• Des militants catalans visés par un logiciel espion ultraperfectionné
    Damien Leloup, Le Monde, le 14 juillet 2020
    https://www.lemonde.fr/pixels/article/2020/07/14/des-militants-catalans-vises-par-un-logiciel-espion-ultraperfectionne_604613

    M. Torrent a été prévenu de la campagne l’ayant ciblé directement par WhatsApp. L’entreprise américaine a découvert à la mi-2019 l’existence d’une faille de sécurité dans son logiciel, qui était utilisée par l’entreprise israélienne NSO Group pour installer, à l’insu des utilisateurs, de puissants logiciels espions sur leurs téléphones. Cette faille est notamment suspectée d’avoir permis la mise sur écoute du téléphone du multimilliardaire Jeff Bezos ou du journaliste Jamal Khashoggi, assassiné dans le consulat d’Arabie saoudite à Istanbul en 2019.

    #Palestine #israel #NSO #Pegasus #surveillance #WhatsApp #Espagne #Catalogne #Députés #Militants #Espionnage #Illégal

  • Quatre questions sur le rôle de Ghislaine Maxwell dans l’affaire Epstein
    https://www.lemonde.fr/international/article/2020/07/14/quatre-questions-sur-le-role-de-ghislaine-maxwell-dans-l-affaire-epstein_604

    Bravo pour cet article qui arrive à ne pas mentionner une seule fois le mot « #Israël » à propos de cette affaire !

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Ghislaine_Maxwell
    Selon le New York Post, elle changerait régulièrement de pays, dont Israël, où des relations puissantes la protègent

  • EU pays for surveillance in Gulf of Tunis

    A new monitoring system for Tunisian coasts should counter irregular migration across the Mediterranean. The German Ministry of the Interior is also active in the country. A similar project in Libya has now been completed. Human rights organisations see it as an aid to „#pull_backs“ contrary to international law.

    In order to control and prevent migration, the European Union is supporting North African states in border surveillance. The central Mediterranean Sea off Malta and Italy, through which asylum seekers from Libya and Tunisia want to reach Europe, plays a special role. The EU conducts various operations in and off these countries, including the military mission „#Irini“ and the #Frontex mission „#Themis“. It is becoming increasingly rare for shipwrecked refugees to be rescued by EU Member States. Instead, they assist the coast guards in Libya and Tunisia to bring the people back. Human rights groups, rescue organisations and lawyers consider this assistance for „pull backs“ to be in violation of international law.

    With several measures, the EU and its member states want to improve the surveillance off North Africa. Together with Switzerland, the EU Commission has financed a two-part „#Integrated_Border_Management Project“ in Tunisia. It is part of the reform of the security sector which was begun a few years after the fall of former head of state Ben Ali in 2011. With one pillar of this this programme, the EU wants to „prevent criminal networks from operating“ and enable the authorities in the Gulf of Tunis to „save lives at sea“.

    System for military and border police

    The new installation is entitled „#Integrated_System_for_Maritime_Surveillance“ (#ISMariS) and, according to the Commission (https://www.europarl.europa.eu/doceo/document/E-9-2020-000891-ASW_EN.html), is intended to bring together as much information as possible from all authorities involved in maritime and coastal security tasks. These include the Ministry of Defence with the Navy, the Coast Guard under the Ministry of the Interior, the National Guard, and IT management and telecommunications authorities. The money comes from the #EU_Emergency_Trust_Fund_for_Africa, which was established at the Valletta Migration Summit in 2015. „ISMariS“ is implemented by the Italian Ministry of the Interior and follows on from an earlier Italian initiative. The EU is financing similar projects with „#EU4BorderSecurity“ not only in Tunisia but also for other Mediterranean countries.

    An institute based in Vienna is responsible for border control projects in Tunisia. Although this #International_Centre_for_Migration_Policy_Development (ICMPD) was founded in 1993 by Austria and Switzerland, it is not a governmental organisation. The German Foreign Office has also supported projects in Tunisia within the framework of the #ICMPD, including the establishment of border stations and the training of border guards. Last month German finally joined the Institute itself (https://www.andrej-hunko.de/start/download/dokumente/1493-deutscher-beitritt-zum-international-centre-for-migration-policy-development/file). For an annual contribution of 210,000 euro, the Ministry of the Interior not only obtains decision-making privileges for organizing ICMPD projects, but also gives German police authorities the right to evaluate any of the Institute’s analyses for their own purposes.

    It is possible that in the future bilateral German projects for monitoring Tunisian maritime borders will also be carried out via the ICMPD. Last year, the German government supplied the local coast guard with equipment for a boat workshop. In the fourth quarter of 2019 alone (http://dipbt.bundestag.de/doc/btd/19/194/1919467.pdf), the Federal Police carried out 14 trainings for the national guard, border police and coast guard, including instruction in operating „control boats“. Tunisia previously received patrol boats from Italy and the USA (https://migration-control.info/en/wiki/tunisia).

    Vessel tracking and coastal surveillance

    It is unclear which company produced and installed the „ISMariS“ surveillance system for Tunisia on behalf of the ICPMD. Similar facilities for tracking and displaying ship movements (#Vessel_Tracking_System) are marketed by all major European defence companies, including #Airbus, #Leonardo in Italy, #Thales in France and #Indra in Spain. However, Italian project management will probably prefer local companies such as Leonardo. The company and its spin-off #e-GEOS have a broad portfolio of maritime surveillance systems (https://www.leonardocompany.com/en/sea/maritime-domain-awareness/coastal-surveillance-systems).

    It is also possible to integrate satellite reconnaissance, but for this the governments must conclude further contracts with the companies. However, „ISMariS“ will not only be installed as a Vessel Tracking System, it should also enable monitoring of the entire coast. Manufacturers promote such #Coastal_Surveillance_Systems as a technology against irregular migration, piracy, terrorism and smuggling. The government in Tunisia has defined „priority coastal areas“ for this purpose, which will be integrated into the maritime surveillance framework.

    Maritime „#Big_Data

    „ISMariS“ is intended to be compatible with the components already in place at the Tunisian authorities, including coastguard command and control systems, #radar, position transponders and receivers, night vision equipment and thermal and optical sensors. Part of the project is a three-year maintenance contract with the company installing the „ISMariS“.

    Perhaps the most important component of „ISMariS“ for the EU is a communication system, which is also included. It is designed to improve „operational cooperation“ between the Tunisian Coast Guard and Navy with Italy and other EU Member States. The project description mentions Frontex and EUROSUR, the pan-European surveillance system of the EU Border Agency, as possible participants. Frontex already monitors the coastal regions off Libya and Tunisia (https://insitu.copernicus.eu/FactSheets/CSS_Border_Surveillance) using #satellites (https://www.europarl.europa.eu/doceo/document/E-8-2018-003212-ASW_EN.html) and an aerial service (https://digit.site36.net/2020/06/26/frontex-air-service-reconnaissance-for-the-so-called-libyan-coast-guar).

    #EUROSUR is now also being upgraded, Frontex is spending 2.6 million Euro (https://ted.europa.eu/udl?uri=TED:NOTICE:109760-2020:TEXT:EN:HTML) on a new application based on artificial intelligence. It is to process so-called „Big Data“, including not only ship movements but also data from ship and port registers, information on ship owners and shipping companies, a multi-year record of previous routes of large ships and other maritime information from public sources on the Internet. The contract is initially concluded for one year and can be extended up to three times.

    Cooperation with Libya

    To connect North African coastguards to EU systems, the EU Commission had started the „#Seahorse_Mediterranean“ project two years after the fall of North African despots. To combat irregular migration, from 2013 onwards Spain, Italy and Malta have trained a total of 141 members of the Libyan coast guard for sea rescue. In this way, „Seahorse Mediterranean“ has complemented similar training measures that Frontex is conducting for the Coastal Police within the framework of the EU mission #EUBAM_Libya and the military mission #EUNAVFOR_MED for the Coast Guard of the Tripolis government.

