• Quand le Mossad frappe l’Iran en pleine nuit
    Trois drones ont visé samedi un site militaire à Ispahan, dernière illustration de la nouvelle doctrine israélienne contre la République islamique.
    Par Armin Arefi | Publié le 30/01/2023
    https://www.lepoint.fr/monde/quand-le-mossad-frappe-l-iran-en-pleine-nuit-30-01-2023-2506751_24.php

    Les explosions ont retenti dans la nuit, alors qu’Ispahan n’était pas encore tout à fait endormie. « C’est un drone ! C’est un drone ! » s’est exclamé avec son accent caractéristique un habitant de la ville millénaire du centre de l’Iran qui filmait la scène.

    L’homme disait vrai. Trois quadricoptères, des appareils munis de quatre rotors, ont visé samedi à 23 h 30 une usine de fabrication de munitions, a annoncé à peine quelques heures plus tard le ministère iranien de la Défense, précisant que l’un des drones avait été détruit par le système de défense antiaérienne du site, tandis que les deux autres avaient explosé. N’ayant fait aucune victime, l’incident a entraîné des « dégâts mineurs à la toiture » du bâtiment et n’a « pas provoqué de perturbation dans le fonctionnement du complexe (...)

    #IsraelIran

  • Contre la colonisation, l’Initiative Citoyenne Européenne #StopColonies !

    Pour nous, écrivaines, écrivains, universitaires, artistes, créateurs et créatrices de diverses disciplines, l’égalité entre tous les êtres humains et le respect de l’autre sont des valeurs fondamentales auxquelles nous sommes très fortement attachés. L’acquisition de territoires par la force, les déplacements de population et la colonisation sont à l’exact opposé de ces valeurs. L’idéologie suprémaciste et raciste qui les accompagne est un poison que nous devons combattre partout où il sévit.

    La colonisation de la Palestine par l’État d’Israël, qui n’a jamais cessé depuis des décennies, va encore s’accentuer avec le nouveau gouvernement israélien, qui donne une large place et des pouvoirs importants à des partis et des personnalités ouvertement racistes, et met au premier rang de son projet l’accélération de la colonisation des terres palestiniennes. La population palestinienne, menacée dans ses moyens d’existence, subit la violence conjuguée de l’armée d’occupation et des colons.

    https://entreleslignesentrelesmots.wordpress.com/2023/01/29/contre-la-colonisation-linitiative-citoyenne-e

    #international #Israel #palestine

  • L’UE taxe d’antisémitisme le fait de qualifier Israël d’État d’apartheid
    Ali Abunimah, 23 janvier 2023 | The Electronic Intifada |Traduction : Jean-Marie Flémal, Charleroi pour la Palestine
    https://charleroi-pourlapalestine.be/index.php/2023/01/24/lue-taxe-dantisemitisme-le-fait-de-qualifier-israel-detat-

    C’est de l’antisémitisme que de prétendre qu’Israël se rend coupable du crime d’apartheid envers le peuple palestinien, selon l’Union européenne.

    Cela voudrait dire, selon Bruxelles, que les principales organisations de défense des droits, dont Human Rights Watch, Amnesty International et B’Tselem en Israël même – et financée par l’UE – sont elles-mêmes coupables de sectarisme antijuif.

    Cette allégation extraordinaire de l’UE est venue en réponse à une question adressée directement par plusieurs membres pro-israéliens du Parlement européen au corps exécutif de l’UE, c’est-à-dire à la Commission européenne.

    Les députés ont déclaré que le rapport d’Amnesty, de fin février dernier, « prétendait que l’apartheid était inhérent à la fondation de l’État d’Israël en 1948 et qu’il a continué à être mis et maintenu en place par les gouvernements israéliens successifs ».

    Les députés ont demandé si le chef de la politique étrangère de l’UE, Josep Borrell, percevait lui aussi Israël comme un « État d’apartheid ».

    Ils voulaient également savoir si Borrell considérait le rapport d’Amnesty comme « antisémite » selon la définition de l’antisémitisme donnée par l’Alliance internationale pour la mémoire de l’Holocauste (AIMH ou IHRA), « étant donné qu’il [le rapport] affirme que l’existence de l’État d’Israël est une entreprise raciste (c’est-à-dire un État d’apartheid) ».

    Les députés pro-israéliens devraient être pleinement satisfaits de la réponse écrite de Borrell, datée du 20 janvier. « La Commission considère qu’il n’est pas approprié de recourir au terme ‘apartheid’ en ce qui concerne l’État d’Israël », a écrit Borrell.

    Borrell a confirmé que l’UE s’appuyait bel et bien sur la définition de l’antisémitisme de l’IHRA et il a ajouté en insistant : « Prétendre que l’existence d’un État d’Israël est une entreprise raciste fait précisément partie des exemples que l’IHRA a choisis pour illustrer sa définition. »

    La définition hautement politisée de l’IHRA, lourdement promue par Israël et ses lobbys, a rencontré une opposition nourrie en raison des inquiétudes de la voir utilisée précisément de la façon dont Borrell la présente ici : afin de qualifier faussement de sectarisme antijuif toute critique d’Israël et de ses crimes. (...)

    #IsraelUE #IHRA

  • « Une désobéissance civile face au gouvernement fasciste, sans Palestiniens ? » (et autre texte)

    Le chaos déclenché par le gouvernement d’extrême droite israélien [voir l’article publié sur ce site le 30 décembre 2022] a remis à l’ordre du jour un concept oublié dans le lexique public : la désobéissance civile. Ces dernières semaines, avant même l’investiture du nouveau gouvernement, des militant·e·s et des leaders de l’opposition ont appelé à des manifestations de masse, des grèves et d’autres formes d’agitation.

