• Communiqué de l’intersyndicale de l’ESR pour la mobilisation du 13 octobre
    https://academia.hypotheses.org/52603

    Alors que les conditions de rentrée sont particulièrement difficiles tant pour les personnels que pour les étudiant·es frappé·es par une pauvreté croissante, le Président de la République a multiplié les provocations, les amalgames et les propos méprisants, affirmant que les … Continuer la lecture →

    #Expression_syndicale #Opinions,_motions,_propositions,_expression_syndicale #grève #intersyndicale #manifestation #mobilisations

    • MoinsVieuxLéon : « Alors que partout en France de… » - Piaille
      https://piaille.fr/@M_V_Leon/110299694034949568

      Alors que partout en France des gens se mobilisent depuis des mois, et continuent de sortir pour rappeler aux députés, ministres, président, leur responsabilité, l’intersyndicale décide d’offrir au gouvernement, aux flics, un mois de répit.

      Trahissez moins.

      Ca aussi ça m’a foutu la rage en rentrant. Je parle même pas d’attendre que demain l’intersyndicale se lance dans un processus révolutionnaire, mais AU MOINS ASSUREZ LE SERVICE MINIMUM !

      Pour attendre quoi ? Une proposition de loi ? C’est ça le syndicalisme d’aujourd’hui ?

      « Oui mais des types en costumes bien payés vaguement de gauche sur l’étiquette vont se réunir juste avant les vacances pour voir si éventuellement quand même on pourrait pas mettre un petit texte symbolique qui se fera rejeter, mais dans un rejet très républicain. »

      Mais qu’est-ce que vous attendez encore de l’Assemblée Nationale ? DES ELECTIONS ?
      Mais vous êtes pas les laquais de la République là, si votre plaisir dans la vie c’est de servir de tapis aux aspirants autoritaires et à la droite réactionnaire, changez de job.

      Manu à l’Elysée : « oh les cons, ils ont mis une pause pendant un mois. Bon ben les gars, profitez-en on va leur rentrer dans le lard pendant qu’ils baissent la garde. Qui on a payé pour arriver à ce résultat ? Personne ? Ben merde... »

    • Nous voilà arrivés ce 2 mai, au terme du cycle de ces classiques manifs saute-mouton (éventuellement remuantes et brûlantes) débuté en janvier. On savait que cela ne suffirait pas. On l’avait dit dès le départ : sans blocage massif de l’économie par la base des salariéEs en grève, il est vain d’attendre la construction d’un réel rapport de force social. On ne découvre pas aujourd’hui ce qu’est l’intersyndicale ; la construction effective de ce rapport de force social ne peut être effective que dans une dynamique de dépassement de ces instances syndicales institutionnalisées et bureaucratisées.

      On a beau tourner le problème dans tous les sens, reste au moins une question : comment se fait-il que si peu de monde se soit mis en grève dès les premiers jours de janvier ?
      Je n’ai pas de réponse mais je refuse de considérer que la question devrait d’office être évacuée. En tous cas il me semble plus pertinent de savoir comment y remédier plutôt que d’attendre quoi que ce soit des confédérations syndicales.

      Le 1er mai aura donc été comme on le redoutait un enterrement de première classe.

      Reste à savoir maintenant ce qui va se passer - au-delà de la rage - du côté des boucles et réseaux (signal, notamment) qui ont participé concrètement aux blocages et aux mobilisations...

    • Le PCF est un objet politique fascinant.

      Ce parti est devenu social-démocrate, a abandonné la lutte des classes, Roussel dit même que les ultra-riches sont « très intelligents ».

      Le PCF n’a conservé qu’une chose des années 50 : le stalinisme et l’amour de l’ordre.

      Le PCF d’après-guerre était crapuleux et autoritaire, mais il avait au moins pour lui un discours de rupture avec le capitalisme, un ancrage populaire, anti-bourgeois.

      Maintenant c’est un groupuscule à 2% dirigé par un assistant parlementaire fictif, soce-dem et pro-flic.

      On rappelle que cette affiche, c’est celle du retour à l’ordre en Mai 68.

