• #Justice :

    A partir de quand une institution cesse-t-elle de mériter ""ce sentiment qui s’appelle le respect"" ?

    Glanz : le doigt d’honneur de la Justice - Par Daniel Schneidermann | Arrêt sur images

    https://www.arretsurimages.net/chroniques/le-matinaute/glanz-le-doigt-dhonneur-de-la-justice
    https://api.arretsurimages.net/api/public/media/glanz-doigt-dhonneur/action/show?format=thumbnail&t=2019-04-23T09:16:56+02:00

    A partir de quand une institution cesse-t-elle de mériter ""ce sentiment qui s’appelle le respect"" ?


  • Indonesia’s Election Is Over But Identity Politics Will Linger | The Diplomat
    https://thediplomat.com/2019/04/indonesias-election-is-over-but-identity-politics-will-linger

    Subianto, son-in-law of former dictator Suharto, is a former general accused of grave human rights violations who built a coalition of hardline Islamists. His campaign put religion front and center, forcing Jokowi, a known moderate, to choose a conservative Islamic cleric, Ma’ruf Amin, as his running mate in order to neutralize the religion factor. That move may have succeeded in dispelling charges from his opponents that he was not a real Muslim, but it only served to emphasize identity politics.

    Official confirmation of the results is not expected for several weeks, but the “quick count” gives Jokowi 55 percent of the vote, 10 percentage points ahead of Subianto. If this is confirmed, it is a welcome blow to the Islamist agenda. One of Subianto’s supporters, a member of the vigilante Islamic Defenders Front (FPI), hardline group known for attacks on Christians and other minorities, told me on election day: “Indonesia is a Muslim-majority country. We want Islamic teachings to be implemented in full in every area of life. Those who do not implement them, we give them a warning, and then we send in our Islamic Defenders Army.” When asked why the FPI supported Subianto, the FPI member replied: “Because he has promised us he will implement our vision.”

    L’#Indonésie a réélu #Jokowi, Joko Widodo, contre la famille de Suharto et contre l’Islam politique, au prix de quelques compromis sur la religion et l’identité.


  • Johannes Heesters - Man müsste Klavier spielen können
    https://www.youtube.com/watch?v=ls0ukGcKU44


    Ja ! Il paraît que ça marche à tous les coups.

    Immer nur Du ist ein Liebes- und Musikfilm des Regisseurs Karl Anton, der auch am Drehbuch mitwirkte, aus dem Jahr 1941.

    Et de l’autre côté de l’Altlantique même les plus fauché gagnent les coeurs des filles.

    1941 The Marx Brothers, The Big Store - Chico and Harpo playing the Piano
    https://www.youtube.com/watch?v=3yUx6Dn8yi0

    Chico Marx plays Beer Barrel Polka
    https://www.youtube.com/watch?v=JXAVISpS4wM

    Je déconseille de s’y prendre comme dans la vidéo suivante, enfin il y a sans doute aussi des amateur/e/s de l’amour au bureau ;-)

    2013 Man müsste Klavier spielen können (WERSI Verona)
    https://www.youtube.com/watch?v=jCXzXnehFNc

    Là c’est mieux.

    Keith Jarret, Köln, January 24, 1975, Pt. I (Live)
    https://www.youtube.com/watch?v=Pd_Kti6jvy8

    Keith Jarret, Köln, January 24, 1975, Pt. II A (Live)
    https://www.youtube.com/watch?v=c77djHcrmVE

    1942 As Time Goes By - Original Song by Sam (Dooley Wilson)
    https://www.youtube.com/watch?v=d22CiKMPpaY

    Ceci est moins pathétique donc il y a moins de filles. Pourtant c’est plus drôle que « As Time Goes By »

    1946 A Night In Casablanca - Chico Marx Plays the Beer Barrel Polka
    https://www.youtube.com/watch?v=3M415DZei0U

    Rosamunde (Lied) – Wikipedia
    https://de.wikipedia.org/wiki/Rosamunde_(Lied)

    Rosamunde ist der deutschsprachige Titel eines international bekannten Stimmungslieds, das auf einer 1927 von Jaromír Vejvoda komponierten böhmischen Polka basiert. Der tschechische Titel des Liedes lautet Škoda lásky („Schade um die Liebe“), im englischsprachigen Raum ist das Stück als Beer Barrel Polka bekannt.