    Deux de ces leaders sont Ehud Barak [ministre israélien de la Défense de juin 2007 à mars 2013] et Yair Golan [ministre de l’Economie 2021-2022] – tous deux généraux de l’armée à la retraite, des personnes qui ont passé une grande partie de leur vie sous l’uniforme militaire – nous encouragent maintenant à descendre dans la rue et à désobéir au régime. Alors que pour Ehud Barak, la menace de désobéissance civile reste vague et dépourvue de plan d’action, Yair Golan en avance un déjà plus clair : fermeture des commerces et des services, blocage des routes, etc.

    https://entreleslignesentrelesmots.wordpress.com/2023/01/24/une-desobeissance-civile-face-au-gouvernement-

    #international #israel

  • "Les émotions d’une démocratie coloniale"

    Dans une tribune publiée dans Le Monde le 15 novembre dernier, la sociologue franco-israélienne Eva Illouz faisait le constat de l’importance croissante en Israël d’un « fascisme juif » incarné par le député Itamar Ben Gvir. Depuis, Ben Gvir, qui « affiche un mépris ouvert pour les normes et les institutions démocratiques », est devenu ministre de la Sécurité nationale. Le passage du « populisme nationaliste », par lequel les démocraties périssent de mort lente, au fascisme est donc consommé. Parmi les multiples facteurs qui ont abouti à cette déroute de la démocratie, Eva Illouz accorde dans son nouveau livre une place primordiale aux émotions et à leur manipulation par des forces politiques qui contrôlent également les médias. L’émotionnel prime alors sur le rationnel et même parfois sur les intérêts socio-économiques de l’électorat.

    https://www.en-attendant-nadeau.fr/2023/01/04/emotions-democratie-coloniale-illouz

    #Eva_Illouz#Israel#Palestine#démocratie#Emotions

  • Pegasus, Israël et un massacre d’étudiants mexicains
    Jean-Pierre Filiu - 22 janvier 2023
    https://www.lemonde.fr/un-si-proche-orient/article/2023/01/22/pegasus-israel-et-un-massacre-d-etudiants-mexicains_6158842_6116995.html

    L’exposition « Top Secret », que consacre la Cinémathèque française aux films d’espionnage jusqu’au 21 mai, se conclut par une présentation où la réalité dépasse à bien des égards la fiction. Il s’agit de trois vidéos réalisées par le groupe de recherche Forensic Architecture, avec le soutien de l’ONG Amnesty International et de la plate-forme Citizen Lab, sur l’utilisation du logiciel espion Pegasus, entre autres à l’encontre des journalistes et des défenseurs des droits humains.

    Une de ces vidéos traite du cas du Mexique, et plus précisément de la « disparition » de quarante-trois étudiants, dans le sud-ouest du pays, en septembre 2014. Il est en effet avéré que l’ancien juge Tomas Zeron, dont le rôle avait déjà été essentiel dans l’acquisition de Pegasus par les autorités mexicaines, a tout fait pour saboter l’enquête sur ce crime de masse, le logiciel ciblant les familles et les défenseurs des victimes pour mieux les espionner. Malgré un mandat d’arrêt international, M. Zeron a pu trouver refuge en Israël, dont le gouvernement refuse de l’extrader vers le Mexique.
    Cibler les victimes plutôt que les coupables

    Le Monde a été associé à quinze autres rédactions dans le cadre du « Projet Pegasus », une vaste enquête sur l’utilisation de ce logiciel mis au point et commercialisé par la société israélienne NSO. Il en ressort que « le Mexique a été le premier pays du monde à acheter le logiciel Pegasus », dès 2011, devenant « une sorte de laboratoire pour cette technologie d’espionnage ».

    Les deux premiers clients officiels de NSO au Mexique ont été deux agences de renseignement, opérant hors de tout contrôle judiciaire. Mais l’acquisition de Pegasus par le bureau du procureur général de la République, Jesus Murillo Karam, banalise l’utilisation de ce logiciel, avec quelque 15 000 personnes espionnées de 2014 à 2017. L’homme-clé dans cette judiciarisation de Pegasus est M. Zeron, nommé en 2013 par M. Murillo Karam à la tête de la toute nouvelle Agence d’investigation criminelle (AIC).

    #Pegasus #IsraelMexique

    • En septembre 2014, quarante-trois étudiants de l’école normale d’#Ayotzinapa, partis en autobus manifester à Mexico, « disparaissent » après avoir été attaqués par la police locale. M. Zeron est chargé, au nom de l’AIC, de faire toute la lumière sur ce drame qui suscite une immense émotion au Mexique. Il affirme que des policiers véreux auraient livré les étudiants à une bande de narcotrafiquants qui, les prenant pour des membres d’un cartel rival, les auraient massacrés, avant d’incinérer leur dépouille dans une décharge municipale. Telle est la version officielle de ce carnage, que M. Zeron répète sous le nom de « vérité historique ».

      Tous ceux qui osent la contester se retrouvent visés par le logiciel Pegasus, qu’il s’agisse de proches des victimes, de journalistes d’investigation ou de militants associatifs. Cet espionnage s’étend aux experts internationaux dont la contre-enquête, mandatée par la Commission interaméricaine des droits de l’homme, est accablante pour les autorités mexicaines. M. Zeron, explicitement mis en cause, quitte l’AIC pour être rattaché au cabinet du président Peña Nieto, ce qui lui assure l’impunité.

      Une demande d’asile politique en Israël

      En décembre 2018, Andres Manuel Lopez Obrador, qui avait lui-même été espionné par le biais de Pegasus, devient président de la République. M. Zeron, dont les protections haut placées disparaissent avec cette alternance politique, ne tarde pas à fuir son pays vers le Canada, puis Israël. En juin 2020, Interpol émet, à la demande du Mexique, un mandat d’arrêt international contre M. Zeron, accusé de dissimulation de preuves, de modification de lieu du crime, de torture et de disparition forcée.

      Peu après, la découverte des restes de l’une des victimes porte le coup de grâce à la « vérité historique » du magistrat déchu. En août 2022, c’est son ancien supérieur, M. Murillo Karam, qui est poursuivi pour « disparitions forcées, torture et obstruction à la justice ». Se précise la piste d’un crime d’Etat, avec collusion entre militaires et narcotrafiquants. M. Zeron, toute honte bue, dépose une demande d’asile politique en Israël.

      Le site israélien Calcalist affirme que M. Zeron réside dans un quartier huppé de Tel-Aviv, avec le soutien d’un homme d’affaires en vue dans le secteur de la cybersécurité et de la géolocalisation. Le Mexique a multiplié depuis deux ans ses démarches pour qu’Israël lui livre M. Zeron, même en l’absence d’un traité d’extradition entre les deux pays.

      Selon le New York Times, Israël refuse de donner suite aux demandes mexicaines afin de sanctionner le soutien de Mexico à une commission d’enquête de l’ONU sur les violences dans les territoires palestiniens occupés. Le blocage est tel que des émissaires mexicains se rendent à Tel-Aviv et tentent en vain de négocier avec M. Zeron lui-même son retour au pays. Cette situation provoque l’indignation des familles des victimes d’Ayotzinapa, qui accusent « Israël de protéger Tomas Zeron, malgré ses violations des droits humains et sa torture de détenus ».

