• Jean Rohmer
    Vice President at Institut Fredrik Bull
    5 j. · Modifié

    Suivre
    Le STUPEFIANT message de Google à ses clients avant-hier au Google Cloud Summit : nous vous aidons à faire chez vous de l’INTELLIGENCE ARTIFICIELLE SANS TALENTS ... puisqu’ils sont tous chez nous !!!
    Abandonnez l’idée de maîtriser vous-même l’essence du deep learning, du machine learning, des briques applicatives.
    Il y a seulement 10 000 talents en deep learning dans le monde, et ils sont tous chez nous et les autres GAFA.
    Abandonnez l’idée d’en recruter vous-mêmes.
    Idem pour les data scientists, qui ne sont que deux millions, ne luttez pas avec nous, laissez tomber.
    Nous avons précisément développé nos plateformes et nos outils dans l’esprit d’aider des gens comme vous, DES GENS SANS TALENTS

    STUPEFIANT !

    #healthdatahub #thales #lvmh #atos #puissance #plateformes #google #cloudcomputing #intelligenceartificielle


  • Training a single AI model can emit as much carbon as five cars in their lifetimes - MIT Technology Review
    https://www.technologyreview.com/s/613630/training-a-single-ai-model-can-emit-as-much-carbon-as-five-cars-in

    In a new paper, researchers at the University of Massachusetts, Amherst, performed a life cycle assessment for training several common large AI models. They found that the process can emit more than 626,000 pounds of carbon dioxide equivalent—nearly five times the lifetime emissions of the average American car (and that includes manufacture of the car itself).

    It’s a jarring quantification of something AI researchers have suspected for a long time. “While probably many of us have thought of this in an abstract, vague level, the figures really show the magnitude of the problem,” says Carlos Gómez-Rodríguez, a computer scientist at the University of A Coruña in Spain, who was not involved in the research. “Neither I nor other researchers I’ve discussed them with thought the environmental impact was that substantial.”

    They found that the computational and environmental costs of training grew proportionally to model size and then exploded when additional tuning steps were used to increase the model’s final accuracy. In particular, they found that a tuning process known as neural architecture search, which tries to optimize a model by incrementally tweaking a neural network’s design through exhaustive trial and error, had extraordinarily high associated costs for little performance benefit. Without it, the most costly model, BERT, had a carbon footprint of roughly 1,400 pounds of carbon dioxide equivalent, close to a round-trip trans-American flight.

    What’s more, the researchers note that the figures should only be considered as baselines. “Training a single model is the minimum amount of work you can do,” says Emma Strubell, a PhD candidate at the University of Massachusetts, Amherst, and the lead author of the paper. In practice, it’s much more likely that AI researchers would develop a new model from scratch or adapt an existing model to a new data set, either of which can require many more rounds of training and tuning.

    The significance of those figures is colossal—especially when considering the current trends in AI research. “In general, much of the latest research in AI neglects efficiency, as very large neural networks have been found to be useful for a variety of tasks, and companies and institutions that have abundant access to computational resources can leverage this to obtain a competitive advantage,” Gómez-Rodríguez says. “This kind of analysis needed to be done to raise awareness about the resources being spent [...] and will spark a debate.”

    “What probably many of us did not comprehend is the scale of it until we saw these comparisons,” echoed Siva Reddy, a postdoc at Stanford University who was not involved in the research.
    The privatization of AI research

    The results underscore another growing problem in AI, too: the sheer intensity of resources now required to produce paper-worthy results has made it increasingly challenging for people working in academia to continue contributing to research.

    #Intelligence_artificielle #Consommation_énergie #Empreinte_carbone


  • Duplex, l’assistant intelligent de Google, cache encore des humains bien réels Kesso Diallo - 23 Mai 2019 - Le figaro
    http://www.lefigaro.fr/secteur/high-tech/duplex-l-assistant-intelligent-de-google-cache-encore-des-humains-bien-reel

    Une intelligence artificielle peut cacher des humains. L’année dernière, Google a présenté son assistant intelligent Duplex lors de sa conférence pour les développeurs. Capable de prendre les rendez-vous à la place de son utilisateur, il avait impressionné, et un peu inquiété, les observateurs avec sa voix « si humaine ». Mais si celle-ci ressemble autant à celle d’un humain, c’est parce qu’il s’agit parfois d’une véritable personne. Un article du New York Times révèle en effet que des employés travaillant dans des centres d’appels peuvent effectuer ces réservations. Google a déclaré au journal américain qu’environ 25% des appels de Duplex sont passés par des humains. De plus, environ 15% de ceux lancés par l’assistant intelligent sont pris en charge par une vraie personne à un moment donné.

    L’entreprise a expliqué qu’il était parfois nécessaire qu’un humain soit impliqué dans la conversation, notamment lorsqu’elle n’est pas certaine que le restaurant prenne les réservations ou que l’utilisateur du service n’est pas un spammeur (personne qui passe des appels indésirables en grande quantité).
    . . . . .

    #duplex #réseaux_neuronaux #Google #robotique #Assistant #domotique #intelligence_artificielle   #algorithme    #robotisation   #robots   #innovation en nougat #MDR


  • Google’s Translatotron can translate speech in the speaker’s voice
    https://www.engadget.com/2019/05/15/google-translatotron-direct-speech-translation/?guccounter=1
    https://o.aolcdn.com/images/dims?thumbnail=1200%2C630&quality=80&image_uri=https%3A%2F%2Fo.aolcdn.com%

    Speaking another language may be getting easier. Google is showing off Translatotron, a first-of-its-kind translation model that can directly convert speech from one language into another while maintaining a speaker’s voice and cadence. The tool forgoes the usual step of translating speech to text and back to speech, which can often lead to errors along the way. Instead, the end-to-end technique directly translates a speaker’s voice into another language. The company is hoping the development will open up future developments using the direct translation model.

    According to Google, Translatotron uses a sequence-to-sequence network model that takes a voice input, processes it as a spectrogram — a visual representation of frequencies — and generates a new spectrogram in a target language. The result is a much faster translation with less likelihood of something getting lost along the way. The tool also works with an optional speaker encoder component, which works to maintain a speaker’s voice. The translated speech is still synthesized and sounds a bit robotic, but can effectively maintain some elements of a speaker’s voice. You can listen to samples of Translatotron’s attempts to maintain a speaker’s voice as it completes translations on Google Research’s GitHub page. Some are certainly better than others, but it’s a start.

    Model architecture of Translatotron

    Google has been fine-tuning its translations in recent months. Last year, the company introduced accents in Google Translate that can speak a variety of languages in region-based pronunciations and added more langauges to its real-time translation feature. Earlier this year, Google Assistant got an “interpreter mode” for smart displays and speakers that can between 26 languages.

    #Intelligence_artificielle #Traduction_automatique #Google


  • Swarms of Drones, Piloted by Artificial Intelligence, May Soon Patrol Europe’s Borders
    https://theintercept.com/2019/05/11/drones-artificial-intelligence-europe-roborder

    Imagine you’re hiking through the woods near a border. Suddenly, you hear a mechanical buzzing, like a gigantic bee. Two quadcopters have spotted you and swoop in for a closer look. Antennae on both drones and on a nearby autonomous ground vehicle pick up the radio frequencies coming from the cell phone in your pocket. They send the signals to a central server, which triangulates your exact location and feeds it back to the drones. The robots close in. Cameras and other sensors on the (...)

    #algorithme #robotique #militarisation #aérien #migration #surveillance #frontières #Roborder (...)

