• Très très très étonnant : Richard Silverstein prétend avoir une source selon laquelle Israël a provoqué l’explosion du stock de nitrate d’ammonium en faisant exploser un stock d’armes du Hezbollah.

    À cet stade, évidemment, beaucoup beaucoup de pincettes. Mais le blog Tikun Olam n’est généralement pas considéré comme fantaisiste.

    BREAKING : Israel Bombed Beirut
    https://www.richardsilverstein.com/2020/08/04/breaking-israel-bombed-beirut

    A confidential highly-informed Israeli source has told me that Israel caused the massive explosion at the Beirut port earlier today which killed over 100 and injured thousands. The bombing also virtually leveled the port itself and caused massive damage throughout the city.

    Israel targeted a Hezbollah weapons depot at the port and planned to destroy it with an explosive device. Tragically, Israeli intelligence did not perform due diligence on their target. Thus they did not know (or if they did know, they didn’t care) that there were 2,700 tons of ammonium nitrate stored in a next door warehouse. The explosion at the arms depot ignited the next door warehouse, causing the catastrophe that resulted.

    À propos de Richard Silverstein :
    https://en.wikipedia.org/wiki/Tikun_Olam_(blog)

  • Informe revela la complicidad del Mossad y Alemania contra Hezbolá | HISPANTV
    https://www.hispantv.com/noticias/alemania/465109/israel-mossad-hezbollah-terrorista

    Selon la chaîne israélienne Canal 12, qui se base sur des fuites des services secrets, c’est le Mossad qui a donné à la police allemande les informations, recueillies sur le territoire allemand, contre le Hezbollah. La très officielle Deutsche Welle (DW) reconnaît que des pressions en ce sens existent depuis des années.

    El Canal 12 de la televisión israelí en idioma árabe ha dado a conocer este sábado en su sitio web un informe secreto, el cual reconoce que el servicio de inteligencia israelí (Mossad) había proporcionado a Berlín información vital sobre las actividades de Hezbolá y que las catalogó como “operaciones terroristas”.

    De acuerdo con el documento desclasificado, los agentes del Mossad llevaron a cabo durante varios meses una “delicada operación” en territorio alemán para evaluar las operaciones de los principales integrantes del movimiento libanés y entregaron las conclusiones a los organismos de inteligencia de Alemania.

    El nuevo informe sale a luz, después de que el Ministerio del Interior de Alemania designara el jueves a Hezbolá como “organización terrorista” y prohibiera toda actividad del movimiento libanés en suelo germano.

    Horas después de conocerse la medida de Berlín contra Hezbolá, autoridades del régimen israelí, entre ellas el primer ministro en funciones, expresaron su satisfacción por la decisión del país europeo.

    #israël #hezbollah

  • Salamé reste et les promesses d’aide internationale réapparaissent - L’Orient-Le Jour
    https://www.lorientlejour.com/article/1216297/salame-reste-et-les-promesses-daide-internationale-reapparaissent.htm

    Selon les sources précitées, il est donc clair qu’en dépit de la guerre économique sévère qu’elle mène contre l’Iran et ses alliés dans la région, l’administration américaine ne souhaite pas une déstabilisation totale du Liban. Celle-ci nuirait en effet d’abord à ses alliés ou au camp qu’elle appuie. De plus, l’effondrement total du système financier et du secteur bancaire libanais la priverait d’un moyen de pression sur le Hezbollah et sur ses alliés dans ce pays. La priorité pour elle, et pour la communauté internationale en général, serait donc de préserver le système actuel au Liban, tout en poussant vers son amélioration, car la crise financière et économique est telle qu’elle menace l’ensemble de l’édifice. Il ne s’agit donc pas de renoncer à l’objectif d’encercler, d’isoler et d’affaiblir le Hezbollah, mais il faut simplement trouver un plan qui n’entraîne pas la chute totale des alliés des États-Unis, avant d’atteindre le Hezbollah et ses partisans.

    #liban #hezbollah

  • Germany bans Hezbollah, conducts multiple anti-terrorist raids — RT World News
    https://www.rt.com/news/487307-germany-bans-hezbollah-raids

    Berlin has banned the Lebanese militant organization and political party, Hezbollah, labeling the group a terrorist outfit as German police carry out raids on those suspected of being members.

    “[Interior Minister Horst Seehofer] today banned the operation of the Shiite terrorist organization Hezbollah (Party of God) in Germany,” an Interior Ministry spokesperson tweeted on Thursday morning.

    Si le #Hezbollah est une organisation terroriste pour les Allemands (et bientôt pour le reste de l’Europe n’en doutons pas), le gouvernement libanais compose donc avec le terrorisme puisqu’il a en son sein des ministres issus de cette formation politique... Ce n’est pas bon signe pour la suite au #Liban...

  • PressTV
    https://www.presstv.com/Detail/2020/04/11/622765/www.presstv.ir

    The US State Department offers a $10-million reward for information on a senior commander of the Lebanese resistance movement of Hezbollah in what is feared to be Washington’s attempt at trying its hand at another assassination bid.

    In a Friday statement, the State Department put out a call for “any information on the activities, networks, and associates” of the official, which it named as Muhammad Kawtharani.

    Ce qui est amusant, c’est qu’il y a tout juste un an (22/04/2019)...
    https://www.dw.com/en/us-offers-10-million-for-information-on-hezbollah-financing/a-48437819

    US offers $10 million for information on Hezbollah financing

    Anyone who can offer information that would help the US disrupt Hezbollah’s finances could get a $10 million reward. The US wants information on donors, as well as businesses controlled by the Shiite militant movement.