      Il y a trois semaines, le Mexique a encore voté à l’ONU en faveur d’une saisine de la Cour internationale de justice sur l’occupation israélienne des territoires palestiniens. M. Zeron a sans doute toutes les raisons de se croire intouchable dans son exil doré à Tel-Aviv.

      https://justpaste.it/5j7gh

      #disparitions_forcée #Mexique #crime_d’Etat #Israël

  • Colonisation israélienne, entreprises européennes, droits palestiniens

    La politique israélienne vis-à-vis du territoire et du peuple palestinien fait régulièrement l’objet de condamnations internationales. Cela n’empêche pourtant pas de nombreux États et entreprises, en particulier en Europe, d’entretenir des relations économiques étroites avec l’État d’Israël et ses colonies de peuplement illégales.

    https://entreleslignesentrelesmots.wordpress.com/2023/01/19/colonisation-israelienne-entreprises-europeenn

    #international #israel #palestine #europe

  • Espionnage de Pegasus, impunies charges du justiciable qui nuit encore.
    http://www.argotheme.com/organecyberpresse/spip.php?article4411

    Devant la Cour suprême des États-Unis la défense d’ONS, l’entreprise israélienne qui vend toujours le système d’espionnage des téléphones nommé « Pegasus » cite le droit à l’immunité souveraine. Ce qui a été rejeté mais le problème demeure car les communications sont encore surveillées. Et le moindre des post sur les réseaux sociaux du Web est décortiqué par des cellules sécuritaires qui suggèrent la lutte contre les tendances complotistes qui s’attaquent aux institutions. conflits, situation, points chauds, monde, international, efforts, position, opinion, interventionnisme,

    / #Internet,_Web,_cyber-démocratie,_communication,_société,_médias, fait divers, société, fléau, délinquance, religion , #Israël,_Proche-Orient,_droits_de_l’homme,_ONU, USA, Maison Blanche, (...)

    #conflits,situation,_points_chauds,_monde,_international,_efforts,_position,_opinion,_interventionnisme, #fait_divers,société,_fléau,_délinquance,_religion #USA,_Maison_Blanche,_CIA

  • Myanmar Acquired Spyware From Israeli Cyber-intelligence Firm Cognyte, New Docs Reveal - National Security & Cyber
    Oded Yaron – Jan 15, 2023 - Haaretz.com
    https://www.haaretz.com/israel-news/security-aviation/2023-01-15/ty-article/.premium/myanmar-acquired-spyware-from-israels-cognyte-new-docs-reveal/00000185-b415-d2c1-afe7-fc37abf40000

    Israeli company Cognyte, which is traded on the Nasdaq, won a tender by a Myanmar state-owned company to provide an advanced cyber-intelligence system to be installed at the heart of the country’s telecommunications network – in order to monitor and eavesdrop on users, documents obtained by the NGO Justice For Myanmar reveal.

    Although the U.S. and the EU have imposed an arms embargo on Myanmar, Israel initially refused to stop selling weapons to the military junta that now openly controls the country. Exports and contacts with the regime continued even as Myanmar pursued genocidal policies towards its Rohingya minority in the years 2016-2017. Only following extensive media coverage and public pressure did Israel halt exports at the start of 2018.

    The documents reveal plans by Myanmar’s regime to install “lawful interception” tools on the networks of all the country’s telecommunications providers. Such systems are used in many countries to provide police and enforcement agencies with tools to track citizens. They monitor network activity, doing everything from locating mobile devices to eavesdropping on conversation, hacking into devices, and extracting text and encrypted messages.

    The documents show that Cognyte won a tender in December 2020 to supply a system to Myanmar Posts and Telecommunications, a state-owned company controlled by the country’s Communications Ministry. The contract was awarded about a month before the junta seized power in a coup.

    #IsraelMyanmar

  • La #gauche israélienne est-elle morte ?
    https://laviedesidees.fr/La-gauche-israelienne-est-elle-morte.html

    À propos de : Steve Jourdin, #Israël : autopsie d’une gauche (1905-1995), Le Bord de l’eau ; Thomas Vescovi, L’Échec d’une utopie : une #Histoire des gauches en Israël, La Découverte. Le Parti travailliste est aujourd’hui chargé de nombreux péchés : exode des Palestiniens, discrimination envers les Juifs des pays arabes, sécularisation forcée, bureaucratie tentaculaire. C’est oublier qu’il a mis sur pied la #démocratie et l’État-providence. Un héritage décisif, à l’heure où l’État de droit est menacé en Israël.

    #égalité
    https://laviedesidees.fr/IMG/docx/202301_israel.docx
    https://laviedesidees.fr/IMG/pdf/20230111_israel.pdf
    https://laviedesidees.fr/IMG/docx/20230111_israel.docx

  • Jusqu’où ira le sixième gouvernement Netanyahu ? Qui l’arrêtera ?

    Le gouvernement le plus à droite de toute l’histoire de l’État d’Israël
    Pour la cinquième fois en moins de quatre ans, les Israélien·nes ont à nouveau voté le 1er novembre 2022. Le verdict des urnes a rendu possible le retour au poste de premier ministre, pour la sixième fois, de Benyamin Netanyahu, malgré sa triple inculpation pour corruption, fraude et abus de confiance. Son parti, le Likoud, a en effet obtenu le plus grand nombre de sièges (32 sur 120) et s’est allié avec les partis ultra-orthodoxes Shas (11 sièges) et Judaïsme unifié de la Torah (7 sièges) ainsi qu’avec trois partis de la droite sioniste religieuse la plus extrême (Force juive, Sionisme religieux et Noam) qui avaient présenté une liste commune dénommée Parti sioniste religieux lors de ces élections et obtenu 14 sièges. Ainsi, fort d’une majorité absolue de 64 sièges, Netanyahu vient de former le gouvernement le plus à droite et le plus religieux de toute l’histoire de l’État d’Israël. Ce succès va sans doute lui permettre d’échapper, au moins pour un temps, à des condamnations judiciaires.

    https://entreleslignesentrelesmots.wordpress.com/2023/01/07/jusquou-ira-le-sixieme-gouvernement-netanyahu-

    #international #israel

  • Mesure provisoire : Le Parlement d’Oman vote pour étendre le boycott de l’État juif
    Par Lazar Berman — 26 décembre 2022, - The Times of Israël
    https://fr.timesofisrael.com/mesure-provisoire-le-parlement-doman-vote-pour-etendre-le-boycott-

    La chambre basse du Parlement d’Oman a voté lundi l’élargissement de sa loi sur le boycott d’Israël, alors que la presse israélienne spécule sur la possibilité de lever certaines restrictions.

    Le Majlis al-Shura, ou conseil consultative, a voté pour amender la première clause de sa loi sur le boycott d’Israël afin d’inclure tout contact sportif, culturel ou économique. L’amendement interdit aussi spécifiquement toute interaction en personne ou en ligne avec des Israéliens.

    Le vice-président du conseil, Yaqoub Al-Harthi , a expliqué que l’amendement allait « étendre la criminalisation et le boycott » d’Israël, selon le compte Twitter de l’agence de presse WAF.

