• New Iraqi citizenship law stirs controversy
    https://gulfnews.com/world/mena/new-iraqi-citizenship-law-stirs-controversy-1.1552822828380

    Dubai - As soon as the Iraqi parliament passed a bill to amend the Nationality Law last week, many Iraqis have taken to social media to express their anger.

    The new law states that any person who enters the country legally — and resides in it for a year legally — can get the Iraqi passport.

    Iraqis saw it as a new “disaster” for their country.

    Iraq, they said, had already suffered so much from the scourge of war and corruption.

    Some see it as a way to change the demography and population of Iraq.

    Others see that the Iraqi identity, which is already suffering from years of war, is being jeoprodised.

    Most of the comments on social media accuses the government of passing the law because of the Iranian influence.

    Le commentaire est écrit à Dubaï... Mais cet autre (https://www.raialyoum.com/index.php/%d9%87%d9%84-%d9%8a%d8%aa%d8%b3%d8%a7%d9%87%d9%84-%d8%a7%d9%84%d8%b9%d9%9), en arabe et depuis Amman, va dans le même sens .

    #irak #nationalité #croissant_chiite #iran


  • Mahan Air (Iran) annule sa desserte parisienne, invoque des « sanctions » | Atlantico.fr
    https://www.atlantico.fr/node/3568569

    La compagnie aérienne iranienne Mahan Air annule ses vols de et vers la France à compter du 1er avril, a-t-on appris auprès de son service client, qui invoque des « sanctions » de Paris à son encontre.

    Les vols de Mahan Air de et vers l’aéroport parisien Charles-de-Gaulle sont annulés « à compter du 1er avril », a confirmé à l’AFP un opérateur du service client de la compagnie, joint par téléphone.

    Plus tôt, deux Français résidant en Iran avaient indiqué avoir reçu un mail de Mahan les notifiant de l’annulation d’un voyage prévu en avril.

    « C’est à cause de sanctions [françaises]. C’est ça la raison », a ajouté l’employé de Mahan.

    La France a confirmé l’interdiction de desserte de son territoire, sans plus de précisions.

    « La compagnie iranienne Mahan Air ne sera plus autorisée à desservir le territoire français à partir du 1er avril prochain », a-t-on indiqué au ministère français des Affaires étrangères.

    Mahan Air figure sur la liste noire des entités visées par les sanctions américaines contre l’Iran depuis 2011.

    Washington reproche à la compagnie d’apporter « un soutien financier matériel et technique » à la Force al-Qods, unité d’élite des Gardiens de la Révolution iraniens, l’arme idéologique de la République islamique, notamment en Syrie et en Irak, ou encore d’avoir fait transiter des armes pour le compte des Gardiens à destination du mouvement chiite libanais Hezbollah.

    Fin janvier, le gouvernement allemand avait annoncé sa décision de bannir de ses aéroports Mahan Air, allant au-delà du régime de sanctions adopté par l’Union européenne contre Téhéran pour ses activités présumées d’élimination d’opposants en Europe.

    #iran #usa


  • Opinion | Two Women, Heroes for Our Age - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2019/03/13/opinion/hathloul-sotoudeh-iran-saudi-arabia.html

    They are women who bravely challenged misogyny and dictatorship, one in Iran, the other in Saudi Arabia. Those two nations may be enemies, but they find common cause in their barbaric treatment of women — and since they are trying to squelch and smother these two women, we should shout their names from the mountaintops.

    Nasrin Sotoudeh, 55, is a writer and human rights lawyer who for decades has been fighting for women and children in Iran. Her family reports that this week she was sentenced to another 33 years in prison, on top of a five-year sentence she is now serving, plus 148 lashes.

    Loujain al-Hathloul, 29, a leader of the Saudi women’s rights movement, went on trial Wednesday after months of imprisonment and torture, including floggings, sexual harassment, waterboarding and electric shocks.

    Her sister Alia al-Hathloul told me that Loujain was finally presented with the charges against her, which included communicating with human rights organizations and criticizing the Saudi “guardianship” system for women.

    I previously suggested that Hathloul should get the Nobel Peace Prize, and she has now been nominated for it. So let me revise my proposal: Hathloul and Sotoudeh should win the Nobel together for their courageous advocacy of women’s rights before rival dictators who share one thing: a cruel misogyny.

    I know I’ll get notes from people who harrumph that the problem is simply Islam. That’s too glib, but it is fair to say that Saudi Crown Prince Mohammed bin Salman and Iranian Ayatollah Ali Khamenei together tarnish the global image of Islam more than any army of blasphemers could.

    “This sentence is beyond barbaric,” the U.S. State Department said of Sotoudeh’s reported sentence. Quite true. But the State Department refuses to be equally blunt in denouncing Hathloul’s torture and imprisonment; that’s because it sees the Saudis as allies and the Iranians as enemies.

    What the Trump administration doesn’t seem to understand is this: If you care about human rights only in countries that you despise, you don’t actually care about human rights.

    Alia al-Hathloul said that her sister was ordered to sign a letter requesting a royal pardon, and did so, and that the torture appears to have ended. I’m hoping that the crown prince is looking for a way to climb down from his brutal mistreatment of the women’s rights activists and will eventually grant the pardon that she “requested.”

    Meanwhile, Iran seems to be cracking down harder. Amnesty International reports that Iran arrested more than 7,000 dissidents last year and that the 38-year combined sentence for Sotoudeh, if true, is the harshest imposed against a human rights defender in Iran in recent years. Iran state media suggested that she had been given a shorter sentence, but Sotoudeh and her family have much more credibility than Iran’s government.

