• Suicides d’agriculteurs, l’hécatombe silencieuse
    https://www.lemonde.fr/societe/article/2019/01/31/suicides-d-agriculteurs-l-hecatombe-silencieuse_5416940_3224.html

    Hommes ou femmes, ils sont de plus en plus nombreux à mettre fin à leurs jours en France. Même si des structures ont été mises en place pour leur venir en aide, le malaise est profond.

    #paywall


  • Jagal - The Act of Killing
    https://www.youtube.com/watch?v=3tILiqotj7Y


    v.o. sans sous-titres

    avec sous-titres
    https://amara.org/en/videos/lCHCQE8uqUJb/en/749348
    à 00:16:00 un gangster parle de sa passion pour le cinémà et comment c’était pratique d’avoir les locaux pour tuer et torturer en face de la salle de projection.

    C’est le film le moins apprécié par l’office de tourisme indonésien car il montre que le pays est gouverné aujourd’hui par les assassins de 1965/66 qui se font un plaisir de se vanter de leurs crimes devant la caméra.

    BACKGROUND | The Act of Killing
    http://theactofkilling.com/background

    CONTEXT, BACKGROUND AND METHOD
    First Encounter with the 1965-66 Massacres – The Globalization Tapes
    In 2001-2002, Christine Cynn and I went to Indonesia for the first time to produce The Globalization Tapes (2003), a participatory documentary project made in collaboration with the Independent Plantation Workers Union of Sumatra. Using their own forbidden history as a case study, these Indonesian filmmakers worked with us to trace the development of contemporary globalization from its roots in colonialism to the present.

    The Globalization Tapes exposes the devastating role of militarism and repression in building the global economy, and explores the relationships between trade, third-world debt, and international institutions like the IMF and the World Trade Organization. Made by some of the poorest workers in the world, the film is a lyrical and incisive account of how our global financial institutions shape and enforce the corporate world order. The film uses chilling first-hand accounts, hilarious improvised interventions, collective debate and archival collage.

    Several scenes in The Globalization Tapes reveal the earliest traces of the methods we refined in the shooting of The Act of Killing: plantation workers stage a satirical commercial for the pesticide that poisons them; worker-filmmakers pose as World Bank agents who offer microfinance to ‘develop’ local businesses – offers that are both brutal and absurd, yet tempting nonetheless.

    While shooting and editing The Globalization Tapes, we discovered that the 1965-66 Indonesian massacres were the dark secret haunting Indonesia’s much-celebrated entrance into the global economy. One of the military’s main objectives in the killings was to destroy the anti-colonial labour movement that had existed until 1965, and to lure foreign investors with the promise of cheap, docile workers and abundant natural resources. The military succeeded (The Globalization Tapes is a testament to the extraordinary courage of the plantation worker-filmmakers as they challenge this decades-long legacy of terror and try to build a new union).

    The killings would come up in discussions, planning sessions, and film shoots nearly every day, but always in whispers. Indeed, many of the plantation workers were themselves survivors of the killings. They would discretely point out the houses of neighbors who had killed their parents, grandparents, aunts, or uncles. The perpetrators were still living in the same village and made up, along with their children and protégés, the local power structure. As outsiders, we could interview these perpetrators – something the plantation workers could not do without fear of violence.

    In conducting these first interviews, we encountered the pride with which perpetrators would boast about the most grisly details of the killings. The Act of Killing was born out of our curiosity about the nature of this pride – its clichéd grammar, its threatening performativity, its frightening banality.

    The Globalization Tapes was a film made collectively by the plantation workers themselves, with us as facilitators and collaborating directors. The Act of Killing was also made by working very closely with its subjects, while in solidarity and collaboration with the survivors’ families. However, unlike The Globalization Tapes, The Act of Killing is an authored work, an expression of my own vision and concerns regarding these issues.

    THE BEGINNING OF THE ACT OF KILLING

    By the time I first met the characters in The Act of Killing (in 2005), I had been making films in Indonesia for three years, and I spoke Indonesian with some degree of fluency. Since making The Globalization Tapes (2003), Christine Cynn, fellow film-maker and longtime collaborator Andrea Zimmerman and I had continued filming with perpetrators and survivors of the massacres in the plantation areas around the city of Medan. In 2003 and 2004, we filmed more interviews and simple re-enactments with Sharman Sinaga, the death squad leader who had appeared in The Globalization Tapes. We also filmed as he introduced us to other killers in the area. And we secretly interviewed survivors of the massacres they committed.

    Moving from perpetrator to perpetrator, and, unbeknownst to them, from one community of survivors to another, we began to map the relationships between different death squads throughout the region, and began to understand the process by which the massacres were perpetrated. In 2004, we began filming Amir Hasan, the death squad leader who had commanded the massacres at the plantation where we made The Globalization Tapes.

    In late 2004, Amir Hasan began to introduce me to killers up the chain of command in Medan. Independently in 2004, we began contacting ‘veterans’ organizations of death squad members and anti-leftist activists in Medan. These two approaches allowed us to piece together a chain of command, and to locate the surviving commanders of the North Sumatran death squads. In early interviews with the veterans of the killings (2004), I learned that the most notorious death squad in North Sumatra was Anwar Congo and Adi Zulkadry’s Frog Squad (Pasukan Kodok).

    During these first meetings with Medan perpetrators (2004 and 2005), I encountered the same disturbing boastfulness about the killings that we had been documenting on the plantations. The difference was that these men were the celebrated and powerful leaders not of a small rural village, but of the third largest city in Indonesia (Greater Medan has a population of over four million people).

    Our starting point for The Act of Killing was thus the question: how had this society developed to the point that its leaders could – and would – speak of their own crimes against humanity with a cheer that was at once celebratory but also intended as a threat?

    OVERVIEW AND CHRONOLOGY OF THE METHODS USED IN THE ACT OF KILLING

    Building on The Globalization Tapes and our film work outside Indonesia, we had developed a method in which we open a space for people to play with their image of themselves, re-creating and re-imagining it on camera, while we document this transformation as it unfolds. In particular, we had refined this method to explore the intersection between imagination and extreme violence.

    In the early days of research (2005), I discovered that the army recruited its killers in Medan from the ranks of movie theatre gangsters (or preman bioskop) who already hated the leftists for their boycott of American movies – the most profitable in the cinema. I was intrigued by this relationship between cinema and killings, although I had no idea it would be so deep. Not only did Anwar and his friends know and love the cinema, but they dreamed of being on the screen themselves, and styled themselves after their favorite characters. They even borrowed their methods of murder from the screen.

    Of course, I began by trying to understand in as much detail as possible Anwar and his friends’ roles in the killings and, afterwards, in the regime they helped to build. Among the first things I did was to bring them to the former newspaper office directly across the road from Anwar’s old cinema, the place where Anwar and his friends killed most of their victims. There, they demonstrated in detail what they had done. Although they were filming documentary re-enactment and interviews, during breaks I noticed that they would muse about how they looked like various movie stars – for instance, Anwar compared his protégé and sidekick, Herman to Fernando Sancho.

    To understand how they felt about the killings, and their unrepentant way of representing them on film, I screened back the unedited footage of these early re-enactments, and filmed their responses. At first, I thought that they would feel the re-enactments made them look bad, and that they might possibly come to a more complex place morally and emotionally.

    I was startled by what actually happened. On the surface at least, Anwar was mostly anxious that he should look young and fashionable. Instead of any explicit moral reflection, the screening led him and Herman spontaneously to suggest a better, and more elaborate, dramatization.

    To explore their love of movies, I screened for them scenes from their favorite films at the time of the killings – Cecil B. DeMille’s Samson and Delilah and, ironically, The Ten Commandments topped the list – recording their commentary and the memories these films elicited. Through this process, I came to realize why Anwar was continually bringing up these old Hollywood films whenever I filmed re-enactments with them: he and his fellow movie theatre thugs were inspired by them at the time of the killings, and had even borrowed their methods of murder from the movies. This was such an outlandish and disturbing idea that I in fact had to hear it several times before I realized quite what Anwar and his friends were saying.

    He described how he got the idea of strangling people with wire from watching gangster movies. In a late-night interview in front of his former cinema, Anwar explained how different film genres would lead him to approach killing in different ways. The most disturbing example was how, after watching a “happy film like an Elvis Presley musical”, Anwar would “kill in a happy way”.

    In 2005, I also discovered that the other paramilitary leaders (not just the former movie theater gangsters) had other personal and deep-seated relationship to movies. Ibrahim Sinik, the newspaper boss who was secretary general of all the anti-communist organizations that participated in the killings, and who directly gave the orders to Anwar’s death squad, turned out to be a feature film producer, screenwriter, and former head of the Indonesian Film Festival.

