• Les richesses de l’#Arctique suscitent la rivalité des nations riveraines

    La position des grands #groupes_pétroliers à l’égard du #forage en Arctique est toutefois révélatrice. Contacté par Reporterre, #Gazprom France n’a pas souhaité s’exprimer. La compagnie semble toutefois déterminée à passer à l’étape d’exploitation après des années d’exploration. Ce n’est pas le cas de Total. Ce groupe nous précise qu’il a « décidé de privilégier en Arctique les projets gaziers en dehors de la zone de banquise. Pour ce qui est du pétrole, Total exclut à ce jour toute exploration dans des zones de banquise ». Il y a un an, le PDG de la compagnie, Christophe de Margerie, avait déclaré que le risque de marée noire y était trop important.
    Aujourd’hui, #Total est impliqué dans six projets dans la zone Arctique, tous en dehors de la zone de banquise. Pour Julien Rochette, « à court-terme, les grandes compagnies ne se risqueront pas à l’#exploitation car c’est trop risqué et trop coûteux. Plus que le #pétrole, ce sont les réserves de #gaz qui sont recherchées. Or la demande mondiale en gaz peut être satisfaite grâce aux gaz de schiste... ». La menace pétrolière est donc encore limitée . Mais mieux vaut prévenir que guérir. C’est le sens de la campagne menée par Greenpeace.

    Cette assertion me parait discutable si on considère que le gaz de schiste est potentiellement une bulle qui pourrait éclater prochainement, non ?

    http://www.reporterre.net/spip.php?article5075

  • L’#Équateur vend sa #forêt pour du #pétrole :

    Sous les coups du marteau-piqueur, un liquide noirâtre et visqueux se déverse sur le bitume devant une assemblée vêtue de masques et de casques de chantier. Mardi 26 février, une petite vingtaine de militants s’est rassemblée devant l’hôtel de luxe Marriott, dans le 13e arrondissement de Paris, pour simuler un #forage pétrolier. Le but du happening : dénoncer la volonté de l’Équateur d’ouvrir des pans entiers de l’Amazonie aux compagnies pétrolières.

    « Le ministre des ressources naturelles non renouvelables d’Équateur, Wilson Pastor, rencontre aujourd’hui des #groupes_pétroliers français ici, explique Julien Bayou, chargé de campagne de l’#ONG Avaaz, en pointant l’établissement. Le gouvernement équatorien présente en effet aux compagnies internationales un nouvel appel d’offres pour explorer et exploiter des zones de la forêt amazonienne riches en hydrocarbures. »

    La session, appelée Ronda suroriente, met ainsi aux enchères, depuis le 28 novembre et jusqu’en mai, onze blocs du sud-est du pays, soit une superficie de 4 millions d’hectares – l’équivalent des Pays-Bas. Les réserves de brut y ont été estimées à entre 370 millions et 1,6 milliard de barils. Dans le cadre de sa tournée visant à rencontrer de possibles investisseurs, Wilson Pastor s’est déjà rendu à Houston, aux États-Unis, en février, et sera à Pékin, en Chine, fin mars.

    Tout cela alors que le fonds #Yasuni ITT est plutôt un échec et que les populations #autochtones s’y opposent.

    http://www.lemonde.fr/planete/article/2013/02/26/mobilisation-pour-l-amazonie-equatorienne-dechiree-entre-petrole-et-biodiver

    #Biodiversité