    “The shockingly harsh sentence against her is a signal of just how unnerved the Iranian authorities have become,” Kumi Naidoo, the secretary general of Amnesty International, told me. He noted that women’s rights activists in Iran have become bolder, sometimes waving their head scarves on a stick and posting videos on social media.

    “With this cruel sentence, the Iranian authorities appear to be seeking to make an example of Nasrin Sotoudeh and to intimidate other women’s rights defenders,” he said.

    Sotoudeh’s husband, Reza Khandan, was separately sentenced in January to six years in prison, for posting updates about his wife’s case on Facebook. The couple has two children, a 12-year-old son named Nima and a 19-year-old daughter named Mehraveh. Hadi Ghaemi of the Center for Human Rights in Iran said that relatives may now have to raise Nima and Mehraveh.

    “My dearest Mehraveh,” Sotoudeh once wrote her daughter from prison, “you were my main motivation for pursuing children’s rights. … Every time I came home from court, after having defended an abused child, I would hold you and your brother in my arms, finding it hard to let go of your embrace.”

    #femmes #héros #arabie_saoudite #iran


  • En Iran, l’avocate Nasrin Sotoudeh condamnée à une lourde peine
    https://www.lemonde.fr/international/article/2019/03/13/l-avocate-iranienne-nasrin-sotoudeh-lourdement-condamnee_5435370_3210.html

    La justice iranienne a fait connaître, lundi 11 mars, une peine d’emprisonnement prononcée par un tribunal révolutionnaire de Téhéran contre l’avocate Nasrin Sotoudeh, en son absence et à une date inconnue. Déjà retenue depuis neuf mois à la prison d’Evin, dans la capitale iranienne, Mme Sotoudeh est condamnée à cinq ans de prison pour « rassemblement et collusion contre le régime » et à deux ans pour « insulte au Guide suprême », a déclaré son juge, Mohammad Moghisseh, à l’agence semi-officielle ISNA.

    Cette avocate de 55 ans est célèbre pour sa défense de manifestants emprisonnés, comme de jeunes femmes ayant défié les lois de la République islamique en se dressant, sans voile, dans l’espace public. Cette peine sévère pourrait cependant n’être qu’un acompte, alors que la justice iranienne empile les condamnations contre elle, dans une grande opacité.

    Son mari, Reza Khandan, a précisé à l’Agence France-Presse qu’elle avait été condamnée, dans un second dossier, pour sept chefs d’accusation, à une série de peines dont l’addition donne le tournis : 33 ans. M. Khandan a déclaré à l’AFP que la plus lourde de ces peines, pour « incitation à la débauche », s’imposait aux autres : Mme Sotoudeh s’est donc vue promettre au moins dix ans derrière les barreaux, et 148 coups de fouet. Selon son juge, l’avocate a refusé de se faire remettre le dernier verdict, et son dossier a été renvoyé au tribunal d’appel.

    (...) Mme Sotoudeh fait les frais de la répression qui accompagne le retrait des Etats-Unis de l’accord international sur le nucléaire.

    Aujourd’hui, l’avocate fait les frais de la répression qui accompagne le retrait des Etats-Unis de l’accord international sur le nucléaire, en mai 2018. Selon Amnesty International, plus de 7 000 personnes ont été emprisonnées l’an dernier, à la suite des manifestations contre les blocages économique et politique du pays. En janvier 2018, Mme Sotoudeh avait été parmi les premières à annoncer la mort, en prison, de manifestants. Elle a pu également gêner l’institution judiciaire, en dénonçant la publication d’une liste de vingt avocats agréés pour défendre des accusés politiques, parmi lesquels elle ne figurait pas.

    Défense des « filles de la rue Enqelab »

    Avant tout, Mme Sotoudeh a pris fait et cause pour les « filles de la rue Enqelab », souvent très jeunes, qui ont osé depuis le début de l’année 2018 se dévoiler en pleine rue, juchées sur des transformateurs électriques ou des ronds-points, pour dénoncer l’obligation de port du voile en public faite aux Iraniennes.

    Le gouvernement du modéré Hassan Rohani a cherché à circonscrire la portée de leurs actes à un débat de société, sans en faire le symbole d’une contestation radicale du « système ». La justice, instance conservatrice, a, de son côté, prononcé des peines relativement clémentes contre certaines de ces femmes.
    Lire aussi En Iran, Nasrin Sotoudeh, la voix des anti-voile

    Cependant, la presse ultraconservatrice voit en elles un instrument des partisans d’un changement de régime, basés à l’étranger, et des « faucons » de la Maison Blanche. Elle n’a pas manqué de noter que la journaliste Masih Alinejad, initiatrice d’une campagne incitant les Iraniennes à se dévoiler en public, avait rencontré le secrétaire américain aux affaires étrangères, Mike Pompeo, en février à la Maison Blanche.

    Cette presse note également qu’une jeune Iranienne, Shaparak Shadjarizadeh, condamnée en 2018 à deux ans de prison ferme et à 18 ans de sursis, a pu quitter le pays pour s’établir au Canada. Elle y était intervenue en décembre 2018 devant le Parlement, pour demander des sanctions contre l’Iran, suscitant des critiques sur les réseaux sociaux iraniens.

    Peu après, le médecin Farhad Meysami, détenu en Iran pour avoir soutenu le mouvement des filles de la rue Enghelab, avait affirmé qu’il préférait demeurer derrière les barreaux plutôt que d’accepter le soutien offert au mouvement par l’administration américaine.