    The budget for „#Seahorse_Mediterranean“ is indicated by the Commission as 5.5 million Euro (https://www.europarl.europa.eu/doceo/document/E-9-2020-000892-ASW_EN.html), the project was completed in January 2019. According to the German Foreign Office (http://dipbt.bundestag.de/doc/btd/19/196/1919625.pdf), Libya has signed a partnership declaration for participation in a future common communication platform for surveillance of the Mediterranean. Tunisia, Algeria and Egypt are also to be persuaded to participate. So far, however, the governments have preferred unilateral EU support for equipping and training their coastguards and navies, without having to make commitments in projects like „Seahorse“, such as stopping migration and smuggling on the high seas.

    https://digit.site36.net/2020/06/28/eu-pays-for-surveillance-in-gulf-of-tunis

    #Golfe_de_Tunis #surveillance #Méditerranée #asile #migrations #réfugiés #militarisation_des_frontières #surveillance_des_frontières #Tunisie #externalisation #complexe_militaro-industriel #Algérie #Egypte #Suisse #EU #UE #Union_européenne #Trust_Fund #Emergency_Trust_Fund_for_Africa #Allemagne #Italie #gardes-côtes #gardes-côtes_tunisiens #intelligence_artificielle #IA #données #Espagne #Malte #business

    ping @reka @isskein @_kg_ @rhoumour @karine4

    –—

    Ajouté à cette métaliste sur l’externalisation des frontières :
    https://seenthis.net/messages/731749#message765330

    Et celle-ci sur le lien entre développement et contrôles frontaliers :
    https://seenthis.net/messages/733358#message768701

  • Victoire à Roybon !
    Enfin Pierre part en Vacances

    Coordination NINA

    https://lavoiedujaguar.net/Victoire-a-Roybon-Enfin-Pierre-part-en-Vacances

    Communiqué de la Coordination « Center Parcs : ni ici ni ailleurs » à propos de l’abandon du projet de Center Parcs à Roybon (Isère)

    Ça y est, Pierre & Vacances a jeté l’éponge ! Mais l’histoire ne s’arrête pas là : que vont-ils faire du terrain maintenant ? Que deviennent leurs autres projets en France et ailleurs ?

    La compagnie Pierre & Vacances a abandonné son projet de complexe touristique Center Parcs à Roybon. À la bonne heure ! C’est une victoire de taille dans la lutte contre la destruction de notre monde et du vivant qui l’habite ; une victoire qui en appelle d’autres. Déjà parce que Pierre & Vacances a d’autres projets du même acabit en France et ailleurs, et ensuite parce que la cohorte de ceux qui considèrent le monde comme un ensemble de ressources à exploiter, au mépris de la vie, ne se limite pas à Pierre & Vacances et à leurs soutiens.

    Le développement économique a un coût qu’il s’agit de ne plus nier. Nous n’avons pas été dupes des arguments économiques trop souvent rabâchés en faveur du projet de Center Parcs, qui visaient à en camoufler le coût environnemental et social. Concernant la promesse d’emplois, par exemple, il a fallu rappeler constamment la précarité des conditions de travail proposées par Pierre & Vacances, ou encore la mobilisation des finances publiques nécessaires à la création de ces infrastructures et des emplois qui vont avec. (...)

    #Center_Parcs #Roybon #Isère #ZAD #victoire #tourisme_industriel #forêts #résistance

  • مَنْ اخترق هاتف الوزير الإسرائيليّ؟ توتّرٌ حادٌّ بين نتنياهو وأجهزة المُخابرات أيضًا بسبب اختراق إيران لهاتف غانتس والأخير ما زال منفعلاً ومرتكبًا من الـ"فضيحة" - رأي اليوم
    https://www.raialyoum.com/index.php/%d9%85%d9%8e%d9%86%d9%92-%d8%a7%d8%ae%d8%aa%d8%b1%d9%82-%d9%87%d8%a7%d8%a

    Une vieille affaire(), celle du piratage iranien du téléphone de Gantz, ressurgit...

    () dans les commentaires de ce post :https://seenthis.net/messages/768955
    But the Gantz phone-hacking story, which leaked to the media last Thursday evening, has proven a damp squib. There is no credible evidence, except for the word of a panicking prime minister, that whoever hacked his phone, even assuming it was the Iranians, have anything to blackmail Gantz with. So the next best thing is to get a friend with 59 million followers on Twitter to create a distraction. Conveniently, this happened just before the agenda-setting primetime news shows on Israeli television.

    #israël #iran

    • La suite...
      http://spanish.almanar.com.lb/442345

      El diario Haaretz informa que “presuntos hackers iraníes se habrían infiltrado en el ordenador portátil del ministro de la Guerra israelí, Benny Gantz, y habrían accedido a información clasificada. El propio Benny Gantz unas horas después del incendio de un edificio en el complejo nuclear iraní de Natanz, se negó categóricamente a reivindicar una posible participación israelí e incluso hizo una declaración que cuestionaba cualquier supuesta capacidad israelí para llegar a sitios sensibles en Irán. “No coloquéis todo lo que sucede en Irán en las espaldas de Israel”, afirmó.

      Ahora, sin embargo, parece haberse producido el efecto contrario. Parece haber una mención a una “huella iraní” en este miedo mezclado con ansiedad del ministro Gantz, quien ahora sospecha que su ordenador, e incluso los del servicio de seguridad interna Shabak han sido infiltrado por “espías iraníes”.

      En su edición del 10 de julio, Haaretz se hace eco de la desconfianza cada vez más abierta que el caso de “piratería” de datos clasificados de la computadora portátil del ministro de la Guerra ha creado dentro del aparato político y militar de la entidad sionista: el número de ejercicios militares por venir, su ubicación, su naturaleza, las armas que se utilizarán, los proyectos de “defensa” que se implementarán en el frente norte y el frente sur… todo eso ha salido para siempre del portátil de Gantz curiosamente conectado al cuartel general del ejército sionista.

  • Anthropologie de la décadence aux marges de l’hellénisme :
    une biographie intellectuelle et politique d’Elias Petropoulos

    Christos Panagiotopoulos

    https://lavoiedujaguar.net/Anthropologie-de-la-decadence-aux-marges-de-l-hellenisme-une-biograp

    Elias Petropoulos, le plus anthropologue des non-anthropologues grecs, est un moraliste de la Grèce contemporaine, un ethnographe rude, au regard sincère, au discours incisif. Grâce à sa distance avec le monde académique, permise par son indépendance, Elias a brossé un portrait décapant et original de la Grèce contemporaine. Fort de son amour de la pègre, l’inclassable Elias s’est battu contre l’histoire stérilisante d’un nationalisme qui avait commodément infiltré l’université, en particulier la laographie grecque . Des recueils laographiques des objets quotidiens de la Grèce de la seconde moitié du XXe siècle aux essais critiques, en passant par les dictionnaires des idiomes populaires et des enquêtes sur des facettes oubliées de l’histoire de l’hellénisme contemporain, son œuvre et sa documentation gigantesque pourraient le qualifier comme un éminent ethnologue, anthropologue, historien, ou laographe. Pourtant, il ne se reconnaît sous aucune de ces dénominations : « J’aimerais qu’on se rappelle de moi comme d’un écrivain insolite et bosseur. » Auteur d’un des plus vastes corpus anthropologiques sur la Grèce contemporaine, Elias ne s’est pourtant jamais autoproclamé anthropologue, ni n’a jamais été professionnellement admis dans les cercles académiques de la laographie. (...)

    #Grèce #Elias_Petropoulos #anthropologie #laographie #prison #dictature #rebetiko #Tsitsanis #bas-fonds #homosexualité #haschich #exil #Paris #libertaire #athée #Islam #érotisme

  • Fears over Israel’s Covid-19 surveillance law - Asia Times
    https://asiatimes.com/2020/07/fears-over-israels-covid-19-surveillance-law

    This penchant for technology alongside the Israeli obsession with security has also led to the development of high-tech methods to bolster the occupation in the West Bank.Israeli security services have often used tracking software to spy on Palestinians, often using compromising data on sexual or financial improprieties to pressure them into working as assets for Israel.Tracking the routes of infection is no doubt a useful measure in virus containment. But surveillance implications will remain well after the virus is eradicated.As a general rule, once a government is granted the authority to track large numbers of citizens through their cellphones, an important precedent is set. In this case, citizens who are not suspected of committing any crimes and have not given their consent.

    #Covid-19#migrant#migration#israel#sante#surveillanceepidemiologique#tracking#droit#politique#palestinien

  • L’obsession du mur

    https://www.peterlang.com/view/title/67389

    A l’image du mur de Trump ou du renforcement des frontières européennes, de plus en plus d’États militarisent leurs frontières au moyen de murs à l’efficacité discutable. Pour expliquer cette obsession globale, il est utile de revenir sur les controverses qui banalisent ces outils militaires à partir de deux matrices de la sécurité frontalière contemporaine, à savoir la «  barrière de sécurité  » israélienne en Cisjordanie et la «  barrière frontalière  » états-unienne à la frontière mexicaine. Les murs s’inscrivent dans un spectacle politique, destiné aux citoyens emmurés, et joué par des acteurs conservateurs, sécuritaires et xénophobes. Ces acteurs problématisent les mobilités, développent une expertise sécuritaire, et attaquent l’État pour mieux le forcer à agir. Fondé sur deux enquêtes en immersion auprès d’eux, ce livre entend dépasser la thèse des murs comme signe du déclin de la souveraineté étatique dans le monde globalisé pour mieux souligner comment la répétition de ces spectacles renforce le militarisme des sociétés au détriment d’autres approches humanitaires, juridiques ou économiques des mobilités.

