• Syrie : La Turquie prive « Hassaké » d’eau ... Le Croissant rouge lance un appel pour sauver 1,5 million de personnes - Jean-René Belliard analyse le Proche-Orient
    http://jrbelliard.blog.tdg.ch/archive/2020/08/22/syrie-la-turquie-prive-hassake-d-eau-le-croissant-rouge-lanc-308

    Le Croissant-Rouge arabe syrien a adressé un appel humanitaire à toutes les parties pour sauver plus d’un million et demi de civils de la province syrienne de Hassaké de la soif du fait que la Turquie a coupé l’eau de la province.

    Le Croissant-Rouge arabe syrien a affirmé dans un communiqué : « Les dures conditions humanitaires dans lesquelles plus d’un million de civils sont forcés de vivre dans le gouvernorat de Hassaké en raison de l’occupation turque et de ses mercenaires coupant l’eau du gouvernorat sont contraires au droit international humanitaire, en plus d’empêcher les équipes du Croissant-Rouge arabe syrien d’y accéder en toute sécurité.

    Dans sa déclaration, l’organisation a souligné qu’elle était toujours prête à faire face aux répercussions du crime de coupure d’eau, notant qu’elle avait élaboré un plan d’urgence pour sécuriser de toute urgence l’eau pour la population du gouvernorat.

    Le communiqué indique que les équipes du Croissant-Rouge arabe syrien sont prêtes à commencer les travaux de maintenance complète de la station d’Alouk dès que l’accès et la maintenance en toute sécurité des lignes électriques et leur connexion entre les puits d’Alouk et la station d’eau seront garantis, en plus des travaux de restauration à l’intérieur.

    Cela fait dix jours (en réalité des mois) que ça dure, mais on ne peut pas dire que l’opinion internationale soit bouleversée... Au passage, de l’eau, en été, dans cette région, ce n’est pas un luxe...

    #eau #syrie #turquie

  • A Look at the Refugee Crisis Five Years Later

    In 2015, as almost a million asylum seekers poured into Germany, Chancellor #Angela_Merkel said: “We can do this.” Was she right? Five years later, we take a closer look in the most average of average German towns.

    With its population of around 20,000, the town of #Hassloch is essentially the largest village in the Palatinate region of Germany. Still, it is well known in the country for being a special place - in that there is nothing special about it. Decades ago, the realization was made that from a demographic perspective, Hassloch is a microcosm of the country at large, with its age, gender and economic breakdown roughly reflecting that of Germany as a whole. Indeed, its demography is so normal that it was chosen in the 1980s by the Society for Consumer Research as the place where new products would be tested. After all, if people in Hassloch like it, you can be relatively sure that people in the rest of Germany will too. If Germany is a tree, Hassloch is its bonsai.

    What, though, can the place tell us about Germany’s handling of the huge influx of refugees five years ago? On Aug. 31, 2015, Chancellor Angela Merkel held a press conference in which she discussed the challenges that the wave of migration presented for the country. Hundreds of thousands of people were making their way into Europe at the time across the Mediterranean and along the Balkan Route – and many of them had set their sights on Germany. It marked the beginning of years of political discord, pitting EU countries, political parties and individuals against one another. In that press conference, Merkel said: “Germany is a strong country. We have done so much. We can do this!” It is a sentence that would become a trademark of her tenure.

    Now, five years later, we know that almost exactly 890,000 asylum seekers came to Germany in 2015. But have we “done this”? It’s hard to say, just as it is difficult to define exactly what “this” means, or even who “we” are. It all depends on your perspective. In Hassloch, the question as to who managed to “do this,” and when and what that means, leads to a number of places — to a city administrator, to an expert on parrots, and to extremely German families with colorful collections of passports. This story, though, begins in city hall.

    On the list of the most common German last names, Meyer is in sixth place. And Tobias Meyer, the town’s deputy mayor, looks so similar to his center-left predecessor that the two are often mistaken for one another. Meyer is a cheerful sort with expressive eyebrows and average height. In his office, he says that he joined the center-right Christian Democratic Union, Merkel’s party, on his 18th birthday out of admiration for Helmut Kohl. He sees himself “as a centrist” politically. “I find it astonishing,” says Meyer, “that not even the fall of the Berlin Wall changed our status as an average town.” It almost sounds as though normality in Germany is unchanging, no matter what happens and no matter who comes into the country.

    Since 2015, Hassloch has been home to between 500 and 600 refugees. The precise total is unknown, since many either returned home or quickly moved onwards. Currently, the town is home to 152 refugees, including 72 whose asylum applications are currently being processed. Back in 2015, after that summer of migration, the total was 211, which represents 1.1 percent of Hassloch’s population.

    And what about the 890,000 who showed up in Germany with its 82 million people? “You see?” says Meyer. Exactly 1.1 percent.