    Le 9 mars, le quotidien Javan, lié aux gardiens de la révolution, la principale force armée iranienne, a dénoncé l’intégration par le président français de Mme Sotoudeh à un conseil consultatif du G7. Il y voyait un premier test, par une puissance étrangère, du nouveau chef de l’autorité judiciaire, Ebrahim Raissi. Cet ancien rival ultraconservateur de M. Rohani à la présidentielle de mai 2017 a été nommé la semaine dernière par le Guide suprême.

    Louis Imbert

    J’ai gardé le nom du journaliste pour cet article qui (d)étonne dans le parti-pris général du _Monde sur les questions en #Iran.


  • US government no longer excludes #MEK as leadership option for Iran
    https://www.al-monitor.com/pulse/originals/2019/03/us-government-no-longer-excludes-mek-alternatives-iran.html

    Over the years, the MEK has paid tens of thousands of dollars in speaking fees to former US officials from both the Republican and Democratic parties. Its sources of funding are a mystery. In the current environment, the group clearly sees an opportunity to find favor among those hoping that sanctions will weaken and destabilize the government in Tehran.

    #lobbying #corruption #corrompus #etats-unis #iran


  • Overlooked No More: Forough Farrokhzad, Iranian Poet Who Broke Barriers of Sex and Society - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2019/01/30/obituaries/forough-farrokhzad-overlooked.html

    Farrokhzad was one of Iran’s pre-eminent mid-20th-century writers, both reviled and revered for her poems, which often dealt with female desire. Throughout her life she struggled with how her gender affected the reception of her work in a culture where women were often confined to traditional roles, but where there are few higher callings than the life of a poet.

    In the afterword to “Captive” (1955), her first poetry collection, Farrokhzad wrote, “Perhaps because no woman before me took steps toward breaking the shackles binding women’s hands and feet, and because I am the first to do so, they have made such a controversy out of me.”

    Her death in 1967 at 32, in a car crash, was regarded as a national tragedy, making the front pages of Tehran’s newspapers.

    #Iran #poésie #historicisation


  • #femmes* en #grève/ Vrouwen* Staking (2/3)
    http://www.radiopanik.org/emissions/les-promesses-de-l-aube/-femmes-en-greve-vrouwen-staking-2-3-

    Une Grève des Femmes*/ Grève Féministe se prépare pour le 8 mars prochain, à l’initiative du Collecti.e.f 8 maars.

    Le Collecti.e.f 8 maars, indépendant des partis et syndicats, rassemble des femmes de tous horizons dans la volonté commune d’organiser une grève des femmes* en Belgique le 8 mars 2019, journée internationale de lutte pour les droits des femmes.

    Depuis septembre 2018, des assemblées nationales réunissent tous les mois plus d’une centaine de femmes pour organiser cette journée d’action conçue comme une première étape pour obtenir des avancées concrètes.

    Toutes les femmes du pays sont invitées à – rendre visibles leurs réalités et les différentes oppressions qui s’y mêlent, leurs colères et leurs envies et en parler autour d’elles (télécharger matériel de #mobilisation ici) – se rencontrer pour (...)

    #féminisme #avortement #campagne #Espagne #FMinistes #international #FMinistesnistes #Iran #Argentine #grève,féminisme,avortement,campagne,femmes,mobilisation,Espagne,FMinistes,international,FMinistesnistes,Iran,Argentine
    http://www.radiopanik.org/media/sounds/les-promesses-de-l-aube/-femmes-en-greve-vrouwen-staking-2-3-_06268__1.mp3


  • Javad Zarif, le ministre iranien derrière l’accord sur le nucléaire démissionne
    Publié le 26/02/2019
    https://www.courrierinternational.com/article/diplomatie-javad-zarif-le-ministre-iranien-derriere-laccord-s

    Fait rare, Javad Zarif a annoncé sa décision sur Instagram, sans donner d’explication. Ministre des Affaires étrangères du président Rohani, il est dans le collimateur des conservateurs depuis que les États-Unis se sont retirés de l’accord sur le nucléaire.

    #Iran #Javad_Zarif

    • En Iran, le président Hassan Rohani refuse la démission de Mohammad Javad Zarif
      Première publication : 26/02/2019
      https://www.france24.com/fr/20190226-iran-hassan-rohani-refus-demission-mohammad-javad-zarif

      Démission refusée pour le chef de la diplomatie iranienne. Mardi 26 février, le président Hassan Rohani a rejeté la démission de son ministre des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, a révélé l’agence de presse iranienne Fars.

      « Toutes les interprétations, toutes les analyses sur les raisons qui seraient derrière la démission du ministre des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif, au-delà de ce qu’il a écrit sur son compte Instagram, ne sont pas pertinentes et, comme l’a dit aujourd’hui le directeur de cabinet du président (Rohani), cette démission n’a pas été acceptée », a indiqué le porte-parole du ministère Bahram Qasemi, dont les propos sont rapportés par Fars.

      Le ministre des Affaires étrangères iranien Mohammad Javad Zarif, cheville ouvrière de l’accord international sur le nucléaire iranien de 2015, avait annoncé lundi 25 février par un message sur Instagram qu’il démissionnait de son poste.

    • Rohani rejette la démission de Zarif
      OLJ/AFP - 27/02/2019
      https://www.lorientlejour.com/article/1159261/rohani-rejette-la-demission-de-zarif.html

      (...) « Manque de coordination »

      M. Zarif n’était présent à aucune des rencontres qu’a eues M. Assad avec M. Khamenei et M. Rohani, et Entekhab laisse entendre qu’il n’aurait pas apprécié d’être mis sur la touche.

