• Dorm snitches and party bans: how universities around the world are tackling Covid | World news | The Guardian
    https://www.theguardian.com/world/2020/sep/25/universities-respond-to-covid-surge
    https://i.guim.co.uk/img/media/f1ea83bab8910b4b84c3ef09ba609f2b5194855d/0_185_3673_2204/master/3673.jpg?width=1200&height=630&quality=85&auto=format&fit=crop&overlay-ali

    In India, where daily coronavirus cases exceed 80,000, only one state has given approval for universities to reopen for the new term, which typically begins in November. Restrictions overseas have prompted many Indians – 61%, according to one survey – to postpone plans for international study.

    #Covid-19#migrant#migration#inde#sante#etudiant

  • How India can contain coronavirus - Asia Times
    https://asiatimes.com/2020/09/how-india-can-contain-covid-19

    India should focus on controlling the spread of Covid-19 by imposing focused lockdowns in hotspots that threaten to negate the country’s containment successes, Dr Shiv Pillai, director of the Harvard Immunology Graduate Program at Harvard Medical School, told Asia Times in a telephone interview. Over a longer time frame, India’s best hope of controlling the runaway spread of the deadly virus would be injecting a significant number of citizens with the vaccines currently being tested in various countries. Dr Pillai expects approvals for vaccines to come before the end of the year.
    “It will be a silver bullet compared with what we have now,’’ he said from Cambridge, Massachusetts. “India is a great country to make vaccines. We have the two best vaccine-making companies in the world – Bharat Biotech and Serum Institute. They are also cost-effective.’’
    India has numerous pockets of high density across its 1.38 billion population, which makes it tough to contain Covid-19. Widespread lockdown fatigue and a lack of discipline regarding wearing masks, hand hygiene and social distancing is negating the tireless efforts of health workers and administrators in several parts of the country.“India is not Sweden, where you can tell people to stay apart. People have to go out, people have to work. Vaccination is the only answer,” said Pillai. “Fortunately, the deaths are not as dramatically high as elsewhere. Many [0f] the sick are recovering, including older people.’’Countrywide lockdowns had a severe impact on the economy, with the June quarter reporting a 23.9% contraction in gross domestic product. More than a hundred million lost their jobs and many workers had no option but to head back to their villages, inadvertently spreading the virus across the hinterland.
    India, which has 5.6 million cases, the second-highest number after the United States (7 million), has a fatality rate of around 89,000, much lower than than the US’s 204,000. Brazil and Mexico have recorded 137,000 and 73,700 fatalities from 4.56 million and 700,000 cases, respectively.

    #Covid-19#migrant#migration#inde#sante#confinement#travailleurmigrant#migrationinterne#vaccination

  • The Guardian view on India’s strongman: in denial about a Covid crisis | Editorial | Opinion | The Guardian
    https://www.theguardian.com/commentisfree/2020/sep/13/the-guardian-view-on-indias-strongman-in-denial-about-a-covid-crisis
    https://i.guim.co.uk/img/media/7cc3b994a52fa35d34b81804c0f1407bb108994a/0_124_1859_1115/master/1859.jpg?width=1200&height=630&quality=85&auto=format&fit=crop&overlay-ali

    The pandemic is not Mr Modi’s fault, but he owns his government’s dysfunctional response. He imposed a draconian lockdown in late March with no warning and no planning. The prime minister seemed to revel in the drama of a primetime announcement and its muscular message. But the national shutdown, which ended in June, destroyed millions of people’s livelihoods. Many of the most affected sit on the bottom rungs of Indian society, who were forced with no notice to leave cities for distant villages. Although the national lockdown has been lifted, local versions continue in many states.
    One way of dealing with the economic crisis would be to boost India’s job guarantee scheme. The National Rural Employment Guarantee Act (NREGA) is designed to offer any citizen in rural India 100 days of work with (admittedly low) minimum wages provided by the government. The world’s largest public works programme kept India’s vast countryside economy afloat after the 2008 global financial crash. Yet Mr Modi resists wholesale adoption of the scheme and adequately financing it. Experts warn NREGA’s funding will run dry this month. Mr Modi appears unable to reconcile his dislike of a programme (it was introduced by his Congress opponents) with its obvious utility. Broadening and deepening the scheme – so that it could expand naturally to accommodate anyone who demands work at a living wage – would provide a timely fiscal stimulus to keep people in work when the urban economy cannot soak up labour.Mr Modi’s short-sightedness will cost India dear. The country’s second Covid wave may strike harder than the first. Initially its major cities, which have the best hospitals, were hit by the virus. Now cases are taking off in rural areas, which have poor medical facilities. With tax revenue a fraction of normal levels, regional governments struggle to provide more than symbolic care or relief. This has been exacerbated by the central government’s refusal to send states the money it owes to them. The cash trail is deliberately obscured and Mr Modi should come clean about Covid spending to dispel concerns about corruption.
    Rather than rebuild India’s social fabric, Mr Modi wants to build a panopticon. Critics of his government’s woeful performance have already been muzzled or locked up. A cold war with China blows dangerously hot in the Himalayas. To buttress support Mr Modi stokes Hindu nationalism. The temple ceremony is a way of stirring the emotions of Mr Modi’s fanatical supporters. It also reveals the depths of his denial about India’s Covid crisis.

    #Covid-19#migration#migrant#inde#travailleurmigrant#confinement#rural#urbain#circulation#sante#politique#nationalisme

  • L’autonomie empêchée
    https://laviedesidees.fr/L-autonomie-empechee.html

    Le statut d’autonomie relative dont bénéficiait le Jammu-et-Cachemire au sein de l’Union indienne a été brutalement révoqué le 5 août 2019. Ce tournant constitutionnel attise les tensions de la région et reflète une pratique hégémonique du gouvernement indien au nom du nationalisme hindou.

