• #Liban. Coordination infructueuse entre Paris et Washington - Nabil El-Khoury
    https://orientxxi.info/magazine/liban-coordination-infructueuse-entre-paris-et-washington,6164

    Tout comme les Français, les Américains insistent auprès de leurs interlocuteurs libanais sur l’indispensabilité des réformes. Mais ils agissent de manière à politiser le processus Cedre en liant la lutte anticorruption à celle contre le financement du Hezbollah et son influence au Liban.

    […]

    Sous l’administration Obama, les #États-Unis durcissent les sanctions visant directement les réseaux du financement du #Hezbollah, lui interdisant tout accès au système financier américain en adoptant en 2015 la loi Hifpa (Hizballah International Financing Prevention Act). Mais l’offensive s’accentue sous l’administration Trump qui a renforcé cette loi en 2018 pour obliger les banques libanaises à respecter les normes américaines, de manière à empêcher l’accès du Hezbollah au système bancaire local et international, sous peine de s’exposer aux sanctions. Officiellement, en tant que membre du Middle East and North Africa Financial Action Task Force (Menafatf), le Liban ne peut que remplir les conditions imposées par Washington. D’où la coopération de la Banque centrale avec les autorités financières américaines dans la lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme, qui vise des réseaux comme Al-Qaida, l’organisation de l’État islamique (OEI), mais aussi le Hezbollah. En outre, pour éviter des mesures coercitives, les institutions étatiques libanaises comme les municipalités devraient cesser de travailler avec des associations sociales ou des entreprises de construction fonctionnant directement ou indirectement pour le compte du Hezbollah.

    Si ces mesures ont affecté les capacités financières du Hezbollah, elles sont aussi contre-productives pour le Liban, bien que les Américains affirment vouloir éviter les victimes collatérales. On peut légitimement s’interroger sur le lien de causalité entre cette politique et l’effondrement économique et financier que connaît le pays dès l’automne 2019 .

  • Filmer la ville et ses acteurs ordinaires
    Rouba Kaedbey
    http://journals.openedition.org/echogeo/23977

    Cet article interroge l’usage d’une approche audiovisuelle dans le cadre d’une thèse en géographie et aménagement. En s’appuyant sur son expérience de réalisation, l’auteure défend l’idée selon laquelle le film serait un outil parfaitement approprié pour mettre en évidence des problématiques de la géographie sociale. Il rend visible et audible des aspects occultés de l’espace social, participant ainsi à la production de la connaissance. Sur le plan méthodologique, l’article met en évidence la façon dont les différentes phases de la réalisation du film, - du tournage jusqu’à la diffusion – servent à alimenter la thèse. Au-delà de ses atouts théoriques et méthodologiques, un film-recherche exige une démarche engagée dont l’auteure tente de montrer les différentes facettes.

    Réflexion très intéressante sur l’usage, les difficultés mais aussi les apports inattendus du film dans une enquête de sciences sociales
    #Beyrouth #hezbollah #racisme #éthique #migrations

  • Hezbollah chief vows ’no one’ will extract gas, oil from maritime zones if Lebanon unable to do so | Reuters
    https://www.reuters.com/world/middle-east/hezbollah-chief-vows-no-one-will-extract-gas-oil-maritime-zones-if-lebanon-

    Nasrallah threatened “Karish and beyond Karish,” echoing a statement he made a few weeks before a month-long conflict with Israel in 2006 when he threatened “Haifa and beyond Haifa.”

    The group subsequently launched rocket attacks on Haifa. Wednesday marked the 16-year anniversary of the start of the 2006 conflict.

    Nasrallah also insisted that Lebanon had a “golden opportunity” in the next two months to secure its maritime rights before Israel completed work at Karish.

    He urged Lebanese officials use his group as leverage, saying #Hezbollah was Lebanon’s “only strong point.”

    “The resistance is telling you, make use of me. Take advantage of me... Tell the Americans that these guys don’t answer to anyone, they’re uncontrollable – say whatever you want. Say it,” Nasrallah said.

    #Liban

    • L’histoire des drones et les réactions

      Liban–Israël, des frontières maritimes inflammables - Doha Chams
      https://orientxxi.info/magazine/liban-israel-des-frontieres-maritimes-inflammables,5756

      Mais le samedi 2 juillet 2022, Israël a annoncé avoir intercepté trois drones lancés par le Hezbollah au-dessus du champ contesté de Karish, dans lequel il avait commencé des opérations de forage sous ce qui apparaît désormais comme une protection euro-américaine.

      Dans un communiqué, le parti a confirmé avoir lancé des drones « non armés » en reconnaissance : « La mission a été accomplie et le message délivré ». Un acte qui vient confirmer les mises en garde du secrétaire général du Hezbollah Hassan Nasrallah, qui avait annoncé vouloir « empêcher l’ennemi de diriger l’extraction active de pétrole et de gaz du champ de Karish avant la fin des négociations », celles-ci devant inclure une clause « permettant aux entreprises internationales de travailler dans tous les champs libanais, jusqu’à la frontière avec la Syrie ». Cette opération n’a pas manqué de provoquer la colère des Américains qui ont estimé, par l’intermédiaire de leur ambassade à Beyrouth, que cette ingérence du Hezbollah pouvait menacer les négociations. Washington a ainsi exigé une condamnation officielle du Liban, qu’elle a obtenue le 4 juillet 2022, lorsque le premier ministre Najib Mikati a publié une déclaration où il estime que « toute action qui n’est pas menée par l’État libanais est inacceptable », notant que les négociations en cours avec Hochstein « ont atteint un stade avancé ». Une réaction qui a semble-t-il provoqué l’agacement du président de la République Michel Aoun.

      Quant à Israël, il a averti par l’intermédiaire de son ministre de la défense que l’envoi de drones risque de « saper les négociations et l’accord qui se dessine ». Un accord que le journal Al-Akhbar a qualifié de « contraire aux intérêts du Liban », estimant que « les instances internationales, profitant de son état d’effondrement, cherchent à le lui imposer ».

