• Et si je suis désespéré que voulez-vous que j’y fasse ?

    Ernest London

    https://lavoiedujaguar.net/Et-si-je-suis-desespere-que-voulez-vous-que-j-y-fasse

    Dans cet entretien réalisé en 1977 par Mathias Greffrath, Günther Anders revient sur sa vie, ses influences et les principaux thèmes qui parcourent son œuvre.

    Günther Anders raconte qu’il a quitté l’Allemagne en 1933 comme des centaines de milliers de réfugiés juifs, tous pour des raisons politiques, même si la plupart ne s’étaient jamais intéressés à la politique, car soudain la politique s’intéressait à eux. L’un des principes du national-socialisme, pour faire disparaître toute trace de conscience de classe, était d’offrir aux millions de victimes du « système », prolétaires au chômage et petits-bourgeois prolétarisés, un groupe par rapport auquel ils pouvaient (ou devaient) se sentir supérieur et sur lequel ils pouvaient (ou devaient) défouler leur haine. « Dans mon livre Die molussische Katacombe [La Catacombe de Molussie], le principe de la dictature s’énonce ainsi : “si tu veux un esclave fidèle, offre lui un sous-esclave !” » L’antisémitisme était « le moyen de gagner le combat contre la conscience de classe et la lutte des classes ».

    Il avoue avoir été fasciné par Heidegger, dont il considère que le principal mérite restera d’avoir opéré une percée en direction de la métaphysique et de l’ontologie. Il réfute cependant que celui-ci ait pu représenter une sorte d’« anticapitaliste » puisque son « monde de l’outil » est celui d’un artisan de village. Ses analyses sont prémarxistes donc précapitalistes. Anders rapporte une discussion qu’il a eue avec lui en 1926 ou 1927, et qui prit un tour plutôt violent : il lui reprocha d’avoir laissé de côté chez l’homme sa dimension de nomade, de voyageur, de cosmopolite, pour n’avoir représenté l’existence humaine que comme végétale, celle d’un être enraciné à un endroit qu’il ne quitterait jamais, le prévenant qu’une telle « anthropologie de l’enracinement » pouvait avoir des conséquences politiques du plus mauvais augure. (...)

    #Günther_Anders #entretien #biographie #philosophie #influences #Allemagne #Hitler #Heidegger #Husserl #Hannah_Arendt #Californie #Vietnam #recension

  • The power of private philanthropy in international development

    In 1959, the Ford and Rockefeller Foundations pledged seven million US$ to establish the International Rice Research Institute (IRRI) at Los Baños in the Philippines. They planted technologies originating in the US into the Philippines landscape, along with new institutions, infrastructures, and attitudes. Yet this intervention was far from unique, nor was it spectacular relative to other philanthropic ‘missions’ from the 20th century.

    How did philanthropic foundations come to wield such influence over how we think about and do development, despite being so far removed from the poor and their poverty in the Global South?

    In a recent paper published in the journal Economy and Society, we suggest that metaphors – bridge, leapfrog, platform, satellite, interdigitate – are useful for thinking about the machinations of philanthropic foundations. In the Philippines, for example, the Ford and Rockefeller foundations were trying to bridge what they saw as a developmental lag. In endowing new scientific institutions such as IRRI that juxtaposed spaces of modernity and underdevelopment, they saw themselves bringing so-called third world countries into present–day modernity from elsewhere by leapfrogging historical time. In so doing, they purposively bypassed actors that might otherwise have been central: such as post–colonial governments, trade unions, and peasantry, along with their respective interests and demands, while providing platforms for other – preferred – ideas, institutions, and interests to dominate.

    We offer examples, below, from three developmental epochs.

    Scientific development (1940s – 70s)

    From the 1920s, the ‘big three’ US foundations (Ford, Rockefeller, Carnegie) moved away from traditional notions of charity towards a more systematic approach to grant-making that involved diagnosing and attacking the ‘root causes’ of poverty. These foundations went on to prescribe the transfer of models of science and development that had evolved within a US context – but were nevertheless considered universally applicable – to solve problems in diverse and distant lands. In public health, for example, ‘success against hookworm in the United States helped inspire the belief that such programs could be replicated in other parts of the world, and were indeed expanded to include malaria and yellow fever, among others’. Similarly, the Tennessee Valley Authority’s model of river–basin integrated regional development was replicated in India, Laos, Vietnam, Egypt, Lebanon, Tanzania, and Brazil.

    The chosen strategy of institutional replication can be understood as the development of satellites––as new scientific institutions invested with a distinct local/regional identity remained, nonetheless, within the orbit of the ‘metropolis’. US foundations’ preference for satellite creation was exemplified by the ‘Green Revolution’—an ambitious programme of agricultural modernization in South and Southeast Asia spearheaded by the Rockefeller and Ford Foundations and implemented through international institutions for whom IRRI was the template.

    Such large-scale funding was justified as essential in the fight against communism.

    The Green Revolution offered a technocratic solution to the problem of food shortage in South and Southeast Asia—the frontier of the Cold War. Meanwhile, for developmentalist regimes that, in the Philippines as elsewhere, had superseded post-independence socialist governments, these programmes provided a welcome diversion from redistributive politics. In this context, institutions like IRRI and their ‘miracle seeds’ were showcased as investments in and symbols of modernity and development. Meanwhile, an increasingly transnational agribusiness sector expanded into new markets for seeds, agrichemicals, machinery, and, ultimately, land.

    The turn to partnerships (1970s – 2000s)

    By the 1970s, the era of large–scale investment in technical assistance to developing country governments and public bureaucracies was coming to an end. The Ford Foundation led the way in pioneering a new approach through its population programmes in South Asia. This new ‘partnership’ mode of intervention was a more arms-length form of satellite creation which emphasised the value of local experience. Rather than obstacles to progress, local communities were reimagined as ‘potential reservoirs of entrepreneurship’ that could be mobilized for economic development.

    In Bangladesh, for example, the Ford Foundation partnered with NGOs such as the Bangladesh Rural Advancement Committee (BRAC) and Concerned Women for Family Planning (CWFP) to mainstream ‘economic empowerment’ programmes that co-opted local NGOs into service provision to citizens-as-consumers. This approach was epitomised by the rise of microfinance, which merged women’s empowerment with hard-headed pragmatism that saw women as reliable borrowers and opened up new areas of social life to marketization.

    By the late-1990s private sector actors had begun to overshadow civil society organizations in the constitution of development partnerships, where state intervention was necessary to support the market if it was to deliver desirable outcomes. Foundations’ efforts were redirected towards brokering increasingly complex public-private partnerships (PPPs). This mode of philanthropy was exemplified by the Rockefeller Foundation’s role in establishing product development partnerships as the institutional blueprint for global vaccine development. Through a combination of interdigitating (embedding itself in the partnership) and platforming (ensuring its preferred model became the global standard), it enabled the Foundation to continue to wield ‘influence in the health sphere, despite its relative decline in assets’.

    Philanthrocapitalism (2000s – present)

    In the lead up to the 2015 UN Conference at which the Sustainable Development Goals (SDGs) were agreed, a consensus formed that private development financing was both desirable and necessary if the ‘trillions’ needed to close the ‘financing gap’ were to be found. For DAC donor countries, the privatization of aid was a way to maintain commitments while implementing economic austerity at home in the wake of the global finance crisis. Philanthrocapitalism emerged to transform philanthropic giving into a ‘profit–oriented investment process’, as grant-making gave way to impact investing.

    The idea of impact investing was hardly new, however. The term had been coined as far back as 2007 at a meeting hosted by the Rockefeller Foundation at its Bellagio Centre. Since then, the mainstreaming of impact investing has occurred in stages, beginning with the aforementioned normalisation of PPPs along with their close relative, blended finance. These strategies served as transit platforms for the formation of networks shaped by financial logics. The final step came with the shift from blended finance as a strategy to impact investing ‘as an asset class’.

    A foundation that embodies the 21st c. transition to philanthrocapitalism is the Omidyar Network, created by eBay founder Pierre Omidyar in 2004. The Network is structured both as a non–profit organization and for–profit venture that ‘invests in entities with a broad social mission’. It has successfully interdigitated with ODA agencies to further align development financing with the financial sector. In 2013, for example, the United States Agency for International Development (USAID) and UK’s Department for International Development (DFID) launched Global Development Innovation Ventures (GDIV), ‘a global investment platform, with Omidyar Network as a founding member’.

    Conclusion

    US foundations have achieved their power by forging development technoscapes centred in purportedly scale–neutral technologies and techniques – from vaccines to ‘miracle seeds’ to management’s ‘one best way’. They have become increasingly sophisticated in their development of ideational and institutional platforms from which to influence, not only how their assets are deployed, but how, when and where public funds are channelled and towards what ends. This is accompanied by strategies for creating dense, interdigitate connections between key actors and imaginaries of the respective epoch. In the process, foundations have been able to influence debates about development financing itself; presenting its own ‘success stories’ as evidence for preferred financing mechanisms, allocating respective roles of public and private sector actors, and representing the most cost–effective way to resource development.

    Whether US foundations maintain their hegemony or are eclipsed by models of elite philanthropy in East Asia and Latin America, remains to be seen. Indications are that emerging philanthropists in these regions may be well placed to leapfrog over transitioning philanthropic sectors in Western countries by ‘aligning their philanthropic giving with the new financialized paradigm’ from the outset.