    ##drone


  • Étrange, et réfléchissant, #film et #documentaire du journaliste de guerre Florent Marcie : Sota en Gilet Jaune. Un portrait de notre société dirigée d’une main de guerre vers l’ère de l’Intelligence Artificielle. Il filme les #GiletsJaunes depuis le début du mouvement (il a d’ailleurs récolté un bout de LBD dans la joue). Entretien avec les Mutins de Pangée : https://pe.ertu.be/videos/watch/8d8102c8-bcce-4efe-a72a-d632674f8269

    #Florent_Marcie, fresquiste au long cours. Aller au devant de l’Histoire. Rencontrer l’autre dans ce qu’il a de plus vrai. Ainsi pourrait-on peut-être résumer la motivation de Florent Marcie, de filmer là où il filme. Des situations de guerre, de libération, de dénuement aussi. Des situations où lui-même s’affranchit de contraintes, notamment de celle du temps. Il tourne, monte et finance lui-même ses films, dans une économie de moyens et une précarité qui le rapprochent sans conteste des hommes et des femmes qu’ils côtoient. En résulte des films longs formats, à la lisière entre cinéma et reportage, présentés en décalage de la stricte actualité. Une forme de troisième voie qu’il revendique. Avant ça, il a filmé une toute autre insurrection, d’une intensité un peu plus forte en terme de moyens utilisés... TOMORROW TRIPOLI, ci-dessous, le lien vers le site dédié au film qui sortira très bientôt aux éditions Mutins de Pangée : http://lesmutins.org/tomorrow-tripoli

    #intelligence_artificielle #société_du_contrôle



  • #intelligence_artificielle : des limites de l’éthique aux promesses de la régulation
    http://www.internetactu.net/2019/04/18/intelligence-artificielle-des-limites-de-lethique-aux-promesses-de-la-

    L’Union européenne vient de publier un ensemble de recommandations et de règles (voir le rapport) pour développer des applications d’intelligence artificielle éthiques et responsables. Ce travail réalisé par un groupe d’une cinquantaine d’experts se révèle assez convenu, rappelant de grands principes éthiques pour orienter le secteur. Comme ironise The Verge, (...)

    #Articles #Enjeux #Gouvernance #algorithme #éthique #IA


  • Lorsque les IAs jouent à être des animaux
    http://www.internetactu.net/a-lire-ailleurs/lorsque-les-ias-jouent-a-etre-des-animaux

    Avant de spéculer sur les superintelligences dépassant la cognition humaine, peut-être faut-il tout d’abord permettre à nos machines d’atteindre le niveau de compréhension d’un animal ? Parce qu’aujourd’hui, on en est encore loin ! C’est le but de la nouvelle compétition Animal-AI Olympics que d’évaluer le comportement de programmes en fonction de (...)

    #A_lire_ailleurs #Recherches #IA #intelligence_artificielle


  • Une technologie française de reconnaissance faciale échoue à reconnaître le moindre visage parmi 900 000 véhicules qui passent chaque jour à New York Thomas Giraudet - 10 Avr 2019 - business insider
    https://www.businessinsider.fr/une-technologie-francaise-de-reconnaissance-faciale-echoue-a-reconna

    Ce devait être un test fiable pour identifier les contrevenants à New York grâce à la reconnaissance faciale. Mais un an après, c’est un échec français. La technologie de l’entreprise Idemia, née du rapprochement de Morpho, filiale de Safran, avec Oberthur Technologies, n’a pas été en mesure de reconnaître le moindre visage parmi les 900 000 véhicules qui passent chaque jour le pont Robert F. Kennedy, qui relie Manhattan au Queen’s et au Bronx, révèle le Wall Street Journal. https://www.wsj.com/articles/mtas-initial-foray-into-facial-recognition-at-high-speed-is-a-bust-11554642000


    Embouteillages à New York. Flickr/Clemens v. Vogelsang

    Le quotidien de la finance cite un mail de l’entreprise chargée des transports publics new yorkais — Metropolitan Transportation Authority (MTA) — qui indique « qu’aucun visage n’a été identifié dans des paramètres acceptables ». Interrogé par le Wall Street Journal, un porte-parole de la MTA précise que l’expérimentation annoncée à l’été 2018 se poursuivra malgré tout. Idemia, qui aurait vendu le logiciel 25 000 dollars, n’a pas répondu aux questions du journal. A ce stade, aucune explication claire sur les raisons de cette faille n’a été formulée.

    Etats et entreprises commencent à s’emparer de la reconnaissance faciale, même si cela soulève de nombreuses oppositions sur la protection de la vie privée. Si Apple propose cette technologie pour déverrouiller son iPhone ou Aéroports de Paris pour éviter les files d’attente, le Japon compte l’utiliser pour contrôler les 300 000 athlètes pendant les Jeux Olympiques de 2020 tandis que la Chine a déjà largement étendu son application. Plusieurs régions scannent ainsi l’intégralité de la population du pays en une seconde pour traquer et arrêter des personnes.

    Sur son site internet, Idemia avance que sa solution d’identification faciale « permet aux enquêteurs, analystes et détectives dûment formés de résoudre des crimes grâce à la recherche automatique des visages et au suivi de photos ou de vidéos ». Pour ce faire, elle compare différentes photos et vidéos à une base de données, même à partir de plusieurs vues partielles.

    Née de la fusion de Morpho, filiale de Safran, avec Oberthur Technologies, Idemia officie sur les marchés de l’identification, de l’authentification et de la sécurité des données. Mais surtout des cartes de paiement : avec Gemalto, elles se partagent la grande majorité du marché mondial des encarteurs. Idemia réalise environ 3 milliards d’euros de chiffre d’affaires.

    #IA #râteau #idemia #intelligence_artificielle #algorithme #surveillance #complexe_militaro-industriel #big-data #surveillance_de_masse #biométrie #business #biométrie #vie_privée #MDR


  • De quelques perturbations en mode « jaune » concernant la conférence sur l’#intelligence_artificielle lors de la venue de #Cédric_Villani, le pape du #big_data auprès de la « république-en-marche ». Quand un « boss » des maths met son « intelligence agency » au service des #gestionnaires_du_cheptel_humain.
    De l’expertise à la « vulgarisation », le raccourci était aisé à prendre pour satisfaire une ambition inavouable à exercer le pouvoir lequel n’ayant plus pour seule issue qu’une fuite en avant éperdue pour toujours garder le bénéfice d’un mauvais coup d’avance.

    Albi : une conférence de Cédric Villani sur l’intelligence artificielle perturbée par des gilets jaunes
    https://lundi.am/Albi-une-conference-de-Cedric-Villani-sur-l-intelligence-artificielle-perturbe

    Jeudi 4 avril, les milieux d’affaires tarnais avaient convié dans l’amphithéâtre d’honneur de l’Ecole des Mines d’Albi l’excellent Cédric Villani, député En Marche et mathématicien, pour disserter sur l’économie numérique et la société du big data.
    Il a été interrompu par un cloud d’opposant.es à la Start-up Nation qui se sont introduit.es sur le podium afin d’y exposer un avis quelque peu contradictoire sous la forme d’une lettre.
    La lettre en question :

    Autres articles en rapport :

    https://lundi.am/IA-5G-Linky-innover-pour-aggraver-la-crise-sociale-et-e%CC%81cologique

    L’intelligence artificielle en marche pour foncer dans le mur

    L’IA sert à automatiser et surveiller, mais ce n’est pas tout : tous les dispositifs ayant recours à l’IA aggraveront aussi le désastre écologique. Car ils supposent une augmentation infinie de la production de matériel informatique : ordinateurs, antennes 5G, data center, etc. Tout cela implique une croissance abyssale de la consommation d’énergie et de métaux, donc de la production minière, base de l’économie numérique comme de toute industrie. De ce point de vue, venir parler d’IA dans une Ecole des Mines est on ne peut plus significatif. Car l’industrie minière est la plus polluante du monde, tant par ses émissions de CO2 que par les catastrophes irréversibles qu’elle entraine régulièrement (pensons aux barrages de déchets qui cèdent). Loin d’être « immatérielle », l’économie numérique est aussi très polluante car les appareils qu’elle produit et que nous jetons de plus en plus vite sont impossibles à recycler tant ils sont miniaturisés. Bref, elle est un facteur de plus dans la fuite en avant vers le désastre écologique, qui s’accélère de jour en jour.

