• Il faut des actes forts pour arrêter les agressions israéliennes contre le peuple palestinien (+ autres textes)Il faut des actes forts
    Répression des Palestiniens de Jérusalem-Est : la Belgique doit agir ! :
    Protéger les Palestiniens de Jérusalem, la France doit agir :
    Soulayma Mardam Bey : Cheikh Jarrah ou l’histoire d’une interminable dépossession :
    Haggai Mattar : « Israël choisit la violence » :
    https://entreleslignesentrelesmots.blog/2021/05/12/il-faut-des-actes-forts-pour-arreter-les-agressions-isr

    #israël #palestine

  • England’s travel green list sends Madeira flight bookings soaring | Coronavirus | The Guardian
    http://www.theguardian.com/world/2021/may/10/england-travel-green-list-sends-madeira-holiday-flight-bookings-soaring
    https://i.guim.co.uk/img/media/8bf7ec2f420f7feb6da36f30aad165cdf576afaa/0_168_6000_3600/master/6000.jpg?width=1200&height=630&quality=85&auto=format&fit=crop&overlay-ali

    England’s travel green list sends Madeira flight bookings soaring. Portugal is only major European ‘sun and sand’ destination on list of countries for quarantine-free travel. Yet after months of lockdown it seems that not even the reputation of its international airport is deterring people in England from looking to Madeira, which has had the biggest jump in popularity among destinations on the government quarantine-free travel “green list”.
    Daily booking volumes recorded by Skyscanner for flights to the Atlantic archipelago jumped by 625% on Friday after Portugal became the only major European “sun and sand” destination for which self-isolation would not be necessary on a return for people in England.With the country now hoping to welcome tourists back from next week, the Portuguese government is expected to outline its plan for the reactivation of the sector on Thursday.
    Other figures provided to the Guardian by Skyscanner for economy-class return flights from the UK, showed that planned travel to Gibraltar went up by 335%. The other major choice was Israel, for which the daily booking volume was up by 290%. The green light for quarantine-free travel to the country with the world’s highest vaccination rate is also being seen as a lifeline for the airline industry.

    #Covid-19#migrant#migration#angleterre#sante#circulation#frontiere#tourisme#portugal#madere#israel#gibraltar#listeverte

  • Clashes renew in Jerusalem as some 90,000 gather to pray at Al-Aqsa
    Nir Hasson, Jack Khoury, Josh Breiner | May 8, 2021 | 3:03 PM |
    Updated: May. 8, 2021 8:10 PM Haaretz.com
    https://www.haaretz.com/israel-news/.premium-over-15-palestinians-arrested-in-east-jerusalem-raids-day-after-vi

    Clashes break out near Damascus Gate and in Sheikh Jarrah ■ Israeli police deploy tear gas, stun grenades and sponge-tipped bullets ■ 29 Palestinians arrested in East Jerusalem, two in the Old City

    Violent clashes between Palestinians and Israeli police broke out in Jerusalem Saturday night, one day after 205 Palestinians and 17 police officers were injured in violent clashes that garnered international condemnation.

    Police used sponge-tipped bullets and tear gas against the thousands of Palestinians who were gathered at the Damascus Gate. Palestinians threw stones at Israeli police forces at the site.

    The Palestinian Red Crescent said that 17 Palestinians had been wounded, many by sponge-tipped bullets. Six were evacuated to hospitals. They added that the Israeli police had prevented ambulances from reaching the site to evacuate the injured.

    The clashes began shortly after prayers marking Laylat Al-Qadr, the holiest night in the month of Ramadan, concluded at Al-Aqsa Mosque. Some 90,000 worshippers had come to pray at the site.

    Clashes also broke out in Sheikh Jarrah in East Jerusalem, and police dispersed protesters with stun grenades and stink bombs. The police said that dozens of residents had instigated clashes that included “flying Palestinian flags and throwing stones toward police forces.”

    The police added that officers had been attacked in the Old City and two suspects had been arrested. Palestinian protesters threw stones at officers, and one officer was lightly injured and received medical treatment at the site.

    The Israeli army said some 450 Gazans are protesting near the border fence in solidarity with the Palestinians in Jerusalem. The Israeli army said that protesters are “burning tires and throwing explosives. IDF soldiers are spread out at sites along the border and are using riot dispersal methods.” According to Palestinian reports, dozens, not hundreds, of Palestinian youth are protesting at the border.

    To Jerusalem on foot

    Earlier Saturday, the Jerusalem police halted dozens of buses carrying worshippers on their way to the Al-Aqsa Mosque complex.

    Hundreds of worshippers made their way to the Old City on foot. Police argued that they had reason to believe that some of the passengers were planning to cause disturbances.

    The Israeli Police spokesman Eli Levi said that the police had no intention of closing the road to Jerusalem, but rather were attempting to remove specific individuals from the buses. The police eventually allowed the buses to continue on to Jerusalem.

    The police later allowed the buses to carry the passengers to Jerusalem, after they caused severe roadblocks on the Highway.

    The Israeli army, police and Magen David Adom bolstered their presence in East Jerusalem and around the Temple Mount on Saturday, as they expect violent clashes between Israeli security forces and Palestinians will continue through the night.

    Police believe the clashes on the Temple Mount are led by Hamas operatives, and that they are linked to Palestinian President Mahmoud Abbas’ decision to postpone the Palestinian parliamentary elections this month.

    Activists arrested

    Israel Police carried out arrests of 29 Palestinians in East Jerusalem raids earlier Saturday afternoon according to Palestinian activists. The police have been arresting young Palestinians and activists since early Saturday morning, according to the activists.

    Prime Minister Benjamin Netanyahu met with Defense Minister Benny Gantz, IDF chief of staff Aviv Kochavi, the head of Shin Bet and other senior officials on Saturday to assess the situation in Jerusalem.

    “Israel is acting responsibly to ensure law and order in Jerusalem while maintaining freedom of worship in the holy places,” Netanyahu said in a statement.

    Gantz also commented on the escalation in Jerusalem, saying that "Extremists on both sides cannot be allowed to cause an escalation of the situation. Israel will continue to ensure freedom of worship at the Temple Mount and at the same time not allow terror to raise its head or disturb public order.”

    Adding to the tensions in Jerusalem’s Old City, dozens of young Jewish activists marched through the Muslim Quarter of the Old City ahead of the Al Qadr night, singing the Israeli song “Jerusalem of Gold.”

    Rallies were also held in Israeli-Arab cities on Saturday, with protesters waving Palestinian flags in solidarity with the Palestinians who were injured in East Jerusalem on Friday. The rallies took place in Nazareth, Umm al-Fahm, Tamra and other Arab-Israeli towns. A peaceful protest also took place in Jaffa, which ended just before sunset.

    ’Crosses a red line’

    On Friday night, at least 205 Palestinians and 17 police officers were wounded as clashes erupted at Jerusalem’s Al-Aqsa Mosque compound, in a serious escalation in tensions that have been building up in Jerusalem over the past weeks.

    United Arab List chairman Mansour Abbas declared that he won’t allow any escalations at Al-Aqsa to prevent freedom of worship for Muslims, calling every injury sustained by a worshipper an act which ’crosses a red line.’

    The United States called for both sides to ease tensions on Friday night.

    “The United States is extremely concerned about ongoing confrontations in Jerusalem, including on the Haram al-Sharif / Temple Mount and in Sheikh Jarrah, which have reportedly resulted in scores of injured people,” State Department spokesperson Ned Price said in perhaps the Biden administration’s most in-depth comment on the Israeli-Palestinian conflict to date.

    Jordan and Egypt fiercely condemned Israel for the violence, saying it’s on Israel to uphold freedom of worship for Palestinian locals.

    A spokesperson for the Jordanian Foreign Ministry warned against a “dangerous escalation,” emphasizing that an international law tasks Israel responsible for upholding peace for worshippers at Al-Aqsa, even as an occupying force.

    Egypt’s Foreign Ministry Spokesperson Ahmed Hafez slammed Israel’s behavior, especially abusing the human rights of Palestinians, and Israel’s unacceptable efforts to uproot Palestinians from their homes in the flash point East Jerusalem neighborhood Sheikh Jarrah.

    “““““““““““““““““““ Mise à jour
    100 Palestinians injured as Jerusalem clashes continue for second night
    Clashes break out near Damascus Gate and in Sheikh Jarrah ■ Israeli police deploy tear gas, stun grenades and sponge-tipped bullets ■ Some 90,000 worshippers gather to pray at Al-Aqsa
    Nir Hasson, Jack Khoury, Josh Breiner | May 9, 2021 | 8:37 AM
    https://www.haaretz.com/israel-news/.premium-over-15-palestinians-arrested-in-east-jerusalem-raids-day-after-vi

    About 100 Palestinians were injured in violent clashes between Israeli forces and Palestinians in Jerusalem overnight Saturday into Sunday morning, as some 90,000 Muslim worshipers poured into Al-Aqsa Mosque to mark Ramadan’s holiest night.

    Clashes were concentrated on the Temple Mount, at various sites in the Old City and in the East Jerusalem neighborhood of Sheikh Jarrah. They follow escalating tensions in the city throughout the Muslim holy month of Ramadan, and have garnered international condemnation.

    Hundreds of young Palestinians threw fireworks and stones at police after early morning prayers on Sunday morning. Most of them dispersed, but a few dozen remain at the site, clashing with officers. The Palestinian Red Crescent reported that 10 people were injured in the morning’s clashes; six of them were evacuated to the hospital.

    The Red Crescent established a field hospital near Al-Aqsa Mosque to treat the injured, who were hit by sponge-tipped bullets, stun grenades and tear gas fired by Israeli police.

    The organization said that it treated another 90 people over the course of the night, 14 of them at the field hospital. Six children were bruised in the commotion, including a one-year-old infant.

    The Red Crescent had reported earlier in the night that the Israeli police had prevented its ambulances from entering the Damascus Gate area to evacuate the injured.

    Police evacuated the Western Wall plaza twice over the course of the night after Palestinians fired fireworks at the area, but worshipers returned minutes later.

