• Covid-19 : le variant indien du coronavirus sème la confusion chez les scientifiques
    https://www.lemonde.fr/planete/article/2021/05/12/le-variant-indien-du-coronavirus-seme-la-confusion-chez-les-scientifiques_60

    Covid-19 : le variant indien du coronavirus sème la confusion chez les scientifiques. L’OMS envoie des signaux contradictoires sur la dangerosité supposée du B.1.617, les spécialistes de la génétique restent encore très prudents sur sa vitesse de propagation. Au moment où l’Europe entame l’allègement des mesures de restriction contre l’épidémie de Covid-19, le variant dit « indien » du coronavirus, B.1.617 de son nom scientifique, a rejoint mardi 11 mai la liste des variants « préoccupants » tenue par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), sur laquelle figuraient déjà les variants britannique, brésilien et sud-africain.
    Repéré à ce jour dans 49 pays, le B.1.617 est « plus contagieux » que la souche initiale du SARS-CoV-2 et il y a « des éléments qui permettent de penser qu’il atténue la réponse des anticorps qui permettent de combattre le virus », a déclaré Maria Van Kerkhove, responsable technique de la lutte contre le Covid-19 à l’OMS, pour justifier cette décision. Ces propos n’ont pas vraiment mis un terme à la confusion qui règne autour du variant indien. Samedi 8 mai, la pédiatre indienne Soumya Swaminathan, scientifique en chef à l’OMS, avait parlé d’un variant « qui se propage très rapidement, qui est plus contagieux, et qui pourrait échapper aux protections vaccinales, contribuant ainsi à l’explosion de l’épidémie dans le pays ». Le géant d’Asie du Sud détecte plus de 350 000 nouveaux cas de Covid-19 par jour depuis bientôt trois semaines et le nombre de morts quotidiens dépasse actuellement les 4 000.
    Lundi 10 mai, Mme Swaminathan a rétropédalé, expliquant que le variant indien « ne peut être tenu pour seul responsable de l’augmentation spectaculaire du nombre de cas et de décès observés en Inde », reconnaissant aussi que le pays a surtout « baissé sa garde » cet hiver, après la fin de la première vague épidémique. (...) La communauté scientifique est elle-même hésitante. Au Royaume-Uni, pays où les différentes déclinaisons du variant indien – B.1.617, B.1.617.1, B.1.617.2 et B.1.617.3 – ont été le plus repérées ces dernières semaines hors d’Inde, certains experts appellent le gouvernement à retarder les nouvelles levées de restrictions prévues à compter de lundi 17 mai. D’après le Public Health England, il apparaît que le variant indien est « au moins aussi contagieux » que le variant britannique découvert l’automne dernier dans le Kent, mais « on ne sait pas si, et dans quelle mesure, il peut réduire l’efficacité des vaccins ».C’est apparemment le B.1.617.2 qui est en train de gagner du terrain outre-Manche, comme dans certaines régions de l’Inde. En cause, des arrivées de ressortissants indiens et pakistanais qui auraient donné lieu à l’apparition d’un cluster au sud de Manchester, en dépit de la quarantaine institutionnelle obligatoire de dix jours imposée depuis le 23 avril à tous les voyageurs en provenance du sous-continent. Le Wellcome Trust Sanger Institute, institut de recherche en génomique situé près de Cambridge, rapporte que le B.1.617.2 est actuellement identifié « dans plus de 10 % » des échantillons prélevés sur des personnes testées positives et faisant l’objet d’un séquençage génétique. Toutefois, avertit Jeffrey Barrett, statisticien dans cet établissement, « il est difficile d’en tirer des conclusions sur la transmissibilité du variant indien », parce que les données collectées sur le terrain ne représentent que « des poignées de séquences » et que « des centaines de cas » ont en réalité été importés de l’étranger en peu de temps, au moment où le Royaume-Uni se déconfinait.

    #Covid-19#migrant#migration#inde#grandebretagne#sante#variant#cluster#circulation#casimporte#frontiere

  • Proche-Orient : face à l’escalade de la #violence, la #communauté_internationale appelle au calme
    https://www.rfi.fr/fr/moyen-orient/20210512-proche-orient-face-%C3%A0-l-escalade-de-la-violence-la-communaut%C3%A9-

    Le chef de la ligue arabe a lui aussi dénoncé des frappes israéliennes sans discrimination et irresponsables, tenant Israël pour responsable de la « dangereuse escalade » du conflit.

    [...]

    L’Organisation de la coopération islamique (OCI) a elle condamné mardi 11 mai « dans les termes les plus forts les attaques répétées des autorités d’occupation israéliennes contre le peuple palestinien », a déclaré l’organe panislamique basé dans la ville saoudienne de Djeddah.

    #indéfendable

  • A New Delhi, les sikhs au secours des malades du Covid-19
    https://www.lemonde.fr/international/article/2021/05/12/a-new-delhi-les-sikhs-au-secours-des-malades-du-covid-19_6079989_3210.html

    Le plus grand temple de la capitale indienne a ouvert, dans son enceinte, un centre de soins de 400 lits, pour soulager les hôpitaux débordés. Minoritaires dans la population, les sikhs, réputés pour leur générosité, ont une influence considérable dans la société.Le gurdwara Rakab Ganj Sahib a fermé ses portes aux fidèles depuis le 17 avril, date du début du confinement imposé par le chef de gouvernement de Delhi, Arvind Kejriwal, pour tenter de freiner le rythme des contaminations. Mais le temple sikh, le plus imposant de la capitale indienne, situé près du Parlement, déborde d’activité.Des volontaires arrivent, les bras chargés de sacs de biscuits et de nourriture. L’entrée du temple est filtrée par de lourdes barrières en fer jaune. Il faut d’abord passer par un point de contrôle, décliner son identité devant une équipe protégée des pieds à la tête par des combinaisons anti-Covid et des visières. Une voiture se présente dans la cour, avec une personne allongée à l’arrière, qui semble trop mal en point pour bouger. Un volontaire se précipite avec une chaise roulante.
    Le gurdwara Rakab Ganj Sahib a transformé un de ses bâtiments pour accueillir près de 400 lits, mis à disposition des malades du Covid-19, et équipés de concentrateurs d’oxygène, à New Delhi, le 4 mai 2021.C’est l’un des premiers patients de l’immense hôpital de fortune monté en quelques jours par la communauté sikh, en liaison avec le gouvernement régional, dans l’enceinte du gurdwara. Un bâtiment du temple a été vidé, pour accueillir près de 400 lits, mis à disposition des malades du Covid-19, et équipés de concentrateurs d’oxygène. Derrière chaque matelas, une chaise, pour les accompagnants, et un ventilateur. Les températures à New Delhi sont proches de 40 degrés. Et juin sera encore plus torride. Une dizaine d’ambulances jaunes, grandes comme des bus, stationnent sur le parking, prêtes à intervenir.Ce centre de soins consacré au Covid-19 a ouvert ses portes, lundi 10 mai, pour répondre à la crise de l’oxygène qui fait exploser le système de santé indien, en particulier dans la capitale, où les hôpitaux, débordés par la deuxième vague épidémique, ne sont plus en capacité de gérer l’afflux des patients en détresse respiratoire.
    L’immense hôpital de fortune (ici le 4 mai 2021) a été monté en quelques jours par la communauté sikh dans l’enceinte du gurdwara Rakab Ganj Sahib, à New Delhi.« Nous avons 10 médecins en permanence et 15 infirmières. L’oxygène et les médicaments nous ont été envoyés par des sikhs du Canada, du Royaume-Uni, des Etats-Unis, d’Australie, assure Bhupinder Singh, un des responsables du gurdwara. Nous accueillons ici tout le monde, gratuitement, quelle que soit la religion des malades, quel que soit leur statut. »La situation dans la capitale indienne s’améliore lentement sous l’effet du confinement, mais elle reste fragile et les hôpitaux sont encore au maximum de leur capacité. Le taux de positivité, qui avait atteint 36 % le 22 avril, est retombé à 21 % ; le nombre d’infections a chuté de 28 000 à 12 000 cas, mardi 11 mai. Le même jour, cependant, il ne restait que 59 lits disponibles en soins intensifs, dans cette mégapole de plus de 20 millions d’habitants. Trois cent quarante-sept morts ont été comptabilisés au cours des vingt-quatre dernières heures, plus de 4 000 à l’échelle du pays, qui a franchi la barre des 250 000 morts. Mercredi 12 mai, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a détecté le variant indien dans « 44 pays », et l’a classé comme « préoccupant ». L’aide internationale, promise dès le 26 avril, arrive encore avec peine jusqu’aux établissements hospitaliers du pays. Les producteurs d’oxygène, respirateurs ou médicaments sont restés plusieurs jours coincés sur le tarmac des aéroports pour des raisons de dédouanement. Il a fallu désemballer, remballer, avant que les cargaisons soient enfin acheminées vers les hôpitaux.Aux premières heures de la crise de l’oxygène, la communauté sikh – les gurdwaras et l’ONG Khalsa Help International – a déployé tous ses efforts pour venir en aide aux malades, souvent en état critique, refusés dans les centres hospitaliers, trop congestionnés.
    Les familles désespérées ont vite trouvé le chemin des gurdwaras. Les sikhs, réputés pour leur générosité, ne représentent que 2 % de la population en Inde, mais leur influence et leur rôle dans la société sont considérables, notamment à New Delhi, qui regroupe la plus importante communauté après le Penjab. Lors de la première vague épidémique et du premier confinement, ils avaient déjà distribué des milliers de repas aux travailleurs migrants piégés dans les grandes métropoles. Peu avant, en février 2020, lors de terribles pogroms contre les musulmans dans les quartiers nord de New Delhi, ils s’étaient précipités pour tenter de sauver des vies, apporter nourriture et vêtements à ceux qui avaient tout perdu. Ils ont encore aidé les milliers de paysans, en grève aux portes de Delhi, depuis le mois de novembre 2020, avec leurs immenses cuisines installées le long des campements. Leur intervention s’inscrit dans une longue tradition de générosité et de bénévolat, de service désintéressé [“seva”] », explique Christine Moliner, anthropologue, spécialiste des sikhs et du Pendjab. Pour l’enseignante à l’OP Jindal Global University, « les formes nouvelles que prend cette tradition éthique, en manifestant la solidarité des sikhs avec les autres communautés, constituent une réponse au majoritarisme hindou ». « Le travail que le gouvernement était censé faire, c’est la société qui le fait aujourd’hui », relève Rajinder Singh, un bénévole. (...) A l’entrée du centre anti-Covid du gurdwara, une grande banderole assure : « Le corona peut tuer les humains, pas l’humanité »