    Using ‘simple’ metaphors, we have explored their potential and power to map, analyse, theorize, and interpret philanthropic organizations’ disproportionate influence in development. These provide us with a conceptual language that connects with earlier and emergent critiques of philanthropy working both within and somehow above the ‘field’ of development. Use of metaphors in this way is revealing not just of developmental inclusions but also its exclusions: ideascast aside, routes not pursued, and actors excluded.

    https://developingeconomics.org/2021/05/10/the-power-of-private-philanthropy-in-international-development

    #philanthropie #philanthrocapitalisme #développement #coopération_au_développement #aide_au_développement #privatisation #influence #Ford #Rockefeller #Carnegie #soft_power #charité #root_causes #causes_profondes #pauvreté #science #tranfert #technologie #ressources_pédagogiques #réplique #modernisation #fondations #guerre_froide #green_revolution #révolution_verte #développementalisme #modernité #industrie_agro-alimentaire #partnerships #micro-finance #entrepreneuriat #entreprenariat #partenariat_public-privé (#PPP) #privatisation_de_l'aide #histoire #Omidyar_Network #Pierre_Omidyar

  • « En utilisant la technologie de modification du visage sur FaceApp et les outils de retouche de Photoshop, le Japonais de 50 ans s’est présenté comme une motarde "kawaii". [...] Convaincu que personne ne voudrait suivre un "vieux", il a continué la ruse jusqu’à atteindre 17’000 followers. »

    https://fr.motor1.com/news/495447/influenceuse-japon-femme-homme

    #moto #FaceApp #Instagram #Photoshop #Twitter #influenceur #mensonge #personal_branding #djandeur

  • Avec Samuel Etienne, les réactionnaires s’invitent sur Twitch
    Par Yoann Compagnon | Le Club de Mediapart
    https://blogs.mediapart.fr/yoann-compagnon/blog/140321/avec-samuel-etienne-les-reactionnaires-s-invitent-sur-twitch

    Hollande, Castex, Le Pen. Le plan de table de Samuel Étienne, nouvelle vedette de Twitch, en a choqué plus d’un. Lui qui avait attiré la sympathie en dépoussiérant l’exercice de la revue de presse, se révèle être un énième intermédiaire de la nouvelle stratégie d’influence de la droite réactionnaire et néolibérale à destination des jeunes, à un an des élections présidentielles.

    Lecture à compléter par :
    Twitch : neuf questions pour tout comprendre à la plate-forme de diffusion de vidéos en direct
    https://www.lemonde.fr/pixels/article/2021/03/10/neuf-questions-pour-tout-comprendre-a-twitch-la-plate-forme-de-diffusion-de-
    (article qui contient plusieurs inexactitudes sur le fonctionnement de twitch, mais bon, l’essentiel y est)

    Usul & Ost. Jean Castex chez Samuel Étienne : Twitch au secours de l’ancien monde :
    https://www.youtube.com/watch?v=tLDOai2-gZk

    Macron et ses influenceurs : Thomas Porcher démonte ses manipulations
    https://www.lemediatv.fr/emissions/2021/macron-et-ses-influenceurs-thomas-porcher-demonte-ses-manipulations-oV9rZH
    https://www.youtube.com/watch?v=pYGH7DErEAs

    #twitch #medias #influence #fabrique_de_l'opinion

  • U.S. working with allies on #COVID-19 vaccine strategy in Asia to counter China: FT | Reuters
    https://www.reuters.com/article/us-health-coronavirus-usa-asia-idUSKCN2AV0LG

    The United States is working with allies Japan, India and Australia on a plan to distribute COVID-19 vaccines in Asia to counter the #influence of China, the Financial Times newspaper reported on Wednesday, citing people familiar with the talks.

    #etats-unis #Asie #Chine #vaccins

  • Diffamation : Twitter contraint de communiquer des données d’identification
    https://www.legalis.net/actualite/diffamation-twitter-contraint-de-communiquer-des-donnees-didentification

    Par une ordonnance de référé du 25 février 2021, le tribunal judiciaire de Paris a estimé qu’une demande de communication de données d’identification par requête ou en référé n’est pas incompatible avec le dépôt, en parallèle d’une plainte pénale en diffamation. Il a donc ordonné à la société de droit irlandais Twitter International de communiquer à la créatrice d’une chaîne Youtube l’ensemble des données qu’elle détient de nature à permettre l’identification du titulaire du compte Twitter, sur lequel sont tenus (...)

    #Twitter #influenceur #données #surveillance

    • Cambridge Analytica Psychologist Advising Global COVID-19 Disinformation Network Linked to Nigel Farage and Conservative Party – Byline Times
      https://bylinetimes.com/2021/02/02/cambridge-analytica-psychologist-advising-global-covid-19-disinformatio

      Nafeez Ahmed reveals how COVID pseudoscience and anti-lockdown groups have morphed into a sophisticated, well-funded global network

      The former lead psychologist of Cambridge Analytica – the notorious digital analytics firm which disseminated fake news on behalf of the Brexit and Donald Trump election campaigns – is advising some of the leading pandemic disinformation platforms in Britain and is connected to COVID-19 conspiracy theory groups in the US, South Africa and elsewhere, Byline Times can reveal.

      Many of these platforms and groups have direct ties to hard-right politicians in the Conservative Party and Nigel Farage’s Brexit Party.

  • Ce que révèlent les archives de François Mitterrand sur le rôle de la France au Rwanda
    https://www.lemonde.fr/afrique/video/2021/01/16/ce-que-revelent-les-archives-de-francois-mitterrand-sur-le-role-de-la-france


    François Mitterrand et le président rwandais Juvénal Habyarimana le 7 octobre 1982 à Kigali, capitale du Rwanda.
    PIERRE GUILLAUD / AFP

    Selon le directeur de recherche au CNRS, « ces pièces viennent consolider un puzzle qui montre que Mitterand et un petit groupe de militaires (…) ont mené une politique qui a soutenu avant, pendant et après le génocide des Tutsi, les extrémistes hutu et les chefs de l’armée rwandaise ». « Ce soutien a été fait en connaissance de cause (…), c’est pour cela que cela s’appelle de la complicité de génocide », explique François Graner, alors que plusieurs documents montrent que la France a couvert la fuite des génocidaires et a continué à livrer des armes après les accords d’Arusha le 4 août 1993. Selon le chercheur, « l’intention de la France était de maintenir, à tout prix, le Rwanda dans la zone d’influence française ».

  • How Parade Underwear Took Over Instagram - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2020/12/28/style/parade-underwear-instagram.html

    For Mariah Williams, 21, it was a direct message from Parade’s Instagram account, offering her free samples. When the products arrived, she took the day off from her job as a barbershop receptionist to curate a photo shoot to show off her new burnt-orange underwear; in the photo she posted, a bamboo planter sits next to her bottom half, and her face is just out of the frame.

    “Taking these pictures really made me feel good about myself and my body. Especially with seasonal depression, I was in a mood,” she said.

    Ms. Williams, who has only 2,000 followers on Instagram, is one of more than 6,000 women and nonbinary Instagrammers who received messages from Parade offering free gifts, ideally in exchange for social posts.

    In addition to mailing samples, the company also sent along digital mood boards and a Google Drive of creative direction, in the hopes that the recipients would use it as inspiration for their own posts. The gift boxes yielded hundreds of posts across social media and drove interest in Parade’s products.

    The pandemic has been devastating for the fashion industry. But not for underwear. Those sales have had a steady uptick since the beginning of the pandemic; according to Allied Market Research, the lingerie industry is estimated to be worth $325 billion by 2025.

    Parade was founded in 2019, just months before the U.S. economy shut down in March, by Cami Téllez and Jack Defuria, two friends in their early 20s. As most fashion companies struggled to keep afloat, Parade sold over 700,000 pairs of underwear and brought in $10 million in revenue, according to a company representative.

    Parade is one of many brands that have eschewed paid influencer campaigns in favor of sending products to people who have smaller and more dedicated followings, and often aren’t influencers at all.

    “They’re just reaching out to normal people who have followers they actually know in real life,” Ms. Williams said.

    “Working with micro-influencers is part of our DNA,” Ms. Téllez said. “Unlike brands of underwear past, we don’t think you need to have hundreds of thousands of followers or be a supermodel to share your underwear story.”

    Gifting programs, which offer free product in exchange for posts, have also become more common. But the tactic has sparked discussions about unpaid labor. “As a small influencer, especially as a Black and brown influencer, we often get used and not paid,” Ms. Williams said. She has since reached out to Parade about receiving commission in exchange for promoting a discount code.

    Rhea Woods, the head of influencer strategy at Praytell Agency, encourages brands to offer compensation to influencers, no matter how small their following. “It is very standard to pay those folks several hundred dollars,” she said. “That shocks brands. But at the same time, we’re asking for rights to their name, image and likeness,” Ms. Woods said.

    Mx. Landrum, who takes nongendered pronouns, noted that in the most recent revival of the Black Lives Matter movement, many brands advantageously adopted progressive slogans but rarely invest in meaningful representation.

