• Who cares about explosions in Iran?
    Gideon Levy | Jul. 23, 2020 | 6:53 PM
    https://www.haaretz.com/opinion/.premium-who-cares-about-explosions-in-iran-1.9014068

    In the last few months, a mysterious country whose identity is unclear has been provoking Iran more than it has ever been provoked before. This anonymous country is blowing up production plants, torching seaports, and sowing chaos along with humiliation. It is exploiting Iran’s weakness, as the country has been hard-hit by the coronavirus on top of the severe international economic sanctions. The rest of the world is also preoccupied with the pandemic, and the president in Washington is fighting for survival. The hidden country is exploiting this international weakness to carry out bold, provocative and dangerous attacks.

    This reckless behavior includes countless incidents that may have occurred because of “infrastructure problems,” as the official explanation goes, but may also have been deliberately caused with sophisticated tactics from afar. Incident after incident – and Iran is silent. Attack after attack, and Iran is humiliated. How long will it persist in this behavior? Hard to know.

    Just how dangerous is this continuous provocation? There are two possible answers: Either Iran is indeed the existential threat hovering over Israel, a strong and dangerous regional power about to arm itself with nuclear weapons – in which case provoking it is extremely perilous. Or Iran is not as powerful as described in the scare campaign in Israel, it’s another paper tiger, in which case provoking it is not so risky. But it’s impossible to argue both that Iran is dangerous and that provoking it is not dangerous.

    Perhaps Iran’s weakness actually offers an opening for other possibilities that don’t include bombing and arson. The effectiveness of the strikes isn’t clear either. Does setting fire to seven ships at the Bushehr port move Iran further away from nuclear capability? Maybe it moves it closer? But it does lend an aura of heroism to the supposed remote-control arsonists.

    Gen. Kenneth McKenzie, commander of U.S. forces in the Middle East, said he is certain that Iran will respond against the attacking country, and mentioned Israel’s name for some reason. In Israel, his comments were met with a yawn. They’ll attack or they won’t, what difference does it make? There has yet to be an Israeli military operation that wasn’t greeted here with cheers or, unfortunately, with complacency, as long as it did not exact a price from Israelis themselves.

    Still, one can’t help but wonder: There is a country behind these attacks, first in Syria and then in Iran, and it appears to be intoxicated with its successes and encouraged by the lack of an Iranian response, to the point where it might be getting carried away, jabbing sword after sword into the body of the bleeding bull, all without any public debate about the potentially fateful dangers. Nor does anyone seem to care that Israel may be trying to drag Iran into war, as it did in the past with Arab states.

    Pyromania or a calculated policy? Teetering on the edge of disaster or playing a well-planned war game? Appalling recklessness or an incredible success story? In Israel, no one even asks.

    The usual suspicion, particularly salient these days, that all of this is meant for domestic purposes, isn’t raising questions either. Could it be an attempt to divert attention from other, less comfortable matters? Perhaps taking an opportunity to fulfill the Israeli dream of bombing Iran, without actually bombing it, when no one can say with certainty what benefit this will bring and for how long?

    Who knows? Everyone is mum, abandoning the arena to the few who decide. But these few may be the prime minister and his ministers in whom most Israelis have lost faith. Perhaps the few are the spy agencies that bought, or stole, unneeded ventilators and made sure to brag about it. But when it comes to Iran, everyone stands silent. Suddenly we trust them blindly. Suddenly they do know what’s good for Israel and we submit to them and salute them.

    There’s a chance it could work again. There’s also a chance it will end in blood and tears. Does anyone care?

    #IsraelIran

  • Israel thought to be behind another explosion in Iran
    July 20, 2020 – Middle East Monitor
    https://www.middleeastmonitor.com/20200720-israel-thought-to-be-behind-another-explosion-in-iran

    An explosion at a power station in Iran’s Isfahan Province yesterday has prompted speculation about its cause. There have been a number of mysterious blasts damaging Iranian infrastructure in recent weeks.

    The managing director of Isfahan’s electricity company, Said Mohseni, told state-run IRNA news agency that the blast was caused when a “worn out transformer… at Isfahan’s Islamabad thermal power plant exploded at around 5am” on Monday. There were no reported casualties.

    Two hours after the explosion, the facility returned to normal work, with Isfahan’s power supply continuing uninterrupted. “The damaged equipment is being repaired and replaced,” Mohseni added.