    Ce n’est pas faute d’avoir été prévenus. Depuis plus de cinquante ans, des millions de gens tirent la sonnette d’alarme. Ils rappellent un principe simple : une croissance illimitée est impossible sur une planète aux ressources limitées. Ce principe qu’un enfant peut saisir, Macron, Villani et les entrepreneurs d’Ecoter ne l’ont pas compris. Ou plutôt, ils s’assoient dessus, emprisonnés dans leurs raisonnements économiques à court terme et aveuglés par les colonnes de chiffres auxquelles la réalité se résume selon eux. A moins qu’ils n’espèrent avoir assez de fric pour se mettre à l’abri des pires effets de la catastrophe – ce qui est malin, à défaut d’être intelligent.

    Avec des classes dirigeantes aussi méchamment stupides et myopes, on pourrait se réjouir du développement de l’IA, en imaginant qu’elle pourrait pallier leur déficit mental. Mais ce serait se mettre le doigt dans l’œil. Car l’intelligence artificielle, ce n’est qu’une aveugle capacité de calcul. Comme le rappelle le créateur du programme de dialogue automatique ELIZA, dont on équipe actuellement des robots pour tenir compagnie aux personnes âgées esseulées (autre « progrès social » que promet l’IA), son programme ne comprend rien, il ne fait que calculer les chances que telle réponse programmée corresponde plus que telle autre à telles informations perçues (ce qu’exprime la personne). Or, l’intelligence dont nous avons besoin est celle qui permet de voir la réalité en face et les limites qui la caractérisent, et de savoir s’arrêter avant qu’il ne soit trop tard.

    http://hors-sol.herbesfolles.org/wp-content/uploads/Au-nord-de-l%C3%A9conomie.pdf

    Nous vous écrivons du nord de la France. Symbole de la désindustrialisation, celui-ci ressemble à d’autres nords, des États-Unis ou d’Angleterre, qui résument et révèlent le point de rupture où se trouve l’économie mondiale. Cette terre de désespoir, de chômage, d’alcoolisme et de votes Front national provoque deux réflexes de survie : la ré-industrialisation et/ou la « Troisième révolution industrielle ». Qu’importe le chemin, tant qu’on entrevoit un espoir. Passant des corons au co-working, nous nous sommes donnés pour objet d’attaquer dans un même élan le vieux monde industriel et le nouveau monde technologique.

    https://fr.wikipedia.org/wiki/C%C3%A9dric_Villani#cite_note-37

    Le 8 septembre 2017, il est chargé par le Premier ministre Édouard Philippe d’une mission parlementaire sur l’intelligence artificielle d’une durée de six mois. Le 29 mars 2018, il participe à la conférence « AI for Humanity », lors de laquelle il présente son rapport sur l’intelligence artificielle dévoilé la veille : Donner un sens à l’intelligence artificielleN 1,35,34. Il y préconise de centrer les efforts en intelligence artificielle sur quatre domaines : la santé, la mobilité, l’environnement et la défense

    Le rapport en question (si ça vous tente) : https://www.aiforhumanity.fr/pdfs/9782111457089_Rapport_Villani_accessible.pdf

    Comme bien d’autres adolescents férus de sciences dans les années 80, j’ai fait la connaissance de l’intelligence artificielle dans les superbes ouvrages de vulgarisation de Douglas Hofstadter, qui mettait en scène Alan Turing avec une passion contagieuse. Mais comme bien des mathématiciens débutant la carrière dans les années 90, j’ai profondément sous-estimé l’impact de l’intelligence artificielle, qui ne donnait finalement, à cette époque, que peu de résultats. Quelle surprise ce fut d’assister, dans les années 2010, à l’incroyable amélioration de ses performances... Devenu moi-même vulgarisateur, je me suis mis à développer le sujet régulièrement, dans mes conférences publiques comme dans mes échanges avec le monde de l’entreprise. Et ce fut une surprise non moins grande de voir mes ouvrages de recherche sur le transport optimal cités dans des articles récents sur l’intelligence artificielle : comme un signe qu’il m’était impossible d’échapper à ce sujet polymorphe ! Du reste, depuis quelques années plus personne ne peut y échapper, tant il est devenu omniprésent dans les discussions économiques et sociales. Aussi ai-je été à peine surpris quand le Premier ministre me confia une mission d’information sur la stratégie française et européenne en intelligence artificielle. Le défi était grand, mais mon enthousiasme considérable. (tu m’étonnes ...)

    #low_tech #luddisme (yellow-friendly)



  • Google employees are lining up to trash Google’s AI ethics council - MIT Technology Review
    https://www.technologyreview.com/s/613253/googles-ai-council-faces-blowback-over-a-conservative-member

    un élément intéressant et à prendre en compte : les deux personnes visées sont également les deux seules femmes de ce comité d’experts. Choisies stratégiquement par Google pour faire jouer l’avantage genre, ou cibles plus évidentes des protestataires parce que femmes ?

    En tout cas, la place que la Heritage Foundation (droite dure et néo-management) prend dans l’espace mental des Etats-Unis, notamment dans le domaine technologique, est à suivre de près.

    Almost a thousand Google staff, academic researchers, and other tech industry figures have signed a letter protesting the makeup of an independent council that Google created to guide the ethics of its AI projects.
    Recommended for You

    Hackers trick a Tesla into veering into the wrong lane
    A new type of airplane wing that adapts midflight could change air travel
    DeepMind has made a prototype product that can diagnose eye diseases
    Watching Boston Dynamics’ new robot stack boxes is weirdly mesmerizing
    NASA has been testing the helicopter that will head to Mars next year

    The search giant announced the creation of the council last week at EmTech Digital, MIT Technology Review’s event in San Francisco. Known as the Advanced Technology External Advisory Council (ATEAC), it has eight members including economists, philosophers, policymakers, and technologists with expertise in issues like algorithmic bias. It is meant to hold four meetings a year, starting this month, and write reports designed to provide feedback on projects at the company that use artificial intelligence.

    But two of those members proved controversial. One, Dyan Gibbens, is CEO of Trumbull, a company that develops autonomous systems for the defense industry—a contentious choice given that thousands of Google employees protested the company’s decision to supply the US Air Force with AI for drone imaging. The greatest outrage, though, has come over the inclusion of Kay Coles James, president of the Heritage Foundation, a think tank that opposes regulating carbon emissions, takes a hard line on immigration, and has argued against the protection of LGBTQ rights.

    One member of the council, Alessandro Acquisti, a professor at Carnegie Mellon University who specializes in digital privacy issues, announced on March 30th that he wouldn’t be taking up the role. “While I’m devoted to research grappling with key ethical issues of fairness, rights & inclusion in AI, I don’t believe this is the right forum for me to engage in this important work," he tweeted.

    The creation of ATEAC—and the inclusion of Gibbens and James—may in fact have been designed to appease Google’s right-wing critics. At roughly the same time the council was announced, Sundar Pichai, Google’s CEO, was meeting with President Donald Trump. Trump later tweeted: “He stated strongly that he is totally committed to the U.S. Military, not the Chinese Military. [We] also discussed political fairness and various things that Google can do for our Country. Meeting ended very well!”

    But one Google employee involved with drafting the protest letter, who spoke on condition of anonymity, said that James is more than just a conservative voice on the council. “She is a reactionary who denies trans people exist, who endorses radically anti-immigrant positions, and endorses anti-climate-change, anti-science positions.”