    • Liban : le chef du Hezbollah menace Israël de guerre s’il exploite le champ gazier de Karish
      Publié le : 14/07/2022 | RFI | Avec notre correspondant à Beyrouth, Paul Khalifeh
      https://www.rfi.fr/fr/moyen-orient/20220714-liban-le-chef-du-hezbollah-menace-isra%C3%ABl-de-guerre-s-il-exploite-l

      Le chef du Hezbollah a explicitement menacé d’une guerre si Israël commençait l’extraction du gaz du champ de Karish, disputé par le Liban, sans accord préalable sur le tracé de la frontière maritime entre les deux pays. Ces menaces prononcées mercredi 13 juillet au soir, lors d’une intervention télévisée, interviennent une douzaine de jours après la destruction par Israël de trois drones de reconnaissance non armés lancés par le parti chiite vers la plateforme gazière. Celle-ci est située à la limite des zones d’exclusivité économique des deux pays.

  • L’entité provisoire reconnaît son incapacité à attaquer le Liban
    http://french.presstv.ir/Detail/2022/05/10/681860/Hezbollah-Nasrallah-Isra%C3%ABl-R%C3%A9sistance

    Bien sûr, c’est un discours électoral mais ce sont tout de même les mots du grand méchand Nasrallah, chef du Rrrrezbollah

    #Hezbollah #liban

    « Ce que nous cherchons c’est l’État juste, fort et capable. C’est ce que nous avons annoncé dans notre document politique de 2009. La loi électorale est la clé, la loi majoritaire était biaisée, la loi proportionnelle est la plus équitable. Il y a une grande injustice concernant l’âge de vote, la lutte doit se concentrer sur l’octroi du droit de vote aux jeunes de 18 ans », a-t-il noté.

    « Nous sommes un pays riche, et ce trésor est dans la mer, et les données indiquent que nous avons une énorme richesse gazière offshore. L’État juste et capable est celui qui est capable de protéger sa souveraineté sur la terre et l’eau. Nous avons été et serons toujours contre les impôts sur les pauvres et le système fiscal doit être progressif. Un État juste et capable est celui qui assure la sécurité de ses citoyens afin qu’ils se sentent à l’abri de toute discrimination régionale », a fait remarquer le secrétaire général du Hezbollah libanais.

    « Si je dis que seul le Hezbollah est capable de construire un État juste et capable, je ne serai pas honnête. Aucun parti ne peut le faire seul au Liban. Nous insistons à être présents dans tout gouvernement, afin de protéger la Résistance. Notre pays est construit sur le partenariat et la non-élimination. Chacun doit être représenté au Parlement selon sa taille naturelle », a-t-il souligné.

    • Au passage, Nasrallah confirme le nouveau défi de la Résistance libanaise aux Israéliens : vous n’exploitez pas le gaz en Méditerranée si nouos (Liban/Hezbollah/Chiites du Sud...) n’en faisons pas de même...

    • Le sociologue Rudolf el Kareh, spécialiste du #Moyen-Orient et fin connaisseur des rouages de l’État libanais, a répondu à nos questions.

      Ce carburant iranien va-t-il contribuer à régler la pénurie ?

      Le fuel et l’essence acheminés par camions de #Syrie au #Liban seront distribués dans tous le pays. D’abord sous la forme de donations, en priorité pour alimenter les générateurs des hôpitaux, maisons de repos, orphelinats et municipalités. Ensuite, ces carburants seront distribués au maximum au prix coûtant dans les chaînes de stations-service. L’objectif n’est pas de faire du bénéfice mais de favoriser le retour à la normale du quotidien de la population et de remettre en marche les circuits de distribution et d’importation.

      Comment est-on arrivé à cette crise ?

      La crise est due à des facteurs internes : c’est le résultat de trente années de « #haririsme », d’#endettement, d’#enrichissement_illicite et de #corruption. On a découvert que des spéculateurs avaient anticipé la situation depuis plus d’un an et demi et organisé des pénuries à grande échelle. Et ce n’est pas dû uniquement à des profiteurs de crise. Il y a aussi des facteurs externes venus se greffer sur la situation et les problèmes structurels internes : sous l’ère Trump, il y a eu dès 2019 une stratégie du secrétaire d’État Mike Pompeo pour faire pression sur l’État libanais et obtenir des concessions politiques. L’objectif était de mettre le #Hezbollah et tous ses alliés hors-jeu. Cette stratégie, gérée par l’ambassade des #États-Unis au Liban, consistait en résumé à entretenir les pénuries de produits de première nécessité, de carburant, de médicaments. Sans compter les manipulations financières qui ont eu pour effet de paupériser la majeure partie du peuple libanais. Ce plan a été repris par l’administration Biden, en particulier ceux qui gravitent autour du nouveau secrétaire d’État Antony Blinken, puisqu’in fine le but est de protéger les intérêts d’#Israël. La stratégie est de parvenir à affaiblir et désarmer l’axe de la résistance.

      Y a-t-il, selon vous, une intention de déstabiliser le Liban ?

      Oui. Il s’agit d’une stratégie de la tension qui a pour but de tenter de déstabiliser l’État et de provoquer un blocage du fonctionnement des institutions. Il n’est pas du tout étonnant que, dans cette atmosphère-là, certains camps politiques comme d’anciennes milices transformées en partis politiques, l’ex-Courant du 14-Mars ainsi que Saad Hariri aient affirmé que la solution passait par la démission du Président de la République et celle du Parlement. Ce qui aurait signié la paralysie totale des institutions.
      Cela me rappelle le plan mis en place par Henry Kissinger au Chili avant le coup d’état de Pinochet. Washington y a délibérément organisé une énorme pénurie pour créer un climat de tension. Dans un pays montagneux comme le Chili où la grande majorité des transports se fait par trafic routier, une grève des camionneurs a été financée. Elle a duré plusieurs mois, ce qui a complètement désorganisé la vie quotidienne. Les campagnes médiatiques ont fait le reste en faisant assumer la responsabilité de la situation à Salvador Allende. Pinochet n’avait plus qu’à cueillir le pouvoir.

      Sous quelle forme cette stratégie s’est-elle manifestée ?