    #Covid-19#migrant#migration#inde#sante#religion#diaspora#confinement#solidarite#travailleurmigrant#variant

  • Les ultra-riches au cœur du problème climatique
    https://www.les-crises.fr/les-ultra-riches-au-coeur-du-probleme-climatique

    Source : BBC, Roger Harrabin, 13-04-2021 Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

    Selon un rapport, les gens riches de la planète doivent changer radicalement leur mode de vie pour lutter contre le changement climatique. Selon ce rapport, les 1 % des personnes les plus riches du monde produisent deux fois plus d’émissions de carbone que les 50 % les plus pauvres, selon l’ONU. À eux seuls, les 5 % les plus riches – ceux qu’on appelle « les élites pollueurs » – ont contribué pour 37 % de la croissance des émissions entre 1990 et 2015. Les auteurs veulent dissuader les conducteurs de SUV et les habitués des transports aériens – et persuader les gens aisés de bien isoler leurs maisons.Lire la (...)

    • Mais pourquoi free bloque t’il l’envoi de la lettre d’information du PARDEM, Le Parti de la Démondialisation ?

      Depuis le 25 Avril 2021, les adresse free ne la reçoivent plus. La #mondialisation c’est donc obligatoire !
      Il est vrai que le programme de ce petit parti politique peut difficilement être accusé d’extrémisme de droite.

      On remarquera que l’option permettant de traiter les mails #indésirables a disparu du webmail de free.

      https://www.pardem.org

      I.- Annuler toutes les « réformes » néolibérales prises ces quarantes dernières années.
      II.- Reconquérir la souveraineté de la France dans les domaines politique, militaire et diplomatique, en sortant de l’Union européenne, de l’OTAN, en démondialisant pour bâtir de nouvelles relations internationales fondées sur le co-développement.
      III.- Reconquérir la souveraineté monétaire et financière en sortant de l’euro, en démantelant les marchés financiers en France, en organisant le dépérissement de la Bourse et en faisant défaut sur la dette publique pour pouvoir la restructurer. 
      IV.- Reconquérir la souveraineté économique et industrielle par le retour à la nation des grands groupes industriels, de services et médiatiques, par des mesures protectionnistes dans le cadre rénové de la Charte de La Havane de 1948, pour une mutation écologique, sociale et démocratique des modes de production, de distribution et de consommation.
      V.- Reconquérir la souveraineté fiscale condition nécessaire pour faire basculer le partage de la valeur ajoutée en faveur du travail et construire des politiques d’égalité. 
      VI.- Instaurer le droit opposable à l’emploi effectif permettant l’emploi pour tous, l’État étant l’employeur en dernier ressort.
      VII.- Restaurer, refonder et élargir la Sécurité sociale et tous les services publics pour garantir la justice sociale.
      VIII.- Bien vivre dans une société qui préserve la biodiversité et les ressources fossiles, tout en assurant son autonomie alimentaire par le développement de l’agriculture paysanne, et son autonomie énergétique par une sortie progressive du nucléaire.
      IX.- Refonder l’instruction publique, développer la recherche, promouvoir la langue et la culture françaises.
      X.- Reconstruire l’État républicain pour garantir l’intérêt général et les libertés publiques, la démocratie, la laïcité, et l’indépendance de la justice.

      #free #censure #internet #fait_divers #surveillance #france #médias #mail #messagerie #liberté_d'expression #démocratie #liberté

  • Inde : textes (pandémie, nationalisme, Modi, mobilisations paysannes, etc.)

    Sayandeb Chowdhury et Rajendran Narayanan : Une stratégie du choc made in India, et à l’heure de la pandémie :
    Farzana Versey : Le nationalisme hindouiste et sacré de Modi et le Covid-19 :
    Sonali Kolhatkar : Le désastre pandémique : la responsabilité de Modi et de son BJP :
    Arundhati Roy : Inde : un crime contre l’humanité :
    Satyendra Ranjan : La mobilisation des agriculteurs : une feuille de route pour l’opposition :
    Prabir Purkayastha : Alors que l’Inde a du mal à respirer, le gouvernement Modi se défausse de ses responsabilités :

    https://entreleslignesentrelesmots.blog/2021/05/10/inde-textes-pandemie-nationalisme-modi-mobilisations-pa

    #international #inde

  • ‘Like purgatory’: diaspora in despair as India sinks deeper into Covid crisis | India | The Guardian
    http://www.theguardian.com/world/2021/may/10/india-covid-crisis-diaspora
    https://i.guim.co.uk/img/media/e65a2cf9b588758d651062e311fbad947b25cab0/0_165_3811_2287/master/3811.jpg?width=1200&height=630&quality=85&auto=format&fit=crop&overlay-ali