    Some noted AI algorithms can reinforce biases already seen in society; some have been shown to misidentify transgender people, for example. In that context, “the fact that [James] was included is pretty shocking,” the employee said. “These technologies are shaping our social institutions, our lives, and access to resources. When AI fails, it doesn’t fail for rich white men working at tech companies. It fails for exactly the populations that the Heritage Foundation’s policies are already aiming to harm.”

    Messages posted to a Google internal communications platform criticized the appointment of James especially. According to one post, earlier reported by the Verge and confirmed by the employee, James “doesn’t deserve a Google-legitimized platform, and certainly doesn’t belong in any conversation about how Google tech should be applied to the world.”

    As of 5:30 pm US Eastern time today the public letter, posted to Medium, had been signed by 855 Google employees and 143 other people, including a number of prominent academics. “Not only are James’ views counter to Google’s stated values,” the letter states, “but they are directly counter to the project of ensuring that the development and application of AI prioritizes justice over profit. Such a project should instead place representatives from vulnerable communities at the center of decision-making.”

    #Google #Intelligence_artificielle #Ethique #Politique_USA


  • Warnings of a Dark Side to A.I. in Health Care - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2019/03/21/science/health-medicine-artificial-intelligence.html

    Similar forms of artificial intelligence are likely to move beyond hospitals into the computer systems used by health care regulators, billing companies and insurance providers. Just as A.I. will help doctors check your eyes, lungs and other organs, it will help insurance providers determine reimbursement payments and policy fees.

    Ideally, such systems would improve the efficiency of the health care system. But they may carry unintended consequences, a group of researchers at Harvard and M.I.T. warns.

    In a paper published on Thursday in the journal Science, the researchers raise the prospect of “adversarial attacks” — manipulations that can change the behavior of A.I. systems using tiny pieces of digital data. By changing a few pixels on a lung scan, for instance, someone could fool an A.I. system into seeing an illness that is not really there, or not seeing one that is.

    _ Software developers and regulators must consider such scenarios, as they build and evaluate A.I. technologies in the years to come, the authors argue. The concern is less that hackers might cause patients to be misdiagnosed, although that potential exists. More likely is that doctors, hospitals and other organizations could manipulate the A.I. in billing or insurance software in an effort to maximize the money coming their way. _

    In turn, changing such diagnoses one way or another could readily benefit the insurers and health care agencies that ultimately profit from them. Once A.I. is deeply rooted in the health care system, the researchers argue, business will gradually adopt behavior that brings in the most money.

    The end result could harm patients, Mr. Finlayson said. Changes that doctors make to medical scans or other patient data in an effort to satisfy the A.I. used by insurance companies could end up on a patient’s permanent record and affect decisions down the road.

    Already doctors, hospitals and other organizations sometimes manipulate the software systems that control the billions of dollars moving across the industry. Doctors, for instance, have subtly changed billing codes — for instance, describing a simple X-ray as a more complicated scan — in an effort to boost payouts.

    Hamsa Bastani, an assistant professor at the Wharton Business School at the University of Pennsylvania, who has studied the manipulation of health care systems, believes it is a significant problem. “Some of the behavior is unintentional, but not all of it,” she said.

    #Intelligence_Artificielle #Médecine #Manipulation #Economie_santé


  • Jusqu’où ira l’acceptation du capitalisme numérique et du transhumanisme ? Robin Delobel - 3 décembre 2018 - CATDM
    http://www.cadtm.org/Jusqu-ou-ira-l-acceptation-du-capitalisme-numerique-et-du-transhumanisme

    Après le #TINA (There is no alternative) de l’#idéologie_néolibérale, on assiste à l’apparition ces dernières années d’un TINA qui couvre une partie encore plus large du spectre politique. Il s’agit d’un TINA qui classe comme réactionnaire toute personne qui émet des doutes quant aux bienfaits du #tout_numérique, de la #robotisation, de l’#intelligence_artificielle, du #transhumanisme. Face à des questionnements ou des arguments qui contredisent le caractère bénéfique et souhaitable de cette dynamique, la réplique habituelle tient à présenter cette fuite en avant technologique comme une évolution naturelle de l’histoire, auquel on ne pourrait s’opposer sous peine d’être classé de dangereux passéiste, contre le « #Progrès ».

    Comment se positionnent #médias généralistes et courants politiques dits de gauche face à ce phénomène dont l’évocation dans les médias suit une courbe parallèle aux financements, c’est-à-dire exponentielle ?

    Vendredi 23 février 2018, la Foire du livre de Bruxelles nous offre le plaisir de venir écouter #Laurent_Alexandre. 13h Grand place du Livre, la salle est comble. L’intitulé de la rencontre organisée par la Foire du Livre de Bruxelles et La Libre Belgique : « Faut-il avoir peur de l’Intelligence Artificielle ? »

    Chirurgien et neurobiologiste, Laurent Alexandre se penche sur les mutations considérables que l’IA risque de provoquer dans nos modes de vie et dans notre conception de l’éducation. Tout au long de l’exposé, très peu de nuances ou d’arguments construits, la réponse au titre de la rencontre est non bien entendu.

    L’animateur Pierre-François Lovens lui tend le micro et le laisse énoncer des énormités l’une après l’autre. A la fin de son exposé, alors que nous lui posons quelques questions impertinentes, il nous répond avec orgueil des #poncifs ultralibéraux démontrant son idéologie hors-sol. Notamment sur l’impossibilité physique de généraliser la #robotisation (demandeuse de quantités énormes de ressources et de métaux, promis à la raréfaction et donc un enchérissement), il répondait « pas de problème on ira les chercher sur Mars » !

    Pourquoi s’attarder sur Laurent Alexandre ? Cet ambassadeur du transhumanisme réel est un invité régulier des médias dominants. Il y a quelques années son discours sur les plateaux télé consistait à affirmer haut et fort « l’homme qui vivra 1000 ans est déjà né ». Ayant sûrement remarqué qu’il passait pour un rigolo, même si les médias qui l’invitent le présentent uniquement sous son angle le plus sérieux, médecin urologue alors qu’on pourrait le présenter également comme entrepreneur et ardent défenseur (il faudrait peut être dire attaquant vu son zèle et son activisme) du transhumanisme, Laurent Alexandre a adapté quelque peu son discours de communicant. Actionnaire à La Tribune et président de la société #DNAVision, une société spécialisée dans le séquençage génétique domiciliée tout comme lui à Bruxelles, il aime à se présenter, selon son auditoire, comme un régulateur, voire même un lanceur d’alerter « car on est déjà à la traîne face aux asiatiques ».

    Laurent Alexandre, dont les conférences sont tarifées entre 5000 et 12 000 euros, affirme que l’espérance de vie va doubler au moins au cours du 21e siècle. Pourtant, l’EVSIn, l’espérance de vie sans incapacité régresse en France, l’espérance de vie tout court diminue aux États-Unis, pays d’origine du mouvement transhumaniste. En cause, les pollutions chimiques dispersées dans l’air et les aliments par les industries et le système alimentaire conventionnel. Chroniqueur au Huffington Post, au Monde et à l’Express, ce personnage sûr de lui est un bon client pour des médias dont les journalistes ne demandent pas mieux que d’avoir un grand bavard, annonciateur de « bonnes nouvelles » et qui peut s’exprimer sur tout et n’importe quoi. En Belgique, la RTBF, la Libre et Le Soir l’ont invité plus d’une fois pour livrer ses prédictions.

