• Guerre israélienne contre les populations palestiniennes à Gaza (aout 2022)

    Edo Konrad : Quel était le but de cette guerre à Gaza ?
    Amira Hass : « Les habitants de Gaza en ont assez des guerres et des destructions inutiles, et le Hamas les écoute »
    Gaza face aux attaques meurtrières de l’État d’apartheid israélien. La résistance continue
    Israël bombarde Gaza : Lettre à la Ministre des Affaires Etrangères

    https://entreleslignesentrelesmots.wordpress.com/2022/08/11/guerre-israelienne-contre-les-populations-pale

    #international #israel #gaza

  • Les Israéliens refusent d’être hantés par les fantômes des massacres passés. Qu’est-ce que cela signifie pour l’avenir ?

    Faire une bombe à partir d’une taupinière. Pas la bombe que nous aurions dû souhaiter, mais une bombe bien plus dangereuse – la publication des transcriptions de Kafr Qasem n’a même pas fait sourciller. Les médias, à l’exception de Haaretz, ont à peine commenté, le public a baillé, l’affaire est morte. Cela se produit à chaque fois : les organisations de soldats remuent ciel et terre, les militaires censurent les interdictions et ensuite, on n’entend qu’un bâillement. Le bâillement est toujours la bonne partie : la maison d’édition du passé sombre, suscite pour beaucoup des sentiments de fierté et de soutien, ou des déclarations tristement ridicules sur le manque d’autres choix. La guerre, vous savez.

    https://entreleslignesentrelesmots.wordpress.com/2022/08/09/les-israeliens-refusent-detre-hantes-par-les-f

    #international #israel

  • Dans la presse révolutionnaire- juillet août 2022- Spartacus
    http://spartacus1918.canalblog.com/archives/2022/08/05/39580939.html

    Contre les attaques du gouvernement et du capital la lutte de classe pas les compromis N° 778 21/07/2022 Le 14 juillet, lors de son interview télévisée, Macron a présenté sa feuille de route, a tracé un plan clair des objectifs qu’il entendait atteindre. Les (...) @Mediarezo Actualité / #Mediarezo

  • #De-Colonizer

    De-Colonizer is a research and art laboratory for experimenting and creating tools aimed at enabling those who live/who want to live in this land (Palestine/Israel) to share it.

    https://www.de-colonizer.org

    (source trouvé dans le livre Cartographie radicale. Explorations , de @nepthys et @reka :
    https://www.editionsladecouverte.fr/cartographie_radicale-9782373680539

    #cartographie #visualisation #Israël #Palestine #destruction

    –-

    des mêmes auteur·es, voir, sur @visionscarto :
    À la recherche de la maison de Farouk (dans le #Golan occupé)

    De-Colonizer est un centre de #recherche alternatif sur la Palestine/Israël visant à apporter à un large public de nouvelles connaissances et de nouveaux outils de recherche. Son but est de proposer, à partir d’exemples concrets, une lecture des réalités socio-politiques différente de celle de la narration israélienne officielle. L’équipe a ainsi réalisé la carte Colonialism in destru(a)ction, qui montre toutes les localités détruites en Palestine et en Israël depuis le début de l’immigration sioniste (à la fin du XIXe siècle). Elle a aussi mis au point une méthode pour localiser une maison détruite à Mansura, village disparu du Golan occupé.

    https://visionscarto.net/la-maison-de-farouk

    ping @cede

  • En direct. L’armée israélienne se prépare à une semaine de raids sur Gaza
    https://www.ledauphine.com/defense-guerre-conflit/2022/08/06/l-armee-israelienne-se-prepare-a-une-semaine-de-raids-sur-gaza

    L’armée israélienne se prépare à une semaine de raids sur Gaza

    Magnifique titre, qui circule largement dans les sites d’information car la machine est bien huilée... Une lecture rapide induit à entendre que l’armée israélienne se prépare à SUBIR une semaine de bombardements. Quant à imaginer que les habitants de Gaza se préparent eux à recevoir des bombes pendant une semaine, en raison des raids programmés par l’armée israélienne, cela ne semble pas intéresser le rédacteur/la rédactrice.

    #israël #palestine #gaza #hasbara

    • Pour la comparaison, et ce ne sont pas des gauchistes à El Pais « Israel amenaza con prolongar una semana la mayor ofensiva contra Gaza en más de un año... »

      Dans la presse française, certains ont tout de même pensé à « envisage » plutôt que « se prépare » (20’), ou encore « s’attend à » (RFI).

  • « La chose la plus simple est la plus difficile à atteindre »

    Uri Weltmann est l’organisateur national de terrain pour Omdim be’Yachad-Naqef Ma’an (Standing Together) et un membre de sa direction nationale. Standing Together est un mouvement social judéo-arabe actif en Israël, qui s’organise contre le racisme et l’occupation, et pour l’égalité et la justice sociale.
    Daniel Randall est un syndicaliste et socialiste basé à Londres. Il est l’auteur de Confronting Antisemitism on the Left : Arguments for Socialists .
    Ensemble ils discutent de la situation politique en Israël et des perspectives de la gauche.
    Cet article a été publié en anglais sur le site américain New Politics.

    https://entreleslignesentrelesmots.wordpress.com/2022/08/04/la-chose-la-plus-simple-est-la-plus-difficile-

    #international #israel

  • AIPAC Defeats Andy Levin, Most Progressive Jewish Representative
    https://theintercept.com/2022/08/02/michigan-primary-andy-levin-results-aipac

    The American Israel Public Affairs Committee invested heavily in Michigan’s Democratic primaries on Tuesday, dropping over $8 million through its super PAC, United Democracy Project. Almost half of that spending went toward the race to unseat Democratic Rep. Andy Levin, who trailed fellow Rep. Haley Stevens with 40 to her 60 percent of the vote Wednesday morning.

    Other conservative pro-Israel groups with deep ties to AIPAC — like Democratic Majority for Israel, Urban Empowerment Action PAC, and Pro-Israel America PAC — also made substantial financial investments in Michigan races. The right-wing Israel lobby spent over $10 million altogether across the state’s 11th, 12th, and 13th congressional districts, far outpacing any other interest group or the fundraising from the candidates themselves.

    The campaign to defeat Levin marked a significant escalation in AIPAC’s push to quell criticism of Israel from Jewish members of Congress. “I’m really Jewish,” Levin told MSNBC’s Mehdi Hasan last week, “but AIPAC can’t stand the idea that I am the clearest, strongest Jewish voice in Congress standing for a simple proposition: that there is no way to have a secure, democratic homeland for the Jewish people unless we achieve the political and human rights of the Palestinian people.”

