• ’Abuse is virtually constant’: female MPs speak about the threats they face | Politics | The Guardian
    https://www.theguardian.com/politics/2019/sep/26/abuse-is-virtually-constant-female-mps-speak-about-the-threats-they-fac
    https://i.guim.co.uk/img/media/b2f2665f7fdd59c143245969a9ca5ad5b4719602/0_0_2560_1536/master/2560.jpg?width=1200&height=630&quality=85&auto=format&fit=crop&overlay-ali

    The Guardian spoke to female MPs about the intimidation they face, including Paula Sherriff – whose speech about Cox and the threats she receives was dismissed as “humbug” by the prime minister in the House of Commons.

    #violence_verbale #harcèlement #sexisme #intimidation #réduction_au_silence #femmes_politiques

  • Convoqués pour avoir soutenu #Christophe_Dettinger : « C’est presque de la police politique », dénonce leur avocate
    https://www.europe1.fr/societe/convoques-pour-avoir-soutenu-dettinger-cest-presque-de-la-police-politique-d

    En janvier, ils ont participé à la cagnotte Leetchi en soutien à l’ex-boxeur Christophe Dettinger. Aujourd’hui, ils sont convoqués par la police pour témoigner. Des centaines de donateurs ont reçu des emails de la Brigade de répression de la délinquance astucieuse (BRDA), un mois après l’ouverture d’une enquête pour « abus de confiance ». « On va sonder les cœurs et les esprits pour savoir pourquoi les gens ont donné. C’est presque de la police politique ou de la police des pensées », dénonce sur Europe 1 Me Laurence Léger, avocate du couple Dettinger, mais aussi de l’homme qui avait lancé cette cagnotte et de certains donateurs.

    #gj #gilets_jaunes #harcèlement_judiciaire

  • Les patrons de LREM ont ignoré des accusations de violences sexuelles - Page 1 | Mediapart
    https://www.mediapart.fr/journal/france/050919/les-patrons-de-lrem-ont-ignore-des-accusations-de-violences-sexuelles

    Pour justifier la prudence du groupe, la même source rappelle qu’une précédente plainte visant le député LREM Christophe Arend avait été classée sans suite. Aucune action n’a donc été mise en place au sein du groupe, ni à l’époque ni depuis la révélation de l’enquête judiciaire.

    Quant à Stanislas Guérini, le patron de LREM, il se refuse lui aussi à commenter une « affaire judiciaire ». Son entourage indique qu’il est en train de « mettre en place une procédure interne [au parti – ndlr] pour traiter de manière professionnelle et systématique ce type de situation. Une cellule traitant des sujets de harcèlement sera mise en place en septembre à destination des salariés, cadres et collaborateurs de La République en marche. Cette cellule sera ouverte à l’ensemble des adhérents en 2020 », précise-t-on de même source.

    Sur le fond, l’enquête préliminaire, ouverte par le parquet de Toulouse pour harcèlement sexuel et moral, a été confiée à la police judiciaire, comme l’a révélé France 3. La plainte de l’ex-collaboratrice, mais toujours suppléante, Lucie Schmitz porte également sur des faits supposés d’agression sexuelle.

    Licenciée par Pierre Cabaré, elle devrait aussi lancer une procédure devant les prud’hommes. Interrogée par Mediapart, elle n’a pas souhaité s’exprimer.

    Lundi, Pierre Cabaré publiait encore un message de soutien à la ministre Marlène Schiappa, en ouverture du Grenelle contre les violences conjugales. Il a également postulé à la présidence de la délégation aux droits des femmes de l’Assemblée .

    #harcelement #discrimination #femmes

  • Les patrons de LREM accusés d’avoir ignoré des accusations de #Violences_sexuelles
    https://www.mediapart.fr/journal/france/050919/les-patrons-de-lrem-accuses-d-avoir-ignore-des-accusations-de-violences-se

    Selon nos informations, les anciens collaborateurs du député de Toulouse Pierre Cabaré, visé par une plainte pour harcèlement et agression sexuels, avaient écrit à Richard Ferrand, Gilles Legendre et Stanislas Guérini pour dénoncer les agissements de leur employeur. Un courrier resté sans réponse, selon nos informations.

    #harcèlement_sexuel,_Harcèlement_moral,_LREM,_Plainte,_agression_sexuelle,_Assemblée_nationale

  • France : Des enfants migrants privés de protection
    Human Rights Watch

    Le rapport de 80 pages, intitulé « ‘Ça dépend de leur humeur’ : Traitement des enfants migrants non accompagnés dans les Hautes-#Alpes », montre que les évaluateurs, dont le travail consiste à certifier la minorité d’un enfant, c’est-à-dire qu’il a moins de 18 ans, ne se conforment pas aux normes internationales. Human Rights Watch a constaté que les évaluateurs utilisent diverses justifications pour refuser d’octroyer une protection aux enfants, telles que des erreurs minimes de dates, une réticence à aborder dans le détail des expériences particulièrement traumatisantes, des objectifs de vie jugées irréalistes, ou encore le fait d’avoir travaillé dans le pays d’origine ou au cours du parcours migratoire.



    Vidéo https://www.hrw.org/fr/news/2019/09/05/france-des-enfants-migrants-prives-de-protection
    et rapport https://www.hrw.org/fr/report/2019/09/05/ca-depend-de-leur-humeur/traitement-des-enfants-migrants-non-accompagnes-dans-les
    #mineurs #MNA #frontière #refoulement #France #Italie #âge #réfugiés #asile #migrations #frontière_sud-alpine

    ping @cdb_77 @cede @isskein

    • Hautes-Alpes : HRW pointe des violations des droits des enfants migrants

      L’ONG Human Rights Watch publie ce jeudi 5 septembre un rapport sur la situation des mineurs migrants non accompagnés dans le département des #Hautes-Alpes, à la frontière franco-italienne. Basé sur une enquête auprès d’une soixantaine d’enfants et adolescents, essentiellement originaires de l’Afrique de l’Ouest, ce rapport dénonce de multiples violations aussi bien du droit français que des normes internationales de protection des #droits_des_enfants.