    Police Commissioner Yaakov Shabtai said that police had regained control over the situation by about 1:30 A.M., and that about 20,000 Muslim worshipers remained on the Temple Mount.

    In Sheikh Jarrah, which has become a flashpoint for violence between Jews and Palestinians in the past week over the planned evictions of Palestinian homes in the neighborhood, police dispersed the dozens of protesters who had gathered with stun grenades and stink grenades. Palestinians also pelted a car belonging to Jews with stones.

    Police said that the clashes involved “Waving Palestinian flags and throwing stones at officers. Police began dispersions and were forced to use means.” Two Palestinians were arrested on suspicion of pepper spraying officers. During the arrest, police said that they found weapons on their persons.

    Earlier in the evening, police reported that they arrested two suspects who attacked police officers in the Old City. One officer was lightly injured and received medical treatment after Palestinian protesters began throwing stones at police forces.

    A rocket was fired from Gaza into Israel in the early hours of Sunday morning, landing in an open area. The IDF responded by attacking a Hamas military post in the southern Gaza Strip.

    The Israeli army said some 450 Gazans protested near the border fence in solidarity with the Palestinians in Jerusalem. The Israeli military said that protesters are “burning tires and throwing explosives. IDF soldiers are spread out at sites along the border and are using riot dispersal methods.” According to Palestinian reports, dozens, not hundreds, of Palestinian youth are protesting at the border. (...)

    Jack khoury.جاك خوري
    @KhJacki
    https://video.twimg.com/ext_tw_video/1391043084138467329/pu/vid/848x480/iYGDyoZUvv4LfKYc.mp4?tag=12


    https://twitter.com/KhJacki/status/1391043162890715139

    #Jerusalem #Sheikh_Jarrah

    • Alice Froussard
      @alicefrsd
      9:00 PM · 8 mai 2021

      Il y a eu ces grenades assourdissantes, ces gaz lacrymo, ces balles de caoutchouc de l’armée israélienne, toutes ces arrestations, ces restrictions à l’entrée de Jérusalem. Pourtant, l’Esplanade des Mosquées est pleine ce soir. #LaylatulQadr

      #SaveSheikhJarrah
      https://twitter.com/alicefrsd/status/1391105665008119812
      Diana Buttu
      @dianabuttu
      · 2h

      Al Aqsa compound now.


      9:00 PM · 8 mai 2021·Twitter Web App
      https://twitter.com/dianabuttu/status/1391098821325770756

      ““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““"
      mohammed el-kurd
      @m7mdkurd
      10:07 PM · 8 mai 2021
      https://video.twimg.com/ext_tw_video/1391122398699790337/pu/vid/480x848/uUMULIMvB34hPfRx.mp4?tag=12

      Israeli forces have gone mad in Sheikh Jarrah, beating everyone in sight, demolishing the solidarity tents, using excessive force... Impunity breeds fascism.

      the Occupation knows it will not be held accountable by a complicit international community. #SaveSheikhJarrah
      À l’origine en anglais et traduit par
      Les forces israéliennes sont devenues folles à Sheikh Jarrah, battant tout le monde en vue, démolissant les tentes de solidarité, utilisant une force excessive ... L’impunité engendre le fascisme.

      l’Occupation sait qu’elle ne sera pas tenue responsable par une communauté internationale complice.#SaveSheikhJarrah

    • Democrats urge U.S. to act against Israel’s ’abhorrent’ East Jerusalem evictions
      Ben Samuels | May 8, 2021 | 9:22 PM - U.S. News - Haaretz.com
      https://www.haaretz.com/us-news/.premium-warren-urges-u-s-to-act-against-israel-s-abhorrent-sheikh-jarrah-e

      Several Democratic lawmakers are calling for an investigation on whether Israel’s ‘forced displacement for Palestinians’ violates U.S. laws

      WASHINGTON – A steadily increasing number of Democratic lawmakers are calling on the Biden administration to make clear to the Israeli government that the eviction of Palestinians from homes on land claimed by Jewish settlers in Jerusalem must stop immediately.

      Sens. Bernie Sanders, Elizabeth Warren and Chris Murphy have called on Israel to stop efforts at evicting Palestinian residents from their homes in the East Jerusalem neighborhood of Sheikh Jarrah based on claims by Jewish settlers, while Reps. Alexandria Ocasio-Cortez, Gregory Meeks and Andy Levin also voiced their dismay.

      “The forced removal of long-time Palestinian residents in Sheikh Jarrah is abhorrent and unacceptable,” Warren tweeted, saying the administration must make clear to Israel that these evictions are illegal.

      “The United States must speak out strongly against the violence by government-allied Israeli extremists in East Jerusalem and the West Bank, and make clear that the evictions of Palestinian families must not go forward,” Sanders said.

      Murphy - chairman of the U.S. Senate Foreign Relations Subcommittee on Near East, South Asia, Central Asia and Counterterrorism - noted his deep concern by the recent violence and encouraged all parties to exercise restraint.

      “Evictions of Palestinian residents, who have lived in homes in the East Jerusalem neighborhood of Sheikh Jarrah for a generation, are unjustified and must stop. So must Israeli settler attacks on Palestinians, Palestinian attacks on Jewish Israelis, and Hamas rocket and mortar launches,” the Connecticut senator said, adding that he was also concerned about “the Israeli forces’ militarized approach to this unrest, which is escalating, rather than deescalating, the situation.”

      Meeks, chairman of the House Foreign Affairs Committee, called the situation in Sheikh Jarrah “deeply concerning” and calling on Jerusalem’s residents, leaders and officials to ensure that Jerusalem is a city where coexistence, not violence, reigns.

      Ocasio-Cortez called the situation in Sheikh Jarrah “inhumane” and called for the U.S. to show leadership in safeguarding human rights. “From the paramilitary violence in Colombia and Shiekh Jarrah, to the detention of children on our own border and the militarization of US police departments, the United States must seriously assess its role in state violence and condition aid,” she added.

      Ocasio-Cortez and Levin both noted their dismay that these events are occuring during the final days of Ramadan, with Levin similarly urging the State Department to work to immediately deescalate before bringing both sides to the table for a long-term solution.

      The growing criticism comes one day after several progressive House Democrats decried the events in Sheikh Jarrah, urging the State Department to pressure Israel on the matter. Two of those lawmakers, Reps. Marie Newman and Mark Pocan, are circulating a letter intended for Secretary of State Antony Blinken calling the eviction plans “a clear violation of the Fourth Geneva Convention.” They are also calling for an investigation on whether Israel’s “forced displacement of Palestinians” violates two U.S. laws stating U.S. weapons are to be sold only for legitimate self-defense and prohibiting U.S. funding for foreign military forces suspected of human rights abuses.

      The State Department issued their most extensive comment on the Israeli-Palestinian conflict to date on Friday, expressing deep concern about the evictions and urging Israel to avoid steps that would exacerbate tensions while calling on both Israeli and Palestinian authorities to act decisively to de-escalate the situation.

      #IsraelUSA

  • RI
    #Energies et #Relations_Internationales
    Pétrole et paranoïa, par Pierre Rimbert (Le Monde diplomatique, avril 2015)
    http://www.monde-diplomatique.fr/2015/04/RIMBERT/52870

    Gaz de schiste, la grande escroquerie, par Nafeez Mosaddeq Ahmed (Le Monde diplomatique, mars 2013)
    http://www.monde-diplomatique.fr/2013/03/AHMED/48823

    Maudit pétrole bon marché, par Michael T. Klare (Le Monde diplomatique, avril 2016)
    https://www.monde-diplomatique.fr/2016/04/KLARE/55199

    Choc pétrolier : les finances des producteurs africains dans le rouge. Par Martin Mateso
    http://geopolis.francetvinfo.fr/choc-petrolier-les-finances-des-producteurs-africains-dans-le-
    #Cemac #Tchad #Angola #Portugal #Afrique

    Le Nigeria renonce à 90 représentations diplomatiques pour réduire ses dépenses
    http://geopolis.francetvinfo.fr/le-nigeria-renonce-a-90-representations-diplomatiques-pour-red

    Le Nigéria prévoit de se retirer de certaines organisations internationales pour limiter les dépenses - Agence Afrique
    http://www.agenceafrique.com/11517-nigeria-prevoit-de-se-retirer-de-certaines-organisations-intern

    « Le Nigéria vient à peine de sortir de la récession dans laquelle il était plongé depuis presque deux ans. Ce premier producteur de pétrole sur le continent africain a été frappé par la chute des cours de l’or noir »

    Batailles commerciales pour éclairer l’Afrique, par Aurélien Bernier (Le Monde diplomatique, février 2018)
    https://www.monde-diplomatique.fr/2018/02/BERNIER/58354

    Une dépendance aux matières premières jamais résolue, par Renaud Lambert (Le Monde diplomatique, janvier 2016)
    http://www.monde-diplomatique.fr/2016/01/LAMBERT/54474
    #Discours_orthodoxes #Orthodoxie #Amérique_latine #Amérique_du_Sud

    Pétrole et Moyen-Orient : le dessous des cartes … par Benjamin Louvet
    http://leseconoclastes.fr/2016/01/petrole-moyen-orient-le-dessous-des-cartes-a-travers-le-prisme-petro

    « en Syrie aussi, ce sont les ressources énergétiques qui sont au centre des raisons du conflit. Plus précisément, le gaz du champ géant de South Pars, plus grand champ de gaz au monde, situé au milieu du Golfe Persique, et dont les droits d’exploitation sont répartis entre le Qatar et l’Iran. Ces deux pays exploitent donc ce champ chacun de leur côté et cherchent un moyen d’exporter leur gaz sur le marché international.

    Et c’est là que la Syrie joue un rôle central. Car pour rejoindre le marché international du gaz, l’Iran et le Qatar ont tous deux un projet de pipeline qui passe, à un moment donné, par le territoire syrien, mais avec des ambitions stratégiques totalement différentes. Le pipeline qatari prévoit ainsi de se connecter au projet de gazoduc Nabucco, ouvrage pensé par les européens pour alimenter leur marché en énergie en s’affranchissant du gaz… russe.

