• Contextualizing Coronavirus Geographically

    Contextualizing Coronavirus Geographically

    Knowing Birds and Viruses – from Biopolitics to Cosmopolitics (Pages: 192-213)

    Mapping microbial stories: Creative microbial aesthetic and cross‐disciplinary intervention in understanding nurses’ infection prevention practices

    Biosecurity and the topologies of infected life: from borderlines to borderlands

    Mapping careful epidemiology: Spatialities, materialities, and subjectivities in the management of animal disease

    The tactile topologies of Contagion

    The spatial anatomy of an epidemic: #influenza in London and the county boroughs of England and Wales, 1918–1919

    The tyranny of empty shelves: Scarcity and the political manufacture of antiretroviral stock‐outs in South Kivu, the Democratic Republic of the Congo

    The strange geography of health inequalities

    Maintaining the sanitary border: air transport liberalisation and health security practices at UK regional airports

    For the sake of the child: The economization of reproduction in the #Zika public health emergency

    The avian flu: some lessons learned from the 2003 #SARS outbreak in Toronto

    Airline networks and the international diffusion of severe acute respiratory syndrome (SARS)

    Indeterminacy in‐decisions – science, policy and politics in the BSE (#Bovine_Spongiform_Encephalopathy) crisis

    Biosecure citizenship: politicising symbiotic associations and the construction of biological threat

    The Spatial Dynamics of Epidemic Diseases in War and Peace: #Cuba and the Insurrection against Spain, 1895–98

    Pandemic cities: biopolitical effects of changing infection control in post‐SARS #Hong_Kong

    Biosecurity and the international response to HIV/AIDS: governmentality, globalisation and security

    Portable sequencing, genomic data, and scale in global emerging infectious disease #surveillance

    Disease, Social Identity, and Risk: Rethinking the Geography of AIDS

    Who lives, who dies, who cares? Valuing life through the disability‐adjusted life year measurement

    (Global) health geography and the post‐2015 development agenda

    When places come first: suffering, archetypal space and the problematic production of global health

    After neoliberalisation? Monetary indiscipline, crisis and the state

    Humanitarianism as liberal diagnostic: humanitarian reason and the political rationalities of the liberal will‐to‐care

    In the wake: Interpreting care and global health through #Black_geographies

    Avian influenza and events in political biogeography

    ‘We are managing our own lives . . . ’: Life transitions and care in sibling‐headed households affected by AIDS in Tanzania and Uganda

    https://rgs-ibg.onlinelibrary.wiley.com/doi/toc/10.1111/(ISSN)1475-4959.contextualizing-coronavirus-geographica

    #géographie #coronavirus #covid-19 #pandémie #épidémie #biopolitique #cosmopolitique #contagion #histoire #inégalités #frontières #aéroports #aviaire #Hong-Kong #HIV #AIDS #SIDA #Tanzanie #Ouganda #revue

    ping @reka @simplicissimus

  • L’#identité_hongkongaise d’aujourd’hui est née dans les années 1960

    Il est intéressant, pour les nouveaux venus à Hong Kong, de rappeler quelques faits historiques qui permettent de comprendre la société d’aujourd’hui et les sources de cette identité hongkongaise qui s’est créée dans les 1960, période pendant laquelle ont été posés les fondements de la société moderne hongkongaise.

    Une #rébellion contre le gouvernement colonial

    C’est durant le mois de mai 1967 que Hong Kong vit sa période la plus troublée. Une dispute éclate dans une usine de fleurs artificielles, des piquets de grève se forment, la police intervient, la dispute devient violente. L’émeute s’étend à la ville de Kowloon et dure trois jours. Le gouvernement colonial réagit en instaurant le couvre-feu : 800 personnes sont arrêtées. Un mouvement au départ peu politique : les émeutes étaient le résultat accumulé de nombreuses années d’injustice sociale, d’arrogance coloniale, de conditions de travail précaires, de pauvreté et d’un sentiment général de frustration.
    Une époque profondément marquée par la Révolution culturelle qui tenta de s’imposer à Hong Kong : la banque de Chine hérissée de haut-parleurs hurlant des slogans maoïstes

    Mais c’est aussi, aux portes de Hong Kong, la Révolution culturelle en Chine, et très vite l’extrême gauche s’empare du mouvement. La banque de Chine est hérissée de haut-parleurs qui hurlent dans la rue des slogans maoïstes, les gardes rouges se rassemblent devant le palais du gouverneur britannique, brandissant le Petit Livre rouge. Commence alors une série d’attentats à la bombe, qui explosent dans la rue et dans les cinémas, semant la terreur dans la population. Un commentateur radio antigauchiste est brûlé vif dans sa voiture. Un bilan assez lourd, encore contesté, fait état de 51 morts, 100 blessés et 5 000 arrestations…

    La Révolution culturelle, toutefois, n’enthousiasme pas la population, en partie terrorisée, qui verra aussi l’année suivante, en juin 1968, une série de cadavres venus de la Chine dériver au gré des marées et des courants. Des hommes et des femmes de 18 à 35 ans, mais aussi une fillette de 13 ans, les corps ligotés au moyen d’une corde, enserrant les pieds, les poings et le cou, indiquant qu’il s’agissait de suppliciés, victimes d’une même exécution massive.

    Hong Kong rentre alors dans le calme mais sa population chinoise commence à prendre conscience de sa particularité et vit une cassure avec son passé, à la fois britannique et chinois. C’est l’émergence du “Hongkongais”, une population autrefois sans visage qui se dessine soudainement, un style de vie qui s’affirme, différent de celui de la Chine continentale ou de celui de Taïwan.
    Apparition d’un nouvel homme et d’une nouvelle femme hongkongais

    On commence à parler de communauté hongkongaise et de citoyenneté, même si l’idée est instillée par la propagande gouvernementale, qui vise à se prémunir de l’influence du communisme. Hong Kong devient fière d’elle-même. La ville apparaît comme un exportateur majeur, les industries de l’horlogerie et du textile fleurissent. La mode s’occidentalise, le consumérisme s’empare de la population, les valeurs traditionnelles et modernes s’opposent. C’est la rencontre de l’Orient et de l’Occident, qui constituera une culture hybride, contradictoire mais dynamique, même si elle reste floue et désarticulée.

    Les années 1960 sont une période fabuleuse en ce qui concerne le design et la mode hongkongais, avec l’apparition de tout un environnement quotidien redessiné, d’un nouvel homme et d’une nouvelle femme hongkongais, du moins dans la jeunesse aisée, qui se libère, un peu provocatrice, portant minijupe et dansant en discothèque. Une musique se crée, les studios de cinéma se développent, une quantité de nouvelles revues de mode mais aussi de poésie, de cinéma, de bandes dessinées apparaissent. C’est un peu plus tard l’époque où la nouvelle vague française, avec Jean-Luc Godard et François Truffaut, créent un impact sur les intellectuels. C’est à cette époque qu’apparaît l’embryon des mouvements étudiants qui suivront et réclameront le chinois comme deuxième langue officielle.

    C’est là que naît le débat sur l’identité hongkongaise, qui sera exacerbé lors du retour à la Chine en 1997. Une époque encore très méconnue à l’extérieur de Hong Kong. Nombre d’intellectuels hongkongais sont amers lorsqu’ils évoquent ce passé car cette histoire – leur histoire –, personne ne l’a racontée en dehors du territoire, malgré l’hypermédiatisation lors de la rétrocession. La plupart des médias occidentaux ont véhiculé les mêmes clichés éculés sur la “perle de l’Orient”, le “désert culturel”, le “miracle économique”, “Suzie Wong” et les bars à filles de Wanchai, repos du guerrier américain lors de la guerre du Vietnam. Les livres d’histoire ne content qu’une histoire officielle entre Chine et Grande-Bretagne, entre colonialisme et communisme, laissant de côté les luttes, les espoirs, les rêves d’une société de 6 millions de personnes que l’Occident et la Chine continentale ont ignorée. L’espoir n’est cependant pas perdu, car depuis la rétrocession les nouvelles générations d’intellectuels ont entrepris de nombreuses recherches sur l’histoire politique, sociale, éducationnelle et culturelle de leur cité, recherches qui ont déjà donné de nombreux fruits et qui leur permet d’affirmer leur différence face à la Chine.