      Il y a d’abord eu des mécanismes mis en œuvre par le gouverneur de la Banque centrale du Liban, lequel est d’ailleurs poursuivi en justice au Liban, en France et en Suisse, et qui a permis une évasion massive de capitaux doublée de l’enrichissement illicite de quelques-uns au détriment de l’écrasante majorité des déposants. Ce personnage continue hélas de bénécier d’une protection curieuse de la part de certaines parties libanaises et de parties étrangères, dont les États-Unis. Ensuite, il y a eu la mise en place d’un système surréaliste inédit où coexistent quatre taux de change pour le dollar, qui régit toute l’économie libanaise. Le taux officiel de 1507 livres libanaises pour un dollar, le taux des banques décidé arbitrairement de 3900 livres, un autre taux pour certaines transactions qui est monté à 8500 livres et un taux au marché noir qui a atteint les 20000 livres pour un dollar. Cela a complètement brisé la stabilité financière et économique des familles libanaises qui ont vu leurs salaires et leur pouvoir d’achat dramatiquement dévalués. Parallèlement, les prix ont commencé à monter parce que de très gros spéculateurs liés à certaines forces politiques ont commencé à spéculer tous azimuts. Pénurie et instabilité financière ont été organisées pour orienter les responsabilités vers le Hezbollah et son allié le président Aoun. Et toute une machine médiatique s’est mise en route pour entretenir ces accusations.

      Comment s’est-on aperçu qu’il y avait une organisation de la pénurie ?

      Du jour au lendemain, certains produits sont devenus indisponibles. L’argument pour expliquer cette soudaine pénurie était que les aides du gouvernement se sont elochées jusqu’à être réduites à peau de chagrin. Dès lors les prix ont commencé à grimper. En réalité, c’est le gouverneur qui a décidé de ces baisses, sans aucun garde-fou ni aucune légitimité. Cet été, des ministres (du gouvernement sortant), ceux de l’Énergie et de la Santé surtout, ont eu du courage d’initier des perquisitions. Et on a commencé à découvrir des millions de litres de carburant, des centaines de tonnes de médicaments, stockés dans des lieux clandestins. Il est alors apparu que des gens n’avaient pas pu stocker autant de marchandises en quelques semaines mais que cela avait été anticipé. Cette pénurie interne, entretenue par la stratégie de Pompeo, a consisté à provoquer un état de tension où l’on ne voyait plus les causes de la situation mais uniquement ses effets. A savoir les les aux stations service, les rationnement d’électricité parce qu’il n’y avait plus de fuel ou de gaz pour faire tourner les centrales électriques, les générateurs dans les hôpitaux...

      Quels éléments expliquent qu’il y a bien une stratégie américaine ?

      Face à cette situation dramatique, le camp opposé à la politique américaine initiée par Pompeo a réagi. Le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a notamment annoncé le mois dernier que l’Iran avait accepté, à sa demande, de livrer des carburants au Liban. Le jour même, l’ambassadrice américaine, Dorothy Shea, s’est précipitée auprès du président Aoun pour lui conrmer que les États-Unis allaient faciliter l’approvisionnement du Liban en oul, gaz et électricité grâce au concours de l’Égypte et de la Jordanie, via la Syrie. Proposer de briser le blocus de la Syrie, que Washington a décrété par le biais de la loi César, est pour le moins étrange et résonne comme un aveu que Washington est bien impliqué dans la pénurie.

      Le gouvernement libanais dit ne pas avoir été saisi d’une demande d’importation de carburant iranien...

      Faux. Pour ne pas mettre l’État libanais en porte-à-faux, le Hezbollah a demandé que le tanker accoste à Banyas, en Syrie. Tout se fait de manière transparente. Il faut noter que Nasrallah avait déclaré qu’à partir du moment où le tanker quitterait les eaux territoriales iraniennes, il deviendrait territoire national libanais et qu’il naviguerait au vu et au su de tous, à destination du Liban. Le message implicite était que si une partie quelconque s’avisait de s’en prendre au navire cela constituerait une agression contre le Liban. Le message clair était délivré aux Israéliens : la moindre action commise contre le navire, désignerait immédiatement les responsabilités.

      Cet acheminement ne fait-il pas prendre des risques au Liban pour non- respect des sanctions pétrolières contre l’Iran ?

      C’est exactement le contraire. Ce premier bateau ne se résume pas à une affaire de carburant, il constitue une action de riposte politique face à une autre action politique. Disons qu’il s’agit symboliquement d’un navire à dimension politique et stratégique. Il a permis à la fois de révéler les dessous de la situation, la structure des complicités, de briser le blocus contre le Liban, de briser le blocus contre la Syrie, ainsi que celui contre l’Iran. Ce n’est pas rien. On ne reviendra pas en arrière. Nous entrons dans une nouvelle phase au Moyen-Orient.

      #Iran #Riad_salemeh

  • #Liban : Le #Hezbollah envoie une cargaison de #pétrole depuis l’#Iran
    https://www.latribune.fr/depeches/reuters/KBN2FK0WV/liban-le-hezbollah-envoie-une-cargaison-de-petrole-depuis-l-iran.html

    BEYROUTH (Reuters) - Une cargaison de pétrole iranien à destination du Liban et organisée par la milice libanaise Hezbollah prendra la mer jeudi, a déclaré le groupe chiite, qui a prévenu ses adversaires américains et israéliens que le navire serait considéré comme en territoire libanais dès son départ.

    Le chef du Hezbollah, Sayyed Hassan Nasrallah, a déclaré que d’autres navires suivraient, destinés à aider le peuple libanais, qui subit de graves pénuries d’essence à cause de la crise financière que connaît le pays depuis deux ans.

    « Nous ne voulons pas entrer en conflit avec qui que ce soit, nous ne voulons pas de problème avec qui que ce soit. Nous voulons aider notre peuple », a expliqué Sayyed Hassan Nasrallah. « Je tiens à dire aux Américains et aux Israéliens que le bateau qui partira d’Iran dans quelques heures est en territoire libanais ».

  • Liban : le Hezbollah sort renforcé de la guerre à Gaza
    Par Paul Khalifeh – BEYROUTH, Liban - Mardi 25 mai 2021 | Middle East Eye édition française
    https://www.middleeasteye.net/fr/decryptages/liban-hezbollah-guerre-gaza-palestine-jihad-islamique

    (...) La vidéo d’un partisan des FL déchirant un drapeau palestinien a provoqué un vif émoi à Tripoli, une ville à majorité sunnite, et dans le reste du pays. « Les FL ont commis une grave erreur car ils nous ont rappelé leur alliance passée avec Israël, ce que nous voulions oublier », fustige Khalil el-Hassan, un militant du mouvement de contestation à Tripoli.