    ‘Like purgatory’: diaspora in despair as India sinks deeper into Covid crisis
    A medical worker observes patients who have been infected by Covid-19 inside a makeshift are facility in a sports stadium in New Delhi on 2 May 2021.A few days ago, her uncle died in his car as he was driving back home from a hospital in Hyderabad, a city in southern India. “All the hospitals were at capacity, so they couldn’t take him in,” said Ahmed. “He pulled over and he called the rest of the family, the khandan – before he passed.”
    Each loss has amplified her anger – at the mass crisis unfolding 8,000 miles away, at the shortages of oxygen and vaccines, at the anti-Muslim attacks stoked by Indian officials who have scapegoated religious minorities as the country. Ahmed, an academic and activist based in New Jersey, has asked the Guardian to use a pseudonym for privacy and safety concerns.
    As the US begins to emerge from the depths of the coronavirus crisis, India is sinking. And the 4.8 million members of the diaspora in the US, like Ahmed, have been anxiously monitoring their phones in case of news that an old neighbor, or relative, or close friend has died. The despair has permeated across time zones, as Indian Americans scramble to secure oxygen canisters and hospital beds for family members, desperately work to raise funds, donate resources and pressure US legislators to lift vaccine patents.“I’ve been feeling hopeless and disconnected and guilty,” said Himanshu Suri, a New York-based rapper. Suri’s father died of Covid-19 at a Long Island nursing home last April, at the height of surge in New York. Instead of flying to India to spread his dad’s ashes this spring, as he’d planned, Suri has watched from afar as the subcontinent is engulfed by the pandemic.“I thought I’d feel happier after getting the vaccine,” he said – but there’s been no sense of relief. “Instead, I’ve had this feeling, like I’m in purgatory.”
    Unable to fly home to help or comfort loved ones, many Indian Americans have leveraged their power and money to pressure political leaders, raise awareness and build up grassroots aid efforts. In recent weeks, Indian American doctors and health workers have joined activists in successfully pressuring the Biden administration to send supplies, and help waive intellectual property protections on coronavirus vaccines to help ramp up production.Many have also called for a harder-line stance against the Indian prime minister, Narendra Modi, a rightwing Hindu nationalist and US ally who before the surge lifted most coronavirus restrictions and had held massive, in-person political rallies. As reported cases began to rise exponentially, graphing a nearly vertical trend line, his administration has also been accused of hiding the true toll, cracking down on critical social media posts and threatening journalists who question his party line.
    Meanwhile, India’s most vulnerable – including the poorest, those on the lowest rungs of the caste system, religious minorities and Indigenous people, have faced the worst effects.The denialism, refusal to enact lockdown measures and the evasion of responsibility by scapegoating of minorities by officials in Modi’s government have sparked comparisons to the Trump administration, compounding the anger felt by some Indian American families.“When there’s more anger and backlash from some leaders at the media showing images of cremated bodies, than the fact that so many people are dying, it’s extremely angering,” said Suri. “We saw how badly things played out last year, with our own government – and seeing it all play out similarly over there is extremely frustrating.”Suri said the crisis had reshaped his daily schedule: he begins each work day by checking in on Indian artists and musicians – asking after their health and contributing to grassroots efforts to raise funds for medical supplies. Each night, before heading to bed, he checks in with family members. For the first time, he’s also begun to discuss politics and philanthropy with cousins, over group chat. “We don’t typically talk about those things,” he said,
    The crisis has brought on “a real moment of reckoning within the diaspora”, said Sruti Suryanarayanan, a hate violence researcher at Saalt, a south Asian justice and research organization. “We’re going to have to hold the Indian government, and the American government accountable for what’s happened during this pandemic.”Saalt volunteers have been organizing mutual aid efforts, and helping the most vulnerable in India and Nepal find ICU beds and oxygen canisters. The organization has also joined with the Sikh Coalition and other groups campaigning for the Biden administration to direct medical resources to India, and pressure the Modi government to ensure that historically marginalized groups including Dalit, Adivasi, Christian, Muslim, Sikh and Kashmiri communities get equal access to vaccines.Suryanarayanan said Saalt has been monitoring instances of hate crimes against Indian Americans, amid a surge of scapegoating and hate crimes against Asian Americans in the US. Sikh and Muslim Americans, who were already among the most-targeted, may be especially vulnerable now, they said, as social media posts characterizing Indian Americans as contagious circulate online.
    “I’ve just been looking to do anything that will give me some sense of feeling a little less helpless,” said Zain Alam, a New York-based musician and artist. As cases began to rise exponentially in India, Alam’s best friend, Mohit, was one of a crew of first responders in New Delhi filling and refilling oxygen canisters and delivering them to the sick.“He hadn’t slept for 48 hours when we were finally able to connect with him – it was 4am over there,” said Ajay Madiwale, another New York-based friend who works in humanitarian aid. “It just felt ethically untenable for us over here not to be doing more.”Alam, Madiwale and their friend Anjali Kumar have organized an effort called Doctors in Diaspora, which connects physicians and healthcare workers in the US with providers and patients in India. “We saw so many Indian doctors responding, on the frontlines of the crisis in the US,” Madiwale said. “And now we have this huge capacity to help people in India.” Nearly 200 doctors have enrolled in the program so far, getting ready to offer advice, insight and emotional support to colleagues on the front line.Kumar, who helped launch a secure platform for Covid patients at US hospitals and senior care facilities to video call loved ones, has also used the same platform to help doctors connect across oceans. “The south Asian community in New York was disproportionately affected during the first wave in New York, especially when hospitals in Queens were running out of beds,” Mediwale said. “And now, just when we’re getting back to normal, we’re again watching our loved ones suffer from even farther away.”
    The Centers for Disease Control and Prevention has advised Americans not to travel to India, and placed restrictions on air travel to the subcontinent. So, the diaspora has been mourning from afar.For each member of her family that has died, Ahmed has read out one chapter Qu’r’an. “Each family member reads one or two chapters – on their own – and we mark in a Google Doc what we’ve read,” she said. “It’s not the same as us all gathering to recite the Qur’an together – but it helps us feel connected.”

    #Covid-19#migrant#migration#etatsunis#inde#diaspora#sante#circulation#frontiere#santementale#solidarite

  • #Ubérisation : « Les travailleurs sont bien sous la #subordination de la plateforme » | Public Senat
    https://www.publicsenat.fr/article/parlementaire/uberisation-les-travailleurs-sont-bien-sous-la-subordination-de-la-plate

    la délégation sénatoriale aux entreprises a organisé jeudi 6 mai une audition « sur les travailleurs des plateformes du #numérique », réunissant autour de la table des représentants d’#Uber mais aussi des spécialistes de la question. L’objectif affiché, organiser un « débat sur les fragilités économiques de ces travailleurs, que la crise a rendu visible », comme l’a expliqué Serge Babary, sénateur LR d’Indre-et-Loire et président de la délégation sénatoriale aux #entreprises.

    #autonomie contre #indépendance
    Lien vers la vidéo de la table ronde : http://videos.senat.fr/video.2271292_6091ffa4de918.audition-pleniere---table-ronde-sur-les-tra

  • Les agricultrices indiennes ne sont plus de simples spectatrices

    Un phénomène très significatif dans le mouvement des agriculteur·trices en cours est la participation massive des femmes, surtout depuis la célébration de la Journée des agricultrices le 18 janvier à l’appel de Samyukt Kisan Morcha [coalition de plus de quarante syndicats d’agriculteur·trices indien·nes]. Non pas qu’elles ignoraient jusqu’à présent ce qui se passait autour d’elles, mais elles se sont senties plus libres de rejoindre activement le mouvement, même de façon indépendante, alors que presque toutes les communautés rurales étaient déjà en mouvement. La participation sans précédent des femmes dans le mouvement des agriculteur·trices en cours est quelque chose que nous regardons tous et toutes avec beaucoup d’espoir. L’engagement actif et offensif des femmes dans ce mouvement, sous différentes formes et par différents moyens, est quelque chose que nous devons examiner de près et comprendre pour en tirer des leçons pour l’avenir. Certains des principaux slogans du mouvement, que l’on peut entendre dans les deux villages et aux frontières, comme « Kisan-Majdoor Ekta Zindabad, Mahila Kisan Mazdur Ekta Zindabad, Punjab Haryana Bhaichara Zindabad », indiquent également que l’accent est mis sur l’unification du mouvement. L’accent est également mis sur la construction de la fraternité entre les agriculteur·trices de l’Haryana et du Pendjab.

    https://entreleslignesentrelesmots.blog/2021/05/04/les-agricultrices-indiennes-ne-sont-plus-de-simples-spe

    #féminisme #international #inde

  • A l’aéroport de Roissy, des Indiens en transit illégal installés dans un terminal
    https://www.lemonde.fr/societe/article/2021/05/03/a-l-aeroport-de-roissy-des-indiens-en-transit-illegal-installes-dans-un-term

