#ihu

  • 1264€ pour de l’hydroxychloroquine : l’enquête d’un généraliste sur le « système » de facturation de l’IHU du Pr Raoult | egora.fr
    https://www.egora.fr/actus-pro/hopitaux-cliniques/65717-1264eu-pour-de-l-hydroxychloroquine-l-enquete-d-un-generaliste?nopaging=

    Pour « bétonner tout ça », le généraliste « commence à faire ce qu’on appelle le contradictoire » et contacte l’IHU, l’AP-HM, l’ARS et la Cnam. Il entre alors dans « un jeu de bonneteau » où chaque interlocuteur se renvoie la balle, quand ils ne bottent pas tout simplement en touche. « L’ARS m’a dit qu’ils n’avaient pas les chiffres, alors que moi, je suis juste un généraliste à 25 euros et je les ai les chiffres… », lâche-t-il. L’ARS reconnaît néanmoins une « progression importante » des HDJ à l’AP-HM, à laquelle le service des maladies infectieuses a « largement contribué ». De son côté, la Cnam répond qu’à la suite du courrier du directeur de l’ANSM en mai 2020 « il avait été estimé qu’il n’y avait pas lieu à action ». Et Christian Lehmann de s’interroger sur ce que le « Dominique Martin 2021 » devenu médecin-conseil de la Cnam répondrait aujourd’hui au « Dominique Martin 2020 » qui a lancé l’alerte…Et l’AP-HM alors ? Libération et Egora auront droit à la même réponse policée. "Les patients se présentant à l’IHU pour un test PCR s’avérant positif ont été rappelés afin d’être pris en charge par le pôle maladie infectieuse de l’AP-HM, situé au sein de l’Institut Hospitalo-Universitaire (IHU) Méditerranée Infection.

  • Hydroxychloroquine : « Si on m’avait prévenu du tarif de l’hospitalisation, je n’y serais même pas allé »
    https://www.liberation.fr/societe/sante/hydroxychloroquine-si-on-mavait-prevenu-du-tarif-de-lhospitalisation-je-n

    Des malades du Covid ont découvert stupéfaits les factures de leurs passages à l’IHU de Marseille. « Libération » a enquêté sur le recours massif aux hospitalisations de jour au sein de l’AP-HM en 2020, représentant un coût important pour la Sécurité sociale. Chiffres qui interrogent sur les liens avec les études menées par Didier Raoult sur l’efficacité de sa molécule fétiche.

    (...) il reçoit, courant novembre, la facture de ses passages, soit une note de quelques dizaines d’euros pour sa première visite, puis une facture de 1 264 euros pour chacune de ses trois autres visites, soit 3 800 euros au total… « J’ai immédiatement appelé la comptabilité. La dame au bout du fil, au service litiges adultes soins externes de la Timone [géré par l’Assistance Publique-Hôpitaux de Marseille, ndlr], avait l’air très gênée. Elle m’a expliqué que je n’avais pas à payer l’intégralité, mais seulement la part mutuelle, soit quand même 758 euros ! « Si vous avez une mutuelle, c’est totalement pris en charge », m’a-t-elle dit, pour tenter de me rassurer. Mais j’étais quand même très étonné. A aucun moment, on ne m’avait dit que ça coûterait des sommes pareilles. La dame au bout du fil a soupiré et m’a dit : « Oui, je comprends, monsieur. Vous n’êtes pas le seul… nous recevons beaucoup d’appels. » » Depuis, la mutuelle de Claude a pris la somme en charge.

    Florian (1) a 33 ans. Mi-octobre 2020, lorsque sa compagne présente un syndrome grippal, il l’accompagne se faire tester à l’IHU avec ses enfants de 7 et 10 ans. « Il y avait une très longue file d’attente de gens debout, patientant masqués dans les couloirs. Le lendemain, nous avons eu les résultats, nous étions trois positifs sur quatre. Retour à l’IHU, consultation, bilan sanguin, électrocardiogramme. Ça a pris trois bonnes heures, et on est ressortis avec une ordonnance d’hydroxychloroquine. » Ils y retournent à trois reprises, pour le même type d’examens. Florian reprend : « Franchement, je n’ai pas d’avis sur l’hydroxychloroquine, je ne suis pas médecin. Quand ma compagne l’a pris, son état a empiré. Mais ce qui m’hallucine, c’est le coût. » Il a reçu la facture en janvier.

    « On nous parle d’hospitalisation de jour, mais en fait la prise en charge dure dix minutes pour faire les prises de sang, trois minutes trente pour l’électrocardiogramme, et cinq minutes la consultation pour la délivrance de l’hydroxychloroquine, et voilà… Le reste, ce n’est que de l’attente dans les couloirs. »

    [...]
    A l’Assistance publique-Hôpitaux de Marseille, on observe un bond de 47 à… 23 095 (hospitalisations de jour) en 2020. Un chiffre qui représente 40,8 % des hospitalisations de très court séjour pour ces pathologies sur la France.

    Edit ça a pris des mois (et Lehman) pour que ce soit publié
    https://seenthis.net/messages/897633

    #IHU #AP-HM #escroquerie #CPAM #Sécu

    • Coronavirus à Marseille : Quand l’IHU de Didier Raoult facture 1.264 euros une visite
      https://www.20minutes.fr/societe/2996211-20210311-coronavirus-marseille-quand-ihu-didier-raoult-facture-126

      Selon le quotidien Libération, qui a enquêté sur le recours massif aux hospitalisations de jour au sein de l’AP-HM en 2020, des malades du Covid 19 ont découvert stupéfaits les factures de leurs passages à l’IHU de Marseille. Plusieurs témoignages font état d’un montant de 1.264 euros facturé pour chacun de leur passage à l’IHU. Or, les patients en question sont venus à trois reprises pour, à chaque fois, une consultation, un bilan sanguin et un électrocardiogramme. Leur facture finale s’élève ainsi à 3 800 euros.

      « On nous parle maintenant d’hospitalisation de jour, mais en fait la prise en charge dure dix minutes pour faire les prises de sang, trois minutes trente pour faire l’électrocardiogramme, et cinq minutes la consultation pour la délivrance de l’hydroxychloroquine, et voilà… Le reste, ce n’est que de l’attente dans les couloirs », raconte par exemple un patient

      En effet, Libération montre que ces passages ont été facturés en hospitalisation de jour (HDJ). « Chaque hôpital a un service d’HDJ, qui permet de regrouper pour un même patient une batterie d’examens dans un temps assez court, rappelle le quotidien. Pour le patient, c’est un gain de temps ; pour la collectivité, c’est l’assurance de ne pas occuper un lit d’hôpital pendant plusieurs jours. Plutôt que de facturer chaque examen séparément, l’hôpital réclame alors son dû au patient au titre d’une hospitalisation de jour. »

      Sauf que, à lire Libération, le patient doit tout de même être hospitalisé, autrement dit bénéficier d’une chambre, d’un lit, d’une collation le midi, ce qui n’a pas été le cas pour les témoignages recueillis.