    Libération et France Inter Voyagent au cœur de l’IA

    Au-delà de l’activisme forcené de Laurent Alexandre, les médias généralistes font rarement preuve d’analyse critique quand il s’agit de traiter de tout ce qui touche au numérique, à la robotisation et au transhumanisme, phénomène que Bruno Poncelet nomme #capitalisme_numérique. « La révolution numérique, une expression à mettre en doute, c’est plein d’outils différents qui se combinent les uns aux autres : la robotisation, l’internet des objets (objets connectés qui communiquent entre eux), l’IA (programmes de logiciels ou des robots qui s’auto-contrôlent, se gouvernent de plus en plus de manière autonome), c’est le #Big Data (des logiciels qui sont capables d’exploiter toutes les données récoltées sur les gens à chaque fois qu’ils sont connectés, appelé l’or noir du 21e siècle). Enfin la révolution numérique c’est aussi le mélange entre la biologie et le silicium : mélanger des contenus informatiques avec des contenus biologiques, corps d’animaux et d’être humains » [3].

    Ce recul critique amené par Bruno Poncelet est rarement perçu dans les médias. La pluralité des opinions et des analyses est généralement réduite à un cadre restreint aux côtés positifs, voire aux avantages hypothétiques de cette « révolution numérique ».

    En novembre 2015, Libération organisait à Grenoble un forum « Mon corps connecté – Comment la technologie révolutionne la santé ». Sans dire le mot, la #propagande transhumaniste était déjà bien présente. Après avoir préparé le terrain depuis plusieurs années à coups d’articles et d’interviews a-critiques, Libération et France Inter, deux médias dits de gauche, organisaient ce 24 janvier 2018 un grand forum intitulé « Voyage au cœur de l’#IA, Travail, santé, éthique, comment l’intelligence artificielle va changer nos vies ? » Même pas besoin de se poser la question si on aura le choix mais plutôt, « accrochez-vous, écoutez comment ça va se passer ». Un événement sponsorisé par la #Maif, #Malakof_Mederic et #Total. « Depuis quelques mois, plus un jour sans que ces deux lettres « IA » ne s’invitent dans les médias » annoncent-ils très justement. « Le grand public commence à se familiariser peu à peu avec cette notion d’intelligence artificielle qui s’est développée bien avant que nous ayons pris conscience de son ampleur, de ses applications et de ses enjeux. » En effet, au lieu de nous fournir une information équilibrée, proposant des arguments sérieux quant à l’impact démocratique, social, écologique, philosophique de la numérisation massive des données ces mêmes médias ont préféré faire souvent office de support publicitaire en préconisant le haut débit partout, les #smarts_cities (villes connectées) et s’extasiant quotidiennement pour chaque nouvel objet high-tech sorti sur le marché.

    Libération et France Inter dans le numéro spécial qui servait de plaquette publicitaire à ce grand forum annonçaient offrir la parole à un panorama d’acteurs. On ne trouve pourtant pas une trace du moindre #technocritique. Parmi les invités figurait #Cédric_Villani, la caution scientifique du président Macron. Le mathématicien, devenu député il y a un an, estime que les gens comme « Kurzweil sont plus crédibles dans leur approche, car ils ont travaillé dans la technologie ». Villani remettait le 29 mars 2018 son rapport avec un plan d’action national pour le développement de l’intelligence artificielle en France, avec à la clé un petit pactole de 1,5 milliards d’euros d’argent public promis.

    Parmi les autres VIP du jour on pouvait écouter #Yann_Le Cunn_directeur du laboratoire de recherche en intelligence artificielle de Facebook. PMO écrivait dans une note sur le festival organisé par le journal Le Monde en septembre 2017, où Le Cunn était également invité : « Pendant que certains réactionnaires s’échinent à développer l’intelligence humaine, Le Cunn, lui, se consacre à périmer nos cerveaux avec ses machines surpuissantes. C’est grâce à lui que vos smartphones et autres prothèses électroniques sont capables de reconnaître et de nommer des visages dans des images – c’est-à-dire de nous traquer partout. Les rêves des technocrates se réalisent pour notre cauchemar » [4].

    Une philosophe aurait peut-être le courage d’émettre quelques réserves lors de ce forum ? Catherine Malabou, qui a publié en 2017 Métamorphose de l’intelligence : que faire de leur cerveau bleu ?, aime plutôt à imaginer une vie en harmonie avec les robots : « Je pense que l’ère de l’intelligence artificielle qui s’annonce aujourd’hui peut ouvrir la possibilité d’une plasticité nouvelle. (...) Pour l’instant on n’en est qu’à la cartographie de cerveaux de rongeurs mais avec les progrès de la cybernétique on peut formuler l’hypothèse que le cerveau humain pourra être cartographié ». Ou comment des philosophes de salon peuvent servir de caution intellectuelle lors des grandes messes à la gloire du progrès technologique.

    Le merveilleux univers numérique du journal Le Soir
    Le journal Le Soir regorge également d’articles technophiles faisant fi de tout travail journalistique sérieux, avec prise de recul et réflexion sur les enjeux sociaux, économiques, écologiques, démocratiques... Chaque jour au moins un article peut surprendre par le manque de distance quant aux nouvelles applications technologiques qui illustrent ce capitalisme numérique décrit par Bruno Poncelet. Des injonctions à passer au haut débit dans les vols low-cost à l’exigence de numériser l’enseignement sans plus attendre, tout y passe.

    Prenons-en juste un, au moment de boucler cet article, le 5 juin 2018, Le Soir annonce en Une, « Au supermarché, faire ses courses par smartphone de A à Z ». Les premières pages du journal sont consacrées à cette nouvelle primordiale. Plusieurs magasins du groupe Colruyt lancent ce jour-même le mouvement avant de l’appliquer dans les autres enseignes du groupe.

    Dans l’introduction, le journaliste évoque de « graves problèmes de société » même si ce « nouvel outil numérique semble épatant ». Trois colonnes pour aborder sous différents angles l’info du jour : l’humain, l’emploi, la vie privée. A la question De la conso complètement désincarnée, un psychologue de la consommation à l’UCL nous fait remarquer que les « personnes au #profil_prosocial peuvent effectivement percevoir ce nouvel outil numérique comme source de déshumanisation ». Il faudrait avoir un profil « prosocial » pour apprécier le contact humain, tout est question, de choix et de droits individuels tant pis pour l’impact sociétal. De toute façon, le journaliste nous rassure, à travers les propos de l’universitaire, ce changement n’entrave pas fondamentalement les contacts que l’on peut avoir dans un magasin : « il ne faudrait pas non plus réduire l’expérience sociale dans un magasin aux interactions directes que l’on a avec le personnel de caisse. Dans un magasin, on est en contact avec d’autres clients avec lesquels on n’interagit pas spécifiquement. Mais rien qu’être présent et échanger des regards permet de nourrir du #lien_social ».

    Concernant la question de l’emploi, Plus de machines, moins de Personnel ? Le gérant d’un magasin Spar assure qu’à choisir entre le personnel et le #self-scan par smartphone, il sauverait bien sûr le personnel. Du côté de Colruyt, on assure que cette innovation est là pour le bien-être des clients et non pour diminuer le personnel. Ce qui est contredit chiffres à l’appui par un représentant CNE mais qui conclut que « ce mouvement est hélas inéluctable » en argumentant en faveur d’une proposition du type de celle de Benoit Hamon « on peut diminuer le temps de travail en taxant les machines ».

    Chez écolo, on rêve d’une société de loisirs où le travail serait laissé aux robots
    #Etopia, bureau d’étude du parti Ecolo, organisait un week-end consacré à l’intelligence artificielle du 16 au 18 mars 2018. Curieux d’entendre leurs positionnements, je m’y suis rendu à cette rencontre de 3 jours intitulée « Aie Robots ».

