• Les Leçons de la Pandémie de 1918-1919
    https://www.les-crises.fr/les-lecons-de-la-pandemie-de-1918-1919

    Source : Marginal Revolution Traduit par les lecteurs du site Les-Crises La pandémie de grippe de 1918 a été, de tous les fléaux, le plus contagieux de l’histoire de l’humanité. Environ 40 millions de personnes sont mortes dans le monde, dont 550 000 aux États-Unis… Les leçons de la pandémie de 1918-1919 peuvent-elles être appliquées aux tentatives contemporaines de lutte contre la pandémie afin de maximiser les avantages pour la santé publique tout en réduisant au minimum les conséquences sociales déstabilisantes de la pandémie ainsi que celles qui accompagnent les mesures de riposte de la santé publique ? C’est la question que Markel et ses collaborateurs ont analysée en 2007 en rassemblant des données historiques relatives aux répercussions et à la manière dont 43 villes américaines, couvrant environ 20 (...)

    #Histoire #Coronavirus #Covid-19 #SRAS-2 #Histoire,_Coronavirus,_Covid-19,_SRAS-2

  • Wikipédia:Pastiches/Une femme — Wikipédia
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Wikip%C3%A9dia:Pastiches/Une_femme

    Une femme est une journaliste, dirigeante d’entreprise, chimiste, diplomate, économiste, pasteur, physicienne, directrice sportive et femme politique lituanienne, française, belge, britannique, namibienne, sénégalaise, iranienne, japonaise, éthiopienne, suisse et grecque. Son activité scientifique lui a valu d’être récompensée par cinq[pertinence contestée] prix Nobel de chimie, mais une seule médaille Fields.

    Découvert via
    https://www.arretsurimages.net/articles/une-femme-est-nommee-le-titre-faussement-feministe

    Quand une femme prend la tête d’une grosse organisation, c’est encore souvent la première fois que cela arrive. Ce que les journalistes signalent, mais en oubliant fréquemment de nommer l’intéressée. La pratique est tellement répandue qu’elle a engendré la création d’une page humoristique sur Wikipédia. Car sous les titres « une femme », c’est l’invisibilisation de toutes les femmes qui se joue.

  • L’anti-esclavagisme au temps des Lumières
    https://laviedesidees.fr/L-anti-esclavagisme-au-temps-des-Lumieres.html

    À propos de : Marcus Rediker, Un activiste des #Lumières. Le destin singulier de Benjamin Lay, Le seuil. Le quaker américain Benjamin Lay fut un des premiers militants de l’anti-esclavagisme. En retraçant son parcours, l’historien de l’esclavage M. Rediker montre ses liens avec la pensée radical de la Révolution anglaise du XVIIe siècle.

    #Histoire #religion #esclavage #militantisme
    https://laviedesidees.fr/IMG/pdf/20200611_rediker_rossignol.pdf
    https://laviedesidees.fr/IMG/docx/20200611_rediker_rossignol.docx

  • Trump refuse de rebaptiser les #bases_militaires honorant des généraux sudistes

    Le président américain Donald Trump s’est dit mercredi catégoriquement opposé à l’idée de rebaptiser des bases militaires portant le nom de #généraux_sudistes, y voyant un manque de #respect pour les #soldats.

    Les tweets présidentiels interviennent au moment où les manifestations contre le racisme, consécutives à la mort de George Floyd sous le genou d’un policier blanc, ont relancé avec vigueur le débat sur le passé esclavagiste du pays.

    Ce n’est pas la première fois que Donald Trump se range de ce côté sur ce sujet sensible aux Etats-Unis où certains voient dans l’#hommage rendu aux #Sudistes, qui étaient favorables à l’esclavage, la célébration d’un passé raciste.

    A l’été 2017, il avait estimé que l’#histoire américaine était « mise en pièces » par le retrait de statues de personnages des Etats confédérés.

    Dix bases de l’armée de terre, toutes situées dans le sud du pays, portent le nom d’anciens #militaires_sudistes.

    Dans une série de tweets, le président américain a estimé que ces bases « légendaires » faisaient désormais partie du #patrimoine américain. Et martelé que son gouvernement n’étudierait « même pas » la possibilité de les renommer.

    « Respectez notre armée ! », a-t-il conclu.

    Mardi, le ministre de la Défense s’était de son côté dit, par la voix d’une porte-parole, « ouvert à une discussion sur le sujet ».

    Une statue de généraux sudistes est enlevée à Dallas (Texas) en septembre 2017

    Dans ses messages, le président américain cite en particulier #Fort_Bragg en #Caroline_du_Nord.

    Cette base, la plus grande du pays, porte le nom d’un ancien général de l’armée sécessionniste, #Braxton_Bragg, qui est surtout connu pour avoir perdu la grande #bataille_de_Chattanooga en 1863.

    Une base de #Géorgie honore #Henry_Benning, un général esclavagiste convaincu, qui avait plaidé pour la création d’une « #Slavocratie_sudiste ».

    Il existe aussi un #Fort_Lee, du nom du commandant en chef de l’armée sudiste #Robert_Lee, situé à une trentaine de kilomètres de #Richmond, capitale des Etats confédérés pendant la guerre.

    Le Pentagone avait déjà envisagé de renommer ces bases en 2015, après la fusillade de Charleston, en Caroline du Sud, où un jeune suprémaciste blanc avait tué neuf fidèles noirs dans une église. Mais l’armée de Terre avait finalement choisi de conserver les noms actuels.

    Preuve que ce débat récurrent est bien revenu au premier plan, la présidente de la Chambre des représentants Nancy Pelosi a appelé mercredi soir au retrait des 11 statues du Capitole représentant des soldats et des responsables confédérés.

    « Ces statues célèbrent la #haine, pas notre patrimoine », a-t-elle estimé.

    Défendant les tweets présidentiels, Kayleigh McEnany, porte-parole de la Maison Blanche, a estimé que changer le nom de ces bases serait insultant pour tous les soldats américains qui y ont été stationnés.

    Et argué qu’il s’agissait d’une pente glissante, évoquant par exemple le retrait temporaire du film « Autant en emporte le vent », de la plateforme de streaming HBO Max.

    Le long-métrage, qui présente une version romantique du Sud et une vision très édulcorée de l’#esclavage, est considéré par nombre d’universitaires comme l’instrument d’une forme de #révisionnisme_sudiste.

    « Jusqu’où faut-il aller ? », s’est-elle interrogée.

    « George Washington, Thomas Jefferson et James Madison doivent-ils être effacés de l’Histoire » ? a-t-elle poursuivi, dans une allusion au fait que ces présidents possédaient des esclaves.

    En 2017, M. Trump avait déjà tenu le même raisonnement pour défendre le maintien des statues de généraux sudistes.

    Mais la mise sur le même plan d’hommes qui ont joué un rôle central dans la création du pays et de ceux qui ont mené la « #sécession » contre celui-ci au nom de la défense de l’esclavage avait suscité de vives critiques.

    Près d’un siècle sépare la déclaration d’indépendance qui a fondé les Etats-Unis d’Amérique, le 4 juillet 1776, et la Guerre de Sécession.

    Cette dernière, qui a déchiré la nation de 1861 à 1865, a fait quelque 620.000 morts, soit un bilan bien plus lourd pour les Etats-Unis que les deux guerres mondiales réunies.

    https://www.courrierinternational.com/depeche/trump-refuse-de-rebaptiser-les-bases-militaires-honorant-des-
    #USA #Etats-Unis
    #toponymie #toponymie_politique

    ping @neotoponymie

  • Longue interview du pionnier de la musique éthiopienne sur disque Amha Eshèté

    Amha Eshèté, le rêveur qui grava dans la cire l’or éthiopien
    https://pan-african-music.com/amha-eshete-le-reveur

    Amha Eshèté fut le premier producteur indépendant de disques d’Éthiopie. C’est à lui qu’on doit les premiers enregistrements (et les deux cents qui ont suivi) de l’âge d’or de la musique éthiopienne, plus tard ressuscités dans la fameuse collection Éthiopiques. Il se raconte à PAM (première partie).

    Amha Eshèté, l’exil et le retour au pays natal
    https://pan-african-music.com/amha-eshete-lexil-et-le-retour-au-pays-natal

    Suite de notre grande interview avec Amha Eshèté, fondateur d’Amha Records, le premier label indépendant qui grava les plus belles heures du Swinging Addis. Mais la junte militaire – le DERG — qui prit le pouvoir en 1974 allait complètement changer la donne.

