• Good News on the Coronavirus-Angiotensin Connection | In the Pipeline
    https://blogs.sciencemag.org/pipeline/archives/2020/04/20/good-news-on-the-coronavirus-angiotensin-connection

    Des résultats au moins rassurants pour les hypertendus dont le type de traitement avait été soupçonné d’augmenter la virulence du virus.

    In fact, it appears that no matter how you slice the data, what subgroups you’re looking at, ACE inhibitors or angiotensin receptor blockers had significant benefit, and that goes for the head-to-head comparison with other hypertension drugs as well.

    #coronavirus #HTA #IEC #BRA

  • Le dinosaure onusien #UIT vient de publier des documents sur « l’Internet du futur » https://www.itu.int/en/ITU-T/studygroups/2017-2020/13/Documents/Internet_2030%20.pdf où ils annoncent un nouvel Internet, et critiquent l’actuel. L’approche proposée (purement « vaporware » à cette étape) est celle de la table rase.

    Un résumé en français https://www.letemps.ch/monde/chine-exacerbe-bataille-controle-dinternet Bien plus médiocre, cet article qui présente la proposition UIT comme achevée alors qu’il ne s’agit que de PowerPoints https://siecledigital.fr/2020/03/31/huawei-et-la-chine-proposent-un-nouveau-protocole-internet

    Commme #Huawei est derrière, il y a eu des réactions parfois assez chauvines, notamment aux États-Unis. Article du Financial Times derrière un paywall : https://www.ft.com/content/ba94c2bc-6e27-11ea-9bca-bf503995cd6f Milton Muller a critiqué ces réactions https://www.internetgovernance.org/2020/03/30/about-that-chinese-reinvention-of-the-internet

    L’#IETF a fait une réponse cinglante et très détaillée à ce projet https://datatracker.ietf.org/liaison/1677

    L’ETSI, traditionnelle émanation des industriels de la téléphonie s’y met aussi, en se prétendant en charge de concevoir le nouvel Internet https://www.etsi.org/newsroom/press-releases/1749-2020-04-etsi-launches-new-group-on-non-ip-networking-addressing-5g-new-se Leur projet ne mentionne pas l’UIT et semble distinct (bien que le discours soit identique).

    Notez que le communiqué de l’ETSI parle d’un groupe de travail NGP qui aurait produit analyse et identification de technologies possibles (aucun lien fourni sur ces analyse et identifictaion) mais quand on regarde la page du groupe NGP à l’ETSI, on a… 404.

    • ce passage de la réponse de l’IETF est hilarant : “We also note
      that any real-time systems requiring sub-millisecond latency inevitably have limited scope because of the constraints of the speed of light.”
      Ils les auraient traités directement d’abrutis ça aurait été pareil !

    • Ci-après la partie que le CI n’a pas traduite (curieusement les derniers paragraphes sont en français)

      The new IP presentation paints a picture of a digital world in 2030 where virtual reality, holographic communication and remote surgery are omnipresent – and for which our current network is unsuitable. The traditional IP protocol is described as “unstable” and “largely insufficient”, with “many security, reliability and configuration issues”.

      The documents suggest that a new network should rather have a “top-down design” and promote data sharing systems between governments “thus serving AI, Big Data and all kinds of other applications”. Many experts fear that under the new IP, Internet service providers, usually state-owned, will control and supervise all devices connected to the network and be able to monitor and control individual access.

      The system is already under construction by engineers from “industry and academia” in “several countries,” Huawei team leader Sheng Jiang told the group in September, although he will not reveal who they were due to commercial sensitivities. Spectators included ITU veterans, including government officials from the United Kingdom, the United States, the Netherlands, Russia, Iran, Saudi Arabia and China.

      For some participants, the very idea is anathema. If the new IP address was legitimized by the ITU, state operators could choose to implement a Western or Chinese Internet, they say. The latter could mean that everyone in these countries would need permission from their internet provider to do anything over the internet – whether it’s downloading an app or accessing a site – and administrators might have the power to deny access on a whim.

      Rather than a unified global network, citizens may be forced to connect to a patchwork of national internet, each with its own rules – a concept known in China as cyber sovereignty.

      In recent periods of civil unrest, Iran and Saudi Arabia have cut internet connectivity for long periods, with the exception of some
      In recent periods of civil strife, Iran and Saudi Arabia have cut internet connectivity for long periods, with the exception of some “essential” services © Alexander Glandien

      Recent events in Iran and Saudi Arabia provide a glimpse of what it would look like. These governments blocked global internet connectivity for long periods during the civil unrest, allowing only limited access to essential services such as banking or healthcare. In Russia, a new Internet sovereign law adopted in November enshrined the government’s right to monitor web traffic closely and showed the country’s ability to separate from the global web – a capacity that Chinese companies, including Huawei, have helped the Russians build.

      Experts now wonder whether China’s vision of Internet governance could shift from a defensive vision, in which the government wanted to be left alone to impose authoritarian Internet controls at home, to a more assertive approach, in which the country openly advocates for others. follow his example.

      The creators of New IP say that parts of the technology will be ready for testing next year. Efforts to convince delegations of its value will culminate in an important ITU conference to be held in India in November. To persuade the ITU to approve it within the year, so that it can be officially “normalized”, representatives must reach an internal consensus, freely based on a majority agreement. If delegates fail to agree, the proposal will be put to a closed-door vote in which only member countries will be able to participate, cutting off the views of industry and civil society.

      The rapid timetable is causing particular concern to Western delegations and requests have been made to slow the process down, according to documents consulted by the FT. A participant in the Dutch delegation wrote in an official response, leaked to the FT by several sources, that the “open and adaptable nature” of the Internet – both its technical structure and its mode of governance – was fundamental to its success and that he was “particularly concerned” that this model departed from this philosophy.

      Another scathing reprimand from a British delegate, also leaked to the FT, said: “It is far from clear that technically sound justifications have been provided for taking such a drastic step. Unless these are to come, the reasonable basis for future work or even ongoing research activities on these topics is, at best, weak or nonexistent. “

      Patrik Fältström, a non-conformist engineer with long hair, known in his native Sweden as one of the fathers of the Internet, is one of the most vocal critics of the new intellectual property. In the early 1980s, Fältström was a math student in Stockholm when he was hired to build and test the infrastructure for a new technology that the US government called the Internet.

      His job was to write a series of protocols that allowed computers to send text to each other. “In Europe, we were maybe 100 people in Sweden, 100 in the United Kingdom, 50 here, 20 there, we all knew each other. We used to joke that if there was a problem, you knew who to call, ”he says.

      Today, Fältström is a digital advisor to the Swedish government and its representative to most major Internet standards organizations, including the ITU. Thirty years after helping to assemble the building blocks of the Internet, it embodies the Western cyber-libertarian ideals that were woven into its foundation.

      “The Internet architecture makes it very, very difficult, almost impossible for anyone providing Internet access to know or regulate the use of Internet access,” he says. “It is a problem for law enforcement and others who would like an ISP to control it, so it is not used for illegal activities such as film pirating or child abuse.

      “But I am ready to accept that there will be criminals who will do bad things and the police will be unable to fight [all of] he. I accept this sacrifice. “

      For Fältström, the beauty of the Internet is its nature “without permission”, as demonstrated by the Arab Spring. “We have to remember,” he says, “it’s a balance between being able to communicate and to control, but people who have a voice are always more important.”

      A stark contrast to this view can be found in a river village called Wuzhen near Shanghai, which is emptied every fall to make room for technical executives, academics and policy makers attending the ambitious world conference of the Internet. The event was created by the China Cyberspace Administration in 2014, a year after President Xi Jinping came to power. A row of world flags greets visitors – a nod to Xi’s vision of creating “a shared future community in cyberspace”.

      Tim Cook, CEO of Apple, at the 2017 World Internet Conference in China. Foreign participation has declined in recent years as the technology war between the United States and China has intensified and leaders feared to be too aligned with Beijing
      Tim Cook, CEO of Apple, at the 2017 World Internet Conference in China. Foreign participation has declined in recent years as the technology war between the United States and China intensified and leaders feared being too aligned with Beijing © Getty

      Tech executives, from Tim Cook of Apple to Steve Mollenkopf of Qualcomm, spoke at the event, crediting Xi’s attempts to bring together the international tech elite. But in recent years, foreign participation has declined American-Chinese Technological War intensifies and leaders fear being too closely aligned with Beijing.

      There is a precedent for such fears. During the first year of the event, the organizers slipped a draft joint declaration under the doors of the guests’ hotels at midnight, setting out Xi’s point of view on each nation’s right to “cyber sovereignty” . Customers were invited to return with any changes before 8 a.m. After the protests, the organizers dropped the case completely. But the fact that management attempted such a move reflected Xi’s digital ambitions.

      In the early 1990s, the Chinese government began to develop what is now known Large firewall, a system of internet controls that prevent citizens from connecting to banned foreign websites – from Google to the New York Times – as well as blocking politically sensitive national content and preventing mass organization online.

      Beijing technical controls are supported by large teams of government censors as well as those hired by private tech companies such as Baidu and Tencent. Although anyone in the world can technically host their own website using just a computer and an Internet connection, in China you need to apply for a license to do so. Telecommunications providers and Internet platforms are also required to assist the police in monitoring “crimes”, which may include actions such as calling Xi “steamed bun” in a private discussion group , an act punishable by two years in prison.