    In addition to all this, Anwar and his friends’ impulse towards being in a film about the killings was essentially to act in dramatizations of their pasts – both as they remember them, and as they would like to be remembered (the most powerful insights in The Act of Killing probably come in those places where these two agendas radically diverge). As described, the idea of dramatizations came up quite spontaneously, in response to viewing the rushes from Anwar’s first re-enactments of the killings.

    But it would be disingenuous to claim that we facilitated the dramatizations only because that’s what Anwar and his friends wanted to do. Ever since we produced The Globalization Tapes, the thing that most fascinated us about the killings was the way the perpetrators we filmed would recount their stories of those atrocities. One had the feeling that we weren’t simply hearing memories, but something else besides – something intended for a spectator. More precisely, we felt we were receiving performances. And we instinctively understood, I think, that the purpose of these performances was somehow to assert a kind of impunity, to maintain a threatening image, to perpetuate the autocratic regime that had begun with the massacres themselves.

    We sensed that the methods we had developed for incorporating performance into documentary might, in this context, yield powerful insights into the mystery of the killers’ boastfulness, the nature of the regime of which they are a part, and, most importantly, the nature of human ‘evil’ itself.

    So, having learned that even their methods of murder were directly influenced by cinema, we challenged Anwar and his friends to make the sort of scenes they had in mind. We created a space in which they could devise and star in dramatisations based on the killings, using their favorite genres from the medium.

    We hoped to catalyze a process of collective remembrance and imagination. Fiction provided one or two degrees of separation from reality, a canvas on which they could paint their own portrait and stand back and look at it.

    We started to suspect that performance played a similar role during the killings themselves, making it possible for Anwar and his friends to absent themselves from the scene of their crimes, while they were committing them. Thus, performing dramatizations of the killings for our cameras was also a re-living of a mode of performance they had experienced in 1965, when they were killing. This obviously gave the experience of performing for our cameras a deeper resonance for Anwar and his friends than we had anticipated.

    And so, in The Act of Killing, we worked with Anwar and his friends to create such scenes for the insights they would offer, but also for the tensions and debates that arose during the process – including Anwar’s own devastating emotional unravelling.

    This created a safe space, in which all sorts of things could happen that would probably elude a more conventional documentary method. The protagonists could safely explore their deepest memories and feelings (as well as their blackest humor). I could safely challenge them about what they did, without fear of being arrested or beaten up. And they could challenge each other in ways that were otherwise unthinkable, given Sumatra’s political landscape.

    Anwar and his friends could direct their fellow gangsters to play victims, and even play the victims themselves, because the wounds are only make-up, the blood only red paint, applied only for a movie. Feelings far deeper than those that would come up in an interview would surface unexpectedly. One reason the emotional impact was so profound came from the fact that this production method required a lot of time – the filmmaking process came to define a significant period in the participants’ lives. This meant that they went on a deeper journey into their memories and feelings than they would in a film consisting largely of testimony and simple demonstration.

    Different scenes used different methods, but in all of them it was crucial that Anwar and his friends felt a sense of fundamental ownership over the fiction material. The crux of the method is to give performers the maximum amount of freedom to determine as many variables as possible in the production (storyline, casting, costumes, mise-en-scene, improvisation on set). Whenever possible, I let them direct each other, and used my cameras to document their process of creation. My role was primarily that of provocateur, challenging them to remember the events they were performing more deeply, encouraging them to intervene and direct each other when they felt a performance was superficial, and asking questions between takes – both about what actually happened, but also about how they felt at the time, and how they felt as they re-enacted it.

    We shot in long takes, so that situations could evolve organically, and with minimal intervention from ourselves. I felt the most significant event unfolding in front of the cameras was the act of transformation itself, particularly because this transformation was usually plagued by conflict, misgivings, and other imperfections that seemed to reveal more about the nature of power, violence, and fantasy than more conventional documentary or investigative methods. For this same reason, we also filmed the pre-production of fiction scenes, including castings, script meetings, and costume fittings. Make-up sessions too were important spaces of reflection and transformation, moments where the characters slip down the rabbit hole of self-invention.

    In addition, because we never knew when the characters would refuse to take the process further, or when we might get in trouble with the military, we filmed each scene as though it might be the last, and also everything leading up to them (not only for the reasons above), because often we didn’t know if the dramatization itself would actually happen. We also felt that the stories we were hearing – stories of crimes against humanity never before recorded – were of world historical importance. More than anything else, these are two reasons why this method generated so many hours of footage (indeed, we have created a vast audio-visual archive about the Indonesian massacres. This archive has been the basis of a four-year United Kingdom Arts and Humanities Research Council project called Genocide and Genre).

    After almost every dramatization, we would screen the rushes back to them, and record their responses. We wanted to make sure they knew how they appeared on film, and to use the screening to trigger further reflection. Sometimes, screenings provoked feelings of remorse (as when Anwar watches himself play the victim during a film noir scene) but, at other times, as when we screened the re-enactment of the Kampung Kolam massacre to the entire cast, the images were met with terrifying peals of laughter.

    Most interestingly, Anwar and his friends discussed, often insightfully, how other people will view the film, both in Indonesia and internationally. For example, Anwar sometimes commented on how survivors might curse him, but that “luckily” the victims haven’t the power to do anything in today’s Indonesia.

    The gangster scenes were wholly improvised. The scenarios came from the stories Anwar and his friends had told each other during earlier interviews, and during visits to the office where they killed people. The set was modeled on this interior. For maximum flexibility, our cinematographer lit the space so that Anwar and his friends could move about freely, and we filmed them with two cameras so that they could fluidly move from directing each other to improvised re-enactments to quiet, often riveting reflection after the improvisation was finished.

    For instance, Anwar re-enacted how he killed people by placing them on a table and then pulling tight a wire, from underneath the table, to garrote them. The scene exhausted him, physically and emotionally, leaving him full of doubt about the morality of what he did. Immediately after this re-enactment, he launched into a cynical and resigned rant against the growing consensus around human rights violations. Here, reality and its refraction through fiction, Anwar’s memories and his anticipation of their impact internationally, are all overlaid.

    The noir scenes were shot over a week, and culminated in an extraordinary improvisation where Anwar played the victim. Anwar’s performance was effective and, transported by the performance, the viewer empathizes with the victim, only to do a double take as they remember that Anwar is not a victim, but the killer.

    The large-scale re-enactment of the Kampung Kolam massacre was made using a similar improvisational process, with Anwar and his friends undertaking the direction. What we didn’t expect was a scene of such violence and realism; so much so that it proved genuinely frightening to the participants, all of whom were Anwar’s friends from Pancasila Youth, or their wives and children. After the scene, we filmed participants talking amongst themselves about how the location of our re-enactment was just a few hundred meters from one of North Sumatra’s countless mass graves. The woman we see fainting after the scene felt she had been possessed by a victim’s ghost. The paramilitary members (including Anwar) thought so, too. The violence of the re-enactment conjured the spectres of a deeper violence, the terrifying history of which everybody in Indonesia is somehow aware, and upon which the perpetrators have built their rarefied bubble of air conditioned shopping malls, gated communities, and “very, very limited” crystal figurines.

    The process by which we made the musical scenes (the waterfall, the giant concrete goldfish) was slightly different again. But here too Anwar was very much in the driver’s seat: he chose the songs and, along with his friends, devised both scenes. Anwar and his cast were also free to make changes as we went.

    In the end, we worked very carefully with the giant goldfish, presenting motifs from a half-forgotten dream. Anwar’s beautiful nightmare? An allegory for his storytelling confection? For his blindness? For the willful blindness by which almost all history is written, and by which, consequently, we inevitably come to know (and fail to know) ourselves? The fish changes throughout the film, but it is always a world of “eye candy”, emptiness and ghosts. If it could be explained adequately in words, we would not need it in the film.

    For the scenes written by the newspaper boss Ibrahim Sinik and his staff, Sinik enlisted the help of his friends at state television, TVRI. He borrows the TVRI regional drama studios, and recruits a soap opera crew. In these scenes, our role was largely to document Anwar and his friends as they work with the TV crew, and to catalyze and document debates between fiction set-ups. In our edited scenes, we cut from the documentary cameras to TVRI’s fiction cameras, highlighting the gap between fiction and reality – often to comic effect. But above all, we focused our cameras on moments between takes where they debated the meaning of the scene.

