• Anti-eviction map

    The Anti-Eviction Mapping Project is a data-visualization, data analysis, and #storytelling collective documenting the dispossession and resistance upon gentrifying landscapes. Primarily working in the #San_Francisco_Bay Area, #Los_Angeles, and #New_York_City, we are all volunteers producing digital maps, oral history work, film, murals, and community events. Working with a number of community partners and in solidarity with numerous housing movements, we study and visualize new entanglements of global capital, real estate, technocapitalism, and political economy. Our narrative oral history and video work centers the displacement of people and complex social worlds, but also modes of resistance. Maintaining antiracist and feminist analyses as well as decolonial methodology, the project creates tools and disseminates data contributing to collective resistance and movement building.


    https://www.antievictionmap.com
    #cartographie #cartographie_critique #cartographie_radicale #évacuation #résistance #gentrification #urban_matter #USA #Etats-Unis #histoires #histoire_orale #solidarité #logement #habitat #décolonial
    ping @karine4 @cede

  • Le texte publié par les éditions La Fabrique est initialement paru sous le format d’un article dans la revue d’histoire britannique Past and Present en 1967. Edward P. Thompson, spécialiste de l’histoire sociale du Royaume-Uni, explore la période de transition vers le capitalisme industriel d’un point de vue inédit pour l’époque. L’auteur s’attache a étudier et comprendre le nouveau cadre horaire imposé afin de rationaliser la production et discipliner la nouvelle main d’œuvre du monde industriel naissant.

    Chronique du livre d’Edward P. Thompson, Temps, discipline du travail et capitalisme industriel (La Fabrique, 2004)

    https://delivronsnous.home.blog/2019/11/19/le-temps-une-valeur-politique

    #livre #temps #travail #capitalisme #oisiveté #histoire #histoiresociale #domination #thompson

  • Refugee stories could do more harm than good

    The pressure of storytelling can leave refugees feeling tokenised and disempowered.

    Ever since I was forced to leave Syria five years ago, I have been sharing my personal story in the hope of raising awareness about the human rights violations in my home country. My experience of storytelling has been both positive and disappointing. On the one hand, it has enabled me to make connections with several supportive individuals who made me feel welcome. But on the other hand, the way that refugees are expected to share and curate their stories can do more harm than good.

    Last year, I was approached by a prominent TV news network to discuss US airstrikes in Syria. I saw the invitation as an opportunity to share my academic perspective as the topic was closely related to what I was researching as part of my doctoral degree at the time. The interview proceeded with personal questions focused on my life in Syria. As I was not being asked about the airstrikes, I requested to share my view and they agreed.

    A few days later, the reporter emailed with me the news clip of their coverage of the strikes. The clip started with a brief summary of what happened. I was then featured for a few seconds, half in tears and conspicuously traumatised while mentioning the loss of my brother and father. The clip then continued with a white Australian observer who gave his “objective” and scholarly analysis of the situation. While the journalist apologised for the “heavy editing”, this humiliating experience taught me that despite my background as a citizen journalist and an academic, for some I will forever be a traumatised Syrian refugee whose primary role is to evoke sympathy and tears.

    Many organisations that work with refugees and asylum seekers also fall into this trap. While most of these organisations are well-meaning and do not directly coerce refugees to share their stories, there is often an expectation that refugees owe the wider public their stories. Thus, the expectation of sharing one’s story can transform into an obligation. I realised this when I politely declined an invitation to share my story from an institution that supported me in the past. Instead of the usual understanding response, a senior staff member at the institution said he was “very disappointed” that I could not save a few minutes of my time to help with their outreach work given what they have done for me.

    Although refugees are free to choose the content of their stories, there is an expectation that they should include some details about their past in order to “move the audience” and inspire sympathy. In preparation for refugee events, some organisers send a list of prompt questions to refugee speakers about their life in their home country, their reasons for leaving, the challenges they have faced and how they have overcome them. There is an implicit narrative logic to the questions: ‘tragedy’ to ‘success’, ‘hell’ to ‘paradise’.

    “The curated form of storytelling prevalent nowadays tends to marginalise or oversimplify.”

    Some might claim that sharing refugee stories helps to raise awareness about important issues and generate positive social change by inspiring people and helping them better relate to the experiences of refugees and asylum seekers. Of course, personal stories contribute to achieving these goals. However, the curated form of storytelling prevalent nowadays tends to marginalise or oversimplify the complex context surrounding these stories.

    While many refugees inspire others with their perseverance and resilience, their trauma and their stories should not be packaged in order to inspire. Refugees are not objects or vehicles of inspiration and sympathy. By repeatedly requesting refugees to share stories of why they have sought refuge, we essentialise their identities. People with disabilities face similar objectification when people treat their very existence and ability to lead their lives as inspiring.

    The whole paradigm of using stories to raise awareness and change hearts and minds warrants further research. In my experience, the main audience of refugee narratives are people who support refugees already and tend to perceive these stories as a powerful demonstration of resilience and contribution to society. But we should be aware that the fetishisation of success stories can ignore the painful reality that for many refugees, surviving and adapting to a new life outside of their home country is often overwhelming, difficult and painful.

    “Empowering refugees does not have to come through emphasising their heartbreaking stories.”

    It is critical that refugees and the institutions that work closely with them are cognisant of the potential risks of sharing painful details of refugee stories. Because many refugees may feel obliged to accept requests of their supporters, being aware of the power imbalance is critical. People also need to recognise that refugees and asylum seekers have agency, and respect their right to determine how and when they share their stories. Empowering refugees does not have to come through emphasising their heartbreaking stories. Resisting the urge to ask refugees about their past life in their home country can be difficult, especially given their unique first-hand accounts. And while many refugees do not mind sharing their perspectives, we need to be careful not to trigger painful memories.