    Des recherches qui ont également nourri les jeunes générations de Hongkongais qui s’affirment aujourd’hui et qui se sont déjà par deux fois rebellées, cette fois contre leur propre gouvernement et celui de la Chine, pour les plus jeunes c’était en 2014 avec le mouvement des parapluies. Mais la plus grande révolte fut le 1er juillet 2003 jour anniversaire de la Rétrocession, des centaines de milliers de personnes – plus d’un demi-million, selon les organisateurs –, étaient descendus dans la rue, pour protester contre une loi antitrahison, subversion, sécession, contre le gouvernement central de Pékin.

    Les Hongkongais, après un siècle et demi de domination britannique, avaient enfin leur propre gouvernement, leur propre assemblée législative. Seulement, ils avaient aussi un chef de l’exécutif qu’ils n’avaient pas choisi, élu par un collège électoral restreint de notables choisis par la Chine et une assemblée législative dont une minorité seulement est élue au suffrage universel. Mais ils avaient cependant cru que le gouvernement travaillerait pour eux. Et c’était la grande désillusion. La mariée ruait dans les brancards.

    Hong Kong n’avait pas connu de telles manifestations depuis le 4 juin 1989, date de la manifestation de protestation contre le massacre de Tiananmen.

    Cette loi dénommée – article 23 – menaçait la liberté d’expression des Hongkongais. Tout groupe politique ou religieux banni en Chine pourrait l’être également sur le territoire hongkongais.

    Si les Hongkongais montraient leur colère, c’est que leur gouvernement avait décidé de faire voter la loi le 1er juillet, après une consultation express du public, consultation dont il n’a pas tenu compte. Car si la miniconstitution prévoyait cette loi, elle prévoit aussi la possibilité d’un Parlement et d’un chef de l’exécutif élu au suffrage universel, et sur ce point le gouvernement n’était point si pressé d’agir, il avait même politiquement jeté cette provision aux oubliettes.

    Depuis des mois, il se moquait des souhaits profonds des Hongkongais qui désiraient une société sûre, où la liberté d’expression demeure, allant jusqu’à prétendre que ces aspirations et ce mécontentement n’étaient le fait que d’une petite minorité.

    Le gouvernement reçut ce jour-là une véritable gifle, car ce n’étaient pas seulement les partis démocrates, les associations de journalistes, de juristes ou de défense des droits de l’homme qui étaient descendus dans la rue. C »étaient les gens modestes, les familles avec leurs enfants, les vieillards et les jeunes, dans une ambiance chaleureuse de solidarité et d’entraide. C’étaient aussi les protestants, les catholiques, les bouddhistes, toutes les églises qui savent que la liberté d’expression religieuse n’existe toujours pas en Chine, et qui ne tiennent pas à ce que la loi chinoise s’applique à Hong Kong.

    Une leçon que ni le gouvernement de Carrie Lam ni la Chine ne semblent pas avoir entendue. On comprend donc la colère qui habite les Hongkongais.

    https://blog.courrierinternational.com/entre-montagnes-et-mers/2019/11/21/lidentite-hongkongaise-daujourdhui-est-nee-dans-les-anne
    #identité #Hong-Kong #histoire #colonialisme #résistance #colonisation #révolution_culturelle #Chine #maoïsme #citoyenneté #fierté #consumérisme #occidentalisation #culture_hybride #hybridation #mode #design

    #géographie_culturelle

  • Hong Kong : trois scénarios pour l’avenir du mouvement
    https://usbeketrica.com/article/hong-kong-trois-scenarios-pour-l-avenir-du-mouvement

    Pour l’heure, l’Union européenne apparaît pourtant relativement discrète sur le sujet, se contentant d’appels « à la retenue » auprès de « toutes les parties » et exprimant régulièrement son « inquiétude » quant au sort réservé aux manifestants. Lors de son récent voyage en Chine, le président français Emmanuel Macron a simplement déclaré que le sujet de Hong Kong avait été « abordé » et qu’il avait exprimé ses « préoccupations » auprès du dirigeant chinois Xi Jinping, sans donner plus de précisions.

    Une retenue qui s’explique notamment par les intérêts économiques et financiers en jeu entre les pays de l’Union européenne et la Chine. Le 20 novembre, la BBC et le Wall Street Journal ont publié le témoignage d’un ancien employé du consulat britannique à Hong Kong disant avoir été frappé, privé de sommeil et enchaîné cet été par la police secrète chinoise, qui cherchait à lui soutirer des informations sur les manifestants mobilisés depuis juin. Condamnant le traitement qui lui a été réservé par la Chine, le ministre britannique des affaires étrangères s’est pourtant contenté de parler d’actes « assimilables à de la torture » et a convoqué l’ambassadeur de Chine à Londres pour lui exprimer son « indignation ».

    #Hong-Kong #luttes #Chine #Répression-policière #Hong-Kong-Protests

  • Vers une histoire de la violence , Le Courrier Suisse, 3 novembre 2019, par Francois Cusset
    https://lecourrier.ch/2019/11/03/vers-une-histoire-de-la-violence

    Vers une histoire de la violence
    La violence parle le langage du pouvoir. Le terme a toujours été le pivot d’un « tour de magie ancestral », selon ­l’historien François Cusset, qui consiste à agiter le « fantasme d’une violence imminente » pour justifier une violence « présente, dûment rationalisée ». L’histoire de la violence ? « Une histoire de la stigmatisation et de l’asservissement des populations. »
    dimanche 3 novembre 2019 François Cusset
    Vers une histoire de la violence
    Déploiement de la police montée lors des manifestations du 1er mai 2019 à Paris. FLICKR/CC/JEANNE MENJOULET
    Analyse

    Quand l’oligarchie athénienne qualifie de « barbare », il y a 2500 ans, l’immense majorité de la population extérieure à l’oligarchie – femmes, non-propriétaires, esclaves, étrangers, ennemis –, ce mot suffit à justifier par avance la violence d’Etat qui pourra être exercée contre eux. Et l’opération est plus explicite encore quand le conseiller à la sécurité nationale du président George W. Bush déclare en 2002 : « Un Etat voyou est n’importe quel Etat que les Etats-Unis déclarent tel ». Au-delà de la paranoïa belliqueuse post-11 septembre, l’arbitraire revendiqué de la formule sert à soumettre la justice à la puissance, ancestral coup de force rhétorique qui rappelle que si, comme le posait jadis (Blaise) Pascal le janséniste, « la justice sans la force est impuissante, la force sans la justice est tyrannique », l’équilibre de ces deux pôles reste une vue de l’esprit, et l’usage officiel de la force sera toujours le meilleur moyen de s’arroger les vertus de la justice.

    Les exemples ne se comptent plus de cette vieille prestidigitation des pouvoirs, consistant à agiter le fantasme d’une violence imminente, et archaïque, pour justifier une violence présente, dûment rationalisée. Les migrants qu’on rafle et qu’on expulse pour le danger supposé de certains d’entre eux ou juste, à mots de moins en moins couverts, pour les emplois et les allocations qu’on ne peut pas distribuer sans limites, ni faire violence à ceux qui y auraient vraiment droit. Le missile israélien qui déchiquette quelques familles dans les territoires palestiniens pour l’attentat terroriste qu’ils seraient là-bas, d’après les services secrets, en train de fomenter dans l’ombre.