      Chinese President Xi Jinping at the World Internet Conference in 2015, where he told participants that each nation should have independent authority over its own Internet
      Chinese President Xi Jinping at the 2015 World Internet Conference, where he told participants that each nation should have independent authority over its own Internet © Getty

      Despite this, the Chinese Internet is not 100% effective in blocking content deemed sensitive or dangerous by the government. “The leaking global internet remains frustrating for Chinese censors, and they have dealt with it at great cost and effort, but if you could make these problems go away almost completely using a more automated and technical process, maybe like New IP, that would be fantastic for them, “says James Griffiths, author of The Great Firewall of China: How to Create and Control an Alternative Internet Version.

      “Building a new version of the Internet could prevent more people from acquiring politically dangerous knowledge, thereby saving a great deal of effort, money and manpower on the censorship side. They can choose the commands they want, integrate them with technology and deploy them. “

      The establishment of a sophisticated alternative to the Western Internet would also fit in with China’s ambitions to expand its digital footprint on a global scale. “At the very beginning of the Internet, China was a follower and did not recognize, like many other countries, how disruptive the Internet would be,” said Julia Voo, research director for the China Cyber ​​Policy Initiative at the Harvard University in Belfer. Center.

      “As they realized how important it was, [they] channeled more resources into technology development. . . and we can see their influence increased in many standards bodies like the ITU in the past two or three years.

      “But the United States and others have made a strategic mistake by failing to see the value of growing infrastructure in developing markets,” she added. “There is still a lot of infrastructure to provide and over the past 10 years, Chinese companies have been at their disposal, especially in Africa.”

      Beijing has signed memoranda of understanding on building a “digital silk road” – or advanced IT infrastructure system – with 16 countries. Huawei says it has 91 contracts to supply 5G wireless telecommunications equipment worldwide, including 47 in Europe – despite US warnings that Huawei’s involvement amounted to giving Chinese access to national security secrets, an allegation denied by the society.

      “By proving that you can control and monitor your home internet intensely and prevent it from being used as a tool to rally people against the government, combined with the economic success of its businesses, China has made this vision incredibly attractive to regimes – autocratic and others – all over the world, ”says Griffiths.

      ITU was created 155 years ago, making it one of the oldest international organizations in the world, even before the United Nations. It is installed in a group of glazed buildings on Place des Nations in Geneva. On the 10th floor is the airy office of Bilel Jamoussi, the head of ITU study groups, born in Tunisia – the units that develop and ratify technical standards.

      The room is lined with a huge library from which Jamoussi draws a dusty blue book – his doctoral thesis, written 25 years ago, on traffic passing through the Internet. At the time, there was a desire to build a new networking protocol to meet the growing base of Internet users. Ultimately, the engineers opted for a layer on top of the existing TCP / IP infrastructure. Technology, invented in the late 1970s by computer engineers working for the United States Department of Defense, was a means of transmitting messages between computers at the speed of light, using a special addressing system.

      Bilel Jamoussi, Head of ITU study groups, which ratify technical standards.
      Bilel Jamoussi, Head of ITU study groups, which ratify technical standards. “Twenty years ago, it was Europe and North America that dominated the development of products, solutions and standards, we now have an eastward orientation” © YouTube

      “Twenty-five years ago we had this conversation as a community – is it TCP / IP or is it something else – and then a lot of design and development came to a kind of rescue [it]Explains Jamoussi. “We are now, I think, at another turning point, saying, is this enough, or do we need something new?”

      In its early days, the ITU oversaw the first international telegraph networks. Since then, it has grown from 40 countries to 193 and has become de facto the standardization body for telecommunications networks. The standards produced there legitimize new technologies and systems in the eyes of some governments – especially those in developing countries that do not participate in other Internet organizations. In the end, they give a business advantage to the companies that have built the technology on which they are based.

      Over the past 21 years, Jamoussi has witnessed a geopolitical shift. “The pendulum has tilted to the east, and now we see more participation from China, Japan, Korea,” he said. “Twenty years ago, it was Europe and North America that dominated the development of products, solutions and standards, we now have an eastward orientation.”

      On one of the marble walls of the ITU, backlit flags are hung, showing the largest donor countries. The Chinese flag – currently number five – was not there at all a few years ago, said an employee, but it is progressing gradually.

      New intellectual property is the latest grenade launched in the ITU arena, but it is not the first Internet-related standard to be offered as an alternative to the original Western-style system. The governments of Russia, Saudi Arabia, China and Iran have been pushing the idea of ​​alternative networks for years, according to participants who wanted to remain anonymous.

      “In the early 2000s, once you saw widespread use of the Internet, you suddenly had this idea of ​​democratization, which is basically to give people more control and more information. For authoritarian governments, it was something they were not happy with, ”said a member of the British delegation. “And so the work started, around the beginning of the 2000s, especially in China, then a little later in Iran and Russia, on how to create an alternative to the standards and technologies that were still being developed mainly by Americans. “

      But in recent years, Chinese companies have switched to new intellectual property. “There is a new paradigm, it is not voice and text and video and people talking, it is real-time control of something remotely, or telepresence, or holograms”, explains Jamoussi. “These new applications require new solutions. And now it’s more doable, it’s no longer science fiction, it’s almost a reality. “

      Cutting-edge projects for a new IP is Richard Li, chief scientist at Futurewei, Huawei’s R&D division located in California. Li worked with Huawei engineers based in China, as well as state-owned telecommunications companies China Mobile and China Unicom, with the explicit support of the Chinese government, to develop the technology specifications and the proposal for standards.

      Having Huawei at the helm will sound the alarm for many in Europe and the United States, where governments are concerned that Chinese technology is being developed as a vehicle for state espionage. The advent of 5G – a much higher bandwidth network that will serve as the digital backbone for a more automated world – has raised growing concern that products developed by Huawei will be built with “backdoors” for consumers. spies in Beijing.

      Richard Li, chief scientist at Futurewei, Huawei’s R&D division. Li worked with the explicit support of the Chinese government to develop technology that would allow
      Richard Li, chief scientist at Futurewei, Huawei’s R&D division. Li worked with the explicit support of the Chinese government to develop the technology that would allow “cyber sovereignty” © YouTube

      Last year, the United States excluded Huawei from sale in its market, and the British government is involved in a parliamentary battle over the company’s involvement in its basic telecommunications infrastructure.

      The FT contacted Li to discuss the new IP, but Huawei declined the opportunity to explain the idea in more detail. The company said in a statement, “The new IP aims to provide new IP technology solutions that can support. . . future applications such as the Internet of Everything, holographic communications and telemedicine. New IP’s research and innovation is open to scientists and engineers from around the world to participate and contribute. “

      Critics argue that the technical claims made in the New IP documentation are false or unclear and represent a “solution to the search for a problem”. They insist that the current IP system is suitable for use, even in a fast-scanning world. “The way the Internet has grown is through modular and weakly coupled building blocks, it’s the brilliance of it,” says Alissa Cooper, president of the Internet Engineering Task Force (IETF), an organization industry-dominated standardization in the United States. .

      In November, Li introduced himself to a small group at an IETF meeting in Singapore, which Cooper attended. “[The current infrastructure] is in stark contrast to what you see in the new IP proposition, which is this type of top-down monolithic architecture that wants to tightly couple applications to the network. This is exactly what the internet was not designed for, “she said.

      The implications for the average user could be enormous. “You push control into the hands of [telecoms] public operators, “said a member of the British ITU delegation. “Therefore [it means] now you can not only control access to certain types of online content, or track that content online, but you can actually control a device’s access to a network. “

      For internet pioneer Patrik Fältström, the beauty of the Internet is its
      For internet pioneer Patrik Fältström, the beauty of the Internet is its “unlicensed” nature. “We have to remember,” he says, “it’s a balance between being able to communicate and controlling, but people who have a voice are always more important” © Alexander Glandien

      China is already in the process of setting up a credit rating system for its people, based on online and offline behavior and past “crimes”, noted the member of the delegation. “Donc, si le score de crédit social d’une personne est tombé en dessous d’un certain montant parce qu’il publiait trop sur les réseaux sociaux, vous pourriez en fait empêcher ce téléphone de se connecter au réseau.”

      Les opérateurs de télécommunications chinois disposent de nombreuses données sur leurs abonnés. Selon la loi, les clients doivent s’inscrire pour un numéro de téléphone ou une connexion Internet en utilisant leur vrai nom et identification, qui est ensuite accessible par d’autres sociétés telles que les banques. La loi du pays sur la cybersécurité stipule également que tous les «opérateurs de réseaux», y compris les sociétés de télécommunications, doivent tenir des «journaux Internet» – bien que ce que cela implique ne soit pas clair.

      Jamoussi fait valoir que ce n’est pas à l’UIT de juger si les propositions pour une nouvelle architecture Internet sont «descendantes» »ou pourraient être utilisées à mauvais escient par des gouvernements autoritaires. «Bien sûr, tout ce que vous construisez est une épée à double tranchant. Vous pouvez utiliser n’importe quoi pour le bien ou pour le mal, et c’est la décision souveraine de chaque État membre », dit-il. “À l’UIT, nous ne nous engageons pas dans ce mauvais usage potentiel de la technologie, nous nous concentrons uniquement sur” en voici quelques-uns. . . problème de la technologie de la communication, voici une aspiration, en tant que communauté, construisons une solution pour y parvenir. “Mais la façon dont les gens l’utilisent est vraiment à eux.”

      Les ambitions de Pékin de renforcer les contrôles dans l’infrastructure Internet ne sont pas perçues par tout le monde comme un problème – simplement comme le prochain chapitre de son évolution.