    #hall_of-fame #hezbollah #usa

  • Au Liban, la démonstration de force du Hezbollah face au coronavirus- Le Monde
    Le mouvement pro-iranien met en place de nombreuses structures médicales pour combattre le Covid-19 et redorer son blason.
    #Covid-19#Liban#Hezbollah#économie#santé#migrant#migration

    https://www.lemonde.fr/international/article/2020/04/09/au-liban-la-demonstration-de-force-du-hezbollah-face-au-coronavirus_6036109_

  • معركةٌ مُباشرة وجهًا لوجه بين حزب الله والجيش التركي في إدلب.. مصادر لـ"رأي اليوم" : قتلى القوّات التركيّة والقوّات المُهاجمة معها بالعشرات و"حزب الله" خَسِر تسعة مُقاتلين ودفَع بقوّات النخبة - رأي اليوم
    https://www.raialyoum.com/index.php/%d8%a7%d9%84%d8%ac%d9%8a%d8%b4-%d8%a7%d9%84%d8%aa%d8%b1%d9%83%d9%8a-%d9%8

    D’après Rai al-youm, qui ne source rien mais affirme posséder des images qu’il n’a pas voulu publier, des affrontements directs opposeraient les forces turques à celles du Hezbollah dans la ville très stratégique de Saraqib, à l’est d’Idlib.

    De son côté, Al-Jazeera (en arabe seulement) fait des gros titres (https://www.aljazeera.net/news/politics/2020/2/29/%D8%A7%D9%84%D8%B1%D8%AF-%D8%A7%D9%84%D8%AA%D8%B1%D9%83%D9%8A-%D9%82%D8%B) sur un « massacre » de hauts officiers syriens et du Hezbollah par un drone de l’armée turque...

    #syrie #hezbollah #turquie #idleb

  • Western Journalists’ and #Experts’ #Obsession with #Hezbollah | Denijal on Patreon
    https://www.patreon.com/posts/31966544

    Today, Orientalists of all backgrounds are obsessed with the Lebanese resistance movement and political party Hezbollah. There are plenty of reasons for this. Writing about Hezbollah for Western media outlets does not require any knowledge or research about Hezbollah or Lebanon, yet it can provide a spontaneous and easy source of attention and financial income. Factual reporting is not only unnecessary when it comes to Hezbollah. It is consciously avoided . Lebanon is a journalistic market and Lebanese are dehumanized into figures that can be exploited by the Westerner to earn some dollars and/or potentially make a name for themselves. 

    No matter what happens in Lebanon, all eyes are directed first and foremost at Hezbollah. The public discourse in the West locates the movement somewhere in a parallel universe and portrays it as an unpredictable threat and, at times, as a “terrorist organization.” The protests were, of course, no exception. And with the unfolding of the slightest newsworthy event, any journalist can suddenly transform into a Hezbollah expert, read the mind of every Hezbollah supporter and predict every step they will take.

    The act of lazy Copy/Pasting from Orientalist archives is the preferred journalistic practice. Any writing about Hezbollah in Western media will, most likely, include the terms “Iranian-funded,” “proxy,” “Shiite militant group,” “Southern Suburbs,” and “Hezbollah stronghold.” In Western imageries, Hezbollah, and the people it represents, are dehumanized to an extent that anyone can easily feel entitled to talk about and on behalf of Hezbollah without having to face any consequences.

    The party and its supporters are deprived of any agency and presented as executers of Iranian wishes. Not only do such words collectively insult everyone associated with Hezbollah. In obscuring Hezbollah’s raison d’etre, this rhetoric whitewashes the threats and violence, such as those emanating from Israel, that Lebanese have to deal with and, consequently, it also rationalizes violence against Shia and non-Shia Lebanese.

  • Démission du journaliste Mohammed Zbeeb du journal Al Akhbar, en désaccord sur le ligne éditoriale
    mohammad zbeeb sur Twitter : « صدر ملحق »رأس المال" اليوم من دوني ومن دون غسان ديبة واخرين كانوا من رواد هذه التجربة. منعا لاي التباس، تقدمت باستقالتي من صحيفة « الاخبار »، في الاسبوع الماضي، احتجاجا على موقف ادارة الصحيفة من الانتفاضة. وبالتالي لم اعد مسؤولا عن هذا الملحق. لذا اقتضى التوضيح" / Twitter
    https://twitter.com/mzbeeb/status/1191244266116440064

    صدر ملحق “رأس المال” اليوم من دوني ومن دون غسان ديبة واخرين كانوا من رواد هذه التجربة.
    منعا لاي التباس، تقدمت باستقالتي من صحيفة “الاخبار”، في الاسبوع الماضي، احتجاجا على موقف ادارة الصحيفة من الانتفاضة. وبالتالي لم اعد مسؤولا عن هذا الملحق.
    لذا اقتضى التوضيح

    Le supplément de capital a été publié aujourd’hui sans moi, sans Ghassan Dibba et d’autres pionniers de cette expérience. Pour éviter toute confusion, j’ai présenté ma démission du journal Al-Akhbar la semaine dernière pour protester contre la position de la direction du journal sur l’Intifada. Je ne suis donc plus responsable de ce supplément. Donc, il fallait une clarification

    Mohammad Zbeeb publiait de remarquables articles d’économie politique dans Al Akhbar.

