• Etudier la culture du #viol dans la #littérature : entretien avec Roxane Darlot-Harel – ⋅ lecture ⋅ culture ⋅ genre ⋅ littérature ⋅
    https://womenandfiction.blog/2017/07/27/etudier-la-culture-du-viol-dans-la-litterature-entretien-avec-roxane-darlot-harel/#more-6999

    – J’ai travaillé en deuxième année de Master (2015-2016) sur « la culture du viol dans la littérature libertine du XVIIIe siècle » ; à force de lire des romans libertins (puisque je travaillais sur Crébillon et Vivant Denon en première année), je me suis rendu compte d’une constante, et j’ai voulu la mettre en lumière : les relations intersexuelles dans cette littérature (c’est-à-dire les relations entre les sexes, puisqu’on reste essentiellement dans un paradigme hétérosexuel) se construisent toujours sur une esthétique de la violence dans laquelle les femmes étaient des proies qui disaient « non » et les hommes des prédateurs qui cherchaient à mettre ces proies dans leur lit, et on veut nous faire croire que les femmes sont, dans l’histoire, manipulatrices, hypocrites, nymphomanes, tandis que les hommes sont finalement victimes de cette sensualité perverse féminine. Il s’agit en fait de faire penser au lecteur que, dans les relations sexuelles libertines, les femmes qui disent « non » veulent toujours dire « oui » mais ne peuvent pas à cause des convenances, et il s’agit donc de discréditer systématiquement la parole féminine : on ne peut pas croire les femmes, ces créatures assoiffées de sexe. Les femmes sont toujours coupables, même si stricto sensu, dans le texte, on lit un viol… ce qui rappelle étrangement les tendances actuelles à faire culpabiliser les victimes de violences sexuelles, à croire l’agresseur plus que la victime.

    Il m’a donc semblé intéressant de mobiliser le concept ultra-contemporain de « culture du viol », ce qui n’avait jamais été fait auparavant dans la recherche, pour aborder cette constante de la littérature libertine (française, mais pas seulement) au XVIIIe siècle, et pour montrer en quoi nos conceptions sont, au XXIe siècle, largement héritées de cette période et de cette littérature. Car si la littérature libertine n’a pas inventé la domination masculine, le viol ou les violences sur les femmes en général, elle a largement contribué à modeler, cristalliser, orienter notre pensée.

    Cela conduit, encore aujourd’hui, à interpréter des textes libertins écrits par des hommes sur les femmes, et mettant en scène des violences d’hommes sur des femmes, comme la description rose, idéale, froufrouteuse, de relations consenties et heureuses entre des hommes et des femmes libres de toutes conventions : il suffit de voir les expositions consacrées au XVIIIe dans les musées aujourd’hui pour se rendre compte que le #libertinage est constamment envisagé comme quelque chose de beau, de doux, où la violence demeure une esthétique (et encore, quand on parle de violence) qui ne revêt aucune substance réelle. C’est contre ces préjugés faux que j’ai voulu m’élever dans mon mémoire, car il m’est apparu qu’idéaliser le XVIIIe était, non seulement dangereux, mais aussi contre-productif pour comprendre l’époque dans laquelle nous vivons.

    #culture_du_viol #domination_masculine #hétérosexisme

    • Aussi, je ne pense pas que le concept de culture du viol soit militant (ou s’il l’est, il ne devrait pas l’être car je le vois comme quelque chose d’objectif), puisque j’ai cherché par tous les moyens possibles à le fonder sur mes analyses. Pour être plus exacte, je ne veux pas que ce concept soit militant : je veux qu’il devienne un outil d’analyse crédible et irréprochable. Bien évidemment, il m’a fallu me prémunir du reproche qu’on aurait pu me faire de n’être pas dans les clous de la recherche, car il demeure assez évident que je suis féministe, mais j’ai eu la chance d’avoir un directeur et un second membre de jury tous les deux féministes et sensibles à ces questions : j’ai pu me contenter de brefs avertissements au début de mon mémoire et de définitions assez neutres indépendantes des mouvements féministes en présence actuellement.


  • Claude François :

    J’aime les filles jusqu’à 17-18 ans, après je commence à me méfier. Dieu si j’ai des aventures au delà de 18 ans, bien sûr, heureusement. Mais après 18 ans, je me méfie parce qu’elles commencent à réfléchir, elles sont plus naturelles. Cela commence même quelque fois avant.

    #amour #hétérosexisme #misogynie #citation #âgisme #sexisme #domination_masculine #grand_homme #prédation #domination #pédophilie

    • J’ignorais.

      Sinon, Luc Besson (« mais c’est légal ») :
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Luc_Besson

      C’est lors de cette cérémonie qu’il rencontre la jeune Maïwenn Le Besco, âgée de 15 ans.

      En 1992, il se marie avec Maïwenn, de 17 ans sa cadette. À l’époque, le mariage pour les mineurs de plus de 15 ans était autorisé en France avec l’accord des parents. Elle donnera naissance quelques mois après leur mariage, le 3 janvier 1993, à la deuxième fille du cinéaste : Shanna.

      Relation dont Besson dit avoir tiré le scénario de Léon, qui prévoyait que Mathilda, 12 ans, se donnait à Léon « parce qu’il le mérite » :
      http://followatch.fr/leon-luc-besson-jean-reno-natalie-portman

      4. LA PREMIÈRE VERSION DU SCÉNARIO INCLUAIT DES SCÈNES D’AMOUR ENTRE MATHILDA ET LÉON.

      Elles ont été supprimées à la demande des parents de Natalie Portman. Dans la version sortie en salles aux Etats-Unis, les scènes qui pourraient passer pour de la “tension sexuelle” entre la fillette et le tueur ont également été supprimées après des projections-test désastreuses.

      (Tu te rends comptes, ces ricains… choqués par des scènes de « tension sexuelle » entre une gamine de 12 ans et un homme de 46 ans…)

    • La scène qui circule sur le Web, et qui serait la première version du script :

      The Professional – Version 1 Script | Az eredeti forgatókönyv
      http://the-professional.uw.hu/Version_1_Script.html

      Léon gets to the window and looks out. Something changed in Léon. He’s tired by all this, maybe. He sits on the chair. Mathilda’s walkman is on. He hesitates, then eventually puts on the headphones. It’s a sweet, almost classical music. Very beautiful, like the arriving Mathilda. She wears the dress Léon offered her, she is made up. She looks 20-year-old. Léon’s mouth is open. She smiles and heels down before him. He gets off the headphones.

      […]
       

      Mathilda smiles and stands up. She gets in the kitchen. Léon feels weird, like he was falling in a trap, without being able to do anything. Mathilda comes back with a glass of milk she hands to Léon. She lowers the tents to dim the strong sunlight. Mathilda heels down in front of him. Léon doesn’t dare moving any more.

      […]

      MATHILDA (sweetly)

      I love you, Léon…. Totally. It’s the first time I feel it that strong. It’s also the first time I trust a man. I trust you.

      She caresses his hand.

      …I love your hands….

      (pause)

      Léon…in your hands…I’d like you to be my first lover.

      Léon retracts his hand and finishes the milk. He looks at Mathilda with as much sadness as happiness. By a fingertip, Mathilda takes the milkdrop on Léon’s lips and gets it in her mouth. Léon is going to cry.

      […]

      MATHILDA

      Why? Did you have too many and you fear it may shock me? I won’t get shocked. I’m used to this! My father was a real pig. He fucked the bitch I’d as mother all around the apartment. Whenever a door was closed, you could be sure they were having sex behind it! And my sister, if you didn’t sleep with her, you’re the building’s exception!

      LÉON

      Stop, Mathilda! Don’t talk like that!

      Mathilda’s going to cry.

      MATHILDA

      I talk because you don’t talk, Léon. I declare my love and you say nothing. That’s why I’m nervous and I can’t stop talking. Tell me you love me, or you don’t love me, or you love someone else. … But tell me something.

