• Les Etats-Unis vont rouvrir leurs frontières terrestres avec le Canada et le Mexique aux visiteurs vaccinés début novembre
    https://www.lemonde.fr/international/article/2021/10/13/les-etats-unis-vont-rouvrir-aux-visiteurs-vaccines-leurs-frontieres-terrestr

    Les Etats-Unis vont rouvrir leurs frontières terrestres avec le Canada et le Mexique aux visiteurs vaccinés début novembre. La fin des restrictions s’appliquera au début de novembre, tout comme pour les voyages internationaux par avion, pour lesquels l’obligation vaccinale avait été annoncée le 20 septembre.Après avoir déjà annoncé la fin prochaine des restrictions pour les voyageurs vaccinés contre le Covid-19 arrivant par les airs, les Etats-Unis ouvriront « au début de novembre » leurs frontières terrestres avec le Mexique et le Canada, également aux visiteurs vaccinés, a déclaré dans la nuit de mardi 12 à mercredi 13 octobre un haut responsable de la Maison Blanche.Il a assuré, lors d’une conférence téléphonique, que la date précise d’entrée en vigueur du nouveau dispositif serait connue « très prochainement » pour ces voyages par voie terrestre, tout comme pour les voyages internationaux par avion, pour lesquels l’obligation vaccinale avait été annoncée le 20 septembre. « Cela ira ensemble », selon la source de la Maison Blanche.Pour lutter contre la pandémie, les Etats-Unis avaient fermé leurs frontières à partir de mars 2020 pour des millions de voyageurs en provenance notamment de l’Union européenne, du Royaume-Uni, ou de Chine, puis, plus tard, d’Inde ou du Brésil. Mais aussi pour les visiteurs venus, par voie terrestre, du Canada et du Mexique. Cela a causé des situations personnelles douloureuses, et des dommages économiques.
    Pour ce qui concerne le franchissement terrestre des frontières, la source a fait savoir que le nouveau système serait mis en place en « deux phases ». Dans un premier temps, les vaccins seront requis pour les voyages « non essentiels », par exemple faire du tourisme ou rendre visite à de la famille, mais l’obligation vaccinale ne s’appliquera pas aux voyages jugés « essentiels », qui ont toujours été autorisés.Dans un second temps, à partir du « début de janvier » 2022, tous les voyageurs, quels que soient leurs motifs, devront être pleinement vaccinés. Cela laissera « amplement le temps », par exemple, aux conducteurs de poids lourds, qui ont des motifs professionnels impérieux de passer la frontière, de se faire vacciner, selon la Maison Blanche.La source a expliqué que les restrictions actuelles pour ces frontières terrestres, qui expirent le 21 octobre, seraient donc prolongées encore une fois, jusqu’à la date d’entrée en vigueur du nouveau dispositif.Interrogé sur les vaccins qui permettront d’entrer sur le territoire, le haut responsable s’est référé à des indications récentes des autorités sanitaires américaines. Les Centres de prévention et de lutte contre les maladies (CDC), principale agence fédérale de santé publique, ont « fait savoir aux compagnies aériennes que tous les vaccins approuvés par la FDA [l’Agence américaine du médicament] et l’Organisation mondiale de la santé seraient acceptés pour les voyages par avion ».« J’anticipe que ce sera la même chose pour les voyages terrestres », a dit le haut responsable, précisant que, dans ce cas, le vaccin d’AstraZeneca, qui n’est pas administré aux Etats-Unis, serait admis. La source a précisé que cette levée des restrictions ne concernerait que les entrées terrestres légales sur le territoire.Le « titre 42 », législation controversée qui a permis à l’administration Trump, puis à l’administration Biden, d’expulser des personnes en situation irrégulière pour des raisons sanitaires depuis le début de la pandémie, continuera d’être appliqué, a-t-elle fait savoir. Ce texte, critiqué par des associations selon lesquelles il restreint le droit d’asile notamment, a ainsi été invoqué par la Maison Blanche pour expulser massivement des Haïtiens qui s’étaient récemment rassemblés à la frontière avec le Mexique.Pour ce qui concerne le transport aérien, le haut responsable a fait savoir que l’administration Biden devait encore finaliser la procédure, en particulier tout ce qui concerne le traçage des personnes entrant sur le territoire, et les tests qui seront pratiqués sur les voyageurs.

    #Covid-19#migrant#migration#etatsunis#canada#mexique#sante#frontiere#circulation#vaccination#voyageessentiel#expulsion#asile#haiti

  • Dans le sud du Mexique, Tapachula, « ville prison » pour les migrants
    https://www.lemonde.fr/international/article/2021/09/25/dans-le-sud-du-mexique-tapachula-ville-prison-pour-les-migrants_6095986_3210

    Dans le sud du Mexique, Tapachula, « ville prison » pour les migrants. Après un périple dans plusieurs pays latino-américains, les Haïtiens restent souvent bloqués dans cette ville pauvre du Chiapas.
    C’est sur un vieux carton qu’Ernst Cadet, Haïtien de 34 ans, a passé la nuit, juste à côté de la Commission d’aide aux réfugiés (Comar) de Tapachula, ville du Chiapas, dans le sud du Mexique, adossée à la frontière guatémaltèque. « Je suis bloqué ici depuis juin », soupire cet électricien, en débardeur, parti du Brésil dans l’espoir de rejoindre le sol américain. Comme lui, des dizaines de milliers de clandestins voient leur périple stoppé net dans cette petite ville, transformée par les autorités mexicaines en goulot d’étranglement migratoire. Le soleil n’est pas encore levé. Mais une longue file s’est déjà formée devant le grand hangar de la Comar. La plupart sont haïtiens, les autres centraméricains. Tous espèrent un statut de réfugié ou un visa humanitaire leur permettant de traverser le Mexique, sans se faire arrêter par les militaires qui contrôlent les principaux axes routiers, sous peine d’être expulsés au Guatemala. L’anxiété et la frustration se lisent sur les visages. La chaleur est étouffante. « Mon rendez-vous vient d’être déplacé à fin novembre », peste Ernst, qui a dormi sur place dans l’espoir d’accélérer ses démarches. Mais les agents de la Comar sont débordés. « On n’avait jamais vu ça ! », confie Alma Delia Cruz, responsable locale de l’institution gouvernementale. Depuis huit mois, 77 559 demandes d’asile ont été déposées au Mexique, contre 41 223 sur l’ensemble de l’année 2020. Sept sur dix au Chiapas. « Seul un tiers des dossiers a pu être examiné », soupire cette trentenaire épuisée et consternée par « un manque cruel de moyens ». Seuls huit traducteurs de la Comar interrogent les Haïtiens, qui ne parlent pas espagnol.
    Les autorités évaluent entre 30 000 et 40 000 le nombre de migrants à Tapachula. Mais l’organisation de défense des clandestins, Sin Frontera, assure que près du double sont dans cette ville de 350 000 habitants. La moitié serait des Haïtiens. Ils s’agglutinent par centaines autour de la place principale, où la mairie a placé des barrières métalliques pour les empêcher d’y dormir. « Ce cercle infernal d’attente rend fou », soupire Jackner Casimir, à la silhouette longiligne. Ce maçon haïtien de 29 ans est arrivé là en août, avec son épouse, Génésis, et ses deux enfants de 3 et 5 ans. « Personne ne veut nous embaucher. » Le Chiapas est l’Etat le plus pauvre du Mexique, où près d’un habitant sur deux est démuni.La famille Casimir partage avec trois amis un minuscule appartement sans climatisation à la périphérie, loué 4 000 pesos (170 euros) par mois. « Je dors sur le sol », dit Jackner Casimir. Beaucoup d’autres s’entassent dans des hôtels miteux, dont les prix ont décollé. « Sans l’argent que m’envoie mon frère de Floride, on mourrait de faim. » A une rue de là, ils sont plus d’une trentaine à faire la queue devant la succursale de la Banque Azteca, spécialisée dans les transferts de fonds. Tous n’ont qu’une idée en tête : « partir » vers le nord. « Mais pas sans les documents de la Comar », répète Jackner, en rajustant sa casquette rouge effilochée. Il se félicite de ne pas avoir participé, le 28 août, à une caravane de centaines d’Haïtiens qui a été démantelée, quelques kilomètres plus loin, par les agents de l’Institut de la migration (INM), épaulés par l’armée. « Ils les ont chassés comme des bêtes à la matraque, frappant même des hommes avec des enfants dans les bras. » Trois autres caravanes ont subi ensuite le même sort.Pour Irineo Mujica, à la tête de l’ONG Pueblo Sin Fronteras, « le gouvernement a militarisé sa politique migratoire pour faire le sale boulot, d’abord de Trump, puis de Biden ». M. Mujica avait organisé ces caravanes dans l’espoir de les sortir de « cette ville prison ». Aux frontières sud et nord du pays, 28 000 militaires et gardes nationaux ont été déployés ; 147 033 clandestins ont été arrêtés au Mexique, entre le 1er janvier et le 31 août, dont plus de 50 000 au Chiapas, selon l’INM. C’est trois fois plus qu’un an plus tôt.
    Mi-septembre, environ 14 000 migrants, en majorité haïtiens, sont pourtant parvenus à rejoindre Del Rio au Texas, formant cet immense camp improvisé, sous un pont frontalier, qui fait la « une » des journaux américains et mexicains. Comment ont-ils passé les barrages autour de Tapachula ? « Il y a deux types de migrants, répond Brenda Ochoa, directrice de l’organisation de défense des droits de l’homme Fray Matias de Cordova, hébergée dans une maison coloniale du centre-ville. Ceux qui ont les moyens de payer des passeurs de mèche avec les autorités, et les autres qui restent bloqués ici. » Mme Ochoa dénonce « la corruption au sein de l’INM ». Les représentants de l’institution ont refusé de répondre aux questions du Monde.La pression migratoire s’est légèrement relâchée sur Tapachula. Mais des centaines d’Haïtiens et de Centraméricains continuent d’affluer. « On manque de médicaments, s’inquiète Sofia Keller, coordinatrice administrative des services municipaux de santé. Les migrants sont très vulnérables aux maladies intestinales et respiratoires, dont le Covid-19. Sans parler des chocs post-traumatiques après une traversée souvent faite d’extorsions ou de violences sexuelles de la part des mafias. »
    Un peu plus loin, dans un petit parc, l’avocat Luis Villagran aide des clandestins à constituer des recours juridiques. « Nous avons déposé des centaines de plaintes contre le gouvernement, qui retarde illégalement leur procédure et les réprime pour les dissuader d’aller plus loin », dénonce-t-il. Le président de centre gauche, Andres Manuel Lopez Obrador (« AMLO »), préfère le terme « contention », jurant vouloir « protéger les migrants du crime organisé, très présent au nord du pays ». « Des foutaises ! », réagit M. Villagran, qui l’accuse d’« instrumentaliser la vague migratoire pour obtenir des fonds américains ». « AMLO » a appelé Joe Biden à « agir » pour désamorcer la crise. « Rien n’est arrivé ! », insiste le président, en référence aux quatre milliards de dollars promis par son homologue américain pour développer le sud du Mexique et l’Amérique centrale.
    En attendant, les descentes de l’INM ont repris dans des hôtels de Tapachula, selon la presse locale. « Elles finissent par de rapides expulsions au Guatemala sans procédure légale », s’indigne M. Villagran. Sur la place principale, les Haïtiens ne parlent que de ça. Beaucoup sont rivés à leur téléphone portable, qui les relie, sur des groupes WhatsApp et Facebook, à leurs compatriotes bloqués au Texas. Beaucoup s’inquiètent des premières expulsions vers Haïti réalisées par le gouvernement américain. « Pas question pour moi d’être renvoyé là-bas, confie Wisline Merine. La crise a beaucoup empiré avec l’assassinat de notre président, et le tremblement de terre d’août », qui a fait plus de 2 200 morts. Cette couturière quadragénaire avait quitté Port-au-Prince pour le Chili après le séisme ravageur de 2010 (200 000 morts). Mais les autorités chiliennes n’ont pas renouvelé son statut, l’obligeant à partir. « Mon dur voyage, passé par neuf pays, s’arrête ici », confie Wisline, qui espère « vivre légalement au Mexique ». Mais la plupart des autres Haïtiens interviewés veulent continuer. « Rien ne m’empêchera d’aller aux Etats-Unis », assure l’un d’eux, âgé de 26 ans, qui refuse de donner son nom par peur de représailles dans l’obtention, encore hypothétique, de son laissez-passer pour le rêve américain.