    Jaromír Vejvoda komponierte 1927 die Modřanská Polka („Polka von Modřany“) als reines Instrumentalstück. Václav Zeman schrieb dazu 1932 einen Text mit dem Titel Škoda lásky und versah das Lied mit einem Stimmumfang von C4 bis F5.

    Im Jahr 1934 verfasste Klaus S. Richter einen deutschen Text mit dem Titel Rosamunde, durch den der Song zum Stimmungslied wurde. Akkordeonspieler Will Glahé brachte zunächst mit seinem Orchester eine in Berlin am 11. Mai 1938 eingespielte Fassung unter dem deutschen Titel Skoda Lasky, Böhmische Polka / Gänsemarsch mit einem Akkordeonsolo heraus (Electrola EG 6398), der sich bis 1943 zum Millionenseller entwickelte.[1] Rosamunde war der zweite Millionenseller der deutschen Musikindustrie nach dem Soldatenlied Lili Marleen von Lale Andersen.

    #musique #piano #jazz #variété


  • Education : le libéral Institut Montaigne, maître à penser de Macron (Libération)
    https://www.liberation.fr/france/2017/06/07/education-le-liberal-institut-montaigne-maitre-a-penser-de-macron_1575198

    Le ministre de l’Education, Jean-Michel Blanquer, est un fidèle de ce think tank proche du CAC 40 et très influent pendant la campagne du nouveau président.

    #éducation #Institution #JeanMichelBlanquer #LaurentBigorgne #CélineAlvarez #InstitutMontaigne #AgirPourLÉcole


  • Serving #react and Koa together
    https://hackernoon.com/serving-react-and-koa-together-720ba6668298?source=rss----3a8144eabfe3--

    Reactjs and #koajs are two great frameworks of #javascript. I wonder how to serve React and Koa projects in the same server and same port! Finally, I’ve reached a solution and today I’ll discuss it.In this article, we’ll create an API using koa and a React project (frontend) which will consume the API. The idea is very simple, React will fetch some book names from the backend (koa) and render them.Backend (Koa) projectKoa uses async functions, this gives an advantage over callback functions. By default, Koa does not come with any middlewares. That makes Koa very minimal and elegant.At first, we need to install node (koa requires node v7.6.0 or higher). Then install koa using : npm i koaCreate a project directory named “book” and run npm init -y.As koa doesn’t come with any middlewares and we need (...)

    #single-page-applications #nodejs



  • #Justice_fiscale : « Le Sud subit une double injustice fiscale »
    https://www.cetri.be/Justice-fiscale-Le-Sud-subit-une

    Cédric Leterme est docteur en sciences politiques et sociales et chargé d’étude au Centre tricontinental (Cetri). Il a coordonné l’ouvrage « Quelle justice fiscale pour le Sud » dont il discutera les principales conclusions lors d’une conférencele mardi 23 avril sur invitation d’Etika. #woxx : Depuis un certain nombre d’années, la lutte contre l’évasion fiscale, qui est pour ainsi dire le corollaire de la justice fiscale, est mise en avant de toute part. Est-ce qu’en général, mais aussi plus spécifiquement (...)

    #Le_regard_du_CETRI

    / #Le_regard_du_CETRI, #Le_Sud_en_mouvement, Justice fiscale, woxx


  • How I configure VSCode for Everything
    https://hackernoon.com/how-i-configure-vscode-for-everything-7df65a316a52?source=rss----3a8144e

    Credits: Unsplash/Joshua AragonRecently, I was at the Boryspil Airport, Ukraine, working on a blog article when suddenly my VSCode stops working. It actually got crashed! Not once, but twice under 30 minutes. Some of the content was autosaved, some of it was gone forever…I was frustrated at first as to why it had to crash at that moment! Next, after re-opening the editor, I was angry with myself for I had to write some of the stuff again that didn’t get saved.Also, at times, previous this experience, it did feel that I have bloat of extensions that I am not using since I have stopped working with some of the frameworks in recent months (example, Angular).What did I do? After none of the emotions helped, I had to find a way to cope better. On a network that was not so crappy, but did have (...)