    Once they are resettled, most refugees try to move on with their lives, focus on their families, establish new careers and contribute to the society that has taken them in. How many stories do we hear about the challenges of young people adapting to a completely new education system? The difficulty of finding employment? The joy of discovery in a new country? If we are genuinely interested in supporting refugees, then we should focus on stories about their present and future, not just their past.

    https://www.opendemocracy.net/en/refugee-stories-could-do-more-harm-good
    #témoignage #storytelling #réfugiés #migrations #empowerment #disempowerment #personnification #humiliation #victimisation #obligation #émotions #narrative #dépolitisation #essentialisation #histoires #risques #présent #passé

    ping @karine4

  • « Le pire n’est pas (toujours) certains » parle sans politiquement correct du rôle de l’Europe dans la crise migratoire

    Écriture du texte

    Durant plusieurs mois, l’autrice a parcouru l’Europe, de Thessalonique, en #Grèce, jusqu’au Foyer Oryema de Bobigny. Cette pièce est dédiée à tous les migrants rencontrés et qui ont accepté de lui raconter leurs #histoires. Certains sont devenus ses amis. Le pire n’est pas (toujours) certain met en scène un ensemble de personnages imaginaires construits à partir de vrais #témoignages. Ainsi, le spectateur découvre la Fée Clochette, qui se moque de l’#Europe, l’Europe elle-même, un délégué européen aux affaires migratoires, ou encore Jumala, demandeuse d’asile. Le vrai trajet de l’autrice est imité, transposé sur un personnage de chien qui fit lui aussi la même route que les réfugiés à partir de leur arrivée en Europe par la Grèce.

    #Catherine_Boskowitz explique sur scène s’être inspiré du livre Frères migrants, de Patrick Chamoiseau, mais d’autres ouvrages ont inspiré son écriture. Les écrits d’Hannah Arendt sur l’acte de « penser », Le soulier de Satin, de Paul Claudel, ou encore Passé composé, une nouvelle d’Antonio Tabucchi. Une autre pièce a marqué son propre travail, celle d‘Armand Gatti intitulée Sept possibilités du train 713 en partance d’Auschwitz, qu’elle mit en scène en 2007. En effet, le parallèle avec les camps de déportation de la Seconde Guerre Mondiale se traduit par un lexique similaire : la pièce parle de « Justes » avec les « passeurs » qui organisent des « résistances » en Europe pour permettre aux migrants d’obtenir la liberté et la sécurité. Le texte fait également référence à une histoire croisée entre deux personnages qui ne se connaissent pas et ne se croiseront jamais, puisque l’un est victime de la crise migratoire, l’autre a été victime du nazisme.

    « Je suis l’Europe ! »

    La pièce commence pendant que le public s’assoit. Dans le premier tableau, la salle découvre les personnages en train de coller des bandes adhésives blanches sur le sol et d’écrire dessus. Ces bandes peuvent représenter les frontières empêchant les migrants de se déplacer en Europe en marquant des obstacles sur leurs trajets. Les acteurs se pressent, et quand la salle est enfin installée, l’agitation se fait plus forte avec des bruits stridents qui se transforment peu à peu en bruit de jungle. Les bruitages et la précipitation des personnages qui s’empressent de tout ranger subitement amènent cette première scène d’ouverture à faire penser au démantèlement de Calais, en mettant directement le spectateur dans le bain de l’histoire.

    Un des personnages central de la pièce est celui de l’Europe, jouée par Catherine Boskowitz elle même. Elle la personnifie en femme, habillée en tailleur avec des cornes de Minotaure sur la tête, car « le Minotaure mange les enfants des autres », explique-t-elle. Quand elle arrive sur scène pour la première fois, elle se fait directement alpaguée par la Fée Clochette qui lui courre après et se moque de ses propos. Le personnage de la Fée Clochette n’intervient qu’au début de la pièce, quand elle vient embêter l’Europe. Même si le personnage est drôle, son discours devient tout de suite un peu bateau dès qu’elle essaye d’avoir une analyse de la situation, en affirmant par exemple que « c’est la faute du capitalisme », ne disant rien ni de précis, ni de concret. L’Europe, quant à elle, a un propos bien plus approfondi. Par exemple, elle affirme que si le problème ne trouve pas de solutions, c’est car la mondialisation a transformé les individus en données, dans un monde tourné autour d’individus qui consomment. Dans ce genre de considération, les événements politiques majeurs comme l’élection de Trump ne tombent pas du ciel mais avaient des résonances bien avant en nous. La mise en scène accompagne le discours de cette deuxième séquence par les bruits de données et les personnages qui font mine de travailler avec des statistiques et des chiffres sur un tableau translucide. Dans ce passage, elle déconstruit la manière dont les institutions politiques essayent de se dédouaner de la situation en « os[ant] brouiller les pistes pour nous faire croire que nous sommes impuissants ».

    Mais l’Europe est aussi déclinée dans sa complexité par l’évocation de la lourdeur administrative à laquelle doivent faire face les migrants, ou par d’autres personnages comme celui du délégué européen aux affaires migratoires, qui rencontre Jumala dans un camp, femme exilée arrivée en Grèce et essayant de rejoindre la France. La force de la pièce est incarnée par ses grands personnages comme celui joué par l’autrice, qui rassemble dans son discours tous les schémas mentaux négatifs et xénophobes pouvant être entendu dans la vie quotidienne. Les exprimer sur scène dans la bouche même de l’Europe amène à lire entre les lignes la façon dont les institutions européennes s’occupent de la crise migratoire, tels que : « vous avez laissés vos enfants derrière vous ? Ah mais moi, pour rien au monde je laisserais mes gosses ! ». D’ailleurs, quand on demande à Jumala pourquoi la France, et qu’elle répond « Liberté, égalité, fraternité », des rires se font entendre dans la salle.

    « Ce bateau, je lui avais donné une civilisation » dit un exilé ayant survécu au naufrage de Lampedusa, au début de la pièce .

    D’ailleurs, ce personnage féminin est une autre figure forte de la représentation. Par elle se décline le parallélisme à la Résistance. Par elle, le public découvre l’organisation des passeurs et des réseaux qui font passer les individus d’un pays à un autre. Pendant qu’elle parle de la force dont font part les migrants pour traverser l’Europe, elle interpelle l’administration européenne en côtoyant pendant quelques jours un délégué aux affaires migratoires, qu’elle met face à face avec la réalité, et qui lui aussi incarne les complexité des rapports entre les uns et les autres.

