#hidalgo

  • La navigatrice et sauveteuse en mer Pia Klemp refuse la médaille de la ville de Paris !!! – Blog YY
    http://blogyy.net/2019/08/20/la-navigatrice-et-sauveteuse-en-mer-pia-klemp-refuse-la-medaille-de-la-ville

    « Paris, je t’aime. Je t’aime pour tous les gens libres et solidaires qui vivent en ton sein. Des gens qui se battent pour la liberté chaque jour, debout, bras dessus bras dessous, distribuant des couvertures, de l’amitié et de la solidarité. Je t’aime pour ceux qui partagent leur logement, leur amour et leurs luttes chaque jour, sans se soucier de la nationalité des personnes ni de savoir si elles ont des papiers ou pas.

    Madame Hidalgo, vous voulez me décorer pour mon action solidaire en mer Méditerranée, parce que nos équipages « travaillent quotidiennement à sauver des migrants dans des conditions difficiles ». Simultanément votre police vole les couvertures de gens contraintes de vivre dans la rue, pendant que vous réprimez des manifestations et criminalisez des personnes qui défendent les droits des migrants et des demandeurs d’asile. Vous voulez me donner une médaille pour des actions que vous combattez à l’intérieur de vos propres remparts. Je suis sûre que vous ne serez pas surprise de me voir refuser votre médaille Grand Vermeil.

    Paris, je ne suis pas une humanitaire. Je ne suis pas là pour « aider ». Je suis solidaire à tes côtés. Nous n’avons pas besoin de médailles. Nous n’avons pas besoin de pouvoirs décidant qui est un « héro » et qui est « illégal ». En fait, il n’y a pas lieu de faire cela, car nous sommes tous égaux.

    Ce dont nous avons besoin, c’est de liberté et de droits. Il est temps de dénoncer les honneurs hypocrites et de combler le vide par la justice sociale. Il est temps que toutes les médailles soient lancées comme des fers de lance de la révolution !

    Papiers et logements pour toutes et tous !
    Liberté de circulation et d’installation ! »

    Pia KLEMP, 20 août 2019

    #merci

  • En revenant de la manifestation contre l’inauguration de la place de Jérusalem en présence du Maire de Jérusalem, Moshe Leon, qui en chasse violemment les Palestiniens ... , je croise des Israéliens qui provoquent en brandissant leur drapeau.

    https://twitter.com/Mariableuee/status/1145374741878005766?s=20

    https://twitter.com/Mariableuee/status/1145374853597413376?s=20

    La police a déclaré aux manifestants, qu’elle leurs faisait une protection jusqu’au Métro Villiers, pour les protéger de ces Israéliens agressif (le Bétar d’après certains manifestants).

    Quand j’ai voulu partir dans l’autre sens, un policier a cherché à me dissuader :
    « S’ils ont repéré que vous étiez parmi les manifestants (hostiles à un Jérusalem ethniquement épuré), ils peuvent vous agresser et on ne pourra pas vous protéger. »

    Ce policier m’a ainsi benoitement avoué qu’Israël tient le 17ème arrondissement de Paris et pas notre police.

    #Police #Israel #Paris #Hidalgo #Consistoire #Joel-Mergui #Judaisme #Jerusalem #Betar #Moshe-Leon

  • L’enfer des trottinettes 28 Avril 2019 - Librairie Tropiques
    http://www.librairie-tropiques.fr/2019/04/l-enfer-des-trottinettes.html

    https://www.youtube.com/watch?time_continue=1&v=orVdBkNiwhA

    ---------- Forwarded message ---------
    De : LIB TROPIQUES 

    Date : dim. 28 avr. 2019 

    Objet : Mme La Maire, faites cesser ce chaos sur la voie publique !
à : Anne Hidalgo <anne.hidalgo@paris.fr>

    Madame La Maire.
    Il est plus que temps de sévir... contre ces engins, leurs loueurs indélicats et autres aigrefins mondialisés (et défiscalisés) , leurs utilisateurs parasitaires et inconscients, et les innombrables dommages et incivilités qu’ils occasionnent à la population !

    Merci donc de faire diligence sans plus de délai et de libérer l’espace et la voie publique de ces engins de malheur qui l’occupent de manière parfaitement insupportable et délictueuse, provoquant l’exaspération croissante de vos administrés !
     
    _ Le Libraire de quartier
    Pour les commerçants, les riverains et les habitants du quartier Pernety

    _

    #trottinettes #nuisances #mairie_de_paris #chaos_urbain provoqué #anne_hidalgo #hidalgo #ville_de_paris

  • Que signifie l’incendie de Notre-Dame ? Dominique Muselet - 16 avril 2019 - Comité Valmy
    http://www.comite-valmy.org/spip.php?article11120
    https://www.levilainpetitcanard.be/que-signifie-lincendie-de-notre-dame

    Notre-Dame, « toute l’histoire de Paris » comme dit la bobo #Hidalgo, toute contente d’être au centre d’une catastrophe dont elle ne se croit pas responsable (bien qu’elle le soit), a résisté à plus de 800 ans d’attaques de toutes sortes, mais le #néo-capitalisme l’a eue… avec ses chantiers au rabais, mal sécurisés, ses #sous-traitants, ses #ouvriers sous-payés et sous-qualifiés, ses travailleurs clandestins et ses #travailleurs_détachés. Les politiciens pyromanes, tenants de l’exploitation de la misère humaine pour le #profit_maximum de leurs amis ou protecteurs oligarques, feignent de se désoler devant le désastre…

    Au Moyen-Age on construisait des merveilles par foi et grandeur d’esprit, au 21ième siècle on les détruit par #avidité.
    Pour quelqu’un qui croit aux signes, cet incendie en dit long. En plus d’être provoqué par l’hubris et l’avidité, péchés capitaux, il se produit pendant la semaine sainte, entre Rameaux et Vendredi saint. Au moment même où Jésus se prépare à son #calvaire. Jésus, crucifié pour avoir dit la vérité, pour avoir dénoncé la #rapacité, l’#hypocrisie, la #violence et les #crimes des puissants de son temps. Tiens, comme #Assange, comme les #gilets_jaunes ! 