    #react #programming #javascript #hackernoon-top-story #productivity


  • #javascript Array.reduce()
    https://hackernoon.com/javascript-array-reduce-50403c421968?source=rss----3a8144eabfe3---4

    How do I loathe thee? Let me count the ways…The Array.reduce() method has been around awhile. Like map(), filter() and find(), it operates upon an array of values by invoking a callback function.Here’s an example from the developer.mozilla.org site:const array1 = [1, 2, 3, 4];const reducer = (accumulator, currentValue) => accumulator + currentValue;// 1 + 2 + 3 + 4console.log(array1.reduce(reducer));// expected output: 10// 5 + 1 + 2 + 3 + 4console.log(array1.reduce(reducer, 5));// expected output: 15Seems straightforward, right? On with the grievances:0. It doesn’t do what you expectLet’s look at this again:const array1 = [1, 2, 3, 4];const reducer = (accumulator, currentValue) => accumulator + currentValue;// expected: 1 + 2 + 3 + 4 === 10Now I’ll modify the reducer function to add 1 (...)

    #reduce


  • Anas, le héros masqué du journalisme africain
    https://www.lemonde.fr/m-le-mag/article/2019/04/19/anas-le-heros-masque-du-journalisme-africain_5452593_4500055.html

    Sa popularité dépasse le Ghana, pourtant personne ne connaît le visage du journaliste Anas Aremeyaw Anas. Cet anonymat lui permet de protéger sa vie et d’enquêter en caméra cachée sur les affaires de corruption.

    Le chauffeur connaît manifestement le chemin. Sur les avenues fluides, les immeubles de bureaux défilent, comme les enfants des rues qui, aux carrefours, mendient une pièce ou un morceau de pain. Accra, capitale du Ghana, fait sa pause dominicale. Même le marché central, le plus grand d’Afrique de l’Ouest, qui perturbe le centre-ville les jours de semaine, en provoquant des embouteillages monstres, est presque calme avec ses femmes en tenue de fête négociant le kilo de légumes.
    La ville retient son souffle, chargée des derniers échos des cantiques évangéliques, véritable tempo du dimanche matin. Sur les murs, quelques graffs accrochent le regard au passage, comme ce visage en noir et blanc, masqué par un drôle de rideau de perle.
    On le retrouve, en faisant route vers l’aéroport, sur une immense fresque signée Nicholas Tettey Wayo, un des street-artistes les plus en vogue du pays, accompagnée de cette devise en gros caractères : « Anas te surveille. Agis bien. »

    Un superhéros

    Anas ? C’est Anas Aremeyaw Anas, une vedette sans visage, mais à double face. Côté pile, c’est le journaliste le plus connu du continent africain ; côté face, un véritable James Bond, qui met sa vie en jeu pour tourner les images de ses documentaires chocs : des films pour la BBC, CNN ou la chaîne qatarie Al-Jazira.
    Peu connu en France, il apparaît comme un superhéros en Afrique et dans le monde anglo-saxon. Un journaliste espion, bardé d’une cinquantaine de prix, qui travaille caméra cachée sous la chemise, déguisé pour infiltrer les milieux les plus opaques.

    Son dernier reportage, Number 12, est sorti mi-2018. Il raconte la face obscure du football africain, où « le 12e joueur, c’est la corruption ». Le documentaire, fruit de deux ans d’enquête, dénonce cette gangrène.
    Trois jours après sa diffusion par la BBC, le 9 juin 2018, lors d’une séance publique dans la ville d’Accra, le patron ghanéen de ce sport hyperpopulaire a été forcé de démissionner. Puis, pendant plusieurs semaines, toute la planète du ballon rond africain a vécu à l’heure des évictions prononcées par la Fédération internationale (FIFA). Jusqu’à celle d’un arbitre kényan pourtant prêt à officier durant la Coupe du monde en Russie, à l’été 2018. Anas et son équipe ont piégé 97 des 100 leaders du championnat ghanéen ou des grands championnats du continent, leur proposant de l’argent pour influer sur la sélection d’arbitres ou pour truquer des matchs.