      Ils ont entre 15 et 18 ans. Victimes d’abus dans leurs pays d’origine, ils ont traversé la Méditerranée pour chercher refuge en Europe. Mal accueillis en Italie, ils tentent de passer en France, au risque d’être refoulés par la police aux frontières.

      « D’après ce que les enfants que nous avons interviewé nous ont raconté, quand il y a des renvois, ils sont souvent arbitraires et reposent souvent sur le bon vouloir d’un ou des agents. La conséquence, c’est que de nombreux enfants -pour éviter une interpellation- passent la frontière à travers la montagne dans des conditions extrêmement difficiles », explique Bénédicte Jeannerod de Human Rights Watch (HRW).

      Et quand ils arrivent à passer en France, ils ne sont pas au bout de leurs obstacles. La reconnaissance de la #minorité leur est souvent refusée. « Les procédures, telles qu’elles sont mises en oeuvre dans le département des Hautes-Alpes, sont extrêmement défectueuses, souligne encore Bénédicte Jeannerod. Par exemple, dans son entretien d’évaluation, l’enfant va être accusé de mentir ; ou alors il va donner beaucoup de détails sur son parcours et on va lui dire que c’est un signe de (sa) majorité... Tous les éléments donnés par l’enfant sont retournés contre lui et aboutissent à des rejets de minorité #arbitraire. »

      Human Rights Watch rappelle que la France a l’obligation de protéger tout migrant mineur et de lui assurer l’accès à l’hébergement, à l’éducation et à la santé.

      Les personnes aidant les migrants également ciblées

      HRW dénonce aussi le harcèlement policier à l’encontre des bénévoles humanitaires qui participent aux opérations de recherches et de sauvetages des migrants en montagne. « Ce ne sont pas des associations en particulier, ce sont vraiment les personnes qui mènent ce travail d’assistance et de secours en montagne et qui subissent des contrôles d’identité injustifiés, qui sont poursuivies par la justice ou alors qui vont voir leur véhicule fouillé de manière abusive », poursuit Bénédicte Jeannerod.

      Ce sont des #pratiques_policières qui dissuadent ces opérations qui peuvent être des opérations vitales et qui s’opposent à la dernière décision du Conseil constitutionnel qui considère « qu’une aide apportée à des migrants, même en situation irrégulière, ne peut pas être criminalisée ou sanctionnée tant que cette aide s’effectue dans un objectif humanitaire et qu’elle ne bénéficie pas de contrepartie. »

      Le Conseil constitutionnel a consacré l’an passé la valeur constitutionnelle du « principe de fraternité » en réponse précisément à une requête de plusieurs associations et particuliers dont Cédric Herrou, un agriculteur devenu le symbole de la défense des migrants de la vallée de la Roya (Alpes Maritimes), l’un des principaux points de passage des migrants arrivés en Europe par l’Italie.

      https://www.infomigrants.net/fr/post/19312/hautes-alpes-hrw-pointe-des-violations-des-droits-des-enfants-migrants

      https://www.youtube.com/watch?v=lVQjCoUTzPs


      #frontières #enfants #enfance #PAF #solidarité #délit_de_solidarité #maraudes_solidaires

      Le rapport en pdf:
      https://www.hrw.org/sites/default/files/report_pdf/france0919fr_web.pdf

    • Les militants promigrants dans les Hautes-Alpes harcelés par la police, selon HRW

      Contrôles d’identité, contraventions pour un prétexte fallacieux… Human Rights Watch déplore, dans un rapport, les manœuvres des forces de l’ordre pour « entraver les activités humanitaires ».

      « #Harcèlement » et « #intimidation », tels sont les outils de la police française pour « entraver les activités humanitaires » des militants venant en aide aux migrants à la frontière franco-italienne, affirme, dans un rapport publié jeudi 5 septembre, l’organisation non gouvernementale (ONG) Human Rights Watch (HRW).

      La publication, qui intervient une semaine après la condamnation de trois dirigeants de l’organisation d’extrême droite Génération identitaire pour une opération menée dans cette même région en 2018, documente également les refoulements de « mineurs non accompagnés » vers l’Italie.

      Lors de leurs maraudes, les bénévoles et militants associatifs sont régulièrement ciblés par des contrôles d’identité « abusifs », souligne le rapport, qui se focalise sur la situation dans les Hautes-Alpes.

      « Dans de nombreux cas, la police semble recourir à ces procédures de façon sélective, à des fins d’intimidation et de harcèlement ou pour entraver les activités humanitaires », poursuit l’ONG de défense des droits humains qui réclame une enquête sur ces pratiques. L’objectif, « c’est de leur mettre des bâtons dans les roues » et de « gêner leurs actions », résume pour l’Agence France-Presse (AFP) Bénédicte Jeannerod, directrice France chez HRW.
      « Le délit de solidarité continue d’être utilisé »

      « Systématiquement, lorsqu’on part en maraude à Montgenèvre [commune limitrophe de l’Italie], il y a des contrôles (…), souvent plusieurs fois dans la soirée », raconte un bénévole cité dans le rapport, qui porte sur une enquête menée entre janvier et juillet 2019.

