• La Rébellion zapatiste

    Ernest London

    https://lavoiedujaguar.net/La-Rebellion-zapatiste

    Jérôme Baschet analyse comment le zapatisme est une critique, un dépassement du guévarisme. Il raconte le processus de transformation d’un groupe d’avant-garde révolutionnaire en un mouvement indigène de résistance. L’EZLN est une guérilla qui s’est transformée en armée régulière en surmontant son extériorité avec la population paysanne, en passant d’une lutte politico-militaire à une lutte plus politique que militaire, en rupture avec la tradition latino-américaine. « Le zapatisme est la guérilla de la fin de la guérilla. »

    Le zapatisme est également une critique du léninisme dans le sens où il refuse la prise du pouvoir, militaire comme électorale, mais construit une nouvelle forme de pouvoir politique par en bas, une organisation politique construite depuis la société elle-même, dans une logique d’autonomisation et d’auto-organisation. Même si l’origine marxiste du « cocktail zapatiste » n’est jamais niée, le zapatisme revendique le droit à l’indéfinition et apparaît comme « une critique en acte des expériences révolutionnaires du XXe siècle ». (...)

    #Jérôme_Baschet #essai #Mexique #zapatisme #EZLN #guérilla #critique #léninisme #recension


  • #Colombie. #Tourisme : vis ma vie d’ancien #FARC

    D’anciens membres de la #guérilla colombienne proposent aux touristes de découvrir ce qu’était la vie quotidienne des combattants. Leur promesse : des sensations fortes, mais en toute sécurité, dans des zones longtemps inaccessibles à cause des combats.


    https://www.courrierinternational.com/article/colombie-tourisme-vis-ma-vie-dancien-farc
    #dark_tourism #tourisme_de_guerre #tourisme_noir


  • Welcome to a new kind of war: the rise of endless urban conflict

    The traditional security paradigm in our western-style democracies fails to accommodate a key feature of today’s wars: when our major powers go to war, the enemies they now encounter are irregular combatants. Not troops, organised into armies; but “freedom” fighters, guerrillas, terrorists. Some are as easily grouped by common purpose as they are disbanded. Others engage in wars with no end in sight.

    What such irregular combatants tend to share is that they urbanise war. Cities are the space where they have a fighting chance, and where they can leave a mark likely to be picked up by the global media. This is to the disadvantage of cities – but also to the typical military apparatus of today’s major powers.

    Irregular combatants are at their most effective in cities. They cannot easily shoot down planes, nor fight tanks in open fields. Instead, they draw the enemy into cities, and undermine the key advantage of today’s major powers, whose mechanised weapons are of little use in dense and narrow urban spaces.
    Nor do contemporary urban wars even prioritise direct combat. Rather, they produce forced urbanisation and de-urbanisation. In many cases, such as Kosovo, displaced people swell urban populations. In other cases, such as Baghdad, ethnic cleansing expels people – in that case the “voluntary” departures of Sunnis, Christians and other religious groups, all of whom had long co-existed in Iraq’s large cities.

    Indeed, warring forces now often avoid battle. Their main strategy is to gain control over territory, through the expulsion of “the other” – often defined in terms of ethnicity, religion, tribal membership or political affiliation. Their main tactic is the terror of conspicuous atrocities, such as in South Sudan, home to a brutal and bloody war with no end in sight fought between two strongmen (and former collaborators), or the Congo, where irregular armies fighting for control of mining wealth have killed millions.

    The western military is learning. The US now has training camps featuring imitation “Arab” urban districts, and has picked up the Israeli practice of entering a dense neighbourhood not via the street, but by crossing through homes – a parallel pathway to the street, running from one interior room to another by carving holes in contiguous walls, and dealing with the inhabitants as they come across them.

    Global media certainly have an easier time reporting on major cities than on villages and fields. But even when those “remote” deaths are invoked, the shock and the engagement is not as strong as it is with terrorist attacks in cities. This engagement with the urban goes beyond attacks on people: when a major historic building or work of art is destroyed, it can generate huge responses of horror, pain, sadness, sense of loss – but 6 million killed in Congo? Nothing.

    We have gone from wars commanded by hegemonic powers that sought control over sea, air, and land, to wars fought in cities – either inside the war zone, or enacted in cities far away. The space for action can involve “the war”, or simply specific local issues; each attack has its own grievances and aims, seeking global projection or not. Localised actions by local armed groups, mostly acting independently from other such groups, let alone from actors in the war zone – this fragmented isolation has become a new kind of multi-sited war.

    In the old wars, there was the option of calling for an armistice. In today’s wars, there are no dominant powers who can decide to end it. Today’s urban wars, above all, are wars with no end in sight.


    https://www.theguardian.com/cities/2018/jan/30/new-war-rise-endless-urban-conflict-saskia-sassen?CMP=Share_AndroidApp_
    #villes #guerres #conflits #urban_matter #urbanisation_des_conflits #guerres_urbaines #médiatisation #milices #combattants #guérilla #Saskia_Sassen #villes_en_guerre

    cc @albertocampiphoto @reka @isskein @tchaala_la @fil @ville_en


    • « La justice ne consiste pas à se soumettre à des lois injustes, il est temps de sortir de l’ombre et, dans la grande tradition de la désobéissance civile, d’affirmer notre opposition à la confiscation criminelle de la culture publique. Lorsque nous serons assez nombreux de part le monde, nous n’enverrons pas seulement un puissant message de l’opposition à la privatisation de la connaissance, nous ferons en sorte que cette privatisation appartienne au passé. Serez-vous des nôtres ? »

      #université #édition_scientifique #articles_scientifiques #sci-hub #inégalités #partage #vidéo #film #culture_publique #désobéissance_civile #injustice #open_access #résistance #Carl_Malamud #jstor #MIT

    • Petit message à celles et ceux qui ont mis une petite étoile à ce post (grand #merci @val_k d’avoir signalé cette vidéo !)... j’ai moi-même (et d’autres bien entendu) pas mal posté d’articles et documents sur l’édition scientifique sur seenthis, vous les retrouvez avec le tag #édition_scientifique. J’ai aussi du matériel stocké dans mon ordi, si jamais quelqu’un a envie de se pencher sur cette question qui devrait plus largement être débattue publiquement... A bon entendeur...

