• Ce que le film Après Demain ne vous a (toujours) pas dit emmanuelwathelet - 23 Décembre 2018 - leblogduradis , Investigaction
    https://leblogduradis.com/2018/12/23/ce-que-le-film-apres-demain-ne-vous-a-toujours-pas-dit & https://www.investigaction.net/fr/ce-que-le-film-apres-demain-ne-vous-a-toujours-pas-dit

    Si le film  Demain  a été un tel succès et qu’il a touché tant la société civile que les décideurs politiques et le monde marchand, pourquoi les résultats sont-ils aussi minces ? Désolé, le film  Après Demain  ne vous apportera pas de réponse, même s’il est obligé de faire un constat d’échec du bout des lèvres. Pire : le nouveau documentaire de Cyril Dion, accompagné cette fois par la journaliste environnementale Laure Noualhat, est confus, trompeur et très intéressé. Ils y confirment l’indigence de leur analyse économique et politique, mais aussi l’incapacité à se défaire de leurs œillères. La caution « autocritique » qu’aurait dû apporter Noualhat fait un « flop » qu’on ne saurait attribuer qu’à l’ (auto)censure ou à l’ignorance. Essayons de comprendre.

    Je ne vais pas faire traîner un scoop qui n’existe pas. Lorsque j’ai écrit ma première critique sur le film Demain https://www.investigaction.net/fr/ce-que-le-film-demain-ne-vous-a-pas-dit – un article abondamment relayé et je vous en remercie ! – j’ai très précisément expliqué l’erreur originelle de Cyril Dion et Mélanie Laurent :  le fait d’occulter l’acteur le plus important de la société capitaliste, c’est-à-dire le capitaliste lui-même !  Et je vous le donne en mille, qui est à nouveau absent de ce second opus ? Bingo, le capitaliste ! Comme si le changement climatique pouvait se résoudre sans rapport de force, sans luttes et qu’il n’y avait pas, à la base de l’inaction politique, des intérêts complètement opposés.

    Les « lobbies et multinationales » ne sont évoqués dans le film qu’une seule fois et ils sont considérés comme les  causes  des dérèglements et non comme les  conséquences  du mode de production spécifique qu’est le capitalisme. Le problème ? Nous pousser à croire qu’il suffirait de réguler ces derniers pour que tout aille mieux. D’autre part, la seule fois que le terme « capitalisme » est prononcé, c’est pour en blâmer la version « triomphante », un peu comme lorsque Edwy Plenel nous assure que le capitalisme n’est pas « spontanément » démocratique. https://leblogduradis.com/2018/12/19/trois-questions-a-edwy-plenel Il suffirait de lui forcer la main, quoi… On est là dans le vocabulaire des « excès » du capitalisme qu’il faudrait juguler et dans le refus de considérer qu’un capitalisme « sans excès » n’est tout simplement pas possible. https://leblogduradis.com/2018/01/02/comprendre-les-fusions-dentreprises-partie-1

    L’article qui suit est structuré de la façon suivante : je montre que Dion et Noualhat nient la dimension systémique du capitalisme, qu’ils occultent les victoires des capitalistes, qu’ils font croire que les capitalistes font partie de la solution et non pas du problème et, enfin, qu’ils souscrivent à la dangereuse idéologie du volontarisme, mettant tout le poids de la responsabilité sur les individus. Enfin, je reviens sur trois points essentiels à la critique : la question de la rentabilité économique des « solutions » qu’ils proposent, leur faisabilité réelle ou fantasmée et, enfin, le danger d’une approche psychologisante.

    Premier point donc, Cyril Dion et Laure Noualhat ignorent (ou feignent d’ignorer) qu’en régime de propriété privée, les acteurs économiques sont en concurrence. Pour survivre, c’est-à-dire ne pas tomber en faillite ou être rachetés, ils n’ont d’autres choix que vendre plus et diminuer leurs coûts. Deux aspects inconciliables avec le respect de l’environnement et le respect des travailleurs. J’ai détaillé précisément ces mécanismes dans une série d’articles sous forme de dialogues sur le Blog du radis. https://leblogduradis.com/2018/01/02/comprendre-les-fusions-dentreprises-partie-1

    Il est important de noter ici que même un producteur « local » de fruits et légumes est soumis aux mêmes règles : la proximité d’une grande enseigne de distribution à côté de chez lui le place de facto en situation de concurrence. Personne ne peut se soustraire à ces lois, quelle que soit la forme juridique adoptée, coopératives comprises. Or, à ce jeu, ce sont toujours les économies d’échelle qui gagnent, autrement dit les gros acteurs économiques. Les « petits pas » font marcher ceux qui peuvent se le permettre, les « gilets jaunes » continueront à aller chez Aldi. Non par choix mais par nécessité.

    Si on veut changer ce principe, il faut en changer les règles fondamentales, celles du capitalisme.  Après Demain  reconnaît que les seules initiatives qui durent dans le temps sont celles qui ont pu intégrer des élus locaux. Bien sûr, puisqu’il y a là l’amorce d’une modification structurelle. Mais comme les élus locaux sont bien peu de choses au regard des grandes enseignes et des grandes industries, il faudrait pouvoir convaincre les élus nationaux, les parlementaires européens, voire toucher l’échelle mondiale. Là où les décisions se prennent vraiment…c’est-à-dire là où les lobbies sont sur le terrain depuis le départ ! La récente campagne « l’affaire du siècle » exprime – enfin !- publiquement que les petits pas ne peuvent suffire, mais elle fait preuve de naïveté en ne mettant pas en cause le système dans ses structures.

    https://www.youtube.com/watch?v=SISSUVzzn5U

    Second point,  Après Demain  continue d’affirmer quant à lui que les fameux « petits pas » peuvent, de proche en proche, changer le monde, comme si, entre-temps, les capitalistes regardaient le nouveau monde advenir sans broncher. C’est évidemment complètement faux. Il ne sera pas nécessaire de lister de façon exhaustive, depuis la diffusion de  Demain,  les preuves de l’inaction environnementale – une inaction qui, dans un contexte de réchauffement, correspond à une régression puisqu’elle ne suppose pas le statu quo. Il ne sera pas non plus nécessaire de lister les régressions pures et simples. Pour autant, rappelons quand même quelques faits marquants.

    D’abord la prolongation pour cinq ans de l’autorisation du glyphosate dans l’Union européenne, ensuite la signature du CETA (on sait qu’en favorisant le commerce, on augmente la pollution) et enfin l’autorisation donnée par Macron pour le forage par Total en Guyane https://www.lejdd.fr/Societe/guyane-un-projet-de-mine-dor-au-coeur-dune-polemique-3707831 avec des conséquences environnementales désastreuses. Le New York Times a listé pas moins de 78 lois fédérales contre le climat https://www.nytimes.com/interactive/2017/10/05/climate/trump-environment-rules-reversed.html décidées par l’administration Trump. En France, la nouvelle loi de finance allège le barème pour les véhicules les plus polluants, https://www.alternatives-economiques.fr/malus-auto-mal-climat/00087527 alors que nous savons les marchés incapables d’anticiper sur le long terme en ce qui concerne le prix du baril (aucune chance qu’il explose pour cause de rareté). Les Britanniques autorisent à nouveau l’exploitation du gaz de schiste, https://www.lemonde.fr/economie/article/2018/09/12/au-royaume-uni-sur-la-ligne-de-front-du-gaz-de-schiste_5353867_3234.html cette année a une nouvelle fois battu un record dans la production et la consommation de pétrole https://www.francetvinfo.fr/monde/usa/presidentielle/donald-trump/petrole-les-records-de-production-et-de-consommation-d-or-noir-explosen et la consommation de pesticides a encore augmenté en 2017 en France. https://www.francetvinfo.fr/monde/usa/presidentielle/donald-trump/petrole-les-records-de-production-et-de-consommation-d-or-noir-explosen On sait par ailleurs que Lafarge, GDF-Suez et leurs petits copains financent les sénateurs climato-sceptiques outre-Atlantique, http://ecologie.blog.lemonde.fr/2010/10/26/des-industriels-europeens-manoeuvrent-contre-la-loi-sur-le-cli et grâce à la London School of Economics, il est possible d’avoir une vue sur tous les litiges concernant les lois touchant au changement climatique http://www.lse.ac.uk/GranthamInstitute/climate-change-laws-of-the-world/?fromyear=2015&toyear=2018&country=all&side_a=all&side_b=all&side_c=all&class dans le monde… Tout ça ne concerne que les derniers mois ou années. Vive les petits pas pour changer le monde !

    En réalité, il y a un abîme séparant l’augmentation réelle de la conscience du changement climatique chez les citoyens du monde, et l’absence de décisions réelles, influentes. Et pour cause ! Les décisions nécessaires, comme je le répète inlassablement, obligeraient à revoir l’ensemble du système de production capitaliste. Comme ceux qui font les lois sont aussi ceux qui en profitent, aucune chance que cela change.

    Troisième point, et non des moindres.  Après Demain  essaie même de nous faire croire que les acteurs économiques capitalistes font partie de la solution et pas du problème ! Ils parlent de « changer les entreprises de l’intérieur » et donnent une véritable tribune à Emmanuel Faber, PDG de Danone. Dans un émouvant (sarcasme) extrait de discours, celui-ci avance sans sourciller que leur objectif est de « servir la souveraineté alimentaire des populations ». Heu, en fait, non. Le but de Danone est de faire du profit. Pas de répondre exactement à une demande. Sinon, on ne jetterait pas autant de bouffe, on ne nous droguerait pas au sucre, etc. Selon le film pourtant, même les grosses multinationales comme Danone peuvent devenir « responsables », au sens écologique et social du terme. Danone sera (au futur, quand même) labellisé Bcorp en 2020 et sa filiale US l’est déjà. Alors, preuve que j’exagère ?

    Moi, c’est le genre d’info qui m’interpelle, et du coup je vais voir de plus près. B Corporation est un organisme privé de certification. Pour être certifié, il faut rencontrer une série de critères sociaux et environnementaux. D’accord, mais lesquels ? C’est là que ça se complique, parce que selon la taille de votre entreprise et votre secteur d’activité, les exigences seront différentes. Une espèce de certification à la carte, dont le processus est éminemment opaque et le résultat par conséquent impossible à juger. De plus, le label s’obtient sur base de ce que vous déclarez et personne a priori ne viendra vérifier. Enfin, on sait que la plupart des grandes multinationales ont d’innombrables filiales et travaillent avec des fournisseurs qui, eux, ne sont pas susceptibles d’être certifiés. Facile du coup de rejeter la responsabilité au cas où un scandale devait éclater. J’appelle ça de l’enfumage…

    Quatrième point, le documentaire  Après Demain  joue la carte de la culpabilisation des individus. La parole est donnée à Anne Hidalgo, maire de Paris, et Nicolas Hulot, ancien ministre de la transition écologique, lequel affirme qu’il n’y a pas non plus « un million de gens qui descendent dans la rue pour demander de manger bio ». Alors qu’évidemment, quand il s’agit du foot, tout le monde est sur les Champs-Élysées ! Que dire ? D’abord que c’est faux. La marche pour le climat à Bruxelles le 2 décembre 2018 a réuni 75000 personnes. Le chiffre est à peine croyable pour la petite capitale belge. Résultat ? Deux jours plus tard, à la Cop24, le premier ministre belge Charles Michel se faisait remplacer par la ministre du développement durable Marie-Christine Marghem laquelle y rejetait deux directives pour le climat. https://www.rtbf.be/info/dossier/la-prem1ere-soir-prem1ere/detail_climat-le-face-a-face-entre-m-c-marghem-et-juliette-boulet-de-la-coaliti

    Les individus, eux, se mobilisent. C’est au niveau institutionnel, et donc structurel, que ça coince, comme expliqué plus haut. Mais il n’empêche que c’est une habitude : si le changement climatique n’est pas combattu à sa juste valeur, c’est la faute aux gens qui n’en font pas assez, comme l’expliquait sans rire Élise Lucet au JTerre de quelques joyeux Youtubeurs. On est dans la veine du discours volontariste https://leblogduradis.com/2018/09/18/354 voulant que le chômeur porte la responsabilité de ne pas avoir de travail, que le bonheur dépend de son développement personnel ou qu’il appartient à chacun de faire attention à ses données personnelles.