    #murs #frontières #israël #mexique #états-unis

  • Israel annexation plan: Jordan’s existential threat | Middle East Eye

    https://www.middleeasteye.net/opinion/israel-annexation-why-jordan-problem-too

    http://www.middleeasteye.net/sites/default/files/images-story/king+abdullah%20ii%202020%20%28Yousef%20Allan%3AJordanian%20Royal%20P

    More than any other Arab state, Jordan’s past, present and future are inextricably linked to the question of Palestine. Jordan’s emergence is an outcome of British imperialism, which imposed the infamous Balfour Declaration and the Zionist settler-colonial project on the indigenous population of Palestine and the region.

    Settler-colonialism is the essence of the question of Palestine. All else is derivative. Jordan emerged out of this historical reality, and therefore, its present and future will always be subject to it.

    #israël #palestine #jordanie #annexion

  • L’ombre d’Israël derrière l’explosion d’un site nucléaire en Iran
    Un mystérieux incident a endommagé un centre abritant des centrifugeuses modernes, ralentissant le programme iranien. L’État hébreu est pointé du doigt.
    Par Armin Arefi - Modifié le 06/07/2020 à 16:55 - Publié le 06/07/2020 à 16:41 | Le Point.fr

    https://www.lepoint.fr/monde/l-ombre-d-israel-derriere-l-explosion-d-un-site-nucleaire-en-iran-06-07-2020

    C’était au départ un incident présenté comme mineur. L’Iran avait annoncé, jeudi matin, qu’un « entrepôt sans matériel nucléaire » de sa centrale de Natanz, principal site d’enrichissement d’uranium du pays (tenu secret jusqu’en 2002, NDLR), avait été victime d’un « accident » sans gravité. Celui-ci, qui n’avait provoqué que des dégâts financiers et matériels, mais aucune pollution, et n’avait pas fait de victime, n’avait pas perturbé les activités de l’usine, avait souligné Behrouz Kamalvandi, le porte-parole de l’Organisation iranienne de l’énergie atomique (OIEA).

    Our friends at @planetlabs got a nice shot showing the damage at the centrifuge assembly workshop at Natanz in Iran. As I like to say : "Yeah, that’s gonna leave a mark." pic.twitter.com/4BwMY37bxS
    — Jeffrey Lewis (@ArmsControlWonk) July 3, 2020

    Pourtant, les images de la télévision iranienne, ne faisant état que de dommages légers devant un bâtiment en briques endommagé, ont rapidement été démenties par des clichés satellites diffusés par les chaînes d’opposition à l’étranger. On y aperçoit un hangar totalement éventré par les flammes. « Il apparaît que c’est une explosion massive, et non un incendie, qui a touché ce bâtiment récent destiné à l’assemblage et aux tests des centrifugeuses de nouvelle génération », explique au Point Fabian Hinz, chercheur associé au James Martin Center for Nonproliferation Studies, basé à Monterey, aux États-Unis.

    Centrifugeuses modernes
    Ces photos ont alimenté les soupçons de la population iranienne, alors qu’une vague sans précédent d’explosions spectaculaires frappe les quatre coins du pays depuis dix jours (un réservoir de gaz industriel au nord de Téhéran le 25 juin, une centrale électrique à Chiraz le 26, une clinique de la capitale le 30 juin, et une autre centrale électrique à Ahvaz le 4 juillet, NDLR). Et soixante-douze heures après l’accident, l’ampleur de la catastrophe a finalement été admise par les autorités. Behrouz Kamalvandi, le porte-parole de l’OIEA (l’agence internationale de l’énergie atomique), a annoncé dimanche que l’incident survenu dans la centrale nucléaire de Natanz avait fait des « dégâts importants » et « pourrait ralentir » la production par l’Iran de centrifugeuses avancées. En vertu de l’accord sur le nucléaire iranien (JCPOA) signé en 2015 entre l’Iran et les grandes puissances (États-Unis, Chine, Russie, France, Royaume-Uni et Allemagne), la République islamique s’était engagée à n’utiliser qu’un nombre limité de centrifugeuses dites de « première génération ».

    Mais depuis le retrait unilatéral des États-Unis du texte en mai 2018 et le rétablissement de sanctions américaines sans précédent contre Téhéran (alors que l’Iran respectait bien ses engagements selon les rapports de l’Agence internationale de l’énergie atomique, NDLR), la République islamique s’est affranchie d’une série de mesures prohibées telles que la production d’uranium enrichi et les activités de recherche et de développement, dont fait partie la mise au point de centrifugeuses modernes. Dans son dernier rapport publié le 5 juin, le gendarme international du nucléaire estime que le stock iranien d’uranium enrichi dépasse de presque huit fois la limite autorisée par l’accord. L’Iran assure qu’il ne souhaite pas acquérir la bombe atomique et souligne que toutes ses récentes décisions sont réversibles et ne visent qu’à accroître la pression sur les autres signataires du JCPOA afin d’alléger le poids des sanctions américaines qui étouffent son économie.

    Piste accidentelle écartée
    « Toutes les actions de l’Iran sont réversibles sauf le savoir-faire acquis en recherche et développement, qui ne se perd jamais, ce qui inquiète l’Occident », souligne le chercheur Fabian Hinz. « Ainsi, la destruction de ce bâtiment permet d’empêcher l’assemblage et le test de centrifugeuses modernes, et donc de freiner le programme de recherche et de développement iranien sans pour autant entraîner une escalade significative avec l’Iran ».

    Jeudi, quelques heures avant l’annonce par les autorités iraniennes de l’incident, la BBC en langue persane affirme avoir reçu un communiqué de revendication émanant des « Guépards de la patrie », un groupe se disant formé de « dissidents au sein de l’appareil sécuritaire iranien ». Mais, à Téhéran, les doutes ont rapidement porté sur les « ennemis » historiques de l’Iran : les États-Unis et Israël. Dans un éditorial au ton inhabituel publié le jour même, l’agence de presse officielle Irna a fait savoir que la « stratégie » de la République islamique consistant à « empêcher toute escalade » serait « fondamentalement revue » si « des pays hostiles, en particulier le régime sioniste et les États-Unis [franchissaient] les lignes rouges fixées par l’Iran ». Et le lendemain, la piste d’un accident semble avoir été définitivement écartée, lorsque le Conseil suprême de la sécurité nationale, le plus haut organe décisionnel du pays, a indiqué avoir établi avec précision les causes de l’incident sans pouvoir les divulguer pour l’instant « pour certaines raisons de sécurité ».

    Guerre secrète
    Tout le week-end, les regards se sont portés sur Israël. Régulièrement menacé de destruction par les responsables iraniens, l’État hébreu, qui demeure l’un des plus grands pourfendeurs du JCPOA, a toujours fait savoir qu’il n’hésiterait pas à se faire justice lui-même si la communauté internationale échouait à empêcher l’Iran d’acquérir la bombe atomique. Déjà, en 2007, le Mossad et la CIA avaient développé Stuxnet, un ver informatique introduit dans l’usine iranienne de Natanz par un agent iranien travaillant pour les Pays-Bas. Révélée en 2010, l’attaque informatique a endommagé près d’un millier de centrifugeuses et retardé le programme nucléaire iranien d’une vingtaine de mois.

    L’hypothèse d’un sabotage d’origine israélienne est d’autant plus plausible qu’Israël et l’Iran se livrent depuis plusieurs mois une véritable guerre secrète. Échaudée par les frappes israéliennes continues depuis 2013 contre des positions iraniennes en Syrie, qui ont fait des dizaines de morts dans ses rangs, la République islamique serait derrière la cyberattaque qui a frappé le réseau hydraulique israélien les 24 et 25 avril derniers. En représailles, l’État hébreu aurait paralysé le 9 mai le terminal portuaire de Shahid Rajaee, dans le sud de l’Iran, à l’aide là aussi d’une attaque informatique.

    Ambiguïté israélienne
    Interrogé ce week-end sur une possible implication israélienne, Benny Gantz, le nouveau ministre israélien de la Défense, a fourni une réponse pour le moins alambiquée. « Tous les incidents qui arrivent en Iran n’ont pas nécessairement quelque chose à voir avec nous », a-t-il déclaré à la radio de l’armée israélienne. « Il est préférable de ne pas mentionner nos actions en Iran », a renchéri Gabi Ashkenazi, ministre israélien des Affaires étrangères, lors d’une conférence organisée par les quotidiens Maariv et le Jerusalem Post. « Officiellement, la stratégie de l’ambiguïté est de rigueur en Israël, avec pour but de ne pas encourir de représailles de la part des ennemis ou de pressions politiques », explique au Point Ely Karmon, chercheur en problématique stratégique et en contre-terrorisme au centre interdisciplinaire de Herzliya.