    Although the blast was dismissed by Iran as the result of faulty equipment and technical difficulties, that claim has been called into question, with speculation that Israel is behind this and earlier attacks.

    #IsraelIran

  • L’ombre d’Israël derrière l’explosion d’un site nucléaire en Iran
    Un mystérieux incident a endommagé un centre abritant des centrifugeuses modernes, ralentissant le programme iranien. L’État hébreu est pointé du doigt.
    Par Armin Arefi - Modifié le 06/07/2020 à 16:55 - Publié le 06/07/2020 à 16:41 | Le Point.fr

    https://www.lepoint.fr/monde/l-ombre-d-israel-derriere-l-explosion-d-un-site-nucleaire-en-iran-06-07-2020

    C’était au départ un incident présenté comme mineur. L’Iran avait annoncé, jeudi matin, qu’un « entrepôt sans matériel nucléaire » de sa centrale de Natanz, principal site d’enrichissement d’uranium du pays (tenu secret jusqu’en 2002, NDLR), avait été victime d’un « accident » sans gravité. Celui-ci, qui n’avait provoqué que des dégâts financiers et matériels, mais aucune pollution, et n’avait pas fait de victime, n’avait pas perturbé les activités de l’usine, avait souligné Behrouz Kamalvandi, le porte-parole de l’Organisation iranienne de l’énergie atomique (OIEA).

    Our friends at @planetlabs got a nice shot showing the damage at the centrifuge assembly workshop at Natanz in Iran. As I like to say : "Yeah, that’s gonna leave a mark." pic.twitter.com/4BwMY37bxS
    — Jeffrey Lewis (@ArmsControlWonk) July 3, 2020

    Pourtant, les images de la télévision iranienne, ne faisant état que de dommages légers devant un bâtiment en briques endommagé, ont rapidement été démenties par des clichés satellites diffusés par les chaînes d’opposition à l’étranger. On y aperçoit un hangar totalement éventré par les flammes. « Il apparaît que c’est une explosion massive, et non un incendie, qui a touché ce bâtiment récent destiné à l’assemblage et aux tests des centrifugeuses de nouvelle génération », explique au Point Fabian Hinz, chercheur associé au James Martin Center for Nonproliferation Studies, basé à Monterey, aux États-Unis.

    Centrifugeuses modernes
    Ces photos ont alimenté les soupçons de la population iranienne, alors qu’une vague sans précédent d’explosions spectaculaires frappe les quatre coins du pays depuis dix jours (un réservoir de gaz industriel au nord de Téhéran le 25 juin, une centrale électrique à Chiraz le 26, une clinique de la capitale le 30 juin, et une autre centrale électrique à Ahvaz le 4 juillet, NDLR). Et soixante-douze heures après l’accident, l’ampleur de la catastrophe a finalement été admise par les autorités. Behrouz Kamalvandi, le porte-parole de l’OIEA (l’agence internationale de l’énergie atomique), a annoncé dimanche que l’incident survenu dans la centrale nucléaire de Natanz avait fait des « dégâts importants » et « pourrait ralentir » la production par l’Iran de centrifugeuses avancées. En vertu de l’accord sur le nucléaire iranien (JCPOA) signé en 2015 entre l’Iran et les grandes puissances (États-Unis, Chine, Russie, France, Royaume-Uni et Allemagne), la République islamique s’était engagée à n’utiliser qu’un nombre limité de centrifugeuses dites de « première génération ».

    Mais depuis le retrait unilatéral des États-Unis du texte en mai 2018 et le rétablissement de sanctions américaines sans précédent contre Téhéran (alors que l’Iran respectait bien ses engagements selon les rapports de l’Agence internationale de l’énergie atomique, NDLR), la République islamique s’est affranchie d’une série de mesures prohibées telles que la production d’uranium enrichi et les activités de recherche et de développement, dont fait partie la mise au point de centrifugeuses modernes. Dans son dernier rapport publié le 5 juin, le gendarme international du nucléaire estime que le stock iranien d’uranium enrichi dépasse de presque huit fois la limite autorisée par l’accord. L’Iran assure qu’il ne souhaite pas acquérir la bombe atomique et souligne que toutes ses récentes décisions sont réversibles et ne visent qu’à accroître la pression sur les autres signataires du JCPOA afin d’alléger le poids des sanctions américaines qui étouffent son économie.