    Meyer is happy to talk about refugees at length, and isn’t shy about saying that some of them came expecting a rosy future without wanting to do much in return. Or about the fact that, from his perspective, the town hasn’t changed much as a result. Perhaps more instructive, however, is a visit to the administrative expert in city hall, a certain Ms. Behret.

    First, though, a final question for Tobias Meyer. Has Hassloch “done this?” Meyer’s response: “Hmmmm.”
    Administration

    The office is little more than the physical manifestation of the rules it is there to enforce, furnished with myriad filing cabinets with fake beech veneer. There are a few signs of life pinned to them, such as vacation pictures or funny Dilbert-esque cartoons about office life from the local paper. There are rows and rows of “meeting minutes” and “official correspondence,” along with a few stoic office plants doing their best to provide atmosphere. And in the middle of it all sits Christine Behret.

    “I love my job” it says on her keychain. She is the only woman in a leadership position in Hassloch city hall and she says she has been carrying around the keychain since her first day there. “I fought for this job,” Behret says. She describes herself as “a bit tough.”

    “We at the regulatory authority have a slightly different view of certain problems,” she says. “When a Sikh man shows up in your office, sits down on the floor and says he’s not going anywhere until he is allowed to cook in the hostel” – which isn’t allowed due to fire regulations – “then friendliness doesn’t get you very far. You have to pull out your English and affably throw him out. But you can never forget that you are dealing with a human being.”

    In her accounts, the phrase “we can do this” sounds mostly like a ton of work. Back in 2015, Behret says, she and her colleagues worked seven days a week. No public office, she continues, was prepared for the onslaught: They needed beds, food and doctors, despite the shortage of family practitioners in many rural areas of Germany. The first question to answer: centralized or decentralized accommodations? Hassloch chose a mixture of the two, which included a large hostel. Most of the refugees, though, were put up in 51 apartments that had been rented for the purpose. The asylum seekers were housed together according to complicated parameters, for which Christine Behret received additional training in “intercultural competence.” She said they learned such things as “women have no power in the places they come from, but here, women tell them what to do.” It is a sentence that has been part of the German migration debate for decades.

    Behret can provide a precise description of the asylum seekers in Hassloch using just a few sentences. She says they have “the entire spectrum” in the town, from a mathematics professor from Syria to others who can’t even write their own names. “The typical cases come by once a month to pick up their checks. For some of them, it’s enough. Others start working at McDonald’s at some point, or deliver packages for Amazon.”

    There was the alcoholic from Nigeria who shoplifted every day. “He was sent to us with no warning whatsoever. And no file,” Behret says. “How can something like that happen?” In that case, Tobias Meyer drove to the central reception center in the nearby town of Kusel to see what had happened. They then came by and picked the man up, she says.

    She tells the story of the man who died, yet couldn’t be buried because he had no birth certificate. “And if you haven’t been born, you can’t die.” In this room, focused on the administration of people, where everything is perfectly arranged, it is clear that she derives a certain amount of pleasure from such moments of turmoil.

    Behret’s main problem, though, is a different one: “We get the people faster than the files arrive. I don’t know if the person might have hepatitis, or tuberculosis, or scabies. We don’t have anything except their names, nationalities and dates of birth.”
    In the Bird Park

    There is a birdcage standing on a small blanket in Wilhelm Weidenbach’s living room. The bottom of the cage is lined with newspaper, with the brass-colored lattice rising above it. The door usually stands open. Weidenbach says that he taught his last parrot to sing German folk songs.

    Weidenbach, a 64-year-old retiree, has been in a wheelchair since suffering an accident and is the chairman of the Hassloch Club for the Protection and Care of Domestic and Foreign Birds. Every morning at 9 a.m., he heads over to the Hassloch Bird Park, one of the area’s places of interest.

    Last year, Hassloch was hit by a major storm that left the park in disarray. Together with a local group that helps asylum seekers, Weidenbach organized a day for volunteers to come and help out — and not long later, the municipality got in touch to ask if the asylum applicants would be willing to come by more regularly. The first of them came to the park just over two weeks ago, and they now work there three days a week for four hours at a time. On a recent Friday morning, they were busy with rakes and hoes at the duck enclosure: Ranj Suleiman, a Kurdish man from Iraq; Mohammad Ali Mozaffri from Afghanistan; and Aria Rahimzade from Iran — three of the 72 asylum applicants in Hassloch currently awaiting a ruling on their status.

    Suleiman was a computer technician, Mozaffri wanted to work in old-age care and Rahimzade had his sights set on becoming a hairdresser. All of those professions are in need, but because the Federal Office for Migration and Refugees (BAMF) hasn’t yet decided on whether they can stay or not, it is difficult for them to find real work. So the three of them rake detritus out of the enclosures for 80 cents an hour.

    Weidenbach says they’re doing a good job. Iran? Iraq? People are people, he says. All they have to do is follow the rules and show up on time. And it’s important for them to learn the language and speak German among themselves, he says, though they sometimes have trouble understanding the local dialect he speaks. In the courses they attend, they are learning high German.

