• #internationalisation avec #Django
    https://makina-corpus.com/blog/metier/2018/internationalisation-avec-django

    En tant que développeurs nous sommes parfois confronté à la problématique de l’accessibilité des utilisateurs parlant différentes langues. Cet article est à destination des développeurs Django souhaitant découvrir l’internationalisation (i18n) et propose un parcours pas à pas dans cet exercice.

    #i18n #traductions #News_Item

  • Can research quality be measured quantitatively?

    In this article I reflect on ways in which the neoliberal university and its administrative counterpart, #new_public_management (NPM), affect academic publishing activity. One characteristic feature of NPM is the urge to use simple numerical indicators of research output as a tool to allocate funding and, in practice if not in theory, as a means of assessing research quality. This ranges from the use of journal impact factors (IF) and ranking of journals to publication points to determine what types of work in publishing is counted as meritorious for funding allocation. I argue that it is a fallacy to attempt to assess quality of scholarship through quantitative measures of publication output. I base my arguments on my experiences of editing a Norwegian geographical journal over a period of 16 years, along with my experiences as a scholar working for many years within the Norwegian university system.

    https://fennia.journal.fi/forthcoming/article/66602/27160
    https://fennia.journal.fi/forthcoming/view/index
    #qualité #recherche #quantitativisme #université #édition_scientifique #publications_scientifiques #indicateurs #indicateurs_numériques #impact_factor #impact-factor #ranking

    • How global university rankings are changing higher education

      EARLIER this month Peking University played host to perhaps the grandest global gathering ever of the higher-education business. Senior figures from the world’s most famous universities—Harvard and Yale, Oxford and Cambridge among them—enjoyed or endured a two-hour opening ceremony followed by a packed programme of mandatory cultural events interspersed with speeches lauding “Xi Jinping thought”. The party was thrown to celebrate Peking University’s 120th birthday—and, less explicitly, China’s success in a race that started 20 years ago.

      In May 1998 Jiang Zemin, China’s president at the time, announced Project 985, named for the year and the month. Its purpose was to create world-class universities. Nian Cai Liu, a professor of polymeric materials science and engineering at Shanghai Jiao Tong University, got swept up in this initiative. “I asked myself many questions, including: what is the definition of and criteria for a world-class university? What are the positions of top Chinese universities?” Once he started benchmarking them against foreign ones, he found that “governments, universities and stakeholders from all around the world” were interested. So, in 2003, he produced the first ranking of 500 leading global institutions. Nobody, least of all the modest Professor Liu, expected the Shanghai rankings to be so popular. “Indeed, it was a real surprise.”

      People are suckers for league tables, be they of wealth, beauty, fame—or institutions of higher education. University rankings do not just feed humanity’s competitive urges. They are also an important source of consumer intelligence about a good on which people spend huge amounts of time and money, and about which precious little other information is available. Hence the existence of national league tables, such as US News & World Report’s ranking of American universities. But the creation of global league tables—there are now around 20, with Shanghai, the Times Higher Education (THE) and QS the most important—took the competition to a new level. It set not just universities, but governments, against each other.

      When the Shanghai rankings were first published, the “knowledge economy” was emerging into the global consciousness. Governments realised that great universities were no longer just sources of cultural pride and finishing schools for the children of the well-off, but the engines of future prosperity—generators of human capital, of ideas and of innovative companies.

      The rankings focused the minds of governments, particularly in countries that did badly. Every government needed a few higher-educational stars; any government that failed to create them had failed its people and lost an important global race. Europe’s poor performance was particularly galling for Germany, home of the modern research university. The government responded swiftly, announcing in 2005 an Exzellenzinitiative to channel money to institutions that might become world-class universities, and has so far spent over €4.6bn ($5.5bn) on it.

      Propelled by a combination of national pride and economic pragmatism, the idea spread swiftly that this was a global competition in which all self-respecting countries should take part. Thirty-one rich and middle-income countries have announced an excellence initiative of some sort. India, where world rankings were once regarded with post-colonial disdain, is the latest to join the race: in 2016 the finance minister announced that 20 institutions would aim to become world-class universities. The most generously funded initiatives are in France, China, Singapore, South Korea and Taiwan. The most unrealistic targets are Nigeria’s, to get at least two universities in the world’s top 200, and Russia’s, to get five in the world’s top 100, both by 2020.

      The competition to rise up the rankings has had several effects. Below the very highest rankings, still dominated by America and western Europe—America has three of the THE’s top five slots and Britain two this year—the balance of power is shifting (see chart). The rise of China is the most obvious manifestation. It has 45 universities in the Shanghai top 500 and is now the only country other than Britain or America to have two universities in the THE’s top 30. Japan is doing poorly: its highest-ranked institution, the University of Tokyo, comes in at 48 in the THE’s table. Elsewhere, Latin America and eastern Europe have lagged behind.

