• Le geste désespéré d’un étudiant, poussé à bout par la précarité, fait trembler l’université
    https://www.bastamag.net/La-precarite-tue-immolation-Lyon-Crous-logement-etudiant-Solidaires-Franco

    Le 8 novembre, un étudiant a tenté de s’immoler par le feu devant un bâtiment du Crous de Lyon. Un geste qui vise à dénoncer la dégradation des conditions de vie des étudiants. En soutien, un mouvement prend forme autour du message « La précarité tue. » « C’est ici qu’un de nos camarades a tenté de se suicider en s’immolant par le feu. Il voulait dénoncer la précarité dont il était victime au même titre qu’un trop grand nombre d’étudiants et d’étudiantes. » Plusieurs centaines d’étudiants, professeurs, ou (...) #Résister

    / #Luttes_sociales, Quel avenir pour nos protections sociales ?, #Reportages, #Inégalités, #Revenus, #Education, A la (...)

    #Quel_avenir_pour_nos_protections_sociales_ ?

  • World inequality database

    The World Inequality Database (WID.world) aims to provide open and convenient access to the most extensive available database on the historical evolution of the world distribution of income and wealth, both within countries and between countries.

    HISTORY OF WID.world

    During the past fifteen years, the renewed interest for the long-run evolution of income and wealth inequality gave rise to a flourishing literature. In particular, a succession of studies has constructed top income share series for a large number of countries (see Thomas Piketty 2001, 2003, T. Piketty and Emmanuel Saez 2003, and the two multi-country volumes on top incomes edited by Anthony B. Atkinson and T. Piketty 2007, 2010; see also A. B. Atkinson et al. 2011 and Facundo Alvaredo et al. 2013 for surveys of this literature). These projects generated a large volume of data, intended as a research resource for further analysis, as well as a source to inform the public debate on income inequality. To a large extent, this literature follows the pioneering work of Simon Kuznets 1953, and A. B. Atkinson and Alan Harrison 1978, and extends it to many more countries and years.

    THE WORLD TOP INCOMES DATABASE (2011)

    The World Inequality Database was initially created as the The World Top Incomes Database (WTID) in January 2011 with the aim of providing convenient and free access to all the existing series. Thanks to the contribution of over a hundred researchers, the WTID expanded to include series on income inequality for more than thirty countries, spanning over most of the 20th and early 21st centuries, with over forty additional countries now under study.

    The key novelty has been to combine fiscal, survey and national accounts data in a systematic manner. This allowed us to compute longer and more reliable top income shares series than previous inequality databases (which generally rely on self-reported survey data, with large under-reporting problems at the top, and limited time span). These series had a large impact on the global inequality debate. In particular, by making it possible to compare over long periods of time and across countries the income shares captured by top income groups (e.g. the top 1%), they contributed to reveal new facts and refocus the discussion on rising inequality.

    In principle, all the top income share series respond to the same general methods: following the pioneering work of S. Kuznets (1953), they use income tax data, national accounts, and Pareto interpolation techniques to estimate the share of total income going to top income groups (typically the top decile and the top percentile). However, despite researchers’ best efforts, the units of observation, the income concepts, and also the Pareto interpolation techniques were never made fully homogeneous over time and across countries. Moreover, for the most part attention has been restricted to the top decile, rather than the entire distribution of income and wealth. These elements pointed to the need for a methodological re-examination and clarification.

    FROM THE WTID TO THE WID (2015)

    In December 2015, the WTID was subsumed into the WID, The World Wealth and Income Database. In addition to the WTID top income shares series, this first version of WID included an extended version of the historical database on the long-run evolution of aggregate wealth-income ratios and the changing structure of national wealth and national income first developed by T. Piketty and G. Zucman 2013, 2014 (see also T. Piketty, 2014, for an attempt to propose an interpretative historical synthesis on the basis of this new material and of the top income shares series). We changed the name of the database from WTID to WID in order to express the extension in scope and ambition of the database, as well as the new emphasis on both wealth and income.

    At the same time, over the last years the distribution of personal wealth has been receiving increasing attention after having been neglected for decades. The work on top income shares was recently extended to study the long run evolution of top wealth shares (see E. Saez and G. Zucman 2016, F. Alvaredo, A. Atkinson and S. Morelli 2017, and B. Garbinti, J. Goupille and T. Piketty 2016).

    FROM INCOME INEQUALITY TO WEALTH INEQUALITY

    One reason is the growing recognition that, in seeking explanations for rising income inequality, we need to look not only at wages and earned income but also at income from capital. Income from interest, from dividends, and from rents represents a minority of total personal income, but it is nonetheless significant, especially at the top of the distribution. The ratio of total personal wealth to total personal income has been rising. One consequence is that the role of inherited wealth – which declined for much of the twentieth century – has, in a number of countries, begun to acquire greater significance. In addition, there is extensive evidence – e.g. from billionaire rankings – suggesting that top global wealth holders have grown much faster than average and have therefore benefited from a substantial increase in their share.

    In order to produce reliable estimates of wealth inequality, it is becoming increasingly critical to combine different sources in a consistent manner, including income tax data (using the capitalization method) and inheritance tax data (using the mortality multiplier method), following the pioneering work of A. B. Atkinson and A. Harrison (1978). One also needs to introduce new sources such as global billionaire rankings, and to address novel issues such as cross-border assets and offshore wealth (G. Zucman, 2013, 2014). More generally, it is becoming more and more critical to measure the inequality of income and wealth from a global perspective, and not simply at the country level.

    THE WORLD INEQUALITY DATABASE (WID.WORLD) : A NEW WEBSITE, A NEW AMBITION (2017)

    In January 2017, with the objective of reaching yet a wider audience of researchers and general public, we released the first version of the more user-friendly website, WID.world, hosting the World Inequality Database.

    These changes come along with a new ambition. Thanks to the continuous cooperation of the WID.world Fellows, we pursue our efforts to expand the database into three major directions.

    First, we keep expanding the time coverage and the geographical coverage of the database, in particular to the countries of Asia, Africa and Latin America. We also keep updating the database with new observations, as official bodies release the necessary information each year. Additionally, we will progressively include inequality series at the sub-national level whenever possible (series of top income shares for each state in the United States are already available, as well as for urban and rural China).

    Next, we plan to provide more series on wealth-income ratios and the distribution of wealth, and not only on income. Third, we aim to offer series on the entire distribution of income and wealth, from the bottom to the top, and not only for top shares.

    The overall long-run objective is to be able to produce Distributional National Accounts (DINA), that is, to provide annual estimates of the distribution of income and wealth using concepts of income and wealth that are consistent with the macroeconomic national accounts. This also includes the production of synthetic income and wealth micro-files, which will also be made available online.

    A LONG-TERM, CUMULATIVE, COLLABORATIVE RESEARCH PROCESS

    We should stress at the onset that our methods and series are and will always be imperfect, and subject to revision. We attempt to combine the different data sources available (in particular fiscal data, survey data and national accounts) in a more systematic way than what was done to date, but more progress is yet to come. We provide a detailed and explicit description of our methodology and sources, so that other users can contribute to their improvement. Our series and methods should be viewed from the perspective of a long-term, cumulative, collaborative research process.