    The Televisi Republik Indonesia “Special Dialogue” came into being when the show’s producers realised that feared and respected paramilitary leaders making a film about the genocide was a big story (they came to know about our work because we were using the TVRI studios.) After their grotesque chat show was broadcast, there was no critical response in North Sumatra whatsoever. This is not to say that the show will not be shocking to Indonesians. For reasons discussed in my director’s statement, North Sumatrans are more accustomed than Jakartans, for example, to the boasting of perpetrators (who in Sumatra were recruited from the ranks of gangsters – and the basis of gangsters’ power, after all, lies in being feared).

    Moreover, virtually nobody in Medan dares to criticise Pancasila Youth and men like Anwar Congo and Ibrahim Sinik. Ironically, the only significant reaction to the talk show’s broadcast came from the Indonesian Actors’ Union. According to Anwar, a representative of the union visiting family in Medan came to Anwar’s house to ask him if he would consider being president of the North Sumatra branch of the union. According to Anwar, the union was angry that such a large-scale production had occurred in North Sumatra without their knowing about it. Luckily, Anwar had the humility to tell them that he is not an actor, that he was playing himself in scenes made for a documentary, and therefore would decline the offer.

    Anwar and his friends knew that their fiction scenes were only being made for our documentary, and this will be clear to the audience, too. But at the same time, if these scenes were to offer genuine insights, it was vital that the filmmaking project was one in which they were deeply invested, and one over which they felt ownership.

    The Act of Killing : don’t give an Oscar to this snuff movie | Nick Fraser | Film | The Guardian
    https://www.theguardian.com/commentisfree/2014/feb/23/act-of-killing-dont-give-oscar-snuff-movie-indonesia

    It has won over critics but this tasteless film teaches us nothing and merely indulges the unrepentant butchers of Indonesia

    The Act of Killing won the documentary prize at the Baftas last week and is the favourite to win the much-coveted Oscar. I watch many documentaries on behalf of the BBC each year and I go to festivals. I’m a doc obsessive. By my own, not quite reliable reckoning, I’ve been asked by fans to show The Act of Killing on the BBC at least five times. I’ve never encountered a film greeted by such extreme responses – both those who say it is among the best films and those who tell me how much they hate it. Much about the film puzzles me. I am still surprised by the fact that so many critics listed it among their favourite films of last year.

    For those who haven’t seen the film, it investigates the circumstances in which half-a-million Indonesian leftists were murdered in the 1960s, at the instigation of a government that is still in power. You might think this is a recondite subject, worthy of a late-night screening for insomniacs or atrocity buffs on BBC4, but, no, the film-maker Joshua Oppenheimer has made the subject viewable by enlisting the participation of some of the murderers. He spent some years hanging out with them, to his credit luring them into confessions. But he also, more dubiously, enlisted their help in restaging their killings. Although one of them, the grandfatherly Anwar, shows mild symptoms of distress towards the end of the film, they live in a state of impunity and it is thus, coddled and celebrated in their old age, that we revisit them.

    So let me be as upfront as I can. I dislike the aesthetic or moral premise of The Act of Killing. I find myself deeply opposed to the film. Getting killers to script and restage their murders for the benefit of a cinema or television audience seems a bad idea for a number of reasons. I find the scenes where the killers are encouraged to retell their exploits, often with lip-smacking expressions of satisfaction, upsetting not because they reveal so much, as many allege, but because they tell us so little of importance. Of course murderers, flattered in their impunity, will behave vilely. Of course they will reliably supply enlightened folk with a degraded vision of humanity. But, sorry, I don’t feel we want to be doing this. It feels wrong and it certainly looks wrong to me. Something has gone missing here. How badly do we want to hear from these people, after all? Wouldn’t it be better if we were told something about the individuals whose lives they took?

    I’d feel the same if film-makers had gone to rural Argentina in the 1950s, rounding up a bunch of ageing Nazis and getting them to make a film entitled “We Love Killing Jews”. Think of other half-covered-up atrocities – in Bosnia, Rwanda, South Africa, Israel, any place you like with secrets – and imagine similar films had been made. Consider your response – and now consider whether such goings-on in Indonesia are not acceptable merely because the place is so far away, and so little known or talked about that the cruelty of such an act can pass uncriticised.

    The film does not in any recognisable sense enhance our knowledge of the 1960s Indonesian killings, and its real merits – the curiosity when it comes to uncovering the Indonesian cult of anticommunism capable of masking atrocity, and the good and shocking scenes with characters from the Indonesian elite, still whitewashing the past – are obscured by tasteless devices. At the risk of being labelled a contemporary prude or dismissed as a stuffy upholder of middle-class taste, I feel that no one should be asked to sit through repeated demonstrations of the art of garrotting. Instead of an investigation, or indeed a genuine recreation, we’ve ended somewhere else – in a high-minded snuff movie.

    What I like most about documentary film is that anything can be made to work, given a chance. You can mix up fact and fiction, past and present. You can add to cold objectivity a degree of empathy. You will, of course, lie to reluctant or recalcitrant participants, in particular when they wish not to divulge important pieces of information. And trickery has its place, too. But documentary films have emerged from the not inconsiderable belief that it’s good to be literal as well as truthful. In a makeshift, fallible way, they tell us what the world is really like. Documentaries are the art of the journeyman. They can be undone by too much ambition. Too much ingenious construction and they cease to represent the world, becoming reflected images of their own excessively stated pretensions.

    In his bizarrely eulogistic piece defending The Act of Killing (of which he is an executive producer), Errol Morris, the documentary maker, compares the film to Hamlet’s inspired use of theatre to reveal dirty deeds at the court of Denmark. But Hamlet doesn’t really believe that theatrical gestures can stand in for reality. Nor, we must assume, did his creator. A more apt analogy than Morris’s might come from Shakespeare’s darkest play, Macbeth. What would we think if Macbeth and his scheming wife were written out of the action, replaced by those low-level thugs paid to do bad business on their behalf? We might conclude that putting them centre stage, in the style of The Act of Killing, was indeed perverse and we’d be right.

    There are still half-forgotten, heavily whitewashed atrocities from the last century, such as the Bengali famine allowed to occur during the second world war through the culpably racist inattention of British officials; the never wholly cleared-up question of Franco’s mass killings; or the death of so many millions in the 1950s as a consequence of Mao’s catastrophic utopianism. Those wondering how to record such events will no doubt watch The Act of Killing, but I hope they will also look at less hyped, more modestly conceived depictions of mass murder. In Enemies of the People (2010), the Cambodian journalist Thet Sambath goes after the murderers of the Khmer Rouge. He finds Pol Pot’s sidekick, but it is the earnest, touching quest of Sambath himself that lingers in the mind, rather than the empty encounters with evil-doers. Atrocity is both banal and ultimately impossible to comprehend.

    Writing in 1944, Arthur Koestler was among the first to gain knowledge of the slaughter of eastern European Jews and he estimated that the effect of such revelations was strictly limited, lasting only minutes or days and swiftly overcome by indifference. Koestler suggested that there was only one way we could respond to the double atrocity of mass murder and contemporary indifference and that was by screaming.

    I’m grateful to The Act of Killing not because it’s a good film, or because it deserves to win its Oscar (I don’t think it does), but because it reminds me of the truth of Koestler’s observation. What’s not to scream about?

    Nick Fraser is editor of the BBC’s Storyville documentary series

    #film #documentaire #Indonésie #hécatombe


  • La prohibition, au cœur de la diffusion des #drogues ? Marchés de l’héroïne à Paris dans les années 1968-2000
    http://www.vacarme.org/article3126.html

    Tour à tour invisible et visible, oscillant entre espaces privés et espaces publics, le commerce des drogues n’est pas un marché souterrain et clos sur lui-même, dès lors qu’on veut bien le mettre en perspective avec les mutations sociales, économiques et politiques de l’espace urbain. Mettre en lumière les itinéraires et les réseaux complexes et mouvants du marché parisien, de 1968 à nos jours, permet d’en saisir les jeux de sociabilités, autant que de mettre en évidence les effets de répression, de ghettoïsation et de marginalisation urbaines des politiques d’invisibilisation des drogues adoptées depuis les années 1970.

    • L’ambition de ce livre est de donner de la profondeur historique à la catastrophe sanitaire et sociale que fut l’héroïne, à sa répression, aux dynamiques et cycles de sa consommation et de son trafic. Il raconte cette histoire dans ses multiples dimensions, sociale et économique, culturelle et urbaine, politique et géopolitique, en privilégiant le point de vue de ceux qui ont été ses acteurs ou témoins. Plus généralement, il prend l’héroïne comme analyseur, pour saisir ce que les drogues font à la société.