    Aucune mention de l’amendement n’a été faite sur le site-même de la WAF.

    La loi, dans sa forme actuelle, interdit toute interaction avec « l’entité sioniste » pour les personnalités privées et publiques.

    L’amendement doit maintenant être débattu par la commission législative du Majlis avant un vote final. (...)

    #IsraelOman

    • Oman, once thought to be next Abraham Accords signer, criminalizes relations with Israel
      By David I. Klein January 4, 2023
      https://www.jta.org/2023/01/04/global/oman-once-thought-to-be-next-abraham-accords-signer-criminalizes-relations-with

      (JTA) — Just a few years ago, Oman was expected to be next in line after Morocco, Sudan, Bahrain and the United Arab Emirates to sign onto the Abraham Accords normalization agreements with Israel.

      On Friday, the country’s parliament voted to criminalize any relations or interactions with “the Zionist entity.”

      While the exact details have not been made public, the new law seems to be broadly applied. 

      “The brothers, Your Excellencies, looked at the development taking place, whether it was technical, cultural, economic or sports, and proposed additional amendments that include severing any economic, sports or cultural relations and prohibiting dealing in any way or means, whether it was a real meeting, an electronic meeting or something else,” said Yaqoub Al-Harithi, vice president of the Omani parliament, about the bill, according to Oman’s WAF news agency. (...)

  • Caroline Yadan @CarolineYADAN
    8:24 AM · 3 janv. 2023
    https://twitter.com/CarolineYADAN/status/1610175309650837505

    En route pour Tel-Aviv !
    Avec la délégation parlementaire ns partons visiter Israel,ce beau pays démocratique au cœur du Moyen-Orient :Knesset,Aff. étrangères,Planet Tech,Yad Vashem, poste frontière Gaza, Centre Shimon Peres pour la paix, Dôme de fer…
    Vaste programme à venir !

    Caroline Yadan , députée Renaissance
    https://www2.assemblee-nationale.fr/deputes/fiche/OMC_PA795046

    • Ersilia Soudais (députée LFI)

      Doit-on vous rappeler, Madame, que le gouvernement d’Israël est un gouvernement d’extrême-droite, et que l’extrême-droite se combat où qu’elle soit ?
      Votre propagande est honteuse.
      Pourquoi mentionner @ElnetFr ? C’est ce lobby pro-sioniste qui vous paie ce voyage ?

      #OnVousVoit

      Ce à quoi la dame d’En marche répond subtilement :

      Ma chère collègue @ErsiliaSoudais votre haine obsessionnelle d’Israel et le vocabulaire radical que vous employez sont, somme toute, assez inquiétants.
      Je veux croire qu’il s’agit d’ignorance.
      A moins que ce ne soit le reflet d’autre chose ? La question est posée.

      Krkrkr, dans le thread, un député du Front national se plaint que son parti n’a pas été invité :

      Sans les députés du @groupeRN_off !
      Amis d’#Israel et nombreux à avoir des liens forts avec l’état hébreu, nous avons pourtant toute notre place dans cette delegation.🇫🇷🇮🇱

      #ce_beau_pays_démocratique

    • Délégation parlementaire en Israël
      13 janvier, 2023
      https://elnetwork.fr/delegation/delegation-parlementaire-en-israel

      Pour la première fois en 2023, ELNET a organisé une délégation composée de 15 députés français du groupe Renaissance en Israël. L’objectif était de montrer la réalité de la démocratie israélienne aux participants, de déconstruire les préjugés loin des caricatures et des anathèmes et de promouvoir les Accords d’Abraham auprès de parlementaires nouvellement élus et/ou qui ne se sont jamais rendus en Israël.

      #ELNET

      “““““““““““““““““““““““““““""
      Interview de Caroline Yadan vers 36:50
      https://www.youtube.com/watch?v=gEI8c4vJQEY

  • Suprémacistes, antipalestiniens, le nouveau gouvernement Nétanyahou est le plus à droite de l’histoire d’Israël

    Ce jeudi 29 décembre, Benjamin Nétanyahou a soumis sa coalition gouvernementale à la Knesset (parlement israélien) et a prêté serment. Si l’approbation de cette coalition par 63 députés sur 120 peut s’apparenter à une formalité pour Nétanyahou, sorti vainqueur des élections législatives israéliennes de novembre, les deux mois ayant précédé ont tout de même révélé un climat de défiance vis à vis du chef du Likoud, multiplement inculpé pour corruption.

    La coalition gouvernementale présentée par Nétanyahou, et désormais approuvée, constitue le gouvernement le plus à droite de l’histoire d’Israël.

    https://entreleslignesentrelesmots.wordpress.com/2023/01/03/supremacistes-antipalestiniens-le-nouveau-gouv

    #international #israel

  • »Asow«-Neonazis in Israel - Ukrainische Ultrarechte auf »Arbeitsbesuch«: Empfang durch Politik, Austausch mit Militär und rassistische Entgleisungen
    https://www.jungewelt.de/artikel/441452.revisionistische-tour-asow-neonazis-in-israel.html


    Offiziell empfangen: »Asow«-Vertreterin Julia Fedosiuk (l.) und Nachrichtendienstoffizier Illja Samoilenko (r.)


    Besuch der »Asow«-Vertreter bei IDF-Reservisten in Uniform samt Wolfsangel


    Bis September in russischer Kriegsgefangenschaft, jetzt auf Propagandatour in der einstigen Wüstenfestung Masada: Nachrichtendienstoffizier Illja Samoilenko

    23.12.2022 von Susann Witt-Stahl - Seit Monaten bereiten Volksvertreter in der westlichen Welt ukrainischen »Asow«-Kämpfern einen begeisterten Empfang. Nach dem Kapitol in Washington und dem EU-Parlament steht nun offenbar die ideologisch wichtigste Eroberung an: die Knesset in Israel, Heimat zahlreicher Juden, die vor Hitlers systematischem Massenmord geflohen waren oder den Holocaust überlebt hatten.

    Vergangene Woche wurde nun erstmals offiziell eine zweiköpfige »Asow«-Delegation ins »Heilige Land« entsendet – »um die von der russischen Propaganda aufgebauten Mythen über das Regiment zu entlarven«, die »in einigen israelischen Kreisen leider immer noch großen Einfluss« hatten, erklärte der »Verband der Familien der Verteidiger von Asowstal«. Dessen stellvertretende Vorsitzende Julia Fedosiuk vertrat die Neonazis zusammen mit dem Nachrichtendienstoffizier Illja Samoilenko, der im September aus russischer Gefangenschaft freigekommen war.

