• Lebanon’s revolutionaries launch their own newspaper
    https://www.al-monitor.com/pulse/originals/2019/12/lebanon-revolution-uprising-newspaper-october-government.html

    The first issue of 17 Teshreen Newspaper was published Nov. 28. The newspaper’s name is Arabic for October 17, a reference to the day Lebanon’s anti-government uprising began — an uprising that is ongoing and hasn’t lost momentum.

    Journalists and social activists started the monthly newspaper, which is free of charge and full of articles, illustrations, crosswords and other quizzes inspired by the popular protests that broke out amid deteriorating economic and social conditions in Lebanon.

    Centered on the front cover of the black-and-white paper is a lyric from an Umm Kulthum song, “We are the people, there is nothing impossible for us.”

    In an op-ed titled “Our street is free … our voice is free,” Lebanese film director Bashir Abu Zeid writes, “We wrote to people by the people … We decided to write in praise of our revolution and to document its events. Lebanon has risen up and will never be the same again.”

    Contributions from journalists and activists abounded, including a piece from Lebanese journalist Khaled Saghieh titled, “The people want to take back the country.” Activist Ibrahim Halawi writes “Are we sectarian?” and activist Ward Ezzedine writes, “I am not an easy woman.”

    Several writers from Syria and Egypt contributed pieces. Syrian writer Furat Hammoud’s piece is titled “The intellectuals.”

    The newspaper also features illustrated portraits of the late activist Alaa Abu Fakhr, and Hussein al-Attar. Another page chronologically documents the most important events over 50 days of popular protests.

    “I discussed the idea of the newspaper with a friend of mine in one of the sit-ins on the fourth day of the demonstrations,” Abu Zeid told Al-Monitor, "but it was postponed as we got busy with the events that took place. Initially, we wanted to issue it on Nov. 17, on the revolution’s first month anniversary.”

    Five friends founded the newspaper and contacted writers and activists to write stories, Abu Zeid said. It took about two weeks to compile the paper. Abu Zeid said they printed 3,000 copies of the first issue to distribute at sit-ins in Beirut, Tripoli, Nabatiyeh and Tyre. He said they raised funds at the demonstrations, “especially from the Kafr Rumman roundabout in Nabatiyeh, and through contacts with friends.”

    A reprint of the first issue is already underway since the demand “exceeded our expectations,” Abu Zeid said. “We are working on the second issue, and the newspaper is open to anyone interested in contributing content that matches the paper’s subjects.”

    Abu Zeid explained that the newspaper is an alternative to other media outlets, which have come to serve political interests as opposed to popular ones. He said the newspaper explains why Lebanese are taking to the streets, and the nature of their demands. “At the same time, it helps in creating spaces for discussions," he said. "We hope that the newspaper will continue to be issued even if the protests are over.”

    Khodr Salame, a contributor to the newspaper, told Al-Monitor, “The value of this newspaper lies in the fact that it is the first outlet that connects the various sit-in squares, the working groups with their different backgrounds and messages, the wave of popular protests and the Lebanese people in general. When the newspaper team contacted me, I was very excited, as I believed since day one in the need for a platform to share ideas.”

    The newspaper was the topic of the day in Lebanon among demonstrators, who were eager to get a copy, especially since its website is still under construction. The newspaper is dear to the Lebanese, who are revolting for the first time since the end of the civil war in 1990.

    #liban #médias #hirak

  • En ces temps de #Hirak en #Irak, il faut rappeler comment dés 2003 les #Etats-Unis y ont INSTAURÉ la #corruption et VOLÉ, en compagnie d’Irakiens (les « exilés ») qu’ils ont eux-mêmes placés à la tête de l’Etat, des dizaines de milliards de dollar d’avoirs irakiens débloqués (via des banques US) après avoir été gelés pour cause de (très meurtrières) #sanctions « contre Saddam Hussein ».

    Ed Harriman reviews ‘US House of Representatives Government Reform Committee Minority Office’, ‘US General Accountability Office’, ‘Defense Contract Audit Agency’, ‘International Advisory and Monitoring Board’, ‘Coalition Provisional Authority Inspector General’ and ‘Special Inspector General for Iraq Reconstruction’ · LRB 7 July 2005
    https://www.lrb.co.uk/v27/n13/ed-harriman/where-has-all-the-money-gone

    The ‘reconstruction’ of Iraq is the largest American-led occupation programme since the Marshall Plan. But there is a difference: the US government funded the Marshall Plan whereas Donald Rumsfeld and Paul Bremer have made sure that the reconstruction of Iraq is paid for by the ‘liberated’ country, by the Iraqis themselves. There was $6 billion left over from the UN Oil for Food Programme, as well as sequestered and frozen assets, and revenue from resumed oil exports (at least $10 billion in the year following the invasion). Under Security Council Resolution 1483, passed on 22 May 2003, all of these funds were transferred into a new account held at the Federal Reserve Bank in New York, called the Development Fund for Iraq (DFI), so that they might be spent by the CPA ‘in a transparent manner … for the benefit of the Iraqi people’. Congress, it’s true, voted to spend $18.4 billion of US taxpayers’ money on the redevelopment of Iraq. But by 28 June last year, when Bremer left Baghdad two days early to avoid possible attack on the way to the airport, his CPA had spent up to $20 billion of Iraqi money, compared to $300 million of US funds.

