• Israël : Netanyahu s’inquiète des efforts diplomatiques de la France avec l’Iran - moyen orient
    Publié le 30-08-2019 - RFI - Avec notre correspondant à Jérusalem,Guilhem Delteil
    http://www.rfi.fr/moyen-orient/20190830-israel-netanyahu-s-inquiete-efforts-diplomatiques-france-iran

    Emmanuel Macron a téléphoné à Benyamin Netanyahu ce vendredi 30 août. Le président français et le Premier ministre israélien ont évoqué le dossier iranien.

    Après les visites du chef de la diplomatie iranienne à Paris puis Biarritz la semaine dernière, la République islamique devrait envoyer prochainement une nouvelle délégation en France. Paris souhaite parvenir à une rencontre entre les présidents iranien et américain, une perspective qui inquiète le Premier ministre israélien.

    Au téléphone avec Emmanuel Macron ce vendredi, Benyamin Netanyahu a affirmé qu’Israël se « défendra contre les attaques contre lui et empêchera l’utilisation d’armes par ses ennemis qui cherchent à le détruire ».

    Pour Netanyahu l’heure n’est pas à la négociation

    Une position habituelle du chef du gouvernement face à l’Iran et ses alliés. Mais Benyamin Netanyahu s’est aussi opposé aux efforts diplomatiques de la France. Il estime que l’heure n’est pas aux négociations avec l’Iran qui « intensifie, dit-il, son agression dans la région ».

    #IsraelIran

    • Netanyahu se dit opposé à tout dialogue avec l’Iran
      5 septembre 2019 Par Agence Reuters
      http://www.lefigaro.fr/flash-actu/annonce-de-l-iran-sur-le-nucleaire-netanyahou-reclame-plus-de-pression-sur-

      Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a demandé jeudi aux grandes puissances de ne pas négocier avec l’Iran, alors que le président américain Donald Trump s’est redit mercredi disposé à rencontrer son homologue Hassan Rohani pour tenter de sortir de la crise sur le programme nucléaire iranien.

      LOD, Israël (Reuters) - Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a demandé jeudi aux grandes puissances de ne pas négocier avec l’Iran, alors que le président américain Donald Trump s’est redit mercredi disposé à rencontrer son homologue Hassan Rohani pour tenter de sortir de la crise sur le programme nucléaire iranien.

      « Ce n’est pas le moment de discuter avec l’Iran. C’est le moment d’accentuer la pression sur l’Iran », a déclaré Netanyahu aux journalistes présents à l’aéroport de Ben Gourion avant de s’envoler pour Londres.

      Donald Trump n’a pas fermé la porte à une rencontre avec Hassan Rohani en marge de l’Assemblée générale des Nations unies à New York, répondant à des journalistes qui l’interrogeaient à ce sujet : « Tout est possible. Ils aimeraient pouvoir résoudre leur problème. »

      Le Premier ministre israélien, qui affiche rarement en public un désaccord avec Trump, avait déjà dit la semaine dernière au président français Emmanuel Macron qu’il avait « tort » de vouloir rétablir le dialogue avec Téhéran.

      Rohani a pour sa part exclu de rencontrer Trump tant que les Etats-Unis ne retirent pas les sanctions imposées à l’Iran après leur retrait l’an dernier de l’Accord sur le nucléaire de 2015, auquel Israël est aussi fermement opposé.

    • Benyamin Netanyahou : « J’ai envoyé le Mossad récupérer des archives secrètes à Téhéran »
      Paris Match | Publié le 05/09/2019
      Un entretien avec Caroline Mangez
      https://www.parismatch.com/Actu/International/Benyamin-Netanyahou-J-ai-envoye-le-Mossad-recuperer-des-archives-secrete

      (...) Quel a été votre rôle exact dans la décision de Donald Trump de se retirer en mai dernier de l’accord de Vienne de 2015 sur le nucléaire iranien ?
      B.N. Je lui ai demandé de le faire alors qu’il n’était encore que candidat à la présidence des Etats-Unis. Cet accord était épouvantable. Non seulement parce qu’il permettait à l’Iran de poursuivre un programme de développement nucléaire civil, mais aussi parce que, en remettant le pays financièrement à flot par la levée des sanctions, on lui offrait l’opportunité de nourrir à nouveau ses desseins agressifs et terroristes. Ensuite, début 2019, j’ai envoyé le Mossad récupérer des archives secrètes à Téhéran, des centaines de milliers de documents prouvant que les Iraniens mentaient ouvertement quand ils affirmaient ne jamais avoir eu l’intention de se doter de l’arme atomique. J’ai déposé ces preuves dans le bureau Ovale, à la Maison-Blanche, et je pense qu’elles ont fini de conforter le président Trump dans sa décision.

      Comment vos agents ont-ils pu récupérer ces archives ?
      B.N. Ça je ne vais pas vous le dire. Mais ils ont réussi. (...)

