• Face à la prise en otage du monde, hackons nos existences
    https://reflets.info/face-a-la-prise-en-otage-du-monde-hackons-nos-existences

    La période que nous vivons est difficile, perturbante. D’un point de vue collectif, et individuel. Chacun ou presque tente de trouver une issue aux énormes défis qui se dressent devant la société française : écroulement économique, destruction sociale, marchandisation et mort de la culture, extinction des principes du vivre-ensemble universels, agonie du #Politique. Mon regard […]

    #Tribunes #changement_de_société #coopératives #FAI_alternatif #FFDN #hacker_la_société #Hacking #Indignés #indignez-vous #pouvoir_collectif #pouvoir_individuel #Stéphane_Hessel #tiers-lieux

    • L’indignation est une forme de reconnaissance du pouvoir établi. S’indigner ne mène nulle part, et n‘a aucune chance d’améliorer quoi que ce soit sur la planète, au contraire. Plus les individus s’indignent, plus leur énergie est détournée de l’action concrète, de la fabrication, de la construction. (...) En électronique, une résistance sert à empêcher un trop plein d’énergie électrique de passer, elle affaiblit le courant qui la traverse.

  • À LIRE : « INDIGNÉS DE CONS »

    Marcel Sel -Profession : emmerdeur- est bien connu des belges. C’est un blogueur/"blagueur". Il a, sans conteste, du talent, et ce n’est rien de le dire. Il se dit apolitique, mais il est plutôt de gauche. Si vous écrivez publiquement une merde, il sera toujours le premier à "marcher dedans".

    http://www.taurillon.org/Indignes-de-cons-par-Marcel-Sel,05901

    http://www.taurillon.org/local/cache-gd2/8f82637f3f01379562ae50f75fbf5b6b.jpg

    Vous croyez tout avoir entendu sur la crise ? Avec un humour qui permet de tout comprendre, Marcel Sel décrypte la crise avec une lucidité toute citoyenne. L’écrivain-blogueur belge offre ici le livre parfait pour ne pas rester dans l’indignation à bon compte, mais dans celle qui donne envie de se mobiliser.

    Ce livre est une poursuite de la discussion ouverte par les #Indignados de d’Espagne, les indignés de #Occupy_Wall_Street et surtout le livre de #Stéphane_Hessel « Indignez-vous ! ». Pour Marcel Sel, « les Indignés sont un mouvement de réaction qui ne dispose pas de l’arme indispensable pour modifier une société. Et ça, c’est l’idéologie. Ils n’ont donc pas de vision concrète pour la société de demain, pas de masterplan pour changer le monde. Et sans ça, l’indignation ne mène à rien ».

    En tant que citoyen, il ne veut pas de revendications qui font plaisir à défendre mais d’un vrai changement de la société. Par provocation, le premier chapitre de ce livre s’intitule « Résignez-vous… » : le but est de nous faire prendre conscience que nous devons comprendre les mécanismes de la crise actuelle plutôt que nous draper d’une indignation facile présentant les gentils d’un côté et les méchants de l’autre. Il démontre ainsi la limite d’un discours de Stéphane Hessel qui mélange la résistance de la Seconde Guerre Mondiale et la situation d’aujourd’hui.

    La #finance doit obéir au politique et non l’inverse

    La partie centrale du livre est consacrée au décryptage de la crise. Du « financiarisme » et de ses mécanismes souvent présentés de manière sophistiquée alors que le but est simple : même avec de l’argent qui n’existe pas (les produits dérivés), on peut faire un maximum de profit. Or cela ne peut exister que parce que le pouvoir politique a capitulé face à celui financier.

    Pour ceux qui n’auraient pas un Bac +10 en économie, Marcel Sel explique très simplement les produits dérivés, CDS, obligations, agences de « natations », etc. L’ayant fait sans idéologie, mais avec les pieds sur terre, il nous permet de voir à quel point nous payons aujourd’hui le fait d’oublier totalement les règles même basiques du capitalisme. Quand l’irréel prend le pas sur le réel, au final les choix politiques de nos États sont limités à suivre le courant du moment.

    #Marcel_Sel #indignés_de_cons #Europe #livre #Indignez-vous_ !

  • Je préviens les candidats à l’élection présidentielle (enfin, ceux et celles qui veulent ma voix) : compte-tenu de la gravité des attaques menées au nom de la propriété intellectuelle, je voterai en 2012 sur ce critère.

    On constate une nette augmentation des lois répressives liées à la propriété intellectuelle, pour servir l’industrie du divertissement ou bien les titulaires de marques déposées. Ces lois, conçues à l’origine dans une optique purement commerciale, voire de protection du consommateur (les marques) sont souvent désormais utilisées directement contre la liberté d’expression (l’affaire « Je boycotte Danone » avait été un précurseur dans ce domaine).

    Ces questions ne sont donc plus des détails, des points techniques qui ne concernent que les adolescents boutonneux qui téléchargent du MP3. Elles touchent désormais tous les citoyens.

    Or, il semble que beaucoup de candidats à la prochaine élection, surtout ceux qui se présentent comme « crédibles » et « sérieux » sont paralysés de peur à l’idée d’affronter le lobby de la propriété intellectuelle et passent beaucoup de temps à lui envoyer des gages de bonne volonté (par exemple déclarer « L’Internet ne peut pas rester sans règles », bel exemple de novlangue pour dire « On fera ce qu’Universal et Sony nous demanderont »). Il semble bien y avoir un tabou ici : personne n’ose s’opposer à ce lobby.

    D’où ma décision : avant de choisir un candidat pour l’élection présidentielle de 2012, je regarderai en priorité leur politique sur les questions de propriété intellectuelle.

    PS : dans les réponses à ce message, vous avez le droit de glisser des URL pointant vers les prises de position (ou les actes, pour ceux qui ont déjà été au pouvoir) des différents candidats. À moins que vous ne préfériez utiliser http://candidats.fr

    #HADOPI #STOPA #ACTA