    Suite de : https://seenthis.net/messages/969157

    #usa #israël #lobying

  • L’« apartheid » ne suffit pas : un entretien avec le commissaire aux droits de l’homme des Nations unies, Miloon Kothari

    Le voyage de Joe Biden en Israël, en Palestine occupée et en Arabie saoudite est terminé.

    Citant « les hostilités avec le Hamas pendant onze jours en mai 2021 », la déclaration de Jérusalem proclamée par Joe Biden et le Premier ministre israélien Yair Lapid a réaffirmé l’engagement de Washington à fournir à Israël, doté de l’arme nucléaire, un milliard de dollars pour la défense antimissile (en plus des 3,8 milliards qu’il reçoit déjà), et à aider Israël à construire des « systèmes d’armes laser à haute énergie » pour se défendre contre l’Iran et ses « mandataires terroristes ».

    La mention par la Déclaration de Jérusalem du conflit de mai 2021 – au cours duquel plus de 250 habitants de Gaza ont été tués, dont 66 enfants, et des milliers de Palestiniens blessés – mérite d’être soulignée. Dans le sillage de cette attaque, le Conseil des droits de l’homme des Nations unies (CDH) a créé une commission d’enquête chargée d’identifier les « causes profondes » de cette flambée de violence qui a duré onze jours.

    https://entreleslignesentrelesmots.wordpress.com/2022/08/02/l-apartheid-ne-suffit-pas-un-entretien-avec-le

    #international #israel

  • زوجة الرئيس الأوكراني لإسرائيل : « نحن نعتبركم قدوة لنا » | القدس العربي
    https://www.alquds.co.uk/%D8%B2%D9%88%D8%AC%D8%A9-%D8%A7%D9%84%D8%B1%D8%A6%D9%8A%D8%B3-%D8%A7%D9%84

    L’Ukraine persiste et signe. Après une première déclaration de son mari en avril (https://europalestine.com/2022/04/06/zelensky-le-grand-israel-est-un-modele-pour-lukraine-dapres-guerre), Mme Zelinsky confirme que l’Etat israélien est bien un modèle pour l’Ukraine.

    #ukraine #israël (même combat ?)

  • L’association des juifs israéliens contre l’apartheid s’adresse à la communauté internationale (vidéo)

    Avec une lettre et un film de 3 minutes, #IsraelisAgainstApartheid dénonce les crimes israéliens contre les Palestiniens et appelle la communauté internationale « à intervenir immédiatement pour arrêter les agressions actuelles d’Israël, à adopter les exigences du mouvement palestinien de boycott, désinvestissement et sanctions, à travailler à l’actualisation du droit palestinien au retour et à apporter une solution juste et démocratique pour tous, fondée sur la décolonisation de la région et fondant un État de tous ses citoyens. »

    https://entreleslignesentrelesmots.wordpress.com/2022/07/29/lassociation-des-juifs-israeliens-contre-lapar

    #international #israel #palestine

  • Jack Chirac Street

    via @reka (mais il y a longtemps :-)) qui a lui-même reçu de Benjamen Barthe, avec ce commentaire : Chirac héros des Palestiniens après le « you want me to go back to my plane »

    Autour de cette citation :
    What do you want ? Me to go back to my plane and go back to France ?

    « What do you want ? Me to go back to my plane and go back to France ? » (« Qu’est-ce que vous voulez ? Que, moi, je retourne dans mon avion et que je rentre en France ? ») est l’extrait d’une apostrophe prononcée, en anglais, par Jacques Chirac, président de la République française, à des membres de la sécurité israëlienne, lors d’un voyage officiel à Jérusalem, le #22_octobre_1996.

    https://fr.wikipedia.org/wiki/What_do_you_want%3F_Me_to_go_back_to_my_plane_and_go_back_to_France%3F

    #toponymie #toponymie_politique #Ramallah #Palestine #Israël #noms_de_rue #Jack_Chirac #Chirac #Jacques_Chirac

  • L’avocat franco-palestinien Salah Hamouri transféré vers une prison de haute sécurité
    Nadir Dendoune, 27 juillet 2022
    https://www.lecourrierdelatlas.com/lavocat-franco-palestinien-salah-hamouri-transfere-vers-une-pris

    Où s’arrêteront les autorités israéliennes ? Salah Hamouri, avocat franco-palestinien, incarcéré arbitrairement à de nombreuses reprises en Israël (voir nos éditions), a été transféré ce mardi 26 juillet d’Ofer (près de Ramallah), où il croupissait depuis le 7 mars 2022, vers une prison de haute sécurité à Hadarim (au nord de Tel-Aviv) a-t-on appris ce mercredi par son comité de soutien.

    Une mauvaise nouvelle pour Salah Hamouri et ses proches, la prison d’Hadarim étant destiné aux individus les plus dangereux. « Ils sont donc plus surveillés et il y a plus de contraintes pour les prisonniers », confirme, dépitée, sa femme Elsa Lefort. Pour elle, ce transfert est « une mesure punitive » suite à la publication de la lettre de son mari adressée à Emmanuel Macron, le 14 juillet.

    Dans ce courrier, l’avocat franco-palestinien demandait au président français de « faire pression » sur Israël pour exiger sa libération. (...)

    #Salah_Hamouri

  • L’AURDIP salue la proposition de résolution présentée par 38 députés français contre l’apartheid israélien !(+ texte de Dominique Vidal)

    L’AURDIP s’associe à l’AFPS pour saluer cette proposition de résolution avec enthousiasme et invite l’ensemble des députés attachés à l’égalité des droits, aux droits des peuples à disposer d’eux mêmes, au droit international à rejoindre les signataires.

    Ce sont 38 députés français qui ont déposé une proposition de résolution à l’Assemblée nationale « condamnant l’institutionnalisation par Israël d’un régime d’apartheid à l’encontre du peuple palestinien ». Cette résolution s’inscrit dans la continuité du Tribunal Russel, du rapport Falk-Tilley, des rapports de la société civile palestinienne ( ONG Al Haq, Addameer, Badil…), de l’OLP, des ONG israéliennes de défense des droits humains (B’Tselem, Yesh Diin), de Human Rights Watch et d’Amnesty international ; elle est totalement en adéquation avec la déclaration de plus de 1 000 universitaires et artistes appelant au démantèlement du régime d’apartheid en Palestine historique.

    https://entreleslignesentrelesmots.wordpress.com/2022/07/25/laurdip-salue-la-proposition-de-resolution-pre

    #international #israel #palestine

  • Troubles dans la judéité : l’accueil des Ukrainiens ravive le débat sur l’identité d’Israël | Mediapart
    https://www.mediapart.fr/journal/international/150722/troubles-dans-la-judeite-l-accueil-des-ukrainiens-ravive-le-debat-sur-l-id

    Troubles dans la judéité : l’accueil des Ukrainiens ravive le débat sur l’identité d’Israël

    Joseph Confavreux

    15 juillet 2022 à 19h48

    Jérusalem, Tel-Aviv (Israël).– Ayelet Shaked, qui pourrait succéder cet automne au premier ministre démissionnaire Naftali Bennett qu’elle va remplacer à la tête du principal parti israélien, est connue pour ses opinions d’extrême droite assumées et son goût de la provocation. En 2019, l’ancienne ministre de la justice de Benyamin Netanyahou faisait ainsi campagne avec un clip « parodique » dans lequel elle se parfumait avec une fragrance baptisée « Fascism ».