    L’invitation à ces « Rencontres des Nouveaux Mondes » se présentait comme telle : Qu’est-ce que l’intelligence artificielle ? Faut-il la craindre ? Faut-il s’en réjouir ? Peut-elle seconder l’humanité dans la résolution de ses grands problèmes ? Ou au contraire constitue-t-elle l’un d’entre eux ? L’humanité pourrait-elle être tentée de se confier à la perfection des machines qui pourraient choisir, décider et agir à notre place ?

    Le samedi après-midi, nous pouvions participer à deux ateliers parmi les 8 proposés :
    – L’IA permettra-t-elle de vaincre la maladie ?
    – Les guerres de demain : l’essor des robots-tueurs et des cyberattaques ?
    – Capteurs, géolocalisation, IA et big-data : quels impacts sur notre mobilité ?
    – La digitalisation est-elle la prochaine révolution de l’agriculture ?
    – Le gouvernement des algorithmes est-il démocratique ?
    – Intelligence artificielle et enseignants : la grande alliance éducative ?
    – Intelligence artificielle : le grand remplacement des travailleurs ?
    – Les robots deviendront-ils nos compagnons de vie ?

    J’avais choisi de me rendre à celui sur la mobilité et celui sur l’agriculture, qui me semblaient parmi ceux où Ecolo et #Etopia pouvaient avoir la réflexion la plus aboutie.

    Comment l’évolution fulgurante des capteurs, de la géolocalisation, de l’intelligence artificiel et du big-data vont-ils impacter notre mobilité ? Cette vague technologique est-elle la clé de voûte d’une mobilité plus durable, moins émettrice de GES (gaz à effet de serre) et moins polluante ? Ou, à l’inverse, nous mène-t-elle plus rapidement vers le mur des limites environnementales ? Un atelier animé par Pierre Tacheron, de #Transitec, bureau d’étude indépendant spécialisé dans les problématiques de mobilité.

    Lors de cet atelier, l’intervenant, qui ne s’était pas vraiment présenté (on ne sait pas à quel point il est lié au parti Ecolo) ... expose de nombreux chiffres et de multiples informations à faire tourner la tête, utilisant sans cesse des expressions du jargon high-tech pas forcément compréhensibles.

    Le message d’introduction était le suivant : la logique de robotisation se développe, les big datas se renforcent quotidiennement à travers l’accaparement de données quotidien qu’ils effectuent, les pouvoirs publics ne peuvent pas rivaliser. Quelle option choisir pour une meilleure mobilité ?

    Selon l’intervenant invité par Etopia il faut se tourner vers les calculateurs multimodaux (city maper), citant Waze, une application mobile de navigation GPS s’appuyant sur une cartographie élaborée par ses propres utilisateurs, racheté par Google en 2013. « Il y a un risque avec le côté Big Brother, mais il y a aussi un côté intéressant » insiste-t-il. Il allait jusqu’à nous expliquer que la future application magique qu’il promeut permettra de donner tous les choix possibles à une personne qui doit se rendre à une réunion à Bruxelles, « Tu as un ami dans ce train, si tu prends Blablacar telle personne connaît ton fils », il concluait : « par les réseaux sociaux on te propose des relations ». Tellement convivial ce monde numérique.

    Venait ensuite la partie de son exposé sur les véhicules autonomes. Pour l’intervenant du jour cela coule de source, c’est une réponse écologique au trafic trop dense à Bruxelles et ailleurs. En Europe, 80 % des déplacements se font en voiture individuelle. Les voitures autonomes sont une solution pour organiser du covoiturage et désengorger les routes. Nos amis de la Silicon Valley, qui sont des écologistes convaincus, ont déjà pensé à tout : Audi et Tesla intègrent des applications qui permettent le partage des voitures individuelles. L’idée est que chaque personne puisse commander une course à la voiture autonome grâce à son smartphone et la voiture, organise tous ses trajets pour ne jamais être à l’arrêt. Ce qui selon lui, diminue énormément le nombre de voitures stationnées. Et en bonus, le temps passé dans le véhicule autonome n’est pas du temps perdu, on peut lire, travailler, organiser sa journée ... Mais bien sûr, « ce qui va freiner c’est le politique » tellement ancré dans ses habitudes et la peur du « progrès ». Et la population ? En février 2018, un article du journal Sud-Ouest indiquait que, malgré le matraquage plutôt favorable à ces #véhicules_autonomes, 59 % des français n’en veulent pas.

    L’autre atelier se présentait ainsi : Après la mécanisation, la robotisation et l’intelligence artificielle constituent-elles la prochaine révolution de l’agriculture ? Quelles sont ces promesses ? Quel impact sur les agriculteurs et sur notre système alimentaire ? Peut-elle contribuer au développement des filières locales, au développement de l’agriculture urbaine ? Ou va-t-elle, à l’inverse, renforcer les conglomérats de l’agro-industrie ? Avec Guillaume Defays (CRA-W, Centre wallon de Recherches agronomiques)

    L’exposé se consacrait ici à la robotisation et l’intelligence artificielle dans l’agriculture. On pouvait découvrir les nouveaux outils tels que les robots de traite (toujours fiable, plus de risque pour l’agriculteur de recevoir un coup de pied), les robots d’élevage (qui poussent la nourriture vers le mangeoire, nettoient, ...), ou encore les robots de désherbage. Ces machines peuvent faire gagner en moyenne 4 heures par jour à l’agriculteur selon l’intervenant. Mais d’autres innovations encore plus précises peuvent accompagner les agriculteurs, par exemple, des drones qui mesurent la biomasse et vont ainsi permettre de doser les semences et la pulvérisation au millimètre près. La partie critique de l’intitulé de l’atelier (renforcer les conglomérats de l’agro-industrie) est étonnement passée à la trappe. Ces propositions mènent pourtant à une hausse continue des dettes pour les agriculteurs déjà surendettés, des faillites garanties et des rachats par des entités financières. Ou comment transformer les agriculteurs indépendants en ouvriers agricoles.

    Le dimanche matin, un temps était prévu pour un retour en plénière avec toutes les personnes présentes pendant le week-end. Parmi les réflexions entendues, « la technologie personne n’a rien contre parce qu’elle offre des opportunités », « pour plusieurs d’entre nous c’est l’espoir d’utiliser ces technologies pour un monde meilleur », « attention tout de même aux conflits entre États et entreprises privées », et enfin « comment la technologie peut nous rapprocher de la nature ». Enfin, une idée qui accueillait un enthousiasme certain, celle portée par le candidat du PS, Benoit Hamon lors des présidentielles françaises en 2017 : « Peut-on profiter de cette révolution pour libérer du temps de travail ? »

    J’ai pu remarquer une fois de plus lors de ce week-end que le système technicien comme l’a analysé #Jacques_Ellul est un impensé. L’idée diffuse lors de ces rencontres des Nouveaux mondes tenait dans l’amélioration et la gestion de ce capitalisme numérique : aménageons un capitalisme tranquille ou le vivre ensemble avec les robots.

    Rarement son évoquées des questions qui me semblent fondamentales comme :
    – Est-ce possible en termes de ressources métalliques, d’énergie disponible, de conditions de travail [5] ? ;
    – Est-ce souhaitable (en termes de creusement des inégalités, d’impact sanitaire du à la prolifération de pollutions chimiques, perte de repères, rationalisation poussée à l’extrême, fuite en avant de la marchandisation de tout, système hors-sol, perte du sensible, de l’imprévisible, en un mot de l’humain) [6]

    De plus, en période d’austérité généralisée et de multiplications des dettes illégitimes en Europe et ailleurs d’énormes financements vont dans le tout technologique. Alors que les choix de financements dans la recherche pourraient être dirigées par exemple vers l’agriculture biologique, les low-tech, ...