    • #Guerilla_Open_Access_Manifesto

      Information is power. But like all power, there are those who want to keep it for
      themselves. The world’s entire scientific and cultural heritage, published over centuries
      in books and journals, is increasingly being digitized and locked up by a handful of
      private corporations. Want to read the papers featuring the most famous results of the
      sciences? You’ll need to send enormous amounts to publishers like Reed Elsevier.

      There are those struggling to change this. The Open Access Movement has fought
      valiantly to ensure that scientists do not sign their copyrights away but instead ensure
      their work is published on the Internet, under terms that allow anyone to access it. But
      even under the best scenarios, their work will only apply to things published in the future.
      Everything up until now will have been lost.

      That is too high a price to pay. Forcing academics to pay money to read the work of their
      colleagues? Scanning entire libraries but only allowing the folks at Google to read them?
      Providing scientific articles to those at elite universities in the First World, but not to
      children in the Global South? It’s outrageous and unacceptable.

      “I agree,” many say, “but what can we do? The companies hold the copyrights, they
      make enormous amounts of money by charging for access, and it’s perfectly legal —
      there’s nothing we can do to stop them.” But there is something we can, something that’s
      already being done: we can fight back.

      Those with access to these resources — students, librarians, scientists — you have been
      given a privilege. You get to feed at this banquet of knowledge while the rest of the world
      is locked out. But you need not — indeed, morally, you cannot — keep this privilege for
      yourselves. You have a duty to share it with the world. And you have: trading passwords
      with colleagues, filling download requests for friends.

      Meanwhile, those who have been locked out are not standing idly by. You have been
      sneaking through holes and climbing over fences, liberating the information locked up by
      the publishers and sharing them with your friends.

      But all of this action goes on in the dark, hidden underground. It’s called stealing or
      piracy, as if sharing a wealth of knowledge were the moral equivalent of plundering a
      ship and murdering its crew. But sharing isn’t immoral — it’s a moral imperative. Only
      those blinded by greed would refuse to let a friend make a copy.

      Large corporations, of course, are blinded by greed. The laws under which they operate
      require it — their shareholders would revolt at anything less. And the politicians they
      have bought off back them, passing laws giving them the exclusive power to decide who
      can make copies.

      There is no justice in following unjust laws. It’s time to come into the light and, in the
      grand tradition of civil disobedience, declare our opposition to this private theft of public
      culture.

      We need to take information, wherever it is stored, make our copies and share them with
      the world. We need to take stuff that’s out of copyright and add it to the archive. We need
      to buy secret databases and put them on the Web. We need to download scientific
      journals and upload them to file sharing networks. We need to fight for Guerilla Open
      Access.

      With enough of us, around the world, we’ll not just send a strong message opposing the
      privatization of knowledge — we’ll make it a thing of the past. Will you join us?

      Aaron Swartz

      July 2008, Eremo, Italy

      https://archive.org/stream/GuerillaOpenAccessManifesto/Goamjuly2008_djvu.txt

      En français, notamment ici:
      https://framablog.org/2013/01/14/manifeste-guerilla-libre-acces-aaron-swartz

    • #Celui_qui_pourrait_changer_le_monde

      Aaron Swartz (1986-2013) était programmeur informatique, essayiste et hacker-activiste. Convaincu que l’accès à la connaissance constitue le meilleur outil d’émancipation et de justice, il consacra sa vie à la défense de la « culture libre ». Il joua notamment un rôle décisif dans la création de Reddit, des flux RSS, dans le développement des licences Creative Commons ou encore lors des manifestations contre le projet de loi SOPA (Stop Online Piracy Act), qui visait à restreindre les libertés sur Internet. Au fil de ses différents combats, il rédigea une impressionnante quantité d’articles, de textes de conférences et de pamphlets politiques, dont une partie est rassemblée ici. L’adolescent, qui était déjà un libre-penseur brillant, laisse progressivement place à l’adulte, toujours plus engagé, se prononçant sur des sujets aussi variés que la politique, l’informatique, la culture ou l’éducation, et annonçant nombre de questions débattues aujourd’hui. Tiraillé entre ses idéaux et les lois relatives à la propriété intellectuelle aux États-Unis, harcelé par le FBI à la suite d’un procès intenté à son encontre, Aaron Swartz a mis fin à ses jours à l’âge de 26 ans.

      http://editions-b42.com/books/celui-qui-pourrait-changer-le-monde
      #livre

      Avec cet intéressant débat sur seenthis : pourquoi ce livre n’est pas en open access ? Débat introduit par la question de @supergeante : « ça ne choque personne ? »
      http://seen.li/cpal

    • #Alexandra_Elbakyan, la Kazakhe pirate d’articles scientifiques

      Rebelles high-tech (4/6). L’ancienne étudiante en neurosciences a créé un site Web de mise à disposition illégale de rapports de recherche. Le monde entier y a accès, au détriment des éditeurs.