    Piste accidentelle écartée
    « Toutes les actions de l’Iran sont réversibles sauf le savoir-faire acquis en recherche et développement, qui ne se perd jamais, ce qui inquiète l’Occident », souligne le chercheur Fabian Hinz. « Ainsi, la destruction de ce bâtiment permet d’empêcher l’assemblage et le test de centrifugeuses modernes, et donc de freiner le programme de recherche et de développement iranien sans pour autant entraîner une escalade significative avec l’Iran ».

    Jeudi, quelques heures avant l’annonce par les autorités iraniennes de l’incident, la BBC en langue persane affirme avoir reçu un communiqué de revendication émanant des « Guépards de la patrie », un groupe se disant formé de « dissidents au sein de l’appareil sécuritaire iranien ». Mais, à Téhéran, les doutes ont rapidement porté sur les « ennemis » historiques de l’Iran : les États-Unis et Israël. Dans un éditorial au ton inhabituel publié le jour même, l’agence de presse officielle Irna a fait savoir que la « stratégie » de la République islamique consistant à « empêcher toute escalade » serait « fondamentalement revue » si « des pays hostiles, en particulier le régime sioniste et les États-Unis [franchissaient] les lignes rouges fixées par l’Iran ». Et le lendemain, la piste d’un accident semble avoir été définitivement écartée, lorsque le Conseil suprême de la sécurité nationale, le plus haut organe décisionnel du pays, a indiqué avoir établi avec précision les causes de l’incident sans pouvoir les divulguer pour l’instant « pour certaines raisons de sécurité ».

    Guerre secrète
    Tout le week-end, les regards se sont portés sur Israël. Régulièrement menacé de destruction par les responsables iraniens, l’État hébreu, qui demeure l’un des plus grands pourfendeurs du JCPOA, a toujours fait savoir qu’il n’hésiterait pas à se faire justice lui-même si la communauté internationale échouait à empêcher l’Iran d’acquérir la bombe atomique. Déjà, en 2007, le Mossad et la CIA avaient développé Stuxnet, un ver informatique introduit dans l’usine iranienne de Natanz par un agent iranien travaillant pour les Pays-Bas. Révélée en 2010, l’attaque informatique a endommagé près d’un millier de centrifugeuses et retardé le programme nucléaire iranien d’une vingtaine de mois.

    L’hypothèse d’un sabotage d’origine israélienne est d’autant plus plausible qu’Israël et l’Iran se livrent depuis plusieurs mois une véritable guerre secrète. Échaudée par les frappes israéliennes continues depuis 2013 contre des positions iraniennes en Syrie, qui ont fait des dizaines de morts dans ses rangs, la République islamique serait derrière la cyberattaque qui a frappé le réseau hydraulique israélien les 24 et 25 avril derniers. En représailles, l’État hébreu aurait paralysé le 9 mai le terminal portuaire de Shahid Rajaee, dans le sud de l’Iran, à l’aide là aussi d’une attaque informatique.

    Ambiguïté israélienne
    Interrogé ce week-end sur une possible implication israélienne, Benny Gantz, le nouveau ministre israélien de la Défense, a fourni une réponse pour le moins alambiquée. « Tous les incidents qui arrivent en Iran n’ont pas nécessairement quelque chose à voir avec nous », a-t-il déclaré à la radio de l’armée israélienne. « Il est préférable de ne pas mentionner nos actions en Iran », a renchéri Gabi Ashkenazi, ministre israélien des Affaires étrangères, lors d’une conférence organisée par les quotidiens Maariv et le Jerusalem Post. « Officiellement, la stratégie de l’ambiguïté est de rigueur en Israël, avec pour but de ne pas encourir de représailles de la part des ennemis ou de pressions politiques », explique au Point Ely Karmon, chercheur en problématique stratégique et en contre-terrorisme au centre interdisciplinaire de Herzliya.