    The ‘financial irregularities’ described in audit reports carried out by agencies of the American government and auditors working for the international community collectively give a detailed insight into the mentality of the American occupation authorities and the way they operated, handing out truckloads of dollars for which neither they nor the recipients felt any need to be accountable. The auditors have so far referred more than a hundred contracts, involving billions of dollars paid to American personnel and corporations, for investigation and possible criminal prosecution. They have also discovered that $8.8 billion that passed through the new Iraqi government ministries in Baghdad while Bremer was in charge is unaccounted for, with little prospect of finding out where it went. A further $3.4 billion earmarked by Congress for Iraqi development has since been siphoned off to finance ‘security’.

    That audit reports were commissioned at all owes a lot to Henry Waxman, a Democrat and ranking minority member of the House of Representatives Committee on Government Reform. Waxman voted in favour of the invasion of Iraq. But since the war he’s been demanding that the Bush administration account for its cost. Within six months of the invasion, Waxman’s committee had evidence that the Texas-based Halliburton corporation was being grossly overpaid by the American occupation authorities for the petrol it was importing into Iraq from Kuwait, at a profit of more than $150 million. Waxman and his assistants found that Halliburton was charging $2.64 a gallon for petrol for Iraqi civilians, while American forces were importing the same fuel for $1.57 a gallon.

    [...] Waxman raised another question: if Halliburton was being allowed to rip off the Iraqi people, was the Bush administration allowing it to milk the US government as well? [...]

    • Irak : des tonnes de dollars évaporées - Le Temps
      https://www.letemps.ch/monde/irak-tonnes-dollars-evaporees

      Dans cet article de 2007, il y a une erreur dans le premier paragraphe ; il fallait écrire millions au lieu de milliards, comme le prouve indirectement un article (éhonté de damage control) du Monde de 2008*

      Mais le sort de l’argent du contribuable américain n’échappe pas non plus à la critique. Le Trésor américain a déjà dépensé environ 300 milliards de dollars (232 milliards d’euros), dont 21 milliards pour la reconstruction.

      La corruption ne concerne pas que les Irakiens. En atteste l’inculpation mercredi de trois officiers supérieurs de l’armée américaine et d’un homme d’affaires dans une affaire de pots-de-vin dans la reconstruction dans la région de Hilla, au sud de Bagdad. Les chefs d’inculpation retenus : corruption, association de malfaiteurs et escroquerie. A propos de cette ville irakienne, un ancien responsable du CPA, Robert Stein, a été condamné le 5 février dernier à 9 ans de prison pour avoir participé à un réseau de marchés truqués et de blanchiment d’argent. Un de ses complices, l’homme d’affaires américain Michael Morris, a été arrêté hier à Bucarest, en Roumanie, et devrait être extradé.

      *L’article du monde dit :
      https://www.lemonde.fr/ameriques/article/2008/12/14/la-reconstruction-de-l-irak-un-gachis-de-100-milliards-de-dollars_1131018_32

      Au milieu de 2008, 117 milliards de dollars avaient été dépensés pour la reconstruction de l’Irak, dont 50 milliards payés par le contribuable américain, poursuit le document.

    • Ces entreprises qui ont prospéré sur le dos de la reconstruction en Irak
      https://www.france24.com/fr/20130319-irak-anniversaire-reconstruction-kpr-financial-times-gagnant-guer

      Là, carrément, l’argent du contribuable irakien on s’en contrefout,

      “Ces données sont choquantes et rappellent à quel point l’argent des contribuables américains a été mis à contribution dans des projets qui n’ont, au final, pas fait grand chose pour améliorer la situation sur place”, a souligné au "Financial Times" Claire McCaskill, une sénatrice américaine du parti démocrate qui milite pour encadrer plus strictement ce type de contrats.

    • Fraudes en Irak : 23 milliards de dollars ont disparu
      https://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2008/06/17/fraudes-en-irak-23-milliards-de-dollars-ont-disparu_1059185_3218.html

      Selon la BBC, des procès pour corruption, surcharge de factures adressées au Pentagone ou au département d’Etat, non-livraison de biens payés et autres coups tordus, visent 70 entreprises américaines contractantes, en tête desquelles se trouve le groupe Halliburton, dirigé, jusqu’à sa nomination à la vice-présidence des Etats-Unis en 2000, par Dick Cheney. Halliburton avait obtenu, sans aucun appel d’offres, le plus gros contrat de reconstruction en Irak, mais ni la BBC ni aucun autre média ne peut publier quoi que ce soit sur les enquêtes et les procès en cours : « L’administration Bush a imposé le silence (gagging order) sur toutes ces affaires », déplore Panorama.

      [...]