    « La rhétorique selon laquelle l’entité sioniste n’est plus l’ennemi principal des Arabes et des musulmans et que la normalisation avec l’ennemi jusqu’à l’alignement total est le seul avenir des Arabes s’est effondrée », déclare à MEE Mounir Chafiq, intellectuel et figure du mouvement national palestinien.

    La guerre de Gaza, couplée au soulèvement des populations de Jérusalem-Est, de Cisjordanie et des citoyens palestiniens d’Israël, a donc démenti l’espoir d’Israël, de certains États du Golfe et des pays occidentaux, États-Unis en tête, de voir la cause de la Palestine définitivement enterrée.

    Celle-ci reste « bien vivante dans le cœur des Palestiniens, des Libanais et des Arabes malgré le déséquilibre des rapports de force », soutient Walid Charara. « Cela signifie que même si certains imaginent qu’ils vont réussir à construire des représentations [illusions] avec de nouveaux ennemis, aux yeux des peuples de la région, l’ennemi principal demeure Israël. »
    (...)
    Les voix qui critiquent depuis des années le Hezbollah et réclament son désarmement ne trouvent plus forcément un écho favorable dans le contexte de résurgence du conflit avec Israël. Les détracteurs du parti chiite ont toutefois mis en garde contre toute « aventure » qui entraînerait le Liban, confronté à une profonde crise politique et socio-économique, dans une guerre dévastatrice.

    « Le Hezbollah interviendra dans la guerre dans deux cas seulement. Le premier, s’il existe un risque réel que la résistance à Gaza soit écrasée, ce qui n’est pas probable. Le deuxième, si le moment de la libération totale de la Palestine est venu », conclut Mounir Chafiq.

    #Hezbollah #Liban

  • #Liban, un pays dans la tourmente

    Comment le Liban, « la Suisse de l’Orient », a-t-il sombré dans le chaos ? Alors que la double explosion du 4 août dernier dans le port de Beyrouth a remis au jour la gabegie et la corruption de la classe politique qui gangrènent cet Etat d’Asie occidentale, ce documentaire remonte le cours tourmenté de l’histoire de cette jeune nation à l’identité forgée par 18 communautés religieuses. En donnant la parole à des membres des services de renseignement, à des journalistes et à des artistes, il montre comment ce pays, au cœur des enjeux géopolitiques depuis sa création, s’est retrouvé piégé dans la poudrière du Moyen-Orient.

    –-> documentaire que j’ai regardé sur arte, mais qui n’est plus disponible sur leur site web (et pas trouvé sur youtube non plus).
    Une présentation du documentaire ici :

    https://www.moustique.be/27227/liban-un-pays-dans-la-tourmente

    #documentaire #film_documentaire
    #guerre_civile #camps_de_réfugiés #réfugiés_palestiniens #Arafat #histoire #Empire_ottoman #OLP #Israël #détournement_d'avions #guerre_des_six_jours #Moyen-Orient #Union_soviétique #Syrie #religion #massacres #nettoyages_ethniques #nettoyage_ethnique #Beyrouth #Hafez_al-Assad #Falanges #Bachir_Gemayel #Menahem_Begin #fragmentation #milices #Armée_du_Liban_Sud (#ALS) #Ariel_Sharon #Galilée #Paix_en_Galilée #invasion_israélienne #Philip_Habib #Sabra_et_Chatila #massacre_de_Sabra_et_Chatila #armes #USA #Etats-Unis #attentats-suicides #Hezbollah #Iran #enlèvements #violence #Ronald_Reagan #accord_de_Taëf #Rafik_Hariri #Hassan_Nasrallah #Bachar_al-Assad #révolution_du_Cèdre #guerre_du_Liban

  • Lutte de classe n° 210 / septembre-octobre 2020 | Le mensuel
    https://mensuel.lutte-ouvriere.org

    Lutte ouvrière dans les élections législatives partielles https://mensuel.lutte-ouvriere.org//2020/09/13/lutte-ouvriere-dans-les-elections-legislatives-partielles_15 (sans six circonscriptions les 20 et 27 septembre prochains) #Lutte-Ouvriere #LO

    #Biélorussie : l’autocrate, l’opposition libérale et la classe ouvrière https://mensuel.lutte-ouvriere.org//2020/09/13/bielorussie-lautocrate-lopposition-liberale-et-la-classe-ouv #repression #minsk

    #Liban : l’explosion du port de Beyrouth… et celle du pays https://mensuel.lutte-ouvriere.org//2020/09/13/liban-lexplosion-du-port-de-beyrouth-et-celle-du-pays_151444 #FranceLiban #imperialisme #corruption #Beyrouth #Hezbollah

    États-Unis : le complexe médico-industriel face à la pandémie https://mensuel.lutte-ouvriere.org//2020/09/13/etats-unis-le-complexe-medico-industriel-face-la-pandemie_15 (traduction d’un article paru le 19  juillet 2020 dans la revue Class Struggle (n° 105, août-septembre 2020), éditée par le groupe trotskyste américain #The-Spark) #hopital

    Le #chômage, armée de réserve permanente du capital https://mensuel.lutte-ouvriere.org//2020/09/13/le-chomage-armee-de-reserve-permanente-du-capital_151446.htm #capitalisme #Lutte_de_classe

    Le #télétravail, c’est toujours l’exploitation https://mensuel.lutte-ouvriere.org//2020/09/13/le-teletravail-cest-toujours-lexploitation_151447.html

    L’#Arctique, enjeu de rivalités entre grandes puissances https://mensuel.lutte-ouvriere.org//2020/09/13/larctique-enjeu-de-rivalites-entre-grandes-puissances_151448 #pétrole #transport #pipeline #transport-maritime #réchauffement_climatique #extractivisme
    –-----------------------------------------
    – Télécharger au format pdf https://mensuel.lutte-ouvriere.org/sites/default/files/ldc/files/ldc210-web.pdf
    – Télécharger au format epub https://mensuel.lutte-ouvriere.org/sites/default/files/ldc/files/ldc210.epub
    – Télécharger au format mobi https://mensuel.lutte-ouvriere.org/sites/default/files/ldc/files/ldc210.mobi

  • Les mesures contre Khalil et Fenianos, des messages de haute tension - L’Orient-Le Jour
    https://www.lorientlejour.com/article/1232098/les-mesures-contre-khalil-et-fenianos-des-messages-de-haute-tension.h

    Scarlett Haddad explique que lorsque les médias disent « chiites » dans cette affaire, il faut comprendre Amal et non pas Hezbollah (en tout cas pas directement). Article pour « libanologues »...