      «Internet était censé être une infrastructure neutre, mais il est devenu un bras de contrôle politisé. De plus en plus, l’infrastructure Internet est utilisée à des fins politiques – pour réprimer les gens économiquement et physiquement – nous l’avons vu au Cachemire, au Myanmar et dans les révélations de Snowden », explique Niels ten Oever, ancien délégué néerlandais à l’UIT.

      «Pour moi, la question primordiale est: comment construire un réseau public sur des infrastructures privées? C’est le problème avec lequel nous nous débattons. Quel est le rôle de l’État par rapport au rôle des entreprises? “

      Selon lui, les entreprises conçoivent des technologies principalement dans un but lucratif. «Internet est dominé par les entreprises américaines, toutes les données y circulent. Alors, bien sûr, ils veulent garder ce pouvoir », dit-il. «Nous avons peur de la répression chinoise. Nous faisons des caricatures des Chinois d’une manière impérialiste-raciste limite. Mais la gouvernance d’Internet ne fonctionne pas aujourd’hui. Il y a de la place pour une alternative. “

      Partout où notre avenir numérique se construit actuellement, il semble y avoir un accord mondial pour dire que le moment est venu pour une meilleure version du cyberespace. “Je pense [some] les gens diraient que notre modèle actuel d’Internet est profondément défectueux, sinon cassé. À l’heure actuelle, il n’existe qu’un seul autre modèle vraiment complet et pleinement réalisé, celui de la Chine », écrit Griffiths dans Le grand pare-feu de Chine.

      «Le risque est que si nous ne parvenons pas à trouver un troisième modèle – un qui autonomise les utilisateurs et accroît la démocratie et la transparence en ligne, et réduit les pouvoirs des services de sécurité des grandes technologies et du gouvernement – alors de plus en plus de pays pencheront vers les Chinois modèle, plutôt que de faire face aux retombées de l’échec de la Silicon Valley. “

      Aujourd’hui le “Déclaration d’indépendance du cyberespace»- le principe directeur d’Internet – commence à ressembler de plus en plus à une relique. Le manifeste, écrit en 1996 par John Perry Barlow, co-fondateur de la fondation américaine sans but lucratif Electronic Frontier Foundation et parolier de Grateful Dead, était un appel aux armes.

      «Gouvernements du monde industriel, vous, géants las de chair et d’acier, je viens du cyberespace, la nouvelle maison de l’esprit», commence le document. «Au nom de l’avenir, je vous demande du passé de nous laisser seuls. Vous n’êtes pas les bienvenus parmi nous. Vous n’avez aucune souveraineté là où nous nous réunissons. “

      Cette opinion est maintenant devenue un retour à une époque antérieure à la capitalisation boursière de billions de dollars dans l’industrie de la technologie, disent les critiques. Mais il y a encore de l’espoir – et peut-être une troisième alternative à nos deux internets d’aujourd’hui.

      «Ce qui nous différencie de la Chine maintenant, c’est qu’à l’ouest, le public peut toujours se mobiliser et avoir son mot à dire. Une grande partie de cette responsabilité incombe désormais aux législateurs de protéger la démocratie à l’ère de la surveillance, qu’elle soit dictée par le marché ou autoritaire », a déclaré Zuboff. «Le géant endormi de la démocratie est enfin en train de remuer, les législateurs se réveillent, mais ils ont besoin de sentir le public dans leur dos. Nous avons besoin d’un Web occidental qui offrira le genre de vision d’un avenir numérique compatible avec la démocratie. C’est l’œuvre de la prochaine décennie. “

      Madhumita Murgia est la correspondante technologique européenne du FT. Anna Gross est journaliste aux marchés FT. Reportage supplémentaire par Yuan Yang et Nian Liu

  • Violences conjugales : Aurélie Filippetti porte plainte pour diffamation contre Thomas Piketty

    https://www.lesinrocks.com/2019/11/30/actualite/societe/violences-conjugales-aurelie-filippetti-porte-plainte-pour-diffamation-c

    Après avoir été apostrophé au sujet de faits de violence envers son ex-conjointe Aurélie Filippetti, l’économiste avait indiqué que cette dernière avait été violente envers ses filles. L’ex-ministre a déposé plainte pour #diffamation, ce jeudi, auprès du procureur de la République.

    Cela faisait dix ans qu’elle ne s’était pas exprimée publiquement sur cette affaire. « Suite aux déclarations publiques de Thomas Piketty, j’ai déposé ce jour une plainte en diffamation devant le procureur de Paris », a simplement indiqué Aurélie Filippetti sur sa page Facebook ce jeudi 28 novembre.

    https://twitter.com/WCM_JustSocial/status/1197607748629934080

    https://archive.org/details/pikettyinterpellesurlesviolencesconjugalescommisesalencontreaureliefilippet

    https://archive.org/details/lexministreaureliefilippettiporteplaintecontrethomas

    Une semaine plus tôt, invité lors d’une conférence à l’ #Institut_d'Etudes_Politiques (#IEP, #Sciences_Po) de Toulouse, l’économiste Thomas Piketty, ex-conjoint d’Aurélie Filippetti, avait été interpellé par une étudiante : « Vous avez reconnu en 2009 avoir battu votre ex-conjointe. Et du coup je voulais savoir ce que vous pensiez du fait de faire cette conférence alors que dans trois jours, le 23 novembre, on va avoir la #Marche_contre_les_violences_faites_aux_femmes.. ? A l’IEP c’est la semaine des #violences_sexistes et sexuelles... », a déclaré la jeune femme devant l’étonnement de l’assemblée. Une scène diffusée sur Twitter et à laquelle Aurélie Filippetti avait répondu d’un simple « merci ».

    « C’est votre intervention que je trouve indécente », avait alors rétorqué l’auteur de Le capital au XXIe siècle à l’étudiante, avant de poursuivre : « La relation dont vous parlez a été une relation avec une personne extrêmement violente vis-à-vis de mes filles. J’ai trois filles, qui étaient petites à l’époque, et cette personne a été extrêmement violente vis-à-vis d’elles. Je l’ai mise hors de chez moi, je l’ai poussée dehors, ce que je regrette, et je vous assure qu’après le comportement qu’elle a eu avec mes filles beaucoup de personnes se seraient beaucoup plus énervées. »

    Ce sont ces mots qui sont visés dans la plainte déposée par l’ancienne #ministre_de_la_Culture, fait savoir aux Inrocks son avocat Me Vincent Tolédano. « Aurélie Filippetti a été très choquée des propos de #Thomas_Piketty, en tournée de promotion de son nouveau livre, jeudi dernier, à Toulouse, deux jours avant la marche contre les violences faites aux femmes. Accuser sa victime de violences sur mineurs est tout simplement insupportable », nous précise-t-il.

    « C’est un mensonge total », se défend #Aurélie_Filippetti dans une interview au Corriere della Serra, publiée ce vendredi 29 novembre, où elle évoque des actes de violence répétés. « En 2009, je l’avais dénoncé pour des violences qui ne concernaient pas que ce soir-là mais se répétaient. Et je n’ai retiré la plainte qu’après sa déclaration écrite », précise-t-elle dans les colonnes du journal italien. « Il fait porter la responsabilité sur la femme, sur moi, la victime », regrette l’ex-ministre. Elle ajoute : « C’est fou, pour se défendre, il a décidé d’inventer une histoire, d’un bout à l’autre. Il aurait pu simplement dire : ’Je préfère ne pas parler de ce sujet’, mais il a inventé toute une histoire parce qu’il n’a pas encore pris conscience de sa propre violence. »

    [...]

    Le 16 septembre 2009, le procureur de la République de Paris, a avisé Thomas Piketty de sa décision « de ne pas exercer dans l’immédiat des poursuites », suite au retrait de plainte d’Aurélie Filippetti contre son ancien compagnon, pour violences volontaires -, sa décision de classement étant « révocable à tout moment », souligne Me Vincent Tolédano, l’avis constituant toutefois « un avertissement » et un « rappel à la loi ».

    #Violences_conjugales

    • L’article de l’OBS paru à l’époque, le 26 septembre 2009

      Violences conjugales : avertissement et rappel à la loi pour Piketty
      https://www.nouvelobs.com/societe/20090924.OBS2364/violences-conjugales-avertissement-et-rappel-a-la-loi-pour-piketty.html

      L’enquête préliminaire ouverte à Paris à la suite d’une plainte pour violences entre conjoints déposée par la député PS de Moselle Aurélie Filippetti à l’encontre de l’économiste Thomas Piketty a débouché, mercredi 23 septembre, sur « un avis de classement, avertissement et rappel à la loi ».

      « M. Piketty ayant reconnu les faits de violence à l’encontre de Mme Filippetti et s’étant excusé, Mme Filippetti, dans l’intérêt des familles et des enfants, n’a pas donné suite à la procédure », a-t-on fait valoir dans l’entourage de la député socialiste.

      Sollicité par l’AFP, Thomas Piketty n’a pas souhaité faire de commentaire.

      Au cours de cette enquête, l’ économiste, conseiller économique de la candidate socialiste Ségolène Royal lors de la campagne présidentielle 2007, avait été pendant plusieurs heures entendu en garde à vue par les policiers de la Brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP).
      (Avec AFP)

    • L’ex ministra Filippetti : « Piketty mi picchio più volte e ora mi dà la colpa »

      L’ancienne ministre Filippetti : « Piketty m’a frappé à plusieurs reprises et maintenant il m’en veut »

      https://www.corriere.it/esteri/19_novembre_29/ex-ministra-filippetti-piketty-mi-picchio-piu-volte-ora-mi-da-colpa-c4e807e

      La traduction (google traduction, désolé) de l’interview :

      Que contestez-vous dans le récit de Piketty ?