    Mais pourquoi frapper maintenant ? « Il existe chez les Israéliens une inquiétude grandissante quant à l’avancement des activités iraniennes d’enrichissement d’uranium, comme relevé dans le dernier rapport de l’Agence internationale de l’énergie atomique », ajoute le spécialiste. « Si c’est bien Israël qui est derrière l’attaque, cela pourrait également s’expliquer par le fait que Donald Trump vit peut-être ses derniers mois à la Maison-Blanche et que la présence d’un président américain très favorable à Israël est importante en cas de riposte iranienne. »

    Ce lundi, le New York Times a levé une partie du voile entourant l’affaire en écrivant qu’Israël était bel et bien derrière l’explosion de Natanz. Citant un responsable moyen-oriental du renseignement, le quotidien américain a indiqué qu’une puissante bombe avait été utilisée, un détail confirmé au journal par un gardien de la Révolution iranien, membre de l’armée idéologique de la République islamique. « Si Israël est vraiment derrière cette explosion, alors il ne s’agit plus d’une guerre froide, mais d’une véritable déclaration de guerre à l’Iran, dans un contexte où il a déjà assassiné des scientifiques iraniens à Téhéran, des combattants iraniens en Syrie et a mené des cyberattaques contre la République islamique », estime Hamzeh Safavi, professeur de sciences politiques et membre du conseil scientifique de l’université de Téhéran. « Si Israël en est responsable, cette attaque appelle une réponse ferme, proportionnelle et légitime de l’Iran face à cette violation de sa souveraineté nationale, pour le dissuader d’agir à nouveau de la sorte dans le futur. »

    En 2010, les dommages infligés par le virus Stuxnet dans la centrale Natanz avaient décidé la République islamique à investir massivement dans le secteur de la cyberguerre. Pour viser à son tour, quelques années plus tard, Israël et les États-Unis.

    #IsraelIran

  • « N’oublions jamais que l’Amazonie est une source inépuisable de savoirs médicaux »
    https://www.lemonde.fr/idees/article/2020/07/06/n-oublions-jamais-que-l-amazonie-est-une-source-inepuisable-de-savoirs-medic

    Une fois de plus, les peuples autochtones de l’Amazonie brésilienne payent les frais d’épidémies venant de l’extérieur de leur monde. Dans le passé, les grippes, rougeoles, tuberculoses ou malarias importées ont exterminé des ethnies entières. Aujourd’hui des villages indigènes à plus de 1 000 km de Manaus sont victimes du coronavirus. Pour l’instant, seulement dans l’Alto Solimões chez les Kokama et Tikuna, ethnies avec qui j’ai travaillé, les morts se comptent par dizaines et ailleurs la situation est parfois pire. Les données concernant les contaminations et les décès dans ces peuples si dispersés étant très difficiles à évaluer, nous attendons souvent d’être informés par ceux qui arrivent dans les villes avec des malades et parfois des morts à bord de leur pirogue, après quatre ou cinq jours de voyage. Il est impossible de nier la situation sanitaire alarmante au Brésil.(...) les pandémies toujours désastreuses pour eux, les indigènes d’Amazonie ont aussi à se confronter à un problème existentiel, à savoir : comment préserver leur vie traditionnelle face à une pression permanente de la civilisation dominante ? On aime souvent décrire ces peuples premiers comme les « gardiens de la biodiversité » et les « docteurs de la Nature ».
    (...) les peuples amazoniens ont besoin de l’aide d’urgence pour éviter que la Covid-19 ne provoque pas un vrai génocide. Mais au regard des autres menaces qu’ils affrontent, il est urgent qu’ils trouvent une voie pouvant assurer leur survie à long terme. L’isolement éternel n’est pas une option car l’envahissement par le monde extérieur ne s’arrêtera pas.

    #Covid-19#migrant#migration#bresil#amazonie#sante#peupleautochtone#isolement#circulation

  • En RDC, le jeu trouble du milliardaire israélien Dan Gertler face aux sanctions américaines
    Selon Global Witness et la Plateforme de protection des lanceurs d’alerte en Afrique, l’homme d’affaires a réorganisé son empire pour continuer d’opérer dans le pays.

    Par Joan Tilouine Publié le 02 juillet 2020
    https://www.lemonde.fr/afrique/article/2020/07/02/en-rdc-le-jeu-trouble-du-milliardaire-israelien-dan-gertler-face-aux-sanctio

    En deux décennies, l’homme d’affaires israélien Dan Gertler est devenu milliardaire en République démocratique du Congo (RDC), sa « deuxième maison » comme il dit. Dans cet immense pays d’Afrique centrale, il a connu les guerres et s’est lié d’amitié avec Joseph Kabila, l’ancien chef de l’Etat (2001-2019) – une proximité utile pour ses acquisitions minières et pétrolières. Le successeur et allié de M. Kabila, Félix Tshisekedi, à peine proclamé vainqueur de l’élection présidentielle en janvier 2019, a rencontré Dan Gertler et s’interdit de le critiquer en public.

    Pourtant, avec ses circuits financiers offshore tortueux, le tycoon israélien – qualifié de « pilleur » des richesses extractives congolaises par des ONG locales et occidentales – aurait fait perdre plus de 1 milliard de dollars de revenus à l’Etat, dans un pays qui compte parmi les plus pauvres de la planète. Sa fortune (1,2 milliard de dollars en 2020, selon le magazine Forbes), il l’a amassée « grâce à des opérations minières et pétrolières opaques et corrompues portant sur des centaines de millions de dollars en RDC », selon le département du trésor des Etats-Unis, qui a décrété des sanctions économiques en décembre 2017 contre l’homme d’affaires, lequel conteste cette accusation. Six mois plus tard, quatorze de ses sociétés et véhicules financiers offshore ont été visés à leur tour par les autorités américaines. Il lui est désormais interdit de manipuler des dollars, la devise des affaires en RDC.

    “““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““
    RDC : un rapport révèle comment Dan Gertler a essayé d’échapper aux sanctions
    Publié le : 02/07/2020
    http://www.rfi.fr/fr/afrique/20200702-rdc-enquete-glencore-rapport-gertler-echapper-sanctions

    C’est une nouvelle enquête sur le milliardaire israélien Dan Gertler. Depuis décembre 2017, il est sous sanctions des États-Unis, accusé par le Trésor américain d’avoir servi d’intermédiaire dans la vente d’actifs miniers en RDC et ce qui aurait coûté au pays près d’un milliard et demi de dollars entre 2010 et 2012. Le nouveau rapport de Global Witness et PLAAFF, la plateforme de lanceurs d’alerte d’Afrique, explique comment Dan Gertler a essayé d’échapper à ces sanctions.

    Le rapport s’intitule « Des sanctions, mines de rien » et explique comment Dan Gertler a créé, à partir octobre 2017, quelques semaines avant l’annonce officielle des sanctions qui le frappent, une nouvelle holding Gerco SAS et une dizaine de sociétés.

    Différents prête-noms les chapeautent, sa femme, des membres de sa famille, des amis. Ces sociétés lui ont permis de continuer de faire des affaires en RDC. Elles ont encore obtenu des permis miniers à bas prix juste avant le départ du pouvoir de Joseph Kabila. L’une de ces sociétés a même signé un contrat avec la Gécamines, la société d’État. (...)

  • « Jihad », de Gilles Kepel
    https://collectiflieuxcommuns.fr/?989-Jihad-de-Gilles-Kepel

    Compte-rendu de Daniel Saint-James, récemment décédé, sans doute écrit après 2011. Ce livre de Kepel a été publié en 2000 chez Gallimard dans la collection Folio. Kepel passe pour un spécialiste chevronné du monde musulman. Il est vrai que, de lignée arménienne, il parle semble-t-il pas mal de langues des peuples convertis à cette religion, ce qui lui donne une certaine supériorité sur nombre de ceux qui écrivent sur cette question. Son point de vue s’inscrit dans une certaine mouvance de la sociologie (...) #Saint-James_Daniel

    / #Saint-James_Daniel, #Histoire, #Géopolitique, #Relativisme, #Islamogauchisme, #Guerre, #Immigration, #Totalitarisme, (...)

    #Compte-rendu

  • La politique nazie et l’islam
    https://laviedesidees.fr/La-politique-nazie-et-l-islam.html

    À propos de : David Motadel, Les musulmans et la machine de guerre nazie, La Découverte. Quelles furent les relations entre l’Allemagne nazie et le monde musulman ? Comment concilier la politique d’alliance et la doctrine raciale ? David Motadel comble un manque important dans l’historiographie, à la conquête des retournements pragmatiques du troisième Reich.

    #islam #Histoire #guerre_mondiale #nazisme
    https://laviedesidees.fr/IMG/pdf/20200706_nazis_musulmans.pdf
    https://laviedesidees.fr/IMG/docx/20200706_nazis_musulmans.docx

  • « Jihad », de Gilles Kepel
    https://collectiflieuxcommuns.fr/?989-Djihad-de-Gilles-Kepel

    Compte-rendu de Daniel Saint-James, récemment décédé, sans doute écrit après 2011. Ce livre de Kepel a été publié en 2000 chez Gallimard dans la collection Folio. Kepel passe pour un spécialiste chevronné du monde musulman. Il est vrai que, de lignée arménienne, il parle semble-t-il pas mal de langues des peuples convertis à cette religion, ce qui lui donne une certaine supériorité sur nombre de ceux qui écrivent sur cette question. Son point de vue s’inscrit dans une certaine mouvance de la sociologie (...) #Saint-James_Daniel

    / #Saint-James_Daniel, #Histoire, #Géopolitique, #Relativisme, #Islamogauchisme, #Guerre, #Immigration, #Totalitarisme, (...)