    Et ce que le feu n’a pas réussi à détruire, ce qui reste de Notre-Dame, ce qui est encore debout est à l’image de la #France actuelle, une carcasse que les ogres capitalistes n’ont pas réussi à abattre (les bases de notre système social) mais plus rien dedans… Tout est saccagé, pillé, volé, brûlé, détruit par la folie d’hubris, de cupidité et de violence du capitalisme. On construit des drones pour aller tuer des gens qui ne nous ont rien fait dans des pays lointains pour y voler le pétrole que nos #oligarques s’arrachent (le dernier en date étant le #Yémen où on affame et assassine sans vergogne les enfants), on est sûr que le progrès (l’#IA et Cie) va résoudre tous nos problèmes et même vaincre la mort, mais on n’est même pas capable d’entretenir notre plus grand trésor national ni d’y sécuriser un chantier. Il est vrai que Notre-Dame n’est pas vendable… D’ailleurs toutes nos églises sont laissées à l’abandon. Notre-Dame, malgré les apparences, ne faisait pas exception.

    Sans honte, #Macron parle de reconstruire Notre-Dame, symbole de la France, alors qu’il met toute son énergie à la détruire, la France. Le feu du ciel a obligé Macron à repousser son énième « discours historique » pour ne rien dire, car comment pourrait-il dire que la mission que ses amis oligarques lui ont confiée est de sacrifier la France sur l’autel de leurs intérêts. Macron ferait bien de se méfier, car quand le ciel s’en mêle, cela dépasse tous les humains, même notre petit Napoléon national si fier de lui-même, et ses sbires…

    Les médias de cour titrent : « Notre-Dame ravagée mais sauvée »
    Les tours ont résisté au feu et ne se sont pas écroulées. C’est un miracle, selon les médias qui s’y connaissent en miracles, on peut donc y voir un bon présage : peut-être que ce système mortifère qui détruit les humains et la planète pour le profit des quelques-uns qui entassent leur ou plutôt notre or dans des #paradis_fiscaux, ce système dont le Dieu est l’argent1 et la bible le profit et l’exploitation, va enfin s’effondrer et que les peuples de France et du monde qui se tordent et se consument actuellement dans ses flammes dévastatrices (les chrétiens diraient sataniques) seront bientôt libérés.

    Oui, puisque Dieu, Manitou, Celui qui tient tout ensemble, le Grand Esprit, Allah, la puissance supérieure, Le Grand Tout, l’esprit de vie, l’Eternel, l’Amour, a eu l’outrecuidance de se rappeler hier soir au bon souvenir de nos « #élites », en bousculant l’agenda de notre tout-puissant président, profitons-en pour le prier de nous délivrer du #néo-libéralisme, afin que nous puissions enfin dire : « Les pays et peuples du monde sont ravagés, mais sauvés ».

    1  : On assiste en ce moment au spectacle révoltant des milliardaires français qui essaient de redorer leur blason en faisant assaut de dons de millions d’Euros pour la reconstruction de la cathédrale, et des commentateurs médiatiques qui comptabilisent avec autant de ferveur que de gourmandise les sommes promises. Ces sommes, qui seront en grande partie défiscalisés, ne sont qu’une goutte d’eau dans l’océan du pognon de dingue que ces grands prédateurs nous ont piqué. Notons que seules les pierres ont droit à leur « générosité ». Les humains, non. Les travailleurs qu’ils exploitent ne veulent d’ailleurs pas de leur charité, ce qu’ils veulent c’est bénéficier des richesses qu’ils produisent au lieu que leur travail serve à enrichir le capital.

  • (G)Rève Générale Badia Benjelloun - 29 Janvier 2019 - Librairie Tropiques
    http://www.librairie-tropiques.fr/2019/01/g-reve-generale.html

    L’internationale de la Répression.
    Après les trois semaines d’émeutes en octobre et novembre 2005 qui avaient concerné pas moins de 300 communes en France, les pays européens ont pris au sérieux la menace insurrectionnelle urbaine. Le bilan après la mort des deux jeunes adolescents pris en chasse par la police et piégés dans un site EDF, 6000 interpellations et 1300 personnes écrouées, a été lourd. Les violences ont décliné puis cessé après que le gouvernement ait décrété l’état d’urgence. Nicolas Sarkozy, alors Ministre de l’Intérieur, avait fait appel aux conseils techniques du régime de Tel Aviv http://www.europalestine.com/spip.php?article1929 . Le Ministre de la Sécurité publique et un Haut Commissaire ont été mandés pour passer 4 jours en France et livrer leur expérience accumulée lors de la répression sanglante de l’#Intifada de l’an 2000.

    L’ordre néolibéral devait être défendu de l’émergence probable d’une révolte populaire.

    Le #Danemark a offert en mars 2007 aux corps répressifs de quelques pays un terrain d’expérimentation de techniques de contrôle d’une #insurrection au centre d’une ville. Une maison de quatre étages, mise à la disposition par la mairie depuis 25 ans à des jeunes de la culture underground et finalement vendue à une église évangéliste fondamentaliste devait être évacuée au profit de ses nouveaux acquéreurs. Tout un dispositif que ne nécessitait pas la situation, à peine une quarantaine de jeunes gens de moins de vingt ans dormaient là, a été mis en place pour faire éclater une émeute. L’expulsion des occupants d’Ungdomshuset https://fr.wikipedia.org/wiki/Ungdomshuset dans le quartier de Noerrebro allait être réalisée par une unité d’élite de la police de très bonne heure un matin. Déposée par un hélicoptère sur le toit, elle a été appuyée par des canons à eau au sol et des grues qui ont transporté jusqu’aux étages des policiers anti-émeutes, surprenant les résidents dans leur sommeil.