    “You can scroll back to Parade’s Instagram page in March and see the shift in skin tone. And a few months goes by, and they go back to being very thin, mostly white, with very sparse representation of Black and heavy people,” they said.

    Mx. Landrum said that because younger consumers are increasingly politically aware, brands have learned to lean into causes. Parade recently told customers it would donate $1 to Feeding America for every post that featured their underwear with the hashtag #ParadeTogether and five friends tagged.

    #Instagram #Influenceurs #Marketing #Opportunisme #Sous-vêtements

  • Are ‘Kidfluencers’ Making Our Kids Fat ? - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2020/10/26/well/family/Youtube-children-junk-food-child-obesity.html

    Parents beware: Many YouTube channels that are wildly popular with young children are targeting them with thinly veiled ads for sugary beverages and junk food.

    That is the conclusion of a new study published on Monday in the journal Pediatrics. The authors of the study analyzed over 400 YouTube videos featuring so-called kid influencers — children with large social media followings who star in videos that show them excitedly reviewing toys, unwrapping presents and playing games. The study found that videos in this genre, which attract millions of young followers and rack up billions of views, were awash in endorsements and product placements for brands like McDonald’s, Carl’s Jr., Hershey’s, Chuck E. Cheese and Taco Bell.

    About 90 percent of the foods featured in the YouTube videos were unhealthy items like milkshakes, French fries, soft drinks and cheeseburgers emblazoned with fast food logos. The researchers said their findings were concerning because YouTube is a popular destination for toddlers and adolescents. Roughly 80 percent of parents with children 11 years old or younger say they let their children watch YouTube, and 35 percent say their children watch it regularly.

    A spokeswoman for YouTube, citing the age requirement on its terms of service, said the company has “invested significantly in the creation of the YouTube Kids app, a destination made specifically for kids to explore their imagination and curiosity on a range of topics, such as healthy habits.” She added, “We don’t allow paid promotional content on YouTube Kids and have clear guidelines which restrict categories like food and beverage from advertising on the app.”

    Young children are particularly susceptible to marketing. Studies show that children are unable to distinguish between commercials and cartoons until they are 8 or 9 years old, and they are more likely to prefer unhealthy foods and beverages after seeing advertisements for them.

    Dr. Bragg was prompted to study the phenomenon after one of her co-authors, Amaal Alruwaily, noticed her young nieces and nephews obsessively watching YouTube videos of “kidfluencers” like Ryan Kaji, the 9-year-old star of Ryan’s World, a YouTube channel with 27 million subscribers, formerly named Ryan ToysReview. The channel, run by Ryan’s parents, features thousands of videos of him excitedly reviewing new toys and games, doing science experiments and going on fun trips to stores and arcades.

    Children’s channels like Ryan’s World — which are frequently paid to promote a wide range of products, including toys, video games and food — are among the highest grossing channels on YouTube, raking in millions of dollars from ads, sponsored content, endorsements and more. According to Forbes, Ryan earned $26 million last year, making him the top YouTube earner of 2019. Among the brands he has been paid to promote are Chuck E. Cheese, Walmart, Hasbro, Lunchables and Hardee’s and Carl’s Jr., the fast food chains. One of his most popular videos shows him pretending to be a cashier at McDonald’s. In it, he wears a hat with the McDonald’s logo, serves plastic Chicken McNuggets, cheeseburgers and French fries to one of his toys, and then eats a McDonald’s Happy Meal. The video has been viewed about 95 million times.

    Other popular children’s channels on YouTube show child influencers doing taste tests with Oreo cookies, Pop Tarts and Ben & Jerry’s ice cream or sitting in toy cars and ordering fast food at drive-throughs for Taco Bell, McDonald’s, Burger King, KFC and other chains. “This is basically a dream for advertisers,” said Dr. Bragg. “These kids are celebrities, and we know from other rigorous studies that younger kids prefer products that are endorsed by celebrities.”

    To document the extent of the phenomenon, Dr. Bragg and her colleagues identified five of the top kid influencers on YouTube, including Ryan, and analyzed 418 of their most popular videos. They found that food or beverages were featured in those videos 271 times, and 90 percent of them were “unhealthy branded items.” Some of the brands featured most frequently were McDonald’s, Hershey’s, Skittles, Oreo, Coca-Cola, Kinder and Dairy Queen. The videos featuring junk food have collectively been viewed more than a billion times.

    The researchers could not always tell which products the influencers were paid to promote, in part because sponsorships are not always clearly disclosed. The Federal Trade Commission has said that influencers should “clearly and conspicuously” disclose their financial relationships with brands whose products they endorse on social media. But critics say the policy is rarely enforced, and that influencers often ignore it.

    In March, Senators Edward J. Markey of Massachusetts and Richard Blumenthal of Connecticut introduced legislation to protect children from potentially harmful content online. Among other things, the bill would limit what they called “manipulative” advertising, such as influencer marketing aimed at children, and prohibit websites from recommending content that involves nicotine, tobacco or alcohol to children and teenagers.

    The F.T.C. has long forbidden certain advertising tactics on children’s television, such as “host selling,” in which characters or hosts sell products in commercials that air during their programs. Critics say the agency could apply the same rules to children’s programs on the internet but so far has chosen not to.

    “It’s beyond absurd that you couldn’t do this on Nickelodeon or ABC but you can do this on YouTube just because the laws were written before we had an internet,” said Josh Golin, the executive director of the Campaign for a Commercial-Free Childhood, an advocacy group.

    #Influenceurs #Kidfluencer #Publicité #Enfants #YouTube #Obésité #Santé_publique

  • Au Maroc, la beauté à tout prix
    https://www.lemonde.fr/m-le-mag/article/2020/10/30/au-maroc-la-beaute-a-tout-prix_6057917_4500055.html

    La procédure popularisée au Brésil consiste à prélever de la graisse dans une autre partie du corps, généralement le ventre, pour la transférer dans les fesses. Au Maroc, le BBL, ou son dérivé, « MBL », pour Moroccan Butt Lift, est une des chirurgies les plus prisées par les jeunes femmes qui rêvent d’un postérieur imposant tout en ayant une taille de guêpe. « En résumé, toutes les Marocaines ! », sourit Fadela.

    « Depuis mon opération des fesses,
    j’ai rencontré un gars qui me loue un appartement au centre-ville. Il prend soin de moi, me fait des cadeaux, m’emmène au restaurant. » Fadela, 28 ans

    Depuis qu’elle s’est payé cette nouvelle paire de fesses aux proportions impressionnantes, la jeune femme de 28 ans a enterré sa vie d’avant. Fini les réveils à 6 heures du matin pour se rendre au travail depuis son quartier périphérique de la ville, les galères financières et les gens ordinaires. Fadela ne fréquente désormais plus que les beaux quartiers, sauf lorsqu’elle rend visite à sa famille. « J’ai dit que j’avais pris des vitamines pour grossir. Je les aide financièrement, alors ils ne posent pas de questions. »

    Le soleil se couche, c’est l’heure de la pause selfie. La terrasse avec vue sur l’océan est bientôt envahie par une demi-douzaine de jeunes femmes. Chaque visage présente une ressemblance troublante avec celui des stars d’Instagram, cloné comme pour effacer tout signe de distinction sociale. On les reconnaît à leurs pommettes saillantes, leurs nez fins, leurs lèvres gonflées à l’acide hyaluronique, leur poitrine siliconée, leurs muscles du visage paralysés par les injections de botox et, bien sûr, à leur fessier disproportionné.

    Fadela gonfle la poitrine, se déhanche pour faire apparaître la courbe de ses fesses et ajoute un filtre pour lisser davantage son grain de peau. La photo viendra alimenter les stories Instagram de ses 10 000 abonnés. « Sans mes fesses, je n’aurais jamais pu venir dans un endroit pareil. »

    Elles sont de plus en plus nombreuses à passer sur la table d’opération pour se plier aux nouveaux diktats de beauté de l’ère Instagram. La démocratisation de l’accès à Internet et le succès fulgurant du marketing d’influence ont transformé le rapport des Marocaines à leur corps.
    Article réservé à nos abonnés Lire aussi Un visage « parfait », du selfie au bistouri

    « Nous assistons à une “Kardashianisation” de la société. Elle est d’autant plus forte au Maroc où le poids des apparences est très important. Les patientes arrivent avec des photos de modèles Instagram auxquels elles veulent rassembler, persuadées que cela leur permettra d’échapper à leur condition sociale ou de gravir les échelons », déplore une dermatologue à Casablanca, qui souhaite conserver l’anonymat.

    En juin dernier, le décès d’Imane Bensmina a provoqué un vif émoi dans la presse marocaine et sur les réseaux sociaux, où elle était suivie par une communauté de blogueuses. La jeune femme de 32 ans, créatrice d’une marque de vêtements, s’était rendue dans une clinique privée de la capitale pour une liposuccion. Elle a succombé à une embolie graisseuse.