    Ou encore, moins spectaculaire, le militant écologiste qu’on jette en prison pour avoir arraché des plants de maïs, comme si les pesticides et les OGM n’exerçaient pas la plus grande des violences sur les corps et les biotopes. Et le jeune punk délogé avec brutalité de sous une porte cochère parce que sa forme de vie ou ses atours sont associés par la bien-pensance publique au parasitisme, au vandalisme ou à l’égoïsme anti-social. On n’est jamais très loin de l’autre bout du spectre, où la jeune femme venue déposer plainte pour agression sexuelle et le citadin gay pour insulte homophobe se voient reprocher plus ou moins implicitement un accoutrement ou des choix d’existence qui feraient violence à la bienséance voire à l’ordre public. Par cette inscription, cette façon de légitimer les arbitraires d’Etat, par les méfiances et les rancœurs qui relient les uns et les autres, la violence, bien plus que la déflagration d’un instant, est une chaîne de conséquences, une émotion circulatoire, le piège d’un circuit sans fin.

    C’est le premier problème que posent le mot et le concept de violence, qui rend difficile le travail nécessaire, mais délicat pour historiciser ces questions. Faire une histoire de la violence, pour en comprendre les formes d’aujourd’hui et l’usage tactique dans les luttes de résistance, est donc hautement problématique. Car si la violence légitime est exercée au nom d’une violence antérieure, pour « pacifier » les sociétés comme on le dit depuis la Seconde Guerre mondiale, alors tout dans une telle histoire risque bel et bien d’être à double lecture. Et de fait, le grand tournant historique ici, autour des conquêtes coloniales et de la naissance de l’Etat moderne, sur une longue période qui va du XVIe au XIXe siècles, nous a toujours été présenté comme celui d’une atténuation et d’un encadrement juridique et politique (voire « civilisationnel ») de la violence – alors que l’historiographie récente a pu enfin démentir cette approche et démontrer que les violences d’Etat et les violences coloniales ont été bien pires, par leur bilan quantitatif comme leur ordre normatif, que la conflictualité ordinaire, celle de la vie sociale traditionnelle ou des luttes intercommunautaires, qu’elles étaient censées réduire.

    A l’insécurité résiduelle, avant le Code pénal et l’éclairage nocturne, de nos villes et nos villages, où en effet on pouvait impunément détrousser le visiteur ou occire le manant, l’Etat moderne a substitué ses cadres coercitifs, normalisateurs et centralisateurs, et sa passion punitive légale, à mesure que se creusait le fossé entre le danger objectif et la sanction pénale : entre les années 1980 et aujourd’hui, par exemple, pendant que chutaient en France les taux d’homicides, mais aussi de délits pénaux moindres, la population carcérale a été multipliée par 2,3, « inutilement » en somme.

    Pour compléter ces deux axes majeurs de l’histoire politique moderne – conquête coloniale et formation de l’Etat – on peut ajouter que celle-là s’est prolongée, une fois acquises les indépendances nationales sur les continents concernés (de 1802 pour Haïti à 1962 pour l’Algérie), sous la forme d’un endocolonialisme1 du cru, entretenu par la tutelle économique et morale des anciennes métropoles, ou des nouvelles puissances. Quant à celle-ci (la formation de l’Etat), elle est ce qui a permis aux guerres entre nations voisines, qui avaient toujours existé, d’acquérir une forme rationnelle et systématique et une échelle absolument inédite, qui culminèrent avec les deux guerres mondiales et leur mobilisation totale des corps et des esprits – pas besoin d’être un naïf anarchiste pour y voir une conséquence directe de l’inflation de la forme-Etat, d’un Etat « paroxystique ». Plus simplement dit : Napoléon fait édicter les codes civil et pénal, mais il ravage l’Europe ; les papes de la Renaissance sauvent les âmes des autochtones, mais en en faisant massacrer les corps ; la France apporte en Afrique du Nord l’éducation publique et quelques infrastructures, mais aussi la torture et le racisme d’Etat ; et si lois et normes se sont imposées peu à peu dans les foyers et les rues, d’Occident d’abord, y limitant les risques de désordres imprévus, ce fut avant tout sur les cadavres, innombrables, des insurgés de 1848, des communards de 1871, des mineurs de 1947 ou des refuzniks les plus têtus des années 1970 – ou encore, pour que nous vivions en paix à l’ère du « zéro mort » policier, sur les cadavres de Malik Oussékine, Carlo Giuliani ou Rémi Fraisse. Ou juste les 3000 blessures graves infligées par les policiers français en 30 samedis de « gilets jaunes ».

    En plus de la colonisation qui aurait sorti les peuples primitifs de l’arriération guerrière, et de l’Etat moderne qui aurait pénalisé les arbitraires locaux et les violences interindividuelles (jusqu’aux duels, dont la pratique disparaît enfin au début du XXe siècle), le troisième pilier de cette histoire de la modernité comme pacification sociale et restriction de la violence est à trouver du côté de la civilité. A partir du XVIIe siècle, la civilité est diffusée par les manuels de savoir-vivre et les nouvelles règles descendantes, prônées par l’aristocratie puis la bourgeoisie, ces règles neuves qui recommandent de ne pas se moucher dans la nappe, de discuter au lieu de frapper, d’être pudique et mesuré en toutes occasions.

    C’est la grande thèse du sociologue Norbert Elias sur le « processus de civilisation » comme intériorisation des normes et autorépression de la violence. Sauf qu’elle a été mal comprise, et que même Elias, plus subtil que ses exégètes, en énumérait les limites : la violence des barrières sociales qu’instaurent ces normes ; le mal-être et les complexes imputables à cette privatisation de l’existence ; et surtout les exceptions de taille que sont, au fil de ce processus de trois siècles, les mouvements sociaux qu’on massacre, l’Etat qui punit injustement, les peuples colonisés qui n’ont pas droit à un traitement aussi civil, les guerres de plus en plus longues et sanglantes qui dérogent à tout cela. Difficile, en un mot, de tracer ici le fil continu d’une histoire unidirectionnelle, qui verrait quand même, grosso modo, dans l’ensemble, réduite la violence collective et pacifiées les mœurs communes.

    La pire violence est rationnelle

    Une histoire de la violence à l’ère moderne doit donc être surtout une histoire de la stigmatisation et de l’asservissement des populations sous le prétexte, multiforme et récurrent, d’en prévenir, d’en punir, d’en empêcher ou d’en « civiliser » la violence première – autrement dit, la violence instinctuelle, barbare, inéduquée, infantile, subjective, incontrôlable, là où la violence punitive, parce que légitime, et ne s’appelant donc plus violence, serait rationnelle, légale, élaborée, légitime, adulte, objective, mesurée.

    Certitude intemporelle : le pouvoir n’existe que pour pointer et endiguer une violence qu’il dit originelle. Et que celle-ci soit ou non un mythe, son discours infini sur elle et ses actes officiels contre elle finissent par la faire exister, au moins dans nos esprits rompus à l’idée qu’à l’origine est la violence (du Big Bang, de l’accouchement, ou du sauvage que personne encore n’a sauvé de lui-même) et qu’au terme d’une évolution digne, se trouverait l’apaisement (par les lois, l’éducation, l’ordre, la culture, les institutions, sans même parler du commerce).

    C’est précisément ce postulat profondément ancré, ce postulat d’une violence chaotique des origines à endiguer et à prohiber, qu’une véritable contre-histoire de la violence, ou une histoire des usages de la catégorie de violence, doit avoir à cœur de démonter – de mettre à nu. C’est aussi capital, et moralement faisable, que de démonter, sous l’occupation, le mensonge des affiches de propagande nazie qui présentaient la résistance comme violence sauvage et terrorisme meurtrier. Car ce récit des origines nous voile les vérités de l’histoire, à l’instar des fictions sur « l’état de nature », bien sûr introuvable dans l’histoire réelle, qui sous-tendent les simplismes de droite, avec leur méchant Léviathan venu encadrer le chaos effrayant où « l’homme est un loup pour l’homme », aussi bien que les angélismes de gauche, avec leur bon sauvage rousseauiste et leur civilisation venue corrompre l’humain pacifique. Il n’y a pas de bon sauvage ni de loup-pour-l’homme qui tiennent : loin de ces mythes, il y a les dialectiques de l’histoire, qui ont fait de l’Etat moderne comme de la civilité partout promue des forces à double effet, émancipatrices et répressives, autorisant une rupture avec la tradition aussi bien qu’une re-normalisation coercitive.