  • Insultes sexuelles et politique du genre dans le mouvement protestataire au #Liban

    Je rassemble ici divers éléments de discours et matériaux repérés sur les réseaux sociaux sur cette thématique, qui est exploité pour créer des divisions à l’égard du mouvement de protestation contre le gouvernement

    D’abord, un thread très éclairant de Maya Mikdashi, prof. de Gender Studies, éditrice-fondatrice de la revue en ligne Jadaliyya (@mayamikdashi sur twitter ) commentant le discours de Nasrallah avec un cadrage #genre et montrant comment les insultes sexuelles proférées contre les membres de gouvernement (insultant leur mère, leur femme, leur fille, ou les traitant de maquereau (comme je l’ai vu tagué dans le centre-ville de Beyrouth à propos du président) appellent en retour une justification des attaques contre les manifestants occupant les places centrales ou barrant des routes sur le registre de l’honneur viril bafoué.
    https://twitter.com/mayamikdashi/status/1190350060179066880

    1/thread on #Nasrallah speech: Head of #Hezbollah Sayyed Nasrallah gave highly anticipated speech today, the latter half was dedicated to situation on the ground in 🇱🇧due to #LebanonProtests. He used trope of “honor” 2 explain violence against protests (more below)

    2/he addressed government, corruption, foreign intervention & protests. Stated his disagreement with resignation Saad #Hariri, which he said effectively means that demanded economic reforms-as well as cabinet’s promises of reform-will not happen for a long time due to paralysis

    3/He addressed corruption, saying it was funny that all admit to endemic corruption & simultaneously proclaims personal innocence(subtle dig at #Aoun/ not subtle dig at everyone else). Supports professional govt & stressed #USA interference in government & economy & 🇱🇧politics

    4/while insisting that no foreign country interferes in any aspect of Hizballah’s (ie Iran) decision making (even he smiled while saying this). He supported demands of the protestors when it came 2 corruption & reform, but said that the protests quickly focused on “one side” &

    5/ that numbers of protestors were in the 100s of thousands (not millions) & that strategy of closing roads was negatively impacting civilian & economic life, stressing the closing of roads to the South. Insisted on Hizb’s ability to defend 🇱🇧 at any time from attacks by 🇮🇱

    6/ What he DID NOT DO was condemn violence against protestors by supporters of Amal & (lesser extent) Hezbollah in #Beirut and South. In fact, Nasrallah tried to explain them through gendered “honor” discourse. He stressed repeatedly that protestors had crossed⛔️lines in politics

    7/by swearing at the mothers, sisters & wives of politicians & said that any supporter would moved to defend the “honor” of the person being insulted. Nasrallah linked violence against protests to wounded masculinity & defense of honor, which is always embodied by women.

    8/ This gendered discourse seeks 2 explain violence & excuse it. #Feminists have ALSO tried 2 change chants bc they insult men through degrading women closest to them, like mothers. Feminists have attacked the gendered & sexist honor discourse that animates the chants. Nasrallah

    9/ uses same #gendered #sexist honor discourse encoded in chants 2 explain violence “in response” 2 wounded male honor & masculinity + to evade substance of protests & focus on rhetorical offenses. Disappointing but not surprising from Nasrallah, who has used honor discourse b4

    10/ This speech is important reminder that #gender politics ARE #POLITICS & should not be left out of political analysis in 🇱🇧 or elsewhere. Masculinity & its wounding was central to his explanation of their stance on protests, as was the “protection” of (men’s) honor (women)

    11/ This speech will not stop the #Lebanonprotests & is more of the same stalling strategy seen from other political factions. They all hope⏳will wear the uprising down, but protestors know this & have already called 4 more mobilization. [PS i agree with Nasrallah
    #لبنان_ينتفض

    12/ that the "all but not me"corruption talk is 😅.
    In other news #Nasrallah continues to have the most immaculate beard ever seen 👀 &
    short takeover of bank assoc. by small group protesting against regime & logic of the banking system was much more interesting 2day #لبنان_ينتفض

    FYI #GENDER POLITICS IS #POLITICS is not a topical approach (ie women in the revolution, or the"inclusion" of women &/or LGBTQ). Instead it is an ANALYTIC frame that helps us understand #politicaleconomy, discourse, practice
    & theory + law, #ideology, and much more. #Lebanon

    La question de l’insulte

    Thread de Sylvain Perdigon sur Twitter (professeur d’anthropologie à l’Université américaine de Beyrouth) :
    https://twitter.com/sylvaindarwish/status/1190600828488503296

    But also we end up with a rather long televised spoken treatise by a prominent political-religious leader on the appropriate use of language, namely, on cursing 5/n
    It’s easy to make fun of that and to find it comical (I know I do) but if I’m honest I must add that in my case it was preceded by conversations with people on the other side of the dispute, one week ago, also about the use of language and specifically cursing 6/n
    People speaking in the register of ’this is a revolution in language and this is good’ and even I’d say (the gloss is mine) ’we almost corporeally need the possibility to curse in this way’ 7/n
    and then of course we can observe that the remarks I just made can easily develop into yet another meta-mode of talking in the register of ’but how does cursing work anyway?’, ’can I push for my right to curse to be recognized and why exactly would I want to do that?’ ... 8/n
    ’can I ask for a right to curse as a matter vital to me, and also ask you to understand that my cursing you does not have to imply a refusal to share the world with you?’ 9/n
    This is what I’m trying to say when I say that so much of the current juncture seems to revolve entirely around the question of: what was, is, and should be our relation to language? and around a very poignant open-ended exploration of that. 10/n

    A titre d’illustration, un tweet signalant une vidéo d’un cadre du parti aouniste (Charbel Khalil) stigmatisant les manifestants du centre ville en raison de l’homosexualité affichée de certains d’entre ou des groupes qui les représentent.
    https://twitter.com/JeanNakhoul/status/1188894866815815681
    et la vidéo twittée : https://twitter.com/dankar/status/1188891588329639936

  • How #Hezbollah Can Embrace Reform If Lebanon’s Uprising Doesn’t Overreach – LobeLog
    https://lobelog.com/how-hezbollah-can-embrace-reform-if-lebanons-uprising-doesnt-overreach

    The upheaval in Lebanon could not have happened at a worse time from Hezbollah’s perspective. It is under increasing pressure from the U.S. and Israel; the former is imposing additional sanctions and the latter is conducting air attacks. There are pressing circumstances for a war between the Iran-Syria-Hezbollah axis and the Israeli-Saudi-U.S. coalition. The future of Syria, where Hezbollah is heavily invested, is still unknown. The fate of the Syrian and Palestinian refugees in Lebanon is undetermined. And Iran, Hezbollah’s main external supporter, is under severe U.S. sanctions. As a result, Hezbollah now does not seem to be ready to abandon its regional commitment in return for better representation in an unpredictable future political order at home. 