    #COvid-19#migrant#migration#sante#mexique#etatsunis#haiti#chili#guatemala#politiquemigratoire#expulsion#migrationirreguliere#pauvrete#vulnerabilite#violence#crise

  • Des milliers de migrants haïtiens sont bloqués dans le nord de la Colombie
    https://www.lemonde.fr/international/article/2021/09/20/des-milliers-de-migrants-haitiens-sont-bloques-dans-le-nord-de-la-colombie_6

    Des milliers de migrants haïtiens sont bloqués dans le nord de la Colombie. L’arrivée au pouvoir de Joe Biden et la pandémie de Covid-19 font partie des causes diverses qui peuvent expliquer ce vaste mouvement migratoire.
    Le Covid-19 ne leur cause pas de souci. Les migrants arrivés dans le petit village de Necocli, sur la côte caraïbe colombienne, n’ont qu’une idée en tête : traverser en bateau le golfe d’Uraba pour atteindre le village de Capurgana, puis le Panama, l’Amérique centrale et, enfin – dans combien de temps ? –, les Etats-Unis. Dès avant l’aube, une foule compacte se presse devant le guichet des deux compagnies qui assurent la traversée. Les autorités colombiennes estiment à 12 000 le nombre de ces migrants qui attendent de poursuivre leur périple. Tous, ou presque, sont haïtiens.
    « J’ai quitté Port-au-Prince après le tremblement de terre de 2010. J’ai d’abord vécu en Guyane française, où ma fille est née, puis au Brésil », raconte Michael, qui travaillait comme maçon avant la pandémie. Avec sa famille et des amis, il a fait le voyage en bus depuis Sao Paulo. Il leur a fallu traverser l’Amazonie, la Bolivie, le Pérou, l’Equateur puis la Colombie, du sud au nord. Quinze jours de route non-stop. « C’était long », résume la fillette de 7 ans, à qui les autorités de Guyane ont refusé un passeport français. La plupart des Haïtiens bloqués à Necocli arrivent, comme Michael, du Brésil ou du Chili, les deux pays sud-américains qui ont reçu le plus d’Haïtiens après le séisme de 2010. Ils logent dans les petits hôtels de la modeste station balnéaire, chez l’habitant ou sur la plage.
    Necocli compte en temps normal quelque 22 000 habitants. Le Panama, qui a officiellement rouvert ses frontières il y a huit mois, ne laisse passer les migrants qu’au compte-gouttes. Seuls 500 d’entre eux sont autorisés, chaque jour, à passer la frontière. Or, il en arrive entre 1 200 et 1 500 quotidiennement à Necocli. Le maire du bourg, Jorge Tobon, a exprimé ses craintes à la presse de voir le nombre de migrants atteindre 30 000 d’ici à la fin du mois. « Le phénomène dépasse la capacité institutionnelle de n’importe quelle municipalité, en matière de santé, de logements, d’alimentation », a déclaré l’élu. La Colombie tente de convaincre le Panama d’augmenter ses quotas.
    La route migratoire qui passe par le nord de la Colombie n’est pas nouvelle. Mais jamais Necocli n’avait reçu autant de candidats au rêve américain. Comment expliquer le brusque mouvement migratoire des Haïtiens installés en Amérique du Sud ? Sur place, certains mentionnent la pandémie, d’autres l’arrivée au pouvoir de Joe Biden. L’ombudsman colombien, Carlos Camargo, évoque « des causes diverses ». Il rappelle que « le Chili, qui avait donné aux Haïtiens des visas humanitaires après le tremblement de terre de 2010, n’a pas renouvelé leur statut » et considère que « la dégradation de la situation économique au Brésil et la crise en Haïti depuis le tremblement de terre d’août dernier et l’assassinat du président » Jovenel Moïse ont également poussé les Haïtiens au départ. Personne n’évoque ouvertement l’action de mafias pour inciter les migrants à quitter leur pays.Débordé, l’hôpital de Necocli demande du renfort. « En temps de pandémie, un tel rassemblement humain constitue évidemment un risque sanitaire, affirme Ricardo Arzuza, sous-directeur de l’hôpital. Les migrants représentent aujourd’hui plus du quart des consultations de l’hôpital. Le surpeuplement des logements, les difficultés d’accès à l’eau potable et les défaillances du ramassage des ordures dans la municipalité compliquent encore la situation. Les infections respiratoires et les diarrhées sont les pathologies les plus fréquentes. » Depuis février dernier, date de la première grosse vague de migrants endiguée à Necocli, l’ONU et plusieurs organisations non gouvernementales sont venues constater l’urgence humanitaire. Mais, pour le moment, seule la Croix-Rouge colombienne est sur le terrain. Un poste de santé a été installé, début septembre, sur la plage. Mais, les premiers jours, le conteneur qui tient lieu de cabinet médical est resté vide. « Il a fallu gagner la confiance des Haïtiens, particulièrement méfiants », explique Edwin Montoya, responsable local de la Croix-Rouge. Les migrants en transit, qui savent leur statut fragile, n’aiment ni les questions ni le contact avec les autorités. « Tickets, Tiké » : le panneau coloré qui annonce le prix des billets pour Capurgana est rédigé en anglais pour les touristes et en créole pour les Haïtiens. Le tarif officiel de 160 000 pesos (35 euros) a doublé en un an. Et le marché de la revente se porte bien. Un migrant dit avoir payé 140 dollars pour une traversée en bateau d’une heure et demie. Selon les fonctionnaires de la mairie, les migrants tardent entre une semaine et dix jours avant de pouvoir embarquer.
    Derrière le panneau « Interdit de camper sur la plage », les petites tentes de couleur et de plastique noir dessinent un damier serré dans la lumière du matin. Le linge sèche sur les cordes des bateaux échoués. Les femmes cuisinent sur de petits réchauds de camping. La mer fait office de salle de bains et de WC. Une infirmière de la Croix-Rouge admire que « dans des conditions aussi précaires les Haïtiens maintiennent leurs habitudes d’hygiène : ils sont tous incroyablement propres et soignés ».Sur les étals des vendeurs ambulants, les maillots de bain, les lunettes de soleil et les crèmes solaires ont cédé la place aux bottes, aux lampes de poche, aux sacs de couchage et aux couteaux de survie. Pour atteindre le Panama, les migrants devront franchir à pied une jungle épaisse et inhospitalière. Aucune route, aucun sentier balisé ne traverse, en effet, le « bouchon du Darien », qui sépare l’Amérique du Sud de l’Amérique centrale. Les passeurs y font la loi. Les migrants seront sous leur coupe pendant six jours. « C’est un enfer qui les attend », résume Edwin, en regardant les enfants qui jouent joyeusement sur la plage. « Il y a quelques années, on a vu arriver des Cubains. C’est eux qui ont ouvert la voie. Ensuite, il y a eu des Vénézuéliens, puis des Africains et même, dernièrement, des Asiatiques, détaille Luz Marina, propriétaire d’un modeste hôtel aux chambres sans fenêtre. Eux, là, sont népalais. » Oli King explique, avec ses mains et ses trois mots d’anglais, que lui et ses camarades ont fait le voyage en avion de Katmandou à Sao Paulo et que, de là, ils sont venus, eux aussi, en bus. « Vous parlez d’un voyage, commente Luz Marina. Ce serait quand même plus simple pour eux d’aller en Chine, non ? Il paraît que c’est devenu une puissance. » Les paramilitaires, qui il y a vingt ans faisaient régner la terreur dans toute la région de l’Uraba, sont devenus discrets, mais, à Necocli, ils continuent de défendre leur business. Celui du trafic de drogue est florissant. Le très puissant Clan del Golfo contrôle-t-il également celui des migrants ? « Personne ne vous le dira, raconte un fonctionnaire bavard. Mais vous pouvez constater qu’aucune compagnie maritime extérieure n’est venue profiter du boom des migrants, et que les pêcheurs se gardent bien de proposer leur embarcation aux Haïtiens. C’est dire si le transport maritime est strictement régulé. »Cinq heures du matin. Des dizaines d’Haïtiens descendent, chargés de valises et de paquets, du premier bus de la journée, sous l’œil indifférent des passants matinaux. Dans les rues poussiéreuses et bruyantes de Necocli, l’espagnol et le créole sont désormais au coude à coude, sans que personne ne s’en offusque. « Les migrants ? Moi, je dis que ce sont des clients comme les autres », résume Liliana, propriétaire d’un restaurant sur la plage. « A Necocli, nous n’avons enregistré aucune manifestation de xénophobie contre les migrants », confirme Edwin Montoya. « Ici, nous sommes tous métis, rappelle Luz Marina. Et tous fils de Dieu. Le racisme n’a pas sa place. D’autant moins que l’arrivée des Haïtiens a été une bonne chose pour le commerce local. » Sans touristes, Necocli périclitait depuis le début de la pandémie. Les Haïtiens, qui ont économisé pendant des mois avant d’entreprendre le voyage, ont encore trois sous en poche quand ils arrivent à Necocli. Beaucoup reçoivent de l’argent de leur famille installée aux Etats-Unis. Comparés aux Vénézuéliens et aux Cubains, ils font paradoxalement figure de « nantis ». Des nantis qui dorment sur la plage, avant d’affronter l’enfer de la jungle.

    #Covid-19#migrant#migration#haiti#colombie#etatsunis#sante#vulnerabilite#crise#pandemie#politiquemigratoire#violence

  • Afghanistan et Haïti, deux visages de l’échec américain

    D’un côté, des humanitaires venant en aide à un pays frappé de plein fouet par un nouveau séisme ; de l’autre, des militaires dépassés par une foule prenant d’assaut un aéroport, cherchant désespérément à fuir la terreur qui vient. Les deux visages de la politique états-unienne ? En réalité, de l’Afghanistan à Haïti, se donne à voir une stratégie unique et un échec commun.

    https://entreleslignesentrelesmots.blog/2021/08/23/afghanistan-et-haiti-deux-visages-de-lechec-americain

    #international #usa #haiti #afghanistan

    • Afghanistan : Une armée qui évacue un pays en catastrophe ou pas, n’oublie pas ceux qui l’ont aidé.
      Collaborateurs, mercenaires, auxiliaires, indicateurs . . . . qui l’ont aidé à occuper le pays, en faisant le plus souvent un trés sale, sanglant, travail.

      Ils peuvent servir ailleurs, ne serait ce que comme mercenaires, tueurs . . .

  • Les tremblements de terre d’Haïti exigent une solution haïtienne (plus appel UNNOH)

    Haïti fait à nouveau la une des journaux, ce qui ne semble se produire qu’en période de crise – un scandale, une catastrophe, la violence. Ces récits dominent l’imaginaire de la plupart des personnes résidant en dehors d’Haïti. Depuis 2010, pour beaucoup, Haïti est synonyme de « tremblement de terre ». Quant aux habitants d’Haïti, ils n’ont pas besoin qu’on leur rappelle « douz janvye » – le 12 janvier – et la réponse de l’aide internationale, car le pays est encore marqué par les répliques humanitaires, ce que Raoul Peck [réalisateur, scénariste haïtien] appelait « l’assistance mortelle ». Haïti est un cimetière de projets d’ONG qui ont échoué, qui sont éparpillés sur le territoire, comme des pierres tombales. Le Palais national, toujours non reconstruit, n’est peut-être pas le meilleur symbole de l’effritement de la souveraineté haïtienne.

    https://entreleslignesentrelesmots.blog/2021/08/19/les-tremblements-de-terre-dhaiti-exigent-une-solution-h

    #international #haiti

  • Haïti : l’assassinat du président « est le marqueur de la privatisation de toutes les institutions publiques »

    Dans la nuit du 6 au 7 juillet 2021, le président haïtien, Jovenel Moïse, a été assassiné. L’impact médiatique a été redoublé par les ramifications internationales et les circonstances du crime, ainsi que par l’imbroglio institutionnel qui s’ensuit. Une vingtaine de mercenaires colombiens – dont plusieurs paraissent avoir été des informateurs du FBI et de la DEA (Drug Enforcement Administration), des agences de sécurité privée de Floride, le responsable de la garde présidentielle, sous le coup d’une investigation de Washington pour trafic d’armes, et des citoyens à la double nationalité, haïtienne et états-unienne, sont impliqués.

    https://entreleslignesentrelesmots.blog/2021/07/23/haiti-lassassinat-du-president-est-le-marqueur-de-la-pr

    #international #haiti

  • La machine à tuer, un texte de #Dany_Laferrière
    https://www.ledevoir.com/opinion/idees/616332/la-machine-a-tuer

    Je suis habitué. Chaque fois qu’il y a un événement en Haïti, de quelque nature que ce soit, on tente de me joindre. Au début, je perdais un temps fou à tenter d’expliquer au journaliste que j’en sais beaucoup moins que lui. Il renouvelle sa demande sur un ton plus posé, ce qui est une façon de me dire qu’il ne me croit pas.

    Pourquoi ? Depuis quand un intellectuel haïtien n’a-t-il rien à dire sur quelque sujet que ce soit relatif à Haïti ? Justement, je suis simplement un écrivain sans identité. Avec le temps, je dois reconnaître que le volume de demandes a beaucoup diminué.

    J’ai été candide de croire aussi qu’on voulait mon analyse du pays. Ce que je fais pourtant, en toute solitude, depuis 35 ans. En fait, on veut coller mon nom à côté d’une déclaration banale que n’importe qui d’autre aurait pu faire. Ce matin, j’avais l’impression qu’on attendait que je confirme la mort du président du fond de mon lit à Montréal.

    #Haïti

  • Haïti : appel à la solidarité des camarades de la Centrale Continentale des Travailleurs et Travailleuses de l’Éducation (CTE) + texte de James Darbouze

    La révolution haïtienne, résultat de la première révolte d’esclaves réussie de l’histoire de l’humanité, a changé l’ordre mondial, colonial, raciste et esclavagiste. Elle a constitué un grand espoir pour le monde noir et pour tous les peuples opprimés du monde en quête de liberté et de bien-être collectif. Christiane TAUBIRA a mis en évidence ce qu’Haïti représente pour le monde et les noirs en particulier en ces termes : « Ce n’est pas à moi seule que le peuple d’Ayiti a ouvert les avenues d’un monde de justice et de fraternité. Ce fut aussi au monde noir, dans son entier, qui y reconnaît la première République Indépendante, arrachée puis codifiée par d’anciens esclaves, édifiée à la morgue de l’empire colonial. Ce fut aussi un cadeau pour le monde opprimé dans sa quête de référence et de modèle dans un univers non seulement hostile, mais qui, comme l’assénait Frantz Fanon, déjà s’emparait de son passé pour le défigurer, le distordre. [1] »

    https://entreleslignesentrelesmots.blog/2021/06/28/haiti-appel-a-la-solidarite-des-camarades-de-la-central

    #international #haiti

  • Stop silence Haïti ! (2)

    La politique internationale vis-à-vis d’Haïti doit changer !