      The rankings race has also increased the emphasis on research. Highly cited papers provide an easily available measure of success, and, lacking any other reliable metric, that is what the league tables are based on. None of the rankings includes teaching quality, which is hard to measure and compare. Shanghai’s is purely about research; THE and QS incorporate other measures, such as “reputation”. But since the league tables themselves are one of its main determinants, reputation is not an obviously independent variable.

      Hard times

      The research boom is excellent news for humanity, which will eventually reap the benefits, and for scientific researchers. But the social sciences and humanities are not faring so well. They tend to be at a disadvantage in rankings because there are fewer soft-science or humanities journals, so hard-science papers get more citations. Shanghai makes no allowance for that, and Professor Liu admits that his ranking tends to reinforce the dominance of hard science. Phil Baty, who edits the THE’s rankings, says they do take the hard sciences’ higher citation rates into account, scoring papers by the standards of the relevant discipline.

      The hard sciences have benefited from the bounty flowing from the “excellence initiatives”. According to a study of these programmes by Jamil Salmi, author of “The Challenge of Establishing World-Class Universities”, all the programmes except Taiwan’s focused on research rather than teaching, and most of them favoured STEM subjects (science, technology, engineering and mathematics). This is no doubt one of the reasons why the numbers of scientific papers produced globally nearly doubled between 2003 and 2016.

      The rankings may be contributing to a deterioration in teaching. The quality of the research academics produce has little bearing on the quality of their teaching. Indeed, academics who are passionate about their research may be less inclined to spend their energies on students, and so there may be an inverse relationship. Since students suffer when teaching quality declines, they might be expected to push back against this. But Ellen Hazelkorn, author of “Rankings and the Reshaping of Higher Education”, argues that students “are buying prestige in the labour market”. This means “they want to go to the highest-status university possible”—and the league tables are the only available measure of status. So students, too, in effect encourage universities to spend their money on research rather than teaching.

      The result, says Simon Marginson, Oxford University’s incoming professor of higher education, is “the distribution of teaching further down the academic hierarchy”, which fosters the growth of an “academic precariat”. These PhD students and non-tenured academics do the teaching that the star professors, hired for their research abilities, shun as a chore. The British government is trying to press universities to improve teaching, by creating a “teaching-excellence framework”; but the rating is made up of a student-satisfaction survey, dropout rates and alumni earnings—interesting, but not really a measure of teaching quality. Nevertheless, says Professor Marginson, “everybody recognises this as a problem, and everybody is watching what Britain is doing.”

      A third concern is that competition for rankings encourages stratification within university systems, which in turn exacerbates social inequality. “Excellence initiatives” funnel money to top universities, whose students, even if admission is highly competitive, tend to be the children of the well-off. “Those at the top get more government resources and those at the bottom get least,” points out Ms Hazelkorn. That’s true even in Britain, which, despite not having an excellence initiative, favours top universities through the allocation of research money. According to a study of over 120 universities by Alison Wolf of King’s College London and Andrew Jenkins of University College London, the Russell Group, a self-selected elite of 24 universities, get nearly half of the funding for the entire sector, and increased their share from 44.7% in 2001-02 to 49.1% in 2013-14.

      The rankings race draws other complaints. Some universities have hired “rankings managers”, which critics argue is not a good use of resources. Saudi Arabian universities have been accused of giving highly cited academics lucrative part-time contracts and requiring them to use their Saudi affiliation when publishing.

      Intellectual citizens of nowhere

      Notwithstanding its downsides, the rankings race has encouraged a benign trend with far-reaching implications: internationalisation. The top level of academia, particularly in the sciences, is perhaps the world’s most international community, as Professor Marginson’s work shows. Whereas around 4% of first-degree students in the OECD study abroad, a quarter of PhD students do. Research is getting more global: 22% of science and engineering papers were internationally co-authored in 2016, up from 16% in 2003. The rankings, which give marks for international co-authorship, encourage this trend. That is one reason why Japan, whose universities are as insular as its culture, lags. As research grows—in 2000-14 the annual number of PhDs awarded rose by half in America, doubled in Britain and quintupled in China—so does the size and importance of this multinational network.

      Researchers work together across borders on borderless problems—from climate change to artificial intelligence. They gather at conferences, spend time in each other’s universities and spread knowledge and scholarship across the world. Forced to publish in English, they share at least one language. They befriend each other, marry each other and support each other, politically as well as intellectually. Last year, for instance, when Cambridge University Press blocked online access to hundreds of articles on sensitive subjects, including the Tiananmen Square massacre, at the request of the Chinese government, it faced international protests, and an American academic launched a petition which was signed by over 1,500 academics around the world. CUP backed down.