    Mozaffri talks about how he got to Germany from Afghanistan three years ago: “Walking. Bicycle. Boat.”

    “Yes, necessity is the mother of invention,” Weidenbach jokes. The men likely would have laughed if they had understood him, but they didn’t. So Weidenbach repeats himself, slower and louder: “Ne-cess-i-ty is the MOTHER of in-ven-tion!”

    Now, the three start laughing, though they still haven’t understood him. No matter, they continue on to the emu enclosure, pushing their wheelbarrows past the parrots. Suleiman makes a face and jokes: “They speak better German than we do.”

    The municipality has bought a flat-roofed structure at the edge of town. Plastic chairs have been set up in the grass outside and there is hardly any natural light inside, with the only window being a skylight. A bit of carpeting hangs over the fence and it is quiet.

    This is where the levity from the aviary comes to an end. Suleiman, Mozaffri and Rahimzade live here, and there is a sign on every door inside covered in pictograms to illustrate all that is forbidden in the hostel: wall clocks, coffee machines, irons, hairdryers, washing machines, vacuums, cameras, telephones and computer monitors.

    The structure is home to around 30 asylum seekers. The metal bed belonging to Mozaffri can be found in the corner of Room 3, where the wall is covered with bits of paper bearing the German words he is currently learning. On the other side of a metal locker is another bed, belonging to a young Iraqi, whose asylum application has been rejected. He says that he grows afraid at night when he hears doors close and that he can’t bear living in the hostel for much longer. Indeed, it seems to be part of the concept to make it as uncomfortable as possible.

    At the end of June, decisions were pending on 43,617 asylum applications. BAMF works through the files, specialized lawyers file grievances, papers are intentionally hidden and replacement documents must be requested from Eritrea, Morocco and the many other countries from which the applicants come.

    The asylum applicants, such as the three that work in the Bird Park, are stuck in limbo. They have made it; they have arrived in Germany. But at the same time, they haven’t yet made it. They haven’t yet “done this.”
    Numbers

    In a survey conducted by BAMF, 44 percent of asylum seekers who participated reported having good or very good knowledge of the German language. Three-quarters of them felt welcome in Germany. But the phrase “we can do this” was primarily focused on the other side. Merkel was referring to the Germans.

    Andreas Rohr is a man knee-deep in statistics. There are no plants in his office and there is likewise little in the way of decoration. Rohr used to work as a treasurer in the town administration and has a business degree. He is a family man with a strong physique and a gray shirt that matches the textured walls around him. In 2015, he was the Hassloch bureaucrat responsible for the refugees, though today his portfolio includes daycare centers, leases and cultural activities. He is able to distill Hassloch’s ability to “do this” into columns of numbers.

    From an administrative point of view, Rohr says, Hassloch has indeed been successful. “In 2016, we spent around 550,000 euros ($630,000) on shelter costs and about 870,000 euros on benefits for the asylum applicants. We were reimbursed for all those costs by the administrative district. But the town was responsible for personnel costs and materials. We only had two part-time positions back then, but now we have four working in that division, and it was five at the peak. A full-time position costs 50,000 euros, so we’re talking about a quarter million per year at that time.”

    https://www.spiegel.de/international/germany/has-germany-done-this-a-look-at-the-refugee-crisis-five-years-later-a-68ebba
    #5_ans_après #2020 #crise_des_réfugiés #Allemagne #réfugiés #asile #migrations #in_retrospect #Merkel #we_can_do_it #wir_schaffen_das #économie

    ping @_kg_ @karine4 @isskein

  • Quoi de Meuf #88 - QDM de Poche - La série « Unorthodox » d’Anna Winger et Alexa Karolinski par Nouvelles Écoutes | Écoute gratuite sur SoundCloud
    https://soundcloud.com/nouvelles-ecoutes/quoi-de-meuf-88-qdm-de-poche-la-serie-unorthodox-danna-winger-et-alexa-karolinski?in=nouvelles-ecoutes/sets/quoi-de-meuf


    Dix années après la publication des mémoires de Deborah Feldman, Netflix en réalise une adaptation, “Unorthodox” en 2020. La jeune Esty vit à Williamsburg (New-York) et décide de sortir de sa communauté juive hassidique ultra-orthodoxe où son corps et son avenir sont sous contrôle. Du mariage arrangé à la course poursuite, la série donne à voir la discipline à laquelle sont soumises les femmes sans être un réquisitoire religieux.

    A cette occasion, Clémentine reçoit Deborah Feldman. Elles reviennent ensemble sur l’histoire qui a donné naissance à la série et sur le parcours exceptionnel de l’autrice américaine.

    #Unorthodox #série #hassidique #fiction_féministe

  • Egypt bans ’music of the slums’
    https://www.al-monitor.com/pulse/originals/2020/02/egypt-bans-street-music-singers-following-controversy-over.html

    Le syndicat des musiciens (!!!) en #Egypte interdit les chansons de type « mahragan », une musique ultra populaire, dont on a beaucoup parlé par ailleurs au moment des soulèvements de 2011.