      "Tout. En 2009, je l’avais dénoncé pour des violences qui ne concernaient pas que ce soir-là mais se répètent. Et je n’ai retiré la plainte qu’après sa déclaration écrite ».

      Que contient cette déclaration de 2009 ?

      "Il a reconnu des épisodes répétés de violence et s’est excusé. C’est un document officiel déposé auprès de l’avocat Jean-Pierre Mignard, qui s’est alors prêté à un rôle de médiateur entre nous. À ce stade, ayant obtenu la reconnaissance des faits et des excuses, j’ai dû retirer la plainte pour éviter une nouvelle couverture médiatique. Il n’a pas du tout été totalement absous comme il essaye de le faire croire. Le procureur lui a quand même donné un avertissement et un rappel de la loi ".

      Combien de temps a duré l’enquête ?

      "Ce n’était pas une chose simple. Il a été mis en garde à vue, interrogé, l’enquête a duré plusieurs mois. Il y a une semaine, à la veille des manifestations en France contre la violence à l’égard des femmes, une étudiante de l’Université de Toulouse l’a interrogé sur ses actions passées. J’ai vu la vidéo, j’ai su ce qu’il avait publiquement répondu dans cet amphithéâtre, puis j’ai contacté l’avocat et jeudi j’ai présenté le procès en diffamation ».

      Piketty dit qu’il vous a poussé, que vous êtes tombez entre la porte et le montant de la porte.

      "Attention, rien de tout cela ne s’est passé. Ce sont des choses douloureuses pour moi. Blame it sur la femme, sur moi, la victime. C’est fou, pour se défendre, il a décidé d’inventer une histoire, de haut en bas. Il aurait pu simplement dire : "Je préfère ne pas parler de ce sujet", mais il a inventé toute une histoire parce qu’il n’a pas encore pris conscience de sa propre violence ".

      #Piketty vous accuse d’être violente avec ses trois jeunes filles.

      "C’est totalement faux, à tel point que c’est moi qui ai porté plainte contre lui pour actes de violence à l’époque, et non pas lui qui m’a dénoncé pour actes de violence à l’encontre de ses filles. C’est un mensonge total. Je suis la victime qui s’est tournée vers la police. Il essaie de complètement changer les choses. "

      Pensez-vous que votre ancien compagnon a été pris au dépourvu par l’étudiante ?

      "Je ne sais pas. Certains personnages masculins sont convaincus qu’ils sont au-dessus des lois. Ce qui est incroyable, c’est que je peux dire quelque chose comme ça, encore maintenant, après tout ce qui s’est passé avec le mouvement #MeToo et la prise de conscience de la violence à l’égard des femmes. Nous étions à deux jours de la grande manifestation contre les violences faites aux femmes, alors que la #France était totalement mobilisée sur ces questions. Il est terrible que la négation des faits aille si loin ".

      À la lumière de ce qui s’est passé ensuite, avez-vous regretté d’avoir retiré votre plainte il y a dix ans ?

      « Nous ne pouvons pas juger le choix d’alors avec la mentalité d’aujourd’hui. À l’époque, on avait tendance à minimiser la violence, comme il le fait encore aujourd’hui : quand il suggère que cela ne s’est produit qu’une fois, quand il parle d’une poussée au lieu de coups répétés, il minimise. Cependant, même alors, l’affaire a éclaté, mais sans conséquences majeures, peut-être parce que la société n’était pas prête. Il n’y avait pas encore de mouvement #MeToo ».

      Vous ne vous parlez plus ?

      "Non, jamais, c’est impossible. Son comportement à Toulouse est symptomatique de la violence sous-jacente. Ses phrases sont un autre acte violent. Contre moi et aussi contre ma fille, qui à l’époque avait 11 ans et se souvient très bien de tout ».

    • Les archives de 2009 montrent que Thomas Piketty qualifiait cette affaire d’ « histoires de caniveau ».

      On notera aussi qu’à l’époque le Nouvel Observateur (OBS) avait traité le sujet de manière légère (3 articles pour en tout 2800 caractères), à comparer avec l’article de Médiapart sur le harcèlement sexuel et les agressions sexuelles infligés par Christophe Rugia (57000 caractères)

      Le nouvel observateur semble avoir été le seul a relayer les conclusions de l’enquête via la dépêche AFP du 26 septembre 2009, comme on peut le voir sur cette recherche Google :

      Et le 4 mars 2019 Daniel Schneidermann se demande s’il faut en parler dans la mesure où ça ne serait qu’une affaire privée.

      https://www.arretsurimages.net/chroniques/le-matinaute/la-deputee-leconomiste-et-les-violences-conjugales

      Filippetti a porté plainte pour violences conjugales 04 mars 2009
      https://www.nouvelobs.com/politique/20090303.OBS7099/filippetti-a-porte-plainte-pour-violences-conjugales.html

      La députée socialiste Aurélie Filippetti a déposé une plainte contre son compagnon, l’économiste Thomas Piketty, pour violences entre conjoints, a-t-on appris mardi 3 mars. Une enquête préliminaire a été ouverte, a indiqué une source proche du dossier.
      Cette plainte a été déposée le 6 février par la porte-parole du groupe PS à l’Assemblée nationale, Aurélie Filippetti. Tout comme Thomas Piketty, elle est proche de Ségolène Royal.

      « Une affaire privée »

      Aurélie Filippetti fut pendant la campagne présidentielle de 2007 conseillère spéciale de la candidate pour les questions liées à l’environnement, la culture et l’éducation. Tandis que son compagnon occupait un poste de conseiller économique.
      Contactée par l’AFP, la députée âgée de 35 ans, a indiqué ne pas vouloir faire de commentaire. « C’est une affaire privée », a-t-elle déclaré.
      "Ce sont des histoires de caniveau", a pour sa part affirmé à l’AFP Thomas Piketty, 37 ans.
      L’enquête préliminaire, ouverte à la mi-février, a été confiée à la Brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP). (avec AFP)

      Le compagnon de Filippetti placé en garde à vue 17 mars 2009
      https://www.nouvelobs.com/politique/20090317.OBS9255/le-compagnon-de-filippetti-place-en-garde-a-vue.html

      L’économiste Thomas Piketty a été placé, mardi 17 mars, en garde à vue à Paris dans le cadre d’une enquête préliminaire ouverte par le parquet de Paris après la plainte de sa compagne, la députée socialiste Moselle Aurélie Filippetti, pour violences entre conjoints, a indiqué une source judiciaire.
      Proche du Parti socialiste, Thomas Piketty, a été conseiller économique de Ségolène Royal lors de la campagne présidentielle 2007.
      Thomas Piketty a été placé en garde mardi matin dans les locaux de la Brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP) chargée de l’enquête, où il était convoqué.
      Le parquet de Paris a ouvert à la mi-février une enquête préliminaire à la suite d’une plainte déposée par Aurélie Filippetti, porte-parole du groupe PS à l’Assemblée nationale, à l’encontre de son conjoint.

    • La retranscription des échanges, notamment parce que l’intervention finale d’Olivier Brossard, le directeur de l’Institut d’Études Politiques de Toulouse, est bien gerbante (tout comme tous les mensonges de Thomas Piketty, mis en gras) :

      Étudiante féministe

      Mon intervention s’adressera à vous mais aussi aux organisateurs et organisatrices de cet évènement ainsi qu’à l’assemblée.

      J’aimerai recontextualiser un peu cette conférence. Vous avez reconnu en 2009 avoir battu votre ex-conjointe. Et du coup je voulais savoir ce que vous pensiez de faire cette conférence alors que dans trois jours le 23 novembre on va avoir une marche contre les violences faites aux femmes. Cette semaine à l’IEP (de Toulouse) c’est la semaine des violences sexistes et sexuelles contre les femmes, donc je voulais savoir ce que vous en pensiez je voulais aussi savoir ce que vous pensiez des pensées autour des violences économiques envers les femmes.

      Thomas Piketty

      Ouais, je peux vous répondre ?

      Étudiante féministe

      Est-ce que vous pouvez me laisser finir s’il vous plaît ?
      Et du coup, je voulais savoir, pour les organisateurs et les organisatrices, si vous ne trouviez pas ça quelque peut indécent d’inviter quelqu’un qui...

      Thomas Piketty

      Alors moi je vais.... Attendez, je vais vous répondre. Je vais vous répondre et je vais vous dire pourquoi c’est votre intervention que je trouve indécente. Parce que si vous voulez le concours de la police ou de la magistrature pour faire des enquêtes, moi je vous invites à le passer et à faire ces enquêtes.

      En l’occurrence, vous parlez d’une affaire qui a été classée sans suite à l’issue d’une enquête dont... je vous mets au défi de trouver des éléments d’information qui pourraient justifier, enfin indiquer qu’il y aurait pu avoir des choses qui auraient été mal enquêtées, dissimulées etc.

      Moi ce que je peux vous dire c’est que la relation dont vous parlez a été une relation avec une personne plutôt extrêmement violente vis-à-vis de mes filles. J’ai trois filles, qui maintenant sont grande, mais qui étaient petites à l’époque, et cette personne a été extrêmement violente vis-à-vis d’elles. Je l’ai mis dehors de chez moi, je l’ai poussée dehors, ce que je regrette, mais je vous assure que vu le comportement qu’elle a eu avec mes filles beaucoup de personnes seraient beaucoup plus énervées que ça.