    Ce n’est pas tout. Comme je l’expliquais déjà dans mon article sur le film  Demain https://www.investigaction.net/fr/ce-que-le-film-demain-ne-vous-a-pas-dit , l’immense hypocrisie de Cyril Dion est de faire croire que, parce que des alternatives existent, elles seraient accessibles à tous. Or, il est maintenant évident qu’acheter équitable, bio, respectueux des animaux et des personnes, c’est payer plus cher. Par exemple,  Après Demain  évoque une école Montessori. Magnifique, d’autant qu’on y paie en proportion de ses revenus…c’est-à-dire entre 150 et 400€/mois, soit entre 10 et 28 fois plus cher qu’une année de licence à la fac https://www.campusfrance.org/fr/cout-etudes-superieures-france-frais-inscription ! Et de passer vite à autre chose comme si c’était normal, comme si le premier « gilet jaune » venu pouvait se le payer.

    Le film évoque aussi des potagers sur des toits plats de bâtiments de la Poste. Le PDG, Philippe Wahl, y est tout sourire mais tout le monde « oublie » de nous dire que les postiers motivés sont bénévoles et que la responsabilité leur revient de tout mettre en place et de gérer. On n’appelle pas ça du travail gratuit ?

    D’autant qu’il n’est pas étonnant que Cyril Dion et Laure Noualhat se focalisent tant sur la nourriture, le secteur où il est le plus facile de « penser local ». Alors on est obligé de faire des petits arrangements avec la vérité, mine de rien, pour les autres secteurs économiques. Par exemple en ce qui concerne l’énergie éolienne. Bien sûr, on passe sous silence le coût environnemental de leur fabrication et de leur acheminement, mais surtout on s’efforce de taire que jamais l’éolien ne pourra satisfaire nos besoins énergétiques actuels, comme le répète régulièrement Jean-Marc Jancovici. Sinon, il faudrait remettre en question le principe même de croissance, consubstantiel au capitalisme.
    https://www.youtube.com/watch?v=1aCHN6dytVY

    Grâce à Arrêts sur images https://www.arretsurimages.net/articles/les-six-peches-du-film-apres-demain , on découvre d’autres éléments bien nauséabonds. Ainsi, les mérites d’Enercoop, une coopérative de production d’électricité verte, sont vantés dans le docu…mais sans dire qu’elle est partenaire de Kaizen, une revue fondée par Cyril Dion himself. Le conflit d’intérêts ne s’arrête pas là puisque Pocheco, une entreprise dont la publicité est faite dans  Demain  mais aussi dans  Après Demain , est un actionnaire important de la même revue ! L’histoire de cette dernière entreprise est d’ailleurs un cas d’école. En effet, depuis la diffusion du film  Demain , Emmanuel Druon, le directeur prônant un « management alternatif », est rattrapé par des accusations lui reprochant d’être harcelant et tyrannique. http://labrique.net/index.php/thematiques/lutte-des-classes/914-exclusif-pocheco-lettre-verte-non-recommande Entre-temps, le marché du papier s’est écroulé, la boîte n’était plus rentable, elle a licencié en masse et a effectué un glissement de l’industrie vers la consultance, pour donner des conseils à L’Oréal et à…Danone ! Chassez la rentabilité financière par la porte, elle reviendra par la fenêtre.

    Et puisqu’il faut bien remplacer par quelque chose les considérations matérielles concrètes qu’il est trop difficile de tordre à son avantage, Dion et Noualhat s’embarquent dans des considérations psychologisantes. Peu importe la vérité, tant qu’on raconte une belle histoire qui donne envie d’y croire (sic). What ? Au chapitre des belles histoires racontées par de beaux conteurs, on aura au moins cette fois échappé à Pierre Rabhi (qui avait lui aussi reçu Emmanuel Faber, PDG de Danone…). Pourtant, Cyril Dion, qui aime placer ses amis comme on vient de le voir, avait cofondé avec Rabhi le mouvement des Colibris. Faut croire qu’ils ont été tous deux légèrement échaudés par le dossier que Jean-Baptiste Malet a consacré au « paysan » dans l’édition d’août 2018 du Monde diplomatique. https://www.monde-diplomatique.fr/2018/08/MALET/58981

    Qu’importe, les premières « stars » venues feront l’affaire, comme l’écrivain à succès Harari, recommandé par Zuckerberg, Obama et Gates. On comprendra qu’il ne représente pas un gros risque pour le capitalisme. On retrouve une énième fois Rob Hopkins, grand prêtre du mouvement dit de la Transition, qui continue de faire semblant de croire à une « révolution tout en douceur » en dépit de l’évidence (argumentée) et Nicolas Hulot qui, au moment du tournage n’avait pas encore démissionné. Oui, ça la fout mal au moment de la diffusion, on perd un peu de son pouvoir de persuasion quand on a reconnu entre-temps sa plus parfaite impuissance, même avec le pouvoir qui était le sien. Last but not least, la parole est donnée à plusieurs reprises à Muhammad Yunus, le « banquier des pauvres » qui avait reçu le prix Nobel de la paix en 2006. Son credo ? Le business au service de la résolution des problèmes… Sauf que le microcrédit ne sort personne de la misère, qu’il est inaccessible aux plus pauvres, https://www.investigaction.net/fr/Microcredit-et-auto-entreprise qu’il masque le rapport de causalité faisant que certains sont obligés d’y souscrire https://www.investigaction.net/fr/Microcredit-et-auto-entreprise , etc. Bref, on est loin d’une idée révolutionnaire.

    Le film  Après Demain  est une fable bourrée de conflits d’intérêts, d’inexactitudes, de faux enthousiasme et d’ignorance politico-économique. Cyril Dion et sa comparse faussement critique Laure Noualhat ont même le culot de terminer par un extrait du discours de Martin Luther King pour montrer la puissance des histoires, la force des rêves. Au même titre que Jean-Baptiste Malet a révélé que, dans la légende du colibri relayée abondamment par Rabhi, le petit oiseau finalement meurt d’épuisement, nous devrions peut-être rappeler à Cyril Dion que Luther King a été assassiné et que le racisme envers les afro-américains est toujours féroce. Permettez-moi d’avoir des rêves plus positifs…pour après  Après Demain .

    https://www.youtube.com/watch?v=OPLt-yd0jQo&t=838s

    #demain #aprés_demian #Cyril_Dion # laure_noualhat #enfumage #occultation #capitalisme #changement_climatique #lobbies #multinationale #volontarisme #local #Gilets_Jaunes #glyphosate #ue #union_européenne #CETA #pollution #petits_pas emmanuel_faber, PDG de #Danone #Bcorp #B_Corporatio #certification #enfumage #anne_hidalgo #nicolas_hulot #marie-christine_marghem #Élise_Lucet #JTerre #Montessori #GiletsJaunes #La_Poste #philippe_wah #travail_gratuit énergie_éolienne #éolien #enercoop #kaizen #conflit_d_intérêts #pocheco #emmanuel_druon #pierre_rabhi #colibris #rob_hopkins #transition #muhammad_yunus #microcrédit #fable #ignorance #Martin_Luther_King

  • Éloge de la médiocrité Ph. Huysmans — 4 Septembre 2018 Le vilain petit canard
    https://www.levilainpetitcanard.be/articles/actu/eloge-de-la-mediocrite_1527061549

    L’ignorance est un état d’enfance perpétuelle, nous dit un proverbe turc. Tant il est vrai que depuis la nuit des temps, maintenir les masses populaires dans cet état s’est avéré un moyen bien commode pour couper court, et par avance, à toute velléité de la plèbe de prendre son destin en main.

    Le 2 septembre, Libé publiait une tribune rédigée par deux professeurs de français à la retraite, intitulée « Les crêpes que j’ai mangé » : un nouvel accord pour le participe passé.

    « Employé avec l’auxiliaire avoir, le participe passé s’accorde en genre et en nombre avec le complément d’objet direct quand celui-ci le précède (les crêpes que j’ai mangées). Mais si le complément suit le participe, il reste invariable (j’ai mangé les crêpes). »

    A l’école les enfants se demandent : pourquoi avant et pas après ? Souvent, les enseignants savent expliquer comment on accorde, mais pas pourquoi. L’incohérence des règles traditionnelles les empêche de donner du sens à leur enseignement. Le temps moyen consacré aux règles actuelles est de 80 heures, pour atteindre un niveau dont tout le monde se plaint. Il serait tellement plus riche de le consacrer à développer du vocabulaire, apprendre la syntaxe, goûter la littérature, comprendre la morphologie ou explorer l’étymologie, bref, à apprendre à nos enfants tout ce qui permet de maîtriser la langue plutôt qu’à faire retenir les parties les plus arbitraires de son code graphique.

    Donc, en gros, c’est trop compliqué pour nos chères têtes blondes, qui, fait bien connu, sont biesses de père en fils depuis Charlemagne. À moins que ce ne soit plus récent que cela en fait ? Cela évite en tout cas d’avoir à poser la question de la responsabilité des enseignants (et des programmes) dans le véritable naufrage qu’est devenu l’école obligatoire, notamment en Belgique.


    Ce qui me gêne un peu aux entournures, c’est que nos deux larrons présentent ce projet de réforme au nom de « la Belgique », alors qu’ils ne représentent qu’une petite brochette de professeurs plus ou moins désoeuvrés, et quelques illuminés qui s’imaginent qu’une langue qui ne serait pas amendée tous les deux ans serait une langue morte. Basta !

    Personne n’a jamais dit que c’était facile, ou même que cela devrait l’être : si vous voulez une langue facile, qui ne connaît aucune exception, et dont la grammaire au grand complet peut être maîtrisée en 150 heures, orientez-vous plutôt vers l’espéranto. C’est élégant, logique et efficace : dommage que personne ou presque ne le parle.

    Abaisser le niveau d’exigence lorsque la moyenne des élèves ne parviendrait plus à satisfaire aux critères de maîtrise minimale est un aveu de capitulation, pas un progrès ! À quand les courses d’obstacles avec les barrières à 14cm du sol, les piscines olympiques de 15m et le marathon de 2km en marchant ? On pourrait étendre ce concept aux facultés universitaires, aussi ? À quand une école de la réussite pour les médecins, afin que chacun, quel que soit son niveau, puisse aussi arborer fièrement le caducée et tuer ses patients tranquillement sans avoir à étudier par coeur tout un tas de sornettes tellement trop compliquées ? Ce serait tellement plus rigolo de rouler dans des voitures fabriquées par des ingénieurs qui n’auraient pas la moindre notion de mécanique, de vivre dans des immeubles conçus par des architectes n’ayant jamais entendu parler de résistance des matériaux : l’aventure, la vraie, pour vraiment pas cher.