      Présent lors de ces deux rencontres, le général de division, Ghassem Soleimani, chef de la Force Qods, branche extérieure des Gardiens de la Révolution, l’armée idéologique de la République islamique, a assuré que M. Zarif était « bien chargé de la politique étrangère » du pays, selon Sepah News, l’agence de presse des Gardiens.

      Pour le général Soleimani, symbole du soutien apporté par Téhéran aux autorités de Damas dans la guerre qui ravage la Syrie depuis 2011, M. Zarif « a toujours été soutenu et apprécié par les plus hautes autorités du système, tout particulièrement par le guide suprême », écrit Sepah News.

      « Un manque de coordination au niveau du cabinet du président est à l’origine de l’absence du ministre des Affaires étrangères [lors des rencontres avec M. Assad] et par conséquent de ses récriminations », ajoute Sepah News en citant l’officier, pour qui « il n’y a eu aucune volonté délibérée d’écarter M. Zarif de ces rencontres ».

      Dans un message publié sur son compte Instagram quelques minutes après l’annonce présidentielle, M. Zarif remercie le « peuple iranien », « les élites et les responsables » pour « la généreuse affection » dont ils ont fait part à son égard depuis qu’il est en fonction, et « en particulier au cours des trois dernières heures » .

      « J’espère, ajoute-t-il, que le ministère des Affaires étrangères, avec l’aide [...] du guide suprême et du président, et sous leur supervision, pourra exercer toutes ses responsabilités dans le cadre de la Constitution et des lois du pays ».

      Selon des images de la télévision d’Etat, M. Zarif était présent mercredi matin à la cérémonie d’accueil, par M. Rohani, du Premier ministre arménien Nikol Pachinian, en visite officielle à Téhéran.

    • Le soutien de Soleimani renforce Zarif et isole les partisans de la ligne dure en Iran
      mars 3, 2019 Alexandra Allio De Corato
      http://actuarabe.com/le-soutien-de-soleimani-renforce-zarif-et-isole-les-partisans-de-la-ligne

      Il s’est avéré que la confiance dans le départ du ministre des Affaires étrangères était prématurée. Il retourne à son poste avec une légitimité et un pouvoir de décision renouvelés après avoir reçu l’appui d’un éventail d’élites dirigeantes de l’Iran.

      Surtout, l’éloge d’une personnalité publique qui a « refroidi » l’esprit des tenants de la ligne dure et qui a le plus contribué à renforcer la position de Zarif : Qasem Soleimani, commandant de la Force de Quds du Corps des Gardiens de la révolution islamique.

      Soleimani a soutenu Zarif en tant que « principal responsable de la politique étrangère » et a souligné qu’il a toujours eu le soutien de hauts responsables, notamment l’Ayatollah Ali Khamenei, le Guide suprême. Ses commentaires font écho à la lettre du président Hassan Rouhani rejetant la démission de M. Zarif, dans laquelle il déclare être d’accord avec son diplomate en chef sur le fait que le ministre des Affaires étrangères est « le plus haut responsable de la mise en œuvre de la politique étrangère du pays ».


  • „Der Islam – der nicht bloss eine Reli­gion ist, sondern eine Leben...
    https://diasp.eu/p/8517240

    „Der Islam – der nicht bloss eine Reli­gion ist, sondern eine Lebens­weise, eine Zuge­hö­rig­keit zu einer Geschichte und einer Kultur – droht ein gewal­tiges Pulver­fass zu werden, das mehrere hundert Millionen Menschen ergreift“. Aller­dings warnte Foucault auch vor falschen Reak­tionen auf diese neue Realität: „Wer sich eini­ger­maßen intel­li­gent mit dieser Frage ausein­an­der­setzen will, sollte unter keinen Umständen damit beginnen, Hass ins Spiel zu bringen.“ 40 Jahre „Islamische Revolution“ im #Iran https://geschichtedergegenwart.ch/zeitenwende-michel-foucault-und-die-iranische-revolution


  • Giuliani and Netanyahu Raise the Specter of “War With Iran”
    https://theintercept.com/2019/02/13/iran-netanyahu-giuliani

    https://youtu.be/AbZAOCTxm4s

    According to the English translation of Netanyahu’s remarks in Hebrew prepared by his office, the prime minister then added: “What is important about this meeting — and it is not in secret because there are many of those — is that this is an open meeting with representatives of leading Arab countries that are sitting down together with Israel in order to advance the common interest of war with Iran.”


  • Iran 1979. Une révolution qui a ébranlé le monde | Bernard Hourcade
    https://orientxxi.info/magazine/iran-1979-ce-fut-une-vraie-revolution,2893

    La chute du régime impérial de Mohammad Reza Chah Pahlavi en février 1979 fut longtemps considérée comme un accident. Dans le contexte de la guerre froide, le nouveau « régime islamique » aurait été une « erreur », hypermédiatisée par sa dimension religieuse. Quarante ans plus tard, la République islamique d’Iran est toujours là, et il faut se rendre à l’évidence : la révolution iranienne de 1979 fut une rupture profonde dans l’histoire des Iraniens, mais aussi dans le monde islamique et dans les relations (...) Source : Orient XXI


  • In latest attack on intelligence agencies, Trump ignores where they actually agree - The Washington Post
    https://www.washingtonpost.com/politics/trump-claims-great-progress-on-isis-north-korea-after-intelligence-officials-present-less-optimistic-view/2019/01/30/e95b74c6-23b7-11e9-90cd-dedb0c92dc17_story.html

    Triggering the president’s rage was an annual congressional hearing on global security threats, a routine event at which intelligence agency heads testified that #Iran, while still a global menace, is complying with an international agreement designed to prevent the country from acquiring nuclear weapons. Trump ridiculed that assessment and the intelligence leaders themselves.