    Mais pourquoi frapper maintenant ? « Il existe chez les Israéliens une inquiétude grandissante quant à l’avancement des activités iraniennes d’enrichissement d’uranium, comme relevé dans le dernier rapport de l’Agence internationale de l’énergie atomique », ajoute le spécialiste. « Si c’est bien Israël qui est derrière l’attaque, cela pourrait également s’expliquer par le fait que Donald Trump vit peut-être ses derniers mois à la Maison-Blanche et que la présence d’un président américain très favorable à Israël est importante en cas de riposte iranienne. »

    Ce lundi, le New York Times a levé une partie du voile entourant l’affaire en écrivant qu’Israël était bel et bien derrière l’explosion de Natanz. Citant un responsable moyen-oriental du renseignement, le quotidien américain a indiqué qu’une puissante bombe avait été utilisée, un détail confirmé au journal par un gardien de la Révolution iranien, membre de l’armée idéologique de la République islamique. « Si Israël est vraiment derrière cette explosion, alors il ne s’agit plus d’une guerre froide, mais d’une véritable déclaration de guerre à l’Iran, dans un contexte où il a déjà assassiné des scientifiques iraniens à Téhéran, des combattants iraniens en Syrie et a mené des cyberattaques contre la République islamique », estime Hamzeh Safavi, professeur de sciences politiques et membre du conseil scientifique de l’université de Téhéran. « Si Israël en est responsable, cette attaque appelle une réponse ferme, proportionnelle et légitime de l’Iran face à cette violation de sa souveraineté nationale, pour le dissuader d’agir à nouveau de la sorte dans le futur. »

    En 2010, les dommages infligés par le virus Stuxnet dans la centrale Natanz avaient décidé la République islamique à investir massivement dans le secteur de la cyberguerre. Pour viser à son tour, quelques années plus tard, Israël et les États-Unis.

    #IsraelIran

  • Israel had advance notice of U.S. plan to kill Iranian general Suleimani, report says
    By Noga Tarnopolsky – Jan. 3, 2020 - Los Angeles Times
    https://www.latimes.com/world-nation/story/2020-01-03/israel-had-advance-notice-of-u-s-plan-to-kill-iranian-general-suleimani-sou

    JERUSALEM —

    Israel had advance notice of the U.S. plan to kill Iranian military leader Gen. Qassem Suleimani, Israeli military and diplomatic analysts reported Friday night while refraining from providing further details due to heavy military censorship.

    “Our assessment is that the United States informed Israel about this operation in Iraq, apparently a few days ago,” Barak Ravid, a journalist and commentator with deep sources in the Israeli security establishment, said on Channel 13.

    An Israeli army officer with knowledge of Israeli military assessments, who spoke on the condition of anonymity because he did not have permission to speak to reporters, told the Los Angeles Times that the attack on Suleimani “did not come as a surprise.”

    The reactions of Israel’s political leadership to Suleimani’s assassination were mostly positive, though deep concern was registered throughout the leadership.

    #IsraelIran

  • Israël : Netanyahu s’inquiète des efforts diplomatiques de la France avec l’Iran - moyen orient
    Publié le 30-08-2019 - RFI - Avec notre correspondant à Jérusalem,Guilhem Delteil
    http://www.rfi.fr/moyen-orient/20190830-israel-netanyahu-s-inquiete-efforts-diplomatiques-france-iran

    Emmanuel Macron a téléphoné à Benyamin Netanyahu ce vendredi 30 août. Le président français et le Premier ministre israélien ont évoqué le dossier iranien.

    Après les visites du chef de la diplomatie iranienne à Paris puis Biarritz la semaine dernière, la République islamique devrait envoyer prochainement une nouvelle délégation en France. Paris souhaite parvenir à une rencontre entre les présidents iranien et américain, une perspective qui inquiète le Premier ministre israélien.

    Au téléphone avec Emmanuel Macron ce vendredi, Benyamin Netanyahu a affirmé qu’Israël se « défendra contre les attaques contre lui et empêchera l’utilisation d’armes par ses ennemis qui cherchent à le détruire ».

    Pour Netanyahu l’heure n’est pas à la négociation

    Une position habituelle du chef du gouvernement face à l’Iran et ses alliés. Mais Benyamin Netanyahu s’est aussi opposé aux efforts diplomatiques de la France. Il estime que l’heure n’est pas aux négociations avec l’Iran qui « intensifie, dit-il, son agression dans la région ».

    #IsraelIran

    • Netanyahu se dit opposé à tout dialogue avec l’Iran
      5 septembre 2019 Par Agence Reuters
      http://www.lefigaro.fr/flash-actu/annonce-de-l-iran-sur-le-nucleaire-netanyahou-reclame-plus-de-pression-sur-

      Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a demandé jeudi aux grandes puissances de ne pas négocier avec l’Iran, alors que le président américain Donald Trump s’est redit mercredi disposé à rencontrer son homologue Hassan Rohani pour tenter de sortir de la crise sur le programme nucléaire iranien.