      Contraventions pour un balai d’essuie-glace défectueux, une absence d’autocollant signalant des pneus cloutés… « Le délit de solidarité continue d’être utilisé », déplore Mme Jeannerod.

      Même si le pic de la crise migratoire est passé, en matière de flux, « la pression sur les militants continue de s’accentuer », confirme Laure Palun, codirectrice de l’Association nationale d’assistance aux frontières pour les étrangers (Anafé), qui a publié en début d’année un rapport sur la situation à la frontière franco-italienne.

      Légalement, l’aide à l’entrée, à la circulation ou au séjour irréguliers en France est passible d’une peine maximale de cinq ans d’emprisonnement et de 30 000 euros d’amende. En juillet 2018, le Conseil constitutionnel a jugé qu’un acte « humanitaire » ne pouvait pas faire l’objet de sanctions, sauf s’il est effectué dans le cadre d’une aide à l’entrée sur le territoire.

      Malgré cette décision, des poursuites continuent d’être engagées contre des personnes soutenant des migrants, déplore encore Human Rights Watch.

      https://www.lemonde.fr/societe/article/2019/09/05/les-militants-pro-migrants-dans-les-hautes-alpes-harceles-par-la-police-selo
      #mineurs_non_accompagnés

  • Au dialogue social, la direction de Radio France préfère le tribunal
    https://www.snj-rf.com/Au-dialogue-social-la-direction-de-Radio-France-prefere-le-tribunal_a1766.ht

    La direction a fait parvenir aux organisations syndicales un projet d’accord sur « la qualité de vie au travail et la prévention des risques professionnels ». Un texte où elle écrit que "la direction souhaite réaffirmer sa volonté d’assurer à l’ensemble des salariés un cadre de travail serein et adapté, tant sur le plan des conditions de travail que du contenu et de l’organisation du travail, dont la prévention des risques psychosociaux fait partie intégrante."
     
    En même temps, la direction a décidé d’assigner au Tribunal de Grande Instance les secrétaires de trois CSE (Comité Social et Économique) de région et des élus. Les huissiers allant chercher les salariés jusqu’à leur domicile. Certaines audiences sont prévues dès le 9 ou le 10 septembre – expéditif !

    Motif : l’ensemble des élus des CSE ont demandé une expertise sur les risques psycho-sociaux sur le réseau Bleu.
     

    Ça parait incroyable et c’est pourtant tristement vrai. La direction de Radio France est prête à tout et même à aller en justice, pour éviter que soit réalisée l’expertise demandée par les élus de tous les CSE.

    Mais que demande cette expertise que la direction ne veut surtout pas voir menée ? "Des éclaircissements sur les conditions de travail des salarié-e-s des stations de France Bleu, identifier les causes (organisationnelles, humaines et techniques) des risques psychosociaux et fournir autant que de besoin des propositions d’amélioration de la sécurité et de la santé des salariés". L’enquête de Télérama a notamment contribué à lever le voile sur les situations de harcèlement à Radio France.

    Voilà ce que la direction tient absolument à cacher et la raison pour laquelle elle a mobilisé ses avocats.

    Déjà, la secrétaire de la CSSCT et le secrétaire du CSE Paris ont été assignés au Tribunal afin d’empêcher le même type d’expertise à la documentation d’actualité (audience prévue le 10 octobre prochain).

    C’est cette même direction qui prétend vouloir négocier un accord sur la qualité de vie au travail. Cette même direction qui projette un plan de suppression de plusieurs centaines d’emplois, qui entraînera un durcissement des conditions de travail des salariés.

    Voilà pourquoi elle ne veut pas d’expertise indépendante.

    Et voilà pourquoi les salariés avec les organisations syndicales doivent continuer à ne pas se laisser faire.

  • Industrie du jeu vidéo : des comportements violents et abusifs contre des femmes dénoncés
    https://www.lemonde.fr/pixels/article/2019/08/30/vague-de-denonciations-de-comportements-abusifs-visant-des-hommes-dans-l-ind

    Plusieurs femmes ont décrit, ces derniers jours, sur des blogs ou les réseaux sociaux, des actes graves (viol, agressions, comportements violents...) perpétrés par des noms prestigieux de l’industrie. Plusieurs hommes travaillant dans l’industrie du jeu vidéo ont été accusés ces derniers jours de comportements déplacés, violents ou abusifs envers des femmes, dans des témoignages publiés sur Internet. A partir d’un post de blog dénonçant un viol présumé, une vague de témoignages et de dénonciations a (...)

    #Oculus #game #jeu #viol #harcèlement #discrimination

  • Paris : après 5 jours de recherches, Jean-Pierre a retrouvé sa « jolie » inconnue - Le Parisien
    http://www.leparisien.fr/paris-75/paris-apres-5-jours-de-recherches-jean-pierre-a-retrouve-sa-belle-26-08-2

    Après la publication de sa recherche ce week-end dans les colonnes du Parisien, Jean-Pierre n’en revient pas. Plusieurs généalogistes touchées par l’histoire ont joué les Cupidon, et l’une d’entre elles est parvenue à retrouver la jolie dame. « Elle a lancé une recherche sans même m’avertir et m’a appelé hier matin pour m’annoncer la bonne nouvelle », s’enthousiasme Jean-Pierre.

    « La généalogiste m’a expliqué avoir accès à de nombreux fichiers, comme ceux de la mairie ou des nécrologies. En recherchant par la date de naissance, elle est tombée sur deux résultats : un homme et une femme. » Jean-Pierre compose alors le numéro que lui laisse la spécialiste, et très vite, la femme du bus et lui se reconnaissent au téléphone. « Elle semblait contente », lance le retraité enjoué.

