plus le seuil d’immunité collective est important (en % de la population, axe vertical). « Measles » : rougeole. « Influenza » : grippe. « Smallpox » : variole.
    JAMA

    [...]

    D’autres scientifiques ont épinglé la Déclaration dans la revue The Lancet, vue comme « une dangereuse illusion non étayée par des preuves scientifiques ».

    Propos confirmés par Olivia Keiser, cheffe de la division des maladies infectieuses à l’Institut de santé globale de l’Université de Genève et membre de la task force scientifique suisse : « Ce que la Déclaration suggère n’est pas scientifique car on ne connaît pas encore les mécanismes liés à l’immunité au coronavirus, si celle-ci est efficace ou combien de temps elle dure. »

    « Le texte n’est du reste pas basé sur des critères éthiques », ajoute-t-elle. Atteindre le seuil fatidique sera un long processus durant lequel mourront de nombreuses personnes – plusieurs centaines de milliers pour un pays comme les Etats-Unis. Les mesures seraient en outre discriminantes envers les personnes à faible revenu, plus vulnérables.

    Enfin, l’épidémiologiste rappelle que garder les personnes les plus fragiles dans une bulle coupée du reste de la société est une gageure. D’autant que les aînés ne sont pas les seuls à être sensibles au Covid-19 – la population générale, même jeune, peut développer de terribles complications dont le « long covid », une forme chronique.

    https://seenthis.net/messages/881524
    https://seenthis.net/messages/881371
    #Great_Barrington_Declaration #immunité_collective

    • En même temps... les enfants et les jeunes restent scolarisés, les adultes peuvent étudier, travailler et les personnes âgées ne peuvent sortir qu’une heure par jour. Une manière de contourner l’impossibilité constitutionnelle d’un confinement sélectif des vieux. Agilitay qu’ils disaient.

      Eux-aussi ont noté que les « seniors » avaient été trois fois moins contaminés que la population générale lors de la première vague (#Épicov), ce qui a limité la surmortalité. Le game ce serait d’arriver à des contaminations sélectives, ce qui a pas bien marché cet été (tout n’est pas perdu, on peut faire la morale ensuite), et moins encore avec la rentrée solaire. Il faut rater encore ?

      Un jour (...) on pourra annoncer que le nombre d’entrée en réa et de décès baisse. On dira qu’on commence à voir la fin du tunnel des horreurs. Et ce sera une affaire de responsabilité individuelle et familiale de ne pas contaminer ses vieux. Dans le meilleur des cas, cet apprentissage sanitaire par les cercueils va laisser du temps à l’invention de pratiques sociales (comme ce fut le cas à l’hôpital en mars avril dernier).

      L’objectif fixé à 5000 covid + jour, ils nous le rappelleront jusqu’à la date butoir, le vaccin de l’été prochain.

      #protection_focalisée #contamination_sélective

    • bah alors @zeka ? pourquoi avoir recopié le texte de la « mise au point » de regards par rapport à cette tribune de merde publiée « par amitié » ? Sans nous préciser que Regards avait fait une « mise au point » ? Tout ça est très très flou…

      http://www.regards.fr/idees-culture/article/mise-au-point

      Cette publication ne signifie pas un soutien de la rédaction de Regards au contenu du texte. Depuis le début de cette pandémie, nous ne cherchons pas à nier sa gravité et son étendue. Au contraire, nous déplorons le manque de réactivité, de moyens et de cohérence de l’État pour faire face à ce péril. Nous affirmons que cette situation est profondément liée à des politiques délétères pour l’hôpital et pour l’environnement.

    • éventuellement retitrer « la déclaration de merde de Great Barrington », pour clarifier :)
      (je vois que @zeka a disparu)

    • Aujourd’hui, je vois énormément de choses évoquant le froid : avec le froid, le virus ceci-cela.

      Jusqu’à ce Martin Blachier dont c’est désormais la théorie centrale (oh là là, c’est parti d’un coup ce week-end, on l’a pas vue venir, c’est une grosse surprise…) :
      https://twitter.com/CNEWS/status/1320761088896651264

      https://video.twimg.com/amplify_video/1320760906125553666/vid/1280x720/lESZxNBzd4e7b3Bu.mp4

      Mais il faut voir cette courbe-là :

      On y constate qu’en échelle logarithmique, l’évolution du nombre de morts suit assez fidèlement une droite. C’est donc bien une progression exponentielle depuis le mois d’août.