    En sommes, les points abordés sont parfois très intéressants, comme ceux évoqués par l’Europe ou part la relation entre Jumala et le délégué européen, mais l’autrice aurait pu réellement approfondir d’autres aspects de la crise migratoire bien moins connus du grand public, comme les différents réseaux de passeurs. Après le festival des Francophonies à Limoges, la pièce sera à découvrir à Paris en décembre à la MC93.


    https://toutelaculture.com/spectacles/theatre/le-pire-nest-pas-toujours-certains-parle-sans-politiquement-correct-

    #théâtre #art #migrations #frontières #asile #migrations #parcours_migratoires #itinéraires_migratoires
    ping @isskein @reka @karine4

  • #Propaganda (9/10). Korean Pop

    Vous faîtes partie des milliards de personnes ayant dansé sur #Gangnam_Style ? Dans le neuvième épisode de #Propaganda, on verra pourquoi produire de la musique pop et raconter des #histoires_d'amour permet de donner une image positive à un pays. C’est la technique du #NATION_BRANDING.


    https://www.arte.tv/fr/videos/075937-009-A/propaganda-9-10
    #pop #musique #nationalisme #géographie_culturelle #musique_et_politique #imaginaire_national #Corée_du_sud #vidéo #soft_power #image #ressources_pédagogiques

    ping @sinehebdo

  • Quand des écoles servaient de camps pour trier les réfugiés

    La Ville a inauguré hier une #plaque commémorative à l’école des Cropettes. En 1943, l’armée y décidait du sort des réfugiés.


    https://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/Quand-des-ecoles-servaient-de-camps-pour-trier-les-refugies/story/24277782
    #tri #catégorisation #Suisse #Genève #Cropettes #réfugiés #histoires #WWII #deuxième_guerre_mondiale #seconde_guerre_mondiale #camps #Juifs #camps_de_réfugiés #mémoire #armée

    –-> un article de 2016, mis ici pour archivage

  • #WARDI
    de #Mats_Grorud

    #Beyrouth, #Liban, aujourd’hui.
    Wardi, une jeune Palestinienne de onze ans, vit avec toute sa famille dans le #camp_de_réfugiés où elle est née.
    Sidi, son arrière-grand-père adoré, fut l’un des premiers à s’y installer après avoir été chassé de son village en 1948.
    Le jour où Sidi lui confie la clé de son ancienne maison en Galilée, Wardi craint qu’il ait perdu l’espoir d’y retourner un jour.
    Mais comment chaque membre de la famille peut-il aider à sa façon la petite fille à renouer avec cet #espoir ?


    https://www.jour2fete.com/distribution/wardi

    Bande-annonce :
    https://vimeo.com/314049635

    #film_d'animation #cinéma #film #réfugiés #réfugiés_palestiniens
    #graines #semences #arbres #odeur #fleurs #mémoire #histoires #occupation #clé #Histoire #Nakba #Israël #camps_de_réfugiés

    On y voit très bien l’évolution du camp de réfugiés... de quelques #tentes à un habitat dense, construit dans la #verticalité
    #urbanisme #architecture

    Sur le site il y a aussi un #dossier_pédagogique

    ping @reka

  • Six Saucisses m’étaient contées
    http://www.radiopanik.org/emissions/mercredi-/six-saucisses-m-etaient-contees

    Au programme ce mercredi !

    Six Saucisses m’étaient contées - Des #Musiques, des #Histoires, des histoires, des musiques… Et même pas de saucisses !

    Les musiques de l’émission :

    Musique : Arthur Russell - Love is overtaking me

    Jean Gabin - Avec ma p’tite gueule

    FM Belfast - Underwear

    Devo – Planet Earth

    Die Antwoord - Ugly Boy

    Lucio Battisti - Dieci Ragazze

    #Jeune_Public #Jeune_Public,Histoires,Musiques
    http://www.radiopanik.org/media/sounds/mercredi-/six-saucisses-m-etaient-contees_05735__1.mp3

  • Elaine Herzberg : enquête à distance
    https://tcrouzet.com/2018/04/11/elaine-herzberg-enquete-a-distance

    Trois semaines qu’Elaine Herzberg a été tuée par un robot autonome et toujours rien sur elle ou presque dans les médias, rien sur a vie, son intimité, l’endroit où elle se rendait quand elle a traversé 640 North Mille Avenue en poussant son vélo. Un message envoyé à quelques-uns de ses amis Facebook n’a suscité aucune Source : Thierry Crouzet

    • Je recevrais ce genre de correspondance d’un french author :

      Hello, my name is Thierry Crouzet. I’m a French writer. Since I heard about Elaine’s death, I have read everything I could find online about Elaine’s life. I’m angry to see that the press doesn’t really care about her but only about the Uber technology. I would like to write about her, about her life. I want to make a tribute to her, as she is the first human victim of a robot. Today, I’m sending this message to any of Elaine’s friends I can find. If you would like to share your vision of who Elaine was .

      Ma réponse ne serait pas très polie : Go fuck yourself !

      #charognard

    • Cela faisait très longtemps que je n’avais pas lu une ligne du gars, tout de suite je tombe sur son message que je cite plus haut et qui immédiatement me fait vomir.

      Donc c’est sans doute hâtif de ma part, et je n’ai pas l’intention d’aller plus loin dans ma lecture du gars, mais oui, une certaine propension à beaucoup travailler à attirer l’attention sur soi, à s’étudier soi-même, à gérer les informations comme un patrimoine médiatique, à systématiquement vouloir être l’home qui a vu l’home qui a vu l’homme, bref une certaine agitation fébrile, tout ça me fait disqualifier rapidement la manoeuvre surtout, once again , après le passage déjà cité et qui est donc à vomir.

    • Je comprends. C’est effectivement un passage très malaisant, comme on dit, et qui, sans connaître le travail antérieur de Crouzet, me l’a rendu antipathique : la figure de l’Auteur qui attend des réponses, comme si les proches les lui devaient et entravaient, autrement, sa mission supérieure.

      Pire encore (tu n’auras pas été jusque là, ça ne va pas soigner ta nausée), il signale que le silence de la famille vient certainement de ce qu’elle a été achetée par Tesla. En fait, comme il l’indique lui-même, une partie de la famille a accepté une transaction avec la boîte, mais une autre partie a refusé. Et ces réfractaires ne lui ont pas répondu non plus, pour des raisons qu’on ne connaît pas mais sans doute on ne peut plus légitimes : le deuil, la méfiance à l’égard de la presse, la volonté de garder leur énergie pour se battre pour elle...

      Reste que j’étais d’abord tombée sur son premier papier « Qui était Elaine Herzberg », et je l’ai trouvé important parce que de fait il est à peu près le seul à redonner un nom et une histoire à cette femme. Ailleurs, on lit une foule de détails sur la Tesla, et la femme reste toujours anonyme. Elle est "la-femme-qui-a-été-tuée-par-une-voiture-autonome". La bagnole a un nom, pas "la femme".

    • Oui, j’ai un peu parcouru le reste. Je suis déjà très mal à l’aise quand c’est Truman Capote ou Emmanuel Carrère qui produit ce genre de choses, alors imagine un type qui est très très loin d’avoir leur talent littéraire.