    En octobre 2020, était lancée la campagne internationale Stop silence Haïti ! Huit mois plus tard, où en est-on ? Toutes les exactions, violences et injustices dénoncées dans cet appel se sont aggravées. La pauvreté s’est accrue, la faim affecte plus de 4 millions de personnes, les enlèvements – doublés de viols –, se sont multipliés, et les bandes armées ont encore étendu leur pouvoir. L’insécurité généralisée touche toutes les couches de la population, compromettant un peu plus l’accès a

    https://entreleslignesentrelesmots.blog/2021/06/11/stop-silence-haiti-2

    #international #haiti

  • Avec les propos de Jean d’Amérique, écrivain haïten, « l’aigle impériale » prend du plomb dans l’aile.

    Le rôle de Napoléon dans l’histoire de la révolution haïtienne n’est pas une mémoire oubliée en Haïti. Les gens savent le mal que l’esclavagisme rétabli en 1802 par le consulat, ce système d’exploitation capitaliste, a fait au pays et au peuple haïtien. Mais d’une certaine façon, on peut dire que les Haïtiens ont déjà résolu les questions qui agitent aujourd’hui les Français, puisqu’ils ont résisté et renversé ce système. Il n’y a pas de débat. Peut-être que l’enseignement, ou la transmission de l’histoire en général ne va pas assez en profondeur pour que chacun puisse vraiment comprendre tous les enjeux autour de ce qui s’est passé dans la colonie de Saint-Domingue où naîtra en 1804 la première république noire d’Haïti. D’ailleurs, on peut parfois avoir l’impression que les Haïtiens n’ont que ça à célébrer : la victoire contre Napoléon. Haïti reconnaît ses héros, il n’y a pas d’ambiguïté sur le personnage de Napoléon, personne ne s’interroge pour savoir si c’était « un mec bien ».

    https://aoc.media/entretien/2021/05/21/jean-damerique-en-haiti-il-ny-pas-dambiguite-sur-le-personnage-de-napoleon/?loggedin=true
    (voir en commentaire de ce post)

    #Haïti #esclavage #Premier-Empire #colonialisme #femmes_en_luttes #littérature #théâtre #oralité

    • Jean D’Amérique : « En Haïti, il n’y a pas d’ambiguïté sur le personnage de Napoléon »
      Par Raphaël Bourgois
      Journaliste

      Pour le jeune écrivain haïtien Jean D’Amérique, l’affaire est entendue et ne souffre aucune ambiguïté : le rôle de Napoléon dans l’histoire ne peut être séparé du rétablissement de l’esclavage. Si l’affaire ne souffre aucun débat en Haïti, la mémoire de la lutte pour l’indépendance et contre l’esclavage, de ses héros, reste à construire dans toute sa complexité. La littérature peut y participer, et peut-être créer les conditions d’une mémoire commune qui fait aujourd’hui défaut.

      Jean D’Amérique, jeune poète, dramaturge et romancier haïtien, est actuellement en résidence d’écriture en France, ce qui lui a permis de suivre les débats qui ont agité la commémoration du bicentenaire de la mort de Napoléon. Pour constater qu’il y a encore un long chemin à parcourir avant de réconcilier les mémoires, notamment sur la question sensible de l’esclavage, son abolition, son rétablissement, ses répercussions jusqu’à nos jours, sa réparation… Ses poèmes rassemblés dans des recueils comme Petite fleur du ghetto (Atelier Jeudi Soir, 2015) ou Nul chemin dans la peau que saignante étreinte (Cheyne, 2017) ; ses pièces de théâtre comme Cathédrale des cochons (éditions Théâtrales, 2020) ; son premier roman Soleil à coudre (Actes Sud, 2021) ; toute son œuvre est traversée par la violence et le chaos qui font le quotidien d’Haïti sans la résumer.

      Actuellement en France, en résidence d’écriture, vous avez pu suivre tous les débats qui ont entouré les commémorations du bicentenaire de la mort de Napoléon, notamment sur la question du rétablissement de l’esclavage. À ce sujet, on s’est finalement peu interrogé sur ce que les premiers intéressés en pensaient. Quelle mémoire les Haïtiens gardent-ils de Napoléon ?
      Le rôle de Napoléon dans l’histoire de la révolution haïtienne n’est pas une mémoire oubliée en Haïti. Les gens savent le mal que l’esclavagisme rétabli en 1802 par le consulat, ce système d’exploitation capitaliste, a fait au pays et au peuple haïtien. Mais d’une certaine façon, on peut dire que les Haïtiens ont déjà résolu les questions qui agitent aujourd’hui les Français, puisqu’ils ont résisté et renversé ce système. Il n’y a pas de débat. Peut-être que l’enseignement, ou la transmission de l’histoire en général ne va pas assez en profondeur pour que chacun puisse vraiment comprendre tous les enjeux autour de ce qui s’est passé dans la colonie de Saint-Domingue où naîtra en 1804 la première république noire d’Haïti. D’ailleurs, on peut parfois avoir l’impression que les Haïtiens n’ont que ça à célébrer : la victoire contre Napoléon. Haïti reconnaît ses héros, il n’y a pas d’ambiguïté sur le personnage de Napoléon, personne ne s’interroge pour savoir si c’était « un mec bien ».

      Vous évoquez l’esclavagisme comme un système capitaliste, pensez-vous que le système des plantations, défendu par Napoléon à travers la décision de rétablir l’esclavage, doit être vu comme la prémisse du capitalisme qui se développera au XIXe siècle ?
      Oui, tout à fait. C’est clairement, selon moi, ce qui s’est passé à Saint-Domingue : la mise en place par les colons d’un système capitaliste qui, pour exister, utilise tous les moyens de la répression, de la violence et du racisme. Le capitalisme et l’esclavage sont indissociables. Je dirais même que le second, tel que l’a connu Haïti, est le socle du premier ; la traite des êtres humains est l’un des plus grands produits du capitalisme. C’est l’enfance même de ce système. Les colons qui sont arrivées sur l’île n’étaient intéressés que par une seule chose : la richesse, le profit. Ils ont vu là une terre à exploiter, et trouvé en Afrique des êtres humains à kidnapper afin de nourrir leur système. Le capitalisme est à l’origine de toutes les formes de violence qui se passent et qui se sont passées à Haïti.

      Il y a un héros haïtien qui est particulièrement mis en avant, c’est Toussaint Louverture, figure de proue de la révolution. Est-ce qu’il y a là aussi selon vous un décalage entre la mémoire haïtienne et la mémoire française ?
      Toussaint Louverture a une place importante en Haïti, et en effet, comme vous le suggérez, on ne traite pas la mémoire de ce héros de la même façon qu’en France. Je prendrais pour exemple l’inauguration récente, à Paris où je me trouve actuellement, d’un jardin Toussaint Louverture. Je dois dire que j’ai beaucoup ri lorsque j’ai lu le panneau, où a été inscrit « Toussaint Louverture, général français », alors que Toussaint est une personnalité essentielle de cette période de lutte contre l’esclavage – donc contre la France ! Mais il n’est pas considéré de cette façon en France, ni d’ailleurs les autres héros de Haïti. Je voudrais dire ici que je trouve tout de même étrange qu’on n’évoque que Toussaint en France, alors que la révolution haïtienne a été portée par beaucoup d’autres personnalités. Je pense à Jean-Jacques Dessalines, cet ancien esclave, lieutenant de Toussaint Louverture, qui proclame l’indépendance d’Haïti le 1er janvier 1804. Il est certain que Dessalines portait une vision beaucoup plus radicale, qui l’a mené à conduire la révolte jusqu’à l’indépendance d’Haïti. Ce qui n’est évidemment pas un bon souvenir pour la France… Alors que Toussaint, lui, a été capturé et déporté sur le sol français, où il est mort un an avant la proclamation de l’indépendance. Aujourd’hui, on tente de réhabiliter Toussaint, mais dans une perspective française. Et c’est cela qui pose problème : l’incapacité à replacer l’Histoire à l’endroit où elle se passe vraiment.

      Comment l’expliquez-vous ?
      Les Français pensaient pouvoir négocier avec Toussaint et éventuellement lever les obstacles au rétablissement de l’esclavage. Il faut reconnaître qu’il a lui aussi joué ce jeu de la négociation, jusqu’au moment où il s’est fait capturer. Mais je pense que cette bienveillance à l’égard de Toussaint Louverture n’est pas une reconnaissance de son véritable combat et de celui des autres héros et héroïnes de la guerre d’indépendance. Je parle de Dessalines, je parle de Sanité Belair, je parle de Dutty Boukman – qui initia une révolte d’esclaves lors de la cérémonie du Bois Caïman, le 14 août 1791, acte fondateur de la révolution haïtienne – et de beaucoup d’autres. La réhabilitation de Toussaint Louverture en France n’est rien d’autre qu’une posture. Car il n’y a pas de négociation possible avec un interlocuteur qui veut absolument rétablir l’esclavage. J’entends ou je lis souvent que la France a aboli l’esclavage à Saint-Domingue. C’est complètement faux, et ce n’est pas parce qu’il existe des textes qui le proclament que c’est vrai. Haïti a longtemps combattu l’esclavage, même avant 1791, où la rébellion va prendre une telle ampleur qu’elle mènera à la révolte générale des esclaves, il a toujours existé des mouvements de résistance. Toutes les tentatives d’action de la France vis-à-vis de cette insurrection ont eu pour but de remettre en place le système colonial, jamais de l’abolir. Ce sont les esclaves qui ont aboli l’esclavage.

      Il y a une question qui agite le débat en France, c’est celle de la réparation. Puisqu’au moment de l’abolition, ce sont les propriétaires d’esclaves qui ont reçu des compensations, la question se pose aujourd’hui de la façon dont la France pourrait indemniser la société haïtienne actuelle, héritière de cette époque. Quel est votre sentiment à ce sujet ?
      C’est très important, parce que ce qui s’est passé est très grave. Je crois en effet que la première chose à faire est une réparation, pas tout à fait « symbolique », mais une réparation au niveau du discours autour de ces évènements. Jusqu’à présent, la France a du mal à reconnaître cette histoire et les responsabilités qu’elle porte, mais pour avancer il faut que les choses puissent être dites, il faut que tous les acteurs reconnaissent ce qui s’est passé. Au niveau matériel, la réparation financière est également indispensable selon une idée simple : vous m’avez volé quelque chose, il est juste que vous me la rendiez. Il n’y a pas de débat à avoir là-dessus, et ce n’est pas parce que le temps a passé que ce n’est plus important. Il ne s’agit pas du tout de répondre à un sentiment de rancune, d’une revanche, mais d’une nécessité si nous voulons nous réconcilier avec cette mémoire commune. Il faut recoudre ce qui a été totalement déchiré. La réparation de l’histoire comme la réparation matérielle des dégâts qui ont été causés sont essentielles.

      Est-ce que cette histoire nourrit votre travail d’écrivain, à la fois de poète, d’auteur de théâtre, de romancier ? Lorsque vous abordez la violence actuelle en Haïti, estimez-vous qu’elle est l’héritière directe de cette époque ?
      Haïti porte toujours les séquelles de l’esclavage, et cela ne fait aucun doute pour moi que les racines de la situation actuelle, instable et violente, plongent dans cette époque. La dette contractée par Haïti auprès de la France en 1825 pour prix de son indépendance, et pour indemniser les propriétaires d’esclaves, a été payée jusqu’à très récemment, et continue de peser puisqu’elle a participé à son appauvrissement. Cette dette coloniale a fait beaucoup de mal à un pays qui était en train de se construire, ou de se reconstruire, après avoir vécu une longue période sous le joug du système esclavagiste. C’est comme si l’esclavage continuait sous une autre forme, et aujourd’hui, dans le rapport entre Haïti et la France, le fait que l’État français n’arrive pas à reconnaître ses responsabilités dans cette histoire partagée pose beaucoup de problèmes à Haïti. Il y a une ambiguïté qui subsiste.
      Pour en venir au traitement littéraire de cette période de l’histoire, il est vrai que je travaille surtout sur des thèmes qui ont un rapport avec l’actualité ou, en tout cas, les temps actuels. Mais je me suis emparé de ce sujet d’une façon particulière : je suis en train de terminer une pièce de théâtre composée autour d’une figure héroïque de cette période, Sanité Belair, une jeune femme qui s’est engagée très tôt dans le combat anticolonialiste. Elle a vécu entre 1780 et 1802, et s’est engagée très tôt dans sa vie, en pleine effervescence des mouvements de libération. Elle a grimpé rapidement les échelons dans l’armée révolutionnaire haïtienne, d’abord sergente, elle accède au grade de lieutenante. Elle se fera capturer par les colons en octobre 1802, une période décisive qui se situe un an avant la dernière bataille qui scellera l’accès d’Haïti à l’indépendance. À l’époque, les rebelles capturés étaient exécutés selon leur genre : les hommes fusillés, et les femmes décapitées. Sanité Belair refuse le sort qui lui est destiné et elle obtient le droit d’être fusillée. C’est un acte politiquement fort. Je travaille donc autour de cette figure, et surtout de sa représentation aujourd’hui, dans l’Histoire, que ce soit en Haïti ou en France, par rapport à cette place qu’elle occupe, ou en tout cas devrait occuper.