    #musique #jazz #Éthiopie #ethiojazz #Amha_Eshèté #Amha_Records #Histoire

  • Comment l’épidémie due au coronavirus peut-elle disparaître, ou survivre ? David Larousserie, Pascale Santi, Paul Benkimoun, Nathaniel Herzberg et Chloé Hecketsweiler
    https://www.lemonde.fr/sciences/article/2020/06/09/comment-l-epidemie-due-au-coronavirus-peut-elle-disparaitre_6042205_1650684.

    Le confinement a amorcé la décrue des contaminations... mais le coronavirus passera-t-il l’été ? Les chercheurs en débattent.

    On comptait 14 643 personnes hospitalisées le 29 mai. 665 de moins le 2 juin. Puis encore 924 de moins au 4 juin. Quatre semaines après la fin du confinement en France, l’épidémie de Covid-19 semble poursuivre son recul, comme dans la plupart des pays, à l’exception de ceux d’Amérique du Sud, et de l’Iran, qui connaît même un fort rebond. Pourtant, le conseil scientifique, dans son avis du 2 juin, reste prudent. Parmi ses quatre scénarios, il n’exclut pas celui de la « perte de contrôle » de l’épidémie.

    « Depuis le début, le conseil scientifique se place dans l’unique perspective du pire scénario, obnubilé par des modèles qui prévoyaient 500 000 morts en France et qui ont failli. La réalité, c’est que la vague est passée presque partout, que la décrue est générale, que certains pays n’ont plus aucun mort, indique Jean-François Toussaint, professeur de physiologie à l’université Paris-Descartes et directeur de l’Institut de recherche biomédicale et d’épidémiologie du sport (Irmes), opposant résolu au confinement. Ce virus est nouveau. On doit donc continuer à l’étudier, à le surveiller. Mais son cousin le plus proche, c’est le SARS-CoV, et ce coronavirus-là a bel et bien disparu en 2003. Pour moi, c’est l’hypothèse la plus probable. »

    « L’épidémie a été arrêtée par les mesures extraordinaires de distanciation, mais on a encore quelque 1 000 contaminations par jour en France , rappelle pour sa part Astrid Vabret, chef du service de virologie du CHU de Caen. Avec le retour de l’hiver et des activités d’intérieur, je vois bien ce virus revenir. Cela dépendra aussi de l’état immunitaire de la population, de la durée de protection que confère une première contamination et, bien sûr, de l’éventuelle arrivée d’un vaccin. »

    Entre ces deux situations de reprise ou d’arrêt, il existe plusieurs variantes, comme « une persistance à bas bruit, dans des poches, comme on le voit avec la polio » , décrit Jean-François Toussaint. Ou « une épidémie sous contrôle (…) associée à des clusters localisés pouvant être maîtrisés ». Voire une « reprise progressive » de l’épidémie à bas bruit, sans que les chaînes de contamination puissent être identifiées, au risque d’une détérioration rapide de la situation, pour le conseil scientifique.

    Article réservé à nos abonnés Lire aussi Patrick Berche : « Quand la grippe espagnole s’est éteinte, le virus est devenu saisonnier »
    Une épidémie obéit à « des lois froides de la physique » , selon les mots de Samuel Alizon, chercheur CNRS de l’équipe Evolution théorique et expérimentale du laboratoire Maladies infectieuses et vecteurs : écologie, génétique, évolution et contrôle, à Montpellier. C’est-à-dire que si le nombre moyen d’infections secondaires est supérieur à 1 (une personne en contamine plus d’une en moyenne), l’épidémie repartira. Si ce paramètre, le fameux R0, est plus bas que 1, elle diminue. Le 4 juin, le point hebdomadaire de Santé publique France l’estimait à 0,76.

    Pour prévoir quel scénario sera le bon, il faut donc savoir quel facteur ferait pencher d’un côté ou l’autre de la barrière. Revue de détail de ces différents paramètres.

    Les mesures barrières

    Le dernier avis du conseil scientifique, daté du 2 juin, rappelle que « le confinement avait réduit le taux de transmission de SARS-CoV-2 d’à peu près 70 % à 80 % ». De quoi faire baisser le nombre moyen d’infections secondaires au-dessous de 1 et donc enrayer l’épidémie. Cela pourrait continuer, car, malgré les levées progressives de certaines mesures de contrôle, les comportements ne sont pas redevenus identiques à ceux de l’avant confinement. « Nous recommandons une large utilisation [des masques] dans les lieux publics et confinés (transports, commerces), mais aussi dans les rues bondées. Le masque nous protège et protège les autres », a rappelé Jean-François Delfraissy, président du conseil scientifique, au Journal du dimanche , le 7 juin.

    Comme le reconnaissent les membres du conseil scientifique dans leur dernier avis, le scénario de « perte de contrôle », qui n’est pas exclu, « exigerait des décisions difficiles, conduisant à choisir entre un confinement national généralisé, permettant de minimiser la mortalité directe, et d’autres objectifs collectifs, économiques et sociaux, s’accompagnant alors d’une importante mortalité directe ».

    L’arrivée de l’été

    « Dans les zones tempérées de l’hémisphère Nord, les virus respiratoires circulent de septembre à fin avril, selon un calendrier régulier » , constate Astrid Vabret. Fin septembre, ce sont les premiers rhinovirus, en décembre le virus syncytial, puis les coronavirus, avec leur pic en février, suivis des parainfluenza. S’y ajoute la grippe, l’hiver, pendant neuf à dix semaines par an. « Sur l’ensemble des pandémies avec une atteinte respiratoire haute, huit sur dix régressent l’été, mais cinq sur dix repartent à l’automne » , a rappelé Jean-François Delfraissy, sur France Inter, le 5 juin.

    Difficile, donc, de prévoir le comportement du virus. Première hypothèse, SARS-CoV-2 imiterait son plus proche parent, le SARS-CoV de 2003, autrement dit, il disparaîtrait dès la première saison. « Mais je n’y crois pas. Il y a eu tellement de foyers que je ne vois pas pourquoi il ne continuerait pas à circuler à bas bruit dans certains d’entre eux », indique Astrid Vabret. Deuxième hypothèse, il imite les quatre anciens coronavirus humains connus – HKU1, OC43, NL63, 229E – et devient saisonnier. C’est ce que semble indiquer un modèle de l’université Harvard, paru dans Science le 22 mai. En s’appuyant sur les variations saisonnières de deux d’entre eux, OC43 et HKU1, les chercheurs prévoient des pics épidémiques de Covid-19 aux mêmes périodes automnales et hivernales. La disparition actuelle n’est donc peut-être pas définitive.

    Le virus se modifie

    Pour les virologues, le SARS-CoV-2 reste « très mystérieux ». « Depuis le début, il nous a surpris et nous nous sommes trompés », admet Astrid Vabret. Après six mois de circulation à travers le globe, le pathogène ne semble pas endémique, comme le sida, mais bien épidémique. Il apparaît également « ubiquitaire », capable de contaminer la planète entière. Enfin, c’est un virus émergent, qui a rencontré une population dépourvue de défenses spécifiques.

    Pourrait-il s’atténuer ou muter, les coronavirus étant connus pour leur facilité à se recombiner ? « Ce génome mute peu, dix fois moins que le VIH et deux-trois fois moins que la grippe », constate Olivier Gascuel, directeur de recherche au CNRS et à l’Institut Pasteur. Environ 35 000 génomes viraux ont été séquencés et aucune preuve définitive n’a montré que, parmi ces mutations, certaines favoriseraient une transmissibilité accrue. De même, l’hypothèse de virus « affaibli » ou « défectueux » , c’est-à-dire ayant des génomes incomplets nuisant à sa réplication, n’a pas été confirmée.

    Il n’est donc pas évident que survienne le coup de chance qu’ont connu les porcs dans les années 1980. A cette époque, le TGEV, un redoutable coronavirus, provoquait chez eux une gastro-entérite mortelle. Mais il a muté en un coronavirus respiratoire, le PRCV, aussi contagieux mais bénin, offrant au passage une immunité croisée aux animaux.

    Une immunité croisée ?

    Dans les modèles les plus simples décrivant l’évolution d’une épidémie, la décrue commence lorsque le nombre de personnes infectées atteint un seuil dit d’« immunité de groupe ». La fourchette de 50 % à 70 %, souvent donnée, se déduit du nombre d’infections secondaires engendrées par un individu. C’est 50 % si une personne en infecte en moyenne deux autres ; 66 % si ce sont trois personnes. Dans son avis n°7 du 2 juin, le conseil scientifique s’attend « à ce que 3 % à 7 % de la population française ait été infectée par le SARS-CoV-2 durant la première vague ». Nous sommes donc loin des seuils d’une immunité de groupe.