    « On ne sait pas vraiment ce qui s’est passé. Elle était très jolie, peut-être qu’elle avait deux kg en trop, témoigne sa cousine, Aïcha Zaimi Sakhri. L’opération a duré huit heures, c’est bizarre pour une liposuccion. Est-ce qu’elle a voulu avoir les fesses de Kim ? Elle ne nous avait rien dit. »
    « Si tu n’es pas riche, si tu n’es pas refaite, tu n’es rien »

    L’annonce du décès a eu l’effet d’une bombe dans le petit monde des Instagrameuses. Sollicitées ­fréquemment par les cliniques pour faire la promotion d’interventions et de soins esthétiques, elles ont été pointées du doigt, accusées d’encourager la chirurgie sans en évoquer les risques.

    « C’est vrai qu’Imane avait des complexes. Mais elle a été influencée par les blogueuses qui font de la pub pour les interventions comme on vend un parfum, dénonce une de ses amies. Sur Instagram, les influenceuses marocaines montrent un monde illusoire dans lequel si tu n’es pas riche, si tu n’es pas refaite, tu n’es rien. Elles oublient qu’elles ont une audience de filles très jeunes, parfois pauvres, et que cela crée des frustrations. »

    Il est appelé à l’étage, où de jeunes femmes attendent silencieusement leur tour en consultation. Elles ressemblent à s’y méprendre aux instagrameuses aperçues à La Corniche. Les dents d’un blanc aveuglant, les cheveux lisses et longs jusqu’aux fesses, le sac, la montre, tout y est. « Nos patientes viennent de tous les milieux, certaines sont voilées. Nous avons même de jeunes secrétaires, des femmes avec des salaires très bas », assure-t-on à la clinique, qui a signé une convention avec une société de crédit spécialisée dans l’esthétique.

    « Etre bien dans son corps, c’est un plein droit. C’est pourquoi je permets d’échelonner les paiements et je fais des rabais aux plus nécessiteux. C’est mon credo depuis le début : démocratiser l’accès à la médecine esthétique car c’est un besoin essentiel », déclare le docteur Guessous d’un ton rassurant.

    Il y a quelque chose d’hypnotisant dans sa façon de parler de chirurgie. La peur s’efface, l’acte devient anodin, inoffensif. « C’est tout ce que tu veux faire ? », glisse-t-il dans un clin d’œil charmeur à une Tangéroise vêtue d’un trench Balenciaga, un foulard en soie camouflant ses cheveux.

    « Les choses sont allées trop loin. C’est devenu un commerce : les médecins n’ont plus d’infirmières mais des community managers ! Pourtant, le Conseil national de l’ordre des médecins ne fait rien. » Un médecin marocain

    Elle a fait le chemin jusqu’à Casablanca avec sa fille de 20 ans pour faire des injections de plasma riche en plaquettes (PRP), le fameux « vampire lift », une technique permettant de régénérer la peau du visage grâce à son propre plasma, également popularisée par Kim Kardashian. Sa fille, qui a déjà subi une rhinoplastie, a opté pour un gonflement des lèvres. « Mon mari n’est pas au courant. Même si c’est devenu banal, ça ne se dit pas. Si les voisines remarquent une différence, on dira qu’on sort d’une cure de repos », confie la mère dans un éclat de rire.

    #Chirurgie_esthétique #Instagram #Influenceuses #Kardashianisation (excellent celui-là, fallait l’inventer ;-)

  • Egypt’s TikTok crackdown targets young female influencers
    https://www.codastory.com/authoritarian-tech/egypt-cybercrime-bill

    A vaguely defined cybercrime bill has seen the government convict Egyptian social media stars with millions of followers When Mawada Eladhm began posting videos on TikTok, she had no idea that being an online influencer in Egypt was so perilous. Despite having three million followers, she became the target of frequent derogatory comments on the popular video-sharing platform. In April, she appeared to acknowledge the situation, posting a clip showing her with dyed blue hair and (...)

    #ByteDance #TikTok #Instagram #YouTube #smartphone #influenceur #femmes #harcèlement #surveillance (...)

    ##sexisme

  • « Les arguments favorables aux “#OGM” sont soumis à très peu d’esprit critique »
    https://www.lemonde.fr/idees/article/2020/07/18/les-arguments-favorables-aux-ogm-sont-soumis-a-tres-peu-d-esprit-critique_60

    C’est une histoire qui a presque deux décennies, mais elle éclaire toujours, aujourd’hui, la nature des débats sur les #biotechnologies. En 2001, Ignacio Chapela et David Quist, deux chercheurs de l’université de Californie à Berkeley (Etats-Unis) publiaient dans la revue Nature des résultats incommodants : les deux scientifiques assuraient avoir détecté, dans certaines variétés de maïs traditionnels mexicains, des traces de contamination génétique dues aux cultures américaines de maïs transgénique, à plusieurs centaines de kilomètres au nord.

    Au moment même où l’article était publié — et alors que nul n’avait encore pu l’examiner —, un déluge d’indignation s’abattit sur les éditeurs de la revue : les auteurs étaient des militants écologistes déguisés, leur méthode était défectueuse, leurs résultats étaient pourris, etc.

    Quelques mois plus tard, Nature publiait une notice de désaveu, regrettant la publication de l’étude — sans toutefois avoir le moindre élément pour une #rétractation en bonne et due forme. Du jamais-vu. Ces travaux étaient certainement imparfaits, mais sans doute pas plus que la grande majorité de ceux qui sont publiés chaque jour. M. Chapela n’en a pas moins subi, des mois durant, une vindicte si hargneuse, de la part de scientifiques convaincus des bienfaits des biotechs, que son emploi à Berkeley fut un temps menacé.

    Cette bronca était-elle si spontanée ? En novembre 2002, dans une chronique au Guardian, George Monbiot a raconté, preuves irréfutables à l’appui, comment une campagne de dénigrement avait été lancée contre M. Chapela et M. Quist par une #officine dont l’un des clients était une firme agrochimique bien connue. Des années plus tard, le 12 novembre 2008, Nature revenait sur l’affaire dans un bref article d’information : les résultats qu’elle avait désavoués avaient été reproduits par d’autres chercheurs.

    Cet exemple — parmi de nombreux autres — montre l’extraordinaire capacité des industriels à influencer le débat sur « les #OGM » (même si ce terme ne recouvre rien de précis).

    #paywall

    • [...]

      Ce défaut d’esprit critique à l’endroit des biotechno­logies végétales – telles qu’elles sont actuellement utilisées – est général et n’épargne pas le person­nel scientifique au sens large, bien au contraire. Pas plus, d’ailleurs, que l’auteur de ces lignes.

      Dans l’espace de cette chroni­que, il a ainsi déjà été affirmé qu’en #Inde, le #coton #transgénique #Bt (sécrétant une toxine insecticide) avait eu des résultats posi­tifs en termes de baisse du re­cours aux pesticides et d’augmentation des rendements. Cette affirmation est probablement fausse et il n’est jamais trop tard pour manger son chapeau.

      En mars, en pleine crise due au Covid­19, la revue Nature Plants a publié l’étude la plus exhaustive sur les effets de deux décennies de culture du coton transgénique Bt à l’échelle d’un grand pays. Elle est passée complètement inaperçue. Pour ceux qui ont cru au miracle du coton Bt indien, ses conclu­sions sont cruelles.

      Certes, expliquent ses auteurs, Keshav Kranthi (International Cotton Advisory Committee, à Washington) et Glenn Davis Stone (université Washington, à Saint Louis), le coton Bt ne peut être rendu responsable d’une quelcon­que épidémie de #suicides parmi les #agriculteurs indiens – selon une idée répandue chez les détrac­teurs des #biotechs.

      Mais aucun des grands bénéfices que lui attribuent ses supporteurs n’est réel ou n’a tenu sur la durée. Après avoir décortiqué vingt ans de données, M. Kranthi et M. Stone indiquent que l’introduc­tion du coton Bt en Inde s’est bien accompagnée d’une réduction de l’utilisation des #pesticides, mais celle­ci n’a été qu’« éphémère ». Avec l’apparition de résistances à la toxine Bt chez certains #insectes et la prolifération de #ravageurs secondaires non ciblés, « les agri­culteurs dépensent aujourd’hui plus en pesticides qu’avant l’intro­duction du Bt », écrivent les deux auteurs. « Tout indique que la si­uation va continuer à se détério­rer », ajoutent-­ils.

      Ce n’est pas fini. Certaines cour­bes fièrement exhibées par les promoteurs des biotechs sem­blent montrer un lien entre l’arri­vée du coton transgénique Bt et l’augmentation des rendements. Vraiment ? Non seulement corré­lation n’est pas causalité, mais une fois examinée de plus près, à l’échelle de chaque région indienne, la corrélation apparaît el­le-même douteuse. « L’adoption du coton Bt s’avère être un mauvais indicateur de l’évolution des rendements », expliquent les deux chercheurs. « Les augmentations de rendement correspon­dent plutôt à des évolutions dans l’usage des engrais et d’autres intrants », précisent­-ils.

      Dans les années 1990, lors du lancement des premières cultu­res transgéniques, l’autorité de la parole scientifique a été large­ment convoquée, auprès de l’opinion, pour faire de la pédagogie : ces nouvelles plantes – tolérantes à des herbicides ou résistantes à certains ravageurs – allaient aug­menter les rendements, faire baisser le recours aux intrants et bénéficier à l’ensemble de la société.