    #International #guerres_de_religion #Inde #autonomie #fascisme #hindouisme
    https://laviedesidees.fr/IMG/docx/20200911_cachemire.docx
    https://laviedesidees.fr/IMG/pdf/20200911_cachemire.pdf

  • Coronavirus : en Inde, l’épidémie semble hors de contrôle
    https://www.lemonde.fr/international/article/2020/09/08/coronavirus-en-inde-l-epidemie-semble-hors-de-controle_6051361_3210.html

    La plupart des restrictions imposées lors du confinement général sont maintenant levées, à l’exception des écoles qui restent closes et des liaisons internationales qui demeurent suspendues. Mais l’atmosphère dans la capitale n’est plus la même, les lieux festifs et touristiques, les parcs, d’habitude si prisés, sont déserts.Les conséquences du confinement et de la crise économique qui frappe de plein fouet le deuxième pays le plus peuplé de la planète, avec 1,3 milliard d’habitants, sont désastreuses. La ville en porte les stigmates. Des magasins, des restaurants, des petites entreprises ont fermé définitivement leurs portes. Dans les rues de la capitale, le long des axes de circulation, les travailleurs migrants de retour patientent en quête de nourriture distribuée par des ONG, ou des particuliers.Le métro a également repris dans les autres grandes villes de l’Inde, mais, à Bombay, la configuration est toute différente ; il est marginal dans cette mégapole, où la desserte des banlieusards est assurée par des trains maintenus à l’arrêt. La capitale financière du pays, très durement touchée depuis le début de l’épidémie, vit sous une chape de plomb depuis cinq mois. Le confinement n’a jamais été levé et la ville, d’habitude bruyante et frénétique, est l’ombre d’elle-même. Les journaliers, les employés à domicile, les vendeurs de rue n’ont plus de travail et leurs difficultés risquent de se prolonger encore longtemps. Les autorités viennent d’annoncer que le confinement est prolongé au moins jusqu’au 30 septembre. Egalement située dans l’Etat du Maharashtra, épicentre de l’épidémie (940 000 cas), Pune laisse les experts perplexes. Cette ville moyenne, réputée tranquille, beaucoup moins dense que Bombay ou Delhi, comptant peu de travailleurs migrants, ou de voyageurs internationaux, figure désormais au rang des cinq villes les plus affectées du pays.

    #Covid-19#migrant#migration#inde#sante#migrantinterne#deplacement#confinement#travailleur#deplacement#transport

  • China and India accuse each other of opening fire as border tensions rise | World news | The Guardian

    https://www.theguardian.com/world/2020/sep/08/china-india-border-soldiers-pangong-lake

    Petit regain d’activité guerrière au #Cachemire

    India and China have accused each other’s soldiers of firing warning shots in the latest incident on the disputed border in the Himalayas.

    China initially claimed Indian soldiers crossed the line of actual control in the western border region on Monday and opened fire as part of a “severe military provocation”, forcing Chinese forces to take “corresponding counter-measures” .

    India rejected Chinese allegations of violating border agreements and accused Chinese troops of firing in the air to intimidate Indian troops in what it described as “provocative activities”.

    #inde #chine #pakistan #frontières

  • Putting people, environment at center of Covid recovery - Asia Times
    https://asiatimes.com/2020/09/putting-people-environment-at-center-of-covid-recovery

    Economic pundits agree that Covid-19 will cause South Asia to witness its worst economic performance in over four decades.Evidence of this is particularly stark in India, which until recently was one of the fastest-growing economies in the world. Between 2006 and 2016, the country made impressive progress, lifting 271 million people out of multidimensional poverty. The pandemic threatens to reverse these gains as it rips through the informal sector which accounts for more than 85% of the workforce, including tens of millions of migrant workers. Gains on food security, nutrition and education are under severe threat. The human toll, the social and economic cost, and the progress towards or regression away from the Sustainable Development Goals (SDGs), will be determined by policies and investment choices in India, and in countries across the world.
    Like other governments in the region committing vast sums toward socio-economic relief, India has committed US$265 billion, about 10% of its gross domestic product. There is no substitute for traditional grants, cash transfers, development aid and enhanced public spending. But it is not enough.Mobilizing and incentivizing private capital to foster sustainable development is more imperative than ever. Channeling private financing toward the dual purpose of development impact with financial return is a world of blended financing that has opened up, yet not scaled in countries like India. According to Convergence, a global network that gathers data and intelligence on private capital, more than $140 billion in aggregate financing was mobilized in blended finance by 2019. The proportion of new deals targeting Asia comprises a third of that amount

    #Covid-19#migrant#migration#sante#transfert#inde#asie#developpement#ODD

  • Un an de « siège numérique » au Cachemire
    https://www.cetri.be/Un-an-de-siege-numerique-au

    Il y a un peu plus d’un an, le 5 août 2019, l’Inde révoquait l’autonomie qui régissait le statut du Cachemire depuis 1947. Cette escalade sans précédent contre le droit à l’autodétermination des Cachemiris s’est accompagnée d’un « siège d’internet » aux conséquences dramatiques, comme le révèle un rapport fouillé de la « Jammu Kashmir Coalition of Civil Society » (JKCCS) . Le document fait 125 pages. Le dernier tiers reconstitue méticuleusement les 300 premiers jours de « siège d’internet » qui ont accompagné le (...) #Le_regard_du_CETRI

    / #Pakistan, #Minorités_ethniques, #Enjeux_numériques, #Inde, #Le_Sud_en_mouvement, #Analyses, Le regard du (...)

    #Le_regard_du_CETRI

  • Stranded Indian expats weigh China return amid Covid-19, border backlash | South China Morning Post
    https://www.scmp.com/week-asia/people/article/3099802/stranded-indian-expats-weigh-china-return-amid-covid-19-border