      Le froid peut expliquer qu’on est maintenant légèrement au-dessus de la progression exponentielle initiale, mais en aucun cas le passage de l’été à l’automne n’a introduit de changement de nature dans la progression de l’épidémie. Cette évolution exponentielle, c’est la même, inexorable, depuis début août.

    • Vraiment, les gens ne comprennent pas le principe de l’exponentielle :
      – tu as 1 contaminé ;
      – une semaine après, ce contaminé a contaminé deux personnes,
      – la semaine suivante, ces deux personnes en ont contaminé 4 ;
      – puis ces 4 personnes en contaminent 8 ;
      – ces 8 en contaminent 16
      – puis 32
      – puis 64
      – puis 128
      – puis 256
      – puis 512
      – puis 1024
      – puis 2048

      La première semaine, on a donc 2 contaminations. Au bout de dix semaines, le même processus fait qu’on a 2048 contaminations en une semaine. C’est le même virus, le même processus de contamination, rien ne change réellement : c’est bien toujours « une personne en contamine deux »… L’« accélération » est dans sa nature même. Ce n’est pas un élément nouveau, extérieur, qui provoque l’accélération. C’est la dynamique même de l’épidémie.

      Bien comprendre ici que si on agit sur l’épidémie quand on a des chiffres très bas, ça a un impact immense sur l’évolution suivante. Parce que, ci-dessus, les 2048 ne sortent pas de nulle part, ce ne sont pas des contaminations « spontanées », ab initio, juste parce qu’il fait froid : elles sont l’héritage de la multiplication à partir de 1, 2, 4, 8… .

      N’avoir rien fait en septembre, au motif que les chiffres étaient très bas, en prétendant qu’il ne se passait rien, alors qu’on avait déjà la même progression exponentielle que maintenant, et alors que c’est justement sur ces chiffres faibles qu’il était possible d’agir, c’est proprement criminel.

    • ouille aouch aie aie aie

      Ok pour l’échiquier de Sissa raconté autrement. C’est clair.
      Mais je ne pige pas comment le rythme ne serait pas sujet à variations. Ici, les modifications de comportements (masques et distances qui ont contribué à freiner les contaminations, où, à l’inverse, enfermement dans les classes et les lieux de travail) ralentissent ou accélèrent la vitesse du doublement, non ?

      Sinon, ce #Blachier et sa théorie du plateau n’inspire pas confiance. Benjamin des potiches télé, il a déjà dit pas mal de bêtises dans les média et promeut une boite de conseil dont il est cofondateur
      https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/coronavirus-qui-sont-les-experts-qui-nous-parlent-tous-les-jours-dans-l

      "On a l’avantage d’associer le domaine médical, l’épidémiologie et la compétence mathématique pour produire des modèles de simulation , explique-t-il à franceinfo. Modéliser les épidémies, c’est notre métier. Donc on a une longueur d’avance sur les autres."

      La page d’accueil est bancale
      https://www.ph-expertise.com
      mais pour avoir déjà émargé dans ou pour des institutions publiques ils promettent à l’industrie de bons résultats

      #santé_publique #esprit_de_lucre

    • Exponentielle : Le doublement arrive toujours, c’est juste une affaire de délai plus ou moins long, dépendant en effet de causes diverses (masques, aération...). Le fait que le R0 soit supérieur à 1 engendre une augmentation multiplicative, exponentielle.

      Quant à cette affaire de ces quelques noms qui sont utilisés par l’officialité pour assoir l’idée que la seconde vague n’existait pas, qu’elle existe, et que c’est une surprise, etc. Plus le temps passe, plus j’ai envie d’y voir un authentique complot, plus ou moins conscient. Nous avions des instituts de sondage bidons, n’annonçant que des résultats dans le sens des élites ? Nous avons désormais des instituts d’épidémiologie n’annonçant que des résultats qui vont à l’encontre d’un confinement que personne, et en particulier les milieux économiques ne veulent.