    • Pour le fun, remarquer qu’ils ont réussi à faire encore plus cher que le Remdesivir, qu’ils ont pourtant utilisé comme figure emblématique des excès de big Pharma…

      Covid-19 : Gilead fixe le prix du remdesivir
      https://www.industriepharma.fr/covid-19-gilead-fixe-le-prix-du-remdesivir,111716

      Alors que le remdisivir est à ce jour le seul traitement approuvé par la FDA contre le Covid-19, le laboratoire américain Gilead qui développe cet antiviral vient de trancher dans le débat sur son prix. Le laboratoire a ainsi fixé le prix du remdesivir à 390 $ par flacon dans les pays développés, portant le prix total d’un traitement avec l’antiviral – traitement de 5 jours avec 6 flacons - à 2 340 $ (2 085 €) par patient.

  • Mervin sur touiteur
    https://twitter.com/solatges2/status/1352332407412846594

    Voulez-vous connaitre la meilleure pour l’@IHU_Marseille ? Ils facturent pour 2 heures de visite (1 ECG (pour leur chloroquine !!) // 1 test pcr // 1 ordonnance HCQ/Azithromycine)) le tarif d’une journée d’hospitalisation ambulatoire : plus de 1200€.(avec 200€ de reste à charge)

    Le patient m’a présenté sa facture et était Covid positif. Il n’a même pas été prévenu pour le reste à charge (il n’a pas de mutuelle) et tout cela pour un médicament délivré hors AMM.. (car l’ECG n’est réalisé que pour la délivrance de l’HCQ)

    #IHU #Sécurité_sociale #hôpital

    • Je n’avais pas vu la facture, publiée ensuite.

      Ces deux mois avant l’acte facturé peuvent correspondre à un rdv antérieur à celui-ci (une inclusion dans une « étude » ? n’imp ?), une entrée dans la file d’attente, dans la patientèle pour une raison z.

      D’autres réponses au post parle de fake, car l’IHU n’est pas mentionné, en raison des deux dates éloignés (mais l’acte facturé est bien sur un jour), en raison du manque de détails de l’acte facturé (pas de PCRmentionné etc.). Je n’en sais rien.

      Ce que je sais c’est qu’IHU ou pas, malgré une bureaucratie tatillonne et une logique comptable hystérisée qui affecte diverses fonctions matérielles de manière tout à fait sensible, il y une grande liberté de facturation de ce qui est imputé à la sécu par les entreprises de toutes tailles, les divers « libéraux » qui émargent à cette caisse, les institutions de soins, en même temps que des obstacles à la prise en charge et d’invraisemblables sous-évaluations de divers actes (séance de kiné que sa cotation tend à tayloriser, par ex.).

      Avec la télémédecine, on a de nouveaux (?) cas, comme ces médecins traitants qui appellent un patient pour donner en deux minutes un résultat de test et facturent pour cela une consultation (oui, les consultations de médecine g sont sous côté et taylorisent elles-aussi les soins) alors qu’il ne se passe rien, qu’ils ont pas eu besoin par exemple de démêler une question clinique quelconque avec des spécialistes.

  • IL FAUT PROTÉGER LES ENFANTS !

    Dr. Louis Fouché le 5/12/20 à Marseille devant l’IHU :

    « Les médecins eux-mêmes commencent à se révolter : aller vacciner les personnes âgées en EPAD, vous êtes fous ! »
    "On est pas les esclaves des multinationales !"
    « On nous emmène vers la tyrannie. »
    "Les gens qui nous emmènent dans le labyrinthe, au motif de protéger la vie, ils nous tuent à petit feu..."
    « L’humain il n’est pas fait pour être bien rangé, il est fait au contraire pour foutre le bordel. »
    "Les deux qui sont en charge de la modélisation, qui ont dit qu’il y aura 400 000 morts et qu’on va tous crever, sont dans toutes les commissions, sur la vaccination, ils sont au conseil scientifique... Il y a profondément quelque chose de pourrit dans toutes les instances qui nous dirigent, de vrais conflits d’intérêts à tous les étages. C’est à nous de reprendre le pouvoir !"
    « Il s’agit de péter le labyrinthe et de sortir par une autre porte. »

    https://youtu.be/6z-z9kIld0s

  • Dr Damien Barraud commente la nouvelle vidéo de l’IHU :
    https://www.youtube.com/watch?v=r1hOyShXHak


    en réponse à la recommandation du savant de Marseille :
    https://twitter.com/raoult_didier/status/1313851127201398784

    https://twitter.com/fluidloading/status/1313950005116522503

    Bon @raoult_didier. Je vais t’expliquer pourquoi ce que raconte ce cinglé de Fouché est de la bêtise. Tu peux inviter tes petits charlatans @BrouquiPhilippe et @EChabriere aussi. Ils ont bcp de choses à apprendre. Et j’invite tous ceux qui ont cité ton tweet, parce que ce que j’ai lu dans ces citations est dégoulinant de bêtise. On mérite le Déluge et ce qui nous arrive je crois. Y a rien à sauver...

    Bon on va s’affranchir des choses avec lesquelles je suis d’accord. C’est facile il y en a peu. Et même pour cela il y a des bémols.

    1. Les conflits d’intérêts c’est mal. Ouais merci Captain Obvious. Les conflits d’intérêts c’est mal. Même les plus petits d’ailleurs. Ce qu’il oublie, en jugeant le Sir anglais, c’est que toi mon Didou tu en es perclus, de conflits, avec tes starts up. Joli mensonge devant la commission Parlementaire. Bref. C’est mal

    2. La Réanimation est une épreuve pour un malade. On les a vus ici, tous les débiles venir m’expliquer mon métier, et que j’étais Mengele ou le Boucher de l’Est, si je ne prenais pas en Réa papy ou mamy que les débiles en question laissaient mourir seuls dans des EHPAD ou avaient eux mêmes contaminés en allant se placer pour l’héritage. La Réa c’est une épreuve, un marathon couru au sprint. Qu’il ne faut pas infliger de manière indûe à des gens qui n’auront pas les réserves suffisantes pour cela, et qui ne profiteront pas de nos soins.

    3. Primum non nocere. C’est vrai. Il a raison. Il faut éviter au maximum la iatrogénie. Mais il se moque de nous et n’a manifestement rien compris à cette problématique, vu la quelques minutes dans lesquelles il parle des thérapeutiques que lui et sa team ont fait subir a ses cobayes.

    Et puis il y a le reste. Soit grosso modo 27 minutes de merde en barre. Avec des erreurs lourdes concernant la COVID. Sa physiopathologie. Son traitement. Avec @totomathon on avait déja assisté à ce triste (ou rigolo) spectacle dans une de ses vidéos YT de début de crise. En fait c’est triste. Parce que des malades subissent cela. Et des etudiants aussi. Et puis, plus grave à mon sens que ces péripéties virales, ce sont des erreurs lourdes, conceptuelles plus larges. Sur la philosophie de la Réanimation, dans ses aspects de triage, de gestion. Et sur la philosophie de l’"EBM", avec ces quelques minutes délirantes intitulées « épistémologie épidémique ». Tout cela sur un fond de complotisme distillé par petites touches à plusieurs moments.