    A l’aéroport de Roissy, des Indiens en transit illégal installés dans un terminal. Par crainte de la formation d’un cluster de contamination au Covid-19, les autorités ont installé une annexe temporaire à la zone d’attente pour personnes en instance (ZAPI) dans le terminal 2A de l’aéroport.
    Un terminal de l’aéroport Roissy - Charles-de-Gaulle a été aménagé pour accueillir plusieurs dizaines d’Indiens en transit illégal sur le territoire français et faire baisser le nombre de personnes maintenues dans la zone d’attente de l’aéroport, a-t-on appris, lundi 3 mai, de sources aéroportuaires.Par crainte de la formation d’un cluster de contamination au Covid-19, la Croix-Rouge et l’Association nationale d’assistance aux frontières pour les étrangers (Anafé) avaient décidé à la fin avril de retirer leurs salariés de la plus grande zone d’attente aéroportuaire de France, où sont maintenus les étrangers qui ne sont pas autorisés à entrer sur le territoire. Vendredi, les autorités, avec le soutien logistique d’Aéroports de Paris (ADP), ont donc installé une annexe temporaire à la zone d’attente pour personnes en instance (ZAPI) dans le terminal 2A de l’aéroport, une information dévoilée par Le Parisien.« Nous avons mis à disposition des lits de camp dans un terminal fermé depuis l’été et permis un accès aux sanitaires. Quatre-vingts à quatre-vingt-dix personnes en transit avec des problèmes administratifs de visa s’y trouvent actuellement », a indiqué lundi ADP à l’Agence France-Presse (AFP). Le nombre d’étrangers maintenus dans la zone d’attente principale est ainsi redescendu à « trente-cinq », selon une source aéroportuaire.
    Tous les étrangers installés dans l’annexe temporaire sont des ressortissants indiens, en grande majorité des hommes, a précisé cette source à l’AFP. Ils ont tous refusé de subir des tests, « mais certains sont arrivés avec des PCR négatifs et sont là depuis dix-sept jours ». Pour la plupart, ces Indiens sont en transit entre Moscou et Mexico, avec l’espoir d’immigrer en Amérique du Nord. Mais ils ne disposent pas de visa et doivent donc être réacheminés vers Moscou.En première ligne face à la pandémie, avec le Brésil, l’Inde a enregistré 3 400 décès supplémentaires et 370 000 nouvelles contaminations en vingt-quatre heures. Le bilan total provisoire culmine à plus de 219 000 morts, pour près de 20 millions de contaminations.

    #Covid-19#migrant#migration#france#inde#sante#circulation#variant#frontiere#cluster#transit#visa

  • First ever village-level mapping of childhood undernutrition in India reveals sharp local disparities | News | Harvard T.H. Chan School of Public Health

    https://www.hsph.harvard.edu/news/press-releases/first-ever-village-level-mapping-of-childhood-undernutrition-in-india-

    Boston, MA – The risk of childhood undernutrition varies widely among villages in India, according to new research led by Harvard T.H. Chan School of Public Health in collaboration with researchers at Harvard’s Center for Geographic Analysis, Harvard’s Center for Population and Development Studies, Korea University, Microsoft, and the Government of India.

    The study is the first to predict and map the burden of childhood undernutrition across all of the nearly 600,000 villages in rural India, and the methods developed to do so could be applied to other health indicators and help advance the field of “precision public health,” in which interventions and policies are tailored to smaller populations that are disproportionally affected by specific health issues, according to the study’s authors.

    #inde #cartographie #inégalité #développement #Malnutrition #enfance

  • The Historical Importance of India’s Cartography Reforms

    https://swarajyamag.com/economy/the-historical-importance-of-indias-cartography-reforms

    Last week, the government of India announced far reaching liberalization of the cartography and geospatial sector. This is a major step towards enhancing indigenous capacity in this crucial sector by allowing private sector greater space to innovate as well as opening it up, with some restrictions, to international players to invest onshore. For hundreds of years, cartography has been at the cutting edge of technological innovation, and its military, geostrategic and commercial importance cannot be emphasized enough. Therefore, in order to understand the significance of the new policy, it is important to know the history of cartography.

    #inde #pakistan #image #cartographie #cachemire #frontières #territoire #différend_frontalier

  • My Australian husband is stuck in India. All I want is to know he can come home | Narita Nagin | The Guardian
    http://www.theguardian.com/commentisfree/2021/may/03/my-australian-husband-is-stuck-in-india-all-i-want-is-to-know-he-can-co
    https://i.guim.co.uk/img/media/ce76c31caf8db874ed1e5c68a02e5fc7cfefe277/0_756_1980_1188/master/1980.jpg?width=1200&height=630&quality=85&auto=format&fit=crop&overlay-ali

    My Australian husband is stuck in India. All I want is to know he can come home. What does it mean to be a citizen? Is Australia a fair-weather friend, only there for you in the good times? The Australian government’s drastic decision to temporarily stop all travellers from India entering Australia has me in tears almost every night, struggling to cope with the uncertainty of when I’ll see my husband again.Before he departed Australia for India in March, I was stressed knowing that repatriation flights were few and far between. But he managed to convince both me and the Australian government (that granted him a travel exemption) that he had to go to visit and care for his mum, his only surviving parent, who is suffering from stage-four cancer. Knowing him, his kindness and conscientiousness, I knew that it wasn’t really a choice for him to be at his dying mother’s side.
    The situation is emotionally draining for the 9,000 Australians who are stranded in India while it is ravaged by the deadly Covid-19 second wave, desperate to get home. To date, India has reported more than 19m cases and 216,000 deaths. I can’t even imagine the unbearable stress and fear of being in India surrounded by the countless stories of the lack of oxygen and hospital beds, the crumbling infrastructure and people dying on the streets.
    India does not allow for dual citizenship, so it does not owe Australians like my husband anything – if they were once Indians, they have given that up to become Australians. What does it mean to be an Australian citizen? Is Australia a fair-weather friend, only there for you in the good times? For Australian citizens stuck in India, the worst-case scenario is playing out in real time. What if India decides to prioritise its citizens’ health over others due to insufficient and crumbling infrastructure? What if India demands non-citizens leave the country or threatens them with prison sentences like the Australian government just did for its own citizens?
    Like most other Australians, I don’t want to compromise the health of the community, but surely Australians can be allowed back via a safe process and the virus can be contained by isolation. In March, shortly before the government’s decision to exclude Australians travelling from India, just 1,065 people travelled into Australia each day on average, so the existing protocols did not allow a huge number enough to suggest undue burden on infrastructure.Its decision to ban Australian travellers from India indicates the Australian government’s complete lack of confidence in its own quarantine system. While this may be justified, given the numerous quarantine mistakes, wouldn’t it be more appropriate for Australia to fix its quarantine system than to deny its own citizens their basic human right to return home to their families?Similar draconian laws and absolute bans were not considered when in the US and UK Covid cases were soaring only a few months ago. The US to date reported 32.4m cases and 576,000 deaths. The UK wasn’t that far behind, and a substantially deadlier strain of Covid-19, B.1.1.7, originated there. Why has a different approach been taken to Australians returning from India?I have always found Australians to be warm, open and inclusive, and so this is the first time I have any regrets in choosing Australia as my home. Other governments are doing so much more to help their citizens – the US, in its latest health alert, asked its citizens to leave India as soon as it is safe to do so, and additional flight options are available for them. British and Irish nationals, and third-country nationals with residence rights in the UK, are arriving into England from India with the requirement to quarantine. These are fair and reasonable options that Australians stranded in India would welcome.
    As for my husband, even if the borders were open, I know that he won’t return until his mother dies. At the same time, it is difficult for him being in India without any certainty as to when he might be able to return home. While the ban for travellers from India is temporary, for those stuck overseas “temporary” reads as “indefinitely”. For now, he continues to live among the Covid chaos in India, waking up at 3am daily to work Australian hours , while caring for his mum, who in addition to stage-four cancer now also has Covid-19.Despite all these challenges, he is still an amazing husband from afar, calling me daily to check in, calming me during my frequent meltdowns. All I want is for both of us to have the certainty that he can come home to Sydney when he is ready.There should be no barriers to Australians returning home. It is our right.Narita Nagin is an Australian lawyer. She is based in Sydney and was born in Fiji

    #Covid-19#migrant#migration#australie#inde#sante#variant#retour#contamination#santementale#droit

  • Covid-19 dans le monde : l’aide internationale afflue en Inde, levée des restrictions en Europe
    https://www.lemonde.fr/planete/article/2021/05/03/covid-19-dans-le-monde-l-aide-internationale-afflue-en-inde-levee-des-restri

    Le Pakistan ferme ses frontières terrestres avec l’Afghanistan et l’Iran
    Voisin de l’Inde, le Pakistan a fermé ses frontières terrestres avec l’Iran et l’Afghanistan et va suspendre mercredi pour deux semaines 80 % de ses liaisons internationales. Ces nouvelles restrictions surviennent à quelques jours de l’Aïd-el-Fitr, la fête musulmane de la rupture du jeûne, qui s’accompagne traditionnellement de grands mouvements de population entre les villes et les campagnes et du retour au pays des travailleurs émigrés et des Pakistanais résidant à l’étranger.Le ministre de la planification, Asad Umar, a annoncé que les deux prochaines semaines seraient « cruciales ». L’an dernier, le Pakistan avait connu un pic de contaminations après le ramadan et l’Aïd-el-Fitr. Le pays, qui a déjà enregistré 18 000 morts et 800 000 cas, fait face à une troisième vague de l’épidémie.