    #Compte-rendu

  • L’anti-impérialisme en France aujourd’hui :
    La gogôche « radicale » aux abonnés absents Jean-Pierre Garnier
    http://www.librairie-tropiques.fr/2020/07/la-gogoche-radicale-aux-abonnes-absents.html

    Il fut un temps où nos intellos «  degauche  », soit l’élite de la petite bourgeoisie intellectuelle — alias la « classe moyenne éduquée » — soutenaient sans faillir, ne serait-ce que verbalement, les luttes de libération menées par les peuples contre le colonialisme et l’impérialisme qui les opprimaient. Or, ce n’est plus le cas aujourd’hui. Depuis la fin du siècle dernier, la majorité d’entre eux font écho, quand ils ne se taisent pas, à la propagande « occidentale » contre les « régimes » décrétés incompatibles avec le respect de la démocratie et des droits de l’homme. Comme par hasard, tous ceux qui font obstacle à l’hégémonie d’une bourgeoisie devenue transnationale.

    Cela a commencé avec le démembrement programmé de la Yougoslavie où des « penseurs critiques » parmi les plus en vue dans le landerneau universitaire où ils achevaient de rompre avec le gauchisme qu’ils avaient professé naguère, discernaient en Slobodan Milosevic le « Hitler des Balkans ». Cela continua avec les interventions militaires successives, directes ou par djihadistes interposés, pour « reconfigurer le Moyen Orient », menées par la coalition États-Unis-Grande-Bretagne-France, avec l’aide des pétromonarchies vassalisées de la région. Les bombardements et massacres en tout genre de populations civiles auxquels ont donné lieu ces opérations menées sous la bannière du « devoir d’ingérence » n’ont pas suscité d’indignation et encore moins de mobilisations parmi nos diplômés ès causes humanitaires. Et que dire de la contre offensive étasunienne visant des gouvernements « démocratiquement élus » au Brésil, en Équateur, en Bolivie ou au Venezuela qui tentaient d’améliorer vaille que vaille le sort des classes populaires en desserrant l’étreinte du voisin du nord qui fait depuis des lustres de l’Amérique latine son « arrière-cour » ? A t-on vu nos vaillants marxistes de la chaire et autres rebelles de confort s’élever contre les manœuvres, les chantages, les blocus et tentatives de renversement voire d’assassinat opérés pour se débarrasser de ces gêneurs qu’étaient Lula da Silva, Rafael Correa, Evo Morales ou, aujourd’hui encore, Nicolás Maduro ?

    Tous ces sachants s’étaient voulus « Charlie » en 2015 à la suite des attentats terroristes contre le journal du même nom, défilant sagement au sein une énorme manifestation sponsorisée par un État qui, avec d’autres au même moment, apportait son appui aux djihadistes qui mettaient la Syrie à feu et à sang, pour en finir avec un « régime » dont le dirigeant «  ne méritait d’être sur terre  », selon Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères du gouvernement sociétal-libéral cornaqué par François Hollande, et qui trouvait de ce fait que Al Nosra faisait « du bon boulot » . Et voilà maintenant que le régime sioniste peut poursuivre ses exactions sans que les autres États du monde ne prennent la moindre mesure pour en bloquer le cours, avec le silence de ces porte-voix de la France « degôche », qui vaut approbation tacite. L’annexion de la Palestine passera simplement d’une situation de fait à une normalisation qui permettra au système d’apartheid israélien d’étendre encore ses frontières et réduire l’archipel palestinien déjà ghettoïsé à la portion congrue. Après quelques semaines de turbulences, les choses rentreront dans l’indifférence habituelle puis l’oubli, la période estivale tombant à point nommé. Nos petits bourgeois titrés seront alors sur les plages ou dans leurs résidences secondaires, attendant la rentrée pour déverser à nouveau leur logorrhée érudite sur les « nouveaux possibles ouverts à l’émancipation » par la coalition rosâtre-verdâtre sortie victorieuse des municipales, annonciatrice de « Lundis matins »[1] qui chanteront au rythme de la préparation de la présidentielle de 2022. Dans quel type de combat vont-ils donc s’engager d’ici là, mis à part la signature d’« appels » aussi grandiloquents que dérisoires pour que le « jour d’après » non plus la pandémie, mais la prochaine échéance électorale, ne ressemble pas à ceux qui ont précédé ?

    On en aura déjà une petite idée à la lecture d’une tribune collective — une de plus ! — d’intello hexagonaux de haut rang, incendiaire voire menaçante, publiée dans L’ImMonde , sitôt connue la victoire du Rassemblement national aux municipale à Perpignan. Cette tribune n’a rien à voir a priori, et a posteriori non plus, avec le contexte géopolitique actuel marqué plus que jamais par les initiatives mortifères de l’impérialisme hors de l’hexagone et, en particulier au Moyen Orient, avec le concours actif, dans ce dernier cas, de l’État sioniste. Mais c’est précisément ce contraste entre, d’une part, la non intervention, si l’on peut dire, persistante des membres de notre caste d’humanistes mondains, dans les affaires du monde, et, d’autre part, le raffut auquel un échantillon représentatif de ses membres a cru bon de se livrer à propos d’une affaire interne ne concernant que les Français — et encore seulement une infime minorité d’entre eux — qui est en lui-même significatif.

    À peine le nouveau maire de Perpignan, Louis Aliot, élu, une quarantaine d’intellectuels de haute volée labélisés « degôche » — encore que nombre d’entre eux eussent voté Macron à la présidentielle de 2017 pour, comme de coutume, « faire barrage à… » — se sont précipités pour fustiger par avance sa mainmise sur un centre d’art au nom emblématique pour les gens dotés d’une culture progressiste conséquente : Walter Benjamin. La célérité extrême de leur réaction collective — l’article, en date du mercredi 1er juillet et paru à la mi-journée du jour précédent, a été sans doute rédigé dès le lendemain des élections voire peut-être avant —, laisse soupçonner que ses rédacteurs avaient anticipé l’arrivée au pouvoir municipal de l’ex-compagnon de Marine Le Pen. Quoiqu’il en soit, par la violence même de leurs propos, ils laissaient clairement entendre qu’un sacrilège serait en voie d’être commis, et que laisser la nouvelle municipalité gérer cet équipement culturel reviendrait à profaner la mémoire de Walter Benjamin et, au-delà, de toutes les victimes du fascisme. Indignés, les signataires ont en effet découvert, « non sans frémir » [sic], au fil du programme de Louis Aliot, son intention de dédier ce lieu actuellement fermé à « la création et au devoir de mémoire » . Comble d’impudence de la part d’un leader d’extrême droite : il n’aurait pas hésité à évoquer, comme thèmes d’exposition et de conférence, « outre la mémoire juive, les Gitans et l’histoire tragique la Retirada espagnole » des Républicains vaincus par le franquisme. Une double phrase tirée des écrits de Walter Benjamin sert d’intitulé à la tribune et en résume la problématique : « Si l’ennemi triomphe, même les morts ne seront pas en sûreté. Et cet ennemi n’a pas fini de triompher. »

    Bref, nous voilà une fois de plus replongés dans « les heures les plus sombres de notre histoire » !

    Il s’ensuit que l’urgence serait une fois de plus à la « résistance » . Le « No pasarán ! » reprend évidemment du service, et nos insurrectionnels de papier d’appeler à « arracher le nom de Walter Benjamin — pour le mettre en sûreté — des mains de l’extrême droite et de ceux qui réécrivent l’histoire à l’encre des oppresseurs d’hier ». Menaçants, ils promettent même de s’opposer « fermement, et par tous les moyens disponibles » à ce qu’ils considèrent comme une forfaiture : associer le nom d’un intellectuel apatride, pourchassé, exilé, sans argent, drogué et incompris qu’ils se sont choisi comme figure emblématique de la dissidence dont ils se revendiquent, à la réouverture d’un centre d’Art sous la mandature d’un maire appartenant au R.N. « Louis Aliot sera-t-il obligé de débaptiser le centre d’art Walter Benjamin ? » , s’interrogeait peu après un plumitif du journal local, L’Indépendant ? Peu importe, même si ce changement de nom, aussi bien intentionné soit-il, risquerait d’aggraver le cas le Louis Aliot aux yeux de certains de ces furieux qui y verraient une seconde mort, symbolique cette fois-ci, infligée à celui qui se l’était lui-même donnée une première fois non loin de Perpignan, à Port Bou. Car, ce qui est idéologiquement significatif avec cette mobilisation post mortem de quelques notabilités de la pensée critique[2], est qu’un Georges Ibrahim Abdallah, un Marwan Bargouthi ou encore un Julian Assange, emprisonnés jusqu’à ce que mort s’ensuive pour avoir lutté contre l’iniquité de régimes pseudo-démocratiques, n’aient pas bénéficié de pareille attention de la part de nos clercs.