    Je jette un voile pudique sur la forme hein. Le powerpoint est très mauvais. Et la manière de déclamer le message aussi. Encore qu’à coté de ton tripotage de barbiche sans regarder la caméra, cela reste très correct hein.

    Ah oui, j’oubliais. Le passage sur le fait qu’il vous admire, l’@IHU_Marseille et que nous « juchés dans nos certitudes sur la méthodologie » devrions « rougir jusqu’aux oreilles », « se cacher, se taire et faire » parce que nous avions les "mains propres mais vides. Bon ben j’ai moyennement apprécié. Parce que moi, contrairement à lui, j’ai fait. De la vraie réa, avec de vrais malades, en quantite, et sans compter mes heures. On n’est pas à l’@aphm_actu ici...

    Alors dans cette logorrhée de 28 minutes, il y a d’abord un axe sur les recommandations / dogmes / invasivité / iatrogénie...En bon Marseillais detestable, quand on est à cours d’arguments solides, on ressort la rivalité PSG-OM. Ca, quand on a rien à dire, on sait que l’on va se mettre l’amphithéatre de l’@IHU_Marseille dans la poche...Mais c’est nase. On dirait du @SamiaGhali . Ainsi donc il stigmatise ces « recommandations venant de Paris ». C’est vrai. les recommandations des sociétés savantes SFAR SRLF un peu SFMU éditées dans l’urgence en Avril étaient très parisiennes. Ca ne veut pas dire que c’est nul. Il y avait des gens très bien dedans. Il juge ces recommandations mauvaises. C’est vrai. Il était préconisé d’intuber très tôt les malades. C’est vrai. Dès 6 voire 4 litres. Bon ca n’était pas raisonnable, mais c’était à mon sens de l’erreur de bonne foi. L’idée en mettant un tuyau étanche dans la trachée du malade etait de protéger l’environnement d’une contamination par un malade qui respire, tousse, crache, tout cela facilité par des procédures d’aérosols, ou d’oxygénothérapie qui pouvaient majorer l’aérosolisation du virus et mettre en danger les soignants. C’était con mais encore une fois bien intentionné. J’en parle dès mars dans un tweet épinglé je crois...C’était con parce que - il ne faut pas sous estimer le risque d’aerosol, mais il en faut pas le surestimer, surtout si vous avez bien mis votre équipement de protection et surtout votre masque FFP2. - intuber quelqu’un n’est jamais anodin. Parce qu’il faut lui faire une anesthésie générale pour l’intuber, parce que intuber en détresse est risqué, parce que la ventilation mécanique un respirateur plusieurs jours a des effets indésirables, parce que la sédation qui va avec a des effets indésirables...

    C’est marrant parce qu’il avoue qu’il a fait cela, intuber tôt. Ben pas moi. Peut être puis je lui enseigner la réanimation et le zentensivism ?

    C’est mignon.

    Il a découvert que 100% de ce que l’on fait en réanimation a des effets indesirables. Mettre de l’adrénaline ou apparenté a des effets indésirables. Sédater a des effets indésirables. Ventiler avec un respirateur a des effets indésirables. Faire de l’épuration extrarénale a des effets indésirables. Tout. 100 ou quasi 100%. Ca n’est pas un problème. Ca n’est jamais un problème.

    – Si vous avez pesé votre indication et votre rapport bénéfice / risque correctement

    – Si, une fois l’indication posée, vous appliquez la technique correctement. On pourra parler un jour de comment perfuser de la noradrénaline, ou comment intuber, ou comment ventiler.

    C’est comme ca. Tout médecin fait cela tout le temps, peser un rapport bénéfice - risque. En fait si vous appliquez un traitement de manière irréflechie, ben ca fait plus de mal que de bien

    Un truc de dingue non ?. Si on avait a faire à un virus ultracontagieux genre rougeole ou varicelle, et avec une mortalité énorme, il n’aurait pas été idiot d’intuber très tôt. Là ca l’était idiot. C’est comme ca. C’est pas grave parce que l’on a su faire marche arrière dès les jours. On constate qu’il avoue avoir pris en Réa à Marseille des malades sous quelques litres d’oxygène. Alors dans le Grand Est on a pas eu ce loisir. Ne venaient en Réa que les plus cataclysmiques. Les malades sous 3 ou 4 litres étaient en secteur. J’en ai même laissé sous 15 litres. Mais à Marseille, comme on se tournait les pouces à cette époque, on pouvait prendre du malade pas grave. C’est sur que là en ce moment ca doit leur faire drôle de bosser à ces mecs qui n’ont même pas eu la décence de nous défendre quand Raoult nous crachait dessus. Bref.

    2ème problématique catastrophique de son discours, qui révèle une drôle de philosophie de la Réanimation : celle du triage et de la gestion des flux...ON. NE. DOIT. PAS. FAIRE. COMME. LUI. Si mon assistant fait cela, je mange son foie au staff.

    1. Une phrase qui disait à peu près « on a pris un malade de 85 ans en Réa en début de COVID pour avoir l’air de servir à quelque chose car on etait vide depuis 2 semaines ». Quelle abomination.

    En Réa on trie. Ca a bien fait hurler certains quand je leur disais cela. Mais on trie

    Tous les jours on trie. Dans l’INTERET du malade et du seul malade. Pour ne pas lui infliger des soins dits « futiles », qui ne lui profiteraient pas, qui seraient même parfois de l’acharnement thérapeutique. On trie et c’est l’exercice le plus difficile Parfois c’est clair qu’il faut prendre. Parfois c’est clair qu’il ne faut pas prendre. Et parfois on doute, et le doute doit profiter au patient. Et si on prend et que qques jours plus tard on s’est trompés, il est tjs temps et il faut faire marche arrière. Le malade est une fin en soi. Pas un moyen. Pas un moyen de « s’occuper parce qu’on est vide depuis 2 semaines ». Et surtout pas un moyen comme il le dit après de « faire du chiffre », de la cotation de T2A. Et c’est manifestement ce qu’il fait. Si c’est la philosophie de sa Réa c’est une honte. Garder une Réa en permanence pleine, et sortir un malade quand un autre se présente, pour être toujours plein, et ne pas fermer de lits, est à vomir. ALors je sais que beaucoup le font. Ca permet même à certains de choisir leurs admissions. Vous êtes pleins. Si on vous propose un vieux BPCO de 80 ans, vous dites que vous êtes navrés mais vous êtes pleins. Et si 30 minutes après on vous propose un SDRA de 40 ans, là vous faites en lit en 1h et vous acceptez le malade. Cette philosophie de management est detestable. Je n’ai pas été élevé ainsi et je n’élève pas mes jeunes ainsi. Un malade est admis quand on pense qu’on lui sera profitable. Et il sort à la minute ou il est apte à sortir. Point. On ne stocke pas un malade pour faire du chiffre, et pour choisir « le beau malade suivant ». Je connais même des fumiers qui surcotent les séjours. On prend le postoperatoire intubé. Et au lieu de l’extuber ASAP, on le maintient sédaté, ventilé PEEP 7 (ca rapporte plus que 6) et on l’extube le lendemain. COmme cela il côte 2 jours de ventilation. C’est de la réa de merde...Donc non un réa n’est pas « en tension en permanence ». Pas si on travaille correctement, sur les plans philosophiques, et techniques bien sûr. Les mecs jouent les révoutionnnaires anti-complotistes alors qu’ils sont de bons toutous du système de cotation de la T2A. Priceless non ?