      […]

      LÉON

      …Yes. The day he got out of jail. I allowed him to make ten steps…not more. And bang. Two hundred meters. By telescope. That night, I left my country and came here, to join my father, who worked for Tony. … I was 17. Since then, I’ve never left the city…and never had another girlfriend….

      Léon sweetly looks at her.

      …You see, I wouldn’t be a good lover, Mathilda.

      MATHILDA

      Léon, I don’t know life very much…I just know I love you…. And love is stronger than anything else.

      Léon is more and more nervous, like a child.

      LÉON

      Maybe…sure…. But…I’m scared, Mathilda.

      Léon cries. Mathilda caresses his face.

      MATHILDA

      Don’t fear, Léon. You mustn’t fear love, when it’s this beautiful.

      She caresses his chest.

      I want you to be the first to touch me…. The first to make love with me. Nobody before you.

      She stands up and modestly gets off her briefs without taking off her dress. Léon cries, unable to oppose her. Mathilda is too young, but she’s also too beautiful and lovely and sweet and tender…. She sweetly, very sweetly, gets on him.

      LÉON (crying)

      Why me, Mathilda, why me?

      Mathilda leans over to speak in his ear.

      MATHILDA

      …Because you deserve it, Léon….

      Léon embraces her. He’s full of happiness, shame, so many emotions, he can’t control very well. But, hell, how beautiful it is seeing them sweetly making love.

    • http://www.lejdd.fr/culture/people/le-megot-et-les-enfants-caches-de-claude-francois-3572222

      Isabelle Catélan a pris la rédaction en chef de Podium un an et demi après la mort de Claude François, héritant de toutes les notes et de l’agenda de la star qu’elle va publier ces prochains jours chez Michel Lafon sous le titre Claude François, ses notes confidentielles. Elle parle d’un artiste déifié, harcelé par ses fans, qu’il mettait aussi en scène dans Absolu, son magazine de charme… « Il n’était pas le seul chanteur à coucher avec ses fans. D’autres, toujours en activité, le faisaient aussi. Mais lui a eu la naïveté d’en parler. »


  • [Ahwahnee] Projection de « Born in flames »
    https://grenoble.indymedia.org/2018-01-10-Ahwahnee-projectino-Born-in-flames

    Dyptique de regard feministes, projection de film de fiction : « Born in flames » le 12 janvier et « Baise-moi » le 19. Les projections seront précédée d’un repas végan et sans gluten repas 20h projection 21h Synopsis : Born in Flames est un film de science-fiction américain, réalisé par Lizzie Borden, sorti en 1983, qui explore le racisme, le sexisme et l’hétérosexisme dans une démocratie socialiste américaine alternative1. L’intrigue implique deux groupes féministes à New York, chacun des groupe (...)

    #Agenda


  • Quand une femme garde son nom de jeune fille, son mari serait considéré comme « moins masculin » - Biba
    https://www.bibamagazine.fr/lifestyle/societe/quand-une-femme-garde-son-nom-de-jeune-fille-son-mari-serait-considere-

    Cela fait partie de la tradition qui entoure le mariage : l’épouse abandonne son patronyme pour adopter celui de son mari. Mais la règle, pas vraiment en adéquation avec les courants féministes de notre époque, est de moins en moins suivie par les femmes. En effet, les jeunes mariées conservent plus que jamais leur nom de jeune fille après leur passage devant l’autel, selon une récente étude menée par les chercheurs de l’université du Nevada. La société pourrait se contenter de saluer ce mouvement général d’émancipation, mais étonnamment, ce sont les hommes qui en sont tenus responsables et qui en font les frais. On explique : les recherches (baptisées « Sex Roles », comprenez les rôles assignés à chacun des sexes) se sont ciblées sur la perception qu’a autrui des hommes dont les épouses ont choisi de garder leur nom de famille. Et les conclusions montrent que les clichés ont la vie dure : ces époux en question sont majoritairement considérés comme étant « moins masculins » et comme « ayant peu de pouvoir » dans le mariage. En résumé, ils ont perdu une part de virilité en n’ayant pas su s’opposer au choix (irraisonné, évidemment !) de leur tendre moitié. Mais bien sûr...
    Le « sexisme hostile »

    Pour obtenir ces résultats, l’équipe scientifique a soumis des sondages en ligne à des étudiants basés aux États-Unis et au Royaume-Uni. Chacun a dû réagir au scénario suivant : une jeune femme hétérosexuelle choisit de ne pas changer de patronyme après s’être mariée. Et comme on l’a dit, les conséquences de cette décision hypothétique impactent de manière inexpliquée le conjoint, alors vu comme « manipulable », « réduit au silence » et sans pouvoir de décision dans le couple. De précédentes études ont montré que l’épouse qui prend cette décision ne passe pas non plus outre les jugements : elle est considérée comme plus ambitieuse, plus stricte et plus puissante. Rachael Robnett, auteure de l’étude faite par l’université du Nevada, précise que ces termes sont d’ordinaire plutôt associés à des hommes. Selon elle, les personnes qui font ce genre de raccourcis (débiles, sans aucun doute) sont des « sexistes hostiles » : « Des études précédentes ont permis de dire que les gens qui font preuve de sexisme hostile ont des opinions négatives sur les femmes qui bousculent la répartition traditionnelle des rôles entre les sexes. [...] Ces mêmes personnes ont visiblement des avis bien arrêtés également sur les maris de ces femmes ».

    Le sujet n’évoque pas la perception qu’ont les sexistes des hommes qui prennent le nom de leurs conjointes lors du mariage.

    #domination_masculine #hétérosexisme #nom #mariage #symbole #pouvoir #virilité #amour


  • Mon propre guide d’écriture inclusive · Boris Schapira
    https://borisschapira.com//2017/10/mon-propre-guide-d-ecriture-inclusive

    Cet article me servira de note à moi-même ou d’explication vers laquelle pointer si j’ai besoin d’expliquer ma façon de procéder.

    Lorsque le masculin et le féminin sont présents, les ordonner selon l’ordre alphabétique «  l’égalité femmes-hommes  ».
    Utiliser l’accord de proximité : «  les auditeurs et les auditrices ont été appelées à s’exprimer  ».
    Exprimer tous les mots s’ils ont plus d’une ou deux lettres de différences, le point médian sinon : «  les acteurs et les actrices  »  ; les «  salarié·e·s  ».
    Utiliser «  humains  » plutôt que «  Hommes  » pour désigner l’humanité  ; utiliser «  les femmes  » plutôt que «  la femme  » pour parler des femmes autrement que dans leurs sensualités.

    Commencer par ça…


  • Marie Pezé : « Les #violences sexuelles et sexistes sont dans le socle de notre société » - Page 2 | Mediapart
    https://www.mediapart.fr/journal/france/120516/marie-peze-les-violences-sexuelles-et-sexistes-sont-dans-le-socle-de-notre

    Pionnière des consultations hospitalières de souffrance au travail, la psychologue clinicienne et psychanalyste Marie Pezé assiste depuis des années à la flambée des violences sexuelles et sexistes faites aux femmes. « Nos #femmes en France sont piégées par notre organisation du travail taillée pour les hommes par les hommes. Certes, il y a le #sexisme et les #agressions sexuelles. Mais c’est la partie médiatisée. Au-dessus, il y a le #viol, en dessous, il y a la #discrimination de système à l’œuvre au quotidien. Ces violences sont dans le socle de notre société. Tant que cette infériorisation du destin des femmes ne sera pas attrapée à bras-le-corps, nous ne réglerons rien », alerte cette experte reconnue de la maltraitance dans l’entreprise. Entretien.