    L’anonymat, une assurance-vie

    Aucun milieu ne fait peur à Anas Aremeyaw Anas. En 2015, il a fait tomber sept des douze juges des plus hautes juridictions de son pays. Au total, une trentaine de magistrats et 170 huissiers de justice s’étaient laissés acheter par des journalistes infiltrés, acceptant des liasses de billets en échange d’une décision de justice, comme l’a montré Ghana in the Eyes of God (« le Ghana vu par Dieu »).
    Ce film a été construit à partir de 500 heures de tournage ; il a été vu par 6 500 personnes en quatre projections seulement, au Centre international de conférences d’Accra. Car dans ce petit Etat anglophone d’Afrique de l’Ouest, entre Burkina Faso et Côte d’Ivoire, les sorties des enquêtes du journaliste sont de véritables événements nationaux, aussi courus que le concert d’une rock star.

    « Si je décide d’arrêter, quelqu’un d’autre peut devenir le nouvel Anas. » Anas

    Anas Aremeyaw Anas est une célébrité sans visage car l’anonymat est son assurance-vie. Si de très rares personnes ont déjà vu ses traits, la plupart ne connaissent de lui que le rideau de perles qui tombe de son bob noir, assorti, dans une coquetterie inattendue, à la couleur de sa tunique. Il a choisi de longue date ce masque « produit de l’artisanat local », d’abord parce qu’il « est représentatif du continent africain », mais aussi parce que d’autres que lui peuvent le porter facilement.
    « Si je décide d’arrêter, quelqu’un d’autre peut devenir le nouvel Anas », répète-t-il volontiers. Aujourd’hui, ils sont parfois trois à l’arborer en même temps dans les grands rendez-vous internationaux où Anas est invité. Si, officiellement, il s’agit de tromper ceux qui voudraient l’agresser ou le tuer, c’est aussi par souci de mise en scène. Anas est conscient de la force symbolique du personnage qu’il s’est créé et en joue désormais, écrivant chaque jour un chapitre supplémentaire de cette histoire.

    Pour nous recevoir, le rendez-vous a été donné sans adresse. A l’heure dite, ce 17 février, le pick-up annoncé s’est arrêté devant un hôtel international d’Accra. Prénoms échangés en guise de code et le voilà reparti, stoppant une demi-heure plus tard devant un immeuble à l’air inhabité, dans une banlieue sans charme. Entre une épicerie fermée et une de ces mini-pharmacies où, hormis la gamme d’antipaludéens, les étagères font plus de place aux sodas qu’aux médicaments, un responsable de la sécurité entrebâille un portillon et joue les guides vers le troisième étage, où attend une clé, sésame pour accéder au toit-terrasse, puis à un studio aveugle, camouflé derrière de lourds volets de bois. L’air de la pièce poussiéreuse est encore irrespirable quand le garde du corps y installe trois chaises. Sorti de nulle part, Anas se glisse en silence sur l’une d’elles.

    « Dénoncer, faire honte, emprisonner »

    Après des salutations rapides, ses premiers mots sont pour demander la climatisation. On imagine la chaleur sous son bob enfoncé, derrière ses perles dont le jaune doré répond à sa tunique aux plis parfaits, sur laquelle il porte un petit gilet écossais où le jaune se marie à l’ocre roux. L’homme est théâtral sur sa chaise. Une voix douce très assurée qui s’emballe de temps à autre quand on pointe des contradictions. Des mains qui parlent seules, gesticulant sans cesse. On les fixe d’instinct, gêné face à cet interlocuteur sans visage. Ces mains aux longs doigts fins, graciles, ne trahissent rien de son âge, une quarantaine d’années.

    Anas n’a jamais cessé d’infiltrer des milieux fermés « au nom de l’intérêt général et des droits de l’homme ».

    Né dans le nord du pays, élevé par un père militaire et une mère infirmière, Anas a grandi dans une caserne d’Accra, ville où il étudie le droit à l’université et le journalisme au Ghana Institute of Journalism. Lors de son stage de fin de cursus au tabloïd Crusading Guide, il passe son temps avec les petits vendeurs de rue, ceux qui alpaguent les automobilistes pour quelques cacahuètes ou une bouteille d’eau, et prouve, images à l’appui, que les policiers prélèvent leur obole pour fermer les yeux sur ce commerce illicite.
    Depuis cette première, en 1998, Anas n’a jamais cessé d’infiltrer des milieux fermés « au nom de l’intérêt général et des droits de l’homme », explique celui qui change d’apparence et de personnage pour prélever les preuves de ce qu’il dénonce.