      Alors que la France est au bord de la révolution, les structures staliniennes appellent au retour au travail et à « savoir terminer une grève », et cogne sur les « gauchistes ».

      Voilà leur fierté ...

      https://twitter.com/ContreAttaque_/status/1653437573463699456?cxt=HHwWgMCzic-tmPItAAAA

    • #all_casseroles_are_beautiful

      si j’ai bien compris, c’est plutôt « auto-organisé » ces casserolades, avec Attac qui fait le taf de relai d’information et « les gens » qui s’y collent localement ; les gens dont des syndicalistes - et des GJ et des quidams.

      Mais l’intersyndicale, elle dit quoi et elle fait quoi là dedans ? Soutient timide non-officiel ? Incitation ? Financement des jours de non-travail des participants ? Rien ?

    • Le problème d’une intersyndicale c’est que c’est le moins disant qui l’emporte toujours ou sinon celui-ci quitte la table (et là c’est un choix à faire...). Donc quand vous faites une intersyndicale avec la CFDT et la CFTC, forcément faut pas trop s’étonner de la mollesse du truc...

  • Que Macron daigne ou pas prendre rendez-vous avec Berger et Martinez ne changera rien, ni pour les travailleurs, ni sur l’issue de la lutte.

    Macron, les directions syndicales et la classe ouvrière
    https://journal.lutte-ouvriere.org/2023/03/15/macron-les-directions-syndicales-et-la-classe-ouvriere_55239

    Par une lettre datée du 10 mars, Macron a fermé la porte à l’#intersyndicale qui lui avait demandé trois jours plus tôt à « être reçue en urgence ».

    Le président persiste donc à faire passer son attaque sur les retraites, sans chercher le consentement d’une partie des #confédérations_syndicales, comme le font habituellement les gouvernements afin que celles-ci pèsent ensuite de tout leur poids pour faire accepter les reculs aux travailleurs. Il veut montrer au grand patronat qu’il est capable de faire passer ses sales coups, sans faire la moindre concession aux dirigeants syndicaux.

    Que Macron daigne ou pas prendre rendez-vous avec #Berger et #Martinez ne changera rien, ni pour les travailleurs, ni sur l’issue de la lutte. Les confédérations syndicales ont rencontré le gouvernement un grand nombre de fois. Au bout du compte, cela n’a modifié en rien le contenu de ses attaques.

    L’intersyndicale implore aujourd’hui Macron de cesser son obstination car elle craint que cela conduise « à une situation qui pourrait devenir explosive ». Et d’ailleurs, certains responsables parlent de réclamer un référendum sur la question des retraites. Cette proposition serait un piège détournant les travailleurs du seul terrain où ils sont une force, le terrain de la lutte économique et sociale. Dans un référendum, le gouvernement garderait la main sur la formulation de la question et sur les conditions du vote. Les voix des travailleurs seraient mélangées avec celles de ceux qui vivent du travail des autres. Alors, la seule voie pour gagner serait justement que la colère qui s’est emmagasinée depuis des années chez les travailleurs explose à la figure du gouvernement et du #grand_patronat !

    Avec son arrogance et son intransigeance, #Macron a réussi à mobiliser plusieurs millions de travailleurs contre lui. Cela crée un climat qui fait évoluer les consciences et qui renforce les travailleurs dans leur conviction qu’il leur faut se battre pour défendre leurs intérêts, comme on le voit avec la multiplication des grèves sur les salaires.

    Bien plus que d’hypothétiques réunions entre dirigeants syndicaux et Macron, c’est ce réveil de la #combativité et de la conscience des travailleurs qui sera déterminant.