    “The Intelligence people seem to be extremely passive and naive when it comes to the dangers of Iran. They are wrong!” Trump wrote on Twitter. “. . . They are testing Rockets (last week) and more, and are coming very close to the edge. There [sic] economy is now crashing, which is the only thing holding them back. Be careful of Iran.”

    Trump added: “Perhaps Intelligence should go back to school!”

    #etats-unis

    • Donald Trump accuse le renseignement américain d’être « naïf » à propos de l’Iran
      https://www.20minutes.fr/monde/2439803-20190130-donald-trump-accuse-renseignement-americain-etre-naif-pro

      « Les membres des services de renseignement semblent être extrêmement passifs et naïfs concernant les dangers que représente l’Iran. Ils ont tort ! », a tweeté Donald Trump au lendemain des témoignages devant le Sénat de Gina Haspel, la directrice de la CIA, et de Dan Coats, le directeur du renseignement, qui dressaient le tableau annuel des grandes menaces mondiales.

      Selon Gina Haspel, l’Iran respecte toujours « techniquement » l’accord conclu en 2015 avec les grandes puissances pour l’empêcher de se doter de la bombe atomique, dont les Etats-Unis se sont retirés l’an dernier comme l’avait promis Donald Trump pendant sa campagne.

      Et si les Iraniens envisagent de « prendre leurs distances » avec ce texte, c’est, a-t-elle noté, en raison de l’absence de retombées économiques, Washington ayant rétabli des #sanctions draconiennes contre Téhéran après son retrait, qui avait suscité la colère des alliés européens des Etats-Unis.


  • Comment l’Iran est devenu l’ennemi du monde arabe - Antoine AJOURY - L’Orient-Le Jour
    https://www.lorientlejour.com/article/1154851/comment-liran-est-devenu-lennemi-du-monde-arabe.html

    Le quotidien francophone libanais célèbre le 40e anniversaire de la révolution iranienne en battant martialement le rappel contre l’Iran.

    Tel un habile joueur d’échecs, le régime des mollahs a su profiter d’une succession d’événements pour avancer patiemment ses pions afin d’imposer son hégémonie sur le Proche-Orient. L’Iran post-révolutionnaire s’est engouffré dans toutes les brèches des politiques régionales, face à des régimes arabes apathiques et au déclin du nationalisme arabe dans la région, soutenu par la hausse des prix du pétrole et profitant d’une politique américaine chaotique, notamment l’invasion de l’Irak en 2003 et la signature de l’accord nucléaire en 2015.

    Les Iraniens chiites ont surfé avec brio sur la surenchère religieuse pour s’imposer face aux Arabes, à majorité sunnites. En se positionnant en concurrents farouches pour défendre d’abord la cause palestinienne face à Israël, les Iraniens ont transformé et remodelé les combats anticolonialistes et anti-impérialistes en devenant les pionniers des actions terroristes et en radicalisant l’islamisme politique. Leurs politiques ont créé une exacerbation des tensions communautaires entre les deux branches de l’islam, entraînant une déstabilisation presque généralisée des pays du Proche-Orient.

    #iran #grand_jeu

    • Dont la seule illustration est une carte (signée AFP) entièrement basée sur « chiites/sunnites ». Je ne suis pas aller lire plus loin que l’extrait que tu cites, où je relève la saloperie habituelle :

      Les Iraniens chiites ont surfé avec brio sur la surenchère religieuse pour s’imposer face aux Arabes, à majorité sunnites.

      Typique des lubies suicidaires de l’OLJ, qui a pour vocation à suicider un pays comme le Liban, en liant arabité et sunnisme, les chiites étant eux persans (et les chrétiens…).


  • Human Rights Double Standard: Iranian Sanctions Impact the Most Vulnerable - JURIST - Commentary - Legal News & Commentary
    https://www.jurist.org/commentary/2019/01/human-rights-double-standard-iranian-sanctions-impact-the-most-vulnerable

    The sanctions thereby openly advocate for interference, which has been labeled the new imperialism. This belief is strengthened by the inability of the authorities to respect human rights as stated in the Iranian constitution (right to life, right to food, gender equality…) due to external obstruction. In such a context, human rights become a luxury, raising doubts about their universality. How can human rights be universal when they are used to coerce a country into forfeiting its sovereignty, thereby supporting a foreign power’s political agenda? It is a double standard practice the Iranian authorities have long complained about.

    Overall, the human rights’ violations of the Iranians living under sanctions illustrate why the United Nations Food Programme has called sanctions “brutal instruments.” It is the powerless and the voiceless citizens that are struck first in the name of human rights. Some scholars and practitioners argue that sanctions will bolster human rights, while the impact is clearly that of a violation of economic and social rights. This is not a schizophrenic attitude towards human rights if one considers the overall aim of the sanctions is to ensure a change of regime that would hopefully respect human rights. This, therefore, creates a double standard, where the United States and the European Union can use international human rights law to criticize the Islamic Republic while simultaneously breaching Iranian citizens’ rights. It begs the question of “which” human rights standards are applicable to Iranians? Should Iranians be punished for a system that exists above and beyond them?

    #sanctions #Iran


  • Hachemi détenue : Téhéran porte plainte
    https://www.presstv.com/DetailFr/2019/01/16/585965/Thran-porte-plainte-clarrestation-de-M-Hachemi

    Apparemment, il n’y a guère qu’un site iranien pour s’intéresser (en français) à l’arrestation de cette journaliste iranienne aux USA. 4 jours après les faits, RSF par exemple ne dit pas un mot sur cette affaire...