  • Israel drawing its last breaths, says Iranian commander behind foiled drone attack
    Reuters - Aug 26, 2019 12:39 AM

    https://www.haaretz.com/israel-news/israel-drawing-its-last-breaths-says-iranian-commander-behind-foiled-drone-

    Revolutionary Guard Gen. Qassem Soleimani attends an annual rally commemorating the anniversary of the 1979 Islamic revolution, in Tehran, Iran, February 11, 2016. Ebrahim Noroozi / AP

    The chief of Iran’s Quds force, Qassem Soleimani, reacting to an Israeli air strike in Syria and the crash of two Israeli drones in a Beirut suburb, tweeted on Sunday that “these were the last struggles” of Israel.

    Soleimani posted pictures of himself on Twitter with the caption: “These insane operations are absolutely last struggles of the Zionist Regime” in three languages.

    In a rare confirmation, Israel said it struck in Syria, thwarting a drone attack by the Iranian Revolutionary Guards’ elite Quds Force. A senior Revolutionary Guards commander denied on Sunday that Iranian targets had been hit in Israeli air strikes in Syria, the semi-official ILNA news agency reported.

    In addition, on Sunday, leader of Hezbollah Hassan Nasrallah denied that the Israeli attack targeted the Quds Force. “Israel did not attack a Quds Force position in Syria but rather a house containing Hezbollah fighters,” Nasrallah said, adding that two Hezbollah fighters were killed in the attack. “If Israel kills any of our members in Syria... we will respond from Lebanon... we tell Israelis on the border to beware,” Nasrallah said.

    The Israeli army, in turn, said that for several months it has been following Iran’s plan to carry out an attack against Israel from Syrian territory. “The person behind this is [head of Iran’s Quds Force] Qasem Soleimani,” Israel Defense Forces’ Spokesman Ronen Manelis told reporters.

    According to Manelis, “the Iranians plan was to send several drones into Israel, armed with explosives, and kill Israelis. These are drones we see in action in Iraq, Syria and Yemen.”

    The chief of the Israeli army, Aviv Kochavi, said that Soleimani personally oversaw the operation and trained the Iranian activists who were meant to carry it out.

    #IsraelIran

  • Nétanyahou s’affiche avec ses nouveaux amis du Golfe
    Par Thierry Oberlé Mis à jour le 13/02/2019 à 22:23
    http://www.lefigaro.fr/international/2019/02/13/01003-20190213ARTFIG00281-netanyahou-s-affiche-avec-ses-nouveaux-amis-du-go

    Lors de la réunion de Varsovie entre adversaires de l’Iran, Israël entendait officialiser ses relations avec certains régimes sunnites.

    Benyamin Nétanyahou est l’unique chef de gouvernement à avoir fait le déplacement à Varsovie. Également ministre des Affaires Étrangères et de la Défense, le premier ministre israélien ne pouvait pas rater la conférence internationale sur le Moyen-Orient organisée par les États-Unis. Le rendez-vous lui offre une tribune pour dénoncer son principal ennemi, l’Iran, qui représente, selon lui, une menace existentielle pour son pays. L’occasion lui était également fournie d’afficher sur cette question ses convergences avec les pays sunnites partisans d’une ligne dure contre Téhéran.

    Benyamin Nétanyahou avait donné le ton avant de prendre l’avion pour la Pologne. Il avait riposté à des déclarations belliqueuses lancées à l’occasion du 40e anniversaire de la révolution iranienne, en prévenant qu’en cas d’attaque de Téhéran cet « anniversaire serait le dernier ». Selon lui, la conférence devrait se concentrer sur la création d’un front commun pour « empêcher l’Iran de s’enraciner en Syrie, ...

    #IsraelIran

  • L’Iran sur la ligne de front
    Abdel Bari Atwan
    http://www.chroniquepalestine.com/iran-sur-ligne-de-front
    24 janvier 2019 – Raï al-Yaoum – Traduction : Chronique de Palestine

    (...) Un examen attentif des attaques de missiles israéliennes dirigées contre le centre de la Syrie ces derniers jours révèle des développements extrêmement significatifs. Ils peuvent être résumés comme suit.

    – Premièrement, l’Iran se transforme rapidement en un État en première ligne de confrontation avec l’occupation israélienne. Pour la première fois depuis le début du conflit israélo-arabe il y a près d’un siècle, l’Iran est devenu une puissance militaire que les dirigeants israéliens, qu’ils soient militaires ou politiques, traitent avec le plus grand sérieux. Cela est dû non seulement à sa formidable capacité militaire, mais également au fait qu’il possède un réseau de relais non officiels pouvant mener une guerre non conventionnelle.

    – Deuxièmement, l’attitude de la Russie en 2019 pourrait différer de celle de 2018, alors qu’elle était critiquée pour son incapacité à réagir aux attaques répétées d’Israël sur le territoire syrien. Le silence de la Russie jette une ombre sur son statut d’allié fiable dans la région, et cela laisse présager un changement imminent et majeur de la position de Moscou.