    #Covid-19#migrant#migration#pakistan#inde#afghanistan#sante#retour#frontiere#religion#aidelfitr#travailleurmigrant#contammination

  • The unmaking of India | Free to read | Financial Times
    https://www.ft.com/content/80c18d5b-443e-48e4-9f28-3cc491df4260

    Despite his failures on the economic front, despite his mishandling of the pandemic, #Modi remains enormously popular among voters. An opinion poll conducted in late January showed “NaMo” as having approval ratings of above 70 per cent. Events of recent weeks may have caused a slide, but this is likely to be modest, rather than precipitous.

    How does one explain this disjunction between performance and popularity? One reason for Modi’s appeal is that his ideology of Hindu majoritarianism is widely shared by voters, particularly in the populous states of northern India. The BJP has been especially successful in getting lower-caste Hindus into their fold, by offering them cultural superiority over Muslims.

    #Inde #identité #idéologie #popularité #populisme

  • Histoires d’Algérie
    https://laviedesidees.fr/Henni-Architecture-contre-revolution.html

    À propos de : Samia Henni, Architecture de la contre-révolution, Éditions B42 ; Raphaëlle Branche, « Papa qu’as-tu fait en Algérie ? », La Découverte ; Natalya Vince, Our Fighting Sisters. Nation, Memory and Gender in Algeria, Manchester University Press. Trois historiennes abordent de manière renouvelée la #guerre d’Algérie. Leurs recherches mettent en lumière les effets de la violence sur les populations, ainsi que les traumatismes des soldats français et des combattantes algériennes.

    #Histoire #colonialisme #genre #indépendance #Maghreb
    https://laviedesidees.fr/IMG/pdf/20210428_algerie.pdf
    https://laviedesidees.fr/IMG/docx/20210428_algerie.docx

  • Histoires d’Algérie
    https://laviedesidees.fr/Histoires-d-Algerie.html

    À propos de : Samia Henni, Architecture de la contre-révolution, Éditions B42 ; Raphaëlle Branche, « Papa qu’as-tu fait en Algérie ? », La Découverte ; Natalya Vince, Our Fighting Sisters. Nation, Memory and Gender in Algeria, Manchester University Press. Trois historiennes abordent de manière renouvelée la #guerre d’Algérie. Leurs recherches mettent en lumière les effets de la violence sur les populations, ainsi que les traumatismes des soldats français et des combattantes algériennes.

    #Histoire #colonialisme #genre #indépendance #Maghreb
    https://laviedesidees.fr/IMG/pdf/20210428_algerie.pdf
    https://laviedesidees.fr/IMG/docx/20210428_algerie.docx

  • Peste et politiques urbaines à Bombay, 1896-1914 Vanessa Caru - Avril 2021

    Quelles peuvent être les conséquences d’une épidémie pour une ville ? Vanessa Caru décrit la façon dont l’épidémie de peste qui a touché Bombay au tournant du XXe siècle a changé le regard des autorités coloniales britanniques, leurs politiques urbaines et en dernière analyse la morphologie de la ville.

    Le 18 septembre 1896, le premier cas de peste bubonique, vraisemblablement apportée par des rats embarqués sur un bateau en provenance de Hong Kong, est décelé à Bombay.
    Première ville indienne infectée du fait de l’importance de son port, Bombay paye un lourd tribut à la maladie qui s’y installe de manière durable. Jusqu’en 1914, chaque hiver donne lieu à une résurgence de l’épidémie, qui décline ensuite au printemps, entraînant en un peu moins de vingt ans près de 184 000 morts, sur une population estimée au début des années 1890 à 820 000 habitant·es.

    Cet article vise à interroger les conséquences de la crise suscitée par l’épidémie sur la morphologie sociale de la ville et sur la politique urbaine menée par les autorités coloniales britanniques. Durant les décennies 1860-1880, celles-ci se sont concentrées uniquement sur ce qu’elles considéraient comme les points névralgiques de leur domination : l’aménagement du port et la construction des bâtiments administratifs à la hauteur du statut de capitale régionale de Bombay. La crise suscitée par l’épidémie les a-t-elle amenées à revoir leurs priorités ?

    Un changement de regard sur la ville
    Lorsque la peste touche Bombay, toute une partie de la ville, habitée par les classes populaires, reste largement inconnue des autorités (figure 1). C’est particulièrement le cas des faubourgs usiniers qui, avec l’essor à partir du milieu des années 1850 d’une industrie cotonnière, se développent au nord des quartiers plus anciens, en dehors de tout contrôle des autorités coloniales. De manière révélatrice, avant l’enquête cartographique entreprise en 1914, les Britanniques ne disposent pas de carte précise de ces espaces. L’arrivée de la peste modifie profondément la manière dont ils les appréhendent.


    Figure 1. Carte de la ville de Bombay au début du XXe siècle

    Au début de l’épidémie, l’étiologie de la maladie demeure en effet encore largement incomprise par les autorités, notamment sanitaires. Deux théories coexistent : la théorie contagionniste, qui fait du corps humain le principal vecteur, et la théorie infectionniste, qui relie l’apparition de la maladie aux conditions sanitaires locales et considère « qu’un lieu attrape l’infection et que toute personne s’arrêtant dans ce lieu court le danger d’attraper la peste » (Condon 1900, p. 11). Les mesures prônées prennent donc pour cible l’espace urbain et se déclinent de la désinfection à la destruction des bâtiments jugés les plus insalubres. Avec la diffusion des découvertes pastoriennes, cette dernière théorie est rapidement désavouée par les autorités scientifiques (Kidambi 2007).

    L’approche infectionniste reste cependant très présente dans la pratique des administrateurs, notamment du fait des résistances que suscitent les mesures visant les corps. En mars 1898, par exemple, une tentative d’hospitalisation forcée d’une fille de tisserands débouche sur une violente émeute, lors de laquelle deux soldats britanniques sont tués. Si, sous la pression des mobilisations populaires, les autorités sont forcées d’abandonner les mesures les plus drastiques, elles maintiennent les opérations concernant le bâti, qui font l’objet d’un plus large consensus dans la population. Celles-ci sont l’occasion de montrer qu’elles continuent à œuvrer pour l’éradication de l’épidémie et de réaffirmer leur contrôle, ébranlé, sur la ville.

    L’épidémie suscite donc une intense production de savoirs sur l’espace urbain
    . Chaque résurgence de la maladie donne lieu à des descriptions minutieuses de son cheminement géographique, les équipes d’administrateurs et de volontaires arpentant sans relâche les rues, à la recherche des cas suspects et pénétrant pour la première fois à l’intérieur des logements. Alors que les sources de la période précédente décrivaient une insalubrité socialement indifférenciée, celles produites durant l’épidémie l’associent à certaines populations, les masses populaires, et à leurs pratiques. Les élites coloniales et indigènes perçoivent désormais les quartiers ouvriers comme des nids épidémiques, dont l’immédiate proximité fait peser un danger pressant sur leur santé (Caru 2013, p. 77-82).

    Le Bombay City Improvement Trust ou la production d’une urbanité bourgeoise

    La suite : https://metropolitiques.eu/Peste-et-politiques-urbaines-a-Bombay-1896-1914.html
    #politiques_urbaines / #urbanisme_colonial / #épidémie / #histoire / #Inde / #Bombay / #Peste / #crise / #domination #cartes

  • Covid-19 : comment expliquer la situation catastrophique en Inde ? Vijay Prashad

    L’inaction irresponsable du gouvernement indien et des années de privatisation des soins de santé font aujourd’hui de l’Inde l’épicentre de la pandémie, selon l’historien, éditeur et journaliste marxiste indien Vijay Prasha.