      Quelle est cette place selon vous ?
      Elle est sous-estimée : en Haïti, on connait son nom mais pas forcément son histoire ; en fait, dans les espaces dits de mémoire de l’esclavage ou des combats anti-esclavagistes, elle est mise en retrait, voire totalement absente. Dans le musée du Panthéon national en Haïti, elle n’a pas la même place que les autres héros. Sur le Champ de Mars en Haïti, qui est la plus grande place publique de Port-au-Prince, toute une partie de l’espace public est dédiée à des héros de l’indépendance – mais elle n’y est pas, contrairement à d’autres figures qui reviennent tout le temps : Dessalines, Toussaint, Henri Christophe (militaire devenu président de la République du Nord, puis premier roi de Haïti), Alexandre Pétion (militaire devenu président de la République du Sud). Sa seule et unique présence dans l’espace public en Haïti est son portrait qui figure depuis près d’une dizaine d’années sur le billet de dix gourdes, la monnaie nationale, soit le billet avec la plus petite valeur. De plus, et ceci est assez problématique à mon sens, son portrait a remplacé celui d’une autre femme, Catherine Flon, insurgée et fille naturelle de Dessalines, qui a créé le drapeau bicolore de Haïti. En France, c’est encore pire, Sanité Belair n’est tout simplement jamais évoquée. À part très récemment par Christiane Taubira en réaction à l’absence de discours d’Emmanuel Macron à l’occasion de la Journée nationale des mémoires de la traite, de l’esclavage et de leurs abolitions ce 10 mai dernier, alors qu’il avait tenu un long discours quelques jours plus tôt aux commémorations consacrées à Napoléon. Elle a qualifié ce silence « d’édifiant », et ajouté que plutôt que Bonaparte, elle choisit et préfère les figures de Toussaint Louverture, Sanité Belair et d’autres héros anti-esclavagistes non blancs. C’est l’une des seules fois où j’ai entendu son nom en France.
      Je travaille donc autour de la sous-représentation de cette figure de la révolution. Pour rédiger l’argumentaire de ma pièce, j’ai été amené à faire des recherches, mais il n’y a aucun document consacré essentiellement à son personnage. Dans la plupart des livres qui retracent l’histoire d’Haïti, je trouvais seulement – et encore, quand elle y figurait – des textes de la taille d’un paragraphe, d’une page à la limite, et dans lesquels se trouvent toujours les mêmes informations. Par conséquent, je travaille aussi à partir de cette absence de matière. C’est évidemment tout l’inverse de Napoléon qui a fait l’objet d’innombrables volumes, de milliers et de milliers de pages. Ce déséquilibre m’amène à poser ces questions : comment fabrique-t-on les héros et héroïnes ? qui choisit-on de préserver dans l’histoire, et pourquoi ? Ce ne sont pas des choix innocents que de mettre, à un moment particulier, telle ou telle personne en avant. Si aujourd’hui ce débat, cette soi-disant polémique autour de Napoléon se produit en France, c’est parce que le traitement d’un sujet d’une telle ampleur dans l’Histoire – dans la manière de raconter l’Histoire – a forcément un impact sur la société. Notre vision des choses est construite par ce que nous lisons, par ce qu’on nous raconte, par ce qui est représenté dans l’espace public… Toutes ces représentations construisent des symboles, un imaginaire collectif. Et cette absence de conscience historique en France ne permet pas à notre génération de trouver un terrain abordable pour regarder l’avenir ensemble, parce qu’il existe ce vide dans la manière de raconter l’Histoire.

      Quel rôle peut tenir une pièce comme celle que vous êtes en train d’écrire. Il ne s’agit pas de faire un travail d’historien ?
      Pas du tout ! La pièce que je suis en train de terminer n’est même pas biographique en tant que telle : c’est une transposition de l’histoire de Sanité Belair dans notre temps. Je m’inspire du parcours de cette femme pour l’amener dans l’espace contemporain, afin qu’elle vienne elle-même nous poser la question de l’oubli en manipulant les outils à disposition aujourd’hui, le fonctionnement de notre société. Je pense que l’écriture me permet d’aller beaucoup plus loin que le travail historique en tant que tel. En effet, les informations peuvent bien exister, mais que fait-on avec cette Histoire ? La littérature permet pour moi d’ouvrir une brèche, et même de tenter de réparer ce qui est absent dans celle-ci. Grâce à la littérature et avec l’Histoire, je vais essayer de provoquer une transformation du réel, de ses éléments historiques, afin de proposer d’autres perspectives sur celui-ci. Écrire, c’est refuser ce qui existe déjà, refuser le monde tel qu’il est, tel qu’on le conçoit, tel qu’on l’envisage ; c’est créer un autre monde, exprimer un désir d’un autre monde, d’une autre manière de voir les choses. Et j’ai l’impression que la littérature me permet de faire cette opération.

      C’est une forme de résistance. Comment êtes-vous venu à l’écriture ?
      Par résistance, justement. J’ai commencé à écrire sous l’influence du rap, qui était très en vogue en Haïti à une certaine époque, disons entre 2005 et 2008. Lorsque cet âge d’or du rap haïtien a commencé, je venais de quitter la petite campagne où je suis né pour Port-au-Prince, où j’habitais dans un quartier assez précaire. Ma rencontre avec le rap, c’était un reflet de ma condition sociale et aussi une poésie brute, virulente, qui va interpeller directement le réel. Plus tard, au lycée, quelques-uns de mes professeurs de lettres ont remarqué ce que je produisais dans leurs cours, et ils m’ont dirigé vers d’autres lectures que celles qui étaient demandées à l’école. À ce moment-là, j’ai commencé à nourrir énormément ma culture littéraire. D’autre part, je présentais les textes que j’écrivais à l’époque dans des petites soirées à Port-au-Prince. C’est ainsi qu’au fur et à mesure, la passion grandit. Et cette passion est devenue un métier. Je m’inscris totalement dans le mouvement dit du spoken words, et revendique ce double héritage, à la fois de la littérature qui « vient des livres » et de la littérature qui vient du rap.

      Le lien entre les deux cela pourrait être l’oralité ?
      Oui, l’oralité et aussi l’importance pour moi de faire certaines références qui peuvent paraître décalées de la part d’un écrivain. Quelques exemples : je cite Tupac Shakur dans l’introduction de mon roman Soleil à coudre, et dans le corps de celui-ci, j’ai glissé une référence à Kendrick Lamar. J’ai aussi cité des rappeurs dans plusieurs de mes recueils de poèmes. Je veux redonner place à cette part de mon héritage qui vient du hip hop et qui est souvent « sectionné » de la chose littéraire. On attend plus d’un auteur qu’il cite Romain Gary ou Albert Camus. Mais ces deux mondes peuvent se côtoyer, et dans mon cas les deux m’ont nourri. Ce qui m’intéresse aussi lorsque j’écoute des musiciens comme Keny Arkana ou Kery James pour citer des Français, ce n’est pas seulement le contenu, mais aussi le rythme et la scansion. D’ailleurs je peux aussi écouter de la trap, un style qui ne se distingue pas par la dimension « consciente » de ses textes. Le rapport puissant avec l’oralité continue à exister chez moi. J’aime beaucoup porter mes textes sur scène et les dire à haute voix parce que cela leur donne une allure, une existence autre ; c’est aussi la possibilité de partager une énergie directe avec le public. Quand j’écris quelque chose, je me projette en train de le présenter devant un public, pour l’assumer immédiatement. J’aime bien cet instant-là où je peux dire directement les choses. Ce qui n’est pas la même chose dans un livre : l’impact peut y être, mais on ne le « voit » pas. C’est une chose difficile à articuler… Pour moi, les mots dans un livre sont différents des mots qui, à travers une voix, deviennent vivants.
      Cette oralité du rap vient aussi compléter un héritage de l’imaginaire haïtien que je porte. Tous nos jeux d’enfants étaient traversés par des chants, par des rythmes… La place de la parole reste forte, aujourd’hui encore, dans l’espace populaire en Haïti : presque toutes les activités du quotidien sont accompagnées de musique. Les marchands ambulants, en se promenant, ont chacun une musique différente qui accompagne ce qu’ils vendent, et qu’on finit par reconnaître tout de suite. C’est quelque chose qui fait partie intrinsèque de la vie haïtienne et dont je me suis beaucoup nourri.

      Vous avez publié votre premier roman Soleil à coudre cette année aux éditions Actes Sud. Pourquoi avez-vous ressenti le besoin d’aborder aussi cette forme d’écriture, et que reste-t-il de l’oralité que vous défendez ?
      Je n’ai pas l’impression que cette démarche littéraire diverge beaucoup de ce que je faisais avant, si ce n’est qu’elle me permet de déployer une histoire, des personnages sur une temporalité plus longue. Mais le poète et le dramaturge continuent à exister dans le roman. En réalité, c’est la même recherche poétique qui continue, mais elle prend d’autres chemins et d’autres enveloppes. Des éléments que j’ai explorés, qui sont présent dans certaines de mes pièces de théâtre comme Cathédrale des cochons (éditions Théâtrales, 2020), se retrouvent dans Soleil à coudre : la force de la parole, la force du verbe contre la répression et contre la violence. Tête Fêlée notamment, le personnage principal, est portée par une sorte de logorrhée intérieure, qui la fait exister quand elle la déverse, tout à coup. Elle existe parce qu’elle raconte, parce qu’elle fait entendre sa voix. Elle est déchirée par un monologue, et il faut que cela explose. J’aime bien cette façon de construire mes personnages : non par des descriptions physiques, qui sont presque inexistantes dans le texte, mais par la parole, la parole poétique. Donner à voir le corps du personnage importe peu, au final, parce que ce dernier émerge par une figure qu’on ne peut saisir que par ce qu’elle dit. Surtout, on n’écoute pas de la même façon lorsqu’on peut voir le corps qui est en train de s’exprimer. Même si un homme et une femme disent la même chose, nous ne recevrons pas leur parole de la même façon. Pour moi, c’était important de déplacer le regard et de recourir à une autre forme de représentation des personnages. J’ai effacé le corps. Et j’ai donné libre cours à la voix.

      Vos personnages principaux sont le plus souvent des femmes. Qu’est ce qui se joue pour vous dans le choix de personnages féminins ?
      C’est très important pour moi parce que je viens d’un milieu où on m’a appris beaucoup de choses dont je n’avais pas besoin, et qui ont fait beaucoup de mal à mon esprit, dans le sens où j’ai été formaté par l’école, l’église, la société. Tout mon cheminement a consisté à essayer de déconstruire ces idées, d’abord en moi, puis d’inviter les autres à une représentation différente du monde. C’est pourquoi, aussi, je ne cherche pas à en faire un sujet dans mon travail littéraire. Je n’ai pas l’habitude de croiser dans les récits ou dans les romans autant de femmes que d’hommes, mais je ne vais pas le formuler dans mon texte. Je vais essayer d’introduire l’idée sans la dire, simplement par une manière de la représenter. Je suis conscient de ma volonté de faire apparaître des personnages féminins dans mes textes, mais je n’ai pas besoin de le crier sur tous les toits parce que ce n’est pas quelque chose qui doit être exceptionnel. Lorsqu’il n’y a que des hommes dans un récit, personne ne pose la question : « pourquoi c’est un homme ? »
      Certes, c’est important d’en discuter dans la société, mais il n’y a pas qu’en fustigeant les inégalités qu’on peut les changer. Il faut aussi proposer d’autres récits, d’autres manières de voir le monde, parce que si nous sommes empreints de sexisme aujourd’hui, c’est à cause des formes de représentation qu’on nous a données et qui nous ont construites. Je suis convaincu qu’on peut transformer les choses juste en proposant une autre perspective, juste en proposant un autre monde. Nous avons toujours été nourris par un système hétéronormé, mais je peux essayer de représenter un monde où je l’ai aboli. Avec le temps, je suis persuadé que cela portera ses fruits.

      Vous croyez donc à la performativité des mots, à leur impact sur l’évolution de la vie, sur l’évolution sociale ?
      Absolument, parce que ce sont eux qui nous construisent : c’est ce qu’on lit, ce qu’on apprend, ce qu’on entend des discours qu’il y a sur le monde. Bien sûr, l’impact de la littérature en tant que telle prend du temps pour se produire. Il n’en est pas moins réel. Écrire Soleil à coudre n’a pas le même poids que descendre manifester dans la rue à Port-au-Prince, mais cet acte n’est pas moins important que l’autre, même si ses retombées mettront plus de temps à se faire ressentir. C’est avec cette conscience-là que j’écris : d’être en train de créer une nourriture pour l’esprit, et de devoir être conscient de tous les enjeux qui l’entourent, parce que c’est elle qui nous façonnera demain. Je crois à cette transformation, à long terme, par la littérature.