      Et j’ai naturellement beaucoup de mal à avaler aussi cette histoire d’enquête à distance, regardez comme je suis fort en utilisant les moyens connectés, ça sent décidément très fort l’ego-trip

    • Ah, Truman Capote ! On est en plein dedans effectivement : détestable et fascinant. C’est toute l’ambiguité de ce genre d’enquête : que ça joue sur un voyeurisme communément partagé, tout en prenant le contrepied salutaire d’autres travers tout aussi graves des médias et de la société. Que ça flatte l’ego de l’auteur en mettant au jour des réalités qui sinon resteraient passées sous silence.

      En fait, c’est un malaise que je ressens souvent en lisant, plus généralement, des #longs_formats et autres machins narratifs : on prend du plaisir à lire (et en amont à écrire) des #histoires (puisque c’est le terme consacré aujourd’hui) de misère, d’oppression, de violence, de folie, d’emprisonnement... On s’informe, certes, on s’indigne, cela nourrit notre rage, mais simultanément, c’est un très bon divertissement (côté écriture comme côté lecture). C’est plus flagrant encore au cinéma.

    • #récupération (un thème sur lequel il faudrait faire une recherche/thèse/texte : C’est un vaste sujet puisque toutes et tous, nous utilisons une immense quantité de données et d’informations que nous glanons ici et là pour construire nos propres narrations, nos propres images, notre propre monde intellectuel en sorte, et les frontières entre copies, plagiats, inspiration, etc... sont souvent très fragiles. Et quand on signe en plus. Et au moment de signer nos créations, un rapide regard en arrière pour essayer d’estimer ce qu’est vraiment la part de nous dans ce qu’on offre publiquement...

  • La forza delle storie contro il razzismo

    “Occorre combattere la disumanizzazione tipica del razzismo, che nasce dalla negazione della dignità umana delle persone. Non bisogna quindi solo fare del buon giornalismo, ma raccontare le storie di vita e raccontare chi sono le persone in carne e ossa”, diceva Alessandro Leogrande, intervistato dai ragazzi e dalle ragazze dell’osservatorio Occhio ai media di Ferrara, durante il festival di Internazionale.

    https://www.internazionale.it/video/2017/12/12/alessandro-leogrande-intervista
    #histoires #témoignage #dignité_humaine #racisme #déshumanisation #journalisme #médias #fake_news #xénophobie #migrations #asile #réfugiés #Alessandro_Leogrande (décédé récemment à seulement 40 ans)

  • Chez BNP Paribas, un scandale réglé en interne - Libération
    http://www.liberation.fr/france/2017/10/29/chez-bnp-paribas-un-scandale-regle-en-interne_1606664

    Une jeune femme raconte comment elle a été harcelée et agressée par ses supérieurs au sein de la #banque. Elle affirme que l’affaire a été étouffée.

    En voyant déferler la vague de témoignages sur les réseaux sociaux au lendemain des révélations sur l’affaire Weinstein, elle s’est dit que le moment était venu de parler. Dans le flot d’histoires sordides qui commencent à abonder ce week-end-là, aucune ne concerne encore le milieu de la finance, et encore moins celui de la banque dans laquelle elle travaille depuis bientôt cinq ans. Carole (1), 30 ans, est salariée à la gestion financière de BNP Paribas, l’un des services les plus stratégiques de la banque. Elle a été classée dans les « profils à fort potentiel » du groupe. Mais dans son équipe parisienne, personne ne se doute qu’elle a été harcelée sexuellement par deux hauts responsables quelques années plus tôt. A l’époque des faits, l’affaire avait été discrètement réglée en interne. « Etouffée », affirme aujourd’hui Carole, la voix posée, qui dit « avoir honte de ne pas avoir parlé plus tôt ». Elle a commencé par créer un pseudonyme sur Twitter et rédigé un court message : « Le harcèlement moral, le harcèlement sexuel et les agressions sexuelles jamais sanctionnées chez BNP Paribas, on en parle ? #balancetonporc. » Puis elle s’est rétractée juste avant de l’envoyer. « Ce n’était pas l’endroit », reprend la jeune femme, qui a accepté de raconter à Libération cette histoire qui n’a jamais cessé de la poursuivre.

    « Je veux une fellation »

    En octobre 2011, Carole a 24 ans et vient d’être diplômée d’une grande école de commerce parisienne. Comme beaucoup d’étudiants brillants de cette branche, elle opte pour un contrat en volontariat international en entreprise (VIE), qui permet d’intégrer une grande boîte française dans un bureau étranger. Une place s’est libérée à Hongkong, où son CV a retenu l’attention. Pour la jeune femme, ce poste prestigieux au cœur d’une des premières places financières au monde constitue une opportunité rare. Il y a juste une toute petite ombre au tableau. Quelques semaines avant de rejoindre Hongkong, Carole raconte qu’une ancienne salariée du service croisée lors d’une formation à Paris l’a mise en garde contre le chef d’équipe, Aurélien G., qui traînerait une réputation de « pervers notoire ». Trop heureuse d’avoir vu son dossier sélectionné, Carole ne s’en inquiète pas davantage. Mais dès les premiers jours, la jeune femme commence effectivement à essuyer les remarques sexistes d’Aurélien G., qui vont devenir au fil des semaines de plus en plus appuyées. Un matin, le haut cadre débarque dans son bureau et déclare de but en blanc, un sourire aux lèvres : « Je veux une fellation. » La semaine suivante, il tire le dossier de la chaise sur laquelle Carole est assise pour regarder ses jambes et lui lance : « J’aime ça quand tu es habillée avec une jupe sexy. » A chaque nouvelle sortie outrancière, l’intensité des remarques monte d’un cran. Quelques semaines après l’arrivée de Carole à Hongkong, alors qu’elle se trouve dans son bureau, son patron la prend à nouveau à partie : « Ouvre grand tes oreilles, tu vas bientôt voir ce qu’est un vrai consultant en action ! N’hésite pas à te masturber devant moi pendant que je te parle. Allez, touche-toi ! »

    Dans un sentiment d’impunité totale, Aurélien G. va alors joindre insidieusement le geste à la parole. Comme ce jour où, seul avec elle dans son bureau, il se met à frotter son stylo contre sa cuisse. Alors qu’elle se dégage, gênée, il s’offusque à son tour : « Quoi ? C’est mon stylo, c’est pas comme si c’était mon sexe en érection ! » Un peu plus tard, il tirera sur sa queue-de-cheval devant le reste de l’équipe en suggérant une position sexuelle et en s’esclaffant : « Avec des cheveux comme ça, elle est prête à l’emploi. » Lorsqu’un jeune collègue de Carole prend à partie Aurélien G. sur son comportement, ce dernier rétorque crânement : « J’ai toujours travaillé dans ce genre d’environnement de travail. » Le climat est d’autant plus pesant et malsain que le bras droit d’Aurélien G., Jean-Christophe W., semble s’amuser du comportement déviant de son supérieur et multiplie lui aussi les gestes déplacés, n’hésitant pas à poser sa main sur la cuisse de Carole ou à lui envoyer des textos au milieu de la nuit pour lui proposer de la rejoindre malgré de multiples refus. Une scène va alors faire basculer cet étrange théâtre.