    J’ai l’esprit mal tourné mais ca me fait pensé à une forme de traque collective de cette dame au bénéfice d’un vieil homme blanc. Si ce mec c’était appelé Farid ou Mamadou je ne pense pas que la presse se serais mobiliser pour l’aider à retrouvé une inconnue. En tout cas voici un bon tutoriel pour les harceleurs.

    #harcelement #espace_publique #domination_masculine

  • Harcèlement, agressions : le mouvement #MeToo s’étend au milieu du jeu vidéo
    https://www.numerama.com/politique/543843-harcelement-agressions-le-mouvement-metoo-setend-au-milieu-du-jeu-v

    Plusieurs femmes issues du milieu des jeux vidéo, principalement des développeuses, ont témoigné de harcèlement ou d’abus sexuels dont elles auraient été victimes. Le milieu du jeu vidéo n’est pas épargné par les problématiques de sexisme et d’abus sexuels. Les 26 et 27 août, plusieurs femmes qui y travaillent ont témoigné sur Twitter d’agressions qu’elles disent avoir subi. Elles auraient été perpétrées par des hommes importants du secteur qui se seraient servis de leur notoriété pour faire pression sur (...)

    #Oculus #discrimination #harcèlement #viol #jeu #game

    //c1.lestechnophiles.com/www.numerama.com/content/uploads/2018/01/metoo-balancetonporc.jpg

  • Affaire Besson : le combat de S. Van Roy contre une photo et des articles - Par Justine Brabant | Arrêt sur images
    https://www.arretsurimages.net/articles/affaire-besson-le-combat-de-s-van-roy-contre-une-photo-et-des-articl

    L’actrice Sand Van Roy, qui a porté plainte en 2018 pour viol contre le réalisateur Luc Besson, se bat depuis plusieurs mois pour faire modifier des articles évoquant l’affaire. Elle estime qu’ils la décrédibilisent et sont le symptôme d’un « victim bashing » trop souvent présent dans la presse concernant les enquêtes pour violences sexuelles.

    Les journalistes qui les ont écrits sont passés à autre chose, ont couvert d’autres sujets, ne se rappellent peut-être même pas précisément de ce qu’ils y disaient. Sand Van Roy, elle, se souvient parfaitement des dizaines d’articles parus dans la presse à propos des plaintes pour viol qu’elle a déposées contre Luc Besson en 2018. L’actrice estime qu’une partie de ces articles a contribué à « détruire sa vie » - d’abord en révélant son nom sans son accord, assure-t-elle, et ensuite en la faisant passer pour une « call-girl » et/ou pour la « petite amie » de Besson, deux choses qu’elle nie formellement mais qu’on lui répète régulièrement sous forme d’insultes sur les réseaux sociaux. L’actrice explique à ASI pourquoi elle « n’a plus confiance dans certains médias » et relate son long combat pour faire modifier des « mensonges » écrits à son propos.
    Nom donné en pâture

    Sand Van Roy : avant le mois de mai 2018, le nom de l’actrice était surtout connu des amateurs de cinéma, qui l’avaient aperçue dans Valérian et la Cité des mille planètes et Taxi 5. A compter du 19 mai 2018, pourtant, son nom est surtout devenu synonyme en France « d’affaire Besson ». Au total, neuf femmes ont témoigné de « comportements sexuels inappropriés » de la part du réalisateur et producteur. Mais le nom de Van Roy est celui qui a été le plus cité car c’est celui qui est apparu le plus tôt dans la presse. Il a été diffusé dès le lendemain de son dépôt de plainte par le Journal du Dimanche... sans son accord, assure l’actrice, qui ne décolère pas (sa plainte a depuis été classée sans suite, et une autre enquête a été ouverte pour des faits d’agression sexuelle).

    #culture_du_viol #victime_blaming #viol #harcelement #femmes #travail

  • I’m a Black Feminist. I Think Call-Out Culture Is Toxic.
    Loretta Ross, The New-York Times, le 17 août 2019
    https://www.nytimes.com/2019/08/17/opinion/sunday/cancel-culture-call-out.html

    Recently, someone lied about me on social media and I decided not to reply. “Never wrestle with a pig,” as George Bernard Shaw said. “You both get dirty, and besides, the pig likes it.”

    Similarly problematic is the “cancel culture,” where people attempt to expunge anyone with whom they do not perfectly agree, rather than remain focused on those who profit from discrimination and injustice.

    #cancel_culture

    A rajouter à ma compilation sur la culture du #Callout #Call-Out #social_justice_warriors #harcèlement #internet :
    https://seenthis.net/messages/758243

  • Bosses force female workers making jeans for Levis and Wrangler into sex | Global development | The Guardian
    https://www.theguardian.com/global-development/2019/aug/15/bosses-force-female-workers-making-jeans-for-levis-and-wrangler-into-se

    Women producing jeans for American brands including #Levi_Strauss, #Wrangler and #Lee have been forced to sleep with their managers to keep their jobs or gain promotion, an investigation into sexual harassment and coercion at garment factories in Lesotho has found.

    #femmes #violences_sexuelles #harcèlement_sexuel #jean #habillement
    https://www.workersrights.org/wp-content/uploads/2019/08/WRC-Factory-Assessment-re-Nien-Hsing-08152019.pdf
    via @mona

  • Hôtesses : le tour de France du sexisme | Le Club de Mediapart
    https://blogs.mediapart.fr/helena-berkaoui/blog/010819/hotesses-le-tour-de-france-du-sexisme

    Une pétition pour « la fin des hôtesses podium » sur le tour de France, il n’en fallait pas plus pour déclencher une fureur insensée au pays de l’amour courtois. Sur les réseaux sociaux, les attaques contre les féministes déferlent. Coupables de pudibonderie, quand elles ne sont pas soupçonnées de vouloir mettre toutes les hôtesses du pays au chômage. Voilà ce que coûte le fait de remettre en cause le caractère foncièrement sexiste des hôtesses podium. Un enseignement en soi. Mais au-delà de cette vague de haine misogyne, certaines questions doivent être posées. Celle de la condition des hôtesses, celle du #sexisme intrinsèque de cette profession et celles des nombreuses dérives existantes : #discriminations , paupérisation, #harcèlement ...