      A Bagdad, chacun le sait, pour entrer dans la police, il faut verser 500 dollars de bakchich. Pour monter en grade, c’est 1 000. Besoin de médicaments rares ? Quelqu’un, au ministère de la santé, indiquera où trouver le pharmacien à qui il a vendu ses propres stocks, au noir. Toutes les guerres ont leurs profiteurs. « Mais en Irak, dit Munther Abdul Razzaq, un élu sunnite du Parlement, l’ampleur de la corruption défie l’imagination. »

    • Des milliards de dollars disparus mystérieusement en Irak | Slate.fr
      http://www.slate.fr/lien/39357/irak-vol-dollars-guerre

      Malgré des années d’enquêtes et de vérifications, les responsables de la Défense américaine ne peuvent toujours pas expliquer où est passé cet argent. CBS News a évoqué par le passé la fraude, le gaspillage ou les profiteurs de guerre, dans un pays alors dévasté, où les banques n’existaient plus et la traçabilité financière était impossible. Précédemment, il avait été dit que cet argent avait été égaré suite à une erreur de comptabilité. Mais pour la première fois, l’hypothèse d’un vol est soulevée par le gouvernement fédéral : Stuart Bowen, l’inspecteur général spécial pour la reconstruction en Irak, a déclaré au Los Angeles Times qu’il s’agirait peut-être du « plus grand vol de fonds de l’histoire du pays ».

      Ce contentieux constitue aujourd’hui une ombre sur les relations de Washington avec Bagdad, les responsables irakiens menaçant d’aller en justice pour récupérer cet argent. Ils affirment en effet que le gouvernement américain s’était engagé à protéger ces fonds dans un accord juridique datant de 2004 et tiennent donc Washington pour responsable.

  • Mémoire du 7 mai 2008 à #Beyrouth #Liban
    Line Rajab - [Disclaimer : long and sentimental post]
    https://www.facebook.com/line.rajab/posts/10162630087105710

    Disclaimer: long and sentimental post]
    To those who shouted “The people want May 7 [back]” last night.
    Thank you for bringing back some of my worst memories growing up (May 7-8-9 2008). On this special occasion, I’d like to share what I (and my family) personally remember from these events, as I know (for a fact) that many of my Lebanese acquaintances don’t even know/remember what this date signifies. My parents picked us up from school on the 7th of May (the school bus going in the direction of my neighbourhood was cancelled), and rushed us back home under a shower of live bullets. My parents live in Barbour, an Amal-movement dominated street in Mazraa parallel to Corniche el Mazraa, where the main confrontations in Beirut took place. I remember my parents debating whether we should spend the night sleeping in the hallway or in the toilet (we set up camp in both and ended up sleeping in the hallway for 3 consecutive nights). I remember my mother realizing that all sides (Amal & co on one hand and Future movement & co on the other) were firing bullets and RPGs, and then she went on shouting to someone over the phone: “they’re ALL armed. They’re all against us! All of them!”. The next morning, I remember being forced by my father to get up and go to school (as a sign of resistance?) only to be surrounded by the armed militias of our neighbourhood and forced to go back home. An hour later our building - as well as several others in the same street - was barricaded with burning tires, preventing us from going on the street to even buy groceries. Over the next two days, hell in the form of bombs and bullets broke loose around us, militia men were shouting from the street to the residents, threatening all those in the neighbourhood that belonged to different sects/political parties. My parents were constantly fighting, while my brother and I were just wondering when we’d be able to go to school again.
    A few days later, I went back to school, carrying with me the trauma that I had experienced in the days that passed, only to realize that most of my classmates were going to class every day, not even aware of what had happened (for reference, my school is located at a 10 minute drive from my parent’s house, but on a “better” side of the city). This was a turning point in the perception of my own identity, as it was the day I realized how truly fragmented Lebanese society is. You can be living in completely different dimensions in the same miniature country (and city!). The struggle itself turned out to be spilled over different dimensions: the class/"neighbourhood" struggle and the political/"religious" struggle. I was nearly 15 in May 2008.
    11 and a half years later, both my brother and I (and 5 out of my 7 cousins) live abroad and have quite a volatile sense of identity, shaped by our deeply confusing upbringing. The revolution during the past month was the first event in our lives that started breaking all the traumas associated to our lives in Lebanon. Years of struggle are giving way to a sense of unity and identity that neither me nor my brother had ever experienced before.
    So to all those in power inciting their people to chant honouring some of this country’s darkest moments, and to all those in power who for years and years contributed to the fragmentation of the Lebanese status quo, I say: may everything you stand for be shattered by the people’s power. We won’t return to life as usual.

    • Ceci dit le contexte du 7 mai 2008 était fondamentalement différent.

      À la demande de ses patrons étasuniens, Saniora (un des gros mafieux de la clique au pouvoir soit dit en passant) travaillait très assidûment pour qu’une prochaine attaque israélienne contre le Hezbollah soit victorieuse.