    Mais les taux mesurés dans les enquêtes sérologiques reflètent la proportion d’individus chez lesquels les tests ont retrouvé des anticorps spécifiquement dirigés contre le SARS-CoV-2. Or, les anticorps ne représentent qu’une des deux formes de réponse immunitaire – l’autre, de type « cellulaire », repose sur des globules blancs spécialisés, les lymphocytes T. Dans les deux cas, la parade semble active sur les agents infectieux présentant certaines similitudes. Par exemple, un même type de fixation sur les cellules à infecter. Un virus nous protégerait donc d’un autre. C’est ce que l’on appelle l’immunité croisée, dotée d’une mémoire plus large que celle du seul agent infectieux qui l’a provoquée.

    Une partie encore indéterminée de la population bénéficierait ainsi d’une protection, au moins partielle, contre le SARS-CoV-2. « Plusieurs publications ont montré l’existence d’une protection croisée chez des personnes infectées par le SARS-CoV en 2003, mais peu de gens ont été infectés par celui-ci : 8 000 environ dans le monde », indique James Di Santo, responsable de structure à l’Institut Pasteur. Cela donne néanmoins une première idée de la durée de l’immunité croisée.

    Plusieurs publications rapportent l’identification d’anticorps monoclonaux spécifiques du SARS-CoV, qui neutralisent également le SARS-CoV-2, ou de lymphocytes T de type CD4 réagissant contre le SARS-CoV-2, non seulement chez 8 malades sur 10, mais aussi chez des personnes séronégatives pour ce virus. La mémoire de ces cellules aurait été acquise lors de rhumes fréquemment dus à des coronavirus saisonniers. « Cette immunité croisée pourrait jouer un rôle chez les personnes peu ou pas symptomatiques, notamment les enfants », souligne le virologue Etienne Decroly, directeur de recherche au CNRS.

    « Les enfants, du fait de l’entraînement de cette immunité innée par les infections virales et bactériennes successives de la petite enfance, ont possiblement une immunité “entraînée” plus efficace que celle des adultes », renchérit le pédiatre infectiologue Robert Cohen.

    Ces différents profils « protégés » pourraient expliquer une décrue alors que le nombre de personnes infectées reste bas, loin d’une immunité de groupe.

    Une susceptibilité individuelle sous-estimée

    Les seuils d’immunité de groupe ne sont en réalité peut-être pas aussi élevés que la théorie le prévoit. Cette dernière n’est en effet pas fausse, mais réductrice. Elle considère que tous les individus ont les mêmes probabilités d’être contaminés, et fait donc fi des variations individuelles. Or, celles-ci peuvent être très importantes. Gabriela Gomes, de l’université de Strathclyde, à Glasgow, et de l’Ecole de médecine tropicale de Liverpool, rappelle, dans un article de mars 2020 sur le paludisme, que 20 % des enfants en Afrique rurale concentrent 80 % des piqûres de moustique. Dans le même article, elle calcule que 20 % des personnes les plus à risque comptent pour 86 % des infections totales de paludisme en Amazonie. Son modèle consiste à ne pas prendre, dans les équations, une probabilité de contamination homogène, mais à lui donner une certaine distribution déséquilibrée pour tenir compte de profils plus à risque que d’autres.

    Dans un preprint (un article pas encore paru) du 2 mai 2020 sur Medrxiv.org, elle a appliqué ce principe au Covid-19 et constaté qu’en fonction de l’importance de la variabilité le seuil à partir duquel l’épidémie régresse peut être considérablement réduit et passer de 60 % à 10 %. Tout se passe comme s’il suffisait que l’immunité de groupe soit atteinte dans le groupe le plus à risque pour changer la dynamique de l’épidémie. Plus précisément, alors que l’hypothèse d’homogénéité parfaite prévoit un rebond fort des contaminations, en ajoutant des profils plus à risque que d’autres, cette deuxième vague disparaît…

    L’un des problèmes de ce modèle est que les paramètres décrivant cette variabilité sont théoriques. « La version actuelle de notre preprint explore des paramètres choisis pour tenir compte des valeurs obtenues par d’autres études sur le SRAS et d’autres maladies infectieuses. Nous travaillons actuellement à déduire ces coefficients de variation pour le Covid-19 à partir de données dans un certain nombre de pays », indique Gabriela Gomes, qui promet donc une mise à jour de son travail.

    Le rôle des « superpropagateurs »

    Si, pour tenir compte de la variabilité individuelle, la chercheuse se place du côté des « cibles », susceptibles d’être infectées, d’autres se placent du côté des « sources ». Il existe là aussi de fortes différences, avec des individus ou des situations plus ou moins contaminantes. On retrouve les mêmes règles d’« inégalité » que précédemment : 80 % des contaminations peuvent avoir été engendrées par 20 % des gens seulement, souvent qualifiés de « superpropagateurs ». A l’inverse, cette règle signifie que beaucoup de personnes ne transmettent pas la maladie. L’équipe d’Adam Kucharski, de l’Ecole d’hygiène et de médecine tropicale de Londres, a ainsi modifié les modèles épidémiologiques simples pour introduire cette variabilité. Les chercheurs ont ensuite évalué quelle hétérogénéité explique le mieux les données du début de l’épidémie. Ils ont trouvé, dans un article du 9 avril, que 9 % seulement des infections expliquaient 80 % des contaminations. Une autre équipe de l’université de Berne, le 30 janvier, avait trouvé 15 % au lieu de 9 %, avec une hétérogénéité plus faible.

    Or, « plus cette hétérogénéité est importante, plus l’épidémie a des chances de s’éteindre toute seule », rappelle Samuel Alizon. Les superpropagateurs sont rares et la majorité des personnes ne cause aucune infection secondaire, ce qui ralentit la propagation. « Cela permet de comprendre aussi pourquoi de grands rassemblements restent interdits car cela limite de facto la portée des supercontaminateurs », rappelle Julien Riou, coauteur de l’article de l’université de Berne.

    Mais ces deux manières de prendre en compte la situation hétérogène réelle posent cependant plusieurs questions. « L’une des raisons pour lesquelles cette hétérogénéité n’est souvent pas prise en compte dans les modèles est qu’il est difficile de la mesurer », souligne Gabriela Gomes. « Cela passe par le suivi de contacts et l’analyse de chaînes de transmission en début ou fin d’épidémie », indique Samuel Alizon. Une tâche compliquée.

    Ensuite, une fois connue cette variabilité, il s’agit d’identifier quels profils sont superpropagateurs ou les plus à risque. « L’intérêt pour une stratégie de santé publique est évident, car cibler les populations les plus à risque ou les plus infectantes peut être plus efficace que de cibler tout le monde, comme le fait un confinement généralisé », indique Samuel Alizon. Restera aussi à comprendre ce qui explique de telles particularités. Est-ce lié au porteur du virus ou bien aux conditions environnementales (densité de la population, pièce fermée, température/humidité…) ?

    Tous ces facteurs pourraient jouer de concert pour expliquer la décrue actuelle de l’épidémie.

    #coronavirus #covid_19 #immunité_croisée #santé_publique #épidémie

    • Les faits  : Les pays qui ont laissé filer le virus l’on bien dans le cul actuellement  ; des pays qui sont en été, ont un climat + chaud et une population qui vit + dehors ont quand même des accélérations du virus (Inde).
      Les variables les + importantes  : distanciation physique, densité de population et inégalités.

    • Oui. Mais ce que je comprends de l’hypothèse du papier (qui n’est rien d’autre qu’un relais ciblé sur un "public cultivé" du "comité scientifique"...) est un peu plus sioux : en gros l’épidémie arrive (peut massacrer : N-Y, Brésil, Inde, Iran si laisser aller) puis devient saisonnière. Affaire de "cinétique" de la propagation, affaire de rythmes hétérogènes (mais là, je vois comme je "pense" par ailleurs, sur d’autres objets.)

      J’avais laissé la mention d’un des exemples,

      Patrick Berche : « Quand la grippe espagnole s’est éteinte, le virus est devenu saisonnier » , Propos recueillis par Sandrine Cabut
      https://www.lemonde.fr/sciences/article/2020/06/08/patrick-berche-quand-la-grippe-espagnole-s-est-eteinte-le-virus-est-devenu-s

      Grippes, peste, SARS… Le médecin biologiste Patrick Berche revient sur d’anciennes pandémies, et comment elles ont décliné.

      Médecin biologiste, le professeur Patrick Berche est professeur émérite à l’université de Paris, membre de l’Académie de médecine. Il est l’auteur de nombreux ouvrages grand public consacrés à l’histoire de la médecine, aux maladies infectieuses et aux menaces biologiques.

      Les grandes épidémies du passé peuvent-elles nous éclairer pour prédire l’évolution de la pandémie de Covid-19 ?