    • Mdp.- Il est très difficile de cerner l’ampleur du phénomène des violences sexuelles et sexistes faites aux femmes au travail. Il n’existe quasiment pas de statistiques car très peu de femmes portent plainte. Et quand elles le font, c’est un véritable chemin de croix. En 2014, une enquête du défenseur des droits réalisée par l’Ifop révélait qu’une femme active sur cinq était confrontée à une situation de harcèlement sexuel au cours de sa vie professionnelle. Mais la seule vraie étude en France sur les violences sexuelles faites aux femmes remonte à 2009 et porte sur la Seine-Saint-Denis où 5 % des femmes salariées déclarent avoir été victimes d’agressions sexuelles ou de viol au travail, toutes catégories socioprofessionnelles confondues. Qu’en est-il dans votre réseau de consultations de souffrance au travail ?

      M.P.- 80 % des femmes en situation de souffrance au travail que je reçois ont subi un ou plusieurs des cinq facteurs suivants : une discrimination de système, du harcèlement sexiste ordinaire, du harcèlement sexuel, des agressions sexuelles et certaines des viols.

      Mdp. - C’est énorme !

      M.P. - C’est consubstantiel à l’organisation du travail en France. Ce n’est pas que les hommes sont tous tordus ou pervers. C’est notre organisation du travail qui place les femmes en situation de fragilité.

      Mdp. - Comment la division sexuelle du travail et nos rapports sociaux entre les sexes sont-ils devenus le terreau des violences sexuelles et sexistes faites aux femmes ?

      M.P.- Notre organisation du travail a été élaborée par des hommes à l’époque où ils avaient la maîtrise du dehors pendant que les femmes étaient dedans, à s’occuper de la sphère domestique. Les métiers ont été édifiés par les hommes, pour des hommes débarrassés de la charge domestique, des enfants, du foyer par les femmes. Nous sommes, par rapport aux autres pays d’Europe, le pays où les femmes travaillent le plus – 80 % des femmes entre 24 et 53 ans sont au travail – sauf que tendanciellement, elles occupent des emplois à temps partiel pour pouvoir continuer à s’occuper des enfants et des emplois peu qualifiés comme ces boulots avec des horaires très décalés, notamment les femmes de ménage qui ont quelques heures le matin, quelques heures le soir et rien la journée. Et dans l’attribution des métiers suivant les sexes, on leur destine les métiers de prise en charge de la saleté, du “care”, du soin, des enfants, des vieillards, des malades, de la mort. Ce sont des métiers où on leur attribue des compétences féminines naturalisées, où la femme de par ses “gènes” saurait s’occuper de la maison, des enfants, des gens qui vont mourir. Car cela serait sa nature. Et comme c’est sa nature, on n’attend pas d’elle des qualifications et on ne la paie pas très cher.

      Cette organisation des métiers – où statistiquement les postes de décision et de conception sont répartis chez les hommes et ceux de subordination, d’exécution des tâches les plus déqualifiés chez les femmes – constitue la première grande discrimination de système dans laquelle nous vivons. Sans oublier qu’en France – contrairement aux pays anglo-saxons comme les États-Unis, le Canada, l’Angleterre, où l’on quitte le travail à 17 h 30 –, le travail est encore organisé au masculin neutre. Les hommes doivent prouver leur engagement vis-à-vis de l’entreprise par une présence virile, guerrière, un sur-présentéisme. La femme qui tente de jouer l’équilibre entre vie privée et professionnelle va être pointée du doigt : “on ne vous donne pas ce poste, on ne vous embauche pas parce que vous êtes en âge de faire des enfants et vous allez être absente”, “vous partez à 18 heures, vous prenez votre après-midi ?”. On est dans ce climat.

      Les femmes qui sont entrées sur des postes occupés par des hommes autrefois ont vu ces métiers perdre en notabilité, comme en médecine ou dans la magistrature. Chaque fois que les femmes pénètrent en force un champ professionnel, comme par hasard, les hommes quittent ce secteur. Et chaque fois que les femmes entrent dans des champs typiquement masculins – pompiers, armée, gendarmerie, police, BTP, etc. –, quelles épreuves elles doivent endurer ! Pour être acceptées, elles doivent neutraliser leur féminité. On se souvient tous de Michèle Alliot-Marie, ministre des armées, toujours en tailleur pantalon, avec un minimum de maquillage. On ne peut être coquette et féminine. Toutes les femmes cadres qui entrent sur des postes de direction passent à la moulinette d’une féminité de surface de bon aloi. Car dès qu’elles grimpent, elles prennent le risque d’être accusées : “t’as eu ta promo, car t’as baisé avec le chef ?” Toute la société met à l’œuvre une communauté de collusion, de complaisance envers les pulsions de ces messieurs qui seraient incontrôlables ; c’est aux femmes de se tenir. Jusqu’à se cacher complètement dans certains pays car elles portent le sexuel ; elles devraient donc couvrir le sexe, pour ne pas attiser les hommes.

      Mdp. - C’est donc notre société tout entière qui fait le lit de ces violences ?

      M.P. - La France est un pays très sexiste. L’histoire du travail s’écrit au masculin. Même si la loi l’interdit, les femmes sont encore payées 25 % de moins que les hommes. Les métiers y sont répartis entre hommes et femmes, quand bien même les Françaises occupent désormais tous les champs professionnels. Je fais partie des rares “psys” qui parlent de la division sexuelle du travail et du sexisme ordinaire depuis des années puisque c’est consubstantiel au socle théorique de la psychodynamique du travail. Je parle systématiquement de cela dans mes formations. Dans le cadre d’une formation aux risques psychosociaux, j’ai eu à former les représentants du personnel d’une entreprise de l’audiovisuel. Parmi eux, beaucoup de femmes, qui applaudissaient mon discours car, dans votre métier de journalistes, ce n’est pas simple d’être une femme. Pause pipi. Je vais aux toilettes et découvre un dessin accroché au-dessus de la cuvette : « Merci de laisser ce lieu propre par respect pour la personne qui l’a nettoyé. » Sauf que ce dessin montre une soubrette en bikini, avec une coiffe sur la tête et une allure extrêmement aguicheuse. Je décroche le panneau et le rapporte en formation en lançant aux participants : « Vous voyez contre quoi nous nous battons ? » Alors qu’on parle du respect des boulots déqualifiés, on le représente, et pas par hasard, par une femme et en bikini… J’apprendrai plus tard que c’est une femme musulmane pratiquante qui nettoie ; vous imaginez comme elle se sent respectée devant une telle représentation ? Ces violences sont dans nos murs, ancrées en nous.

      Mdp. - Comment naissent les violences sexuelles et sexistes au travail ? Y a-t-il des femmes plus exposées que d’autres ?

      M.P. - Les femmes occupent, dans la division sexuelle du travail, en majorité des postes de subordination ; elles sont donc, dans le contrat de subordination, soumises par essence à l’abus de pouvoir. Ce peut être le harcèlement moral, où l’on martyrise quelqu’un ; mais dès que c’est une femme, cela peut aller sur le terrain du harcèlement sexiste et/ou sexuel. Ajoutons à cela le fait que beaucoup de femmes sont en situation de monoparentalité, ce que l’on appelle en sociologie un levier de soumission. Ces femmes-là, qui doivent à tout prix garder un boulot, vont tout accepter du côté du harcèlement moral mais aussi sexiste, sexuel. Tout cela n’arriverait pas si nous avions su préserver le vivre-ensemble dans le monde du travail. À force de “benchmarker” les salariés, de les faire tourner en CDD, de consacrer l’évaluation individuelle, on a accentué la perte de solidarité et la peur de perdre son emploi. Cela aboutit à la flambée de toutes les formes de maltraitance, y compris celle-là. Comment remettre à sa place un patron qui vous envoie des SMS de plus en plus chauds, vous fait revenir la dernière semaine d’août quand tout le monde est en vacances et vous bascule sur un bureau ?