    Il s’en est suivi des batailles de rues vite étendues à d’autres quartiers de la ville. Incendies de voitures, jets de cocktail Molotov et de pavés, barricades ont été la réponse d’une jeunesse qui a été délibérément provoquée. La ‘guerre des rues’ a duré quelques jours et a donné lieu à des milliers d’arrestations. Le porte-parole de la police danoise avait d’abord nié la présence d’unités actives venant d’autres pays d’Europe. Il a fini par reconnaître que des policiers étrangers pouvaient avoir été présent en ‘qualité d’observateurs’. Les législatives de 2001 avaient mis au pouvoir une coalition du parti libéral d’Anders Fogh Rasmussen et du Parti populaire conservateur, soutenue par le Parti du Peuple danois ouvertement raciste et xénophobe. Le système politique a alors adopté une politique chauvine visant autant la gauche que les musulmans fort peu présents dans ce pays qui réglemente très strictement l’immigration.

    Les attentats du 11 septembre 2001 ont permis de faire muter le problème de l’inégalité économique entre nations en une question de lutte contre le terrorisme. Ils ont aussi autorisé ici et là une transformation des luttes sociales en luttes raciales dissolvant le caractère économique de la régression des acquis des travailleurs, principe subrepticement inclus dans le Traité de Maastricht puis le Traité constitutionnel européen. Les partis de gauche, comme les directions syndicales, absorbés par le système et préoccupés uniquement à mettre en avant des revendications sociétales t se sont absentés du terrain social . Ils ont même été souvent à l’œuvre pour promouvoir la flexibilité, c’est-à-dire la précarité, et l’aide à l’emploi autrement dit les privilèges fiscaux accordés aux grosses entreprises ainsi que la suppression de la part patronale du salaire social différé, retraite, assurance maladie et chômage. Ces entités, devenues accessoires potiches puis inutiles, ont fini par disparaître fonctionnellement et ontologiquement.

    Dissuasion inefficace
    Puis vint cette vague jaune inattendue, acéphale, vivante de ses mille molécules toutes agrégées autour du refus de la mise en esclavage salarial à vie au profit de quelques privilégiés et nantis. Semaine après semaine, elle revient, plus puissante. Elle surmonte allégrement les digues qu’on lui oppose. Chaque nouveau blessé, chaque arrestation arbitraire la renforce.
     
    Le #discrédit
    Elle est réfractaire à toute division et se montre inclassable dans les catégories classiquement réprouvées par la moraline du plasma idéologique ambiant. Ni raciste, ni d’extrême-droite, ni d’extrême gauche, ni antisémite ni homophobe. Rien de tout cela.

    La #mutilation
    La violence policière sciemment organisée ne l’affaiblit pas. Chaque nouveau blessé, chaque arrestation arbitraire la renforce.

    Un temps, au début, on pouvait l’attribuer à l’inexpérience d’unités non ou insuffisamment entraînées à la guérilla urbaine et au contrôle des manifestations. La #sidération produite par la crise financière mondialisée de 2008 aidée d’une réticence à l’offre politique a pu faire croire en effet à la disparition définitive de toute forme de rébellion. L’austérité élevée au rang de religion d’Etat, alpha et oméga de toute orientation budgétaire, avait mené à une restriction du personnel répressif qualitativement et quantitativement. Mais il a fallu admettre que les assauts répétés dans plusieurs villes, à l’occasion de nombreuses manifestations sans violence de la part de ses participants ne sont pas le fruit d’erreurs d’appréciation des forces policières et apparentées. Les têtes et les yeux sont visés délibérément et très adroitement atteints par les lanceurs de balles ‘de défense’. Le #gazage systématique de foules rassemblées et soigneusement encerclées dans des places n’est pas non plus fortuit. Il est accompagné de lancers de grenades de désencerclement https://www.liberation.fr/france/2018/09/04/grenades-de-desencerclement-la-police-a-du-mal-a-compter_1676444 et d’usage de canons à eau alors que nul danger n’est couru par les forces répressives.
    Une atmosphère de guerre asymétrique est présente à chaque fin de manifestation.

    Asphyxié, aveuglé par des #gaz chlorés lacrymogènes, chacun tente de fuir l’agression sans trouver d’issue de sortie. Les ordres de la préfecture sont exécutés, il ne s’agit donc pas de disperser mais de punir https://francais.rt.com/france/58538-gilet-jaune-blesse-jerome-rodrigues-exclusivite-rt-france-importa . Pas de quartier, sus aux revendicateurs !

    Le contre-feu
    La contremanifestation organisée le dimanche 27 janvier n’a rassemblé que quelques centaines de personnes. Macron n’est décidément pas un De Gaulle, Riester n’est pas non plus un Malraux et il manquait 990 000 foulards rouges pour atteindre le million de supporter à l’équipe Macron. Cet échec patent souligne si besoin était l’illégitimité du pouvoir en place totalement déconnecté de la réalité concrète vécue par les millions de Français poussés en dehors de chez eux vers des ronds points, des carrefours et des centre ville.

    La division
    Ils ne se sont pas désignés de chef et récusent toute instrumentalisation de la part de l’ennemi politique. Ils jouent spontanément la partition de la solidarité. La liste pour les européennes contestée pour usurpation https://francais.rt.com/france/58549-flop-directeur-campagne-liste-gilets-jaunes-annonce-retrait-une-s du titre gilets jaunes semble vivre des jours difficiles avec le retrait momentané de son directeur de campagne https://francais.rt.com/france/58549-flop-directeur-campagne-liste-gilets-jaunes-annonce-retrait-une-s .

    La distraction
    Le Grand Débat https://www.gouvernement.fr/grand-debat-national-4-themes-retenus-pour-animer-la-concertation national devait mettre un terme au mouvement des GJ. Il est apparu rapidement comme une manœuvre des communicants élyséens destinée à rendre illégitime et sans objet la colère populaire. L’exécutif consent à donner des leçons à des collèges de maires soigneusement sélectionnés et évite de prendre en compte les doléances émanant des citoyens. La concertation de deux mois sur quatre thèmes étroitement balisés s’effectuera sous contrôle par une autorité administrative sans aucune indépendance. Il est aussi le premier moment du lancement de la campagne des élections pour le Parlement européen qui se tiendront en mai 2019, scrutin de plus en plus boudé par les citoyens européens avec des taux d’abstention de plus de 50%.