    De son côté, la Russie envisage plutôt un projet de pipeline partant de Syrie pour se raccorder au gazoduc South Stream, projet de pipeline russe. »

    La guerre d’Irak était BIEN une guerre du pétrole (cette fois, c’est prouvé !) par Matthieu Auzanneau | Oil Man
    http://petrole.blog.lemonde.fr/2011/06/14/la-guerre-dirak-etait-bien-une-guerre-du-petrole-cette-fois-ces

    « Après avoir quitté le gouvernement, Lady Symons, aujourd’hui âgée de 59 ans, est devenue conseillère de la banque d’affaires MerchantBridge, qui a réalisé d’importants profits dans des contrats de reconstruction dans l’Irak d’après-guerre, précise The Independent. »

    #Mers :

    La guerre du pétrole se joue en mer, par Michael T. Klare (Le Monde diplomatique, février 2015)
    http://www.monde-diplomatique.fr/2015/02/KLARE/52621

    Course au gaz en Méditerranée, par Bachir El-Khoury (Le Monde diplomatique, octobre 2015)
    http://www.monde-diplomatique.fr/2015/10/EL_KHOURY/53934

    Litige frontalier en mer entre Israël et le Liban, par Cécile Marin (Le Monde diplomatique, octobre 2015)
    http://www.monde-diplomatique.fr/cartes/litigegazmediterranee


    #Orient #Relations_internationales_Orient_Arabie_Saoudite #OPEP #Pétrole #Hydrocarbures #Gaz #Israël #Liban #Méditerranée #Chypre #Mers #Organisations_Internationales

    #Documentaires Mer de Chine, la guerre des archipels | ARTE
    http://www.arte.tv/guide/fr/054777-000-A/mer-de-chine-la-guerre-des-archipels
    Mer de Chine, la guerre des archipels ARTE - YouTube
    https://www.youtube.com/watch?v=3sGNZDrPMbY

    Et pour quelques rochers de plus…, par Didier Cormorand (Le Monde diplomatique, juin 2016)
    http://www.monde-diplomatique.fr/2016/06/CORMORAND/55728

    Le Vietnam, son encombrant voisin et l’ami américain, par Martine Bulard (Le Monde diplomatique, février 2017)
    http://www.monde-diplomatique.fr/2017/02/BULARD/57045

    De la mer en partage au partage de la mer, par Nicolas Escach (Le Monde diplomatique, juillet 2016)
    http://www.monde-diplomatique.fr/2016/07/ESCACH/55919
    #Aménagement_du_territoire #Conflits_d'intérêts_fondations #Environnement

    20 ans de mutations des routes maritimes en 4 pages — Géoconfluences
    http://geoconfluences.ens-lyon.fr/actualites/veille/20-ans-mutations-routes-maritimes #Mers_Commerce #Commerce_International_Mers #Lectures

    Nord Stream 2 : Plus qu’un pipeline #Russie #UE
    https://www.tdg.ch/monde/europe/nord-stream-2-qu-pipeline/story/11494268

    –- <http://seenthis.net/messages/14753>

  • A Jérusalem-Est, des Palestiniens menacés d’expulsion
    https://www.lemonde.fr/international/article/2021/05/07/a-jerusalem-est-des-palestiniens-menaces-d-expulsion_6079464_3210.html

    A Jérusalem-Est, des Palestiniens menacés d’expulsion

    Une bataille judiciaire oppose Palestiniens et colons juifs sur la propriété de maisons du quartier de Sheikh Jarrah.

    L’art mondain d’être faux-cul !

    #le_monde #israël

  • #Liban, un pays dans la tourmente

    Comment le Liban, « la Suisse de l’Orient », a-t-il sombré dans le chaos ? Alors que la double explosion du 4 août dernier dans le port de Beyrouth a remis au jour la gabegie et la corruption de la classe politique qui gangrènent cet Etat d’Asie occidentale, ce documentaire remonte le cours tourmenté de l’histoire de cette jeune nation à l’identité forgée par 18 communautés religieuses. En donnant la parole à des membres des services de renseignement, à des journalistes et à des artistes, il montre comment ce pays, au cœur des enjeux géopolitiques depuis sa création, s’est retrouvé piégé dans la poudrière du Moyen-Orient.

    –-> documentaire que j’ai regardé sur arte, mais qui n’est plus disponible sur leur site web (et pas trouvé sur youtube non plus).
    Une présentation du documentaire ici :

    https://www.moustique.be/27227/liban-un-pays-dans-la-tourmente

    #documentaire #film_documentaire
    #guerre_civile #camps_de_réfugiés #réfugiés_palestiniens #Arafat #histoire #Empire_ottoman #OLP #Israël #détournement_d'avions #guerre_des_six_jours #Moyen-Orient #Union_soviétique #Syrie #religion #massacres #nettoyages_ethniques #nettoyage_ethnique #Beyrouth #Hafez_al-Assad #Falanges #Bachir_Gemayel #Menahem_Begin #fragmentation #milices #Armée_du_Liban_Sud (#ALS) #Ariel_Sharon #Galilée #Paix_en_Galilée #invasion_israélienne #Philip_Habib #Sabra_et_Chatila #massacre_de_Sabra_et_Chatila #armes #USA #Etats-Unis #attentats-suicides #Hezbollah #Iran #enlèvements #violence #Ronald_Reagan #accord_de_Taëf #Rafik_Hariri #Hassan_Nasrallah #Bachar_al-Assad #révolution_du_Cèdre #guerre_du_Liban

  • Nous pouvons continuer à nous mentir sur l’« apartheid », mais Israël a franchi la ligne

    Human Rights Watch (HRW), l’une des organisations de défense des droits de l’homme les plus respectées, a déclaré qu’Israël avait franchi la ligne rouge et était coupable de crimes contre l’humanité et d’instaurer un régime d’apartheid.

    https://entreleslignesentrelesmots.blog/2021/05/04/nous-pouvons-continuer-a-nous-mentir-sur-l-apartheid-ma

    #international #israël

  • Israel to send COVID-19 emergency aid to India
    Mon, May 3, 2021, 8:13 PM
    https://news.yahoo.com/israel-send-covid-19-emergency-181351038.html
    https://s.yimg.com/uu/api/res/1.2/8e.D.YcUgkuWRe7abEiPiA--~B/aD01MzM7dz04MDA7YXBwaWQ9eXRhY2h5b24-/https://media.zenfs.com/en/reuters.com/08faa3a5f338d9c96d97ae16d6e2e5d7

    JERUSALEM (Reuters) - Israel will begin sending emergency medical aid, including badly needed oxygen equipment, to India on Tuesday, the Foreign Ministry said, to help fight the world’s biggest COVID-19 surge.

    In a statement on Monday, the ministry said a series of flights throughout the week would carry aid that included thousands of group and individual oxygen generators, as well as respirators, medications and other medical equipment.

    “The extension of emergency assistance is an expression of the deep friendship between our countries in India’s time of need,” the statement quoted Foreign Minister Gabi Ashkenazi as saying.

    International aid has poured into India in response to the crisis as the country’s health system struggles to cope under the weight of new COVID-19 cases, with hospitals running out of beds and oxygen.

    (Reporting by Jeffrey Heller; Editing by Nick Macfie)

    #IsraelInde

  • ماذا يجري في العُمُق الإسرائيلي : خمسة حرائق وانفِجارات وتسربات نفطيّة وغازيّة سامّة غامِضَة علاوةً على صاروخ ديمونا في أقل من أسبوعين؟ ما هو السِّر المكتوم؟ هل هي عرضيّة أم مُتعمّدة؟ ومن يَقِف خلفها؟ - رأي اليوم
    https://www.raialyoum.com/index.php/%d9%85%d8%a7%d8%b0%d8%a7-%d9%8a%d8%ac%d8%b1%d9%8a-%d9%81%d9%8a-%d8%a7%d9%

    Depuis la semaine dernière (https://seenthis.net/messages/912160) où il y avait déjà l’explosion à l’usine de matériel de défense Tomer et le désormais célèbre missile atterrissant près de la centrale de Dimona), on a eu un incendie dans une raffinerie de Haïfa, une importante fuite d’ammoniac (toujours à Haïfa) et désormais un important incendie près de l’aéroport Ben-Gourion. Etonnante série noire à laquelle s’ajoutent les 44 morts du Mont Méron ...

    #israël

  • Syrie : Attaque d’un drone suicide israélien sur un tanker en Syrie ?
    27/04/2021 20:24 | Baptiste Guillou
    https://www.air-cosmos.com/article/syrie-attaque-dun-drone-suicide-isralien-sur-un-tanker-en-syrie-24726
    https://ams3.digitaloceanspaces.com/rewyer-storage-001/media/f26ded3e3e02bc87c1cbbe165a03fcf591e8d770411c989dda586e3be02

    Si l’attaque de drones suicides se confirme, cette action pourrait constituer un nouveau tournant dans la guerre interposée que se livrent Jérusalem et Téhéran
    Réponse du berger à la bergère ?

    Le samedi 24 avril 2021, un pétrolier stationné au large de la raffinerie syrienne de Bāniyās a connu un grave incendie selon le ministère syrien du pétrole. Maîtrisé avec l’aide d’importants moyens dont des hélicoptères Mi-17 « bamby bucket », les premières enquêtes feraient état d’une attaque de drones suicides en provenance des côtes libanaises. Clairement visé par ces allégations, Israël n’a pour le moment pas fourni de réponse officielle. Rappelons que l’Iran s’était réjouit la semaine dernière de la chute d’un missile S-200 syrien à proximité de la centrale nucléaire de Dimona.
    Trafic Irano-Libanais

    D’abord identifié comme l’un des trois tankers Iraniens récemment arrivés au large des côtes syriennes, il s’agirait en réalité d’un navire libanais nommé WISDOM. Le WISDOM avait pour objectif de décharger une partie de la cargaison du tanker Iranien ARMAN 114. Le déchargement aurait dû permettre à l’ARMAN 114 de franchir en toute sécurité le Canal de Suez, limité en profondeur. Les photos publiées sur les réseaux sociaux montrent une importante déflagration côté tribord près du kiosque arrière du bâtiment. Selon les éléments disponibles, le WISDOM ne travaille qu’au profit du marché syrien, quand l’ARMAN 114 s’occupe lui uniquement du transport et non de la livraison à la raffinerie de Bāniyās.