      Je regrette l’avoir poussé dehors de chez moi, elle est tombée juste dans l’entrebâillement de la porte, ce qui ne l’a pas empêche d’aller travailler le lendemain et le lendemain. Je le regrette néanmoins, mais je peux vous dire que par rapport aux violences faites par rapport à mes filles, le fait de la mettre hors de chez moi était une réaction [inaudible].

      Donc voilà vous savez tout de l’affaire. Moi je suis, je peux en parler plus longuement si vous voulez. Tout ce que je peux vous dire c’est que voilà, moi j’ai trois filles qui ont 16 ans, 19 ans, 22 ans. Il n’y a rien de plus éloigné de moi que l’idée de violence, avec que ce soit... conjointe ou qui que soit. Moi vraiment je vous invites... Je veux dire vous avez raisons d’être soucieuse de ces questions. Je le suis au moins autant que vous, mais simplement aller prendre la parole comme ça sans aucune information. Vous ne disposez d’aucune information précise sur cette affaire. Moi vraiment je vous invite, si vous pensez que les enquêtes ont été mal menées, allez passer le concours de la police, de la magistrature et faites de meilleurs enquêtes. Voilà.

      Thomas Piketty est applaudit par la salle. L’étudiante féministe souhaite reprendre la parole.

      Thomas Piketty

      Écoutez, je vous ai répondu. Je crois que ça suffit maintenant.

      Olivier Brossard Professeur de sciences économiques,
      Directeur de Sciences Po Toulouse

      Faites un peu d’introspection. Réfléchissez quand même un tout petit peu à ce que vous faites. C’est vous qui êtes indécente là. Stop, on s’arrête là. Une dernière question.

    • Une semaine plus tôt, invité lors d’une conférence à l’Institut d’Etudes Politiques (IEP) de Toulouse, l’économiste Thomas Piketty, ex-conjoint d’Aurélie Filippetti, avait été interpellé par une étudiante : « Vous avez reconnu en 2009 avoir battu votre ex-conjointe. Et du coup je voulais savoir ce que vous pensiez du fait de faire cette conférence alors que dans trois jours, le 23 novembre, on va avoir la Marche contre les violences faites aux femmes.. ? A l’IEP c’est la semaine des violences sexistes et sexuelles... », a déclaré la jeune femme devant l’étonnement de l’assemblée. Une scène diffusée sur Twitter et à laquelle Aurélie Filippetti avait répondu d’un simple « merci ».

      « C’est votre intervention que je trouve indécente », avait alors rétorqué l’auteur de Le capital au XXIe siècle à l’étudiante, avant de poursuivre : « La relation dont vous parlez a été une relation avec une personne extrêmement violente vis-à-vis de mes filles. J’ai trois filles, qui étaient petites à l’époque, et cette personne a été extrêmement violente vis-à-vis d’elles. Je l’ai mise hors de chez moi, je l’ai poussée dehors, ce que je regrette, et je vous assure qu’après le comportement qu’elle a eu avec mes filles beaucoup de personnes se seraient beaucoup plus énervées. »

      Je grasse parce qu’il ne faut pas que cette merde de remise en cause du propos d’une féministe passe inaperçue. Il peut lui répondre que c’est pas lui, qu’il a eu raison, tout ce qu’il veut sauf de dire que des féministes qui abordent la question des violences masculines sont indécentes.

      #violences_masculines #on_te_croit #violences_conjugales

    • @antonin1 apparemment les masculinistes aiment ce mot qui parlent d’eux puisque le directeur de #sciences_po_Toulouse, comme le note @gastlag parle aussi d’indécence dans sa morgue méprisante

      Olivier Brossard Professeur de sciences économiques,
      Directeur de Sciences Po Toulouse

      Faites un peu d’introspection. Réfléchissez quand même un tout petit peu à ce que vous faites. C’est vous qui êtes indécente là. Stop, on s’arrête là. Une dernière question.

      La #bienséance_masculine c’est exposer ses couilles l’avant veille des manifs contre les violences faites aux femmes.

    • À priori c’est pas que c’est eux qui l’emploient d’eux-mêmes, c’est l’étudiante qui a employé de mot en tout premier en disant « ne trouvez vous pas indécent d’inviter… » et du coup eux ensuite répondent « c’est vous qui êtes indécente » en reprenant sa phrase (genre « aaah c’est toi qui l’est, cassééée »).

    • @rastapopoulos c’est fort possible qu’ils aient repris cette expression puisqu’elle était lancé, mais ca n’attenue pas leur choix de la renvoyer ainsi, et ca montre leur manque de réflexion sur le sujet. Comme le souligne @antonin1 cette étudiante à fait son travail de militante et il n’y a aucune indécence à posé cette question.

      #couilles_de_cristal #sauflamisme (cf - toutes les femmes sont discriminés sauf-la-mienne ) #macho_de_gauche

    • Oui je sais parfaitement que l’étudiante lui pose cette question, et je suis d’accord avec ce terme concernant l’attitude de Piketty. Parce qu’il est réellement indécent de venir parader l’avant veille d’une manif sur les violences faites aux femmes alors qu’il a frappé sa femme. Et renvoyer ce terme marque bien le peu de cas que ces deux hommes font des femmes, à commencer par l’étudiante qui se fait humilier alors que la salle applaudit les deux grands hommes, l’un directeur, l’autre orateur invité qui viennent d’asséner une fin de non recevoir à sa deuxième question avec un mépris abjecte que je ne pourrais pas comparer à un jeu d’enfant mais à la fraternité des salopards qui font taire les femmes.

    • Piketty intervenait peut-être en s’imaginant que cette histoire était passé sous le radar de plein de monde (brava la féministe qui a malmené le grand homme). Mais on ne peut pas lui reprocher d’exister la semaine d’avant le 25 novembre !

      On pourrait lui reprocher de sortir un disque le 25 novembre (si si, ça a été fait, devinez par qui) ou de se mettre du rouge à lèvres contre les violences masculines.

      J’espère que Piketty se prendra la même chose que Baupin, avec une justice incapable de mettre des mecs devant leurs responsabilités mais qui au moins sait rétablir la vérité quand elle est malmenée en public.

      Je garde l’idée des couilles de cristal pour comparer avec la stigmatisation des snowflakes par Couturier.
      https://www.franceculture.fr/emissions/le-tour-du-monde-des-idees/le-tour-du-monde-des-idees-du-vendredi-06-avril-2018

    • Piketty intervenait peut-être en s’imaginant que cette histoire était passé sous le radar de plein de monde (brava la féministe qui a malmené le grand homme). Mais on ne peut pas lui reprocher d’exister la semaine d’avant le 25 novembre !

      He ben moi oui, je peux tout à fait reprocher à Piketti ou à n’importe qui d’oublier pif pof qu’il ait tabassé sa femme et de continuer à se pavaner comme si de rien. Et je me carre de son existence dans les amphis invité par sciences po alors que les féministes étudiantes s’organisent pour la manif. Nan mais oh, des fois les grands hommes feraient bien de se la mettre dans la glace et de voir qu’ils sont tout petit petit.

  • Nom de domaine historique, le « .org » est-il en danger ?
    https://www.bfmtv.com/tech/inquietudes-sur-l-avenir-de-l-un-des-plus-vieux-noms-de-domaine-le-org-180691

    Il est là depuis les balbutiements du Web. Le nom de domaine « .org », au même titre que le « .com » ou le « .net » est l’un des plus anciens de la toile et s’est fait connaître du grand public dans le courant des années 1990. Jusqu’alors, ce nom de domaine avait mené sa vie, sans traumatisme majeur. Mais le 13 novembre, une annonce est venue ébranler sa paisibilité : jusqu’alors géré par une association à but non lucratif, le .org passera bientôt sous l’égide d’une société d’investissement privée - à but lucratif, donc - : Ethos Capital.

    La nouvelle, inattendue, est venue secouer la communauté du logiciel libre et des experts en informatique. Ainsi d’Alexis Kauffmann, fondateur de Framasoft, une association de défense et de promotion du logiciel libre, ou de Stéphane Bortzmeyer, libriste et ingénieur français. Tous deux ont, entre autres, fait part de leurs inquiétudes sur Twitter.

    Véritable bouleversement ou simple émoi d’experts ? Les inquiétudes de la communauté s’appuient également sur une raison légitime :

    « La grande partie des fonds récoltés grâce au .org était reversée à une association qui œuvre à la structuration d’internet : l’IETF, qui a un rôle central dans le bon fonctionnement d’Internet », précise Pierre Bonis, en craignant que le rachat ne vienne changer la donne. « Cette association bénéficie en effet du travail acharné d’ingénieurs qui font évoluer les protocoles d’Internet depuis la fin des années 80. »

    L’autre principale inquiétude tient à des hausses de prix, répercutées sur les internautes désireux de choisir ce nom de domaine pour leur site. Depuis juin, l’ICANN, une autorité de régulation de Internet, a d’ailleurs levé le plafond jusqu’alors en vigueur pour les noms de domaine en « .org ». Le tout, malgré la désapprobation générale. En sus, Ethos Capital, la société d’administration qui viendra administrer cet ancien du Web, ne s’était jamais illustrée dans le secteur. Son adresse, EthosCapital.org, n’a d’ailleurs été enregistrée qu’en mai de cette année.