    But Hezbollah may have overplayed its hand in threatening the uprising with civil war.The legitimacy of the Lebanese uprising needs no validation. It is a historic awakening for being non-sectarian, non-partisan and very popular.

    Nonetheless, the uprising must listen carefully to Hezbollah’s subtle cues for reaching a compromise. The protestors must not forget that they have severe local and regional limitations by being neighbors to Syria and to Israel, two states in a conflict of survival. The presence of over a million Syrian and four hundred thousand Palestinian refugees signifies that whatever takes place in Beirut, if significant, it is bound to have an echo in Damascus and in Tel-Aviv. And often these two capitals squeeze Lebanon hard.

    #Liban

  • Le Liban, otage du Moyen-Orient | ARTE
    https://www.arte.tv/fr/videos/083304-000-A/le-liban-otage-du-moyen-orient

    Le Hezbollah menace le fragile équilibre libanais entre ses communautés religieuses et ethniques. Retour sur l’installation au pouvoir [ah bon ?] du mouvement chiite et sur son poids politique au pays du cèdre.

    Au Liban, le Hezbollah est devenu depuis quelques décennies un acteur politique incontournable. Dans ce pays où l’équilibre et la paix entre les différentes communautés religieuses relèvent d’une alchimie complexe et incertaine depuis la fin de la guerre civile en 1990, le "Parti de Dieu" chiite, en grande partie financé par Téhéran, menace la stabilité nationale et régionale. Doté d’une milice plus puissante encore que l’armée libanaise, il pèse de plus en plus lourd dans les urnes. Grâce au jeu des alliances, le Hezbollah est devenu la première force politique du pays et dispose désormais de deux ministres au sein du gouvernement. Le Premier ministre Saad Hariri, sunnite, doit donc composer avec les velléités du chiite Hassan Nasrallah, secrétaire général du Hezbollah, qui se révèle être un partenaire gênant. Quand il ne menace pas dans ses discours le voisin israélien, lequel reproche au Hezbollah d’agir pour le compte de l’Iran, il s’en prend aux puissants États-Unis, dont le président Donald Trump n’a de cesse d’intimider le gouvernement de Téhéran. Les tensions internationales croissantes font pointer le risque d’une escalade militaire entre Israël et le Hezbollah, dont l’arsenal de défense continue de se renforcer.

    « État dans l’État »
    Cette enquête documentée analyse la situation géopolitique explosive du Moyen-Orient, et notamment l’habile montée en puissance du Hezbollah, un « État dans l’État » capable de paralyser les institutions étatiques. Face à l’ascension hégémonique du mouvement chiite, l’opposition s’organise. Menée par des forces issues de la société civile, elle aspire à imposer par des voies démocratiques une alternative aux conflits interreligieux qui gangrènent la région.

    En gras, les méchants (3 fois « menaces » tout de même !), en italiques, les gentils. Je sens que ce docu va être super !

    #liban #hezbollah

    • On apprend des choses mais on sent bien que c’est un documentaire allemand. Il est intéressant parce qu’il est construit en reproduisant exactement le récit de l’idéologie sioniste à laquelle est exposé le public allemand au quotidien. Si on veut se faire une idée de ce que pensent l’Allemand bien informé et toute la classe politique de la situation au Liban et du rôle d’Israël ce film fait bien l’affaire.

      Juste un exemple : Le film raconte l’histoire des conflits armés au Liban à partir des année 1970 sans mentionner le massacre de Sabra et Chatila et la contribution aux événements par les forces israéliennes. Le rôle de l’état hébreux est présenté dans le film comme celui d’un pays qui ne cherche qu’à protéger sa population contre les agressions de l’Hezbollah.

      Le danger que constitue l’Hezbollah pour la paix et le développement de toute la région est le message central du film. Depuis l’abandon des actes de guerre par le Fatah et l’OLP on avait besoin d’un nouveau croque-mitaine et c’est l’Hezbollah qui remplit toutes le conditions essentielles pour prendre la place du méchant aux yeux des Allemands.

  • Terrorisme israélien : le Hezbollah prépare ses représailles !
    Abdel Bari Atwan – 27 août 2019 – Raï al-Yaoum – Traduction : Chronique de Palestine – Lotfallah
    http://www.chroniquepalestine.com/terrorismeisraelien-hezbollah-prepare-represailles

    Netanyahu pourrait bien regretter d’avoir enfreint les règles d’engagement au Liban.

    Il ne fait aucun doute que le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, tiendra sa promesse de se venger du récent raid de drones israélien sur le sud de Beyrouth. La seule question est de savoir comment, quand, et quelles en seront les conséquences.

    Les dirigeants israéliens en sont bien conscients et malgré leur bravade de façade, se préparent à la frappe imminente de représailles, plaçant leurs forces en alerte maximale.