    Depuis qu’elle a accédé au poste de ministre de l’intérieur de l’actuel gouvernement, elle s’est fait remarquer pour son intransigeance vis-à-vis des migrant·es subsaharien·nes, se réjouissant d’être parvenue à renvoyer dans leur pays la moitié des 60 000 demandeuses et demandeurs d’asile venus du Soudan ou d’Érythrée, pourtant présents en Israël depuis plus d’une décennie, puisque pratiquement personne ne peut plus entrer par la route du Sinaï depuis la construction d’une barrière avec l’Égypte en 2012.
    L’image d’ouverture du clip d’Ayelet Shaked.

    Ayant fondé sa carrière éclair sur l’hostilité aux migrant·es et sur la défense du caractère juif de l’État d’Israël, il est peu étonnant qu’elle affirme, au moment du déclenchement de la guerre en Ukraine, que l’État hébreu prendra sa part en accueillant les Ukrainien·nes d’origine juive, en vertu de la « loi du retour », l’Alya. Celle-ci accorde à toute personne ayant un grand-parent juif la citoyenneté israélienne et le bénéfice de nombreux avantages matériels pour s’installer en Israël : apprentissage de l’hébreu, aides au logement, sécurité sociale… Mais Ayelet Shaked refuse d’aller au-delà et d’accueillir des Ukrainiennes et Ukrainiens non juifs.

    Cependant, l’opinion publique, qui s’identifie facilement à ces femmes et enfants fuyant une guerre européenne, ainsi que les tiraillements au sein d’un gouvernement de coalition qui va de l’extrême droite à la gauche, ont cette fois obligé la ministre de l’intérieur à reculer en partie. Elle a dû concéder l’accueil d’un quota de 5 000 personnes ukrainiennes non juives, auxquelles s’ajoutent quelques arrivées supplémentaires au nom du regroupement familial, puisque de nombreux Ukrainiens et Ukrainiennes travaillent en Israël, légalement ou non, en particulier dans le secteur du BTP.

    « En tant que juive, explique Nina, une femme originaire d’Ukraine, arrivée en Israël en 1990 à l’âge de 16 ans, je comprends la rationalité de la loi du retour, mais je sais que, pendant l’Holocauste, nous étions dans la situation de n’avoir pas d’endroit où nous réfugier. Je pense donc que le gouvernement devrait accueillir beaucoup plus d’Ukrainiens qu’aujourd’hui. Même si nous sommes un petit pays, nous avons les moyens de le faire. Et surtout le devoir de le faire. »

    Israël facilite depuis des années les migrations de travail en provenance de différents pays pour compenser la réduction des permis donnés autrefois aux Palestiniens, mais fait tout pour que ces séjours demeurent limités à quelques années et que les personnes n’aient aucune chance de s’intégrer à la société.

    En parallèle, dans la même idée d’éviter qu’une population non juive ne demeure sur son territoire, Israël entrave par tous les moyens administratifs et politiques possibles les demandes d’asile.

    Bien que signataire de la Convention de Genève de 1951, Israël est ainsi, « avec un taux de reconnaissance du statut de réfugié de 0,06 %, le pays qui délivre le plus rarement le précieux sésame aux demandeurs d’asile, souligne Anat Ben Dor, qui dirige le laboratoire de droit des réfugiés de l’université de Tel-Aviv. En outre, même si vous obtenez le statut et que vous restez des années, vous n’avez aucune chance d’avoir la citoyenneté israélienne et vous risquez d’être renvoyé dans votre pays si le gouvernement juge que la situation s’est améliorée. Nous nous présentons comme un peuple de réfugiés et comme un pays d’accueil, mais cela ne concerne en réalité que les juifs. »

    Contrairement aux 30 000 personnes pouvant prétendre à des origines juives arrivées en provenance d’Ukraine depuis la fin du mois de février dernier et pouvant bénéficier des avantages liés à la loi du retour, les 5 000 Ukrainiennes et Ukrainiens non juifs venus en Israël « n’ont reçu que quelques coupons pour obtenir quelques habits et un peu de nourriture, poursuit Anat Ben Dor. Le vrai paradoxe est qu’avant la guerre, les Ukrainiens n’avaient pas besoin de visa pour venir en Israël. Aujourd’hui, il leur faut obtenir une autorisation dans les pays limitrophes de l’Ukraine pour venir jusqu’ici. Si vous êtes un Ukrainien non juif, il est donc plus difficile de venir depuis le déclenchement de la guerre qu’auparavant ! ».

    Le traitement des Ukrainiens non juifs fuyant la guerre est tellement restrictif dans l’État hébreu que, lundi 27 juin, en représailles, l’ambassadeur ukrainien à Tel-Aviv a menacé de ne pas délivrer de visa aux nombreux Israéliens qui font chaque année le pèlerinage à Ouman, ville du centre-ouest de l’Ukraine et l’un des plus importants centres du judaïsme hassidique.
    Manifestation contre l’invasion russe en Ukraine, à Tel-Aviv, le 12 mars 2022. © Photo Mostafa Alkharouf / Agence Anadolu via AFP

    La différence de traitement entre les personnes ukrainiennes juives et non juives cherchant à échapper à l’agression poutinienne constitue un nouveau signe du raidissement actuel sur le caractère juif d’Israël. Celui-ci s’était déjà traduit par le vote en 2018 d’une « loi fondamentale » affirmant qu’« Israël est l’État-nation du peuple juif dans lequel il réalise son droit naturel, culturel, historique et religieux à l’autodétermination » et retirant à l’arabe son statut de langue officielle à côté de l’hébreu.
    La « bataille des berceaux »

    Cette loi considère également « le développement d’implantations juives comme une valeur nationale et fera en sorte de l’encourager et de le promouvoir », à travers une formule qui peut justifier à la fois le développement des colonies à l’est de la ligne verte et une ségrégation accrue à l’ouest de celle-ci entre juifs israéliens et Palestiniens israéliens.

    Mais ce raidissement juridique se concrétise maintenant que l’accueil de quelques milliers d’Ukrainiens non juifs paraît problématique alors qu’il y a trente ans, Israël a accueilli des centaines de milliers de personnes venant d’ex-URSS et leur a donné la citoyenneté sans être regardant sur leur judéité.