    Pendant ce temps, les violences insurrectionnelles décriées et brutalement réprimées, au présent de leur irruption, par les classes dirigeantes, furent la seule communauté réelle d’un peuple que tout divisait par ailleurs et, bien souvent, le seul moyen d’obtenir des avancées effectives sur le terrain du droit, des conditions de vie et de travail, de l’égalité sociale et des libertés civiles – au fil de trois siècles d’émeutes et d’insurrections noyées dans le sang, mais sans lesquelles les quelques progrès de l’histoire moderne n’eurent jamais été obtenus.

    La violence instinctuelle existe évidemment, mais elle n’est que ponctuelle, là où la violence instituée, rendue invisible par les dispositifs de justification étatico-normatifs, dévaste et tue partout et en continu. « Le plus dangereux, dans la violence, est sa rationalité », concluait Michel Foucault en 1979. Les montages financiers ultra-complexes qui mettent en faillite des pays lointains, les exploits technologico-industriels qui mettent en danger la pérennité de la vie sur Terre, ou les trésors d’intelligence stratégique et de créativité esthétique déployés pour produire à l’excès et vendre n’importe quoi ne cessent, aujourd’hui, d’en apporter la désolante illustration – outre qu’ils rappellent que derrière les guerres et les massacres, les sexismes qui tuent et les racismes qui assassinent, la violence la plus dévastatrice aujourd’hui est sans conteste la violence de l’économie. Et ce, d’abord sur les psychés, exsangues, humiliées, pressurisées, réduites à la haine de soi et à l’horizon bouché des rivalités constantes, dont on ne se libère qu’en sautant par la fenêtre.

    Notes
    1. ↑ Forme de néocolonialisme où, malgré l’indépendance nationale, le pays colonisé reste économiquement et politiquement sous l’emprise du colon.

    L’auteur est historien des idées et professeur à l’Université de Nanterre. Récente publication : Le déchaînement du monde : logique nouvelle de la violence, La Découverte, 2018.

    Article paru (version longue) dans Moins !, journal romand d’écologie politique, dossier : « La violence en question », n°43, oct.-nov. 2019.

  • Hurler son ras-le-bol

    Plusieurs petites gouttes d’eau ont fait récemment déborder plusieurs grands vases.

    Au Liban, la colère populaire a germé instantanément au milieu du mois autour d’une taxe sur les applications gratuites de téléphonie.

    Au Chili, en même temps, il a suffi d’une hausse de 6 ¢ du prix du ticket de métro pour déclencher des manifestations monstres.

    À Hong Kong, jeudi, des dizaines de milliers de personnes ont profité de l’Halloween pour manifester masquées en contravention d’un règlement. La fronde dure là depuis cinq mois.

    Les exemples semblables de minicauses aux mégaeffets se multiplient partout sur la planète. Il y a eu des mouvements contestataires populaires plus ou moins semblables en Russie, en Serbie, en Ukraine, en Albanie, en Algérie et bien sûr en France, où les gilets jaunes ont lancé leurs premières protestations il y a tout juste un an, d’abord pour s’en prendre à la hausse du prix du diesel.

    À tout coup, à l’évidence, de larges portions de la population utilisent un prétexte pour descendre dans la rue, le plus souvent pacifiquement, et crier leurs ras-le-bol devant la vie chère, les inégalités sociales, l’avenir bouché. Oxfam a révélé en début d’année que 26 multimilliardaires possèdent autant que la moitié de la planète.

    Il y a en fait autant de mouvements de colère populaires en cette fin de décennies que dans les turbulentes années 1960. Seulement, les chances de succès de cette effervescence sociopolitique, très souvent pacifique, semblent moins assurées qu’à l’époque.

    La répression « intelligente »

    Une étude éclairante de la professeure Érica Chenoweth, de l’Université Harvard, publiée en 2017 (Trends in Non Violent Resistance and State Response) montre que la manifestation non violente impliquant un millier de personnes et plus est devenue la norme au cours des dernières décennies. Mais si cette mécanique de changement social semblait jusqu’à récemment d’une « efficacité surprenante », selon la spécialiste, la décennie qui achève a vu ses succès « décliner dramatiquement ».

    La résistance non violente a pour ainsi dire été inventée pour libérer l’Inde de l’Empire britannique dans les années 1940. Le monde vient de célébrer en octobre le 150e anniversaire de naissance de Gandhi, père de cette stratégie politique.

    Les données de Mme Chenoweth établissent qu’entre cette période fondatrice et 2010, la moitié des manifestations suivant ce modèle ont obtenu une part du succès escompté avec une forte poussée du recours au modèle depuis les années 1980, avec la fin de la guerre froide. Le rideau de fer est d’ailleurs en partie tombé quand des millions d’Européens de l’Est ont marché dans les rues.

    Faire tomber des régimes, ce n’est pas le seul critère de la réussite. Ce n’est pas parce qu’on n’a pas la tête du gouvernement qu’on ne parvient pas à lui arracher des concessions et à consolider un rapport social et politique favorable.
    — Ricardo Pinafiel

    L’étude montre aussi que la répression violente n’a stoppé que 15 % des campagnes de revendications, comme à la place Tian’anmen en 1989. De plus, si toutes les formes de protestations, ou presque, déclenchent une réaction plus ou moins coercitive, les États sous pression ont maintenant appris à résister en jouant de diverses tactiques. Les régimes plus ou moins autoritaires savent renforcer la loyauté des élites partisanes (par exemple en brutalisant les « traîtres » pour servir de leçon), stimuler l’adhésion populaire (par exemple en présentant les manifestants comme des agents manipulés par l’étranger), miner les mouvements contestataires (par exemple par la censure ou des campagnes de salissage des réputations des leaders).

    La politicologue parle de « smart repression », la répression intelligente utilisant aussi des agents provocateurs, des agents infiltrés ou la surveillance de masse. De sorte que de 2010 à 2016, le taux de succès des manifs a chuté à environ 20 % sous la moyenne. Bref, l’espace civique s’est refermé.

    De la « démocrature »

    « On observe mondialement une tendance à la criminalisation de l’action collective », commente Ricardo Pinafiel, professeur de sciences politiques de l’UQAM. « C’est malheureusement une tendance forte et elle affecte aussi toutes les démocraties libérales, y compris les plus consolidées. Comme dans la France des gilets jaunes, il y a partout une manière généralisée de discréditer ce type d’action. »

    Sa spécialité se concentre sur l’Amérique latine, qui a rejeté le modèle des dictatures militaires à la fin du XXe siècle avant de migrer en partie récemment vers ce que M. Pinafiel appelle la « démocratie autoritaire » (d’autres disent démocrature), capable de réprimer les contestations.

    « C’est le modèle d’Erdogan en Turquie, celui de Poutine en Russie et celui de Maduro au Venezuela. On est face à de l’abus de pouvoir, à une trop grande centralisation du pouvoir et souvent à une politique antilibérale ancrée dans des récits révolutionnaires ou nationalistes, avec un seul leader pour guider le peuple. J’applique également ce concept de démocratie autoritaire au Chili, et même au Chili de la présidente Michelle Bachelet. »

    Le professeur québécois préfère une perspective qualitative à l’approche quantitative adoptée par sa collègue de Harvard tout en reconnaissant la valeur de ses conclusions. Avec le politologue canadien Martin Breaugh (L’expérience plébéienne. Une histoire discontinue de la liberté politique, PUF), Ricardo Pinafiel suggère de parler de « plèbe » pour comprendre l’explosion de manifestations dans le monde.