    Autre passage bien émétisant : pour améliorer l’amont de la réanimation, il faut « Laisser les médecins prescrire ». Ca me rappelle vaguement une association de Mengele-lovers ca...Laisser les médecins prescrire. Prescrire quoi ? « quelquechose de cost effective, pas cher, pas toxique, et qui peut rapporter gros ». Je vous le donne en mille. Il vend la potion Raoult sans la citer ? Voila que notre révolutionnaire fait du cirage de pompes au Druide. On a les révolutionnaires que l’on mérite. Donc il vaut mieux laisser les médecins prescrire que «  fermer les restaurants ». Bon on s’en fout des restaurants. De manière plus large on retombe sur l’idée que prescrire la chloroquine permet d’éviter de confiner de manière plus ou moins large. Quel cinglé peut encore en octobre raconter des trucs pareils. C’est la stratégie Trump au début. Et Bolsonaro surtout. De la dinguerie.

    Petit passage complotiste. Où il reparle de la T2A. Et du codage des patients COVID. En insinuant comme d’autres qu’en gros cette épidemie est fausse et surévaluée, que l’on code COVID des malades qui ne sont pas COVID (des faux positifs de la faute des biologistes qui font n’importe quoi) ou qui sont COVID mais pour lesquels le COVID n’y est pour rien. Il y en a. Rarissime. En réa je n’en ai vu qu’un ou 2. J’ai souvenir d’une acidocétose inaugurale chez une asymptomatique COVID +. C’est rarissime. Et pas un problème car il est prévu plusieurs codes, en gros selon que le malade est infecté ou pas en situation d’infection mais COVID+. Tout est prévu. Il suffit juste de coder loyalement. Mais on ne fait pas expres de coder COVID pour gagner un magot caché. C’est detestable de faire croire cela.

    Bon je passerai sur sa vision de la physiopathologie de la COVID, en particulier pulmonaire. C’est de la physiologie de comptoir. Niveau externe. Et externe qui essaie d’expliquer un truc qu’il n’a pas compris. PEut etre @MarcGozlan pourrait remettre le lien de son papier où on avait débunké cela avec @totomathon . Le coup du remplissage qui fuite je n’en suis pas encore remis. Il dit que ce n’est pas un SDRA...mais décrit l’œdème pulmonaire lésionnel...donc un SDRA. C’est un merdier dans sa tête.

    Il y a un passage sur la thérapeutique. Hallucinant. Donc le Monsieur qui nous dit au début primum non nocere fait en fait après tout ce qu’il ne faut pas faire sur le plan thérapeutique, ni philosophiquement, ni en pratique. Il recherche les complications : embolie pulmonaire, oedème pulmonaire, et surinfection...et il « traite tout » comme il dit.

    – Des antibiotiques à large spectre (?!?). Spoiler : faut pas faire. Et puis si le malade à "39°, une atteinte lobaire, et une augmentation de la PCT"on « élargit » encore l’antibiothérapie. Il en faut SURTOUT pas faire. Sauf cas extrèmes, on n’élargit JAMAIS à l’aveugle et surtout pas sur une PCT. Les Danois ont essayé il ya qques années de faire cela : surmortalité. Verboten. Et ca ce sont des stratégies dans un CHU Francais en 2020. Hallucinant.

    –Il met des anticoagulants à fortes doses, curatives, pour une « éventuelle embolie pulmonaire ou pas qu’elle arrive » Attitude totalement hors des clous de l’EBM. De la physiopathologie de comptoir dangereuse. Je passe sur le chapitre antithrombine délirant et so rénaimation des années 90.

    –On « continue les antiviraux ». Bon

    Y a j’imagine qu’il parle de l’HCQ hein, pas de Remdesivir.

    Et puis ca finit avec l’immunomodulation. Et la tout y passe. Donc un gros CHU Francais, en 2020, comme des lapins de 3 semaines, on avoue pépouze balancer de l’antiIL1, du Tocilizumab, des antiJAK. C’est du délire absolu.

    Je passe aussi sur le délire du ’le malade n’est plus virifère et il est en orage inflammatoire". C’est faux pour la 1ère partie. Le malade est virifère (?!?) en Réa. Et l’orage inflammatoire on en a deja parlé. C’est de l’immunologie du sepsis niveau CM2.

    Mais le meilleur est la fin. L’epistémologie épidémique. Ou rebelote il cire les pompes du charlatan en chef, avec un discours totalement antiméthode et antiEBM, qui ne seraient pas adaptée à la pandémie. C’est faux. Et en opposant experience du mandarin, et preuves de la littérature, il montre qu’il ne maitrise pas du tout la définition princeps de l’EBM de Sackett. Un petit coup pour taper sur les bigs datas d’un monde monétarisé avec des entreprises qui « feraient un monde tel qu’ils ont décidé qu’il serait ». Du bon gros complotisme à 2 balles. ’il faut mettre de l’humain et pas de l’IA". Mandieu que c’est plat. Bigdatas et IA ne sont pas les réponses à tout. Ce sont des outils. Point. Les refuser serait comme refuser la roue ou l’imprimerie. C’est idiot. Il faut juste les apprivoiser car l’IA en réa fera toujours mieux que ces branques.

    Bon le problème c’est que ces outils vont faire du deep learning...à partir de la prise en charge des branques de la Réa de la Conception. Donc on n’est pas sauvés.

    Bref. Y a rien qui va. Et même sur des concepts plutot louables il se plante. Ca se passe comme cela dans une des reas d’un des plus gros hopitaux de France. Avec des vrais malades dedans. Et des étudiants à former.

    On mérite tous de mourir de la COVID.

  • Parce qu’on ne s’en sort pas des histoires de complots anti-Raoult et anti-chloroquine, rappeler cet article de mars 2018 à l’occasion de l’inauguration de son IHU. Si on veut un complot un peu plus crédible : le gars depuis 2 ans a vraiment besoin d’un énorme coup de pub pour sauver son business.

    Didier Raoult inaugure son IHU Méditerranée Infection sur un mode défensif | Marsactu | Mars 2018
    https://marsactu.fr/didier-raoult-inaugure-son-ihu-mediterranee-infection-sur-un-mode-defensif

    Au niveau argumentaire, c’était déjà n’importe quoi. Remarquer cette prétention : un projet à 160 millions d’euros, dont les 2 tiers ont servi au « patrimoine en construisant un bâtiment hyper-moderne », mais, assure-t-il, ceux qui ont « tout mis dans la recherche » ont des « performances moindres ». C’est presque aussi beau que son affirmation selon laquelle on a de meilleurs résultats statistiques avec des petits groupes qu’avec des grands corpus.