      Le marché de l’héroïne se structure au cours des années 1950, mais c’est avec Mai 68 que s’amorce un premier tournant : dans ce bouillonnement politique, sociétal et culturel, les produits se diffusent au sein d’une jeunesse en quête de liberté et d’expériences. La fin des Trente Glorieuses marque un durcissement. La consommation d’héroïne s’étend et les sources d’approvisionnement se multiplient, bien au-delà du mythe de la « French Connection ». Les années 1980 sont un tournant majeur : on voit apparaître des « scènes » où les drogues sont vendues et consommées ouvertement dans les squats, quartiers délabrés, « banlieues » et autres « cités maudites ». Les ravages de l’héroïne deviennent de plus en plus visibles et sa diffusion joue un rôle central dans la construction du problème des banlieues dans sa version sécuritaire et racialisée. Les quartiers dits défavorisés vont être au cœur de sa diffusion mortifère, frappées par l’épidémie de sida, d’une part, et par les politiques répressives, d’autre part. Une bascule s’opère dans les années 1990 lorsque Simone Veil, ministre de la Santé, s’engage dans la mise en place d’un dispositif expérimental de réduction des risques.

      L’histoire de l’héroïne est celle de la répression, de la guerre à la drogue et, en corollaire, de l’absence de culture de santé publique en France, mais c’est aussi celle d’un processus de transformation des appartenances collectives et des identités culturelles qui interroge le rôle des produits psychotropes dans le changement social.

      https://journals.openedition.org/lectures/24352#ftn1
      http://www.editionsamsterdam.fr/la-catastrophe-invisible
      #héroïne #opiacés #hécatombe

    • Liège, la « cité ardente », a été qualifiée depuis quelques années de « Toxcity » tant les toxicomanes y étaient nombreux et vivaient au coeur même de la ville. Trop visibles pour certains, simple reflet d’une société en crise pour d’autres, leur présence et l’usage qu’ils font de la ville vont mobiliser une série d’institutions et d’acteurs sociaux, autour de questions de santé, de justice et d’urbanisme.
      http://toxcity.be
      https://seenthis.net/messages/457607
      https://seenthis.net/messages/525423
      @intempestive @syntone


  • LesInrocks - Addiction aux opioïdes : la photographe Nan Goldin s’attaque à l’industrie pharmaceutique américaine
    http://www.lesinrocks.com/2018/01/09/style/addiction-aux-opioides-la-photographe-nan-goldin-sattaque-lindustrie-pha

    Elle a photographié toutes les addictions dans les années 80 en s’immisçant dans l’intimité de ses amis. Aujourd’hui, après plusieurs années de lutte contre les opioïdes, Nan Goldin s’exprime en texte et en images contre l’industrie pharmaceutique qui délivre sciemment ces drogues.

    Photographe phare des années 80, Nan Goldin a mis en images toutes les souffrances de sa génération : les drogues, le sida, l’amour, autant de sujets qui tenaient au corps de l’époque et ont marqué au fer rouge les esprits des jeunes de ces années-là. Toutefois, les démons toxiques n’ont pas épargné la photographe, qui partage aujourd’hui dans les pages d’ArtForum son combat de vingt ans contre les opioïdes, accompagné d’une série photographique. Ces puissants anti-douleur connus sous le nom d’OxyContin lui ont été prescrits à Berlin après une opération, raconte-elle dans son essai, aussi publié sur son compte Instagram.

    L’addiction était née “en une nuit”, explique-t-elle. “C’était la drogue la plus propre que j’ai connue. Au début, 40 mg étaient trop forts, mais au fil de l’habitude aucune dose n’était suffisante. Je tenais les chose sous contrôle dans un premier temps. Puis c’est devenu de plus en plus le bordel. J’ai travaillé dans le médical pour obtenir des prescriptions.”

    L’industrie pharmaceutique dans le radar

    Outre les déboires de santé, de finances et dans sa vie personnelle, c’est la perversité de l’industrie pharmaceutique et notamment de la famille Sackler que Nan Goldin tacle dans son texte. Son travail photographique, accompagné de l’article relayé par ArtForum, porte le nom de Sackler/PAIN. “PAIN” signifie “douleur” en anglais, mais s’avère être également l’acronyme de Prescription Addiction Intervention Now, soit “intervention contre l’addiction aux prescriptions maintenant”, un groupe contre l’addiction à l’OxyContin, qui s’obtient uniquement sur ordonnance... ou par des circuits aléatoires et douteux que Nan Goldin explique avoir employés pour se procurer ses doses à la fin de son addiction.

    Pour venir à bout de ces drogues prescrites comme médicaments, elle s’attaque à leur fabricant, la famille Sackler qui détient Perdue Pharma, l’entreprise qui a fait fortune grâce aux opioïdes. Pour appuyer son appel à l’aide, la photographe annonce des chiffres à glacer le sang : aux Etats-Unis en 2015, on a recensé 33 000 morts par overdose d’opioïdes dont la moitié étaient des patients avec ordonnance. De même, toujours selon elle, 80 % des addicts à l’héroïne ont commencé leur addiction par une prescription d’opioïde.

    Sackler/PAIN, se battre

    Une Nan Goldin visiblement larguée, le regard dans le vide qui tente de regarder l’objectif. La première photographie de la série Sackler/PAIN parle à celui qui la regarde, prévient et démontre par l’image des dommages que causent les opioïdes. Derrière ce texte et cette image, la volonté d’une bataille contre la famille Sackler – par ailleurs de grands mécène de l’art aux Etats-Unis – pour faire cesser une épidémie mortelle que Goldin compare à l’hécatombe causée par le VIH : “La plupart de ma communauté est morte du VIH. Je ne supporterai pas de voir une autre génération disparaître. Les Sackler ont fait leur fortune en promouvant l’addiction. (…) Ils ont fait de la publicité et distribué leur médicament en pleine connaissance de ses dangers. Les Sackler et leur entreprise privée, Purdue Pharma, ont construit un empire sur la vie de milliers de gens.”

    A ce jour, la famille Sackler n’a toujours pas communiqué à propos de l’action de Nan Goldin ou de ses groupes PAIN. Les images à retrouver ici.

    #sackler #Opioides


  • BAC de Lille. Deux morts. Deux jeunes fauchés par un TER à Lille : les parents vont porter plainte
    https://blogs.mediapart.fr/ibanez-martinez-amparo/blog/191217/deux-morts-deux-jeunes-fauches-par-un-ter-lille-les-parents-vont-por

    Témoignage d’un survivant (vidéo FR3)
    https://seenthis.net/sites/1325604

    2 morts qui cherchaient à échapper à la police, et la Voix du Nord.
    Lille Insurgée - [RÉPONSE VOIX DU NORD] [POST TRÈS LONG]... | Facebook
    https://www.facebook.com/LilleInsurg/posts/520643498313543