    Indian businessman Tapan Gadodia has been unable to return to China, where his import-export company is based, since late January, when he left for his native country to escape what was then the epicentre of the coronavirus pandemic. Like thousands of other expatriate Indians
    returning for the Lunar New Year holiday, fleeing the disease – or both – he found himself stranded in his home country in late March, as India closed its borders and China suspended the entry of foreign workers and residents to prevent the pandemic’s spread. Eight months later, the tables have turned. China has largely brought the outbreak under control; it is now India that is recording more daily cases, at up to 80,000, than anywhere else. Indeed, while India has a similar population to China, about 1.3 billion, it has now registered more than 3.6 million cases and over 65,000 deaths, compared to 85,000 cases and just over 4,600 deaths in China. Even so, as China takes further steps towards opening up – sources say about 60 people with diplomatic visas were scheduled to leave Delhi for Shanghai on Wednesday – Gadodia, like many others, is not certain if he wants to return just yet. Indian businessman Tapan Gadodia with his mother Kanta and son Karan in Shanghai during Diwali 2019. “A few of my Indian friends in Shanghai lost their parents and could not even attend their funeral,” recalls Gadodia, 50, of compatriots who had chosen to stay in China when the coronavirus first emerged.Now at home at Kolkata, Gadodia is concerned that were he to return to his business – based in Shanghai, where he has lived for around 20 years – he may find himself stranded once more, this time thousands of miles away from an elderly mother in the middle of a pandemic.“I wouldn’t be free to travel back to India at will,” Gadodia says.
    There are several thousand Indians like Gadodia who, for various reasons, now face a tough decision about whether to return to their old lives in China or forge new ones on home soil.

    #Covid-19#migrant#migration#inde#chine#economie#circulation#sante#retour#funreraille

  • Covid-19 : l’économie indienne s’effondre
    https://www.lemonde.fr/economie/article/2020/09/01/covid-19-l-economie-indienne-s-effondre_6050553_3234.html

    Pour tenter de relancer l’activité et malgré la progression du virus, le ministère de l’intérieur indien a autorisé la reprise progressive des métros, à l’arrêt depuis cinq mois, dans les grandes villes comme New Delhi et Bombay, à partir du 7 septembre. Dans la capitale très congestionnée, cette décision était réclamée par le chef du gouvernement de Delhi, Arvind Kejriwal. Les usagers devront porter obligatoirement un masque. Le gouvernement a également autorisé les rassemblements culturels, sportifs ou politiques dans la limite de 100 personnes. Il s’est, en revanche, refusé à rouvrir les frontières internationales, fermées depuis le 24 mars. Le tourisme risque de ne pas s’en remettre. Les hôtels sont vides, les taxis n’ont plus de clients, beaucoup de restaurants restent fermés, malgré l’assouplissement des règles. Circuler à l’intérieur du pays reste également difficile, car la plupart des Etats imposent une quarantaine de quinze jours aux passagers débarquant sur leur tarmac.

    #Covid-19#migrant#migration#inde#economie#sante#tourisme#migrationinterne#frontiere

  • MENA billionaires’ wealth increased by $10 billion, enough to pay Beirut blast repair bill | Oxfam International
    https://www.oxfam.org/en/press-releases/mena-billionaires-wealth-increased-10-billion-enough-pay-beirut-blast-repair-
    https://www.oxfam.org

    The 21 billionaires in the Middle East and North Africa (MENA), all of them men, saw their wealth increase by nearly $10 billion since the start of the COVID-19 crisis, almost double the estimated amount required to rebuild Lebanon’s shattered capital, while 45 million more people in the region could be pushed to poverty as a result of the pandemic, a new Oxfam report revealed today.

    #indécence #monde_arabe

  • Coronavirus hits India’s remote Great Andamanese tribe, of whom only 53 people remain | South China Morning Post
    https://www.scmp.com/news/asia/south-asia/article/3099153/coronavirus-hits-indias-remote-great-andamanese-tribe

    “The Andaman authorities must act urgently to prevent the virus reaching more Great Andamanese and to prevent infection in the other tribes,” said Sophie Grig, a senior researcher with Survival.“The waters around North Sentinel must be properly policed and no outsiders should enter the territories of any of the Andaman tribes without their consent,” she said. “We’ve certainly seen in the US, in Brazil, in Peru, indigenous communities [being] disproportionately hit. In Brazil where there are more than a hundred uncontacted tribes still living, fear of the disease is getting into those communities.”

    #Covid-19#migrant#migration#inde#insularite#sante#contamination#minorite#autochtone#circulation

  • Les mouvements pour la justice environnementale face aux violences en #Inde
    https://www.cetri.be/Les-mouvements-pour-la-justice

    Défendre la terre et ses ressources expose à la violence en Inde. Si la répression physique à l’égard des militants est particulièrement visible et brutale, elle n’est pas la seule forme de violence. Les conflits socio-environnementaux, en hausse, révèlent une double réalité : celle d’une « distribution écologique » inégale et celle de résistances – acharnées et pacifiques – de la part de mouvements sociaux pour « la justice environnementale (...) #Alternatives_Sud_-_extraits

    / #Environnement, Inde, #Ecologie, #Contestation, #Extractivisme

  • Ban on Air India flights to Hong Kong ignores imported coronavirus cases travelling to city via connecting flights, analysis shows | South China Morning Post
    https://www.scmp.com/news/hong-kong/health-environment/article/3098502/coronavirus-ban-air-india-flights-hong-kong

    Despite recent government actions aimed at preventing Air India from carrying coronavirus-positive passengers into Hong Kong, a review by the Post has found that direct flights only account for part of the issue, with connecting flights from other locales also bringing in several cases from India. At least 44 cases imported from India have emerged since stricter public health restrictions were imposed on high-risk countries. Nineteen of the cases can be traced to a single August 14 flight operated by India’s national airline, triggering a two-week ban on Air India flights to the city by Hong Kong authorities. Five other cases were linked to an Air India flight from Delhi on August 11, and eight more were on another flight from Delhi a week before that.But a review of the official data also found another six Covid-19 cases imported from India could be traced to Singapore Airlines flight 890 on August 5. A further analysis of travel patterns found six more such cases travelled to Hong Kong via Singapore, Doha and Kuala Lumpur in late July and the first 19 days of August, indicating the problem is not limited to direct flights from India

    #Covid-19#migrant#migration#inde#hongkong#singapour#casimporte#liaisonaerienne#sante#restrictionsanitaire#circulation

  • Hong Kong revokes permission for Air India charter flight to land in city amid fears over imported Covid-19 cases | South China Morning Post
    https://www.scmp.com/news/hong-kong/health-environment/article/3097732/hong-kong-revokes-permission-air-india-charter

    Hong Kong authorities have revoked permission for an Indian charter flight to land in the city on Tuesday afternoon amid concerns about a rising number of imported Covid-19 cases from the country, the Post has learned.
    The most recent flight from New Delhi, which arrived last Friday, included 11 people with the coronavirus despite strict preflight virus testing and certification requirements. The Centre for Health Protection confirmed eight of them as infected on Monday and three the previous day. Thousands of permanent Hong Kong residents remain stranded in India, having waited months for charter flights to be given permission to operate. However, such government-backed flights have been slow to operate.