      En ce jour ensoleillé de juin, le parc boisé du -musée Kolomenskoïe, à Moscou, accueille le Geek Picnic, un festival techno artistique en plein air. Parmi la foule, une jeune femme ronde et souriante, à l’allure sage et modeste, parle devant une caméra pour une interview qui sera diffusée sur YouTube. Elle explique, une fois de plus, le fonctionnement de Sci-Hub, son site Internet de publication d’articles scientifiques gratuit et ouvert à tous. Alexandra Elbakyan, 28 ans, originaire du Kazakhstan, est inconnue du grand public. Mais sur les campus et dans les labos de recherche de nombreux pays, c’est une star.
      Avec 62 millions d’articles stockés et référencés, près de 700 000 téléchargements quotidiens et des millions de visiteurs réguliers sur tous les continents, Sci-Hub s’est imposé comme une source majeure de documentation scientifique. Dans les pays pauvres, c’est un outil quotidien pour les chercheurs qui n’ont pas les moyens de se payer les abonnements coûteux des services des grands éditeurs. Dans les pays riches, des chercheurs ayant accès aux services payants utilisent Sci-Hub car il est simple et accessible de partout, sans formalités. Seul problème : Sci-Hub est un site pirate, qui vole les articles aux éditeurs et enfreint toute une série de lois sur la propriété intellectuelle et la sécurité des réseaux. Alexandra Elbakyan est poursuivie par la justice américaine.
      La création de Sci-Hub remonte à 2011. Alors étudiante en neuro-sciences, Alexandra se fait remarquer pour ses recherches sur les ondes cérébrales, ce qui lui vaut d’être invitée à aller étudier en Europe et en Amérique. Mais lorsqu’elle rentre au Kazakhstan, elle n’a plus accès aux textes scientifiques dont elle a besoin – un seul article peut coûter entre 30 et 40 dollars (entre 25 et 35 euros). Un jour, elle s’aperçoit que des biologistes russes s’entraident discrètement et s’échangent des articles sans se soucier des problèmes de copyright. Elle décide d’étendre et d’industrialiser cette pratique en créant un serveur de stockage et de distribution pour toutes les disciplines. Très vite, elle reçoit le soutien de chercheurs occidentaux : des partisans du mouvement « Open Access », militant pour la libre circulation intégrale de l’information scientifique, ainsi que des auteurs s’estimant victimes du modèle commercial dominant (dans le monde scientifique, les auteurs donnent leurs articles gratuitement aux éditeurs privés, qui les revendent très cher aux autres chercheurs).
      Complicités et marché noir
      Parmi les admirateurs d’Alexandra, beaucoup travaillent pour des universités abonnées aux services payants, et certains décident de transmettre discrètement leurs identifiants et leurs mots de passe à Sci-Hub, qui peut ainsi récupérer des articles en se faisant passer pour eux. Quand un lecteur demande un article présent dans ses serveurs, il le reçoit aussitôt. Si Sci-Hub ne possède pas l’article, il va le chercher chez un éditeur grâce à un complice, l’envoie au demandeur, puis l’archive dans la base. Bien sûr, rien n’est simple. Alexandra Elbakyan reconnaît que « Sci-Hub se procure des mots de passe de nombreuses sources différentes », ce qui laisse supposer qu’elle s’approvisionne aussi auprès de hackeurs, qui savent subtiliser des mots de passe sans l’accord de leur propriétaire… Elle a également travaillé en liaison avec un site russe, LibGen, qui distribue toutes sortes de produits piratés, mais elle affirme que, désormais, elle est autonome : « J’ai passé un temps considérable à monter mes propres serveurs, pour stocker et envoyer les articles. »
      Une fois son site lancé, Alexandra entame des études d’économie et de droit : « Un temps, j’ai envisagé de travailler pour le gouvernement, afin de changer les lois sur le copyright. » Puis elle se tourne vers l’informatique et décroche un poste de recherche qui lui laisse le temps de se consacrer à son site : « A partir de 2014, j’ai réécrit tout le code et analysé les statistiques (…). J’ai noté quels étaient les éditeurs les plus demandés, et j’ai chargé tout leur contenu. » Côté finances, Alexandra reçoit des dons anonymes de la part de lecteurs reconnaissants. Par ailleurs, elle a découvert très tôt le bitcoin, et a su spéculer sur cette nouvelle crypto-monnaie : « J’ai acheté des bitcoins quand ils valaient 20 dollars, et, aujourd’hui, ils valent cent fois plus. Cela me permet de me financer. »
      Cela dit, Sci-Hub suscite l’hostilité de nombreux universitaires, bibliothécaires ou conservateurs qui font la chasse aux tricheurs : quand un compte se met soudain à charger de gros volumes de documents, il attire l’attention des administrateurs, qui peuvent intervenir. D’autre part, et surtout, les éditeurs ont déclaré la guerre à Sci-Hub, devenu pour eux une menace existentielle. Le plus actif est le groupe anglo-hollandais Elsevier, leader mondial du secteur. En 2015, Elsevier porte plainte contre Sci-Hub devant un tribunal fédéral new-yorkais. Sans se soucier des questions de territorialité, la justice américaine s’empare de l’affaire et accuse Alexandra de piratage, un crime puni d’emprisonnement. Le juge commence par bloquer l’adresse Sci-hub.org, qui dépend d’un prestataire américain, ce qui oblige Alexandra Elbakyan à créer une série de nouvelles adresses.
      « Proche de l’idéal communiste »
      Convoquée à New York par le juge, elle refuse de s’y rendre. Elle envoie au tribunal une lettre provocatrice, et décide de ne plus aller dans les pays susceptibles de l’extrader vers les Etats-Unis. Elle cache son lieu de résidence, délaisse les réseaux sociaux américains comme Facebook et se rabat sur le réseau russe VKontakte. En revanche, elle participe, par Skype, à des colloques organisés par des universités occidentales. Peu à peu, elle en vient à contester la propriété sous toutes ses formes : « Je me sens proche de l’idéal communiste. Chez les scientifiques, on peut clairement distinguer deux classes : ceux qui travaillent, les chercheurs, et ceux qui les exploitent, les éditeurs. La théorie communiste explique comment cela fonctionne, et pourquoi une révolution est nécessaire. »
      Le procès décuple la célébrité d’Alexandra. Des universitaires consacrent des thèses à Sci-Hub, des comités de soutien se forment sur Internet, des députés européens prennent sa défense. En décembre 2016, la revue scientifique Nature publie une liste de dix jeunes gens exceptionnels ayant fait progresser la science au cours de l’année. Alexandra Elbakyan y figure en bonne place – un effort méritoire pour Nature, qui appartient au groupe d’édition allemand Holtzbrinck, et fait partie des victimes de Sci-Hub. Dans la foulée, The Custodians, un groupe international de militants de l’Internet libre et d’artistes numériques, lance une campagne pour la nomination d’Alexandra Elbakyan au « Disobedience Award » : ce prix de 250 000 dollars est décerné par le MIT de Boston à une personne qui aura fait progresser le bien commun en désobéissant à une loi injuste, tout en restant « efficace, responsable et éthique ». Pour les admirateurs de Sci-Hub, Alexandra Elbakyan est la lauréate idéale. En face, ses détracteurs, notamment américains, élargissent le débat en lui reprochant de vivre en Russie. Ils font valoir qu’elle ne désobéit pas vraiment aux lois de son pays, et sous-entendent qu’elle bénéficie en sous-main de la protection du régime de Vladimir Poutine.
      Le 21 juin 2017, le tribunal new-yorkais condamne Alexandra Elbakyan et ses complices éventuels à verser 15 millions de dollars de dommages et intérêts à Elsevier. Il exige aussi que Sci-Hub cesse toute activité et détruise ses fichiers. En réponse, Alexandra publie, sur VKontakte, un texte sarcastique, en russe : « Encore une victoire de la liberté américaine et de la démocratie… Comment la lecture gratuite d’articles scientifiques pourrait-elle causer des dommages à la société et violer les droits de l’homme ? »
      Après six années de stockage intensif, 95 % des articles demandés par les lecteurs sont déjà dans sa base – désormais, le piratage sert surtout pour les mises à jour. -Selon une étude menée en 2017 par le bio-informaticien allemand Bastian Greshake, les plus gros utilisateurs sont désormais l’Iran, isolé par les sanctions internationales, la Grèce, toujours en faillite financière, plusieurs pays d’Amérique latine, plus l’Inde et la Chine, en bonne place à cause de la taille de leur population. Cela dit, l’Allemagne est aussi très présente : fin 2016, soixante universités allemandes ont décidé de boycotter Elsevier pour protester contre l’augmentation du prix des abonnements, et d’autres sont en passe de les rejoindre. Désormais, leurs chercheurs se procurent les articles dont ils ont besoin par d’autres moyens…
      Parfois, la machine semble s’emballer, hors de tout contrôle. Dans certains pays comme l’Iran, des serveurs aspirent des gros volumes d’articles de Sci-Hub, pour créer leurs propres bases de données à usage local. Ailleurs, des groupes organisés téléchargent tous les articles consacrés à la chimie : selon Bastian Greshake, cette discipline est désormais la plus demandée sur Sci-Hub. Le 23 juin 2017, l’American Chemical Society (ACS), qui gère les intérêts des ayants droit des articles de chimie, porte plainte à son tour contre Sci-Hub devant un tribunal de Virginie.
      Imperturbable, Alexandra répète qu’elle est à l’abri, « quelque part dans l’ancienne Union soviétique ». Elle réaffirme qu’elle n’a aucune relation avec les autorités et assure que son site n’est pas en danger : « Il a été conçu pour résister à la pression. » Elle étudie à présent l’histoire des sciences et s’intéresse à l’hermétisme médiéval, mais promet que Sci-Hub va continuer à croître et embellir.