    L’interdiction
    Maniant une séduction qui n’opère plus et le bâton, le régime de cette 5ème République finissante se propose de faire voter une loi anticasseurs qui, si elle venait à être adoptée, reviendrait à une véritable abrogation du droit constitutionnel à manifester, rejoignant en cela les mesures adoptées par le maréchal al Sissi qui avait interdit manifestations et grèves dès son arrivée au pouvoir. Le texte est jugé liberticide y compris par des députés de la majorité http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2019/01/22/01016-20190122ARTFIG00296-loi-anticasseurs-castaner-tente-de-rassurer-les-d ‘En Marche’.

    Naissance de la cis-Rhénanie et disparition de l’Etat français.
    Pendant ce temps-là, Macron continue ce qu’il sait faire de mieux et pour quoi il a été porté au pouvoir, brader des biens nationaux et dépecer la nation. La fusion Alstom-Siemens va donner lieu en réalité à une absorption du groupe du rail par l’entreprise allemande qui sera majoritaire à 50,5%. Il s’agit bien du rachat de l’activité ferroviaire https://www.lerevenu.com/bourse/alstom-siemens-un-projet-prometteur-mais-desequilibre #Alstom par #Siemens et le terme de fusion n’est qu’une formule promotionnelle destinée à calmer les 67 000 emplois français qui risquent bien d’être translatés en Allemagne et transformés en emplois précaires pour Polonais, Ukrainiens ou immigrés récents syriens.

    Macron s’apprête également à céder au secteur privé #ADP, les trois aéroports d’Orly, de Charles de Gaulle et du Bourget. L’Etat sera délesté d’une rentrée financière importante en augmentation constante avec l’accroissement du fret Paris étant une des premières destinations touristiques mondiales. Cette opération comporte de plus le risque de l’augmentation des taxes aéroportuaires et du prix des billets d’avions, constituant un facteur de ralentissement de leur fréquentation. On peut raisonnablement considérer qu’il s’agit d’un choix malheureux pour un pays dont l’ambition est de devenir un pays avec un PIB alimenté essentiellement par les services du tourisme.

    Le #service_public http://www.lemondepolitique.fr/cours/droit_public/service_public/notion.html est une notion de droit public et administratif évolutive et d’une grande plasticité. Quand des organismes ou personnes privées l’assurent, elles doivent se soumettre à un régime juridique de droit public et ne pas rechercher le profit. En déléguant à la société privée #Streeteo https://fps-stationnement.fr/actualite/moovia-controle-le-stationnement-payant-a-bordeaux-1333 filiale d’Indigo la gestion du contrôle des paiements du stationnement payant en voierie de la capitale, la mairie de Paris réintroduit le fermage de l’impôt avec rentabilité de l’activité qui lui est attenante.

    Le même type de prise en charge par le privé a été institué dans de nombreuses villes françaises. Depuis qu’elle a adopté le principe d’une police municipale indépendante de la préfecture de police de Paris, #Hidalgo va avoir recours à des sociétés privées de sécurité pour contrôler l’accès aux arrondissements piétonnisés un dimanche par mois. L’obsession #escro-écologique de la guerre aux voitures conduit à donner à des personnes non assermentées la prérogative de vérification http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2019/01/26/01016-20190126ARTFIG00052-paris-respire-des-agents-non-assermentes-pour-effectuer-des-controles.php#http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2019/01/26/01016-20190126ARTFIG00052-paris-respire-des- des documents d’identité.

    Les suppressions de postes http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2019/01/27/20002-20190127ARTFIG00182-bercy-reduit-massivement-ses-effectifs-partout-en-france.php#http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2019/01/27/20002-20190127ARTFIG00182-bercy-reduit-massivement-ses-effectifs-pa , près de 2130, programmée par le Ministère des finances et de l’économie fait craindre à juste titre l’extension de sociétés privées de fermage et le retour aux méthodes de l’Ancien Régime et une aggravation de la charge fiscale qui pèse sur les plus démunis. Les plus puissants, on le sait, savent tout des techniques de l’optimisation fiscale.

    Il faudrait pouvoir recenser exhaustivement tous les domaines où le public disparaît en faveur du privé sans que l’administration n’ait les moyens de contrôler la conformité de son activité dans des domaines d’intérêt général comme pour le médicament, l’eau et la gestion des déchets.

    Les inégalités se sont creusées tout au long des quatre décennies précédentes, elles prennent des proportions monstrueuses, véritable violence incompatible avec une vie sociale sans heurts. Les parrains de #Macron l’ont compris. L’affrontement devenu inévitable est en cours. Les GJ ont intégré désormais que leurs balades même imprévisibles et désordonnées dans les villes et leur occupation de nœuds de circulation est insuffisante à faire plier un système qui n’hésite pas à mutiler avec des armes de guerre. Ils ont décidé de s’emparer de la grève reconductible http://www.lapenseelibre.org/2019/01/n-164-gilets-jaunes-et-syndicats.html . Les #syndicats n’ont qu’à bien se tenir, elle se fera avec ou sans eux.
     

    #Badia_Benjelloun
    Le 29 janvier 2019.

    • VOUS OSEZ DÉCLARER qu’une place occupée a été privatisée par celles et ceux qui y parlent, échangent, réfléchissent.

      Cette même place que vous et vos semblables avez défigurée, arasée, et transformée en une triste « dalle ». Non sans y avoir créé un café pour « branchés » et cédé la concession à… une entreprise privée.

      Votre arrogance, la certitude que vous affichez de votre impunité forcent le dégoût.

      VOUS OSEZ DÉCLARER que nous dégradons les lieux, quand ce sont vos services de voierie qui démontent, détruisent, déplantent, et mettent au rebut ce qui a été apporté et bâti en commun.

      Vous voyez le monde inversé. Nous le remettons sur ses pieds, vous ne savez que mettre à bas.

      Je me souviens du printemps dernier, lorsque vous avez fait installer un manège rue Pajol, à l’endroit où, la veille, des réfugié(e)s avaient installé un campement d’infortune. Vos flics leur permettaient d’aller pisser deux par deux, accompagnés d’un Français estampillé.