    #prédation #régression_sociale #syndicats #lutte_de_classe #conscience_de_classe #CFDT #CGT

  • La mobilisation contre la réforme des retraites : enjeux et perspectives
    https://mensuel.lutte-ouvriere.org/2023/02/25/reforme-des-retraites-vers-un-reveil-de-la-combativite-ouvri

    En organisant et en encadrant la contestation, les chefs des confédérations syndicales, #Laurent_Berger en tête, sont dans leur rôle de «  lieutenants ouvriers de la classe capitaliste – pour reprendre la formule du militant socialiste américain Daniel de Leon reprise par Lénine dans La maladie infantile du communisme (le «  gauchisme  »)

    Laurent Berger ne s’est pas radicalisé, mais il a pris la mesure de l’opposition à cette réforme et se donne les moyens de l’encadrer, main dans la main avec les autres confédérations, et en premier lieu la #CGT

    Fort des antennes que lui donnent les 600 000 adhérents de la #CFDT et sa place de premier syndicat aux élections professionnelles, en particulier dans le privé et dans des entreprises moyennes, Berger a pu mesurer le rejet de cette loi qui va obliger des millions de travailleurs à se faire exploiter deux ans de plus, ou à rester plus longtemps au chômage et aux #minima_sociaux. Il sait qu’à la colère suscitée par cette attaque sur les #retraites s’ajoute la flambée des prix, qui plonge des millions de ménages dans l’angoisse de ne pouvoir se chauffer, ni mettre de l’essence dans sa voiture ni se loger ou se nourrir correctement.

    En répétant «  La mobilisation est à l’image de la CFDT  », il tire certes la couverture à lui et passe sous silence que l’immense majorité des manifestants ne sont ni syndiqués ni attirés par les cortèges de la CFDT. Mais il exprime une réalité  : un nombre important de manifestants et de grévistes viennent d’entreprises petites ou moyennes, des milieux employés, techniciens, agents de maîtrise ou cadres, qui participent rarement aux journées nationales de grève. Dans les grandes entreprises où des syndicats pro-patronaux sont majoritaires, et pour lesquels appeler à la grève est un quasi-sacrilège, comme chez #Airbus, #Stellantis ou #Toyota, ces syndicats se sont sentis obligés d’appeler aux manifestations et y ont amené de nombreux travailleurs. Même des travailleurs habituellement peu combatifs refusent l’idée de travailler deux ans de plus. Beaucoup sont révoltés par le fait qu’on va leur imposer, à eux qui créent toutes les richesses, de nouveaux sacrifices, alors que l’argent de l’État coule à flots pour arroser le #grand_capital.

    L’#intersyndicale peut d’autant plus garder le contrôle de la mobilisation que celle-ci n’est pas explosive.

    Si les chiffres des #manifestants et des salariés qui débrayent sont élevés, atteignant ceux des meilleures journées de 2010 ou de certaines manifestations de 1995, aucun secteur, pas plus les #cheminots que les #raffineurs, les travailleurs de l’énergie que ceux des services publics, n’est encore parti en grève à la suite des journées réussies. Les arguments sur le coût de la #grève pour les #grévistes, largement relayés par les chefs syndicaux pour justifier leur calendrier, indiquent surtout les hésitations de bien des travailleurs à engager un combat qu’ils savent difficile.

    La mobilisation n’est pas explosive, mais cela peut changer :

    Un mouvement de masse a sa propre dynamique. Après des années de reculs, de précarisation, de perte de confiance dans leur force collective et même de la conscience d’appartenir à une même classe sociale, les travailleurs partent de loin. La réussite des cinq journées de mobilisation a déjà permis à ceux qui y ont participé de prendre conscience qu’ils n’étaient pas tout seuls. Se retrouver à des milliers dans des petites villes, à des dizaines de milliers dans les plus grandes, à un ou deux millions dans tout le pays, permet de sentir qu’on appartient à une force collective qui se voit, qui agit, qui proteste. L’appel de l’inter­syndicale à faire du 7 mars une journée de grève générale massive, «  une France à l’arrêt  », les appels de plusieurs #syndicats, dans plusieurs secteurs, comme la #RATP, l’#énergie, la #chimie, à partir en grève reconductible à partir du 7 mars, donneront peut-être l’impulsion et la confiance en eux à un nombre significatif de travailleurs pour entrer réellement dans la lutte.

    Il faudra que la mobilisation s’étende et s’approfondisse dans les entreprises du privé, et notamment dans les bastions que sont
    les grandes entreprises.

    Instaurer un rapport de force favorable aux travailleurs, ce n’est certainement pas organiser «  le #blocage du pays  », selon le vocabulaire sciemment trompeur des journalistes, des dirigeants politiques ou syndicaux, qu’ils en soient partisans ou adversaires.