    Au début des années 1990, l’effondrement de l’Union soviétique provoque un recours inédit à la loi du retour, dispositif central dans le rôle d’Israël, qui se veut par définition le pays refuge des juifs dispersés dans le monde entier. L’État hébreu, obsédé par la démographie, compte alors moins de 5 millions d’habitant·es et craint de perdre la « bataille des berceaux » face aux Palestiniens, alors que la première Intifada, déclenchée en 1987, bat son plein.

    Yitzhak Shamir, premier ministre de 1986 à 1992, désigne alors cette migration comme un « miracle », même si elle a été encouragée par un gouvernement israélien qui ne se focalise guère sur les origines juives des nouveaux arrivants. Non seulement beaucoup des russophones qui font leur Alya au début des années 1990 n’ont pas conservé les traditions juives réprimées sous le régime soviétique, mais beaucoup se forgent des ascendances, au point qu’on estime à environ 400 000 sur un million le nombre de migrant·es russophones non juifs.

    Longtemps, la judéité de ces nouveaux Israéliens, pour la plupart laïcs, déjudaïsés et peu sionistes, n’a guère été questionnée. D’abord parce que beaucoup « s’israélisent » rapidement, aidés par les efforts gouvernementaux. Alex Rif, 36 ans, mère de deux enfants de 4 ans et 7 mois, a immigré en Israël à l’âge de 5 ans, en provenance d’Ukraine.

    Elle grandit dans la ville de Netanya qui accueille des milliers de ces nouveaux venus. « Très vite, raconte-t-elle, j’ai voulu me débarrasser de mes habits russes, de ma culture russe. Je ne voulais parler qu’hébreu et je faisais tout pour avoir un accent parfait. J’ai fait des études, je me suis engagée comme volontaire dans des missions de service civique, comme le font de nombreux jeunes Israéliens, puis j’ai fait l’armée. Ensuite, j’ai rencontré un Israélien né ici. À 27 ans, du point de vue d’Israël, j’étais une success story, j’étais devenue une vraie sioniste. »
    Alex Rif dans son appartement de Tel-Aviv. © JC

    Ensuite, le poids démographique et politique des immigrés en provenance de l’ex-URSS dans la société d’accueil est tel qu’ils peuvent, bien davantage que d’autres migrants juifs comme les Yéménites ou les Éthiopiens, défendre leurs intérêts. Au cours des années 1990, ils sont en effet près de un million de personnes à émigrer en Israël, dont la population compte alors moins de cinq millions d’habitant·es. En outre, si beaucoup connaissent alors une trajectoire professionnelle et sociale descendante, ils appartiennent en majorité à des classes moyennes bien formées.

    Certains reproduisent leur mode de vie dans des quartiers ou villes d’Israël, mettent en place leurs propres écoles et disposent de très nombreux médias en russe. En 1990 est aussi fondée la chaîne de supermarchés Tiv Ta’am, ouverts les vendredis et samedis, et surtout la première à vendre du porc et d’autres produits non cashers, dont le premier établissement se trouve à Rishon LeZion, une ville massivement investie par cette migration russophone. Désormais, la chaîne possède 32 magasins dans tout le pays, sans compter les enseignes indépendantes qui affichent leur indifférence aux préceptes du judaïsme, ainsi de Natali, située à quelques encablures de l’immense gare routière de Tel-Aviv et qui se proclame fièrement le « royaume du porc ».

    D’autres s’installent au-delà de la ligne verte, davantage parce que le logement y est moins cher que pour des raisons idéologiques, mais en finissant, pour beaucoup, par épouser ainsi de facto le projet de colonisation accrue de la Cisjordanie, votant majoritairement pour le Likoud ou les partis russophones qui le soutiennent, notamment Israel Beytenou (littéralement « Israël est notre maison »), fondé par Avigdor Liberman, qui vit dans la colonie de Nokdim en Cisjordanie. On estime entre 15 % et 20 % le nombre de personnes originaires de l’ex-URSS qui se sont installées dans des colonies de Cisjordanie.

    Liberman est surnommé « le faiseur de rois » de la politique israélienne tant son poids est décisif pour faire ou défaire les coalitions baroques qui gouvernent Israël et dont la dernière, forgée sur un rejet de Benyamin Netanyahou que Liberman a longtemps soutenu avant de s’en détacher l’an dernier, vient d’annoncer qu’elle renonçait et organisait de nouvelles élections à l’automne prochain.

    Le nombre des nouveaux venus et la diversité de leurs origines géographiques, sociales ou politiques compliquent l’appréhension de cette population hétérogène en tant que « communauté » au sens strict. « Même si nous parlons toutes et tous plus ou moins russe, il y a trop de sous-cultures et de différences pour que la question se pose comme cela », juge Nina.

    La question de la judéité de cette nouvelle population d’Israël est restée pendant plusieurs années un angle mort ou un réservoir d’anecdotes : contournements divers de la loi interdisant l’élevage de porc sur le territoire de l’État hébreu, notamment en prétextant un élevage « à des fins scientifiques », ou démantèlement d’un groupe de huit néonazis israéliens, tous d’origine russe, dans la ville de Petah Tikva en 2007…

    Mais les choses ont changé quand les enfants et les adolescents arrivés dans les années 1990 sont devenus adultes et se sont rendu compte que ce n’était pas parce qu’ils étaient israéliens qu’ils étaient reconnus comme juifs.

    Pour le grand rabbinat, contrôlé par les ultraorthodoxes, sont uniquement considérés comme juifs les personnes dont la mère est juive. Il pourrait ne s’agir que d’une question périphérique si, en Israël, existait un état civil organisé par l’État. Mais, dans le compromis historique sur lequel s’est fondé l’État hébreu, celui-ci a cédé aux religieux la haute main sur tout ce qui concerne le droit de la personne : naissances, mariages, enterrements…

    En 1998, une histoire emblématique heurte le pays. Le soldat Nikolaï Rappaport, 23 ans, est tué par un obus tiré par le Hezbollah libanais. Israël découvre alors non seulement la pauvreté dans laquelle vit sa famille, émigrée de Russie, mais apprend que le jeune homme sera enterré à Krasnodar, d’où il est originaire, dans le nord du Caucase. En effet, si ses funérailles avaient eu lieu en Israël, il aurait été considéré comme non juif et enterré hors des murs du cimetière juif puisque sa mère n’était pas juive.

    La question se pose plus particulièrement pour les femmes originaires de l’ex-Union soviétique dont les enfants ne seront pas reconnus comme juifs si elles ne prouvent pas elles-mêmes leurs origines juives. « Quelle offense que de pouvoir servir dans l’armée et ne pas pouvoir se marier. Ce problème pourrait pourtant trouver une solution facile si on enlevait le monopole de ces questions aux ultraorthodoxes », se révolte Dina Lisnyansky, enseignante à l’université de Tel-Aviv et issue d’une famille qui a entretenu les traditions juives même quand elle vivait encore dans l’Union soviétique.