      Aujourd’hui, vous fermez les toilettes publiques autour de la place de la République et vous éteignez les réverbères (voilà un petit boulot qui vous conviendrait mieux !).

      #espace_public #Paris #Place_de_la_République #Anne_Hidalgo

    • RAPPELLE-TOI. c’était hier les rendez-vous à la « bonne bière », tu f’sais partie d’une bande de jeunes fanatiques, #place_de_la_république. Tu kiffais pour l’esprit de gang, la #musique et la danse. T’avais envie de t’la donner à fond dans l’insouciance car la devise de tes copains c’était « l’avenir nous appartient » ! Rappelle-toi c’était hier, t’étais si jeune, t’en étais fier. T’avais des bagues à tête de mort et les yeux d’un serpent qui dort, toujours debout, toujours dehors le sam’di soir jusqu’à l’aurore, t’avais un juke-box dans la tête plein de #rockabilly et de #musique_oi ! Tu t’rappelles surement du refrain « l’avenir nous appartient » Rappelle -toi quand tu marchais sur les toits de la ville t’avais un pied dans la gouttière et l’autre dans le vide, oh combien de fois as-tu failli passer par dessus bord ? Ah combien de fois as-tu risqué de mourir avant l’heure ? T’es encore là pour le dire, « l’avenir nous appartient » ! « l’avenir, l’avenir nous appartient » à vrai dire tu n’en savais rien mais ça t’donnait la foi et la force de marcher sous la lune et de faire face à la menace des fantômes de la nuit car leur devise à eux aussi c’était « l’avenir nous appartient » !
      Arrivé à Marseille en 1939, une valise à la main et l’air déboussolé, t’as dû te sentir seul, exilé, rejeté quand tu t’es retrouvé dans cet hôtel si sale et même que tu as dû la trouver un peu pâle cette si belle inconnue à l’autre bout du bar, oh oui, oh oui tu as dû regretter les nuages et la pluie et les filles du Viet-Nam !
      Pourquoi es-tu parti si loin de ton pays ? Pourquoi es-tu parti si loin de tes amis ? Tu aimais l’indochine et tu aimais la France, tu aimais la musique et tu aimais la danse, le rythme de la nuit à Saint-Germain des Prés et les petits matins dans ton Quartier Latin, et même si tu es mort, je sais qu’tu danses encore toujours dans ma mémoire et toujours dans mon coeur car toi tu es mon père et moi toujours ton fils alors j’t’fais la promesse de ne pas être triste. Eh Jo ! VI DAU MEN NOI ?

      #LSD - Quartier Libre - ® & © 1988 musidisc.
      https://www.youtube.com/watch?v=4PW4L3oUxcA



      http://www.la-souris-deglinguee.com
      C’est officiel, La Souris Déglinguée est morte le 31 juillet 2015 dans les arènes de Fréjus, sous le poids de ses compromissions, en jouant dans un concert organisé par une mairie frontiste et en partageant la scène avec un groupe militant d’extrême droite. @lahorde http://lahorde.samizdat.net/2015/08/03/la-souris-deglinguee-lsd-in-memoriam-extreme-droite/#_ftnref1
      http://reflexes.samizdat.net/le-rock-identitaire-francais-5
      http://www.facebook.com/LES-TROUBADOURS-DU-CHAOS-269431373087416

  • Pour Anne Hidalgo et Bruno Julliard, si tu n’apprécies pas l’épuration ethnique, le bombardement de population civile, et l’incinération d’un nouveau-né, c’est que tu appartiens à la « radicalisation » :
    http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2015/08/09/01016-20150809ARTFIG00109-tel-aviv-sur-seine-annuler-ce-serait-ceder-a-la-r

    Tel-Aviv, avec seulement 4,2% d’habitants arabes (dans un pays qui en compte 20%), repoussés dans quelques quartiers marginalisés, c’est l’idéal urbain socialiste de « tolérance » :
    http://www.lepoint.fr/politique/paris-plages-bruno-julliard-repond-a-la-polemique-tel-aviv-09-08-2015-195573

    @nidal : Comment et à quoi bon « anticiper » ce genre de campagne médiatique, ils osent tout.

    • @stephane_m : par « anticiper », j’entends justement ne pas reprendre ces thèmes « explicatifs » ou « défensifs », comme on se retrouve à le faire à chaque fois.

      – Il n’est pas nécessaire de redire la longue litanie des crimes israéliens : tu peux être certain que ceux d’en face le savent parfaitement, et le grand public le sait parfaitement. En rappelant les bombardements, l’épuration ethnique, on est en retard d’une communication : parce que tout le monde le sait déjà (tous les sondages sont très clairs sur l’image épouvantable d’Israël en Europe et en France).

      – Il ne faut pas se défendre de « radicalisation », il faut affirmer dès le début que c’est ce genre d’« initiative » qui relève de la provocation parfaitement assumée. Le public est à mon avis parfaitement capable de l’entendre et de le comprendre : ces « élus » sont en train, purement et simplement, de cracher à la gueule de leur propre population et qu’elle sait que ça ne va pas bien se passer. Ne pas se défendre et ne pas se justifier : il faut dire avec évidence que cette petite festivité balnéaire est une agression évidente et planifiée.

      – C’est très évidemment du whitewashing des crimes israéliens via un axe parfaitement connu de la hasbara israélienne : la liberté sexuelle, l’hédonisme à l’occidentale, images de « femmes-soldats » à la fois cool et sexy en haut de bikini avec un pistolet-mitrailleur, le #pink_washing n’est jamais bien loin non plus… À nouveau : il ne faut pas se défendre, mais attaquer sur le fait que la mairie de Paris se livre à un exercice de propagande pro-israélien archi-connu et archi-classique.

      – En enfin, à nouveau rappeler que la propagande pro-israélienne n’est jamais éloignée ou étrangère à la banalisation de la haine raciste et islamophobe. Ici, très clairement : après l’épisode « Islam, bikini et coquillages » de Reims, qui reprenait exactement le thème de l’année précédente « burka, bikini et coquillages » de Nadine Morano, on recycle à nouveau dans la thématique : « au contraire, les Israéliens aime les top-models à moitié nues à la plage ». Les arabes et leur islam c’est intolérant (thème : « islam bikini-incompatible »), au contraire les Israéliens c’est naturisme et petits culs bronzés (thème : « Tel Aviv, société ouverte et tolérante »).