      Mais que peuvent-ils face à la violence qui frappe aujourd’hui Haïti ?
      En ce moment, la situation d’Haïti est chaotique, on ne peut pas le nier. Mais ce portrait de la violence et du chaos politique qui revient souvent quand on évoque mon pays ne reflète pas complètement le visage d’Haïti. La catastrophe politique, c’est l’État haïtien, pas le peuple haïtien. Le peuple haïtien a toujours vécu très loin de l’État, c’est-à-dire dans l’abandon total de ce dernier, qui n’utilise son pouvoir qu’à ses propres fins. Cet État a créé la violence d’aujourd’hui, au fur et à mesure de l’évolution de ses intérêts politiques : les personnes au pouvoir ont distribué des armes dans les quartiers populaires et ainsi soutenu la formation de gang qu’ils pensaient pouvoir garder à leur main. Mais cette stratégie s’est retournée contre eux : aujourd’hui, ils ne parviennent plus à reprendre le contrôle de ces lieux, et c’est cela qui a créé le chaos. En ce moment, une dictature se met en place dans le pays : Jovenel Moïse, le président au pouvoir, qui a vu son mandat prendre fin en février dernier, refuse de partir et d’organiser de nouvelles élections. Il a perdu tout soutien populaire, d’autant plus que les Haïtiens ne l’avaient pas vraiment élu à la base, puisqu’il faut se souvenir que le premier tour qui lui a donné la majorité absolue s’était tenu six semaines après l’ouragan Matthew en novembre 2016. Le taux de participation a été établi à 21%. La majorité de la population souhaite passer à autre chose, et en réponse ce gouvernement utilise tous les moyens de violence pour garder le pouvoir. Il faut parvenir à aller au-delà de cette image de violence pour découvrir le vrai visage de Haïti. Je l’ai traité dans mon roman, en y apportant une nuance pour permettre aux lecteurs et aux lectrices de comprendre que ce peuple vit dans une violence subie et est amené parfois à en produire. Mais elle n’a pas été créée par eux : c’est une violence héritée. J’essaie, toujours subtilement, d’amener à voir les soubassements du problème. Le pays ne se résume pas à sa sphère politique, il faut prendre en compte toute sa richesse artistique et littéraire, ces domaines qui sont en dehors du pouvoir de l’État. Le vrai visage d’Haïti est à chercher là où vit et dans ce que fait le peuple.

      _Cet entretien a été donné dans le cadre de l’exposition « Napoléon » de la Réunion des Musées Nationaux et La Villette, il fait partie du supplément « Manifesto » conçu par AOC et disponible sur le site de l’exposition.
      https://expo-napoleon.fr/manifesto/_

  • Stop silence ! La politique internationale vis-à-vis d’Haïti doit changer !

    Appel international lancé par le Centre Tricontinental (CETRI) en Belgique et endossé par plusieurs organismes en France, au Bénin, en Espagne, en Allemagne et au Québec, notamment la Coalition haïtienne au Canada contre la dictature en Haïti

    En octobre 2020, était lancée la campagne internationale Stop silence Haïti ! Huit mois plus tard, où en est-on ? Toutes les exactions, violences et injustices dénoncées dans cet appel se sont aggravées. La pauvreté s’est accrue, la faim affecte plus de 4 millions de personnes, les enlèvements – doublés de viols –, se sont multipliés, et les bandes armées ont encore étendu leur pouvoir. L’insécurité généralisée touche toutes les couches de la population, compromettant un peu plus l’accès aux services sociaux de base, dont l’éducation et la santé.

    https://entreleslignesentrelesmots.blog/2021/05/26/stop-silence-la-politique-internationale-vis-a-vis-dhai

    #international #haïti

  • Ajout : Haïti : c’est au peuple de prendre en mains le pays

    Entrevue avec Walner Osna par Ruby Chabannes, ONFR+, 20 mai 2021

    Étudiant au doctorat en sociologie à l’Université d’Ottawa, assistant à l’enseignement, membre du Collectif de recherche sur les migrations et les racismes (COMIR) et de la Coalition haïtienne au Canada contre la dictature en Haïti, Walner Osna est un spécialiste des enjeux d’Haïti, son pays d’origine.

    https://entreleslignesentrelesmots.blog/2021/04/17/haiti-les-organisations-feministes-dans-la-lutte-contre

    #haïti

  • Haïti : les organisations féministes dans la lutte contre la dictature

    La résistance des femmes haïtiennes face à l’injustice et l’oppression remonte depuis les luttes anti colonialistes-esclavagistes-racistes d’avant l’indépendance d’Haïti, même si celle-ci est encore invisibilisée. Cette résistance s’est matérialisée par la réappropriation que les captives-esclaves-négresses ont faite de leur corps à partir de leurs pratiques d’avortement, d’infanticide qui s’inscrivaient dans un refus d’alimenter le système colonial/esclavagiste/patriarcal de nouveau humain-objet, humain-marchandise, humain-capital. La lutte de ces femmes a été rendue manifeste dans leurs pratiques d’empoisonnement des colons [1], leurs implications dans les pratiques de marronnage et les affrontements dans la guerre pour l’indépendance.

    https://entreleslignesentrelesmots.blog/2021/04/17/haiti-les-organisations-feministes-dans-la-lutte-contre

    #féminisme #international #haïti

  • Haïti : Recommencer la révolution

    Les Haïtien·nes ont une nouvelle fois manifesté contre le président « de facto » Jovenel Moïse. Au-delà du calendrier électoral et référendaire qu’il veut imposer, avec le soutien de l’international, c’est la reproduction d’un pouvoir inégalitaire et subalterne qui est rejeté. Amorce d’un recommencement de la révolution haïtienne ?

    https://entreleslignesentrelesmots.blog/2021/04/02/haiti-recommencer-la-revolution

    #international #haïti

  • –-
    #Relations_Internationales #Etats-Unis
    Les Etats-Unis sont fatigués du monde, par Benoît Bréville (Le Monde diplomatique, mai 2016)
    http://www.monde-diplomatique.fr/2016/05/BREVILLE/55468

    Les USA avaient planifié une guerre informatique contre l’Iran - Politique - Numerama
    http://www.numerama.com/politique/146207-les-usa-avaient-planifie-une-guerre-informatique-contre-liran.html
    #Relations_Internationales #Orient #Iran #Etats-Unis #Documentaires

    À Washington, scénarios pour un conflit majeur, par Michael Klare (Le Monde diplomatique, septembre 2016)
    http://www.monde-diplomatique.fr/2016/09/KLARE/56193


    #Russie #Etats-Unis #Chine #Asie

    La Russie installe des missiles à capacité nucléaire aux portes de l’Otan | Courrier international
    http://www.courrierinternational.com/depeche/la-russie-installe-des-missiles-capacite-nucleaire-aux-portes
    #Russie #OTAN

    « La Russie a de nouveau installé ses missiles Iskander capables d’emporter des têtes nucléaires dans son enclave de Kaliningrad, frontalière de deux pays de l’Otan, a annoncé samedi Vilnius, tout en notant que l’objectif de Moscou est d’obtenir de l’Occident des concessions sur la Syrie et l’Ukraine. »

    « Depuis le début de la crise ukrainienne en 2014, la Russie a multiplié les démonstrations de force avec une série d’exercices militaires dsans des régions bordant les Etats baltes, membres de l’Otan.

    L’Otan a réagi en décidant de déployer dès l’année prochaine quatre bataillons multinationaux en Pologne et dans les trois pays baltes pour renforcer son flanc oriental. »

    Les premiers chars américains débarquent en Europe pour se déployer à l’est
    http://www.rtbf.be/info/monde/detail_les-premiers-chars-americains-debarquent-en-europe-pour-se-deployer-a-l-

    CADTM - Comment Washington tente de déstabiliser les gouvernements progressistes
    LES DOSSIERS DE WIKILEAKS SUR L’AMÉRIQUE LATINE
    2 novembre par Alexander Main , Dan Beeton
    http://cadtm.org/Comment-Washington-tente-de

    -"Source : Jacobin, 29 septembre 2015.
    Jacobin est une revue trimestrielle américaine de gauche. (...)

    Traduction : Mireille Azzoug

    Révision et édition : Mémoire des luttes"

    –"En recourant à la contrainte (les conditionnalités attachées aux prêts du FMI) et à l’endoctrinement (en formant les Chicago boys de la région), les Etats-Unis ont réussi, dès le milieu des années 1980, à répandre l’évangile de l’austérité fiscale, de la déréglementation, du prétendu « libre-échange », de la privatisation et de la réduction draconienne du secteur public à l’échelle de tout le continent.

    Le résultat fut étonnamment semblable à ce que l’on a pu voir en Grèce" ;

    –"Une bonne partie de l’histoire des efforts du gouvernement américain pour contenir et faire refluer la vague anti-néolibérale est accessible à travers les dizaines de milliers de câbles diplomatiques de WikiLeaks en provenance des missions diplomatiques américaines de la région, du début des années 2000 à 2010. Les câbles – que nous analysons dans le livre The WikiLeaks Files : The World According to U.S. Empire publié par Verso Books – révèlent jour après jour les mécanismes d’intervention politique des Etats-Unis en Amérique latine" ;

    –"Certaines des méthodes d’intervention déployées en Bolivie eurent leur pendant dans d’autres pays dirigés pas des gouvernements de gauche ou abritant de forts mouvements de gauche. Par exemple, après le retour au pouvoir de la gauche sandiniste en 2007, l’ambassade américaine à Managua se mobilisa pour doper le soutien au parti d’opposition de droite, l’Alliance libérale nicaraguayenne (ANL)" ;

    –"De tels câbles devraient être lus par tous ceux qui étudient la diplomatie américaine ou qui sont curieux de comprendre comment fonctionne dans la réalité le système américain de « promotion de la démocratie ». A travers l’USAID, la Fondation nationale pour la démocratie (National Endowment for Democracy- NED), le NDI, l’IRI et autres entités paragouvernementales, Washington apporte une aide considérable aux mouvements politiques soutenant les objectifs politiques et économiques des Etats-Unis." ;

    –"Deux mois avant ce scrutin, le conseiller politique de l’ambassade avait alerté Washington sur le fait que Correa allait sans aucun doute « rejoindre le groupe Chavez-Morales-Kirchner des dirigeants nationalistes-populistes sud-américains ». " ;

    –"En avril 2007, 80% des électeurs équatoriens ratifièrent la proposition d’assemblée constituante et, en 2008, 62% d’entre eux se prononcèrent en faveur d’une nouvelle constitution. Ce texte consacrait une série de principes progressistes, dont la souveraineté alimentaire, les droits au logement, à la santé, à l’emploi et le contrôle de l’exécutif sur la banque centrale (un véritable interdit dans la feuille de route néolibérale).

    Au début 2009, Correa annonça que l’Equateur ferait défaut sur une partie de sa dette extérieure. Cette mesure, avec d’autres, récentes, provoqua la fureur de l’ambassade, tout comme la décision du président de rapprocher l’Equateur des pays membres de l’Alliance bolivarienne pour les peuples de notre Amérique (ALBA), créée à l’initiative du Venezuela et de Cuba en 2004 pour faire échec à la Zone de libre échange des Amériques, ALCA), à l’époque fortement promue par l’administration Bush. Mais l’ambassadeur avait aussi conscience que les Etats-Unis n’avaient que peu de prise sur Correa" ;

    –"En avril 2002, le gouvernement américain soutint publiquement un coup d’Etat militaire de courte durée qui éloigna Chavez du pouvoir pendant 48 heures. Les documents de la NED auxquels on a pu avoir accès grâce à la loi sur la liberté de l’information montrent que les Etats-Unis fournissaient des fonds, ainsi qu’une formation à la « promotion de la démocratie » à des groupes qui avaient soutenu le coup d’Etat et furent ultérieurement impliqués dans la « grève » des managers" ;

    –"On ne doit pas oublier que les câbles de WikiLeaks n’offrent aucun aperçu sur les activités des services de renseignement américains qui agissent de façon plus secrète (...) Néanmoins, ils apportent amplement la preuve des efforts continus et déterminés des diplomates américains pour intervenir contre les gouvernements indépendants de gauche en Amérique latine, en utilisant l’octroi de subsides, les multiples instruments disponibles dans la boîte à outils de la « promotion de la démocratie » – et parfois en soutenant (y compris financièrement) des méthodes violentes et illégales." ;

    –"En juin 2014, le vice-président américain Joe Biden lançait l’Initiative pour la sécurité énergétique des Caraïbes (Caribbean Energy Security Initiative), considérée comme un « antidote » à PetroCaribe" ;

    –"la gauche est largement devenue majoritaire en Amérique latine. A l’exception du Honduras et du Paraguay, où des coups d’Etat de droite ont chassé les présidents élus, presque tous les mouvements de gauche arrivés au pouvoir au cours des 15 dernières années sont aujourd’hui toujours aux commandes. Largement grâce à l’action de ces gouvernements, entre 2002 et 2013 le taux de pauvreté a fortement baissé dans la région, passant de 44 à 28%, après avoir empiré au cours des deux décennies précédentes. Ces succès et la détermination des dirigeants de gauche à prendre des risques pour se débarrasser du diktat néolibéral devraient aujourd’hui servir de modèle à la gauche anti-austérité européenne." ;

    –"Il y a beaucoup d’autres choses que l’on peut apprendre des câbles de WikiLeaks. Pour les chapitres « Amérique latine » et « Caraïbes » de notre livre The WiliLeaks Files, nous avons passé en revue des centaines de câbles et nous sommes en mesure d’identifier des modes distincts d’intervention américaine que nous décrivons plus amplement dans l’ouvrage (certains ont déjà été exposés par ailleurs). D’autres auteurs ont fait la même chose que nous pour d’autres régions du monde. Mais il y a plus de 250 000 câbles (35 000 rien que pour l’Amérique latine) et il reste sans aucun doute encore bien d’autres aspects notables de la diplomatie américaine en action qui attendent d’être dévoilés.