    « La plèbe est faite des citoyens qui n’ont pas de titre à gouverner. Ils peuvent représenter jusqu’à 99 % des gens. Leur parole ne compte pour rien. Ce sont des locuteurs non autorisés de la scène politique. Leur seule forme d’expression c’est le nombre, la masse, c’est le fait de sortir dans la rue. Et si ce seul espace de manifestation qu’il leur reste est censuré, à ce moment, il n’y a plus de démocratie possible. »

    En fait, parfois, à quelque chose malheur est bon. Le professeur québécois n’aime pas trop ce concept d’« efficacité » qui oublie de considérer l’ensemble des retombées des mouvements sociaux.

    « En Amérique latine, beaucoup de présidents sont autrefois tombés à la suite de manifestations, rappelle-t-il. Maintenant, Maduro ne tombe pas au Venezuela. Piñera ne tombera peut-être pas au Chili. Il a été d’une brutalité extrême et il s’est excusé. Les équipes de communications ont tiré des leçons. Mais faire tomber des régimes, ce n’est pas le seul critère de la réussite. Ce n’est pas parce qu’on n’a pas la tête du gouvernement qu’on ne parvient pas à lui arracher des concessions et à consolider un rapport social et politique favorable. »

    https://www.ledevoir.com/monde/566182/comment-les-etats-ont-appris-a-reagir-aux-protestations-non-violentes
    #conflits #manifestations #résistance #révoltes #pacifisme #Liban #Chili #Equateur #Catalogne #Hong-Kong #activisme

    Avec ce commentaire du Devoir sur twitter :

    Plusieurs peuples dans le monde hurlent en ce moment leur #ras-le-bol du pouvoir en place et de ses actions. Mais les révoltes pacifiques sont-elles encore efficaces ?

    https://twitter.com/LeDevoir/status/1191100471081152517
    ping @cede @karine4
    et ping @davduf autour de la question du #maintien_de_l'ordre et de la #répression de ces mouvements

  • Adobe cancels all user accounts in Venezuela to comply with Trump order | Ars Technica
    https://arstechnica.com/tech-policy/2019/10/adobe-cancels-all-user-accounts-in-venezuela-to-comply-with-trump-order

    Adobe is deactivating all user accounts in Venezuela, saying that the action is necessary to comply with an executive order issued by President Donald Trump. The action affects both free and paid accounts.

    In an FAQ titled “Adobe compliance with US Executive Order,” the company explained yesterday why it is canceling its Venezuela-based customers’ subscriptions:

    The US Government issued Executive Order 13884, the practical effect of which is to prohibit almost all transactions and services between US companies, entities, and individuals in Venezuela. To remain compliant with this order, Adobe is deactivating all accounts in Venezuela.

    Adobe appears to be interpreting the executive order more broadly than other companies. Microsoft’s Office 365 and other cloud services are still available in Venezuela, for example. The executive order itself says the US action is targeted at the Venezuelan government and people who provide material support to the regime.

    #Venezuela mais aussi #Hong-Kong

    https://www.rt.com/news/470578-apple-cancels-app-track-police
    Apple removes app that Hong Kong protesters used to track police movements following vandalism, attacks on officers

  • Hongkongers pay a price for their low taxes through the world’s most expensive homes and smallest living space. Here’s why | South China Morning Post
    https://www.scmp.com/business/article/3029820/hongkongers-pay-price-their-low-taxes-through-worlds-most-expensive-homes

    How Hong Kong’s housing problem, cited as one of the biggest motivations for protest rage, is linked to the city’s finances and low taxes.

    23 Sep, 2019 - by Peggy Sito, Eugene Tang - In a new series delving beyond the social unrest in Hong Kong to survey the city’s deep-rooted problems, the Post is focusing on the role of housing in causing great disaffection in society.
    In this first instalment, we examine how the issue of high land prices is linked to government financing and the low-tax environment.

    For two hours a day in the past fortnight, Edward Chan hung around after work at the Prince Edward metro station in Kowloon.

    Teenagers continued to gather at the station, and Chan, who works in logistics, found himself acting as their counsellor, dispensing advice to the youth.

    Hong Kong “is rotten to the core, with many issues affecting our livelihood, even if the city has a great international image on the surface”, according to Chan, who lives in a 350 sq ft flat with his wife and their 13-year-old daughter.

    Chan, 39, is among the tens of thousands of Hongkongers who have been expressing their collective grievances in street rallies in one of the world’s most prosperous urban centres.
    What began on June 9 as a peaceful march by an estimated 1 million people has deteriorated into mayhem on the streets
    , with police using tear gas and water cannons to disperse vandals and rioters in almost daily clashes with protesters.

    The spark that ignited the city’s worst political crisis has shifted from a controversial extradition bill to general rage against the local authorities for their ineffectiveness in addressing some of the most pressing issues affecting life in Hong Kong: housing, job satisfaction, education and future prospects.

    Unaffordable homes, and having to wait a decade to gain access to subsidised public housing, are just two of the myriad of problems confronting Hong Kong, Chan said. “There really is no opportunity for young people at the bottom of the social structure to climb up,” he said.

    While he abhors the violence and vandalism that have made daily headlines for three months, Chan’s comments go some way to explain why two weeks after Chief Executive Carrie Lam Cheng Yuet-ngor caved in to public rage and withdrew
    her unpopular bill, rallies continue to draw protesters by the thousands to the city’s streets.
    Hong Kong’s economy has taken a beating, with declining property prices, shrinking visitor numbers and plunging retail sales all pointing to a technical recession
    in the final three months of 2019.

    The unprecedented protests, entering their 16th week, are the culmination of many decades of neglect by a laissez-faire government of the underclass, and housing affordability has become the most poignant manifestation of this dissatisfaction.

    The root of the problem can be traced back to Hong Kong’s history, when British administrators created a low-tax system for the former colony, consistent with their strategy of running a worldwide empire. On the basis of low personal income and corporate taxes, with no value-added tax or import duties, Hong Kong quickly grew from a transshipment port and China’s front door into an international finance centre. That low-tax tradition continued after Hong Kong’s return to Chinese rule in 1997.

    Low taxes come with a hefty bill, however, as the government must look for other sources of fiscal income to spend on infrastructure, education, health and public services.

    For decades, the biggest revenue source was the sale of public land to developers for building homes, factories or shopping centres. Land premiums and stamp duties, considered non-stable tax revenue, are projected to make up 33 per cent, or more than HK$197 billion (US$25.2 billion), of the government’s income in the financial year that began on April 1, down from the last financial year’s 42 per cent.

    “Without the big chunk of income from the property market, how can the government support its expenses?” asked Moses Cheng Mo-chi, chairman of the Insurance Authority and chairman of a 2000 task force set up to explore ways of broadening Hong Kong’s tax base. “If we do not have new sources of stable income, the high land price policy will not change. We cannot get out of this” vicious cycle of high land prices, lack of affordability and public grievance, he said in an interview.
    Of course, the government has denied over the years that it has a high land-price policy. The cost of land makes up between 60 per cent and 70 per cent of the total cost
    of a typical residential property project in Hong Kong, more than double the 20 per cent to 30 per cent range seen outside the city, said Far East Consortium International’s managing director, Chris Hoong Cheong Thard
    .

    The land sale process, where the highest bidder takes the prize, creates an upwards cost spiral, as the winning bid in one round becomes the prevailing market price, which must be topped in the next round. As land costs soar, small developers such as Far East – valued at one-36th of Sun Hung Kai Properties
    (SHKP) – are priced out of the city to build overseas.
    That further concentrates the property market, along with the wealth and influence that come along with it, in the hands of a handful of developers
    .

    About 45 per cent of all homes sold in Hong Kong are built by five developers – CK Assets of the Li family, SHKP of the Kwoks, Henderson Land of the Lee family, New World Development of the Chengs and Sino Land of the Ng family.