    Que ceux-ci ne se soient pas dressés sans attendre pour exiger leur libération immédiate, alors que ces véritables « combattant de la liberté » sont encore vivants. Il est vrai que, à la différence de Walter Benjamin, ces prisonniers politiques n’ont pas laissé d’œuvres littéraires se prêtant à d’innombrables gloses savantes et donnant lieu à de multiples colloques ou séminaires. Mais la malchance de ces militants engagés en actes et pas seulement en paroles est surtout, semble t-il, de l’avoir fait au mauvais endroit, c’est-à-dire dans le camp du Mal, et au mauvais moment, soit dans une période, historique aux deux sans du terme, où notre intelligentsia a rallié, ouvertement ou non, le camp du Bien tel que le définit l’Occident.

    Le syntagme « intellectuel de gauche » serait-il, dès lors, en passe de devenir une contradiction entre les termes ? C’est du moins la question que l’on s’autorise à poser quand on confronte les prises de positions, toutes tendances idéologiques confondues, qu’adoptent publiquement des individus qui se posent en réfractaires vis-à-vis de la société capitaliste qu’ils dénigrent, à la position objective qu’ils occupent en son sein. Tout se passe, en effet, comme s’ils aimeraient garder (ou acquérir, pour les nouveaux venus) les avantages symboliques que procure la posture critique tout en conservant le train et le mode de vie confortables attachés au statut d’intellectuel professionnel.
     
    Jean-Pierre Garnier.

    [1] Lundi matin : site internet qui sert de bible aux anarchoïdes.
    [2] Mentionner leurs noms serait leur faire une publicité supplémentaire. Les médias mainstream y pourvoient déjà.

    go#Gôche #classe_moyenne #CSP+ #bourgeoisie #bourgeoisie_transnationale #Yougoslavie #Moyen_Orient #devoir_d’ingérence #Brésil #Équateur #Bolivie #Venezuela #Lula_da_Silva #Rafael_Correa #Evo_Morales #Nicolás_Maduro #sociétal-libéral #charlie #Syrie #laurent_fabius #degôche #Palestine #ImMonde #tribune #Perpignan #Louis_Aliot #Walter_Benjamin #Perpignan #Georges_Ibrahim_Abdallah #Marwan_Bargouthi #Julian_Assange #intellectuel_de_gauche

    • Vers un boom immobilier « post-annexion » dans des colonies israéliennes du nord de la Cisjordanie
      https://www.rtbf.be/info/monde/detail_vers-un-boom-immobilier-post-annexion-dans-des-colonies-israeliennes-du-

      Dans la colonie israélienne d’Ariel, Perri Ben Senior n’attend qu’une chose : qu’Israël annexe cette partie du nord de la Cisjordanie occupée, avec pour conséquence espérée une hausse des prix de la pierre, ce qui serait une aubaine pour son agence immobilière.

      Ariel, ses 20.500 habitants, son université et ses centres commerciaux ont été mentionnés ces dernières semaines comme pouvant faire partie d’un premier round d’annexion de l’ensemble des colonies israéliennes et de pans de la Cisjordanie par l’Etat hébreu dans le cadre d’un plan proposé par l’administration américaine.

      Cela fera grimper les prix
      Selon certains observateurs, le gouvernement, qui peut en principe se prononcer depuis mercredi sur ce projet, pourrait chercher à temporiser ou commencer par annexer certaines grandes colonies, comme Ariel.

      Dans son agence immobilière, Perri Ben Senior espère que le Premier ministre, Benjamin Netanyahu, aille de l’avant avec le plan américain. « Cela fera grimper les prix des appartements et des terrains car il y aura plus de demandes », prédit-elle.

      Hausse de la demande

      Ailleurs en Cisjordanie, d’autres agents ont déjà constaté un changement depuis que le sujet de l’annexion monopolise les débats, à peine éclipsé ces derniers mois par la pandémie de nouveau coronavirus.

      Daniel Wach, dont l’agence est située dans la colonie d’Eli, à quelques kilomètres d’Ariel, dit avoir réalisé autant de transactions depuis mai que « ces dernières années ».

      « Ces 10 derniers jours, nous avons vendu six logements dans la colonie d’Alfei Menashe », raconte-t-il à l’AFP. « Ces maisons étaient sur le marché depuis des mois, j’ai donc demandé à nos clients pourquoi ils s’étaient soudainement décidés à acheter. Ils m’ont répondu que c’était par crainte d’une hausse des prix en cas d’annexion », ajoute-t-il.

      « Un endroit normal »
      Si Israël annexe des parties de la Cisjordanie, territoire palestinien qu’il occupe depuis 1967 —, les colons seront considérés par l’Etat hébreu comme des Israéliens à part entière et seront soumis à la loi civile israélienne et non plus militaire comme c’est le cas actuellement.

      « La Judée-Samarie (nom que les autorités israéliennes donnent à la Cisjordanie, NDLR) va devenir un endroit normal », se réjouit M. Wach.

      Et nombreux sont ceux qui estiment qu’Israël, une fois ces terres annexées, ne pourra plus les transférer aux Palestiniens en cas de création d’un Etat à eux, comme prévu par les accords d’Oslo signés en 1993.

      Prix plus accessibles
      Aujourd’hui, « les gens ont peur d’acheter dans les Territoires (palestiniens) parce qu’ils se disent : ’Et si demain on rend les Territoires (aux Palestiniens), qui va nous rembourser ? Qu’est-ce qui va advenir de cette maison que j’ai achetée ?’  », explique Perri Ben Senior.

      Depuis les accords d’Oslo, la population des colonies israéliennes, illégales selon le droit international, a plus que triplé pour dépasser aujourd’hui les 450.000 personnes.

      Outre les colons qui habitent en Cisjordanie pour des raisons idéologiques et religieuses, de nombreux Israéliens ont été attirés par les prix de l’immobilier, beaucoup plus bas qu’en Israël où ils ont flambé ces dernières années.

      Opportunité
      A 12 km d’Alfei Menashe, de l’autre côté de la « Ligne verte » qui sépare d’Israël la Cisjordanie, se trouve la ville de Kfar Saba, où il faut débourser environ 4,5 millions de shekels (1,1 million d’euros) pour une maison de sept pièces sur un terrain de 200 m2, explique M. Wach.

      A Alfei Menashe, un bien similaire coûte environ 2,2 millions de shekels (566.000 euros), soit moitié moins cher.

      « Immédiatement après l’annexion, les prix de l’immobilier bondiront de 10 à 15% dans les colonies. Et dans cinq à sept ans, ils auront augmenté de 30%, pas moins », assure M. Wach.

      Zeev Epstein, promoteur qui a enregistré un nombre record de ventes le mois dernier, partage le même optimisme.

      Le marché va devenir encore plus important
      La décision d’annexer « fera une grande différence », dit celui dont l’entreprise Harei Zahav ("Montagnes dorées" en hébreu) travaille exclusivement dans les implantations israéliennes.

      « Le marché va devenir encore plus important, il faut qu’on se prépare à travailler dur pour saisir cette opportunité », dit-il à l’AFP.

      En attendant que le gouvernement décide ou non d’aller de l’avant vers une annexion, M. Wach s’y voit déjà : « Quand Israël décidera que cet endroit est à nous, la réaction générale sera : ’ah ! Enfin !’ »

      #immobilier #logement #spéculation #annexion #colonies #Palestine #économie #urbanisme #spéculation #finance #politique #israël  #israel #bds #palestine_assassinée #occupation #colonisation #cisjordanie

  • Coronavirus à #Ischgl : 40% des habitants de la station de ski [sont porteurs d’anticorps].
    https://www.altitude.news/business/2020/07/04/coronavirus-ischgl-nombreux-habitants-malades-immunite

    En début d’année, la station autrichienne d’Ischgl avait fait la une de l’actualité. En pleine crise du #coronavirus, elle avait été un cluster important, contaminant plusieurs visiteurs qui, rentrés chez eux, avaient répandu la maladie. [..,]

    Les chercheurs de l’Université de médecine d’Innsbruck viennent de réaliser des tests sérologiques sur quelques 1.473 habitants de la station. Le résultat montre que 42,4% d’entre eux sont porteurs d’#anticorps. Preuve tangible d’une forme d’exposition massive de ces habitants à la maladie. La plupart n’ont pourtant pas été considérés comme malades du #covid-19 (en anglais). 85% de ses porteurs d’anticorps ont donc au la surprise d’apprendre qu’ils avaient été malades sans le savoir.