    [RÉPONSE VOIX DU NORD] [POST TRÈS LONG]
    #JusticePourSelomEtMatisse
    Nous avions posté ceci (voir photo 1) sous le dernier article de la voix du nord concernant le décès de Selom et Matisse, fauchés par un TER, Vendredi dernier après avoir fuit un contrôle de police.
    Ils nous ont répondu en commentaire de l’article. (voir photo 2)
    Nous allons faire un peu de pédagogie.
    “Nous souhaitons répondre ici à certains commentaires, notamment celui de Lille Insurgée. Le tragique accident dont ont été victimes deux jeunes lillois a eu lieu dans la nuit de vendredi à samedi.”
    La mort de Selom et Matisse n’est pas qu’un “tragique accident”. C’est le résultat d’une politique menée de concert par la mairie et la préfecture. Les mêmes causes produisant les mêmes effets, si les décideurs s’obstinent, nous verrons d’autres “tragiques accidents”. En effet, Fives est un quartier populaire à deux pas d’une gare TGV. Il aiguise donc l’appétit des promoteurs immobiliers et des politiciens adeptes de la rénovation urbaine comme réponse aux problèmes sociaux. Il s’agit pour eux de transformer ce quartier en annexe du centre-ville et donc d’en virer les indésirables.
    Des habitants, “honnêtes citoyens” autoproclamés, mènent une campagne active sur les réseaux sociaux, à coup de pétitions et de tweets rageurs, réclamant une action ferme des pouvoirs publics vis-à-vis des jeunes qui foutent le bordel. Oui, il y a du deal, il y a des rodéos. S’en étonner ? Bonne blague. Ce quartier ouvrier construit autour de l’usine Five Caille s’est fait laminer par 40 ans de crise.
    La mairie, cédant à la démagogie électorale habituelle, a répondu aux revendications de ces honnêtes gens et a obtenu un quadrillage du quartier par la police, comme à Moulin. Celle-ci patrouille sans cesse et fait preuve de son habituel manque de retenue. Résultat : des jeunes flippent. Voilà le contexte local. Celui-ci prend place dans un contexte national de violences policières qui se généralisent (Adama, Théo, Curtis, Yassine, Angelo.... la liste est longue), sans parler de la répression, devenue systématique, des mouvements sociaux et de l’état d’urgence permanent (Loi antiterroriste). Lire à ce sujet le rapport d’Amnesty International.
    “Dès vendredi sur le net et samedi dans le journal, nous avons relaté les faits en émettant l’hypothèse d’un raccourci donnée au secours par l’un des blessés.”
    Au début, la VdN n’a émis qu’une seule hypothèse alors qu’il y en avait deux. Samedi déjà à Fives, des “rumeurs” couraient concernant une potentielle mise en cause de la police dans l’accident. La VdN s’est bien gardée d’évoquer les raisons des “incidents” de Caulier, faisant passer tranquillement les brûleurs de voitures pour une bande de barbares inconséquents.
    De plus l’hypothèse du “raccourci”, validée par la police, la préfecture puis le parquet, s’est rapidement révélée bancale. Un point important. L’argumentation de la VdN repose sur le soit-disant témoignage qu’un blessé aurait fait aux secours, en l’occurrence, des CRS et des agents de sécurité de la SNCF.
    Mise en situation : Vous vous mettez à la place de la victime. Vous fumez un joint avec des potes (ouloulou). La police arrive. Vous flippez. Vous cherchez à fuir. Vous avez un accident. Vous perdez deux amis. Vous êtes blessés. Que dites vous aux CRS ? Vous trouvez une excuse du type “raccourci”, ou vous leurs dites que vous avez fui leurs collègues ?
    Sans parler d’une autre possibilité. Il n’est pas dit que les policiers n’aient pas tout simplement menti pour protéger leurs collègues. Il est sur que pour la VdN la possibilité que des forces de l’ordre mentent est inenvisageable, cependant, ne leur en déplaise, c’est déjà arrivé. Leurs victimes font souvent des attaques cardiaques, voire ont une maladie grave qu’ils ignoraient. #AdamaOnOubliePas
    “Nos journalistes ont tenté de vérifier ces rumeurs sans parvenir à les étayer.”
    Les journalistes de la VdN auraient alors tenté de vérifier ces rumeurs sans parvenir à les étayer ? Ont-ils mis les pieds à Fives sans escorte policière ? Parlé aux jeunes du quartier ? Dès le samedi ? Car toutes les personnes au courant de l’affaire étaient unanimes sur la version des faits.
    "Samedi sur le net et dimanche dans le journal, nous avons néanmoins fait part de nos doutes en parlant de “l’étonnante explication du raccourci”.
    Leur scepticisme les honore. Mais pourtant quelques heures plus tard, la VdN relaie, sans la nuancer, la parole du procureur qui confirme la thèse du raccourci et balaie les “rumeurs” et autres “spéculations” des “pourfendeurs de la police” et des “médias libres” avec des guillemets.
    Au lieu de dire dans l’un de leurs articles sur le sujet “Des violences ont eu lieu suite à des rumeurs”, il aurait pu être intéressant, par déontologie, de développer quelles étaient ces rumeurs. Dire, par exemple, qu’elles mettent en cause la police. Mais non. La VdN a préféré les contre-vérités officielles à une vérité de la rue. Pas très étonnant.
    « Le témoin dont parle “Lille insurgée” (votre vidéo) témoigne le visage masqué, sa voix semble déformée.Son témoignage est peut-être digne de foi mais comme nous ne l’avons pas rencontré nous-mêmes, nous ne pouvons pas en être sûrs. »
    En réalité, ce n’est pas très difficile de discuter avec des gens à Fives. De plus, ce n’est pas notre vidéo, mais celle d’un média indépendant, Legacy News. Pour l’anonymat et la voix transformée, il faudra s’adresser à eux. Nous l’avons juste relayé. Mais bon, on est a pas une approximation près. Passons.
    “Tout en donnant la version officielle nous avons pourtant continué notre enquête qui nous a menée jusqu’à Aurélien dont nous avons publié le témoignage sur notre site ce lundi et dans le journal le mardi.”
    LOL. Prix Pulitzer... Ils ont envoyé un gratte-papier au rassemblement de solidarité. Ca va ? Pas trop dure à trouver ? C’était un peu risqué, chapeau. Quelle enquête. Vous avez trouvez l’info sur notre page ?
    Après avoir écrit 4 articles mettant en avant la version policière des faits, l’opinion publique reste sur les premières versions. Il n’y a qu’à lire la multitude de commentaires, en mode “ils l’ont bien cherché”, sous les articles. De plus le témoignage d’Aurélien, dans la version papier, n’occupe qu’une petite place en bas de page au fond du journal. Résultat : la foule des lecteurs de faits divers ne retient que les gros titres et l’hypothèse officielle. Bien joué.
    “Il s’agissait d’un témoignage important pour nous car le jeune homme était sur les lieux. Son témoignage nous paraissant probant et étant recoupé par d’autres sources, nous l’avons donc publié sans problème.”
    Il manquerait plus qu’ils ne l’aient pas publié. Après la merde publiée avant, il faut bien sauver les meubles et revoir la copie. D’ailleurs l’ensemble des articles produits ne sont plus accessibles et chaque lien ramène vers une “chronologie d’un drame en quatre jours” bien expurgée. Heureusement que France 3 a pris le temps de l’interviewer sérieusement. Pour le coup, c’était plutôt un bon boulot de journaliste.
    “La vérité se construit dans la durée. Tant qu’un journaliste ne détient pas de preuves ou/et de certitudes, il ne peut publier que des hypothèses, ce que nous avons fait avant de pouvoir aller plus loin.”
    Attention instant philo... La vérité ? Manifestement, d’après la VdN, ce sont les journalistes qui produisent la vérité au fil de leurs articles. Drôle d’approche constructiviste de la vérité. Désolé mais la vérité existe avant qu’ils impriment leur papier. Et en l’occurence, la VdN s’est bien assise dessus avant de se retrouver le nez dans son caca. D’ailleurs en l’absence de preuves ou/et de certitudes, ils n’ont publié qu’une seule hypothèse. Devinez laquelle ?
    “Il n’en reste pas moins qu’il reste encore une part de mystère sur ces faits. Le principal témoin explique que les jeunes ont repéré des policiers et que pour, les éviter, ils ont donc décidé de prendre ce chemin. Mais il ne parle nullement de course-poursuite, ce qui semblerait accréditer les explications des policiers en patrouille dans le quartier ce soir-là, qui disent ne pas avoir vu les jeunes.”
    Mystère ! Suspens ! Il n’en reste pas moins que ça va être la même histoire que d’hab’. Les flics vont s’en tirer à bon compte. S’il y a un procès, ils seront blanchis. La politique de quadrillage des quartiers, la guerre contre les classes populaires vont continuer à faire des morts que seules leurs familles, leurs proches et quelques “pourfendeurs de la police” pleureront. Et les jeunes continueront de flipper car ce ne sont pas, dans leur grande majorité, des apprentis Scarface imperméables à la peur.
    Oui il n’y a peut-être eu que quatre jeunes ayant eu peur des flics qui ont cherché à fuir par le mauvais chemin. Mais cette sale histoire ne tombe pas du ciel. Aujourd’hui, dans cette situation, voilà ce qu’il se passe dans la tête d’un jeune de quartier populaire. Soit, je prends la fuite en prenant un risque inconsidéré, soit je me frotte aux équipes de choc de la police républicaine. Résultat : je fuis. Cela ne vous rappelle rien ? 2005 Zyed et Bouna...
    Dur à capter pour des journalistes faitdiversiers qui passent leur temps à pomper les infos des autorités pour remplir leur journal de faits-divers anxiogènes. Mais la VdN appartient au groupe Rossel qui n’a jamais fait preuve de modération en la matière. Ni en matière de plans sociaux, hein ?
    Une petite morale ? Que la VdN cherche à se justifier et à répondre à nos accusations montre bien qu’ils ne sont pas clairs sur le traitement de ce “fait-divers”. C’est en soi un aveux. Aveux renforcé par une tentative maladroite de cacher la poussière sous le tapis en rendant inaccessibles leurs articles précédents. Ils ont assuré, une fois de plus, le service de com’ de la police et de la préf’. Rien de très étonnant pour un canard aussi boiteux, au service de la notabilité locale. Ils peuvent se donner des airs de philosophes spécialistes en déontologie journalistique. Il n’y aura que les naïfs pour leur donner du crédit. La question que nous leur posons : l’avez vous fait de bonne foi ? Auquel cas vous êtes des imbéciles. L’avez vous fait délibérément ? Auquel cas vous êtes des ordures. L’un n’excluant pas l’autre, par ailleurs...
    Et au passage, ils nous ont banni de leur Page...