      Avec deux à trois décennies de recul, tout cela s’est révélé au mieux indémontrable, au pire complètement faux. La transge­nèse ou l’édition du génome peu­vent apporter des innovations utiles dans de nombreux domai­nes, et peut­ être le feront­-elles. Mais il y a fort à parier que, dans leurs principaux usages agricoles, elles n’ont jusqu’à présent pas tenu leurs promesses.

  • Is #AIPAC losing its grip on Democrats? – Mondoweiss
    https://mondoweiss.net/2020/07/is-aipac-losing-its-grip-on-democrats

    I came to Washington, more than four decades ago, to run the Palestine Human Rights Campaign. We founded the PHRC after hearing from lawyers and human rights activists in Israel and the Occupied Palestinian lands horrible stories of rights being abused on a daily basis. Because these stories weren’t known in the U.S., or they were ignored, we launched the PHRC to shine a light on these violations and mobilize support for the Palestinian victims.

    Early on, we were successful in gaining the endorsement of prominent civil rights leaders, major anti-Vietnam war activists, and church leaders from a number of major Christian denominations. ​There were, however, only a few members of Congress who embraced our efforts​, and those who did often put themselves at risk of incurring the wrath of the pro-Israel lobby – the American Israel Public Affairs Committee. AIPAC made no secret of their displeasure with elected officials who were supportive of Palestinian rights and often threatened members of Congress that if they didn’t back off, they would be defeated.

    #états-unis #influenceurs

  • Influenceurs littéraires : vers une professionnalisation ?
    https://www.actualitte.com/article/monde-edition/influenceurs-litteraires-vers-une-professionnalisation/101333?origin=newsletter

    Souvent présentée comme une révolution, l’arrivée massive des influenceurs dans les processus de promotion du livre a désormais presque une décennie. Avec le temps, les usages des blogueurs bookstagrammeur et booktubeur se sont codifiés, des réseaux se sont créés et des partenariats durables ont été mis en place avec les maisons. Mais alors qu’en 2019 la rémunération des influenceurs sur Instagram atteint de nouveaux sommets, le travail des chroniqueurs numériques, dans leur immense majorité, reste bénévole. Les influenceurs littéraires pourront-ils un jour prétendre à une professionnalisation ?

    Aujourd’hui la majorité des influenceurs littéraire se retrouvent sur Instagram, leur compte servant pour beaucoup de vitrine à leur ancien blog. Les chroniqueurs 2.0 ont su trouver leur place, proposant leurs contenus à un public différent de celui auquel s’adressent les journalistes professionnels. Ces prescripteurs numériques savent animer une rencontre auteur, monter et partager des vidéos, gérer une communauté parfois importante et faire découvrir des ouvrages à travers des formats propres aux réseaux. Pour la plupart, le temps passé à lire et à travailler leur contenu s’ajoute à des études ou à une profession plus traditionnelle. Enfin, un certain nombre d’entre eux sont en relation avec plusieurs éditeurs et affirment recevoir des pressions pour rendre des chroniques en temps et en heure.

    Entre ces compétences acquises et les exigences de certaines maisons, il ne semble pas complètement aberrant de parler travail pour qualifier l’activité de ces créateurs de contenus. Et tout travail mérite salaire.

    #Influenceurs #Edition

  • Le choc et la panique à la rescousse des traités pour fragiliser l’Etat
    https://www.investigaction.net/fr/le-choc-et-la-panique-a-la-rescousse-des-traites-pour-fragiliser-let

    Nos gouvernements vont-ils profiter du contexte de la crise pour passer des réformes impopulaires selon la stratégie du choc dévoilée par Naomi Klein ? C’est ce que redoute Carlos Perez. Auteur de L’Enfance sous pression et d’Au-delà du geste technique, il dénonce les atteintes à la démocratie qui pourraient ouvrir la voie à de nouvelles percées du néolibéralisme. (IGA)

     

    Comme le souligne Naomi Klein dans son essai « Stratégie du Choc : La montée d’un capitalisme du désastre », les États profitent et se servent de la crise et de la panique pour s’accorder des pouvoirs spéciaux et mettre en place des réglementations liberticides et par la même occasion affaiblir les services sociaux.

    La stratégie consiste à profiter du choc et de la désorientation pour faire passer des politiques impopulaires. En voici quelques exemples récents en pleine période de pandémie :

    1° En Belgique, le ministre-président flamand, Jan Jambon (N-VA), veut voir davantage de gens au travail, entre autres dans les secteurs de la construction et des titres-services où le mécanisme du chômage temporaire est, à ses yeux, parfois trop rapidement demandé, a-t-il indiqué mercredi 25 mars au parlement flamand1.
    On voit bien là un confinement de classes sociales à deux vitesses : déjà qu’ils n’ont pratiquement pas de matériel de protection pour sauver leur propre vie, les ouvriers n’ont pas les mêmes droits face à la pandémie.

    2° En France, le Sénat a voté, dans la nuit de jeudi à vendredi (19-20 mars), la loi dite d’adaptation au coronavirus (la loi « urgence coronavirus ») à 252 voix pour, 2 contre, et 90 abstentions. « Ce texte, qui acte le report des élections municipales « au plus tard en juin », constitue une attaque importante contre les droits des travailleurs, tant sur le plan social que démocratique. (…)Macron et son gouvernement instrumentalisent ainsi la crise sanitaire, pour faire les cadeaux dont ils rêvaient au patronat ».2 Entré en vigueur en mars, l’état d’urgence était fixé pour une période de deux mois. Il a ensuite été prolongé jusqu’au 10 juillet.

    3° Les États-Unis, qui n’en sont plus à une folie près, envisagent « pourquoi pas » (puisque ce pays n’a pas forcément de sécurité sociale) ni plus ni moins que de laisser mourir les anciens dans cette période de Coronavirus qui va effectivement toucher un maximum de personnes âgées. « Sacrifier les personnes âgées pour sauver l’économie » ce sont les propos chocs du vice-gouverneur Républicain du Texas, Dan Patrick.
    De plus, ce même pays va utiliser la pandémie pour réduire les libertés individuelles et serrer la vis un cran de plus en annonçant que les personnes qui propagent le virus intentionnellement pourraient entrer dans le champ d’application des lois antiterroristes et être poursuivies au pénal, autant dire presque tout le monde se promenant dans la rue3.

    4° Pour couronner le tout, au Royaume-Uni, l’ancien Premier ministre britannique, Gordon Brown, appelle à la création d’un « gouvernement mondial » pour lutter contre la menace actuelle. Un groupe de travail international « veillerait à ce que les efforts des banques centrales soient coordonnés », selon M. Brown, qui souhaite que la Banque mondiale et le Fonds monétaire international reçoivent plus d’argent et de pouvoir.

    Sans une minute à perdre les banques sont d’ores et déjà à la manœuvre pour régler les problèmes, quelle ironie !4
Comme on le constate les idées et les projets pour détruire nos droits et nos services sociaux ne manquent pas, même en pleine période de chaos pas un moment de répit chez nos réformateurs libéraux pour placer leurs projets politiques.

    Les traités sont en place depuis pas mal de temps, il faut juste la bonne excuse pour les sortir du placard. Le but inavoué reste inchangé : passer toutes les lois liberticides et proposer des traités toxiques qui doivent déréguler l’État.

    Si nos gouvernements promettent de renforcer les soins de santé, ils assurent aussi qu’il faudra retrouver l’équilibre budgétaire après s’être massivement endetté, en bonne partie pour « rassurer les marchés ». Des milliards d’euros ont ainsi été déversés pour sauver une finance déjà en crise bien avant la pandémie. Le danger, bien réel, est de voir passer de nouvelles réformes et accords qui, une fois de plus, fragiliseront les plus faibles pour tenter de sauver un système qui profite aux plus riches. Nos gouvernements pourraient profiter de la crise pour passer en force des accords impopulaires, parfois négociés en catimini.

    On se souvient comment WikiLeaks avait débusqué l’Accord sur le Commerce des Services (ACS), connu sous son acronyme anglais TiSA (pour Trade in Services Agreement), concocté en douce en 2013 à l’initiative des États-Unis et de L’Australie.

    « TISA quatre lettres qui vont changer le monde ou qui font peur ? TISA serait l’accord fondateur du commerce mondial libéré des grandes contraintes des États d’une cinquantaine de pays, dont les États-Unis et l’Union européenne ».

    « C’est en 2013 que les négociations TISA ont vraiment commencé. Les négociateurs sont représentatifs de 70% du commerce mondial. Et le traité porte sur le lissage des règles communes, ouvrant ainsi les portes à un desserrement des liens qui entravent les entreprises en activités dans le secteur des services »5.

    C’est un marché mondial de 44.000 milliards de dollars, selon le département du Commerce américain. Les services représentent plus des trois quarts du produit intérieur brut (PIB) des pays développés (75% aux États-Unis et 78% dans l’Union européenne).

    Mais au plan du commerce international les exportations de services sont bien moins élevées que celles des marchandises et c’est peut-être là que le bât blesse. Il faut libéraliser cette caverne d’Ali Baba seul. Les services de l’État du ressort exclusif du régalien sont exclus de la négociation.