    Shaker’s decision came after the controversy over the lyrics of “Bent el-Geran,” whose lyrics include the words, “If you leave me, I will drink wine and take hashish” — both of which are forbidden in Islam.

    The song became a hit on YouTube with so far more than 113 million viewers and 59.9 million listeners on SoundCloud.

    #musique #mahragan
    Singer Hassan Shakoosh performed the song with those lyrics in a ceremony on Valentine’s Day at Cairo International Stadium, but removed the sentence from the lyrics following the reaction.

    This did not deter the syndicate. “The decision is a final and irreversible one and it will include all street music singers,” Shaker said in the statement.

    But it would be difficult to stop those songs that have been playing in buses, cars, cafes, restaurants and at wedding parties in both poor and upscale areas. “They are attacking a genre that cheers us up and makes us forget all our grievances,” Saeed Abdel Hameed, a 40-year-old construction worker, told Al-Monitor. “It is an attempt to put restrictions on people’s choices and tastes. I believe that these songs will win in the end because they talk about people’s problems."

    Un lien précédent ici : https://seenthis.net/messages/243920

  • Au #Liban, Hassan Diab, soutenu par le Hezbollah, est nommé premier
    ministre
    https://www.lemonde.fr/international/article/2019/12/19/l-universitaire-et-ancien-ministre-hassan-diab-soutenu-par-le-hezbollah-est-

    mettant un terme à quasiment deux mois de tergiversations politiques.

    Mais ça ne met très certainement pas un terme aux manifestations, le premier ministre en question ayant déclaré avec un sourire radieux qu’il voulait englober tous les partis politiques dans son futur gouvernement, sans compter les partisans de Hariri qui sont en train d’exprimer bruyamment leur mécontentement de la nomination d’une « personne non représentative des sunnites » surtout, précisent certains, nommée par « les chiites ».

    Deux faits remarquables,

    1) le candidat des #Etats-Unis, Nawaf Salam, n’a reçu qu’un nombre limité de voix (venues des groupes Joumblatt et Kataeb essentiellement), très peu de sunnites « pro-américains » (y compris le groupe parlementaire de Hariri) ayant voté pour lui (la plupart se sont abstenus, de même d’ailleurs que les « forces libanaises » de Geagea, ce dernier ayant pourtant annoncé il y a deux jours qu’il votera pour lui),

    2) le nouveau premier ministre a été élu à la majorité absolue.

  • À la fois incroyablement admiratif du courage des Libanais, et très inquiet pour la suite des événements…

    Quelques remarques et questions :

    – À quel point la crise économique actuelle touche-t-elle la classe moyenne libanaise (plus que d’habitude) ? Depuis les toutes dernières années, j’entends qu’il est devenu très difficile d’emprunter auprès des banques pour se loger, ou pour monter une entreprise. Que beaucoup d’entreprises ne paient plus leurs employés. Puis ferment après avoir arnaqué leurs employés pendant des mois. Et ces dernières semaines, les tensions sur la livre libanaise (dans certaines entreprises, décision arbitraire de payer les salaires en livres libanaises et non plus en dollars). Bref, divers éléments qui suggèrent que ce ne sont plus seulement les plus pauvres qui trinquent, mais que désormais c’est la classe moyenne – déjà lourdement impactée et usuellement condamnée à l’émigration – qui est cette fois touchée par l’économie en berne.

    – Est-ce que, comme je le lis à divers endroits, on a bien des manifestations qui réunissent à la fois les classes populaires et moyennes ? Si c’est le cas, c’est un mouvement puissant qui démarre : jusque là le système avait assez habilement joué la division entre les revendications de classe (par exemple : les manifs des classes moyennes présentées comme illégitimes, celles des populaires comme manipulées…).

    – Ici, la présence de la classe moyenne dans les rues donne une visibilité à des analyses politico-économiques parfaitement formulées (on voit déjà des articles dans les médias français donnant la parole à des manifestants, qui ont l’avantage ici d’être, par exemple, enseignants à l’université…).

    – Si le déclencheur a été la taxe WhatsApp, en réalité depuis des semaines c’est l’annonce d’un prochain « train » de mesures extrêmement violentes de privatisations (toujours réalisées dans des conditions farfelues de corruption), de taxes non proportionnelles (donc frappant essentiellement les classes populaires et moyennes), qui mobilise les Libanais. La mise en pratique d’une première « petite » taxe a mis le feu au poudre, mais derrière c’est l’ensemble des « réformes » qui est bloqué.