    #IsraelSyrie

  • J’écris pour me souvenir de la brutalité de la violence juive que j’ai vue à Jérusalem (et autres textes)

    Il y a eu le père palestinien qui a essayé de sauver sa fille de la police, les jeunes kahanistes qui scandaient « mort aux Arabes » dans les rues, la peur que j’ai ressentie lorsqu’on m’a demandé si j’étais gauchiste. J’écris pour me souvenir de tout cela.

    Depuis le début du ramadan ce mois-ci, la police de Jérusalem a interdit aux Palestiniens de s’asseoir sur les larges marches de l’entrée de la porte de Damas, la principale place de la vieille ville, et d’organiser des rassemblements en soirée en l’honneur du mois sacré. Cette décision arbitraire, pour laquelle aucune explication plausible n’a été donnée, a déclenché une vaste protestation palestinienne. La police, comme si elle n’attendait que l’occasion parfaite, a transformé l’endroit en un champ de bataille nocturne.

    Dans ce contexte de violence, les militants du groupe suprémaciste juif Lehava ont appelé leurs partisans à arriver en masse jeudi « pour restaurer la dignité juive », après la diffusion de plusieurs vidéos TikTok montrant des Palestiniens harcelant des Juifs ultra-orthodoxes dans la ville. Soutenus par leurs représentants siégeant actuellement à la Knesset, des centaines de partisans de l’organisation kahaniste ont répondu à l’appel, arrivant dans la région avec l’objectif déclaré d’attaquer les Arabes (ou alternativement, les gauchistes).

    https://entreleslignesentrelesmots.blog/2021/04/27/jecris-pour-me-souvenir-de-la-brutalite-de-la-violence-

    #israël

  • Jérusalem : un missionnaire chrétien infiltré en rabbin Par Times of Israel Staff 26 avril 2021
    https://fr.timesofisrael.com/jerusalem-un-missionnaire-chretien-infiltre-en-rabbin

    La famille avait été soutenue par la communauté après la mort de la mère ; le père travaillait comme scribe et mohel et aurait fait semblant d’être Juif pour s’installer en Israël

    La communauté ultra-orthodoxe du quartier de la Giva Hatsarfatit (Colline française) a été secouée dimanche après qu’un éminent membre de sa communauté aurait été démasqué comme étant un missionnaire chrétien sous couverture.

    Beynenu, une organisation à but non-lucratif qui surveille les activités des missionnaires en Israël a déclaré dimanche qu’elle avait « enquêté sur le cas d’un missionnaire sous couverture dans la Giva Hatsarfatit depuis des années » mais qu’elle n’a décidé de le démasquer que maintenant « parce que l’un des enfants du missionnaire faisait du prosélytisme à l’école ».

    Les médias israéliens ont déclaré que l’homme, un rabbin dont l’identité n’a pas été dévoilée, se présentait comme un cohen (un prêtre) et travaillait comme scribe et mohel, et pratiquait donc les circoncisions rituelles.

    Cependant, il s’est avéré que sa famille n’était pas juive mais plutôt chrétienne, originaire du New Jersey et qu’il aurait falsifié des documents prouvant sa judéité afin d’immigrer en Israël en vertu de la Loi du retour.

    « Nous sommes certains que les dirigeants juifs prendront des mesures strictes contre cette menace et instaurerons rapidement des mesures de protection pour garantir la sécurité de la communauté juive », a déclaré Beynenu.

    Le journal ultra-orthodoxe Behadrei Haredim a rapporté que lorsque l’épouse de l’homme est tombée malade il y a quelques années – elle a succombé à un cancer – elle avait raconté certaines choses à des amis, qui semblaient étranges et qui ont donné le coup d’envoi de l’enquête.

    La femme du missionnaire aurait déclaré, à tort, être une fille de survivants de la Shoah.

    Les enquêteurs ont alors découvert que la famille des parents étaient des américains non-Juifs qui publiaient du contenu missionnaire sur les réseaux sociaux, selon le journal. Le défunt père de l’homme était enterré dans un cimetière non-Juif. Selon une nécrologie, il était membre d’une Eglise Evangélique Mennonite.

    Beyneny a déclaré que l’organisation « avait pris soin de vérifier chaque preuve avant de dévoiler l’affaire au public », mais n’a pas détaillé les preuves en question.

    « Nous sommes restés silencieux jusqu’à maintenant parce que nous ne voulions pas que le père ne déménage vers un autre quartier (pour continuer son travail) et nous voulions tout faire pour que sa citoyenneté soit révoquée », a expliqué Yoni Kayman, membre de la communauté impliqué dans l’enquête, au site Behadrei Haredim.

    Kayman a déclaré que l’homme avait également récemment tenté de faire disparaitre les preuves en effaçant certaines publications sur les réseaux sociaux et avait enlevé ses filles de l’école religieuse locale et ils ont donc décidé d’informer la communauté de ses activités.

    La Treizième chaîne a publié des extraits datant de 2011 dans lequel l’homme parle à la télévision américaine de Jésus comme étant le Messie.

    L’homme a déclaré à la Treizième chaîne qu’il n’était pas un missionnaire chrétien infiltré.

    « C’est un mensonge. Je suis né Juif », a-t-il dit. Cependant, il a reconnu avoir travaillé comme missionnaire il y a 7 ou 8 ans, mais a assuré s’être « repenti ».

    Les membres de la communauté ont faire part de leur émoi, soulignant que la famille était impliquée dans la communauté, et que celle-ci avait créé un fonds pour leur venir en aide après le décès de la mère.

    « La famille avait l’air complètement ultra-orthodoxe, il avait une longue barbe et chapeau, les garçons avaient des papillotes, les filles fréquentaient les écoles Beth Yaakov », a raconté Kayman à la Treizième chaîne.

    « Pendant cinq ans, nous avons subvenu à leurs besoins, payé leurs courses, leur transport scolaire, tout et ils nous ont trompés », a-t-il dit.

    Israël bénéficie d’un soutien vigoureux de la part des mouvements évangéliques chrétiens des États-Unis, mais garde un œil sur le travail missionnaire en Terre Sainte.

    Si la loi israélienne n’interdit expressément que le don d’argent ou de cadeaux pour encourager les conversions à une autre religion, les activités missionnaires, en général, sont étroitement surveillées par les autorités et sont offensantes aux yeux de nombreux Israéliens.

    La loi interdit également « toute activité missionnaire ou prosélyte visant des mineurs sans l’autorisation de leurs parents. »

    #religion #évangéliques_chrétiens évangéliste #ultra-orthodoxe #missionnaire #israel #usa #prosélytisme #Terre_Sainte

  • Forte explosion « contrôlée » dans une usine de roquettes dans le centre d’Israël | The Times of Israël
    https://fr.timesofisrael.com/forte-explosion-controlee-dans-une-usine-de-roquettes-dans-le-cent

    Une forte explosion s’est produite dans une usine de roquettes appartenant à l’État dans le centre d’Israël mardi matin, sans faire de blessés ni de dégâts, dans ce que l’entrepreneur de la défense a appelé un « essai contrôlé ».

    L’explosion a provoqué un énorme panache de feu et de fumée à la périphérie de la ville de Ramle, dans le centre d’Israël, visible à des kilomètres à la ronde.

    L’explosion a eu lieu dans l’entreprise de défense Tomer, appartenant au gouvernement, qui fabrique des systèmes de propulsion pour une variété de fusées et de missiles.

    Vidéo disponible par exemple ici : https://www.hispantv.com/noticias/asia-occidental/491148/fabrica-misiles-ramla-israel

    On a un peu de mal à croire que ce soit juste un accident... (Au passage on peut remarquer le heureux hasard d’une vidéo bien cadrée et qui a le temps de zoomer sur le panache de l’explosion.)

    Si on y ajoute le missile intercepté/qui s’est perdu tombé dans les parages de la centrale de Dimona, cela commence à faire beaucoup pour #israël

  • Appel au boycott des produits israéliens : la France doit appliquer l’arrêt de la CEDH

    La LDH, la FIDH et l’AFPS saisissent le Comité des ministres du Conseil de l’Europe des manquements de la France dans la mise en œuvre de l’arrêt de la Cour européenne des droits de l’Homme du 11 juin 2020.

    https://entreleslignesentrelesmots.blog/2021/04/20/appel-au-boycott-des-produits-israeliens-la-france-doit

    #international #droit #israël

  • With coalition talks underway, anti-Netanyahu protests draw smaller crowds than usual
    Noa Shpigel | Apr. 17, 2021 | 9:29 PM - Haaretz.com
    https://www.haaretz.com/israel-news/.premium-with-coalition-talks-underway-anti-netanyahu-demos-draw-smaller-cr

    Demonstrations in Jerusalem and across the country resume for the second week in a row after a three-week truce

    Several hunderd Israelis took to the streets on Saturday to protest Prime Minister Benjamin Netanyahu’s hold on power amid his corruption trial and an ongoing political stalemate, but the protest movement that only months ago brought out tens of thousands of people to its weekly demonstrations seems to be dwindling.

    A group of demonstrators gathered in front of the Knesset and marched toward the prime minister’s official residence on Balfour Street in Jerusalem, while others gathered outside his private home in Caesarea, as well as in junctions and on bridges throughout the country in smaller numbers than usual.

    At last week’s protest, the first since Israel’s inconclusive March 23 election, the crowd called for a formation of a government of “change,” comprising of parties opposing the prime minister, rather than plunge the country into a fifth back-to-back election cycle.

    After demonstrations resumed last week following a three-week truce, the prominent Black Flag protest movement called for a government that will “serve the citizens and not the ruler.”

    President Reuven Rivlin tasked Netanyahu last week with forming a government after he received the highest number of recommendations, at 52 out of 120 Knesset members. Even with seven seats from Naftali Bennett’s Yamina party added to his bloc – which Netanyahu hasn’t managed to secure so far – he still remains short of the necessary 61-seat majority to form a coalition.