    Depuis quelques semaines, les effets mortels de l’#impunité_policière sont si nombreux que je ne suis pas en mesure de faire le point.

    Justifier les morts, a priori (cf le JDD et son article policier contre la ZAD), et a postériori (cf Rémi Fraisse).
    #police #hécatomberampante #media #rememberZyedetBouna

    • Et aussi :
      Ce qu’il s’est passé vendredi 15 décembre à la cité Saint-Maurice à Fives Lille43000 - mercredi 20 décembre 2017 20:06
      http://lille43000.com/index.php/joomla-fr/en-peignoir/873-ce-qu-il-s-est-passe-vendredi-15-decembre-a-la-cite-saint-maurice-a-

      Nous relayons ci-dessous un texte publié ce matin par le C.R.I.M.E ( https://fr-fr.facebook.com/notes/le-crime/justice-pour-selom-et-mathis/1118772024925643 ) revenant sur l’affaire des jeunes happés par un train vendredi dernier à Lille, dont deux y sont restés. Alors que le parquet contredit formellement la mise en cause de la police, les survivants racontent comment ils ont couru justement pour lui échapper. Leur témoignage est accablant et rappelle la mort de Zyed et Bouna survenue il y a douze ans.

      • Il y a des textes qu’on aimerait ne pas devoir écrire. Vendredi 15 décembre vers 21 heures, quatre jeunes ont été happés par un Train Express Régional (TER) sur la ligne Lille-Calais-Dunkerque au niveau de la cité Saint-Maurice, à la frontière des quartiers de Fives et de Saint-Maurice Pellevoisin. Deux d’entre eux sont morts. Malgré le choc et les blessures, les deux rescapés témoignent. Et démentent dignement la version de la police et de la presse locale.

      Lundi dernier, à 20h45, une centaine de personnes se rassemblent sur la place Degeyter à Fives pour rendre hommage à Selom et Mathis, morts pendant le week-end. Quelques heures plus tôt, le procureur de la République explique que la version d’une course poursuite avec la police n’est qu’une « rumeur » et que les quatre jeunes auraient voulu prendre un « raccourci » le long des lignes SNCF… Les médias – La Voix du Nord en tête – se contentent de relayer cette version. Affaire classée.

      Un accident, vraiment ?
      Pour Ashraf et Aurélien, les deux rescapés que nous avons rencontrés, il ne s’agit pourtant pas d’un accident. Leurs témoignages se recoupent alors qu’ils n’avaient pas encore eu l’occasion de se parler. Ashraf, dans une chambre de l’hôpital Roger Salengro où il est encore en observation pour quelques jours, revient sur les faits : « C’est allé hyper vite, entre trois et cinq minutes. On était assis dans la cité, ils sont entrés à six en uniformes avec leurs matraques. Ils ont couru vers nous, ils voulaient nous attraper. On a eu peur et on est partis en courant ». « Ils », ce sont les nouvelles unités de la police nationales déployées en grand nombre dans le quartier depuis septembre, tout particulièrement autour de la cité Saint-Maurice et de la place Degeyter. Le résultat ? Un net regain de tensions entre jeunes et forces de l’ordre. « Depuis deux-trois semaines, c’est vraiment tendu dans le quartier. »

      « On ne voulait pas se faire éclater encore une fois »
      Pourquoi ont-ils eu peur ? « C’est ceux qui nous frappent tout le temps, pour rien, explique Aurélien, blessé au bassin et au visage et obligé de se déplacer en fauteuil roulant. Encore hier, ils ont frappé quelqu’un. On ne voulait pas se faire éclater encore une fois. Tu sais combien de fois je me suis fait frappé ? Tu sais comment ils m’appellent ? Par mon nom de famille. Ils nous connaissent très bien et c’est toujours la même histoire. La nationale, ils te lâchent seulement quand tu cries et tu pleures... »

      Arrivés sur la voie ferrée, les jeunes ont à peine eu le temps de comprendre. « On a entendu un gros coup klaxon, raconte Ashraf. J’ai volé et je suis retombé plus loin. J’ai vu que les deux autres étaient tombés. Les secours me mettaient des claques pour pas que je m’endorme et m’obligeaient à regarder vers les buissons pour ne pas voir mes potes. Et après je me suis évanoui. Ça a été très violent : quand je me suis réveillé ici [à l’hôpital], je courais encore, dans ma tête, j’étais encore dans la poursuite. » Si Ashraf perd rapidement connaissance, Aurélien se souvient : « C’est un passager du train qui est venu faire les premiers secours et ensuite les contrôleurs et la sécu [la sûreté générale, la police de la SNCF] sont arrivés. » Contrairement à ce qui est dit dans la presse, le groupe de « CRS » arrivé sur place n’intervient pas suite au drame mais semble être celui qui a entrainé toute cette histoire.

      Les flics qui les poursuivaient ont-ils pu savoir ce qu’il leur est arrivé par la suite ? « Quand on a sauté vers les rails, ils étaient à cinq mètres derrière nous », explique Ashraf. Pour Aurélien, c’est sûr, « ils ont vu le train passer deux secondes après nous. Ils nous ont coursés jusqu’au bout. » Concernant la thèse du raccourci relayée dans la presse : « On va pas prendre un raccourci pour aller sur les rails ! s’exclame Ashraf. Un raccourci pour aller où ? »

      Intox
      On se pose donc la question : d’où vient cette version des faits ? Peut-être a-t-elle été recueillie lors d’interrogatoires réalisés le soir même, sur le lieu de l’accident (avec Aurélien) ou à l’hôpital (avec Ashraf), ce dernier ayant dû signer des documents pré-remplis et sans les lire. Au-delà du fait de témoigner contre la police auprès de la police, on imagine aussi ce que signifie ce genre de témoignage lorsqu’on vient de connaitre un traumatisme aussi important. « C’est que hier [lundi 18 décembre] que j’ai vraiment réalisé ce qui s’est passé », _ explique Ashraf.

      On comprend mieux ce qui a entrainé les feux de voitures de ce week-end à Fives. Et pourquoi les versions officielles de la justice, de la police et de la presse ont toujours autant de mal à passer aujourd’hui. L’affaire n’est donc pas classée. C’est tout un quartier qui réclame vérité et justice pour Selom et Mathis.

      Le C.R.I.M.E Lille
      Le 20 décembre 2017 *

      #Lille #Guerre-aux-pauvres #violences #police

    • Même la voix du nord confirme
      http://lavdn.lavoixdunord.fr/285028/article/2017-12-21/la-presence-de-policiers-lille-fives-avant-le-drame-confirmee

      La présence de policiers à Lille-Fives avant le drame confirmée
      Le parquet de Lille a annoncé ce jeudi après-midi l’ouverture d’une information judiciaire pour recherche des causes de la mort, après l’accident de vendredi soir à Lille, où quatre jeunes ont été percutés par un TER. Le parquet indique par ailleurs qu’une patrouille de la Brigade spécialisée de terrain (BST) était passée dans la cour Saint-Maurice peu avant le drame, appelés pour un différend.
      . . . . .
      les jeunes gens avaient pris la fuite en voyant arriver des policiers de la Brigade anticriminalité (BAC), parce qu’ils craignaient « de prendre des coups de matraque » lors d’un éventuel contrôle.
      . . . . .
      Le parquet, lui, indique qu’aucune intervention de police concernant les quatre garçons n’a été enregistrée ce vendredi soir. Cependant, il précise ce jeudi, qu’une patrouille, non de la BAC mais de la BST (Brigade spécialisée de terrain), s’est rendue peu avant le drame à la cité Saint-Maurice, suite à un appel au 17 . . .