      LOD, Israël (Reuters) - Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a demandé jeudi aux grandes puissances de ne pas négocier avec l’Iran, alors que le président américain Donald Trump s’est redit mercredi disposé à rencontrer son homologue Hassan Rohani pour tenter de sortir de la crise sur le programme nucléaire iranien.

      « Ce n’est pas le moment de discuter avec l’Iran. C’est le moment d’accentuer la pression sur l’Iran », a déclaré Netanyahu aux journalistes présents à l’aéroport de Ben Gourion avant de s’envoler pour Londres.

      Donald Trump n’a pas fermé la porte à une rencontre avec Hassan Rohani en marge de l’Assemblée générale des Nations unies à New York, répondant à des journalistes qui l’interrogeaient à ce sujet : « Tout est possible. Ils aimeraient pouvoir résoudre leur problème. »

      Le Premier ministre israélien, qui affiche rarement en public un désaccord avec Trump, avait déjà dit la semaine dernière au président français Emmanuel Macron qu’il avait « tort » de vouloir rétablir le dialogue avec Téhéran.

      Rohani a pour sa part exclu de rencontrer Trump tant que les Etats-Unis ne retirent pas les sanctions imposées à l’Iran après leur retrait l’an dernier de l’Accord sur le nucléaire de 2015, auquel Israël est aussi fermement opposé.

    • Benyamin Netanyahou : « J’ai envoyé le Mossad récupérer des archives secrètes à Téhéran »
      Paris Match | Publié le 05/09/2019
      Un entretien avec Caroline Mangez
      https://www.parismatch.com/Actu/International/Benyamin-Netanyahou-J-ai-envoye-le-Mossad-recuperer-des-archives-secrete

      (...) Quel a été votre rôle exact dans la décision de Donald Trump de se retirer en mai dernier de l’accord de Vienne de 2015 sur le nucléaire iranien ?
      B.N. Je lui ai demandé de le faire alors qu’il n’était encore que candidat à la présidence des Etats-Unis. Cet accord était épouvantable. Non seulement parce qu’il permettait à l’Iran de poursuivre un programme de développement nucléaire civil, mais aussi parce que, en remettant le pays financièrement à flot par la levée des sanctions, on lui offrait l’opportunité de nourrir à nouveau ses desseins agressifs et terroristes. Ensuite, début 2019, j’ai envoyé le Mossad récupérer des archives secrètes à Téhéran, des centaines de milliers de documents prouvant que les Iraniens mentaient ouvertement quand ils affirmaient ne jamais avoir eu l’intention de se doter de l’arme atomique. J’ai déposé ces preuves dans le bureau Ovale, à la Maison-Blanche, et je pense qu’elles ont fini de conforter le président Trump dans sa décision.

      Comment vos agents ont-ils pu récupérer ces archives ?
      B.N. Ça je ne vais pas vous le dire. Mais ils ont réussi. (...)

  • Israel drawing its last breaths, says Iranian commander behind foiled drone attack
    Reuters - Aug 26, 2019 12:39 AM

    https://www.haaretz.com/israel-news/israel-drawing-its-last-breaths-says-iranian-commander-behind-foiled-drone-

    Revolutionary Guard Gen. Qassem Soleimani attends an annual rally commemorating the anniversary of the 1979 Islamic revolution, in Tehran, Iran, February 11, 2016. Ebrahim Noroozi / AP

    The chief of Iran’s Quds force, Qassem Soleimani, reacting to an Israeli air strike in Syria and the crash of two Israeli drones in a Beirut suburb, tweeted on Sunday that “these were the last struggles” of Israel.

    Soleimani posted pictures of himself on Twitter with the caption: “These insane operations are absolutely last struggles of the Zionist Regime” in three languages.

    In a rare confirmation, Israel said it struck in Syria, thwarting a drone attack by the Iranian Revolutionary Guards’ elite Quds Force. A senior Revolutionary Guards commander denied on Sunday that Iranian targets had been hit in Israeli air strikes in Syria, the semi-official ILNA news agency reported.