    – Or ces « réformes » austéritaires sont, bien évidemment, déjà décidées, et décrétées comme totalement indispensables. Si le gouvernement saute, il est déjà annoncé que le suivant devra mener les mêmes réformes…

    – Le fait que la situation économique est déjà difficile, avec un ralentissement sensible de l’économie, rend évidemment les réformes austéritaires insupportables. Mais ce qui s’ajoute à cela, évidemment, c’est que toute la population sait que sa classe dominante est à la fois incompétente et corrompue, à la fois responsable du fiasco économique et premier profiteur de la crise. Et que ces mesures austéritaires vont, bien évidemment, totalement épargner cette classe (au contraire, via la corruption et les diverses prédations via les privatisations, elle va certainement encore en profiter pour s’enrichir). Anecdote significative : le Akhbar souligne que la surtaxe prévue pour les cigarettes ne concernait pas… les cigares.

    – La situation me semble très dangereuse, parce qu’ici, en dehors d’une véritable révolution populaire qui renverserait le système politique, oligarchique et corrompu libanais, il n’y a pas d’alternative au train de réformes « imposées » par la situation d’endettement du pays (« il n’y a pas d’alternative », dans le sens de l’escroquerie néolibérale – TINA : There is no alternative). Ce que je veux dire, c’est qu’il n’est pas envisageable de simplement renoncer aux réformes avec le système actuel, et pas non plus possible de faire passer « en force » ces réformes vue les manifestations qui se développent. La seule « sortie » de crise, c’est le renversement du système politico-mafieux lui-même, ce qui n’est tout de même pas une mince affaire.

    – Et la classe dominante et ses puissants soutiens étrangers a certainement les moyens (et pas l’ombre d’une hésitation) pour faire sombrer le pays dans le chaos, plutôt que de renoncer au moindre de ses avantages. Al Akhbar estime que cette classe a peur. Mais est-elle dénuée de pouvoir de nuisance ? Et si le pays échappe à l’agitation sectaire destinée à noyer les revendications dans un flot de violences, pourra-t-il éviter une mise sous tutelle « à la Tsipras » imposée par les détenteurs de la dette ?

    – Sans oublier (jamais) que de puissants voisins du Liban ont toujours intérêt à la destablisation violente du pays. Ce qui devient plus dangereux à partir du moment où la classe dominante intérieure elle-même a intérêt à la destabilisation.

    – Un aspect fondamental à ne pas perdre de vue, c’est que la corruption et la dette ne sont pas une conséquence du système : elles sont le fondement et le but du système mis en place à la fin de la guerre civile pour perpétuer la destruction et la prédation sous une forme plus « civilisée » et, surtout, économiquement efficace. C’est ce qui fait le danger de la situation : les Libanais ont face à eux un système conçu pour perpétuer la guerre civile, grâce à l’entente, à Taëf, des chefs miliciens (et, désormais, de leurs enfants, neveux, beaux-fils…). La corruption n’est pas un effet pervers du système qu’on pourrait « corriger » : la corruption est le système lui-même. C’était le sujet de l’un de mes premiers articles en 2006, Au Liban, une mafiocratie contre son peuple :
    http://tokborni.blogspot.com/2006/07/au-liban-une-mafiocratie-contre-son.html
    Je concluais ainsi à l’époque :

    La guerre civile a instauré un système de prédation orienté contre la population, au moyen de la violence et de la terreur physique permanente. La IIe République libanaise, intégrant presque uniquement les profiteurs de cette guerre civile, a transformé la forme de la prédation, sous la forme plus pacifique d’un « néo-libanisme » (néo-libéralisme, corruption, dette odieuse, alibi confessionnel), mais n’a pas épargné ses victimes.

    L’agression actuelle bénéficie de ce mélange, ô combien fertile, de confessionnalisme et de corruption. Il faut espérer que tout ce petit monde n’a pas ainsi enclenché une machine de destruction qui deviendra totalement incontrôlable. Évidemment, la logique reste la même : nous assistons une fois encore à une guerre menée contre la société libanaise elle-même.

  • Le Maroc n’est pas à la fête pour les vingt ans de règne de Mohammed VI
    https://www.mediapart.fr/journal/international/290719/le-maroc-n-est-pas-la-fete-pour-les-vingt-ans-de-regne-de-mohammed-vi

    Le roi du Maroc Mohammed VI fête ses vingt ans de règne mardi 30 juillet. Il a demandé des célébrations sans ostentation, car le royaume est gagné par une ambiance crépusculaire. Pour celui qui incarnait l’espoir après les terribles années de plomb sous le régime de son père Hassan II, il s’agit de faire profil bas tant le bilan est maigre.

    #Afrique #Hassan_II,_Maroc,_monarchie,_vingt_ans_de_règne,_Mohammed_VI,_A_la_Une

  • Bloqué depuis six mois dans un #aéroport, un Syrien raconte sa survie

    Cela fait six mois jour pour jour que Hassan Al Kontar vit dans le #terminal 2 de l’aéroport de Kuala Lumpur, en Malaisie. Le Syrien, qui ne trouve asile nulle part, s’est confié à RTSInfo.