    #Noms_domaine #.org #Privatisation #IETF

  • #CIVIPOL au #Soudan

    L’Union européenne a suspendu ses programmes liés au #contrôle_migratoire au Soudan, en raison de la situation politique. CIVIPOL était en charge des programmes coordonnés par la #France. Présentation.

    CIVIPOL est défini comme "l’opérateur de #coopération_technique_internationale du ministère de l’Intérieur". C’est une #société_anonyme dont 40% du capital son détenus par l’État et 60% par des acteurs privés comme #Airbus, #Safran, #Thalès et d’autres, ainsi que #Défense_Conseil_International, qui est la société privée équivalente de CIVIPOL pour le ministère de la défense.

    CIVIPOL a une action d’#expertise, de #conseil, de #formation. Elle est "financée quasi exclusivement par les bailleurs internationaux". Elle a aussi comme savoir-faire le "soutien à la filière des #industries_de_sécurité" : "Civipol soutient les acteurs de la filière des industries de sécurité. À travers le réseau international des salons #Milipol, Civipol permet aux États partenaires d’identifier, avec les industriels, les #solutions_technologiques les plus adaptées à leurs impératifs de protection. En proposant des offres intégrées issues de la filière européenne des industries de sécurité, Civipol contribue à la mise en place de #systèmes_opérationnels_interopérables au sein des États partenaires et, le cas échéant, avec les systèmes homologues européens."

    #CIVIPOL_Conseil, la société anonyme, est en effet associée dans #CIVIPOL_Groupe au Groupement d’Intérêt Économique Milipol, qui organise des #salons "de la sûreté et de la sécurité intérieure des États" à Paris, au Qatar et dans la zone Asie - Pacifique (on peut découvrir ici le message adressé par le ministre français de l’intérieur à l’ouverture du dernier salon).

    CIVIPOL a aussi racheté en 2016 la société #Transtec, qui a des activités de soutien, accompagnement, conseil, expertise, dans le domaine de la #gouvernance. Elle a par exemple mené deux programmes au Soudan, l’un « #Soutien_à_l'Analyse_Economique_et_à_la Planification_Sectorielle_à_l’Appui_de_la_République_du_Soudan » « afin de permettre à la délégation de l’UE au Soudan de mieux comprendre la situation économique du pays et de contribuer à une approche plus cohérente de la programmation de l’UE dans chaque secteur d’intervention » ; l’autre « #Programme_de_renforcement_des_capacités_des_organisations_de_la_société_civile_soudanaise », dont « l’objectif consistait à renforcer les capacités des bénéficiaires des #OSC locales dans le cadre du programme de l’#Instrument_Européen_pour_la_Démocratie_et_les_Droits_de_l'Homme (#IEDDH) afin d’améliorer leur gestion administrative et financière des projets financés par l’UE » (il ne s’agit donc pas de développer la démocratie, mais de permettre aux OSC – Organisations de la Société Civile – soudanaises de s’inscrire dans les programmes de financement de l’Union européenne.

    CIVIPOL intervient dans quatre programmes au Soudan, financés par l’Union européenne. L’un concernant le #terrorisme, « Lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme dans la grande Corne de l’Afrique (https://static.mediapart.fr/files/2019/07/26/lutte-contre-le-blanchiment-dargent-et-le-financement-du-terrorisme) », l’autre concernant l’application de la loi, « #Regional_law_enforcement_in_the_Greater_Horn_of_Africa_and_Yemen (https://static.mediapart.fr/files/2019/07/26/regional-law-enforcement-in-the-greater-horn-of-africa-and-yemen-rl) ». Notons que ces deux programmes concernent aussi le #Yémen, pays en proie à une guerre civile, et une intervention militaire extérieure par une coalition menée par l’Arabie saoudite, pays allié de la France et en partie armée par elle, coalition à laquelle participe plusieurs milliers de membres des #Forces_d’Action_Rapide soudanaises, ancienne milice de Janjawid, aussi reconvertie en garde-frontière dans le cadre de la politique de contrôle migratoire mise en place par le Soudan à la demande de l’Union européenne, Forces d’Action Rapide dont le chef est l’homme fort actuel de la junte militaire qui a succédé au dictateur Omar El-Béchir. CIVIPOL agit dans cette complexité.

    Les deux autres programmes concerne la politique de #contrôle_migratoire. L’un, sous l’intitulé de « #Meilleure_Gestion_des_Migrations (https://static.mediapart.fr/files/2019/07/26/better-migration-management-bmm.pdf) », implique différents intervenants pour le compte de plusieurs États membres de l’Union européenne et des agences de l’ONU, sous coordination allemande, l’#Allemagne cofinançant ce programme. « Dans cette contribution, CIVIPOL fournit des formations pour les unités spécialisés en charge de la lutte contre le trafic d’êtres humains, forme les agents de police dans les #zones_frontalières et aide les autorités chargées de la formation de la #police ». Compte-tenu du rôle des Forces d’Action Rapide, il semble difficile que CIVIPOL ne les ait pas croisées. Ce programme a été suspendu en mars 2019, l’Union européenne ayant donné une explication quelque peu sybilline : « because they require the involvement of government counterparts to be carried out » (« parce que leur mise en œuvre exige l’implication d’interlocuteurs gouvernementaux d’un niveau équivalent »).

    L’autre, mis en œuvre par CIVIPOL, est le #ROCK (#Centre_opérationnel_régional_d'appui_au_processus_de_Khartoum et à l’Initiative de la Corne de l’Afrique de l’Union africaine (https://static.mediapart.fr/files/2019/07/26/regional-operational-center-in-khartoum-in-support-of-the-khartoum-) – en anglais #Regional_Operational_Centre_in_Khartoum etc.) La stratégie du projet ROCK est de faciliter l’#échange_d'informations entre les services de police compétents. Ainsi, le projet consiste à mettre en place une plate-forme à Khartoum, le centre régional "ROCK", afin de rassembler les #officiers_de_liaison des pays bénéficiaires en un seul endroit pour échanger efficacement des #informations_policières. » Il a été suspendu en juin « until the political/security situation is cleared » (« jusqu’à ce que la situation politique/sécurtiaire soit clarifiée ») selon l’Union européenne.

    D’après la présentation qu’on peut télécharger sur le site de CIVIPOL, le premier « programme intervient en réponse aux besoins identifiés par les pays africains du #processus_Khartoum », tandis que le second a été « lancé dans le cadre du processus de Khartoum à la demande des pays de la #Corne_de_l'Afrique ». Il ne faut donc surtout pas penser qu’il puisse s’agir d’une forme d’externalisation des politiques migratoires européennes.

    Ces deux programmes concernent neuf pays africains. L’un d’eux est l’#Érythrée. Il n’est pas interdit de penser que les liens tissés ont pu faciliter la coopération entre autorités françaises et érythréennes qui a permis l’expulsion d’un demandeur d’asile érythréen de France en Érythrée le 6 juin dernier.

    https://blogs.mediapart.fr/philippe-wannesson/blog/260719/civipol-au-soudan
    #complexe_militaro-industriel #externalisation #contrôles_frontaliers #migrations #asile #réfugiés #suspension #Erythrée

  • Le numéro 1, un très beau numéro de la revue
    #Nunatak , Revue d’histoires, cultures et #luttes des #montagnes...

    Sommaire :

    Une sensation d’étouffement/Aux frontières de l’Iran et de l’Irak/Pâturages et Uniformes/La Banda Baudissard/
    À ceux qui ne sont responsables de rien/Des plantes dans l’illégalité/Conga no va !/Mundatur culpa labore

    La revue est disponible en pdf en ligne (https://revuenunatak.noblogs.org/numeros), voici l’adresse URL pour télécharger le numéro 1 :
    https://revuenunatak.noblogs.org/files/2017/03/Nunatak1HiverPrintemps2017.pdf

    Je mettrai ci-dessous des mots-clés et citations des articles...

  • Are ICOs Completely Losing the Game to IEOs?
    https://hackernoon.com/are-icos-completely-losing-the-game-to-ieos-ee3e97a63845?source=rss----3

    With Initial Exchange Offerings (IEOs) rapidly emerging as a popular crypto fundraising scheme, here a look into where the #ico market is heading.Since the beginning of 2019, the crypto funding terminology of Initial Exchange Offering (IEO) is buzzing all around the cryptocurrency market. #ieo is quickly catching up as the next popular fundraising schemes with the ICO industry being largely plagued with scams and fraudulent players.As the name suggests, Initial Exchange Offering is the method of selling crypto tokens over an exchange platform. Thus unlike ICOs which requires token issuers to directly approach investors, the exchange platform acts as an intermediary to between the token issuers and the investors.In comparison to an ICO, IEO comes with its own set of advantages. Also, with (...)

    #blockchain #sto #investing

  • #ieo Hype, is it worth it ?
    https://hackernoon.com/ieo-hype-is-it-worth-it-4ddc35bd8ba9?source=rss----3a8144eabfe3---4

    Initial Exchange Offering (IEO) is, basically, a rebranding of #ico. There are a couple of differences though.The main is, tokens are being issued by an exchange, hence it has an immediate listing possibility. Additionally, projects should go through a due diligence process by an exchange. Therefore security and liquidity should be better, resulting in increased quality of projects.`IEOs are quite hyped right now, but what about numbers? We conducted research and analyzed #data on all recent offerings. However, the dataset is still rather small, so take the following numbers with some degree of skepticism.DatasetWe analyzed 47 IEOs from 11 platforms, 15 of them are traded. Following prices have been recorded: IEO price, 1 hour after listing close price, Current price (14 April 2019, (...)

