#gsk

  • Scandalo Novartis in Grecia

    Due ex premier e otto ex ministri avrebbero preso soldi dalla multinazionale basilese in cambio di prezzi gonfiati dei farmaci.

    Il ministro della giustizia greco, Stavros Kontonis, che martedì ha dichiarato di aver consegnato gli atti dell’inchiesta al Parlamento, ha affermato che ci si troverebbe di fronte al maggior scandalo dalla fondazione della Grecia moderna. «Si tratta invece solo di diffamazione», ha replicato l’ex capo del governo ellenico Samaràs, coinvolto nello scandalo. Secondo i media locali la multinazionale farmaceutica elvetica avrebbe pagato 50 milioni di euro di tangenti e si sarebbe così garantita una posizione egemone nel settore, con un danno al bilancio pubblico di oltre 3 miliardi di euro.


    https://www.rsi.ch/news/svizzera/Scandalo-Novartis-in-Grecia-10103306.html
    #novartis #big-pharma #big_pharma #industrie_pharmaceutique #Grèce #corruption #Panayotis_Pikramenos #Andonis_Samaràs #prix_des_médicaments #prix #médicaments

    • Le géant suisse Novartis accumule les scandales de corruption RTS - 20 Javier
      https://www.rts.ch/info/suisse/8303437-le-geant-suisse-novartis-accumule-les-scandales-de-corruption.html

      Sous enquête en Grèce, le groupe pharmaceutique Novartis a été visé par des affaires de pots-de-vin dans de nombreux pays ces dernières années. Retour sur les principaux scandales qu’accumule la société bâloise.

      Le Parquet grec a annoncé mercredi 4 janvier avoir lancé une vaste enquête qui touche Novartis. Le groupe pharmaceutique a confirmé à la RTS que ses locaux à Athènes ont été perquisitionnés le 21 décembre.

      L’affaire a éclaté à la suite de révélations dans la presse grecque sur des pots-de-vin versés par l’entreprise entre 2006 et 2014 à des fonctionnaires et des médecins. Le but : augmenter le nombre de prescriptions ou obtenir des prix plus élevés. Des informations sont aussi venues des autorités américaines, qui enquêtent sur Novartis (lire ci-dessous).

      « Il semble qu’une grande partie des fonctionnaires, médecins et pharmaciens qui travaillaient pour les hôpitaux publics ont été impliqués d’une manière ou d’une autre. Il y a une liste de paiements de Novartis qui concerne presque 4000 personnes », a précisé l’eurodéputé de Syriza Stelios Kouloglou, qui a déposé une question écrite auprès de la Commission européenne. Il estime par ailleurs que « la justice suisse devrait s’occuper de l’affaire Novartis ».

      Cette nouvelle affaire fait écho à d’autres enquêtes et condamnations visant le géant bâlois de la pharma à travers le monde.

      Ministère turc de la santé soudoyé ?
      En Turquie, Novartis aurait versé des pots-de-vin pour plus de 80 millions de francs à des représentants du Ministère de la santé afin de « s’acquérir déloyalement une part de marché », selon la presse turque.

      Le Parquet d’Ankara a annoncé en avril 2016 avoir ouvert une procédure contre la multinationale, qui rejette ces accusations. Dans la foulée, le Ministère de la santé a déclaré avoir mené sa propre enquête. Il dit n’avoir trouvé aucune irrégularité, mais poursuivre ses investigations. Depuis avril, le parquet n’a pour sa part jamais communiqué sur son enquête.

      Novartis considère que cette affaire est « sans fondement » et « close ». Le groupe affirme ne pas avoir été informé « de quelque procédure d’enquête que ce soit de la part des autorités ».

      Corruption de médecins et de revues coréens
      En Corée du Sud, toujours en 2016, six hauts responsables de la filiale locale du groupe bâlois, y compris son président, ont été inculpés pour rabais non autorisés et corruption de médecins. Les enquêteurs ont évoqué la somme de 2,2 millions de francs.

      Selon le Financial Times, le Parquet sud-coréen a demandé en août au gouvernement de suspendre l’activité du géant pharmaceutique dans le pays et de bannir ses produits. Novartis a reconnu les faits, mais rejette l’implication de la direction.

      Entre 2011 et 2015, sa filiale sud-coréenne aurait également versé 15,5 millions de francs à des revues médicales, qui auraient ensuite reversé une partie du montant à des médecins pour qu’ils écrivent des articles ou participent à des séminaires autour de ses produits.

      Amendes salées aux Etats-Unis
      Aux Etats-Unis, les démêlés judiciaires sont fréquents pour Novartis. La dernière affaire remonte à mars 2016. Sans confirmer ou infirmer les accusations, la société bâloise a accepté de payer une amende de 25 millions de dollars. La justice américaine reprochait à la multinationale d’avoir soudoyé des professionnels de la santé en Chine, où les exportations de la pharma suisse ont explosé ces dernières années.

      En 2015, le groupe a écopé d’une amende de 390 millions de dollars. Les enquêteurs américains l’accusaient d’avoir versé entre 2007 et 2012 des pots-de-vin, déguisés sous la forme de rabais, à des pharmacies pour favoriser les ventes de ses médicaments #Exjade et #Myfortic. Novartis, qui estimait avoir proposé des ristournes légales, a admis sa responsabilité.