    Le ministère iranien des Affaires étrangères a condamné l’arrestation « illégale » et le traitement « inhumain » infligé à la présentatrice de la chaîne de télévision iranienne Press TV par des agents fédéraux aux États-Unis.

    Le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Bahram Qassemi, a condamné cette arrestation mercredi dans une interview accordée au journal de l’IRIB, quelques heures après l’annonce de l’arrestation de Marzieh Hachemi en Amérique.

    La police américaine a arrêté Mme Hachemi, journaliste et présentatrice de la chaîne d’information iranienne Press TV en anglais, sans fournir de motif spécifique.

    La journaliste d’origine américaine qui voyageait aux États-Unis pour rendre visite à son frère malade et à d’autres membres de sa famille, a été arrêtée dimanche 13 janvier à l’aéroport international de Saint-Louis Lambert avant d’être transférée par le FBI dans un centre de détention à Washington.

    Qassemi a déclaré que le traitement infligé à la journaliste d’origine américaine de la chaîne iranienne constitue "une violation flagrante des droits de l’homme et montre que le gouvernement américain ne respecte aucun des principes qu’il utilise lui-même pour s’en prendre aux pays qui s’opposent à lui ».

    « L’arrestation brutale de la journaliste et le comportement humiliant infligé par les agents du gouvernement américain à cette musulmane pratiquante sont un exemple évident du comportement adopté par un régime d’apartheid contre ses citoyens qui ne sont pas de « la race blanche » », a déclaré le diplomate iranien.

    Il a ajouté que la République islamique demandait que ses droits fondamentaux soient octroyés à Mme Hachemi et qu’elle soit libérée "immédiatement et sans condition".

    Réagissant à l’arrestation de Mme Hachemi, le chef de la diplomatie iranienne, Mohammad Javad Zarif l’a qualifiée d’une action politique inacceptable qui viole la liberté d’expression demandant aux Américains de « mettre immédiatement fin à ce jeu politique ».

    #iran #usa #répression #arbitraire

    • Hier, 17/01/2018, Radio-Canada :

      Une journaliste d’un média iranien arrêtée aux États-Unis | ICI.Radio-Canada.ca
      https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1147309/journaliste-iranienne-arretee--etats-unis-marzieh-hachemi

      Marzieh Hachemi, née aux États-Unis sous le nom de Melanie Franklin avant sa conversion à l’islam et son mariage avec un Iranien, a été arrêtée dimanche à l’aéroport de Saint-Louis (Missouri), selon des proches et amis de la journaliste cités par la télévision.

      M. Zarif a souligné que depuis son mariage avec un Iranien, Mme Hachemi est considérée comme une citoyenne iranienne. Or c’est « notre devoir de défendre nos citoyens », a-t-il ajouté.

      « Les Américains doivent immédiatement cesser ce jeu politique », a déclaré M. Zarif, demandant sa libération.

      « Comme vous le savez, dans le cadre de la lutte contre le terrorisme, les États-Unis peuvent arrêter quiconque et le détenir sans accusation pendant des semaines. Nous estimons qu’une action en justice ne serait pas efficace pour obtenir sa libération », a dit Payman Jabali, directeur de Press TV, à des journalistes à Téhéran.

      " Nous demandons aux États-Unis de préciser les charges qui pèsent contre elle. C’est un scandale pour cette soi-disant démocratie américaine. "
      Payman Jabali, directeur de Press TV

      M. Jabali a estimé que la journaliste pourrait avoir été visée pour des documentaires qu’elle a faits sur les activités américaines au Proche-Orient, sur l’islamophobie et d’autres sujets.

      Selon lui, elle a voyagé aux États-Unis pour rendre visite à « son frère malade et d’autres membres de sa famille ».

      Il a ajouté que tout ce qu’on lui avait donné à manger était du porc, interdit par l’islam.

      Le fils de la journaliste, Reza Hachemi, a été également interpellé aux États-Unis, mais a ensuite été libéré en attendant son procès, a ajouté le directeur de Press TV sans préciser l’âge du fils, s’il était avec sa mère au moment de l’arrestation ou les charges qui pèsent contre lui.

      Auparavant, Press TV a indiqué sur son site internet que les autorités américaines avaient « refusé jusqu’à présent de fournir le moindre motif à son arrestation ».



  • EXCLUSIVE : Pompeo announces international summit on Iran | Fox News
    https://www.foxnews.com/politics/exclusive-pompeo-announces-international-summit-on-iran

    Discussions avec le régime syrien pour l’avenir du pays contre lâchage de l’Iran (en prélude à une attaque) : la carotte et le bâton as usual.

    The United States will host an international summit next month to promote stability and freedom in the Middle East, focusing on Iran’s regional influence, said Secretary of State Mike Pompeo, in an exclusive Fox News interview, while traveling in the Middle East.

    "We’ll bring together dozens of countries from all around the world,” said Pompeo, announcing the February 13-14 event in Poland. “Countries will all come together to focus on Middle East stability and peace and freedom and security here in this region, and that includes an important element of making sure that Iran is not a destabilizing influence.”

    (...)

    The secretary is in the middle of a nine-country trip through the Middle East, as the Trump administration is confronted with questions over when and how it plans to remove American forces from Syria.

    Pompeo’s predecessor, Rex Tillerson, said in October 2017, that Syrian President Bashar al Assad had no role in Syria’s political future, but when asked whether that is still the U.S. position, Pompeo today said the Assad regime will be part of those conversations.