      Hier soir, sur France3, journal régional, le reportage mêlant micro-trottoir et rétrospective maladroite t’explique que le confinement, c’était dur, que vraiment, c’était la souffrance. Les morts et les hôpitaux n’ont pas eu l’opportunité de faire valoir leur point de vue dans ce long reportage. Et sur TF1, à l’avenant, j’étais parti depuis longtemps... mais de loin, j’entendais les mêmes poncifs sur « comment ne l’avons nous pas vue arriver ? » et sur « Macron a convoqué tous les partis »...

      Au point où nous en sommes, la raison voudrait que le confinement soit décrété et que la « suppression » du virus, au minimum, soit mise en œuvre, pour limiter tous les coûts. Mais en fait, les faits sont là : nous sommes bien gouvernés par les marcheurs, ceux là qui n’avaient jamais fait rien d’autre que de s’occuper de leur nombril et de leur petite affaire, et qui se sont retrouvés à devoir réfléchir au bien commun, truc qu’ils ont toujours confondu avec leur nombril... justement. Macron, quand il se balade en France, il ne rencontre que des gens qui lui expliquent qu’il ne faut pas confiner, il ne faut pas confiner. Ils sont des millions à être persuadés qu’il ne faut pas confiner. Qu’il n’y a pas de seconde vague. Que le virus est un complot islamo-gauchiste, comme ils disent sur FB et à la télé.

      Il se peut donc qu’il y ait un confinement. Mais il se peut aussi que l’on continue à coup de demi-mesures et que ce jour, la réception des différents partis, ce soit pour valider cette façon de procéder. Comme il n’y a que l’"extrême"-gauche pour avoir le point de vue du confinement, ça semble plié. A suivre...

    • Ce qui saute aux yeux est que depuis fin août, l’épidémie est sur une dynamique exponentielle. Avec un taux de croissance stable, voire légèrement croissant.

      Par ailleurs, le temps de réponse du système est long : les modifications de comportement éventuellement (!) induites par les «  mesures  » se font progressivement. Sans compter que les indicateurs dont nous disposons sont en retard sur la dynamique de la propagation (nouveaux cas de cinq à dix jours, hospitalisations d’une à deux semaines, décès de trois semaines à un mois).

      Avec le recul, si on compare au printemps, le passage à une propagation moins explosive est clairement dû à la quasi disparition des grands événements publics, mais la constance de la pente actuelle montre que subsistent les événements propagateurs bien identifiés maintenant : fêtes privées, écoles, … ainsi qu’un certain laxisme dans les mesures de précaution autour d’éventuels cas contact.

      La pente constante (et, je me répète, légèrement croissante) prouve également que nous sommes encore très loin d’une éventuelle immunité collective. En effet, les exponentielles ne montent pas jusqu’au ciel – on passe sur un modèle logistique bien avant de l’atteindre… Aussi, nos «  experts  » en modélisation, avant de parler de «  plateau  », pourraient commencer par guetter une éventuelle inflexion de la croissance.

      On est loin d’en être là…

    • Ceci dit, nous suivons fidèlement la trajectoire que redoutait l’experte épidémiologiste il y a 2 mois, je crois, qui expliquait que c’est quand il n’y a que peu de morts qu’il faut agir sans faiblir devant le côté «  rassurant  » de ce faible nombre. Une fois que c’est lancé, c’est trop tard.

      Désolé, je ne retrouve plus le lien, ça devient difficile à trouver vu l’abondance d’entrées avec les mots clés que j’utilise.

    • Un gars qui se découvre marcheur sans l’admettre :

      J’ai regardé le graphique des décès. Dans la norme des décès liés aux affection respiratoires et à la saisonnalité. Enfin, on rappellera l’âgé médian de 81 ou 82 ans avec tous les facteurs de comorbidité habituels.

      La grippe se fait juste voler la vedette par le méchant rhume.

      D’un point de vue anti-métaphorique, la covid n’existe pas car elle est avant tout une psychose¹.

      Bonne journée dans la peur :)

    • Ça te rassure tellement que ça de te dire que seuls ceux qui méritaient déjà de mourir meurent ? T’as jamais entendu parler de covid long ? Il va y avoir au bas mot 30000 morts de plus sur 2020 de cette maladie. En 2003, il y avait eu 15000 morts de la canicule, et personne n’avait eu le culot d’expliquer que c’était normal. Mais cette année ce n’est décidément pas pareil.