    In this spirit, we also provide a new set of research tools for scholars, journalists, or any interested user in the production of their own inequality datasets. Our programs allow for the estimation of income and wealth distributions based on raw tabulated data, such as those provided by statisical agencies and tax administrations. They can also be used to combine distributions from different countries and produce representative synthetic files. The programs are based on generalized, non-parametric Pareto interpolation techniques. They can be run directly from our website with no prior technical knowledge. Users can also download and install our open-access R-language codes on their computers.


    https://wid.world
    #inégalités #données #base_de_données #statistiques #chiffres #monde #cartographie #visualisation
    signalé par @mobileborders

    #rapport 2018 :
    https://wir2018.wid.world/files/download/wir2018-full-report-english.pdf
    ping @simplicissimus @reka @fil

  • La jet-set des escrologistes, par Nicolas Casaux
    https://www.facebook.com/nicolas.casaux/posts/10156947033822523

    Dans le monde anglophone (et parfois aussi dans le monde francophone, pour certains, dont le travail est traduit en français) : George Monbiot, Naomi Klein, Bill McKibben. Dans le monde francophone : Nicolas Hulot, Cyril Dion, Aurélien Barrau, Yann Arthus-Bertrand, Isabelle Delannoy, Maxime De Rostolan. Il y en a d’autres.

    Habitués des #médias de masse, ils tiennent des #discours qui, malgré quelques différences ou nuances, forment une même et unique perspective, correspondant à la définition grand public de l’écologisme.

    Ladite perspective s’appuie sur une évaluation très partielle de la situation. Sur le plan écologique, elle tend à réduire les nombreux aspects de la #catastrophe en cours à un problème de taux de #carbone dans l’atmosphère (réchauffement climatique), et de « ressources naturelles » que la civilisation (industrielle) doit — condition sine qua non de sa perpétuation, leur ambition principale — s’efforcer de mieux gérer. Que les autres êtres vivants, les autres espèces et les communautés biotiques qu’elles forment possèdent une valeur intrinsèque, ne se réduisent pas à de simples « ressources », est rarement évoqué.

    Sur le plan social, lorsqu’ils soulignent des problèmes, nos #escrologistes pointent du doigt les #inégalités économiques ou le chômage. Certains vont jusqu’à dire du mal du capitalisme, mais ne critiquent en réalité que certains excès du système économique dominant. D’autres fois, ils dénoncent, plus honnêtement, quelque « #capitalisme dérégulé » ou « débridé » (Naomi Klein dans "Tout peut changer"). Mais ils ne parlent que très rarement, voire pas du tout, des injustices fondamentales que constituent la #propriété privée, la division hiérarchique du travail, le #travail en tant que concept capitaliste, des rapports de #domination qu’implique une organisation technique de la #société — la bureaucratie, l’État. Ils n’expliquent jamais, ou très rarement et très timidement, sans rien en tirer, qu’à l’instar de l’État en tant que forme d’organisation sociale, les régimes électoraux modernes n’ont rien de démocratique, qu’ils relèvent plutôt de l’#aristocratie élective, et que leur fonctionnement est clairement verrouillé, garanti et gardé par divers mécanismes coercitifs, y compris par la #violence physique.

    Ils se contentent d’en appeler à une sorte de nouvelle révolution verte, au moyen d’un new deal vert (Green New Deal) qu’agenceraient les gouvernants. Car aux yeux de nos escrologistes, il s’agit toujours de compter, pour sauver la situation — pardon, la #civilisation, mais aussi la planète, prétendument, puisqu’il est possible et souhaitable, d’après eux, de tout avoir — sur les dirigeants étatiques ou d’entreprise. New deal vert censé permettre de créer des tas d’emplois verts, au sein d’entreprises vertes, dirigées par des patrons verts — une exploitation verte, une #servitude verte —, de donner forme à une civilisation industrielle verte dotée de commodités technologiques vertes, smartphones verts, voitures vertes, etc., alimentés par des énergies vertes, et ainsi de suite (on parle désormais, de plus en plus, d’énergies "non-carbonées" plutôt que d’énergies "vertes", ce qui permet, à l’aide d’un autre #mensonge, de faire rentrer le #nucléaire dans le lot ; partout, vous pouvez remplacer "vert" par "non-carboné" ou "zéro carbone", ou "carboneutre", l’absurdité est la même).

    Au bout du compte, leur #réformisme à la noix vise uniquement à repeindre en vert le désastre en cours : repeindre en vert les oppressions, les dominations, les injustices. À faire croire qu’il est possible de rendre verte, durable, la civilisation technologique moderne — une rassurance dont on comprend aisément pourquoi elle est la bienvenue dans les médias de masse, pourquoi elle plait à tous ceux dont c’est la principale ambition. Un mensonge grossier : rien de ce qu’ils qualifient de vert ne l’est réellement. Une promesse creuse et, au point où nous en sommes rendus, criminelle. Affirmer, en 2019, comme le fait Aurélien Barrau dans son livre de promotion de l’écologie, pardon, de l’#escrologie, que ce qu’il faut, c’est "que nous nous engagions solennellement à ne plus élire quiconque ne mettrait pas en œuvre des mesures fermes" (pour tout repeindre en vert), "que les citoyens n’envisagent même plus de choisir pour représentant quiconque ne s’engagerait pas" (à tout repeindre en vert), zut alors.

    On peut croire à tout ça. C’est très con, mais on peut y croire. Surtout lorsqu’on fait partie des puissants, de ceux qui tirent leur épingle du désastre actuel — mais pas seulement, puisque, conditionnement aidant (c’est à ça que servent nos escrologistes) c’est même la religion dominante.

    Mais comment font certains pour continuer à dire que nous voulons tous la même chose, que nous devrions cesser de critiquer ces #éco-charlatans parce que nous voulons comme eux au bout du compte, que nous sommes tous pareils, etc. ?!

    #greenwashing

    • C’est intéressant mais à mettre dans le même sac des écologistes plus soft et des imbéciles heureux ou des suppôts du capitalisme, est-ce qu’on ne fait pas le truc classique de la gauche radicale : se couper des membres et jouer au jeu du plus radical qui se retrouvera tout seul ?

    • @antonin1 : « se couper des membres et jouer au jeu du plus radical qui se retrouvera tout seul »

      Ces gens-là ne sont pas des amis avec qui je fait des trucs, et sans eux, je ne me sens pas seul. Je crois qu’il faut aussi cesser de s’identifier avec les vedettes médiatiques et reconquérir une peu d’autonomie politique...