    Malheureusement, après l’excitation initiale provoquée par la mise à disposition des câbles, peu de journalistes et de chercheurs ont montré un réel intérêt pour eux."

    #Relations_internationales #Etats-unis #Bolivie #Evo_Morales #Nicaragua #Equateur #Rafael_Correa #Vénézuela #Hugo_Chavez #ONG #Wikileaks #Amérique_latine #Guerre_Froide #Haïti #PetroCaribe #Ingérence #USAID #OTI_Office_for_Transition_Initiatives #Amérique_du_Sud

    Le monde selon Donald Trump, par Michael Klare (Le Monde diplomatique, janvier 2017)
    http://www.monde-diplomatique.fr/2017/01/KLARE/56966

    « Elle tranche avec celle de la plupart des experts ou responsables politiques cotés à Washington.
    Ceux-ci, comme s’en aperçoit vite quiconque séjourne dans la capitale, voient des cercles concentriques qui se déploient à partir de la Maison Blanche. »
    « Pendant des décennies, la politique étrangère américaine a visé à renforcer les liens avec et entre les pays amis, et à affaiblir ou à isoler les exclus. »
    « il est étranger à toute conception structurée attribuant des rôles définis aux alliés, amis et ennemis. Il se retrouve donc dans l’approche de M. Rex Tillerson, le patron d’ExxonMobil, qu’il a choisi comme secrétaire d’État. Les deux hommes perçoivent le monde comme une vaste jungle »

    La Constitution contre Donald Trump, par Anne Deysine (Le Monde diplomatique, avril 2017) #Institutions
    https://www.monde-diplomatique.fr/2017/04/DEYSINE/57384

    Donald Trump s’épanouit en chef de guerre, par Michael Klare (Le Monde diplomatique, mai 2017)
    http://www.monde-diplomatique.fr/2017/05/KLARE/57462

    –-La CIA publie en ligne 12 millions de pages de documents déclassifiés - Libération Par Martina Castigliani — 18 janvier 2017 #Relations_Internationales_Histoire
    #Histoire_Relations_Internationales
    http://www.liberation.fr/planete/2017/01/18/la-cia-publie-en-ligne-12-millions-de-pages-de-documents-declassifies_154

    [11/09/2001] Terrorisme, l’arme des puissants, par Noam Chomsky
    http://www.les-crises.fr/11092001-terrorisme-larme-des-puissants-par-noam-chomsky

    -"Un cas, celui du Nicaragua, n’est pas discutable : il a en effet été tranché par la Cour internationale de justice de La Haye et par les Nations unies. Interrogez-vous pour savoir combien de fois ce précédent indiscutable d’une action terroriste à laquelle un Etat de droit a voulu répondre avec les moyens du droit a été évoqué par les commentateurs dominants. Il s’agissait pourtant d’un précédent encore plus extrême que les attentats du 11 septembre : la guerre de l’administration Reagan contre le Nicaragua provoqua 57 000 victimes, dont 29 000 morts, et la ruine d’un pays, peut-être de manière irréversible." ;

    –"Ce précédent ne fait aucun doute. Combien de fois en avons-nous parlé à l’université, dans les journaux ?" ;

    –"on a tort de penser que le terrorisme serait l’instrument des faibles. Comme la plupart des armes meurtrières, le terrorisme est surtout l’arme des puissants. Quand on prétend le contraire, c’est uniquement parce que les puissants contrôlent également les appareils idéologiques et culturels qui permettent que leur terreur passe pour autre chose que de la terreur.

    L’un des moyens les plus courants dont ils disposent pour parvenir à un tel résultat est de faire disparaître la mémoire des événements dérangeants ; ainsi plus personne ne s’en souvient." ;

    –"tout cela eut lieu dans un climat idéologique marqué par les proclamations enthousiastes des intellectuels occidentaux. Il y a quelques années, l’autocongratulation faisait fureur : fin de l’histoire, nouvel ordre mondial, Etat de droit, ingérence humanitaire, etc. C’était monnaie courante alors même que nous laissions se commettre un chapelet de tueries. Pis, nous y contribuions de façon active. Mais qui en parlait ? L’un des exploits de la civilisation occidentale, c’est peut-être de rendre possible ce genre d’inconséquences dans une société libre. Un Etat totalitaire ne dispose pas de ce don-là." ;

    –"Certes, d’autres pays avaient soutenu la guerre d’Ankara contre les Kurdes, mais aucun avec autant de zèle et d’efficacité que les Etats-Unis. Ce soutien bénéficia du silence ou – le mot est peut-être plus juste – de la servilité des classes éduquées américaines. Car elles n’ignoraient pas ce qui se passait. Les Etats-Unis sont un pays libre après tout ; les rapports des organisations humanitaires sur la situation au Kurdistan appartenaient au domaine public. A l’époque, nous avons donc choisi de contribuer aux atrocités." ;

    –"Lutter contre le terrorisme impose de réduire le niveau de la terreur, pas de l’accroître. Quand l’IRA commet un attentat à Londres, les Britanniques ne détruisent ni Boston, ville dans laquelle l’IRA compte de nombreux soutiens, ni Belfast. Ils cherchent les coupables, puis ils les jugent."

    #Etats_Unis #Relations_internationales #Terrorisme #Nicaragua #Noam_Chomsky

    –Les cabotages diplomatiques de Donald Trump, par Olivier Zajec (Le Monde diplomatique, janvier 2018)
    https://www.monde-diplomatique.fr/2018/01/ZAJEC/58242

    « Idiots utiles » du Pentagone, par Serge Halimi (Le Monde diplomatique, février 2018)
    https://www.monde-diplomatique.fr/2018/02/HALIMI/58393

    "le Pentagone vient d’achever une étude qui préconise un emploi plus généreux de l’arme nucléaire (1). Celle-ci étant actuellement trop destructrice pour que son utilisation soit imaginable, et ne jouant donc pas son rôle de dissuasion, il conviendrait de la miniaturiser davantage afin de pouvoir y recourir contre un éventail plus étendu d’agressions. Y compris « non nucléaires »"

    Retrait américain de #Syrie : Paris et Londres inquiets, Moscou jubile | Courrier international
    https://www.courrierinternational.com/depeche/trump-se-desengage-du-moyen-orient-poutine-se-rejouit.afp.com

  • Solidarité avec le peuple haïtien dans sa lutte pour la démocratie, la justice et les réparations de la MINUSTAH

    La Via Campesina se joint aux mouvements sociaux et à la société civile pour exprimer sa solidarité au peuple d’Haïti dans sa lutte pour la démocratie, la justice et les réparations de la MINUSTAH. Lisez la déclaration complète ci-dessous.

    https://entreleslignesentrelesmots.blog/2021/03/25/solidarite-avec-le-peuple-haitien-dans-sa-lutte-pour-la

    #international #haïti

  • Dominican Republic to construct fence along border with Haiti

    The Dominican Republic will begin constructing a fence along its 376-kilometer (234 mi) border with Haiti later this year to curb unauthorized migration and illicit trade, President Luis Abinader said on Saturday.

    “In a period of two years, we want to put an end to the serious problems of illegal immigration, drug trafficking and the movement of stolen vehicles,” Abinader said in a presentation to Congress.

    Construction of the border fence, whose cost has not been disclosed, will begin in the second half of 2021, Abinader said.

    The barrier will include a double-fence in the “most conflictive” sections, along with motion sensors, facial recognition cameras and infrared systems, he added, speaking on the 177th anniversary of the country’s independence from Haiti.

    According to government estimates, about 500,000 Haitian immigrants resided in the Dominican Republic as of 2018, along with tens of thousands of their children born in the Caribbean country. A large part of the Haitian community, which makes up about 5% of the total population, does not have residency permits.

    The announcement came a month after the government agreed to help Haiti provide identity documents to its citizens living in Dominican territory.

    https://www.reuters.com/article/us-dominicanrepublic-immigration/dominican-republic-to-construct-fence-along-border-with-haiti-idUSKCN2AR0OL

    #murs #frontières #barrières_frontalières #Haïti #République_dominicaine

    • Dominican Republic to build wall on Haiti border

      The president of the Dominican Republic Luis Abinader has announced plans to build a fence along its border with Haiti which extends for about 380kms or 236 miles.

      According to Abinader, the barrier will help curb illegal immigration, drugs and the flow of stolen vehicles between the two countries, which share the Caribbean island of Hispaniola. He also said work on the barrier would start later this year.

      “In a period of two years, we want to put an end to the serious problems of illegal immigration, drug trafficking and the movement of stolen vehicles,” Abinader said in an address to Congress.

      The cost of the project has not been disclosed.

      Abinader said the barrier in some “conflictive” sections would include a double fence along with motion sensors, infrared systems and facial recognition cameras.

      Haiti is one of the poorest nations in the western hemisphere and relations between the two neighbours have been historically difficult.

      The Dominican Republic, which has a population of about 11 million, has already constructed some stretches of fencing along the border.

      It is estimated that about 500,000 Haitian migrants are living in the country — many of them there illegally.

      In January, the Government agreed to help Haiti provide identity papers to its citizens living in the neighbouring territory.

      http://www.jamaicaobserver.com/news/dominican-republic-to-build-wall-on-haiti-border_215939

    • Dominican Republic-Haiti border fence continues

      Jimaní, Dominican Republic.- The construction of the fence between the Dominican Republic and Haiti continues.

      It’s an ambitious undertaking: 390 kilometers slicing through Hispaniola.

      The work begun before President Luis Abinader announced his plans to build a fence along the entire dividing line to stop illegal immigration and smuggling.

      To date, the work already has 23 kilometers, about four meters high, it sits on a cement brick wall and is topped by a spiral of razor wire, already with rust marks in some sections due to the humidity of the salt lake.

      The goal, according to Abinader, is to end irregular immigration, drug trafficking, smuggling and theft of vehicles and livestock within two years.

      The longest section of the fence starts on the shores of Lake Azuei.

      https://dominicantoday.com/dr/uncategorized/2021/05/12/dominican-republic-haiti-border-fence-continues

  • Haïti : appel à la solidarité de la société civile internationale !

    Le 4 février 2021, à l’approche de l’expiration constitutionnelle du mandat de M. Jovenel Moise (2016-2021), nous, signataires de la présente note, Socioprofessionnels-lles Progressistes Haïtiens-nes, avons lancé un appel à solidarité à la société civile internationale pour dénoncer l’appui inconditionnel des Nations Unies, prévenir les dérives tyranniques de l’actuel gouvernement et alerter l’opinion publique des pays dits amis d’Haïti, la société civile internationale – sur la politique que mènent les Nations Unies, depuis plus de dix ans en Haïti.

    Nous avons dénoncé le mépris caractérisé du BINUH envers les aspirations légitimes du peuple haïtien à la démocratie, à la justice, et au bien-être ; et avons insisté sur le fait que la politique onusienne en Haïti est en train de conduire la population à la dislocation sociale et à la détresse morale et physique.

    https://entreleslignesentrelesmots.blog/2021/02/25/haiti-appel-a-la-solidarite-de-la-societe-civile-intern

    #international #haïti

  • Immigration Enforcement and the Afterlife of the Slave Ship

    Coast Guard techniques for blocking Haitian asylum seekers have their roots in the slave trade. Understanding these connections can help us disentangle immigration policy from white nationalism.

    Around midnight in May 2004, somewhere in the Windward Passage, one of the Haitian asylum seekers trapped on the flight deck of the U.S. Coast Guard’s USCGC Gallatin had had enough.

    He arose and pointed to the moon, whispering in hushed tones. The rest of the Haitians, asleep or pretending to be asleep, initially took little notice. That changed when he began to scream. The cadence of his words became erratic, furious—insurgent. After ripping his shirt into tatters, he gestured wildly at the U.S. Coast Guard (USCG) watchstanders on duty.

    I was one of them.

    His eyes fixed upon mine. And he slowly advanced toward my position.

    I stood fast, enraptured by his lone defiance, his desperate rage. Who could blame him? Confinement on this sunbaked, congested, malodorous flight deck would drive anyone crazy—there were nearly 300 people packed together in a living space approximately 65 feet long and 35 feet wide. We had snatched him and his compatriots from their overloaded sailing vessel back in April. They had endured week after week without news about the status of their asylum claims, about what lay in store for them.

    Then I got scared. I considered the distinct possibility that, to this guy, I was no longer me, but a nameless uniform, an avatar of U.S. sovereignty: a body to annihilate, a barrier to freedom. I had rehearsed in my mind how such a contingency might play out. We were armed only with nonlethal weapons—batons and pepper spray. The Haitians outnumbered us 40 to 1. Was I ready? I had never been in a real fight before. Now a few of the Haitian men were standing alert. Were they simply curious? Was this their plan all along? What if the women and children joined them?

    Lucky for me, one of the meanest devils on the watch intervened on my behalf. He charged toward us, stepping upon any Haitians who failed to clear a path. After a brief hand-to-hand struggle, he subdued the would-be rebel, hauled him down to the fantail, and slammed his head against the deck. Blood ran from his face. Some of the Haitians congregated on the edge of the flight deck to spectate. We fastened the guy’s wrists with zip ties and ordered the witnesses to disperse. The tension in his body gradually dissipated.

    After fifteen minutes, the devil leaned down to him. “Are you done? Done making trouble?” His silence signified compliance.