      En matière de traumatisme les familles des civils libanais victimes des massacres israéliens se souviendront toujours du pitoyable Saniora paradant comme un coq en arborant un très large sourire aux côtés de celle qui considérera ces massacres comme relevant des « douleurs de l’enfantement du nouveau moyen-orient ».

    • c’est vrai. Dans ce témoignage dans les yeux d’une enfant/adolescente, je cherche moins la vérité géopolitique du contexte que le basculement de la perception d’une vie dans un quartier ordinaire qui d’un coup se divise entre amis (ici minoritaires) et ennemis. Cette perception intime des divisions qui resurgit après le mois et demi d’unité nationale proclamée montre aussi que le mouvement protestataire a par moment surestimé la portée de la « révolution » supposément en cours.

  • « L’impatience des Irakiens, en particulier de la jeunesse, a atteint le point de rupture »
    https://www.lemonde.fr/international/article/2019/11/22/l-impatience-des-irakiens-en-particulier-de-la-jeunesse-a-atteint-le-point-d


    Entretien avec le poète irakien Sinan Antoun

    Les partis politiques chiites au pouvoir n’ont même pas pris la peine de satisfaire les besoins des gens dans les régions qui constituent leurs bases électorales et, pourtant, ils continuent à exploiter le #confessionnalisme !

    #Irak #Hirak

  • Un partisan de #Joumblatt participant aux manifestations anti gouvernementales (gouvernement dont fait partie Joumblatt), a été tué à Khaldé à la sortie de Beyrouth vers le Sud-Liban

    L’homme blessé à Khaldé est décédé
    https://libnanews.com/lhomme-blesse-a-khalde-est-decede

    Abou Fakher qui se trouvait avec sa femme et son fils au niveau de la route bloquée à Khaldé, a vu une voiture aux vitres fumées tentant de passer au niveau de la route bloquée. Il a tenté d’arrêter la voiture en hurlant, un homme en tenue militaire est descendu de la voiture, a tiré deux balles, dont une aurait touché Abou Fakher au niveau du crâne.

  • Morocco’s Crackdown Won’t Silence Dissent – Foreign Policy
    https://foreignpolicy.com/2019/01/16/moroccos-crackdown-wont-silence-dissent-maroc-hirak-amdh


    A Moroccan draped in the Berber, or Amazigh, flag shouts slogans while marching during a protest against the jailing of Al-Hirak or “Popular Movement” activists in the capital Rabat on July 15, 2018.
    (FADEL SENNA/AFP/GETTY IMAGES)

    When she joined the National Union of Moroccan Students in 1978, Khadija Ryadi knew she’d face hardship. “At that time,” she recalled, “we were constantly followed by the police.” But today, she told me, life may be even harder. “Now not only are we followed but we are also listened to and photographed, and everywhere. The repression has remained, but the instruments have changed. I never feel at ease.

    Recently, Ryadi, who was the president of the Moroccan Association for Human Rights (also known by its French acronym, AMDH) from 2007 to 2013 and won a United Nations Prize in the Field of Human Rights in 2013, has raised eyebrows. In interviews with me, she denounced “a return to the Years of Lead”—a reference to the decades of harsh oppression in the 1960s to 1990s under Morocco’s King Hassan II.

    Today’s repression may be much less brutal, but just denouncing the recent crackdown could land critics in jail. Indeed, in recent months, human rights defenders have pointed to a major rise in harassment, arrests, and police violence against activists. One of them, Abdellah Lefnatsa, said that “achievements such as freedom of expression [and] the right to protest” have started to be rolled back. Over the last two years, over a thousand people have been jailed on politically related chargesOver the last two years, over a thousand people have been jailed on politically related charges, according to Youssef Raissouni, an executive director at AMDH and a member of the leftist party Annahj Addimocrati (The Democratic Way).

    Beyond the big names, there are people like Nawal Benaissa, a 37-year-old mother of four who has been arrested four times for her involvement in protests denouncing corruption and demanding jobs, hospitals, and schools as part of the so-called #Hirak movement, which began in the country’s northern #Rif region after a fishmonger was crushed to death in a garbage truck in October 2016 while trying to reclaim fish that local authorities had taken from him.

    The official charges against her were participating in an unregistered demonstration, insulting law enforcement officers, and inciting others to commit criminal offenses. Last February, she was given a suspended 10-month sentence and handed a fine of 500 dirhams (about $50).

    #Maroc

    • Inculpée de participation à une manifestation non déclarée, outrage à agents de la force publique et incitation à la violence, elle a été condamnée à 10 mois avec sursis et une amende de 50 euros.

      C’est au sursis qu’on voit bien qu’on est au Maroc et pas dans une grande démocratie occidentale.