    Sinon tout est sur la table : services financiers, commerces de détail, transports maritimes et routiers, conseils, approvisionnements en énergie, santé, éducation, gestion de l’eau, etc. bref tous nos services sociaux sont susceptibles d’être privatisés et libéralisés. Voilà l’imposture qui peut nous tomber sur la tête si nous ne prenons pas le dessus très rapidement sur la peur du moment et repartons sur nos propres revendications chacun dans son secteur. Une doctrine de choc qui spécule sur les catastrophes et qui va encore approfondir les inégalités pourrait nous être imposée.

    Dans mon secteur d’activité, le sport, parent pauvre des services sociaux, cette stratégie de dérégulation est depuis bien longtemps en action par le truchement du partenariat public-privé (« PPP ») dans l’investissement de mégaprojets d’infrastructures. Une façon sournoise de socialiser les pertes tout en privatisant les bénéfices, ce sont des millions d’argent public qui sont détournés. 

    Si on veut penser à l’après-crise, chacun doit le faire dès maintenant dans chaque secteur et se poser les bonnes questions. Dans le domaine du sport, prendre réellement soin de la population est une urgence que tout le monde a bien comprise. À travers cette crise, qu’est-ce que cela signifie ? C’est à ce stade qu’intervient ma modeste contribution.

    Les solutions sont à portée de main et ne vont pas forcément dans le sens des grandes rencontres sportives de prestige qui devraient démarrer très vite et redonner des jeux et du pain à la plèbe pour masquer la tragédie et l’irresponsabilité de nos représentants politiques. 
Ce confinement nous a bien démontré à quel point le sport-compétition est futile et inutile et que l’éducation motrice sanitaire, la culture physique était le meilleur outil à notre disposition pour favoriser et surmonter les altérations physiques et psychologiques dues au confinement, en plus de permettre une meilleure adaptation et résilience individuelle et collective et donc un véritable outil de santé publique.

    Si on parle du sport comme outil de santé publique, il faut au contraire et inéluctablement dans ce secteur clé de la prévention s’orienter vers des revendications claires. Le sport n’est pas une marchandise, mais un droit, le droit au bien-être, aux soins et à la santé pour tous et accessible à tous : 

    1° Cela commence par une planification intégrée : mettre au service de la population et prioritairement de nos anciens et de nos jeunes une vraie prévention sanitaire. Cela semble véritablement nécessaire comme on l’a constaté dans cette dure épreuve de pandémie où le taux de morbidité critique a été une cause de l’inflation de personnes en danger de mort.

    Avec l’aide de tous les professionnels de la prévention, de l’hygiène et de la santé, médecins nutritionnistes spécialistes de la motricité, tous doivent collaborer c’est-à-dire dans les petits clubs et dans les petites structures qui s’occupent de plus de 90% des affiliés dans le sport et pas au service des clubs de première division qui ont des budgets cotés en bourse et qui représentent une infime minorité de personnes. La santé de tous doit passer avant l’argent de quelques-uns. 

    2° Il faudrait mutualiser toutes les ASBL qui représentent plus de 90% des affiliés et les organiser en coopératives en y développant pourquoi pas une véritable politique de masse salariale au lieu de la comprimer , ASBL qui bien souvent pour fonctionner ont du personnel bénévole précarisé et instable et où les gens doivent faire don de leur argent et de leur travail. Ce sont des milliers d’heures non rétribuées, en gros ce sont des sous-traitants de l’État paupérisés et marginalisés.

     
3° Même si la mesure peut paraître radicale sur la forme, sur le fond elle est essentielle et empreinte de justice sociale, les multinationales ne peuvent pas avoir la clé de notre santé : réquisitionner toutes les structures de grandes marques « Low Cost » disséminées à travers le pays et les mettre à la disposition du citoyen comme service public pour soutenir les populations dans les quartiers en y incorporant une véritable masse salariale c’est-à-dire des salariés compétents et au service de tous. 

    Généraliser la question d’utilité publique au sport qui est un outil d’émancipation, d’hygiène et de progrès social, est la seule démarche logique saine et indispensable, le constat est très clair et largement partagé. Ce secteur, en dehors de la compétition, du tri, de la sélection et de la relégation, est un outil essentiel pour renforcer la colonne vertébrale sanitaire, pour sortir de périodes difficiles voir d’émulation générale. Si l’utopie est le début de la transformation, alors soyons utopiques et préparons notre avenir, l’intelligence collective viendra toujours d’en bas !

    Fils d’immigrés espagnols ayant fui le franquisme pour travailler dans les mines de Belgique, Carlos Perez est préparateur physique. Il a notamment animé un centre sportif dans un quartier populaire de Molenbeek. Il y a été confronté à des problèmes récurrents qui l’ont amené à questionner l’impact de notre modèle économique et de notre système scolaire sur la santé des jeunes et des travailleurs. Dans son dernier ouvrage qui vient de paraître chez Aden http://www.aden.be/index.php , Carlos Perez lance les bases d’une nouvelle pratique, l’écomotricité, pour un développement durable de l’être humain.

    #néolibéralisme #capitalisme #capitalisme_du_désastre #Stratégie_du_Choc #Angleterre #Belgique #France #USA #ACS #TISA #PPP #Sport #pandémie #covid-19 #coronavirus #santé_publique #low_cost

    • Près de 2 députés européens sur 3 ne déclarent pas de rencontres avec des lobbyistes
      https://www.rtbf.be/info/monde/detail_rencontres-lobbyistes-et-deputes-europeens-le-lent-chemin-vers-la-transp

      Plus de 35.000 lobbyistes gravitent autour des institutions européennes, à Bruxelles : du représentant de Google à celui des producteurs de patates, des activistes pour les droits humains à l’industrie navale, de Greenpeace à Total, ils tentent de peser sur les décisions politiques de l’Union.

      Un travail discret mais intensif : à Bruxelles, les lobbys ont un budget cumulé de 1,5 milliard d’euros par an.

      Restent-ils dans les clous, pour influencer la fabrication des lois ?

      Un code de conduite encadre les contacts de ces lobbys avec les politiques et les fonctionnaires européens. Des règles qui ont été renforcées l’an dernier dans les institutions européennes, à la Commission et au Parlement. Les institutions sont-elles pour autant devenues transparentes ?

      Un rapport de l’ONG « Transparency International » (un lobby… sur le travail de lobbying) au sujet du Parlement européen montre qu’il reste du chemin à faire.

      63% des députés européens ne déclarent pas leurs rencontres
      Depuis un an, les députés européens sont invités à inscrire dans un registre informatique les réunions qu’ils tiennent avec des lobbyistes.

      C’est obligatoire pour les parlementaires qui sont en première ligne sur un dossier : ceux qui sont Président ou Rapporteur d’une Commission parlementaire (des rôles clefs dans la fabrication d’une loi européenne), ou ceux qui mènent le travail législatif sur un dossier pour un groupe politique.

      Les autres eurodéputés ne sont pas obligés de publier leurs réunions avec les lobbys, mais ils sont invités à le faire.

      Selon le comptage de « Transparency International », en un an, 259 députés européens ont fait le pas, sur les 704 : c’est 37% de l’hémicycle.

      63% des députés européens n’ont donc publié aucune de leurs rencontres.

      De grands écarts entre Etats…
      « Transparency International » constate de grands écarts selon les Etats de ces députés européens.

      Aux extrêmes, 90% des députés de Suède ont pris le pli de communiquer leurs contacts avec des groupes d’intérêts. Tandis qu’aucun député croate ou chypriote n’a déclaré de rencontre, en un an.

      « Les pays du nord, la Suède, le Danemark, la Finlande sont assez transparents » commente Raphaël Kergueno, pour Transparency International, « mais d’un autre côté, il y a des pays à la traîne ». Et il épingle l’Italie, l’Etat qui envoie le plus d’Eurodéputés au Parlement européen après l’Allemagne et la France : 76 élus. « En Italie, moins de 7% des députés européens publient des rencontres avec des lobbyistes. »

      La Belgique, pour sa part, affiche un bilan mitigé. Ni cancre, ni exemplaire.

      52% des eurodéputés belges publient leurs rencontres : Pascal Arimont (Christlich Soziale Partei), Marc Botenga (PTB), Geert Bourgeois (N-VA), Saskia Bricmont (Ecolo), Petra de Sutter (Groen), Cindy Franssen (CD&V), Philippe Lamberts (Ecolo), Kris Peeters (CD&V), Frédérique Ries (MR), Johan Van Overtveldt (N-VA) et Marc Tarabella (PS).

      Et les autres ? Ceux que nous avons pu joindre se disent tous « favorables » à l’exercice, tout en n’ayant pas encore publié de réunion. Certains rappellent, au détour de justifications souvent administratives, que ce n’est pas obligatoire.

      Marie Arena (PS) a rejoint le mouvement dans la foulée de ce rapport. Elle évoque « un enregistrement en interne mais pas sur le site du Parlement, à cause de contraintes logistiques. Un souci à présent corrigé ».

      Olivier Chastel (MR) explique qu’il a fait le choix de ne pas recevoir de représentants des lobbys : « Etant actif dans les commissions budget et de contrôle budgétaire, mes rencontres se font principalement avec les différentes instances de l’Union comme la Commission européenne ou la Cour des comptes, et ces rencontres ne doivent pas être indiquées », explique-t-il.