    « Nous sommes comme des juifs de seconde zone », confirme Alex Rif. Sa mère est juive mais la jeune femme, qui plaide pour l’instauration d’un mariage civil, a refusé de passer devant les rabbins tant que toute sa communauté d’origine n’aurait pas le droit de le faire, ou d’aller se marier à Chypre, comme le font nombre d’Israélien·nes russophones.

    Les rabbins vous proposent parfois de faire un test ADN pour voir si on n’aurait pas une séquence qui prouverait qu’on est juif. C’est insensé.

    Alex Rif, activiste

    « Prouver que l’on est juif est beaucoup plus difficile pour nous que pour quiconque, enchaîne-t-elle. Si vous venez de France ou des États-Unis, il est facile d’appeler le rabbin de votre communauté d’origine. Mais en URSS, il n’en existait pas ! Si cela n’est pas possible, on vous demande des papiers originaux alors que le régime soviétique persécutait les juifs et qu’il fallait se dissimuler. Les rabbins nous expliquent alors qu’il est possible d’aller photographier la tombe de nos grands-parents pour prouver nos origines. Mais le shtetl où ma grand-mère a grandi en Ukraine a été entièrement détruit. Aujourd’hui, c’est une forêt, comment pourrais-je y retrouver une tombe ? »

    Depuis quelques années, s’indigne-t-elle, « si tous ces moyens de prouver qu’on est juif sont impossibles, les rabbins vous proposent parfois de faire un test ADN pour voir si on n’aurait pas une séquence qui prouverait qu’on est juif. C’est insensé ! Comme si la judéité était un fait biologique et pas un mode de vie. Et comme si nous n’avions pas assez souffert d’être réduits à des critères biologiques et raciaux ».

    Avec le développement des tests ADN permettant d’établir son ascendance et ses origines géographiques, l’idée qu’il serait possible de trouver un « ADN juif », c’est-à-dire une séquence de code génétique dont la présence prouverait que l’on est juif sans que son absence signifie qu’on ne l’est pas, s’est renforcée.

    Au risque de se retourner contre les rabbins qui la promeuvent parfois, puisque l’actuel ministre des cultes, dans la coalition encore au pouvoir pour quelques semaines, s’est dit prêt à en passer par là pour briser le monopole du grand rabbinat sur ces questions : ce prétendu « ADN juif » ne distinguant en effet pas entre une ascendance par le père et par la mère…
    Deux millions de russophones

    Cette demande accrue de reconnaître comme juives et israéliennes à part entière les personnes originaires des mondes russophones doit beaucoup à l’affirmation identitaire de ce qu’on appelle ici la « génération 1.5 », c’est-à-dire celle des personnes arrivées encore enfants ou adolescents en Israël.

    À l’origine, il s’agit d’un terme technique utilisé en démographie, pour désigner les migrant·es qui n’appartiennent ni à la première génération qui a elle-même émigré, ni à la seconde, qui est née dans le pays d’accueil. Mais certains russophones d’Israël en ont désormais fait un slogan et une affirmation identitaire, et même une série télévisée retraçant l’éveil politique de cette génération.

    Pour Dina Lisnyansky, « notre identité est hybride et différente selon que l’on est arrivé adulte ou enfant. Mais nous nous sentons à la fois Israéliens, juifs et originaires de l’ex-URSS. Et nous avons une perspective unique sur la société israélienne, parce que nous sommes à la fois complètement en son sein mais que nous la regardons avec la distance que nous permet notre double culture ».

    Après avoir refoulé ses origines pendant toute sa jeunesse, Alex Rif a fait une dépression au lendemain de la mort de sa grand-mère, qui ne parlait que russe et la gardait à la maison quand ses parents allaient travailler. « Quand elle est morte, raconte-t-elle, je me suis rendu compte de ce que j’avais enfoui et j’ai commencé à écrire sur mon expérience. Je me suis aperçue en publiant mes textes sur Facebook que beaucoup de gens partageaient un vécu similaire. J’ai aussi mesuré à quel point les russophones avaient été déclassés socialement et professionnellement. Ma mère, qui était ingénieure en Ukraine, n’a jamais retrouvé de travail que comme femme de ménage. Sans parler du nombre de nos anciens qui vivent dans la plus grande pauvreté. Et nous avons aussi en commun d’avoir vécu les préjugés et les stigmatisations. »

    Depuis, la jeune femme multiplie les actions pour faire reconnaître à leur juste place ces migrant·es et ces familles venues de l’ex-URSS. Elle commence par lancer l’idée d’inviter les voisins israéliens pour Novi God, le Nouvel An russe. Puis lance « l’opération vétéran » durant laquelle des anciens soldats de la Seconde Guerre mondiale viennent dans des familles ou des écoles raconter leurs histoires. « Alors qu’Israël s’est fondé sur ce qui s’est passé pendant la guerre, l’histoire des soldats soviétiques qui ont vaincu le nazisme ne faisait pas partie du récit scolaire israélien », souligne la jeune femme dont l’un des grands-pères faisait lui-même partie de l’Armée rouge.

    « Dans le fond, mon projet secret, sourit-elle, était de rendre la culture russophone cool alors qu’on était réduits à l’image de pères alcooliques et de mères prostituées. Mais ce n’était qu’une étape. »

    (...)

    #Israël #Ukraine #racisme #réfugiés

  • Le nouveau Premier ministre israélien Yaïr Lapid à l’Élysée pour discuter Liban et Iran
    Publié le : 05/07/2022
    https://www.france24.com/fr/france/20220705-le-nouveau-premier-ministre-isra%C3%A9lien-ya%C3%AFr-lapid-%C3%A0

    Le nouveau Premier ministre israélien, Yaïr Lapid, entend demander mardi au président français, Emmanuel Macron, « d’intervenir » auprès du Liban pour relancer les pourparlers gaziers entre le Liban et Israël et le presser à adopter une position plus rigide dans les négociations visant à rétablir l’accord de 2015 sur le nucléaire iranien.

    #IsraelFrance

    • Emmanuel Macron doit exiger de Yair Lapid la libération de Salah Hamouri
      Communiqué de l’AFPS | mardi 5 juillet 2022
      https://www.france-palestine.org/Emmanuel-Macron-doit-exiger-de-Yair-Lapid-la-liberation-de-Salah-H

      Ce 5 juillet, le président de la République va recevoir le Premier ministre israélien.
      Emmanuel Macron reçoit aujourd’hui le Premier ministre de l’État qui a assassiné la journaliste palestinienne Shireen Abu Akleh et dont l’armée, forte de son permis de tuer, fait presque chaque jour de nouvelles victimes palestiniennes. Il reçoit le Premier ministre d’un État dont l’armée commet chaque jour des crimes de guerres et des violations du droit international dans le cadre d’une occupation militaire dont on ne voit jamais la fin.