    Être hôtesse n’est pas une sinécure. Être hôtesse implique d’être traitée différemment. Avec un savant mélange de mépris de classe mâtiné de #sexisme . C’est être draguée comme si vous étiez là pour ça, comme si vous deviez vous en réjouir. C’est souffrir péniblement les palabres d’hommes, les « compliments » dont on se passerait bien volontiers. Cette drague n’est pas commune, c’est une prise de pouvoir brutale qui pourrait aisément se traduire par : « Tu es une femme, tu es jeune et tu es précaire ». Être environné d’hôtesses est un privilège de classe. Ces hommes ne se permettraient pas de tels comportements dans d’autres contextes. Je parle ici de « drague lourde » mais cela peut évidemment aller plus loin, jusqu’aux #violences_sexuelles. Vous n’imaginez pas à quel point les hommes peuvent être tactiles avec les hôtesses.

    .
    .
    .

    La pétition lancée par des militantes féministes allemandes et soutenue, entre autres, par Fatima Benomar a déclenché des attaques enragées, invraisemblables. Fatima Benomar, qui a l’outrecuidance d’être racisée en plus d’être féministe, a fait face à une violence effarante mais pas si surprenante. Gabrielle Schütz explique que la fonction d’hôtesse permet la « réassurance des identités sexuées », elle est un prolongement, dans l’entreprise, « du travail féminin dans la sphère domestique ». Toucher à cette profession, remettre en cause ses fondements, suppose de bouleverser un ordre établi. En cela, la colère des hommes en dit beaucoup plus sur la bonne santé du patriarcat que sur le débat en lui-même. Ces défenseurs des droits des hôtesses autoproclamés sont beaucoup plus discrets lorsqu’il s’agit d’égalité salariale ou de revalorisation des professions féminisées.

    #male_gaze #travail #hétérosexisme #hôtesses #femmes

  • La plainte visant un directeur de la FFF classée sans suite
    https://www.mediapart.fr/journal/france/310719/la-plainte-visant-un-directeur-de-la-fff-classee-sans-suite

    Selon nos informations, le parquet de Paris a classé sans suite la plainte pour harcèlement sexuel et tentative d’agression sexuelle déposée par une ancienne salariée contre l’un des directeurs de la Fédération française de football. La FFF avait reconnu des propos « inadaptés », mais sans caractère sexuel. La procédure aux prud’hommes continue.

    #Violences_sexuelles #harcèlement_sexuel,_Plainte,_Fédération_française_de_football,_FFF,_agression_sexuelle

  • Man Who Built The #Retweet: “We Handed A Loaded Weapon To 4-Year-Olds”
    https://www.buzzfeednews.com/article/alexkantrowitz/how-the-retweet-ruined-the-internet

    The button that ruined the internet — and how to fix it.

    Developer Chris Wetherell built Twitter’s retweet button. And he regrets what he did to this day.

    We might have just handed a 4-year-old a loaded weapon,” Wetherell recalled thinking as he watched the first Twitter mob use the tool he created. “That’s what I think we actually did.

    Wetherell, a veteran tech developer, led the Twitter team that built the retweet button in 2009. The button is now a fundamental feature of the platform, and has been for a decade — to the point of innocuousness. But as Wetherell, now cofounder of a yet-unannounced startup, made clear in a candid interview, it’s time to fix it. Because social media is broken. And the retweet is a big reason why.
    […]
    But the button also changed Twitter in a way Wetherell and his colleagues didn’t anticipate. Copying and pasting made people look at what they shared, and think about it, at least for a moment. When the retweet button debuted, that friction diminished. Impulse superseded the at-least-minimal degree of thoughtfulness once baked into sharing. Before the retweet, Twitter was largely a convivial place. After, all hell broke loose — and spread.

    #gamergate

    • “If I retweet the New York Times, they don’t care,” Dash said. “But extreme content comes from people who are trying to be voices, who are trying to be influential in culture, and so it has meaning to them, and so it earns me status with them.”

      The pursuit of that status has driven many Twitter users to write outrageous tweets in the hope of being retweeted by fringe power users. And when they do get retweeted, it sometimes lends a certain credibility to their radical positions.

      The retweet and share, in other words, incentivize extreme, polarizing, and outrage-inducing content.

      #rumeur #fake_news #harcèlement #réseaux_sociaux #extrémisme

  • Garde à vue levée pour le « gilet jaune » Jérôme Rodrigues, soupçonné de violences conjugales
    http://www.lefigaro.fr/actualite-france/le-gilet-jaune-jerome-rodrigues-en-garde-a-vue-dans-une-affaire-de-violence

    Un peu comme pour Julian Assange, les flics ont quelque chose à faire de la violence faite aux femmes uniquement si ca peu leur servir à enfoncer un opposant politique.
    #état_policier #instrumentalisation #violence_masculine #violence_policière #violence_conjugale #harcelement

  • Sur les sites pornos, vos données fuitent rapidement et sont facilement piratables
    https://usbeketrica.com/article/sites-porno-donnees-google-facebook-pirates

    Des chercheurs alertent sur le très faible niveau de sécurité des sites pornographiques : les données personnelles seraient récupérées par d’autres entreprises sur 93 % d’entre eux, sans compter les risques importants de piratage. Un problème majeur étant donnée le nombre massif d’internautes fréquentant ces sites pornos et le caractère extrêmement sensible des informations sur la sexualité des individus, cibles potentielles de harcèlement et de discrimination. Les données personnelles de nature (...)