    L’école doit être avant tout le lieu où l’on apprend à apprendre, pas un lieu où l’on vous bourre le crâne : c’est une chose que de connaître les règles, c’en est une autre de les appliquer, et c’est là que le bât blesse ! Pour maîtriser la langue, il est impératif de lire, et de lire encore. Ainsi il est nettement plus profitable pour un enfant d’apprendre à aimer la lecture qu’à faire des dictées. Les dictées ne servent qu’à le classer dans un système ou seuls les nombres comptent et où les individualités sont solubles dans la moyenne. D’ailleurs les auteurs le disent bien : « pour un résultat médiocre... ». Oui, mais un résultat de qui ? La moyenne ? C’est la moyenne qui va obtenir le diplôme ? C’est la moyenne qui deviendra médecin ou ingénieur ? C’est la moyenne qui sera garante de l’enseignement de demain ?

    La véritable question qui se pose ici est celle de la fiction sociale qu’on appelle « égalité des chances »
    Cette fiction sociale repose avant tout sur un malentendu que le politiquement correct entretient presque amoureusement. Parce que si au cours des siècles passés, l’enseignement supérieur était réservé la plupart du temps aux classes nanties, ce n’est plus le cas aujourd’hui, il suffit de regarder le nombre d’inscriptions dans les facultés pour s’en rendre compte. Et les élèves sont issus de toutes les classes sociales, de tous les milieux, mais sont-ils égaux pour autant ?

    Bien sûr que non ! Certains sont issus de filières d’enseignement notoirement meilleures, même si le diplôme délivré a nominalement la même valeur, et permet à chacun d’entamer des études supérieures.

    Plus important sans doute, le talent ne se décrète pas, les aptitudes non plus : tel sera plus doué pour les maths, et tel autre pour la littérature tandis que le troisième aura plus d’affinités avec le travail manuel. Et de même on a besoin de bons maçons comme de bons médecins, ainsi il y a de la place pour tout le monde.

    Mais décréter qu’au nom d’une « égalité » de principe qui ne sert que de cache-sexe à la social-oligarchie, on devrait abaisser le niveau général dans toutes les disciplines me paraît pour le moins hypocrite, et contre-productif : pensez-vous vraiment que les facultés, elles, vont abaisser le niveau quitte à diplômer des ânes ? Évidemment que les universités sont élitistes ! Pas parce qu’elles favoriseraient telle ou telle classe sociale, mais parce que pour elles, ce qui compte, c’est le niveau atteint par les étudiants diplômés.

    C’est d’ailleurs une manie assez récurrente chez nos dirigeants de penser que parce qu’ils sont arrivés à se hisser tout en haut du tas de fumier, leurs rejetons sont forcément des génies (parfois incompris) qui méritent de facto le droit (héréditaire, donc) de régner à leur tour sur le restant de l’humanité souffrante. La même fiction sociale, vue à travers le prisme de la domination financière de l’oligarchie sur les masses, comme les Medici se voyaient bien mériter une place en paradis et non dans le septième cercle de l’enfer s’ils finançaient tel ou tel monastère sur leurs propres deniers.

    #Ecole #classement #enseignement #ignorance #fiction_sociale #politiquement_correct #égalité_des_chances #égalité #social-oligarchie

  • Electronics-Recycling Innovator Going to Prison for Extending Compu...
    https://diasp.eu/p/7152379

    Electronics-Recycling Innovator Going to Prison for Extending Computers’ Lives

    [ https://returntonow.net/2018/05/10/ewaste-innovator-prison ]

    Eric Lundgren built the first “electronic hybrid recycling” facility in the United States, which turns discarded cellphones and other electronics into functional devices.

    Known for building an electric car out of “garbage” that outlasts a Tesla, his company processes more than 41 million pounds of e-waste a year.

    Lundgren has received international praise for slowing the stream of harmful chemicals and heavy metals into the environment, and counts IBM, Motorola and Sprint among clients grateful for his cheap refurbished products.

    Unfortunately, Microsoft is not such big a fan of Lundgren’s work.

    When he figured out how to recycle e-waste from China (...)

    • @aude_v MS joue la carte de l’#obsolescence_programmée_factice mais Eric Lundgren remet en circuit des disques de restauration système qui sinon grâce aux stratégies de MS étaient ignorés des utilisateurices. Ou comment un pollueur infect comme MS se retrouve à gagner en dépit de tout bon sens.

      Lundgren argues he hasn’t cost Microsoft any sales, as the company provides restore disks for free with software purchases, but many buyers lose or throw them away.

      Microsoft also provide free downloads to restore the software to licensed customers online, but many customers don’t know that’s an option, and end up throwing the computer away as a result.

      Lundgren made 28,000 of the discs and shipped them to a broker, who planned to sell them to computer refurbishing shops for about 25 cents each, so they could provide them to used-computer buyers.

      Microsoft’s lawyers valued the discs at $25 each and said they represent $700,000 in potential sales.

      Lundgren pleaded guilty but argued that the value of his discs to Microsoft was zero, as Microsoft, nor any computer manufacturers, sell them. He also explained that the discs could only be used to restore the software to computers already licensed for it. The licenses are good for the life of the computer.

      The real loss to Microsoft was in the potential sale of new computers and new software licenses.

  • Voyage en « agnotologie », pays de la science et de l’ignorance (1/4) : Quand les industriels nous enfument | La série documentaire
    https://www.franceculture.fr/emissions/lsd-la-serie-documentaire/voyage-en-agnotologie-pays-de-la-science-et-de-lignorance-14-quand-les

    Les industriels du tabac ont produit pendant 40 ans une contre-science qui visait à empêcher tout ce qui aurait pu entraver leur business. Une véritable fabrique de l’ignorance était à l’œuvre que des chercheurs ont mis à jour. Ces « agnotologues » (de agnotologie : la science de l’ignorance), venus de toutes les disciplines, ont démonté les rouages d’une production volontaire de l’ignorance, puis se sont intéressés à des constructions involontaires de l’ignorance comme dans le cas du distilbène. Deux cas emblématiques de mécanismes d’ignorance qui servent toujours de « boîte à outil » pour tous ceux que les connaissances scientifiques incommodent… Durée : 56 min. Source : France (...)

    http://rf.proxycast.org/1429181368536932352/10177-30.04.2018-ITEMA_21663708-0.mp3

  • Faut-il définitivement renoncer à comprendre comment les #élèves apprennent des #connaissances générales à l’#école, tandis que celle-ci a manifestement échoué à les enseigner ? Peut-être pas, selon André Tricot...

    http://sms.hypotheses.org/2858

    #connaissance,#élève, #école, #formation, #former, #enseigner, #enseignement, #enseigner, #apprendre, #apprentissage, #primaire, #ignorance, #savoir, #histoire, #sociologie

  • Why a Lot of Important Research Is Not Being Done - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2017/12/04/upshot/health-research-lawsuits-chilling-effect.html

    I often complain about a lack of solid evidence on guns’ relationship to public health. There’s a reason for that deficiency. In the 1990s, when health services researchers produced work on the dangers posed by firearms, those who disagreed with the results tried to have the National Center for Injury Prevention and Control shut down. They failed, but getting such work funded became nearly impossible after that.

    I have also discussed the too-slowly changing approach to back pain. There’s a reason for that, too. When research was published, also in the early 1990s, arguing that the proper treatment of back pain was nonsurgical, some with a financial interest in surgical intervention tried to have the Agency for Health Care Policy and Research (now known as A.H.R.Q.) defunded. They failed, too, but left researchers skittish about focusing on this topic.

    The area I complain about most, though, concerns nutrition, including supplements. That domain allows us to focus on another type of intimidation: lawsuits.

    #recherche #santé #intimidation #poursuites_judiciaires #Etats-Unis

  • The Angry Arab News Service/وكالة أنباء العربي الغاضب: #Ignorance and falsehoods by #New_York_Times correspondents in the Middle East in one sentence
    http://angryarab.blogspot.com/2017/10/ignorance-and-falsehoods-by-new-york.html

    “In 2014, he wrote a provision incorporating Shiite volunteer fighters into the Iraqi armed forces, the so-called Iraqi Hezbollah, a reference to the Iranian-backed Shiite militia in Lebanon.” 1) they conflate Iraqi Hizbullah with the Hashd forces. 2) they confuse Lebanese Hizbullah with Iraqi Hizbullah. How can anyone rely on New York Times correspondents to learn about the world? Really.

  • À Lyon, le colonialisme est de retour au bar La Première Plantation qui célèbre « un esprit à la cool » - Rebellyon.info
    https://rebellyon.info/A-Lyon-le-bar-La-Premiere-Plantation-18173

    La Première Plantation est un bar à cocktails qui a ouvert cet été dans le sixième arrondissement. Une dizaine d’articles de la presse généraliste ou spécialisée a célébré cette ouverture, sans interroger les gérants sur le choix du nom du lieu. Le 12 septembre, une journaliste du Petit Bulletin qui écrit sur les nouveaux lieux « branchés » a questionné les gérants qui ont alors tenu des propos racistes surréalistes en expliquant qu’il souhaitait rappeler l’esprit colonial, « un esprit à la cool », « une époque où l’on savait recevoir »...

    #colonialisme #racisme

    • Peut-être avais-je mal entendu, finalement. (...) Non. Il a persévéré. « C’était cool, la colonisation ? » me suis-je indignée. « Dans l’esprit, oui, carrément, ça représente une période sympathique, il y avait du travail à cette époque accueillante. » Je me suis offusquée : « et la partie esclaves, là-dedans ? ». « Ah, on a mis quelques photos dans les toilettes. » m’a-t-il rétorqué.

      Oula ca va loin ! Ca me rappel l’histoire du « bal nègre » qui devait ouvrir à Paris mais qui a finalement changé de nom. http://www.lemonde.fr/musiques/article/2017/02/06/le-bal-negre-ouvrira-sous-un-autre-nom_5075127_1654986.html
      Mais c’était loin d’être aussi directement et ouvertement raciste. C’est carrément de l’apologie de crime contre l’humanité.

    • Guide urbain Lyon : Polémique - La Première Plantation, retour sur un bad buzz - article publié par Sébastien Broquet
      http://www.petit-bulletin.fr/lyon/guide-urbain-article-58887-La+Premiere+Plantation++retour+sur+un+bad+

      Nous sommes retournés (Sébastien Broquet, rédacteur en chef du journal) voir les deux gérants de La Première Plantation, Gabriel Desvallées et Matthieu Henry, ce jeudi matin. Pour discuter, de nouveau, de leurs propos et de leur positionnement. Nous avons rencontré deux personnes abattues, conscientes de la maladresse totale des propos cités, mais réfutant - et nous les croyons totalement après cette rencontre - tout racisme ou toute ambiguïté de leur part sur l’esclavage. Aucun d’eux n’est raciste ou soupçonné de complaisance envers l’esclavage. Les propos tenus lors de l’interview publiée mardi et le positionnement de leur lieu sont visiblement la conséquence d’une méconnaissance de cette période de l’Histoire, de légèreté sans doute quand à leurs recherches sur cette époque, dont ils ont voulu mettre en valeur l’esthétique par leur décoration et surtout, leur passion : le rhum. Nous avons aussi vu les photographies affichées dans les toilettes : contrairement à ce qui est déclaré dans l’interview par eux-mêmes (et retranscrit par nous), nous n’avons pas vu ce matin de photos d’esclaves mais deux clichés encadrés : une maison de maître victorienne et un champ d’ananas.