    #Covid-19#migrant#migration#inde#hongkong#sante#casimporte#resident#retour

  • #Bernard_Ronot préserve notre patrimoine pour sauver l’agriculture durable

    Bernard Ronot s’est engagé pour la force de vie des semences anciennes en conservant 200 variétés de blés. Le principe consiste à planter en permanence ces variétés. Chaque année Bernard offre ces semences aux paysans volontaires qui préservent à leur tour ce patrimoine de l’humanité.

    Bernard a ainsi fondé l’association #Graines_de_Noé (http://www.graines-de-noe.org).
    Agriculteur de 83 ans, il raconte la #Révolution_Verte de l’agriculture d’après-guerre, utilisatrice d’intrants chimiques, dans laquelle il s’est engagé à 100%.

    Ce documentaire est surtout l’histoire d’une #prise_de_conscience et d’un retour, après 30 ans de cultures intensives, à un choix d’une agriculture vivante et naturelle. L’histoire d’une #reconquête et d’un engagement pour la #conservation_des_semences anciennes de blé. L’histoire d’un cheminement, d’un modèle d’agriculture à un autre pour redécouvrir le sens du mot « #paysan » : celui avant tout de nourrir le monde.

    https://vimeo.com/138429645

    Bernard Ronot :

    « (La révolution verte) ça a été un restant des guerres sur toute la ligne. Si le nitrate est un explosif, les fongicides sont des restants des gaz de guerre. Tout ce qui a fait éclater l’agriculture, c’est le restant des guerre. Les énergies de guerre qui ont été maîtrisées par l’homme quand ils ont arrêté de se battre, elles étaient toujours existantes »

    La science est indispensable pour faire évoluer. On a besoin des chercheurs. Si ils ont des têtes et des neurones développées, c’est pas par hasard. C’est eux qui font évoluer une société. Mais il faut la faire évoluer dans l’#indépendance de l’homme, et pas dans la #dépendance.

    La société c’est qui ? C’est d’abord nous, c’est pas les autres. C’est nous. Et la société du bas, c’est nous, individuellement. Et si nous on croit à ce qu’on fait, si on croit vraiment à ce qu’on fait, rien peut nous démonter. Si on se met en unité avec la #nature... les plantes, la terre, les animaux et bien des hommes silencieux, attendent. Ils sont prêts à partir, mais ils sont silencieux.

    « La transmission de la vie, c’est la semence. Il faut rentrer dans l’#action. (...) Si nous avons la chance d’avoir compris quelque chose, notre travail c’est de savoir comment le transmettre. On peut avoir le meilleur langage du monde, mais si il n’y a pas réceptivité en face, ça ne fait rien. »

    « Dans la vie nous sommes des #locomotives. Ou nous sommes le voyageur sur le quai, ou nous sommes le wagon, ou nous sommes la locomotive. Il faut savoir où on va. Si nous avons la chance de savoir où on va, nous avons le devoir d’être une locomotive, qui va peut-être doucement, qui va lentement et qui va surement. »

    « J’étais un #exploitant_agricole et je suis devenu un agriculteur. Dans tout domaine de la société nous avons des #arts. Nous devons être des artistes. Et l’agriculture c’est l’art de la #terre. »

    #agriculture #semences #blé #nitrates #paysannerie #vulpin #fertilisants #oligo-éléments #champignon #rendement #fongicides #pucerons #insecticides #guerre #restant_de_guerre #énergies_de_guerre #se_remettre_en_cause #reconversion #semences_anciennes #dégustation_du_pain #conservatoires #circuit_lent #agriculture_biologique #rendements #valeur_énergétique #prise_de_conscience #circuits_courts #céréaliculture #gratuité #endettement #recherche_fondamentale #science #partage

  • Modi’s cherished temple ceremony damped by virus - Asia Times
    https://asiatimes.com/2020/08/modis-cherished-temple-ceremony-damped-by-virus

    Last week at the temple town of Ayodhya, a senior priest and 14 policemen associated with the ceremony tested positive for the virus, prompting many invited guests to cancel plans to attend. On Sunday, Kamla Rani Varun a minister in Uttar Pradesh, where Ayodhya is situated, succumbed to a two-week Covid-19 illness. The number of cases in Uttar Pradesh has been rising, partly because of a rush of workers who have migrated back from large industrial towns such as Mumbai and Bangalore and spread the virus in their home villages. Uttar Pradesh BJP State President Swatantra Dev Singh and state Water Resources Minister Mahendra Singh have also tested positive and are now in isolation.

    #Covid-19#migrant#migration#inde#travailleurmigrant#confinement#retour#sante#economie#religion

  • #Népotisme et #conflits_d’intérêts au sommet de la recherche

    Le roi Macron aime à placer ses proches. Voulant imposer par tous les moyens son conseiller personnel à la tête du #HCERES, il prend aussi le risque de malmener l’indépendance et l’intégrité de la #recherche française, au moment où elle en a le plus besoin.

    Il y a assez peu de doute que #Thierry_Coulhon sera nommé ce 28 juillet à la présidence du Haut Conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur français (HCERES). Mais ce sera, une fois de plus, au prix de l’indépendance de cet organisme, qui a justement le statut d’« autorité administrative indépendante ». Car le prix à payer sera très élevé, aussi bien pour le conseiller #Coulhon que pour l’Elysée, et plus encore pour toute la recherche. Qu’on en juge :

    1. Après qu’un appel à candidature a été lancé courant décembre 2019 pour assurer la succession de Michel Cosnard à la présidence du HCERES - son mandat s’était achevé fin octobre -, des échanges et des « auditions » informelles se déroulent : plusieurs candidats sont entendus par la ministre mais aussi par le conseiller enseignement supérieur et recherche du président, à savoir Thierry Coulhon. Or Thierry Coulhon est également candidat à cette fonction. Un conseiller assurément très particulier, doué de cette aptitude au dédoublement qu’exige la politique dite d’excellence : il aura été l’auteur de sa propre audition. Pour protester contre cette candidature politique qui rend manifeste une situation de conflit d’intérêts et pour se réapproprier le contrôle des valeurs et du sens des métiers de la recherche, le collectif RogueESR lance le 20 janvier une candidature collective à la présidence du HCERES, qui sera rejetée par le ministère malgré les 5400 signatures de soutien.