      The rankings race is thus marked by a happy irony. Driven in part by nationalistic urges, it has fostered the growth of a community that knows no borders. Critics are right that governments and universities obsess too much about rankings. Yet the world benefits from the growth of this productive, international body of scholars.


      https://www.economist.com/international/2018/05/19/how-global-university-rankings-are-changing-higher-education?frsc=dg%7Ce

      #Chine #classement_de_Shanghai #compétition #classement #ranking #QS #Times_Higher_Education #THE #excellence #Exzellenzinitiative #Allemagne #Inde #France #Singapour #Taïwan #Corée_du_Sud #Nigeria #Russie #USA #Etats-Unis #Angleterre #UK #recherche #publications #publications_scientifiques #enseignement #réputation #sciences_sociales #sciences_dures #précarité #précarisation #travail #inégalités #anglais #langue #internationalisation #globalisation #mondialisation

      La fin est très en phase avec le journal qui a publié cet article, hélas :

      Critics are right that governments and universities obsess too much about rankings. Yet the world benefits from the growth of this productive, international body of scholars.

      La première version de cet article a été apparemment corrigée :

      Correction (May 22nd, 2018): An earlier version of this piece suggested that non-English data and books are not included in the rankings. This is incorrect. The article has been amended to remove that assertion.

      –-> mais en fait, en réalité, il n’aurait pas dû l’être. Pour avoir expérimenté moi-même une fois le #H-index sur ma liste de publications, je peux vous dire qu’aucun article en d’autres langues que l’anglais avait été retenu dans l’index. Et même pas tous les articles en anglais que j’ai publiés...

  • RFC 8255 : Multiple Language Content Type

    La norme #MIME permet d’étiqueter un message en indiquant la langue, avec l’en-tête Content-Language : (RFC 4021). Mais comment faire si on veut envoyer le même message en plusieurs #langues, pour s’adapter à une audience variée, ou bien si on n’est pas sûr des langues parlées par le destinataire ? C’est ce que permet le nouveau type de message multipart/multilingual qui permet d’étiqueter les messages multilingues.

    http://www.bortzmeyer.org/8255.html

    #multilinguisme #internationalisation #RFC

  • La #Syrie ouverte à tous les vents

    Il fut un temps où la Syrie jouait un rôle régional important. Elle était un partenaire politique avec lequel il fallait compter dans le triangle saoudien-égyptien-syrien, voire même, dans certains cas, un décideur. Il est était impensable de faire quoi que ce soit au Moyen-Orient sans solliciter la Syrie. Même au moment de l’intervention américaine en Irak à laquelle elle s’était opposée, les canaux de dialogue n’ont jamais été rompus entre Washington et Damas.

    Aujourd’hui, une toute autre équation s’est mise en place. Tout se passe comme si n’importe qui pouvait venir en Syrie et s’y installer. Ouverte à tous les vents, elle est plongée dans une situation qu’il devient de plus en plus difficile à réparer et qui l’oriente vers des divisions irréversibles. Une situation, à dire vrai, que personne ne peut prétendre contrôler, et Bachar al-Assad moins qu’aucun autre : cela fait longtemps que les troupes terrestres de l’armée loyale sont sous la supervision des Iraniens et que l’armée de l’air est sous le contrôle des Russes.

    Il suffit de dresser la liste des intérêts qui s’entremêlent dorénavant sur le terrain pour comprendre qu’il est devenu presque impossible d’envisager une solution.

    – On dit que les Britanniques sont prêt de Al-Tanef, un point de frontière avec l’Irak, pour y entraîner des hommes de l’armée libre

    – Au nord-est de la Syrie, dans les zones sous contrôle kurde, les Américains comptent trois bases.

    – Les Français sont présents à Kobané.

    – La présence militaire iranienne est officielle en Syrie. En plus les millitants du Hezbollah, on sait que des Pakistanais, des Afghans et des Irakiens chiites se battent au côté du régime.

    – Les Russes comptent quatre bases en Syrie : Tartous, Lattaquié, Hmemeim et Palmyre. Et ils n’interviennent plus seulement depuis les airs. A Alep, ils ont désormais des hommes sur le terrain, d’ailleurs tous les arrangements, qui se font en Syrie, sont menés par des généraux russes, c’est un champ d’expérimentation.

    – On parle maintenant, que même les Chinois ont envoyé des soldats en Syrie, qui aident les russes dans leur tâche, bien entendu pour avoir leur place au tour de la table de négociation.