      C’est l’histoire d’une de mes patientes. Assistante de direction, elle repousse son employeur qui avant elle a usé 22 assistantes en deux ans, ce qui montre bien qu’il avait l’habitude d’essayer. Avec beaucoup de courage et parce qu’elle élève seule ses deux filles, elle retourne après coup le voir pour lui dire qu’il l’a mise de par son comportement dans une situation difficile. Elle a le malheur de finir en lui disant : « Vous savez, il y a maintenant une loi. » Il le prend comme une menace. À partir de là, il ne tente plus rien sexuellement mais il la harcèle moralement. Elle raconte son calvaire au médecin du travail, mais c’est un homme, en outre il est gêné aux entournures car il est le médecin de cette salariée, mais aussi le conseiller du chef d’entreprise. Comment vais-je faire pour alerter l’employeur, qui est l’agresseur sexuel ? se demande le médecin. Pris dans son tourment, et pensant se faire entendre à demi-mot, il fait un mail : « Je vous signale du harcèlement sexuel dans l’entreprise. » Le patron comprend que la secrétaire s’est plainte. Il redouble de harcèlement moral. Elle se plaint à la comptable, qui ne veut pas l’aider si elle porte plainte car elle veut garder son boulot. Il y a toujours cette coalition du silence. Et comme dans toutes les formes de maltraitance, dans ce pays où le chômage est endémique, et où la peur de perdre son travail fait des ravages en termes de perte de solidarité, la femme se retrouve seule. Commencent les rumeurs : “Ah ben elle n’avait qu’à ne pas être jolie, à faire attention à comment elle s’habille.” C’est donc très compliqué. Vous avez la discrimination de système, qui conditionne les rapports homme-femme dans la société, la “pulsionnalité” au sens freudien du terme où la masculinité doit se construire sur une position assez active et même agressive du côté de la séduction. Ce sont des hommes qui n’ont pas construit leur masculinité correctement et qui ont besoin d’inférioriser une femme.

      Mdp. - Lorsque des violences sexuelles envers une femme sont connues, très souvent, on individualise, on isole les cas, les histoires, on convoque l’interpersonnel pour ne pas regarder en face ce qui relève d’une discrimination organisée par notre système, notre culture. Pourquoi ?

      M.P. - Parce que c’est très dérangeant. En France, il y a une omerta, une connivence masculine, mais aussi une connivence des femmes entre elles, contre celles par qui le scandale arrive – le scandale étant de dénoncer les violences sexuelles et sexistes dont on est victime. Lorsqu’elles sont la cible de harcèlement sexuel, les femmes ne rencontrent aucune solidarité chez les autres femmes. On retrouve dans la bouche de ces dernières les mêmes stéréotypes utilisés par les hommes. “Elle n’avait qu’à pas s’habiller comme ça”, “elle n’avait qu’à le gifler”, “elle n’avait qu’à le dire plus tôt”. Or les victimes ont souvent parlé, elles se sont confiées à des collègues ou à des supérieurs hiérarchiques quand ceux-ci étaient des femmes ; mais comme c’est sexuel, comme dans les affaires de pédophilie ou d’inceste, personne ne bouge, car c’est gênant d’en parler, on ne sait pas par quel bout attraper cela, où commence la gaudriole, la drague, et où cela se termine. J’ai été choquée par le tweet de Myriam El Khomri disant que le harcèlement sexuel n’était pas seulement l’affaire des hommes politiques, que ça arrivait aussi dans le monde du travail ; comme si le travail des hommes politiques, ce n’était pas du travail. Même dans la tête de notre ministre du travail ! C’est incroyable, la confusion dans laquelle nous baignons. Ainsi, en politique, on ne serait pas subordonné au code du travail ni au code pénal !

    • J’ai été choquée par le tweet de Myriam El Khomri disant que le harcèlement sexuel n’était pas seulement l’affaire des hommes politiques, que ça arrivait aussi dans le monde du travail ; comme si le travail des hommes politiques, ce n’était pas du travail. Même dans la tête de notre ministre du travail ! C’est incroyable, la confusion dans laquelle nous baignons.
      Ainsi, en politique, on ne serait pas subordonné au code du travail ni au code pénal !

      Doit-on extrapoler en affirmant qu’aucun code (qu’il soit du travail ou pénal) ne tient bien longtemps face au #pouvoir du #patriarcat ? Que dans une relation de subordination dominant-dominée, le #droit_de_cuissage est implicitement inclus ?

    • @sombre il y a des réponses à tes questions dans le dernier texte de Crèpe Georgette.
      https://seenthis.net/messages/638168
      et voire #Dworkin pour allé plus loin.

      La sexualité est construite sur l’idée de pénétration associé à la domination. C’est tellement encré dans les esprits qu’on utilise ce vocabulaire pour parlé de la défaite et de l’humiliation. "Se faire baisé" et tous les dérivés n’est pas une perspective réjouissante dans le langage. Les hommes cis-hétéros expriment à longueur de temps leur impénétrabilité. D’ailleurs quant les gens veulent parlé de sexualité pour dissimulé l’aspect oppressif de celle ci, illes disent "faire l’amour". L’amour servant de cache sexe ou cache oppression, car c’est par amour que les femmes acceptent de se faire baiser au risque de tomber enceintes (et toutes les conséquences que ca implique pour les femmes) et se tapent 80% des corvées domestiques...

      ceci me rappel aussi cet excellent texte de Vilaine : "Les hommes qu’on aime, leur « féminisme », notre défaite"

      https://seenthis.net/messages/477997

      #amour #domination #hétérosexisme #patriarcat

    • Merci @mad_meg pour tes liens.
      En fait, la question que je posais était juste une figure de style. J’ai déjà quelques éléments de réponse ... ;-)
      Tout comme dans l’union « maritale » d’un homme et d’une femme (mariage ou autre), il y a une forte connotation d’emprise sur le corps des femmes et ces « contrats » d’union entrent eux aussi dans une relation de subordination.
      Union maritale d’ailleurs : référence au mari. La messe est dite ...


  • Comprendre pour combattre
    Présentation du livre de Violaine Girard, Le vote FN au Village

    http://lmsi.net/Comprendre-pour-combattre

    Tous-tes les sociologues aimeraient écrire des livres rigoureux, originaux et utiles à la fois. Cet objectif est très exactement atteint par l’ouvrage de Violaine Girard qui, en étudiant des habitants du périurbain, rompt avec la focalisation, de droite comme de gauche, sur la figure de l’ouvrier chômeur déclassé, « forcément » exaspéré par la proximité des immigrés. Des classes populaires stables, connaissant de petites mobilités, n’expriment pas tant, à travers leur vote pour Le Pen, leur désarroi qu’une quête de respectabilité. L’auteure du Vote FN au village paru aux éditions Le Croquant explore les ressorts de cette posture, et remet au premier plan le rôle des élites dans la production de cette « conscience sociale » aux conséquences politiques ravageuses.De nombreuses recherches l’ont montré : les électeurs du Front national ne forment pas un groupe homogène, mais un « conglomérat », pour reprendre l’expression de Daniel Gaxie. La thèse du « gaucho-lepénisme », qui a popularisé l’idée d’un transfert des votes communistes des ouvriers vers le Front national, a été maintes fois réfutée. Mais la réduction persistante du vote d’extrême-droite aux classes populaires déclassées ne relève pas que de l’erreur d’analyse. Elle a une fonction politique, bien analysée par Annie Collovald. Le « populisme du Front national » jette le discrédit sur les classes populaires, une fois encore rejetées dans une irrationalité que les élites, elles foncièrement « républicaines », s’efforceraient de contenir.



  • Lesbian relationships only exist because men find it a turn-on, claims study | The Independent
    http://www.independent.co.uk/life-style/lesbian-relationships-men-turn-on-same-sex-female-attraction-menelaos

    A new study that attempted to reveal the origins of lesbianism, is claiming that same-sex relationships in women only exist because it turns men on.

    Published on Science Direct, the report by Menelaos Apostolou, a male professor at the University of Nicosia in Cyprus comes to the conclusion that lesbian and bisexual attraction all stems from male desire.

    So, how many lesbians did they interview to come to this jaw-dropping conclusion?