      https://www.lemonde.fr/festival/article/2017/07/27/alexandra-elbakyan-la-kazakhe-pirate-d-articles-scientifiques_5165479_441519


  • « Il nous faut tenir et dominer Athènes »

    La crise économique a ravivé de vieux souvenirs en Grèce. D’abord, celui de l’Allemagne, qui a occupé, massacré et pillé durant les sombres années de la seconde guerre mondiale. Ensuite, celui des ingérences alliées, comme en 1944, lorsque le Royaume-Uni préféra écraser la Résistance locale et collaborer avec les milices d’extrême droite plutôt que de voir le pays échapper à sa domination.

    https://www.monde-diplomatique.fr/2012/07/FONTAINE/47975

    #Armée #Histoire #Fascisme #Guérilla #Communisme #Répression #Extrême_droite #Seconde_guerre_mondiale #Grèce #Balkans #Royaume_Uni #Méditerranée #Churchill #guerre_civile


  • Guerrilla Public Service
    https://99percentinvisible.org/episode/guerrilla-public-service

    At some point in your life you’ve probably encountered a problem in the built world where the fix was obvious to you. Maybe a door that opened the wrong way, or poorly painted marker on the road. Mostly, when we see these things, we grumble on the inside, and then do nothing. But not Richard Ankrom.

    https://www.youtube.com/watch?v=Clgl63CWOkM

    (...) There is another #guerrilla_public_service project in New York City by group called the Efficient Passenger Project. The EPP has been hanging signs in subway stations informing people where they should board the train to make the most efficient transfers.

    (...) In San Francisco, a guerrilla bike lane installed by activists was later made official by the city. A nearby public bench project has been putting up free benches in SF for decades as well. The Bay Area has also been home to a number of guerrilla movie theater initiatives.

    Guerrilla urbanism is not just limited to streets and sidewalks, either — guerrilla gardening efforts, including seed bombs and ammunition, have helped spread greenery around cities. Meanwhile, guerrilla grafters have done creative work that questions whether ornamental street trees could also be used to grow fruit and feed hungry citizens.

    #service_public #autogestion #signalétique #vélo #transports_en_commun



  • Camilo Torres
    https://www.monde-diplomatique.fr/mav/151/A/57070 #st

    Prêtre colombien et militant de gauche, Camilo Torres fut aussi sociologue, une discipline qu’il étudia dans les années 1950 en Belgique. En août 1965, le réalisateur Bruno Muel filme un entretien avec l’animateur du Frente Unido. Dans ce document sans équivalent, il explique — en français — son cheminement. Torres rejoint un maquis de l’Armée de libération nationale (ELN) en novembre 1965 avant d’être tué par les troupes gouvernementales.

    http://zinc.mondediplo.net/messages/53276 via Le Monde diplomatique


  • The Most Secret Place On Earth The CIAs Covert War In Laos 2008 - YouTube
    https://www.youtube.com/watch?v=NNwi90uUNDA

    The Most Secret Place on Earth is a 2008 film by German director Marc Eberle, dealing with the secret operation waged by the CIA throughout the sixties and early seventies against communist guerrillas in Laos, particularly in the city of #LongCheng.

    #doc #cia #USA #laos #guerre #guérilla #


  • L’inquiétant programme sécuritaire de François Fillon – Nicolas Bourgoin
    https://bourgoinblog.wordpress.com/2016/11/28/linquietant-programme-securitaire-de-francois-fillon

    Le programme de François Fillon pour les élections présidentielles ne déroge pas à la règle : « #libéralisme  » signifie en réalité plus de libertés pour la finance et le patronat et moins pour les citoyens ordinaires. À chaque fois qu’un gouvernement dérégule l’#économie et fait des cadeaux aux actionnaires, il promulgue de nouvelles lois liberticides et serre le verrou #sécuritaire. Sarkozy avait en son temps usé sans vergogne de cette politique : bouclier fiscal pour les riches, matraques pour les pauvres . C’était sous son quinquennat, particulièrement féroce pour le monde du #travail, qu’avaient été votées le plus grand nombre de lois sécuritaires : exactement 62, soit une tous les deux mois.