    That has put them at the top of the wealth list. Eighteen, or 36 per cent, of the 50 richest people in Hong Kong in 2019 were property tycoons, according to Forbes.

    “Capitalism creates a business environment where the winner takes all,” said Ronald Chan, founder of investment firm Chartwell Capital and a member of the Hong Kong stock exchange’s Listing Committee. “Several companies … dominate Hong Kong, consolidating control of sectors from supermarkets to pharmacies, jewellery stores to utilities and telecoms to transport networks.”

    The fortunes of Hong Kong’s 93 wealthiest billionaires – estimated at US$315 billion in 2018 – made up about 86.6 per cent of the city’s gross domestic product, according to Wealth-X’s Billionaire Census.
    The remainder of Hong Kong’s population has become poorer, with a record 1.37 million residents living below the poverty line in 2017
    , eking out a living on as little as HK$4,000 (US$510) a month, according to government data.

    The average Hong Kong household needs 20.9 years of income, without spending anything on food, education, travel or leisure, to afford a flat, according to the Demographia International Housing Affordability Study.
    The average living space per person in Hong Kong is 161 sq ft
    , roughly the footprint of a standard 20-foot shipping container. That is half of Singapore’s average space of 323 sq ft per person. The poorest of Hong Kong’s families must put up with 50 sq ft of living space.

    To be sure, Hong Kong’s government has not been unaware of the problem. Former Financial Secretary Henry Tang Ying-yen and former Secretary for Financial Services and the Treasury Frederick Ma Si-han tried in 2003 to implement a goods and services tax based on the recommendations of Cheng’s task force to broaden the fiscal income base, but had to scrap the plan amid opposition by the city’s interest groups, who exert their influence through the functional and district constituencies in the local legislature.

    Will the current political crisis and outpouring of rage provide an opportunity to break the policy gridlock and solve Hong Kong’s housing problem?
    Commentaries published last week by the state-run Xinhua News Agency, People’s Daily and the stridently nationalist Global Times all singled out unaffordable housing as a cause
    of Hong Kong’s street protests.

    “For the sake of public interest, and for the sake of people’s livelihoods, it is time developers show their utmost sincerity instead of minding their own business, hoarding land for profit and earning the last penny,” People’s Daily, the mouthpiece of the Communist Party, said.

    A day before the commentaries were published, Hong Kong’s biggest pro-Beijing political party pushed for the Lands Resumption Ordinance, and called on the local government to build public housing on land taken from private developers, who hold about 100 million sq ft of farmland between them, according to an estimate by Bank of America Merrill Lynch
    .
    Hong Kong’s government responded immediately by pushing ahead with a tax on developers who hoard completed flats
    to create an artificial shortage of homes.

    Public consultation on the proposal started on September 13 and the bill will be ready for legislators to vet in October, when they return from their summer break. Land and housing policies are expected to be the focus of Chief Executive Carrie Lam’s Policy Address, which will be announced next month.
    Some developers are pushing back
    . The Real Estate Developers’ Association (Reda), the powerful industry lobby, said on September 13 that the proposed vacancy tax would intensify a slowdown in the property market, hurt developers’ earnings and exacerbate the city’s economic slump.

    “Can the government solve the city’s housing issue on its own, without the help of private developers?” said Reda chairman Stewart Leung Chi-kin. “If that were the case, the problem should have been solved years ago.”

    Analysts said the low-interest rate environment in Hong Kong will continue and that could pressure Lam into cooling home prices.

    On Thursday, the Hong Kong Monetary Authority, the city’s de facto central bank, matched a move by the US Federal Reserve and cut its base rate to 2.25 per cent. But homeowners will not feel their burden ease immediately because commercial banks will keep their prime rate, the rate offered to customers, unchanged. That raises the spectre that declining home prices will hamstring Lam’s reforms.

    Hong Kong is not short of land, where 40 per cent of the city’s land mass is reserved as nature parks. But focusing on land supply was akin to addressing the symptoms of a disease, not finding a cure for the cause, said the Insurance Authority’s Cheng.

    “We need government leaders, political parties, interest groups to realise the importance of harmony. They need to make sacrifices for the greater good, ” he said.

    A short-term solution might be possible through the privatisation of subsidised public housing, which would allow many existing public flats to add to the supply and provide immediate relief, said Richard Wong Yue-chim, professor of economics and the Philip Wong Kennedy Wong Professor in Political Economy at Hong Kong University.

    “Turning public flats into home ownership flats is by far the fastest way to address our housing crisis without increasing land supply”, because land reform was complicated by vested interests and bureaucratic delays, as well as restrictive planning and building codes, he said.

    “Home ownership is a source of savings and wealth accumulation. There is wealth disparity between those who own a flat and those do not, so people feel the inequality,” Wong said. “When young people see no hope of moving forward with their lives, no hope to own a home, they take to the streets.”

    Singapore, a city state where most residents live in high-rise buildings, may offer a solution for Hong Kong. The city state’s Central Provident Fund, as the mandatory pension is called, can be used for paying mortgages, insurance and even education, unlike Hong Kong’s Mandatory Provident Fund, which is usable only for retirement.

    Hong Kong’s government could let the MPF subsidise low-interest rate mortgages for certain groups, such as young married couples, to help them get on the property ladder, said Chartwell’s Chan.

    Would that help cool the rage that is fuelling Hong Kong’s protests?

    “It’s so difficult to get onto the housing ladder,” said Chan at Price Edward station. “I’m probably unqualified for a flat because I don’t have a tertiary degree. I hope I can do it one day, but only if I start a business, not by working a regular job.”

    Additional reporting by Liu Yujing

    #Chine #Hongkong #immobilier #logement #crise

    • In my opinion, i come to live in HK in 1995 before the retro-cession. When HK go back to china, any chinese people spend 7 millions HKD in property get residential visa in HK, it’s the way for the chinese to escape communist, and too protect they’r money.
      Second problem, Hk still allow 150 chinese mainland to live in HK every day, already more than 1 million chinese mainland living in HK ! the city of 6 millions Hongkongais grow to 7 millions with the chinese immigrants, but we cannot push the wall in HK, this is insane.

  • HONG KONG. Un guide pour la stratégie d’affrontement en première ligne – Rouen dans la rue
    https://rouendanslarue.net/hong-kong-un-guide-pour-la-strategie-daffrontement-en-premiere-ligne

    Hong Kong. Les manifestants de premières lignes ont publié un nouveau guide sur les stratégies d’affrontement avec la police anti-émeute, partagé sur leurs conversations cryptées. Au total, 5 graphiques d’informations ont été créés afin que les manifestants des premières lignes puissent s’engager efficacement dans le conflit. Les graphiques ci-dessous nous montrent l’expérience de l’affrontement qui s’affine de jours en jours au cœur de la jeunesse hong-kongaise.

  • Microsoft Slammed For Investment In Israeli Facial Recognition ‘Spying On Palestinians’
    Thomas Brewster, Forbes, le 1er août 2019
    https://www.forbes.com/sites/thomasbrewster/2019/08/01/microsoft-slammed-for-investing-in-israeli-facial-recognition-spying-on-palestinians/#3747d10c6cec

    It’s unclear whether investors were aware of AnyVision’s business in regions with tainted human rights records. The Israeli company is trying to grow its business in Hong Kong, where protesters this week used lasers in an attempt to stop facial recognition profiling them. In a job post for a sales position in Hong Kong, AnyVision discloses it has customers and partnerships not only in that country but also Macau, the so-called Las Vegas of Asia. In Russia, a country heavily criticized for its human rights record, the AnyVision’s tools are deployed at Moscow’s Domodedovo Airport, according to a post on the company’s website.

    Shankar Narayan, the director of the Technology and Liberty Project at the American Civil Liberties Union (ACLU), told Forbes that he’d held meetings with Microsoft in Seattle last year in which the tech giant appeared receptive to ideas on holding back the spread of facial recognition. But the company has not followed through with any action, Narayan claimed.