      #malentendu (qui serait LA raison de 80% des discordes) #ignorance
      et malheureusement, je les crois quand ils annoncent qu’ils ne savaient pas, et je pense que ces deux jeunes entrepreneurs se sont nourris à la même source télévisuelle que le reste de leur génération, la fabrique des #abrutis et que les vrais responsables sont ceux qui ont abandonné leurs enfants à l’école de la soumission et du vide de l’enseignement sur les horreurs des guerres et d’une éducation critique sur la mise en place des systèmes de domination.
      Je m’étonne toujours de la force de la lobotomie de l’éducation moderne alors que nous disposons de l’accès internet, de bibliothèque et parait-il d’un cerveau …
      #industrie_de_l'armement

    • C’est pas un bar de nazis officiel mais juste un bar de machos fana d’exotisme esclavagiste et d’humour raciste putride. Ca reste un lieu infréquentable qui donne plus mal au cœur que l’envie de se détendre. Pour les clichés de la maison de maître victorienne et le champ d’ananas qui sont aux toilettes. Ces deux images renvoient justement très fortement à l’esclavage puisque les champs d’ananas ca pousse pas tout seul, ni les maisons de maîtres. Si le taulier ose en plus plaisanté comme ca avec ses client·e·s c’est vraiment qu’il a très bien compris que ces images évoquent fortement l’esclavage puisqu’il en fait des blagues.

      Leurs excuses c’est dire que la journaliste (Julie Hainaut ) est menteuse puisque c’est un malentendu de sa part et qu’il y a pas de photo sur l’esclavagisme dans les toilettes (alors qu’il y en a selon les propres paroles de Sébastien Broquet venu sauvé la réputation des deux mâles blancs et désavouée publiquement sa collègue Julie Hainaut).

      Pour le thème si ils disent qu’ils font un hommage à la culture caribéenne, mais ca reste de l’appropriation culturelle de deux mecs blancs dans un quartier de bourges blancs qui flatte les blancs dans le sens du gros colon. Ca m’étonnerais que beaucoup de Caribéen·ne·s se précipitent dans ce bar pour se remémoré le bon temps des maisons de maîtres victorienne.

      J’ai fait suivre leur correctif aux lyonnais·e·s que j’avais prévenu hier au sujet de ce bar en leur déconseillant toujours d’y aller. C’est pas les bars qui manquent à Lyon et leurs excuses sont quant même assez hypocrites. Ils pleurent parce que leur susceptibilité blanche à été malmenée, mais ils pleurent pas d’avoir blessé des personnes descendantes d’esclaves avec leur déco de chiotte.

      #appropriation_culturelle #susceptibilité_blanche #fraternité_blanche

    • Cyberharcèlement : les mots ont un sens
      Par Julie Hainaut
      http://www.liberation.fr/france/2017/09/20/cyberharcelement-les-mots-ont-un-sens_1597643

      Le 12 septembre paraissait mon article intitulé « La Première plantation, ou l’art de se planter », dans lequel je m’indignais des propos des patrons d’un bar à cocktails. Dans ce lieu, dont le nom fait « référence aux plantations de canne à sucre dans les colonies françaises », les patrons affirment « chercher à retranscrire l’esprit colonial, un esprit à la cool, une époque où l’on savait recevoir, une période sympathique où il y avait du travail ». Les mots ont un sens. Pas besoin d’être journaliste pour le savoir.

      Ces mots prononcés avec légèreté – et enregistrés sur bande-son avec le consentement des intéressés – sur ce qu’il convient d’appeler un crime contre l’humanité m’ont heurtée. Beaucoup. J’ai d’abord cru à un humour un peu gras ou un manque de connaissance, mais après plusieurs perches lancées, ils me confirment le sérieux de leurs propos lorsque j’évoque la partie « esclave » de la colonisation. « Ah, on a mis quelques photos de gens dans les toilettes », me disent-ils. Certes.

      J’ai réécouté l’interview dix fois. Puis je l’ai retranscrite et j’ai exprimé ma désapprobation dans mon papier, de la même manière que je l’ai fait pendant l’interview. Mon article provoquera ensuite un véritable tollé. Les propriétaires ont souhaité avoir un droit de réponse, qu’ils ont bien évidemment obtenu. « Contrairement à ce qui a été retranscrit dans l’article, notre établissement n’a jamais eu la volonté de faire une quelconque apologie de la période colonialiste, période que nous condamnons. »

      « L’affaire » aurait pu s’arrêter là. Mais non. Sur les réseaux sociaux, la façon dont l’interview s’est déroulée sera réécrite. Je serais venue en plein service, sournoisement, poser des questions auxquelles ils n’ont pu répondre avec attention parce qu’ils étaient occupés à faire leur boulot. J’ai beau préciser – et donc me justifier d’avoir retranscrit des faits, l’essence même de mon métier – être venue avant l’affluence et que l’interview a bien été enregistrée, l’engrenage continue. De nombreuses associations, dont le CRAN (Conseil représentatif des associations noires), condamnent fermement ces propos. Mais beaucoup d’internautes semblent penser qu’il est plus acceptable de les tenir que de les dénoncer.

      Je ne suis pas l’Elise Lucet de la tapenade, l’Albert Londres du gin tonic, la Florence Aubenas de l’espuma. Avec la casquette du Petit Bulletin, je ne traque pas le scoop, je ne dénonce pas des injustices. Je viens – en toute indépendance – mettre en lumière des endroits de ma ville où l’on consomme (du boire, du manger, du vêtement, de la culture). Et pourtant, cette semaine, je me suis retrouvée au cœur d’une tempête numérique et médiatique d’une violence inouïe.

      Très vite, une quinzaine de médias ont relayé l’information, avec parfois des titres bien plus accrocheurs qu’informatifs, et parfois des propos déformés qui n’avaient au final plus beaucoup de rapport avec l’article initial. Au risque de me répéter, les mots ont un sens. Sur les réseaux sociaux, les simples commentaires sont devenus des appels à la haine. Contre les barmen d’abord, ce que je désapprouve fermement, bien évidemment. Contre moi ensuite.

      Le 16 septembre, le site néonazi démocratieparticipative.biz publie un article intitulé « Lyon : une pute à nègres féministe veut détruire un bar à rhum "colonialiste", mobilisation ! ». Vient alors le temps des mots dénués de sens. Parce qu’à un moment, leur en donner, c’est leur faire trop d’honneur. Les fines plumes du site évoquent la « vaginocratie négrophile », me qualifient – entre autres – de « grosse pute », « vermine », « putain à nègre hystérique », « femelle négrophile », « hyène puante » et appellent à inonder mon fil Twitter et ma boîte mail, en dévoilant des photos volées, le tout illustré – entre autres – par une vidéo de Goebbels et un GIF d’Hitler. Je dépose immédiatement une plainte pour injure publique et diffamation. Je suis inondée d’insultes et de menaces. Ils « cherchent mon adresse ». Je complète ma plainte pour harcèlement. Je respire difficilement, je dors peu, j’ai peur. « Il ne faut pas le dire, Julie, sinon ils ont gagné ». Tant pis, je le dis. J’ai peur.

      Un élan de soutien émerge sur Twitter. Ça fait du bien. Le site est signalé sur Pharos (la Plateforme d’harmonisation, d’analyse, de recoupement et d’orientation des signalements du ministère de l’Intérieur) et ferme. Puis renaît. Deux autres articles sont publiés. Il est désormais question de ma « négrophilie pathologique ». Et c’est reparti. « Hyène terroriste », « pue-la-pisse », « prostituée ». Vous en voulez encore ? J’en ai en stock. « Obsédée par les nègres », « serpillière à foutre africain ». J’ai la nausée. Je complète néanmoins une nouvelle fois ma plainte, j’y dépose de nouvelles pièces, de nouveaux mots. Le site est signalé une nouvelle fois sur Pharos mais réapparaît par intermittence.

      Savoir de quoi l’esthétisation de la période coloniale est le symptôme ne fait pas partie de mon domaine de compétence. Mais je sais que les mots ont un sens. Entre autres parce qu’ils provoquent des émotions. Et on sous-estime bien trop souvent leur haut pouvoir en nitroglycérine. Depuis une semaine, certains m’ont réconfortée, d’autres m’ont outrageusement blessée. J’ai vu des personnes applaudir, ravies de ce ramassis sexiste, raciste, diffamatoire et injurieux menaçant la liberté d’expression et mon intégrité physique tout en appelant à la violence sous fond d’apologie du nazisme. Tous ces mots pour mes mots à moi. Enfin, surtout leurs mots à eux. C’était assourdissant, tous ces mots. Pour tenir bon, j’ai dû très vite apprendre à vider de leur sens ceux qui m’écorchent et à voir toute la force que me confèrent ceux, mille fois plus nombreux, que m’adressent des inconnus en soutien.

      Les mots ont un sens. Et c’est avec justesse qu’ils se doivent d’être choisis. Parce que des petits mots tout bêtes peuvent devenir de grosses blessures. Ces mots sur la partie la moins glorieuse de notre histoire, celle durant laquelle l’on enchaînait des humains, on les mutilait et pillait leur pays. Ou ces mots pour me décrire. Des mots d’une violence misogyne inouïe. Des mots tout sales et humiliants, pour se venger de celle qui les rapporte. Un peu de respect pour les mots. Ils sont puissants. Et dans ce flot d’insultes et de menaces de mort, le pouvoir des mots gentils m’est apparu comme une bouée de sauvetage. Merci pour vos mots, en réaction aux miens. J’ai appris que le meilleur est mille fois plus puissant que le pire. Mes batteries sont rechargées. Au boulot.

      #harcelement #misogynie #cyberharcèlement

  • Orsa uccisa in Trentino. In montagna l’intruso è l’uomo, imbraccia le armi per ignoranza

    Sapete una cosa? Non avete risolto un bel niente. Lo dico a voi, uomini che avete sparato all’orsa e lo dico a chi vi ha ordinato di farlo. Preparatevi pure a sparare ancora, armate i vostri fucili. Finché l’uomo attraverserà la strada di un’orsa con i cuccioli, finché quell’orsa avrà paura aggredirà per difenderli. Ogni madre, di qualsiasi specie sia, difende i propri piccoli. È l’uomo, non l’orsa, che non è al suo posto. Gli orsi se ne fregano di noi, non ci aggrediscono, ma se una femmina ha i cuccioli allora è meglio starle distante. Punto. L’orsa lì doveva essere e lì doveva continuare a stare.

    http://www.lastampa.it/2017/08/14/societa/lazampa/animali/in-montagna-lintruso-luomo-imbraccia-le-armi-per-ignoranza-o2uKqU40bB42yfQr7lUbbM/pagina.html
    #ours #montagne #Daniza #KJ2 #Alpes #ignorance #éducation

  • Vom Untergang des autonomen Subjekts

    http://www.sueddeutsche.de/kultur/gefahren-der-digitalisierung-vom-untergang-des-autonomen-subjekts-1.360

    […]

    Es geht hier nicht um triviale Bedienungsprobleme, nicht um die Verzweiflung der Ungeschickten an der vermeintlich intuitiven Benutzerführung ihrer Geräte. Es geht um etwas viel Größeres, was die digitale Sphäre, in die unser Leben eingefügt ist, insgesamt kennzeichnet: dieses sonderbare Ineinander von Normalität und Undurchdringlichkeit, von Überblick und Wolkigkeit.

    Denn hinter der geschmeidigen Einfachheit der mobilen Vernetzung, hinter der ungeheuer praktischen, “nahtlosen, kaum bemerkten Verwandlung von gewinnbringenden Prozessen in Durchschnittsverhalten” liegt eine tiefe Ahnungslosigkeit.
    Einerseits ist das Netz eine Geheimwissenschaft, andererseits muss jetzt jeder damit umgehen

    Längst ist “unser Verständnis der Welt”, so schreibt Adam Greenfield, “konditioniert von Information, die uns aufgrund von Interessen übermittelt wird, die aber diese Interessen nicht offenlegt”.