    « Tu n’as pas baisé récemment ? »

    Début mai 2012, alors que Carole entame son sixième mois à Hongkong, Aurélien G. lui demande de le rejoindre dans son bureau, où il l’attend avec Jean-Christophe W. En la voyant arriver, le chef d’équipe commence par lui dire qu’il trouve sa jupe trop large. Puis, joignant une nouvelle fois le geste à la parole, il tire dessus au niveau de la taille en regardant à l’intérieur et en ajoutant, goguenard : « Tu vois, elle est trop large pour toi, on peut voir tes collants ! » Face à la mine déconfite de la jeune femme, Jean-Christophe W. enchaîne alors sur un ton badin : « Pourquoi tu es de mauvaise humeur ? Tu n’as pas baisé récemment ? » « Ça a été le déclic, raconte Carole. C’est mon collègue qui m’a sauvée en prenant l’initiative d’alerter le service "Conformité". » Dès le lendemain, le jeune salarié transmet un signalement à la directrice des ressources humaines de la banque à Hongkong, Annie Ho. Dans la foulée, Carole écrit à son tour un long mail reprenant dans le détail les nombreux écarts de ses deux harceleurs au cours des six derniers mois. Autant de faits qui sont susceptibles de relever d’infractions pénales. A l’époque où ils sont commis, le harcèlement sexuel est un délit passible d’un an d’emprisonnement et de 15 000 euros d’amende. Pour les agressions sexuelles, la peine encourue est de cinq ans et de 75 000 euros d’amende. Mais au cours de son premier rendez-vous avec la DRH, lorsque Carole évoque la possibilité de mandater un avocat, Annie Ho lui répond que ce n’est pas nécessaire et qu’il est préférable de régler les choses en interne. Afin, précise la DRH, que la jeune femme puisse « aller de l’avant » et préserver son avenir au sein de BNP Paribas. Carole est également incitée à cantonner sa plainte à Aurélien G., pour « éviter la confusion ». « Sa carrière est morte », insiste la DRH pour la rassurer. Comme le veut la procédure interne, un comité de sanction se réunit quelques jours plus tard et ne tarde pas à rendre son verdict. Tout en reconnaissant la culpabilité d’Aurélien G., la banque va alors proposer à Carole une étrange compensation aux agressions sexuelles caractérisées qu’elle a subies pendant des mois. Dans un mail surréaliste, BNP Paribas soumet à Carole une liste de six associations de victimes d’abus sexuels et l’invite à choisir celle pour laquelle Aurélien G. sera condamné à verser un don. Décontenancée par une telle démarche et dépourvue de toute assistance juridique, la jeune femme opte pour Save the Children, sans avoir la moindre idée du montant de la sanction.

    « La question a été traitée de manière appropriée »

    Avant d’être exfiltrée dans une autre succursale de BNP Paribas à l’étranger, Carole demande à Annie Ho une trace des faits survenus à Hongkong et une reconnaissance de son statut de victime. « Chère Carole, lui répond son interlocutrice deux jours plus tard, nous avons pris votre plainte très au sérieux. Nous tenons à vous assurer que la question a été traitée de manière appropriée, en veillant à ce que la norme de comportement attendu de la banque soit respectée, conformément à sa politique d’égalité des chances. Nous avons conscience que cela n’a pas été une expérience agréable pour vous et le service des RH de la banque est bien entendu disposé à vous offrir notre soutien continu. »

    Au cours des années suivantes, à défaut d’un accompagnement, Carole devra subir les rumeurs malveillantes et les allusions sournoises de certains de ses collègues au sujet des faits survenus à Hongkong. Au siège parisien circule ainsi le bruit selon lequel Carole aurait quitté son poste en raison d’un « burn-out ». En interne, personne n’est informé de la situation, pas même la DRH. Aujourd’hui en arrêt maladie, Carole a engagé une procédure aux prud’hommes pour rompre son contrat avec BNP Paribas.

    Contacté par Libération, Aurélien G., muté depuis dans une autre succursale asiatique, dit « sincèrement regretter » cette histoire, reconnaissant des « paroles inappropriées » et des « comportements déplacés ». « J’ai été sanctionné », insiste-t-il, évoquant une double amende. « Plusieurs milliers d’euros » lui auraient été retirés de son bonus cette année-là, et une somme équivalente aurait été versée à l’association choisie par Carole. L’autre cadre dénoncé, Jean-Christophe W., n’a pas répondu à nos sollicitations. Egalement contactée, BNP Paribas confirme l’existence d’une sanction mais refuse d’en préciser le montant, au nom du « respect de la vie privée des collaborateurs ». Pour la banque, qui dénonce des « propos et des comportements inadmissibles », cette affaire est surtout le signe que les cas déviants peuvent être signalés et traités. « Tout a été fait en respectant les procédures internes », se targue la responsable « Diversité » du groupe, qui se félicite d’avoir su « créer un climat respectueux permettant à chaque collaborateur de lancer l’alerte ». Sur l’affaire de Hongkong, la banque réitère avoir pris à l’époque toutes les « mesures appropriées ». Mais se retranche derrière le secret professionnel quand on s’étonne qu’aucun des deux harceleurs n’aient été sanctionnés professionnellement. Me Charles Morel, l’avocat de Carole, s’insurge : « Ce qui est frappant, c’est qu’à aucun moment BNP Paribas ne semble avoir considéré que le harcèlement sexuel, y compris dans le cas où il s’accompagne de gestes pouvant relever de l’agression sexuelle, puisse constituer une cause de licenciement, a fortiori lorsque la personne mise en cause se situe en haut de la hiérarchie. » Et de dénoncer une « volonté d’occultation » de l’entreprise. « Dans la mesure où la banque a fait le choix de l’opacité en dissimulant à la victime le montant de l’amende, on peut supposer que ce montant correspond plus à un tarif qu’à une sanction. » Selon la DRH de BNP Paribas, des cas comme celui-ci « se comptent sur les doigts d’une main » ces dernières années. Tous auraient été traités par la banque.