    Pour lutter contre la prostitution enfantine, il devient concierge et homme de ménage dans une maison close en 2007 ; pour démanteler un réseau de proxénètes chinois, il joue les garçons d’étage dans un hôtel chic. Pour raconter le scandale des hôpitaux psychiatriques, il se fait interner, en 2009, sous le nom de Musa Akolgo, une caméra cachée dans sa chemise, essayant de conserver toute sa lucidité en dépit des drogues avalées. En Tanzanie, il dénonce les assassinats d’albinos, dont on broie les os pour en faire des potions, et livre les criminels aux policiers.

    Si Anas Aremeyaw Anas est le cerveau de ces enquêtes, il ne travaille plus seul. Il est le patron emblématique d’une équipe de journalistes d’investigation qui dénoncent la corruption et défendent les droits de l’homme au Ghana et ailleurs sur le continent. Il est copropriétaire du journal de ses débuts, devenu le New Crusading Guide, et a ouvert son agence vidéo. A l’écrit comme à l’écran, sa méthode tient dans le triptyque : Naming, Shaming, Jailing (« dénoncer, faire honte, emprisonner »).

    « Nous voyons cet esprit dans des journalistes courageux comme Anas Aremeyaw Anas, qui risque sa vie pour la vérité. » Barack Obama, lors d’un voyage au Ghana

    Parce qu’il n’hésite pas à s’attaquer aux puissants, Anas est devenu celui qui protège le peuple contre des pouvoirs corrompus. Une sorte de Robin des bois moderne, qui dit choisir ses enquêtes « en fonction de l’intérêt général », ce qui explique son immense popularité.
    Au Ghana, se présenter comme journaliste, c’est immédiatement s’entendre répondre « comme Anas ! », que ce soit dans les taxis ou à la réception de l’Hôtel Golden Tulip, où Linda, la vingtaine, étudiante en tourisme, a cette réaction spontanée, avant d’expliquer avoir vu « le film sur le football et celui sur les juges ».

    #jesuisanas

    La population connaît d’autant mieux Anas qu’il offre des projections gratuites en plein air de tous ses documentaires, estimant que « les gens doivent savoir », que « les informations doivent circuler en Afrique » pour faire naître une société civile plus exigeante et afin que la presse passe enfin du rôle de faire-valoir à celui de quatrième pouvoir. Anas a aussi choisi ce mode de diffusion en parallèle à la BBC, CNN ou Al-Jazira pour protéger les télévisions de son pays qui pourraient être poursuivies si elles diffusaient ses documentaires.
    Le journaliste estime sa popularité « symptomatique d’une société où les gens sont désenchantés ». « Tout à coup, quelqu’un leur redonne espoir en poussant la démocratie plus loin, réveillant leurs aspirations. C’est un phénomène naturel, qui est la conséquence de notre travail – si vous faisiez la même chose, vous seriez aussi populaire », minimise celui qui reste modeste en dépit des fresques sur les murs, des tee-shirts à son effigie, de sa présence dans le dessin animé Tales of Nazir (« les contes de Nazir »), un symbole de la production ghanéenne dont les saisons successives sont diffusées depuis 2014.

    Cette popularité dépasse même largement les frontières nationales, comme le prouvent ses invitations multiples dans les grands festivals, mais aussi ses 276 000 abonnés sur Facebook et ses 212 000 followers sur Twitter, où le mouvement #jesuisanas se répand.
    En plus des trois conférences TED qu’il a faites (à visage caché, bien sûr), Anas s’est vu consacrer un film de 78 minutes, Chameleon (« caméléon »), réalisé par le Québécois Ryan Mullins, et a été cité dans le grand discours de Barack Obama au Ghana, en 2009. Le président américain avait alors rappelé qu’une « presse indépendante » est l’une des choses qui « donne vie à la démocratie » et ajouté : « Nous voyons cet esprit dans des journalistes courageux comme Anas Aremeyaw Anas, qui risque sa vie pour la vérité. »