    Dans la recherche de perspectives alternatives dans les mouvements soucieux de justice sociale et écologique, il me semble urgent de déconstruire les discours #technocapitalistes, arrêter de s’aligner sur les modèles imposés par les capitalistes de tout poil qu’ils soient #libertariens, « écolos » ou conservateurs. Ceci nécessite aussi une réflexion philosophique sur quel type de société nous voulons vraiment.

    Notes

    [1] Département de philosophie, de logique et de méthodologie scientifique, École d’économie de Londres, trad. Richard Gauthier
    Enseignant à Oxford, il y dirige le Future of Humanity Institute et le Strategic Artificial Intelligence Research Centre, cofondateur de la World Transhumanist Association en 1998

    [2] Citations tirées de l’excellent livre de Pièces et main d’œuvre (PMO), Manifeste des chimpanzés du futur, contre le transhumanisme, Service compris, 2017

    [3] Formateur au CEPAG, vidéo « Révolution numérique et contrôle social », novembre 2017

    [4] http://www.piecesetmaindoeuvre.com/spip.php?page=resume&id_article=968

    [5] Lire La machine est ton seigneur et ton maître, sur l’univers d’exploitation extrême que constituent les usines chinoises de Foxconn, plus grand groupe mondial de production de composants électroniques et fournisseur de la plupart des grandes entreprises informatiques, Yang, Jenny Chan et Xu Lizhi, Traduit de l’anglais et préfacé par Celia Izoard, Agone, 2015

    [6] Un film à voir, Un monde sans humains, diffusé en 2012 sur Arte, réalisé par Philippe Borrel ❞




    • Lorsque Jessie Battaglia a commencé à rechercher une nouvelle nounou pour son fils âgé d’un an, elle a voulu avoir plus d’informations que celles que l’on obtient par la vérification du casier judiciaire, les avis de parents et l’entretien face-à-face.

      Elle a donc fait appel à Predictim, un service en ligne utilisant une « intelligence artificielle avancée » pour évaluer la personnalité des baby-sitters, et a fait examiner par les scanners de l’agence les milliers de publications Facebook, Twitter et Instagram d’une candidate.

      Le système a présenté une note d’évaluation automatisée pour cette femme de 24 ans, expliquant que le risque qu’elle soit toxicomane était très faible, mais lui donnant toutefois un risque légèrement plus élevé – 2 sur 5 – quant aux possibilités d’intimidation, de harcèlement, de manque de respect et de mauvaise conduite.

      Le système n’expliquait pas comment il était arrivé à cette note, mais Mme Battaglia, qui avait crû que la nounou était digne de confiance, se sentit soudain assaillie de doutes.

      « Les réseaux sociaux révèlent le caractère d’une personne », affirme Mme Battaglia, âgée de 29 ans, qui vit dans la banlieue de Los Angeles. « Alors pourquoi obtient-elle un 2 et pas un 1 ? »

      Predictim offre aux parents le même modèle que des douzaines d’autres entreprises informatiques vendent aux patrons d’entreprises à travers le monde : des systèmes d’intelligence artificielle qui analysent la façon de parler d’une personne, ses expressions faciales et son historique en ligne, avec la promesse de révéler les aspects cachés de sa vie privée.

      Cette technologie est en train de remodeler les méthodes de recrutement, d’embauche et d’évaluation des salariés par les entreprises, en proposant à ces dernières un regard sans pareil sur les candidats à l’embauche grâce à l’arrivée de nouveaux systèmes de surveillance et d’évaluation psychologique intrusive.

      La société de services informatiques Fama indique qu’elle utilise l’intelligence artificielle pour surveiller les « comportements indésirables » des employés sur les réseaux sociaux et en alerter leur hiérarchie. De même, la société de recrutement informatique HireVue, qui travaille avec de grands groupes comme Geico, Hilton et Unilever, propose un système qui analyse automatiquement les intonations de voix des candidats, leurs choix de mots et les mouvements de leur visage lors d’entretiens vidéo afin de prédire quelles seront leurs compétences et leur attitude une fois en poste (les candidats sont encouragés à sourire pour obtenir la meilleure notation possible).
      . . . . . .
      Les balayages numériques de Predictim analysent l’intégralité de l’historique d’une baby-sitter sur les réseaux sociaux, ce qui, pour beaucoup de jeunes nounous, peut couvrir presque toute leur vie. On informe les candidates qu’elles seront extrêmement désavantagées sur ces emplois à forte concurrence si elles refusent cet examen.
      . . . . . .
      Un scan Predictim est facturé à partir de 24,99 $, et requiert le nom de la baby-sitter, son adresse e-mail et son accord pour l’accès à ses comptes sur les réseaux sociaux. Elle peut refuser, mais le parent sera informé de son refus et elle recevra par e-mail une note, lui indiquant que le parent intéressé ne sera pas en mesure de l’embaucher tant qu’elle n’aura pas complété cette demande.
      . . . . . . .
      La notation des risques est divisée en plusieurs catégories incluant les contenus douteux et l’usage de drogue. La jeune entreprise a également vanté la capacité de son système à évaluer les baby-sitters sur d’autres aspects de leur personnalité, tels que la politesse, l’aptitude à travailler avec d’autres et leur « positivité ».

      Les responsables de l’entreprise espèrent prendre la tête du secteur multimillionnaire de la « sous-traitance parentale » et ont commencé à faire de la publicité à travers le parrainage rémunéré de blogs d’éducation des enfants et de blogs de mamans. Le marketing est fortement axé sur la capacité de la société à mettre au jour les secrets cachés et éviter « le cauchemar de tout parent », citant des affaires criminelles comme celle de cette baby-sitter du Kentucky inculpée plus tôt dans l’année, pour avoir gravement blessé une enfant de huit mois.
      . . . . . . . . .
      Ainsi, lorsque les résultats d’une requête sur une baby-sitter ont signalé la possibilité d’une attitude brutale, une maman, décontenancée, a expliqué qu’elle n’était pas en mesure de savoir si le logiciel était tombé sur une citation de vieux film, des paroles de chanson ou une autre expression, ou bien sur des propos réellement intimidants.

      . . . . . . . . .
      Jamie L. William, avocat des libertés civiles pour la Electronic Frontier Fondation, note que la plupart des algorithmes utilisés aujourd’hui pour accéder aux sens des mots et des images publiés en ligne, sont largement connus pour manquer du bon sens et de la mise en contexte qu’apporte une lecture humaine. Même des géants technologiques, comme Facebook, ont eu du mal à construire des algorithmes qui puissent faire la différence entre un commentaire inoffensif et une incitation à la haine.

      « Quant à utiliser ces systèmes sur des gamins ; soyons sérieux, ce sont des gamins ! », nous dit William. « Les gamins ont des blagues d’initiés. Ils font un usage notoire du sarcasme. Ce qui pourrait ressembler à une “mauvaise attitude” pour un algorithme, ne serait pour une personne qu’un point de vue politique ou une critique fondée. »
      . . . . . . . . .
      La baby-sitter de Madame Battaglia, Malissa Nielsen, 24 ans, a récemment donné son accord à deux familles différentes qui lui ont demandé de remettre à Predictim ses accès aux réseaux sociaux. Elle a expliqué qu’elle a toujours été prudente sur les réseaux et s’est dit que partager un peu plus ne pouvait pas faire de mal ; elle va à l’église une fois par semaine, ne jure pas et elle termine sa formation en éducation de la petite enfance, grâce à laquelle elle espère ouvrir une garderie.