    #harcèlement #BNP #travail #agression_sexuelle

    • Dans le flot d’histoires sordides qui commencent à abonder ce week-end-là, aucune ne concerne encore le milieu de la finance, et encore moins celui de la banque

      et pas plus dans les salles de rédactions (qui pourtant en font leur choux gras) entendu ce matin sur europe1

      Deux policières ont porté plainte contre un collègue, dénonçant les brimades sexistes subies quotidiennement depuis deux ans. L’une d’elles témoigne au micro d’Europe 1.

      http://www.europe1.fr/societe/harcelement-sexuel-dans-la-police-il-me-taxait-de-frigide-et-de-psycho-rigid
      là, rien d’étonnant, c’est la police !
      #histoires_sordides

    • Je pense que c’est la même histoire que celle-ci :
      http://www.liberation.fr/france/2017/10/29/police-si-tu-parles-tu-es-une-balance_1606667

      Menaces, insultes… Une policière décrit le harcèlement sexuel d’un collègue qui ne l’a jamais reconnue en tant que gradée.

      Les machos de commissariat, Sandrine (1), 43 ans, pensait en avoir l’habitude. Dans la police depuis 2004, elle connaissait ces collègues qui, pendant les interventions, lui lançaient : « La gonzesse, tu vas nous gêner, tu restes dans le véhicule. » Mais c’était à Paris, où l’effectif est à 50 % féminin : ces comportements restaient à la marge.

      Quand elle a accepté le commandement d’un poste de police dans le Nord en 2014, une brigadière l’a prise à part, se souvient-elle, pour lui parler d’un de ses subalternes : « Elle m’a dit "je ne te donne pas six mois pour craquer, et la hiérarchie ne t’aidera pas." J’ai en fait tenu deux ans. »

      Sandrine raconte les réflexions qui usent au quotidien. « Tout avait rapport avec le sexe. Le matin, ses premiers mots, c’était : "Je les ai lourdes", pour signifier qu’il n’avait pas baisé. Ou "j’ai retourné maman", en parlant de sa femme. » Avec des détails à l’appui, au point qu’un collègue masculin, qui a témoigné en faveur de Sandrine, lui demandait de garder sa vie intime pour lui. « Il ne m’a jamais reconnue comme gradée, soupire-t-elle. Pour lui, une femme n’a rien à faire dans la police. »

      Bête noire.

      Elle lui demande de laisser la porte de son bureau ouverte quand il prend la déposition d’une femme. Il ne supporte pas ses interventions. « On en est presque venus aux mains », se souvient-elle. Plusieurs fois, elle entend : « Je vais te le foutre dans la bouche, comme ça tu fermeras ta gueule », une allusion à son sexe. Un jour, il entre furieux dans son bureau, frémit-elle encore d’indignation, donne un grand coup de pied dans la porte et dégrafe son pantalon : « Je commençais à voir la couleur de son caleçon, et il hurlait. "Je vais te la plaquer sur le bureau, ça va fermer ta gueule." » Comme si la simple vue « de son truc » pourrait la faire taire, ironise-t-elle. Sandrine alerte sa hiérarchie verbalement, rien ne bouge. Demande à changer d’affectation, « négatif parce que ce n’est pas le moment des mutations, m’explique-t-on ».

      Le 31 janvier 2016, elle flanche, arrêt maladie et dépression. « On est obligé de faire avec, mais au bout d’un moment, on n’en peut plus », insiste-t-elle. Elle revient le 1er août 2016, en mi-temps thérapeutique, dans un autre service. Mais elle croise tous les jours dans le même bâtiment sa bête noire. « C’est terrible à dire, mais c’est un gars jovial qui rend service, il est vraiment sympathique. Il s’est posé en victime dans un milieu où si tu parles sur un collègue, tu es une balance. » Sandrine a été ostracisée et vécu avec ceux qui trouvent qu’elle exagère ou qu’elle est « cinglée ».

      Blagues.

      Mars 2017. Ce jour-là, elle devait finir à midi, mais elle a une garde à vue sur les bras, personne pour l’aider, et à 18 heures, elle est encore au commissariat. « Je suis toute seule à mon bureau, presque tout le monde est parti, je sens un grand vide et je me dis que je ne peux pas m’imposer cela, travailler coûte que coûte. » Le médecin la replace en arrêt maladie, reconnu depuis comme « imputable au service ». Aujourd’hui, Sandrine n’a toujours pas repris le travail. Pour l’homme qu’elle met en cause, il ne s’agissait que de blagues.

      Elle a porté plainte pour harcèlement sexuel, c’est désormais au procureur de la République de poursuivre ou pas. Une enquête administrative menée par l’Inspection générale de la police nationale (IGPN) a rendu ses conclusions : « Elle reconnaît de graves dysfonctionnements mais ne se prononce pas sur le harcèlement sexuel », signale Sandrine.

      Du côté du syndicat Unsa police, on marche sur des œufs : « Il nie farouchement les faits, elle reste sur sa version. C’est parole contre parole tant que le jugement n’a pas été rendu. » Si l’affaire passe en procès un jour. Sandrine le sait, 93 % des plaintes pour harcèlement sexuel sont classées sans suite.

      Vu l’article que tu cites c’est à Douai. J’aurais parié que c’était le commissariat central de Lille où j’ai passé récemment un certain temps pour aider une jeune femme à déposer une énième plainte contre le gars qui l’a agressée et la harcèle depuis presque 1 an.
      Résultats : des classements sans suite, des confrontations où le gars est soutenu par la police, des remarques sexistes et qui culpabilisent la victime, des scènes surréalistes où le mec envoie sur le smartphone des menaces de mort en direct avec photos de la façade de la maison de la victime, pendant qu’elle est en train de déposer plainte. Elle les montre et l’officier ne réagit pas, dit qu’on ne peut rien faire parce qu’il dit « tu vas crever » au lieu de « je vais te tuer » alors qu’il l’avait déjà étranglée en public à l’université quelques semaines auparavant etc.
      Si vous comptez déposer plainte, allez-y avec un groupe entier qui ne doit pas vous laisser seule avec la police sinon ça se passera mal.

  • Tutorat lycéen.ne.s-écolier.e.s autour de la réalisation d’un documentaire sur leur quartier

    Après trois ans de tutorat entre les 1ère L (option CAV) et les élèves de CP et CE1 pour réaliser des fictions sur ce quartier populaire où est implantée l’école, le projet fut cette année de s’essayer au documentaire.