    « Tout le monde peut voler », scande un slogan affiché sur les avions qu’il voit atterrir et décoller. « Tout le monde », sauf #Hassan_Al_Kontar.

    Lui est cloué au sol depuis le 7 mars 2018. Dans l’#immobilité de sa condition, il observe inlassablement le va-et-vient des autres passagers.

    C’est dans ce terminal 2 que l’homme a fêté son 37e anniversaire et assisté virtuellement au mariage de son petit frère.

    C’est là qu’il se douche tant bien que mal au-dessus de lavabos, qu’il dort sur un matelas de fortune et qu’il mange trois fois par jour le même plateau-repas à base de riz et de poulet.

    Les #réseaux_sociaux pour seule tribune

    C’est grâce à son #smartphone, et au wifi de l’aéroport, que le Syrien maintient un lien avec le monde, notamment via les réseaux sociaux. Son compte Twitter, où il partage des photos et vidéos de son quotidien, est suivi par plus de 15’000 personnes.

    Une page Wikipédia lui est même consacrée. « On me l’a montrée, mais je ne sais pas qui l’a créée », dit-il amusé.
    https://en.wikipedia.org/wiki/Hassan_Al_Kontar

    Le labyrinthe vers la #captivité

    La captivité de Hassan est le résultat d’un parcours sinueux. Le Syrien n’a plus mis les pieds dans son pays depuis dix ans.

    Lorsque le conflit syrien éclate en 2011, il vit aux Emirats arabes unis, et refuse de rentrer pour faire la guerre. Son passeport n’est pas renouvelé, il perd son travail et vit dans la clandestinité.

    En janvier 2017, il est expulsé vers la Malaisie, où il obtient un #visa provisoire. Comme le pays n’a pas signé la Convention de Genève sur les réfugiés, il ne peut y demander asile.

    À l’expiration de son permis de séjour, Hassan Al Kontar tente de rejoindre l’Equateur, pays qui n’exige pas de visa des citoyens syriens. C’est une compagnie aérienne turque qui refuse de l’embarquer.

    L’homme parvient à prendre un vol pour le #Cambodge, mais il est renvoyé dans le même avion à Kuala Lumpur. Ne pouvant plus rentrer en Malaisie, le terminal 2 devient sa seule demeure, à durée indéterminée.

    Déçu des agences onusiennes

    Lorsqu’il contacte le Haut-Commissariat aux réfugiés des Nations unies (UNHCR), le Syrien se dit déçu :

    Depuis quatre mois, Hassan assure n’avoir aucune nouvelle de l’agence onusienne. Contacté par RTSInfo, l’UNHCR répond que « le gouvernement malaisien a fait une offre généreuse permettant à l’homme d’entrer en toute sécurité dans le pays et d’y obtenir un statut légal provisoire. »

    Or, le Syrien ne veut plus de solutions provisoires qu’il sait sans avenir. « Au final, je veux un statut légal stable, pour pouvoir m’installer, travailler et ne pas craindre une expulsion. »

    Le Canada, seul Eldorado

    Retourner en Syrie n’est pas une option pour Hassan, qui dit être recherché par les services de sécurité, surtout depuis la médiatisation de son histoire et de ses opinions politiques.

    La seule porte de salut du Syrien à ce jour est le Canada. « Des gens là-bas m’ont trouvé un avocat, des garants et même un travail, puis ils ont déposé ma demande d’asile. »

    La procédure doit durer entre 20 et 24 mois. Une pétition en ligne, à ce jour signée par près de 50’000 personnes, appelle les autorités à accélérer le processus.

    « Souvent les gens, après avoir vu un reportage sur moi, me proposent de venir chez eux. Je dois alors leur expliquer les lois restrictives de leur pays qui m’en empêchent. »

    En Suisse, la possibilité de présenter une demande d’asile depuis l’étranger a été supprimée fin 2012. Une révision de la loi sur l’asile allant dans ce sens a été acceptée lors d’une votation populaire le 9 juin 2013.

    L’illusoire choix de la légalité

    Après huit ans à la recherche d’un refuge, Hassan Al Kontar se dit prêt à rester dans ce terminal tant qu’il ne trouvera pas une solution légale.

    Le Syrien est conscient de payer le prix de son honnêteté. « Si je m’infiltrais illégalement, peut-être qu’aujourd’hui je serais tranquillement installé en Suisse, au Danemark ou en Hollande. Mais j’ai choisi la légalité. »

    L’homme raconte avoir ainsi décliné de nombreuses propositions de mariage. « Je remercie ces femmes de vouloir m’aider, mais je leur explique que ce serait aussi une manière de contourner la loi. »

    La #résilience pour ne pas céder

    Sur les réseaux sociaux, Hassan est admiré pour la bonne humeur et la résilience dont il fait preuve.

    Si l’homme est reconnaissant de tout le soutien qu’il reçoit, il avoue avoir parfois besoin de s’isoler pour garder des forces.