    “We want to make sure all the options are open as that political discourse begins,” he said. “We are very hopeful that we will get the bad actors in the region, the Russians and the Iranians, to come to the table, along with the regime and all the other stakeholders in there to come to the table and have conversations about what a post-civil-war political structure might look like in Syria.”

    #syrie #iran #grand_jeu


  • Iran says it will send 2 satellites to orbit amid US concern
    https://apnews.com/4f432f1f5c61456baf37de1fa784ab4b

    Iran’s president said Thursday the Islamic Republic soon will send two new satellites into orbit using Iran-made rockets, despite U.S. concern the launch could help further develop its ballistic missiles.

    President Hassan Rouhani’s comments, during a commemoration for the late President Akbar Hashemi Rafsanjani, confirmed the rocket launches would take place.

    Iran typically displays achievements in its space program in February, during the anniversary of the 1979 Islamic Revolution. This year will mark the 40th anniversary of the revolution, which saw the Persian monarchy of Shah Mohammad Reza Pahlavi replaced by the Islamic Republic overseen by a Shiite cleric.

    “Soon, in the coming weeks, we will send two satellites into space using our domestically-made rockets,” Rouhani said, without elaborating.

    Previously, Iran has sent several short-lived satellites into orbit over the past decade, and in 2013 launched a monkey into space. The U.S. and its allies worry the same satellite-launching technology could be used to develop long-range missiles.

    Raison de plus pour certains de penser qu’il est vraiment temps de s’occuper rapidement de ces enturbannés... #iran


  • Onze ans de prison en vue pour un ex-ministre israélien accusé d’espionnage pour l’Iran - L’Orient-Le Jour
    https://www.lorientlejour.com/article/1151660/onze-ans-de-prison-en-vue-pour-un-ex-ministre-israelien-accuse-despio

    Un ancien ministre israélien devrait aller pour plusieurs années en prison après avoir accepté, au terme d’un parcours personnel déconcertant, de plaider coupable d’espionnage au profit de l’Iran, bête noire de l’Etat hébreu.

    Gonen Segev, ministre de l’Energie et des Infrastructures entre 1995 et 1996, a accepté mercredi de plaider coupable d’espionnage au profit de l’Iran et devrait être condamné à 11 ans de prison ferme, a annoncé mercredi le ministère de la Justice dans un communiqué.

    Au terme d’un accord entre la défense et l’accusation, les chefs d’accusation d’"espionnage aggravé" et « transfert d’informations à l’ennemi » ont été retenus contre l’ancien ministre, et celui de « trahison », qui figurait dans l’acte d’accusation initial, abandonné. L’accord sera soumis pour approbation à un tribunal qui siégera le 11 février.

    Selon l’acte d’accusation, dont la partie non censurée avait été rendue publique lors de l’ouverture du procès de Gonen Segev en juillet, ce dernier est accusé d’avoir fourni à l’Iran entre 2012 et juin 2018, alors qu’il résidait au Nigeria, des informations sur la localisation de sites abritant des services de sécurité israéliens ainsi que des noms de responsables.

    #israël #iran


  • #Iran to send warships to the Atlantic, closer to U.S. waters | Reuters
    https://www.reuters.com/article/us-iran-usa-navy-idUSKCN1OY0SX

    The Iranian navy will send warships to deploy in the Atlantic from March, a top commander said on Friday, as the Islamic Republic seeks to increase the operating range of its naval forces to the backyard of the United States, its arch foe.

    Iran sees the presence of U.S. aircraft carriers in the Gulf as a security concern and its navy has sought to counter that by showing the flag near American waters.

    A flotilla will leave for the Atlantic early in the Iranian new year, starting from March, Iran’s naval deputy commander said.

    The Atlantic Ocean is far and the operation of the Iranian naval flotilla might take five months,” Rear-Admiral Touraj Hassani was quoted as saying by the state news agency IRNA.

    He said Sahand, a newly-built destroyer, would be one of the warships. Sahand has a flight deck for helicopters and Iran says it is equipped with anti-aircraft and anti-ship guns, surface-to-surface and surface-to-air missiles and has electronic warfare capabilities.

    Hassani said in December that Iran would soon send two to three vessels on a mission to #Venezuela.

    A senior Iranian military official said last month that the navy could sail in the Atlantic near U.S. waters since U.S. aircraft carriers were allowed to move around in international waters near Iran.

    Iran’s navy has extended its reach in recent years, launching vessels in the Indian Ocean and the Gulf of Aden to protect Iranian ships from Somali pirates.


  • Ancient civilization in #Iran recognized transgender people 3,000 years ago, study suggests Haaretz.Com
    http://www.haaretz.com/misc/article-print-page/.premium.MAGAZINE-ancient-civilization-in-iran-recognized-transgender-peopl

    The study rattles the assumptions archaeologists make about sex and gender in ancient civilizations, and also highlights that many non-western societies – past or present – have a non-binary view of gender.

    #histoire #genre

    • L’Iran contemporain « aurorise » des hommes à devenir des femmes pour des raisons homophobes. Le transgenrisme est parfaitement compatible avec les cultures ultra misogyne et très rétrogrades, ca n’est absolument pas un signe de progressisme. On retrouve ce type de coutume en Indes qui traite les femmes plus mal que les betes, mais l’article en parle comme si faire des eunuques pour que les hommes puissent les baisé sans se croire gay etait super progressiste et que Trump devait en tiré des leçons !