    Le résultat est double. D’une part un très-court-métrage issu d’un échange épistolaire avec des mamies du quartier réalisé par les élèves en collaboration avec un plasticien, permettant de se réapproprier une histoire du quartier datant de 2 ou 3 générations avant les élèves. D’autre part, la réalisation d’entretiens illustrés, où au-delà du quartier, c’est les parcours de ses habitant.e.s de tous âges qui apparaissent dans leur diversité, et - c’était une des motivation initiale -, non sans faire écho à celui des élèves. Histoire familiale souvent non dite et histoire du quartier à raconter se mêlent.

    Ces réalisations ne sont pas sans défaut, mais leurs imperfections sont les marques du chemin pris et de celui qui reste à parcourir, y compris pédagogiquement. J’espère que toute cette richesse humaine sera perceptible pour des yeux extérieurs au projet.

    Le résultat est source d’une grande joie pour moi, car en 15 ans d’enseignement, dont 9 ans sur le quartier, je n’ai jamais touché d’aussi près ce qui m’a amené à ce métier.

    “Les mamies de la rue du Bourget”
    https://vimeo.com/221005030

    “Le Garros et les souvenirs de ses habitants”
    http://parlemtv.fr/Le-Garros-et-les-souvenirs-de-ses-habitants

    #éducation #école #lycée #audiovisuel #tutorat #éducation_prioritaire #quartiers #territoires #empowerment #exils #Histoire_de_proximité #histoires

  • Le Porteur d’Histoire

    Par une nuit pluvieuse, au fin fond des Ardennes, Martin Martin doit enterrer son père. Il est alors loin d’imaginer que la découverte d’un carnet manuscrit va l’entraîner dans une quête vertigineuse à travers l’Histoire et les continents. Quinze ans plus tard, au coeur du désert algérien, une mère et sa fille disparaissent mystérieusement.

    Elles ont été entraînées par le récit d’un inconnu, à la recherche d’un amas de livres frappés d’un étrange calice, et d’un trésor colossal, accumulé à travers les âges par une légendaire société secrète.

    C’est une histoire composée d’une multitude de tableaux, tous plus fascinants les uns que les autres, où l’on y croise Alexandre Dumas, le pape Clément VI, Eugène Delacroix et une mystérieuse famille, les Saxe de Bourville, semblant irrémédiablement liée à tous les bouleversements historiques…


    http://www.arenes.fr/livre/le-porteur-dhistoire
    #BD #livre #bande_dessinée

    Voici quelques planches que je voulais signaler sur seenthis :


    #histoires #récit #médias #journalisme #pouvoir #presse


    #racisme #xénophobie #colonialisme #Alexandre_Dumas

    cc @fil @reka

  • Autour des écrits de Bell Hooks | Langues de fronde
    https://languesdefronde.noblogs.org/post/2017/04/23/emission-davril-2017-autour-des-ecrits-de-bell-hooks

    Une émission consacrée à Bell Hooks et à trois de ses textes : « Ne suis-je pas une femme ? Femmes noires et féminisme » (2015) ; « De la marge au centre. Théorie féministe » (2017) ; « All about love : New visions » (publié en 2000, non traduit en français). Dans cette émission, nous évoquons notamment les stéréotypes associés aux afro-américaines, la sororité, la critique du féminisme blanc… avec notre invitée Anaïs, qui a étudié l’émergence des mouvements et les théories féministes des afro-américaines dans les années 1960-1980. Durée : 59 min. Source : Fréquence Paris Plurielle

    https://we.riseup.net/assets/379947/LDF10042017.mp3

  • Le signe de l’absence
    http://otir.net/dotclear/index.php/post/2016/10/29/Le-signe-de-l-absence

     

    Voilà quinze jours que j’essaye d’ignorer la lettre que j’ai commencé à écrire.

    Elle me nargue sans ostentation, et je sais bien que plus j’attends pour m’y atteler, plus elle devient difficile à rédiger.

    Et encore plus difficile à envoyer.

    Elle n’est pas la seule.

    Elle est venue s’ajouter à maintes autres du même genre, pas nécessairement pour les mêmes raisons.

    A force, je finis par être entourée de ces rappels lancinants à une sorte de devoir que je me suis fixé et auquel j’essaye d’échapper.

    Comme une souris qui sait que le chat la guette peut-être.

    Ou bien autre chose. Je ne sais pas. La lettre est là, bien commencée, bien avancée, promise et annoncée. Je ne veux pas y renoncer. Je veux écrire les mots auxquels j’avais pensé quand je l’ai décidée. Je veux les écrire pour moi aussi, pas seulement (...)

    #Boîtes_de_Pandore #deuil #ecriture #histoires #hommage #petits_bonheurs

  • Il n’y a pas qu’Hergé et la ligne claire dans la vie, il y aussi Charlie Schlingo et la ligne « crade ». Ceux qui ne parviendront pas, ce week-end, faute de place, à aller voir la rétrospective du créateur de Tintin au Grand Palais pourront toujours sur rabattre sur la plus modeste exposition que le Point Ephémère (Paris-10e) consacre au père de #Josette_de_Rechange, dans le cadre du festival Formula Bula (du 30 septembre au 2 octobre). Le choc risque d’être brutal au début, mais l’affaire en vaut la peine. Aussi underground soit-il, l’art de #Schlingo doit se lire comme un hommage – déguisé, certes – à la bande dessinée populaire de jeunesse.
    Mort brutalement en 2005, le dessinateur est devenu l’objet d’un culte inversement proportionnel au succès qui l’a toujours fui. Protégé par des éditeurs et patrons de presse de renom (Professeur Choron, Georges Wolinski, Jean-Pierre Dionnet…), Schlingo a porté à son sommet un genre commercialement suicidaire qu’aucun rayonnage de librairie ne proposera jamais : la #crétinerie_poétique. A travers les aventures pathétiques de ses personnages tous plus stupides les uns que les autres (Désiré Gogueneau, Tamponn Destartinn, Marcel Schlingdejnou, Kokott Dunouga…), il a mis en exergue la médiocrité de l’existence – la sienne en particulier, une vie digne d’un gag de #bande_dessinée qui finit par devenir drôle tellement il ne l’est pas.

    « Roi de la lose »

    Comment ne pas se destiner à raconter des âneries quand, à votre naissance, un fonctionnaire d’état civil inverse les lettres de votre patronyme en les recopiant bêtement sur un buvard à peine sec ? Son père n’y ayant vu que du feu, il arrive ainsi au monde, en 1955, sous le nom difficilement prononçable de Jean-Charles Ninduab. Il le quittera 49 ans plus tard à la suite d’un accident domestique tout aussi gaguesque, en chutant dans son appartement, après avoir buté contre son chien appelé « La Méchanceté ». Schlingo tenait mal sur ses jambes, la polio étant passée par là pendant son enfance.