    Der neuntägige »Arbeitsbesuch« in Israel ist eine heikle Mission: »Asow«, das seit dem »Euromaidan« 2014 von einem Regiment zu einer Massenbewegung wuchs, steht bis heute fest in der Tradition der ukrainischen Faschisten, die in den 1940er Jahren als treue Verbündete Nazideutschlands in der Organisation Ukrainischer Nationalisten oder als Angehörige der SS, der Wehrmacht oder der Hilfspolizei am Völkermord an den Juden beteiligt waren.

    Diese verstörende Tatsache versucht die gut geschmierte »Asow«-Propagandamaschine mit allen Mitteln zu verschleiern, besonders in Israel. Seit Beginn des russischen Einmarschs in die Ukraine behaupten Kämpfer des Regiments – wie unlängst der Vizekommandeur Swjatoslaw Palamar in einem Haaretz-Interview – beharrlich, bei dem von SS-Einheiten stammenden Wolfsangelsymbol im »Asow«-Emblem handele es sich nur um die zusammengesetzten Anfangsbuchstaben I und N der Hauptwörter ihres Slogans »Idee der Nation«.

    Folglich gebe es in der Bewegung »keine Nazis«, wie Fedosiuk am Montag gegenüber dem israelischen Nachrichtenportal Detali beteuerte. Dafür aber »Antifaschisten, Sozialisten and Anarchisten«, und »da sind auch Juden, schon die ganze Zeit«, ergänzte Samoilenko im Gespräch mit The Times of Israel. »Einer meiner besten Freunde ist Jude, und der ist in Asow«, setzte Fedosiuk noch einen drauf – während ukrainische Neonazikrieger auf Telegram aktuelle Fotos von »Asow«-Panzern mit den Hoheitszeichen der deutschen Wehrmacht und SS auf Feindfahrt durch die Ostukraine veröffentlichten.

    Für seine groteske Erzählung ist das faschistische Duo infernale nur wenige Tage vorher sogar vom »Asow«-Chefideologen persönlich Lügen gestraft worden: Ohne »Patriot der Ukraine« würde »es sicher kein Asow geben«, würdigte Andrij Bilezkij die Bedeutung des bewaffneten Arms der 2008 gegründeten Neonaziorganisation »Sozial-Nationale Versammlung«, die für eine »rassenreine Ukraine« streitet. Dass Samoilenko genauso denkt wie Bilezkij, der sich vor einigen Jahren für einen »letzten Kreuzzug« gegen »die von Semiten angeführten Untermenschen« ausgesprochen hatte –, das belegt er eindrucksvoll durch rassistische Entgleisungen: »Mittelalterliche Höhlenmenschen« nennt er die Russen gegenüber The Times of Israel. Er sehe Israel und die Ukraine auf der gleichen Seite: »Die Zivilisierten kämpfen gegen die Unzivilisierten um die Zukunft der Menschheit.«

    Das hielt Naama Lazimi, Knesset-Abgeordnete der sozialdemokratischen Awoda-Partei, nicht davon ab, die »Asow«-Delegation zu empfangen und sich für ein Gruppenbild mit Neonazis instrumentalisieren zu lassen. Es gab auch einen Besuch der Ruine der einstigen Wüstenfestung Masada, der Samoilenko zu einem kruden Vergleich seiner »Asow«-Kameraden mit den jüdischen Aufständischen inspirierte, die im Jahr 74 bis in den Tod Widerstand gegen die römischen Besatzer geleistet hatten. Ferner wurde zwecks »Austauschs wertvoller Kampferfahrung« eine Zusammenkunft mit Reservisten der israelischen Armee (Abkürzung IDF) arrangiert. Beide Programmpunkte absolvierte Samoilenko in Kampfuniform mit besagtem SS-Symbol. Ein weiterer Höhepunkt der Reise dürfte die Aufführung eines »Asow«-Propagandafilms in Tel Aviv und Haifa über die russischen »Konzentrationslager des 21. Jahrhunderts« gewesen sein.

    Die von der ukrainischen Botschaft unterstützte Neonazitournee wurde von israelischen Bandera-Anhängern und der Nadav-Stiftung von Leonid Newslin finanziert. Der 2008 in Russland wegen »Verschwörung zum Mord« in Abwesenheit zu lebenslanger Haft verurteilte Oligarch ist der engste Geschäftspartner des nicht minder für kriminelle Machenschaften bekannten Unternehmers Michail Chodorkowski. Laut Presseberichten war die »Asow«-Delegation sogar zu einem Treffen mit israelischen Regierungsbeamten geladen – ein deutliches Indiz dafür, dass die Neonazis im gelobten Land ein noch dringlicheres Anliegen als Holocaustrelativierung und Persilscheinjagd verfolgen: mehr Waffenlieferungen. Ukrainische Militärs, inklusive der faschistischen Einheiten, werden seit Jahren mit »Tavor«-, »Galil«- und »Negev«-Gewehren sowie anderen Rüstungsgütern aus Israel ausgestattet.

    Einige Israelis zeigten sich in Leserkommentaren »schockiert«, dass »diese Monster« und »Ukronazis«, deren politische Vorgänger »die Ukraine mit dem Blut von Juden getränkt« hatten, nach Israel einreisen durften. Andere reagieren mit bitterer Ironie: »Die IDF-Logik ist simpel: Beim nächsten Krieg gegen die Araber haben wir Neonazikämpfer auf unserer Seite.« Keineswegs überrascht äußerte sich auch der Historiker ­Moshe Zuckermann gegenüber jW: »Schon lange, besonders seit Beginn der Ära Netanjahu, werden Faschisten, Diktatoren, Rassisten, ja selbst Antisemiten in diesem Land willkommen geheißen, wenn sie bloß ›Israel-Solidarität‹ bezeugen.«

    #Israël #Ukraine #fascistes #géopolitique

  • Israël. Le gouvernement d’extrême droite affirme la radicalisation des tendances déjà à l’œuvre

    Une poussée concertée pour accélérer l’annexion de la Cisjordanie, dirigée par un colon messianique [Bezalel Smotrich]. Encore plus d’immunité pour les soldats israéliens qui agressent ou tuent des Palestiniens. Le refus de services médicaux aux personnes LGBTQ. Une Cour suprême malmenée. Un retour en politique pour les terroristes juifs précédemment interdits.