    • pour l’âge, les données quotidiennes de Santé Publique France sont remarquablement exploitées dans le fil pointé ici
      https://seenthis.net/messages/883715

      notamment :


      évolution de juin à octobre du taux d’incidence par tranche d’âge où l’on voit parfaitement la dynamique de la propagation à partir de fin juillet initiée par la tranche des 20-30 ans. En méditant sur ce graphique, on peut assez aisément anticiper l’efficacité du confinement light choisi par le gouvernement sur la contamination des anciens : quasi nulle. Avec en prime le discours moralisateur qui va bien et que l’on voit poindre déjà dans le gouvernement - et les opposants au confinement - on a laissé les jeunes se contaminer entre eux, on les a autorisé à visiter les anciens (on n’est pas des chiens) mais si ces derniers choppent la bête c’est de leur faute, jeunes ou anciens, ils n’avaient qu’à faire plus attention.

      pour les comorbidités, c’est (beaucoup) plus compliqué, celles-ci, mentionnées sur le certificat de décès sont délicates à exploiter et les résultats sont publiés avec un décalage de plus d’un an. Mais on voit bien, sous ta question, le discours récurrent : ce n’est pas le coronavirus qui les a tué·es mais leurs comorbidités. Sauf que s’ils ou elles n’avaient pas été infecté·es la plupart auraient survécu le délai habituel que leur laissent leurs pathologies. À part ça, la covid ne tue pas.

      Enfin, n’oublions pas les séquelles de la covid (covid-long). Exemple proche : homme la cinquantaine, actif, pleine santé, seule comorbidité de l’asthme ; il a survécu à quinze jours d’hospitalisation - sans intubation - lors de la première vague ; depuis perte totale de sensibilité aux deux bras et depuis la fin de l’été zona d’abord oculaire puis auriculaire (avec lésion permanente du nerf auditif). OK, ça n’a rien à voir, c’est le hasard et ce n’est qu’un cas,… Sauf que des comme ça, il y en a d’autres. Aux dernières nouvelles, on trouve aussi des atteintes cognitives.
      https://seenthis.net/messages/883701

    • @simplicissimus Merci pour les références.

      Je ne comprends pas bien ce qui te permet de dire que je penserais que « ce n’est pas le coronavirus qui les a tué·es mais leurs comorbidités ».

      Ce virus ne touche pas tout le monde de la même manière, semble-t-il. N’est-il pas intéressant d’essayer de comprendre comment et éventuellement pourquoi ?

    • Ah ! désolé si tu ne penses pas cela. Je suis tellement habitué à entendre cet argument, en général au milieu de l’enchaînement suivant :
      • c’est une grippette
      • on la soigne très bien
      • on n’en meurt pas
      • quand on meurt, c’est d’autre chose
      • d’ailleurs, il n’y a pas de surmortalité
      • de toutes façons les chiffres sont faux
      • et, option la totale, tout cela est pensé et piloté

      Bref, si on ne meurt pas du coronavirus, c’est que cette pandémie n’en est pas une.
      Ce qui, à tort certainement, ne m’avait pas semblé tellement éloigné de certaines de tes positions.

  • LA DÉCLARATION DE GREAT BARRINGTON

    En tant qu’épidémiologistes des maladies infectieuses et scientifiques spécialisés en santé publique, nous sommes inquiets des impacts physiques et mentaux causés par les politiques actuelles contre le COVID-19 et nous recommandons une approche alternative que nous appelons Protection focalisée (Focused Protection). 

    Que nous soyons de gauche ou de droite, et quel que soit notre pays d’origine, nous avons consacré nos carrières à la protection des populations. Les politiques actuelles de confinement produisent des effets désastreux sur la santé publique à court, moyen et long terme. Parmi les conséquences, on peut citer, entre autres, une baisse des taux de vaccination chez les enfants, une aggravation des cas de maladies cardio-vasculaires, une baisse des examens pour de possibles cancers ou encore une détérioration de la santé mentale en général. Cela va engendrer de grands excès de mortalité dans les années à venir, notamment dans la classe ouvrière et parmi les plus jeunes. Maintenir les écoliers en dehors de l’école est une grande injustice. 