    La force des travailleurs, c’est qu’ils font tout fonctionner. S’ils se mettent massivement en grève, tout s’arrête, car ils sont irremplaçables. Mieux encore, ils ont la capacité de tout faire fonctionner selon leurs propres priorités, s’ils prennent le contrôle des moyens de production et de transport. Ils peuvent par exemple couper le courant aux propriétés de #Bernard_Arnault ou à une usine d’armement, et le rétablir à des familles qui ne peuvent plus payer leurs factures. Dans la lutte en cours, ce qui pourrait faire reculer Macron, c’est la crainte que la mobilisation affecte la pompe à profits, et que le grand patronat craigne que les travailleurs ne s’arrêtent pas à la seule question des retraites mais présentent la liste de toutes leurs doléances. Face à une telle menace, face au risque de développement d’une grève générale, c’est le Medef qui ordonnera à Macron de remballer sa réforme sans délai.

    Si le mouvement prenait cette orientation et cette ampleur, on verrait les confédérations syndicales, et pas seulement celles dites réformistes comme la CFDT, mettre tout leur poids pour l’arrêter et le canaliser vers des voies de garage, comme elles l’ont fait moult fois dans le passé.

    C’est pourquoi la tâche actuelle des militants révolutionnaires est de politiser le maximum de travailleurs, d’élever leur niveau de conscience, en profitant du climat engendré par la mobilisation contre les retraites, pour préparer l’avenir.

    Il faut multiplier les discussions, sous toutes les formes, sur tous les sujets qui concernent le sort et l’avenir de notre classe.

    Cela commence par comprendre que Macron n’est qu’un serviteur politique de la bourgeoisie, un exécutant remplaçable de ses intérêts généraux immédiats ou plus lointains . Dans cette période de crise économique générale, où la rivalité entre les grands groupes internationaux pour se partager la plus-value, accéder aux marchés, à l’énergie, aux matières premières, fait rage, la feuille de route de tous les gouvernements bourgeois, dans tous les pays, est simple  : réduire au maximum la part de richesses qui revient aux classes populaires, sous toutes les formes, pour augmenter la part versée directement aux capitalistes.

    Le grand patronat se moque de savoir comment les politiciens s’y prennent pour exécuter ce programme, s’ils choisissent de tailler davantage dans les retraites que dans le budget des écoles ou des hôpitaux.

    Mais ils veulent que la saignée se fasse sans crise sociale. Si un mouvement de grève contagieuse éclate, le patronat demandera à son fondé de pouvoir à l’Élysée de remballer sa loi. Mais ce sera pour repartir à l’attaque, plus tard, dès qu’ils le pourra. Pour en finir aussi bien avec la #pauvreté, le #chômage, les bas #salaires qu’avec les menaces guerrières et les guerres réelles, il faudra tôt ou tard engager le combat à un niveau supérieur, pour contester la direction de la société à la classe capitaliste, et il faut s’y préparer dès maintenant.

    Ce n’est évidemment pas la perspective proposée par les partis représentés au #Parlement. Ces partis aspirent à remplacer au pouvoir Macron et sa bande et présentent la #réforme_des_retraites comme un simple choix idéologique de #Macron.

    Le spectacle puéril donné pendant quinze jours par les députés lors de l’examen du projet de loi a été une leçon de choses sur l’impuissance et la #fatuité des parlementaires et, pour reprendre l’expression de #Marx et de #Lénine, leur crétinisme. Du côté des partisans de la réforme, ceux de LR ont marchandé ligne par ligne leur soutien aux #macronistes qui, pour leur part, n’ont cessé de mentir et d’afficher leur mépris social. Du côté des opposants déclarés, ceux du #RN, qui se prétendent opposés à la #réforme, se sont contentés de déposer une motion de censure symbolique, tout en se démarquant des manifestations et plus encore des grèves. Ils font le grand écart entre la fraction ouvrière de leur électorat, hostile à cette réforme, et leurs électeurs proches des milieux patronaux, qui haïssent la grève. Ceux de la #Nupes, et particulièrement de #LFI, ont déposé près de 20 000 amendements, pour organiser un jeu d’obstruction dans lequel chaque député a tenté de capter la lumière. Ils ont affiché leur rivalité avec les confédérations syndicales pour prendre la direction de la contestation, déclenchant tour à tour l’agacement de Berger («  spectacle honteux et désolant à l’Assemblée  ») puis de #Martinez («  LFI veut s’approprier le #mouvement_social et faire passer les syndicats au second plan  »).