    Human Rights Groups Slam Microsoft for Investing in Israeli Face-recognition Company
    Amitai Ziv, Haaretz, le 4 août 2019
    https://www.haaretz.com/israel-news/business/.premium-human-rights-groups-slam-microsoft-for-investing-in-israeli-face-r

    Amos Toh, a senior researcher on artificial intelligence at Human Rights Watch, told Forbes that the use of such technology “in a very fraught political context, could be problematic,” referring to Israel’s occupation of the West Bank.

    Suite de:
    https://seenthis.net/messages/792939
    https://seenthis.net/messages/793759

    #Anyvision #Anyvision_Interactive_Technologies #Microsoft #Qualcomm #Identité #Biométrie #Face-recognition #facial #vidéo-surveillance #sécuritaire #surveillance #Palestine #israel #Mossad #Armée #Cisjordanie #Occupation #Human_Rights_Watch #ACLU #Russie #Hong-Kong #Macao

  • 3 #blockchain Events in Asia To Attend This Spring
    https://hackernoon.com/3-blockchain-events-in-asia-you-should-attend-this-spring-970614cc8a2c?s

    3 Blockchain Conferences & Events in Asia to Attend This SpringCurious about the best blockchain events and conferences to attend in Asia this Spring, 2019? Look no further. We’ve got you covered. In this post, we’re taking you through 3 blockchain events you shouldn’t miss out on, where to purchase tickets, and several of the major speakers at each.Do let us know in the comments if there are any events in your country or city that we should be keeping an eye on, and hopefully we’ll see you there.Let’s get to it!TOKEN2049 Hong Kong (March 13, 14)Just around the corner is TOKEN2049, set to take place at the Kerry Hotel this March 13th and 14th in Hong Kong. TOKEN49 bills itself as “The Premier #crypto Event in Asia,” and is not looking to disappoint, boasting some of the biggest names in crypto (...)

    #fintech #cryptocurrency #hong-kong

  • 10 Things You Need to Know About Entering China‘s #ico Market
    https://hackernoon.com/10-things-you-need-to-know-about-entering-china-s-ico-market-5b607cac30f

    Photo credits to Shutterstock, I do not own or claim the copyrightOur company and I have been advising projects, exchanges, accelerators and institutional investors (VCs) regarding market entry tips for China. Chinese government makes frequent updates and decisions on regulations toward cryptocurrencies and the information available to English speakers are never fast or sufficient enough. In addition to the obstacles from the governmental side, the nature and the habits of Chinese netizens/citizens are of great difference from that of US netizens/citizens. And it creates another layer of barrier.Below are 10 most critical things I am happy to share for all audiences to get to know more about this mysterious and yet charming market -ICO is officially banned in China. In any legal paper (...)

    #hong-kong-ico #hong-kong #china-ico-market #china-ico

  • Hong Kong, une esthétique de la verticalité – Geographica

    http://geographica.net/2016/04/hong-kong-une-esthetique-de-la-verticalite

    http://i1.wp.com/geographica.net/wp-content/uploads/2016/04/Hong-Kong-Wolf.jpg?fit=900%2C677

    Michael Wolf a décidé de photographier une ville bien particulière, Hong Kong, qui concentre environ 7 millions d’habitants sur 1104km². Cela donne une densité de 6405 hab.km², une des plus élevées au monde.

    il s’agit en fait d’une densité urbaine, bien sûr, car Hong Kong est presque entièrement bâtie.

    #hong-kong #urban_matter #verticalité #architecture
    cc @cdb_77

    • quand j’habitais à Hong Kong (il y a plus de 15 ans), je me souviens que quand j’allais au resto, ou acheter quelque chose, il fallait une adresse, mais surtout un étage ! A Hong Kong, c’est vraiment de la géolocalisation en 3 dimensions !

      (après, le « presque entièrement bâtie », il faut quand même noter qu’une partie, sur l’île autour du peak est impossible à construire.... on passe donc d’une partie entièrement bétonnée, à de la jungle, en quelques mètres)

  • #Corruption, #fraude et #évasion_fiscale : repenser la lutte contre l’#impunité
    Tribune 10 décembre 2015
    Par Eric Alt, administrateur de Sherpa
    http://www.iris-france.org/68169-corruption-fraude-et-evasion-fiscale-repenser-la-lutte-contre-lim

    Selon la Commission européenne, les pays de l’Union perdent chaque année 120 milliards d’euros pour des faits de corruption et 1000 milliards en raison de la fraude et de l’évasion fiscale. Pour l’Afrique, les capitaux acquis, transférés ou utilisés illégalement sont évalués à 50 milliards de dollars par an [1]. Pour l’ensemble des pays en développement, ce montant pourrait atteindre 750 milliards d’euros [2].

    Ces chiffres sont autant d’indicateurs d’alerte de la perte de #souveraineté des #Etats en matière fiscale, [au bénéfice] de certains individus et des entreprises transnationales. Au regard de cette situation, les Etats réagissent avec lenteur, cependant que les ONG investissent de nouvelles modalités d’action.

    La fraude et l’évasion, un enjeu de souveraineté

    En matière fiscale, le transfert de souveraineté est paradoxal car, en ce domaine, les décisions sont généralement prises à l’unanimité. Mais dans un contexte de concurrence déloyale et dommageable, les Etats perdent la réalité de leur pouvoir de décision. Ils lèvent l’impôt sur une assiette érodée par la fraude et l’évasion fiscales.

    L’association Tax Justice Network a publié en 2015 son dernier indice d’opacité. La méthodologie permet de cibler les pays « qui promeuvent le plus activement et agressivement l’opacité dans la finance mondiale ». Il désigne la #Suisse, #Hong-Kong et les #Etats-Unis comme les trois pays les plus opaques ; le Luxembourg est à la sixième place et l’Allemagne à la huitième.

    Les #scandales ont cet avantage de dévoiler à un public large la mesure de l’enjeu. Ainsi, l’Offshore Leaks a été révélée par le consortium des journalistes d’investigation en 2013, au moment où éclatait l’affaire Cahuzac : la fuite dévoilait 10.000 noms de sociétés domiciliées dans des paradis fiscaux et proposait aussi une application interactive permettant d’identifier les bénéficiaires.

    [...]

    S’agissant de la souveraineté judiciaire, sans doute peut-on dater de 1996, l’entrée dans le débat public des magistrats : l’Appel de Genève, dénonce "l’Europe des comptes à numéro et des lessiveuses à billets est utilisée pour recycler l’argent de la drogue, du terrorisme, des sectes, de la corruption et des activités mafieuses (...)" [3]. Les Etats sont crispés sur leur souveraineté judiciaire dans un espace économique unifié, incapables de prendre mesure de la fraude ainsi facilitée.

    Depuis 1997, l’Union européenne réfléchit à la création d’un parquet européen. Une telle institution pourrait avoir pour compétence la poursuite d’infractions comme celles liées à la spéculation sur le cours de l’euro ou à la mise sur le marché européen de produits financiers dangereux. Et ce serait une institution puissante si sa compétence était élargie aux infractions commises à l’étranger, dès lors que celles-ci auraient des effets sur les intérêts financiers de l’Union [4].

    Car la perte de souveraineté judiciaire a un coût. Les Etats-Unis sanctionnent de plus en plus les faits de corruption commis par des entreprises étrangères, notamment françaises. Alstom a ainsi été condamnée à verser 772 millions de dollars, Technip a versé 338 millions et Alcatel Lucent 137 millions. Certes, en #droit international, rien n’interdit le cumul des poursuites et la Convention OCDE sur la corruption d’agents publics étrangers prévoit seulement une concertation entre les parties pour décider quelle est la mieux à même d’exercer les poursuites. Mais, dans ce domaine comme dans d’autres, la #faiblesse des justices européennes ne place pas les Etats de l’Union en situation de négocier avec les Etats-Unis.