    Was da bei Milliarden Menschen in jeder Sekunde vor sich geht, in scheinbar kühlen, objektiven Rechen- und Schaltprozessen, im ununterbrochenen Senden und Empfangen, und was sich daraus entwickeln wird, das ist nicht etwa nur den Laien noch unklar, sondern auch den Entwicklern und Netzexperten selbst. “Obwohl wir kaum begonnen haben zu erfassen, was das für unsere Seelen, unsere Gesellschaften, unsere Weltordnung bedeutet”, stellt Greenfield fest, so ist das globale Netzwerk doch “schon grundlegend für unsere Alltagspraxis”.

    […]

    via https://diasp.eu/posts/73e5f69053be013557aa4061862b8e7b

    #numérisation #téchnologie #comportement
    #ignorance #crédulité #individu #autonomie

  • Un couple condamné à combler une mare à cause du bruit des grenouilles
    http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2016/06/10/97001-20160610FILWWW00034-un-couple-condamne-a-combler-une-mare-a-cause-du-

    Un couple vivant dans un hameau de Dordogne a été condamné à combler la mare située au fond de leur jardin suite à la plainte de voisins agacés par le bruit des grenouilles qui y vivent, rapporte aujourd’hui Le Parisien. Un premier procès avait pourtant penché en leur faveur.

    Selon le jugement de la cour d’appel de Bordeaux, le point d’eau de 300 m² figurant « au cadastre du village depuis plus d’un siècle » doit disparaître dans un délai de quatre mois, a expliqué le propriétaire au quotidien. Un huissier a pourtant évalué le volume sonore causé par les batraciens à 60 décibels, soit l’équivalent d’une machine à laver. Le couple ne comprend pas la décision de la cour d’appel et pourrait décider de se pourvoir en cassation.

    –-------------
    C’est complétement aberrant cette histoire
    –-------------
    Les amphibiens disparaissent à un rythme inquiétant
    http://planeteviable.org/disparition-amphibiens
    –-------------
    La Liste rouge des espèces menacées en France
    https://inpn.mnhn.fr/docs/LR_FCE/UICN-LR-Reptile-Fascicule-m5-1.pdf
    –-------------

    #batraciens #nuisance_sonore #écologie #disparition #extinction

    –---
    edit - l’article du Figaro est mensonger il y a des informations complémentaires sur ce lien qui permettent de mieux comprendre la situation : http://wikiagri.fr/articles/jurisprudence-les-coassements-des-grenouilles-sont-du-tapage-nocturne/9783

    • La brève ne précise pas où est fait le relevé, elle ne précise pas grand chose. J’avoue que je suis pas si compréhensive que toi. Je vais voire si je trouve plus d’infos là dessus.
      –---
      ici il n’y a pas beaucoup plus d’infos on sais qu’il s’agit de 40 rainettes et qu’elles ne font du bruit qu’en période de rut.
      http://www.leparisien.fr/societe/silence-les-grenouilles-10-06-2016-5870301.php
      –---
      Sur france bleu ils parlent de 30 rainettes et on découvre que les propriétaire à déplace la mare - du coup il l’a peut être déplacé plus près de ces voisins - l’article ne précise pas.
      https://www.francebleu.fr/infos/faits-divers-justice/dordogne-condamnes-car-les-grenouilles-de-leur-mare-font-trop-de-bruit-14
      –---------
      Sur WikiAgri il y a plus d’infos et la mare est pas si centenaire que le disent les premiers articles.
      http://wikiagri.fr/articles/jurisprudence-les-coassements-des-grenouilles-sont-du-tapage-nocturne/9783

      « Cette mare existait déjà de mémoire des grands-parents de ma femme, elle n’a donc pas été créée spécifiquement il y a 12 ans. Les grenouilles qui y sont, nous ne les y avons pas introduites. Elles sont venues naturellement. La mare en question voit aussi des canards passer de temps à autres, il y a des poissons aussi... Quand nous avons racheté cette propriété, et que nous avons refait cette mare, elle ne gênait pas notre voisin. Il m’avait même demandé quelle était l’entreprise qui m’avait aidé pour la mare, et il avait fait appel à elle, pour construire sa propre mare ! Depuis, il l’a comblée, et porte donc plainte contre nous pour la nôtre, au prétexte du bruit émis par les grenouilles la nuit durant la saison des amours... C’est-à-dire sur à peu-près deux mois, en avril-mai. »

      et on trouve la réponse à ta question : le relevé sonore à été fait d’une des chambre des plaignants la fenêtre ouverte. Et la mare est illicite, contrairement à ce que disent les premiers articles que j’ai trouvé.

    • Ce qui me dérange dans ce genre d’article c’est que forcément on se prend de sympathie pour les grenouilles et les propriétaires de la mare, mais qu’on a qu’un seul point de vue.

      Si les 60 db sont côté voisins (et ça semble le cas puisque l’article dit que la mesure a été effectuée pour constater la nuisance), ça fait un aspirateur qui t’empêche de dormir ou d’ouvrir les fenêtres pendant quelques semaines. Y a des grenouilles dans la rivière située à une centaine de mètres de mes fenêtres, je vois bien le bruit d’enfer que ça peut faire (même si elles ne me dérangent pas vu la distance).

      C’est facile de faire un article accusateur du style « les bidochons face aux grenouilles » mais je les vois moins scandalisés quand il faut tout aplanir pour faire un barrage ou un aéroport.

      Bref ce genre d’article m’agace :)

    • J’ai ajouter les infos un peu plus haut, tu as bien fait de demander des précisions. Je reconnais que les articles sont pour la plus part biaisés et partisants, celui de wikiargi me semble plus interessant.
      La mare est en fait illicite et pas centenaire. Du coup c’est logique d’un point de vue juridique de la comblé. D’un point de vue écologique c’est quant même regrettable puisque les mares sont précieuses pour de nombreuses espèces pas seulement les bruyantes rainettes.
      Il semble y avoir d’autres contentieux de voisinages entre ces gens (arbres mitoyens - haies trop proches ...). Le problème c’est que rien n’est prévu pour les grenouilles, elles sont simplement condamné à mort alors que c’est une espèce protégés.

      Au passage pour info les rainettes mâle peuvent monter jusqu’à cent décibels et 30 000 coassements par nuit. http://www.leprogres.fr/france-monde/2012/07/18/mais-pourquoi-les-grenouilles-font-elles-tant-de-bruit-le-soir

      #rainette #voisinage #rut

    • Et du point de vue de l’histoire du #bruit, ça s’inscrit dans une solide tendance depuis le dernier quart du XXe siècle à intenter des actions en justice sur des questions sonores. Comme l’indique #Jean-François_Augoyard dans une recherche sur les politiques de lutte contre le bruit sur cette période, le son est un « objet de #quérulence » parfait, qui s’est petit à petit substitué, dans les #conflits_de_voisinage, aux querelles sur les droits de passage. Exemples de cette #judiciarisation : à la campagne, les sons animaux (un coq qui chante, la cloche d’une église), et en ville, notamment le son des enfants dans les cours de récréation.

    • Merci pour tes recherches @mad_meg

      On tombe dans le travers classique du journaliste qui dit qu’il y a eu condamnation pour motif Y bien sensationnel alors que quand tu creuses il y a aussi un motif X plus grave et plus pertinent mais avec beaucoup moins de potentiel « buzz »

      Effectivement les populations animales sont les premières victimes ici. Il faudrait que les enfants d’aujourd’hui aient la possibilité de ressentir l’émerveillement à la découverte des têtards dans une mare, pour avoir envie de les protéger étant adultes. Et que l’état arrête de lancer des grands projets inutiles qui saccagent tout

      #journalisme_en_carton

    • C’est moi qui te remercie @nicolasm car j’étais tombé dans le panneau et sans toi j’y serais resté encastré :)
      @intempestive merci pour tes précisions historiques. J’espérais bien que tu réagirais à cette histoire de rainettes.
      Je me demande comment le son se cumule mathématiquement. il y a environ 40 rainettes mettons qu’il y ai la moitié de mâle ca fait 20 braillards à 100 décibels chacun. Est-ce que les décibels s’additionnent ? ca ferais 2000 db à la source ... Bon je vais allé voire si je trouve ca sur gogol
      –-
      edit - alors gogol me dit que le son ne s’additionne pas - je m’y attendais un peu - C’est un sommation logarithmique.

      (75 dB)+(75 dB) ne donneront pas 150 mais 78 décibels. Le tableau ci-dessous permet de cumuler des sources sonores par couple si l’on ne veut pas faire une sommation logarithmique :
      10*log (10 N1/10 + 10 N2/10 + ...+10 Nn/10).

      http://www.genie-acoustique.com/spip.php?rubrique36
      Je me sens pas de faire la sommation logarithmique avec les 20 rainettes mais si c’était 2000db à la source ca ferais longtemps que les humains auraient exterminé les rainettes. On y travaille quant même sérieusement.

      @petit_ecran_de_fumee tu dois déjà y avoir pensé mais le hérisson c’est un bon prédateur de limace (et de lombrics aussi mais ça c’est probablement moins bien pour le potager). Il y a pas mal de liens qui expliquent comment attiré les hérissons, j’en met un quant même : https://potager.ooreka.fr/astuce/voir/268678/un-herisson-contre-les-nuisibles

      #hérisson #décibels

    • @mad_meg : comme le dit l’exemple que tu cites ci-dessus, mettre une deuxième source sonore identique à la première, c’est additionner 3 dB (quel que soit le niveau de la source).

      Si tu mets 16 fois la source sonore ( = 2x2x2x2 soit 2 puissance 4), ça fera donc 4 doublements à 3dB chaque, soit 12 dB de plus.
      À 32 fois la source, tu ajoutes 15 dB.

      Et donc, si on prend tes 20 braillards à 100 dB chacun, ça nous fera un brâme à 113 dB.

      Note que la puissance varie comme l’inverse du carré de la distance à la source. Et, donc, chaque fois que tu doubles la distance à l’émetteur, tu divises par 4 la puissance reçue et tu diminues donc l’intensité sonore de 6 dB.

    • Merci @simplicissimus on pourrais donc savoir à quelle distance de la mare se trouve la fenêtre des voisins. Le relevé est exactement de 63dB. Mais j’ai pris 100dB par rainette ce qui est le score maximal et pas la moyenne. Je vais voir si je trouve la moyenne des rainettes gauloises et si j’arrive à faire l’inverse du carré de la distance à la source comme tu me l’explique.

      –---
      J’ai trouvé une fourchette de 70-90 dB pour une rainette ordinaire (100dB étant plutot le score du Demis Rousso des rainettes). Avec une base de 80 dB par rainette à la source ca ferait 100,29 pour la mare au complet. Sauf que je bloque pour la suite. Je me suis manifestement enthousiasmé un peu vite sur l’inverse du carré de la distance à la source.

    • Un intéressant point de vue juridique (et pragmatique) sur le sujet. Mais c’est en Suisse…
      http://www.karch.ch/karch/page-28588.html

      Une dispute portant sur les cris de grenouilles n’est souvent ni la première, ni la dernière manifestation d’un conflit de voisinage. Cela ne doit pas être perdu de vue au moment de résoudre le problème : la suppression des nuisances n’engendre pas automatiquement une réconciliation.