    – Et évidemment, il y a toute la partie qui reste sous le contrôle de Deich.

    – Il ne manquait plus que les Turcs, qui ont à leur tour fait leur entrée en Syrie, à Jarablus, à même pas 50 km de Kobané. Ce qui est sûr, c’est qu’ils ne sont pas entrés sans l’accord des Russes – et donc sans que le régime soit au courant. Cette entente est une nouveauté. Depuis le début du conflit, Turcs et Russes s’étaient farouchement opposés sur la question syrienne. L’objectif des Turcs est très clair : il s’agit d’empêcher les kurdes d’installer un Kurdistan qui s’étendrait sans discontinuer de l’est à l’ouest de la Syrie. Nous parlons des mêmes Kurdes que ceux sur lesquels la coalition occidentale s’est appuyée pour chasser Deich. C’est révoltant de les avoir laissé croire à la possibilité de grand territoire kurde sur tout le nord de la Syrie et à l’west de l’Euphrate.

    – Même la coalition nationale syrienne, l’opposition au régime basée en Turquie, parle ces jours d’installer un gouvernement de transition dans les zones libérées, dans la province d’Idlib. Elle doit se dire que si elle n’entre pas maintenant, elle n’aura pas sa place à la table des discussions, alors que tous le monde y a mis les pieds pour être sûr de pouvoir s’y assoir.

    Pendant ce temps, le nettoyage ethnique continue de progresser. La semaine dernière, un accord a été conclu entre l’armée loyale et les rebelles de #Daraya. La ville est rendue à l’armée sous condition de faire sortir les rebelles et leur famille. Quand on sait que Daraya a été la première ville à se soulever en 2011… On voit bien comment s’opère le changement démographique qui dessine peu à peu une Syrie « utile » (pour le régime), une partie de la Syrie (# 30%) qui engloberait Damas, Homs, Hama, Tartous et Lattaquié.

    Le premier accord de ce type concernait Homs en 2014. Les rebelles ont quitté la ville pour se réfugier dans la province d’Idlib. Il y a eu des accords similaires à Madaya, Zabadani, et on est En train de préparer celui de Mouadamya, autant de villes, toutes sunnites et opposées au régime, qui ont été assiégées par l’armée mettre la habitants sous pression et les forcer en fin à fuir. Ce n’est pas tout : le régime et les Russes s’acharnent à bombarder la région d’Idlib pour que tous ces malheureux évacués ne finissent par y trouver que des ruines à l’arrivée. (ci-dessous, la photo d’une nuit rouge il y a deux jours à Idlib, proie des bombes du régime et de l’aviation russe).


    http://lerefugiesyrien.blogactiv.eu/2016/08/31/la-syrie-ouverte-a-tous-les-vents
    #guerre #conflit #internationalisation #ingérence_étrangère

  • PHP : NumberFormatter - Manual
    http://php.net/manual/fr/class.numberformatter.php

    Cette classe PHP est disponible dans le noyau depuis 5.3. Elle mériterait d’être intégrée en filtre dans SPIP à mon avis, car elle permet d’afficher les nombres suivant la langue (avec point ou virgule ou espace, etc). Et donc ça peut s’utiliser aussi bien pour les tailles de fichiers, les distances, les prix, ou n’importe quoi. D’ailleurs la fonction gère aussi les prix avec devise suivant la langue (avec la devise avant ou après le nombre par exemple), et donc elle pourrait être aussi utilisée dans le plugin Prix à la place du vieux money_format().

    #développement #web #PHP #nombre #internationalisation #multilinguisme #SPIP #idée_pour_SPIP

  • Noms de personnes à travers le monde - W3C
    https://www.w3.org/International/questions/qa-personal-names

    Document du W3C (traduit par @notabene :)), expliquant que les noms peuvent être méga différents suivant les pays et cultures (donc y compris à l’intérieur d’un même pays).

    Et donc que dans les formulaires web et bases de données (profil utilisateur, annuaires, clients de commerce, etc), ça implique des choses, et notamment que sauf si on a une raison super importante de séparer en plusieurs champs, il est préférable de rester simple et d’avoir UN seul unique champ générique pour le nom.