      On peut bien sûr faire des analogies avec d’autres virus, comme ceux de la grippe, mais il est difficile d’extrapoler les connaissances. Celui-ci est complètement nouveau. Certes il est apparenté avec deux coronavirus pandémiques responsables, en 2002, du SARS [syndrome aigu respiratoire sévère], et, en 2012, du MERS [syndrome respiratoire du Moyen-Orient]. Mais le SARS-CoV et le MERS-CoV étaient beaucoup plus virulents et moins contagieux que le nouveau coronavirus, le SARS-CoV-2. La létalité du SARS est de 7 %, celle du MERS de 30 %, contre 0,7 % pour le nouveau coronavirus. Celui-ci est contagieux avant même les signes cliniques alors que le SARS-CoV-1 ne le devenait que deux jours après le début des symptômes. Cette association mortalité importante/faible contagiosité et les mesures sanitaires de quarantaine ont permis de casser la chaîne épidémique, ce qui explique pourquoi la pandémie de SARS est restée relativement limitée et s’est éteinte.

      Deuxième vague, persistance du virus à bas bruit… Les prédictions concernant le devenir de la pandémie dans les prochains mois sont très contrastées. Quelle est votre analyse ?

      Il reste beaucoup d’inconnues dans cette pandémie. Il est possible qu’elle s’éteigne, comme on l’a vu avec le SRAS et le MERS, mais on peut aussi envisager une résurgence atténuée, car seulement 10 % de la population serait immunisée. On considère qu’il faut un seuil d’immunité collective à 50 %-60 % pour endiguer une épidémie. Cependant, il semble exister une certaine immunité croisée avec les coronavirus saisonniers très répandus, comme le suggèrent des études récentes. Cela favoriserait l’immunité collective requise pour arrêter l’épidémie. Cela expliquerait aussi certaines disparités entre les pays. En cas de résurgence, nous sommes désormais beaucoup mieux préparés et la population est éduquée aux gestes barrières, lavage de mains et au port de masques, ce qui peut permettre d’éviter le confinement.

      Sur l’évolution de la virulence, je suis plutôt optimiste avec le SARS-CoV-2, car ce virus a un système de réparation de son ARN qui corrige les erreurs. Il mute ponctuellement comme tous les virus, mais reste relativement stable. C’est à la fois une bonne et une mauvaise nouvelle. Bonne parce qu’il est peu probable qu’émerge une souche plus virulente, même s’il faut rester prudent. Mauvaise puisque le virus ne perdra pas sa virulence, contrairement à d’autres virus épidémiques (grippe).

      En été, la promiscuité est moindre, on vit plus à l’air libre et il est possible que le virus survive moins bien dans l’environnement. Ces germes sont toutefois surtout transportés par les humains, dont la température est de 37 °C. Les données de l’épidémie dans les pays chauds doivent être interprétées avec prudence. En Afrique, le nombre de malades et de décès déclarés n’est pas très élevé, mais il y a une sous-déclaration manifeste et une forte mortalité infectieuse. Il s’agit aussi de populations jeunes, polyparasitées, pouvant conférer une immunité non spécifique. Il faut étudier de plus près ce qui se passe en Afrique. Le fait que l’Amérique du Sud soit très touchée, même s’il y a là aussi une sous-déclaration importante, suggère cependant que la température n’est pas le seul facteur.

      Revenons au passé, comment se sont finies les pandémies de grippe ?

      Les virus grippaux sont responsables d’épidémies saisonnières depuis le XVIe siècle et celles-ci prennent parfois une allure pandémique quand la virulence du virus se modifie de façon importante. La pandémie la plus connue, la grippe espagnole, qui a duré de 1918 à 1920, nous a beaucoup appris, et notamment qu’un virus grippal peut circuler pendant l’été. Après une première vague pendant l’hiver 1918, les autorités alliées avaient annoncé la fin de l’épidémie en juillet. Quelques jours plus tard, elle repartait et la deuxième vague a été bien plus mortelle, avec une létalité entre 2 % et 4 % (contre 0,1 % pour la première vague, un taux comparable aux épidémies saisonnières). Il faut aussi souligner que cette pandémie a atteint le continent africain avec une intensité particulière. Parmi les 50 millions de décès de la grippe espagnole, la majorité des décès sont survenus dans les pays en Afrique et en Asie.
      Quand cette pandémie s’est progressivement éteinte, le virus responsable, que l’on a identifié plus tard comme étant un H1N1, est devenu saisonnier. Jusqu’à aujourd’hui, les virus grippaux qui circulent sont des recombinants de ce H1N1 ancestral.

      Il y a encore beaucoup de mystères autour des virus de la grippe, leur saisonnalité, les résurgences. Une des théories est la migration pendulaire : l’hémisphère nord est atteint en hiver, à l’inverse de l’hémisphère sud durant l’hiver austral. Les virus grippaux seraient transportés par les voyageurs, expliquant l’impact considérable des transports aériens. L’existence de porteurs chroniques de ces virus est aussi avancée, mais n’est pas démontrée.

      La peste a aussi été responsable de nombreuses épidémies et plusieurs pandémies, qui ont décimé jusqu’à la moitié de la population. Comment cette maladie infectieuse a-t-elle régressé, même si elle n’a pas complètement disparu ?

      Le mode de transmission est particulier puisqu’il existe un réservoir de la bactérie Yersinia pestis, les rats. Pendant très longtemps, les épisodes de peste en Europe sont venus d’Orient, par bateau. En débarquant, les rats contaminés infectaient les rats noirs autochtones qui vivaient au contact des humains. Le bacille se transmettait principalement par des puces, passant des rongeurs à l’homme.
      Les épidémies débutaient en général par des cas de peste bubonique (atteinte des ganglions lymphatiques), puis certains malades faisaient des « métastases » pulmonaires. Cette peste pulmonaire peut diffuser par voie respiratoire entre humains. La mortalité atteignait souvent 80 %.
      Au fil des siècles, des périodes épidémiques ont alterné avec des phases de déclin. La peste de Justinien, la première pandémie, a duré de 541 à 767. Puis, il y a eu une deuxième pandémie, du XIVe au XIXe siècle, avec des résurgences régulières.

      Outre les mesures d’isolement des malades, la régression de la peste s’explique en partie par le remplacement des rats noirs par les rats norvégiens, qui, eux, ne vivent pas au contact des humains, à partir du XVIIIe siècle. L’amélioration du niveau de vie a joué aussi certainement un rôle car la peste est une maladie liée à la pauvreté. Mais les réservoirs n’ont pas disparu, et la peste non plus. Au XXe siècle, il y a eu plusieurs épidémies, notamment en Inde, en 1994-1995, et la peste est toujours endémique, notamment à Madagascar et aux Etats-Unis.

      La variole est-elle définitivement éradiquée ?

      Elle a été déclarée éradiquée officiellement en 1980, mais elle reste pour moi la plus sérieuse menace bioterroriste aujourd’hui. Le virus de la variole se transmet par voie respiratoire. C’est une infection qui est assez contagieuse [taux de reproduction de base, ou R0, de 3 environ], avec une létalité très forte, entre 25 % et 45%. De plus, les symptômes surviennent après quatorze jours d’incubation et l’éruption caractéristique après quatre jours de forte fièvre, ce qui retarde le diagnostic. Des centaines de souches de virus varioliques sont conservées dans des laboratoires américains, à Atlanta, et russes, en Sibérie. On craint qu’une dizaine de pays aient gardé des souches et que ce virus puisse être aussi synthétisé en laboratoire. Ce n’est pas le seul. En 2005, le virus très virulent de la grippe espagnole a pu être reconstitué entièrement à partir du cadavre d’une jeune femme inuit décédée en 1918, conservée dans le permafrost.

      #biologie #histoire

    • De ce que j’observe, c’est quand même pas mal la fête. Celles et ceux qui acceptaient le confinement (pas seulement dans son principe, très compréhensible, mais aussi dans ses modalités) font maintenant les rebelles avec force bisous, serrages de paluches et oubli de tous les gestes dits barrières. Et reviennent expliquer que vraiment, on n’a pas à contrôler leur vie ! Ah ah !

  • La fin du 19e siècle voit se constituer une revendication collective, organisée et inédite en faveur de l’accès des femmes aux titres universitaires et à des professions « réservées » aux hommes…
    #femmes #histoire #diplômes

    https://sms.hypotheses.org/20567

    Dans l’histoire européenne de l’accès des femmes aux professions, le passage du 19e au 20e siècle occupe une place particulière. Certes, il y a eu, à toutes les époques, quelques femmes exerçant des activités traditionnellement réservées aux élites masculines. De même, les femmes des classes populaires ont toujours travaillé en ville comme à la campagne.