      Une autre affaire de pots-de-vin à des médecins est toujours en cours. Le Département de la justice accuse depuis 2013 la filiale américaine du groupe d’avoir offert des voyages récréatifs à des médecins et de les avoir rémunérés pour de « prétendues conférences ».

      La plus importante amende aux Etats-Unis remonte à septembre 2010. Le groupe suisse a accepté de payer 422,5 millions de dollars pour régler un litige concernant des accusations de marketing illégal et de pots-de-vin à des professionnels de la santé, portant notamment sur un traitement de l’épilepsie, le #Trileptal .

      Un mal répandu
      Face à la multiplications des affaires, Novartis assure que « nous ne tolérons aucun comportement contraire à l’éthique. En même temps, nous savons qu’il existe des possibilités de manquement aux règles lorsqu’une entreprise mondiale compte près de 118’000 employés. »

      Et la société bâloise n’est pas le seul groupe pharmaceutique à être sanctionné pour corruption. L’an passé, rien qu’aux Etats-Unis, les laboratoires #Teva, #GSK, #AstraZeneca et #SciClone ont écopé d’amendes allant de 5 à 519 millions de dollars.

      Valentin Tombez et Natalie Bougeard

  • #Big_Pharma fails to disclose antibiotic waste leaked from factories

    Many of the world’s leading drug manufacturers may be leaking antibiotics from their factories into the environment according to a new report from a drug industry watchdog. This risks creating more superbugs.

    The report surveyed household-name pharmaceutical giants like #GSK, #Novartis and #Roche as well as generic companies which make non-branded products for the NHS and other health systems.

    None of the 18 companies polled would reveal how much antibiotic discharge they release into the environment, according to the independent report from the not-for-profit body, the Access to Medicine Foundation. Only eight said they set limits for how much could be released in wastewater.

    Only one disclosed the name of its suppliers – a move which is seen as important as it would make companies accountable for their environmental practices.


    https://www.thebureauinvestigates.com/stories/2018-01-24/big-pharma-fails-to-disclose-waste-leaked-from-factories
    #déchets #eau #pollution #industrie_pharmaceutique #antibiotiques
    cc @albertocampiphoto @marty @daphne @fil @ieva

  • La pénurie de vaccins atteint des proportions inédites en Suisse RTS - Natalie Bougeard - 26 Juillet 2017
    http://www.rts.ch/info/sciences-tech/medecine/8801309-la-penurie-de-vaccins-atteint-des-proportions-inedites-en-suisse.html

    Les vaccins de routine sont en rupture de stock depuis plusieurs mois en Suisse. Médecins, pharmaciens et patients s’adaptent avec les moyens du bord et se retrouvent à devoir faire des choix.

    Diphtérie, tétanos, poliomyélite ou coqueluche. Au total, seize vaccins sont actuellement en rupture de stock en Suisse, selon le dernier bulletin de l’Office fédéral pour l’approvisionnement économique du pays (OFAE). Et pour certains, cela dure depuis plusieurs mois.

    Ces dernières années, les pénuries sont devenues récurrentes et l’inquiétude se fait sentir au sein du corps médical.

    « Nous avons des pénuries chaque année », explique à la RTS Blaise Genton, chef du centre de vaccination de la Policlinique médicale universitaire (PMU) de Lausanne. « Mais celle de cette année est plus importante, car elle touche les vaccinations de routine du plan national. Elle concerne notamment les petits enfants et les femmes enceintes. »

    Des stratégies d’adaptation mises en place
    Procéder à des achats à l’étranger, faire davantage de stocks, anticiper les pénuries et choisir les patients prioritaires : diverses stratégies d’adaptation existent. Mais face à une situation qui n’évolue pas, l’incompréhension domine.
    « Nous avons parfois l’impression d’être relégués à un statut de pays du tiers-monde », confie dépité Cyril Stucki, responsable du secteur achat-distribution aux Hôpitaux universitaires genevois (HUG).

    Parmi les raisons évoquées pour expliquer la pénurie : une demande de vaccins en hausse et un marché constitué d’un petit nombre de producteurs. Contacté par la RTS, GlaxoSmithKline (GSK), l’un des principaux fournisseurs de vaccins en Suisse, cite également le nombre croissant de tests de qualité qui doivent être effectués.
    Le groupe espère combler le manque dans les années à venir, sans pouvoir donner de prévisions plus exactes.

    Vers une centrale d’achats fédérale ?
    Autre élément d’explication, les cabinets médicaux et les hôpitaux suisses gèrent eux-mêmes leurs commandes et stocks de vaccins. Contrairement à d’autres pays européens, la Confédération n’a pas mis en place de centrale d’achats au niveau national.

    La mesure permettrait notamment d’amender les groupes pharmaceutiques qui s’avèrent incapables de livrer les doses promises. Une solution qui intéresse l’Office fédéral de la santé publique (OFSP).