    • interessant en effet je relève ce passage ;

      Tous les amphibiens sont des animaux protégés qu’il est interdit de capturer, de tuer ou de blesser. Il est également interdit de les déplacer ou de les placer en détention. Il est également interdit d’endommager ou de détruire leurs sites de reproduction, à savoir les mares. Si un étang est détruit, un site de remplacement doit en principe être créé ; cette disposition n’est pas appliquée rigoureusement pour les étangs de jardin. Il est également possible d’obtenir une autorisation de capture et de déplacement de grenouilles auprès du service cantonale de protection de la nature ou de la faune

    • Très intéressant l’histoire de l’#intolérance au bruit. #subjectif
      Un fœtus perçoit les battements du cœur de sa mère aussi fort que nous entendons un moteur de voiture de course, ce qui explique qu’un enfant s’endorme plus facilement en voiture ou avec le bruit d’un aspirateur.
      Notre intolérance à une conversation de téléphone mobile publique serait surtout du au fait que nous ignorons ce que répond l’autre interlocuteur.
      Et l’intolérance au bruit de voisinage quand tu ne connais pas tes voisins est plus forte que si ce sont des amis.
      #ignorance

    • Excellent @simplicissimus j’ai eu un temps la visite des flics tout les soirs à 22h10, mon voisin ne supportant pas un seul bruit comme celui de ramener une assiette à la cuisine. Un soir, les flics débarquent très fiers de m’annoncer qu’ils viennent de m’entendre passer l’aspirateur, le son provenait pourtant de la télévision … J’ai fini par me rendre au commissariat pour demander qu’ils cessent de soutenir la #paranoïa de mon voisin, ça a marché !

    • Ah les voisins du dessus ils font des drôles de bruits. Curieusement mon ancien voisin de dessous me disait que je faisait pas assez de bruit.

      Je reviens avec la distance du son. En cherchant là dessus j’ai trouvé quelques infos que je met ici.

      Le son dans l’air se propage à environ 330 m/s.
      Quelle distançe va til parcourir ?:comme dirais l’autre ça va dépendre de l’ACUITE auditive du « récepteur » !
      Ce n’est pas parce qu’on est INCAPABLE de l’entendre qu’il ne se propage pas PLUS LOIN.
      Ce n’est parce qu’il s’ATTENUE qu’il n’exsite plus !
      Tout dépend donc de la SENSIBILITE du « récepteur » à « entendre » la vibration transportée par les molécules d’air.
      Lorsqu’un son est émis (ça dépend par quoi),il peut l’étre avec une certaine DIRECTIVITE. Plus l’on va s’écarter de cette directivité, plus l’ATTENUATION sera accentuée

      http://forums.futura-sciences.com/physique/196919-calculer-distance-dun.html

      Avec tous ces paramètres je suis pas prête de savoir où est la mare. J’aurais pas perdu mon temps, j’ai pu faire une échelle des rainettes.

      - 30 dB : conversation à voix basse
      – 40 dB : réfrigérateur
      – 50 dB : pluie
      – 55 dB : lave-linge
      – 60 dB : conversation normale ou le bruit de la mare dans la chambre des Malfione
      – 65 dB : téléviseur
      – 70 dB : sonnerie de téléphone ou une rainette discrète
      – 75 dB : aspirateur
      – 80 dB : automobile ou une rainette moyenne
      – 85 dB : aboiement
      – 90 dB : tondeuse à gazon ou une rainette très en forme
      – 95 dB : klaxon
      – 100 dB : chaîne hi-fi ou 20 rainettes moyennes ou le Demis Rousso des rainettes
      – 105 dB : concert, discothèque
      – 113 dB : 20 Demis Rousso des rainettes en choeur
      – 130 dB : course automobile
      – 140 dB : avion au décollage
      – 185 dB : Ariane V au décollage ou un troupeau de 337426958 rainettes de type Demis Rousso

      source :
      http://www.lerepairedessciences.fr/r.../voir_loin.htm

    • C’est une échelle qui va beaucoup servir @intempestive :P

      Pour les rainettes en mode Ariane V, ca ferais un troupeau de 337426958 Demis Rousso \o/
      mais c’est possible qu’il n’y ai pas assez de rainettes Demis Rousso sur terre pour vérifier si mon calcul est juste :s
      –----

      J’ai pas encore les rainettes mais mon calcule doit être faux, il me semble qu’il manque des rainettes.

      la formule qui donne le niveau sonore en dB est : n = 10 * log( I/Io ) avec I l’intensité su signal sonore et Io = 10^-12 W/m² l’intensité du plus petit signal audible par l’Homme.

      http://couleur-science.eu/?d=2014/08/07/18/30/15-lechelle-logarithmique-des-decibels
      –---

      Oulala les logarithmes c’est joli mais j’y comprend rien. Maintenant avec 15 Demis Rousso je te fait Ariane V !
      #Je_donne_ma_langue_au_chat_de_Schrödinger

    • Intéressante cette affaire. D’après une vidéo de France 3 (1), on voit que la distance entre la mare et la résidence des plaignant est de 12 mètres environ. Pour voir sur une carte, voici :
      -- les coordonnées géographiques de la mare : 0,542653 de longitude et 45,097430 de latitude ;
      -- les coordonnées en Lambert 93 : 506722 – 6447246.

      Ce qui est bizarre, c’est que M. Pecheras dit dans l’article de France bleue (2) que la mare

      « est au cadastre, je l’ai même déplacée, avant elle était au pied de leur mur, je pensais bien faire ».

      Hors, on la voie pas sur cadastre.gouv.fr (Grignols, section AS, parcelle 11).

      En tout cas, la décision de la Cour de cassation sera intéressante, notamment par l’absence de prise en compte du statut d’espèce protégé des batraciens. Du moins semble-t-il vu qu’on pas pas le texte complet de la décision.

      1. http://france3-regions.francetvinfo.fr/aquitaine/dordogne/grenouilles-trop-bruyantes-des-perigourdins-condamnes-r
      2. https://www.francebleu.fr/infos/faits-divers-justice/dordogne-condamnes-car-les-grenouilles-de-leur-mare-font-trop-de-bruit-14

    • @touti : je me souviens la première fois que j’ai participé à la « fête des voisins » j’y suis allé à reculons.. Et finalement j’ai bcp apprécié, je me suis dit qu’il faudrait en faire 4 par ans
      Je serais curieux de connaitre les stats de conflits de voisinage dans les quartiers ayant organisé une fête des voisins dans l’année précédente, par rapport aux autres.
      Je suis sûr que ça change tout..

    • Je ne dénigre pas Démis Roussos, loin de moi cette idée ! mais c’est vrai que j’ai mal orthographié son nom alors on peu se poser la question.
      Je l’ai choisi en référence aux décibels qu’il est capable de fournir.

      Il s’agit de mesures en décibels (dB) ; mesures recueillies à 1 m face au chanteur et ce, par rapport au volume des salles où sont données les représentations. A titre de comparaison, la voix parlée normale se situe aux environs de 40 décibels.

      On peut alors distinguer :

      Les voix de Grand Opéra : puissance 120 décibels (pour les salles dites de 1ère catégorie, c’est-à-dire d’un volume égal ou supérieur à 30 000 m3)
      Les voix d’Opéra : puissance 110 décibels (salles de 2ème catégorie, soit de 16 à 30 000 m3)
      Les voix d’opérettes et d’opéras comique : puissance 90 à 110 décibels
      Les voix de salon (concert) : puissance 80 décibels
      les voix « banales » : puissance 70 décibels

      En fait le Démis Roussos des rainettes c’est vrai que c’est insultant car la rainette qui as le plus de coffre n’est en fait qu’un chanteur d’opérette.

    • @af_sobocinski , le cadastre numérisé ne fait plus apparaitre que les informations strictement nécessaires à l’administration fiscale (surface du sol/du bâti). Toutes les indications relevant du droit privé (mitoyenneté des clotures, mares, etc) ont disparues.

    • @af_sobocinski, Je m’aperçoit en vérifiant sur le cadastre de ma commune que j’ai parlé un peu vite : certaines mares figurent bien, d’autres non. Les mares anciennes comblées et les plans d’eau récents (20 ans quand même) ont tendance à ne pas apparaitre (mais c’est un peu aléatoire).

    • Le cadastre représente bien les étangs, points d’eau etc. cf. la piscine en parcelle 4

      en revanche, il semble que les points d’eau aient été fortement restructurés puisque la photo sur gg:maps montrent des différences sensibles avec le cadastre. L’étang de la photo est en parcelle 11, alors qu’au cadastre il y a 2 petits étangs en parcelle 9…

  • Combien de viols dans la filmographie de Verhoeven ?
    http://blog.francetvinfo.fr/ladies-and-gentlemen/2016/05/25/combien-de-viols-dans-la-filmographie-de-verhoeven.html

    Un « thriller subversif » et « jubilatoire », « cinglant et sarcastique », « dérangeant », « palpitant, érotique, pervers », « brutal, cynique, enlevé, drôle », « réjouissant et très malsain uppercut » "au sommet de l’ambiguïté vénéneuse" et qui « tord violemment le cou au politiquement correct » est sorti en salles aujourd’hui. Comm’ Cannes aidant, vous n’échapperez pas à « Elle », le dernier film de Paul Verhoeven, sinon en allant le voir, en vous faisant marteler par la critique massivement enthousiaste qu’en font les médias. Source : Ladies & gentlemen

    • C’est consternant à quel point ce travers du « la femme forte, elle va en baver et même en redemander » se retrouve souvent (j’ose pas dire systématiquement, mais je ne contredirais personne qui le proposerait...). Je lisais la critique sur Zootopie sortie cette semaine, et j’ai adoré ce film, mais oui, la critique est pointue et juste, il y a tous les mêmes travers consternants que pour ce film de Verhoeven... en moins horrible, certes, mais tout de même, c’est la même logique.

      (mais pourquoi cette actrice est-elle allée se perdre dans ce truc dégradant et consternant ?)

      http://seenthis.net/messages/492565

    • Et, Total Recall ?
      Et Starship Troopers ?
      Très bien, on peut accorder le droit à un réalisateur de faire quelques bons films, ça n’enlèvera rien à une critique acerbe du reste de sa filmographie. C’est entendu.
      Mais si on essaie de partir de l’intérêt premier de ses bons films, il me semble que c’est un certain esprit de subversion, même pas, de provocation c’est plus juste. Et encore c’est pas tout à fait exact. Mais si on part de là, serait-il trop demandé que d’avoir une analyse en partant de cet angle là précisément. C’est-à-dire : quels films de Verhoeven on trouve personnellement bons, lesquels ont été forgeurs de notre propre histoire, et sur quels points et pourquoi ? Et ensuite, à l’aune de cette grille, analyser son dernier film. Et alors ? C’est bien ? C’est pas bien ?
      En tous cas je vais courir aller le voir. On en reparle ?

      PS : il semblerait pour vos commentaires qu’il s’agisse plutôt de critiquer les critiques de ce torche-cul qu’est Le Point.

      #critique_de_critique_de_critique

    • @unvalide je croi pas que l’article dise que tous les films de Verhoeven soient mauvais mais il a fait des films vraiment pourris et ce qui est dit sur la culture du viol dans sa filmo me semble juste. En plus de ceux que tu cite, j’aime bien aussi Robocop dont j’avais la K7 quant j’étais gamine et qui a beaucoup tourné. J’ai cette analyse de la construction symétrique dans ce film qui devrais t’amusé si tu la connais pas déjà : https://dejareviewer.com/2014/04/29/cinematic-chiasmus-robocop-is-almost-perfectly-symmetrical-film

      Par rapport à la question du viol, de la représentation des femmes et de la sexualité dans les films de Verhoeven, je l’ai vu souvent cité pour son féminisme. En particulier pour le traitement neutre des personnage féminin dans Starship troopers et l’exemple de la scène de douche mixte qui serais non-sexualisé. Je pense que Verhoeven est du style liberal-cynique-opportuniste. Dans Starship Troopers la mixité est l’occasion de montrer des seins pour faire plaisir au publique hétéros-masculin ciblé et que si au passage ca peut lui ramener le publique des femmes geek il est pas contre. A mon avis Verhoeven est moins progressiste que les fans de Starship Troopers le pensent, il se défend lui même d’avoir voulu faire une critique politique. A un moment j’ai voulu voire toute sa filmo et y a vraiment de très très mauvais films et en particulier ; Le Choix du destin (Soldaat van Oranje) avec une scène de sexe hyper longue, inutile, complaisante et sale, qui m’a permis de tranché sur le regard de Verhoeven et me décidé à trouvé que c’est un abruti machiste qui a fait quant même trois films sympas à regarder (Robocop, Total Recall et Starship Troopers).