    (En ce qui me concerne, cela m’interroge pour le plugin Contacts & Organisations de SPIP, qui oblige à avoir nom et prénom dans deux champs pour les personnes physiques - spip_contacts. Le champ prénom pourrait être optionnel… je sais pas, un truc comme ça. cc @cym @marcimat @drbouvierleduc)

    #w3c #web #formulaires #internationalisation #noms

  • RFC 7613 : Preparation, Enforcement, and Comparison of Internationalized Strings Representing Usernames and Passwords

    Ah, les plaisirs de l’#internationalisation_logiciel... Quand l’informatique ne concernait que les États-Unis, tout était simple. Un utilisateur ne pouvait avoir un nom (un login) que composé des lettres de l’alphabet latin (et même chose pour son mot de passe). Mais de nos jours, il n’est pas acceptable de se limiter à ASCII. Il faut que Пу́тин ou 艾未未 puissent écrire leur nom dans leur écriture et l’informatique doit suivre. La première tentative de normaliser ces noms d’utilisateur en Unicode, dans le RFC 4013 n’avait pas été un immense succès et elle est désormais remplacée par une approche un peu différente, décrite dans ce nouveau #RFC.

    http://www.bortzmeyer.org/7613.html

    #Unicode #PRECIS #stringprep #SASLprep (ces deux derniers étant désormais abandonnés)

  • RFC 7564 : PRECIS Framework : Preparation, Enforcement, and Comparison of Internationalized Strings in Application Protocols

    Dans la longue marche vers une plus grande #internationalisation de l’Internet, la question des identificateurs (comme par exemple les noms de domaine) a toujours été délicate. Ce sont en effet à la fois des éléments techniques, traités automatiquement par les programmes, et des marqueurs d’identité, vus par les humains (par exemple sur des cartes de visite) et manipulés par eux. Jusqu’à présent, chaque protocole internationalisait ses identificateurs comme il le souhaitait. Ce #RFC du groupe de travail PRECIS tente une approche unificatrice, en élaborant des règles qui peuvent servir à de larges classes d’identificateurs, pour de nombreux protocoles différents.

    http://www.bortzmeyer.org/7564.html

    #Unicode

  • Dans un élément #HTML <img>, peut-on avoir un paramètre de l’attribut src qui soit un nom de fichier en Unicode ? Deux navigateurs identiques (Firefox) sur le même système d’exploitation (Linux), ont des résultats différents sur http://www.potamochère.fr.

    Le premier double-encode le nom de fichier Unicode (et récupère donc un 404 en cherchant l’image). Le second n’a pas de problème.

    https://gist.github.com/bortzmeyer/6507603

    #Unicode #Web #internationalisation #potamochère

  • Geneviève #Fioraso, ministre de l’#enseignement_supérieur et de la #recherche (ESR) en bonne voie pour devenir la prochaine titulaire de la déshonorante carpette anglaise avec sa loi autorisant - systématisant- les cours en #anglais sous prétexte d’#internationalisation. On va vers une baisse des taux de réussite et une baisse encore plus importante du #français dans la recherche mais également de manière indirecte dans tous les autres secteurs (commerce par exemple). Cela montre le peu d’attachement à la #francophonie qui est pourtant dynamique démographiquement.

    Professeur au #collège_de_France, Antoine Compagnon, a aussitôt bondi : « Je l’invite à franchir les quelque deux ou trois cents mètres qui séparent son bunker ministériel des amphis du Quartier latin pour découvrir le monde réel, lui répond-il dans nos colonnes. En anglais, on parle de friendly fire pour désigner le genre d’action que vient de mener la ministre. Car Mme Fioraso nous tire dans le dos alors que nous montons au front. »

    [...]

    Les associations de défense de la langue française tempêtent avec leurs petits moyens. Régis Ravat, président de l’association Francophonie avenir, se désole de constater « l’anglicisation progressive de notre pays, encouragée par la droite comme la gauche. La ministre Fioraso dit "langue étrangère" dans sa loi mais c’est d’une totale hypocrisie. Tout le monde sait qu’elle veut dire "anglais". Maintenant, même pour un CAP de carrossier, on impose de parler anglais. Au nom, paraît-il, d’une ouverture vers le monde... Je dirais au contraire qu’on s’enferme. On se tourne vers le seul monde anglosaxon. »

    Même l’#Académie_française s’est offusquée de ce texte rédigé, dit-elle, en des termes trop vagues. « Il ne paraît ni opportun, ni même possible d’adopter pareille disposition de loi dont la valeur symbolique serait d’autant plus grande qu’elle serait plus vague et qui inaugurerait de véritables franchises linguistiques dans les universités françaises », jugent les membres de l’Académie dans une déclaration commune datée du 21 mars. L’article 2 de la loi Fioraso autorise l’enseignement en langue étrangère dans le cadre d’« un accord avec une institution étrangère » ou « d’un programme européen ». L’Académie alerte « sur les dangers d’une mesure qui se présente comme d’application technique, alors qu’en réalité elle favorise une marginalisation de notre langue ».