      Benoît Lutgen (cdH) dit compter aujourd’hui très peu de réunions « avec des lobbys en tant que tels », rien qui ne justifierait d’être publiés. Il assure qu’il en fera état lorsque ce sera le cas.

      Son de cloche semblable chez Assita Kanko (N-VA). Elle invoque le lent démarrage de la législature et le confinement, des débuts de mandat qui ne l’ont pas exposée aux rencontres avec des lobbyistes. Mais si de telles rencontres se présentaient à présent, « je déclarerai bien entendu tout entretien comme prévu » assure-t-elle.

      La Belgique, bientôt plus exemplaire que la Suède ?

      … et entre groupes politiques
      Des différences importantes sont perceptibles aussi entre groupes politiques du Parlement européen.

      Deux familles politiques comptent une majorité de députés actifs sur le registre de transparence, le groupe des verts (Green-EFA avec 91% des députés qui ont publié au moins une réunion) et le groupe des libéraux-centristes Renew Europe (57%).

      Dans tous les autres groupes, une minorité d’élus ont fait la démarche.

      Pourquoi ces réticences ?
      Elles peuvent être liées à plusieurs facteurs : une hésitation à investir du temps dans une démarche administrative qui n’est, la plupart du temps, pas légalement obligatoire. Une culture de la transparence encore faible dans certains Etats.

      Des eurodéputés estiment que c’est une atteinte à leur liberté d’élu, à leur droit de consulter qui ils veulent sans devoir en faire état. Ils peuvent également trouver difficile d’assumer publiquement certaines rencontres avec certains lobbys.

      Mettre cartes sur table
      Daniel Freund est un ancien de transparency International, à présent passé de l’autre côté : il est devenu parlementaire européen. Son cheval de bataille reste la transparence du travail politique européen. Il plaide pour une publication la plus large possible des rencontres avec les lobbys.

      Des rencontres qui, souligne-t-il, sont nécessaires pour un élu.

      « Rencontrer des lobbys, ça fait naturellement partie de la démocratie. Quand je prends une décision sur une certaine loi, comme député européen, il faut que j’aie parlé aux personnes concernées. Aux citoyens, aux entreprises concernées, aux organismes de protections des consommateurs, etc. Et si je fais bien mon travail, j’entends tous les arguments et puis je prends une décision en étant bien informé. »

      Mais ce processus doit être transparent, insiste-t-il, pour percevoir qui pèse sur les décisions de qui. « Je trouve qu’en dehors des périodes électorales, les citoyens ont le droit de savoir comment je vote et avec qui je parle. Et cela m’aide aussi à travailler » dit Daniel Freund. Parce que lister ses entrevues permet d’avoir à l’esprit qui on voit et qui on a tendance à ne pas écouter.

      Un chantier entamé, pas terminé
      Ceux qui regardent le verre à moitié plein souligneront que 37% des eurodéputés, c’est un bon début, d’autant que l’on partait de rien et que cette publication des contacts avec les lobbys n’est pas obligatoire pour la plupart des députés européens.

      Ceux qui regardent le verre à moitié vide relèveront que 63% des eurodéputés ne se livrent pas à un exercice pourtant peu contraignant puisqu’il ne s’agit que de mentionner le lobby, le sujet de discussion et le moment.

      Et ils épingleront d’autres améliorations à apporter.

      Au Parlement européen, « Transparency International » déplore un manque de contrôle des déclarations de députés qui sont contraints à l’exercice. Et une légèreté des sanctions pour ceux – lobbys ou élus — qui franchiraient la ligne rouge : acceptation de cadeaux, rencontres non-déclarées alors qu’elles auraient dû l’être, lobby qui aborderait des élus sans clarté sur son identité, etc. Aujourd’hui un lobby au comportement douteux risque, dans les faits, un retrait temporaire de son badge d’accès aux institutions, rien de plus.

      L’ONG demande que progresse le projet d’une autorité indépendante pour faire respecter les règles sur les rapports lobbys/UE. Une autorité dont l’action serait étendue aux trois institutions : le Parlement mais aussi la Commission européenne et le Conseil.

      #ue #union_européenne #Bruxelles #Députés #Députés_européens #Transparency_International #eurodéputés #Suéde #Croatie #Chypre #Suède, #Danemark, #Finlande #Italie #Allemagne #commission_européenne #conseil_européen #transparence #lobbying #lobby #influence #lobbies #corruption #politique #multinationales

  • Sur Instagram, la prime secrète à la nudité : se déshabiller pour gagner de l’audience | Mediapart
    https://www.mediapart.fr/journal/international/150620/sur-instagram-la-prime-secrete-la-nudite-se-deshabiller-pour-gagner-de-l-a

    Si elle pose souvent à la plage, ce n’est pas que Sarah cherche à vendre des maillots de bain à ses dizaines de milliers de followers. « C’est que, pour avoir de l’audience, il faut poster des photos de soi, et encore plus en maillot », résume l’entrepreneure.

    Il n’est pas facile d’avoir accès à la parole de ceux qu’on appelle les influenceurs, ces nouvelles formes de travailleurs indépendants, à 75 % des travailleuses. Toutes et tous craignent de faire un faux pas et d’être radiés de la plateforme.

    Mais l’ensemble de celles et ceux que nous avons rencontré·e·s sont unanimes : sur Instagram, être déshabillé·e paie. Yasmine K., autrice de Body Positive Attitude, qui tient la page @ely_killeuse : « Presque toutes mes photos les plus likées sont soit moi en sous-vêtement, soit moi en maillot de bain. » « Le taux de couverture explose dès qu’on se dénude un peu », confirme Juliette A., professeure de yoga, micro-influenceuse (sont dites micro-influençeuses les personnes suivies par 10 000 abonnés ou moins) qui tient la page @ju_de_peche.

    Même retour d’expérience du côté des hommes. Ainsi de Basile*, professeur de sport suivi par 120 000 personnes : « Mes photos les plus likées sont celles où je suis presque nu. » « C’est très difficile d’obtenir beaucoup de likes sur Instagram. Alors, je fais comme tout le monde ! Mes photos les plus populaires sont les plus provocantes », ajoute Francisco*, suivi par le même nombre d’abonnés.

    95 millions de photos sont postées chaque jour sur le réseau social. Toutes ne bénéficient pas de la même exposition et certaines images postées par les personnes que vous suivez n’arriveront jamais dans votre newsfeed. Avant 2016, les images étaient présentées dans un ordre chronologique : dernière photo postée, dernière photo affichée. Ce n’est plus le cas aujourd’hui.

    Quand Sarah poste une photo d’elle, un algorithme de vision par ordinateur détermine en quelques microsecondes le destin de cette image. Quelques microsecondes durant lesquelles opère une machinerie complexe, sophistiquée et extrêmement opaque, un concentré de toutes les logiques de pouvoir à l’œuvre dans la société.

    Le fonctionnement de l’algorithme d’Instagram est maintenu secret par l’entreprise. À moins d’avoir accès à des documents internes, ce secret restera bien gardé. Il est toutefois possible de s’en approcher. La consultation du brevet intitulé « Feature extraction based image scoring » (que l’on peut traduire par « Notation d’image basée sur l’extraction de caractéristiques »), déposé en 2015 par deux ingénieurs de Facebook, l’entreprise détenant Instagram, permet de se représenter à quoi ressemble le voyage d’une image une fois qu’elle est envoyée dans les serveurs d’Instagram.

    Selon ce document, quand Sarah poste une photo ou une vidéo, celle-ci se voit automatiquement analysée et notée : il lui est délivré un « score d’engagement » qui correspond à la « probabilité que tous les utilisateurs ont d’interagir avec un objet multimédia donné ».
    Ce score d’engagement varie en fonction de plusieurs facteurs et selon les utilisateurs. Si Sarah pose sur une moto, sa photo aura une meilleure note, donc davantage de chance d’apparaître dans le newsfeed d’amateurs de motos. Mais certains critères transcendent les goûts personnels, comme « le genre », « l’ethnicité » et enfin, selon l’expression choisie par les ingénieurs de la firme, le « state of undress », ou « niveau de nudité », selon notre traduction.

    « L’interface de programmation peut évaluer le niveau de nudité des personnes sur une image, en détectant des bandes de couleurs spécifiques, identifiées comme des nuances couleurs de peau », indique le document.

    Instagram utilise-t-il aujourd’hui cette technologie qu’il a inventée pour calculer le « niveau de nudité » de chaque photo postée ? Ce « niveau de nudité » sert-il à mettre en avant les images montrant le plus de peau ? Comment fonctionne ce « nuancier de couleurs de peau » ? Quel rôle joue l’ethnicité dans le calcul du score d’engagement ?

    Le réseau social a refusé de répondre à ces questions. Un porte-parole de l’entreprise a toutefois indiqué que l’application « organise les posts dans les newsfeeds en fonction des comptes suivis et appréciés, pas en fonction de critères arbitraires comme la présence d’un maillot de bain », rebondissant sur le critère « maillot de bain », mais ne répondant sur celui de la nudité ou de l’ethnicité.