    Well, the study surveyed a derisory 1,509 people and, wait for it, all of them were heterosexual.

    #science

    • L’étude
      The evolution of female same-sex attraction: The male choice hypothesis
      http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0191886917303422

      Prevalence studies indicate that about one in five women experience some degree of same-sex attraction. The evolutionary origins of such attraction are not well understood. Accordingly, this paper proposed a theoretical framework where, during the period of human evolution, same-sex attractions in women were under positive selection. The source of positive selection has been male preferences for opposite-sex sex partners who experienced same-sex attractions. This theoretical framework was used to generate four predictions that were tested in two online studies which employed a total of 1509 heterosexual participants. It was found that heterosexual women did not desire partners who experienced same-sex attractions, but a considerable proportion of heterosexual men desired partners who experienced same-sex attractions. In addition, it was found that men were more sexually excited than women by the same-sex infidelity of their partners, and they desired more than women, their opposite-sex partners to have sex with same-sex individuals. Finally, participants’ preferences were contingent on the seriousness of the relationships, with same-sex attraction to be preferred more in short-term than in a long-term partner. These findings were employed in understanding the evolutionary origins of same-sex attraction in women.

      ...


  • Quand une étude s’intéresse à l’endométriose… pour son impact sur la vie sexuelle des hommes | Slate.fr
    http://www.slate.fr/story/146391/etude-endometriose-vie-sexuelle

    Depuis la publication de son article intitulé « Une étude sur l’impact de l’endométriose sur la vie sexuelle des hommes ? Rageant ! », le compte Twitter d’Imogen Dunlevie est au bord de l’explosion. Cette jeune étudiante australienne souffre d’endométriose depuis l’âge de 13 ans. Elle a publié son premier article dans le Guardian lorsqu’elle a appris qu’une étudiante en master de philosophie (département Santé sexuelle) à Sydney en Australie allait conduire une recherche sur l’impact de l’endométriose sur la vie sexuelle… des hommes.

    Pour rappel, l’endométriose touche une femme sur dix en âge de procréer. Les symptômes les plus fréquents sont des douleurs abdominales et pelviennes très violentes. Comme nous vous l’expliquions en 2015, le diagnostic est souvent très tardif car la maladie est peu connue des médecins. La plupart du temps, on détecte l’endométriose au bout de dix ans, le plus souvent quand une femme se révèle infertile.



  • Le stérotype de la « fille sexy née de la dernière pluie », une réactualisation du fantasme de la vierge totalement soumise aux pouvoir masculin

    https://www.youtube.com/watch?v=0thpEyEwi80

    This is such an interesting dissection of a very common trope in writing female characters that I never really thought about before, but it’s so prevalent and so obvious and so fucking disgusting.

    this is such an important video. for those who can’t watch: the ‘born sexy yesterday’ trope features heavily in science fiction, referring to a character who is typically an alien, a mermaid, an android, or some other non-human presented as a sexy woman, who

    has no understand of basic human society, and often a childlike naïveté
    is not ashamed or even really conceptually aware of her own nudity
    is totally inexperienced with sex and sexuality
    is often preternaturally skilled at something the male protagonist respects, such as combat

    as the narrator points out, none of these character traits are problematic in and of themselves. they become problematic when the ‘born sexy yesterday’ character develops a relationship with a male protagonist. here’s how:

    her cutesy naïveté and lack of understanding in her new environment positions the male protagonist (MP) as an experienced and admirable protector, showing her the ropes for everything from eating a sandwich to sex. this is the ultimate student-teacher fetish. it sexualizes inexperience and innocence.

    though the MP may be average in literally every way, her alien-ness and lack of familiarity with human society means she has nothing to compare him to, and he becomes her “dream guy” by default. this creates female characters who exist to assuage male fears of inadequacy and rejection.

    her unabashed nudity gives the director plenty of excuses to film nude or partially nude scenes, with the female character freely dancing and prancing around. she is overtly sexual, but has no sexual desires or thoughts of her own. because remember, she is the born sexy yesterday trope.

    her inexperience with sex and sexuality satisfies the male desire for a “pure, unspoiled” woman who has never been corrupted by the touch of a man, and will not reject him because she literally doesn’t know any better. as her relationship with the MP progresses and inevitably becomes sexual, he shows her everything from kissing to penetration, deflowering her and reinforcing his role as the teacher, hers as the innocent… dare i say child?

    in many ways it’s the ultimate male power fantasy. a completely unremarkable man stumbles upon a gorgeous woman who is totally ignorant and in a strange environment. the MP has 100% of the power in their relationship, which he will exercise to his sexual fulfillment.

    another point the narrator makes which i think is incredibly important is that this trope started in colonialist dramas. a european male would go off to a foreign land, meet a totally-sexy-and-totally-unaware-of-it indigenous woman who lives an ignorant life among her tribe. he would “enlighten” her and show her the ways of the “modern world,” and in her gratitude and wonder she would fall for him. his reward was to enlighten her once more and show her the ways of intercourse.

    it has since transformed and the born sexy yesterday character is now more acceptable as a literal non-human, rather than a “naked and ignorant” native.

    via : http://mirrorontheworld.tumblr.com/post/160329567546/rad-seraph-tmirai-this-is-such-an-interesting

    #domination_masculine #sexisme #stéréotype #vierge #hétérosexisme #racisme #colonialisme

    • Ce que tu décrit semble être une sous-catégorie du stéréotype de la fille née sexy de la dernière pluie : celle du dernier homme sur terre avec la fille sexy née de la dernière pluie. La fille sexy et innocente et vierge même sans contexte apocalyptique reste une femme qui ne connais pas d’autre hommes et donc le mec dans l’histoire est toujours sans concurrence, un sorte de mâle-alpha né de la dernière pluie par absence de concurrents. Pour Woody Allen, il est cité dans la video au sujet de ce trope et vu les accusations de viol et inceste c’est pas étonnant qu’on trouve ce sale type sur ce trope.

      Ce trope met bien en lumière la résistance des imaginaires hétérosexuels en particulier masculins à toute idée d’égalité sexuelle. Je vais le retrouvé mais ca me fait pensé à une conférence sur la sexualité à destination des ados que j’avais mise sur seenthis qui expliquait que la sexualité était le domaine le plus réactionnaire qui soit et le plus hostile à toute égalité et que c’était probablement sur ces fondements que les reste ne bougeait plus.

      Tant qu’il y aura des hommes pour trouvé que l’innocence est sexy, on aura des problèmes d’oppression sexuel (et pas seulement) des femmes et des enfants.

    • Bien je vais regardé les autres. De mon coté je retrouve pas la video de la conférence dont je parle plus haut, je l’avais peut être pas taggé ou alors taggé avec des fautes d’orthographe (^.^)


  • Humiliations sexuelles : la banalité méconnue des contrôles d’identité | Mediapart
    https://www.mediapart.fr/journal/france/160217/humiliations-sexuelles-la-banalite-meconnue-des-controles-d-identite?ongle

    Après l’agression dont a été victime Théo à Aulnay-sous-Bois, les langues se délient. Si les viols sont exceptionnels, ce n’est pas le cas des palpations humiliantes sur des zones érogènes, accompagnées d’insultes homophobes, lors des contrôles d’identité effectués sur les Noirs et les Arabes. Éducateurs, avocats, victimes et chercheurs témoignent et analysent ces humiliations.

    Recueillir cette parole est en effet complexe, au-delà de considérations d’ordre général. Les jeunes préfèrent souvent raconter l’expérience en se cachant derrière une tierce personne même s’ils parlent d’eux-mêmes (« je connais quelqu’un qui… »). Issa Coulibaly, président de l’association Pazapas dans le quartier de Belleville, explique : « Le contrôle peut donner lieu à un récit entre amis (“l’enculé m’a palpé les couilles”), mais on n’en parle pas à sa copine, pas à ses parents, pas aux travailleurs sociaux. » Et encore moins à un journaliste.