      Résumé : ne pas se défendre, attaquer tout de suite sur le fait que :
      – c’est une provocation radicale parfaitement assumée, pas une « erreur » de jugement, ça va mal se terminer, ça fait monter volontairement les tensions dans la société, (et ça se dit de gauche) ;
      – c’est un axe parfaitement identifié, de longue date, de la hasbara israélienne ; c’est tellement classique que la Mairie ne peut pas l’ignorer, elle est forcément complice de ça (à nouveau : réfuter l’idée d’une « erreur » de jugement ou une différence d’opinion) ;
      – ce faisant, c’est aussi un axe de la communication israélienne qui promeut, exploite et banalise la haine islamophobe en France (et ça se dit de gauche…).

      Dans ce contexte, rappeler les bombardements, l’occupation, etc., c’est une perte de temps que la communication adverse exploite à son avantage.

    • Ca m’avait échappé.

      Mais j’aime particulièrement :

      « Il ne faut pas faire d’amalgame entre la politique brutale du gouvernement israélien, et la ville de Tel-Aviv, dont les habitants et les élus sont des acteurs progressistes du conflit israélo-palestinien », explique l’adjoint d’Anne Hidalgo

      Parce que Tel-Aviv, c’est une lointaine province isolée (comme la Creuse ou la Lozère, en France) et ce n’est pas du tout la capitale de l’état d’Israël.

      Ce qu’en dise des Israéliens :

      « Le massacre de Gaza par les Israéliens a été orchestré deuis le centre de Tel Aviv dans le complexe ’Kyria’ où sont situés le Ministère de la Défense et le Commandement Général des FDI. Qui plus est, la majeure partie de l’industrie militaire high-tech d’Israël qui développe les armes utilisées contre les civils palestiniens et les enfants palestiniens se trouve à Tel Aviv. »

      http://bdsfrance.org/index.php?option=com_content&view=article&id=3794%3Atel-aviv-sur-seine-de

  • #La_Chapelle, #Saint-Bernard, #Pajol : des migrants subissent leur troisième #expulsion

    L’expulsion à répétition de migrants “de La Chapelle”, à #Paris, prend une tournure politique : des élus du Parti de gauche, du PCF et d’EELV s’indignent de la #violence dont les forces de l’ordre ont usé, lundi après-midi, pour embarquer des personnes réfugiées devant la halle Pajol, dans le XVIIIe arrondissement. Une trentaine d’Érythréens et de Soudanais ont été placés en centre de rétention à Vincennes et au Mesnil-Amelot, en vue d’une reconduite à la frontière.

    http://www.mediapart.fr/journal/france/090615/la-chapelle-saint-bernard-pajol-des-migrants-subissent-leur-troisieme-expu
    #police #violence_policière
    par @carine

  • Loc’ Annonces, la Ville de Paris offre généreusement à ses pauvres... le rêve d’un logement social - Collectif des Mal-logés en colère !
    http://mal-logesencolere.20minutes-blogs.fr/archive/2015/04/17/loc-annonces%C2%A0-la-ville-vend-tres-cher-le-reve

    Depuis hier, l’espoir est aux oubliettes pour la majorité des demandeurs de #logement_social : tous les logements mis en ligne ce jeudi sont des #PLS, les plus chers des logements sociaux. Les 2 pièces proposés ont un loyer entre 850 et 1 000 euros, les 4 pièces montent jusqu’à 1 800 euros. Certains logements affichent en plus un chauffage individuel, électrique, ce qui majore encore le budget réel pour les futurs locataires.

    De toute façon, 85 % des Parisiens demandant un logement social sont exclus d’emblée : en effet, d’après les statistiques de la ville elle-même, seuls 15 % des demandeurs peuvent accéder à un PLS.

    Les logements mis en ligne par Loc’Annonces démontrent que la prétendue égalité des demandeurs entre eux mise en place avec le fameux système de « scoring » n’existe pas : aussi élevée que soit la « note » d’un demandeur , l’accès au logement dépendra de ses revenus. Un employé, un #précaire, une mère isolée en emploi à temps partiel pourra bien être à la rue, dans un logement insalubre, à l’hôtel ou #hébergée chez des tiers, elle ne pourra pourtant prétendre à aucun des beaux logements mis en ligne par la ville.

    Pour 8 demandeurs de logement sur 10, la seule solution accessible c’est un #PLA-I. Or, en quinze ans, seuls 22 % des logements produits à Paris relèvent de cette catégorie et encore, ce chiffre inclut une bonne part d’hébergements.

    Où est la mixité sociale promise par nos élus ? La plupart des logements proposés par Loc’Annonces se situe certes dans les #quartiers_populaires de la capitale et sera donc attribuée à des « classes moyennes » . Mais où sont les logements accessibles aux ménages modestes qu’on nous promet depuis quinze ans dans les beaux quartiers ?

    Loc’Annonces démontre par l’exemple qu’ils ne sont qu’une infime minorité, un affichage sans portée réelle : la mixité sociale n’existe pas. En revanche, l’exclusion du logement social pour les catégories populaires est une réalité massive.

    #com' #PS #Hidalgo #Brossat

    • La Ville veut faciliter les échanges de HLM à Paris, dit le Parisien, le Figaro est plus clair « Paris veut plus de mutations dans le parc social »
      http://www.leparisien.fr/paris-75/paris-75005/un-plan-pour-faciliter-les-echanges-de-hlm-a-paris-26-05-2015-4804635.php

      Une naissance, une baisse de revenus, un problème de voisinage ou le départ des enfants : les locataires du parc social doivent parfois rechercher un logement plus grand, plus petit ou moins cher. Mais les chances de voir leurs demandes aboutir sont minces dans la capitale en raison du faible taux de rotation (4,8 %).