    • Je pensais surtout à Naomi Klein, pas trop à YAB, Barrau et Hulot, @tranbert. Klein, ses bouquins ont aidé plein de monde à faire le lien entre capitalisme et désastre écologique. D’où mon impression de "plus radical que moi tu meurs" alors que je pense aussi qu’il faut se garder des faux amies et être capable de redire ce en quoi on croit, une écologie juste et radicale.

      http://blog.ecologie-politique.eu/post/Leur-ecologie-et-la-notre

      BALLAST | Naomi Klein : « Le changement climatique génère des conflits »
      https://www.revue-ballast.fr/naomi-klein

      Tandis que les diri­geants du monde se réunissent pour « remé­dier » au pro­blème du chan­ge­ment cli­ma­tique à la Conférence de Paris, dite COP21, nous retrou­vons l’es­sayiste cana­dienne Naomi Klein, auteure des ouvrages phares No Logo et La Stratégie du choc, dans les bureaux de l’un de ses édi­teurs. La presse géné­ra­liste patiente à l’ex­té­rieur. Les élites, nous explique-t-elle, parlent, oui, mais ne font que ça, et tout est entre­pris pour que le grand public n’en­tende rien, ou si peu, à ces vastes enjeux — pour­tant cru­ciaux, et pas seule­ment d’un point de vue éco­lo­gique : et Klein de déplo­rer le mutisme des for­ma­tions sup­po­sé­ment cri­tiques et éman­ci­pa­trices en la matière.

    • @antonin1 : "être capable de redire ce en quoi on croit, une écologie juste et radicale."

      Je ne crois pas que le #Green_New_Deal que soutient #Naomi_Klein entre dans ces catégories...

      Naomi Klein : « Les gens veulent qu’on leur montre un futur où le monde ne s’effondre pas »

      https://www.liberation.fr/debats/2019/11/03/naomi-klein-les-gens-veulent-qu-on-leur-montre-un-futur-ou-le-monde-ne-s-

      Ou alors, j’ai pas tout très bien compris.

    • Je comprends tout à fait la réserve quant à Klein et à son soutien au Green New Deal.
      Par contre, je ne comprends pas qu’elle puisse être placée au même niveau que les autres cités. L’épaisseur de la pensée de Klein est tout de même d’un tout autre niveau que ces autres personnes, individus mis sur le devant de la scène on ne sait comment ni vraiment pourquoi, mais en tout cas pas par la densité de leur contribution intellectuelle, et qui fait que l’on comprend tout à fait qu’ils puissent être désignés à la vindicte à la façon du premier éditocrate venu.

    • Ce que je souhaite signifier : Qu’elle décide de rallier telle ou telle initiative pour laquelle nous considérons qu’elle est une ennemie, c’est une chose. Qu’elle soit considérée comme une escroc intellectuelle en est une autre. Ses raisonnements et ses contributions ne méritent pas d’être mises à la poubelle, comme on se doit de le faire pour le premier escroc venu. L’affrontement n’exclut pas le respect pour les apports intellectuels réels de ses contributions.

    • Je ne sais pas d’où vient le revirement de Klein, qui est d’habitude très critique des manœuvres des gouvernements et des entreprises. Peut-être qu’on a tou·tes en soi quelque chose de soc-dem, une envie de réformes parce qu’on a peur que ce soit pire sans ?

      Barrau est un vrai escroc, en revanche, car son autorité scientifique mise au service d’un raisonnement indigent est gerbante. C’est pour ça qu’à mon avis il est plus coupable que les autres, il se présente comme un penseur (pas comme les autres qui se présentent comme un pilote d’hélico ou gentil colibri) et c’est une pure escroquerie.

      Descola, d’abord signataire de son micro-texte merdique qui dit que c’est la faute de l’être humain, a ensuite exprimé des choses plus complexes sur quel est l’être humain qui exploite comme ça l’autre et son milieu ? Et c’est bien les classes dominantes d’une civilisation occidentale (rejointe par les autres classes dominantes) qui nous fait cette merde, pas « l’être humain » aliéné, plus ou moins exploité et plus ou moins gratifié par le capitalisme industriel.

  • Dans les maisons pour personnes handicapées : pénurie de moyens et personnels à bout
    https://www.bastamag.net/Handicap-AAH-allocation-soutien-scolaire-MDPH-dossiers-en-attente-manque-d

    Dans les maisons départementales des personnes handicapées (MDPH), les demandes arrivent toujours plus nombreuses, tandis que les moyens ne suivent pas. Une situation explosive pour les personnels comme pour les usagers. Deuxième volet de notre série sur les #Services_publics de soutien au handicap. 6000. C’est le nombre de dossiers en retard empilés sur les bureaux de la Maison départementale des personnes handicapées (MDPH) du Vaucluse, avant l’été. Toutes ces dossiers sont pourtant (...) #Résister

    / #Luttes_sociales, Quel avenir pour nos #Protections_sociales ?, #Inégalités, Services publics, Protections sociales, A la (...)

    #Quel_avenir_pour_nos_protections_sociales_ ?

  • Pas de passeport suisse honorifique pour le fondateur du WEF K.Schwab ats/lan - 12 Novembre 2019 - RTS
    https://www.rts.ch/info/suisse/10860168-pas-de-passeport-suisse-honorifique-pour-le-fondateur-du-wef-k-schwab.h

    Il n’est pas possible de décerner la citoyenneté helvétique à titre honorifique au fondateur et président du Forum économique mondial (WEF), l’Allemand Klaus Schwab, comme l’avait proposé le conseiller fédéral Ueli Maurer. La base légale fait défaut.

    Le président de la Confédération en exercice suggérait que le patron du WEF obtienne la nationalité suisse via le canton des Grisons, où se tient le Forum de Davos. Or la Confédération a informé le canton qu’elle ne donnerait pas son autorisation à une naturalisation honorifique « avec effet sur le passeport », a indiqué mardi le Département grison de la justice, confirmant une information de la Südostschweiz.

    Domicilié à Genève
    Klaus Schwab et sa femme sont certes citoyens d’honneur de la commune de Davos depuis 20 ans. Ils ont aussi reçu un bout de terrain symbolique d’un mètre carré, près de l’église où ils se sont mariés. Mais ils résident dans le canton de Genève. Par ailleurs, Klaus Schwab n’a pas entrepris de démarche pour devenir Suisse.

    Pour ce faire, il devrait déposer une demande auprès de sa commune ou de son canton de domicile. La procédure est régie par le droit cantonal, mais le Secrétariat d’Etat aux migrations (SEM) doit donner son accord.

    Ueli Maurer avait fait part en août dernier de son intention au Conseil fédéral, avait rapporté la SonntagsZeitung. L’idée était de concrétiser ce projet lors du 50e Forum de Davos en janvier prochain. Cette proposition avait été mal accueillie, y compris dans les rangs du parti du conseiller fédéral.

    #davos #inégalités #économie #wef #multinationales #crise #riches #capitalisme #politique #finance #Klaus_Schwab

  • Apple Card is being investigated over claims it gives women lower credit limits - MIT Technology Review
    https://www.technologyreview.com/f/614701/apple-card-is-being-investigated-over-claims-it-gives-women-lower-

    The algorithm that determines the credit limit for users of Apple’s new credit card, which launched in the US in August, is facing an investigation after it appears to give men higher limits than women.

    The news: On November 7, web entrepreneur David Heinemeier Hansson posted a now-viral tweet that the Apple Card had given him 20 times the credit limit of his wife. This was despite the fact they filed joint tax returns and, upon investigation, his wife had a better credit score than he did. Apple co-founder Steve Wozniak replied to the tweet and said that he, too, had been granted 10 times the credit limit of his wife, even though they have no separate assets or bank accounts.