    Mais la fin du 19e siècle voit se constituer une revendication collective, organisée et inédite en faveur de l’accès des filles aux titres universitaires ainsi qu’aux professions traditionnellement exercées par les hommes de la bourgeoisie. Dans les débats politiques et la production culturelle de l’époque, un nouveau personnage apparaît : la « diplômée ». Elle se confond alors avec la figure, redoutée par les uns, espérée par les autres, de « l’Ève future », de la « femme nouvelle », de la « féministe » ou de « l’émancipée », qui bouleverse la division ordinaire des rôles de genre dans la famille bourgeoise (...)

  • 25 years of PHP: The personal web tools that ended up everywhere • The Register
    https://www.theregister.com/2020/06/08/25_years_of_php

    Feature On 8th June 1995 programmer Rasmus Lerdorf announced the birth of “Personal Home Page Tools (PHP Tools)”.

    The PHP system evolved into one that now drives nearly 80 per cent of websites using server-side programming, according to figures from w3techs.

    Well-known sites running PHP include every Wordpress site (WordPress claims to run “35 per cent of the web”), Wikipedia and Facebook (with caveats - Facebook uses a number of languages including its own JIT-compiled version of PHP called HHVM). PHP is also beloved by hosting companies, many of whom provide their customers with PHPMyAdmin for administering MySQL databases.

    Lerdorf was born in Greenland and grew up in Denmark and Canada. He worked at Yahoo! (a big PHP user) and Etsy. He developed PHP for his own use. “In 1993 programming the web sucked,” he said in a 2017 talk.

    It was CGI written in C and “you had to change the C code and recompile even for a slight change,” he said.

    Perl was “slightly better”, Lerdorf opined, but “you still had to write Perl code to spit out HTML. I didn’t like that at all. I wanted a simple templating language that was built into the web server.”

    The Danish-Canadian programmer’s original idea was that developers still wrote the bulk of their web application in C but “just use PHP as the templating language.” However nobody wanted to write C, said Lerdorf, and people “wanted to do everything in the stupid little templating language I had written, all their business logic.”

    Lerdorf described a kind of battle with early web developers as PHP evolved, with the developers asking for more and more features while he tried to point them towards other languages for what they wanted to do.

    “This is how we got PHP,” he said, “a templating language with business logic features pushed into it.”
    The web’s workhorse

    Such is the penetration of PHP, which Lerdorf said drives around 2 billion sites on 10 million physical machines, that improving efficiency in PHP 7 had a significant impact on global energy consumption. Converting the world from PHP 5.0 to PHP 7 would save 15B Kilowatt hours annually and 7.5B KG less carbon dioxide emissions he said – forgetting perhaps that any unused cycles would soon be taken up by machine learning and AI algorithms.

    PHP is the workhorse of the web but not fashionable. The language is easy to use but its dynamic and forgiving nature makes it accessible to developers of every level of skill, so that there is plenty of spaghetti code out there, quick hacks that evolved into bigger projects. In particular, early PHP code was prone to SQL injection bugs as developers stuffed input from web forms directly into SQL statements, or other bugs and vulnerabilities thanks to a feature called register_globals that was on by default and which will “inject your scripts with all sorts of variables,” according to its own documentation.

    There was originally no formal specification for PHP and it is still described as work in progress. It is not a compiled language and object orientation was bolted on rather than being designed in from the beginning as in Java or C# or Ruby. Obsolete versions of PHP are commonplace all over the internet on the basis that as long as it works, nobody touches it. It has become the language that everyone uses but nobody talks about.

    “PHP is not very exciting and there is not much to it,” said Lerdorf in 2002.

    Regularly coming fourth as the most popular language in the Redmonk rankings, PHP has rarely got a mention in the analysis.

    That said, PHP has strong qualities that account for its popularity and longevity. Some of this is to do with Lerdorf himself, who has continued to steer PHP with wisdom and pragmatism, though it is a community project with thousands of contributors. It lacks corporate baggage and has always been free and open source. “The tools are in the public domain distributed under the GNU Public License. Yes, that means they are free!” said Lerdorf in the first announcement.

    The documentation site is a successful blend of reference and user contributions which means you almost always find something useful there, which is unusual. Most important, PHP is reliable and lightweight, which means it performs well in real-world use even if it does not win in benchmarks.

    25 years is a good run and it is not done yet. ®

    #Histoire_numérique #Languages_informatiques #PHP

  • En 2015, les contribuables de Bristol payaient encore des dettes aux propriétaires d’esclaves de la ville (Bristol Post)
    https://www.bristolpost.co.uk/news/bristol-news/taxpayers-bristol-were-still-paying-1205049
    Traduction : https://www.legrandsoir.info/en-2015-les-contribuables-de-bristol-payaient-encore-des-dettes-aux-pr

    Le gouvernement a donné aux propriétaires d’esclaves l’équivalent de 308 milliards de livres en 1833 et nous venons tous de le payer

    [13 février 2018] Les contribuables de Bristol en 2015 remboursaient encore la dette empruntée par le gouvernement pour payer des millions en « compensation » aux propriétaires d’esclaves, a admis le Trésor.

    Les 20 millions de livres sterling que le gouvernement a dépensés en 1833 pour rembourser les riches propriétaires d’esclaves étaient si importants qu’il a fallu 182 ans au contribuable pour les rembourser.

    L’information a été révélée par le Trésor dans le cadre d’une demande de liberté d’information - mais lorsque les fonctionnaires ont décidé de tweeter la révélation, la façon dont ils l’ont fait a déclenché une réaction si furieuse qu’ils ont rapidement supprimé le tweet.

    Le Trésor a confirmé que lorsque le gouvernement britannique a aboli l’esclavage et interdit aux gens de posséder des esclaves en Grande-Bretagne ou dans les colonies britanniques partout dans le monde, ces propriétaires d’esclaves ont reçu une compensation.


    The plaque adorned the base of the Edward Colston statue until council workers removed it in October but now it has returned

    Beaucoup des plus grandes plantations qui gardaient le plus grand nombre d’esclaves appartenaient à certains des hommes d’affaires les plus riches de Bristol, et ils recevaient l’équivalent de millions de livres sterling en argent d’aujourd’hui. Bristol avait la plus forte concentration de personnes en Grande-Bretagne qui possédaient des esclaves en 1833 en dehors de Londres.

    Les esclaves eux-mêmes ne recevaient rien et devaient continuer à travailler pour leurs maîtres pendant plusieurs années avant même de pouvoir envisager d’être « libres ».

    Le montant de la compensation accordée aux propriétaires d’esclaves a déjà été détaillé auparavant, dans un projet en ligne destiné à marquer le 200e anniversaire de la fin de la traite transatlantique des esclaves en 1807.

    Les plus riches propriétaires de plantations de Bristol ont soudainement reçu une manne qui a laissé leurs familles multimillionnaires pour les générations à venir, et a déclenché la construction de certaines des maisons et des quartiers les plus prestigieux de la ville, notamment à Clifton.

    La somme totale versée par le gouvernement britannique en 1833 était de 20 millions de livres sterling, un chiffre tellement énorme à l’époque qu’il représentait 40 % du budget total du gouvernement cette année-là, et l’équivalent de 308 milliards de livres sterling aujourd’hui.

    La dette était si importante qu’elle a été empruntée sur une longue période de remboursement, a été transférée en gilts [abréviation de gilt-edged securities, soit littéralement « valeurs mobilières dorées sur tranche », sont les emprunts d’État émis par le Royaume-Uni. Wikipédia - NdT] et ceux-ci ont finalement été remboursés le 1er février 2015, il y a tout juste trois ans.

    Cela signifie que toute personne ayant payé des impôts avant le 1er février 2015 remboursait la dette créée à partir des millions versés aux propriétaires d’esclaves britanniques en 1833.


    The map shows the concentration of slave owner’s properties in Bristol

    Le Trésor a tweeté cette information après l’avoir rendue publique. Le tweet disait : « Voici le surprenant fait du jour. Des millions d’entre vous ont aidé à mettre fin à la traite des esclaves grâce à leurs impôts. »

    Le tweet a ajouté une infographie qui disait : « Le saviez-vous ? En 1833, la Grande-Bretagne a consacré 20 millions de livres, soit 40% de son budget national, à l’achat de la liberté pour tous les esclaves de l’Empire. » En ajoutant : « La somme d’argent empruntée pour la loi d’abolition de l’esclavage était si importante qu’elle n’a pas été remboursée avant 2015. Ce qui signifie que des citoyens britanniques vivants ont contribué à payer pour mettre fin à la traite des esclaves ».