    C’est dans ce sens que les sanctions annoncées hier ont constitué une véritable surprise. Les milieux proches d’Amal établissent justement un lien entre cette décision du Trésor américain et les négociations sur le tracé des frontières, dans le sens d’exercer des pressions sur le président de la Chambre, en charge de ce dossier, afin d’accélérer l’aboutissement d’un accord qui permettrait aux Israéliens d’exploiter les ressources pétrolières et gazières dans la zone conflictuelle en toute sérénité.

    D’autres milieux politiques estiment que la décision américaine est destinée à compliquer les négociations pour la formation du gouvernement et représente ainsi un coup porté à l’initiative française notamment au niveau du calendrier-programme annoncé par le président Macron. Mais, pour certains, au contraire, les sanctions seraient peut-être destinées à pousser les chiites à renoncer au portefeuille des Finances.

    Quelle que soit l’interprétation faite de la portée de la décision américaine, celle-ci a mélangé les cartes internes libanaises. À ce sujet, les condamnations hier sont restées plutôt timides, exception faite de celles du mouvement Amal et du mufti jaafarite..

    #liban

  • En représailles à des tirs, Israël frappe des postes du Hezbollah au Liban
    https://www.lemonde.fr/international/article/2020/08/26/en-represailles-a-des-tirs-israel-frappe-des-postes-du-hezbollah-au-liban_60

    Comme toujours, après le titre obligé de la forme « en représailles, Israël… », et un premier paragraphe en « En "réponse" à des tirs du Hezbolla », Le Monde-avec-AFP-et-Reuters ne parvient à trouver qu’une seule source de citations et de témoignages : des Israéliens (à commencer par – tu m’étonnes – l’armée israélienne elle-même).

    Ce niveau de nullité, c’est même plus drôle.

  • L’extinction du Liban
    Nahla Chahal, Assafir, le 22 août 2020
    http://assafirarabi.com/fr/32940/2020/08/22/lextinction-du-liban

    Le deuxième signe de la misère actuelle est que l’élite « alternative » se trouve, elle aussi, sans projet, sans imagination politique et sans volonté. Elle reste silencieuse ou se contente de moquer de façon cynique et absurde toutes choses, lorsqu’elle n’essaye pas de s’accrocher aux « seigneurs » dans l’espoir d’obtenir un poste ou d’autres « subventions ».

    A ma connaissance, Nahla Chahal n’est pas anti-Hezbollah, mais cela n’empêche pas les critiques :

    Il est également honteux que le Hezbollah se vante de ses armes « que personne ne peut toucher » et qu’il se targue que ni lui ni son « milieu » ne soient concernés par la précarisation désastreuse des conditions de vie, puisque leurs dollars ne sont pas dans les banques - d’après la déclaration de Sayyed Hassan Nassrallah - et que, du coup, tout va bien !

    #Liban #Nahla_Chahal #Hezbollah #Beyrouth #corruption

  • Très très très étonnant : Richard Silverstein prétend avoir une source selon laquelle Israël a provoqué l’explosion du stock de nitrate d’ammonium en faisant exploser un stock d’armes du Hezbollah.

    À cet stade, évidemment, beaucoup beaucoup de pincettes. Mais le blog Tikun Olam n’est généralement pas considéré comme fantaisiste.

    BREAKING : Israel Bombed Beirut
    https://www.richardsilverstein.com/2020/08/04/breaking-israel-bombed-beirut

    A confidential highly-informed Israeli source has told me that Israel caused the massive explosion at the Beirut port earlier today which killed over 100 and injured thousands. The bombing also virtually leveled the port itself and caused massive damage throughout the city.

    Israel targeted a Hezbollah weapons depot at the port and planned to destroy it with an explosive device. Tragically, Israeli intelligence did not perform due diligence on their target. Thus they did not know (or if they did know, they didn’t care) that there were 2,700 tons of ammonium nitrate stored in a next door warehouse. The explosion at the arms depot ignited the next door warehouse, causing the catastrophe that resulted.

    À propos de Richard Silverstein :
    https://en.wikipedia.org/wiki/Tikun_Olam_(blog)

  • Informe revela la complicidad del Mossad y Alemania contra Hezbolá | HISPANTV
    https://www.hispantv.com/noticias/alemania/465109/israel-mossad-hezbollah-terrorista

    Selon la chaîne israélienne Canal 12, qui se base sur des fuites des services secrets, c’est le Mossad qui a donné à la police allemande les informations, recueillies sur le territoire allemand, contre le Hezbollah. La très officielle Deutsche Welle (DW) reconnaît que des pressions en ce sens existent depuis des années.

    El Canal 12 de la televisión israelí en idioma árabe ha dado a conocer este sábado en su sitio web un informe secreto, el cual reconoce que el servicio de inteligencia israelí (Mossad) había proporcionado a Berlín información vital sobre las actividades de Hezbolá y que las catalogó como “operaciones terroristas”.

    De acuerdo con el documento desclasificado, los agentes del Mossad llevaron a cabo durante varios meses una “delicada operación” en territorio alemán para evaluar las operaciones de los principales integrantes del movimiento libanés y entregaron las conclusiones a los organismos de inteligencia de Alemania.

    El nuevo informe sale a luz, después de que el Ministerio del Interior de Alemania designara el jueves a Hezbolá como “organización terrorista” y prohibiera toda actividad del movimiento libanés en suelo germano.

    Horas después de conocerse la medida de Berlín contra Hezbolá, autoridades del régimen israelí, entre ellas el primer ministro en funciones, expresaron su satisfacción por la decisión del país europeo.