    Son pseudonyme – déclinaison du verbe « schlinguer » (puer) – vient d’ailleurs des odeurs de chaussettes qu’il avait l’habitude de sentir, gamin, à force de rester par terre pendant les réunions familiales. L’enfant s’en délectait. Les émanations olfactives traverseront plus tard ses histoires, au point d’être représentées sous la forme d’onomatopées dignes de Zazie dans le métro (« schlingdéflouflou », « puduku »…). D’autres obsessions reviendront également souvent chez lui, comme le bonheur de flatuler et le goût des saucisses (autres références à l’enfance), mais aussi l’addiction à l’alcool ou les déboires sentimentaux qui rythmaient son quotidien d’artiste désœuvré – de « roi de la lose » comme il aimait s’appeler.

    Cette abolition des différences entre l’enfance et l’âge adulte, Schlingo l’a mise en scène à travers des #histoires_délirantes et un dessin débridé, en se jouant des codes de la bande dessinée tout en déclamant un amour invétéré pour celle-ci. Ses histoires sont truffées de clins d’œil aux héros de ses jeunes lectures : Popeye, Pepito, Mickey, Tintin… Autant de mythes qu’il revisite par le truchement d’un #humour où dominent les interjections inventées de toutes pièces (« #Gaspation », « #Trahiture », « #Sonnlegroin »…) mais aussi et surtout une bêtise absolue.

    « Son humour est tellement con qu’il confine à l’absurde, analyse Jean-Pierre Dionnet, qui le publia dans #Métal_Hurlant. Ses personnages me font penser au Bourvil du Petit Bal perdu : ils peuvent s’émerveiller devant des chaussettes qui puent ou devant une tranche de jambon. Et s’ils s’ennuient eux-mêmes dans le récit, celui-ci va alors subitement prendre une toute autre direction. Schlingo est un artiste équivoque : il est très drôle et en même temps pas drôle du tout ; il aime les choses vulgaires, mais il n’est lui-même jamais vulgaire ; il est à la limite du mauvais goût mais aussi très proche d’une poésie qui tourne au noir. Schlingo a réinventé une sorte de dadaïsme tout en étant l’héritier d’Alfred Jarry, Pierre Dac, Alphonse Allais et Charles Trenet. » Ajoutons George Herriman, le créateur de Krazy Kat, et Nikita Mandryka, le père du Concombre masqué.

    Chanteur et batteur dans un groupe de rock (les #Silver_d’argent), fondateur d’un cercle littéraire ayant pour objectif d’écrire les poèmes les plus idiots du monde (la Nouvelle Poésie), auteur de BD pour enfants à la demande de Professeur Choron (pour le magazine #Grodada), Schlingo « aurait-il connu plus de succès aujourd’hui à l’heure des auteurs de BD multimédia de type Joann Sfar ? », s’interroge Dionnet. Les visiteurs du Point éphémère se poseront eux-mêmes la question devant cette installation présentant une centaine d’originaux et de documents.
    Le souvenir du dessinateur est en tout cas resté très présent dans le milieu du 9e art. Chaque année pendant le Festival d’Angoulême est décerné un « #Prix_Schlingo » à un auteur ayant une « communauté d’esprit » avec lui. Sa création en revient à #Florence_Cestac (Grand Prix d’Angoulême 2000), auteure d’une biographie délicieuse de Schlingo avec Jean Teulé en 2009 : Je voudrais me suicider mais j’ai pas le temps (Dargaud). Tout un programme.

    « Charlie Schlingo for Ever ». Au Point éphémère, 200, quai de Valmy, Paris 10e, jusqu’au 2 octobre, dans le cadre du festival Formula Bula. www.formulabula.fr

    LeMonde 30/09/2016
    http://formulabula.fr

    GRODADA - 1991 à 1995
    Un jour, la petite fille de CHORON, Charlotte (fille de Michèle BERNIER) demande à son grand-père que SCHLINGO lui fasse un dessin ; celui-ci s’exécute et lui dessine l’hippopotame GRODADA ; voyant la réaction ravie de la petite, CHORON décide aussitôt de lancer un journal pour enfants ; il estime que la presse est sinistrée dans ce créneau et qu’il a un énorme potentiel : faire rire les enfants.
    Flanqué de ses fidèles SCHLINGO et VUILLEMIN il se lance (une nouvelle fois) dans la production d’un mensuel luxueux dans lequel il croit énormément. Mais manquant de moyens financiers à long terme, il ne produira malheureusement que 13 numéros et 3 hors série (rédaction 10 rue des Trois-Portes à Paris – Edité par France-Images S A)
    Il refera une nouvelle tentative en 1995 (2 numéros édités par la NSP à Paris), mais nouvel échec

    http://www.harakiri-choron.com/articles.php?lng=fr&pg=114&mnuid=605&tconfig=0

  • #Eloul 26 : On commémore - #BlogElul - #Elulgram
    http://otir.net/dotclear/index.php/post/2016/09/29/Eloul-26-On-commemore

     

    Pendant la liturgie de Rosh hashanah, après la sonnerie du shofar, on s’écrie que ce jour enfante du monde, « Hayom harat olam » dans le sens de « mettre au monde » : c’est comme si notre univers s’accouchait de lui-même parce que nous le proclamons, et c’est bien ce que nous commémorons pendant la fête. Nous acceptons par notre déclaration notre rôle de participant à la création de ce monde, déclarons accepter la souveraineté de ce qui nous dépasse, et notre responsabilité à son égard.

    Dans le mouvement dont dépend ma synagogue, la tradition veut que l’on lise le récit de la création dans le premier chapitre du livre de la Genèse, et cette année, je chanterai ainsi que d’autres volontaires quelques versets de ce chapitre : ceux qui m’ont été attribués sont le récit du quatrième jour qui décrit très (...)

    #Divers #bible #histoires #judaïsme #petits_bonheurs #rosh_hashana

  • 1906 : Clémenceau et l’interdiction des manifestations
    http://terrainsdeluttes.ouvaton.org/?p=5843

    Manuel Valls le reconnaît volontiers, son modèle politique est Georges Clémenceau. De fait, les événements actuels montrent que le premier ministre de l’état d’urgence permanent s’inspire volontiers des pratiques de […]

    #Répression_syndicale