    L’historien David Olusoga, qui a beaucoup écrit sur le rôle de Bristol dans la traite des esclaves et ses relations difficiles avec son histoire, est l’un des nombreux experts qui ont remis en question à la fois l’exactitude et le ton du tweet du Trésor.

    Il a fait remarquer que la loi sur l’abolition de l’esclavage n’a pas mis fin à la traite des esclaves : la traite triangulaire qui reliait Bristol à l’Afrique de l’Ouest et aux plantations des Caraïbes et des États-Unis avait été abolie des décennies plus tôt, en 1807, et pourtant le tweet du Trésor contenait une image de la traite des esclaves.

    Le tweet a déclenché une réaction féroce sur les médias sociaux, et beaucoup ont attaqué son ton. Ils ont déclaré que le fait de payer des millions aux propriétaires d’esclaves en compensation ne devrait pas être « célébré ».

    Le Trésor a rapidement supprimé le tweet, et a ensuite fourni une explication au Bristol Post. « En réponse à une demande de liberté d’information, nous avons récemment publié des informations sur les dépenses gouvernementales liées à l’abolition de l’esclavage en 1833 », a déclaré un porte-parole du Trésor. « Un tweet d’accompagnement a également été publié, mais il a été supprimé par la suite en réaction aux questions soulevées par le caractère sensible du sujet », a-t-il ajouté.

    M. Olusoga, qui a écrit plusieurs livres sur la traite des esclaves et le rôle de la Grande-Bretagne dans ce domaine, et qui a présenté des programmes télévisés de la BBC sur le sujet, a déclaré que le tweet était inapproprié. « La vraie question est de savoir pourquoi quelqu’un a pensé que c’était correct », a-t-il dit. "Je pense vraiment que nous nous améliorons en acceptant le rôle du Royaume-Uni dans l’esclavage et la traite des esclaves, mais des choses comme ça me font douter. De plus, pour aggraver le niveau général d’ignorance, lorsque le Trésor britannique réduit l’histoire complexe de l’abolition de l’esclavage à l’un de ses « faits du jour », il utilise une image non pertinente de la traite des esclaves - qui a été abolie trois décennies plus tôt.

    "Nous avons passé un an à réaliser une série de la BBC sur les compensations versées aux propriétaires d’esclaves, par le biais d’une taxation régressive qui touchait le plus les pauvres. Une partie du prix payé par les esclaves eux-mêmes. Le Trésor trouve que c’est un « fait du jour » amusant", a-t-il ajouté. M. Olusoga a déclaré qu’il travaillait actuellement sur une série de reportages sur l’esclavage moderne. « L’existence de l’esclavage moderne ne signifie pas que nous devons oublier l’esclavage historique. Lorsque les gens parlent d’esclavage, l’esclavage moderne est utilisé pour les réduire au silence », a-t-il déclaré.

    Daniel Hannan, député européen de droite et leader du groupe Brexiteer, a interrogé M. Olusoga sur Twitter à propos de ses objections. « Il est facile d’être contre l’esclavage dans l’abstrait », a-t-il déclaré." Ce n’est pas la même chose que de contribuer personnellement à l’abolition de ce fléau « . (Je) n’ai jamais compris pourquoi les gens trouvent cela choquant », a-t-il ajouté.

    L’historienne locale Kirsten Elliott a souligné qu’outre le fait que les esclaves libérés eux-mêmes ne recevaient aucune compensation, la dette signifiait que leurs descendants remboursaient l’argent qui revenait aux propriétaires de leurs ancêtres pour le privilège d’être libérés pendant des années. « Ai-je raison de penser que cela signifie que les descendants d’esclaves - qui n’ont jamais reçu aucune compensation - ont payé pour les compensations versées aux propriétaires d’esclaves ? », a-t-elle demandé.

    Et Cleo Lake, conseillère municipale de Bristol, a déclaré qu’elle était indignée. « Je veux que mon argent soit remboursé », a-t-elle tweeté. « Je suis indignée. Ce message est tellement lourd de sens. »
    Tristan Cork
    #dette #esclavage #dette_éternelle #angleterre #impôts #gilt-edged_securities #économie #banque #travail #histoire #esclavage_moderne #exploitation #capitalisme #colonialisme #néo-esclavage

    • Le « mégafichier biométrique » de l’Union européenne a trouvé ses architectes
      https://www.lefigaro.fr/secteur/high-tech/le-megafichier-biometrique-de-l-union-europeenne-a-trouve-ses-architectes-2

      Les deux sociétés françaises Idemia et Sopra Steria ont été retenues pour ce projet qui réunira au sein d’un même système des données sur quelque 400 millions de personnes.

      En avril 2019, le Parlement européen avait donné son feu vert à la création d’une base de données qui regrouperait outre des informations, des empreintes digitales et des photos de millions de citoyens - européens et non-européens - qui franchissent les frontières de l’espace Schengen. Une sorte de « méga » fichier biométrique européen, dont l’objectif est d’améliorer « l’échange de données entre les systèmes d’information de l’UE pour gérer les frontières, la sécurité et les migrations », selon le site de l’institution. Il s’appliquera aux personnes qui ont besoin d’un visa de court séjour et aux ressortissants de pays tiers exemptés de l’obligation de visa, et remplacera l’obligation d’apposer un cachet sur le passeport des ressortissants de pays tiers.

      Baptisé Common Identity Repository (CIR), cette métabase permettrait d’interroger en une fois plusieurs bases de données : le système d’information Schengen, Eurodac (le registre européen des empreintes digitales des demandeurs d’asile), le système d’information sur les visas (VIS), le futur système européen de casiers judiciaires pour les ressortissants de pays tiers (ECRIS-TCN), et le système européen d’information et d’autorisation des voyages (ETIAS). Destiné aux douanes, aux forces de police et aux autorités judiciaires, ce système d’information doit leur permettre de rechercher des personnes par nom, par empreinte digitale ou par photo, et de croiser les informations de ces différentes bases de données sur une personne.

      Un des systèmes biométriques les plus importants
      Pour mener à bien techniquement ce projet qui doit voir le jour en 2022, l’Union européenne a lancé un appel d’offres. Deux sociétés françaises ont été retenues : Idemia et Sopra Steria. L’agence de l’Union européenne pour la gestion opérationnelle des systèmes d’information à grande échelle au sein de l’espace de liberté, de sécurité et de justice (eu-LISA) a choisi ce consortium pour un contrat-cadre de quatre ans, prolongeable. Le contrat prévoit un budget de 302 millions d’euros. « Je suis convaincu que ce consortium apporte la meilleure solution et offre de service pour accompagner eu-LISA dans la réalisation de ses défis et pour fournir le futur système biométrique partagé à haute valeur ajoutée pour ses utilisateurs » indique Laurent Giovachini, le directeur Général Adjoint de Sopra Steria.

      « Ce système de correspondance biométrique partagé (...) deviendra l’un des systèmes biométriques les plus importants au monde lorsqu’il intégrera toutes les bases de données biométriques existantes et futures de l’Union européenne » précise le communiqué. En centralisant des données sur plus de 400 millions de personnes, ce système arrivera derrière les bases dont disposent actuellement la #Chine et l’Inde. Les États-Unis possèdent aussi une base de données similaire avec le département des douanes et de la protection des frontières (CBP) et le Federal Bureau of Investigations. Outre les problématiques d’interopérabilité, les points cruciaux à résoudre seront les questions relatives à la sécurité et à la protection de la vie privée.

      #fichage #ue #union_européenne #flicage #surveillance #biométrie #bigdata #facial #schengen, #Eurodac #VIS #ECRIS-TCN #ETIAS #LISA #Sopra #Steria #empreintes #reconnaissance_faciale #vie_privée

  • [Fade to Pleasure ] #78.2 feat #snooba
    http://www.radiopanik.org/emissions/ftp/-78-2-feat-snooba

    She took me to a place I had never been and always belonged how could I ever leave

    Broadcasted & hosted by Snooba on Panik (Brussels-Be) Grenouille (Marseille) Canal B (Rennes-Fr) C’rock (Vienne-Fr) Diversité FM (Dijon-Fr) Louiz Radio (Belgique-Louvain la neuve) You FM (Mons-Be) Woot (Marseille) Campus FM (Toulouse-FR)

    #musique #mix #hiphop #house #dj #rap #deep #down_tempo #uk #selection #audio #musique,mix,hiphop,house,snooba,dj,rap,deep,down_tempo,uk,selection,audio
    http://www.radiopanik.org/media/sounds/ftp/-78-2-feat-snooba_09229__1.mp3

  • 40 ans de réformes de l’assurance-chômage : la réduction des droits touche d’abord les plus précaires, entretien avec Mathieu Grégoire réalisé par Catherine Petillon
    https://www.franceculture.fr/economie/40-ans-de-reformes-de-lassurance-chomage-la-reduction-des-droits-touch

    Depuis quarante ans, le chômage s’est beaucoup transformé : il a augmenté mais s’est aussi modifié, avec la montée en puissance de l’emploi atypique et la multiplication des contrats courts. Qu’en est-il de la couverture du chômage ?
    [...]
    Qu’avez-vous observé sur cette période de 40 ans de réformes de l’assurance-chômage ?