    Dans ces conditions, pourquoi faire état d’un « simple » attouchement, qui ne laisse aucune trace, et qui risque d’attirer plus de moqueries que de compassion ? Que vaudra la parole d’une victime face à celle des policiers ? « Les jeunes savent bien que s’ils protestent lors d’un contrôle, on va leur coller un outrage, qu’ils passeront du statut de victime à coupable. » Fait révélateur, explique Issa, « la seule proposition de loi qui touche de près ou de loin aux contrôles actuellement [celle qui assouplit les règles de légitime défense pour les policiers – ndlr] vise à durcir les peines pour outrages aux forces de l’ordre. Alors qu’aucune politique publique ne s’attaque à la question des contrôles abusifs »

    Pour Omer, les pratiques ont changé. « Quand j’étais jeune, on nous demandait de baisser notre froc et de nous pencher pour voir notre trou de balle version panoramique. Mais sans attouchements. C’était déjà humiliant. Depuis les années Sarko, les jeunes subissent des palpations pour voir s’ils n’ont pas quelque chose de planqué, et hop, je te glisse le doigt dans la raie des fesses. C’est régulier, et ça devient systématique. Ça fait partie du cérémonial et c’est accompagné de paroles du genre “T’es une tafiole ?”, “Tu fais le malin, petite fiotte ?”. » Ou encore, comme le rapporte Slim Ben Achour, des propos visant à humilier au sein d’un groupe : « Alors Mohamed, qu’est-ce qui t’arrive quand je te touche ? Ce serait pas une érection ? » Omer poursuit : « Sinon, ils ouvrent le calbar et ils matent. C’est sorti à Paris XII, ça aurait pu sortir n’importe où. Mais qui a envie de dire ça ? D’être le sac de sable ? Il faut garder une position, faire le mec. Et si t’as pas envie de passer quatre heures au poste, tu fermes ta gueule. En tant qu’éducateurs, on est obligés d’apprendre à des jeunes qu’on traite comme des merdes, qui sont insultés, traités de “bamboulas” ou de “tafioles”, qu’ils doivent fermer leur gueule, être dociles, pour ne pas être embarqués au poste ou humiliés devant tout le monde. Mais on fabrique des enragés, des bombes ambulantes qui se retrouvent en Syrie. Et un jour, on va avoir un gamin qui va planter un flic à cause de ça. »

    Emmanuel Blanchard, historien au Cesdip, considère que les palpations font partie de la « cérémonie de dégradation », une expression utilisée par le sociologue américain Harold Garfinkel pour montrer comment, devant la justice, les gens sont remis à leur place. « Le contrôle d’identité ne sert pas à identifier des individus parfaitement connus, ni à mettre au jour des délits et des crimes : l’immense majorité des contrôles ne connaissent pas de suite. Ils servent à dévaloriser ceux que les policiers voient comme des Français racisés, moins légitimes à être Français que les autres, et à leur rappeler qu’ils ne sont que des Français de papier, des citoyens diminués, ce qui renvoie à l’histoire coloniale. »

    Pour la chercheuse, face à cette culture, « la solution est à chercher du côté d’une population trop consentante : à chaque contrôle d’identité, un citoyen devrait s’arrêter, prendre le temps de regarder les policiers. Le contrôle social doit venir de l’extérieur ».

    #police #racisme


  • Les Inrocks - Première femme condamnée pour « exhibition sexuelle », Éloïse Bouton se bat en appel

    « L’acte d’Éloïse Bouton choque la sensibilité, l’humeur, la pudeur ? Ça ce n’est pas de l’exhibition sexuelle, mais éventuellement du blasphème, et ce délit n’existe plus. Peu importe que ce soit commis dans une Église ou non, le droit n’a pas à s’adapter à la pudeur des uns et des autres. En l’accusant d’exhibition, on dégrade une action féministe pour la rendre abjecte ».

    #femmes #nudité #seins #hétérosexisme #église #corps #exhibition
    #féminisme

    http://www.lesinrocks.com/2016/12/16/actualite/premiere-femme-condamnee-exhibition-sexuelle-eloise-bouton-se-bat-appel-


  • L’hymen, un myth patriarcale
    https://feministoclic.olf.site/lhymen-mythe-patriarcal

    Tout le monde a entendu parler de l’hymen, cette partie mystifiée du corps de la femme qui incarne le culte de la virginité dans nos sociétés patriarcales. Mais sait on vraiment de quoi il s’agit ? Sachez que le véritable « hymen » n’a rien à voir avec l’image que l’on s’en fait, celle d’une fine membrane recouvrant le vagin des femmes comme un couvercle, et vouée à être déchirée lors du premier coït. D’ailleurs, les très rares hymens qui recouvrent entièrement le vagin doivent être incisés médicalement à la puberté pour permettre l’écoulement des règles. Le plus souvent, l’hymen prend la forme d’un pli de la membrane vaginale. Élastique, il se déchire rarement lors du premier coït. Si l’on saigne lors de notre « première fois », c’est plus probablement du à un partenaire maladroit ou pressé qui blesse notre vagin qu’à une rupture de l’hymen.

    C’est sur ce pas grand chose que le patriarcat et les religions ont construit un mythe oppressant aujourd’hui encore des millions de femmes, conditionnant (à tort !) la virginité à son existence, l’érigeant en critère décisif pour définir la “pureté” des femmes . Aujourd’hui en France, des chirurgiens complaisants sous couvert de faux diagnostic de kyste vulvaire, acceptent encore de pratiquer des hymenoplastie pour simuler une défloration la nuit de noces. L’hymen, une arnaque patriarcale d’un archaïsme insupportable !

    Chloé

    #femmes #domination_masculine #patriarcat #hétérosexisme #virginité #vierges #féminisme #sexualité


  • Déborah de Robertis, l’artiste qui pose nue dans les musées, jugée pour exhibition sexuelle
    http://www.lefigaro.fr/arts-expositions/2016/12/14/03015-20161214ARTFIG00107-deborah-de-robertis-l-artiste-qui-pose-nue-dans-l

    La performeuse franco-luxembourgeoise est actuellement jugée devant le tribunal correctionnel de Paris pour exhibition sexuelle pour deux apparitions dénudées à la Maison européenne de la photographie et au musée d’Orsay. Le jugement sera rendu au 1er février.

    Jusqu’où l’exposition de la nudité lors d’une performance artistique peut-elle aller sans enfreindre la loi ? La question a de nouveau été posée ce mardi 13 décembre, au procès de l’artiste franco-luxembourgeoise Déborah de Robertis pour deux apparitions partiellement dénudée dans des musées.

    Le 27 mars, « l’artiste performeuse » de 32 ans s’était invitée au dernier jour d’une exposition consacrée à Bettina Rheims à la Maison européenne de la photographie à Paris. Près d’un cliché de Monica Bellucci devant un plat de spaghettis, Déborah de Robertis, vêtue d’une longue veste de vinyle rouge ouverte, laissant apparaître ses seins, s’était renversé une bouteille de ketchup sur la poitrine.

    Le 18 septembre, cette fois au dernier jour d’une exposition sur le thème de la poupée Barbie, perruque blonde sur la tête, l’artiste était arrivée dans une combinaison couleur chair, qui laissait à nouveau apparaître ses seins. En haut de ses cuisses, elle arborait une abondante toison pubienne factice. L’artiste prenait, selon une visiteuse qui a porté plainte, « une pose suggestive ». Il y avait « peut-être des trucs philosophiques et féministes », mais que les enfants ne peuvent pas comprendre, en tout cas aux yeux de cette femme « des choses qui sont quand même choquantes » pour un jeune public.

    À la barre du tribunal correctionnel de Paris, Déborah de Robertis explique qu’elle voulait « montrer le corps d’une vraie femme », là où « Barbie n’a pas de tétons et pas de poils sur le sexe ». Elle rappelle l’omniprésence de la nudité dans l’art. La déclarer coupable serait à ses yeux « se tromper d’objet » et « mettre sur le même plan un geste mortifère », l’exhibition sexuelle, et un « geste de vie », sa performance. L’artiste, qui s’attache à réinterpréter une œuvre, ne demande pas d’autorisation aux musées. Elle assure « qu’une partie du public en tout cas est enthousiaste ».