    #israël #hezbollah

  • Salamé reste et les promesses d’aide internationale réapparaissent - L’Orient-Le Jour
    https://www.lorientlejour.com/article/1216297/salame-reste-et-les-promesses-daide-internationale-reapparaissent.htm

    Selon les sources précitées, il est donc clair qu’en dépit de la guerre économique sévère qu’elle mène contre l’Iran et ses alliés dans la région, l’administration américaine ne souhaite pas une déstabilisation totale du Liban. Celle-ci nuirait en effet d’abord à ses alliés ou au camp qu’elle appuie. De plus, l’effondrement total du système financier et du secteur bancaire libanais la priverait d’un moyen de pression sur le Hezbollah et sur ses alliés dans ce pays. La priorité pour elle, et pour la communauté internationale en général, serait donc de préserver le système actuel au Liban, tout en poussant vers son amélioration, car la crise financière et économique est telle qu’elle menace l’ensemble de l’édifice. Il ne s’agit donc pas de renoncer à l’objectif d’encercler, d’isoler et d’affaiblir le Hezbollah, mais il faut simplement trouver un plan qui n’entraîne pas la chute totale des alliés des États-Unis, avant d’atteindre le Hezbollah et ses partisans.

    #liban #hezbollah

  • Germany bans Hezbollah, conducts multiple anti-terrorist raids — RT World News
    https://www.rt.com/news/487307-germany-bans-hezbollah-raids

    Berlin has banned the Lebanese militant organization and political party, Hezbollah, labeling the group a terrorist outfit as German police carry out raids on those suspected of being members.

    “[Interior Minister Horst Seehofer] today banned the operation of the Shiite terrorist organization Hezbollah (Party of God) in Germany,” an Interior Ministry spokesperson tweeted on Thursday morning.

    Si le #Hezbollah est une organisation terroriste pour les Allemands (et bientôt pour le reste de l’Europe n’en doutons pas), le gouvernement libanais compose donc avec le terrorisme puisqu’il a en son sein des ministres issus de cette formation politique... Ce n’est pas bon signe pour la suite au #Liban...

  • PressTV
    https://www.presstv.com/Detail/2020/04/11/622765/www.presstv.ir

    The US State Department offers a $10-million reward for information on a senior commander of the Lebanese resistance movement of Hezbollah in what is feared to be Washington’s attempt at trying its hand at another assassination bid.

    In a Friday statement, the State Department put out a call for “any information on the activities, networks, and associates” of the official, which it named as Muhammad Kawtharani.

    Ce qui est amusant, c’est qu’il y a tout juste un an (22/04/2019)...
    https://www.dw.com/en/us-offers-10-million-for-information-on-hezbollah-financing/a-48437819

    US offers $10 million for information on Hezbollah financing

    Anyone who can offer information that would help the US disrupt Hezbollah’s finances could get a $10 million reward. The US wants information on donors, as well as businesses controlled by the Shiite militant movement.

    #hall_of-fame #hezbollah #usa

  • Au Liban, la démonstration de force du Hezbollah face au coronavirus- Le Monde
    Le mouvement pro-iranien met en place de nombreuses structures médicales pour combattre le Covid-19 et redorer son blason.
    #Covid-19#Liban#Hezbollah#économie#santé#migrant#migration

    https://www.lemonde.fr/international/article/2020/04/09/au-liban-la-demonstration-de-force-du-hezbollah-face-au-coronavirus_6036109_

  • معركةٌ مُباشرة وجهًا لوجه بين حزب الله والجيش التركي في إدلب.. مصادر لـ"رأي اليوم" : قتلى القوّات التركيّة والقوّات المُهاجمة معها بالعشرات و"حزب الله" خَسِر تسعة مُقاتلين ودفَع بقوّات النخبة - رأي اليوم
    https://www.raialyoum.com/index.php/%d8%a7%d9%84%d8%ac%d9%8a%d8%b4-%d8%a7%d9%84%d8%aa%d8%b1%d9%83%d9%8a-%d9%8

    D’après Rai al-youm, qui ne source rien mais affirme posséder des images qu’il n’a pas voulu publier, des affrontements directs opposeraient les forces turques à celles du Hezbollah dans la ville très stratégique de Saraqib, à l’est d’Idlib.

    De son côté, Al-Jazeera (en arabe seulement) fait des gros titres (https://www.aljazeera.net/news/politics/2020/2/29/%D8%A7%D9%84%D8%B1%D8%AF-%D8%A7%D9%84%D8%AA%D8%B1%D9%83%D9%8A-%D9%82%D8%B) sur un « massacre » de hauts officiers syriens et du Hezbollah par un drone de l’armée turque...

    #syrie #hezbollah #turquie #idleb

  • Western Journalists’ and #Experts’ #Obsession with #Hezbollah | Denijal on Patreon
    https://www.patreon.com/posts/31966544

    Today, Orientalists of all backgrounds are obsessed with the Lebanese resistance movement and political party Hezbollah. There are plenty of reasons for this. Writing about Hezbollah for Western media outlets does not require any knowledge or research about Hezbollah or Lebanon, yet it can provide a spontaneous and easy source of attention and financial income. Factual reporting is not only unnecessary when it comes to Hezbollah. It is consciously avoided . Lebanon is a journalistic market and Lebanese are dehumanized into figures that can be exploited by the Westerner to earn some dollars and/or potentially make a name for themselves. 

    No matter what happens in Lebanon, all eyes are directed first and foremost at Hezbollah. The public discourse in the West locates the movement somewhere in a parallel universe and portrays it as an unpredictable threat and, at times, as a “terrorist organization.” The protests were, of course, no exception. And with the unfolding of the slightest newsworthy event, any journalist can suddenly transform into a Hezbollah expert, read the mind of every Hezbollah supporter and predict every step they will take.

    The act of lazy Copy/Pasting from Orientalist archives is the preferred journalistic practice. Any writing about Hezbollah in Western media will, most likely, include the terms “Iranian-funded,” “proxy,” “Shiite militant group,” “Southern Suburbs,” and “Hezbollah stronghold.” In Western imageries, Hezbollah, and the people it represents, are dehumanized to an extent that anyone can easily feel entitled to talk about and on behalf of Hezbollah without having to face any consequences.

    The party and its supporters are deprived of any agency and presented as executers of Iranian wishes. Not only do such words collectively insult everyone associated with Hezbollah. In obscuring Hezbollah’s raison d’etre, this rhetoric whitewashes the threats and violence, such as those emanating from Israel, that Lebanese have to deal with and, consequently, it also rationalizes violence against Shia and non-Shia Lebanese.