    Campagne de dénigrement

    Malgré cette célébrité sans frontière, le journaliste est aussi une cible. Un de ses plus proches collaborateurs, Ahmed Hussein-Suale, qui avait travaillé avec lui sur le football et sur les juges, a été abattu le 16 janvier aux abords de son domicile d’Accra par deux hommes à moto. Depuis cet assassinat, Anas a dispersé son équipe et chacun travaille dans son coin.
    Deux jours avant la sortie du film Number 12, Anas a été publiquement accusé de ne pas payer ses impôts par un député du parti au pouvoir, Kennedy Agyapong. L’élu estimait qu’il faisait du mal au peuple ghanéen, ce à quoi Anas a répondu : « Fake news », ajoutant, serein : « Plus vous vous attaquez aux gros poissons, plus vous êtes attaqué. » C’est le même homme politique qui avait appelé à la télévision à « frapper » Ahmed Hussein-Suale, diffusant sa photo (alors que lui aussi jouait l’anonymat) et proposant de « payer » pour corriger cet enquêteur dont il dénonçait les méthodes.

    Cet assassinat a créé l’émoi dans le pays et au-delà. « Lorsque des dirigeants politiques qualifient les journalistes de “diaboliques” ou de “dangereux”, ils incitent à l’hostilité à leur égard et dénigrent leur travail aux yeux du public. De telles déclarations ont un impact direct sur la sécurité des journalistes et créent un environnement de travail dangereux pour eux », a déclaré David Kaye, le rapporteur spécial de l’ONU sur la liberté d’opinion et d’expression.
    « On travaille depuis vingt ans et personne n’avait encore été tué jusque-là, parce que personne n’avait été “outé”, observe simplement aujourd’hui Anas. Si le visage d’Ahmed Hussein-Suale n’avait pas été montré, il ne serait peut-être pas mort. Il y a les gens qui parlent et ceux qui agissent et tuent. Mais quand vous êtes à cette position, vous créez une opportunité en montrant cette photo. »

    « Etre infiltré permet d’apporter des preuves tangibles, que les puissants ne peuvent pas contester devant les tribunaux. Mon objectif est l’efficacité. » Anas

    Interrogé sur ce sujet le 15 février, pour l’émission « Internationales » de TV5Monde, le chef de l’Etat, Nana Akufo-Addo, qui avait officiellement dénoncé le crime sur Twitter, avouait en marge de l’entretien qu’il aimerait « connaître les raisons de cet assassinat », laissant entendre que la victime n’était peut-être pas tout à fait irréprochable. La rumeur court en effet qu’Ahmed Hussein-Suale aurait lui-même touché de l’argent – rumeur que l’entourage d’Anas balaie d’un revers de main, expliquant que la campagne de dénigrement fait partie de la riposte de ceux qui protègent leurs intérêts en refusant de voir le pays changer.

    « A la limite de l’éthique »

    L’ONU comme le Comité pour la protection des journalistes ont demandé qu’une enquête soit sérieusement menée sur cette mort. Le député a reconnu, le 16 mars, dans la presse ghanéenne, avoir été mandaté par le parti au pouvoir pour mener une croisade anti-Anas et jeudi 11 avril, un suspect a été arrêté.
    Reste que la méthode d’Anas interroge et interrogeait bien avant le meurtre d’Ahmed Hussein-Suale. Un journaliste peut-il verser de l’argent pour piéger son interlocuteur ? Peut-il travailler sans révéler son identité professionnelle ? « Mon journalisme est adapté à la société dans laquelle je vis, explique l’intéressé. Au Ghana, et plus largement en Afrique, on ne peut pas se contenter de raconter une histoire pour faire bouger les choses. Etre infiltré permet d’apporter des preuves tangibles, que les puissants ne peuvent pas contester devant les tribunaux. Mon objectif est l’efficacité », poursuit celui qui collabore avec la police. Dépasse-t-il les limites de la déontologie journalistique ? « Je vends bon nombre de sujets à Al-Jazira, CNN et surtout à la BBC. Or, les standards de la BBC sont les meilleurs au monde », rétorque-t-il.

