• Humanoid facial recognition arrives at German police

    When pursuing suspected criminals, some state police forces use a special ability of individual officers. Deployments often take place in major events

    Police forces are increasingly using so-called #super-recognisers. These are people who are particularly good at remembering faces. An estimated one to two percent of all people are said to have this ability, as discovered by British scientist Josh Davis during a study within the Metropolitan Police. There, it was noticed that the same officers were always able to identify a particularly large number of suspects on video footage.

    The researcher then helped the police in #Munich to set up the first such unit in Germany; in 2018, 13 policewomen and 14 policemen were selected for this after a multi-stage selection process. One of their first assignments was in the access control area and at the „video workstation“ of the #Oktoberfest, which took place in the same year; the comparison was made with images of people who had been denied entry, among other things. Allegedly, in Bavaria they have now helped to solve hundreds of cases.

    Even before the official start of the unit, six Bavarian super-recognisers supported the special commission „#Black_Block“ set up in Hamburg after the #G20 summit. The officers searched image material for suspected criminals. Also in London, the super-recognisers were first deployed in 2011 at the G20 summit. One of them is said to have identified 180 suspects from video recordings, whereas a software with facial recognition, which was also used, identified only one person.

    Humanoid facial recognition is also supposed to be possible if the picture of the wanted person is an old mugshot or if the person has changed their appearance with a cap, beard, sunglasses or paint. The Bavarian police claim to have successfully demonstrated this when handling environmental protests against the further construction of the #A49 in #Dannenröder_Forst. There, five of their super-recognisers were deployed at the request of the Hessian police. They trained 45 Frankfurt officers who are now also to be deployed for super-recognition. However, there are no plans to set up a separate unit in #Hesse.

    https://digit.site36.net/2021/03/06/humanoid-facial-recognition-arrives-at-german-police
    #reconnaissance_faciale #police #Allemagne #surveillance #surveillance_policière #humanoïdes #Bavière

    ping @davduf @etraces

  • Disparition d’Alex Varenne, maître troublant du noir et blanc (...) - ActuaBD
    https://www.actuabd.com/Disparition-d-Alex-Varenne-maitre-troublant-du-noir-et-blanc-erotique

    Né le 29 août 1939 dans la métropole de Lyon, Alex Varenne débute sa carrière à la fois comme peintre abstrait et enseignant des arts plastiques. Puis, il entrevoit les « incroyables possibilités de la bande dessinée » : il presse son frère écrivain de lui écrire des scénarios et ils signent ensemble deux albums chez Éric Losfeld, bien connu pour avoir publié le premier Lone Sloane, ainsi que des albums de BD plus sexués comme Barbarella, Histoire d’O, Pravda la Survireuse, les Aventures de Jodelle, et bien d’autres. Mais l’éditeur ne parvient pas à se sortir du procès pour la publication d’Emmanuelle, et fait faillite avant de les publier. Alex Varenne n’en continue pas moins à croire en ce « moyen d’expression extraordinaire », et les deux frères parviennent in fine à sortir divers albums et adaptations dont la série d’anticipation Ardeur (1979), œuvre majeure parue dans Charlie Mensuel alors dirigé par Georges Wolinski.

    #bandes_dessinées #Alex_Varenne

    • Alex Varenne (1939-2020)
      https://www.humano.com/profil/Alex%2BVarenne

      Né en 1939 à Saint-Germain-au-Mont-d’Or, Alexandre Varenne enseigne le dessin au début des années 60. Chronique de la Oil Mar scénarisé par son frère Daniel, est son premier album. En 1979, il publie dans Charlie Mensuel les premières pages d’Ardeur, une série expressionniste très marquée par les ombres et lumières du cinéma allemand de l’entre-deux guerres. Quatre ans plus tard, il se lance seul dans une série de portfolios plus ou moins déshabillés. Dans le même temps, il entre franchement en érotisme à l’Echo des Savanes. Il n’en sortira plus.

      En 1988, il renouvelle la collaboration avec son frère en dessinant l’adaptation du roman très sombre roman de Fritz Zorn, Angoisse et Colère. Parallèlement, il donne naissance à l’onirique Erma Jaguar, une héroïne qui aime beaucoup le sexe et un peu moins les hommes. Un intérêt pour l’érostisme qu’il perpétue avec les Larmes du sexe et l’Art Erotique.

      En 1996, Attention Femmes s’ajoute aux histoires courtes que Varenne a dessiné pour la série Fripons celles qu’il livre régulièrement à Playboy ou Penthouse Comics.

      #Humanoïdes_Associés

  • Dans ma série #bd_à_papa, je viens de racheter Salammbô de Druillet dans sa réédition en intégrale.

    Je ne me souviens pas trop à quel âge je suis tombé dessus (je dirais, au pifomètre, vers 15 ans). Je me souviens que j’avais déjà feuilleté quelques Druillet à la bibliothèque, des Lone Sloane, et qu’« évidemment » j’avais détesté :-)

    Et vlan, à l’époque je découvre Salammbô (qui date de 1980), et voilà, en gros pour moi c’est fini les petits Mickeys. Je t’apprends rien, je suppose, mais ça m’a mis la grosse baffe.

    Alors 40 ans après, je trouve que ça reste très impressionnant. Il y a évidemment des éléments très années 80, notamment les trucs à l’aérographe flashy, ça a vieilli. Mais ça me gêne pas (c’est pas un clip de Duran Duran, non plus). Les pleines pages et les double pages totalement dingues, le fait que ça se lit très lentement, et que je pourrais toujours pas trop te raconter l’histoire (et que je m’en fous).