    Repenser la responsabilité des entreprises transnationales

    Dans ce contexte, une nouvelle souveraineté des entreprises transnationales émerge. La majorité des normes régissant les affaires dans le monde, notamment le droit fiscal et les normes comptables, sont le fruit du #lobbysme de ces entreprises. Et la majorité des ces normes tendent à diminuer l’emprise de l’Etat. Le projet de directive sur le secret des affaires est emblématique de cette situation [5].

    [...]

    Le temps presse : la crise économique offre un terrain favorable au développement des activités illégales de certains individus. La corruption et la fraude appauvrissent la population et affaiblissent les Etats. Dans #Le_Retour_du_Prince [14], le procureur général de Palerme voit ainsi dans l’Italie contemporaine un processus complexe et global de transformation et de restructuration du pouvoir, qui concerne aussi, avec seulement des différences d’intensité, tous les autres Etats de l’Union.

  • Hong Kong’s McRefugees
    http://blog.apimages.com/2015/11/12/mcrefugee

    As other diners in the McDonald’s enjoyed their Big Macs past midnight early last month, no one noticed the middle-aged woman who appeared to be sleeping at her table.
    The woman, wearing a grey coat and slippers, abruptly slumped over at about 1:20 a.m., according to surveillance camera footage.
    It wasn’t until the next morning that a customer found the woman was cold and unresponsive. The police were called at 8:30 a.m., about 24 hours after the woman first entered the restaurant, according to a report in the South China Morning Post.


    In this Oct. 29, 2015 photo, a woman sleeps with her belongings at night in a 24-hour McDonald’s branch in Hong Kong. (AP Photo/Vincent Yu)
    via @MduqN
    #photographie #mcdonalds #hong-kong

  • Two Occupys, and the New Global Language of Protest

    In the fall of 2011, after two years in China, I came home to New York. Occupy Wall Street was at its height. Zuccotti Park, less than an acre of concrete in the city’s Financial District, was a teeming little universe of dissent and potential, more radically open and charged with life than any public space I’d ever seen. It changed you, just milling around and deliberating with people who, by and large, were straining toward the better angels of their nature. A thousand flowers, a hundred schools of thought: this was actually it. After the People’s Republic of China—which is neither the people’s, nor a republic—I was suddenly mainlining freedom, democracy, and diversity in what felt like an actual people’s republic, however short-lived and anarchic.


    http://www.dissentmagazine.org/online_articles/occupy-hong-kong-wall-street-new-global-language-of-protest
    #occupy #no-global #anti-globalisation #Chine #Hong-Kong

  • La #Chine envoie des #blindés à #Hong-Kong

    Un mouvement de blindés #chinois au coeur de Hong Kong a suscité une vive émotion aujourd’hui dans l’ancienne #colonie #britannique, les forces pro-démocratie dénonçant une « démonstration de force » dans un contexte de tensions avivées avec #Pékin.

    Hong-Kong reste et restera dans le giron de la Chine...et semble prête à tous les moyens pour le démontrer. Mais la encore les enjeux géostratégiques et économiques sont trop importants pour fondamentalement blâmer une Chine soucieuse de préserver cet espace. A Hong-Kong de se souvenir d’où elle vient !

    http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2014/08/29/97001-20140829FILWWW00096-des-blindes-chinois-a-hong-kong.php

    Revue de Presse Hebdomadaire sur la Chine du 25/08/2014

  • A #Hong-Kong, les plus #pauvres habitent sur les toits, mais jusqu’à quand ?

    Les #cahutes de bric et de broc perchées sur des #toits d’#immeubles à Hong Kong abritent depuis des décennies les habitants les plus pauvres du territoire, où les #prix de l’immobilier atteignent des sommets. Mais le #gouvernement veut les démanteler.

    La magie d’Hong Kong pour certains, ou le revers de la médaille...

    http://www.20minutes.fr/monde/1419133-20140716-hong-kong-plus-pauvres-habitent-toits-jusqu-a-quand

    Revue de Presse Hebdomadaire sur la Chine du 11/08/2014

  • « Dépolitisons la #Chine ! »

    Préambule ad lucem

    Loin de moi l’idée de venir étaler le peu de confiture (ma science quoi !) sur une large tartine de pain rassi (le débat sur la Chine), j’ose publier une tribune. Une tribune volontairement dénuée de sources et de quelconques articles ou citations pour étayer mes dires. Car cette tribune, libre de quasiment toute référence, me permettra de donner corps à un coups de gueule concernant la Chine, ou plus exactement, sur l’image que les Européens (veulent ?) se font de la Chine. Je ne supporte plus cette avalanche d’anathèmes dont la Chine est en permanence victime, que ce soit auprès des médias, des politiques (non engagés « aux responsabilités », c’est tellement plus courageux), ou les blogueurs en tout genre (dont je fais également parti à vrai dire). Je ne supporte plus cette nuée de crachats que l’on se complait à balancer sur la Chine sous prétexte de biaiser volontairement notre prisme d’analyse, j’ai nommé : le prisme des droits de l’Homme, et la question tibétaine.

    Alors je vous rassure, je suis totalement ouvert au débat et la critiques de ceux et celles qui s’estiment fondés à nourrir (ou affamer) mon argumentaire. Je ne suis pas un sinologue comme on l’entend académiquement par chez nous (non, désolé je n’ai pas appris le chinois à l’INALCO, mais directement en Chine…ça m’a paru plus cohérent..). Je ne suis qu’un pauvre juriste de formation qui est tombé amoureux de la Chine il y’a 3 ans et qui a décidé d’y vivre aussi longtemps qu’il me sera donné, car oui, j’aime la Chine et je vais vous dire pourquoi (une nouvelle fois, mais avec des exemples plus mieux !)

    #Taïwan #Xinjiang #Tibet #Dalaï-Lama #Culture #Géographie #Hong-Kong

    Suite ici => http://lederniersoldatdexian.wordpress.com/2014/04/05/depolitisons-la-chine

  • Einstein’s Camera (Adam Magyar) — Matter
    https://medium.com/matter/88aa8a185898

    a long-running techno-art project called Stainless, creating high-resolution images of speeding subway trains and their passengers, using sophisticated software he created and hardware that he retrofitted himself. The scanning technique he developed—combining thousands of pixel-wide slices into a single image—allows him to catch passengers unawares as they hurtle through dark subway tunnels, fixing them in haunting images filled with detail no ordinary camera can capture.

    #photographie #ville #new-york #berlin #hong-kong

    http://vimeo.com/83664407


  • #Vin : un Chinois met la main sur trois grands châteaux bordelais

    Trois #grands #châteaux du #Bordelais ont été achetés par un Chinois de #Hong-Kong. La France perd une nouvelle partie de son patrimoine national.

    Et en attendant, la #Chine continue ses emplettes en France

    http://www.lepoint.fr/argent/vin-un-chinois-met-la-main-sur-trois-grands-chateaux-bordelais-03-06-2013-16

    Revue de Presse Hebdomadaire sur la Chine du 03/06/2013

  • L’artialisation du paysage urbain : Hong Kong et ses gratte-ciels http://sco.lt/7xCGWH

    En tournant son appareil vers le ciel, le photographe et artiste français Romain Jacquet-Lagrèze a capturé des perspectives qui donnent le vertige, soulignant d’autant plus le motif géométrique des plus beaux gratte-ciels de la ville et qu’il décrit comme une « course vers le ciel » dans sa collection de photos « Vertical Horizon ».
    « C’est facile de prendre la mesure d’un immeuble de loin, mais on ne peut vraiment apprécier sa structure immense tant qu’on ne tend pas le cou le long de sa colonne vertébrale, pour admirer la façon dont ses bords ont l’air d’égratigner le ciel » dit le photographe. "Le projet est une immersion dans l’atmosphère étouffante de la ville et un enregistrement visuel de ses constructions sauvages. Le livre est comme un plongeon contemplatif dans la nature brute de Hong Kong et une expression de son élan vertical

    #Hong-Kong #Photographie