  • Colère et incompréhension au Maroc après la condamnation des meneurs du « #Hirak » - France 24
    http://www.france24.com/fr/20180627-indignation-maroc-lourde-condamnation-meneurs-hirak-nasser-zefzaf

    Manifestations, appel à la grève... Mercredi, le Maroc a marqué son indignation à l’issue d’un procès-fleuve de neuf mois qui a vu les meneurs du mouvement de protestation, ayant agité le royaume en 2016-2017, écoper de lourdes condamnations.
    […]
    À l’issue d’un procès fleuve de neuf mois, la chambre criminelle de la cour d’appel de Casablanca a condamné mardi soir le leader du mouvement Nasser #Zefzafi et trois de ses compagnons à 20 ans de prison pour « atteinte à la sécurité de l’État », un motif passible de la peine de mort selon les textes.

    Accusés comme eux de «  visées séparatistes  », 49 autres militants ont écopé de peines comprises entre un et quinze ans de prison.

    Les avocats de la défense ont refusé de plaider par solidarité avec les prévenus, qui ont boycotté les dernières audiences pour dénoncer la «  partialité de la justice  ».

    Après le verdict, les proches des accusés ont quitté le tribunal en criant leur colère et en scandant «  vive le #Rif  », en référence à la région historiquement frondeuse et marginalisée du nord du Maroc secouée par le mouvement de protestation.

  • Au Maroc, le long procès des leaders du #Hirak du #Rif - La Croix
    https://www.la-croix.com/Monde/Afrique/Au-Maroc-long-proces-leaders-Hirak-Rif-2018-05-28-1200942422

    Nasser Zefzafi et une cinquantaine d’autres détenus ont été transférés à Casablanca pour y être jugés. Leur procès dure depuis huit mois. Maintenu à l’isolement, le leader du Hirak a annoncé mercredi 23 mai une grève de la faim – « de non-retour » – pour protester contre les conditions de sa détention.

    Il en est aujourd’hui à son 11ème jour.
    La Croix à peu près le seul journal qui suit l’affaire.

  • Maroc : à la barre, le leader du mouvement #Hirak dénonce un « procès politique »
    http://www.lemonde.fr/afrique/article/2018/04/10/maroc-a-la-barre-le-leader-du-mouvement-hirak-denonce-un-proces-politique_52

    Le leader du mouvement de protestation qui a agité en 2017 la ville marocaine d’#Al-Hoceima, Nasser #Zefzafi, a fustigé lors de sa première audience publique, lundi 9 avril, un « procès politique par excellence », et rejeté toute intention séparatiste.

    Nasser Zefzafi, 39 ans, a été emprisonné en mai 2017 après avoir interrompu le prêche d’un imam hostile au mouvement social du Hirak, qui secouait alors une partie du nord du pays. Poursuivi notamment pour « atteinte à la sûreté intérieure de l’Etat », il risque en théorie la peine capitale.

    Il est l’un des derniers des 54 militants ou sympathisants du mouvement appelés à la barre pour un procès-fleuve qui s’est ouvert mi-septembre devant la chambre criminelle près la cour d’appel de Casablanca.
    […]
    Pour sa défense, le meneur du mouvement s’est référé à la Constitution marocaine, qui « autorise les manifestations pacifiques », mais a également eu recours à des discours prononcés en 2017 par le roi et dans lesquels celui-ci s’était montré sévère par rapport à la classe politique. « [Son] message est le même que celui du Hirak […] et ce procès va à contre-courant des discours du roi », a déclaré avec satisfaction M. Zefzafi, rarement interrompu par le président de la cour.

    #Rif

  • #Maroc : chape de plomb sur le #Rif
    https://www.mediapart.fr/journal/international/140318/maroc-chape-de-plomb-sur-le-rif

    Casablanca, le 20 février 2018. © Rachida EL Azzouzi Impossible pour Mediapart, comme pour plusieurs confrères avant nous, de revenir dans la ville d’Al Hoceïma dans le Rif marocain, théâtre depuis octobre 2016 d’un #Hirak, mouvement populaire, d’une ampleur inédite en 18 ans de règne de #Mohammed_VI. Reportage sous étroite surveillance policière à Casablanca, où se déroule le procès d’une cinquantaine de militants.

    #International #Justice

  • La rivolta democratica dei berberi del Marocco

    “Nel #Rif non ci sono università, ospedali e infrastrutture. Siamo completamente emarginati dal centralismo del governo marocchino”, dice Reda Benzaza, portavoce del movimento popolare Hirak al shaabi, nato sulla scia delle proteste scoppiate nella città di Al Hoceima dopo la morte del pescivendolo Mouhcine Fikri nell’ottobre del 2016.

    Nella regione del Rif, nel nord del Marocco, le proteste per la morte di #Fikri hanno fatto da cassa di risonanza per le rivendicazioni sociali dei giovani. In questa zona infatti la disoccupazione tocca i livelli più alti del paese. Il movimento #Hirak_al_shaabi chiede al governo nuovi investimenti e un maggiore impegno nella lotta alla corruzione.