    #blockchain #cryptocurrency

  • Can #binance’s Initial Exchange Offering (IEO) Platform Lead the Next Crypto Wave?
    https://hackernoon.com/can-binances-initial-exchange-offering-ieo-platform-lead-the-next-crypto

    The success of Binance issuing the first Initial Exchange Offering (IEO) should not be understated. It can potentially be a game changer for the crypto space. Some attributed the booming ICO market in 2017–2018 as the main reason why Cryptocurrencies were so popular to retail investors. The amount of money that ICOs have raised over the last two years is truly astonishing. Thanks to Cointelegraph, we know that in 2017, ICOs raised a total of $5.6 billion. The number increased to $11.4 billion in 2018! However, arguments show that ICOs were one of the main reasons for Crypto Winter.An article by Bitcoinist offers key insights on why Ethereum suffered a huge drop and it was because of ICO projects liquidating their ETH. Therefore, like every innovative idea, there needs to be some (...)

    #ieo #initial-exchange-offering #changpeng-zhao #trx

  • Initial Exchange Offering — The Next Popular Fundraising Scheme In Crypto ?
    https://hackernoon.com/initial-exchange-offering-the-next-popular-fundraising-scheme-in-crypto-

    Initial Exchange Offering — The Next Popular Fundraising Scheme In Crypto?The advent of cryptocurrencies brought an innovative and decentralized way of fundraising through Initial Coin Offerings (ICOs). Several crypto projects flourished by raising funds their native digital currencies to investors through ICOs in return for fiat/Bitcoin investments.However, with little to no regulatory scrutiny on these decentralized crypto projects, things went haywire. Over the last year, the #ico industry has witnessed a massive downturn due to several fraudulent schemes coming to the surface.The crypto fundraising industry is currently undergoing a transitional shift with other models like Security Token Offerings (STOs) and Initial Exchange Offering (IEO) taking center stage.The Growing Popularity of (...)

    #initial-exchange-offering #ieo #blockchain #crypto-fundraising

  • #crypto markets show signs of a turnaround
    https://hackernoon.com/first-hand-information-as-to-what-is-going-on-in-crypto-4962c0028941?sou

    I’m seeing the first full quarter of appreciation for many alt-coins. Appreciation is low but a turn around from what largely has been consistent declines for the life of alt-coins. This assumes this trend holds through the end of this month. #bitcoin will also appreciate this quarter if the same holds true. A few select Tokens:ETH moves directly with the volume of ICOs. The new #ieo (initial exchange offering) movement being touted as the second coming of ICOs may prove to do the same for ETH.There is a high level of unsatisfied demand for IEOs. The gambling culture of crypto will fuel this. The wave will be nowhere near that of #ico’s. Because exchanges are pre-vetting the IEO projects on top of the hard lessons learned from poor quality companies behind all too many ICOs we’ll have (...)

    #blockchain

  • What is #ieo Initial Exchange Offering? Is this the new phenomenon in Crypto Capital?
    https://hackernoon.com/what-is-ieo-initial-exchange-offering-is-this-the-new-phenomenon-in-cryp

    Initial Exchange Offering2017 & 2018 being the year of #ico, has come up with huge benefits in the crypto industry. But the truth is people have started pacing towards a new strategy named as Initial Exchange Offering. Crypto Enthusiasts across the globe suggest this neoteric alternative for ICO since it is feature-packed with boosted-benefits.The ICO model allows the project to bootstrap themselves without the need of going through traditional venture capital without funding. While on the other hand, IEO enable crypto projects to fundraise directly on digital exchanges!One of the most hyped news of recent times is one of the AI projects has raised around $5.5 million in just 22 seconds on Binance with IEO!The next five minutes will make you clear of all your queries regarding this (...)

    #blockchain #initial-exchange-offering #initial-coin-offering

  • 7 Reasons Why Crypto Project #founders Should Jump Aboard the #ieo Ship Before it’s Too Late!
    https://hackernoon.com/7-reasons-why-crypto-project-founders-should-jump-aboard-the-ieo-ship-be

    Photo Credit: coin girlsA taste that keeps you craving for more with such beautiful craze. The nose catches the sweet and enticing scent from afar, as it touches the mouth, the lips register the taste even before the tongue enjoys it. Such was my experience with my favourite and symbolic ofe-nsala soup, a special delicacy enjoyed in Eastern Nigeria always in popular demand and the first delicacy to finish in any buffet event where its part of a meal course.“Don’t waste any more time and funds configuring your website to have the ICO section, it shows you’re not prudent and have a bad sense of judgment as a Founder/CEO. You should quickly capitalize on the growing IEO interest in the industry before it’s too late”Quoting myself above, I told one of the project founders who recently consulted (...)

    #cryptocurrency #blockchain #binance

  • Initial Exchange Offerings (IEOs)
    https://hackernoon.com/initial-exchange-offerings-ieos-d400614c3e6c?source=rss----3a8144eabfe3-

    A brief studyThe crowdfunding models have seen fair share of innovation since the mainstream online payment applications have emerged. Bitcoin enabled sending money across the world cheaper & faster; opening new frontiers for innovators to kick-start their business in exchange for “token rewards”. This particular crowdfunding model in #cryptocurrency ecosystem is popularly known as Initial Coin Offering or ICO.ICOs enable projects to raise money from the investors, which usually expect the appreciation in price of the “tokens” they get in lieu of the investment they make. The investment decision is based on a project’s business idea, which is usually expressed in a Whitepaper. Basically, the cryptocurrency investors look at the following factors before putting their money into a project (...)

    #ico #initial-exchange-offering #ieo #crypto

  • Who says ICOs are dead? It’s not dead, it’s evolving.
    https://hackernoon.com/icos-arent-dead-theyre-evolving-linix-5-second-ieo-5fd3f6c4ebfc?source=r

    Who Says ICOs are Dead? It’s Not Dead, It’s Evolving.The #ieo Streak Continues: LINIX Sells Out in Mind-Blowing Five Seconds. Meanwhile, ICOs continue to decline.The traditional method of raising funds through ICOs are undoubtedly becoming less and less attractive. In fact, there has been a steady decline in funds raised through traditional ICOs since March ’18 — the numbers don’t lie.Courtesy of ICOBench: Funds Raised Through ICOs the Past YearThis dramatic decline in retail interest in ICOs have forced projects to adapt and remodel their fundraising techniques in various ways. There are a handful of trends that our #ico Specialists at Lunar Digital Assets have taken note of:Projects pushing back their crowdsale dates indefinitely until the market turns bullishProjects pushing back their (...)

    #korean-blockchain #blockchain #cryptocurrency

  • Ce 25 novembre, les gilets jaunes ont manqué le bal des débutantes _ Le Figaro Madame - Marion Galy-Ramounot *

    Forest Whitaker et sa fille True dansent la première valse du Bal des débutantes à Paris
    http://madame.lefigaro.fr/celebrites/bal-des-debutantes-forest-whitaker-et-sa-fille-dansent-la-premiere-v
    Le Bal des débutantes s’est déroulé samedi soir sous les ors du palace Shangri-La Paris, dans le très chic XVIe arrondissement de la capitale. Au menu : « filles de » en haute couture et valses viennoises à cinq temps.


    Gabrielle de Pourtalès et... Stéphane Bern, sollicité pour la danse. (Bal des Débutantes, Paris, le 24 novembre 2018.)

    Derrière ses petites lunettes rondes, à l’aise dans son smoking, Forest Whitaker est serein. Au Bal des débutantes, il a déjà présenté l’une de ses trois filles, Autumn, en 2009. Neuf ans plus tard, il accompagne sa cadette, True, pour son « entrée dans le monde », comme dit l’expression (dépassée). Elle n’est pas la première « fille de » à se prêter à l’exercice mondain. Ava Phillippe (la fille de Reese Witherspoon), Tallulah Willis (la fille de Demi Moore) et Sophia Rose Stallone (la fille de Sylvester) ont valsé avant elle. Au bras de son cavalier Giacomo Belmondo, petit-fils de Bébel, elle défile comme de coutume entre les tables du grand salon, où se tient le dîner très privé - moins de 200 personnes - donné en faveur de l’association Enfants d’Asie et du Seleni Insitute.


    Juliet James Gordy (en robe Elie Saab Haute Couture). (Bal des débutantes, Paris, le 24 novembre 2018.)

    Pour le grand soir, la jeune femme de 20 ans porte une robe Gaultier Paris dans les tons jaune et noir, « inspirée des peintures de Degas » - nous confiait-elle la veille, lors des derniers essayages. C’est la marque de fabrique du Bal créé par Ophélie Renouard en 1992, les « debs » sont présentées en haute couture - et traditionnellement à haute voix par Stéphane Bern. La comtesse Gabrielle de Pourtalès, au bras du prince Priko Sajonia-Coburgo-Gotha, a des airs de Charlotte Casiraghi en Dior haute couture. Anna Pei, petite-fille de l’architecte sino-américain Ieoh Ming Pei (qui a, entre autres, conçu la #pyramide_du_Louvre), semble ne plus toucher terre en Emmanuel Ungaro.
    . . . . .


    Le meilleur du Bal des débutantes 2018 - Les débutantes, promotions 2018. (Bal des débutantes, Paris, le 24 novembre 2018.)


    Le meilleur du Bal des débutantes 2018 - Les cavaliers, promotion 2018. (Bal des débutantes, Paris, le 24 novembre 2018.)