    • Accessoirement, Turkish Delight est connu pour sa proximité avec 37°2 le Matin de Beineix. Je l’ai pas vu depuis au moins 25 ans, mais dans mon souvenir ce n’était pas du tout une « dispensable comédie romantique ».

    • J’ai vu #Spetters hier soir...
      Avant d’écrire ça :
      "En 1980, on retrouve dans « Spetters » une vendeuse de frites au look de Marilyn brushée par le coiffeur de Bonnie Tyler, qui jette son dévolu sur un prometteur coureur de moto-cross : ils vont devenir riches et célèbres, c’est sûr. Sauf que, non, parce que la moto, c’est dangereux et que l’étoile montante du sport finit en fauteuil. La vendeuse de frites et le pote gay ont des idées (devinez lesquelles) pour gagner de la thune, mais sous leurs airs dévoués, sont plus opportunistes et maniganceurs qu’il n’y parait. Entre temps, une petite scène de viol collectif, ça coûte pas grand chose et ça vous labellise « subversif » à tous les coups."
      Il me parait judicieux que Marie Donzel regarde les films dont elle parle et, en parle un peu plus (ne serait-ce que par respect pour les multiples problématiques abordées, dont notamment les gens de ma race...)

      J’ai vu le film, et c’est pas ça. C’est tout. Après... Si vous voulez parler cinéma, je suis disponible...
      #ignorance #on_aime_ou_on_aime_pas_mais_on_fait_pas_beurk

    • Marie Donzel ne parle pas des films elle parle de la représentation des femmes et du viol dans ces films et particulièrement dans Elle. Vous ne parlez pas de la même chose et Marie Donzel a donner ses raisons. Dans ce que vous dites pour défendre les représentations du viol dans les films de Verhoven je ne voie rien qui contredise ce qu’elle dit. J’ai pas vu Spetters mais à te lire @unvalide il n’y a pas de scène de viol dans ce film ? Ou tu trouve que cette scène de viol est trop bien faite et qu’il n’y a rien à redire sur le regard de Verhoven sur le viol dans Spetters ? Qu’il ne propage aucun élément de la culture du viol et que son approche de la sexualité, de la prostitution est sans male gaze ? Tu semble reproché à Marie Donzel de ne pas parlé de 100% des sujets abordés dans Spetters et en particulier de faire l’impasse sur celui des « gens de ta race », ca me semble des reproche infondés et malhonnetes. Elle a bien le droit de s’intéresser à un unique aspect sans avoir à faire faire la preuve qu’elle connais l’intégralité des informations disponibles dans l’univers ni de passer du temps a parler des « gens de vos races ». Et plutot que de lui demander des explications ou réclamer qu’elle pondre une thèse sur la filmo de Verhoven dites moi ce que vous trouvez si féministe dans la vision des viols chez ce réal.

    • Il n’y a vraiment plus rien de subversif dans ce genre de démarche. Lui ou Haneke ou je ne sais quel autre Houellbecq n’en finissent plus d’empuantir l’atmosphère, célébrés à chaque nouvelle vesse...

      Une petite citation de David Foster Wallace qui a le mérite d’ouvrir un peu la fenêtre :

      Dans ce pays, les prochains rebelles littéraires dignes de ce nom seront peut-être une clique d’antirebelles, mateurs nés qui oseront, d’une manière ou d’une autre, déposer le regard ironique, qui auront le culot et la candeur de porter haut les couleurs de l’univocité. Qui traiteront des tracas et émotions de la vie américaine, aussi ploucs et communs soient-ils, avec déférence et conviction. Qui se garderont bien de la spécularité et de la lassitude branchée. Ces antirebelles seraient bien sûr dépassés avant même de se mettre au travail. Morts avant d’avoir pris corps. Trop sincères. Refoulés, aucun doute. Attardés, vieillots, naïfs, anachroniques. Peut-être sera-ce tout l’intérêt. Peut-être est-ce ce qui fera d’eux les prochains vrais rebelles. Car le vrai rebelle, que je sache, prend le risque de la désapprobation. En leur temps, les révoltés du postmodernisme ont encouru les huées et les hauts cris : le choc, le dégoût, le scandale, la censure, les accusations de socialisme, d’anarchisme, de nihilisme. De nos jours les peines encourues sont différentes. Les nouveaux rebelles, qui sait, seront peut-être les artistes prêts à s’exposer aux bâillements, aux yeux levés au ciel, aux sourires en coin, aux coups de coude dans les côtes, aux parodies des ironistes excellents, aux « Que c’est trivial ». Prêts à s’exposer aux accusations de sentimentalisme, de pathos. De crédulité excessive. De mollesse. Tout disposés à se faire blouser par un monde de rôdeurs et de reluqueurs qui craignent le regard d’autrui et le ridicule plus que l’emprisonnement sommaire. Qui sait. La jeune fiction la plus résolue d’aujourd’hui semble décidément arriver en fin de fin de parcours. Que chacun en tire ses propres conclusions. Pas le choix. Si on ne vit pas une époque formidable. »

    • Chouette texte @tintin Merci
      @unvalide J’ai vu Spetters hier et je veux bien que le sujet du handicap soit traité de manière interessante dans ce film, mais il y a effectivement des problèmes sérieux avec la culture du viol. La victime de viol qui finalement aime être violé et qui n’en garde aucune séquelle bien au contraire puisqu’il devient amant avec un de ses agresseurs et est sorti du placard. Le viol comme remède quelle idée de merde ! Ca c’est un point de vue et un discours de violeur. Et ce scenario est manifestement récurent puisque « Elle » semble être la même histoire.

      En plus d’être plein de détails misogynes (les règles sont sales, les filles qui portent des faux seins c’est trop rigolo de les humilié publiquement...) je trouve qu’il y a de l’homophobie dans ce film (les gays violeurs, l’agression homophobe banalisé et imputé à un personnage gay). Tout ca confirme ce que je disait plus haut, tu ne parle pas de la même chose que Marie Donzel et tu me donne l’impression de ne pas comprendre ce qu’est la culture du viol. Sur le sujet il y a un tag très complet sur seenthis et sinon il y a ce lien : http://www.cultureduviol.fr

      Cette tolérance au viol, elle existe pourtant. Elle est nourrie par des clichés qu’on applique aux victimes comme aux violeurs, et on la nomme culture du viol. Traduction peu convaincante d’une expression anglo-saxonne, si on considère la connotation très positive du mot « culture » dans la langue française, la culture du viol regroupe l’ensemble des idées reçues que nous avons intégrées autour du viol mais également les différentes façons, expresses ou tacites, dont nos structures sociales (famille, travail…), commerciales (marketing, communication, commerce, publicité…), médiatiques (journalisme de presse écrite, papier ou en ligne, télévision) et publiques (institutions officielles, organes politiques) cautionnent et abritent le viol.

    • *#Zeid_Ra’ad_Al_Hussein #ignorance #peur #haine #violence

      Le Conseil des droits de l’Homme a commencé ce matin sa 31ème session au Palais des Nations, à Genève. Du 29 février au 24 mars les représentants de 47 pays vont défiler, dans la salle XX sous le plafond créé par le peintre espagnol Miquel Barceló. Après le mot d’ouverture du président du Conseil, l’Ambassadeur coréen Kyongling Choi, et celui du président de l’Assemblée générale des Nations Unies, le Hollandais Morgens Lykketoft, le Haut-Commissaire chargé des droits de l’Homme, Zeid Ra’ad Al Hussein, a prononcé une allocution marquée par l’urgence et la gravité, suivie par l’intervention de Didier Burkhalter, chef du Département fédéral des affaires étrangères de la Suisse, le pays hôte.

    • TRIBUNE
      Nilüfer Göle « Il franchit une nouvelle étape dans le débat sur l’islam »

      12 janvier 2016

      En accusant la sociologie de propager une culture de l’excuse, Manuel Valls franchit une nouvelle étape dans le débat autour de l’islam. Cette dynamique est une régression intellectuelle qui va de pair avec une politique basée sur la construction d’ennemis. En 2002 déjà, Oriana Fallaci, journaliste italienne de renom, appelait à ignorer « le chant » des intellectuels et leur prétendue tolérance pour pouvoir librement et courageusement exprimer la rage contre l’islam. Depuis, la rhétorique anti-intellectuelle ne cesse de se propager trouvant d’autres porte-parole aussi bien à droite et à gauche, et ce dans toute l’Europe.

      En érigeant la liberté d’expression comme une arme dans la bataille contre l’islam, un appel à l’intransigeance gagne du terrain. A chaque étape, les tabous tombent les uns après les autres, on cherche à se libérer de la culpabilité du passé colonial, on annonce la fin du multiculturalisme, on refuse l’appellation raciste, et on ridiculise la pensée bienveillante, « politiquement correcte ». C’est la sociologie qui est accusée d’être porteuse de cette culture de l’excuse qui entraverait la fermeté des politiques publiques. [...]

      #Nilüfer_Göle

      http://www.liberation.fr/debats/2016/01/12/nilufer-gole-il-franchit-une-nouvelle-etape-dans-le-debat-sur-l-islam_142

  • Bernard Lahire, sociologue : “Nos responsables politiques ont tendance à refuser toute explication” - Idées - Télérama.fr
    http://www.telerama.fr/idees/bernard-lahire-sociologue-nos-responsables-politiques-ont-tendance-a-refuse

    Un premier ministre qui lance au Sénat le 26 novembre 2015 qu’il en a « assez de ceux qui cherchent en permanence des excuses ou des explications culturelles ou sociologiques à ce qui s’est passé », non seulement confond « justifier » et « comprendre », mais dénie toute légitimité à la connaissance. C’est donc à la fois l’expression d’une profonde ignorance quant à ce que font réellement les chercheurs en sciences sociales, et la victoire du registre émotionnel et guerrier. Savoir comment nous en sommes arrivés là n’aurait aucune espèce d’utilité, il s’agirait juste de désigner le mal et de le combattre. Si Manuel Valls veut par là prouver aux électeurs de droite et d’extrême droite qu’il est intransigeant, c’est un populisme très dangereux. Mais c’est surtout le signe d’une grande confusion intellectuelle et d’un abandon de l’idéal de connaissance des Lumières.

    #sociologie #confusionnisme #état_d'urgence

  • « Le terrorisme ne se nourrit pas de la technologie, mais de la colère et de l’ignorance »
    http://www.lemonde.fr/pixels/article/2015/11/27/le-terrorisme-ne-se-nourrit-pas-de-la-technologie-mais-de-la-colere-et-de-l-

    « Retirer toutes les voitures des routes, tous les iPhone de toutes les poches et tous les avions du ciel ne ferait rien contre le terrorisme. Le terrorisme est une question de fin, pas de moyens. Le terrorisme ne se nourrit pas de la technologie mais de la #colère et de l’#ignorance qui enserrent les esprits.