    This prompted Netanyahu on Friday to call on Gideon Sa’ar, who broke away from Likud ahead of the March election, to return to the party, assuring him he would be welcome with open arms.

    Earlier on Friday, Religious Zionism leader Bezalel Smotrich redoubled on his commitment not to sit in a government supported by Mansour Abbas’ United Arab List, an Islamist faction that broke away from the Arab-majority Joint List in a bid to increase Arab Israelis’ political influence.

    This means that the prime minister’s only option, besides recruiting individual defectors, would be to persuade Sa’ar to backtrack on his campaigning promises, though Sa’ar has already rejected the possibility that he or his party members would join a Netanyahu-led government.

    Meanwhile, the evidentiary phase of Netanyahu’s corruption trial began in April and is slated to continue over the coming weeks. The prime minister is on trial for corruption, fraud and breach of trust in three separate cases.

    #Israelmanifs 41

  • Israël-Palestine. L’histoire d’un système « sophistiqué » d’expropriation des terres

    Entretien avec Salim Wakimconduit par Suha Arraf

    Mardi 30 mars 2021, les citoyens palestiniens d’Israël ont célébré le 45e anniversaire de la première Journée de la terre, commémoration annuelle des grèves et des manifestations de masse organisées le 30 mars 1976 en réaction au projet du gouvernement israélien – dirigé à l’époque par Yitzhak Rabin – de confisquer des milliers de dounams de terre en Galilée [un dounam = 1000 m2]. Les forces de sécurité israéliennes ont abattu six manifestants au cours de ces protestations.

    https://entreleslignesentrelesmots.blog/2021/04/17/israel-palestine-lhistoire-dun-systeme-sophistique-dexp

    #israel #palestine

  • Les méthodes douteuses des firmes de renseignement privées israéliennes exposées
    https://fr.timesofisrael.com/les-methodes-douteuses-des-firmes-de-renseignement-privees-israeli

    Selon un reportage, une agence de renseignements aurait usurpé l’identité de journalistes, soulevant des questions sur la régulation et les limites de l’industrie

    Un reportage a accusé, la semaine dernière, une firme israélienne des renseignements d’avoir usurpé l’identité de journalistes pour obtenir de manière illicite des informations d’opposants à un membre de la famille royale émiratie – mettant en lumière ces entreprises israéliennes de cyber-renseignements qui acceptent de travailler pour des régimes totalitaires.

    Une enquête du Times of Israël a révélé que le propriétaire de la firme en question, Bluehawk CI, a été traduit devant la justice au sein de l’État juif, dans le passé, et notamment pour fraude. Le ministère de la Défense a choisi de ne pas répondre à une requête de commentaire du Times of Israël concernant la raison pour laquelle il n’avait pas été amené à réguler les activités menées par la firme à l’étranger.

    Selon un reportage paru le 6 avril sur le site du Daily Beast , des individus qui avaient prétendu, début 2020, être journaliste pour Fox News et reporter pour le journal italien La Stampa avaient approché deux hommes qui s’opposaient aux autorités de Ras Al Khaimah, l’un des sept émirats constituant les Émirats arabes unis (EAU). Selon le Daily Beast , les deux individus qui avaient usurpé l’identité des deux journalistes avaient tenté d’extraire des informations aux deux hommes concernant leurs conflits judiciaires respectifs avec l’émirat.

    L’article publié sur le site souligne comment Israël, ces dernières années, a fait naître une industrie de firmes d’espionnage privées qui, de toute évidence, ne sont pas régulées – avec certains officiers militaires israéliens qui offrent au secteur privé les compétences qu’ils ont acquises dans les unités de renseignement secrètes, vendant souvent leur savoir-faire à des personnalités douteuses ou à des régimes autoritaires.

    Le Daily Beast aurait réussi à établir l’identité de la firme privée de renseignement en contactant Facebook, qui a révélé que les comptes utilisés par les deux journalistes présumés étaient associés à Bluehawk CI.

    Bluehawk CI s’est refusé, de son côté, à tout commentaire.

    Un porte-parole du ministère de la Défense a noté que Bluehawk CI n’apparaissait pas sur sa liste de vendeurs approuvés, mais il n’a pas répondu à une question de suivi sur le rôle présumé du ministère en termes de régulation initiale des initiatives de l’entreprise.

    Selon la loi sur le contrôle des exportations, tout exportateur d’équipements de défense ou de savoir-faire particulier, dans le secteur, doit d’abord s’inscrire et recevoir une autorisation de la part de l’Agence de contrôle des exportations de la Défense au sein de l’État juif.

    Bluehawk CI est l’une des firmes de renseignement privées les moins connues dans le pays. Fondée en juin 2018, elle offre des solutions dans les domaines de la cybertechnologie et des renseignements, notamment dans la « gestion du génie social et de la campagne de relations publiques » et dans les « enquêtes de renseignement complexes », selon son site internet.

    La compagnie a été fondée par Guy Klisman, ancien major au sein de Tsahal – elle lui appartient encore aujourd’hui. Klisman est aussi directeur académique de l’Institut d’innovation Pafos à Chypre, un institut d’études en cybersécurité fondé par Uriel Reichman, professeur de droit à la tête de l’Institut interdisciplinaire de Herzliya. La compagnie de Klisman, Bluehawk CI, est l’un des sponsors de l’équipe de basket du Hapoel Tel Aviv.

    Des documents judiciaires révèlent qu’avant de fonder l’entreprise, Klisman a été mis en examen à deux reprises par les procureurs israéliens – une fois pour contrefaçon et une autre pour répondre de multiples débits non-autorisés réalisés sur la carte de crédit de l’une de ses connaissances. Il a plaidé coupable dans le premier dossier. La mise en examen a finalement été annulée dans le second.

    https://www.youtube.com/watch?v=XifQHRaSWdQ&feature=emb_imp_woyt

    Selon le Daily Beast , au mois de février 2020, une personne prétendant s’appeler « Samantha », journaliste de Fox News, a contacté un homme nommé Oussama El Omari par courriel. El Omari est l’ancien directeur-général de l’Autorité chargée de la zone de libre-échange de Ras Al Khaimah. Il a été condamné par contumace aux Émirats arabes unis pour « détournement de fonds et abus de pouvoir » suite à une bataille de succession à Ras Al Khaimah. El Omari, pour sa part, a dénoncé des inculpations purement politiques.

    « Samantha » aurait tenté d’obtenir des informations sur ses affaires judiciaires l’opposant à Ras Al Khaimah. Contacté par le Daily Beast , Facebook aurait déclaré à ce dernier que le compte de « Samantha » était lié à Bluehawk CI.

    Selon le site d’information, un autre utilisateur de Facebook prétendant être un journaliste pour La Stampa , un journal italien, a contacté Khater Massaad, autre adversaire du régime actuel de Ras Al Khaimah. Massaad était à la tête du fonds souverain de Ras Al Khaimah, RAKIA, jusqu’en 2021. Il a été condamné par une cour émiratie en 2015 pour détournement de fonds au sein de RAKIA, des accusations qui, selon Massaad, étaient tronquées et politiquement motivées.

    Le faux journaliste, que Facebook a lié à Bluehawk CI, a de la même façon tenté d’extraire des informations sur sa relation avec les gouvernants de Ras Al Khaimah, a fait savoir le Daily Beast .

    « Coût de la vie élevé »
    La normalisation récente des liens entre Israël et les Émirats arabes unis a été une aubaine pour les entreprises de renseignement et de cybersécurité, avec des entreprises comme NSO Group, spécialisée dans le hacking téléphonique, Synaptech Capital, spécialisée dans le capital-risque, et Cellebrite, qui ont toutes conclu des accords lucratifs dans ces émirats du désert.

    La cybersécurité est l’un des premiers secteurs technologiques en Israël en terme d’investissements récoltés, selon l’Autorité de l’innovation israélienne.

    Pour Bluehawk CI, travailler aux EAU a pu être une source de liquidités désespérément nécessaire.

    En 2015, avant de fonder Blackhawk CI, Klisman et son épouse – ils ont depuis divorcé – ont déclaré leur faillite devant les tribunaux israéliens. Le couple était endetté à hauteur de centaines de milliers de shekels, dettes qu’ils avaient attribuées au « coût de la vie élevé » au sein de l’État juif.

    Israël est l’un des pays les plus chers au monde. Tel Aviv a récemment intégré la cinquième place des villes les plus chères sur le globe.

    En 2016, les procureurs israéliens ont mis en examen Klisman pour avoir contrefait des documents judiciaires et des assignations de huissiers de justice pour tenter d’empêcher l’armée israélienne de saisir son salaire pour payer des créditeurs. Un juge l’a reconnu coupable, mais il n’a pas été officiellement condamné et a dû effectuer 250 heures de service communautaire. Klisman s’est retiré de Tsahal à la fin de l’année 2017 et a fondé son entreprise six mois plus tard.

    Au mois de janvier 2018, Klisman a été accusé par la police des fraudes d’avoir utilisé la carte de crédit d’une femme rencontrée via un groupe WhatsApp consacré au tennis pour procéder à des achats non-autorisés à hauteur de 1 577 shekels. Une année plus tard, le gouvernement a retiré cette mise en examen.

    Klisman n’a pas donné suite à une requête de commentaire de la part du Times of Israël .

    Tandis que la personnalité qui a eu recours aux services de Bluehawk reste indéterminée, Radha Stirling, directeur-général de Detained à Dubaï – une entreprise qui représente des clients dans des conflits juridiques avec les gouvernements aux EAU – a la certitude qu’il s’agit bien du gouvernement de Ras Al Khaimah.

    « C’est monstrueux », a déclaré Stirling dans un communiqué de presse.

    « En confiant par contrat une mission d’espionnage à une firme privée, le gouvernement de Ras Al Khaimah tente d’échapper à la responsabilité de devoir rendre des comptes pour espionner des ressortissants étrangers en-dehors de sa juridiction – mais c’est bien là une violation majeure. Les EAU et Israël doivent assumer leurs responsabilités », a-t-il ajouté.