    La princesse Ananya Raje Scindia of Gwalior (en robe Lecoanet Hemant) avec sa mère HRH Maharani Priyadarshini Raje Scindia of Gwalior et son cavalier HH Yuvraj Mahanarayana J. Scindia de Gwalior. (Bal des débutantes, Paris, le 24 novembre 2018.)


    La baronne Ludmilla von Oppenheim (en robe Stephane Rolland haute couture) et son cavalier le prince Philippe-Emmanuel de Croy-Solre. (Bal des débutantes, Paris, le 24 novembre 2018.)

    #Caste #Luxe #Ieoh_Ming_Pei #Stéphane_Bern #Ruissellement d’images #femme #fille #France #obscénité #exposition de #viande #richesse #en_marche

  • All Computers Are Bigbrothers
    All Borders Are Caduques

    Pour contrôler les #frontières en détectant les mensonges des voyageurs par reconnaissance faciale (d’abord non-européens, privilege blanc oblige), l’UE investit 4,5 millions dans le Système #iBorderCtrl en Grèce, Hongrie, Lettonie :

    Grâce à l’analyse de 38 micromouvements de votre visage, le système peut dire, théoriquement, si vous mentez. Si le test est concluant, le ressortissant peut continuer son chemin dans une file d’attente dite « à bas risques ». Dans le cas contraire, il doit se soumettre à une nouvelle série de questions et à des prélèvements biométriques plus poussés (empreintes digitales, reconnaissance par lecture optique des veines de la main).

    http://www.lefigaro.fr/secteur/high-tech/2018/11/02/32001-20181102ARTFIG00196-pourrez-vous-passer-les-controles-aux-frontieres- #IE & #UE #societe_de_controle #intelligence_artificielle #big-data

  • Le bourreau des procès de Moscou
    http://www.laviedesidees.fr/Le-bourreau-des-proces-de-Moscou.html

    Qui était donc Iejov, le chef d’orchestre de la Grande #Terreur soviétique ? Son biographe A. Pavlioukov tente de retrouver l’homme de parti derrière le grand criminel, acteur central du système répressif stalinien, sans instruire son procès ni l’absoudre.

    #Recensions

    / #totalitarisme, U.R.S.S., Terreur

    #U.R.S.S.

  • the secret life of NaN
    https://anniecherkaev.com/the-secret-life-of-nan

    The floating point standard defines a special value called Not-a-Number (NaN) which is used to represent, well, values that aren’t numbers. Double precision NaNs come with a payload of 51 bits which can be used for whatever you want– one especially fun hack is using the payload to represent all other non-floating point values and their types at runtime in dynamically typed languages.

    the non-secret life of NaN When I say “NaN” and also “floating point”, I specifically mean the representations defined in IEEE 754-2008, the ubiquitous floating point standard. This standard was born in 1985 (with much drama!) out of a need for a canonical representation which would allow code to be portable by quelling the anarchy induced by the menagerie of inconsistent floating point representations used by (...)

  • RFC 8280 : Research into Human Rights Protocol Considerations

    Ce #RFC très politique est le premier du groupe de recherche #IRTF #HRPC, dont le nom veut dire « Human Rights and Protocol Considerations ». À première vue, il n’y a pas de rapport entre les #droits_humains et les protocoles réseau. Les premiers relèvent de la politique, les seconds de la pure technique, non ? Mais, justement, le groupe HRPC a été créé sur la base de l’idée qu’il y a de la politique dans le travail de l’#IETF, que les protocoles ne sont pas complètement neutres, et qu’il était nécessaire de creuser cette relation complexe entre protocoles et droits humains. Le premier RFC analyse le problème de base : « #TCP/IP est-il politique ? »

    http://www.bortzmeyer.org/8280.html

    #droits_de_l_homme #DUDH

  • RFC 8244 : Special-Use Domain Names Problem Statement

    Le #RFC 6761 créait un registre de « #noms_de_domaines d’usage spécial », où l’#IETF enregistrait des noms qui pouvaient nécessiter un traitement spécial par une des entités de la chaîne d’avitaillement et de résolution des noms de domaines. Un exemple est celui des noms de domaine qui n’utilisaient pas le #DNS, comme le .onion de #Tor ou le .bit de #Namecoin. Certaines personnes ont émis des réserves sur ce registre, par exemple parce qu’il marchait sur une pelouse que l’#ICANN considère comme sienne. Ce nouveau RFC, très controversé, fait la liste de tous les reproches qui ont été faits au RFC 6761 et à son registre des noms spéciaux.

    http://www.bortzmeyer.org/8244.html

    #gouvernance_Internet

  • La promotion du darwinisme social : ça suffit ! Le Devoir - 5 avril 2017 - Robert Laplante - Directeur général de l’Institut de recherche en économie contemporaine, et directeur de « L’Action nationale »

    Il y a des limites à toujours prétendre que ce sont les autres qui sont de trop dans la vie économique », tranche l’auteur.
    http://www.ledevoir.com/economie/actualites-economiques/495586/la-promotion-du-darwinisme-social-ca-suffit

    L’Institut économique de Montréal donne maintenant dans les métaphores agricoles. Voilà que la très sérieuse boîte de rhétorique idéologique accuse les producteurs laitiers de traire les consommateurs plutôt que les vaches ( http://www.ledevoir.com/economie/actualites-economiques/495312/traire-les-vaches-ou-les-consommateurs ). On comprend que l’IEDM ne reculera devant rien pour sacrifier aux dieux du marché, surtout pas devant le pelletage de fumier…
     
    Réagissant aux propos du président de l’UPA qui taillait en pièces la proposition de troquer la gestion de l’offre en agriculture pour une entente sur le bois d’oeuvre, un certain Alexandre Moreau dudit institut en profite pour nous servir l’habituelle cassette. Plus de compétition pour plus de productivité et de meilleurs prix pour les consommateurs ! Jouant sur les données, se drapant dans les rapports de l’OCDE, le discoureur de l’IEDM fait des phrases pour mieux masquer ce qui se cache derrière sa proposition simpliste : promouvoir un darwinisme social effréné.


    À l’en croire, une société ne peut pas choisir de contrôler son agriculture en offrant à ses producteurs des conditions de stabilité leur permettant de travailler autrement que sous la botte des puissances de l’agrobusiness mondialisé. Il faudrait les exposer à tous les vents de la concurrence internationale pour que le prix du litre de lait baisse chez le dépanneur ? Tout franchement, il y a des limites à prendre les pis de vache pour des lanternes. Choisir de gérer l’offre pour soutenir un développement maîtrisé de l’agriculture n’a rien d’une hérésie. Sauf dans les cercles feutrés des idéologues qui considèrent que l’on doit mettre toute la société au service de l’économie.
     
    Sacrifier la cohésion sociale
    Le Québec tient à son agriculture. Il tient à consolider la place qu’elle occupe dans son économie tout autant que dans les structures sociales des communautés de toutes les régions. L’agriculture joue un rôle déterminant dans l’occupation du territoire, et surtout dans son humanisation. Si l’IEDM trouve de la grandeur à penser que l’on peut laisser les grandes corporations s’accaparer le territoire et les fermes pour faire bondir le PIB et les statistiques d’exportation, il y a ici des millions de gens qui pensent qu’un milieu habité par ceux qui le façonnent vaut la peine qu’on organise les règles pour limiter les appétits. Organiser la production en fonction de valeurs de convivialité et de qualité de vie vaut infiniment plus cher qu’un rendement trimestriel versé aux actionnaires.
     
    La proposition de troquer la forêt contre les pâturages équivaut à proposer la guerre de tous contre tous dans toutes communautés agricoles et forestières du Québec. Dresser les usines de sciage et ceux qui travaillent contre les producteurs laitiers et les usines de transformation, c’est choisir de sacrifier la cohésion sociale au nom d’une concurrence dont on ne se demande pas à qui elle profite. Les consommateurs qu’invoque le promoteur d’une agriculture apatride ne sont pas que des clients de dépanneurs : ce sont des citoyens qui peuvent choisir de vivre autrement que sous l’empire de la concurrence effrénée. Des citoyens pour qui l’agriculture compte tout aussi bien pour assurer la souveraineté alimentaire de leur pays que pour en contrôler un tant soit peu les conditions d’exercice.
     
    Les agriculteurs du Québec sont des acteurs économiques à part entière. Le soutien dont ils bénéficient et les modèles institutionnels qui encadrent leur activité tiennent non pas de la faiblesse de leur performance, mais bien plutôt de la reconnaissance de la valeur globale de leur contribution à la prospérité générale et au bien commun. Tous les pays soutiennent leur agriculture. Il n’y a rien de honteux ou d’aberrant à le faire. Ce n’est pas parce que le modèle de gestion de l’offre est pris d’assaut les idéologues et les grandes corporations qu’il faut y renoncer.
     
    Les choix démocratiques d’une politique publique soucieuse d’offrir à l’agriculture québécoise une stabilité et une régulation qui font que l’intérêt général prime les seules considérations de marché sont des choix légitimes. S’il quittait les limbes du tout-au-marché pour descendre sur le plancher des vaches, le discoureur de l’IEDM pourrait sans doute réaliser qu’il faut être bête à manger du foin pour s’imaginer que tout s’équivaut dans le marché. Bien des bûcherons ne demanderaient pas mieux que de lui administrer une bonne volée… de bois vert.
     
    Il y a des limites à toujours prétendre que ce sont les autres qui sont de trop dans la vie économique.

    #darwinisme_social #Quebec #Agriculture #néo_libéralisme #Agriculture #Tous_contre_tous #agrobusiness #OCDE #dieux_du_marché #IEDM #UPA