    L’objet de cette étude était de s’intéresser aux droits des chômeurs à l’assurance-chômage et à l’indemnisation sur une longue période, afin de comprendre comment ont évolué ces droits, en particulier pour les salariés à l’emploi discontinu — comme les intérimaires, les intermittents, les travailleurs de l’hôtellerie ou de la restauration, les personnes en contrats courts. En somme, tous ceux qui alternent de l’emploi et du chômage, que ce soit à des rythmes très saccadés ou plus lents.

    Ces profils nous intéressaient plus particulièrement car ils ont été mis en avant lors des réformes de 2009 et 2014. Et ce sont leurs droits qui ont été remis en cause en 2017, puis très profondément avec la réforme de 2019.
    Grâce à un simulateur de droits nous avons pu comparer pour différents cas-types les effets de chaque réforme.

    Quels sont les principaux enseignements ?

    Le temps long montre des évolutions assez profondes dont les négociateurs n’ont pas forcément conscience quand ils travaillent, réforme après réforme, à modifier les droits. Or c’est intéressant, en particulier pour la dernière réforme, car cela contredit l’affirmation récurrente selon laquelle les règles de 2019 consisteraient simplement à revenir sur des droits plus généreux, accordés après la crise de 2008. Et qu’il ne s’agirait en somme que d’un retour à la normale.

    Or ce qu’on montre, c’est qu’en 40 ans, pour les salariés en emploi discontinu, jamais l’indemnisation n’a été aussi basse que celle qui est prévue dans le décret de 2019.

    Les conditions sont toujours plus restrictives ?

    On constate une inversion complète de la hiérarchie de l’indemnisation au cours de la période. En 1979, l’assurance-chômage fonctionne vraiment comme une assurance : les personnes les plus exposées au chômage sont les plus indemnisées. Mais à la fin des années 2000, pour les plus précaires, c’est une autre logique qui l’emporte : les chômeurs sont d’autant plus indemnisés qu’ils sont en emploi. Selon une logique cette fois de compte-épargne ; à chaque fois qu’ils travaillent, ils gagnent des droits supplémentaires.
    Concrètement, cela se traduit par une course-poursuite durant laquelle ils travaillent, acquièrent des droits, deviennent éligibles à l’assurance chômage, puis épuisent leurs droits, en gagnent de nouveaux et ainsi de suite. Ils remplissent leurs comptes et le consomment successivement.

    Autrement dit, l’indemnisation du chômage s’est beaucoup transformée pour inciter les salariés les plus précaires à l’emploi, davantage que pour leur assurer un revenu de remplacement pendant les périodes de chômage.
    Avec l’idée qu’il vaut mieux un mauvais emploi que pas du tout. Et les dispositifs comme l’activité réduite sont d’ailleurs une manière d’inciter à accepter des emplois dans des conditions dégradées.

    Pour ce type de travailleurs, c’est une évolution continue dans le temps ?

    L’un des résultats qui nous a surpris, c’est la stabilité totale et absolue sur quarante ans des droits des “salariés stables” — c’est-à-dire le cas d’une personne en emploi pendant une longue période, qui se retrouverait au chômage pendant 15 mois et puis retrouverait un emploi. Cette situation là donne lieu à des variations infimes. Et ça, je ne pense pas que les négociateurs en aient une conscience entière quand ils négocient à chaque réforme, les conditions d’indemnisation de l’assurance-chômage. Cela montre une forme d’impensé de la négociation, à savoir que cette figure du salariat, on n’y touche pas. Ce sont les travailleurs plus à la marge qui vont connaître des variations régulières et très importantes de leur indemnisation.

    C’est plus vrai encore depuis la réforme de 2019 ?

    Pour les salariés stables, encore une fois, cela ne change rien à ce qui existe depuis depuis 1979, à quelques exceptions près comme des mesures de dégressivité pour les hauts revenus. En revanche, pour les salariés en emploi discontinu, c’est une révolution. Cela constitue un effondrement historique de leurs droits. Notamment parce que le calcul du salaire journalier de référence prend en compte non plus simplement le salaire, mais aussi la performance d’emploi. Par exemple, un travailleur payé au Smic mais au chômage la moitié du temps considéré verra son salaire journalier divisé par deux. Cela a des effets extrêmement forts sur les droits des salariés en emploi discontinu et cela introduit encore plus l’idée de compte épargne.

    Vous avez conçu un simulateur d’indemnisation qui permet de mesurer les effets des réformes pour chaque cas type pour une période de 60 mois. Pourquoi choisir une durée si longue ?

    Les personnes en intermittence d’emploi ne sont pas souvent éligibles au chômage de façon claire. lls le deviennent au bout d’un certain temps, puis consomment leurs droits ; comme ils travaillent, ils finissent par redevenir éligibles, et ainsi de suite. Ils sont dans une intermittence de l’emploi, mais aussi de l’indemnisation. Or ne regarder qu’une seule période de droit, c’est ne pas considérer les périodes durant lesquelles les personnes ne sont pas indemnisées, ni celles durant lesquelles elles le sont à nouveau.. C’est pourquoi nous avons considéré systématiquement les parcours sur 60 mois.

    Un autre intérêt de la simulation est de mesurer la diversité des profils. Car quand on parle des salariés à l’emploi discontinu, il est essentiel de bien distinguer ceux qui ont eu un emploi stable auparavant, et ressemblent plus à des chômeurs “standard” ; et ceux qui entrent sur le marché du travail ou alors vivent en permanence dans l’intermittence de l’emploi. Ces deux cas sont désignés de la même façon, comme des précaires. En réalité, leur traitement par l’assurance-chômage est radicalement différent.

    Vous insistez aussi sur ce qu’on appelle le taux de couverture. Pourquoi est-ce important, et quel usage politique est fait de cette indicateur ?

    Le taux de couverture est simplement la part des chômeurs qui perçoivent une indemnisation. Ce taux de couverture, il a fallu qu’on le reconstitue parce que les données n’étaient pas disponibles, contrairement à ce qu’on pourrait imaginer. Et on a constaté que la part des salariés indemnisés chute de façon très importante à partir de 2003, pour arriver en 2018 à la part des chômeurs indemnisés, la plus basse de toute l’Histoire depuis 1985.
    Et pourtant, la surprise c’est qu’à partir de 2016 les publications officielles se sont intéressées à un nouvel indicateur, le seul publié depuis : la part des chômeurs non pas indemnisés, mais indemnisables. C’est le cas quand on est inscrit à Pôle emploi.
    Or cet indicateur pose un certain nombre de questions puisqu’il prend en considération des gens qui ne sont pas forcément indemnisés et même sont parfois en emploi.
    Par exemple, quelqu’un qui a travaillé à temps plein durant le mois considéré mais reste inscrit à Pôle emploi, ce qui est de plus en plus courant, sera considéré comme couvert par l’assurance-chômage, dont on se félicitera alors des performances positives.

    Même si les deux indicateurs sont intéressants, cela pose un gros problème si le nouveau taux de couverture officiel occulte d’une certaine manière à la réalité, quand même beaucoup plus crue, qui est que l’indemnisation du chômage n’a jamais concerné une proportion aussi faible de chômeurs qu’à la fin des années 2010. On peut aussi penser, et c’est l’un des résultats de la simulation, que la réforme de 2019 baissera encore le nombre d’indemnisations.

    Quelle évolution des droits à l’assurance chômage ? (1979-2020) - Mathieu GREGOIRE, Claire VIVES, Jérôme DEYRIS - IRES
    http://www.ires.fr/index.php/etudes-recherches-ouvrages/etudes-des-organisations-syndicales/item/6177-quelle-evolution-des-droits-a-l-assurance-chomage-1979-2020
    https://seenthis.net/messages/858232
    #toctoc
    #Mathieu_Grégoire #Chômage #chômeurs #précaires #salariat #travailleurs_précaires #allocation_chômage #taux_de_couverture #non_indemnisation #droits_des_chômeurs #assurance_chômage #Unedic #droit_au_chômage #précarisation #activité_réduite #intermittents_de_l'emploi #emploi_intermittent #emploi_discontinu #chômeurs_en_activité_à_temps_réduit #revenu #économie #emploi #histoire_sociale

  • Mensonge et démocratie
    https://laviedesidees.fr/Mensonge-et-democratie.html

    À propos de : Sophia Rosenfeld, Democracy and Truth : A Short History, University of Pennsylvania Press. “Fake news” : l’expression est récente, mais le problème remonte à la naissance de la #démocratie. Sophia Rosenfeld explore les racines de la question de la vérité en politique.