    Où placer la ligne rouge de l’éthique ?
    Selon un rapport émis par la cyberadministration israélienne, fin 2018, Israël comptait 421 cyber-entreprises actives dont 7 % – soit une trentaine – sont spécialisées dans le « cyber-renseignement ».

    Elad Ratson, ex-diplomate israélien, qui est aussi le fondateur et le directeur-général de Vayehee, une compagnie qui utilise les technologies pour contrer les Fake-news , la désinformation venant de l’étranger ou ce qu’il qualifie « d’armes en ligne d’obstruction massive », a déclaré au Times of Israël qu’il pensait que ce nombre était supérieur, selon ses propres estimations.


    Elad Ratson. (Autorisation)

    La plus grande partie des firmes de cyber-renseignements israéliennes sont spécialisées dans l’OSINT, ou « renseignements open-source », a-t-il noté. « C’est un secteur d’expertise des services israéliens de renseignement. Il y a une forte quantité de données, en ligne, qui sont ouvertement disponibles et les services israéliens de renseignement sont connus pour leur usage efficace de l’apprentissage automatique et de l’intelligence artificielle et pour extraire des informations de qualité de cet océan de données. »

    La majorité des firmes israéliennes de renseignement se concentrent sur l’OSINT (Renseignement d’Origine Source Ouverte) passif, poursuit-il, en collectant des données qui sont largement disponibles.

    D’autres s’engagent toutefois également dans ce qu’il appelle « l’ingénierie de perception » ou la manipulation du point de vue d’une cible par le biais de méthodes appelées « duperie en ligne ». De telles firmes, affirme-t-il, peuvent souvent avoir mauvaise réputation en résultat de leurs activités. L’une des plus célèbres est Black Cube.

    Toutefois, Ratson estime que de nombreuses entreprises de cyber-renseignement se fixent des lignes rouges en termes d’éthique et qu’elles ne les franchissent pas.

    « Contrairement aux autres ministères en Israël, celui de la Défense a un bureau de régulation des exportations qui est fort. Les cyber-entreprises israéliennes font attention à ne pas travailler avec le ‘mauvais’ type de client et à ne pas se mettre, pour cela, dans une situation délicate vis-à-vis du ministère de la Défense », commente-t-il.

    Toutefois, la « tentation est élevée », ajoute Ratson. « Parfois, quand il y a beaucoup d’argent sur la table, certaines entreprises ont pu tenter de fermer un peu les yeux sur l’éthique. Et c’est là qu’on a pu voir apparaître, dans les médias, une couverture internationale négative concernant des firmes de cyber-renseignement israéliennes. »

    #Émirats_arabes_unis #EAU #israel #Tel_Aviv #espionnage #espionnage_privé #Bluehawk_CI #renseignement #cybertechnologie #cybersécurité #cyber-renseignement #Tsahal #fonds souverain #RAKIA #NSO_Group #hacking #Synaptech_Capital #Cellebrite #Detained #cyberadministration #cyber-entreprises actives #cyber-renseignement #Vayehee #Fake-news #cyber-renseignements #OSINT renseignements_open-source #IA #intelligence_artificielle #ingénierie_de_perception #duperie_en_ligne #Black_Cube #journalistes

  • Pfizer demande à Israël de payer ses doses sous peine de perdre ses avantages Time of Israel

    Une querelle entre Netanyahu et Gantz retarderait l’approbation du budget nécessaire pour acheter de nouveaux vaccins : "Nous ne sommes pas des philanthropes", aurait dit la firme.

    Pfizer menacerait de retarder de nouvelles livraisons de vaccins au sein de l’État juif en raison d’un retard de paiement, et la firme aurait averti que l’État juif pourrait se retrouver dans la file d’attente si les versements nécessaires n’étaient pas faits, a fait savoir vendredi la Douzième chaîne.

    Pfizer avait indiqué, lundi dernier, avoir terminé ses livraisons de vaccins à Israël dans le cadre de son accord initial, ajoutant que l’entreprise était en pourparlers concernant des approvisionnements supplémentaires à destination de l’État juif.

    « La compagnie travaille actuellement avec le gouvernement israélien pour réactualiser les dispositions de l’accord dans le but de fournir des vaccins supplémentaires au pays. Les livraisons vont être réadaptées tant que cet accord restera en cours de négociation », avait déclaré Pfizer à l’agence Reuters.

    Mais un retard de paiement aurait entraîné un avertissement sévère de la part de l’entreprise.

    La Douzième chaîne a indiqué que la firme avait mis en garde Israël cette semaine, faisant savoir que si les paiements n’étaient pas honorés, alors les doses seraient envoyées ailleurs. Un responsable aurait déclaré au ministère de la Santé israélien que « nous ne sommes pas des philanthropes ».

    Des avertissements similaires ont été lancés par Moderna.

    Israël et Pfizer avaient conclu un accord sur l’achat de vaccins au mois de novembre. La compagnie pharmaceutique, ainsi que son partenaire BioNTech, avaient ainsi livré à Israël un nombre non précisé de doses et le ministère des Finances avait expliqué avoir déboursé la somme de 2,6 milliards de shekels.

    Israël veut acquérir 36 millions de doses supplémentaires, a noté Reuters.

    Ces vaccins seront destinés aux #enfants – une fois qu’ils seront considérés comme éligibles – et pour les piqûres de rappel des Israéliens. Le responsable de la lutte contre le coronavirus au sein de l’État juif, Nachman Ash, avait déclaré dimanche dernier qu’il pensait qu’Israël pourrait commencer à vacciner les enfants au cours des prochaines semaines.

    Pfizer a demandé vendredi l’autorisation Des États-Unis pour vacciner les jeunes de 12 à 15 ans.

    Source : https://fr.timesofisrael.com/pfizer-demande-a-israel-de-payer-ses-doses-sous-peine-de-perdre-se

    #covid #Israel #Pfizer #vaccins #BioNTech #argent #gros_sous

  • En Iran, un sabotage qui porte la marque d’Israël
    Par Armin Arefi - Publié le 12/04/2021 à 10h19- Le Point
    https://www.lepoint.fr/monde/en-iran-un-sabotage-qui-porte-la-marque-d-israel-12-04-2021-2421747_24.php

    Cliché satellite du complexe nucléaire iranien de Natanz (centre), qui a été visé dimanche 11 avril par une mystérieuse attaque. © - / Satellite image ©2021 Maxar Tec / AFP

    L’État hébreu est fortement soupçonné d’avoir endommagé une usine d’enrichissement d’uranium, en pleine négociation diplomatique sur le nucléaire iranien.
    Cliche satellite du complexe nucleaire iranien de Natanz (centre), qui a ete vise dimanche 11 avril par une mysterieuse attaque.

    Du « terrorisme antinucléaire ». Voilà comment Ali Akbar Salehi, le chef de l’organisation iranienne de l’énergie atomique (OIEA), a qualifié le mystérieux incident qui a frappé le complexe atomique de Natanz (centre), l’un des principaux sites nucléaires du pays. Dimanche matin, l’OIEA a révélé qu’un « accident » d’origine inconnue avait eu lieu « dans une partie du circuit électrique de l’usine d’enrichissement du complexe Chahid Ahmadi-Rochan », provoquant « une panne de courant ». À Téhéran, les autorités iraniennes sont persuadées qu’il s’agit d’une attaque délibérée, qui ne doit rien au hasard. Elle intervient au lendemain de l’annonce en grande pompe par le président iranien Hassan Rohani de la production d’une ligne de 164 centrifugeuses avancées IR-6 à Natanz, au moment où les signataires de l’accord sur le nucléaire iranien (JCPOA) sont réunis à Vienne pour tenter de trouver une issue diplomatique à cet épineux dossier bloqué depuis trois ans.

    « Cette attaque semble clairement viser ce qui se passe à Vienne », estime l’analyste politique franco-iranien Kianouch Dorrani. « Les services israéliens tentent de semer des embûches en vue de ralentir le processus de normalisation entre les États-Unis et l’Iran. » Les représentants des deux pays sont actuellement présents en Autriche pour discuter indirectement un retour commun dans le cadre du JCPOA. L’ancien président américain Donald Trump s’est unilatéralement retiré en mai 2018 de l’accord, que respectait pourtant Téhéran selon l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), rétablissant contre la République islamique les sanctions « les plus dures de l’histoire », avant que Téhéran ne rompe à son tour ses engagements un an plus tard. Selon le dernier rapport de l’AIEA, la République islamique compterait désormais 14 fois plus d’uranium faiblement enrichi que la limite fixée par le JCPOA.

    « Coup sévère » aux capacités iraniennes

    En Iran, tous les regards se tournent vers Israël, farouche opposant du programme nucléaire iranien qu’il estime être à visée militaire, ce que dément la République islamique. Téhéran considère déjà l’État hébreu comme étant responsable d’un précédent sabotage qui a visé le complexe de Natanz en juillet 2020. Tel-Aviv est également soupçonné d’être derrière l’assassinat en novembre dernier du scientifique iranien Mohsen Fakhrizadeh, père du programme nucléaire militaire iranien, en banlieue de Téhéran. « Les sionistes veulent se venger du succès [obtenu] dans la voie de la levée des sanctions oppressives », a accusé lundi le chef de la diplomatie iranienne Mohammad Javad Zarif en usant de l’appellation par laquelle les autorités de Téhéran nomment les représentants de l’État hébreu. « Mais nous ne l’autoriserons pas et nous nous vengerons de ces actions contre les sionistes eux-mêmes », a-t-il ajouté, selon l’agence Irna. Quant à Israël, il n’a ni confirmé ni infirmé sa responsabilité, comme à l’accoutumée dans de telles circonstances.