    Il n’y a rien de nouveau concernant des avions de guerre ou des navires de guerre israéliens violant l’espace aérien ou les eaux territoriales du Liban. Ils le font depuis des décennies et, ces dernières années, ont régulièrement utilisé l’espace aérien libanais pour lancer des tirs de missiles contre des cibles à l’intérieur de la Syrie, y compris sur des convois d’armes du Hezbollah.

    Mais la dernière attaque était différente. En envoyant deux drones dans la capitale libanaise dans le but d’assassiner un haut responsable non identifié du Hezbollah, les Israéliens ont enfreint les règles d’engagement convenues de longue date entre les deux parties. C’est, à notre avis, la raison pour laquelle Nasrallah a eu une perception aussi grave de l’incident et a jugé impérative une forte réaction.

    La cible visée par les drones aurait été une personnalité du Hezbollah dont l’identité n’a pas été révélée. Cette opération faisait partie d’une campagne d’assassinats ciblés dont la liste pourrait être étendue à n’importe qui. (...)

    #LIban #Nasrallah #Hezbollah #IsraelLiban

  • Israël aurait largement compté sur la #NSA pendant la #guerre du #Liban de 2006 | The Times of Israël
    https://fr.timesofisrael.com/israel-aurait-largement-compte-sur-la-nsa-pendant-la-guerre-du-lib

    Israël a largement compté sur les renseignements américains lors de la guerre du Liban de 2006, et a demandé, à de nombreuses reprises, de l’aide pour localiser des terroristes du #Hezbollah en vue d’assassinats ciblés, selon les derniers documents classifiés ayant fuité par l’intermédiaire du lanceur d’alerte américain Edward Snowden.

    Les deux documents divulgués mercredi ont révélé que même si l’Agence de sécurité nationale (NSA) n’avait pas l’autorisation légale de partager des informations en vue d’assassinats ciblés, la pression israélienne a conduit à la création d’un nouveau cadre de travail pour faciliter le partage de renseignements entre les deux pays.

    L’un des documents rendu public cette semaine, par The Intercept, était un article de 2006 paru dans la newsletter interne de la NSA, SIDToday, écrit par un officiel anonyme de la NSA à Tel Aviv qui officiait comme agent de liaison avec des officiels israéliens pendant le conflit de 2006.

    [...]

    Le rapport explique que la guerre de 2006 a poussé l’ISNU [l’unité israélienne SIGINT de renseignements militaires] dans ses « limites techniques et de moyens », et des officiels israéliens se sont tournés vers leurs homologues américains à la NSA pour obtenir un grand soutien et de nombreuses informations sur des cibles du Hezbollah.

    #états-unis #agression #guerre_des_33_jours

  • Riposte palestinienne : 600 missiles tirés contre « Israël », 4 morts et 115 blessés israéliens | Réseau International
    https://reseauinternational.net/riposte-palestinienne-600-missiles-tires-contre-israel-4-morts-

    Selon les médias israéliens » le cabinet israélien a décidé de ne pas accepter la proposition du « retour au calme en échange du calme » et a donné pour instruction à l’armée d’occupation de poursuivre ses attaques et de rester en état d’alerte. Ils ont révélé que plus de 650 missiles avaient été tirées de la bande de Gaza et interceptées environ 400 par le Dôme d’acier antimissile.

    Al-Manar, proche du Hezbollah, minimise curieusement le taux d’échec du "dôme de fer" israélien. Ailleurs (https://www.lopinion.fr/edition/international/gaza-cessez-feu-conclu-entre-israel-palestiniens-185988), on lit que 150 sur 600 ont été interceptées. En tout cas, de quoi se poser des questions en cas de bras de fer entre #Israël et le #Hezbollah...

  • Le leader du Hezbollah : “Israël va sans doute nous attaquer cet été et vous pourriez me perdre”. – Elijah J. Magnier
    https://ejmagnier.com/2019/04/20/le-leader-du-hezbollah-israel-va-sans-doute-nous-attaquer-cet-ete-et-vous

    Le dirigeant du Hezbollah Sayyed Hassan Nasrallah croit en la possibilité d’une guerre surprise avec Israël, cet été, au Liban.

    S’adressant à ses plus hauts commandants, Sayyed Nasrallah leur a demandé de ne pas cacher la réalité de la situation ni la possibilité d’une guerre à leurs hommes, leurs familles et aux gens des villages et des villes dans lesquels le Hezbollah opère.

    “Il se pourrait bien que je ne sois plus parmi vous très longtemps ; il est possible que tout le premier niveau du leadership soit tué. Israël peut réussir à assassiner de nombreux dirigeants et commandants. Leur mort n’entraînera pas celle du Hezbollah, parce que notre parti ne s’appuie pas uniquement sur des individus mais sur l’ensemble de la société, qui est un élément essentiel de son existence”, a déclaré Sayyed Nasrallah pendant le meeting. Il a ajouté que “des mesures et des procédures ont déjà été décidées pour répondre à la situation la plus grave (l’assassinat d’un membre du haut-commandement y compris celui de Sayyed Nasrallah lui-même).”

    Propos inquiétants d’un dirigeant qui parle rarement pour ne rien dire...

    #hezbollah #nasrallah

  • UAE: Eight Lebanese Face Unfair Trial | Human Rights Watch
    https://www.hrw.org/news/2019/03/25/uae-eight-lebanese-face-unfair-trial

    (Beirut) – Emirati authorities detained eight Lebanese nationals for more than a year without charge in an unknown location, ill-treating them and denying them their due process rights, Human Rights Watch said today. Their trial, which began on February 13, 2019, continues to be marred with violations. The third session is set for March 27.

    Family members told Human Rights Watch that the defendants, who face terrorism charges, have been held in prolonged solitary confinement and denied access to their families, legal counsel, and the evidence against them. At least three detainees told family members that state security forces forced them to sign statements while blindfolded and under duress, and one said they forced him to sign a blank paper.