    Upshot: Now New York’s Department of Financial Services is launching an investigation into Goldman Sachs, which manages the card. Its superintendent, Linda Lacewell, said in a blog post that the watchdog would “examine whether the algorithm used to make these credit limit decisions violates state laws that prohibit discrimination on the basis of sex.” The regulator has already recently opened an investigation into reports that an algorithm resulted in black patients receiving less comprehensive care than white patients.

    Wider problem: Goldman Sachs posted a statement on Twitter at the weekend where it said that gender is not taken into account when determining creditworthiness. But the unexplainable disparity in the card’s credit limits is yet another example of how algorithmic bias can be unintentionally created. Algorithms of the sort used to assess creditworthiness are trained on years of historical data and bias can slip into the process in a number of different ways during the process.

    #Algorithme #Crédit_bancaire #Inégalités #Sexisme #Apple_Card

  • Sous les immeubles effondrés de la rue d’Aubagne, les décombres de l’État de droit
    https://www.bastamag.net/Marseille-rue-d-Aubagne-effondrement-logement-habitat-indignes-Gaudin-mal-

    Un an après l’effondrement de la rue d’Aubagne, qui a fait huit morts, les arrêtés de péril et les délogements continuent de pleuvoir, tandis que les personnes évacuées naviguent entre hébergements en hôtels, démarches kafkaïennes et difficultés matérielles, face à l’inertie et au mépris de la mairie de Marseille. « Ni oubli, ni pardon ! Ni oubli, ni pardon ! » Pendant de longues minutes, le message est scandé par une foule de plusieurs centaines de personnes. L’action se passe au milieu de la rue d’Aubagne, (...) #Résister

    / #Luttes_sociales, #Reportages, #Classes_populaires, #Inégalités, #Justice, #Logement, A la une, Garantir l’accès au (...)

    #Garantir_l'accès_au_logement

  • No Go World. How Fear Is Redrawing Our Maps and Infecting Our Politics

    War-torn deserts, jihadist killings, trucks weighted down with contraband and migrants—from the Afghan-Pakistan borderlands to the Sahara, images of danger depict a new world disorder on the global margins. With vivid detail, #Ruben_Andersson traverses this terrain to provide a startling new understanding of what is happening in remote “danger zones.” Instead of buying into apocalyptic visions, Andersson takes aim at how Western states and international organizations conduct military, aid, and border interventions in a dangerously myopic fashion, further disconnecting the world’s rich and poor. Using drones, proxy forces, border reinforcement, and outsourced aid, risk-obsessed powers are helping to remap the world into zones of insecurity and danger. The result is a vision of chaos crashing into fortified borders, with national and global politics riven by fear. Andersson contends that we must reconnect and snap out of this dangerous spiral, which affects us whether we live in Texas or Timbuktu. Only by developing a new cartography of hope can we move beyond the political geography of fear that haunts us.

    https://www.ucpress.edu/book/9780520294608/no-go-world
    #livre #peur #géographie_politique #marges #désordre #inégalités #pauvres #riches #pauvreté #richesse #drones #fermeture_des_frontières #insécurité #danger #chaos #militarisation_des_frontières #espoir
    ping @cede @karine4 @isskein

  • Chili : la communauté universitaire crée un réseau d’urgence pour signaler les violations des droits humains
    https://www.bastamag.net/Chili-couvre-feu-Pinera-armee-droits-humains-universites-etudiants

    Des universitaires francophones et chiliens lancent un appel à soutenir les enseignants, étudiants et personnels des universités qui se mobilisent au Chili, face au déploiement de l’armée dans les rues. Un appel déjà signé par plus de 400 personnes. Depuis le 18 octobre 2019, le Chili connait un soulèvement populaire dans tout le pays. C’est une mesure d’augmentation du prix des tickets de métro qui a catalysé une immense colère. Celle-ci s’est ensuite dirigée contre un modèle économique. Mondialement (...) #Débattre

    / Indignés de tous les pays..., #Amériques, #Inégalités, #Fractures_sociales

    #Indignés_de_tous_les_pays...

  • Ouverture de l’assurance-chômage aux démissionnaires : une arnaque ?
    https://www.bastamag.net/Pole-emploi-reforme-assurance-chomage-indemnites-salaries-demissionnaires-

    Ouvrir les droits à l’assurance-chômage aux démissionnaires ou aux indépendants figure parmi les promesses du candidat Macron. C’est chose faite, assure le gouvernement. Mais selon les agents du pôle emploi, les conditions d’attribution sont si drastiques que la plupart des intéressés ne pourront en bénéficier. « Bonjour, je viens de démissionner. J’ai entendu dire que je pouvais avoir des droits. » Cette phrase, nombreux sont les agents du Pôle emploi à l’avoir entendue ces derniers mois, tant la (...) #Décrypter

    / Emploi , #Inégalités, #Protections_sociales, A la une

    #Emploi_

  • Aides aux auteurs, de quoi payer la blague (à tabac) pendant un mois :(
    J’ai reçu ça :

    Mesure de soutien au pouvoir d’achat des artistes auteurs : vous êtes #éligible

    Une aide financière visant à soutenir le #pouvoir_d'achat des artistes auteurs a été mise en place par le Gouvernement. Nous vous informons que vous y êtes éligible.
    Le montant de l’aide dont vous êtes bénéficiaire s’élève à 63,08 €.

    Le versement du montant dont vous êtes bénéficiaire interviendra courant décembre

    Revenus de 8 750 euros pour 2018, 2122 euros de cotisations sociales, sans vacances ni chômage, et je vais percevoir 63€ d’aides du gouvernement pour Noël 2019 ? c’est même pas le prix du PQ ou pire, des frais administratifs de cette campagne médiatique de « #soutien_aux_auteurs » et à la « #création_française ».

    #honte #mépris #belle_jambe #mesure_de_rien #charité #élection_piège_à_con #Agessa

  • « La plus grande manifestation du Chili » | Le Club de Mediapart
    https://blogs.mediapart.fr/marugil/blog/261019/la-plus-grande-manifestation-du-chili

    « Bientôt s’ouvriront les grandes avenues par lesquelles passeront les hommes libres pour construire une société meilleure. » 46 ans après que Salvador Allende eut prononcé ces mots lors de son dernier discours, plus d’un million de Chiliens étaient hier dans « les grandes avenues » de Santiago.

    #Santiago #Chili #inégalités #économie

  • « Je n’ai jamais vu ça, un durcissement aussi violent » : des agents de Pôle emploi « horrifiés » par la réforme
    https://www.bastamag.net/reforme-assurance-chomage-pole-emploi-indemnisation-droits-rechargeables-C

    La réforme de l’Assurance-chômage entre en vigueur ce 1er novembre. 1,3 millions de demandeurs d’emploi, dont les plus précaires, verront leurs indemnités baisser dans l’année qui vient. Basta ! a rencontré des agents de Pôle #Emploi_qui décryptent le nouveau système et ses conséquences. C’est une véritable machine à fabriquer de la pauvreté qui va se mettre en branle à partir du 1er novembre. Même les agents du Pôle emploi en prennent le vertige. « Je n’ai jamais vu ça, un tel durcissement, aussi violent, (...) #Décrypter

    / Emploi , #Classes_populaires, #Protections_sociales, #Inégalités, A la une

  • L’#algorithme qui minimise l’état de #santé des #Noirs américains - #Sciences et Avenir
    https://www.sciencesetavenir.fr/sante/l-algorithme-qui-minimise-l-etat-de-sante-des-noirs-americains_1385

    L’algorithme ne prenait pas en compte la « #race », comme disent les Américains, la couleur de la peau.