    Si les deux unités conservent la labellisation de l’Université, du service de santé des armées et de l’institut de recherche pour le développement, le retrait de l’Inserm et du CNRS n’est pas une bonne nouvelle pour l’Urmite et celui qui la dirige. Didier Raoult la contrebalance en mettant en avant les publications scientifiques de son institut, « 50% supérieures en nombre à celle des trois IHU parisiens et de celui de Strasbourg », insiste-t-il.

    Ce mode défensif se poursuit dans le « show-room » où Didier Raoult a décidé de répondre à la presse. Son IHU, c’est le meilleur de France, « Son avenir est assuré pour les dix prochaines années. Nous avons eu le plus gros investissement mais les deux-tiers ont servi à faire du patrimoine en construisant un bâtiment hyper-moderne. Les autres ont tout mis dans la recherche pour des performances moindres ».

    Et s’il suggère que « meilleures performances », c’est le nombre de « publications scientifiques », ça aussi c’est documenté…

    • le retrait de l’Inserm et du CNRS n’est pas une bonne nouvelle pour l’Urmite et celui qui la dirige

      Rien à ajouter à ça. Les rapports du CNRS suite à la visite qui a débouché sur le retrait du label étaient accablants.

      Quand le gars se targue d’avoir 50% de publis de plus que les autres, le rapport du CNRS rétorque que ces publications ne sont qu’un catalogue de bactéries (à raison d’une publi par bactérie c’est rentable), publiées dans des revues amies, sans investigations sérieuses et dignes d’intérêt sur ces bactéries. J’avais mis de côté une référence sur un article qui parlait de ça, il faut que je remette la main dessus.

      Et le coup du patrimoine est assez marrant faut bien le dire. Dans la même veine que l’agent orange et son « il faut arrêter les tests parce que plus on en fait plus on trouve de cas ».

    • @arno : et malheureusement je ne suis même pas sûr que l’argument du retrait des instances nationales de la recherche touche les fans du gars et désamorce le complot : la réponse immédiate chez ces gens est généralement que tout ça c’est de la jalousie parisienne. Ils ne savent pas ce que c’est que l’évaluation d’un labo mais ça ne les empêche pas de donner leur avis.

  • Chloroquine : pourquoi le passé de Didier Raoult joue contre lui | Mediapart
    https://www.mediapart.fr/journal/france/070420/chloroquine-pourquoi-le-passe-de-didier-raoult-joue-contre-lui?onglet=full

    La chloroquine sera (ou pas) la solution miracle au Covid-19. En attendant d’en avoir la confirmation (ou l’infirmation), Mediapart a voulu comprendre la défiance du monde médical et scientifique à l’égard de Didier Raoult, son principal promoteur. Nos recherches nous ont permis de découvrir des rapports et des témoins qui pointent des résultats scientifiques biaisés et des financements opaques.

    #Science #Conflits_intérêt #Pharmacie #Big_pharma

    • Il est impossible de savoir si le traitement à la chloroquine permettra un jour d’abattre le Covid-19 (relire ici notre enquête et là l’étude de la revue médicale indépendante Prescrire). Une chose est cependant sûre : le débat qui fait rage au sein de la communauté scientifique se cristallise autour de Didier Raoult, grand apôtre de ce traitement, qui se présente comme la victime de l’intelligentsia scientifique parisienne liée à l’industrie pharmaceutique.

      Il est vrai que rarement un professeur de médecine aura été aussi critiqué (lire ici l’enquête de notre partenaire Marsactu). Sauf que ces critiques ne viennent pas de nulle part, comme l’a découvert Mediapart en se plongeant dans le passé de l’infectiologue. Des résultats biaisés, des méthodes peu scrupuleuses et une opacité dans les financements des travaux nourrissent le dossier de ses contempteurs.

      Didier Raoult, en dépit d’une brillante carrière, s’est vu privé en janvier 2018 du label du CNRS et de l’Inserm, deux de ses établissements de tutelle. Mediapart a pu consulter les deux rapports scientifiques qui ont conduit à ce retrait. Instruits en janvier 2017, par le Haut Conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (HCERES), autorité administrative indépendante, ils sont le fruit du travail d’une quinzaine de chercheurs européens venant notamment du University College de Londres (UCL), de l’Institut Bernhard Nocht de médecine tropicale de Hambourg ou de l’Institut Pasteur.

      Ces études dressent un bilan sans concession de l’Urmite, le fameux laboratoire de recherche de Didier Raoult sur les maladies infectieuses et tropicales (scindé depuis cet audit en deux unités, Mephi et Vitrome).

      Selon les évaluateurs, faute d’analyse épidémiologique, de vérifications et de recherches approfondies, le travail de certaines équipes de son unité n’apporte pas de « bénéfice scientifique ».

      Concernant la « qualité scientifique et la production » de l’unité Mephi (pour « Microbes, évolution, phylogénie et infection »), dédiée notamment à l’identification de nouvelles bactéries et virus, les évaluateurs regrettent que la priorité soit donnée au « volume de publications plutôt qu’à leur qualité ». Si l’unité du professeur Raoult a été à l’origine de plus de 2 000 publications entre 2011 et 2016, « seules 4 % d’entre elles l’étaient dans des revues de haut impact international », précisent-ils.

      Par ailleurs, le « manque d’expertise dans des domaines clefs » , en particulier « en épidémiologie » , entraîne des essais cliniques mal conduits et des études biostatistiques approximatives. En résumé, les découvertes ne donnent lieu à aucune recherche approfondie permettant de connaître par exemple les effets d’un virus sur le corps humain.

      Concernant « Microbiota », l’équipe de Didier Raoult, les scientifiques remarquent que l’approche qui consiste à découvrir systématiquement de nouvelles bactéries n’est pas suivie des analyses nécessaires. Selon eux, cette « compilation de nouvelles bactéries » – comme « on collectionne les timbres », persiflent les évaluateurs – donne certes lieu à un volume important de publications, mais sans plus d’avancées pour la connaissance scientifique et médicale.

      Ils considèrent, par ailleurs, que la création d’un journal New Microbes and new infections, « qui sert à publier des articles refusés par les autres revues, est quelque peu désespérée » . Ils relèvent que ce journal est juge et partie, puisque plusieurs chercheurs du laboratoire font partie du comité éditorial dirigé par le professeur Michel Drancourt, lui-même à la tête de l’unité de recherche Mephi et bras droit de Didier Raoult.

      Faut-il y voir un lien de cause à effet ? Lors de leur inspection, les scientifiques notent à plusieurs reprises l’isolement du laboratoire, tant au niveau national qu’international, et mentionnent l’« adversité » dont fait preuve son directeur.

      Selon la commission d’évaluation, cette opposition systématique du professeur à la communauté scientifique isole ses équipes des autres laboratoires et a pour conséquence une moindre qualité des recherches menées, ne permettant pas d’avoir un « bénéfice scientifique et épidémiologique ».

      Mêmes constats pour la seconde unité Vitrome (pour « Vecteurs-infections tropicales et méditerranéennes »), spécialisée dans la découverte de pathogènes émergents et de leurs vecteurs (comme les moustiques, les puces ou les tiques).