      Pour y remédier, la Ville a présenté ce mardi en Conseil de Paris une nouvelle charte en remplacement de celle adoptée en 2009. Parmi les solutions proposées pour tenter de lever les blocages, la mairie et la préfecture mettront à la disposition des bailleurs respectivement 25 % et 20 % des logements qu’elles attribuent chaque année à des fins de mutation.

      La Ville élaborera également une grille de cotation des demandes d’échanges. Enfin, elle s’engagera, en ce qui concerne son contingent, à répondre dans les 15 jours aux propositions de mutation formulées par les offices HLM. « Les bailleurs disposeront ainsi d’un parc beaucoup plus étendu et d’une marge de manœuvre plus importante pour proposer à leur locataire un autre logement correspondant à leurs besoins », explique Ian Brossat, l’adjoint (PCF) chargé du logement.

      Ça signifie aussi pouvoir rénover et augmenter les loyers car la durée du bail est l’un des seuls facteurs qui, en raison de réglementations anciennes, protège actuellement les locataires de hausse de loyers incontrôlables (baux révisés, mise en location). Et c’est une bonne façon de loger plus encore les gens selon leurs moyens (en banlieue ou en dans Paris, c’est selon) et non selon leurs besoins et aspirations.

    • Grand Paris : halte aux logements intermédiaires
      http://www.miroirsocial.com/actualite/12854/grand-paris-halte-aux-logements-intermediaires

      Une #manifestation de mal-logés s’est tenue mercredi 21 janvier devant le siège de la Société Nationale Immobilière (SNI) pour exiger une production permettant d’éradiquer le mal-logement sur le territoire de la métropole (#vidéo).
      http://www.dailymotion.com/video/x3ngxdf_grand-paris-les-mal-loges-devant-la-sni_news

      Le 22 janvier, le Grand Paris sera officiellement opérationnel, avec l’installation de son conseil des élus. Dans ce Grand Paris, la question du logement est centrale : 500 000 foyers sont inscrits comme #demandeurs_de_logement_social. Le nombre de franciliens subissant des #loyers trop élevés ou des temps de transports démesurés pour se rendre sur leur lieu de travail ne cesse de croître, notamment dans les catégories populaires.

      En effet, c’est évidemment dans les zones tendues (et donc en Île-de-France) que le manque de #PLA-I se fait le plus criant : rappelons qu’au niveau national seul ce type de logements vraiment sociaux représente seulement 4 % du parc et que seuls 25 % des logements construits cette années sont de cette catégorie (source).

      http://tempsreel.nouvelobs.com/en-direct/a-chaud/16170-logement-quart-nouveaux-logements-destine-menages.html

      Au plus haut niveau de l’État, la SNI, premier bailleur public français, est présenté comme l’outil privilégié de la politique du #logement à l’échelle du Grand Paris. Mais si la SNI a lancé en grande pompe la fusion de ses deux filiales de logement social (EFIDIS et OSICA) sous le nom de « Grand Paris Habitat », en réalité , le logement social n’est pas sa priorité.

      « Opérateur immobilier global », selon son nouvel intitulé, la SNI concentre aujourd’hui ses moyens sur le « logement intermédiaire » : le bailleur public annonce seulement 21 000 nouveaux logements sociaux pour 2015-2019 (11 000 pour l’Île-de-France), alors que 35 000 logements intermédiaires sont programmés pour la même période.

      Les logements intermédiaires de la SNI ont des loyers inférieurs de seulement 10 à 20 % à ceux du marché. À titre d’exemple, la société propose actuellement à la location des appartements quai de Charente, dans le XIXème arrondissement : le loyer du T4 le moins cher est de 2 100 euros, 2 700 pour le plus grand. À ce niveau de loyers, ces logements sont inaccessibles non seulement aux classes populaires mais aussi à une bonne partie des fameuses « #classes_moyennes ».

      Une offre publique aussi proche des prix du privé ne peut évidemment pas jouer un rôle de régulation à la baisse des loyers.

      Avec ses nouvelles gares et ses nouveaux équipements publics, le #Grand_Paris va mécaniquement faire augmenter les prix du logement privé dans de nouveaux quartiers, principalement là où ils sont aujourd’hui plus bas qu’ailleurs. Les rares poches de logement social de fait dans la petite et moyenne couronne vont disparaître et augmenter la proportion de bas #revenus ne pouvant se loger nulle part.

      La politique de logement social actuel ne parvient déjà pas à endiguer, même modestement, le #mal-logement existant. En quinze ans, l’État n’a pas réussi à faire respecter la loi SRU dans les communes déficitaires en logement social. En huit ans, il n’est même pas parvenu à reloger les demandeurs qu’il a déclarés lui-même prioritaires : en Île-de-France, 27 000 foyers #DALO sont toujours en attente.

      La politique actuelle construira seulement le Grand Paris du logement cher, élargissant à toute l’Île-de-France la situation catastrophique de la capitale. La SNI, bras armé de l’État pour le logement, est l’outil qui peut et doit changer la donne pour enfin mettre fin au mal-logement.

  • In South Texas, Few On The Fence Over Divisive Border Wall Issue

    When Congress thinks about border security, it often sees a big, imposing fence.

    The federal government has spent $2.3 billion to build the fence — 649 miles of steel fencing, in sections, between the U.S. and Mexico, designed to help control the illegal movement of people and contraband.

    It’s called tactical infrastructure, and the Border Patrol says it works. But people on the lower Texas border have another name for it: a boondoggle.

    If you ask Pamela Taylor about the tall, rust-colored fence that tops the river levee near her house outside of Brownsville, she won’t mince words.


    http://www.npr.org/2014/08/18/340628014/in-south-texas-few-on-the-fence-over-divisive-border-wall-issue

    #mur #barrière_frontalière #Texas #USA #Etats-Unis

  • Lettre ouverte à Madame Anne #Hidalgo et Monsieur Francois #Vauglin | LA GÉNÉRALE
    http://www.lagenerale.fr/?p=4435

    Votre programme de campagne municipale pour le #11ème arrondissement, annonce un projet de cinéma
    « au cœur de l’arrondissement (…) dans le quartier de la Mairie ». D’après le plan, il s’installera au début de l’avenue Parmentier. Cette annonce fait suite à des visites répétées de nos locaux par des cabinets d’architectes privés accompagnés par les services techniques de la ville, ainsi que le Service d’Etude et de #Prospection_Immobilière de la Ville de Paris.