    Le problème réel du programme est qu’il sous-estimait l’état de santé des patients noirs parce qu’il se fondait uniquement sur les coûts des soins générés dans le passé par les patients.

    Or, « les patients noirs, en moyenne, génèrent moins de coûts que les patients blancs qui ont le même niveau de santé », dit Ziad Obermeyer. C’est le fruit d’#inégalités profondément ancrées qui font que les Noirs vont moins souvent chez le médecin, et que lorsqu’il s’y rendent, les médecins ordonnent moins d’analyses ou de soins.

    « On a cette #illusion qu’on travaille avec des variables biologiques qui décrivent la physiologie de façon objective », poursuit-il. En réalité, toutes les données de l’algorithme se fondent sur les transactions financières entre l’#hôpital et les #assurances.

    #biais #fake #faux #grossier

  • * « Avec 20 000 euros par mois, j’y arrive à peine » : la vie compliquée de Katy, multimillionnaire
    https://www.franceculture.fr/emissions/les-pieds-sur-terre/meme-avec-20-000-euros-par-mois-je-ne-ny-arrive-pas-la-vie-compliquee-

    Issue d’une grande famille d’industriels flamands, Katy passe son temps entre la Suisse, la Belgique et la France. A 60 ans, elle vient de prendre sa retraite et consacre son temps à la gestion de son patrimoine, objet de toutes les convoitises.

    https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/18722-18.10.2019-ITEMA_22179506-2.mp3

    Aujourd’hui, nous suivons Katy dans son emploi du temps de jeune retraitée multimillionnaire ! 
    Avant j’étais riche, maintenant je ne suis plus qu’aisée ! milliardaire, c’était mon rêve ! J’étais une capitaliste communiste ; j’avais des plans sur 5 ans !

    Elle débute comme avocate à New-York en 1977, puis à 24 ans est propulsée à la tête d’une entreprise familiale de 600 personnes. A l’occasion de la crise de 2009, elle perd une partie de ses revenus, qu’elle estimait à un million d’euros par an. 
    . . . . . . .

     #femmes #argent  #riches #richesse #Art #Famille #économie #capitalisme #finance #inégalités #crise #inégalités #millionaires #millionaire @Les_Pieds_sur_Terre

  • #Crises sociales, crises démocratiques, crise du #néolibéralisme
    21 OCTOBRE 2019
    PAR #ROMARIC #GODIN

    Les tensions sociales dans le monde ont un point commun : le rejet des #inégalités et de la perte de contrôle démocratique. Le moteur de la #contestation pourrait bien être la perte de pertinence face aux défis actuels du néolibéralisme, qui aggrave sa propre #crise et ouvre la porte à l’affrontement.

    Les militaires dans les rues de Santiago du #Chili, la place Urquinaona de #Barcelone en flammes, des barricades qui hérissent les rues de #Beyrouth… Pendant que la France politique et médiatique se passionne pour un voile, le monde semble s’embraser. Car ces scènes d’#émeutes violentes qui ont marqué les derniers jours ne sont pas isolées. Elles viennent après des scènes similaires en #Équateur, en #Haïti (où le soulèvement populaire se poursuit), en #Irak, en #Égypte, en #Indonésie, à #Hong_Kong, en #Colombie… Sans compter les mouvements moins récents au Zimbabwe, au Nicaragua, en Roumanie et en Serbie durant l’hiver dernier ou, bien sûr, le mouvement des #gilets_jaunes en France.

    Évidemment, il est possible de ne voir dans tous ces événements que des mouvements locaux répondant à des cas précis : la pauvreté endémique en Haïti, la persistance du militarisme de la droite chilienne, la dollarisation partielle ou totale des économies équatorienne et libanaise, le refus de l’#Espagne de reconnaître l’existence d’une « question catalane » ou encore l’aspiration démocratique de Hong Kong. Toutes ces explications sont justes. Mais sont-elles suffisantes ? Les mouvements sociaux ou démocratiques locaux ont toujours existé, mais qu’on le veuille ou non, la particularité du moment est bien qu’ils surgissent au même moment. Immanquablement, cet aspect contemporain des #révoltes sur les cinq continents amène à penser qu’il existe bien un lien entre elles.

    Le néolibéralisme veut vivre et aggrave sa propre crise

    Ce lien pourrait bien se trouver dans la grande crise dans laquelle le monde est entré en 2007-2008. Au-delà de ce qu’en retiennent la plupart des observateurs, le « grand krach » qui a suivi la faillite de Lehman Brothers le 15 septembre 2008, cette crise est bien plus profonde et elle s’est poursuivie jusqu’à nos jours. Car ce n’est pas une simple crise financière ou économique, c’est la crise d’un mode de gestion du capitalisme, le néolibéralisme, qui se fonde sur la mise au service du capital de l’État, la financiarisation de l’économie et la marchandisation de la société.

    Comme celle des années 1930 ou 1970, la crise actuelle remet en cause profondément le fonctionnement contemporain du capitalisme. Ces crises sont souvent longues et accompagnées de périodes de troubles. Comme l’a montré l’historien Adam Tooze dans Le Déluge (Les Belles Lettres, 2015), la crise de 1929 n’est pas le début d’une perturbation du capitalisme, laquelle a commencé pendant la Première Guerre mondiale et n’a réellement trouvé son issue qu’après cette Grande Guerre. Quant au néolibéralisme, il ne s’est imposé que dans les années 1990, vingt ans après le début de la crise de l’ancien paradigme.

    Aujourd’hui encore, la crise est longue et s’approfondit à mesure que le néolibéralisme se débat pour ne pas mourir. Or en voulant survivre, il pousse le monde dans l’abîme. Car, certes, le néolibéralisme a survécu au choc de 2008 et il a même pu revenir après 2010 pour proposer comme solutions au monde l’austérité budgétaire et les « réformes structurelles » visant à détruire les protections des travailleurs et des plus fragiles. Mais en cherchant à rester dominant, le néolibéralisme a encore approfondi sa propre crise.

    Le premier salut de ce système économique mondial a été en effet une fuite en avant dans la croissance menée principalement par un régime chinois soucieux de continuer à alimenter la demande occidentale, dont vit son système économique. Et cette fuite en avant s’est traduite par une surproduction industrielle inouïe qui n’est pas pour rien dans la dégradation brutale de la situation climatique actuelle. Quelques chiffres le prouveront aisément. La Chine produit en deux ans plus d’acier que le Royaume-Uni, qui fut longtemps le premier producteur mondial, en 150 ans et plus de ciment que les États-Unis au cours de tout le XXe siècle. Cette stratégie a échoué. Elle a conduit à un ajustement de l’économie chinoise qui a frappé directement ses fournisseurs émergents, du Brésil à l’Argentine en passant par l’Équateur et le Venezuela. Tous ont vu disparaître la manne des matières premières et ont dû ajuster leurs politiques.