    2. Le conflit d’intérêts est si évident et les protestations si vives que la ministre Frédérique Vidal en est réduite à saisir début mars le Collège de déontologie de son ministère, lequel rend son avis le 29 mai. On peut le lire ICI. Dans un langage poli et avec de multiples pincettes, nos savants déontologues reconnaissent ceci : « une apparence de conflits d’intérêts peut naître de la candidature, à une nouvelle étape de la procédure, d’une personnalité qui avait, à un stade antérieur, reçu, dans le cadre de ses attributions, les candidats alors déclarés. » Et ils ajoutent : « L’éventuelle nomination à la tête d’une autorité administrative indépendante d’une personne qui exerçait immédiatement auparavant des responsabilités auprès des autorités du pouvoir exécutif est également de nature à susciter des hésitations ». C’est peu dire ...

    3. Contrainte par les recommandations du Collège de déontologie, la ministre lance un nouvel appel à candidatures. Parmi les 160 candidatures déposées, dont une majorité suscitée à nouveau par le collectif RogueESR qui a invité les collègues à procéder cette fois à des candidatures individuelles, la haute administration du Ministère parvient à sélectionner en moins d’une semaine quatre candidats qui seront auditionnés mardi 28 juillet. Thierry Coulhon, dont on aurait pu imaginer qu’une fois le masque tombé il serait sagement resté confiné en son palais, a présenté à nouveau sa candidature. Il fait partie des quatre sélectionnés, lesquels doivent être départagés par une commission de quatre membres, dont deux sont possiblement en situation de conflit d’intérêts. Je joins à ce billet un communiqué de RogueESR qui résume bien la situation à la veille du grand oral.

    Macron aime privatiser le pouvoir autant que les services publics. Les situations de conflits d’intérêts se multiplient dans l’ESR depuis le lancement de la "Loi liberté et responsabilité des universités" en 2007, dont Thierry Coulhon, il convient de s’en souvenir, avait piloté la mise en application, au cabinet de Valérie Pécresse. Treize ans après, minés par des potentats locaux et parfois de véritables petites mafias, les universités et les organismes de recherche du service public sont devenus un terrain de chasse privilégié pour les cabinets de consultance en tous genres et pour les petites et grandes entreprises du secteur privé. Avec Macron, le sommet de l’Etat est, de ce point de vue, une véritable école du vice. Mais l’école a aussi ses ratés. Depuis bientôt un an, Macron patine à imposer son conseiller personnel à l’ESR à la tête du Haut Conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur.

    Les 17-18 septembre 2019, le HCERES organisait un colloque sur le thème « Bilan et perspectives de l’évaluation de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation : 2015-2025 ». Cedric Villani devait ouvrir le colloque. Empêché pour cause d’élections municipales, il fut remplacé, au pied levé, par Thierry Coulhon. Convenant que sa prise de parole était contraire à son état de conseiller politique du président qui l’oblige à la mutité, il concéda « le plaisir d’une très légère transgression » (26 :30 dans la vidéo ci-dessous). Plaisir qui se prolongea par un authentique discours de candidat, alors même que Michel Cosnard n’avait pas encore achevé son mandat. Il est vrai qu’en Macronie, où l’impunité rivalise avec l’indécence, le conflit d’intérêts n’est rien de plus qu’une « très légère transgression ». Et le népotisme un pur divertissement.

    https://blogs.mediapart.fr/pascal-maillard/blog/270720/nepotisme-et-conflits-d-interets-au-sommet-de-la-recherche
    #université #facs #France

    • HCERES: le principe d’#indépendance bafoué

      Chères et chers collègues,

      La présidence du Haut Conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur français (HCERES) est vacante depuis le 30 octobre 2019. Un premier appel à candidatures avait été annulé sur avis du collège de déontologie de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, du fait de l’opacité du processus et des critères d’évaluation et de sélection des candidatures et du fait des conflits d’intérêts notoires de l’un des candidats, Thierry Coulhon, conseiller auprès du président de la République.

      Lors du second appel, le ministère a reçu 160 candidatures en plus de celle de Camille Noûs, soutenue par RogueESR. Il est surprenant que tant de candidatures aient pu être examinées en si peu de temps, sans rapporteurs scientifiquement compétents pour lire les travaux et évaluer leur qualité. Il est très surprenant que Thierry Coulhon se présente à nouveau à cette fonction, malgré l’avis du collège de déontologie de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation. Il est encore plus surprenant que la commission d’audition soit présidée par Claire Landais, secrétaire générale du gouvernement. Le Haut Conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur français (HCERES) est une Autorité administrative indépendante, c’est-à-dire une institution qui agit au nom de l’État et dispose d’un réel pouvoir, sans pour autant relever de l’autorité du gouvernement. L’idéal régulateur de la recherche et de l’Université est fondé sur l’autonomie du monde savant vis-à-vis de tous les pouvoirs — politique, religieux et économique. Les libertés académiques sont ainsi garanties par le préambule de la constitution. Conformément à ce principe, le HCERES est supposé définir « les mesures propres à garantir la qualité, la transparence et la publicité des procédures d’évaluation ». Aussi, un organisme comme le HCERES ne peut se concevoir comme un instrument de pilotage politique. Sous la direction de Jacques Toubon, le Défenseur des droits a montré ce que devait être la liberté de fonctionnement d’une Autorité administrative indépendante. Il devrait en être de même pour la présidence du HCERES, qui aurait dû être choisie par une instance scientifique indépendante, composée de membres extérieurs. Au contraire, le comité d’audition (Jean-François Bach, Christine Clerici, Suzanne Fortier et Alain Schuhl) comporte deux membres dont les institutions seront évaluées par le HCERES et qui sont donc en conflit d’intérêt notoire.