    Source : http://www.liberation.fr/societe/2013/04/12/l-universite-francaise-va-t-elle-parler-anglais_895729

    • Et dans le même genre avec l’absurdité du tout anglais à la #commission européenne :

      Une maîtrise imparfaite d’une langue peut donc déboucher sur une catastrophe, notamment dans le domaine financier où les marchés sont à l’affut, comme a pu le tester Dijsselbloem. Plus personne n’osant, à Bruxelles, reconnaître qu’il ne maitrise qu’imparfaitement cette langue, c’est un véritable règne de terreur linguistique qui s’est imposé. « Alors que des services entiers de la Commission ne comptent pas un seul anglophone de naissance, on parle et on écrit uniquement anglais, un anglais appauvri qui appauvrit la pensée », reconnaît un fonctionnaire européen. « Il faut voir ce qui sort de nos services », poursuit notre interlocuteur. Et ce, même si une majorité de fonctionnaires desdits services parlent mieux le français que l’anglais, par exemple : « il suffit qu’il y ait une seule personne qui ne parle pas français pour que l’on travaille tous en anglais ». Recourir à un interprète ou à un traducteur est presque devenu une marque de manque de savoir-vivre… Pourtant, les institutions communautaires devraient s’interroger : mal maitriser une langue, qui plus est comprise par une minorité de la population européenne, n’est-ce pas là un des facteurs de l’incapacité de l’Union à communiquer clairement ? N’y a-t-il pas un lien entre l’appauvrissement de la pensée européenne et la réduction à la portion congrue de son dictionnaire linguistique ?

      Au moins, à l’issue de cette chronique, vous aurez tous, moi y compris, appris un nouveau mot : « template ». Thank you, Luke !

      Source : http://bruxelles.blogs.liberation.fr/coulisses/2013/04/template-jai-dit-template-comme-cest-template.html

  • Logical Breakpoints For Your Responsive Design | Smashing Magazine
    http://www.smashingmagazine.com/2013/03/01/logical-breakpoints-responsive-design

    classic typographic theory can help you determine the right breakpoints for your responsive website. You could even go so far as to create different layouts for different languages.

    http://nerd.vasilis.nl/code/measure-help

    #typographie #responsive #web_design #mobile #internationalisation

  • RFC 6885 : Stringprep Revision and PRECIS Problem Statement

    Dans bien des protocoles, il y a besoin de comparer deux chaînes de caractères, pour voir si elles sont égales. Par exemple, un protocole d’authentification va comparer un identificateur à ceux enregistrés dans sa base, pour voir s’il est présent. Si les chaînes de caractères sont uniquement en US-ASCII, il n’y a guère de problèmes, à part décider si la comparaison est sensible à la casse. Mais si elles sont en Unicode ? Alors, c’est plus compliqué. Dans ce cas, on décide de préparer les chaînes avant la comparaison, pour les ramener à une forme de référence (en ASCII, un exemple simple de préparation serait de tout mettre en minuscules). Beaucoup de protocoles IETF utilisaient pour cette opération le #stringprep du RFC 3454, popularisé par son utilisation dans les noms de domaines internationalisés. Mais la mise à jour de ces noms de domaines, en 2010, a abandonné stringprep. Dans ces conditions, les autres protocoles se retrouvaient privés d’une référence bien pratique. Le groupe de travail PRECIS a été créé pour étudier la mise en place d’un cadre général de préparation des chaînes Unicode pour tous les protocoles. Ce RFC 6885 est son premier #RFC et il décrit le problème, sans proposer encore de solution.

    http://www.bortzmeyer.org/6885.html

    [Tiens, au fait, est-ce qu’un compte SeenThis peut être en Unicode, par exemple « stéphane » au lieu de « stephane » ?]

    #internationalisation

    • Testé en local, ça marche… presque : l’URL de l’auteur est envoyée sans traitement dans les pages, et donc avec son « é » là où il faudrait mettre « %C3%A9 ». Le reste a l’air OK.

  • Cinq nouveaux #RFC viennent de paraitre, autour du courrier électronique entièrement internationalisé (donc, y compris les en-têtes, les adresses, etc) :

    – RFC 6854 (pas directement lié à l’internationalisation) qui change légèrement la syntaxe du champ From : pour avoir plusieurs expéditeurs

    – RFC 6855 qui normalise l’usage d’#IMAP avec le courrier complètement internationalisé (accès à des boîtes aux lettres qui contiennent des messages internationalisés) Voir http://www.bortzmeyer.org/6855.html