    – Troisièmement, ce n’est pas un hasard si les dirigeants russes ont divulgué un rapport de leur service de renseignement au quotidien Kommersant ce mardi, confirmant que les forces de défense antiaériennes syriennes seraient prêtes à utiliser les missiles russes avancés S-300 d’ici mars prochain, après avoir achevé la formation nécessaire. Cela devait être une réponse indirecte à toutes les questions concernant la raison pour laquelle ces missiles n’ont pas été utilisés pour faire face aux avions de guerre israéliens qui ont attaqué la Syrie tôt lundi.

    – Quatrièmement, tous les accords russo-israéliens selon lesquels les forces iraniennes resteraient à 80 kilomètres des frontières sud de la Syrie avec la Palestine occupée, en particulier les hauteurs du Golan, ont été vains. Selon des sources citées par la presse, des responsables de l’armée israélienne ont indiqué que les forces iraniennes sont désormais déployées dans des bases situées à quelques kilomètres seulement des frontières.

    – Cinquièmement, les représailles syriennes et iraniennes face aux attaques israéliennes sont désormais très prometteuses. Le missile à moyenne portée avec une charge de 500 kg qui a été tiré sur le plateau du Golan en réponse au dernier assaut israélien confirme que la barrière de l’hésitation à demander réparation est brisée. La force al-Qods, dirigée par le général Qassem Soleimani, n’aurait pas pris la décision de lancer le missile sans consulter les plus hautes autorités iraniennes, en particulier le guide suprême Ali Khamenei. En d’autres termes, cette décision était de nature stratégique et pourrait déterminer le cours de la période à venir. (...)

    #IsraelIran #Syrie #Russie

  • La pire de toutes les guerres
    http://www.chroniquepalestine.com/la-pire-de-toutes-les-guerres
    Abdel Bari Atwan – 23 juillet 2018 – Raï al-Yaoum – Traduction : Chronique de Palestine

    L’Iran ne veut pas la guerre, mais Trump et Netanyahu ont de toutes autres idées.

    Des menaces répétées de la part des dirigeants iraniens – dont la dernière venant guide suprême, l’ayatollah Ali Khamenei – de fermer le détroit d’Ormuz sont plus le reflet de l’appréhension croissante du pays plutôt que d’une volonté d’en découdre. Elles sont un appel indirect à l’administration américaine pour s’asseoir autour d’une table pour discuter et rechercher des solutions.

    Il est vrai que dans son discours de dimanche, Khamenei a réaffirmé la conviction exprimée par les dirigeants iraniens qu’il n’y a rien de positif à attendre d’un dialogue avec les États-Unis parce que ceux-ci n’appliquent pas les accords signés ni ne respectent leur signature. Mais les dirigeants iraniens engageraient probablement un dialogue si c’était une option sérieuse, au moins pour gagner du temps et éloigner le spectre de la guerre aussi loin que possible.

    Le président iranien modéré, Hassan Rohani, a ces derniers jours, élevé le ton en avertissant les États-Unis des conséquences qui pourraient s’en suivre de l’imposition de sanctions supplémentaires à son pays. Il a qualifié ces sanctions à venir de « jeu avec le feu » qui pourrait brûler les doigts de l’incendiaire, déclarant que « la paix avec l’Iran est la mère de toute paix, et la guerre contre l’Iran est la mère de toutes les guerres ». (...)

    #IsraelIran

  • Israël : Netanyahu loue la « position ferme » de Trump sur l’Iran
    AFP / 23 juillet 2018 09h38
    https://www.romandie.com/news/Isra-l-Netanyahu-loue-la-position-ferme-de-Trump-sur-l-Iran/938890.rom

    Jérusalem - Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a loué lundi la « position ferme » de Donald Trump contre l’Iran à la suite de déclarations d’une rare virulence du président américain contre Téhéran, a indiqué le bureau de M. Netanyahu.

    « Je veux rendre hommage à la position ferme exprimée hier par le président Trump et le secrétaire d’Etat Mike Pompeo contre l’agressivité du régime en Iran », a affirmé le Premier ministre israélien lors d’une réunion du cabinet. Israël considère l’Iran comme son ennemi numéro un.

    Dimanche, M. Trump avait averti l’Iran dans un message sur Twitter d’une rare virulence. « NE MENACEZ PLUS JAMAIS LES ÉTATS-UNIS OU VOUS ALLEZ SUBIR DES CONSÉQUENCES TELLES QUE PEU AU COURS DE L’HISTOIRE EN ONT CONNUES AUPARAVANT », avait-il écrit dans un message adressé nommément au président iranien Hassan Rohani.

    Peu avant, M. Rohani avait conseillé au président américain de « ne pas jouer avec la queue du lion » et avait prévenu qu’un conflit avec l’Iran serait la « mère de toutes les guerres ».

    M. Netanyahu n’a cessé d’exiger ces derniers mois que l’Iran se retire de Syrie et ne s’y implante pas militairement.

    #IsraelIran