    #Google #Oracle #Facebook #PornHub #pornographie #BigData #discrimination #harcèlement (...)

    ##hacking

  • « La drague est anti-féministe » | StreetPress
    https://www.streetpress.com/sujet/1561380437-drague-anti-feministe-Valerie-Rey-Robert

    Depuis MeToo, on entend beaucoup que les hommes ne peuvent plus draguer. Est-ce mal ?

    Non. Je les trouve indécents. Des femmes racontent les souffrances par lesquelles elles sont passées. Et le fait que, en face, des hommes racontent : « Ouais mais moi j’ai envie qu’on me suce la bite » – c’est à ça que ça revient – c’est extrêmement indécent.

    Et, par ailleurs, ils ont raison d’avoir peur. Parce que certains ne vont plus pouvoir se comporter comme ils le faisaient. DSK, par exemple, avait visiblement des comportements de prédateur répétés – il était connu pour ça non ? – et continuait autant qu’il le voulait. C’est une question d’époque. Pour les femmes de l’âge de ma mère, c’était normal. Ma mère me racontait que dans les soirées étudiantes de droit et de médecine, il fallait savoir enlever ses talons hauts très vite, pour courir au bon moment. Et il ne fallait pas trop boire, sinon, comme elle le disait, « on y passait ». C’était totalement intériorisé par les femmes. Et une partie des hommes ne pourra aujourd’hui plus baiser non plus. Certains ont construit leur façon d’avoir des relations sexuelles sur l’acharnement, jusqu’à ce que les femmes cèdent. C’est fini ! Et comme certains sont trop inintéressants, moches, pas séduisants, sans humour, pas intelligents, et qu’ils ne pourront plus forcer, ces mecs-là vont rester sur le carreau. Ils vont devoir être ingénieux et plein d’humour au lieu d’insister comme des porcs.

    #hétérosexualité #harcelement #drague #espace_public #culture_du_viol #galanterie #sexisme

    • Je vous suis complétement dans votre raisonnement, et j’en profite pour partager vos mots autour de moi.
      Cependant, il reste une question qui me trouble un peu et que AOFobb soulève : quelle est la différence entre « rapports de séduction » et « drague » ?
      A part l’aspect linguistique, je ne vois pas bien.

    • Cette histoire d’appropriation du temps évoqué par Valérie Rey-Robert me semble assez pertinente pour faire la distinction. De manière globale, le privilège masculin correspond d’ailleurs à une forme ou une autre d’appropriation du temps et/ou de l’espace des autres, phénomène auquel les femmes sont les premières à devoir se soumettre.

      La drague, c’est du vol de temps : faire perdre son temps à une femme, optimiser indument celui du prédateur.

      La séduction serait alors un rapport humain où l’on envisage justement de « prendre son temps » et de surtout pas s’accaparer celui de l’autre.

    • Le temps est un paramètre intéressant ici, merci. Mais alors.. la drague est la séduction sont de même nature ?!
      Il s’agirait d’un degré différent d’implication dans le temps de l’autre ?

      La séduction c’est du slow-drague ?!

      (Je pense à voix haute, excusez l’apparent jeu de rhétorique..)

    • Non, la séduction n’est pas de la « slow-drague », car un rapport au temps différent définit un rapport social et humain d’une autre nature et non pas d’une autre « intensité »

      C’est la même chose pour le travail dans la société capitaliste qui - en tant que rapport social, et même forme de synthèse sociale - est fondé sur le temps abstrait (et plus précisément sur une dialectique abstrait/concret au sein d’une dimension temporelle sociale spécifique à la dynamique du capital cf. Postone), catégorie qui n’existe tout simplement pas dans les sociétés non-capitalistes.

    • La drague ca viens de la pêche, ca consiste à raclé tout ce qui traine au fond des mers. Dragué une femme c’est la traité de trainée, de moule sur patte, de morue, de thon, limande, balaine, étoile de mer.... Dragué c’est essayé de chopper TOUT CE QUI PASSE, même les espèces non comestibles. Le dragueur attrape tout et fait le tri après, tant pis si les 3/4 des organismes du fond des mers sont morts dans l’opération. Le dragueur n’aime pas vraiment les poissons, il cherche seulement à dominer. Dominer les morues qui passent à sa porté sans leur maquereau - les punir pour cela et essayé d’en bouffé le plus possible au passage, mais surtout le dragueur veux dominer les autres maquereaux à qui il veux montré qu’il à la plus grosse vessie natatoire.

    • Merci pour ces juteux éclaircissements. Ca vous dérange si je publie à un cercle amical cet échange ? Les tournures de Mad Meg, toujours à point me font rougir de vérité ! Et la réponse, merci, cette analogie pêcheresse, située tout à fait comme il faut, indiquant bien que d’un point de vue à l’autre il est question de volonté, finalement. C’est pas du Schopenahaeur. Ou alors si, en mieux, et ça mérite attention. Cimer.

  • ARTE Regards - Londres et le mouvement #MeToo | ARTE
    https://www.arte.tv/fr/videos/079474-036-A/arte-regards-londres-et-le-mouvement-metoo

    À Londres, 85 % des femmes de 18 à 24 ans assurent avoir été victimes d’agression ou de harcèlement sexuels dans l’espace public. Dans le sillage du mouvement #MeToo, plusieurs initiatives ont vu le jour dans la capitale britannique.