    Conserver ces mesures en attendant qu’un vaccin soit disponible causera des dégâts irréparables. Les couches sociales les moins favorisées seront les plus touchées. 
    Heureusement, notre compréhension du virus s’améliore. Nous savons que la vulnérabilité à la mort par le COVID-19 est plus de mille fois plus haute parmi les personnes âgées et infirmes que chez les jeunes. En effet, pour les enfants, le COVID-19 est moins dangereux que bien d’autres maux, y compris la grippe. 

    L’immunité grandissant dans la population, le risque d’infection baisse pour tout le monde, y compris les plus vulnérables. Nous savons que toutes les populations vont finir par atteindre l’immunité collective, c’est-à-dire le point où le nombre de nouvelles infections est stable, et que ce processus peut s’accompagner (sans pour autant dépendre) de l’existence d’un vaccin. Par conséquent, notre objectif devrait être de minimiser la mortalité et le mal fait à la société jusqu’à ce qu’on atteigne l’immunité collective. 

    Une approche à la fois compassionnelle et prenant en compte les risques et les bénéfices consiste à autoriser celles et ceux qui ont le moins de risques de mourir du virus de vivre leurs vies normalement afin qu’ils fabriquent de l’immunité au travers d’infections naturelles tout en protégeant celles et ceux qui ont le plus de risques de mourir. Nous appelons cela la Protection Focalisée (Focused Protection). 

    Le fait d’adopter des mesures pour protéger les plus vulnérables devrait être le but central des réponses de santé publique au COVID-19. A titre d’exemples, les résidences pour personnes âgées devraient être dotées de personnel qui a acquis l’immunité et qui réalise fréquemment des tests PCR pour les autres membres du personnel et les visiteurs. Par ailleurs, la rotation du personnel devrait être la plus faible possible. Les personnes retraitées qui vivent chez elles devraient se voir livrer leurs courses à domicile. Quand c’est possible, elles devraient rencontrer les proches en plein air plutôt qu’à l’intérieur. Une liste de mesure complète et détaillée, incluant des approches pour les foyers comprenant plusieurs générations, peut être mise en œuvre. C’est largement dans la capacité et les prérogatives des professionnels de la santé publique. 

    Ceux qui ne sont pas vulnérables devraient immédiatement être autorisés à reprendre une vie normale. Des mesures d’hygiène simples, comme se laver les mains et rester chez soi si l’on est malade, devraient être pratiquées par chacun pour réduire le seuil de l’immunité collective. Les écoles et les universités devraient rouvrir pour des enseignements en présentiel. Les activités extrascolaires comme le sport devraient reprendre. Les jeunes adultes qui présentent peu de risques devraient travailler normalement plutôt que depuis chez eux. Les restaurants et les commerces devraient ouvrir. Les arts, la musique, le sport et les autres activités culturelles devraient reprendre. Les personnes qui présentent plus de risque peuvent participer si elles le souhaitent à ce processus tandis que la société dans son ensemble bénéficie de la protection ainsi conférée aux plus vulnérables par ceux qui ont construit l’immunité collective. 

    Cette déclaration a été rédigée et signée le 4 octobre 2020 à Barrington, aux États-Unis, par :

    Le Dr. Martin Kulldorff, professeur de médecine à l’université Harvard, un biostatisticien et épidémiologiste spécialisé dans la détection et la surveillance du déclenchement des maladies infectieuses et l’évaluation de la sécurité des vaccins.

    Le Dr. Sunetra Gupta, professeure à l’université d’Oxford, une épidémiologiste spécialisée en immunologie, dans le développement de vaccins et la modélisation mathématique des maladies infectieuses.

    Le Dr. Jay Bhattacharya, professeur à l’Ecole Médicale de l’université de Stanford, un médecin, épidémiologiste, économiste de la santé et expert en santé publique spécialiste des maladies infectieuses et de leurs effets sur les populations vulnérables.