    (Après, comme j’étais un peu plus vieux, j’ai évidemment relu les BD des années 70, et oui, je me souviens que j’avais été très impressionné par La Nuit notamment.)

    • Je feuillette parfois ses albums à la bibliothèque mais il y a longtemps que je n’ai pas relu ses œuvres. Depuis Métal Hurlant en fait. Je possédais quelques albums de ce géant de la #BD. Donné, perdu, revendu... je ne sais plus.
      Son autobiographie est pas mal aussi et surprenante, après l’avoir lu tu comprendras mieux d’où lui vient toute cette noirceur.

      « Mon père était chef de la Milice dans le Gers. Ma mère et lui étaient des fascistes convaincus. En août 1944 j’avais deux mois à peine , ils se sont enfuis, bébé en bandoulière, d’abord à Sigmaringen, puis en Espagne. La voilà mon histoire. La voilà ma famille. La voilà ma jeunesse. Depuis trop longtemps, je vis avec les fantômes d’un passé qui me révulse. Aujourd’hui, j’ai décidé de tout envoyer valser et de ne plus rien cacher. »


      https://www.druillet.com/index.php
      son site web est très chouette aussi

      Je pensais à cette image après la lecture de ton billet @arno
      la voici :


      je me souviens de Druillet, Moebius, Dionnet et Farkas.
      Enfin Farkas pas trop car je ne savais pas qui s’était. Je croyais même que son prénom était Basile (me demande pas pourquoi). Mais non le quatrième Humanoïde Associé s’appelle Bernard.

      Le quatrième Humanoïde Associé est un homme discret. Caché derrière les noms prestigieux de Dionnet, Moebius et Druillet, l’administrateur général Bernard Farkas n’assura pas moins l’intendance éditoriale des 23 premiers #Métal_hurlant et albums publiés par la toute jeune maison d’édition, assurant tour à tour les rôles de comptable, de responsable marketing, de conseiller juridique ou simplement de quatrième larron humanoïde de sortie. Après deux ans aux #Humanoïdes_Associés, Farkas quitte la société et fait fortune en lançant… le Rubik’s Cube ! On le retrouve ensuite comme actionnaire de nombreuses sociétés (parmi lesquelles Majorette, Apollo Invest, Abar S.A., Ab Cool…).

      Du métal sonnant et trébuchant : entretien avec #Bernard_Farkas.
      http://bdzoom.com/59805/interviews/du-metal-sonnant-et-trebuchant-entretien-avec-bernard-farkas

      Voilà un discret qui a bien sa place sur #seenthis

    • les années métal hurlant
      http://neuviemeart.citebd.org/spip.php?rubrique32

      Métal hurlant... toute une époque ! La « machine à rêver » s’est arrêtée de fonctionner en août 1987, après douze années et 133 numéros − sans compter les hors série. Les Humanoïdes associés, eux, continuent d’exister, même s’ils ont plusieurs fois changé de propriétaires.

    • Métal Hurlant is back
      https://www.actuabd.com/Metal-Hurlant-nouvelle-version-arrive-27550

      De retour avec un numéro à la sortie prévue pour le 1er octobre 2021, du haut de ses 288 pages couleurs et, dédié à l’anticipation toute proche, le near near future comme aiment le dire les fans de science-fiction à la pointe.

      https://www.lefigaro.fr/bd/le-retour-fou-du-magazine-de-bd-metal-hurlant-en-2021-20200516

      Contacté par nos soins, l’excellent et toujours vrombissant Jean-Pierre Dionnet s’explique : « Pour l’instant, je préfère rester un simple lecteur. Si j’y étais retourné, ma présence aurait eu la même force qu’un cachet postal : du style « Approuvé par Jean-Pierre Dionnet ». Là, non, je n’en suis pas. J’ai été échaudé par d’autres relances de titres mythiques, qui finalement m’ont fortement déçu. Si le nouveau Métal Hurlant s’avère enthousiasmant, alors, je serai beau joueur et je ferai peut-être une petite visite dans les prochains numéros. En tout cas, je trouve la couverture d’Ugo Bienvenu plutôt pas mal. Selon moi, c’est déjà réussi à 50% ! »

      À 75 ans Philippe Druillet, qui se remet d’une grave opération, a déjà repris des forces, et continue d’être combatif. « Je vais vous dire encore une chose, conclut-il. Selon moi, Métal Hurlant existe encore dans la tête des gens... C’est comme Pilote. Donc, refaire Métal Hurlant, c’est un pari complètement fou ! Et pour ça, il faut embaucher des fous. Voilà, c’est mon avis, c’est tout ! »

      20€ déjà ça pique un peu et si cette nouvelle version est aussi fofolle que « les cahiers de la bande dessinée » de Vincent Bernière, je vais passer mon tour. Ou comme disait Georges Bernier (un véritable cinglé, lui !) je le volerai.

  • « Ex Machina » : épouserons-nous un jour nos robots ? - Rue89 - L’Obs
    http://rue89.nouvelobs.com/rue89-culture/2015/05/30/ex-machina-epouserons-jour-robots-259437

    Lors d’un débat consacré à l’intelligence artificielle organisé par Rue89 en mars à Metz, un chercheur évoquait l’hypothèse, encore lointaine, de mariages entre humains et robots humanoïdes, c’est-à-dire d’apparence humaine. Les drapeaux anti-mariage gay « un papa, une maman » de la Manif pour tous pourraient ainsi être recyclés dans la perspective de nouveaux débats animés...

    #robots #intelligence_artificielle #IA #Ex_machina #film #cinéma #humanoïdes