      Quatre candidats seront auditionnés le 28 juillet : Jean-Luc Autran, Véronique Chanut, Thierry Coulhon et Catherine Dargemont. Jean-Luc Autran a été signataire de la tribune parue le 20 janvier 2020 dans le journal Le Monde, qui rappelait les conditions minimales de l’autonomie de la recherche. Il aura la lourde tâche de défendre les principes fondateurs de la recherche et de l’Université, mis à mal depuis bientôt deux décennies.

      L’audition par la représentation nationale de la personne choisie, qui précède sa prise de fonction, devrait avoir lieu à l’automne. Nous faisons un appel aux collègues juristes pour fournir une aide dans la rédaction d’une question prioritaire de constitutionnalité et attaquer le décret de nomination devant le Conseil d’Etat pour irrégularité de procédure, au cas où la personne nommée ne soit pas conforme au principe d’indépendance du HCERES et, surtout, de la science et de l’Université.

      Le collectif RogueESR

      PS : Le projet de loi de programmation de la recherche modifie le fonctionnement du HCERES en son article 10. Il ne s’attaque pas au principe d’indépendance dont on redoute qu’il soit bafoué. Il réaffirme en revanche le fait que l’évaluation par le HCERES, avec possiblement un retour des « notes », conditionnera fortement la répartition moyens entre les institutions.

      Message reçu via la mailing-list Rogueesr, le 24.07.2020

      #présidence #présidence_HCERES

    • L’évaluateur évalué… 5. La candidature-alibi ?

      Au cours du mois de juillet, nous avons appris que quelques candidats à la présidence de l’HCERES avaient été auditionnés. « Appris » est certainement un grand mot : lu à l’occasion d’un tweet de #Jean-Luc_Autran, professeur à Aix-Marseille Université, , qui nous apprenait qu’il y avait défendu un programme.

      https://twitter.com/JeanLucAutran/status/1286207735894364160?ref_src=twsrc%5Etfw%7Ctwcamp%5Etweetembed%7Ctwterm%5E12

      Autran était-il le seul candidat auditionné ? Nul ne le sait. Enfin, rien d’officiel n’est apparu sur le site du MESRI.

      https://www.aefinfo.fr/acces-depeche/632264

      Interrogé par Newstank1 et par Academia, Jean-Luc Autran a accepté de présenter les différents points du programme présenté devant un comité dont on ne connaît à cette heure la composition2.

      Jean-Luc Autran indique avoir déposé sa candidature à la présidence de l’Hcéres à l’occasion de l’initative #NousSommesCandidat.

      « Cette candidature, qui n’était pas prévue dans mon parcours d’enseignant-chercheur, est motivée par la situation et l’évolution de l’ESR que je juge très préoccupante sous bien des aspects, dont le sujet majeur de l’évaluation ».

      L’évaluation tient une place centrale dans l’ESR, mais, pour ce collègue qui observe l’évolution préoccupante de l’ESR depuis 20 ans, elle pose problème :

      elle est devenue très bureacratique, chronophage – ce qui ne laisse pas d’inquiété
      elle est désormais pilotée par une technocratie composée de « professionnels de l’évaluation », déconnectés des réalités du terrain, obéissant à ses propres règles, à ses propres indicateurs, sans que, en retour, les chercheurs de terrain puissent avoir leur mot à dire.

      Pour Jean-Luc Autran,

      « la contestation est une première étape, comme un cri d’alarme fort et parfois désespéré mais, à mon sens, elle ne peut s’éterniser car elle porte un grave préjudice à toute la communauté dont le niveau d’exaspération est de plus en plus élevé ».

      Sa candidature est ainsi un moyen, peut-être moins radical que ce qui pourrait être, de proposer un autre projet pour l’enseignement supérieur et la recherche par rapport à ceux qui existent3 . L’évaluation doit être un moye, non une fin, pour conduire l’ensemble des collègues et des collectifs à progresser, non une sanction qui a pour effet principal de démobiliser.

      « Si je sollicite aujourd’hui la direction du Hcéres, c’est pour un mandat de mission extrêmement clair : garantir l’autonomie du processus d’évaluation du monde universitaire et de la recherche, et dans ce cadre, opérer un véritable choc de simplification et un choc de confiance en redonnant tout son sens à l’évaluation, pour que celle-ci soit une « évaluation de progrès », de nouveau partagée et acceptée par toute la communauté et à tous les niveaux.
      Car l’Hcéres doit avant tout garantir l’autonomie et l’indépendance du monde universitaire et de la recherche sur les sujets essentiels de l’évaluation et de l’intégrité scientifique ».

      Pour ce faire, Jean-Luc Autran entend procéder, à la tête d’une équipe de direction entièrement renouvelée, à une analyse en profondeur des procédures d’évaluation en cours et définira une nouvelle méthodologie dans le respect des textes, plus proche des acteurs et actrices de la recherche, en vue d’établir un « dialogue constructif, enrichissant, positif, entre évalués et évaluateurs, c’est-à-dire entre pairs ».

      Ainsi, pour résumer le changement d’approche de l’évaluation, je proposerai que le nouveau slogan du Hcéres ne soit plus « évaluation et qualité » mais « évaluer pour progresser ».

      Jean-Luc Autran se dit très attentif à deux choses :

      - la collégialité des décisions et l’harmonie de travail entre les équipes et au sein de la directions, toujours à l’écoute des personnels, comme il a pu le faire ces dernières années dans mon laboratoire.
      – aux moyens accrus à l’Office français de l’intégrité scientifique pour qu’il remplisse pleinement sa mission essentielle englobant les problématiques d’intégrité, d’éthique et de déontologie.
      – l’ajustement permanent des procédures, condition indispensable de réappropriation par la communauté de son système d’évaluation.
      – nouer un dialogue avec les partenaires européens.