  • Depuis 2014, plus de 10 000 personnes en #migration ont perdu la vie en #Méditerranée. Ces morts font la une de l’actualité, mais les approches émotionnelles ou sécuritaires ne suffisent pas à rendre compte de cette #hécatombe suscitée par les
    #politiques_européennes de renforcement des contrôles aux #frontières. Elles contribuent à alimenter le fantasme de « l’invasion ».
    Dans cet espace méditerranéen où se croisent bateaux de pêche et de marine marchande battant pavillons de tous les pays du monde, bâtiments et appareils des garde-côtes, des services douaniers, des armées des différents pays du pourtour méditerranéen ou encore de #Frontex (l’agence de contrôle des frontières extérieures de l’Union européenne), les responsabilités sont diffuses : qui doit intervenir, dans quelle situation et comment ?
    D’autres espaces maritimes européens, souvent méconnus, sont aussi le théâtre de situations dramatiques. Au large du département français de #Mayotte, selon les autorités comoriennes, en 20 ans, au moins 12 000 personnes sont mortes.


    http://www.lacimade.org/publication/morts-et-disparus-en-mer-la-mediterranee-une-mer-devenue-frontiere
    http://entreleslignesentrelesmots.wordpress.com/2016/12/22/mort-e-s-et-disparu-e-s-en-mer


  • All Queens Must Die
    http://www.theverge.com/2016/8/25/12608928/santa-cruz-island-argentine-ants-extermination-nature-conservancy
    Sur l’île de Santa Cruz, au large de la Californie, depuis les années 1980, on a tué des dizaines de milliers de vaches, moutons et cochons (avec snipers néo-zélandais spécialisés dans la traque d’animaux domestiques)...

    The snipers tracked the collared, so-called Judas pigs back to their kind and, only if and when they could destroy a group all at once, opened fire. Any pig left alive, even wounded, would become all the more skittish and difficult to find. It would teach others to fear helicopters overhead.

    ...en plus des colonies d’abeilles, ceci dans le but de faire revenir l’île à son état virginal.
    Maintenant, la dernière espèce invasive à éliminer, c’est la fourmi d’Argentine, et ça a l’air coton.

    Boser needed to poison all the queens at once. If she did that, Santa Cruz would be one step closer to perfection.

    Les questions sur ce massacre viennent à la fin.

    Still, the eradication effort seemed extreme, like a grand experiment in whole system ecology. By trying to turn the island back into what it once was, undoing the human hand with more human hands, where were we going?

    Apparemment le même genre de plan pour « préserver la #biodiversité » (celle-ci justifiant de telles extrémités aux yeux des scientifiques impliqués) a déjà été déployé aux Galapagos avec l’éradication (c’est le terme scientifique) de 80000 chèvres (sur l’île de Santiago seulement, parce que ça a atteint 100000 sur Isabela).
    http://phenomena.nationalgeographic.com/2013/08/09/galapagos-week-when-conservation-means-killing

    The logistical details are fascinating. The first phase, from December 2001 to January 2004, was ground hunting. Researchers recruited locals, many of whom had never hunted before, and taught them how to use hunting dogs, rifles, radios, telemetry and GPS. Then they started the cold and systematic business of killing.

    Puis on retrouve les snipers néo-zélandais.

    [...] The ground-hunting phase of the project killed 53,782 goats. The second phase was three months of aerial attacks, by specialized hunters from New Zealand using semi-automatic rifles.

    Semblerait toutefois qu’il y ait d’autres techniques un peu moins barbares qui existent, genre déplacer ces pauvres bêtes ailleurs.

    “Eradications are simply the most cost-effective approach,” he said.


  • #Hécatombe d’espèces marines dans un #Chili aux eaux plus chaudes
    http://information.tv5monde.com/en-continu/hecatombe-d-especes-marines-dans-un-chili-aux-eaux-plus-chaude

    Pour les scientifiques, derrière la majorité de ces épisodes étranges se trouve le phénomène météorologique #El_Niño, qui touche l’Amérique latine depuis environ un an.

    Il provoque un réchauffement des eaux de l’océan Pacifique, propice à la prolifération d’#algues consommant l’oxygène des poissons ou entraînant une forte concentration en #toxines comme dans le cas de la marée rouge.

    Le #Chili, avec ses plus de 4.000 kilomètres de côtes, a l’habitude d’être confronté à El Niño, qui survient tous les quatre à sept ans en moyenne, mais cette fois le phénomène est plus violent.

    « Nous supposons qu’un facteur commun à tous ces cas de mortalité survenus tant chez les saumons d’élevage dans le sud du Chili que chez les poissons des côtes (les sardines principalement) est l’actuel phénomène d’El Niño, l’un des plus intenses de ces 65 dernières années », a indiqué à l’AFP un panel d’experts de l’Institut de la pêche du Chili (Ifop).

    « L’océan chilien est bousculé et changeant, il y a eu une série d’événements montrant la présence d’un +Niño+ aux manifestations assez diverses », renchérit Sergio Palma, docteur en océanographie de l’Université catholique de Valparaiso.

    Mais les scientifiques citent aussi d’autres facteurs.

    Laura Farias, océanographe de l’Université de Concepcion, soupçonne l’essor de la #pêche d’avoir entraîné les morts de saumons et coquillages.

    « Il y a des études qui indiquent qu’en #Patagonie, la plus forte fréquence de +bloom+ (prolifération d’algues, ndlr) toxique pourrait être une conséquence de l’#aquaculture », explique-t-elle, assurant qu’"il n’y a pas de phénomène écologique, océanographie ou climatique" reliant tous ces incidents.

    Alors que El Niño semble perdre en intensité, permettant aux eaux chiliennes de retrouver peu à peu leur température normale, le pays se rend compte qu’il doit mieux étudier son #océan à l’avenir.

    « Le Chili manque encore d’information sur la #mer », souligne Valesca Montes, spécialiste de la pêche au sein de l’organisation WWF Chili.

    Selon elle, « il faut investir dans l’information océanographique, afin d’être capables de prédire certains événements » et mieux se préparer aux effets du changement climatique.

    #climat


  • La Haute-Savoie lance une opération d’abattage massive de bouquetins
    http://www.lemonde.fr/biodiversite/article/2015/10/08/la-haute-savoie-lance-une-operation-d-abattage-massive-de-bouquetins_4785810

    Seulement la préfecture ne prévoit pas uniquement l’abattage des bouquetins contaminés, mais aussi celui de ceux « non testés séronégatifs en 2015 et ne faisant pas partie du noyau sain constitué ». Cela signifie que des bêtes non dépistées en 2015, pour diverses raisons, seraient également abattues. Resteraient donc 60 à 70 bêtes à la fin de l’opération.

    Selon plusieurs associations de protection de la biodiversité, d’autres solutions préconisées par des experts étaient envisageables pour endiguer la propagation de l’enzootie. « Le préfet préfère la méthode brutale et il risque de diffuser la brucellose au massif voisin des Aravis », prévient Jean-Pierre Crouzat, porte-parole de la Fédération Rhône-Alpes de protection de la nature (Frapna).

    Je me disais que ça ressemblait à la méthode #manche_de_pioche

    Favorables à l’arrêté préfectoral, les agriculteurs de la Fédération départementale des syndicats d’exploitants agricoles (FDSEA) des Savoie ont à l’inverse salué une « sortie de crise ». Ils mettent en avant la « préservation de la santé humaine face à une maladie contagieuse », la « préservation de la filière agricole locale » comme des autres massifs et espèces.

    Sachant qu’aujourd’hui aucun élevage ait été contaminé #on_tue_d'abord_on_réfléchit_après

    • Epidémie de brucellose sur les bouquetins du massif du Bargy
      http://www.haute-savoie.gouv.fr/Politiques-publiques/Protection-et-sante-animale/Veterinaires-et-sante-animale/Epidemie-de-brucellose-sur-les-bouquetins-du-massif-du-Bargy

      Mesures prises par les services de l’Etat contre la propagation de la brucellose

      Dans ces circonstances, afin de limiter les risques de propagation de la maladie, il a été décidé en septembre 2013 :

      d’abattre les bouquetins du massif du Bargy dont la classe d’âge était la plus atteinte et la plus à même d’entretenir la maladie au sein de la population de bouquetins (animaux participant à la reproduction), c’est-à-dire les animaux de 5 ans et plus.
      de poursuivre au printemps 2014 la capture et les analyses sérologiques d’une partie des animaux restants, afin d’évaluer la nouvelle prévalence de la maladie

      233 bouquetins de 5 ans et plus ont été abattus en octobre 2013 dans ce cadre.
      Cette décision d’abattre les animaux les plus âgés a été prise dans un contexte où il n’existe pas de solution alternative satisfaisante. En effet, la vaccination des animaux n’est pas disponible et la détection de l’ensemble des animaux séropositifs est très difficile à mettre en oeuvre en situation réelle.
      Cette décision a été prise suite aux recommandation de l’avis de l’Anses du 4 septembre 2013 qui n’envisage que deux solutions : l’abattage partiel des individus âgés (option retenue en octobre 2013) ou l’abattage total. Dans ses conclusions, elle confirme bien que ces actions d’abattage sont « les plus à même de réduire drastiquement » le risque de contamination.
      Les prélèvements réalisés en 2014 montrent que la maladie n’a pas globalement progressé ni régressé sur l’ensemble de la population mais qu’elle s’est fortement aggravée chez les bouquetins de moins de cinq ans.