    Une autre façon de comprendre comment est construit un algorithme est de pratiquer la rétro-ingénierie : étudier le fonctionnement extérieur d’un objet pour en déterminer le fonctionnement. Nous avons donc, avec le soutien financier de l’European Data Journalism Network et Algorithm Watch, la statisticienne Kira Schacht et le développeur Édouard Richard, analysé 1 737 publications contenant 2 400 images postées sur Instagram entre février et mai 2020, et calculé leur taux d’exposition.

    Nous avons demandé à 26 volontaires d’installer une extension sur leur navigateur et de suivre une sélection de 37 personnes (dont 14 hommes), issues de 12 pays différents. Sur les 2 400 photos analysées entre février et mai, 362, soit 21 %, représentaient des corps dénudés. Pourtant, ces photos représentaient 30 % de la masse totale des photos montrées.

    Les effets délétères des réseaux sociaux sur notre santé mentale et notre estime personnelle sont régulièrement documentés par les spécialistes. Quiconque a déjà ouvert Instagram a déjà ressenti ce vague à l’âme face à ces kilomètres d’images de vies idéalisées, de poses sur tapis de yoga et de corps jeunes et beaux. « Facebook prouve que tout le monde est ennuyeux, Twitter que tout le monde est horrible, mais Instagram vous fait croire que tout le monde est parfait, sauf vous », écrit Alex Hern, journaliste réseaux sociaux, dans The Guardian.

    Une étude anglaise menée en 2017 par la RSPH (Royal Society for Public Health, association pour la défense de la santé publique) établit qu’Instagram est le réseau social poussant le plus au suicide les jeunes adolescentes, en leur renvoyant une image de perfection inatteignable et insoutenable.

    La terreur d’une « radiation de l’ombre »

    Cette prime à la nudité vient aussi questionner l’organisation du travail dans notre société. Les influenceurs avec qui nous avons échangé ont souhaité pour leur grande majorité témoigner de façon anonyme. Yasmine de @Ely_killeuse a accepté de parler en son nom car elle exerce un autre métier à côté : « C’est pour moi la condition numéro un. Pour conserver ma liberté – et ma santé mentale ! » Pour les autres, une menace rôde s’ils s’expriment dans la presse et osent questionner la plateforme : celle du « shadow ban ».

    Le « shadow ban », ou « radiation de l’ombre » selon notre traduction, est une pratique mise en place par Instagram où les posts et stories d’un utilisateur ne sont plus montrés, sans que ce dernier soit mis au courant et puisse donc le contester. Soit une mise à mort économique pour qui compte sur Instagram pour que son activité existe.

    Si Instagram encourage implicitement une certaine forme de nudité « douce », les images jugées « obscènes » ou la nudité totale sont, elles, proscrites. La différence entre les deux est parfois ténue et les faux positifs de l’algorithme fréquents. Ces faux positifs semblent frapper les corps hors des canons de beauté avant les autres, à en croire les résultats d’une étude menée en 2019 par l’association de défense des droits des personnes transgenres Salty.

    Les personnes handicapées, obèses, racisées ou LGBT+ sont vastement représentées parmi les « victimes » du « shadow ban » ou se voient régulièrement refuser de réaliser des campagnes de publicité. Ainsi, en décembre, une artiste brésilienne s’est vu refuser la possibilité de promouvoir un de ses posts, au motif qu’il contenait des images violentes. Il représentait un jeune garçon sur un skate et un pilote de course, David Hamilton. Les deux étaient noirs. En avril, une professeure de yoga racisée s’est aussi vu refuser une publicité jugée obscène : elle faisait pourtant seulement la position du corbeau.

    Le « shadow ban » peut représenter pour ces comptes une forme de mise à mort économique. Est-ce une nouvelle forme de discrimination professionnelle ? « Les professionnels des réseaux sociaux ne sont pas protégés, déplore Miriam Kullmann, professeur à l’université de Vienne. Les lois européennes anti-discrimination sont pensées pour les travailleurs salariés ou employés. »

    #Instagram #Nudité #Digital_labour #Travail #Influenceurs

  • Delayed Moves, Poolside Videos and Postmates Spon: The State of TikTok Collab Houses - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2020/05/21/style/tiktok-collab-houses-quarantine-coronavirus.html

    The way most young creators see it, to make it big on the internet you need to be in Los Angeles, even if you’re stuck indoors in the midst of a pandemic. “You’re just surrounded by influence,” Mr. Conte said. “In L.A., if you talk to four people, one is probably going to have over 100,000 followers on Instagram. Even people that don’t prioritize social media have 20,000 followers from just being here in L.A.”

    That feeling has driven the rise of dozens of TikTok influencer collab houses: palatial dorms where the platform’s young stars live, work and hustle to expand their social media empires. Influencer collab houses are nothing new — several generations of YouTubers, Vine stars and streamers have lived and worked together since 2009 — but Gen Z TikTok stars have embraced them to an extent that their predecessors did not.

    Collab houses make it easy for new arrivals to Los Angeles: They have a nice place to live, a built-in friend group and constant access to collaborators. And, if a management company or brand is sponsoring the house, the tenants may only have to produce a few TikToks and a YouTube video every week as a form of in-kind rent.

    Many creators have pushed back their plans in light of the pandemic. The Girls in the Valley, a female-only TikTok house, was on track for a late-March move and even held an opening party on March 12 at the Sugar Factory in Los Angeles featuring the pop star Doja Cat. Now, with their move-in date to be determined, the house’s members have turned to weekly Zoom calls to stay in touch.

    Meanwhile, several new houses, including the Young Finesse Kids, the Alpha House and the Kids Next Door, have announced their formation over the last two months.

    Influences, a talent management firm, has invested in TikTok houses including the Girls in the Valley, the Drip Crib and the Kids Next Door. The company has taken a hit on expenses since the virus began, but Ariadna Jacob, its founder and C.E.O., sees the situation as temporary.

    “We already had the concepts out to brands, and when coronavirus first happened there was a lull. But now more campaigns are launching,” she said. “When the houses are presented as a media company, brands wrap their heads around it. The Drip Crib, for instance, is like GQ and Sports Illustrated. Girls in the Valley is like Seventeen magazine.”

    Lucas Castellani, 22, is currently recruiting TikTokers to live in the $5 million Beverly Hills mansion that his parents own, which he has renamed the Vibe House. He worked with a legal team to set up talent contracts and has found someone to act as a house manager. “We’re going to follow C.D.C. guidelines about gatherings,” Mr. Castellani said. “I’m planning to launch the house at the end of this month if everything goes well.”

    Ms. Jacob said that influencers looking to move into a collab house managed by her company must first quarantine for a number of weeks and get tested for the coronavirus. (No collab house has yet had a confirmed case of coronavirus.)

    #Tik-Tok #Influenceurs #Collab_house

  • A futuristic autobiography – Forthright Magazine
    http://forthright.net/2020/05/07/futuristic-autobiography

    By Johnny O. Trail — A few months ago, I was asked to write a biography for a notable person in the history of the church, N.B. Hardeman. As I read about his life and wrote a brief biography, I wondered what biographies of the future might look like.

    #legacy #influence #reputation

  • Companies Are Stealing Influencers’ Faces | WIRED
    https://www.wired.com/story/youtube-instagram-influencers-stolen-faces

    Fast fashion sellers are using social media stars’ images without permission—and there’s not much they can do about it. The first time Lucy Kyselica’s face was stolen, it turned up in the window of a beauty salon in small-town America. Kyselica is a Dutch beauty YouTuber who mostly makes videos about historical hairdos, but she had also made a video showing her subscribers how to thread their own eyebrows. The salon took a screengrab from that video, enlarged it to poster size, and used it to (...)

    #Facebook #Instagram #influenceur #copyright #lobbying

  • Sur YouTube et Instagram, ces entreprises qui volent des visages | korii.
    https://korii.slate.fr/et-caetera/instagram-youtube-influenceuses-voleurs-visages-utilisation-marketing-ac

    Toutes sortes de firmes utilisent commercialement l’image d’influencers, sans leur accord. Sur internet, n’importe quelle image ou presque peut être capturée en HD grâce à un simple clic droit ou à une capture d’écran. Cela complique infiniment la protection de son image et de sa propriété intellectuelle. Les créateurs et créatrices présentes sur Instagram et YouTube, particulièrement lorsque leurs contenus sont liés à la mode ou à la beauté, en savent quelque chose. Dans une enquête, Wired explique que (...)

    #Amazon #Instagram #YouTube #influenceur #copyright

  • Elections américaines : le « tapis de bombes » de Michael Bloomberg sur les réseaux sociaux
    https://www.lemonde.fr/pixels/article/2020/02/25/elections-americaines-le-tapis-de-bombes-de-michael-bloomberg-sur-les-reseau

    Le candidat multimilliardaire a battu tous les records de dépenses en publicité pour une campagne politique. Avec un succès mitigé. C’est du jamais vu, même pour les Etats-Unis : en quelques semaines à peine, Michael Bloomberg, l’ex-maire de New York et candidat à l’investiture démocrate pour l’élection présidentielle américaine, a dépensé plus de 233 millions de dollars en publicités politiques, dans les médias et sur les réseaux sociaux, pour soutenir sa campagne. Une goutte d’eau dans la confortable (...)

    #manipulation #domination #SocialNetwork #publicité #élections #influenceur #Twitter #Instagram (...)

    ##publicité ##Facebook