    Soon after, the Haitians were transferred to the custody of the Haitian Coast Guard. When we arrived in the harbor of Port-au-Prince, thick plumes of black smoke rose from the landscape. We were witnessing the aftermath of the CIA-orchestrated February coup against President Jean-Bertrand Aristide and the subsequent invasion of the country by U.S. Marines under the auspices of international “peacekeeping.” Haiti was at war.

    None of that mattered. Every request for asylum lodged from our boat had been rejected. Every person returned to Haiti. No exceptions.

    The Gallatin left the harbor. I said goodbye to Port-au-Prince. My first patrol was over.

    Out at sea, I smoked for hours on the fantail, lingering upon my memories of the past months. I tried to imagine how the Haitians would remember their doomed voyage, their detention aboard the Gallatin, their encounters with us—with me. A disquieting intuition repeated in my head: the USCG cutter, the Haitians’ sailing vessel, and European slave ships represented a triad of homologous instances in which people of African descent have suffered involuntary concentration in small spaces upon the Atlantic. I dreaded that I was in closer proximity to the enslavers of the past, and to the cops and jailors of the present, than I ever would be to those Haitians.

    So, that night, with the butt of my last cigarette, I committed to cast my memories of the Haitians overboard. In the depths of some unmarked swath of the Windward Passage, I prayed, no one, including me, would ever find them again.

    In basic training, every recruit is disciplined to imagine how the USCG is like every other branch of the military, save one principle: we exist to save lives, and it is harder to save lives than to take them. I was never a very good sailor, but I took this principle seriously. At least in the USCG, I thought, I could evade the worst cruelties of the new War on Terror.

    Perhaps I should have done more research on the USCG’s undeclared long war against Haitian asylum seekers, in order to appreciate precisely what the oath to “defend the Constitution of the United States against all enemies, foreign and domestic” would demand of me. This war had long preceded my term of enlistment. It arguably began in 1804, when the United States refused to acknowledge the newly liberated Haiti as a sovereign nation and did everything it could to insulate its slaving society from the shock waves of Haiti’s radical interpretation of universal freedom. But in our present day, it began in earnest with President Ronald Reagan’s Executive Order 12324 of 1981, also called the Haitian Migrant Interdiction Operation (HMIO), which exclusively tasked the USCG to “interdict” Haitian asylum seekers attempting to enter the United States by sea routes on unauthorized sailing vessels. Such people were already beginning to be derogatorily referred to as “boat people,” a term then borrowed (less derogatorily) into Haitian Kreyòl as botpippel.

    The enforcement of the HMIO and its subsequent incarnations lies almost entirely within the jurisdiction of federal police power acting under the authority of the executive branch’s immigration and border enforcement powers. It does not take place between nations at enmity with one another, but between vastly unequal yet allied powers. Its strategic end is to create a kind of naval blockade, a fluid maritime border around Haiti, which remains under ever-present threat of invasion by a coalition of U.S. and foreign military forces.

    Adding to its asymmetry, the “enemies” to be vanquished on the battlefield are also unconventional: they are not agents of a state, but rather noncombatant individuals who are, in one sense or another, simply acting to save their own lives. During their incarceration aboard USCG cutters, they automatically bear the legal status of “economic migrant,” a person whom authorities deem to be fleeing poverty alone and therefore by definition ineligible for asylum. The meaning of this category is defined solely by reference to its dialectical negation, the “political refugee,” a person whom authorities may (or may not) deem to have a legible asylum claim because they are fleeing state persecution on the basis of race, creed, political affiliation, or sexual orientation. These abstractions are historical artifacts of a half-baked, all-encompassing theory of preemptive deterrence: unless USCG patrols are used to place Haiti under a naval blockade, and unless botpippel are invariably denied asylum, the United States will become flooded with criminals and people who have no means of supporting themselves. By 2003 John Ashcroft and the Bush administration upped the ante, decrying botpippel to be vectors of terrorism. On January 11, 2018, President Donald Trump, during efforts to justify ending nearly all immigration and asylum, described Haiti (which he grouped with African nations) as a “shithole country” where, as he asserted several months prior, “all have AIDS.”

    Haiti is now facing another such crisis. Its president, Jovenel Moïse, having already suspended nearly all elected government save himself, refused to step down at the end of his term on February 7, 2021, despite widespread protests that have shuttered the country. Moïse’s administration is currently being propped up by criminal syndicates, but they are slipping his grasp, and kidnapping for money is now so prevalent that people are terrified to leave their homes. So far, the Biden administration’s response has not been encouraging: though it has instructed ICE to temporarily halt deportations to Haiti, naval blockades remain in force, and the U.S. State Department has expressed the opinion that Moïse should remain in office for at least another year, enforcing the sense that Haiti is once again a U.S. client state.

    With regard to the Coast Guard’s longstanding orders to block Haitians seeking asylum, the modality of killing is not straightforward, but it is intentional. It consists of snatching the Haitian enemy from their vessel, forcing them to subsist in a state of bare life, and finally abandoning them in their home country at gunpoint. Of course, many may survive the ordeal and may even attempt another journey. But especially during acute phases of armed conflict and catastrophe, it is just as likely that—whether at the behest of starvation, disease, or violence—a return to Haiti is a death sentence.

    This banal form of murder is analogous to what Ruth Wilson Gilmore offers as her definition of racism in Golden Gulag (2007): “the state sanctioned or extralegal production and exploitation of group-differentiated vulnerability to premature death.” Based on the extant documentary record, I estimate that the USCG has interdicted at least 120,000 botpippel since the HMIO of 1981 took effect. Those who fell prey to an untimely demise following deportation died because the United States, though repeatedly responsible for undermining Haitian democracy and economic stability, nonetheless refuses to acknowledge that these actions have made Haiti, for many, mortally unsafe. The true death toll will never be known. Countless botpippel have simply disappeared at sea, plunged into a gigantic watery necropolis.

    Since 2004 U.S. officials have brought their forms of border policing strategies and tactics against Haitians to bear on land-based immigration and refugee policies against non-white asylum seekers. One of the most significant technical innovations of enforcement against Haitians was the realization that by detaining them exclusively within a maritime environment, the United States could summarily classify all of them as economic migrants—whose claims for asylum de facto have no standing—and prevent them from lodging claims as political refugees, which are the only claims with any hope of success. They were thus proactively disabled from advancing a request for asylum in a U.S. federal court, with all claims instead evaluated by an INS-designated official aboard the USCG vessel. The New York Times recently reported that, since late 2009, similar techniques have been adopted by Customs and Border Control agents patrolling sea routes along the California coast, which has resulted in a notable escalation of CBP naval patrols and aerial surveillance of the region. And in fact, the USCG has cooperatively supported these efforts by sharing its infrastructure—ports, cutters, and aircraft—and its personnel with CBP. All of this has been with the aim of making sure that asylum seekers never make it to the United States, whether by land or by sea.

    The Trump administration made the most significant use of this set of innovations to date, insisting that asylum claims must be made from camps on the Mexican side of the U.S. border—and therefore automatically invalid by virtue of being limited to the status of economic migrant. Thus, hundreds of thousands of non-white asylum seekers fleeing material precariousness, yes, but also the threat of violence in the Global South are, and will continue to be, caught in carceral webs composed of ICE/CBP goon squads, ruthless INS officials, and perilous tent cities, not to mention the prison guards employed at one of the numerous semi-secret migrant detention centers operating upon U.S. soil for those few who make it across.

    From the perspective of Haitian immigrants and botpippel, this is nothing new. Thousands of their compatriots have already served time at infamous extrajudicial sites such as the Krome detention center in Miami (1980–present), Guantanamo Bay (1991–93), and, most often, the flight decks of USCG cutters. They know that the USCG has long scoured the Windward Passage for Haitians in particular, just as ICE/CBP goon squads now patrol U.S. deserts, highways, and city streets for the undocumented. And they know that Trump’s fantasy of building a “Great Wall” on the U.S.–Mexico border is not so farfetched, because the USCG continues to enforce a maritime one around Haiti.

    The Biden administration has inherited this war and its prisoners, with thousands remaining stuck in legal limbo while hoping—in most cases, without hope—that their asylum claims will advance. Opening alternative paths to citizenship and declaring an indefinite moratorium on deportations would serve as foundations for more sweeping reforms in the future. But the core challenge in this political moment is to envision nothing less than the total decriminalization and demilitarization of immigration law enforcement.

    Botpippel are not the first undocumented people of African descent to have been policed by U.S. naval forces. The legal architecture through which the USCG legitimates the indefinite detention and expulsion of Haitian asylum seekers reaches back to U.S. efforts to suppress the African slave trade, outlawed by Congress in 1807, though domestic slaveholding would continue, and indeed its trade would be not only safeguarded but bolstered by this act.

    This marked a decisive turning point in the history of maritime policing vis-à-vis immigration. Per the Slave Trade Acts of 1794 and 1800, the United States already claimed jurisdiction over U.S. citizens and U.S. vessels engaged in the slave trade within U.S. territorial borders (contemporaneously understood as extending three nautical miles into the ocean). By 1808, however, the United States sought to extend its jurisdiction over the sea itself. Slaver vessels operating around “any river, port, bay, or harbor . . . within the jurisdictional limits of the United States” as well as “on the high seas” were deemed illegal and subject to seizure without compensation. The actual physical distance from U.S. soil that these terms referred to was left purposefully vague. To board a given vessel, a Revenue Cutter captain only had to suspect, rather than conclusively determine, that that vessel eventually intended to offload “international” (i.e., non-native) enslaved people into the United States. The 1819 iteration of the law further stipulated that U.S. jurisdiction included “Africa, or elsewhere.” Hence, in theory, after 1819, the scope of U.S. maritime police operations was simply every maritime space on the globe.

    Revenue Cutter Service captains turned the lack of any description in the 1808 law or its successive iterations about what should be done with temporarily masterless slaves into an advantage. They did what they would have done to any fugitive Black person at the time: indefinitely detain them until higher authorities determined their status, and thereby foreclose the possibility of local Black people conspiring to shuttle them to freedom. During confinement, captured Africans were compelled to perform labor as if they were slaves. For instance, those captured from the Spanish-flagged Antelope (1820) spent seven years toiling at a military fort in Savannah, Georgia, as well as on the local U.S. marshal’s plantation. As wards of the state, they were human only insofar as U.S. officials had a duty to force them to remain alive. Of those “rescued” from the Antelope, 120 ultimately died in captivity and 2 went missing. Following litigation, 39 survivors were sold to U.S. slaveowners to compensate Spanish and Portuguese claimants who had stakes in the Antelope and her enslaved cargo. Per the designs of the American Colonization Society, the remaining 120 Africans were freed upon condition that they be immediately deported to New Georgia, Liberia.

    This anti-Black martial abolitionism was therefore a project framed around the unification of two countervailing tendencies. While white planters consistently pushed to extend racial slavery into the southern and western frontiers, white northern financiers and abolitionists were in favor of creating the most propitious conditions for the expansion of free white settlements throughout America’s urban and rural milieus. Black people were deemed unfit for freedom not only because of their supposed inborn asocial traits, but because their presence imperiled the possibility for white freedom. To actualize Thomas Jefferson’s “Empire of Liberty,” the United States required immigration policies that foreshortened Black peoples’ capacities for social reproduction and thereby re-whitened America.

    This political aim was later extended in legislation passed on February 19, 1862, which authorized President Abraham Lincoln—who intended to solve the contradictions that led to the Civil War by sending every Black person in America back to Africa—to use U.S. naval forces to capture, detain, and deport undocumented people of East Asian/Chinese descent (“coolies”) while at sea. Henceforth, “the free and voluntary emigration of any Chinese subject” to the U.S. was proscribed unless a ship captain possessed documents certified by a consular agent residing at the foreign port of departure. At the time, the principal means for Chinese emigrants to obtain authorization would have been at behest of some corporation seeking expendable, non-white laborers contractually bound to work to death in mines and on railroads on the western frontiers—Native American lands stolen through imperialist warfare. White settlers presupposed that these Asians’ residency was provisional and temporary—and then Congress codified that principle into law in 1870, decreeing that every person of East Asian/Chinese descent, anywhere in the world, was ineligible for U.S. citizenship.

    Twelve years later, An Act to Regulate Immigration (1882) played upon the notion that non-white immigration caused public disorder. Through the use of color-blind legal language, Section 2 of this law specified that the United States must only accept immigrants who were conclusively not “convict[s], lunatic[s], idiot[s], or any person unable to take care of himself or herself without becoming a public charge.” The burden of proof lay on non-white immigrants to prove how their racial backgrounds were not already prima facie evidence for these conditions. Section 4 also stipulated that “all foreign convicts except those convicted of political offenses, upon arrival, shall be sent back to the nations to which they belong and from whence they came.” By which means a non-white person could demonstrate the “political” character of a given conviction were cleverly left undefined.

    It was not a giant leap of imagination for the United States to apply these precedents to the maritime policing of Haitian asylum seekers in the 1980s. Nor should we be surprised that the logic of anti-Black martial abolitionism shapes present-day U.S. immigration policy.

    Political philosopher Peter Hallward estimates that paramilitary death squads executed at least a thousand supporters of Lavalas, President Aristide’s party, in the weeks following Aristide’s exile from Haiti on February 29, 2004. The first kanntè (Haitian sailing vessel) the Gallatin sighted one morning in early April had likely departed shortly thereafter.