     « J’ai passé une décennie de mon enfance dans le sud de Beyrouth, juste à côté du secteur contrôlé par le Hezbollah, une organisation de guérilla en guerre permanente avec Israël. Pendant la guerre de 2006, un avion de chasse israélien a lâché un tapis de bombes sur mon quartier, rasant ma maison et de nombreuses autres. En errant dans un champ de ruines et de bombes encore intactes pour tenter de retrouver ma maison, j’ai aperçu un de mes amis. Nos yeux se sont croisés. Et nous avons éclaté de rire. Nous avons ri longtemps.

    « En 2008, j’ai pu quitter le Liban pour des études à l’étranger. Une opportunité rare et inhabituelle. Faire des logiciels de chiffrement est difficile, et pendant mes premières années à l’étranger la plupart de mes programmes étaient bourrés de bugs, mais à force de pratique et de discussions j’ai commencé à faire les choses bien. Ce qui était précisément le but de mon éducation hors du Liban.

    « De passage à Beyrouth, quelques années plus tard, je me suis rendu compte que j’avais changé, mais que là-bas les gens étaient les mêmes. Les ruines avaient presque disparu mais les gens étaient en colère, et que c’est le Hezbollah qui leur avait promis de reconstruire leur maison. Faute d’espoir d’une quelconque éducation, d’une vie heureuse, avec une grande partie de leurs familles disparues et leurs amis morts, beaucoup leur ont prêté allégeance en échange.

    « C’est cela qui cause le #terrorisme. Pas les logiciels de #chiffrement. »

    #cryptographie

  • CloudFlare Watch

    A website with a very critical (negative) point of view on CloudFlare’s business. (and right so).

    http://www.crimeflare.com

    CloudFlare is a venture-funded startup that routes around Internet abuse by acting as a reverse proxy. They also encourage illegality by allowing hackers, DDoSers, cyberbullies, and copyright pirates to hide behind their servers. By 2015, CloudFlare was even protecting websites that recruited for ISIS.

    There IS a danger in CloudFlare getting too big. It is a breeding ground.

    PS @thibnton : Reddit is also on CloudFlare.

    #CloudFlare
    #ignorance_is_what_ignorance_does

  • Our Universities : The Outrageous Reality by Andrew Delbanco | The New York Review of Books
    http://www.nybooks.com/articles/archives/2015/jul/09/our-universities-outrageous-reality

    Des la période coloniale et pendant longtemps (notamment pendant la période de l’#URSS) les #Etats-Unis feront beaucoup pour favoriser l’accession des plus modestes aux #études supérieures. Puis est survenue la #régression.

    Today this story is stalled. At the top of the prestige pyramid, in highly selective colleges like those of the Ivy League, students from the bottom income quartile in our society make up around 5 percent of the enrollments. This meager figure is often explained as the consequence of a regrettable reality: qualified students from disadvantaged backgrounds simply do not exist in significant numbers. But it’s not so.

    • Noam Chomsky, Réflexions sur l’université
      https://lectures.revues.org/1231

      L’activisme des années 1960, « terrifiant pour l’ensemble des élites », déclenche en effet une offensive libérale visant à faire intervenir l’Etat pour imposer plus de discipline, à restaurer les universités dans leur fonction d’« institutions vouées à l’endoctrinement de la jeunesse » (p. 152), de « fabrique du consentement »4, notamment par une forte hausse des frais de scolarité « permettant de piéger les gens. Si vous allez à l’université, vous devez contracter une dette importante, vous serez docile. » (p. 153).

    • Chomsky : L’éducation est #ignorance (Extrait du livre « Class Warfare » -1995) — Noam CHOMSKY
      http://www.legrandsoir.info/Chomsky-L-education-est-ignorance-Extrait-du-livre-Class-Warfare.html

      L’éducation de masse fut conçue pour transformer les fermiers indépendants en instruments de production dociles et passifs. C’était son premier objectif. Et ne pensez pas que les gens n’étaient pas au courant. Ils le savaient et l’ont combattu. Il y eut beaucoup de résistance à l’éducation de masse pour cette raison. C’était aussi compris par les élites. #Emerson a dit une fois quelque chose sur la façon dont on les éduque pour les empêcher de nous sauter à la gorge. Si vous ne les éduquez pas, ce qu’on appelle l’« éducation », ils vont prendre le contrôle - « ils » étant ce qu’Alexander #Hamilton appelait la « grande Bête », c’est-à -dire le #peuple. La poussée anti-démocratique de l’opinion dans ce qui est appelé les sociétés démocratiques est tout bonnement féroce. Et à juste titre, puisque plus la société devient libre, plus dangereuse devient la « grande bête » et plus vous devez faire attention pour la mettre en cage d’une manière ou d’une autre.

  • On aura tout vu ! Voilà que le gouvernement ukrainien appelle son nouveau véhicule de combat #Makhno !


    Ukrainian officers examine a new armored car « Makhno » equipped with Kiborg, an ultra modern battle remote control module, near the city of Goncharivsk on Jan. 23, 2015.
    © AFP PHOTO/ SERGEI SUPINSKY

    La présentation a été faite la semaine dernière (23/01/15)

    D’autres photos (détails) dans cette galerie de 9 photos.
    http://economictimes.indiatimes.com/news/international/world-news/un-chief-ban-ki-moon-condemns-ukraine-rebel-offensive/articleshow/46009351.cms
    Dont aussi celle-ci


    An operator launches a new unmanned reconnaissance plane (#drone) ’Spectator-M’ during a presentation of the new Ukrainian military equipment, near Goncharivsk on January 23, 2015.

  • TSR - Emission A Bon Entendeur du 18/11/2014 :
    « Réseaux wifi : gare aux pirates ! »

    http://www.rts.ch/emissions/abe/6205697-reseaux-wifi-gare-aux-pirates.html

    Aujourd’hui, on se déplace avec son Smartphone dans la poche, et de plus en plus souvent avec son ordinateur portable sous le bras. On veut pouvoir surfer sur le Net dans les gares, les aéroports, les cafés ou les chambres d’hôtel. Plusieurs grandes villes romandes offrent même un accès wifi public et gratuit. Nos cartes bancaires sont aussi équipées de puces permettant le paiement sans contact. Mais attention, ce sont autant de nouvelles possibilités offertes aux pirates informatiques !

    (download : http://download-video.rts.ch/abe/2014/abe_20141118_full_f_817158-1201k.mp4

    )

    Petit documentaire pas trop mal de 28 minutes qui parle des dangers liés aux WiFis publics. On y voit les choses suivantes :

    – Un tour par l’ESIEA Paris-Laval et son laboratoire de Cryptologie et Virologie Opérationnelles qui nous montre comment infecter une victime qui se connecte à un point WiFi malicieux. La victime téléchargé alors à son insu automatiquement un virus sur son smartphone qui permet au hacker de tranquillement lire -par exemple- tous les sms envoyés et reçus.

    – Puis une petite démonstration de vulnérabilité NFC ; simplement en posant son smartphone prémuni d’une application téléchargeable gratuitement sur internet, le hacker peut lire les données perso de la carte de crédit qui se trouve près du téléphone.

    – Une dame (innocente) qui voit débarquer la police suite à des téléchargements de pédopornographie sur son wifi protégé

    – Spoofing d’un WiFi public aspirant tout le trafic

    – Sniffing du trafic d’un WiFi d’hôtel

    – une injection SQL

    – prise de contrôle à distance d’une webcam à travers un virus

    #ignorance_is_what_ignorance_does
    #sécurité
    #wifi #nfc
    #hacking
    #TSR

  • SCARY: Russian website shows 73.000+ of unsecured webcams around the world

    http://www.insecam.cc

    Sometimes administrator (possible you too) forgets to set the default password on security surveillance system, online camera or DVR. This site now contains access only to cameras without a password and it is fully legal. Such online cameras are available for all internet users. To browse cameras just select the country or camera type.

    This site has been designed in order to show the importance of the security settings. To remove your public camera from this site and make it private the only thing you need to do is to change your camera default password.

    With a simple click you can also see where the cam is roughly located in Google Maps

    Where the site is located:
    http://www.tcpiputils.com/browse/ip-address/88.212.208.213

    Tips on how to find these webcams:
    http://www.insecam.cc/faq

    Other sites:
    http://www.shodanhq.com
    http://www.opentopia.com/hiddencam.php

    poke @homlett
    http://seenthis.net/recherche?recherche=shodan

    Links:
    http://www.slate.com/blogs/future_tense/2014/11/11/insecam_website_allows_spying_on_security_camera_footage_online_spying_on.htm
    http://www.networkworld.com/article/2844283/microsoft-subnet/peeping-into-73-000-unsecured-security-cameras-thanks-to-default-passw
    http://www.courrierinternational.com/article/2014/11/05/vous-allez-pouvoir-espionner-la-terre-entiere
    http://www.levif.be/actualite/international/ce-site-recensant-des-milliers-de-cameras-de-surveillance-vous-propose-d-espionner-la-terre-entiere/article-normal-324151.html


    (credits: picture above: http://zabou.me)

    #webcam
    #Shodan
    #IoT
    #privacy
    #ignorance_is_what_ignorance_does

    • UPDATE 21/11/2014

      Owner of insecam.com already removed all the information of his web site.

      With humour.

      Apparently some instances worked on objecting the site’s content:

      UK moves to shut down Russian hackers streaming live British webcam footage
      http://www.theguardian.com/technology/2014/nov/20/webcam-hackers-watching-you-watchdog-warns

      The site, which has been operating for a month, has become the source of concern for data watchdogs across the world. Graham said: “I think this started in Macau and Hong Kong; they alerted the Australians, the Australians alerted the Canadians, he Canadians alerted us. We have known about this for about 24 hours and we’ve been working out how best to deal with it. This is a good example of cooperation between data protection authorities across the world.”

      Administrator of insecam speaks:
      http://www.redherring.com/internet/admin-defends-webcam-streaming-site-authorities-condemn-privacy-invasion

      “I had a database of 160,000 cameras with default passwords,” added the admin, who vowed to shut down any ‘unethical’ feeds manually. “About 110,000 became unavailable because of changed passwords by owners. It is a good result. These people were watched for a many years and now they got a chance to know about the problem.”

    • UPDATE 25/11/2014
      Site is back, only showing public cameras, without password.

      http://www.insecam.cc

      The following changes were made to InSeCam for the protection of individual privacy:
      – All automatically collected cameras are removed from the site and only filtered cameras are available now. This way none of the cameras on Insecam invade anybody’s private life.
      – InSeCam has also removed all cameras that still use default password settings. Only public cameras without password protection at all are available on Insecam.
      – Any camera will be removed immediately upon e-mail complaint. Please provide a direct link to help facilitate the prompt removal of the camera.
      – If you do not want to contact us by e-mail, you can still remove your camera from InSeCam, the only thing you need to do is to set the password of your camera.

      backup: https://web.archive.org/web/20141125142027/http://www.insecam.cc

  • La température planétaire pourrait augmenter de 4,8°C selon le Giec
    http://www.bastamag.net/La-temperature-planetaire-pourrait

    Si les émissions de CO2 d’origine humaine continuent à ce rythme, l’augmentation de la température moyenne de la planète Terre risque d’approcher les 5°C en 2100, selon les prévisions du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du #Climat (GIEC). Outre les perturbations climatiques et météorologiques que cela engendrerait, le niveau des océans augmenterait de près d’un mètre. En France, la Camargue serait submergée, ainsi que plusieurs littoraux de la côte Atlantique – autour de La Rochelle, de (...)

    #Chroniques

    / #Le_défi_du_réchauffement_climatique, Climat