    Les #chefs_syndicaux et les #députés de gauche jouent chacun sa partition mais ils sont tous, chacun dans son registre, des défenseurs de l’ordre social.

    Les travailleurs doivent se méfier des uns et des autres. Si un mouvement de grève sérieux démarre après le 7 mars, il faudra que les grévistes contrôlent collectivement le mouvement, par l’intermédiaire des assemblées générales de grévistes et par des comités de grève élus démocratiquement. C’est aux travailleurs mobilisés et à eux seuls de décider comment la lutte peut aller jusqu’au bout de ses possibilités. Et si le mouvement de grève, celui-là ou un prochain, se transformait en une contestation politique plus profonde, comme en 1936, il faudrait que les comités de grève se transforment en conseils ouvriers, organes du pouvoir des travailleurs. Si une telle perspective n’est pas aujourd’hui à l’ordre du jour, préparer l’avenir, c’est en discuter le plus largement possible avec le maximum de #travailleurs. Cela peut contribuer à approfondir la conscience de classe d’un nombre plus grand de travailleurs, afin que le réveil de la #combativité s’accompagne d’une prise de conscience politique et renforce le courant révolutionnaire au sein de la #classe_ouvrière.

    #capitalisme #réformisme #communisme_révolutionnaire #inflation

  • 7 mars : amplifier la lutte pour faire reculer Macron et le Medef
    https://journal.lutte-ouvriere.org/2023/03/01/7-mars-amplifier-la-lutte-pour-faire-reculer-macron-et-le-me

    3 semaines après la dernière manifestation contre le report à 64 ans de l’âge de départ à la retraite, l’#intersyndicale appelle à faire du 7 mars « une journée morte dans les entreprises, les administrations, les services, les commerces, les lieux d’études, les transports » et « à participer massivement aux manifestations »...

    C’est bien dans la rue, par les manifestations, et plus encore dans les entreprises, par la grève, que les travailleurs peuvent faire ravaler leur projet à Borne et Macron. Malgré un rejet massif parmi toutes les catégories de #travailleurs, rejet qui augmente chaque fois qu’un ministre ouvre la bouche, le #gouvernement_Borne peut trouver une majorité de parlementaires pour faire adopter sa loi. À défaut, il dispose de l’article 49-3. Même les minuscules #concessions sur les longues carrières, imposées par les députés, ont disparu du texte soumis aux sénateurs. Il n’y a rien à attendre du côté du Parlement.

    La force des travailleurs est qu’ils font fonctionner toute l’économie. S’ils se mettent massivement en #grève, ils arrêtent la machine à profits de la #bourgeoisie. Et c’est bien les capitalistes qu’il faut viser pour faire reculer #Macron, simple exécutant de leurs exigences. Roux de Bézieux, président du #Medef, l’a dit sans fard sur CNews : « Les politiques doivent prendre des décisions qui ne sont pas populaires. » Et de préciser : « Cette réforme est douloureuse mais indispensable. » Douloureuse, elle l’est pour les #salariés qui devront s’user deux ans de plus au travail ou finir leur vie active au chômage ou en invalidité ; indispensable, elle l’est pour augmenter la part de richesses qui revient aux capitalistes.

    Cette réforme n’a pas d’autres raisons d’être. Elle est d’autant plus insupportable qu’elle s’ajoute à la flambée de tous les prix. À l’angoisse de ne plus pouvoir payer les factures, se chauffer correctement, se déplacer quand on veut et même d’être obligé de se restreindre sur la nourriture, s’ajoute le cauchemar de se faire exploiter jusqu’à la tombe. Pendant ce temps, les grandes entreprises annoncent les unes après les autres des records historiques pour leurs profits. Les bénéfices en hausse pour les capitalistes, les sacrifices multiples pour les travailleurs sont les deux bouts du même bâton. Eh bien ce bâton, les travailleurs doivent le briser pour défendre leur droit à l’existence !