    Pour avoir passé un an auprès de lui et l’avoir vu fonctionner, Ryan Mullins, le réalisateur de Chameleon, journaliste lui-même, reconnaissait, dans un entretien au site Voir, à la sortie du film, en 2015, que les méthodes d’Anas sont « à la limite de l’éthique pour un journaliste occidental » mais qu’elles « sont issues du contexte de travail ghanéen, où les institutions et le système juridique fonctionnent souvent au ralenti et sont aussi très corrompus ».
    Plus important, il ajoute croire que « les motivations d’Anas sont sincères ». « Il veut vraiment que la justice dans son pays soit meilleure et plus développée. Après plus d’une dizaine de séjours en compagnie d’Anas et de son équipe, j’ai pu constater son intégrité. Il a une véritable foi en sa mission », conclut le réalisateur.

    Entreprise privée d’investigation

    Une intégrité qui n’empêche pas le sens des affaires, même si cela contribue à brouiller encore un peu son image… En effet, le savoir-faire développé par les enquêteurs qui entourent Anas Aremeyaw Anas, à mi-chemin entre le journalisme d’infiltration à la Günter Wallraff, le travail de détective et celui d’espion, a fait affluer les commandes. Et le journaliste a monté une entreprise privée d’investigation, Tiger Eye, qui se consacre aussi à des enquêtes ne relevant pas du journalisme. Interpol, la troisième société minière au monde (AngloGold Ashanti), l’une des plus grosses entreprises britanniques de sécurité (Securicor) sont ses clients, au même titre que le gouvernement ghanéen.
    L’entreprise propose tout type d’enquête, de la filature à l’infiltration, la surveillance fine, l’analyse de données. Pour cela, Tiger Eye met à disposition « des agents de haut niveau » qui peuvent avoir été « formés par les services de renseignement israéliens, maîtrisent les sciences de la sécurité et de la surveillance », rappelle le site commercial, qui propose des tarifs variant entre 300 et 500 dollars (jusqu’à 450 euros) la journée – le revenu national moyen au Ghana est d’à peine 2 000 euros annuels.
    Là encore, la pratique pose des questions déontologiques et fait surgir le risque de conflits d’intérêts, qu’Anas met de côté, pragmatique. « La BBC fonctionne avec de l’argent public ! Ici, ce n’est pas possible. Je suis réaliste. Je collabore avec de nombreuses institutions et je le mentionne dans les enquêtes. Et la postérité ne nous pardonnerait pas si nous décidions de simplement se croiser les bras et de laisser place à la criminalité », ajoute celui qui rêve que le journalisme réveille la société africaine.

    « D’autres très bons journalistes d’investigation font leur métier au Ghana et dans la région avec une tout autre approche. » Will Fitzgibbon, ICIJ
    « Nous avons reçu une aide pour reproduire ce nouveau type de journalisme à travers le continent africain. Nous travaillons actuellement sur un projet baptisé “Investigations nigérianes”, qui suscite beaucoup d’intérêt et d’enthousiasme chez les journalistes nigérians. Je suis censé aller au Malawi, en Tanzanie, en Afrique du Sud pour bâtir une nouvelle génération d’“Anas”, capables de repousser les limites de notre démocratie. On n’est plus dans l’histoire d’un individu mais dans un mouvement », insiste-t-il.

    Optimiste

    Un mouvement qui n’est pas le seul sur le continent. Will Fitzgibbon, du Consortium international de journalistes d’investigation (ICIJ), qui reste réservé sur les méthodes d’Anas Aremeyaw Anas, rappelle que « d’autres très bons journalistes d’investigation font leur métier au Ghana et dans la région avec une tout autre approche ». M. Fitzgibbon a notamment travaillé avec la Cellule Norbert Zongo (du nom d’un reporter burkinabé assassiné en 1998) pour le journalisme d’investigation en Afrique de l’Ouest (Cenozo) sur les « West AfricaLeaks », qui ont permis de dénoncer quelques scandales financiers.

    Anas ne prétend d’ailleurs pas que sa démarche est la seule valable et se veut plutôt optimiste : « Je vois la société ghanéenne bouger, avancer. Une société civile est en train de naître dans ce pays et le journalisme d’investigation y est pour quelque chose, observe-t-il. Le monde a toujours été en lutte, nous ne sommes pas arrivés ici sans nous battre. Nos ancêtres, que ce soit en Amérique ou ailleurs, ont lutté pour que nous arrivions où nous en sommes aujourd’hui. Dans dix ans, la société sera plus ouverte, il y aura beaucoup moins de corruption. On ne volera plus impunément. Des gens ne demanderont plus qu’on frappe des journalistes parce qu’ils ont de l’argent. On aura davantage conscience que l’argent n’achète pas tout. »
    En attendant, le Ghana occupait, en 2018, la 78e place sur les 180 pays qu’observe l’association de lutte contre la corruption Transparency International. Et l’Afrique est le continent le plus mal classé.