    In addition, on Sunday, leader of Hezbollah Hassan Nasrallah denied that the Israeli attack targeted the Quds Force. “Israel did not attack a Quds Force position in Syria but rather a house containing Hezbollah fighters,” Nasrallah said, adding that two Hezbollah fighters were killed in the attack. “If Israel kills any of our members in Syria... we will respond from Lebanon... we tell Israelis on the border to beware,” Nasrallah said.

    The Israeli army, in turn, said that for several months it has been following Iran’s plan to carry out an attack against Israel from Syrian territory. “The person behind this is [head of Iran’s Quds Force] Qasem Soleimani,” Israel Defense Forces’ Spokesman Ronen Manelis told reporters.

    According to Manelis, “the Iranians plan was to send several drones into Israel, armed with explosives, and kill Israelis. These are drones we see in action in Iraq, Syria and Yemen.”

    The chief of the Israeli army, Aviv Kochavi, said that Soleimani personally oversaw the operation and trained the Iranian activists who were meant to carry it out.

    #IsraelIran

  • Nétanyahou s’affiche avec ses nouveaux amis du Golfe
    Par Thierry Oberlé Mis à jour le 13/02/2019 à 22:23
    http://www.lefigaro.fr/international/2019/02/13/01003-20190213ARTFIG00281-netanyahou-s-affiche-avec-ses-nouveaux-amis-du-go

    Lors de la réunion de Varsovie entre adversaires de l’Iran, Israël entendait officialiser ses relations avec certains régimes sunnites.

    Benyamin Nétanyahou est l’unique chef de gouvernement à avoir fait le déplacement à Varsovie. Également ministre des Affaires Étrangères et de la Défense, le premier ministre israélien ne pouvait pas rater la conférence internationale sur le Moyen-Orient organisée par les États-Unis. Le rendez-vous lui offre une tribune pour dénoncer son principal ennemi, l’Iran, qui représente, selon lui, une menace existentielle pour son pays. L’occasion lui était également fournie d’afficher sur cette question ses convergences avec les pays sunnites partisans d’une ligne dure contre Téhéran.

    Benyamin Nétanyahou avait donné le ton avant de prendre l’avion pour la Pologne. Il avait riposté à des déclarations belliqueuses lancées à l’occasion du 40e anniversaire de la révolution iranienne, en prévenant qu’en cas d’attaque de Téhéran cet « anniversaire serait le dernier ». Selon lui, la conférence devrait se concentrer sur la création d’un front commun pour « empêcher l’Iran de s’enraciner en Syrie, ...

    #IsraelIran

  • L’Iran sur la ligne de front
    Abdel Bari Atwan
    http://www.chroniquepalestine.com/iran-sur-ligne-de-front
    24 janvier 2019 – Raï al-Yaoum – Traduction : Chronique de Palestine

    (...) Un examen attentif des attaques de missiles israéliennes dirigées contre le centre de la Syrie ces derniers jours révèle des développements extrêmement significatifs. Ils peuvent être résumés comme suit.

    – Premièrement, l’Iran se transforme rapidement en un État en première ligne de confrontation avec l’occupation israélienne. Pour la première fois depuis le début du conflit israélo-arabe il y a près d’un siècle, l’Iran est devenu une puissance militaire que les dirigeants israéliens, qu’ils soient militaires ou politiques, traitent avec le plus grand sérieux. Cela est dû non seulement à sa formidable capacité militaire, mais également au fait qu’il possède un réseau de relais non officiels pouvant mener une guerre non conventionnelle.

    – Deuxièmement, l’attitude de la Russie en 2019 pourrait différer de celle de 2018, alors qu’elle était critiquée pour son incapacité à réagir aux attaques répétées d’Israël sur le territoire syrien. Le silence de la Russie jette une ombre sur son statut d’allié fiable dans la région, et cela laisse présager un changement imminent et majeur de la position de Moscou.

    – Troisièmement, ce n’est pas un hasard si les dirigeants russes ont divulgué un rapport de leur service de renseignement au quotidien Kommersant ce mardi, confirmant que les forces de défense antiaériennes syriennes seraient prêtes à utiliser les missiles russes avancés S-300 d’ici mars prochain, après avoir achevé la formation nécessaire. Cela devait être une réponse indirecte à toutes les questions concernant la raison pour laquelle ces missiles n’ont pas été utilisés pour faire face aux avions de guerre israéliens qui ont attaqué la Syrie tôt lundi.