    --
    Cosignée par

    Dr. Alexander Walker, principal at World Health Information Science Consultants, former Chair of Epidemiology, Harvard TH Chan School of Public Health, USA
    Dr. Andrius Kavaliunas, epidemiologist and assistant professor at Karolinska Institute, Sweden
    Dr. Angus Dalgleish, oncologist, infectious disease expert and professor, St. George’s Hospital Medical School, University of London, England
    Dr. Anthony J Brookes, professor of genetics, University of Leicester, England
    Dr. Annie Janvier, professor of pediatrics and clinical ethics, Université de Montréal and Sainte-Justine University Medical Centre, Canada
    Dr. Ariel Munitz, professor of clinical microbiology and immunology, Tel Aviv University, Israel
    Dr. Boris Kotchoubey, Institute for Medical Psychology, University of Tübingen, Germany
    Dr. Cody Meissner, professor of pediatrics, expert on vaccine development, efficacy, and safety. Tufts University School of Medicine, USA
    Dr. David Katz, physician and president, True Health Initiative, and founder of the Yale University Prevention Research Center, USA
    Dr. David Livermore, microbiologist, infectious disease epidemiologist and professor, University of East Anglia, England
    Dr. Eitan Friedman, professor of medicine, Tel-Aviv University, Israel
    Dr. Ellen Townsend, professor of psychology, head of the Self-Harm Research Group, University of Nottingham, England
    Dr. Eyal Shahar, physician, epidemiologist and professor (emeritus) of public health, University of Arizona, USA
    Dr. Florian Limbourg, physician and hypertension researcher, professor at Hannover Medical School, Germany
    Dr. Gabriela Gomes, mathematician studying infectious disease epidemiology, professor, University of Strathclyde, Scotland
    Dr. Gerhard Krönke, physician and professor of translational immunology, University of Erlangen-Nuremberg, Germany
    Dr. Gesine Weckmann, professor of health education and prevention, Europäische Fachhochschule, Rostock, Germany
    Dr. Günter Kampf, associate professor, Institute for Hygiene and Environmental Medicine, Greifswald University, Germany
    Dr. Helen Colhoun, ,professor of medical informatics and epidemiology, and public health physician, University of Edinburgh, Scotland
    Dr. Jonas Ludvigsson, pediatrician, epidemiologist and professor at Karolinska Institute and senior physician at Örebro University Hospital, Sweden
    Dr. Karol Sikora, physician, oncologist, and professor of medicine at the University of Buckingham, England
    Dr. Laura Lazzeroni, professor of psychiatry and behavioral sciences and of biomedical data science, Stanford University Medical School, USA
    Dr. Lisa White, professor of modelling and epidemiology, Oxford University, England
    Dr. Mario Recker, malaria researcher and associate professor, University of Exeter, England
    Dr. Matthew Ratcliffe, professor of philosophy, specializing in philosophy of mental health, University of York, England
    Dr. Matthew Strauss, critical care physician and assistant professor of medicine, Queen’s University, Canada
    Dr. Michael Jackson, research fellow, School of Biological Sciences, University of Canterbury, New Zealand
    Dr. Michael Levitt, biophysicist and professor of structural biology, Stanford University, USA. 
Recipient of the 2013 Nobel Prize in Chemistry.
    Dr. Mike Hulme, professor of human geography, University of Cambridge, England
    Dr. Motti Gerlic, professor of clinical microbiology and immunology, Tel Aviv University, Israel
    Dr. Partha P. Majumder, professor and founder of the National Institute of Biomedical Genomics, Kalyani, India
    Dr. Paul McKeigue, physician, disease modeler and professor of epidemiology and public health, University of Edinburgh, Scotland
    Dr. Rajiv Bhatia, physician, epidemiologist and public policy expert at the Veterans Administration, USA
    Dr. Rodney Sturdivant, infectious disease scientist and associate professor of biostatistics, Baylor University, USA
    Dr. Simon Thornley, epidemiologist and biostatistician, University of Auckland, New Zealand
    Dr. Simon Wood, biostatistician and professor, University of Edinburgh, Scotland
    Dr. Stephen Bremner,professor of medical statistics, University of Sussex, England
    Dr. Sylvia Fogel, autism provider and psychiatrist at Massachusetts General Hospital and instructor at Harvard Medical School, USA
    Dr. Udi Qimron, professor of clinical microbiology and immunology, Tel Aviv University, Israel
    Dr. Ulrike Kämmerer, professor and expert in virology, immunology and cell biology, University of Würzburg, Germany
    Dr. Uri Gavish, biomedical consultant, Israel
    Dr. Yaz Gulnur Muradoglu, professor of finance, director of the Behavioural Finance Working Group, Queen Mary University of London, England

    --
    Signez : https://gbdeclaration.org/#sign

    --