    #asymptomatiques #immunité #sars-cov2 #sérologie #séroprévalence

    Almost half in virus-hit Austria ski resort have antibodies: study
    https://medicalxpress.com/news/2020-06-virus-hit-austria-resort-antibodies.html

    Among those under 18 years old, just 27 percent had antibodies, which could be because they had less contact to infected people or because their immune system reacts differently to the virus, according to epidemiologist Peter Willeit.

    Article d’origine:
    Ischgl-Studie: 42,4 Prozent sind Antikörper-positiv
    https://www.i-med.ac.at/pr/presse/2020/40.html

  • Aucun drone israélien ne vole pour Frontex après un crash
    Matthias Monroy, le 26 juin 2020
    https://agencemediapalestine.fr/blog/2020/07/02/aucun-drone-israelien-ne-vole-pour-frontex-apres-un-crash

    Selon la Commission, c’était un « atterrissage difficile » alors que les détecteurs du drone venaient d’afficher des « informations inattendues ». L’aéronef s’est alors écarté de la piste, ce qui, comme l’ont rapporté les médias grecs, a conduit à des dommages considérables. La Commission confirme que le fuselage, les ailes et les détecteurs ont bien été endommagés, mais qu’il n’y a eu « ni victime ni dégâts sur la piste ». Le Hermes 900 était apparemment dirigé par des pilotes du constructeur Elbit.

    Mais, mauvaises nouvelles :

    Avant la fin de cette année, Frontex veut déployer ses propres drones en Méditerranée et ainsi se rendre indépendante de l’EMSA. Leur endurance devra être d’au moins 20 heures, les vols devront avoir lieu dans tous les espaces aériens, dans toutes les conditions météorologiques, et de jour comme de nuit. L’Agence des frontières évalue actuellement des propositions faites dans le cadre d’appels d’offres européens, le contrat devrait être attribué prochainement. Probablement qu’Elbit s’est porté candidat pour le contrat, l’un de ses concurrents les plus sérieux étant probablement Israel Aerospace Industries avec son Heron 1, qui viendrait lui aussi d’Israël.

    #drones #Frontex #Europe #israel #collaboration #guerre #migrants #complicité #Elbit #embargo #boycott

  • Surveillance of minority Muslims in southern Thailand is powered by Chinese-style tech
    https://www.codastory.com/authoritarian-tech/surveillance-muslims-thailand

    Mandatory biometric registration has left many Malay Muslims distrustful of the state and concerned about how new technologies will impact their lives When Arief’s cell phone service was cut off, it came as no surprise. He had refused to visit the local branch of his mobile provider and give his fingerprints and a facial scan, in order to register his SIM card. He did so as a matter of principle, to show his opposition to what many believe to be increasing intrusions into the lives of Malay (...)

    #algorithme #CCTV #SIM #biométrie #génétique #racisme #données #facial #FAI #reconnaissance #vidéo-surveillance #BigData #empreintes #Islam #profiling #surveillance #discrimination #HumanRightsWatch #Mengvii (...)

    ##Face++

  • All eyes on the West Bank as Israel makes fateful decision in its modern history

    ‘I BELIEVE that this would be a historic mistake.” So wrote former Israeli Foreign minister Tzipi Livni last week in an opinion piece in the Washington Post. She was of course talking about the prospective moves by the current Israeli government to begin unilaterally annexing territories in the West Bank, moves that could begin as early as this Wednesday.

    Livni’s misgivings would appear to be shared by many. In a joint letter published last Wednesday, 1080 parliamentarians from 25 European countries expressed their “serious concern” about the plan. More than 240 of the signatories are legislators in Britain, according to the BBC, who on its website said the Israeli embassy in London had declined to comment.

    “We are deeply worried about the precedent this would set for international relations at large,” the letter stated, adding that “acquisition of territory by force has no place in 2020”, while warning of the “commensurate consequences” such a move could spark.

    The letter, part of a wider global expression of concern, was initiated by four other prominent Israeli figures, including Avraham Burg, a former speaker of the Knesset, and Michael Ben-Yair, a former attorney general of Israel.

    Adding to the international appeal for Israel to think again about the plans, the United Nations secretary general, Antonio Guterres reiterated the UN’s own message “that annexation would be not only against international law but it would be a major factor to destabilise the region”.

    Speaking ahead of a high-level UN security council meeting on Wednesday on the Middle East, Guterres said annexation “would undermine what I believe is necessary, which is a two-state solution in which Israelis and the Palestinians can live together in peace, respect each other, and guarantee each other’s security”.

    “I hope that this voice of reason that is not only mine, it is echoing across the world, will be heard by the Israeli authorities and that annexation does not take place on July 1,” the secretary general added.

    For their part, Palestinian officials have threatened to abolish bilateral agreements with Israel if Prime Minister Benjamin Netanyahu goes ahead with the annexation.

    Senior Palestinian Authority (PA) official Hussein al-Sheikh told The New York Times that the PA was “not a charity” and would not stand idly by while Israel undermined its authority in the West Bank.

    His comments chimed with those of PA leader President Mahmoud Abbas, who in a speech before the Arab Parliament, the legislative body of the Arab League, said that if Israel went forward it would be forced to carry “the responsibilities of an occupier on the civilian population”.

    “Such an illegitimate measure will oblige Israel to assume the responsibilities of occupying power in accordance with the Fourth Geneva Convention,” said Abbas.

    The wording of the convention that Abbas referenced is very clear, stating its objective to protect any person “who, at a given moment and in any manner whatsoever, finds themselves, in case of a conflict or occupation, in the hands of a party to the conflict or occupying power of which they are not nationals”.

    In this case that occupying power would of course be Israel. Other Palestinian officials were quick also to stress how the annexation moves could cause an uptick in violence.

    Nabil Abu Rudeineh, an aide to President Abbas, warned of the dangers of retaliation for such a move, saying “there will be no security and stability without giving the Palestinian people their rights”.

    Perhaps more predictably, the armed wing of the Gaza Strip’s ruling Hamas group said annexation would be considered “a declaration of war on our people”.

    “We will make the enemy bite at its fingers with regret for this decision,” a Hamas spokesman said in a video message.

    It was following a power-sharing deal that led to the formation of the current Israeli government last month that allowed annexation to be put to a vote from July 1.

    In seeking to extend Israeli sovereignty over parts of the West Bank containing Jewish settlements, Netanyahu earlierwon the backing of US President Donald Trump’s administration in January.

    Trump’s version of his so-called Peace to Prosperity plan, allows Israel to keep up to 30% of the West Bank, including the Jordan Valley, as well as all existing Jewish settlements, which most of the world considers illegal.

    Flying in the face of previous US foreign policy, Trump has also slashed aid to Palestinians, severed diplomatic ties and declared all of the city of Jerusalem Israel’s capital, despite Palestinian claims over part of the city.

    Netanyahu’s annexation plans have also been given added urgency because of the impending US presidential election in November. Trump’s potential departure from the White House could scupper what Netanyahu and his supporters see as a “historic opportunity” to extend Israeli sovereignty over the West Bank, even if widely deplored as a violation of an international treaty forbidding annexation of occupied land.

    With the clock ticking down to a US election, Netanyahu might be encouraged to move quickly this week given that Trump is the only US president to have endorsed annexation and there are no guarantees Joe Biden would do the same were he to replace the incumbent US leader in November’s presidential ballot.

    Today more than 400,000 Jewish settlers live inside the West Bank, while another 230,000 others live in East Jerusalem. Alongside them are some three million Palestinians who see the West Bank as the heart of their future state.

    Israel has already annexed East Jerusalem and the Golan Heights, two other territories captured in 1967.

    Last month Jordan’s King Abdullah warned that if Israel annexed parts of the West Bank it would lead to a major clash with the kingdom.

    Along with Egypt, Jordan is the only Arab nation to have signed a peace treaty with Israel. But opinion polls in the kingdom have consistently shown that Jordanians overwhelmingly oppose the 1994 treaty that was signed one year after the Oslo peace accords between Israel and the Palestinians.

    Jordan would be “forced to review all aspects of our relations with Israel”, Prime Minister Omar al-Razzaz told French news agency AFP recently. The report also cited ordinary Jordanians as saying that Israel’s proposed move poses an “existential threat” for a country where more than half of the 10 million population are of Palestinian origin.

    As tension with Jordan grows, Israeli media reported that Yossi Cohen, chief of Israel’s external security service Mossad, visited Jordan and met with King Abdullah.

    For some time there have been suggestions that there are those within the Israeli political and military hierarchy who have been uneasy about taking unilateral steps on annexation that could influence the future of ties with Amman.

    Reports suggest that Cohen was apparently sent to Jordan directly by Netanyahu (below) and while few details have emerged, the aim of the visit, say some observers, was likely an attempt to reassure the Jordanian monarch.

    Such uneasiness is not confined to Israel’s neighbours, with reports in The Times of Israel that the country’s own security chiefs appear to be at loggerheads over the potential fallout from the annexation moves.