      Ségolène Royal, ministre de l’écologie, du développement durable et de l’énergie, a demandé, à la suite des débats du conseil national de protection de la nature tenu à Paris le 20 novembre 2014, que le protocole d’éradication de la brucellose des bouquetins du Bargy intègre les dernières données scientifiques disponibles. Il n’y aura par conséquent pas d’abattage total des bouquetins du massif du Bargy dans les jours qui viennent. Un nouveau protocole sera élaboré,conformément à la stratégie d’assainissement que la ministre a demandé de mettre en oeuvre avant la prochaine estive.

    • « L’abattage massif des bouquetins du Bargy est contre-productif »
      http://ecologie.blog.lemonde.fr/2015/10/09/labattage-

      L’abattage des bouquetins se poursuivait, vendredi 9 octobre, dans le massif du Bargy, en Haute-Savoie. En cause : le caprin, espèce protégée depuis 1981, est accusé par les éleveurs de contaminer leurs bêtes à la brucellose, une maladie infectieuse qui a resurgi dans le département en 2012, alors qu’elle y avait été éradiquée en 1999. Environ deux tiers du cheptel vont être euthanasiés, soit quelque 230 bêtes, en application d’un arrêté préfectoral du 16 septembre qui vise à constituer « un noyau sain parmi la population des bouquetins du Bargy ». La préfecture prévoit l’abattage des bêtes contaminées (qui représentent 40 % du cheptel), mais aussi de certaines qui n’ont pas pu être dépistées en 2015. Seulement 75 à 80 animaux devraient être épargnés.

      Une opération dénoncée par les scientifiques, notamment François Moutou, vétérinaire et épidémiologiste retraité, qui a fait partie, ces trois dernières années, à deux groupes de travail de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation et de l’environnement (Anses), à l’origine de plusieurs rapports assez critiques sur les abattages massifs, dont le dernier publié en juillet 2015. Entretien.

      Je ne discute pas la nécessité d’éliminer des bouquetins contaminés, mais le fait de tuer l’ensemble du cheptel, ce qui est inutile et même contre-productif. L’opération d’octobre 2013 a conduit à une aggravation de la situation. Les tests menés au printemps 2014 ont montré que 43 % du cheptel était désormais contaminé, contre 36 % auparavant. Surtout, toutes les classes d’âge sont concernées, y compris les jeunes. L’abattage massif, en supprimant les mâles adultes, a permis aux jeunes jusqu’alors dominés d’accéder aux femelles, ce qui les a contaminés à leur tour.

      En vidant le Bargy, on risque également de contaminer les massifs alentour, notamment celui des Aravis. Les bouquetins sont des animaux sociaux, qui se déplacent beaucoup, particulièrement en période de rut. En éliminant les grands mâles du Bargy, on augmente les chances de voir des mâles environnants rejoindre les femelles survivantes.

      http://seenthis.net/messages/290818

    • Il y a toujours des interactions et des liens entre les êtres vivants et leur milieu naturel qui ne s’organisent pas à l’échelle de nos connaissances restreintes. Si la sauvegarde de cette vie pouvait être pensée comme primordiale, tendre à la la préservation de cet équilibre le serait également. Le programme serait simple : préservation des espaces sauvages, des passages nécessaires au travers de nos modernités (routes etc), du nombre d’animaux, de leur non interaction avec les animaux d’élevages. Il est inutile de détruire un élément d’un ensemble écologique en espérant sauver son système alors qu’on en contraint une réorganisation parfaitement hypothétique. Faut-il vraiment citer tous les exemples qui le prouvent ? Il n’y a vraiment que des rouages administratifs bornés par le profit économique pour cracher une solution de tuerie, solution ultime cruelle qui sonne symboliquement l’échec de cette politique austère et mortifère, profondément injuste et parfaitement inutile.

    • Les opérations d’abattage de bouquetins dans un massif des Alpes françaises, décidé pour éviter la propagation aux élevages d’une maladie, vont être suspendues en attendant un recours en justice qui doit être examiné le 19 octobre, a affirmé dimanche la Fondation Nicolas Hulot.

      ...

      L’opération d’abattage avait commencé jeudi pour deux jours, une « première étape » au cours de laquelle 70 bouquetins ont été abattus.

      http://www.liberation.fr/societe/2015/10/11/bouquetins-suspension-de-l-abattage-en-attendant-une-decision-de-justice_

    • Un article pour faire accepter l’idée qu’il n’y a pas de solution autre que l’abattage ?

      Haute-Savoie : « On connaît nos vaches par leur prénom. Peuvent-ils en dire autant des bouquetins ? »
      http://www.francetvinfo.fr/monde/environnement/haute-savoie-on-connait-nos-vaches-par-leurs-prenoms-peuvent-ils-en-dir

      Pour Jean-Pierre Crouzat, porte-parole de la Fédération Rhône-Alpes de la protection de la nature (FRAPNA), cette méthode n’est pas la bonne : « Cela peut paraître séduisant, mais ça ne marche pas. L’abattage de 2013 a bien montré son inefficacité. » Les tirs massifs pourraient pousser les bouquetins du Bargy à se déplacer vers le massif des Aravis, tout proche, et empirer la situation.

      Lui préconise plutôt de capturer les animaux, les tester grâce à un dispositif in situ déjà expérimenté, puis relâcher les individus sains et euthanasier les bouquetins contaminés. Irréalisable, tranche Jean Hars : « Ça veut dire approcher les animaux à moins de 20 m. C’est impossible de tous les capturer ! » Pour le vétérinaire responsable du dossier, « si on demande l’abattage, ce n’est pas par plaisir. C’est la solution la plus faisable ».

    • « On connaît nos vaches par leur prénom. Peuvent-ils en dire autant des bouquetins ? »

      Je trouve ce titre très éclairant.
      pour ma part, je lis dans le mépris perpétuellement affiché par les divers acteurs de la filière carniste - des éleveurs aux consommateurs - envers les oppositions et les critiques un phénomène similaire à celui que... Jocelyne Porcher, qui n’est elle même pas avare d’un semblable mépris, a observé au sein des employés d’un même abattoir, mépris, hiérarchie, qui sépare radicalement les « tueurs » des « non-tueurs ».

      Qui tue ou accepte que l’on tue pour manger semble se tenir pour participant magiquement d’une connaissance supérieure de la vie - et considère qu’à ce titre, qui refuse cela se tiendrait irrémédiablement en deça d’une compréhension à laquelle seule l’acceptation de la pratique de la mise à mort donnerait accès. ( Quand Porcher parle des souffrances des employés des abattoirs dans un article de sociologie sur la souffrance au travail, elle emploie le terme de « mise à mort », elle parle de tuer. Mais quand elle s’en prend aux opposants à l’élevage, dans une presse plus généraliste, - ou quand les défenseurs de l’élevage reprennent et promeuvent son discours - c’est pour laisser entendre que ces derniers doivent avoir un problème ... avec « la mort qui fait partie de la vie ».
      Il est vrai que la mise à mort, elle, relèverait plutôt d’autre chose.
      Il y a un double discours, et des choses dont les carnistes, pour reprendre le concept forgé par Mélanie Joy, ne parlent qu’entre initiés .

      mais c’est un sujet sur lequel je compte revenir tôt ou tard ;



  • 80 vaches décédées à cause d’un « incident »
    http://www.planeteanimaux.com/sujet/2015/05/06/80-vaches-decedees-a-cause-dun-incident/004842

    photo-damien-lepetitgalandC’est l’intégralité d’un troupeau de vaches laitières de race prim’holstein, installé dans un pré à Bussy-Albieux (Loire), qui a trouvé la mort dans la nuit de dimanche à lundi à cause d’un « problème technique ». Les éleveurs concernés se plaignent d’avoir tout perdu… économiquement parlant…