    Toutes ces propositions politiques ont été diffusées dans les médias israéliens au cours des dernières semaines, alors que la nouvelle coalition du Premier ministre Benyamin Netanyahou, issue d’intenses négociations et qui a prêté serment jeudi 29 décembre, se mettait en place. Suivant la trajectoire de ces dernières décennies, le nouveau gouvernement est le plus à droite du pays, à ce jour, donnant à Netanyahou un cabinet relativement homogène sur le plan idéologique, tout en accordant un pouvoir sans précédent à des personnalités extrémistes qui, jusqu’à récemment, étaient perçues comme destinées à rester en marge de la vie politique.

    https://entreleslignesentrelesmots.wordpress.com/2022/12/31/israel-le-gouvernement-dextreme-droite-affirme

    #international #israel

  • Le Qatar a pu puiser dans la caisse noire du Maroc qui alimentait un réseau d’eurodéputés corrompus Strategic culture
    https://www.investigaction.net/fr/le-qatar-a-pu-puiser-dans-la-caisse-noire-du-maroc-qui-alimentait-un

    Dans quelle mesure le scandale de la caisse noire destinée à le blanchir affecte-t-il les revendications actuelles du Maroc sur le Sahara Occidental, à la fois à l’ONU et au niveau de l’UE ?

    Après que la poussière commence à retomber sur le plus grand scandale de corruption que l’UE ait jamais eu, il semble qu’il n’a pas été créé par le Qatar, mais par le Maroc qui avait un réseau de députés européens corrompus dans ses petits papiers depuis près de 20 ans. Mais qui d’autre a bénéficié du service de blanchiment ?


    Photo : Corruptible, par Paolo Calleri

    L’affaire a ébranlé les fondations et les plus hautes sphères de l’élite européenne à Bruxelles. Mais l’affaire de corruption d’Eva Kaili, qui a jusqu’à présent fait emprisonner trois députés européens, n’est pas tout à fait ce qu’elle semble être. Bien qu’il soit souhaitable de rejeter la faute sur les riches Qataris qui se baladent à Bruxelles avec des valises d’argent, de récentes enquêtes des autorités belges ont révélé qu’un ministre qatari est venu à Bruxelles récemment et n’a eu qu’à s’adresser à un “guichet unique” – une cabale d’eurodéputés avides d’argent qui ont été à la solde du Maroc pendant au moins 15 ans pour blanchir le dossier des droits de l’homme du royaume et obtenir le meilleur accord pour le Sahara occidental en termes d’accords commerciaux et de statut.

    Ce groupe d’eurodéputés corrompus a reçu de l’argent et des cadeaux pendant au moins 15 ans et était bien connu sur le circuit de Bruxelles pour leurs services “à la carte” au sein du Parlement européen dont la « commission des affaires étrangères » – autrefois considérée comme prestigieuse et certainement importante sur le circuit de l’UE – a maintenant été laissée en lambeaux.

    Pendant des décennies, le Maroc a bénéficié d’un traitement de faveur à Bruxelles. La question de la souveraineté de son Sahara occidental annexé n’a jamais été soulevée. Les droits des citoyens de cette région contestée n’ont jamais été mis sous les projecteurs, alors que le territoire lui-même a bénéficié d’un accord commercial de l’UE couvrant le poisson et les minéraux, pour ne citer que quelques exemples. Même le bilan du Maroc en matière de droits de l’homme, en général, dans son propre pays, a été ignoré pendant si longtemps que l’UE l’a considéré comme la coqueluche de la région MENA pour ses réformes sur les droits des femmes, par exemple.

    Le blanchiment en général est venu du Parlement européen que les autres institutions de l’UE, dans une certaine mesure, ont dû respecter (bien que les tribunaux de l’UE aient finalement refusé d’accepter que le Sahara occidental puisse ou doive être inclus avec le Maroc en termes de bénéfice d’un accord commercial avec l’UE).

    Donc maintenant, trois questions clés émergent, que la presse marocaine, championne de l’autocensure, ne posera certainement pas. Dans quelle mesure le scandale du blanchiment d’argent affecte-t-il les revendications actuelles du Maroc sur le Sahara Occidental, à la fois à l’ONU et au niveau de l’UE ? Deuxièmement, l’UE commence-t-elle maintenant à regarder le Maroc sans les lunettes roses et commence-t-elle à examiner la ribambelle d’arrestations de quiconque remet en cause les décisions prises à un haut niveau – des journalistes emprisonnés sur la base d’accusations forgées de toutes pièces aux anciens ministres qui ont osé critiquer la façon dont le gouvernement et la puissante élite des affaires gèrent le pays – et agit en conséquence ?

    Enfin, et c’est peut-être le plus important, il y a le sujet peu édifiant de savoir qui d’autre a bénéficié de ces députés européens véreux et de leurs services ? Quiconque suit les tentatives pathétiques de l’UE d’agir comme un acteur mondial avec une hégémonie en papier mâché qu’elle évoque de manière hilarante pour les pays du Sud en particulier, posera la question évidente d’Israël. La déshumanisation abyssale des droits des Palestiniens que nous voyons chaque jour sur les médias sociaux se faire voler leurs terres, déraciner leurs oliviers ou, dans de nombreux cas, détruire leurs maisons par les Israéliens, qui le font en sachant parfaitement que l’Occident et en particulier l’UE elle-même ne feront pas de vagues. Lorsque, tout récemment, un Palestinien de Cisjordanie a été abattu à bout portant par un agent de sécurité israélien qui se battait avec lui, cela n’a pas fait la une des médias et n’a certainement pas créé d’onde de choc parmi les députés européens. Comment est-ce possible, pourrait-on se demander, de la part d’une institution dont la raison d’être est de protéger les droits de l’homme tant au sein de l’UE qu’avec ceux avec lesquels elle interagit et commerce ?
     
    La dernière fois que l’UE a même feint de menacer Israël pour ses atrocités en matière de droits de l’homme, c’était en 2014, lorsqu’une Federica Mogherini quelque peu idéaliste et « arabisante » est entrée en fonction et a suggéré, juste pour quelques semaines, que l’UE applique un système d’étiquetage pour les produits fabriqués en Palestine occupée qui se retrouvent dans les supermarchés européens.

    L’idée a rapidement fait long feu, en l’espace de quelques semaines, et on n’en a plus jamais entendu parler. Compte tenu de ce que nous savons du réseau marocain de députés européens recevant des bakchichs, sans parler de la date de la proposition de Mogherini, est-il inconcevable que ces mêmes parlementaires aient pris de l’argent liquide pour faire pression sur leurs collègues dans les commissions pour qu’ils donnent un répit à Israël ? Le silence assourdissant et effrayant de l’UE sur le génocide quotidien des Palestiniens par Israël est inquiétant, mais maintenant que nous savons comment le Parlement européen fonctionne lorsqu’il s’agit d’atrocités commises par les pays de la région MENA – et comment elles sont occultées des ordres du jour – il n’est guère surprenant que la brutalité du régime israélien se soit intensifiée. La véritable histoire de la corruption au sein du Parlement européen ne concerne pas les trois députés européens qui ont touché de l’argent, mais la façon dont les 702 autres députés européens vont vouloir empêcher toute véritable enquête interne, tout cela simplement pour sauver leur emploi et préserver leur style de vie confortable.