      Là encore, le nombre de publications ne semble pas être gage de qualité. Sur 1 153 articles parus entre 2011 et 2016, dont la moitié ont pour auteur Didier Raoult, seuls quatre peuvent être considérés comme « remarquables ». Quant au travail de recherche scientifique, la multiplication des découvertes de nouvelles formes microbiennes répond davantage à une logique « productiviste » que scientifique, « ne démontrant pas, par exemple, leur pathogénicité ».

      « La peur de le contredire peut conduire à biaiser les résultats »

      Mediapart a voulu confronter toutes ces assertions à des témoins de l’époque. Parmi eux, Paul, qui a travaillé comme ingénieur auprès de Didier Raoult jusqu’en 2016. Il témoigne sous la condition de l’anonymat (voir la Boîte noire de cet article) : « J’étais sur l’identification de nouvelles bactéries. Et trouver ainsi des bactéries, c’est du chiffre, puisqu’une nouvelle bactérie donne lieu à une nouvelle publication, qui garantit à la fois la notoriété du laboratoire et l’argent. »

      En effet, en vertu du Système d’interrogation, de gestion et d’analyse des publications scientifiques (Sigaps), chaque publication permet à un chercheur, un service ou une université de gagner des points, à partir desquels est calculée une rétribution.

      Avec un tel objectif d’articles à publier, fixé au préalable, cet ingénieur n’a pas « trouvé d’intérêt scientifique à ce travail », qu’il qualifie de « quantitatif, d’affichage et lucratif » .

      Le troisième rapport auquel nous avons eu accès date également de 2017. Il révèle, lui, des cas de harcèlements, déjà pointés par notre partenaire Marsactu (à lire ici), mais également de graves manquements aux règles de sécurité. Il est l’œuvre des représentants des CHSCT des quatre organismes et établissements de tutelle (université d’Aix-Marseille, CNRS, Inserm et Institut de recherche pour le développement), dépêchés sur place après un courrier signé par 12 membres du laboratoire, alertant sur les humiliations et les pressions subies.

      Selon ces représentants des CHSCT, le personnel du laboratoire « manipule des agents biologiques pathogènes dans des locaux non réglementaires » et sans encadrement suffisant. Certains techniciens et étudiants travaillent avec des produits chimiques, cancérigènes, mutagènes ou toxiques pour la reproduction sous des hottes aspirantes défectueuses. Autre critique : « La culture de cellules humaines ainsi que la manipulation de produits sanguins de statut sanitaire inconnu sont réalisées dans des laboratoires banalisés. »

      Outre ces mises en danger, plusieurs ingénieurs font part de menaces et de leur peur de représailles s’ils venaient à parler. « Certains se sentent comme des pions », à la merci du professeur Didier Raoult, qui peut décider du jour au lendemain de mettre fin à leur recherche.

      Face à la gravité de cette situation, le comité de visite décide d’autoriser des témoignages écrits (authentifiés), permettant ainsi de préserver davantage la confidentialité.

      Sur sept témoignages écrits reçus, deux révèlent et regrettent les résultats volontairement biaisés de leurs études. Un ingénieur fait ainsi part d’une « falsification de résultats d’expérience à la demande d’un chercheur » et un autre « met en cause la rigueur scientifique lors de l’obtention de certains résultats ».

      Mediapart a retrouvé d’autres témoins de telles dérives : plusieurs ingénieurs ou chercheurs nous ont fait part de faits similaires. Comme Mathieu, qui a préparé sa thèse de doctorat auprès du professeur Didier Raoult. Le problème, selon lui, est qu’« il n’admet pas la discussion » : « On fonctionne à l’envers. Il a une idée et on fait des manips pour prouver qu’il a raison. Avec la peur de le contredire, cela peut conduire à biaiser les résultats. Or, c’est bien le doute et la discussion qui permettent à la science d’avancer. »

      Il se rappelle la première réunion en présence du professeur. « C’était un mercredi après-midi, à l’occasion d’un “work in progress”. C’est le moment où les thésards présentent l’état de leur recherche. Nous avions cinq minutes pour présenter parfois trois à quatre mois de travail. C’est très court. Au moindre désaccord, Didier Raoult disait : “Vous n’êtes pas là pour penser, c’est moi qui pense.” »

      Mathieu n’est pas sorti indemne de ses quatre années passées à l’Urmite. En 2015, alors que le laboratoire lui propose de rester, il choisit de partir. « Je travaillais sur un sujet sur lequel Didier Raoult m’avait donné un angle de recherche et, au fil des tests, je constatais qu’il avait tort, puisqu’à chaque fois, mes tests étaient négatifs. On m’a demandé d’insister et j’ai passé près d’un an à les faire pour prouver qu’il avait raison. À la suite de plusieurs dizaines de répétitions, sans que ce soit complètement positif, un signal est allé dans le sens de Raoult. C’était approximatif, voire biaisé dans la démarche, et donc dans les résultats » , confesse-t-il. Malgré cela, son directeur de doctorat, proche collaborateur de Didier Raoult, lui annonce que son étude sera publiée.

      « Vu le faible niveau de cette étude et les problèmes qu’elle posait au vu de sa démarche scientifique pour le moins douteuse, on a passé un an à la présenter à des revues qui nous l’ont refusée en pointant du doigt le manque de rigueur scientifique et en particulier des expériences et des contrôles manquants » , déplore Mathieu.

      Adressés au professeur Didier Raoult, les courriers de refus, que Mediapart a pu consulter, font part des remarques suivantes : « les résultats ne sont pas suffisamment solides », « manque de connaissance » ou « les données sont pour la plupart descriptives » et ne permettent pas de démontrer l’hypothèse initiale de l’étude.

      Signée par le professeur Raoult, cette étude sera finalement publiée, dans Microbial Pathogenesis, un journal qui a pour membre du comité d’édition Didier Raoult.

      Angoissé par le comportement du professeur, qui « fracasse toute personne n’allant pas dans son sens et tient ainsi tout le monde par la peur », Mathieu a fait des cauchemars près de six mois après avoir quitté le laboratoire. « Je n’ai pas d’animosité mais de la crainte et de la méfiance », précise-t-il.

      Encore choqué d’avoir dû signer une publication aux résultats biaisés, ce chercheur regrette de n’avoir pu protester, sa #bourse dépendant de l’Institut. « Non seulement je dépendais de Raoult pour mes études mais j’avais aussi observé comment sa notoriété lui permettait à lui et ses proches de briser la #carrière de ceux qui le contestaient. »

      À l’inverse de Mathieu, Antoine, chercheur à l’Inserm, s’est opposé à Didier Raoult. En préambule de son témoignage, il tient à préciser qu’il ne veut pas prendre parti dans la polémique « regrettable sur la chloroquine » : « Que ce traitement soit bon ou pas, il aurait fallu prendre plus de précautions pour l’annoncer, aucun essai clinique ne permettant à ce jour de se prononcer sur son efficacité. »

      L’annonce précipitée du professeur sur ce médicament n’a guère étonné ce chercheur. « Il veut toujours être le premier et qu’on parle de lui. Ce qui l’amène à aller vite mais c’est parfois critiquable sur la rigueur de la méthode scientifique », explique-t-il.