      Par ailleurs, le candidat se préoccupera de :

      – l’utilisation du crédit impôt recherche dont il faut expertiser les résultats,
      - le bien-être étudiant et la lutte contre la précarité étudiante dont il faut faire un critère politique dans le suivi des établissements ;
      – ou encore les politiques de développement durable des établissements.

      Pour conclure, Jean-Luc Autran a listé une série de propositions dans un programme de travail qu’Academia reprend ici.

      13 propositions de Jean-Luc Autran pout la présidence du Hcéres

      – Expertiser les résultats du Crédit d’Impôt Recherche ;
      - Utiliser les prérogatives du Hcéres pour mener à bien un audit des besoins matériels et humains ainsi qu’un bilan social de l’ESR à tous les niveaux ;
      - Faire du bien-être étudiant et de la lutte contre la précarité étudiante un critère politique dans le suivi des établissements ;
      - Proposer la suppression de la commission des titres d’ingénieurs et évaluer la qualité des formations privées délivrant ce titre ;
      - Évaluer systématiquement les présidences et vice-présidence des établissements du supérieur ;
      – Mettre en place une évaluation permanente des membres des strates administratives par les personnels, destinés à les faire progresser dans l’exercice de leurs fonctions, sur la base des meilleures pratiques ;
      - Mettre en place une procédure d’institution des normes d’évaluation, discipline par discipline, par la communauté académique elle-même ;
      – Limiter le nombre de pièces prises en compte dans les dossiers de candidature et de carrière (articles, livres, etc) pour en finir avec la course au chiffre ;
      – Interdire dans les évaluations de valoriser les pratiques académiques qui supposent des voyages en avion ou des déplacements coûteux ;
      - Refondre totalement les procédures, calendriers et organisations des comités de visite en simplifiant à l’extrême le formalisme en vigueur, la durée et le travail en amont demandé aux structures évaluées.
      – Limiter drastiquement la longueur des documents à fournir pour les évaluations des unités de de recherche, des formations, des écoles doctorales et des établissements ;
      - Interdire l’utilisation du tableur Excel, des diagramme SWOT et des diagrammes de Gantt dans toutes les procédures d’évaluation ;
      - Limiter la longueur des rapports d’évaluation à une page recto-verso pour les unités de recherche, les écoles doctorales, les formations et à cinq pages pour les établissements.

      ’audition de Jean-Luc Autran est-elle un alibi à la consécration du calife ? Sans doute : le candidat ne semble guère se faire d’illusions sur le caractère vicié de la procédure MESRI. Sa candidature, en revanche, s’avère très sérieuse et une alternative intéressante à la suppression pure et simple de l’HCERES. L’absence d’ambition carriériste, politique ou vénale4. du candidat, son inscription dans la démarche collective #NousSommesCandidatE, la rend même dangereusement crédible. Il propose même un programme véritable neuf, venant compléter — on devine en coordination — le rôle du Conseil national des universités et du Comité national de la Recherche scientifique.

      Espérons que la représentation nationale fera valoir l’intérêt qu’il y a à nommer une personnalité universitaire toujours active, soucieuse du progrès scientifique, connaissant parfaitement la gabegie, en temps et en argent, du système actuel.

      https://academia.hypotheses.org/25327

  • Athènes veut des touristes, mais pas de migrants

    La crise sanitaire a permis à Athènes de réformer discrètement la politique d’asile, plus sévère envers les réfugiés. La société civile, anesthésiée après plusieurs mois de confinement, a peu réagi aux mesures, préoccupée par l’avenir économique du pays.

    Athènes (Grèce).– Mohammed Sherif, sa sœur et ses trois neveux se sont habitués au bruit des voitures qui résonne dans leur chambre exiguë. Mais bientôt ces Syriens devront quitter cet immeuble situé aux abords d’un boulevard athénien où s’alignent hauts édifices sans charme, sièges d’entreprises et tours de verre.

    Lorsque le confinement a paralysé la Grèce mi-mars, la famille, originaire de Deir ez-Zor, s’est en effet vu notifier « soudainement, par courrier », son expulsion d’ici fin juillet du logement social qu’elle occupe. « Nous n’avons pas d’argent. Nous allons probablement acheter une tente à 15 euros et la planter dans le coin », lâche, amer, l’homme de 27 ans.

    Comme eux, ils sont près de 11 000 réfugiés pourvus du droit de séjour en Grèce à devoir libérer les appartements financés par la Commission européenne et gérés par le Haut Commissariat aux réfugiés (HCR). Les hébergements seront attribués à des demandeurs d’asile bloqués dans la trentaine de camps de migrants du pays.

    Le système d’asile grec est congestionné. Premier pays d’entrée pour ceux qui veulent rejoindre l’Europe, la Grèce doit gérer 120 000 demandes d’asile et les migrants restent coincés dans des camps parfois surpeuplés, le temps que leur requête soit traitée.

    Car les hébergements sociaux qui pourraient désengorger les structures manquent. Le gouvernement conservateur de Kyriakos Mitsotakis pense avoir trouvé la solution : réduire la durée de passage dans ces lieux, à un mois au lieu de six auparavant. Les organisations de défense des migrants dénoncent, elles, une mesure « dangereuse ».

    Une bonne partie de ces réfugiés, souvent vulnérables et atteints de pathologies, y restaient des mois, parfois des années. Comme la famille Sherif, qui y a passé deux ans et demi. La sœur de Mohammed, aveugle, est totalement dépendante de lui. Ils risquent de se retrouver à la rue, alerte Alkima Alushi, travailleuse sociale chez Arsis, qui octroie les hébergements sociaux, en coordination avec le HCR. D’autant plus qu’« aucun particulier grec ne veut louer son logement à des migrants », précise-t-elle.

    Alkima Alushi a essuyé 60 refus de propriétaires lorsqu’elle a tenté de reloger ces familles. « C’est illégal mais personne ne peut rien dire. Les propriétaires disent qu’ils n’ont pas assez d’argent, alors qu’ils ont des aides d’État [souvent des allocations pour des pathologies ou pour vulnérabilité – ndlr] », insiste-t-elle.

