• La spiritualité wixárika à notre époque

    Eduardo Guzmán Chávez

    https://lavoiedujaguar.net/La-spiritualite-wixarika-a-notre-epoque

    Le peuple wixárika vient de très loin dans le temps. Les chercheurs travaillent sur les archives coloniales des missionnaires qui les ont rencontrés au XVIIe siècle et sauvegardent les témoignages onomatopéiques qui rôdent dans la parole wixárika pour décrire un peuple qui, pendant la conquête de la Sierra Madre occidentale, n’était pas remarquable par sa force politique ou sa puissance militaire à côté des Coras et des Tepehuanos voisins, mais qui se distinguait déjà à l’époque comme un bastion spirituel d’une lignée lointaine.

    Leur conquête par les Espagnols a été relativement facile et a imprimé certains traits catholiques que les Wixaritari ou Huicholes ont su honorer sans que cela perturbe la résonance originelle de leur propre cosmovision.

    De nos jours, si nous avions la chance d’assister à la célébration catholique du chemin de croix pendant la Semaine sainte dans l’une des communautés nucléaires, nous serions frappés de constater une profondeur et une dévotion dignes du christianisme primitif.

    Mais le peuple wixárika vient de bien plus loin dans le temps. C’est un lieu commun, quand on parle d’eux, de leur attribuer la qualité supérieure d’être l’une des cultures indigènes les plus pures du monde. (...)

    #Mexique #Huichol #spiritualité #cosmovision #fidélité #solaire #calendrier #pèlerinage #guérisseurs #sagesse #mégaprojets #déforestation

  • L’accouchement chez les indiens Huichol
    http://hitek.fr/bonasavoir/accouchement-indien-huichol-corde-testicules-tirer_576

    La tribu Huichol (se surnommant Wixarica) s’installe dans la Sierra Madre occidentale dans l’État de Jalisco, au Mexique. C’est l’une des tribus les plus reculées des cultures actuelles. Avec cet isolement, ils ont conservé beaucoup de leurs traditions et leurs coutumes les plus archaïques, ainsi que leur mode de vie. Ils sont principalement connus pour leurs réalisations artisanales.

    L’une de leurs coutumes est particulièrement surprenante. Elle a lieu au moment de la naissance des enfants. Ils pensent que l’accouchement est un moment de grande douleur et de plaisir qui doit être partagé par les hommes et les femmes.

    Au moment de l’accouchement, le père du futur enfant est placé au dessus des poutres qui forment l’ossature de sa maison. Il se trouve ainsi juste au dessus de sa femme. On lie ses testicules à une corde dont les deux extrémités restent dans les mains de la mère. Cette dernière peut tirer sur la corde pendant ses contractions pour partager sa douleur avec le père de son enfant.

    Quand l’enfant est né, le père et la mère, ayant partagé une douleur très forte, ressente désormais la joie d’accueillir leur bébé. Pendant l’accouchement, l’homme peut néanmoins consommer des cactus aux propriétés hallucinogènes.

    #accouchement #partage

    • Le texte en espagnol commence par cette phrase :

      El acto de parir, ya se trate de un hijo, una idea o una obra de arte, va siempre acompañado de dolor.

      Soit : l’accouchement, que se soit d’un enfant, d’une idée ou d’une œuvre d’art se fait toujours dans la douleur.

      La suite est traduite fidèlement à partir du deuxième paragraphe de l’extrait : ils pensent que l’accouchement…

    • Ah oui, la traduction est faite un peu vite…
      (je n’avais pas vu le lien vers l’article original, dans le commentaire ci-dessus, j’ai repris le texte de l’image)

      Rescoldos en la trébede : El dolor compartido, por mujeres y hombres, del parto huichol
      http://sentadoenlatrebede.blogspot.fr/2010/05/el-dolor-compartido-por-mujeres-y.html

      La tribu Huichol (autodenominados Wixarica) se asienta en Sierra Madre Occidental, en el estado de Jalisco, México.

      EDIT : remarque, gg:translate de l’extrait ci-dessus est tout aussi bizarre ;-)

    • Ils sont répartis dans plusieurs états mexicains. Je ne sais pas s’ils sont les plus reculés. C’est assez facile de les rencontrer. Mais, ceux que j’ai rencontré étaient bien pauvres, d’un point de vue confort moderne, ça oui. Et minoritaires. Une des partie de leur sainte trinité, c’est le #peyotl (encore un mot nahuatl (en wixarica c’est hikuri) cactus que j’idéalise même je n’en ai pris qu’une fois (pendant une semaine surpuissante, magnifique), en imaginant qu’ être en contact régulier avec une médecine pareille (#hikuri veut dire médecine), c’est comme une immense, colossale richesse, alors que lors de leur purges, les types pleurent, se chient dessus, vomissent et, visiblement, se fond tirer par les couilles. Mon dieu j’aurais adoré faire ça pour l’accouchement de ma meuf quand j’y pense.