    – RFC 6856 qui fait la même chose pour #POP

    – RFC 6857 et 6858, deux algorithmes (un simple et un compliqué) pour le cas où le serveur IMAP stocke des messages internationalisés et où un vieux client IMAP demande à accéder à la boite. Ces deux RFC spécifient des algorithmes de « repli », où le message va être massacré pour s’adapter au client. Voir http://www.bortzmeyer.org/6857.html et http://www.bortzmeyer.org/6858.html

    #internationalisation #courrier_électronique

  • RFC 6783 : Mailing Lists and non-ASCII Addresses

    Depuis la sortie du RFC 6530 et de ses petits camarades, il existe désormais une solution normalisée pour avoir du courrier électronique complètement internationalisé, y compris les adresses (arôme@café.fr...). Mais comment est-ce que cela s’applique aux listes de diffusion ? Peut-on avoir des listes où certains membres accepteraient les nouvelles adresses et d’autres non ? Ce #RFC, successeur du RFC 5983, se penche sur la question. Pour l’instant, la réponse est pessimiste : il n’y a pas de moyen pratique de faire coexister anciens et nouveaux sur la même liste.

    http://www.bortzmeyer.org/6783.html

    #Unicode #lidie #liste_de_diffusion #internationalisation

  • La régulation des biens publics mondiaux en question
    http://www.jeanbakouma.com/Textes/amazonie.htm

    En effet, en tant que Brésilien je m’élèverais tout simplement contre l’#internationalisation de l’Amazonie. Quelle que soit l’insuffisance de l’attention de nos gouvernements pour ce patrimoine, il est nôtre.

    En tant qu’#humaniste, conscient du risque de dégradation du milieu ambiant dont souffre l’Amazonie, je peux imaginer que l’Amazonie soit internationalisée, comme du reste tout ce qui a de l’importance pour toute l’humanité. Si, au nom d’une éthique humaniste, nous devions
    internationaliser l’Amazonie, alors nous devrions internationaliser les réserves de pétrole du monde entier.

    Le pétrole est aussi important pour le bien-être de l’humanité que l’Amazonie l’est pour notre avenir. Et malgré cela, les maîtres des réserves de #pétrole se sentent le droit d’augmenter ou de diminuer l’extraction de pétrole, comme d’augmenter ou non son prix.

    De la même manière, on devrait internationaliser le #capital financier des pays riches. Si l’Amazonie est une réserve pour tous les hommes, elle ne peut être brûlée par la volonté de son propriétaire, ou d’un pays.

    Brûler l’Amazonie, c’est aussi grave que le #chômage provoqué par les décisions arbitraires des spéculateurs de l’#économie globale. Nous ne pouvons pas laisser les réserves financières brûler des pays entiers pour le bon plaisir de la spéculation.

    Avant l’Amazonie, j’aimerai assister à l’internationalisation de tous les grands musées du monde. Le Louvre ne doit pas appartenir à la seule France.

    Chaque musée du monde est le gardien des plus belles oeuvres produites par le génie humain. On ne peut pas laisser ce patrimoine culturel, au même titre que le #patrimoine naturel de l’Amazonie, être manipulé et détruit selon la fantaisie d’un seul propriétaire ou d’un seul pays. Il y a quelque temps, un millionnaire japonais a décidé d’enterrer avec lui le tableau d’un grand maître. Avant que cela n’arrive, il faudrait internationaliser ce tableau.

  • Les normes du courrier électronique enfin entièrement internationalisées

    Parmi les protocoles utilisés sur Internet, presque tous sont internationalisés depuis longtemps. Le dernier gros manque concernait les adresses de courrier électronique, obligées de s’en tenir à stephane@internet-en-cooperation.fr alors qu’on voudrait pouvoir écrire à stéphane@internet-en-coopération.fr. Désormais, nous avons une solution normalisée, Internationalized Email, dont les spécifications viennent d’accéder au statut de norme #IETF.

    http://www.bortzmeyer.org/courrier-entierement-internationalise.html

    #Unicode #internationalisation #courrier_électronique

  • L’#internationalisation des protocoles développés par l’#IETF est depuis quinze ans un des sujets chauds de cette organisation. Réussir à rendre tous les protocoles Internet adaptés aux différentes langues, écritures et cultures nécessite d’avoir un socle linquistique commun et c’est le rôle de ce #RFC, qui décrit la terminologie en usage à l’IETF. Il remplace le RFC 3536 dans le rôle du texte « l’internationalisation pour les débutants ». Le texte est long car le sujet est complexe.

    http://www.bortzmeyer.org/6365.html

  • Superbe réponse du ministre brésilien de l’Education interrogé par des étudiants aux Etats-Unis ...
    (la presse nord-américaine a refusé de publier ce texte).