    François Fillon n’a pas oublié les recettes politiques de celui dont il a été Premier ministre : comment faire accepter aux populations une baisse de leur niveau de vie avec la hausse de la TVA ? un recul des services publics avec la suppression de 500.000 postes de fonctionnaires ? une dégradation du système de santé avec le sabordage de la Sécurité sociale ? une hausse de la durée de travail jusqu’à 48 heures par semaine ? un recul de l’âge de départ à la retraite synonyme de baisses de cotisations ? Réponse : par la fiction d’un État protecteur au service de la sécurité des citoyens. Plus concrètement, en agitant des menaces médiatiquement grossies sur fond de crise identitaire et annoncer en même temps de nouvelles mesures pour y faire face. Et au besoin, les moyens investis dans l’appareil de #répression seront toujours utiles pour mater la contestation sociale que cette politique ultralibérale ne manquera tout de même pas de provoquer…


  • Mouvement du 2 Juin
    Les irréductibles de Berlin

    Bewegung 2. Juni

    http://lavoiedujaguar.net/Mouvement-du-2-Juin-Les

    Une interview avec Ronald Fritzsch, Gerald Klöpper, Ralf Reinders et Fritz Teufel. Connus sous le nom de « Bande des Quatre de Moabit », ils se trouvaient en prison préventive avec Andreas Vogel et Till Meyer. Depuis l’été 1971, ils étaient membres du Mouvement du 2 Juin, lui-même issu du groupe « Blues ».

    En octobre 1978, le Stern envoyait un questionnaire de vingt-sept questions à la « Bande des Quatre de Moabit » dans l’intention de publier une interview. Les réponses renvoyées par la poste ont été saisies par la justice pour devenir un « élément nouveau du procès ». Le même arrêté de saisie laissait le Stern libre d’apprécier s’il convenait ou non de publier l’article. La rédaction du Stern prise de peur ne dit pas mot de l’affaire.

    #RFA #Berlin #guérilla_urbaine #RAF #prison #anarchisme



  • Au détour des livres (1). Ce que saboter veut dire
    https://www.mediapart.fr/journal/culture-idees/250716/au-detour-des-livres-1-ce-que-saboter-veut-dire

    L’équipe de Mediapart vous propose tout l’été de découvrir des essais ou des romans qui lui ont plu. Des livres parus ou réédités depuis un an qui nous tiennent à cœur, parce qu’ils éclairent notre travail au quotidien ou parce qu’ils nous ont touchés, tout simplement. Voici la première chronique de cette série, au hasard de nos subjectivités. L’historien Sébastien Albertelli décrypte les usages du #sabotage, du mouvement ouvrier à la #résistance.

    #Culture-Idées #CGT #guérilla #lutte_sociale #tarnac



  • A #Nusaybin, les Kurdes face aux Turcs

    Sous le pont Ahmet-Kaya, mis hors d’usage en août 2015 par une bombe artisanale posée par les combattants #kurdes, la chaussée perforée par le souffle de l’explosion laisse apparaître les eaux peu profondes du Çagçag. Sombre, lourd, le ruisseau glisse sur son lit de vase vers la Syrie voisine et Qamichli, la « capitale » des Kurdes syriens, à moins de 2 kilomètres en aval. Sur la rive gauche, un camion-citerne calciné marque l’entrée des quartiers insurgés de la petite ville-frontière de #Nusaybin. Dans le prolongement du viaduc désormais barré par cette épave criblée d’impacts de balles, commence le Sirin Bulvari – « avenue jolie » en turc –, l’artère qui traverse les zones contrôlées par la #guérilla_urbaine du Parti des travailleurs du #Kurdistan (#PKK).

    http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2016/02/22/a-nusaybin-les-kurdes-face-aux-turcs_4869426_3218.html
    #Turquie


  • « Nous devons admettre que Daech fonctionne comme un Etat »
    http://www.lemonde.fr/idees/article/2015/11/20/il-est-urgent-de-changer-de-strategie-contre-daech_4813909_3232.html

    Sur le plan militaire, ce qui distingue Daech des autres groupes djihadistes, c’est la stratégie qu’il emploie. Il est tout autant capable de mener des opérations de #guerre_conventionnelle ou de #guérilla que de pratiquer du #terrorisme_urbain. C’est du jamais-vu ! Pour le moment, nous n’arrivons pas à enrayer cette menace, parce que nous refusons d’en accepter la nature. Notre regard doit donc changer sur Daech. Nous devons admettre que #Daech fonctionne comme un #Etat.

    L’efficacité de ses institutions devrait nous en convaincre. Par exemple, en mai, après la prise de Ramadi (Irak), j’ai rencontré un homme de cette ville qui m’a dit : « Oui, ce sont des hommes terrifiants, mais avant la chute de la ville, nous demandions depuis des mois au gouvernement à Bagdad la réouverture de l’hôpital. Rien n’a été fait. Or, après l’arrivée de Daech, ses membres se sont assurés d’acheminer des médecins syriens pour que l’hôpital rouvre ses portes. Les coupures d’électricité étaient fréquentes, Daech y a remédié. Des génératrices ont été amenées pour rétablir l’électricité. »

    Daech parvient également à prélever des impôts. Son armée est puissante et organise la conscription. Si certaines familles laissent partir leurs fils par crainte qu’ils ne soient tués s’ils ne rejoignent pas les rangs de Daech, d’autres vous disent qu’il n’y a pas de travail et que Daech verse un salaire mensuel de 300 ou 400 dollars à chaque combattant. Ils admettent également y gagner un certain statut.

    #paywall...