    Mais d’après le New York Times, celle-ci porterait bien la marque d’Israël. Citant deux responsables – un Israélien et un Américain – du renseignement, le quotidien américain estime que l’explosion a « complètement détruit » le système d’alimentation interne des centrifugeuses d’enrichissement d’uranium, pourtant placées sous terre. Selon le journal new-yorkais, l’attaque aurait infligé un « coup sévère » aux capacités iraniennes d’enrichissement d’uranium et il faudrait « au moins neuf mois » à l’usine de Natanz pour reprendre entièrement sa production d’uranium enrichi. Si certains spécialistes en Israël évoquent une cyberattaque, le chercheur Ali Vaez estime au contraire que le scénario le plus probable est une opération menée à distance ou via une infiltration physique dans l’usine. « Après la cyberattaque Stuxnet (qui a visé le programme nucléaire iranien en 2010, NDLR), l’Iran a coupé toutes les connexions entre ses installations nucléaires et le monde extérieur », rappelle le directeur du projet Iran au sein du centre de réflexion International Crisis Group.

    Faillite de Donald Trump

    « S’il s’agit bien d’Israël, l’attaque aurait alors deux objectifs distincts. Tout d’abord un but opérationnel : arrêter l’avancement du programme nucléaire iranien, qui est réel », analyse Ely Karmon, chercheur en problématique stratégique et en contre-terrorisme au centre interdisciplinaire de Herzliya. « Puis un but politique : convaincre les responsables occidentaux qui négocient à Vienne de ne pas crouler sous la pression iranienne. » Au même moment, le secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin, effectuait en Israël la première visite d’un responsable de l’administration Biden, pour rassurer son homologue israélien Benny Gantz sur les négociations en cours avec l’Iran. Mercredi dernier, alors que des diplomates faisaient état de discussions « constructives » à Vienne, le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou rappelait qu’un « accord avec l’Iran qui ouvrirait la voie aux armes nucléaires (…) ne serait d’aucune façon contraignant » pour l’État hébreu. Le chef du gouvernement israélien a toujours fustigé le JCPOA qu’il considère comme un mauvais accord, au même titre que l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis. Bien que ce texte autorise les inspections les plus poussées de l’AIEA dans un pays à ce jour, Netanyahou répète que l’Iran souhaite se doter de la bombe atomique, sous couvert d’un programme civil, dans le but de détruire l’État hébreu.

    Contraint de ronger son frein sous Barack Obama, déterminé à signer l’accord malgré ses protestations, le Premier ministre israélien a œuvré de tout son poids en coulisse pour que son allié Donald Trump retire les États-Unis du texte. « La majorité des dirigeants et des experts israéliens est aujourd’hui convaincue que la stratégie de Donald Trump sur l’Iran a failli, et que les Iraniens ont avancé d’autant plus rapidement vers la bombe, souligne le chercheur Ely Karmon, d’autant plus que l’AIEA a rapporté que Téhéran avait enfreint ses obligations concernant la quantité et la qualité d’uranium enrichi. » Selon les dernières estimations du renseignement militaire israélien, Téhéran se trouverait à deux ans de l’arme atomique, s’il décidait de se lancer aujourd’hui dans sa production. Considérant malgré tout qu’un accord américano-iranien pour un retour commun dans le JCPOA est inévitable, Tel-Aviv pourrait avoir décidé de frapper Natanz, en concertation avec Washington, pour retarder autant que possible les avancées iraniennes en matière de nucléaire.
    « Scénario gagnant-gagnant pour Israël »

    « Ce semble être un scénario gagnant-gagnant pour Israël », analyse le chercheur Ali Vaez, de l’International Crisis Group. « Si l’Iran ne riposte pas par crainte de faire dérailler le processus diplomatique à Vienne, cette opération permet à Israël d’infliger un revers gratuit et dévastateur pour le programme nucléaire iranien. Mais si l’Iran riposte, ajoute le spécialiste, alors cela pourrait mettre en péril les négociations en Autriche, ce qui est conforme aux objectifs d’Israël. » L’opération de Natanz ne serait que le dernier épisode d’une guerre de l’ombre beaucoup plus vaste et secrète que se livrent actuellement les deux meilleurs ennemis de la région. À couteaux tirés en Syrie, Israël et l’Iran ont étendu ces derniers mois leur rivalité à la mer Rouge, où leurs navires commerciaux mais aussi militaires ont récemment été victimes de curieuses explosions. Elles n’ont pour l’heure pas fait de victime, aucun camp ne souhaitant entrer dans un conflit ouvert et potentiellement dévastateur. « Personne ne l’appelle de ses vœux, précise l’analyste Kianouch Dorrani, mais les deux pays s’enlisent peu à peu dans une confrontation directe. »

    #IsraelIran

  • Israelis resume anti-Netanyahu protests after PM tasked with forming government
    Nir Hasson, Bar Peleg | Apr. 10, 2021 | 7:59 PM - Haaretz.com
    https://www.haaretz.com/israel-news/.premium-israelis-resume-anti-netanyahu-protests-after-three-week-pause-1.9

    Israelis resume anti-Netanyahu protests after PM tasked with forming government
    Demonstrators return to Jerusalem for the first time since last month’s election after Netanyahu was tasked with forming the next government

    Protests against Prime Minister Benjamin Netanyahu resumed on Saturday for the first time since last month’s election after he was tasked with forming a government.

    Demonstrators returned to Paris Square outside the Prime Minister’s Residence in Jerusalem and traffic junctions around the country, three weeks after the last protest before the election – which was the 39th consecutive week of protests against the prime minister, who is on trial for corruption, fraud and breach of trust in three separate cases.

    Several hundred protesters also marched to President Reuven Rivlin’s official residence and demonstrated at the gate.

    Following the final pre-election protest, activists disbanded the protest encampment that was set up last year across from Netanyahu’s official residence. Activist Amir Haskel, a leading figure in the protests, told Haaretz at the time that the encampment would be reestablished if Netanyahu formed the next government.

    On Friday, police detained some 15 protesters near the home of Attorney General Avichai Mendelblit who demanded that he declare Netanyahu incapacitated and unable to lead the country while he is on trial.

    While protesters remained dozens of meters away from Mendelblit’s residence and demonstrated quietly, police arriving at the scene told them they were violating the conditions for protesting in the neighborhood. Protesters who refused to leave were detained.

    On Tuesday, Rivlin picked Netanyahu as the candidatge given the first chance to try and form a new government after an unprecedented fourth election in under two years.

    Rivlin said no candidate has a real chance of forming new government, but decided to task Netanyahu, as he had received the most endorsements.

    #Israelmanifs 40

  • De plus en plus d’homophobes à la Knesset AFP et Times of Israel Staff - 6 Avril 2020
    https://fr.timesofisrael.com/de-plus-en-plus-dhomophobes-a-la-knesset

    "Il y a des gens à la Knesset aujourd’hui qui pensent que la violence contre les LGBT devrait être institutionnalisée", dit Bracha Barad, responsable d’une association féministe.


    L’association Agouda a organisé avec d’autres associations de défense des droits humains la manifestation de mardi devant le Parlement, coïncidant avec la prestation de serment des nouveaux députés, le 6 avril 2021. (Crédit : Emmanuel DUNAND / AFP)

    Devant le Parlement israélien, des dizaines de drapeaux arc-en-ciel ont flotté dans le ciel mardi : l’investiture de députés ouvertement homophobes alarme la communauté LGBT dans ce pays pourtant pionnier dans la défense des droits de cette communauté.

    Après les législatives du 23 mars, les militants LGBT (lesbiennes, gays, bis, trans) israéliens ont particulièrement tiqué sur trois noms : Avi Maoz, Itamar Ben Gvir et Mansour Abbas.

    Chefs de file de partis d’extrême droite, ces deux hommes politiques ne cachent pas leur aversion pour les membres de la communauté LGBT.

    Dans un clip de campagne de 2019, le petit parti orthodoxe et nationaliste d’Avi Maoz, Noam, accusait les militants LGBT, au même titre que d’autres activistes de gauche ou les juifs réformés, de vouloir « détruire » le peuple juif et les comparait aux nazis.

    Avec pour slogan « Un peuple normal sur sa terre », Noam affichait clairement son opposition à la reconnaissance des familles homoparentales jugées anormales.


    Itamar Ben Gvir, chef du parti d’extrême droite Otzma Yehudit au marché Mahane Yehuda à Jérusalem, le 22 mars 2021. (Crédit : MENAHEM KAHANA / AFP)

    Itamar Ben Gvir, avocat de profession, a lui été l’un des organisateurs de la « beast parade » (le défilé des bêtes) à Jérusalem en 2006, dans laquelle des opposants religieux à la marche des fiertés ont défilé avec des ânes, associant les homosexuels à des animaux.

    Alliés au député Betzalel Smotrich, leur Parti sioniste religieux a obtenu six sièges au scrutin de mars.

    « Ce n’est pas légitime dans un pays démocratique et libéral », déplore Or Keshet qui milite au sein de la plus importante organisation de défense des droits LGBT en Israël, la Agouda.

    Cette association a organisé avec d’autres associations de défense des droits humains la manifestation de mardi devant le Parlement, coïncidant avec la prestation de serment des nouveaux députés.

    « Il y a des gens à la Knesset aujourd’hui qui pensent que la violence contre les LGBT devrait être institutionnalisée », explique Bracha Barad, une jeune manifestante, responsable d’une association féministe. « Nous ne pouvons pas laisser faire sans protester ».


    Le président du parti Noam Avi Maoz (Crédit : Parti Noam)

    De fait, les partenaires politiques du Premier ministre sortant Benjamin Netanyahu, désigné mardi pour former le nouveau gouvernement, sont traditionnellement hostiles à la reconnaissance des droits LGBT, qu’ils soient ultra-orthodoxes ou d’extrême droite.

    Or le soutien des six députés du Parti sioniste religieux à M. Netanyahu lui a permis d’obtenir davantage d’appuis que son rival, le centriste Yaïr Lapid, pour former une nouvelle équipe ministérielle.

    « On ne veut pas que ces individus fassent partie du gouvernement et qu’ils occupent des postes clé », s’inquiète Or Keshet de l’Agouda.

    L’Etat hébreu est pourtant considéré comme en avance sur les questions LGBT : il reconnaît par exemple les mariages gays effectués à l’étranger et autorise les couples de même sexe ainsi que les femmes et les hommes célibataires à recourir à la gestation pour autrui (GPA).