      Parmi ces violations, les arrestations arbitraires et le recours massif à la détention administrative.

      Depuis le 10 mars, Salah Hamouri avocat franco-palestinien a été mis en détention administrative - sans charge ni jugement - pour une durée de 3 mois, sur simple décision des autorités israéliennes. Cette détention sans motif a été reconduite pour 3 mois supplémentaires au mépris de toute forme de droit.

      Salah Hamouri subit depuis plus de 20 ans un acharnement continu de la part du régime d’apartheid israélien. Palestinien de Jérusalem, il risque d’être banni de sa ville natale pour refus d’allégeance à la puissance occupante, l’État d’Israël : ce serait un précédent particulièrement dangereux. (...)

      #Salah_Hamouri

    • 5 juillet 2022 - Seul le prononcé fait foi
      DÉCLARATION CONJOINTE DU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE ET DU PREMIER MINISTRE DE L’ÉTAT D’ISRAËL
      Télécharger le .pdf
      https://www.elysee.fr/emmanuel-macron/2022/07/05/declaration-du-president-emmanuel-macron-et-du-premier-ministre-disrael-yair-

      Bonjour mesdames, messieurs.

      Je suis très heureux et honoré d’accueillir à Paris, le Premier ministre de l’État d’Israël, mon ami Yaïr LAPID. Je le suis d’autant plus, cher Yaïr, que comme tu l’as dit en arrivant, cela fait quelques années que nous attendons. Je suis très heureux que vous ayez choisi la France pour votre premier déplacement officiel à l’étranger dans cette nouvelle fonction. Cela nous touche beaucoup, cela me touche beaucoup. Cher Yaïr, cette visite illustre, s’il en était besoin, la relation singulière et exceptionnelle entre nos deux pays et l’ampleur des liens humains qui nous unissent. (...)

      La souveraineté et l’intégrité de l’Ukraine doivent être respectées, de même que ses choix démocratiques. C’est cela que défend l’Ukraine face à la Russie et c’est pour cela que nous devons, ensemble, être à ses côtés. (...)

  • Déclaration conjointe de la société civile sur la proposition d’un protocole d’accord de l’UE avec la République arabe d’Égypte et l’État d’Israël

    L’Union Européenne (UE) tâche activement de sortir du gaz russe pour cesser de financer l’invasion illégale de l’Ukraine par la Russie. Ceci a abouti à la stratégie RePowerEU et à la prise de contact avec d’anciens et nouveaux fournisseurs de gaz afin d’accroître le flux de gaz venant d’autres pays vers les États membres.
    Parmi une longue liste de fournisseurs potentiels de gaz, l’UE a annoncé son intention de signer un Protocole d’Accord (MoU) avec la République arabe d’Égypte et l’État d’Israël.

    Nous dénonçons résolument l’hypocrisie de l’UE qui passe du soutien d’un régime répressif à un autre. Renoncer à acheter du gaz russe ne devrait jamais conduire à renforcer la violence, l’apartheid et la répression politique ailleurs.
    Nous condamnons avec force la proposition de l’UE d’un Protocole d’Accord avec l’Égypte et Israël.

    https://entreleslignesentrelesmots.wordpress.com/2022/06/30/declaration-conjointe-de-la-societe-civile-sur

    #international #europe #israel #egypte

  • L’accord gazier entre Israël, l’Égypte et l’UE est un autre feu vert à l’occupation et aux atteintes aux droits
    Inès Abdel Razek | Mardi 28 juin 2022 | Middle East Eye édition française
    https://www.middleeasteye.net/fr/opinion-fr/israel-egypte-union-europeenne-accord-gaz-tripartite-violation-droits
    http://www.middleeasteye.net/sites/default/files/images-story/israel+leviathan%20natural%20gas%20field%20afp.jpeg

    L’Union européenne (UE) vient de signer un accord gazier tripartite avec l’Égypte et Israël, lequel va accroître sa dépendance au gaz israélien. Qualifié par la présidente de la Commission européenne d’« accord historique », celui-ci prouve qu’en ce qui concerne le respect des droits de l’homme et du droit international, l’UE et ses membres n’ont aucune crédibilité.

    Cet accord s’inscrit dans le cadre de la recherche d’alternatives au gaz et au pétrole russe par l’UE dans le contexte de la guerre en Ukraine. Charles Michel, président du Conseil européen, affirme que l’embargo sur les importations de pétrole russe suspend « une énorme source de financement pour sa machine de guerre ».

    En remplacement, l’UE s’engage sur un chemin qui va la rendre plus dépendante du gaz israélien, malgré l’occupation militaire depuis plus d’un demi-siècle et les 74 années de dépossession coloniale des Palestiniens par Israël, lequel commet des atteintes flagrantes au droit international qui s’apparentent à un crime d’apartheid.

    Cet accord gazier fait suite à la mise en œuvre des accords d’Abraham, l’initiative négociée par les États-Unis pour normaliser les relations entre Israël et les États arabes. Cet accord rendra également l’UE plus dépendante de l’Égypte, régime dictatorial qui compte environ 60 000 prisonniers politiques et enfreint couramment les droits de l’homme, ce que l’Union normalise également.

    En début d’année, l’UE a alloué 657 millions d’euros à EuroAsia Interconnector, une ligne sous-marine qui relie les réseaux d’électricité d’Israël, de Chypre, de la Grèce et de l’Europe. (...)

    #IsraelUE

  • محكمة إسرائيلية تغرّم فلسطينياً بـ5 آلاف دولار أميركي... والسبب؟
    https://al-akhbar.com/Palestine/340048

    Un prof d’arabe palestinien condamné à 5 000 dollars d’amende pour discrimination raciale à l’encontre de la police israélienne". Contacté par Zoom, il avait répondu à son interlocuteur, qui l’a traîné en justice, qu’il « était désolé mais qu’il ne donnait pas de cours à des policiers » !

    حكمت محكمة إسرائيلية، اليوم، على أستاذ اللغة العربية، الفلسطيني سليمان عبد الرحمن، بدفع غرامة مالية قدرها 15 ألف شيكل (نحو خمسة آلاف دولار أميركي)، لشرطي صهيوني كتعويض عن «التمييز العنصري ضد شرطة إسرائيل».