  • Démission du journaliste Mohammed Zbeeb du journal Al Akhbar, en désaccord sur le ligne éditoriale
    mohammad zbeeb sur Twitter : « صدر ملحق »رأس المال" اليوم من دوني ومن دون غسان ديبة واخرين كانوا من رواد هذه التجربة. منعا لاي التباس، تقدمت باستقالتي من صحيفة « الاخبار »، في الاسبوع الماضي، احتجاجا على موقف ادارة الصحيفة من الانتفاضة. وبالتالي لم اعد مسؤولا عن هذا الملحق. لذا اقتضى التوضيح" / Twitter
    https://twitter.com/mzbeeb/status/1191244266116440064

    صدر ملحق “رأس المال” اليوم من دوني ومن دون غسان ديبة واخرين كانوا من رواد هذه التجربة.
    منعا لاي التباس، تقدمت باستقالتي من صحيفة “الاخبار”، في الاسبوع الماضي، احتجاجا على موقف ادارة الصحيفة من الانتفاضة. وبالتالي لم اعد مسؤولا عن هذا الملحق.
    لذا اقتضى التوضيح

    Le supplément de capital a été publié aujourd’hui sans moi, sans Ghassan Dibba et d’autres pionniers de cette expérience. Pour éviter toute confusion, j’ai présenté ma démission du journal Al-Akhbar la semaine dernière pour protester contre la position de la direction du journal sur l’Intifada. Je ne suis donc plus responsable de ce supplément. Donc, il fallait une clarification

    Mohammad Zbeeb publiait de remarquables articles d’économie politique dans Al Akhbar.

  • Insultes sexuelles et politique du genre dans le mouvement protestataire au #Liban

    Je rassemble ici divers éléments de discours et matériaux repérés sur les réseaux sociaux sur cette thématique, qui est exploité pour créer des divisions à l’égard du mouvement de protestation contre le gouvernement

    D’abord, un thread très éclairant de Maya Mikdashi, prof. de Gender Studies, éditrice-fondatrice de la revue en ligne Jadaliyya (@mayamikdashi sur twitter ) commentant le discours de Nasrallah avec un cadrage #genre et montrant comment les insultes sexuelles proférées contre les membres de gouvernement (insultant leur mère, leur femme, leur fille, ou les traitant de maquereau (comme je l’ai vu tagué dans le centre-ville de Beyrouth à propos du président) appellent en retour une justification des attaques contre les manifestants occupant les places centrales ou barrant des routes sur le registre de l’honneur viril bafoué.
    https://twitter.com/mayamikdashi/status/1190350060179066880

    1/thread on #Nasrallah speech: Head of #Hezbollah Sayyed Nasrallah gave highly anticipated speech today, the latter half was dedicated to situation on the ground in 🇱🇧due to #LebanonProtests. He used trope of “honor” 2 explain violence against protests (more below)

    2/he addressed government, corruption, foreign intervention & protests. Stated his disagreement with resignation Saad #Hariri, which he said effectively means that demanded economic reforms-as well as cabinet’s promises of reform-will not happen for a long time due to paralysis

    3/He addressed corruption, saying it was funny that all admit to endemic corruption & simultaneously proclaims personal innocence(subtle dig at #Aoun/ not subtle dig at everyone else). Supports professional govt & stressed #USA interference in government & economy & 🇱🇧politics

    4/while insisting that no foreign country interferes in any aspect of Hizballah’s (ie Iran) decision making (even he smiled while saying this). He supported demands of the protestors when it came 2 corruption & reform, but said that the protests quickly focused on “one side” &

    5/ that numbers of protestors were in the 100s of thousands (not millions) & that strategy of closing roads was negatively impacting civilian & economic life, stressing the closing of roads to the South. Insisted on Hizb’s ability to defend 🇱🇧 at any time from attacks by 🇮🇱

    6/ What he DID NOT DO was condemn violence against protestors by supporters of Amal & (lesser extent) Hezbollah in #Beirut and South. In fact, Nasrallah tried to explain them through gendered “honor” discourse. He stressed repeatedly that protestors had crossed⛔️lines in politics

    7/by swearing at the mothers, sisters & wives of politicians & said that any supporter would moved to defend the “honor” of the person being insulted. Nasrallah linked violence against protests to wounded masculinity & defense of honor, which is always embodied by women.

    8/ This gendered discourse seeks 2 explain violence & excuse it. #Feminists have ALSO tried 2 change chants bc they insult men through degrading women closest to them, like mothers. Feminists have attacked the gendered & sexist honor discourse that animates the chants. Nasrallah

    9/ uses same #gendered #sexist honor discourse encoded in chants 2 explain violence “in response” 2 wounded male honor & masculinity + to evade substance of protests & focus on rhetorical offenses. Disappointing but not surprising from Nasrallah, who has used honor discourse b4

    10/ This speech is important reminder that #gender politics ARE #POLITICS & should not be left out of political analysis in 🇱🇧 or elsewhere. Masculinity & its wounding was central to his explanation of their stance on protests, as was the “protection” of (men’s) honor (women)

    11/ This speech will not stop the #Lebanonprotests & is more of the same stalling strategy seen from other political factions. They all hope⏳will wear the uprising down, but protestors know this & have already called 4 more mobilization. [PS i agree with Nasrallah
    #لبنان_ينتفض

    12/ that the "all but not me"corruption talk is 😅.
    In other news #Nasrallah continues to have the most immaculate beard ever seen 👀 &
    short takeover of bank assoc. by small group protesting against regime & logic of the banking system was much more interesting 2day #لبنان_ينتفض

    FYI #GENDER POLITICS IS #POLITICS is not a topical approach (ie women in the revolution, or the"inclusion" of women &/or LGBTQ). Instead it is an ANALYTIC frame that helps us understand #politicaleconomy, discourse, practice
    & theory + law, #ideology, and much more. #Lebanon

    La question de l’insulte

    Thread de Sylvain Perdigon sur Twitter (professeur d’anthropologie à l’Université américaine de Beyrouth) :
    https://twitter.com/sylvaindarwish/status/1190600828488503296