    The first people from our ship that the Haitians met were members of the boarding team, armed with pistols, M-16s, shotguns, and zip ties. Their goal was to compel the hundred or so aboard the kanntè to surrender their vessel and allow us to deposit them on the flight deck of our ship. Negotiations can take hours. It is not uncommon for some to jump overboard, rather than allow boarding to occur uninhibited. If immediate acquiescence is not obtained, we will maneuver ourselves such that any further movement would cause the small boat to “ram” the Gallatin—an attack on a U.S. military vessel.

    On the Gallatin, we waited for uptake, outfitted with facemasks and rubber gloves. One at a time, we aided the Haitian adults to make the final step from the small boat to the deck of the cutter. We frisked them for weapons and then marched them to the fantail to undergo initial processing. Most of them appeared exhausted and confused—but compliant. Some may have already been in fear for their lives. One night aboard the USCGC Dallas, which hovered in Port-au-Prince Bay as a deportation coordination outpost and as a temporary detention site for Haitians awaiting immediate transfer to Haitian Coast Guard authorities, my friend and his shipmates asked their Kreyòl interpreter how he managed to obtain compliance from the botpippel. “I tell them you will hurt or kill them if they do not obey,” he joked, “so, of course, they listen.”

    Boarding all the Haitians took from midday until midnight. One of the last ones I helped aboard, a man dressed in a suit two sizes too large, looked into my eyes and smiled. He gently wept, clasped my hand tightly, and embraced me. I quickly pushed him off and pointed to the processing station at the fantail, leading him by the wrist to join the others. He stopped crying.

    Three things happened at the processing station. First, Haitians deposited the last of their belongings with the interpreter, ostensibly for safekeeping. Who knows if anyone got their things back. Second, a Kreyòl translator and one of the officers gave them a cursory interview about their asylum claims, all the while surrounded by armed sentries, as well as other Haitians who might pass that intelligence onto narcotics smugglers, paramilitary gangs, or state officials back in Haiti. Lastly, they received a rapid, half-assed medical examination—conducted in English. So long as they nodded, or remained silent, they passed each test and were shuffled up to the flight deck.

    We retired for the night after the boarding team set fire to the kanntè as a hazard to navigation. The Haitians probably didn’t know that this was the reason we unceremoniously torched their last hope for escape before their very eyes.

    About a week later, we found another kanntè packed with around seventy Haitians and repeated the process. Another USCG cutter transferred a hundred more over to the Gallatin. Our flight deck was reaching full capacity.

    We arrived at one kanntè too late. It had capsized. Pieces of the shattered mast and little bits of clothing and rubbish were floating around the hull. No survivors. How long had it been? Sharks were spotted circling at a short depth below the vessel.

    The Gallatin’s commanders emphasized that our mission was, at its core, humanitarian in nature. We were duty-bound to provide freshwater, food, and critical medical care. During their time aboard, Haitians would be treated as detainees and were not to be treated, or referred to, as prisoners. The use of force was circumscribed within clear rules of engagement. The Haitians were not in any way to be harmed or killed unless they directly threatened the ship or its sailors. Unnecessary violence against them could precipitate an internal review, solicit undue international criticism, and imperil the deportationist efficiency of INS officials. We were told that our batons and pepper spray were precautionary, primarily symbolic.

    It sounded like all I had to do was stand there and not screw anything up.

    Over the course of several watches, I concluded that, in fact, our job was also to relocate several crucial features of the abysmal living conditions that obtained on the kanntè onto the Gallatin’s flight deck. Though the flight deck was 80 feet by 43 feet, we blocked the edges to facilitate the crew’s movement and to create a buffer between us and the Haitians. Taking this into account, their living space was closer to 65 feet by 35 feet. For a prison population of 300 Haitians, each individual would have had only 7 feet 7 inches square to lie down and stand up. On the diagram of the eighteenth-century British slaver Brooks, the enslaved were each allocated approximately 6 feet 10 inches square, scarcely less than on the Gallatin. (Historian Marcus Rediker thinks that the Brooks diagram probably overstates the amount of space the enslaved were given.)

    Although some cutters will drape tarps over the flight deck to shield the Haitians from the unmediated effects of the sun, the Gallatin provided no such shelter. We permitted them to shower, once, in saltwater, without soap. The stench on the flight deck took on a sweet, fetid tinge.

    The only place they could go to achieve a modicum of solitude and to escape the stench was the makeshift metal toilet on the fantail. (On slave ships, solitude was found by secreting away to a hidden compartment or small boat to die alone; the “necessary tubs” that held human excrement were contained in the slave holds below deck.) They were permitted to use the toilet one at a time in the case of adults, and two at a time in the case of children and the elderly. For what was supposed to be no longer than five minutes, they had an opportunity to stretch, relax, and breathe fresh sea air. Nevertheless, these moments of respite took place under observation by the watchstander stationed at the toilet, not to mention the numerous Haitian onlookers at the rear of the flight deck.

    Despite our commanders’ reticence on the matter, the ever-present fear of revolt hovered underneath the surface of our standing orders. We were to ensure order and discipline through counterinsurgency protocols and techniques of incarceration that one might find in any U.S. prison. The military imperative aboard the Gallatin was to produce a sense of radical uncertainty and temporal disorientation in the Haitians, such that they maintain hope for an asylum claim that had already been rejected.

    In this context, there were four overlapping components to the security watch.

    The first component of the ship’s securitization was constant surveillance. We were not supposed to take our eyes off the Haitians for one moment. During the watch, we would regularly survey the flight deck for any signs of general unrest, conspiracy, or organized protest. Any minor infraction could later contribute to the eruption of a larger riot, and thus needed to be quickly identified and neutralized. We also had to observe their behavior for indications that one of them intended to jump overboard or harm another Haitian. All that said, we found a used condom one day. Surveillance is never total.

    The second was the limitation we placed on communication. We shrouded all USCG practices in a fog of secrecy. Conversing with the Haitians through anything other than hand signals and basic verbal commands was forbidden; physical contact was kept at bare minimum. Nonofficial speech among the watch was proscribed. Watchstanders were stripped of their identity, save their uniform, from which our nametags were removed. It was critical that botpippel forever be unable to identify us.

    Secrecy preemptively disabled the Haitians from collectively piecing together fragments of information about where our vessel had been, where it was now, and where it was going. Officially, the concern was that they might exploit the situation to gather intelligence about our patrol routes and pass this information to human or narcotics smugglers. We militated against their mapping out how the ship operated, its layout and complement, where living spaces and the armory were located, and so on. These were standard tactics aboard slaver vessels. As freed slave and abolitionist Olaudah Equiano observed, “When the ship we were in had got in all her cargo . . . we were all put under deck, so that we could not see how they managed the vessel.”

    On the Gallatin, the command also strove to maintain strict control over the narrative. They blocked sailors’ access to the open Internet and censored letters from home that contained news of global or domestic politics (and even just bad personal news). Knowledge of whether a particular asylum claim had failed or succeeded was hidden from all. A watchstander harboring political solidarity with—as opposed to mere empathy and pity for—the Haitians might compromise operational capacities, good judgment, and core loyalty to the USCG.

    Our third securitization strategy was to produce false knowledge of the future. The Haitians were led to believe that they were merely waiting aboard the ship because their asylum claims were still being vigorously debated by diplomatic entities in Washington. Their continued compliance was predicated on this differential of knowledge. They could not realize that they were moving in circles, being returned slowly to Haiti. If they lost all hope, we presumed they would eventually resist their intolerable conditions through violent means.

    Hence, our fourth securitization measure: USCG personnel were permitted to inflict several limited forms of physical and symbolic violence against the Haitians, not only in response to perceived noncompliance, but also as a means of averting the need to inflict even greater violence in the future.

    If it were not classified as a matter of national security, we might have a better grasp of how many times such instances occur aboard USCG vessels. I open this essay with a story of how we subdued and punished one person for resisting the rules. But it is known that punishment is sometimes inflicted on entire groups. A telling example took place on January 30, 1989, when the USCG captured the Dieu Devant with 147 Haitians aboard. One of them, Fitzroy Joseph, later reported in congressional hearings that, after they expressed a fear of being killed if returned to Haiti, USCG personnel “began wrestling with the Haitians and hitting their hands with their flashlights.” This was followed by threats to release pepper spray. Marie Julie Pierre, Joseph’s wife, corroborated his testimony, adding:

    [We were] asked at once if we feared returning to Haiti and everyone said yes we did. We said ‘down with Avril, up with Bush.’ We were threatened with tear gas but they didn’t use it. Many people were crying because they were so afraid. [Ti Jak] was hit by the officers because he didn’t want to go back. They handcuffed him. The Coast Guard grabbed others by the neck and forced them to go to the biggest boat. My older brother was also hit and treated like a chicken as they pulled him by the neck.

    Counterintuitively, our nonlethal weapons functioned as more efficient instruments of counterinsurgency than lethal weapons. Brandishing firearms might exacerbate an already tense situation in which the Haitians outnumbered the entire ship’s complement. It could also provide an opportunity for the Haitians to seize and turn our own guns against us (or one another). In contrast, losing a baton and a can of pepper spray represented a relatively minor threat to the ship’s overall security. In the event of an actual riot, the command could always mobilize armed reinforcements. From the perspective of the command, then, the first responders on watch were, to some extent, expendable. Nevertheless, sentries bearing firearms were on deck when we approached Haiti and prepared for final deportation. That is, the precise moment the Haitians realized their fate.

    Like the enslaved Africans captured by the Revenue Cutter Service, botpippel were human to us only insofar as we had to compel them, through the threat or actuality of violence, to remain alive. The Haitians ate our tasteless food and drank our freshwater—otherwise they would starve, or we might beat them for going on a hunger strike. They tended to remain silent and immobile day and night—otherwise they would invite acts of exemplary punishment upon themselves. The practices of confinement on the Gallatin represent a variant of what historian Stephanie Smallwood describes as a kind of “scientific empiricism” that developed aboard slave ships, which “prob[ed] the limits to which it is possible to discipline the body without extinguishing the life within.” Just as contemporary slavers used force to conserve human commodities for sale, so does the USCG use force to produce nominally healthy economic migrants to exchange with Haitian authorities.

    The rational utilization of limited forms of exemplary violence was an integral aspect of this carceral science. Rediker shows how slaver captains understood violence along a continuum that ranged from acceptably severe to unacceptably cruel. Whereas severity was the grounds of proper discipline as such, an act was cruel only if it led “to catastrophic results [and] sparked reactions such as mutiny by sailors or insurrection by slaves.” In turn, minor acts of kindness, such as dispensing better food or allowing slightly more free time to move above deck, were conditioned by these security imperatives. Furthermore, they exerted no appreciable change to the eventuality that the person would be sold to a slaveowner, for kindness was a self-aggrandizing ritual performance of authority that intended to lay bare the crucial imbalance of power relations at hand. This was, Rediker maintains, “as close as the owners ever came to admitting that terror was essential to running a slave ship.”

    The USCG’s undeclared long war against Haitian asylum seekers is but one front of a much longer war against people of African descent in the Americas. The entangled histories of the African slave trade and anti-Black martial abolitionism reveal how this war intimately shaped the foundations and racist intentions that underlay modern U.S. immigration and refugee policy writ large. And the Gallatin, her sailors, and the Haitians who were trapped on the flight deck, are, in some small way, now a part of this history, too.

    The Biden administration has the power to decisively end this war—indeed, every war against non-white asylum seekers. Until then, botpippel will continue to suffer the slave ships that survive into the present.

    https://bostonreview.net/race/ryan-fontanilla-immigration-enforcement-and-afterlife-slave-ship

    #esclavage #héritage #migrations #contrôles_migratoires #Haïti #gardes-côtes #nationalisme_blanc #USA #Etats-Unis #migrations #frontières #asile #réfugiés #USCG #Haitian_Migrant_Interdiction_Operation (#HMIO) #botpippel #boat_people

    #modèle_australien #pacific_solution

    ping @karine4 @isskein @reka

    • Ce décret de #Reagan mentionné dans l’article rappelle farouchement la loi d’#excision_territoriale australienne :

      But in our present day, it began in earnest with President Ronald Reagan’s Executive Order 12324 of 1981, also called the Haitian Migrant Interdiction Operation (HMIO), which exclusively tasked the USCG to “interdict” Haitian asylum seekers attempting to enter the United States by sea routes on unauthorized sailing vessels. Such people were already beginning to be derogatorily referred to as “boat people,” a term then borrowed (less derogatorily) into Haitian Kreyòl as botpippel.

      Excision territoriale australienne :


      https://seenthis.net/messages/416996

      –—

      Citation tirée du livre de McAdam et Chong : « Refugees : why seeking asylum is legal and Australia’s policies are not » (p.3)

      “Successive governments (aided by much of the media) have exploited public anxieties about border security to create a rhetorical - and, ultimately, legislative - divide between the rights of so-called ’genuine’ refugees, resettled in Australia from camps and settlements abroad, and those arriving spontaneously in Australia by boat.”

  • Haïti : la communauté internationale à contre-courant (+ texte de Lyonel Trouillot)

    Le 7 février 2021, le mandat du président Jovenel Moïse est arrivé à son terme. Mais celui-ci prétend demeurer un an de plus, le temps d’organiser un référendum constitutionnel et des élections. S’il se heurte à l’opposition de la majorité de la population, il peut compter sur le soutien de la communauté internationale.

    https://entreleslignesentrelesmots.blog/2021/02/10/haiti-la-communaute-internationale-a-contre-courant-tex

    #international #haïti