      Mais en apprenant que le système lui avait attribué une mauvaise note pour harcèlement et manque de respect, elle a été stupéfaite. Elle avait cru qu’il s’agissait de permettre aux parents d’examiner ses comptes sur les réseaux sociaux, et non pas de consentir à ce qu’un algorithme dissèque sa personnalité. Elle n’avait pas été informée non plus des résultats d’un test qui pourrait mettre à mal sa seule source de revenu.
      . . . . . . . . .
      Les Américains cultivent une méfiance persistante à l’égard des algorithmes dont les décisions pourraient affecter leur vie quotidienne. Dans une étude du Pew Research Center, 57 % des personnes interrogées pensent que l’examen automatisé des CV de candidats à l’embauche est « inacceptable ».

      Néanmoins, les responsables de Predictim confirment qu’ils se préparent à déployer leurs services à l’échelle nationale. Chez #Sittercity, une plateforme de recrutement de baby-sitters en ligne, visitée par des millions de parents, la direction va lancer, en début d’année prochaine, un programme pilote qui intégrera les notations de Predictim aux tests et vérifications d’antécédents actuellement en place.
      . . . . . . . . .
      Le travail d’extraction de données de #Predictim sur les réseaux sociaux et son intérêt pour l’analyse psychologique de masse n’est pas sans rappeler les ambitions de #Cambridge_Analytica , le cabinet en conseil politique qui a travaillé sur la campagne de Trump et entraîné Facebook dans un scandale mondial relatif à la protection de la vie privée. Mais les dirigeants de l’entreprise affirment qu’ils ont mis en place des gardes-fous internes et travaillent sur la protection des données personnelles des baby-sitters. « Si nous laissions fuiter les infos d’une baby-sitter, ce ne serait vraiment pas cool », a relevé Simonoff.

      Les experts craignent que les notations des systèmes d’intelligence artificielle, comme celles de Predictim, annoncent un futur dans lequel l’attribution de tout emploi, pas seulement de garde d’enfants, sera décidée par une machine. De nombreuses entreprises de recrutement à l’embauche construisent déjà ou investissent dans des systèmes qui peuvent analyser les CV de candidats à très grande échelle et obtenir une évaluation automatisée de la manière dont chacun d’eux pourraient travailler une fois en poste. Des systèmes d’intelligence artificielle de même type – comme #Jigsaw, une jeune entreprise d’informatique créée par Google – sont utilisés pour patrouiller sur Internet et débusquer dans les commentaires, le harcèlement, les menaces et la violence en ligne.
      . . . . . . . . .
      Mais il a été démontré régulièrement que les algorithmes de recrutement ne font pas apparaître le genre de préjugés subtils qui pourraient faire dérailler la carrière d’une personne. Ainsi, des sources ont confié à l’agence Reuters qu’Amazon avait arrêté le développement d’un algorithme de recrutement lorsqu’elle s’était aperçue que celui-ci avait injustement pénalisé les femmes – l’historique du recrutement de la société, dans un secteur informatique dominé par les hommes, avait appris au système que les caractéristiques masculines étaient préférables. La société a affirmé que l’outil n’avait jamais servi à évaluer les candidats (le fondateur et dirigeant d’Amazon est propriétaire du Washington Post).

      Certains experts pensent que de tels systèmes ont le pouvoir d’exacerber les préjugés liés à l’âge et aux origines raciales, y compris en signalant les mots ou les images issus de certains groupes plus que ceux issus d’autres groupes. Ils craignent également que Predictim puisse forcer de jeunes nounous à remettre des données personnelles uniquement en vue d’obtenir un boulot.
      . . . . . . . . .

      Source : The Washington Post, Drew Harwell, https://www.washingtonpost.com/gdpr-consent/?destination=%2ftechnology%2f2018%2f11%2f16%2fwanted-perfect-babysit - 23-11-2018
      Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

      Drew Harwell est reporter national sur la technologie pour le compte du Washington Post, spécialisé en intelligence artificielle. Il a couvert par le passé les questions de commerce national et les entreprises de Trump.

      algorithme #intelligence_artificielle #prédiction #surveillance #facebook #santé #bigdata #google #big_data #prédictif #profiling #innovation #baby-sitters


  • 9 Artificial #intelligence Trends You Should Keep An Eye On In 2019
    https://hackernoon.com/future-artificial-intelligence-2019-1cd09cc491c7?source=rss----3a8144eab

    Artificial Intelligence has become a hot topic in tech circles. It has not only changed our lives, but it has also disrupted every industry you can think of. Despite all this, people have different perception about it. Some might consider it as a bad thing because they are told that it will take your job away from you in near future. On the other hand, #ai advocates continues to think of AI as an enabler which will reduce your burden and make your life easy by automating things.Whether you like AI or not, if you are interested in what AI has in store for the future, then you are at the right place. In this article, we will look at some of the biggest AI trends that will dominate in 2019.1) AI Enabled Chips Will Go MainstreamUnlike other technologies and software tools, AI depend heavily (...)

    #machine-learning #machine-intelligence #artificial-intelligence



  • Des chercheurs effrayés par la qualité des textes de leur robot auteur
    https://www.actualitte.com/article/lecture-numerique/des-chercheurs-effrayes-par-la-qualite-des-textes-de-leur-robot-auteur/93407

    Si elles paraissent encore maladroites et risibles, les intelligences artificielles apprennent vite. Trop vite, même, au point d’effrayer leurs créateurs. L’association à but non lucratif OpenAI a développé une intelligence artificielle capable de générer des textes à partir d’une phrase rédigée par un humain. Generative Pre-trained Transformer-2, ou GPT-2 de son petit nom, s’est révélée tellement douée que ses créateurs ont préféré conserver une partie de son mécanisme secret, afin d’éviter les dérives.

    Impressionnant

    #Intelligence_artificielle #Ecriture #Inquiétude


  • https://thispersondoesnotexist.com

    Ce visage n’existe pas - Le Temps
    https://www.letemps.ch/economie/visage-nexiste

    C’est un exemple, un tout petit exemple des incroyables progrès de l’#intelligence_artificielle. La semaine passée, le fabricant américain de processeurs graphiques Nvidia dévoilait le site thispersondoesnotexist.com au grand public. Un site très simple, puisque, à chaque fois qu’il est chargé, il n’affiche qu’une seule photo de visage. Mais ce visage n’existe pas.

    En effet, Nvidia a créé ces personnes – il suffit de recharger la page pour voir un nouveau visage apparaître – de toutes pièces. La société américaine a mis au point deux #algorithmes d’intelligence artificielle pour y parvenir. Le premier puise dans une base de données de visages pour en créer un de manière totalement artificielle. Et le second vérifie le résultat et s’assure que la personne ainsi créée est suffisamment réaliste. Et le résultat est particulièrement bluffant.

    Ces progrès rejoignent ceux dévoilés la semaine dernière par OpenAI, société à but non lucratif, soutenue par l’entrepreneur Elon Musk. OpenAI est parvenue à créer un générateur de textes de fiction si performant que cette société a décidé, pour la première fois… de ne pas le rendre public, de crainte qu’il ne tombe entre de mauvaises mains. L’intelligence artificielle, à manier avec la plus extrême des précautions.


  • AI Won’t Take Your Job, People Will - Shelly Palmer
    https://www.shellypalmer.com/2019/02/ai-wont-take-job-people-will

    The AI-assisted Graphic Artist

    Now, let’s imagine the same process in a slightly different way. In this scenario, the senior art director has an AI coworker (an AI system designed and trained to version graphic artwork). Instead of harnessing a team of junior art directors to build the deliverables, the senior art director clicks a button and the AI coworker builds every required deliverable, in seconds.

    Unlike handing the work to a junior team and waiting hours, days, or weeks, the work is ready immediately for review. The senior art director will still have to page through each version to give it final approval, and might even have to tweak a few of the versions to get them just right. But the basic work, the work of 10 junior art directors, will be eliminated – and so will their jobs.

    #intelligence_artificielle #capitalisme