    En Inde, la pandémie de coronavirus a pris une ampleur catastrophique. Sur WhatsApp, on lit annonce sur annonce de contaminations d’amis ou de membres de la famille, tandis que se multiplient les messages indignés vis-à-vis d’un gouvernement qui laisse totalement tomber ses citoyens. Un hôpital manque de lits, un autre d’oxygène.

    Treize mois après que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) ait annoncé la pandémie de coronavirus, le gouvernement indien de Narendra Modi semble pétrifié. Alors qu’ailleurs, la vaccination va bon train, le gouvernement indien reste les bras croisés tandis que la population plie sous les assauts des deuxième et troisième vagues.

    Le 21 avril 2021, le pays enregistrait 315 000 cas en 24 heures. Un pic de contaminations qui inquiète : se trouve-t-on face à un nouveau variant ou cette flambée est-elle le résultat de l’incapacité du gouvernement à limiter les contacts sociaux et à vacciner suffisamment ?

    Une désinvolture coupable
    Un rapide coup d’œil sur la carte du monde de la #pandémie suffit pour se rendre compte que c’est dans les pays dont les gouvernements ont ignoré les avertissements de l’OMS que le Covid-19 a fait les pires ravages. L’Inde en est un parfait exemple. Le gouvernement indien a été très lent à réagir au début. Fin mars 2020, il a, du jour au lendemain, décrété un couvre-feu de 14 heures, suivi par un confinement strict. Résultat : des centaines de milliers de travailleurs ont été renvoyés chez eux, sans un sou en poche. Beaucoup sont morts au bord de la route, tandis qu’une multitude d’autres ramenaient le virus dans leurs villes et villages d’origine.

    Le Premier ministre Modi a pris la #pandémie à la légère. Il a conseillé à la population d’allumer des bougies et de taper sur des casseroles pour chasser le #virus en faisant du bruit. Le confinement était sans cesse prolongé, mais quel sens cela pouvait-il avoir pour les millions d’Indiens de la classe travailleuse, contraints de se rendre au travail pour gagner de quoi manger ?

    Un an après le début de la pandémie, l’Inde compte 16 millions de cas avérés et 185 000 décès confirmés. Si je précise « avérés » et « confirmés », c’est parce que l’Inde manque cruellement de données statistiques fiables.

    La faute à la privatisation
    Une grande partie du système de soins de santé indien est passée aux mains du secteur privé, tandis que les soins de santé publics sont systématiquement sous-financés. Alors que, de par son statut de grande puissance industrielle, l’Inde crée énormément de richesses, elle ne dépense pas plus en soins de santé par habitant que la Sierra Leone, un des pays les plus pauvres du monde.

    Les #hôpitaux indiens comptent 5,3 lits pour 10 000 habitants. En Chine, on en compte 43, soit huit fois plus. Il n’y a que 48 000 respirateurs pour l’ensemble de l’Inde, alors que la Chine en avait déjà 70 000 rien que pour la province de Wuhan. La déficience des infrastructures médicales indiennes est en grande partie le résultat de décennies de privatisation. Les hôpitaux privés fonctionnent à pleine capacité en temps normal, de sorte qu’ils ne sont pas en mesure de gérer des pics, puisque cela signifierait qu’ils auraient habituellement des lits ou des respirateurs inutilisés.

    Vaccins et oxygène
    L’Inde est considérée comme la « #pharmacie du monde », car son industrie pharmaceutique produit et exporte toute une série de médicaments génériques. Elle assure 60 % de la production mondiale de vaccins et est également le premier producteur de pilules pour le marché américain. Mais cela n’aide en rien les citoyennes et citoyens indiens ordinaires dans le cadre de la crise actuelle.

    Il n’y a pas assez de #vaccins pour protéger rapidement la population indienne, qui devra attendre... 2022 pour être vaccinée entièrement. Les producteurs de vaccins privés se montrent incapables d’atteindre une cadence suffisante pour répondre aux besoins, mais cela n’a pas empêché le gouvernement de les autoriser à augmenter leurs prix. Parallèlement à cela, les sites de production de vaccins indiens sont à l’arrêt car le gouvernement ne leur octroie pas de contrats ! Il existe également une importante pénurie d’oxygène à usage médical, malgré toutes les promesses d’augmenter les capacités.

    Le 25 mars 2020, le Premier ministre #Modi affirmait avec arrogance qu’il ne lui faudrait pas plus de 18 jours pour remporter le combat contre le #Covid-19. Aujourd’hui, plus d’un an plus tard, l’#Inde ressemble à un champ de bataille jonché de dizaines de milliers de morts, dans une guerre dont on ne voit encore que la partie émergée de l’iceberg.

    Sources : https://www.solidaire.org/articles/covid-19-comment-expliquer-la-situation-catastrophique-en-inde
    zt
    https://peoplesdispatch.org/2021/04/23/the-covid-19-catastrophe-in-india-keeps-growing

    • Et au Kerala ?
      Dans l’État indien du Kerala, dirigé par un gouvernement de gauche, la situation est également préoccupante. Le ministre en chef de l’État, M. Vijayan, assure cependant qu’il n’y a pas de pénurie de lits dans les hôpitaux ni d’oxygène. K. K. Shailaja, la célèbre ministre de la Santé du Kerala, a tweeté que 6,2 millions de doses sur les 6,5 millions allouées à son État avaient déjà été administrées. Elle appelle le gouvernement central à fournir de toute urgence les 5 millions de doses supplémentaires promises.

  • India’s super-rich flee ’unimaginable horror’ - Asia Times
    https://asiatimes.com/2021/04/indias-super-rich-flee-unimaginable-horror-in-private-jets