    Après six mois de survie dans le terminal 2 de l’aéroport de Kuala Lumpur, Hassan Al Kontar est prêt à tenir le temps qu’il faudra. « Je n’ai pas le choix », conclut-il.

    https://www.rts.ch/info/monde/9811804-bloque-depuis-six-mois-dans-un-aeroport-un-syrien-raconte-sa-survie.html
    #réfugiés #asile #migrations #limbe #réfugiés_syriens #Kuala_Lumpur #Malaisie #migrerrance

    cc @reka

  • Switch from #meteor to #graphql: Secrets of Hassle-Free Migration Process
    https://hackernoon.com/switch-from-meteor-to-graphql-secrets-of-hassle-free-migration-process-3

    The reason I have decided to write this article is that at the moment our team is migrating a complex app from Meteor to GraphQL. Before describing why we are doing this, I want to briefly tell about the concept of this project.The project we are working on is a work order management app — a complex system that connects on-demand service providers (that offer such services as dumpster rental, sewage treatment, landscape and equipment management, etc.) with companies of different sizes.The platform helps companies to manage work orders, keep track of all documentation, automate invoice processing and eliminate paperwork. The app consists of 3 products that can be customized to the company needsWork order website for companies, where they can create and track work requests, assign suppliers, (...)

    #meteor-to-graphql #hassle-free-migration #graphql-migration

  • https://www.franceculture.fr/emissions/talmudiques/societe-ou-communaute

    Martin Buber, philosophe juif d’origine allemande (1878-1965), est surtout connu par le premier et le principal ouvrage qu’il a publié : Ich und Du, paru à Francfort en 1923 et traduit en français en 1938, sous le titre _Le Je et le Tu e_t dont Gaston Bachelard a fait la préface.

    Par ses écrits sur Rabbi Nahman de Braslav et le Baal Chem Tov, il a renouvelé la pensée hassidique et ses Contes hassidiques ont un monument de la littérature mondiale. Son Chemin de l’homme selon la voie du hassidisme est sans doute l’un des plus textes jamais écrits sur le judaïsme.

    Le livre présenté dans l’émission.

    Martin Buber, Communauté, édition de l’éclat 2018.

    Traduction de Gaël Cheptou et préface de Dominique Bourel

    Un livre essentiel pour aujourd’hui, dont les réflexions sur la communauté sont aussi un chemin d’espoir pour penser les possibilités d’une paix dans le conflit israélo-arabe, dont Buber fut très tôt l’un des chefs de file du dialogue et de la promotion d’un état binational, un thème qui sera d’ailleurs aussi abordé la semaine prochaine dans l’émission avec Denis Charbit qui en sera l’invité.

    #Marin_Bubber #anarchisme #radio #audio #hassidique #kibboutz #palestine

  • Nachkriegszeit in Ostdeutschland: „Sie waren voll Hass“ (http://www...
    https://diasp.eu/p/6986088

    Nachkriegszeit in Ostdeutschland: „Sie waren voll Hass“

    Morde und Vergewaltigungen: Grausiges spielte sich in der Zeit nach 1945 im Osten ab. Die Historikerin Silke Satjukow hat die Besatzungszeit der Russen erforscht.

    #zeitgeschehen #nachkriegszeit #ostdeutschland #hass #morde #vergewaltigungen #grausiges #zeit #osten #historikerin #silke #satjukow #besatzungszeit #news #bot #rss

  • Trois ans de prison en France. Six ans de liberté relative au Canada, avec un bracelet électronique. Neuf ans sans salaire, après avoir perdu son poste de professeur de sociologie... pour rien !

    Attentat de la rue Copernic : les juges ordonnent un non-lieu et la libération d’Hassan Diab
    France Inter, le 12 janvier 2018
    https://www.franceinter.fr/justice/attentat-rue-copernic

    Le Libano-Canadien Hassan Diab libéré faute de preuves
    Radio Canada, le 12 janvier 2018
    http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1077624/hassan-diab-innocente-libere-paris-copernic-attentat-synagogue

    Attentat rue Copernic : « Un appel du procureur serait profondément étranger au droit et aux faits »
    France Info, le 12 janvier 2018
    https://mobile.francetvinfo.fr/faits-divers/terrorisme/attentat-rue-copernic-un-appel-du-procureur-serait-profondement-

    #Hassan_Diab #France #Canada #Liban #Attentat #Copernic #Justice #Erreur_judiciaire

  • #Iran : Rohani est pris en étau
    https://www.mediapart.fr/journal/international/060118/iran-rohani-est-pris-en-etau

    Le président iranien, lors de l’assemblée générale des Nations unies, le 20 septembre 2017 © Reuters Les manifestations contre le régime sont moins nombreuses mais une autre menace guette le président iranien, celle des ultras, qui entendent tirer profit de son discrédit. Paradoxe : les ennemis de la République islamique et les factions radicales se retrouvent ensemble pour dénoncer #Hassan_Rohani, au risque pour les seconds de fragiliser l’ensemble du régime.