      C’est lors de la découverte d’une nouvelle souche d’un virus qu’Antoine va « refuser de signer une publication, dans laquelle le professeur voulait donner une interprétation sur le mode de fonctionnement de ce virus » : « Or, nous n’avions pas suffisamment d’éléments de preuves pour aller aussi loin dans les interprétations. Le faire pouvait conduire à émettre des affirmations non démontrées scientifiquement. »

      Le chercheur quitte le laboratoire, estimant non seulement que le travail, trop descriptif faute de réflexion plus approfondie, y est peu satisfaisant d’un point de vue scientifique, mais surtout que « les méthodes sont discutables en termes de rigueur. Raoult disait souvent : “Quand je dis quelque chose, c’est que c’est vrai.” »

      En 2006, suspectés de fraude, le professeur Didier Raoult et son équipe ont été interdits de publication pendant un an par l’American Society for Microbiology dans toutes les revues éditées par cette société savante.

      « Cette question sur des résultats biaisés n’est pas propre au laboratoires de Didier Raoult mais ce n’est pas admissible que ce soit tu. C’est d’ailleurs bien cela qui est problématique : que des organismes comme le CNRS ou l’Inserm ne réagissent pas rapidement », soupire Dominique, professeure et ancienne directrice d’unité à l’Inserm, qui a alerté les deux établissements publics entre 2006 et 2009.

      « J’ai constaté, hélas, ce manque de déontologie. Il y a un peu plus de 10 ans, j’ai dirigé une commission de visite de l’Urmite, à la demande du CNRS », précise-t-elle, comme cela se fait régulièrement pour évaluer le travail d’un laboratoire de recherche.

      « Ce qui m’a marqué, raconte-t-elle, c’est l’obsession de Didier Raoult pour ses #publications. Quelques minutes avant que ne commence l’évaluation de son unité, c’est d’ailleurs la première chose qu’il m’a montrée sur son ordinateur, son facteur H. » Le #facteur_H est la mesure de la portée et de l’impact des publications cumulées d’un chercheur. « Je ne me suis pas laissé impressionner par ce genre de référence qui m’importe peu », s’amuse-t-elle.

      « Nous prenons toujours un temps pour rencontrer les équipes sans leur directeur, poursuit-elle. Son laboratoire accueille de nombreux étudiants étrangers. D’une part, nous avions pu constater des pressions exercées à leur encontre, étant plus précaires que le reste des chercheurs, explique-t-elle. Quelques-uns nous avaient également alertés sur des études dont les résultats étaient arrangés. »

      À l’issue de cette visite, le comité a rendu son rapport au CNRS et à l’Inserm, rapport « qui est resté lettre morte », regrette Dominique. « Je pense qu’à cette époque, la notoriété de Didier Raoult les a convaincus d’enterrer ces faits, ayant eux-mêmes intérêt à soutenir un laboratoire dont le directeur avait un tel facteur H », ironise-t-elle.

      En 2010, Didier Raoult reçoit même le Grand Prix Inserm 2010 pour l’ensemble de sa carrière. Et il faudra donc attendre 2018 pour que le CNRS et l’Inserm sanctionnent les dysfonctionnements de ce laboratoire.

      Nous avons soumis au professeur Didier Raoult plusieurs questions concernant les rapports d’évaluation scientifique instruits par le Hceres. C’est Yanis Roussel, doctorant et chargé de la communication du professeur, qui nous a répondu : « Concernant la partie scientifique, nos travaux sont évalués par un conseil scientifique. Nous pensons qu’en tant qu’experts extérieurs, ils sont les mieux placés pour relater la pertinence des travaux menés à l’IHU. »

      Notons que la présidente de ce conseil, la professeure Laurence Zitvogel, détenait jusqu’au 15 septembre 2019 (lire ici sa déclaration publique d’intérêts) 39 % de parts dans Everimmune, une des start-up qui travaillent avec la fondation et qui est dirigée par sa sœur, Valérie Zitvogel-Perez.

      La start-up Pocramé développe des tests avec le laboratoire de Didier Raoult pour des croisiéristes

      Reste cependant un point que la commission d’évaluation de 2017 n’a pu vérifier, ses demandes d’information étant restées sans réponse : le financement du laboratoire et des projets.

      Le professeur Raoult, qui se targue d’être indépendant, oublie de préciser que sa fondation a reçu, selon les données du ministère de la santé, 909 077 euros provenant de laboratoires pharmaceutiques depuis 2012. Outre 50 000 euros versés par Sanofi en 2015, l’institut Mérieux, membre fondateur de la fondation et membre de son conseil d’administration, a apporté plus de 700 000 euros au laboratoire.

      Sur le site EurosForDocs recensant les données du ministère de la santé sur les déclarations obligatoires de liens d’intérêts entre les professionnels de santé et les industries pharmaceutiques, aucune trace du professeur Didier Raoult. Seule sa fondation y est mentionnée.

      On peut y lire « convention », « dons de fonctionnement », parfois « rémunération ». Sans plus de précisions. Cette opacité est induite par le statut de « #fondation », choisi en 2010-2011, lors de la création des six instituts hospitaliers universitaires (IHU), parmi lesquels celui du professeur Raoult. Un statut retenu notamment pour faciliter la participation du privé.

      Ce statut spécifique a cependant montré ses limites en matière de gouvernance et de transparence. En 2016, à la suite d’un rapport de l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS), les ministres de la santé et de la recherche annoncent que les futurs IHU ne bénéficieront plus de cette convention.

      Didier Raoult est néanmoins parvenu à conserver son statut si convoité de fondation, pour son IHU.

      À partir des déclarations publiques faites par la fondation de Didier Raoult et par les laboratoires sur transparence.gouv, le site dédié du ministère de la santé, Mediapart a donc tenté de comprendre quelles étaient la hauteur et la destination des financements des laboratoires pharmaceutiques au sein de la fondation. Tout n’est pas limpide.

      Première dissonance : concernant le laboratoire Mérieux : 715 077 euros de « dons de fonctionnement », de « convention », de « partenariat » sont déclarés. Nous avons demandé des précisions, notamment sur les « rémunérations » d’un montant de 165 000 euros.

      Producteur de tests de dépistage du Covid-19, Mérieux assure qu’« il n’y a eu aucune collaboration dans [ce] domaine » avec l’IHU.

      Le laboratoire explique qu’« en tant que cofondateur et dans le cadre d’une convention de partenariat », l’institut Mérieux « s’est engagé à des dons de 125 000 € par an, pour la période allant de 2012 à 2015, et de 25 000 € par an pour celle de 2016 à 2021. Il s’agit de dons et en aucun cas de rémunérations ».

      Tandis que c’est sa filiale, le laboratoire Mérieux, qui entre 2012 et 2014 a versé 165 000 € « pour mener, il y a quelques années une collaboration avec l’IHU dans le domaine de la tuberculose ».