    • Merci pour les précisions, traductions et témoignage @simplicissimus et @tintin
      Je ne trouve pas beaucoup d’infos là dessus. Il est indiqué que les hommes dont les femmes accouchent et leur tirent sur les testicules ont le droit à du Peyotl mais rien n’est indiqué sur la femme qui accouche. Peut-elle prendre elle aussi du peyotl ?
      Sur la fiche wikipédia Wixáritari il est indiqué que ca veux dire « les fils de dieux » https://fr.wikipedia.org/wiki/Huichols
      et du coup je me demande si c’est vraiment "fils" dans la langue Wixarica ou si c’est un problème de traduction du français qui invisibilise les femmes.
      J’ai trouvé seulement des mention de chamanes hommes, et pas de femmes. Les femmes peuvent-elles être chamanes ?

      Sur you tube j’ai trouvé des chants de peyotl de femmes, mais ce veux pas dire qu’elle peuvent en prendre ou qu’elles en prennent pendant les accouchements.
      https://www.youtube.com/watch?v=cfo-jptmjS8


      Au passage je relève l’image bien raciste de ce doc you tube. Cette dame n’a absolument rien d’une Wixáritari et le déguisement qu’elle porte n’est absolument pas Wixáritari.

    • Concernant la signification de l’#autoethnonyme des Wixárika, il y a une légère différence entre WP[fr] d’une part et WP[en] et WP[es] de l’autre :

      Huichols — Wikipédia
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Huichols

      Ils se dénomment eux-mêmes les wixarica, ce qui signifie « les fils de dieux » dans cette langue.

      Huichol - Wikipedia, la enciclopedia libre
      https://es.wikipedia.org/wiki/Huichol

      Se autodenominan wixárika (la gente) en su lengua,

      Huichol people - Wikipedia
      https://en.wikipedia.org/wiki/Huichol_people

      they refer to themselves as Wixáritari ("the people") in their native Huichol language.

      Au passage, « les humains » ou « nous » est probablement l’autoethnonyme le plus courant…

      Enfin, WP[es] explique que huichol serait une transcription nahuatl de wixárika.

    • Hélas, plus grand-chose à vous apporter là tout de suite... Peut pas dire que j’ai vraiment rencontrer la culture huichol... Par hasard, je me suis fait prendre en stop par un chaman de... Saint-étienne.

  • Vierge indienne et Christ noir

    Georges Lapierre

    http://lavoiedujaguar.net/Vierge-indienne-et-Christ-noir-1412

    L’essai de Georges Lapierre Vierge indienne et Christ noir,
    une « petite archéologie de la pensée mexicaine »,
    paraît en feuilleton, deux fois par mois,
    sur « la voie du jaguar ».

    Avec la Morena, la Vierge à la fois indienne et métisse, nous touchons à une subtile continuité derrière la différence plus ou moins affichée des croyances. Au XVIe, XVIIe et même au XVIIIe siècle, les pèlerins qui visitaient le sanctuaire du Tepeyac rendaient un culte à deux divinités bien différentes ; ils suivaient des chemins parallèles qui ne pouvaient pas se rencontrer. Les uns faisaient dévotion à la Vierge chrétienne, dont la figure s’est enrichie de contenus différents au cours de l’histoire de la colonie ; les autres continuaient à rendre un culte à Tonantzin, la déesse Mère des Mexica. Les métis de luxe devaient tirer leur foi du côté créole ; quant aux métis pauvres, leur penchant devait les tirer du côté indien. Peu à peu cette population métisse va prendre de plus en plus d’importance aux dépens de la population créole proprement dite et de la population indienne. (...)

    #Mexique #histoire #religion #cosmogonie #Terre_Mère #Huichol #peuples_originaires #inframonde #Christ #jaguar #chamanisme #cosmovision

  • Rendez-vous à Real de Catorce
    La lutte des habitants et du peuple wixarika
    contre les mines canadiennes

    Georges Lapierre

    http://lavoiedujaguar.net/Rendez-vous-a-Real-de-Catorce-La

    La route se perd dans l’infini rectiligne d’un crépuscule rose, mais le car vire à gauche et prend la direction des montagnes en empruntant un chemin soigneusement pavé de pierres rondes. Le bleu de la nuit s’obscurcit de plus en plus, illuminé çà et là par les scintillements des villages. La route monte et frôle des précipices pour s’arrêter enfin devant un tunnel creusé dans la roche par les mineurs de jadis. Lorsqu’on débouche de l’autre côté, on se retrouve plongé dans un décor de film : ce n’est pas pour rien que Real de Catorce est le premier des « villages magiques » du Mexique ! Le long de ses rues pavées, les maisons en pierre et en bois s’accrochent les unes aux autres pour escalader la montagne, où l’on devine les ruines des anciennes mines. Nous sommes à 2 750 mètres d’altitude et les sommets sont encore loin. (...)

    #Mexique #Huicholes #peyotl #mines #résistance