    Il reportage di Massimo Lauria e Gilberto Mastromatteo racconta, attraverso le voci degli attivisti, la nascita di una rivolta pacifica che è ancora in corso.

    https://www.internazionale.it/video/2018/02/21/rivolta-berberi-marocco
    #résistance #révolte #berbères #Maroc

  • Au Maroc, l’interminable procès de la révolte du Rif
    http://www.lemonde.fr/afrique/article/2018/02/09/au-maroc-le-hirak-en-proces_5254234_3212.html

    Après plusieurs mois de discussions sur la forme, les audiences sur le fond ont débuté vendredi 26 janvier. L’ambiance est électrique. Aux trois accusés – en liberté provisoire – qui comparaissent ce matin-là, on reproche leurs liens avec Nasser Zefzafi. Pour preuves, des photos sont diffusées sur les rétroprojecteurs. On y voit les jeunes Rifains, tout sourire, aux côtés de Zefzafi ou dans les manifestations. Le ton monte entre une des avocates de la défense et le président du tribunal. Les échanges fusent – et prêtent parfois à sourire : « Ça se voit qu’ils sont proches », « Evidemment, ce sont des amis d’enfance ». Ou encore : « Pourquoi ne pas brandir le drapeau du Maroc ? », « Je n’en avais pas à la maison »…

    #hirak #Rif

  • Abdellatif Laâbi : « Nous assistons à une répétition de l’histoire au #Maroc »
    https://www.mediapart.fr/journal/international/051217/abdellatif-laabi-nous-assistons-une-repetition-de-lhistoire-au-maroc

    Manifestation en faveur des prisonniers aux abords du tribunal de Casablanca, le 12 septembre 2017. © Reuters « Même cortège de violence et d’humiliations, mêmes chefs d’inculpation disproportionnés, mêmes peines de prison incroyables ravissant aux condamnés les meilleures années de leur jeunesse. » C’est en ces mots, dans un entretien à Mediapart, que l’écrivain marocain Abdellatif Laâbi dénonce le sort réservé par le Maroc aux prisonniers politiques du mouvement du #Hirak.

    #International #Abdellatif_Laabi #Acrif #Mohammed_VI #Poésie #répression

  • Le pouvoir marocain ébranlé par un an de révolte dans le #Rif
    http://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/10/26/le-pouvoir-marocain-ebranle-par-un-an-de-mouvement-social_5206040_3212.html

    C’est le dernier rebondissement d’un mouvement qui secoue le Maroc depuis un an et dont les répercussions vont bien au-delà d’une crise locale. Le roi Mohammed VI a limogé, mardi 24 octobre, plusieurs responsables politiques dont trois ministres. Selon le communiqué royal, la décision a été prise après la remise d’un rapport faisant état de « dysfonctionnements » dans un programme de développement destiné à la ville d’#Al-Hoceima, épicentre d’une contestation qui empoisonne le pouvoir depuis octobre 2016.

    Les remaniements ministériels ne sont pas exceptionnels dans le royaume, mais celui-ci détone par le nombre de personnes concernées et leur importance. Il concerne notamment Mohamed Hassad, ministre de l’éducation et ancien ministre de l’intérieur, un technocrate considéré comme proche du palais royal. L’annonce a été qualifiée de « séisme politique » par l’hebdomadaire marocain TelQuel. « Un remaniement de cette ampleur, c’est la première fois que cela arrive depuis le début du règne de Mohammed VI [en 1999], souligne le journaliste politique Abdellah Tourabi. C’est un signal perçu par beaucoup de gens comme positif dans le sens où il montre que la reddition des comptes touche tout le monde. Ça illustre aussi la volonté de se réconcilier avec Al-Hoceima. »

    #hirak

  • Au Maroc, les délicats procès des militants du #Hirak
    http://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/10/06/au-maroc-les-delicats-proces-des-militants-du-hirak_5196989_3212.html

    Les autorités marocaines ont fait taire la rue à #Al-Hoceima, mais les procès de militants qui s’ouvrent sont une nouvelle épine dans le pied du pouvoir. Mardi 3 octobre, une deuxième audience s’est tenue devant la cour d’appel de Casablanca pour juger une vingtaine de militants et sympathisants du Hirak, le nom donné au mouvement de contestation sociale né en octobre 2016 dans la région du Rif (nord).

    Depuis le mois de mai, date de début des arrestations, plus de 300 personnes ont été interpellées. Selon un rapport de l’ONG Human Rights Watch (HRW), au 5 septembre, 216 personnes étaient toujours derrière les barreaux : à Casablanca, 47 sont en attente de jugement ; à Al-Hoceima, 169 sont en attente de jugement ou déjà condamnées. Les verdicts qui tombent sont parfois durs. Le 30 août, neuf manifestants ont été condamnés à des peines allant d’un an à vingt ans de prison ferme. La plus sévère a été prononcée contre un garçon de 18 ans, condamné pour l’incendie d’une résidence policière qui n’avait pas fait de victime, mais avait frôlé le drame selon les autorités.

  • Maroc. La révolte du #Rif s’invite à la fête du Trône | Courrier international
    http://www.courrierinternational.com/article/maroc-la-revolte-du-rif-sinvite-la-fete-du-trone

    Dans sa première intervention publique depuis le début de la contestation commencée en octobre dans le Rif, le roi Mohammed VI a accordé sa grâce à plus de 1 100 prisonniers dont 58 contestataires rifains. Son discours, qui impute à l’administration la responsabilité du retard dont souffrent plusieurs régions, montre les limites du système marocain.