    Sur Cnews, #Roux_de_Bézieux s’est dit plus préoccupé des grèves pour des augmentations, en cours un peu partout dans le pays à l’occasion des négociations annuelles obligatoires sur les salaires dans les entreprises du privé, que des grèves pour les #retraites. Son inquiétude confirme qu’il faut présenter l’addition au grand patronat : cela inclut les retraites, les salaires, la précarité, l’emploi. Macron et les patrons ne céderont que si la grève part dans quelques secteurs et menace de s’étendre à toutes les entreprises.

    Contrairement à l’intersyndicale interprofessionnelle, plusieurs fédérations syndicales, à la SNCF, dans l’énergie, la chimie, les ports et docks, appellent d’ores et déjà à une grève reconductible à partir du 7 mars. Sans s’arrêter aux petits calculs des divers chefs syndicaux, tous les travailleurs conscients, dans tous les secteurs, doivent s’appuyer sur le succès prévisible de la journée du 7 mars pour convaincre leurs collègues de travail qu’il est nécessaire d’engager le combat. Il devra être placé sous le contrôle des travailleurs eux-mêmes et devra s’élargir à l’ensemble de leurs revendications, à commencer par les #salaires. Il sera difficile car les capitalistes, qui s’affrontent dans une guerre économique acharnée, ne lâcheront rien facilement. Mais, s’ils la déploient sans réserve, la force collective des travailleurs est immense.

    #capitalisme #lutte_de_classe #mouvement_social #mobilisation_sociale #grève_illimitée #réforme_des_retraites #inflation #dividende #super-profits

  • Récits croisés de la #manif du 5 février à #Nantes. T’as cru que c’était la #grève générale mais c’était la casse des luttes !
    https://nantes.indymedia.org/articles/44472

    A #nantes comme partout en france, on s’y était préparé-e-s, le 5 févier, c’était le tournant de la révolte Jaune grace à la jonction avec l’appel inter-syndical à une grève générale : magie de la convergeance des luttes ! Oui... mais non ! C’était sans compter (à moins de les avoir déjà pratiqués) avec les chefs syndicaux, bien plus empressés à conclure un accord avec la préfecture et rentrer vite au chaud plutôt que s’accorder avec des révolté-e-s, hou la la vous n’y pensez pas ! Et puis des bestioles incontrolables noires et jaunes, ça fait peur et ça pique ! Voici donc une série de récits croisés, à coup de pixels, de réseaux sociaux (hélas), pas mal désabusés pour celleux qui veulent aller plus loin, pas mal exagérément exhaltés pour les autres qui se sont arrêtés sur la route difficile du (...)

    #manifestation #gilets_jaunes #giletsjaunes #intersyndicale #grevegenerale #greve_generale #luttes_salariales #Nantes #manif,nantes,manifestation,grève,gilets_jaunes,giletsjaunes,intersyndicale,grevegenerale,greve_generale,luttes_salariales

  • Quelques mots à propos de la #manif du #5_juillet contre la loi Travail et son monde
    https://coutoentrelesdents.noblogs.org/post/2016/07/06/quelques-mots-a-propos-de-la-manif-du-5-juillet-contre-l

    Manif-retour Place d’Italie —> #bastille après celle de la semaine dernière qui faisait Bastille —> Place d’Italie… On a toutes les raisons de continuer, c’était la 12e journée “intersyndicale” du mouvement depuis le 9 mars. À quand la 13e ? Déjà … Continue reading →

    #ANTICAPITALISME #cgt #intersyndicale #place_d'italie #police #répression #report

  • #FanZone #Manif23juin #manège #CGT #FO #Intersyndicale #euro2016

    « ...toute la série de zones que les salauds ont tracées pour nous, sur leurs plans, et dans lesquelles ils nous enferment par un trait au crayon, les zones de travail pour toute la semaine, les zones pour la moto et celles pour la drague, les zones de femmes, les zones d’hommes, les zones de pédés, les zones de tristesse, les zones de bavardage, les zones de chagrin et celles du vendredi soir... »

    (Bernard-Marie Koltès, La nuit juste avant les forêts)

  • #interdiction_de_manifester : le gouvernement joue avec le feu
    https://www.mediapart.fr/journal/france/200616/interdiction-de-manifester-le-gouvernement-joue-avec-le-feu

    Le ministre de l’intérieur #Bernard_Cazeneuve a demandé au secrétaire général de la CGT Philippe Martinez d’annuler la manifestation de ce jeudi et de la remplacer par un rassemblement statique. Un prélude à une interdiction ?