    According to Israel’s Channel 12 news last Thursday and cited by The Times of Israel, the heads of the Israel Defence Forces (IDF), Shin Bet (internal security) and Mossad (external intelligence) took part in a meeting of the high-level security cabinet last week during which ministers had distinctly differing views on the possible ramifications of West Bank annexation.

    Quoting unnamed ministers present at the meeting, the network said IDF chief of staff Aviv Kochavi and military intelligence commander Tamir Hayman warned annexation could spark violent unrest in the West Bank, including shooting attacks on Israeli civilians and soldiers.

    THE military chiefs and their Mossad counterparts were also said to be “at odds” on whether the move will be met with significant Palestinian violence or not. Yossi Cohen was said to be dismissive of IDF concerns and predictions of a violent response by Palestinians.

    “I don’t accept the claim that annexation will necessary lead to violent responses,” Cohen was quoted as saying in the meeting.

    According to Channel 12, two ministers were also reported as admitting that they had not seen such a sharp disagreement between the security services for some time.

    “There seems to be no homogeneity in thinking, intelligence or insights,”

    Channel 12 cited them as saying.

    Some observers suggest that such differences of opinion at both a military and diplomatic level appear to be compounded by the continuing uncertainty over precisely what Netanyahu’s next move might entail next week or beyond.

    For the Israeli leader, a clear green light from Washington is a prerequisite for the start of any annexation process and the signs are that the White House remains cautious. “There is as yet no final decision on the next steps for implementing the Trump plan,” one of the US officials told Reuters news agency on Thursday, referring to the president’s Israeli-Palestinian blueprint that could provide a basis for Netanyahu’s next move.

    Among the main options under US consideration is a gradual process in which Israel would initially declare sovereignty over several settlements close to Jerusalem instead of the 30% of the West Bank envisaged in Netanyahu’s original plan, a source close to the matter is said to have told Reuters.

    The uncertainty has left many senior Israeli diplomats in something of a quandary.

    A few days ago Bloomberg international news agency, citing an Israeli foreign ministry official who asked for anonymity in discussing internal affairs, described how it had “put the nation’s representatives in the uncomfortable position of having to fend off allies peppering them with requests for information”.

    A ministry spokeswoman declined to comment on the remarks, the Bloomberg agency also confirmed.

    As this weekend’s edition of The Economist observed, for the moment July 1 is less a deadline than a starting point over annexation.

    The Israeli leader continues to play his cards close to his chest. The magazine also reported that on June 3 Israeli security officials held a war game manoeuvres in preparation for possible violence, but remained unclear about their own government’s intentions.

    “Annexation? What annexation?” the magazine quoted an Israeli diplomat as asking.

    Even with just days to go, Netanyahu’s government still hasn’t spelled out in public or apparently in private what it intends to do.

    On the one hand Netanyahu could decide to annex large swathes of territory or annex nothing at all. Then again, as many observers now believe, he will most likely do something in between.

    “We’re sort of haphazardly leaping into this,” said Chuck Freilich, a former deputy national security adviser and member of the Commanders for Israel’s Security group, which opposes the move.

    “This isn’t the way you go about one of the most important and consequential decisions in Israel’s history,” Freilich told Bloomberg in an interview, as the clock continues to tick down towards July 1.

    There remains, of course, the unlikely possibility that Netanyahu might reconsider his annexation plans.

    This would not only go down badly with his supporters but also do little to change the reality on the ground for Israelis and Palestinians alike, say Middle East watchers.

    Be it European parliamentarians, diplomats, those Democrats in America who oppose annexation or ordinary Israelis and Palestinian alike, there is much apprehension over how events will unfold in the coming days and weeks.

    “Israel is about to make one of the most fateful decisions in its modern history – a decision that will have a profound impact on its future as a Jewish democratic state and on the prospect for peace,” observed Livni in her Washington Post opinion piece last week, underlining the seriousness of what is at stake.

    Palestinians likewise are under no illusions over what it means for their community. All eyes are on what Benjamin Netanyahu does or doesn’t do next.

    https://www.thenational.scot/news/18547371.eyes-west-bank-israel-makes-fateful-decision-modern-history/?ref=twtrec
    #Cisjordanie #Israël #Palestine #annexion

    ping @reka @nepthys

  • The Walkman, Forty Years On | The New Yorker
    https://www.newyorker.com/culture/cultural-comment/the-walkman-forty-years-on

    Even prior to extended quarantines, lockdowns, and self-isolation, it was hard to imagine life without the electronic escapes of noise-cancelling earbuds, smartphones, and tablets. Today, it seems impossible. Of course, there was most certainly a before and after, a point around which the cultural gravity of our plugged-in-yet-tuned-out modern lives shifted. Its name is Walkman, and it was invented, in Japan, in 1979. After the Walkman arrived on American shores, in June of 1980, under the temporary name of Soundabout, our days would never be the same.

    Up to this point, music was primarily a shared experience: families huddling around furniture-sized Philcos; teens blasting tunes from automobiles or sock-hopping to transistor radios; the bar-room juke; break-dancers popping and locking to the sonic backdrop of a boom box. After the Walkman, music could be silence to all but the listener, cocooned within a personal soundscape, which spooled on analog cassette tape. The effect was shocking even to its creators. “Everyone knows what headphones sound like today,” the late Sony designer Yasuo Kuroki wrote in a Japanese-language memoir, from 1990. “But at the time, you couldn’t even imagine it, and then suddenly Beethoven’s Fifth is hammering between your ears.”

    Sony’s chairman at the time, the genial Akio Morita, was so unsure of the device’s prospects that he ordered a manufacturing run of only thirty thousand, a drop in the bucket compared to such established lines as Trinitron televisions. Initially, he seemed right to be cautious. The Walkman débuted in Japan to near silence. But word quickly spread among the youth of Tokyo about a strange new device that let you carry a soundtrack out of your bedroom, onto commuter trains, and into city streets. Within a year and a half of the appearance of the Walkman, Sony would produce and sell two million of them.

    for the Walkman’s growing numbers of users, isolation was the whole point. “With the advent of the Sony Walkman came the end of meeting people,” Susan Blond, a vice-president at CBS Records, told the Washington Post in 1981. “It’s like a drug: You put the Walkman on and you blot out the rest of the world.” It didn’t take long for academics to coin a term for the phenomenon. The musicologist Shuhei Hosokawa called it “the Walkman effect.”

    There had been popular electronic gadgets before, such as the pocket-sized transistor radios of the fifties, sixties, and seventies. But the Walkman was in another league. Until this point, earphones had been associated with hearing impairment, geeky technicians manning sonar stations, or basement-dwelling hi-fi fanatics. Somehow, a Japanese company had made the high-tech headgear cool.

    “Steve’s point of reference was Sony at the time,” his successor at Apple, John Sculley, recalled. “He really wanted to be Sony. He didn’t want to be IBM. He didn’t want to be Microsoft. He wanted to be Sony.”

    Jobs would get his wish with the début of the iPod, in 2001. It wasn’t the first digital-music player—a South Korean firm had introduced one back in 1998. (That Sony failed to exploit the niche, in spite of having created listening-on-the-go and even owning its own record label, was a testament to how Morita’s unexpected retirement after a stroke, in 1993, hobbled the corporation.) But Apple’s was the most stylish to date, bereft of the complicated and button-festooned interfaces of its competitors, finished in sleek pearlescent plastic and with a satisfying heft that hinted at powerful technologies churning inside. Apple also introduced a tantalizing new method of serving up music: the shuffle, which let listeners remix entire musical libraries into never-ending audio backdrops for their lives. Once again, city streets were the proving ground for this evolution of portable listening technology. “I was on Madison [Ave],” Jobs told Newsweek, in 2004, “and it was, like, on every block, there was someone with white headphones, and I thought, ‘Oh, my God, it’s starting to happen.’ ”

    #Walkman #Sony #Steve_Jobs #Musique #Isolement

  • Health minister: Israel now facing 2nd wave of coronavirus pandemic - Israel Hayom

    At the weekly cabinet meeting, Prime Minister Benjamin Netanyahu instructed ministers to shorten to 48 hours the time required to trace and quarantine those who have been in contact with known carriers, and to reduce the time taken from the time a COVID-19 test is requested until the results are delivered to 12 hours, according to a statement by the Prime Minister’s Office.

    At the meeting, ministers also discussed the possibility of 30% of public-sector work being shifted to employees’ homes. The discussion on increasing restrictions on the public gatherings was set to continue on Monday, according to the statement.

    As of Sunday morning, the country’s COVID-19 death toll stood at 318, according to the Health Ministry, while more than 17,000 have recovered out of a total of 23,421 cases since the beginning of the pandemic. There are 212 coronavirus patients hospitalized across the country, with 45 in serious condition.

    #Covid-19#Israel#Chiffre_officiel#Seconde_vague#Pandémie#Santé#confinement#migrant#migration

    https://www.israelhayom.com/2020/06/29/health-minister-israel-now-facing-second-wave-of-coronavirus-pandemic