    #hirak #makhzen

  • The #Rif and the Moroccan State’s Economic Pressure Cooker
    https://www.counterpunch.org/2017/07/14/the-rif-and-the-moroccan-states-economic-pressure-cooker

    Although these demands were drafted to respond to the concerns of the Rif, they echo similar ones carried by social movements throughout #Morocco. The #Hirak emerged from similar economic injustices found throughout the wide margins of the Makhzenist state, the neglected “backlands” that actually constitute the vast majority of the country. It should come as no surprise then that their movement has spread more easily to villages and towns in the Atlas (Central Morocco) and Asammr (Southeast) than to the former colonial metropolises (Rabat-Casablanca). Vestiges of colonialism, roads and train lines point to these wealthy urban centers, taking capital, raw resources and cheap migrant labor from the margins in return for remittances, “development” aid and weak tourism.

    In these epicentres of Moroccan capital, business goes on as usual. The neoliberal war waged on the poor rages on, encouraged and facilitated by institutions like the IMF and the World Bank. Today, the state works diligently to meet the requirements of their international debtors, beginning to sketch out the grounds for a new social contract. “It is time for the state to take its hands off certain sectors, like health and education” declared former Prime Minister Abdelilah Benkirane at the African Bank of Development’s 2014 conference, “the role of the state should be limited to assisting private operators who wish to engage in these sectors.”

    Indeed, the state has began to savagely privatize the education sector, making the 1984 fee hike of $5 appear miniscule. In the last few years, public elementary and secondary schools have been closing left and right. According to a report by militant organisations, 191 have closed in Casablanca and Rabat alone between 2008 and 2013. Those that remain are seeing overcrowding with some classrooms sometimes holding more than 70 students. Meanwhile, students at public universities will begin to pay subscription fees and graduate students will begin to pay tuition.

    Public health has also been undermined with the state completely disengaging itself from the sector — no new public hospitals are planned, increasingly fewer doctors are employed and equipment is rarely purchased or renewed. Instead, the state works in favor of expensive private clinics which escape regulations and controls. Public water and electricity services have also been privatized, with the public National Office for Electricity and Potable Water (ONEE) seeing entire cities taken off its grid, its tax-funded infrastructures given almost for free to foreign multinationals like France’s Suez Environnement and Veolia.

    #Privatization has meant increasing costs across the board, while the minimum wage has remained low at $250 per month. And that’s if you’re not part of the 10.7% that is unemployed, reaching 25.5% amongst younger Moroccans. Meanwhile, higher costs of rent, subsidy cuts on fuel (with more to come on other basic goods) and increasing costs of living in general have ravaged both proletarian and middle class households. Even lentils, considered the food of the poor, have almost tripled in price from about $1 to almost $3 per kilogram.

    Yet, it is not difficult to see why the state has so fully embraced these #neoliberal policies despite the anger they provoke. Rampant liberalization of the public sector has generally meant its recuperation by multinationals owned by the private Societé Nationale d’Investissement (SNI), the royal investment holding: from mining corporations like Managem, to banks like Attijariwafa Bank, to real estate giants like Addoha.

    Cracks in the Pressure Cooker

    In this context of capitalist predation, the uprising in the Rif should be seen as a justified expression of the popular anger which has been boiling both, under and over the surface for decades. But the last decade demarks itself as a period of unprecedented proliferation in social, political and even environmental movements. According to sociologist Abderrahman Rachik Social, labor-related protests and strikes have shot up by 200% since 2012, while the totality of protest actions in the country have gone from 700 protests in 2005 to 18,000 last year.

  • Une vidéo de Zefzafi à l’intérieur de la prison suscite la polémique - H24info
    https://www.h24info.ma/maroc/politique/video-de-zefzafi-a-linterieur-de-prison-suscite-polemique

    Une vidéo de Nasser Zefzafi exposant les membres de son corps devant une caméra fait le tour des réseaux sociaux. Pour les médias qui ont publié la vidéo, il s’agirait de la preuve que Zefzafi n’aurait subi aucune torture. La toile, elle, s’indigne.

    Signée par le journal électronique barlamane.com, la vidéo donne à voir le leader de la contestation dans le Rif montrer tour à tour les diverses parties de son corps : ses mains, ses pieds, son dos et son ventre. Et ce, afin de démentir l’existence de tout acte de torture.

    Publiée le 10 juillet sur la chaîne de ce support, cette vidéo est présentée comme réalisée de l’intérieur de la prison de Oukacha à Casablanca.

    Toutefois, tout porte à croire que cette vidéo suscitera une nouvelle fois la polémique.

    Plusieurs internautes se sont quant à eux indignés de la publication de cette vidéo.