    #géopolitique #ue #union_européenne #corruption #Quatar #Maroc #eva_kaili #Sahara_occidental #blanchiment #Sahara_Occidental #blanchiment #Palestine #israel

  • Comment ce gouvernement va transformer ses détracteurs juifs en dissidents

    La transformation des israéliens de gauche en dissidents nous rappelle que personne n’est à l’abri des tentatives visant à transformer les « mauvais » juifs en ennemis.

    La plupart des Juifs israéliens de gauche ne se considèrent généralement pas comme des dissidents politiques et n’ont probablement jamais aspiré à un tel statut. Malgré les louanges généreuses qu’ils reçoivent pour leur courage, les juifs de gauche israéliens ont la possibilité de s’exprimer sans subir les conséquences auxquelles sont confrontés les Palestiniens, sans parler des militants d’autres États non démocratiques. Les Juifs de gauche ont très souvent eu le privilège d’être des adversaires de la droite, plutôt que ses ennemis.

    https://entreleslignesentrelesmots.wordpress.com/2022/12/27/comment-ce-gouvernement-va-transformer-ses-det

    #international #israel

  • Maroc. La culture judéo-marocaine au service de la normalisation avec Israël
    Orient XXI > Georges Matrat > 22 décembre 2022
    https://orientxxi.info/magazine/maroc-la-culture-judeo-marocaine-au-service-de-la-normalisation-avec-isr

    Deux ans après l’établissement de relations diplomatiques avec Israël, le Maroc peine à faire accepter à sa population le rapprochement avec cet État. Pour tenter de surmonter l’obstacle, le royaume fait appel à l’histoire commune entre les deux peuples. (...)

    #IsraelMaroc

  • Le gouvernement d’extrême-droite israélien fait tomber le masque qui permet la complaisance occidentale
    Gideon Levy | Mercredi 21 décembre 2022 | Middle East Eye édition française
    https://www.middleeasteye.net/fr/opinionfr/israel-gouvernement-extreme-droite-complaisance-occidentale-occupatio

    Itamar Ben-Gvir, leader d’extrême droite israélien du parti Otzma Yehudit (Force juive), participe à un événement de campagne le 6 octobre 2022 (AFP)

    Du point de vue de tout spectateur, Israël est visiblement en train de changer.

    Ce changement est plus visible de l’extérieur : le monde voit une démocratie libérale occidentale évoluer à une vitesse alarmante vers l’ultranationalisme, le fondamentalisme, le racisme, le fascisme et l’effondrement de structures démocratiques dans la foulée des récentes élections. 

    Bien qu’exacte, cette vision est également déformée. Elle part du principe que, jusqu’à présent, Israël était effectivement une démocratie occidentale, mais que le pays est visiblement en train de devenir autre chose.

    La vérité, cependant, n’est pas vraiment qu’Israël change fondamentalement, mais plutôt qu’il enlève ses masques et ses costumes. 

    Ce qui change, c’est l’apparence. Les fissures qui apparaissent dans l’image d’Israël n’ont que peu de rapport avec son essence sous-jacente.

    De ce point de vue – et de ce point de vue seulement –, le nouveau gouvernement peut être considéré comme porteur d’un message positif : la vérité sur Israël va éclater au grand jour, bien qu’au prix d’un lourd tribut sous le forme de l’oppression des Palestiniens et d’une rupture des structures démocratiques fragiles qui ont jusqu’ici servi les juifs d’Israël.

    Le nouveau gouvernement sera le plus à droite et le plus conservateur sur le plan religieux de l’histoire d’Israël. La vérité, du moins en ce qui concerne l’idéologie de la plupart de ses ministres, est qu’il s’agira également du gouvernement le plus extrémiste de tout l’Occident actuel.

    L’extrême droite israélienne est beaucoup plus extrémiste que la droite européenne, et peut-être même que la droite américaine. (...)

    #Israel_apartheid

  • « Des documents internes révèlent la volonté des colons israéliens d’évincer les “Arabes” de Cisjordanie » (+ autre texte)

    Un document interne de l’administration civile, sous la forme d’une carte et d’un tableau Excel, illustre et démontre l’étroite coopération de l’Etat et des colons pour accentuer la dépossession des terres des Palestiniens.

    Le vendredi 2 septembre, le shabbat a commencé à 18h36 au Conseil régional de Samarie. A 18h41, le coordinateur foncier du conseil a signalé à l’administration civile israélienne qu’un engin de terrassement améliorait la route d’accès au village palestinien de Qusra, au sud-est de Naplouse.

    Le fait qu’il ait violé le jour saint du repos en faisant ce rapport ne semble pas l’inquiéter. Lors de trois sabbats différents, en août et en octobre, il a également fait état de travaux effectués par des Palestiniens dans le nord de la Cisjordanie, dans l’espoir que les inspecteurs de l’administration civile les arrêtent. Une fois, il a évoqué les préparatifs de la mise en place de lignes électriques entre les villages d’Aqraba et de Majdal, à l’est de Naplouse ; une autre fois, une route était en cours de construction vers le village d’Asira al-Shamaliya, au nord de Naplouse ; et le troisième incident concernait le défrichage du sol près du village de Qafin, à l’ouest de Jénine.

    https://entreleslignesentrelesmots.wordpress.com/2022/12/16/des-documents-internes-revelent-la-volonte-des

    #international #israel #palestine

  • La Route des Samouni

    Dans la périphérie rurale de la ville de Gaza City, la famille Samouni s’apprête à célébrer un mariage. C’est la première fête depuis la dernière guerre. Amal, Fouad, leurs frères et leurs cousins ont perdu leurs parents, leurs maisons et leurs oliviers. Le quartier où ils habitent est en reconstruction. Ils replantent des arbres et labourent les champs, mais une tâche plus difficile encore incombe à ces jeunes survivants : reconstruire leur propre mémoire. Au fil de leurs souvenirs, Samouni Road dresse un portrait de cette famille avant, pendant et après l’événement qui a changé leur vie à jamais.

    https://www.film-documentaire.fr/4DACTION/w_fiche_film/52502_0

    Zeitoun incident

    The Zeitoun incident refers to the Israeli military incursion, led by the Givati Brigade unit of the Israel Defense Forces (IDF),[1] into the Zeitoun district of Gaza as part of the three-week 2008-09 Gaza War. In the Arab world, the name Zeitoun District Massacre (Arabic: مجزرة حي الزيتون)[2] is used to refer to any of the incidents in Zeitoun. A total of 48 residents of Zeitoun were killed, most of them women, children, and the elderly;[3] 27 homes, a mosque and a number of farms were destroyed by Israeli forces.[1]