    Avec son projet photographique Cheer up luv, Eliza Hatch, 22 ans, leur donne l’occasion de reprendre le pouvoir sur leur agresseur, en les photographiant à l’endroit où ont eu lieu les faits qu’elles dénoncent. L’initiative « Good Night Out » vise quant à elle à sensibiliser le personnel de pubs et de boîtes de nuit pour mieux détecter et prévenir les cas de harcèlement. Si certains hommes voient dans le mouvement #MeToo une menace pour la drague, ce n’est pas le cas du « coach en séduction » Johnny Cassell, qui pense que le sexisme n’a rien de séduisant.

    #abus_de_pouvoir #domination_masculine #harcelement #prédation #PUA #me_too #espace_public

  • The vile experiences of women in tech
    https://www.economist.com/open-future/2019/05/03/the-vile-experiences-of-women-in-tech

    THE TECHNOLOGY industry vaunts itself as a meritocracy. Yet it is roundly criticised for being unwelcoming to women, in ways large and small. In America, women hold just 25% of jobs in computing, and leave the tech and engineering sectors at twice the rate of men. The situation is worse for women of colour : black women hold only 3% of jobs among women in tech, and Latina women just 1% in America. The gender imbalance is a global problem. In Britain, for example, Europe’s main tech hub, (...)

    #algorithme #discrimination #GAFAM #harcèlement

    • Un fait qui va dans le sens de la théorie de Paola Tabet sur la répartition genrée des outils. Depuis que la société à pris conscience de l’importance clé que représente le contrôle de l’outil informatique les hommes en évincent les femmes.
      Ca pose des problèmes pro aux femmes sans être dans l’informatique. Les métiers très masculinisées pratiquent des escroqueries et abus sur les femmes ; le BTP, l’armée, la police, les transports, et donc les informaticiens (liste non exhaustive)

  • Rueil-Malmaison : 3 femmes dénonçant une pancarte sexiste convoquées par la police - Terrafemina
    https://www.terrafemina.com/article/rueil-malmaison-trois-femmes-denoncant-du-sexisme-convoquees-par-la-police_a348065/1

    C’est l’histoire d’un restaurateur à Rueil-Malmaison, qui chaque jour, pour amuser les passant·es, écrit une blague sur l’ardoise devant son commerce. Parfois, fier de lui, il en poste des photos sur un groupe Facebook d’entraide locale nommé « Rueil-Malmaison ».

    Fin janvier, une jeune femme, C., abonnée à la page Facebook « Rueil-Malmaison », fatiguée du sexisme régulier de ces photos, décide de dénoncer sur Twitter le sexisme des pancartes où on peut par exemple lire : « Un jour, les femmes domineront le monde, mais pas aujourd’hui c’est les soldes », ou une autre encore plus problématique « Mon secret séduction tient en trois mots : Gentillesse, Humour, Bagou. Si ça marche pas ? Je me contente des premières lettres ». Le tout faisant le mot « GHB », soit la drogue du violeur.

    Aujourd’hui, pour avoir dénoncé cette ardoise que l’on pourrait considérer comme un appel au viol, trois femmes sont convoquées au commissariat de Rueil-Malmaison : C., son amie L., qui avait repris la photo pour la dénoncer sur Twitter, et l’une de leurs anciennes professoresses qui avait dénoncé sur sa page Facebook privée les insultes des internautes reçues par C..
    La réponse du restaurateur

    La professoresse explique : « Un brigadier chef m’a appelée sur mon téléphone portable vendredi (1er février) pour me convoquer. Sous le coup de la stupéfaction, j’ai raccroché. J’ai rappelé pour demander pourquoi j’étais convoquée et il m’a dit texto : ’Pour harcèlement sur les réseaux sociaux’, ce à quoi j’ai répondu : ’C’est une plaisanterie ?’. »

    Elles ne savent pas officiellement l’objet de leur convocation qui, pour la professoresse, devait avoir lieu ce jeudi 7 février à 14h30, mais qui est reportée selon le commissariat de Rueil-Malmaison, le brigadier s’occupant de l’affaire étant « malade depuis mercredi ». Pour les deux jeunes femmes, la convocation est reportée sans date pour le moment.

    Le commerçant avait déjà menacé L. de porter plainte via des messages privés sur Twitter envoyés après la première publication et dénonciation de cette pancarte. Ce qu’il semble avoir fait. Contacté, il ne confirme pas, répondant : « Ce dossier est dans les mains de la justice et c’est la justice qui décidera des suites de ce dossier ou pas. »
    Aide juridique de la Fondation des femmes

    Avertie de la convocation le vendredi 1er février, et ne voulant pas y aller seule, la professoresse, enseignante de longue date, a cherché de l’aide, qu’elle a trouvé auprès de la Fondation des Femmes, structure de soutien aux actions pour l’égalité femmes-hommes et qui lutte contre les violences faites aux femmes. La Fondation l’a aiguillée vers sa Force juridique, qui réunit plus de 150 avocat.e.s, professionnel.le.s du droit et expert.e.s bénévoles défendant les droits des femmes.

    Pour Anne-Cécile Mailfert, Président de la Fondation des Femmes, cette affaire de Rueil-Malmaison est « stratégique », tombant la même semaine que le procès pour diffamation contre six femmes ayant témoigné contre l’ex-député EELV Denis Baupin, qui attaque également France Inter et Mediapart ayant enquêté sur le sujet.