    #France #intersyndicale #loi_travail #Manuel_Valls #social

  • Interdictions de manifester : le gouvernement joue avec le feu
    https://www.mediapart.fr/journal/france/200616/interdictions-de-manifester-le-gouvernement-joue-avec-le-feu

    Le ministre de l’intérieur #Bernard_Cazeneuve a demandé au secrétaire général de la CGT Philippe Martinez d’annuler la manifestation de ce jeudi et de la remplacer par un rassemblement statique. Un prélude à une interdiction ?

    #France #interdiction_de_manifester #intersyndicale #loi_travail #Manuel_Valls #social

  • Communiqué #intersyndical du 27 avril 2016
    Saccage des locaux de la #CNT à Lille : le syndicalisme n’est pas criminel !
    Saccage des locaux de la CNT à Lille : le syndicalisme n’est pas criminel !
    Les organisation syndicales CNT, CNT-SO et SOLIDAIRES condamnent avec fermeté le saccage par les forces de police du #local_syndical de l’union locale des syndicats CNT de #Lille le mercredi 20 avril suite à la manifestation organisée pour le retrait de #Loi_Travail.

    Elles rappellent que les locaux des organisations syndicales constituent bien des lieux qui appartiennent à des travailleurs exerçant leur liberté démocratique à défendre leur #condition_sociale. Ainsi la dégradation de matériel syndical, tout comme la consultation par la #police de la documentation interne et confidentielle du syndicat, constituent une entrave extrêmement grave au droit des travailleurs à exercer leurs #libertés_syndicales.

    Il ne fait aucun doute que cette intervention violente de la police nationale dans des locaux syndicaux s’inscrit dans la longue liste des actes visant ces derniers mois à criminaliser les organisation syndicales et le mouvement social : violences policières et interpellations de manifestants pacifiques, poursuites et condamnations de syndicalistes dont les Goodyear de la CGT et Fouad Harjane de la CNT, pression à l’encontre de la CGT qui dénonçait via une affiche les violences de la police lors des manifestations...

    Les organisations signataires de ce communiqué exigent du gouvernement qu’il cesse immédiatement toute #criminalisation du mouvement social et syndical et qu’il mette un terme à la #répression violente des cortèges manifestants.

    Finalement, elles réaffirment leur détermination infaillible, et cela malgré toutes les tentatives d’intimidation policières ou judiciaires, à lutter pour la défense des travailleurs, ainsi qu’à obtenir le retrait total de la Loi Travail.

    Confédération nationale du travail
    Confédération Nationale des Travailleurs – Solidarité Ouvrière
    Union Syndicale Solidaires
    http://www.cnt-f.org/inquietudes-de-la-cnt-suite-au-saccage-de-ses-locaux-syndicaux-a-lille.html

  • Loi sur le travail : naissance d’une très timide #intersyndicale
    https://www.mediapart.fr/journal/france/240216/loi-sur-le-travail-naissance-dune-tres-timide-intersyndicale

    L’intersyndicale, réunie mardi 23 février pour décider de la riposte à la future loi sur le travail, a accouché d’une simple déclaration commune, demandant la révision du texte. Sur la forme à donner à cette mobilisation, il n’y a pas de consensus. La mobilisation citoyenne prend de son côté une vraie ampleur, avec déjà plus de 400 000 signataires pour la pétition lancée en ligne contre le projet du gouvernement. Politiquement, ça coince aussi.

    #France #CFDT #CFE-CGC #CGT #loi_El_Khomri #loi_travail #réforme_code_du_travail #social #Solidaires #Unsa