    Ca me semble proche de la démarche des #femen
    Personnellement je désapprouve la nudité imposée, même si c’est pas une nudité faite pour « inspiré le désir » comme l’affirme l’artiste. Quelque chose d’imposé ce n’est à mon avis pas pour « inspiré du désir », mais pour prendre du pouvoir sur l’autre.
    Mais vu les exemples cités dans l’article cette artiste n’impose pas sa nudité, mais juste sa poitrine ce qui est tout de même assez différent. Lorsque les hommes montrent leurs seins ce n’est pas considéré comme de l’exhibition.

    #femmes #nudité #seins #hétérosexisme #male_gaze #corps #art #exhibition #féminisme


  • Pourquoi la « théorie du genre » fait-elle peur ? - Libération
    http://www.liberation.fr/debats/2016/12/14/pourquoi-la-theorie-du-genre-fait-elle-peur_1535293

    C’est cette dimension critique à interroger l’ordre social et sexuel qui fait peur. Un caractère subversif qui serait moins bien accepté en France, ou en tout cas de façon singulière. C’est la thèse inédite de l’historienne franco-américaineCamille Robcis dans un livre qui vient de sortir, la Loi de la parenté. La famille, les experts et la République (Books). Pourquoi, quand on aborde les questions de famille et de sexualité, ce pays s’enflamme-t-il ? « En France, constate la jeune chercheuse, le genre, la sexualité et la parenté ne relèvent pas simplement de l’ordre privé, ils forment des structures universelles et transhistoriques au fondement de l’ordre public, de l’Etat de droit. » Selon l’historienne, l’hétérosexualité serait consubstantielle à l’idée républicaine et à celle de la nation. Y toucher, c’est remettre en cause l’ADN du pays, la République en somme ! « Défendre la norme de la famille hétérosexuelle, analyse Camille Robcis, cela permet de réaffirmer un universalisme assiégé de toutes parts : par le postcolonialisme, la globalisation, l’Union européenne, et l’expansion croissante du modèle du "modèle américain". » Saisis d’une panique anthropologique sur les destins individuels et leur descendance, nombreux sont ceux qui adhèrent à cette assurance républicaine.

    #hétérosexisme #patriarcat #déni #domination_masculine #féminisme #intersectionnalité #genre



  • LOL : tout savoir sur la conduite idéale des filles idéales (riches, blanches et hétérosexuelles)
    http://www.lecinemaestpolitique.fr/lol-tout-savoir-sur-la-conduite-ideale-des-filles-ideales-riche

    Synopsis de Wikipédia L’histoire sert un portrait de la jeunesse parisienne. C’est un film inspiré d’une histoire vraie qui tente de donner une image plus ou moins réussie de la vie des adolescents du XXIe siècle des beaux quartiers de Paris (ici probablement du 16e arrondissement). Plusieurs thèmes de l’adolescence entrent en jeu comme le conflit […]

    #Cinéma #amitié #amour #antiféminisme #féminité #hétérosexisme #male_gaze #masculinisme #masculinité #misogynie #racisme #sexualité_s_

    • Il y a quelques années, j’avais été à la femis pour voir les films des étudiants et j’avais été frappé du regard de petit bourgeois friqué qui s’en dégageait, de l’attitude des corps, à la diction ou aux paroles, jusqu’aux décors, tout suintait le 16em. C’est bien de cette petite bulle névrosée dont se nourrit le #cinéma_français, et ne rêvez pas, les aides du CNC veille à ne rien laisser passer d’autre même si il y a eu un temps ou C+ avait œuvré pour les Courts Métrages et un autre type de réalisatrices et réalisateurs.


  • Le Kamasutra et ses publics
    http://www.laviedesidees.fr/Le-Kamasutra-et-ses-publics.html

    Le Kamasutra écrit au IIIe siècle n’est pas seulement un ouvrage érotique : c’est aussi un traité d’art de vivre pour les citadins aisés, quelle que soit la caste à laquelle ils appartiennent, quelle que soit leur sexualité, et qu’ils soient étalon, taureau ou lièvre, éléphante, jument ou hase.

    Livres & études

    / sexualité, #ville, #richesse

    #Livres_&_études #sexualité


  • Une journée devant Gulli
    http://www.lecinemaestpolitique.fr/une-journee-devant-gulli

    Sur Internet – beaucoup sur ce site, on peut trouver des critiques de Disney ou de Pixar de points de vue féministes, anti-racistes, anti-spécistes ou anti-classistes. Les dessins animés du quotidien qui passent à la télé semblent échapper miraculeusement à ces critiques. Pourtant, selon Eurodata TV Worldwide, les enfants européens passent en moyenne deux heures […]

    #Films_d'animation #famille #féminité #hétérosexisme #masculinité #sexisme


  • The Danish Girl : un mélo transphobe
    https://www.lecinemaestpolitique.fr/the-danish-girl-un-melo-transphobe

    Remarques préliminaires : le film met en scène un personnage pour lequel les genres masculin et féminin sont en concurrence, et qui oscille entre les deux. Aussi l’usage fait du prénom et du pronom pour désigner ce personnage dans cet article tâche-t-il de correspondre à cette ambivalence telle qu’elle se manifeste à l’écran. En revanche, […]

    #Cinéma #féminité #hétérosexisme #masculinité #misogynie #sexualité_s_ #trans


    • Les enfants appartiennent au père*, on le sait, et il n’y a pas si longtemps qu’il fallait, pour qu’une mère puisse faire traverser une frontière à l’enfant, qu’elle soit munie d’une autorisation du père, la réciproque ne se posant pas. Ce n’est pas qu’aujourd’hui et dans les pays riches la possession des enfants soit d’un immense intérêt économique, encore que... Les enfants restent par contre un très puissant outil de chantage en cas de désaccord conjugal : c’est leur possession que revendiquent les hommes, et non leur charge matérielle, qu’ils s’empressent de confier à une autre femme (mère, domestique, épouse ou compagne) selon la règle qui veut que les possessions des dominants soient entretenues matériellement par une (ou des) possession des mêmes

      *les pères n’hésitent pas à marquer leur propriété en leur donnant leur nom. Nommer c’est un acte d’appropriation et même si la loi l’autorise, les femmes ne peuvent toujours pas donner leur nom à ces enfants qui ne sont pas vraiment les leurs - http://www.lemonde.fr/societe/article/2015/09/01/donner-le-nom-du-pere-une-tradition-quasi-inebranlable_4742007_3224.html

      #nommer #posséder #hétérosexisme #enfants #domination

    • Si on compare la relation de sexage avec la vente de la force de travail sur le marché classique, on se trouve confronté à la notion d’échange. Or il n’y a pas d’échange dans la relation de sexage, puisqu’en effet rien ne vient comptabiliser quelque chose que ce soit qui pourrait être la matière de rechange. Si rien n’évalue ou ne comptabilise, si TOUT est dû et si tout est propriété : le temps, la force, les enfants, tout, sans limites, la relation de sexage n’est pas une relation de marché

      #mariage #domesticité #bétail #esclavage #servage #viol #travail #sexage

    • Au sujet de l’éternel recommencement :

      l’idée qu’une classe soit utilisée (au sens propre : manipulée comme un outil), c’est-à-dire traitée comme une vache ou une moissonneuse, est dans le très progressiste esprit de nos contemporains, supposée relever de belles lurettes ou de despotismes orientaux autant que primitifs, ou au plus être l’expression d’un cynisme provocateur. Ce que nous avons sous les yeux, nous ne le voyons pas - pas même lorsqu’on appartient à la classe asservie.