    Une partie de la communauté LGBT refuse cependant qu’on se serve de sa cause, et répugne à se prêter à ce qu’elle dénonce comme du « pinkwashing », détournement de l’anglais « whitewashing », qui consisterait à dissimuler sous une couche de rose les réalités israéliennes, à des fins politiques aussi bien que commerciales.


    Le chef de Raam, Mansour Abbas, au siège du parti à Tamra, le soir des élections, le 23 mars 2021. (Crédit : Flash90)

    Les militants LGBT surveillent aussi avec attention les déclarations du député arabe israélien Mansour Abbas, dont le parti islamiste Raam a créé la surprise aux législatives de mars en obtenant quatre sièges.

    Il a fait savoir lundi qu’il négocierait avec quiconque serait désigné pour former le gouvernement.

    En juillet 2020, Raam avait protesté contre un projet de loi voulant interdire les « thérapies de conversion  », pratiques visant à changer l’orientation sexuelle des personnes LGBT, largement considérées comme violant les droits humains.

    « Soutenir cette loi revient à diffuser l’obscénité et l’homosexualité parmi les gens et c’est un crime contre la religion et la société », avait indiqué le parti islamiste, pour qui l’homosexualité est une déviance immorale.

    « On est inquiets d’un scénario selon lequel se profile un gouvernement très conservateur », pris en étau entre tous ces alliés homophobes, souligne Or Keshet, qui en juin 2020 se réjouissait que le Parlement comptait 6 élus ouvertement homosexuels.

    #israel #religion #lgbt #homosexualité #homophobie #discrimination #lesbiennes #gays #bis #trans #pinkwashing

  • Sur les résultats des élections israéliennes : c’est le kahaniste Ben Gvir qui vous gêne ?

    Une liste qui, en Europe, aurait été qualifiée d’emblée de néo-nazie vient de faire son entrée à la Knesset. Il n’y a pas d’autre façon de décrire le parti Sioniste Religieux. Xénophobie, homophobie et nationalisme, combinés au fondamentalisme religieux et à la violence, sans aucune retenue : comment peut-on l’appeler autrement ? Aucun pays d’Europe occidentale n’aurait l’audace d’inclure une telle faction dans son gouvernement. En Europe, ce fascisme serait inacceptable. En Israël, il est sur le point de faire partie du prochain gouvernement.

    https://entreleslignesentrelesmots.blog/2021/04/05/sur-les-resultats-des-elections-israeliennes-cest-le-ka

    #israël

  • Israel, a vengeful democracy
    Amira Hass | Mar. 29, 2021 | 11:19 PM - Haaretz.com
    https://www.haaretz.com/opinion/.premium-israel-a-vengeful-democracy-1.9665256

    The Shin Bet security service has ruled that Laith Abu Zeyad, 30, would be a danger to Israeli security if he travels to London for a year to work in the head office of Amnesty International. The risk he poses to our security is so great that Israel didn’t even allow him to be at his mother’s side as she was dying from cancer in an East Jerusalem hospital, three kilometers from their home in Al-Azzariyeh in the West Bank. After much effort was exerted, the permit came through, two days after his mother died.

    The Shin Bet has not summoned him for any type of interrogation. Soldiers haven’t raided his house in the dead of night. The military prosecution hasn’t charged him with anything. And still, for over a year-and-a-half he has been forbidden to do what he had previously done without any problem – go to Amnesty’s office in East Jerusalem and travel abroad. In August 2019 he was still able to attend work meetings in New York. A month later he was forbidden to accompany his mother to the hospital and in October 2019, he was turned back at the Allenby Crossing as he tried to get to the funeral of a relative in Jordan. His alleged dangerousness is so great that he is not allowed to know what evidence there is of it.

    He’s a talented guy, Abu Zeyad. He has a master’s in sociology and human rights from the London School of Economics and Political Science. He earned his bachelor’s degree in international law and human rights at Al-Quds University in Abu Dis, and also worked as an intern in its human rights clinic. From January 2016 until October 2017, he worked for the Addameer organization that supports Palestinian prisoners. Then he was hired by Amnesty.

    Israel is a strong country. A military power, and according to foreign reports, also a nuclear one. Its economy is stable, and according to official Israeli reports, it’s a democracy. So what is the secret, threatening weapon that could harm it if Abu Zeyad manages Amnesty’s campaigns to increase awareness of the state of human rights in North Africa and the Middle East, from London?

    Abu Zeyad questioned the ban on leaving the country. The response he received was, “You are involved in Popular Front activity, and your leaving the area poses a risk to regional security.” He asked to have the security restriction removed so he could be with his mother. He was refused. He petitioned the Administrative Affairs Court through attorney Tamir Blank. During the hearing Judge Moshe Sobel heard behind closed doors what the Shin Bet had to say, and ruled that it was fine to block Abu Zeyad from traveling abroad.

    However, at the hearing it was also said that the petitioner could again request a permit to leave the country once nine months had elapsed since the former request. The new request was submitted and on February 1 it was again rejected. “You are an activist with the Popular Front, and as such there is concern that your exit will be exploited to advance security activity,” the refusal notification said. Abu Zeyad suggested a meeting with a Shin Bet representative to inform him personally that it wasn’t true: He wasn’t, nor had he ever been, a Popular Front activist. His suggestion got no response. His lawyer wrote another administrative petition, which will be heard next week. The Jerusalem prosecution hasn’t yet responded.

    The Shin Bet argues that the travel ban has nothing to do with Abu Zeyad’s work for Amnesty (i.e., the group’s most recent reports on the wounding and killing of Palestinian demonstrators in Gaza, and the illegality of businesses in the settlements). But because the Shin Bet, in its arrogance, is hiding behind ambiguity and secrecy, there’s only one conclusion: By denying Abu Zeyad freedom of movement, Israel is not just taking revenge on him or on Amnesty, it is threatening that anyone who works to increase international awareness of the illegality of Israel’s domination over the Palestinians, will be punished. Especially Palestinians.

    #IsraelAmnesty

  • Comment Israël développe Scorpion, futur cœur de la défense francaise
    Orient XXI> Jean Stern > 30 mars 2021
    https://orientxxi.info/magazine/comment-israel-developpe-scorpion-futur-coeur-de-la-defense-francaise,46

    (...) Cette expertise qui facilite l’analyse fine d’un terrain donné, Israël l’a acquise grâce à ses drones déployés dans les territoires palestiniens occupés. « Israël a pris une longueur d’avance sur trois points-clés, ajoute l’ingénieure. D’abord l’effacement du bruit acoustico-moteur des drones. C’est un gros progrès, on est train d’arriver à l’invisibilité du bruit, sujet sur lequel on travaille aussi beaucoup en France ». Ensuite la miniaturisation des drones. Les drones-insectes qui nous amusent dans un James Bond sont déjà en service et testés par l’armée israélienne à Gaza. « Ils intégrent le dronique à la nature », précise la spécialiste. Enfin, l’effacement des traces numériques et le repérage des signaux « ennemis » stratégique, car le pilotage numérique est au cœur de Scorpion. « Il ne faut pas être capté, tout en captant l’autre. Les Israéliens savent masquer, localiser, interpréter, analyser, brouiller. L’idée, là encore, c’est d’être invisible et profondément silencieux, poursuit la même experte. Ce qui fonde nos partenariats avec Israël, c’est toutes ces inventions, simples, venues des meilleurs ingénieurs, qui ont acquis leur savoir-faire dans le contrôle et la répression dans les territoires palestiniens et à Gaza ». (...)

    #marchands_de_canons

    • Illegal missile sale to ’Asian Country’ could harm Israel-U.S. ties
      Amos Harel | Feb. 11, 2021 | 9:19 PM | Haaretz.com
      https://www.haaretz.com/israel-news/.premium-illegal-deal-between-israelis-and-an-asian-country-could-harm-ties

      The criminal case revealed Thursday, involving more than 20 Israelis, some former defense officials, will mandate full transparency in Israel’s dealings with the already-suspicious Biden administration

      Investigations by the Shin Bet and police into the alleged sale of military technology to an unnamed Asian country may become one of the most serious security issues in recent memory. Defense officials are concerned that the case may have far-reaching consequences involving a large number of people and potential intelligence and technological fallout.

      The affair could also have implications for defense ties between Israel and the United States, just after President Joe Biden’s new administration, which already harbors suspicions toward Israel, has taken over. It will cast a wholly unnecessary pall over ties with Washington, which has been briefed on the affair.

      This mysterious Asian country, whose name has been placed under gag order, is not an enemy of Israel’s. It’s not Iran. But Israel’s economic ties with it have been loaded for years, whether for fear of angering other states or because of the risk that expertise passed to this country could fall into the wrong hands or be used for industrial espionage against Israel. This is one of the reasons that Israel has somehwat tightened its supervision on security deals companies make with countries in Asia.

      More than 20 Israelis have been interrogated so far in connection with this affair. It appears some of them are familiar to the police and Shin Bet from previous investigations.

      These civilians, among them former employees of defense sector employees, are suspected of conducting advanced experiments in developing loitering missiles, an attack weapon at the forefront of military technology.

      The investigators are troubled by several aspects of the affair. First, the technology smuggled illegally from Israel to the Asian country could make its way to enemy nations. Second, quite a few former defense employees are involved, including some who were in senior military positions. Third, these were apparently not naive individuals who had been led astray, but were rather well aware of the rules on defense exports and the fact that Israel had not authorized the deals. Fourth, large sums of money totaling millions of shekels had exchanged hands.

      Fifth, and perhaps most serious of all, numerous attempts at concealing the sales were allegedly made, using middlemen and intricate money transfers intended to bypass Israeli authorities.

      This isn’t the first time in recent years that similar suspicions have arisen. Only about a year ago, a similar matter involving defense export deals of a smaller scope, was investigated. There may, in fact, be a link between the incidents. The defense establishment, together with the justice system, will have to deal with the new suspicions thoroughly to find the truth and bring the perpetrators to justice.

      Perhaps more importantly, Israel will have to conduct itself with complete transparency vis-a-vis its partners in Washington. This will be required to prevent negative baggage from accumulating and clouding the defense ties between the countries, following similar past investigations that have angered previous American administrations.

      #IsralUSA #IsraelChine