    Le gouvernement les renvoie vers le nouveau programme baptisé « Helios » (« soleil » en grec), géré par l’Organisation internationale pour les migrations (OIM). Mais il ne compte que 3 500 places disponibles.

    « Nous sommes isolés. On ne nous pousse pas à apprendre le grec, on ne nous aide pas à chercher un emploi, comme c’est le cas en Allemagne », estime le Syrien Mohammed Sherif, qui n’aspire qu’à se rendre dans ce pays, « où il y a du travail dans les usines ». L’ancien étudiant en droit n’a travaillé que quatre mois depuis son arrivée en 2018 comme jardinier.

    Avant la pandémie, les milliers de réfugiés présents en Grèce avaient en effet déjà des difficultés à trouver un emploi, en raison de la crise. Ceux qui ne parlaient pas grec pouvaient essayer d’être embauchés pour les récoltes de fruits et légumes, sans être déclarés et dans des conditions précaires dénoncées par les ONG. Ceux qui le parlaient espéraient un poste de traducteur ou un emploi saisonnier sur les îles.

    Mais, aujourd’hui, la crise post-Covid-19 précipite la Grèce dans une récession profonde – le Fonds monétaire international prévoit un recul de 10 % du produit intérieur brut (PIB) – et 22 % de la population pourrait se retrouver au chômage.

    Et des organisations comme Arsis sont censées mettre à exécution les nouvelles directives. « Nous ne sommes pas la police, s’énerve la travailleuse sociale Alkima Alushi. Depuis le début de son mandat [en juillet 2019], ce gouvernement essaye de changer notre philosophie : nous sommes travailleurs sociaux, nous sommes là pour aider ces personnes. Mais ces autorités ne veulent pas respecter les droits de l’homme, en mettant ainsi les gens dehors. »

    Cette mesure s’inscrit dans une politique d’exclusion bien plus large, conforme à la réforme du droit d’asile adoptée en novembre, qui prévoit notamment la création de camps de migrants fermés, la réduction des possibilités de faire appel à la suite d’un refus d’asile, l’élargissement de la liste des pays tiers jugés « sûrs », etc. Il s’agit d’envoyer « un message clair » : « Ceux qui savent qu’ils ne peuvent pas obtenir l’asile et entreprendront de venir pour rester dans notre pays seront renvoyés dans leur pays et perdront l’argent investi dans leur voyage », déclarait en novembre le premier ministre Kyriakos Mitsotakis.

    À la fin février 2020, les tensions à la frontière gréco-turque – Ankara ayant annoncé vouloir laisser les migrants rejoindre l’Europe – ont permis à Athènes d’assumer davantage cette logique de durcissement. Au nom de la « protection des frontières », l’armée a été envoyée en renfort. Diverses organisations ont dénoncé des « push back », des renvois de migrants et de réfugiés.

    Elles dénoncent un « deux poids, deux mesures » discriminatoire : d’un côté on déconfine en espérant le retour des touristes, de l’autre on réprime les migrants. Par des communiqués discrets, le ministère de l’immigration a prolongé à plusieurs reprises, au nom de la lutte contre le Covid-19, leurs restrictions de mouvement dans plusieurs camps, au moins jusqu’au 2 août. Pourtant, la majorité des camps n’ont officiellement pas eu de cas détectés.

    L’opinion publique est restée plutôt silencieuse. « Les Grecs sont avant tout préoccupés par l’avenir économique du pays, qui ne s’est pas encore relevé de dix ans d’austérité », note Filippa Chatzistavrou, chercheuse à l’université d’Athènes.

    L’Union européenne, qui a fourni depuis 2015 2,7 milliards d’euros d’aides à la Grèce pour gérer la question migratoire, se fait également discrète. « La Grèce est un État souverain et gère elle-même les conséquences de cette pandémie », a répondu Adalbert Jahnz, porte-parole de la Commission européenne sur les questions de migration.

    Dina Varvaramatou, directrice de l’association Praksis, qui vient en aide aux personnes démunies à Athènes, met pourtant en avant la responsabilité européenne, qui remonte, souligne-t-elle, à l’accord controversé de 2016 entre l’UE et la Turquie pour empêcher les arrivées de réfugiés en Europe. « Cette politique dure est visible dans le pays car nous sommes le premier pays d’arrivée [pour les migrants en Europe – ndlr], et ce gouvernement assume totalement ses positions, décrypte la responsable. La logique est celle du “Stay out, get out” [“restez éloignés, partez” en anglais – ndlr] : on empêche les migrants d’entrer dans le pays et on décourage ceux qui souhaitent s’intégrer, on leur rend la vie difficile. »

    À la frontière maritime avec la Turquie, marine et garde-côtes patrouillent en permanence. Le 30 juin, Athènes a annoncé que le projet de construction d’une barrière flottante de 2,7 kilomètres censée dissuader les migrants au large de Lesbos était entré dans sa phase finale. En cet été 2020, les touristes sont invités à se prélasser sur les plages du pays, les migrants priés de ne pas venir les déranger.

    https://www.mediapart.fr/journal/international/010820/athenes-veut-des-touristes-mais-pas-de-migrants?xtor=CS7-1047
    #tourisme #migrations #Athènes #Grèce #désirables #indésirables #réfugiés

  • India’s Bihar state fights twin threat of virus and floods
    https://apnews.com/929a3a654a13c7d2401f2e74517f1778

    Monsoon floods have swamped large parts of India’s densely populated Bihar state and displaced more than 300,000 people by Friday, officials said, exacerbating the risk of the coronavirus and stymieing its response to the pandemic. The floods have killed at least 24 people in the state, where heavy rain has submerged thousands of villages in 14 districts and pushed the already feeble health care system to the wall. More than 300,000 villagers have been evacuated to relief camps and officials warned of further cloudbursts and heavy rain in the next two days. India’s National Disaster Response Force said it had deployed 28 of its teams to help with rescue and relief work. Every year the state faces perennial flooding by the rivers originating from neighboring Nepal that affects millions, but doctors and experts said the bigger worry this year is the rapidly spreading coronavirus

    #Covid-19#migration#migrant#inde#nepal#deplacement#mousson#sante#environnement#contamination