  • Burkina Faso : « Ils avaient les armes, nous avions Whatsapp »
    http://ecceafrica.com/burkina-faso-whatsapp

    À l’appui de la conscience politique et de l’engagement de la jeunesse burkinabé, ces groupes ont très tôt fédéré les informations sur les réseaux sociaux, dans un esprit de sérieux et d’utilité pratique. « Ils (les groupes Whatsapp, ndlr) fonctionnaient carrément comme des conseils de crise », confie Basidou Kinda, journaliste pour le quotidien L’Évènement. « On y trouvait non seulement des informations pratiques sur les déplacements des forces de l’ordre en temps réel, mais aussi des conseils sur la façon d’atténuer l’effet des gaz lacrymogènes, ou de contourner les barrières de sécurité ». Pour ce jeune journaliste, il n’y a pas de doute, les réseaux sociaux ont coordonné les manifestants au cours de la crise dans le pays et, ce, dès les protestations d’octobre 2014 qui ont entraîné la chute de l’ancien président Blaise Compaoré

    #Burkina #Guérilla_urbaine



  • #publication #actes_du_colloque
    RENOUVEAU DES #JARDINS : CLÉS POUR UN MONDE DURABLE ?

    Préface, par Erik ORSENNA

    Présentation, par Sylvain ALLEMAND, Edith HEURGON & Sophie de PAILLETTE

    Introduction

    Mais pourquoi un colloque sur les jardins ?, par Sylvain ALLEMAND

    Enquête impromptue, par Sophie de PAILLETTE

    Les jardins au cœur des défis contemporains. Essai de #prospective_jardinière, par Edith HEURGON

    I. Approches historico-culturelles

    Cura ou l’éthique du #jardinier : souci et soin de soi, des autres et du monde. Une lecture de Jardins de #Robert_Harrison, par Florence NAUGRETTE

    Les jardins et leurs représentations dans l’histoire, par Pierre BOUET

    Les jardins dans l’univers médiéval, par Bernard BECK

    Les jardins de la Renaissance : espace utopique de conversation, d’enseignement et de poésie, par Philiep BOSSIER

    De #cosmologie en #paysage, la naissance du jardin de lettré en #Chine, par Augustin BERQUE

    Le #jardin_persan, du paradis privé à l’espace de liberté, par Mina SAÏDI-SHAROUZ

    II. Nouvelles tendances, nouveaux marchés

    L’amour de la #nature et la sociabilité du jardin, par Jean VIARD

    Une si longue absence, par Stéphane MARIE

    L’Observatoire des Tendances du Jardin, par Dany SAUTOT

    Le marché du jardinage, par Michel CONTE

    Les nouveaux visiteurs de jardins, par Vincent DELAITRE

    Jardins contemporains : les nouvelles tendances, par Chantal COLLEU-DUMOND

    III. Nouvelles conceptions

    « Je t’aime... moi non plus ». Vision gainsbourgeoise du jardin par le design, par Marie-Haude CARAËS & Chloé HEYRAUD

    #Potagers de France. L’avenir des #jardins_nourriciers, par Antoine JACOBSOHN, avec la participation de Daniela VUERICH

    Le « jardin en mouvement ». Lecture du concept de #Gilles_Clément, au travers de la pratique de l’agence Paysages, par François‑Xavier MOUSQUET

    Du « jardin en mouvement » et de l’application du concept, par Hélène FORÊT

    Penser le #jardinier-créateur. Vers une caractérisation d’un projet de conception singulier, par Mathias BÉJEAN

    Un #jardin de sons et de #lumières au service du #développement_territorial, par Isabelle DEPRET-BIXIO

    IV. Les jardins entre #villes et #campagnes

    Le jardin, parure de la ville, par Paul CLAVAL

    « La #ville_fertile », par Michel AUDOUY

    Le jardin en ville, un nouvel acteur de l’urbanisme durable, par Éric LESUEUR

    J’ai suivi les nuages... Ou comment l’évaporation motrice conduit à l’esprit jardinier, par Jean-Luc BRISSON

    #Cités_végétales, cités du futur, par Luc SCHUITEN

    « Je jardine ma ville », par Sylvie CACHIN

    Fleurir au jardin, reflets d’une société, par Martine BERGUES

    La « #guérilla_jardinière », un récit montréalais. Autour du film documentaire #Jardiniers_clandestins, par Mélanie PITTELOUD

    Former au jardin du futur, par Renaud PAQUE

    V. Pour un nouvel art de vivre plus solidaire

    Droit au jardin !, par Michel RACINE & Béatrice SAUREL

    Bien vieillir dans le Mortainais avec la « chaîne des jardins », par Edith HEURGON, avec la participation de Francine MACÉ

    Les #jardins_familiaux et collectifs, d’hier et d’aujourd’hui, par Jérôme CLÉMENT
    Discussion animée par Sylvain ALLEMAND, avec Julie ANDRIEU, Etienne BOYER, Sylvie CACHIN, Soazig DEFAULT, Marion ERNWEIN, Max FAUCHERRE, Jean-Guy HENCKEL, Sophie de PAILLETTE et Michel RACINE

    Les #Jardins_de_Cocagne, acteurs de la réconciliation, par Jean-Guy HENCKEL
    Discussion animée par Sylvain ALLEMAND, avec Julie ANDRIEU, Isabelle AZÉMA, Marion ERNWEIN, Pierre-François GORSE, Edith HEURGON et Odile JACQUEMIN

    Des jardins en forme d’#AMAP : une mise en perspective historique, par Magali ZIMMER

    VI. Expériences buissonnières

    Genèse d’un #potager anti-crise, par Rodolphe GROSLÉZIAT
    Discussion animée par Sylvain ALLEMAND, avec Etienne BOYER, Bente CHRISTENSEN, Soazig DEFAULT, Marion ERNWEIN, Pierre-François GORSE, Rodolphe GROSLÉZIAT, Odile JACQUEMIN, Frédérique SAINCT, Béatrice SAUREL et Daniela VUERICH

    Témoignages de #jardiniers_amateurs : Francette VERNILLAT, Peter WOLRICH et Pierre-François GORSE
    Discussion animée par Sylvain ALLEMAND, avec Augustin BERQUE, Philiep BOSSIER, Paul CLAVAL, Bente CHRISTENSEN, Marion ERNWEIN, Edith HEURGON, Odile JACQUEMIN, Nicole MATHIEU et Mina SAÏDI-SHAROUZ

    Visites de jardins, rencontres de jardiniers, par Sylvain ALLEMAND & Edith HEURGON