    L’autre moteur de la sauvegarde du néolibéralisme a été la politique monétaire conçue comme un moyen d’éviter toute relance budgétaire dans les pays occidentaux, mais qui, en réalité, n’est parvenue à sauver que le secteur financier et les grands groupes multinationaux. Ce plan de sauvetage du néolibéralisme a profondément échoué. La croissance mondiale n’a pas redécollé et la productivité est au plus bas malgré la « révolution technologique ». Le secteur privé investit trop peu et souvent mal. Depuis quelques mois, l’économie mondiale est entrée dans une phase de nouveau ralentissement.

    Dans ces conditions, l’application continuelle des réformes néolibérales pour sauvegarder les marges des entreprises et les revenus des plus riches a eu également un effet aggravant. On l’a vu : les profits sont mal ou peu investis, la productivité ne cesse de ralentir et la richesse à partager est donc moins abondante. Mais puisque, pour réagir à ce ralentissement, on donne encore la priorité aux riches et aux entreprises, donc à ceux qui investissent mal ou peu, alors les inégalités se creusent encore plus. Dans cette logique, dès qu’un ajustement doit avoir lieu, on réclame aux plus modestes une part d’effort plus importante : par une taxe proportionnelle comme celle sur les appels Whatsapp au Liban, par la fin des subventions pour les carburants en Équateur ou en Haïti ou encore par la hausse du prix des transports publics au Chili. Toutes ces mesures touchent de plein fouet les besoins des populations pour travailler et générer des revenus.

    Quand bien même le différentiel de croissance rapprocherait les économies émergentes de celles de pays dits plus avancés et ainsi réduirait les inégalités au niveau mondial, dans tous les pays, les inégalités nationales se creusent plus que jamais. C’était le constat que faisait l’économiste Branko Milanović dans Inégalités Mondiales (2016, traduit par La Découverte en 2018) qui y voyait un retour de la question des classes sociales. C’est donc bien à un retour de la lutte de classes que l’on assiste au niveau mondial.

    Longtemps, on a pensé que la critique du néolibéralisme était un « privilège de riches », réservée aux pays les plus avancés qui ne connaissaient pas les bienfaits de ce système. D’une certaine façon, la hausse des inégalités était le prix à payer pour le développement. Et il fallait l’accepter au nom de ces populations que l’on sortait de la misère. Mais ce discours ne peut plus fonctionner désormais et c’est la nouveauté de la situation actuelle. La contestation atteint les pays émergents. Le coup d’envoi avait été donné dès 2013 au Brésil, juste après le retournement du marché des matières premières, avec un mouvement social inédit contre les mesures de Dilma Rousseff prévoyant une hausse du prix des transports publics. Désormais, la vague s’intensifie et touche des pays qui, comme le Chili, ont longtemps été présentés par les institutions internationales comme des exemples de réussite et de stabilité.

    Dans ces pays émergents, le ressort du néolibéralisme s’est aussi brisé. Son besoin de croissance et de concurrence le mène dans l’impasse : alors que la croissance est moins forte, la réalité des inégalités apparaît tandis que les hausses passées du niveau de vie font perdre de la compétitivité dans un contexte de ralentissement du commerce mondial. Le mirage d’un rattrapage des niveaux de vie avec les pays les plus avancés, la grande promesse néolibérale, disparaît avec les mesures déjà citées. Aucune solution n’est proposée à ces populations autre qu’une nouvelle paupérisation.

    Le retour de la question sociale

    Mais le néolibéralisme n’en a que faire. Enfermé dans sa logique de croissance extractiviste et comptable, il s’accroche à ses fantômes : la « théorie du ruissellement », la courbe de Laffer ou encore le « théorème de Coase » voulant que les questions de justice distributive doivent être séparées de la réalité économique. Il le fait grâce à un autre de ses traits saillants : « l’encadrement » de la démocratie. « L’économique » ne saurait relever du choix démocratique, il doit donc être préservé des « affects » de la foule ou, pour reprendre le mot devenu célèbre d’Emmanuel Macron, de ses « passions tristes ». Mais cet enfermement est de moins en moins possible alors que les inégalités se creusent et que la crise climatique s’exacerbe. Après cinq décennies de démocratie encadrée, les populations réclament que l’on prenne en compte leurs urgences et non plus celles des « marchés » ou des « investisseurs ».

    La crise actuelle du néolibéralisme a donc trois faces : une crise écologique, une crise sociale et une crise démocratique. Le système économique actuel est incapable de répondre à ce qui devient trois exigences profondes. Face à l’urgence écologique, il propose de répondre par les marchés et la répression fiscale de la consommation des plus faibles. Face à l’urgence sociale et démocratique, la réponse est l’indifférence. Car en réalité, répondre à ces demandes supposerait un changement profond de paradigme économique.

    Investir pour le climat supposerait ainsi de réorienter entièrement les investissements et de ne plus fonder l’économie uniquement sur une croissance tirée par les bulles immobilières et financières. Cela supposerait donc une remise à plat complète du système de création monétaire, ce qui est en germe dans le Green New Deal proposé aux États-Unis et qui effraie tant les économistes néolibéraux. Car, dès lors, la transition climatique ne se fera plus contre les classes sociales fragilisées mais avec elles. En assurant une redistribution massive des ressources au détriment des plus riches, on donnera ainsi aux classes les plus modestes les moyens de vivre mieux sans détruire la planète. Enfin, une association plus étroite des populations aux décisions permettrait de contrôler que ces dernières ne se font pas pour l’avantage des plus riches et du capital, mais bien de l’intérêt commun. Or, c’est précisément ce que le néolibéralisme a toujours rejeté : cette capacité de la démocratie à « changer la donne » économique. Précisément ce dont le monde a besoin aujourd’hui.

    Autrement dit : ces trois urgences et ces trois exigences sont profondément liées. Reposer la question sociale, c’est nécessairement aujourd’hui poser une question démocratique et écologique. Mais comme ce changement est profondément rejeté par le néolibéralisme et les États qui sont acquis à sa logique, il ne reste alors que la rue pour exprimer son besoin. C’est ce qui est sur le point de se cristalliser aujourd’hui. Selon les régions, les priorités peuvent être différentes, mais c’est bien un même système qui est remis en cause, ce néolibéralisme global. Au reste, tous les mouvements connaissent une évolution où la question démocratique et sociale se retrouve, parfois avec des préoccupations écologiques conscientes. Partout, donc, la contestation est profonde et touche au système économique, social et politique.

    Dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux samedi 19 octobre, on voit des policiers espagnols frappant les manifestants indépendantistes catalans dans les rues de Barcelone. Sur le mur, un graffiti en catalan se détache : « aço és llutta de classe », « ceci est une lutte de classe ». Derrière la question nationale catalane s’est toujours placée la revendication d’une société plus juste et redistributive. Lorsque frappe la répression, cette réalité reprend le dessus. La volonté de reprendre le contrôle démocratique en Catalogne traduit aussi des priorités sociales et écologiques (un des condamnés par la justice espagnol, Raül Romeva, a été un élu écologiste avant de rejoindre le mouvement indépendantiste).