    “The UAE authorities reveal in their treatment of these men just how unwilling they are to reform their unjust state security apparatus,” said Sarah Leah Whitson, Middle East director at Human Rights Watch. “These men deserve, at the very least, to be treated humanely and to receive a fair trial.”

    The men – all of whom are Shia Muslims – have each lived and worked in the UAE for more than 15 years. Seven worked at Emirates Airlines as flight attendants, pursers, or senior managers. Family members said that none had any known political affiliations.

    State security forces arrested one defendant between December 2017 and January 2018, three defendants on January 15, and four others on February 18, and continue to hold them in solitary confinement without access to legal assistance, family members said. At the second session of their trial, on February 27, the prosecutor charged them with setting up a terrorist cell with links to Hezbollah in Lebanon. Hezbollah holds several key positions in the Lebanese government, yet is designated a terrorist organization in the UAE. Family members said that at least seven of the men still have not been able to meet with their lawyers and six remain in solitary confinement. All of the defendants deny the charges, family members who attended the hearings said.

    #Emirats nos amis clients et amis... #hezbollah

  • Le Hezbollah, menace pour la stabilité du Moyen-Orient, selon Pompeo 21 mars 2019 Par Agence Reuters
    https://www.mediapart.fr/journal/international/210319/le-hezbollah-menace-pour-la-stabilite-du-moyen-orient-selon-pompeo?onglet=

    JERUSALEM (Reuters) - Le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo a estimé jeudi en Israël, avant de poursuivre sa tournée régionale par Beyrouth, que le Hezbollah chiite libanais était une menace pour la stabilité du Moyen-Orient.

    Reçu par le président israélien Reuven Rivlin à Jérusalem, le chef de la diplomatie américaine a dit considérer le Hezbollah, le mouvement palestinien Hamas et la milice yéménite des Houthis - qui bénéficient tous du soutien de Téhéran - comme « des entités représentant des risques pour la stabilité du Moyen-Orient et pour Israël ».

    « Ils sont résolus à rayer ce pays de la carte et nous avons l’obligation morale et politique d’empêcher que cela advienne. Vous devez savoir que les Etats-Unis s’y tiennent prêts », a dit Mike Pompeo lors de son entretien avec le président israélien.

    La visite de Mike Pompeo à Jérusalem passe pour un coup de pouce à Benjamin Netanyahu, à trois semaines d’élections législatives qui s’annoncent serrées, le 9 avril. (...)

    #IsraelUsa #Hezbollah

  • Les USA poussent le Liban dans les bras de l’Iran et de la Russie : les sanctions américaines nuisent à l’économie locale – Elijah J. Magnier
    https://ejmagnier.com/2019/03/18/les-usa-poussent-le-liban-dans-les-bras-de-liran-et-de-la-russie-les-sanc

    Le Liban attend la visite du secrétaire d’État des USA Mike Pompeo cette semaine, à un moment oùla carte politico-économique libanaise se redessine et oùle Liban subit sa pire crise économique de son histoire récente.

    Les raisons de la détérioration de l’économie locale s’expliquent non seulement par la corruption du leadership politique et des échelons inférieurs de l’administration du Liban, mais aussi par les sanctions des USA imposées à l’Iran. Les plus récentes sanctions sont les plus sévères de toutes. Elles toucheront durement le Liban aussi longtemps que le président Donald Trump sera au pouvoir s’il ne se plie pas à la politique et aux diktats des USA.

    Si, comme prévu, Washington déclare une guerre économique contre le Liban, les sanctions ne laisseront guère de choix au pays. Elles pourraient forcer le Liban à compter de nouveau sur l’industrie civile iranienne pour contrer la pression économique des USA et sur l’industrie militaire russe pour équiper les forces de sécurité libanaises. C’est ce qui arrivera si Pompeo continue à menacer les responsables libanais, comme ses assistants l’ont fait lors de leurs visites précédentes dans le pays. Le sempiternel message des responsables américains n’a pas changé : vous êtes avec nous ou contre nous.

    Politiquement, le Liban se divise en deux courants, l’un favorable aux USA (et à l’Arabie saoudite), l’autre en dehors de l’orbite des USA. La situation économique pourrait bien accroître la division interne jusqu’à ce que la population locale réagisse avec vigueur pour mettre fin à toute influence des USA et de ses alliés au Liban.

    Pareil scénario peut encore être évité si l’Arabie saoudite investit suffisamment de fonds pour relancer l’économie locale agonisante. Sauf que l’Arabie saoudite craint que ceux qui ne sont pas au diapason avec ses politiques et celles des USA tirent avantage de son soutien. Jusqu’à maintenant, Riyad n’a pas tellement compris la dynamique interne au Liban et ce qui est possible et impossible de réaliser dans ce pays. Le kidnapping du premier ministre Saad Hariri était l’illustration la plus éloquente de l’ignorance du jeu politique libanais par les Saoudiens. Leur manque de vision stratégique au Liban va probablement empêcher tout soutien important à son économie défaillante, ce qui pourrait causer une grande instabilité.

    (...)
    Mais après l’arrivée de Donald Trump au pouvoir et son rejet de l’accord sur le nucléaire iranien, le gouvernement des USA a imposé les sanctions les plus dures contre l’Iran et a cessé les dons aux organismes des Nations unies qui soutiennent les réfugiés palestiniens. Les sanctions contre l’Iran ont forcé le Hezbollah à adopter un nouveau budget, dans le cadre d’un plan d’austérité de cinq ans. Ses forces ont été réduites au minimum en Syrie, les mouvements de troupes ont ralenti en conséquence et toutes les rémunérations additionnelles ont été suspendues. Le Hezbollah a réduit son budget au quart de ce qu’il était, sans toutefois suspendre les salaires mensuels de ses militants ou contractuels ni les soins médicaux, sous l’ordre de Sayyed Hassan Nasrallah, le secrétaire général du Hezbollah.