    « Ceris’ sur le gâteau », par Soazig DEFAULT, Laurence GARFIELD et Etienne BOYER, avec Sophie de PAILLETTE

    VII. Le jardin utopique du XXIe siècle

    Les Jardiniers du Futur, par Sophie de PAILLETTE

    Le jardin utopique au XXIe siècle, par Rogalflocé GISAJO JULÉSUMA, avec Justine ANDRIEU, Anne-Cécile DANIEL, Marion ERNWEIN, Suzanne FÉRET, Léa HAVARD, Florian LEHMANN, Johan NEVEU, Romain RIOULT, Saphia TAOUJI, Galla VALLÉE et Gilles ZAMO

    Conclusion... Table ronde animée par Edith HEURGON, avec Jean-Baptiste de FOUCAULD, Claude HALBECQ, Bernard HUBERT, Renaud PAQUE et Vincent PIVETEAU, ainsi que Mathias BÉJEAN, Etienne BOYER, Bente CHRISTENSEN, Marion ERNWEIN, Nicole MATHIEU et Sophie de PAILLETTE

    Postface. Ré-inventer l’art des échanges, par Gilles CLÉMENT

    Bibliographie

    Crédits photographies

    #colloque #conférence


    http://www.ccic-cerisy.asso.fr/jardinsTM14.html
    cc @odilon


  • Mais pourquoi donc, le Hamas arrêterait-il les tirs ? | Le blog de Charles Enderlin

    http://geopolis.francetvinfo.fr/charles-enderlin/2014/07/29/mais-pourquoi-donc-le-hamas-arreterait-il-les-tirs.html

    Pour l’organisation islamiste la situation est quasi idéale. Dans cette guerre asymétrique où une armée régulière combat une guérilla opérant dans le territoire où la densité de population est la plus élevée au monde, les images sortant de Gaza sont aussi asymétriques. Carnages, enfants morts, blessés destructions massives. Chaque journal télévisé détruit un peu plus le soutien international à Israël.

    #gaza


  • Guérilla urbaine en Israël
    http://www.vice.com/fr/vice-news/israeli-urban-warfare

    Alex Miller, correspondant pour VICE News, s’est rendu dans la base militaire de Tzéélim, dans le désert du Negev en Israël – l’un des camps d’entraînement les plus grands et les plus modernes au monde. Il y a rencontré des soldats qui s’entraînent dans une fausse ville semblable à celles de Cisjordanie, de Gaza, du Liban ou de Syrie – des pays et régions dans lesquels ces militaires pourraient être amenés à se battre prochainement.

    #Exercice_militaire #Guerre #Guérilla_urbaine #Israël #Moyen-Orient #Tsahal


  • Le masque anti-surveillance qui vous permet de passer pour quelqu’un d’autre - Cnet.com
    http://alireailleurs.tumblr.com/post/85532494078

    Un collectif d’artistes de Chicago vous proposent une identité de remplacement pour déjouer les caméras de #surveillance qui envahissent l’espace public, via un simple masque résine imprimé via un service en ligne qui a pour but de vous rendre invisibles aux systèmes de reconnaissance faciale. Pour l’un des artistes, ce masque a pour but de nous faire réfléchir à l’impact de la surveillance sur notre comportement dans l’espace public et la façon dont elle nous transforme. Les lois contre le port de masque en public seront-ils suffisant pour contrer ces nouvelles formes de lutte ? Via Cnet.com.

    #guérilla #obfuscation


  • Le plus grand #Carrefour de France assigné en #justice pour travail de nuit
    http://lemonde.fr/emploi/article/2013/12/25/le-plus-grand-carrefour-de-france-assignee-en-justice-pour-travail-de-nuit_4

    Deux syndicats du #commerce ont annoncé mardi 24 décembre avoir assigné pour la première fois un hypermarché pour non-respect de la législation sur le #travail_de_nuit. Cette #procédure vise un magasin Carrefour de Seine-et-Marne.

    Selon les deux syndicats, la CFDT et le SECI-UNSA, le magasin « ouvre ses portes au public jusqu’à 21 h 30 ». Or, la loi stipule que le recours au travail de nuit – de 21 heures à 6 heures – est en principe exceptionnel, et doit être justifié par la nécessité d’assurer la continuité de l’activité économique ou des services d’utilité sociale. Ces syndicats font valoir que le travail de nuit est « reconnu comme particulièrement nocive pour la santé des salariés » .

    • Clic-P, le collectif qui fait trembler les commerces
      LE MONDE | 05.10.2013
      Par Bertrand Bissuel

      Un magasin Leroy-Merlin ouvert le dimanche 29 septembre.
      C’est la bête noire des supérettes parisiennes et de plusieurs grandes enseignes implantées dans les quartiers chics de la capitale. Elle a fait rendre gorge aux Apple Stores, à Uniqlo et à une kyrielle de magasins qui ne respectaient pas la réglementation sur les horaires d’ouverture. Son nom claque comme un slogan publicitaire : Clic-P, pour Comité de liaison intersyndicale du commerce de Paris.

      Dans le débat sur le travail de nuit et le repos dominical, ce collectif se distingue par la #guérilla_judiciaire qu’il poursuit sans relâche depuis trois ans. Mais son action est contestée par des salariés, désireux d’être employés après 21 heures ou le dimanche.

      Le Clic-P a vu le jour en février 2010, quelques mois après l’adoption de la “loi Mallié”, du nom d’un député UMP des Bouches-du-Rhône qui l’avait défendue : ce texte accordait de nouvelles possibilités aux commerces de détail pour accueillir les clients le dimanche.

      A l’époque, la mairie de Paris avait lancé une consultation sur le sujet, associant syndicats de salariés et organisations d’employeurs. « Il y avait un lobbying patronal très fort pour étendre les autorisations d’ouverture dominicale, raconte Karl Ghazi (CGT), l’un des “animateurs” de Clic-P. La seule façon d’inverser la tendance, c’était de rassembler nos forces et de nous battre ensemble. Les salariés demandaient que cesse le chauvinisme d’étiquette, dans un secteur où le syndicalisme est faible. »

      “IL FALLAIT STOPPER LE PHÉNOMÈNE”

      Six syndicats locaux ont décidé de s’allier : la CFDT, la CFE-CGC, la CFTC, la CGT, Force ouvrière (FO) et SUD. Des coalitions très larges émergent généralement dans des entreprises frappées par un plan social. Il est rarissime qu’elles se constituent sur un secteur et un territoire donnés. “Je ne l’ai jamais vu jusqu’à présent”, confie une avocate, engagée dans la défense des salariés depuis plus de vingt ans.