    En France, le mouvement des gilets jaunes ne s’est pas arrêté à une simple « jacquerie fiscale » et la fin de la hausse de la taxe carbone n’a pas mis fin au mouvement. Ce dernier a remis en cause la pratique démocratique du pays et la politique anti-redistributive du gouvernement et le mouvement a même rejoint les mouvements écologistes, comme l’a montré l’occupation d’Italie 2 début octobre. Les angoisses de « fin du mois » et de « fin du monde » commencent à converger. En Équateur, la situation est assez comparable : la lutte contre la fin des subventions à l’essence a permis de mettre en avant l’ampleur des inégalités touchant les populations autochtones, lesquelles sont depuis des années en révolte contre la logique extractiviste de gouvernements à la recherche de dollars.

    Au Liban, où sept personnes détiennent l’équivalent d’un quart du PIB, le rejet du plan de « réformes » prévoyant taxes pour les plus pauvres et privatisations s’est aussi accompagné d’un rejet du gouvernement qui, pourtant, regroupe l’essentiel des partis du pays. Ce lien entre mouvement social et démocratisation est également évident au Chili. À Hong Kong, la contestation démocratique contre un régime chinois qui cherche à tout prix à cacher la crise de son modèle économique a pris un tournant social évident.

    Cette crise n’est qu’un début. Rien ne permet d’espérer que cette crise néolibérale se règle rapidement, bien au contraire. Aux pressions sociales vont s’ajouter les catastrophes climatiques à répétition, comme celles qu’ont connues les Caraïbes depuis quelques années, qui ne feront que dégrader les conditions sociales. Surtout, les États semblent incapables de trouver d’autres solutions que celles issues du bréviaire néolibéral. Certes, en Équateur ou au Liban, les manifestants ont obtenu satisfaction avec le retrait des projets contestés. Au Liban, une mesure redistributive, une taxe sur les bénéfices bancaires a même été accordée. Mais ces victoires sont fragiles et, comme on l’a vu, elles n’épuisent ni les problèmes sous-jacents, ni les revendications démocratiques.

    Confronté à ce conflit permanent et à la contestation de son efficacité, le néolibéralisme pourrait alors se durcir et se réfugier derrière la « violence légitime » de l’État pour survivre. Comme Emmanuel Macron en France qui justifie toutes les violences policières, Pedro Sánchez en Espagne, qui n’a visité que des policiers blessés à Barcelone ce 21 octobre ou Sebastián Piñera, le président chilien invité du G7 de Biarritz en septembre, qui a fait ses annonces sous le regard de militaires comme jadis Augusto Pinochet… Ce dernier a ouvertement déclaré : « Nous sommes en guerre », à propos des manifestants. La guerre sociale devient donc mondiale et elle implique le néolibéralisme et ses défenseurs contre ses opposants.

    Devant la violence de cette guerre et l’incapacité des gouvernants à dépasser le néolibéralisme, on assisterait alors à une convergence du néolibéralisme, autrement dit de la défense étatique des intérêts du capital, avec les mouvements néofascistes et nationalistes, comme cela est le cas depuis longtemps déjà dans les anciens pays de l’Est ou, plus récemment, dans les pays anglophones, mais aussi désormais en Inde et en Chine. Le besoin de stabilité dont le capital a si impérieusement besoin ne pourrait alors être acquis que par une « militarisation » de la société qui accompagnerait sa marchandisation. Le néolibéralisme a prouvé qu’il n’était pas incompatible avec cette évolution : son laboratoire a été… le Chili de Pinochet, un pays alors verrouillé pour les libertés, mais fort ouvert aux capitaux étrangers. Ce retour de l’histoire pourrait être un présage sinistre qui appelle désormais à une réflexion urgente sur la construction d’une alternative sociale, écologique et démocratique.

    https://www.mediapart.fr/journal/international/211019/crises-sociales-crises-democratiques-crise-du-neoliberalisme?onglet=full

  • Science décalée : l’eau des WC révèle le niveau de vie
    https://www.futura-sciences.com/sante/actualites/sante-science-decalee-eau-wc-revele-niveau-vie-78006


    Les riches, ces gros pochtrons !

    Alors que les biomarqueurs du tabac sont répartis de façon équitable dans la population, ceux de l’alcool sont fortement corrélés à trois indicateurs : les personnes ayant un haut niveau de revenu, celles occupant un poste de manager et celles habitant un logement à loyer élevé. Autrement dit, les personnes aisées boivent plus, « la consommation d’alcool étant un marqueur de statut social », affirment les auteurs. De même, « la consommation de café semble fortement associée à un niveau d’éducation élevé et à une bonne aisance financière ». Une conclusion en contradiction avec le stéréotype qui veut que les personnes défavorisées se saoulent davantage.

    • Pour une étude publiée dans la revue PNAS, des chercheurs de l’université du Queensland et de l’Institut de recherche norvégien de l’eau ont prélevé quotidiennement durant une semaine des échantillons d’eau usée provenant de 22 stations d’épuration australiennes représentant 21 % de la population, puis ils ont croisé les données avec celles d’un recensement concomitant. Les chercheurs ont ainsi pu comparer la composition de l’eau avec les données socio-économiques issues du recensement, comme l’âge, le niveau d’éducation et de revenu, le taux d’emploi ou la qualité du logement. Quelque 43 biomarqueurs ont ainsi été passés au crible et les chercheurs ont découvert des corrélations parfois étonnantes, mais aussi des constatations assez logiques.
      Alimentation

      Davantage de biomarqueurs de vitamine B se trouvent dans les urines des personnes aisées, ce qui atteste d’une alimentation plus diversifiée, notent les chercheurs. Les auteurs ont également constaté une forte corrélation entre la consommation de fibres et le niveau d’éducation

      Médicaments

      La consommation d’opioïdes est à peu près équitablement répartie selon le niveau de vie et l’âge. Avec deux exceptions : la morphine, dont la consommation augmente significativement quand on vieillit (révélant une plus forte fréquence de maladies chroniques), et le tramadol, très courant chez les ouvriers (sans doute plus exposés aux douleurs au travail). L’analyse des biomarqueurs d’antidépresseurs est elle aussi très révélatrice. De manière générale, ces derniers sont davantage présents chez les populations défavorisées, mais chaque antidépresseur semble avoir sa cible privilégiée

      #pauvreté #richesse #inégalités #addictions

    • Ca me rappelle cet article :

      Estimation of illicit drugs consumption by wastewater analysis in Paris area (France).
      Karolak S, Nefau T, Bailly E, Solgadi A, Levi Y. Forensic. Sci. Int. 200:153-160 (2010)
      https://seenthis.net/messages/773781

      Cocaine and its major metabolite benzoylecgonine (BZE), amphetamine, 3,4-methylenedioxymethamphetamine (MDMA) and buprenorphine were measured in raw water and WWTP effluent using HPLC-MS/MS after SPE extraction. Amphetamine was rarely detected. Cocaine and BZE were quantified at levels from 5 to 282 ng L(-1) and 15 to 849 ng L(-1), respectively. MDMA and buprenorphine concentrations remained under 20 ng L(-1). Cocaine consumption was estimated from cocaine or BZE concentrations measured in raw water and the results showed significant difference in drug taking during week or weekend. The estimated doses observed in this study are lower than those reported for others countries, especially Spain and Italy. MDMA consumption was estimated at lower levels than cocaine.