      Ces versements étaient destinés, selon Mérieux, à prendre en charge « des frais de thèse d’un doctorant de la fondation principalement affecté aux activités de recherche d’un programme dirigé par le professeur Raoult sur la tuberculose ». Ni l’intitulé de la thèse, ni son auteur ne nous ont été communiqués.

      Vérification faite auprès de plusieurs doctorants, la bourse versée par l’IHU varie entre 1 000 et 1 400 euros par mois durant trois ans. En toute logique, dans le cadre de cette thèse sur la tuberculose, le doctorant aurait donc reçu entre 36 000 et 50 400 euros. Le reste, soit un minimum de 114 600 euros, aurait-il dès lors été alloué à des frais, sachant que Mérieux verse déjà 125 000 euros à la fondation pour le fonctionnement de son laboratoire ?

      Le laboratoire bioMérieux ne nous a pas apporté de réponse, se contentant de nous renvoyer vers Didier Raoult.

      Ce n’est cependant pas le professeur qui nous a répondu, mais la présidente de la fondation Méditerranée infection Yolande Obadia. Là encore, ni l’intitulé de la thèse de doctorat, ni le bénéficiaire de cette rémunération de 165 000 euros ne nous seront donnés : « [Nous sommes] tenus par une clause de confidentialité stricte sur l’ensemble des contrats que nous signons avec les industriels. »

      En revanche, le docteur Yolande Obadia nous précise que le laboratoire Mérieux participe à hauteur de 1,2 million d’euros au budget de la fondation Méditerranée infection, qui s’élève, au total, à 120 millions d’euros et est financé à 60 % par l’Agence nationale pour la recherche (ANR).

      Le docteur estime naturel, comme le prévoit les statuts de la fondation, que ce groupe pharmaceutique occupe un siège au sein du conseil d’administration, au même titre que les organismes publics, et juge que sa présence « en qualité de fondateur et dans la gouvernance de la fondation est une nécessité de l’IHU, dont l’objectif est d’avoir une vision stratégique globale de l’ensemble des acteurs intervenants dans le domaine de la recherche, du soin et des traitements des patients ».

      Ainsi que le rappelle le docteur Obadia, « le conseil d’administration est composé de 17 membres. Les cinq membres fondateurs, dont la fondation Mérieux, deux enseignants chercheurs et 10 personnalités qualifiées ». Parmi ces « 10 personnalités qualifiées » figure l’ancien ministre de la santé Philippe Douste-Blazy, qui a récemment pris position en faveur d’une utilisation massive de la chloroquine dans la lutte contre le coronavirus.

      Deuxième dissonance : le laboratoire Sanofi. Interrogé par Mediapart sur la nature des « rémunérations » à hauteur de 50 000 € versées à la fondation, Sanofi répond tout d’abord qu’il s’agit, d’un « partenariat de recherche », « lors de la mise en place de l’IHU Méditerranée » en 2015.

      Or, la mise en place de l’IHU date de janvier 2012 (à la suite de la convention signée avec l’ANR). Sur cette discordance et sur la destination des fonds, Sanofi se dispense de tout commentaire mais tient à ajouter que « ce partenariat n’a pas permis de mettre en place de nouvelles solutions thérapeutiques » : « Nous avons donc cessé la collaboration avec l’IHU Méditerranée en 2015. »

      Contacté par Mediapart, la fondation de Didier Raoult nous informe qu’il ne s’agit pas de « 50 000 euros mais de 150 000 euros ». Sans plus de commentaires ni d’explications concernant la déclaration officielle initiale de 50 000 euros faite sur le site du ministère de la santé.

      Troisième dissonance : nous n’en saurons pas beaucoup plus sur les 144 000 euros versés, en décembre 2017, par le laboratoire français Ceva, spécialisé dans la santé animale et numéro 5 mondial, qui travaille aujourd’hui sur le Covid-19. « Il s’agit de bourses doctorales financées par Ceva. Comme pour tout contrat signé avec un industriel, nous sommes évidemment tenus par une clause de confidentialité stricte », répond la présidente de la fondation, Yolande Obadia.

      Enfin, dans sa déclaration publique d’intérêt (DPI) publiée le 19 mars, le professeur Didier Raoult ne précise ni le montant de sa collaboration avec le laboratoire Hitachi, ni celui des actions qu’il détient dans huit #start-up.

      Ces sociétés bénéficient du savoir-faire scientifique et du matériel du laboratoire, et cèdent, en contrepartie, 5 % de leur capital à l’IHU. Parmi elles, Pocramé, cofondée par le docteur Pierre-Yves Levy, biologiste à l’IHU, et l’entrepreneur Éric Chevalier. Cette start-up conçoit et commercialise des bornes-laboratoires mobiles, dispositif qui permet de diagnostiquer, de manière rapide, une série d’infections dangereuses et contagieuses.

      Cette borne-laboratoire est d’ailleurs présentée sur le site de la fondation, parmi « les produits issus de l’IHU », pour « le diagnostic syndromique rapide et délocalisé des infections aiguës et leurs diagnostics différentiels ».

      Contacté par Mediapart, son directeur, Éric Chevalier, précise : « Le siège de l’entreprise est à Aubagne mais nous sommes hébergés par la fondation du professeur Didier Raoult. Nous travaillons avec ses équipes pour valider un test permettant de détecter rapidement le coronavirus actuel. Nous pensons pouvoir le proposer à nos clients, parmi lesquels la compagnie de croisière Ponant et l’armateur CMA-CGM, d’ici la fin du mois d’avril. »

      Interrogé sur le montant des actions qu’il détient dans Pocramé, le professeur Raoult, qui n’est pourtant pas avare de communication, comme le montre notamment cette chaîne officielle sur YouTube, n’a pas répondu.

      #communauté_scientifique

    • Didier Raoult inaugure son IHU Méditerranée Infection sur un mode défensif, 28/3/2018
      https://marsactu.fr/didier-raoult-inaugure-son-ihu-mediterranee-infection-sur-un-mode-defensif

      Un coup de vent, frais et violent, en guise d’inauguration. Une plaque dévoilée en deux-temps, trois mouvements, une visite au pas de course et un discours à l’emporte-pièce. Le professeur Didier Raoult inaugurait ce mardi, l’institut hospitalo-universitaire (IHU) Méditerranée Infection. Son IHU est “le plus grand investissement d’État jamais acquis pour un projet de recherche”, comme le définit son ami, le président (LR) de la Région, Renaud Muselier. Et pourtant le professeur Raoult est sur des charbons ardents. L’inauguration de ce projet à 160 millions d’euros se fait dans une inhabituelle discrétion.

      Source, un fil documenté de @OlivierByrne sur touiteur :
      L’Institut Hospitalo-Universitaire de Marseille - Petite histoire de l’IHU de Raoult sorti de terre en 2015 et inauguré le 27 Mars 2018. Un des 9 projets lauréats du Grand Emprunt lancé en 2009 par Nicolas Sarkozy.
      https://twitter.com/OlivierByrne/status/1308689295528595459

      #IHU #santé-publique