    India’s super-rich flee ‘unimaginable horror’British Prime Minister Boris Johnson had to cancel state visit to India next week as a ’precautionary measure’. As the rich and super rich scramble to escape the horrors of the Covid-19 surge in India, airline fares have soared along with the number of private jet charters to foreign nations.According to a report in The London Times, at least eight private jets carrying India’s super wealthy landed in London ahead of the UK’s 4 am ban on travel from India.Both the UK and Canada added India to its “red list” of pandemic-stricken countries. As of Friday, any Britons returning from India must quarantine for 10 days in a government-approved hotel.All non-British or non-Irish citizens will be banned entirely from entering the country if they have been in India in the previous 10 days.According to a report in The Daily Beast, British Prime Minister Boris Johnson had to cancel his own state visit to India scheduled for next week as a “precautionary measure.”The last of the luxury airliners to arrive, VistaJet Bombardier Global 6000, which left Dubai Thursday to collect passengers in Mumbai, landed at 3:15 am, just 44 minutes before the restrictions took place.Meanwhile, the Canadian government has banned passenger flights from India and Pakistan for 30 days, CBC News reported.At a virtual press conference, Transport Minister Omar Alghabra said that because an increasing number of travellers from both countries have been arriving in Canada with Covid-19, all commercial and private passenger flights from those countries will be barred as of 11:30 pm Thursday night.Cargo flights will still be permitted in order to maintain shipments of essential supplies, such as vaccines and personal protective equipment, he said.Alghabra also said air passengers who depart from India or Pakistan but arrive in Canada via a third country will need to produce a negative result on a Covid-19 test taken at their last point of departure before being allowed to enter Canada. According to The Daily Beast, the private jet passengers were fleeing unimaginable horror back home.
    At least 14 Covid-19 patients perished in a devastating fire that ripped through an ICU ward in one of India’s overcrowded hospitals about 70 miles outside Mumbai, the report said.Prime Minister Justin Trudeau says suspending incoming passenger flights from India and Pakistan for the next month must be done to keep Canadians safe.
    Earlier in the week, an oxygen leak in Maharashtra state, near where the fire broke out, resulted in the death of 24 Covid-19 patients who were on ventilators, the report said.To make terrible matters even worse, India reported its highest one-day number of cases, recording 332,730 new infections in a 24-hour period. In the same period, 2,263 people died with Covid-19.India has been overwhelmed by new cases coupled with a critical shortage of oxygen, hospital beds, and now ventilators, the report said. Many desperate families have been forced to turn to black-market price gougers who have been able to buy hospital space from corrupt administrators.The spike in cases comes as political rallies are still being held and after a month-long religious ceremony continues to bring millions of people to the Ganges River.According to media reports, at least eight private jets carrying India’s super wealthy landed in London ahead of the UK’s 4 am ban on travel from India.
    India Prime Minister Narendra Modi has been criticized for not calling a national lockdown to try to mitigate the spread and for hosting rallies ahead of elections in May.Meanwhile, All flights from the UAE to India — one of the world’s busiest air corridors — will be suspended from Sunday onward.
    Price comparison websites showed one-way commercial flights from Mumbai to Dubai on Friday and Saturday costing as much as 80,000 rupees (US$1,000), around 10 times the usual rate.Tickets for the New Delhi to Dubai route were going for more than 50,000 rupees, five times the normal level.No tickets were on offer from Sunday when the 10-day flight suspension comes into force.For private jets, the amount of interest was “absolutely crazy,” a spokesman for charter company Air Charter Service India told Agence France-Presse.“We have 12 flights going to Dubai tomorrow and each flight is completely full,” the spokesman said.“I’ve fielded almost 80 enquiries for flying to Dubai today alone,” said a spokesman for Enthral Aviation, another provider.“We have requested more aircraft from abroad to meet the demand … It costs $38,000 to hire a 13-seater jet from Mumbai to Dubai, and $31,000 to hire a six-seater aircraft,” he told AFP.“People are making groups and arranging to share our jets just to get a seat … We’ve had some queries for Thailand but mostly the demand is for Dubai.”The UAE is home to roughly 3.3 million Indians who make up a third of the population — most of them in Dubai, one of the seven emirates that make up the federation. Seats on routes to the United States were still available but with prices substantially higher, in some cases almost double the normal fare.How much does a private jet travel cost?No-frills private travel can cost as little as US$4,000 on a business commuter jet or as much as US$40,000 to have a plane to yourself.Several variables determine how much flying privately costs, chiefly the size of the plane and the number of hours it’s used. A spokesman for Hong Kong-based APERTUS Aviation said renting an ultra long-range private aircraft from Mumbai to London, with a flight time of 09:15, would range from $US125,800 to $US148,600.As a benchmark, the US-based Air Charter Service provides these “hourly” rental estimates for airplane rental in September 2020. Light jet (4 to 6 passengers): $4,000 to $5,500 Medium jet (6 to 9 passengers): $5,500 to $9,500Heavy jet (16 to 19 passengers): $11,000 to $20,000

    #Covid-19#migrant#migration#inde#canada#etatsunis#dubai#grandebretagne#sante#elite#circulationtherapeutique#frontiere#inegalite

  • Why India’s worsening Covid crisis is a dire problem for the world | India | The Guardian
    http://www.theguardian.com/world/2021/apr/25/the-world-must-act-indias-covid-crisis-is-a-dire-problem-for-us-all
    https://i.guim.co.uk/img/media/8ace91ed2164d338c754f5e742f5b2d17ec73a8e/0_182_5472_3283/master/5472.jpg?width=1200&height=630&quality=85&auto=format&fit=crop&overlay-ali

    Why India’s worsening Covid crisis is a dire problem for the world. Analysis: Urgent supplies are needed to stem the rampant spread of infections in country of 1.4bn. The catastrophe unfolding in India appears to be the worst-case scenario that many feared from the Covid-19 pandemic: unable to find sufficient hospital beds, access to tests, medicines or oxygen, the country of 1.4 billion is sinking beneath the weight of infections.The two opposed assumptions of the global response to coronavirus – wealthy countries in the west prioritising vaccines for their own need in one camp, and the argument led by the World Health Organization for global vaccine equality in the other – are also failing to hold as the scale of the crisis in India points to an urgent need to prioritise the response there.
    With the global supply of vaccines unlikely to pick up until the end of this year, what is required now is international leadership and a recognition that, despite the best intentions of the World Health Organization and the vaccine-sharing Covax initiative to fairly distribute jabs, the pandemic may require a period of more focused firefighting where difficult and sometimes unpopular decisions need to be made.That will require countries to look beyond their own health crises to see that the pandemic could still get much worse without intervention. Experts have repeatedly warned that allowing the virus to circulate unchecked increases the risk that dangerous new strains will emerge and prolong the pandemic.
    Models already exist for what could be done, including George W Bush’s initiative to fight Aids in Africa under the president’s Emergency plan for Aids relief and the 2014 global response to Ebola in West Africa, which was seen as an international priority.
    The reality is that the magical thinking displayed by the Indian prime minister Narendra Modi’s government – which claimed the pandemic was in its “endgame” in March as the country careened towards a second wave of infections – was not much different from the mistakes of other leaders, including the former US president Donald Trump, who thought the virus would simply disappear, or the mistaken boosterism of the UK prime minister, Boris Johnson. What is different in India – a country with a fragile health system and even weaker surveillance – is the huge possibility for harm locally and globally, perhaps on a scale not yet seen in the pandemic.

    #Covid-19#migrant#migration#inde#monde#sante#pandemie#mortalite#morbidite#circulation#virus#ebola#frontiere#variant

  • Les #Etats-Unis enverront [de la matière première pour la fabrication de #vaccins contre le #Covid-19] en #Inde
    https://www.zonebourse.com/actualite-bourse/Coronavirus-Les-Etats-Unis-enverront-du-materiel-medical-en-Inde--330629

    25 avril (Reuters) - Les Etats-Unis fourniront immédiatement de la matière première pour la fabrication de vaccins contre le Covid-19, des équipements médicaux et du matériel de protection afin d’aider l’Inde à répondre à l’augmentation massive de cas de coronavirus, a annoncé dimanche la Maison Blanche.

    U.S. to send vaccine materials and other supplies to hard-hit India, officials say.
    https://www.nytimes.com/live/2021/04/25/world/covid-vaccine-coronavirus-cases#us-vaccines-india-covid

    Under pressure from vaccine makers in India who say they need supplies to combat a surge in coronavirus cases, the Biden administration said on Sunday that it had partially lifted a ban against the export of raw materials needed to make vaccines.

    [...]

    Asked on Thursday why America would not lift its ban on exporting raw materials, Ned Price, a State Department spokesman, told reporters that “the United States first and foremost is engaged in an ambitious and effective and, so far, successful effort to vaccinate the American people.”

    The resistance was met with criticism from Indian politicians and health experts.

    “By stockpiling vaccines & blocking the export of crucial raw materials needed for vaccine production, the United States is undermining the strategic Indo-US partnership,” Milind Deora, a politician from Mumbai, one of the hardest-hit cities, said on Twitter.

    The statement on Sunday marked a change in approach: [...]

  • Covid-19 dans le monde : le variant indien détecté en Belgique, chez des étudiants passés par Roissy
    https://www.lemonde.fr/planete/article/2021/04/22/covid-19-dans-le-monde-le-variant-indien-detecte-en-belgique-chez-des-etudia