    #Histoire #vérité #théorie_politique #Books_and_ideas_originals #post-vérité #technocracy #raison
    https://laviedesidees.fr/IMG/docx/20200608_maza_fakenews.docx
    https://laviedesidees.fr/IMG/pdf/20200608_maza_fakenews.pdf

  • L’épidémie au-delà des microbes : le retour en grâce des sciences sociales
    https://www.franceculture.fr/societe/lepidemie-au-dela-des-microbes-le-retour-en-grace-des-sciences-sociale

    En matière de Covid-19 ce sont quatre “axes” qui ont été fléchés conjointement par l’OMS, l’Inserm et le ministère de la recherche, dans le cadre de l’appel à projet “Flash ANR Covid-19” avec dix-sept jours pour les équipes de recherche pour postuler en ficelant un dossier. Le 23 mars, 270 projets avaient été déposés en un temps record ; 86 ont été sélectionnés, plus une liste complémentaire de quarante autres qui devraient être financés un peu plus tard. La liste des projets sélectionnés est accessible par ici.

    #sciences_sociales #sociologie #recherche #histoire #Covid

  • hiljade.kamera.rs
    https://hiljade.kamera.rs/en-index.html

    THE PROBLEM Face and object recognition technology in public spaces is based on the assumption that we are all potential criminals. We are therefore recorded when moving around and meeting, our actions are analysed, and our behaviour is predicted. The total loss of anonymity represents a certain loss of our freedom – the awareness that we are under constant surveillance drastically changes our decisions. Smart surveillance cameras have been installed in the streets of Belgrade without (...)

    #Huawei #algorithme #CCTV #biométrie #consentement #facial #reconnaissance #vidéo-surveillance #surveillance (...)

    ##hiljade.kamera.rs_

  • #Résistance, mais où sont passés les jours heureux ?

    Les jours heureux, du nom du programme du #Conseil_national_de_la_Résistance. Qui étaient les résistants ? Comment se sont-ils unis malgré leur désaccords ? Nous évoquerons l’esprit de résistance avec un grand témoin, #Annette_Beaumanoir, ainsi que la figure d’#Ambroise_Croizat, père de la #Sécurité_sociale. Quand un monde nouveau est à reconstruire, c’est toute cette semaine dans Le Cours de l’histoire.

    Épisode 1 : 1940-1943 : unir la lutte
    Comment unir ce qui est désuni ? Qui étaient ces résistants français devenus la Résistance française en 1943, en parvenant à unifier au sein du Conseil national de la Résistance les différents mouvements résistants, en dépit de leurs profondes divergences politiques ?

    Épisode 2 : Grand témoin : Annette Beaumanoir
    A travers le portrait d’une femme engagée au destin hors norme, résistante de 17 ans, en Bretagne, à Paris et à Lyon, dans les réseaux de #Jean_Moulin, c’est l’esprit de la résistance qui se dessine. Ce matin, dans Le Cour de l’histoire, la Résistance arbore un visage, celui d’Annette Beaumanoir.

    Épisode 3 : « Les jours heureux », le programme du Conseil National de la Résistance
    Comment le programme du #CNR, symbolisant la démarche transpartisane de la résistance, a-t-il façonné les réformes économiques et sociales mises en place après la Libération ?

    Épisode 4 : Sécurité sociale, la croisade d’Ambroise Croizat
    Ce matin dans #Le_Cours_de_l'histoire, nous nous intéressons à l’histoire de la Sécurité Sociale, à ceux qui l’ont construite et l’ont faite perdurer. Car aujourd’hui encore, nous bénéficions de cette mesure phare du programme du Conseil National de la Résistance.

    https://www.franceculture.fr/emissions/le-cours-de-lhistoire/resistance-mais-ou-sont-passes-les-jours-heureux

    En lien avec la création récente du #Conseil_National_de_la_Nouvelle_Résistance
    https://reporterre.net/Naissance-du-Conseil-national-de-la-Nouvelle-Resistance

    #CNNR #france_culture #podcast #histoire #Xavier_Mauduit

  • [Collagène/Gêne Locale] COLLAGÈNE #12
    http://www.radiopanik.org/emissions/collagene-gene-locale/collagene-13

    Pour ce Collagène du 5 juin 2020, hommage rendu au sampling issu du rap noir américain, pionnier, précurseur, inventeur clé pour toutes les pratiques de collage sonore qui ont pu suivre.

    Focus particulier sur les morceaux dénonçant les meurtres de noir-e-s par la Police, les contrôles au faciès, la « war on drugs » et la création de la « nouvelle plantation » (l’esclavage dans les prisons américaines peuplées en très grande majorité par des noir-e-s) qu’elle a permise, le racisme systémique et ses lourdes conséquences sur la vie des noir-e-s.

    Tracklist : Ruby Ibarra - Bow/Hate Luke White - Tired (instru) XXX Tentacion - Riot Dead Prez - Police State Sampa The Great - Final Form East Flatbush Project - Tried by 12 Kendrick Lamar - XXX Syreeta - Black Maybe Jay-Z - The Story of O.J Tyler The Creator - A (...)

    #hip_hop #sample #rap_américain #hip_hop,sample,rap_américain
    http://www.radiopanik.org/media/sounds/collagene-gene-locale/collagene-13_09204__1.mp3

  • En France, dès 1945, un système de retraite non libéral et non étatique se met en place : universalité, cotisations sociales patronales et salariales, gestion paritaire, régimes spéciaux…#retraites #histoire #social

    https://sms.hypotheses.org/25032

    En 1945, la reconstruction de la France et celle du système d’assurance sociale des salariés, se fait sur de nouveaux principes. Ceux mis en œuvre avant-guerre (les retraites par capitalisation notamment) ont été disqualifiés par la crise économique et financière, puis par la guerre et l’Occupation. La France de 1945 apparaît donc comme un pays ravagé par la guerre. Sa production industrielle est inférieure d’un tiers à celle d’avant-guerre, sa production agricole est réduite de moitié, son système hospitalier est d’une grande vétusté.

    Le film documentaire « Au lendemain de 1945, de la construction de la sécurité sociale à la retraite à 60 ans » montre comment la France est parvenue, en dépit de cela, à construire un système unifié, qui deviendra progressivement universel au cours des 25 années suivantes. Inscrite dans le programme du Conseil national de la Résistance (CNR), la Sécurité sociale participe de la refondation de la République à la Libération. Ce film est la suite du documentaire présenté par Mondes Sociaux le 6 avril 2020 sous le titre " Une histoire des retraites (jusqu’en 1944 ") (...)

  • La #guerre sans règles
    https://laviedesidees.fr/La-guerre-sans-regles.html

    À propos de : Élie Tenenbaum, Partisans et centurions. Une #Histoire de la guerre irrégulière au XXe siècle, Perrin. Si elle est sans règles, la guerre irrégulière n’est pas sans techniques. Les stratèges occidentaux se sont inspirés tout au long du XXe siècle des expérimentations asiatiques pour faire face aux mouvements insurrectionnels – au risque de corrompre les armées régulières.

    #violence #révolte
    https://laviedesidees.fr/IMG/docx/20200604_guerreirreguliere.docx
    https://laviedesidees.fr/IMG/pdf/20200604_guerreirreguliere.pdf

  • Morts par la France - les arènes
    http://www.arenes.fr/livre/morts-par-la-france

    LʼHistoire est une compagne de voyage intransigeante et parfois impitoyable… Elle vous fait prendre des chemins escarpés, des sentiers semés de pièges, dʼembûches et de déceptions. Celle que je mʼapprête à vous raconter a été trop longtemps dissimulée. Enfouie sous des tonnes de mensonges, sous des tombereaux dʼhypocrisie. Mais la vérité est comme la vie, elle trouve toujours un chemin. »

    Le 1er décembre 1944, à #Thiaroye, au #Sénégal, lʼarmée coloniale française ouvre le feu et assassine des centaines de soldats « indigènes », anciens prisonniers de guerre. Depuis, lʼÉtat français ment sur cet épisode tragique en niant ce meurtre de masse. Armelle Mabon, historienne, se bat depuis vingt ans pour rétablir la vérité.

    Morts par la France rend hommage à ces soldats oubliés et tente de réhabiliter leur honneur bafoué.

    #bd