    La publication d’une vidéo humiliante de Nasser Zefzafi est une atteinte à ses droits de prisonnier. Nous condamnons cet acte. #Hirak #Rif

    — AMDH Rabat (@AMDHRabat) July 10, 2017

    (AMDH : association marocaine des droits de l’homme). La vidéo choque beaucoup parce qu’elle rappelle au public arabe d’autres très nombreuses images (Irak, Egyote, Libye...) de leaders privés, en détention, de toute dignité.)

    • La justice ordonne une enquête
      القضاء المغربي يامر بالتحقيق بعد بث شريط فيديو للزفزافي في السجن واثار جدلا واسعا في البلاد.. ووزير حقوق الإنسان: أنا جد غاضب من هذه الصبيانيات وفيديو الزفزافي مس بكرامة كل المغاربة
      http://www.raialyoum.com/?p=707451

  • Rif : les sécuritaires déclarent la guerre à Driss El Yazami - Le Desk
    https://ledesk.ma/2017/07/04/rif-les-securitaires-declarent-la-guerre-driss-el-yazami

    Répression policière et discours sur les droits de l’Homme ne peuvent plus cohabiter à l’aune des événements qui agitent Al Hoceima et sa région depuis des mois. Cet attelage impossible a montré encore une fois ses limites avec la fuite organisée des extraits d’un rapport accusateur du CNDH destiné à la Justice, provoquant une réplique furieuse de la frange sécuritaire du régime
    La charge est d’une violence inouïe et elle émane de Barlamane, un site de propagande acquis aux sécuritaires. Son article au canon intitulé « Qui aiguillonne le Conseil d’El Yazami pour attiser les événements d’Al Hoceima après l’accalmie ? », accuse sans fards le Conseil national des droits de l’Homme (CNDH) d’être un instrument de « parties dans le Rif qui refusent un retour au calme dans le Rif ».

    Capture écran de l’article à charge contre le CNDH paru le 3 juillet sur le site Barlamane

    La thèse est la suivante : alors que le roi a donné ses instructions pour que soient châtiés les responsables du fiasco du programme économique et social Al Hoceima, manarat al moutawassit, le CNDH « sur lequel il était compté alors qu’il reçoit des sommes astronomiques de la part du contribuable », s’est transformé en outil entre les mains de « certaines parties » – non citées dans l’article – destiné à produire des « rapports tendancieux et fallacieux à partir d’initiatives douteuses dont le but est de souffler sur les braises pour provoquer l’incendie ».

    #Maroc #hirak #Rif

  • Au Maroc, la police se retire du centre-ville d’Al-Hoceima
    http://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/07/04/au-maroc-la-police-se-retire-du-centre-ville-d-al-hoceima_5155522_3212.html

    Les forces de l’ordre ont commencé dès le début de la semaine à se retirer « progressivement » des centres d’#Al-Hoceima et Imzouren, deux villes du nord du Maroc secouées par un mouvement de contestation depuis huit mois, selon des sources concordantes.

    Les premiers retraits ont été effectués « progressivement à Imzouren et à la place Mohammed-VI à Al-Hoceima », selon le nouveau gouverneur de la province, Fouad Chourak, qui s’est exprimé, lundi 3 juillet, devant la presse.

    « Ce sont des signaux profonds, j’espère qu’ils seront reçus par chacun. (…) Le retrait se fera par étapes », a poursuivi M. Chourak, disant suivre les « directives » du roi pour « garantir les libertés ». « Si les protestataires réagissent positivement à ces signaux, d’autres suivront, dans le même sillage. La confiance et la sécurité sont liées (…) jusqu’à un retour à la situation normale », a-t-il promis.

    #hirak #Rif

  • Hirak : 8 mois de contestation dans le Rif marocain | Le magazine
    http://www.canalsud.net/?Hirak-8-mois-de-contestation-dans

    Savez-vous qu’un vaste mouvement de contestation secoue le Rif marocain ? Si vous ne vous informez que via les médias de masse, probablement non, tant ceux-ci n’ont abordé que succinctement le sujet (en France tout particulièrement). Cela fait pourtant huit mois que ça dure ! Et ce malgré une répression violente de la part de l’Etat marocain, allant jusqu’à la torture. Le magazine de Canal sud revient aujourd’hui sur ce combat exceptionnel par sa durée et son intensité, que les rifains désignent sous le terme local signifiant « mouvement » : le Hirak. Notre invité Jacques-Moussa, militant marocain vivant en France, le replace dans la longue histoire des luttes au Maroc. Durée : 1h14. Source : Canal (...)

    http://www.canalsud.net/IMG/mp3/mag20170727_hirak.mp3

  • Des centaines de milliers de personnes défilent aujourd’hui à #Rabat demandant dignité, justice sociale,libération des détenus.. #Rif #Hirakpic.twitter.com/kK0CvWvnQR
    https://twitter.com/MohamedEttaki/status/873902345582780416

    Des centaines de milliers de personnes défilent aujourd’hui à #Rabat demandant dignité, justice sociale,libération des détenus.. #Rif #Hirak pic.twitter.com/kK0CvWvnQR