    وفي وقت سابق، رفع الشرطي دعوى تعويض ضد سليمان بقيمة 50 ألف شيكل، بتهمة «التمييز الصارخ ضدّه كشرطي يهودي يخدم في شرطة إسرائيل في القدس الشرقيّة». أمّا السبب فهو أن أستاذ اللغة العربية رفض الاستجابة لطلبه بتعليمه اللغة العربية المحكيّة عبر تطبيق الزوم، ضمن الدروس الخصوصية التي يقدّمها للمتوجّهين من تلاميذ وطلاب جامعة وغيرهم.
    ووفقاً لما كشفه عبد الرحمن، فإن «الشرطي سجّل المكالمة الهاتفية بيننا واستند إلى جملة واحدة قلتها له بعد أن أخبرني بأنّه شرطيّ»؛ إذ قال له : «آسف أنا لا أدرّس رجال شرطة، ولا أتعامل مع الشرطة».

    #israël #palestine #langue_arabe #gorafi

  • La Confédération Norvégienne des syndicats veut un boycott complet d’Israël

    Lors de son congrès national du 3 juin, la Confédération Norvégienne des syndicats (LO, Landsorganisasjonen i Norge) a voté le boycott des produits israéliens, ainsi qu’une série de 14 mesures concrètes destinées à contraindre Israël à respecter les droits humains. LO rassemble 27 syndicats norvégiens, représentant environ 1/5 de la population.

    Le congrès de la Confédération Norvégienne des syndicats (LO, Landsorganisasjonen i Norge) a décidé le 2 juin 2022, à une large majorité, que LO soutiendrait un boycott international d’Israël. Cette déclaration fixe la politique de LO vis-à-vis d’Israël et des palestiniens pour les trois prochaines années.

    https://entreleslignesentrelesmots.wordpress.com/2022/06/23/la-confederation-norvegienne-des-syndicats-veu

    #international #norvege #israel

  • EU cannot replace Gas from Russia with gas from state in blatant breach of International Law
    18 June, 2022 - by John Brady TD – John Brady TD | Sinn Féin
    https://www.sinnfein.ie/contents/63841

    Sinn Fein spokesperson on Foreign Affairs and Defence, John Brady TD has expressed concern over the decision by the EU to sign a tripartite gas deal with Israel and Egypt.

    The multi-billion Euro deal is for gas from disputed gas fields, in which Israel is in dispute with Lebanon. This despite Israel’s long record of human rights abuses, and breaches of international law.

    The Wicklow TD said:

    “I am concerned that as the EU seeks to find alternative sources to Russian energy supplies that they are prepared to do a deal with Israel - a state that has been consistently found to be in breach of international law.

    "The UN High Commissioner for Human Right Michelle Bachelet has recently called for Israel to launch a criminal inquiry into the murder of Shireen Abu Akleh. The US Palestinian Journalist gunned down by Israeli forces last month.
    "A further three Palestinians were gunned down by Israel on Thursday. Palestinians are murdered by the Israeli state on a regular if not daily basis. Israel has been found guilty on a repeated basis of human rights violations against the Palestinian people.
    (...)
    "Despite discussions between Palestinians, the British company and the Israeli’s, Palestinians have not derived any benefits from the gas find. Since the Israeli blockade of Gaza began in 2007, the Israeli government has bypassed the Palestinian Authority, seizing control of natural resources for itself.

    "Israel has also seized control of a further oil and gas find at the Meged Field, just inside the West Bank. Israel argues that the field lies outside of Palestinian territories, even though the majority of the mineral reservoir lies beneath the occupied Palestinian territory.

    "While Israel reaps the benefits of mineral wealth that belongs to the Palestinian people, the right of the Palestinian people to govern themselves is denied.

    "The ability of the Palestinian state to develop is also denied. The much needed proceeds from the oil and gas discoveries would provide the means to lift the Palestinian people out of poverty and to establish a viable state.

    "Ireland has a responsibility to draw attention to this hypocrisy at an international level. The EU has a responsibility to avoid rewarding states in breach of international law. (...)

    Quds News Network
    @QudsNen
    1:41 PM · 23 juin 2022
    https://twitter.com/QudsNen/status/1539936689514287104

    Ireland’s Sinn Féin spokesperson John Brady: "International law must be universally applied. Ireland must oppose EU gas deal with apartheid Israel.”

    https://video.twimg.com/amplify_video/1539936164941021190/vid/720x822/5glHtBZQGM0htwAI.mp4?tag=14


    #IsraelIrlande #Gaz

  • Activists Quit Goethe-Institut Germany Conference Over Racism Against Palestinian
    June 18, 2022 - Palestine Online
    https://palestineonline.org/goethe-institut-germany

    The Goethe-Institut recently uninvited award-winning Palestinian poet, writer and human rights activist Mohammad El-Kurd from a roundtable titled “Selling Fascism? Remembering the Unsold”.

    The roundtable was a part of a three-day conference “Beyond the Lone Offender – Dynamics of the Global Right” to be held in Hamburg, Germany, from June 23 to 26.

    In retaliation, independent researcher and essayist Sinthujan Varatharajah and visual artist, research and curator Moshtari Hilal decided to call off their curatorial contribution to the conference.

    Varatharajah took to Twitter to register his and Moshtari’s protest.

    “Our cancellation is in response to Goethe-Institut’s attempts to intervene in our curatorial decisions and by way of it, enforce a climate of anti-Palestinian censorship,” the Twitter thread said.

    El-Kurd had already confirmed his participation when a notification from Goethe-Institut’s head office explicitly refused the Palestinian writer’s participation in the programme.

    “Goethe-Institut’s veto against El-Kurd calls into question the very purpose of this conference.”

    The institute justified its decision using the term “collective responsibility”, which according to Varatharajah’s statement “apparently requires the structural silencing of Palestinian intellectuals such as El-Kurd”.

    “What are the benefits of a conference on right-wing violence when the principal organiser, a state agency primarily financed by the German Foreign Office, enforces preemptive censorship out of fear to receive racist and reactionary backlash.”

    The decision was also said to add to “a climate of anti-Palestinian racism”. El-Kurd’s attempts to get his visa processed were also ignored by the German Consulate.

    “We want to reiterate that Goethe-Institut is directly financed by the German Foreign Office. It is the German state’s cultural embassy,” the tweet said. (...)

    #IsraelAllemagne

  • Le Parlement de Catalogne reconnaît qu’Israël est coupable d’apartheid !

    Barcelone, 16 juin 2021 – Le Comité National Palestinien de Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BNC), la plus large coalition de la société civile palestinienne, salue chaleureusement le Parlement de Catalogne pour sa résolution reconnaissant et condamnant le crime d’apartheid d’Israël contre le peuple palestinien.