    Cette nouvelle situation financière affectera l’économie libanaise à mesure que les flux de trésorerie et les devises se tariront. Les conséquences devraient se faire ressentir davantage au cours des prochains mois et il est plausible que la population locale réagisse sous le poids de l’économie défaillante.

    Les USA et l’Europe imposent des contrôles stricts sur tous les montants transférés en direction ou en provenance du Liban. Le pays est sur une liste noire financière et toutes les transactions sont passées au peigne fin. Les dons religieux provenant de l’étranger ne sont dorénavant plus possibles, car les donateurs risquent alors d’être accusés de soutenir le terrorisme par les pays occidentaux.

    Tant que Trump sera au pouvoir, le Hezbollah et l’Iran croient que la situation restera critique. Ils s’attendent aussi à ce que Trump obtienne un second mandat. Les cinq prochaines années seront difficiles pour l’économie libanaise, notamment si Pompeo est porteur de messages et de diktats auxquels le Liban ne peut se plier.

    Pompeo veut que le Liban abandonne son tracé de la frontière maritime avec Israël, ce qui mettrait en péril ses prétentions sur les blocs 8, 9 et 10 du gisement d’hydrocarbures au profit d’Israël. Cette demande ne sera pas accordée et les responsables libanais ont dit à plusieurs reprises qu’ils comptent sur les missiles de précision du Hezbollah pour empêcher Israël de s’accaparer d’eaux territoriales libanaises.

    Pompeo veut aussi que le Liban abandonne le Hezbollah et mette fin à son rôle au sein du gouvernement. Là encore, l’administration américaine semble ignorer que le Hezbollah représente presque le tiers de la population du Liban, en plus de bénéficier du soutien de plus de la moitié des chiites, des chrétiens, des sunnites et des druzes qui y vivent, qui comptent parmi eux des membres officiels des pouvoirs exécutifs et législatifs du pays. En outre, le président libanais fait partie de la coalition du Hezbollah et maintient fermement son lien avec le groupe, qu’il juge nécessaire à la stabilité du pays.

    Quelle est l’alternative alors ? Si l’Arabie saoudite s’engage, ce n’est pas un, deux ou même cinq milliards de dollars qu’il faut pour relever l’économie du Liban, mais des dizaines de milliards de dollars. Le Liban doit bénéficier aussi d’une politique de non-intervention de la part de l’administration américaine pour permettre au pays de se gouverner lui-même.

    Les Saoudiens souffrent déjà de l’intimidation que Trump exerce sur eux et leurs fonds commencent à se tarir. Si l’Arabie saoudite décide d’investir au Liban, elle cherchera à imposer des conditions pas très différentes de celles des USA. Elle se fait des illusions en voulant éliminer l’influence de l’Iran et des partisans du Hezbollah au Liban, un objectif impossible à remplir.

    Le Liban n’a pas tellement de choix. Il peut se rapprocher de l’Iran afin de réduire ses dépenses et le prix des biens, et demander à la Russie de soutenir l’armée libanaise si l’Occident refuse de le faire. La Chine se prépare à entrer dans le jeu et pourrait devenir une alternative intéressante pour le Liban, qui pourrait lui servir de plateforme pour parvenir en Syrie, puis en Irak et en Jordanie. Sinon, le Liban devra se préparer en vue de joindre la liste des pays les plus pauvres.

    Une ombre plane au-dessus du pays du cèdre, qui a déjà dû combattre pour assurer sa survie au 21e siècle. Le Hezbollah, dorénavant sous le coup des sanctions des USA et du R.‑U., est la même force qui a protégé le pays contre Daech et d’autres combattants takfiris qui menaçaient d’expulser les chrétiens du pays, d’où le conseil lancé par le président français Sarkozy au patriarche libanais qu’il vaudrait mieux que les chrétiens libanais abandonnent leurs foyers. C’est que les djihadistes takfiris et l’OTAN partageaient les mêmes objectifs au Liban. L’incapacité de l’administration américaine à diviser l’Irak et à créer un État en déliquescence en Syrie dans le cadre d’un « nouveau Moyen-Orient » a réveillé l’ours russe de sa longue hibernation. Aujourd’hui, la Russie rivalise avec les USA pour assurer l’hégémonie au Moyen-Orient, ce qui oblige Trump à tout mettre en œuvre pour tenter de briser le front antiaméricain.

    C’est une lutte sans merci où tous les coups sont permis. Les USA poussent le Liban dans un goulet d’étranglement, en ne lui donnant pas d’autre choix que de resserrer son partenariat avec l’Iran et la Russie.

    #liban #hezbollah #grand_jeu

  • Nasrallah nargue les services du renseignement mondiaux lors d’une interview de trois heures – Elijah J. Magnier | ايليا ج مغناير
    https://ejmagnier.com/2019/01/27/nasrallah-nargue-les-services-du-renseignement-mondiaux-lors-dune-intervi

    Le chef du Hezbollah Sayyed Hassan Nasrallah a nargué les services du renseignement mondiaux, notamment ceux d’Israël, à l’affut de ses moindres faits et gestes, lors d’une interview de trois heures diffusée par la chaîne Mayadeen TV samedi. Nasrallah a montré qu’il possède la capacité technique requise pour se faire interviewer en direct pendant tout ce temps sans crainte d’être détecté. Plus important encore, Nasrallah a montré qu’il peut recevoir des messages électroniques au moyen d’une connexion internet à proximité, ce qui lui permet de répondre à des questions et d’obtenir des nouvelles de dernière heure de partout dans le monde. C’est une indication claire que Nasrallah fait confiance à la compétence technique du Hezbollah, qui est capable de bloquer tout signal d’interception et assez efficace pour aveugler tous les services du renseignement locaux ou internationaux qui cherchent à le localiser.