    The New York Times reported that during the three-week conflict “few neighborhoods suffered more than Zeitoun.”[4] A report released by United Nations Office for Humanitarian Affairs stated that the attack on the Samouni family, who were among the Zeitoun victims, was one of the “gravest incidents” in the conflict.[4] According to Haaretz, the IDF delayed rescue services from reaching some of the casualties for three days of the incident.[5]

    Zeitoun residents believed that because the area is a natural choke point where the Gaza strip narrows to just four miles wide, Israeli troops turned their neighborhoods into a military base from which to launch their operations. The IDF has refused to discuss individual charges in detail, but an army spokesman speaking on the condition of anonymity with The Los Angeles Times said, “As a matter of policy, we do not target civilians.” He added, “These situations are very complex and our soldiers do the best they can.”[6]

    Lt. Col. (ret.) Jonathan D. Halevi of the Jerusalem Center for Public Affairs, an Israeli think tank and advocacy organisation, said that printed flyers from Palestinian Islamic Jihad and its associated websites named five members of the Samouni extended family as being affiliated with the group in some role. Halevi also states that militants from that organisation were operating in the area around the time Israeli tanks began shelling the group of homes belonging to the Samouni extended family.[7][8][9]

    According to the New York Times, members of the Samouni family “did not deny that Hamas militants operated in the area. A family member said there was no active Hamas resistance in the immediate vicinity, although militants were firing rockets at Israel a little more than a mile away.”[4] Newsweek reported that the survivors of Zeitoun all insisted that they were simply farmers and that their area had never been used to fire rockets.

    https://en.wikipedia.org/wiki/Zeitoun_incident

    #film #documentaire #film_documentaire

    #Zeitoun #Gaza #guerre #destruction #arbres #Palestine #massacre #violence #Zeitoun_incident #travail #chômage #o4_janvier_2009 #fermeture_des_frontières #Israël

  • Ben Gvir représente une sous-classe de colons exigeant tous les privilèges dérivés de la dépossession des Palestiniens

    Le 1er novembre, alors que les sondages de sortie des urnes des élections israéliennes étaient publiés, j’ai changé de chaîne pour regarder Kan, chaîne de télévision d’Etat israélienne. Après avoir diffusé le discours de victoire d’Itamar Ben Gvir – son parti d’extrême droite, le Sionisme religieux, a remporté 14 sièges, ce qui en fait le troisième plus grand parti de la nouvelle Knesset – le panel du studio a commencé à discuter des raisons de son ascension spectaculaire. [Le nouveau gouvernement – qui devrait s’articuler autour de Netanyahou-Ben Gvir et Smotrich – n’est pas encore en place en date du 5 décembre].

    https://entreleslignesentrelesmots.wordpress.com/2022/12/09/ben-gvir-represente-une-sous-classe-de-colons-

    #international #israel

  • Des citoyens israéliens et des groupes disent à l’UE : Définissez Israël comme État sponsor du terrorisme

    Le 23 novembre, le Parlement Européen a décidé de reconnaître la Fédération de Russie comme État sponsor du terrorisme (2022/2896(RSP)). À la lecture du texte de la résolution, des citoyens israéliens et des groupes n’ont aucun doute sur le fait que pour des raisons similaires le Parlement Européen devrait aussi reconnaître l’État d’Israël comme État sponsor du terrorisme. Aussi ont-ils envoyé à la présidente du Parlement Européen, Roberta Metsola, une proposition de résolution dans laquelle ils ont procédé aux nécessaires ajustements concernant Israël et dans laquelle sont données toutes les raisons qu’ils pensent pertinentes pour approbation par le Parlement Européen.

    https://entreleslignesentrelesmots.wordpress.com/2022/12/08/des-citoyens-israeliens-et-des-groupes-disent-

    #international #israel

  • Un chef étoilé israélien ouvre un restaurant à Berlin en l’honneur de sa grand-mère
    https://www.radioj.fr/2022/12/07/un-chef-etoile-israelien-ouvre-un-restaurant-a-berlin-en-lhonneur-de-sa-grand
    https://www.radioj.fr/wp-content/uploads/2022/12/assaf-granit.webp

    7.12.2022 par Gabriel Attal - Un chef israélien qui possède une étoile au guide Michelin a révélé qu’il avait ouvert un nouveau restaurant à Berlin en l’honneur de sa grand-mère et qui porte son nom. Assaf Granit possède déjà plusieurs restaurants branchés en Israël et en Europe, dont un à Paris qui a une étoile au guide Michelin.

    Son nouveau restaurant berlinois « Berta » est situé dans le boutique-hôtel chic Precise Tale Berlin Potsdamer Platz, et est le premier ouvert par le groupe « Machneyuda » de Granit dans la capitale allemande.

    « C’est un projet très personnel pour moi », a expliqué Granit. « Ma cuisine est entièrement due à [ma grand-mère], et tout a essentiellement commencé avec elle. » La grand-mère de Granit était une survivante de l’Holocauste qui a grandi avec la cuisine traditionnelle juive d’Europe de l’Est, mais à son arrivée à Jérusalem, elle s’est retrouvée à absorber les compétences culinaires de ses voisins, qui venaient du monde entier. Suivant ses traces, Granit a déclaré avoir « exploré les différents goûts et arômes des rues de Jérusalem » et a été inspiré pour ouvrir son propre restaurant qui « refléterait les secrets » de sa grand-mère et de la scène culinaire de la ville.

    Pour Granit, le restaurant a une signification particulière, car il a toujours rêvé d’ouvrir un commerce là où sa grand-mère a été forcée de partir.

    Precise Tale Berlin Potsdamer Platz
    Stresemannstraße 95-97
    10963 Berlin
    T : 030 2200950
    TaleBerlin@precisehotels.com

    https://www.i24news.tv/fr/actu/international/1670420537-le-chef-israelien-assaf-granit-ouvre-un-restaurant-a-berlin-en-l-

    Le luxueux hôtel dans lequel « Berta » offre une expérience gastronomique « festive, énergique, vibrante et engageante », qui « jette un pont entre Berlin et Jérusalem, en fusionnant des recettes familiales traditionnelles avec une touche de modernité. »

    Le mois dernier, le restaurant « Shabour »,de Granit à Paris a été élu parmi les meilleurs restaurants du monde dans le prestigieux classement « 50 Best Discovery » de San Pellegrino

    #Berlin #Kreuzberg #Stresemannstraße #Gastronomie #Israel