    #International

  • #Iran : Rohani pris en étau
    https://www.mediapart.fr/journal/international/060118/iran-rohani-pris-en-etau

    Le président iranien lors de l’assemblée générale des Nations unies, le 20 septembre 2017. © Reuters Les cortèges contre le régime sont moins nombreux mais une autre menace guette le président iranien, celle des ultras, qui entendent tirer profit de son discrédit. #Hassan_Rohani est pris entre deux feux : d’un côté, des manifestants qui scandent « Mort à Rohani ! » ; de l’autre, les factions radicales, qui aimeraient le voir tomber.

    #International

  • #Hassan_Soliman - Art Talks

    http://arttalks.com/artist/hassan-soliman

    Le site dédié à cet artiste : http://hassansoliman.com

    Born in 1928, Hassan Soliman graduated from Cairo’s School of Fine Arts in 1951. However, even before his graduation, Soliman’s skill as a draughtsman had drawn the attention of art critics and dealers, to the extent that one dealer offered him generous patronage in return for exclusive rights over what he produced.

    In the Cairo art circles of the late 1940s and 50s there was a rumour that this patron dealt in fakes, and that Soliman had been asked to imitate the works of minor French impressionists on his behalf. When I asked Soliman about this ten years ago, he said he had only produced one fake Pissarro, though he also told me and colleague Fayza Hassan, who was interviewing him for the Weekly in 1998, that he had been barely 20 years old when a rich Jewish businessman in Cairo provided him with a generous stipend, an atelier in Qasr El-Nil St., and an Italian housekeeper in return for his services.

    As Fayza Hassan wrote in her 1998 interview, “It is perhaps one of Soliman’s minor eccentricities to insist upon his debt to Cairo’s foreign communities, the Jews in particular, who, according to him, guided his first steps towards eminence. Without their attentive patronage, says Soliman, he would never have become a known painter overnight when he was barely in his twenties.”

    #égypte #art #peinture

  • Hassan Diab n’a pas été remis en liberté, malgré la 9ème demande du juge des libertés.

    Le juge d’instruction avait bouclé son dossier, mais il a été rouvert et la procédure prolongée par l’intervention des services secrets israéliens.

    On peut remarquer que la presse généraliste utilise des termes de plus en plus mesurés quant à la culpabilité supposée de Hassan Diab. C’est bon signe...

    Attentat de la rue Copernic : refuser de libérer Diab est « absurde »
    Le Figaro, le 14 novembre 2017
    http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2017/11/14/97001-20171114FILWWW00393-attentat-de-la-rue-copernic-refuser-de-liberer-di

    #Hassan_Diab #France #Canada #Liban #Attentat #Copernic #Justice #Erreur_judiciaire

  • #Iran : le président Rohani a laissé tomber ses promesses
    https://www.mediapart.fr/journal/international/200917/iran-le-president-rohani-laisse-tomber-ses-promesses

    Le président de la République islamique n’a pas tenu ses engagements de campagne. Car il ne doit pas mécontenter les milieux conservateurs, dont il a besoin pour mener à bien d’autres combats : la succession du Guide suprême et la diminution du pouvoir des Gardiens de la révolution.

    #International #Hassan_Rohani

  • Réélu au printemps, l’Iranien Rohani a laissé tomber ses promesses
    https://www.mediapart.fr/journal/international/200917/reelu-au-printemps-l-iranien-rohani-laisse-tomber-ses-promesses

    Le président de la République islamique n’a pas tenu ses engagements de campagne. Car il ne doit pas mécontenter les milieux conservateurs, dont il a besoin pour mener à bien d’autres combats : la succession du Guide suprême et la diminution du pouvoir des Gardiens de la révolution.

    #International #Hassan_Rohani #Iran

  • Feminismus im Islam: Zu Besuch bei Deutschlands umstrittenster Imam...
    https://diasp.eu/p/5818143

    Feminismus im Islam: Zu Besuch bei Deutschlands umstrittenster Imamin

    Seyran Ateş gründete Berlins erste Moschee, in der Frauen vorbeten dürfen und Geschlechter nicht getrennt sind. Hass und Kritik treffen sie dafür nun von allen Seiten.

    #gesellschaft #feminismus #islam #besuch #deutschland #imamin #seyran #berlin #moschee #frauen #geschlechter #hass #kritik #news #bot #rss

  • Rohani face à la double pression des ultras iraniens et de Washington
    https://www.mediapart.fr/journal/international/220717/rohani-face-la-double-pression-des-ultras-iraniens-et-de-washington

    Le président iranien doit contenir les menaces de nouvelles sanctions des États-Unis et les attaques de son opposition conservatrice au sein de la République islamique, qui ont notamment fait arrêter son frère. En arrière-plan, c’est la succession de Rohani qui commence.

    #International #Ahmad_Jannati #Etats-Unis #Hassan_Rohani #Iran #prolifération_nucléaire