    Depuis les pénuries de 2015, la Confédération a toutefois pris deux mesures : la publication de toute pénurie de vaccins qui durera probablement plus de 14 jours et l’obligation pour les producteurs de soumettre les vaccins nécessaires au plan de vaccination suisse à un stockage. Une obligation qui n’a pas encore pu être respectée pour les vaccins en rupture de stock, explique GSK.

    #Suisse #vaccins #Enfants #femmes_enceintes #diphtérie #tétanos #poliomyélite #coqueluche #GSK #hôpitaux #Laboratoires_Pharmaceutiques

  • Le laboratoire GSK de Notre-Dame-de-Bondeville devient sud-africain | Paris Normandie
    http://www.paris-normandie.fr/article/notre-dame-de-bondeville/le-laboratoire-gsk-de-notre-dame-de-bondeville-devient-sud-africain

    http://www.paris-normandie.fr/media/imagecache/article-taille-normale/gsk-603855.jpg

    Le laboratoire pharmaceutique britannique GlaxoSmithKline a annoncé ce lundi la vente de ses marques de médicaments contre la thrombose ainsi que le site de production de Notre-Dame de-Bondeville au groupe sud-africain Aspen pour 835 M€.

    En France, cette acquisition inclut donc le site de production de Notre-Dame-de-Bondeville en Seine-Maritime (700 salariés), avec des garanties de soutien des investissements en cours sur le site, de maintien d’emploi pour l’ensemble des collaborateurs concernés en France, selon la direction du groupe. L’acquisition concerne tous les pays, à l’exception de la Chine (Incluant Hong-Kong et Macau), de l’Inde, et du Pakistan. En Indonésie, GSK continuera à assurer la distribution et la commercialisation de ces médicaments qui seront licenciés à Aspen.

    Les équipes commerciales en Europe, qui consacrent la majorité de leur temps aux activités liées à la thrombose, ainsi que la quasi-totalité des collaborateurs qui travaillent sur le site de production de Notre-Dame de Bondeville, seront transférées chez Aspen. En France, cela représente un effectif d’environ 750 personnes. Sous réserve de l’approbation par les autorités compétentes, il est prévu que le transfert des activités commerciales relatives à la thrombose s’effectue à la fin de l’année 2013. Le transfert du site de production de Notre-Dame de Bondeville se déroulera au 2e trimestre 2014.

    Le laboratoire #GSK de #Notre-Dame-de-Bondeville devient #sud-africain
    #pharma
    #santé
    #laboratoires

  • Bill Gates, Big Pharma, Bogus Philanthropy | NEWS JUNKIE POST
    http://newsjunkiepost.com/2013/06/07/bill-gates-big-pharma-bogus-philanthropy

    there has been a systematic historical tendency to use the less developed continents (especially Africa) for non-consensual research to pioneer money-making techniques disguised as development, and that Bill Gates could be a part of this. After all, Big Pharma is one of the most profitable industries on the planet, and it strongly relies on the enforcement of patent extensions and intellectual rights for which Bill Gates is notorious from his work in Microsoft. Africa has been the place most severely affected by the strict patent rights enforced by transnational corporations with support from the International Monetary Fund – World Bank – World Trade Organization (IMF-WB-WTO) cartel.

    There is also a huge body of documented evidence that the pharmaceutical industry has, for a long time and repeatedly, used vulnerable populations in the developed and developing world as guinea pigs to study disease and test new drugs (e.g. the Tuskegee Experiment, among many others). This is not limited to Big Pharma but applies to nearly every sector of the industrial capitalist economy which, by definition, is based on the exploitation of an underclass.

    Having established these premises (I invite you to challenge them), let us analyze the facts:

    #paludisme #polio #santé #bill_gates #GSK #pharma

  • Chine : 4 cadres de GSK arrêtés, soupçonnés de corruption
    http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2013/07/15/chine-4-cadres-de-gsk-arretes-soupconnes-de-corruption_3447556_3216.html

    La police chinoise a arrêté quatre cadres supérieurs du groupe britannique GlaxoSmithKline (GSK) en Chine, soupçonnés de corruption, d’infractions économiques « graves » et de délits fiscaux, ont rapporté lundi 15 juillet des médias officiels.
    Les cadres arrêtés avaient respectivement des responsabilités dans les ressources humaines, les affaires juridiques, le développement commercial ainsi que dans la direction des opérations du groupe en Chine, a indiqué l’agence d’Etat Chine nouvelle. L’agence ne précise pas leur nationalité, mais les quatre noms cités sont de consonance chinoise.

    Selon le quotidien Les Nouvelles de Pékin, plus d’une vingtaine de personnes – dont des fonctionnaires en lien avec les secteurs de la pharmacie ou des agences de voyage – ont été interpellées dans le cadre de l’enquête, qui avait été dévoilée la semaine dernière par le ministère de la sécurité publique. Les autorités chinoises avaient indiqué que GSK China avait « abondamment versé des pots-de-vin au cours des dernières années à des fonctionnaires du gouvernement, à un certain nombre de groupes pharmaceutiques et à des fonds, des hôpitaux et des médecins » pour promouvoir ses produits.

    #chine #gsk #big_pharma #corruption