    Sujet : Internationalisation de la foret Amazonienne !?
    Discours du ministre brésilien de l’Éducation aux Etats-Unis.
    Pendant un débat dans une université aux Etats-Unis, le ministre de l’Éducation Cristovao Buarque, fut interrogé sur ce qu’il pensait
    au sujet de l’internationalisation de l’Amazonie.
    Le jeune étudiant américain commença sa question en affirmant qu’il espérait une réponse d’un humaniste et non d’un Brésilien.

    Voici la réponse de M. Cristovao Buarque.

    En effet, en tant que Brésilien, je m’élèverais tout simplement contre l’internationalisation de l’Amazonie.
    Quelle que soit l’insuffisance de l’attention de nos gouvernements pour ce patrimoine, il est nôtre.

    En tant qu’humaniste, conscient du risque de dégradation du milieu ambiant dont souffre l’Amazonie, je peux imaginer que
    l’Amazonie soit internationalisée, comme du reste tout ce qui a de l’importance pour toute l’humanité.
    Si, au nom d’une éthique humaniste, nous devions internationaliser l’Amazonie, alors nous devrions internationaliser les réserves de pétrole du monde entier.
    Le pétrole est aussi important pour le bien-être de l’humanité que l’Amazonie l’est pour notre avenir. Et malgré cela, les maîtres des
    réserves de pétrole se sentent le droit d’augmenter ou de diminuer l’extraction de pétrole, comme d’augmenter ou non son prix.

    De la même manière, on devrait internationaliser le capital financier des pays riches. Si l’Amazonie est une réserve pour tous les
    hommes, elle ne peut être brûlée par la volonté de son propriétaire, ou d’un pays.
    Brûler l’Amazonie, c’est aussi grave que le chômage provoqué par les décisions arbitraires des spéculateurs de l’économie globale.
    Nous ne pouvons pas laisser les réserves financières brûler des pays entiers pour le bon plaisir de la spéculation.

    Avant l’Amazonie, j’aimerai assister à l’internationalisation de tous les grands musées du monde. Le Louvre ne doit pas appartenir à la seule France. Chaque musée du monde est le gardien des plus belles œuvres produites par le génie humain.
    On ne peut pas laisser ce patrimoine culturel, au même titre que le patrimoine naturel de l’Amazonie, être manipulé et détruit selon la fantaisie d’un seul propriétaire ou d’un seul pays.
    Il y a quelque temps, un millionnaire japonais a décidé d’enterrer avec lui le tableau d’un grand maître. Avant que cela n’arrive, il faudrait internationaliser ce tableau.

    Pendant que cette rencontre se déroule, les Nations unies organisent le Forum du Millénaire, mais certains Présidents de pays ont eu des difficultés pour y assister, à cause de difficultés aux frontières des Etats-Unis. Je crois donc qu’il faudrait que New York, lieu du siège des Nations unies, soit internationalisé.
    Au moins Manhattan devrait appartenir à toute l’humanité. Comme du reste Paris, Venise, Rome, Londres, Rio de Janeiro, Brasília, Recife, chaque ville avec sa beauté particulière, et son histoire du monde devraient appartenir au monde entier.

    Si les Etats-Unis veulent internationaliser l’Amazonie, à cause du risque que fait courir le fait de la laisser entre les mains des Brésiliens, alors internationalisons aussi tout l’arsenal nucléaire des Etats-Unis. Ne serait-ce que par ce qu’ils sont capables d’utiliser de telles armes, ce qui provoquerait une destruction mille fois plus vaste que les déplorables incendies des forêts Brésiliennes.

    Au cours de leurs débats, les actuels candidats à la Présidence des Etats-Unis ont soutenu l’idée d’une internationalisation des réserves florestales du monde en échange d’un effacement de la dette.
    Commençons donc par utiliser cette dette pour s’assurer que tous les enfants du monde aient la possibilité de manger et d’aller à l’école. Internationalisons les enfants, en les traitant, où qu’ils naissent, comme un patrimoine qui mérite l’attention du monde entier.
    Davantage encore que l’Amazonie.
    Quand les dirigeants du monde traiteront les enfants pauvres du monde comme un Patrimoine de l’Humanité, ils ne les laisseront pas travailler alors qu’ils devraient aller à l’école ; ils ne les laisseront pas mourir alors qu’ils devraient vivre.

    En tant qu’humaniste, j’accepte de défendre l’idée d’une internationalisation du monde. Mais tant que le monde me traitera comme un Brésilien, je lutterai pour que l’Amazonie soit à nous. Et seulement à nous !

    Ce texte n’a pas été publié. Aidez-nous à le diffuser. Merci !

    #Brasil #internationalisation #humanité #humanisme #discours