    A cela s’ajoute la visite de Monsieur Carion, souhaitant installer les bureaux de sa société de production cinématographique et à qui Monsieur Bruno #Julliard, Adjoint à la culture, anticipant déjà notre éviction envoie ses vœux 2014 à notre adresse.
    Vous comprendrez aisément notre indignation.

    Nous n’avons jamais eu l’occasion de discuter de ce cinéma, ni avec Monsieur Vauglin, qui refuse explicitement de nous recevoir, ni avec l’actuel adjoint à la #Culture à la Ville.
    L’action culturelle, artistique et associative menée par #La_Générale, sise au 14 avenue Parmentier dans le 11ème arrondissement, reconnue et soutenue par des personnalités importantes du monde de la culture et des associations d’utilité publique, semble avoir peu d’intérêt à vos yeux.
    Malgré notre ouverture sur le quartier, notre travail de terrain, notre programmation de qualité ou notre soutien à la création émergente, nous ne sommes jamais apparus dans le programme culturel de la Mairie d’arrondissement (notre lieu n’est toujours pas référencé parmi les lieux culturels du 11ème sur le site de la Mairie) et Monsieur le Maire sortant Patrick #Bloche n’a toujours pas daigné venir à La Générale, en dépit de nos invitations régulières.
    Cette annonce publique du projet de cinéma de quartier, proposition de votre campagne, sur le site du 14 avenue Parmentier, illustre un #double_discours insupportable. Dans votre programme électoral et tout récemment, dans une lettre que vous avez adressée au réseau Actes-If (dont nous faisons partie), Madame le Maire, vous reconnaissez la nécessité de structures dites intermédiaires, pour « donner à Paris l’élan de la création artistique » et vous souhaitez vous « appuyer sur les lieux novateurs et ouverts à tous pour valoriser les pratiques artistiques… ». Vous promettez de mettre « à disposition des artistes des #lieux dédiés ».
    La Générale est un de ces lieux de création, encore trop rares dans Paris intra-muros, reconnu et soutenu
    par la Région Ile-de-France comme « Fabrique de Culture ». Or nous constatons l’absence de soutien de votre part, et même la défiance dont font preuve la Mairie du 11ème et les services de la Ville envers notre projet. En nous relogeant au 14 avenue Parmentier en Juillet 2009, nous ne pouvions pas imaginer que la Mairie de Paris s’achetait la paix et se payait à peu de frais des arguments de campagne, qui aujourd’hui sonnent creux à nos oreilles.
    Nous tenons à préciser que notre bail dans ce bâtiment a été reconduit, et ce pour 3 ans, fin janvier 2014. Nous ne sommes pas en bail précaire. Nous avons toute légitimité à travailler dans ce lieu, que nous entretenons et dans lequel nous avons investi plus de 80 000 euros depuis notre arrivée. Nous avons créé 2 CDI et un volume important d’emplois intermittents. Nous avons soutenu et accueilli plus de 250 résidences, servi de tremplin à de nombreux artistes émergents, d’outil de travail à des artistes confirmés, de relais pour plusieurs institutions (comme le Théâtre du Rond Point, le Théâtre Paris-Villette, le Centre Georges Pompidou, le Théâtre de l’Aquarium, les Bouffes du Nord, le 104, la Gaité Lyrique, la MPAA, la Maison des métallos, etc.)

    Nous souhaitons vous rappeler qu’au 14 avenue Parmentier, nous soutenons déjà la création cinématographique dans toutes ses étapes : de l’écriture de scenarios à la diffusion publique.
    Nous demandons à la #Mairie_du_11ème arrondissement et à la #Ville_de_Paris de cesser de nous nier, d’entraver notre travail, et de dénigrer notre projet à qui veut bien l’entendre. L’énergie des artistes associés, bénévoles, engagée dans cette aventure, n’a pas besoin de ces dispersions.
    Lassés de ces attaques répétées, de l’absence de dialogue et de concertation, nous attendons que vos beaux discours de campagne se reflètent enfin dans la réalité.
    Dans l’attente, nous retournons au travail !
    Bien à vous,
    Le collectif La Générale.

  • CIP-IDF > Les socialistes sont-ils les amis des précaires ?
    http://www.cip-idf.org/article.php3?id_article=6890

    Le communiqué qui suit avait été envoyé à 22h15 en presse, 5 minutes avant l’évacuation violente du du Carreau du Temple (un blessé, une arrestation)…. d’autres infos sous peu. (…)
    Se retranchant dans un silence dû à la campagne électorale, Mme Anne #Hidalgo croit que l’hypocrisie est la solution. Voulant éviter une évacuation musclée avant le premier tour des Municipales, la Ville s’empresse de collaborer avec les forces de police dès la fermeture des bureaux de vote.

    On jugera cette attitude à l’aune des réactions gouvernementales à l’accord #UNEDIC.

    Les négociations se sont déroulées dans des conditions scandaleuses et contraires au droit (conciliabules organisés par le MEDEF dans les couloirs, accords opaques entre le MEDEF et des syndicats), mais les ministres Sapin et Filippetti font mine de se réjouir de cette nouvelle convention qui aggrave la condition des #précaires.

    Ainsi les intérimaires perdront jusqu’à 300€ par mois d’allocations chômage, et les intermittents feront face à des mesures discrètes (carence, augmentation des cotisations) qui les précipiteront dans une précarité plus grande encore, et endront un grand nombre d’entre eux corvéables à merci.

    C’est le « dressage à l’emploi » , selon les règles du workfare cher à Tony Blair et à Gerhard Schröder, qui est défendu ici par le gouvernement socialiste.

    (…) Ce communiqué a été envoyé à 22h15 en presse, 5 minutes avant l’évacuation violente du du Carreau du Temple (un blessé, une arrestation)…. d’autres infos sous peu.

    #occupation