      #cocaine #MDMA #drogues #France #Mass_spectrometry #Science

  • « Avec la réforme, les #Retraites de demain ne seront pas suffisantes pour maintenir son niveau de vie »
    https://www.bastamag.net/Reforme-des-retraites-systeme-a-points-penibilite-age-de-depart-duree-de-c

    La réforme des retraites voulu par Emmanuel Macron fait basculer le système par répartition vers un système individualisé, à points. Chacun vivra dans l’illusion qu’il reste maître du niveau de sa future pension, mais exercer un métier pénible ou précaire, connaître des périodes de chômage, se retrouver en invalidité sont autant de facteur qui feront baisser les points accumulés. Entretien avec l’économiste Michaël Zemmour. Basta ! : Cette réforme, et le passage à un système à points, sera-t-elle plus (...) #Décrypter

    / #Luttes_sociales, Quel avenir pour nos protections sociales ?, #Entretiens, Retraites, #Inégalités, A la (...)

    #Quel_avenir_pour_nos_protections_sociales_ ?

  • Procès de l’accident mortel d’un cordiste : « Pourquoi le parquet a-t-il oublié la société Cristanol ? »
    https://www.bastamag.net/mort-au-travail-cordistes-en-colere-proces-Reims-cristal-union-sucre-Daddy

    Le tribunal correctionnel de Reims jugeait l’accident mortel de Quentin Zaraoui-Bruat, jeune cordiste enseveli en 2017 sous des centaines de tonnes de matière, dans un silo du groupe Cristal Union. Mais l’entreprise donneuse d’ordre ne figurait pas sur le banc des accusés. « Je n’ai pas l’impression d’avoir assisté à un procès. C’était surréaliste... Une parodie de #Justice. » Frédérique Bruat trouve la force de prendre la parole à la sortie du Palais de justice de Reims, ce 4 octobre. Valérie, sa sœur, n’y (...) En bref

    / #Syndicalisme, #Reportages, #Conditions_de_travail, Justice, #Inégalités

  • geoimage | #Thaïlande - #Bangkok : la mégalopole qui ne dort jamais

    https://geoimage.cnes.fr/fr/geoimage/thailande-bangkok-la-megalopole-qui-ne-dort-jamais

    Située au fond du Golfe de Thaïlande, Bangkok est une mégapole de 19 millions d’habitants marquée par une expansion accélérée, diffuse et sans limite qui génère des recompositions spatiales génératrice d’une violence sociale et politique indéniable. Alors que les gratte-ciels se multiplient formant une skyline de plus en plus imposante, des milliers d’habitations très vulnérables subsistent, en particulier le long des khlongs, ces canaux typiques de la capitale thaïlandaise. Territoire largement mondialisé et ville d’adrénaline et de tous les excès, où les malls côtoient les temples, les marchands de street-food et d’innombrables salons de massage, Bangkok est une ville de contrastes, dont la « liberté de faire et d’être » fait la fierté des habitants.

    #image_satellite

  • #Luxembourg : 62% du personnel soignant est étranger Olivier Loyens - 9 Octobre 2019 - l’essentiel
    http://www.lessentiel.lu/fr/luxembourg/story/62-du-personnel-de-soin-vient-de-l-etranger-31134319

    Près de deux tiers des professionnels de santé au Grand Duché sont étrangers. Cette dépendance pourrait provoquer une crise du système de soins

    Un seuil critique a été dépassé. Le Luxembourg n’étant pas autonome pour faire fonctionner son système de santé, les professionnels de la santé étrangers représentent, aujourd’hui, 62% de l’effectif total des professions médicales et de santé du pays. C’est le principal enseignement de l’étude sur « l’état des lieux des professions médicales et des professions de santé au Luxembourg », dont les résultats ont été présentés ce mardi à Luxembourg.

    « Le pays est extrêmement vulnérable et dépendant des décisions politiques et économiques des pays frontaliers en faveur des soignants », déplore Étienne Schneider, ministre LSAP de la Santé. « Toute initiative en France, en Belgique ou en Allemagne, qui viserait à rehausser les salaires des soignants engendrerait immédiatement une grave crise du système sanitaire luxembourgeois », complète Marie-Lise Lair, auteur de l’étude.

    Un plan d’action « dans les prochains mois »
    De plus, les institutions signalent des difficultés de recrutement de médecins et de certaines professions de santé, avec un allongement du délai de recrutement et un élargissement de la distance géographique pour rechercher des candidats potentiels, jusqu’en Europe de l’Est. Enfin, d’autres facteurs influencent les difficultés de recrutement, comme le coût du logement, l’absence de centre hospitalier universitaire, l’absence de faculté de médecine complète, ou encore l’absence de programme d’intégration d’un jeune médecin.

    « Devant une telle situation de dépendance, il faut revoir en profondeur l’organisation du système de santé », estime Étienne Schneider. D’autant que le pays est censé respecter un engagement pris auprès de l’Organisation mondiale de la Santé, à savoir réduire de moitié le recrutement étranger de professionnels de la santé pleinement formés, d’ici 2030.

    Quelques « mesures profondes »
    L’étude va permettre au ministère et aux autres acteurs de la santé de mettre en place un plan national d’action. En attendant, le ministre avance déjà quelques « mesures profondes » qu’il faudra prendre, comme revaloriser et rendre plus attrayantes les professions médicales (accompagner les jeunes médecins lors de leur installation, améliorer les conditions de l’exercice médical au Luxembourg, investir dans les soins primaires), revaloriser les professions de santé auprès des jeunes et des parents, ou encore renforcer le nombre d’étudiants en médecine et revoir la formation et la fonction des soignants.

    « Le plan d’action sera appliqué dans les prochains mois », promet Étienne Schneider. Les patients, qui sont les premiers à être impactés par cette pénurie de ressources en professionnels de la santé, peuvent espérer que le ministre tiendra parole, car le temps presse...

    #Santé #migrations #migrants le Luxembourg se méfie de l’#union_européenne qu’il ne peut piller totalement #ue #france #belgique #allemagne #oms #paradis_fiscaux #pillage #travail #migrations #inégalités #médecine #sante #santé_publique

    • Les principaux chiffres de l’étude
      17 595 professionnels travaillent aujourd’hui dans le secteur de la santé et des soins, dont 15 062 professions de santé réglementées (dont 6 214 infirmiers et 3 784 aides-soignants) et 2 331 médecins (dont 2 000 environ travaillent à plein temps)

      –51% des médecins sont de nationalité luxembourgeoise.

      –En 2017, les femmes représentaient près de 40% des médecins.

      –26% des médecins n’habitent pas au Luxembourg.

      –Le ratio global du médecins pour 1 000 habitants est passé de 3,13 en 2007 à 3,53 en 2017. Les cantons les moins bien dotés sont Vianden, Clervaux et Mersch.

      –D’ici 2034, 59% (hypothèse 65 ans) à 71% (hypothèse 60 ans) des médecins vont partir à la retraite.