    Covid-19 dans le monde : le variant indien détecté en Belgique, chez des étudiants passés par Roissy. Vingt étudiants indiens ont été testés positifs à ce mutant du SARS-CoV-2. Ils ont été placés en quarantaine dans les villes flamandes d’Alost et de Louvain, où ils étaient arrivés mi-avril.
    La pandémie due au SARS-CoV-2 a fait plus de 3 millions de morts dans le monde depuis que le bureau de l’Organisation mondiale de la santé en Chine a fait état de l’apparition de la maladie fin décembre 2019.Si les campagnes de vaccination commencent à porter leurs fruits dans plusieurs pays, d’autres doivent faire face à une recrudescence des contaminations. C’est notamment le cas de l’Inde, qui a recensé près de 315 000 nouveaux cas de Covid-19 en l’espace de vingt-quatre heures, soit le bilan le plus élevé jamais enregistré dans le monde sur une seule journée. Dans les hôpitaux de New Delhi, confrontés à une pénurie d’oxygène, la situation est extrêmement tendue.
    Cette deuxième vague épidémique est imputée à une « double mutation » du virus, mais aussi au maintien de divers rassemblements de masse, qui ont favorisé les contaminations.Le variant indien du SARS-CoV-2 a été détecté pour la première fois en Belgique, au sein d’un groupe d’étudiants arrivé ce mois-ci d’Inde via l’aéroport parisien de Roissy, ainsi que l’ont confirmé, jeudi 22 avril à l’Agence France-Presse, les services de Pedro Facon, commissaire du gouvernement belge chargé de la crise sanitaire.
    Au total, vingt étudiants indiens ont été testés positifs à ce mutant du SARS-CoV-2. Ils ont été placés en quarantaine dans les villes flamandes d’Alost et de Louvain, où ils étaient arrivés mi-avril pour suivre une formation en soins infirmiers.Selon plusieurs experts, les étudiants auraient été victimes d’un « supercontaminateur », peut-être au sein même de leur groupe, lors du trajet en bus qui les a emmenés de la région parisienne vers la Belgique.
    Le virologue Marc Van Ranst, autre expert belge très en vue pour ce qui concerne la crise, a expliqué à une radio flamande que le groupe avait atterri à Roissy le 12 avril, et que cinq jours plus tard plusieurs étudiants étaient tombés malades, tous présentant des symptômes du Covid-19. Les Emirats arabes unis ont annoncé qu’ils allaient suspendre tous les vols en provenance d’Inde à partir du 25 avril pour une durée de dix jours. Cette période « pourra être prolongée », a précisé l’Autorité générale de l’aviation civile. Les voyageurs arrivant d’Inde et transitant par un autre pays devront quant à eux rester dans ce pays tiers au moins quatorze jours avant de rejoindre les Emirats.Le Canada a également décidé de suspendre, pendant trente jours, les vols en provenance de l’Inde et du Pakistan en raison d’une hausse des cas de Covid-19 chez des passagers arrivant de ces deux pays. Cette interdiction, qui entre en vigueur dès jeudi soir, ne concerne pas les vols de fret, a précisé le ministre des transports, Omar Alghabra.
    La France a de son côté durci les restrictions d’entrée sur le territoire des voyageurs en provenance de cinq pays (Brésil, Chili, Afrique du Sud, Argentine et Inde) en raison du risque sanitaire que font courir les variants. Les passagers concernés feront l’objet d’une quarantaine « de dix jours », indépendamment des résultats des tests auxquels chacun sera tenu de se soumettre, au départ du pays ainsi qu’à l’arrivée.Le Royaume-Uni avait également restreint, lundi, les vols en provenance d’Inde, les cantonnant à ses seuls résidents, après que 103 cas de ce variant ont été confirmés sur son territoire.

    #Covid-19#migrant#migration#france#inde#pakistan#grandebretagne#canada#sante#variant#circulation#frontiere#restrictionsanitaire

  • « Please help » : en Inde, les messages désespérés des habitants de New Delhi
    https://www.lemonde.fr/international/article/2021/04/22/please-help-les-messages-desesperes-des-habitants-de-new-delhi_6077595_3210.

    Une femme atteinte du Covid-19 attend à l’intérieur d’un pousse-pousse d’être admise dans un hôpital pour être soignée, à Ahmedabad (Inde), le 17 avril.La peur s’est emparée des habitants de Delhi. Peur d’attraper un virus qui fait des dégâts considérables et fauche jeunes et personnes âgées, peur pour les proches, les amis, qui cherchent désespérément depuis plusieurs jours un lit en soins intensifs dans un hôpital. Certaines familles de malades désemparées s’approvisionnent en médicaments et en oxygène à des prix exorbitants sur le marché noir. La capitale indienne manque de tout. Les SOS submergent les réseaux sociaux : « Please help », peut-on lire dans la plupart des messages. Plusieurs hashtags ont fait leur apparition sur Twitter pour alerter sur des situations de détresse ou échanger des informations concernant les disponibilités en lits, médicaments, matériel.
    Le chef du gouvernement de Delhi, Arvind Kejriwal, n’a pas caché la gravité de la situation, informant sur Twitter, mardi 20 avril, que certains hôpitaux de la mégalopole de plus de 20 millions d’habitants ne disposaient « plus que de quelques heures d’oxygène » en réserve. Il a de nouveau lancé un appel au gouvernement pour qu’il augmente l’approvisionnement en oxygène de la capitale.Bombay connaît également une pénurie aiguë, comme tout l’Etat du Maharashtra, qui reste le plus contaminé. Mercredi, vingt-deux malades sont morts dans un hôpital de Nashik, en raison d’une coupure d’alimentation en oxygène des ventilateurs pendant une demi-heure.
    La capitale indienne, déserte, ne résonne plus que du son des ambulances qui foncent, sirènes hurlantes, sur les rues vides et des pétarades des deux-roues qui livrent des courses ou des repas aux familles dans les quartiers huppés. Toutes les activités sont à l’arrêt depuis lundi, avec la décision du chef de gouvernement de confiner la capitale pour sept jours. Les habitants sont enfermés chez eux, fenêtres fermées, comme si le virus allait s’abattre sur leur maison.Le pays a battu un nouveau record, mercredi 21 avril, avec la plus forte augmentation quotidienne jamais enregistrée dans le monde - 315 000 nouveaux cas en vingt-quatre heures et 2 104 décès. Ce record sera sans doute pulvérisé dans les jours prochains. La courbe des contaminations est verticale. L’Inde a plongé dans une crise sanitaire majeure.
    Mardi soir, le premier ministre, Narendra Modi, dans un discours à la nation, est de nouveau apparu totalement à contre-courant. Après avoir qualifié d’« ouragan » la deuxième vague de Covid-19 qui balaye le pays, il s’est contenté d’appeler les citoyens à ne pas perdre courage dans l’adversité, se félicitant que toutes les mesures aient été prises pour éviter un verrouillage de l’Inde. Il a demandé aux Etats de n’utiliser le confinement qu’en « dernière option » et de se concentrer uniquement sur les zones de micro-confinement. Malgré l’effondrement du système hospitalier, la situation critique de milliers d’Indiens, la négligence des autorités et le manque de prévention, il a soutenu que le pays était mieux préparé pour faire face à la deuxième vague.Les Etats, comme le Maharashtra, ont fait fi de son discours, annonçant des mesures de restriction ici et là, couvre-feu, confinement, pour contenir la propagation de la maladie.
    S’agissant des travailleurs migrants, qui avaient tant souffert lors de la première vague à cause du confinement brutal et extrême décidé par Narendra Modi, il y a un an, en mars 2020, le premier ministre a demandé « instamment à l’administration des Etats de renforcer la confiance des travailleurs et de les convaincre de rester où ils sont. Cette confiance des Etats contribuera grandement à convaincre les travailleurs et les ouvriers qu’ils recevront le vaccin où qu’ils soient dans les prochains jours et que leur travail n’en souffrira pas », a-t-il affirmé.Las ! L’exode a déjà eu lieu. Des migrants ont fui massivement les grandes villes, ignorant les messages rassurants. « Main hoon ha », « ne partez pas » leur a enjoint lundi Arvind Kejriwal, le chef de gouvernement de Delhi, juste après avoir annoncé le confinement de la capitale. « J’en appelle à vous. C’est un petit confinement. Ne quittez pas Delhi, ne partez pas. Je suis très optimiste et j’espère que nous n’aurons pas besoin de prolonger le confinement. Le gouvernement prendra soin de vous. » Des cohortes de travailleurs saisonniers, en rangs serrés sur des centaines de mètres, ont gagné les terminaux de bus et de trains. Des hommes célibataires ou avec femme et enfants, munis de sacs et de baluchons, de vieux pots de peinture remplis de victuailles ou d’affaires. « Nous rentrons au village, auprès de nos familles, nous ne voulons pas revivre le cauchemar de l’année dernière », ont-ils expliqué. Ces migrants ont été les grandes victimes de la première vague, coincés, piégés durant de longues semaines dans les grands centres urbains, sans salaire, ni toit, ni nourriture, en dehors de celle distribuée par des ONG. Les transports avaient été mis à l’arrêt en quelques heures et des millions de travailleurs pauvres avaient dû rejoindre leur région à pied, à vélo, au péril de leur vie.
    Leur départ montre, s’il le fallait, que la confiance est bel et bien perdue.

    #Covid-19#migrant#migration#inde#sante#travailleurmigrant#retour#village#deplacementinterne#travailleursaisonnier#confinement