    – Quatrièmement, tous les accords russo-israéliens selon lesquels les forces iraniennes resteraient à 80 kilomètres des frontières sud de la Syrie avec la Palestine occupée, en particulier les hauteurs du Golan, ont été vains. Selon des sources citées par la presse, des responsables de l’armée israélienne ont indiqué que les forces iraniennes sont désormais déployées dans des bases situées à quelques kilomètres seulement des frontières.

    – Cinquièmement, les représailles syriennes et iraniennes face aux attaques israéliennes sont désormais très prometteuses. Le missile à moyenne portée avec une charge de 500 kg qui a été tiré sur le plateau du Golan en réponse au dernier assaut israélien confirme que la barrière de l’hésitation à demander réparation est brisée. La force al-Qods, dirigée par le général Qassem Soleimani, n’aurait pas pris la décision de lancer le missile sans consulter les plus hautes autorités iraniennes, en particulier le guide suprême Ali Khamenei. En d’autres termes, cette décision était de nature stratégique et pourrait déterminer le cours de la période à venir. (...)

    #IsraelIran #Syrie #Russie

  • La pire de toutes les guerres
    http://www.chroniquepalestine.com/la-pire-de-toutes-les-guerres
    Abdel Bari Atwan – 23 juillet 2018 – Raï al-Yaoum – Traduction : Chronique de Palestine

    L’Iran ne veut pas la guerre, mais Trump et Netanyahu ont de toutes autres idées.

    Des menaces répétées de la part des dirigeants iraniens – dont la dernière venant guide suprême, l’ayatollah Ali Khamenei – de fermer le détroit d’Ormuz sont plus le reflet de l’appréhension croissante du pays plutôt que d’une volonté d’en découdre. Elles sont un appel indirect à l’administration américaine pour s’asseoir autour d’une table pour discuter et rechercher des solutions.

    Il est vrai que dans son discours de dimanche, Khamenei a réaffirmé la conviction exprimée par les dirigeants iraniens qu’il n’y a rien de positif à attendre d’un dialogue avec les États-Unis parce que ceux-ci n’appliquent pas les accords signés ni ne respectent leur signature. Mais les dirigeants iraniens engageraient probablement un dialogue si c’était une option sérieuse, au moins pour gagner du temps et éloigner le spectre de la guerre aussi loin que possible.

    Le président iranien modéré, Hassan Rohani, a ces derniers jours, élevé le ton en avertissant les États-Unis des conséquences qui pourraient s’en suivre de l’imposition de sanctions supplémentaires à son pays. Il a qualifié ces sanctions à venir de « jeu avec le feu » qui pourrait brûler les doigts de l’incendiaire, déclarant que « la paix avec l’Iran est la mère de toute paix, et la guerre contre l’Iran est la mère de toutes les guerres ». (...)

    #IsraelIran

  • Israël : Netanyahu loue la « position ferme » de Trump sur l’Iran
    AFP / 23 juillet 2018 09h38
    https://www.romandie.com/news/Isra-l-Netanyahu-loue-la-position-ferme-de-Trump-sur-l-Iran/938890.rom

    Jérusalem - Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a loué lundi la « position ferme » de Donald Trump contre l’Iran à la suite de déclarations d’une rare virulence du président américain contre Téhéran, a indiqué le bureau de M. Netanyahu.

    « Je veux rendre hommage à la position ferme exprimée hier par le président Trump et le secrétaire d’Etat Mike Pompeo contre l’agressivité du régime en Iran », a affirmé le Premier ministre israélien lors d’une réunion du cabinet. Israël considère l’Iran comme son ennemi numéro un.

    Dimanche, M. Trump avait averti l’Iran dans un message sur Twitter d’une rare virulence. « NE MENACEZ PLUS JAMAIS LES ÉTATS-UNIS OU VOUS ALLEZ SUBIR DES CONSÉQUENCES TELLES QUE PEU AU COURS DE L’HISTOIRE EN ONT CONNUES AUPARAVANT », avait-il écrit dans un message adressé nommément au président iranien Hassan Rohani.

    Peu avant, M. Rohani avait conseillé au président américain de « ne pas jouer avec la queue du lion » et avait prévenu qu’un conflit avec l’Iran serait la « mère de toutes les guerres ».

    M. Netanyahu n’a cessé d’exiger ces derniers mois que l’Iran se retire de Syrie et ne s’y implante pas militairement.

    #IsraelIran