      #nice_guy #notallman #Cologne #racisme #le_macho_c'est_pas_moi_c'est_l'autre

    • Sur le mariage :

      S’il exprime et limite le sexage, en restreignant l’usage collectif d’une femme et en faisant passer cet usage à un seul individu, il prive du même coup les autres individus de sa classe de l’usage de cette femme déterminée, qui, sans cet acte, resterait dans le domaine commun.

      Cf les harceleurs de rue qui te lachent la grappe quant tu leur dit que tu est marié ou que tu as deja un mâle propriétaire. Cf aussi « nos femmes » qu’il ne faut pas que les migrants touchent à Cologne, mais dont les européens n’ont rien à fiche qu’on les touchent à la fête de la bière.
      http://lesmotstuent.tumblr.com/post/140980985202/sud-ouest-020811-non-sud-ouest-3-viols-ce-ne#notes

      Cf aussi l’expression « femme publique » pour dire « prostituée ». L’épouse est une « femme privée » en fait la femme d’un seul propriétaire contrairement aux autres femmes qui sont la propriété de tout hommes. Les prostituées appartiennent tout de même souvent à un proxénète.
      #harcèlement_de_rue

    • Quels sont les moyens de l’appropriation de la classe des femmes ? a) le marché du travail ; b) le confinement dans l’espace ;c) la démonstration de force ; d) la contrainte sexuelle ;et e) l’arsenal juridique et le droit coutumier.

      Je met des exemples actuels pour bien voire qu’il n’y a pas de changements et que ce que dit Guillaumin est toujours d’une révoltante actualité.

      a) le marché du travail - 25% de salaire en moins, plafond de verre, et plancher collant, horaires fractionnée, mi-temps imposé, plus fort taux de chômage et harcèlement sexuel sur le lieu de travail.

      b) le confinement dans l’espace ; même pas une chambre à soi, harcèlement de rue, faible accès aux infrastructures urbaines conçu pour et par les hommes, enfermement à domicile. Sur cette terre, aujourd’hui, les femmes font 70% du travail, elles ont 10% des revenus et 1% de la propriété.

      c) la démonstration de force : agressions sexuelles dès l’enfance, soulevage de jupes, et et insultes sexistes dès l’école « maternelle ». Interdiction de se défendre et d’apprendre à se battre tandis que les garçon sont encouragé à la violence et à la compétition. Cf sexe fort -sexe faible. Violence systémique des hommes dans les couples et sa négation...

      d) la contrainte sexuelle : même si le viol est reconnu dans le couple, c’est tout de même un crime impuni. L’inceste est aussi accepté, ce qui est réprimé ce sont les tentatives de défense des victimes. On fait le procès des victimes dans les cas de viols. Le fait aussi que dans l’hétérosexualité on impose des pénétrations sexuelles seulement aux femmes. Les pénétrations sexuelles sont jugées humiliantes puisque « se faire enculer » et « se faire baiser » ne sont pas des perspectives heureuses dans le vocabulaire courant. Une femme doit être baisé, si elle est « mal-baisé » c’est un crime très très grave. Ca fait d’elle une femme mauvaise, la qualité des femmes est fonction des penis qui leurs pilonnent le col de l’utérus. Elles n’ont pas de valeur en soi, il faut un « bon » baiseur pour en faire une « bonne » femme. Là derrière il y a le notion de soumission, une bonne femme est une femme bien soumise sexuellement.

      e) l’arsenal juridique et le droit coutumier : les femmes sont toujours les n°2, moins de revenus = personne secondaire dans le couple. Par exemple pour la déclaration d’impôts, mise en dépendance de la déclarante n°2 du bon vouloir du déclarant n°1, le « chef de famille » dans les faits. Divorces toujours en faveur des hommes, garde alterné qui met les femmes à la merci des ex violents. Non payement des pensions alimentaires tout à fait ignoré. Perte de son identité avec la disparition du nom des femmes. J’ai encore pas vu de case « nom de jeune garçon » sur les formulaires administratifs. Flicage par la CAF des femmes. Privation des allocation des femmes en couples, y compris les pensions d’invalidités.

    • Contrat sexuel, contrat social, contrat de travail…


      https://entreleslignesentrelesmots.wordpress.com/2016/03/20/contrat-sexuel-contrat-social-contrat-de-trava

      Carole Pateman nous présente le contrat sexuel, le plus souvent passé sous silence, dénié, comme préalable au contrat social. Il est le contrat d’assujettissement par excellence, implicite, silencieux, ignoré mais fondateur de notre ordre social. Il donne propriété des femmes aux hommes et de toutes leurs productions, et permet aux hommes de jouir de leurs services et de profiter ainsi de la liberté que ces services leurs permettent. Cette liberté est décrite comme un attribut masculin, d’homme blanc occidental mais pas n’importe quel homme blanc, car nous ne devons pas oublier la hiérarchie entre les hommes blancs, qui est aussi oppressive ; les femmes se trouvant tout au bas de l’échelle et finalement, les seules, avec les esclaves, à pouvoir être totalement et infiniment appropriées.

      #objectivation #soumission #contrat_sexuel


  • Le partage des tâches ménagères régresse, seule l’illusion progresse | Sans Compromis
    https://sanscompromisfeministeprogressiste.wordpress.com/2016/03/11/le-partage-des-taches-menageres-regresse-seule-lillusion-progresse

    Mais n’y a t-il pas aussi de plus en plus d’hommes qui participent aux tâches ménagères ?

    Non. C’est une illusion collective. Nous n’avons absolument pas avancé dans ce domaine depuis 22 ans, quand j’ai publié Lapartages-des-taches-ménagères trame conjugale. Nous en avons l’impression car il y a quelques exemples de héros modernes qui sont mis en avant. Oui, les hommes ont de la bonne volonté, de la mauvaise conscience, et s’investissent dans un certain nombre de domaines – on peut citer les nouveaux pères par exemple -, mais il faut retourner aux chiffres. Au rythme actuel, pour arriver à l’égalité hommes-femmes, il faudra plusieurs siècles. L’aspect dramatique, c’est que nous avons l’impression que nous y sommes presque arrivés et que cela va se faire tout seul. Il faut casser cette illusion sinon on ne va pas avancer.

    Etes-vous optimiste quant à l’avancée vers une égalité dans le partage des tâches ?

    Jean-Claude Kaufmann : A court terme, non. Avec la crise profonde que nous traversons et la fragilisation de la société, nous assistons aujourd’hui à un léger retour en arrière. Chacun va chercher des repères et les plus protecteurs sont dans l’identité traditionnelle et dans des rôles marqués d’hommes et de femmes. Un homme au chômage va donc encore moins participer aux tâches ménagères car il est perdu. Une femme en situation de précarité, va, elle, se raccrocher à son rôle de mère. Et aujourd’hui, dans les quartiers modestes, pauvres et dans les banlieues, on assiste à une réaffirmation des rôles d’identité de genre très marqués. Des jeunes hommes, des « mecs », vont déclarer dès le début du couple que ce n’est pas à eux de faire la cuisine par exemple. Il y a une montée de cette idée-là aujourd’hui, qui oppose les univers féminin et masculin dès le début. Pour l’avenir immédiat, je suis donc pessimiste. Pour l’avenir à très long terme, je suis plus optimiste car on ne peut que continuer à avancer.

    #ménage #travail_gratuit #exploitation_des_femmes #couple #hétérosexisme


  • The Danish Girl : un mélo transphobe
    http://www.lecinemaestpolitique.fr/the-danish-girl-un-melo-transphobe

    Remarques préliminaires : le film met en scène un personnage pour lequel les genres masculin et féminin sont en concurrence, et qui oscille entre les deux. Aussi l’usage fait du prénom et du pronom pour désigner ce personnage dans cet article tâche-t-il de correspondre à cette ambivalence telle qu’elle se manifeste à l’écran. En revanche, […]

    #Cinéma #féminité #hétérosexisme #masculinité #misogynie #sexualité_s_ #trans