      Le sois disant 3eme sexe ( qui est en fait des hommes déguisé en femmes à 99% du temps) sert à normalisé la prostitution d’hommes pour des hommes et surtout des hommes jeunes, ca ressemble à des résidus de la pédérastie grec. Les Feminelli dont parle l’article est aussi dans ce contexte. Faire comme si c’était des progressistes alors que la transition (et mutilation sexuelle qui va avec) sont imposées aux gay sous la menace de peine de mort (c’est le cas pour l’Iran contemporain). Ce que l’article ne mentionne pas car il s’interesse pas à la réalité et instrumentalise les gay iraniens pour le lobby des autogynophiles occidentaux.

      Le texte mentionne qu’il y aurait 20% de femmes dans ces catégories de « trans » mais bien sur jamais un mot sur elles et vu les critères sexistes pour faire ces sois disants « 3eme sexe » n’importe quelle femme guerrière, ou femme armée sera traité de trans par ces idéologues.

      #misogynie #homophobie #prostitution #invisibilisation


  • Scoop: Netanyahu rejected Russian plan to work with U.S. on Syria, Iran
    Axios - 20 déc 2018
    https://www.axios.com/russia-proposal-syria-israel-iran-united-states-c6d0bde9-583a-4dab-8a38-b2a21

    More than three months ago, Russian President Vladimir Putin’s national security adviser Nikolai Patrushev gave his Israeli counterpart a document. It contained an unofficial proposal for a deal between the U.S. and Russia on Syria and Iran intended to start a wider dialogue between Washington and Moscow to improve relations, two Israeli officials with direct knowledge tell me.

    Why it matters: The Russian proposal would have tied a U.S. withdrawal from Syria to an Iranian exit from the country, and provided the U.S. and Israel more influence over a future political settlement in Syria. However, it also called for a freeze on U.S. sanctions on Iran — something Netanyahu found unacceptable. Ultimately, the U.S. gave up much of its leverage in Syria with President Trump’s surprise announcement Wednesday of a unilateral withdrawal.

    Background: Last month, I reported that Netanyahu told a closed door hearing at the Knesset that Russia proposed a deal for pushing Iranian forces out of Syria in return for relief from some U.S. sanctions against Iran. We now know that Netanyahu’s comments referred to a document called the “Patrushev Paper.”

    The Patrushev Paper was given to Israel in a meeting that took place in Moscow on Sept. 13 — four days before the downing of a Russian military plane in Syria that kicked off a deep crisis between Israel and Russia.
    The two Israeli officials told me Russia’s proposal was that Israel would act as a facilitator between the U.S. and Russia and encourage the White House to start a dialogue with the Kremlin on Syria and Iran as an opening for a wider bilateral discussion.
    “They asked us to open the gates for them in Washington,” one Israeli official told me. (...)

    #Israel #Russie #Syrie #USA #Iran


  • #Iran : néolibéralisme, organisation des travailleurs et mobilisation populaire
    https://www.cetri.be/Iran-neoliberalisme-organisation-4843

    Resté en marge des soulèvements de 2011, l’Iran a connu des mobilisations d’ampleur fin 2017, début 2018. Ce regain de conflictualité sociale s’explique notamment par l’essor de syndicats indépendants, qui renouent avec une riche tradition de contestation dans la société iranienne. Celle-ci est toutefois mise à mal par les luttes internes entre réformistes et conservateurs, ainsi que par la persistance d’un environnement international (...)

    #Analyses

    / #Analyses, Iran

    https://www.cetri.be/IMG/pdf/analyse_2018_-_iran_neoliberalisme_organisation_des_travailleurs_et_mobilisati


  • #Iran : néolibéralisme, organisation des travailleurs et mobilisation populaire
    https://www.cetri.be/Iran-neoliberalisme-organisation

    Resté en marge des soulèvements de 2011, l’Iran a connu des mobilisations d’ampleur fin 2017, début 2018. Ce regain de conflictualité sociale s’explique notamment par l’essor de syndicats indépendants, qui renouent avec une riche tradition de contestation dans la société iranienne. Celle-ci est toutefois mise à mal par les luttes internes entre réformistes et conservateurs, ainsi que par la persistance d’un environnement international (...)

    #Alternatives_Sud_-_extraits

    / Iran


  • i24NEWS - Netanyahou met en garde le Hezbollah lors de sa rencontre avec Pompeo à Bruxelles
    https://www.i24news.tv/fr/actu/international/190109-181203-reunion-d-urgence-netanyahou-pompeo-a-bruxelles-sur-la-situati

    Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou a rencontré lundi le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo lors d’un voyage éclair à Bruxelles pour discuter des efforts conjoints visant à freiner l’"agression iranienne" dans la région.

    M. Netanyahou - rejoint par le chef du Mossad Yossi Cohen et d’autres responsables israéliens - aurait déclaré à Mike Pompeo qu’Israël agirait pour empêcher le Hezbollah de construire des usines de missiles de précision au Liban, a rapporté lundi soir Channel 2.

    Dans Rai al-yom (https://www.raialyoum.com/index.php/%d9%86%d8%aa%d9%86%d9%8a%d8%a7%d9%87%d9%88-%d9%8a%d8%b7%d9%8a%d8%b1-%d9%8), ABA (Abdel-Bari Atouane) commente cette visite en rappelant des précédents qui ont conduit à des agressions militaires israéliennes. En l’occurrence, il s’agirait peut-être d’obtenir le soutien des USA et notamment le droit à engager les F35. En tout cas, une bonne manière pour Netanyahou de se sortir des risques d’une inculpation par la justice du pays quy’il dirige.

    #israël #hesbollah #iran