    Elle dénonce les tentatives de mise sous silence des femmes qui dénoncent le sexisme et les violences : « Un an après #MeToo, on a l’impression qu’il y a ce retour de bâton qui est très préoccupant. #MeToo a permis de libérer la parole et il faut qu’on puisse continuer à le faire dans de bonnes conditions. On ne peut pas dire d’un côté aux victimes ’allez-y parlez’, et puis de l’autre côté ’ha bah non faut pas parler sur Twitter, il ne faut porter plainte’. Et une fois qu’elles portent plainte, on vous attaque pour dénonciations calomnieuses [affaire Baupin], et quand elles parlent sur les réseaux sociaux, on leur dit qu’elles harcèlent. »

    Pour Anne-Cécile Mailfert, quelque chose ne tourne pas rond : « Dans le cas de Rueil, on prendre la plainte pour harcèlement d’un homme sexiste. Il y a probablement un officier de police qui va travailler pendant plus d’une semaine sur cette affaire. C’est vraiment un dévoiement de la justice et de la police, qui sont en train de travailler là-dessus plutôt que sur des choses plus importantes et plus graves. »

    Selon la présidente de la Fondation des Femmes, la pancarte du restaurateur va au-delà du sexisme : « Ça n’est pas juste une ’blague’ sexiste, il est allé encore plus loin. La dernière pancarte sur le GHB, ça c’est un délit puisque c’est une incitation à la commission de délit. »
    "Le dossier du monde à l’envers"

    C’est l’avocate Sophie Soubiran qui accompagnera les trois femmes au commissariat de Rueil-Malmaison. Selon elle, « c’est le dossier du monde à l’envers. On a à l’origine une personne qui fait un délit d’incitation à un crime -qui est un délit de presse puisqu’il le poste sur Facebook- le fait que le GHB est une alternative à la séduction. Il est là, le problème juridique. Qu’ensuite, des jeunes femme courageuses décident d’utiliser les réseaux sociaux pour dénoncer et faire cesser, ça se passe normalement. Là où ça ne va plus, c’est quand on commence à utiliser le droit pour les faire taire. »

    Elle dénonce le deux poids deux mesures : « Quand on connaît le traitement qui est fait aux femmes qui vont déposer plainte dans les commissariats, même s’il y a des choses qui s’améliorent, pour des vraies atteintes... ».

    Et ajoute : « Elles sont toutes les trois convoquées rapidement. Cela veut dire qu’on met en branle tout un dispositif au commissariat pour traiter la plainte de ce restaurateur qui considère qu’il n’a pas à répondre de ses actes. Il y a un problème de disproportion absolu [...] Il ne faut pas que les femmes qui prennent la parole de manière plus globale, dans ce contexte de procès Baupin, soient les victimes au carré avec l’usage du droit. »
    Une plainte pour provocation à la commission d’une infraction

    La professoresse convoquée explique avoir simplement voulu dénoncer du sexisme ordinaire, et dans le cas de son ancien élève, les attaques qu’elle subissait sur Facebook. Elle ne veut pas atteindre au commerce du restaurateur : « Je ne veux pas détruire la vie de quelqu’un, mais je ne veux pas qu’on détruise la mienne ou celles de mes élèves. »

    La vitesse avec laquelle elle a été convoquée l’interpelle, alors qu’elle-même avait porté plainte il y a deux ans pour une autre affaire dont elle vient tout juste d’avoir des nouvelles : « Là, on est convoquées en quinze jours. Il aurait suffit à ce monsieur de dire à L. et C. : ’Désolé, je ne me suis pas rendu compte, j’ai été sexiste’ et ça se serait arrêté là. »

    S’il semble que cela soit le restaurateur qui ait porté plainte, la riposte s’organise pour sa pancarte. Le collectif féministe contre le viol va déposer plainte ce jeudi 7 février pour provocation à la commission d’une infraction, délit passible d’une peine de prison.

    #police #sexisme #culture_du_viol #harcelement #backlash

  • Controversial deepfake app DeepNude shuts down hours after being exposed
    https://www.theverge.com/2019/6/27/18761496/deepnude-shuts-down-deepfake-nude-ai-app-women

    Less than a day after receiving widespread attention, the deepfake app that used AI to create fake nude photos of women is shutting down. In a tweet, the team behind DeepNude said they “greatly underestimated” interest in the project and that “the probability that people will misuse it is too high.” DeepNude will no longer be offered for sale and further versions won’t be released. The team also warned against sharing the software online, saying it would be against the app’s terms of service. (...)

    #algorithme #manipulation #discrimination #harcèlement

  • NYPD Added Nearly 2,500 New People to Its Gang Database in the Last Year
    https://theintercept.com/2019/06/28/nypd-gang-database-additions

    The New York Police Department is still listing children as young as 13 in its secret gang database, police officials told a New York City Council committee yesterday. The database is growing, currently including 18,084 people, up 2 percent from last June, when the NYPD last testified about the database. The increase came despite the removal of some 2,125 names from the registry — because the police added nearly 2,500 people to the database. Oleg Chernyavsky, head of legislative affairs for (...)

    #NYPD #BigData #discrimination #harcèlement

  • Uber settles with UK women who accused driver of sexual assault
    https://www.theguardian.com/technology/2019/jun/27/uber-settles-with-uk-women-who-accused-driver-of-sexual-assault

    Firm had contested allegations but has reached undisclosed out-of-court settlements Uber has reached out-of-court settlements with two women who alleged they were sexually assaulted by the same driver in what is believed to be the first case of its kind in the UK against the company. The cases were taken by two women who had ordered vehicles using Uber’s app during nights out in Leeds in December 2015, but told police they were sexually assaulted by the driver. They are both five-figure (...)

    #Uber #procès #harcèlement #viol

    https://i.guim.co.uk/img/media/c5afdeaf67ed74eb68450170f2ef0ac6069ee3c4/17_102_2963_1778/master/2963.jpg