    Le Hezbollah semble posséder des capacité électroniques supérieures à celles de nombreux pays du Moyen-Orient et d’ailleurs. Ce qui est inhabituel, c’est que Nasrallah les a montrées à la face du monde, en ligne, à des dizaines de milliers de personnes qui ont regardé l’interview.

    La capacité électronique du Hezbollah n’est pas nouvelle. Israël a tenté d’intercepter physiquement ses réseaux fixes à fibre optique et d’intercepter électroniquement les téléphones portables de bon nombre d’officiers et de dirigeants du Hezbollah. Les capacités d’interception d’Israël ont permis par le passé à l’armée israélienne de s’introduire dans le réseau téléphonique du Hezbollah et d’y découvrir tout un réseau de connexions qui a entraîné la destruction de centaines de maisons, bureaux et bases du Hezbollah pendant la guerre de 2006.

    Ce n’est pas un secret qu’en interceptant un téléphone portable, il est possible d’en identifier d’autres dans un même lieu et de créer une liste des numéros IMEI, même si l’utilisateur a changé de carte SIM tout en gardant le même numéro de téléphone portable.

    Le Hezbollah a reconnu l’erreur de ses membres et a lancé un sérieux avertissement à tous ses membres et dirigeants en leur interdisant d’apporter un téléphone portable au travail. L’inobservation de ces instructions a été à l’origine d’une bonne partie de la destruction que le Hezbollah a subie pendant la guerre de 2006.

    #liban #hezbollah #cyberwar

  • Lebanon on the Brink - رأي اليوم
    By Abdel Bari Atwan - December 24, 2018

    https://www.raialyoum.com/index.php/lebanon-on-the-brink

    (...) The public quarrel over the representation of the bloc of Sunni MPs allied to Hezbollah blew up after prime minister-designate Saad al-Hariri refused to appoint any of its six members to the government. A compromise was agreed under which each of these MPs would nominate another figure and President Michel Aoun would select one of these. But this solution unravelled in turn when the Lebanese president chose Jawad Adra as the prospective minister. The other MPs protested that he did not represent them, and accused Aoun’s Free Patriotic Movement (FPM) of effectively trying to enlarge its own bloc — thereby giving itself 11 out of 30 cabinet posts and effective veto power over government decisions. So things went back to square one.
    The demands for lower taxes and food prices, improved public services and free health-care made by the demonstrators who took to the streets of Beirut largely echo those of the ‘yellow vests’ in France who have shaken up French politics in recent weeks.
    Lebanon’s public debt has reached nearly $100 billion and the World Bank estimates that a third of the country’s inhabitants live below the poverty line. These certainly do not include the members of the political elite who have been fighting over cabinet seats and important state posts.
    Hariri has now decided to go on vacation until the new year, while declaring that he will remain silent about the country’s growing crisis, on the grounds that “sometimes silence is necessary for others to listen.” But we do not think he will find anyone to listen to him. The choice of Hariri to form a government, in this difficult juncture in the history of Lebanon and the region, is one of the main impediments to the country recovering and overcoming its mounting problems.
    Lebanon could be on the brink of an explosion with popular frustration at the status quo reaching unprecedented levels. And if such an explosion were to occur, it would be extremely difficult to control.

    #Liban #MichelAoun #Hezbollah

  • Tsahal sur Twitter : « Joyeuse fête de l’Indépendance du #Liban au peuple libanais, nos voisins du nord ! Nous espérons que vous serez bientôt libérés de l’impérialisme iranien et des terroristes du #Hezbollah. » / Twitter
    https://twitter.com/Tsahal_IDF/status/1065710561218973696

    La deuxième guerre du Liban (2006) : dix ans après - Les clés du Moyen-Orient
    https://www.lesclesdumoyenorient.com/La-deuxieme-guerre-du-Liban-2006-dix-ans-apres.html

    « la plupart des civils qui périssent durant la guerre des 33 jours meurent dans les bombardements qui ne visent ni le Hezbollah, ni ses structures de ravitaillement » et que « les domiciles de dizaines de milliers de Libanais n’ayant rien à voir avec le parti sont aussi bien pris pour cible que ceux des cadres de l’organisation ». Il semblerait d’ailleurs que l’armée israélienne ait finalement reconnu « de manière semi-publique » que « les institutions de l’État et les civils libanais [ont été] eux-aussi délibérément visés, dans une logique à la fois de punition collective et d’incitation à faire pression sur le Hezbollah » (5).

    #sionisme #Israel #nausée

  • cultiver les vocations.

    Liban : le Hezbollah lance un jeu vidéo pour refléter son « expérience » en Syrie - France 24
    http://www.france24.com/fr/20180301-liban-hezbollah-jeu-video-experience-guerre-syrie-defense-sacree-

    Au Liban, le Hezbollah a dévoilé mercredi un jeu vidéo conçu par le mouvement chiite, qui a pour cadre la guerre en Syrie et vise à justifier l’intervention de cet allié de l’Iran dans le conflit.

    Arme au poing et muni de grenades, Ahmed passe d’une bataille à l’autre en territoire syrien : il est le héros d’un nouveau jeu vidéo sur le conflit en Syrie, conçu par le mouvement chiite libanais Hezbollah et dévoilé mercredi 28 février à Beyrouth.

    #hezbollah #liban #syrie #jeu-vidéo