    But also we end up with a rather long televised spoken treatise by a prominent political-religious leader on the appropriate use of language, namely, on cursing 5/n
    It’s easy to make fun of that and to find it comical (I know I do) but if I’m honest I must add that in my case it was preceded by conversations with people on the other side of the dispute, one week ago, also about the use of language and specifically cursing 6/n
    People speaking in the register of ’this is a revolution in language and this is good’ and even I’d say (the gloss is mine) ’we almost corporeally need the possibility to curse in this way’ 7/n
    and then of course we can observe that the remarks I just made can easily develop into yet another meta-mode of talking in the register of ’but how does cursing work anyway?’, ’can I push for my right to curse to be recognized and why exactly would I want to do that?’ ... 8/n
    ’can I ask for a right to curse as a matter vital to me, and also ask you to understand that my cursing you does not have to imply a refusal to share the world with you?’ 9/n
    This is what I’m trying to say when I say that so much of the current juncture seems to revolve entirely around the question of: what was, is, and should be our relation to language? and around a very poignant open-ended exploration of that. 10/n

    A titre d’illustration, un tweet signalant une vidéo d’un cadre du parti aouniste (Charbel Khalil) stigmatisant les manifestants du centre ville en raison de l’homosexualité affichée de certains d’entre ou des groupes qui les représentent.
    https://twitter.com/JeanNakhoul/status/1188894866815815681
    et la vidéo twittée : https://twitter.com/dankar/status/1188891588329639936

  • How #Hezbollah Can Embrace Reform If Lebanon’s Uprising Doesn’t Overreach – LobeLog
    https://lobelog.com/how-hezbollah-can-embrace-reform-if-lebanons-uprising-doesnt-overreach

    The upheaval in Lebanon could not have happened at a worse time from Hezbollah’s perspective. It is under increasing pressure from the U.S. and Israel; the former is imposing additional sanctions and the latter is conducting air attacks. There are pressing circumstances for a war between the Iran-Syria-Hezbollah axis and the Israeli-Saudi-U.S. coalition. The future of Syria, where Hezbollah is heavily invested, is still unknown. The fate of the Syrian and Palestinian refugees in Lebanon is undetermined. And Iran, Hezbollah’s main external supporter, is under severe U.S. sanctions. As a result, Hezbollah now does not seem to be ready to abandon its regional commitment in return for better representation in an unpredictable future political order at home. 

    But Hezbollah may have overplayed its hand in threatening the uprising with civil war.The legitimacy of the Lebanese uprising needs no validation. It is a historic awakening for being non-sectarian, non-partisan and very popular.

    Nonetheless, the uprising must listen carefully to Hezbollah’s subtle cues for reaching a compromise. The protestors must not forget that they have severe local and regional limitations by being neighbors to Syria and to Israel, two states in a conflict of survival. The presence of over a million Syrian and four hundred thousand Palestinian refugees signifies that whatever takes place in Beirut, if significant, it is bound to have an echo in Damascus and in Tel-Aviv. And often these two capitals squeeze Lebanon hard.

    #Liban

  • Le Liban, otage du Moyen-Orient | ARTE
    https://www.arte.tv/fr/videos/083304-000-A/le-liban-otage-du-moyen-orient

    Le Hezbollah menace le fragile équilibre libanais entre ses communautés religieuses et ethniques. Retour sur l’installation au pouvoir [ah bon ?] du mouvement chiite et sur son poids politique au pays du cèdre.

    Au Liban, le Hezbollah est devenu depuis quelques décennies un acteur politique incontournable. Dans ce pays où l’équilibre et la paix entre les différentes communautés religieuses relèvent d’une alchimie complexe et incertaine depuis la fin de la guerre civile en 1990, le "Parti de Dieu" chiite, en grande partie financé par Téhéran, menace la stabilité nationale et régionale. Doté d’une milice plus puissante encore que l’armée libanaise, il pèse de plus en plus lourd dans les urnes. Grâce au jeu des alliances, le Hezbollah est devenu la première force politique du pays et dispose désormais de deux ministres au sein du gouvernement. Le Premier ministre Saad Hariri, sunnite, doit donc composer avec les velléités du chiite Hassan Nasrallah, secrétaire général du Hezbollah, qui se révèle être un partenaire gênant. Quand il ne menace pas dans ses discours le voisin israélien, lequel reproche au Hezbollah d’agir pour le compte de l’Iran, il s’en prend aux puissants États-Unis, dont le président Donald Trump n’a de cesse d’intimider le gouvernement de Téhéran. Les tensions internationales croissantes font pointer le risque d’une escalade militaire entre Israël et le Hezbollah, dont l’arsenal de défense continue de se renforcer.

    « État dans l’État »
    Cette enquête documentée analyse la situation géopolitique explosive du Moyen-Orient, et notamment l’habile montée en puissance du Hezbollah, un « État dans l’État » capable de paralyser les institutions étatiques. Face à l’ascension hégémonique du mouvement chiite, l’opposition s’organise. Menée par des forces issues de la société civile, elle aspire à imposer par des voies démocratiques une alternative aux conflits interreligieux qui gangrènent la région.

    En gras, les méchants (3 fois « menaces » tout de même !), en italiques, les gentils. Je sens que ce docu va être super !

    #liban #hezbollah

    • On apprend des choses mais on sent bien que c’est un documentaire allemand. Il est intéressant parce qu’il est construit en reproduisant exactement le récit de l’idéologie sioniste à laquelle est exposé le public allemand au quotidien. Si on veut se faire une idée de ce que pensent l’Allemand bien informé et toute la classe politique de la situation au Liban et du rôle d’Israël ce film fait bien l’affaire.

      Juste un exemple : Le film raconte l’histoire des conflits armés au Liban à partir des année 1970 sans mentionner le massacre de Sabra et Chatila et la contribution aux événements par les forces israéliennes. Le rôle de l’état hébreux est présenté dans le film comme celui d’un pays qui ne cherche qu’à protéger sa population contre les agressions de l’Hezbollah.

      Le danger que constitue l’Hezbollah pour la paix et le développement de toute la région est le message central du film. Depuis l’abandon des actes de guerre par le Fatah et l’OLP on avait besoin d’un nouveau croque-mitaine et c’est l’Hezbollah qui remplit toutes le conditions essentielles pour prendre la place du méchant aux yeux des Allemands.