      Le Clic-P s’est d’abord attaqué à des supérettes parisiennes ouvertes tout le dimanche, dans l’illégalité la plus complète. Des magasins Franprix, Monop’, Carrefour City, G20 ont été condamnés à fermer leurs portes à 13 heures, le septième jour. “Il fallait stopper le phénomène, qui faisait tâche d’huile”, explique M. Ghazi. Puis l’offensive s’est élargie au non-alimentaire et à de prestigieuses enseignes qui souhaitaient recevoir du public, tard le soir. Le BHV et les Galeries Lafayette du boulevard Haussman ont dû ainsi renoncer à leurs nocturnes, en 2012.

      “L’intersyndicale s’est montrée efficace car elle a regroupé des personnes qui sont parties de leurs points forts”, commente Me Vincent Lecourt, l’un des conseils du Clic-P : certaines appartenaient à des syndicats bien implantés dans les entreprises, d’autres étaient douées pour la communication ou la rédaction de textes, quelques-unes connaissaient des avocats spécialisés, etc. “C’est cette combinaison de moyens qui a permis d’affronter sur le terrain judiciaire, à armes quasiment égales, de grands groupes”, ajoute Me Lecourt.

      Au sein du comité, il y a de fortes têtes dont certaines sont en conflit ouvert avec leurs instances nationales. Entre l’union syndicale CGT du commerce de Paris et sa fédération, par exemple, les relations sont exécrables : en 2012, la seconde a coupé ses financements à la première. “Nous sommes d’accord sur les objectifs mais nos points de vue divergent sur la manière d’agir”, dit, un brin embarrassée, Michèle Chay, secrétaire générale de la fédération CGT du commerce.

      UNE DÉFECTION CAUSÉE PAR LA PRESSION

      Le syndicat CFTC, qui faisait partie du Clic-P, a été exclu, fin juin, par sa confédération : “Il refusait de respecter nos règles internes de fonctionnement”, justifie Patrick Ertz, président de la fédération CFTC du commerce. Depuis, le banni a rejoint l’UNSA.

      Jusqu’à présent, le collectif avait su rester soudé. Mais une première lézarde est apparue, jeudi 3 octobre, lorsque FO a annoncé qu’elle se retirait de l’intersyndicale et qu’elle suspendait les actions judiciaires qui allaient être engagées : “Nous ne sommes plus sur la même longueur d’ondes avec le Clic-P en termes de stratégie mais cela ne veut pas dire que nous sommes en opposition avec lui”, argumente Christophe Le Comte, secrétaire fédéral adjoint de FO-employés et cadres.

      Une défection causée par la pression, devenue très forte ? Il est vrai que le Clic-P a été la cible de vives critiques, en particulier d’une partie du personnel du magasin Sephora sur les Champs-Elysées : ces salariés reprochent à l’intersyndicale d’être à l’origine d’une décision judiciaire qui les empêche aujourd’hui de travailler après 21 heures – et de percevoir du même coup des rémunérations majorées. Leur avocate, Me Joëlle Aknin, considère qu’"il y a un vrai clivage entre la vision passéiste du travail, défendue par le Clic-P, et la conception plus ouverte ".

      Le problème n’est pas là, objecte Laurent Degousée (SUD), mais dans le faible niveau des rémunérations et l’ampleur de l’emploi à #temps_partiel au sein du commerce de détail, qui poussent les salariés à accepter des #horaires_atypiques en contrepartie d’un coup de pouce sur le bulletin de paye.

      Les employés de Sephora, qui sont volontaires pour travailler la nuit, “ne sont pas sur une île déserte”, complète M. Ghazi : l’extension du travail nocture conduit à la “dérégulation des temps sociaux” (crêches, transports en commun…). Dans cette affaire, conclut Eric Scherrer (UNSA), c’est aussi “l’ordre public social” qui est en jeu : le droit du travail est fondé sur des mécanismes de protection applicables à tous les actifs ; ils n’ont pas à être remis en cause au motif que, ici ou là, des salariés sont prêts à y déroger.


  • Chance historique pour les #Kurdes, par Vicken Cheterian (mai 2013)
    http://www.monde-diplomatique.fr/2013/05/CHETERIAN/49062

    L’annonce de négociations entre Ankara et le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) a créé la surprise. Elle confirme la place nouvelle prise par la « question kurde » pour tous les acteurs régionaux, place confirmée par l’insurrection en #Syrie. Ayant échappé au contrôle de Bagdad depuis 1991, le Kurdistan irakien espère catalyser et concrétiser les revendications nationales d’un peuple oublié de l’histoire.

    #Pétrole #Guérilla #Minorité_nationale #Droits_des_minorités #Mouvement_de_libération #Irak #Turquie #Proche-Orient

    Les langues du Kurdistan (par @reka)
    http://www.monde-diplomatique.fr/cartes/langueskurdes13

    Limites historiques du Kurdistan
    http://www.monde-diplomatique.fr/cartes/kurdistan-histoire


  • C’est le projet d’amnistie générale – hors insulte au roi – concocté par la première ministre thailandaise Yingluck Shinawatra qui a mis le feu au poudre et fait descendre des milliers de manifestants dans la rue. Il aurait facilité le retour de M. Thaksin, frère de Yingluck, accusé de corruption et en exil après le coup d’Etat de 2006. Mais derrière la façade éthique de l’opposition, se cachent une volonté de revanche après la victoire du parti pour les Thaïs de Mme Shinawatra et la défense des intérêts sonnants et trébuchants de la classe aisée urbaine. #mouvement_de_contestation #Thaïlande

    « Rouges » contre « jaunes », affrontements de classe à Bangkok, par David Camroux et Philip S. Golub (juillet 2010)
    http://www.monde-diplomatique.fr/2010/07/CAMROUX/19365 #Économie #Guérilla #Politique #Répression #Inégalités

    En anglais : http://mondediplo.com/2010/07/12bangkok