    Avec cette résolution historique, le Parlement de Catalogne devient le premier parlement en Europe à reconnaître publiquement que « le système appliqué par Israël aux Territoires [palestiniens] occupés est contraire au droit international et équivaut au crime d’apartheid tel que défini dans le Statut de Rome de la Cour pénale internationale, article 7.2 (h) ».

    https://entreleslignesentrelesmots.wordpress.com/2022/06/18/le-parlement-de-catalogne-reconnait-quisrael-e

    #international #israel #catalogne

  • Une fois encore, l’Europe capitule devant Israël
    Sami Abu Shehadeh | Mardi 14 juin 2022 | Middle East Eye édition française
    https://www.middleeasteye.net/fr/opinion-fr/israel-palestine-europe-roberta-metsola-capitule-occupation

    Le discours prononcé par la présidente du Parlement européen Roberta Metsola devant la Knesset israélienne fin mai est peut-être l’un des discours les moins responsables que j’aie jamais entendus de la part d’un dirigeant étranger à l’égard d’Israël.

    On aurait pu s’attendre à ce que cette dirigeante originaire de Malte, un pays traditionnellement solidaire du peuple palestinien et qui représente un bloc favorable à une politique étrangère fondée sur des valeurs, l’État de droit et la responsabilité, parle sans détours aux puissants.

    Au lieu de cela, nous avons entendu tout l’inverse : une capitulation de l’Europe face aux politiques d’annexion et d’apartheid d’Israël que dénoncent Amnesty International et Human Rights Watch. Le soutien de façade apporté à la solution à deux États à la fin de son discours ne change rien au fait que la dirigeante n’a pas mentionné les mots « occupation », « colonisation » ou « annexion », pas plus qu’elle n’a évoqué les droits des Palestiniens, le droit international ou les résolutions de l’ONU.

    Roberta Metsola n’a manqué aucune occasion de réaffirmer sa position, ignorant qu’Israël n’est pas un pays uniquement réservé aux juifs, mais un pays où 20 % de la population est composée de citoyens palestiniens.

    Elle a fait part de sa grande admiration pour l’ancienne Première ministre israélienne Golda Meir, tristement célèbre pour avoir déclaré que « les Palestiniens n’exist[aient] pas ».

    Elle n’a même pas mentionné Shireen Abu Akleh (...)

    #IsraelUE

  • La France en Israël sur Twitter : 5:32 PM · 15 juin 2022
    https://t.co/GQpxlGKKR2" / Twitter
    https://twitter.com/franceenisrael/status/1537095747748896775

    Une équipe du #GIGN actuellement en Israël 🥷🇫🇷 ! L’élite de la gendarmerie française effectue actuellement une semaine d’immersion avec le #Yamam, unité spéciale anti-terroriste 🇮🇱, pour un partage d’expérience sur leurs techniques respectives d’opération et d’intervention.

    La France en Israël
    @franceenisrael
    https://twitter.com/franceenisrael/status/1537095753222524930

    Une illustration de l’excellente coopération bilatérale 🇫🇷🇮🇱 dans le domaine de la sécurité intérieure et de la lutte contre le terrorisme.

    #IsraelFrance

  • Ursula von der Leyen
    10:10 AM · 15 juin 2022
    https://twitter.com/vonderleyen/status/1536984358619435008 :

    With this 🇪🇺🇪🇬🇮🇱 agreement we will work on the stable delivery of natural gas to the EU from the East Med region.

    This will contribute to our 🇪🇺 energy security.

    And we are building infrastructure fit for renewables - the energy of the future.

    “““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““
    Hadi Nasrallah sur Twitter
    10:15 PM · 13 juin 2022· :
    https://twitter.com/HadiNasrallah/status/1536442271654191105

    But I thought occupation terrifies you, Ursula.

    • Face au « chantage » gazier de Moscou, l’UE se tourne vers Israël (von der Leyen)
      https://www.lexpress.fr/actualites/1/monde/face-au-chantage-gazier-de-moscou-l-ue-se-tourne-vers-israel-von-der-leyen_

      Beersheva (Israël) - L’Union européenne veut « renforcer » sa coopération énergétique avec l’Etat hébreu en réponse au « chantage » de la Russie, qui a coupé ses livraisons de gaz à des pays européens, a soutenu mardi en Israël la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen.

      Par AFP | Publié le 14/06/2022 | Beersheva (Israël)

      « Le Kremlin a utilisé notre dépendance aux énergies fossiles russes pour nous faire du chantage (...) la Russie a délibérément coupé ses approvisionnements de gaz à la Pologne, la Bulgarie et la Finlande, à des entreprises néerlandaises et danoises en représailles à notre soutien à l’Ukraine », a-t-elle accusé alors que le géant russe Gazprom a annoncé mardi baisser de plus de 40% sa capacité quotidienne de livraison vers l’Allemagne via le gazoduc Nord Stream.

      « Le comportement du Kremlin ne fait que renforcer notre volonté de nous libérer de notre dépendance aux énergies fossiles russes », a affirmé Mme von der Leyen. « Par exemple, nous explorons actuellement des voies pour renforcer notre coopération énergétique avec Israël », a-t-elle expliqué, citant un projet de câble électrique sous-marin reliant l’Etat hébreu, Chypre et la Grèce et un « pipeline » en Méditerranée orientale.

      Israël travaille d’arrache-pied pour pouvoir exporter une partie de ses vastes ressources gazières en mer vers l’Europe, qui cherche à remplacer les achats de combustibles fossiles russes depuis l’invasion de l’Ukraine fin février et les sanctions contre Moscou. (...)

      #IsraelUE

    • L’UE signe un accord avec Israël et l’Égypte pour s’approvisionner en gaz israélien
      France 24 | Publié le : 16/06/2022
      https://www.france24.com/fr/moyen-orient/20220616-l-ue-signe-un-accord-avec-isra%C3%ABl-et-l-%C3%A9gypte-pour-s-app

      L’UE, Israël et l’Égypte ont signé jeudi un protocole d’accord pour permettre à l’UE d’importer du gaz naturel israélien. Depuis l’invasion russe de l’Ukraine, Bruxelles veut rompre avec sa dépendance aux énergies fossiles russes et cherche à renforcer ses partenariats avec d’autres pays, notamment au Moyen-Orient.

      L’Union européenne, Israël et l’Égypte ont signé, mercredi 15 juin, un protocole d’accord pour approvisionner l’Europe en gaz naturel, lors d’une visite au Caire de la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen.

      Cette visite intervient alors que l’UE a un besoin urgent de diversifier ses approvisionnements énergétiques après la décision de la Russie de couper ses livraisons de gaz à des pays européens. Avant l’Égypte, Ursula von der Leyen s’est rendue en Ukraine, puis en Israël. (...)

      https://video.twimg.com/amplify_video/1537082065514110979/vid/1280x720/bMMEU3okvUfdiFYt.mp4?tag=14