  • L’école, ou la jeunesse rangée derrière le drapeau de la bourgeoisie

    https://mensuel.lutte-ouvriere.org//2019/04/21/lecole-de-jules-ferry-nos-jours-la-jeunesse-rangee-derriere- (Lutte de classe n°199 - mai 2019) #education #education_nationale #nationalisme #propagande #mensuelLO

    – L’#école de #Jules_Ferry  : la nation à la place de Dieu
    – Le #mouvement_ouvrier socialiste et l’école de la république
    – L’école «  tricolore  » toujours
    – Comprendre le monde… pour le changer


  • Pour info :) Lors des #ElectionsEuropéennes des 25 et 26 mai prochains, #Lutte_Ouvriere présente la liste « Contre le grand capital, le camp des travailleurs »

    https://mensuel.lutte-ouvriere.org//2019/04/21/contre-le-grand-capital-le-camp-des-travailleurs_119072.html

    Liste conduite par #nathalie_arthaud
    (enseignante) et #Jean_Pierre_Mercier (ouvrier)

    #LO2019 #ElectionsEuropeennes2019

    La construction européenne a 60 ans. Quel est son bilan ?

    Pour les travailleurs, il n’y a même pas de salaire minimum européen. Pour les femmes, pas même la généralisation du droit à l’IVG ! En matière d’environnement, nous courons à la catastrophe. L’Union européenne a été conçue par et pour les groupes capitalistes. Sa politique est à l’image de toute la société où seuls comptent l’argent et les rivalités commerciales.
    Mais nous ne sommes pas de ceux qui vantons le repli national . Les frontières ne protègent pas les travailleurs. Elles n’empêchent ni les crises économiques, ni l’exploitation, ni la rapacité des capitalistes à commencer par ceux de notre propre pays. Elles entretiennent les inégalités et sont des obstacles pour ceux qui cherchent un endroit où gagner leur vie.

    Construire une Europe sociale soucieuse des peuples, de la planète ne se fera qu’en ôtant à la minorité capitaliste son pouvoir sur l’économie et la société.

    Contre la domination du grand capital

    Défendre nos conditions de vie et notre pouvoir d’achat exige de s’affronter à la grande bourgeoisie qui tient les commandes.

    Les Gilets jaunes ont exprimé une juste colère contre la politique anti-ouvrière de Macron. Mais les donneurs d’ordre sont ceux qui possèdent les banques et les multinationales de l’industrie, de la grande distribution de l’énergie et des transports.

    Ce sont eux les premiers responsables du recul social.

    Ces grands capitalistes ne brisent pas de vitrines, ils brisent des vies ! En fermant des usines, en licenciant, en laminant les salaires, en aggravant les conditions de travail. Ils répandent dans les classes populaires la peur du lendemain, celle de ne pas pouvoir payer son loyer, ou d’avoir à se priver sur l’alimentation, le chauffage ou les soins.

    Salariés ou retraités, embauchés, précaires ou au chômage, vous tous qui vivez de votre travail, exprimez vos exigences !

    Chacun doit pouvoir vivre d’un emploi payé correctement.

    Il faut prendre sur les milliards de profits pour augmenter les salaires, les allocations et les pensions de retraite et les indexer sur les prix. Il faut interdire les licenciements et imposer la répartition du travail entre tous sans perte de salaire.

    Vouloir contrôler ce que fait l’État de nos impôts est légitime.

    Mais contrôler les fortunes qui s’accumulent entre les mains de quelques milliers de grands bourgeois l’est tout autant. Le grand capital s’approprie les richesses créées par ceux qui travaillent. Il écrase nombre de commerçants, de paysans et d’artisans qui, tout en travaillant d’arrache-pied, ne vivent pas mieux.

    Tant que cette minorité capitaliste domine, il n’y aura pas de partage des richesses. Et, plus grave, la collectivité ne pourra pas gérer l’économie de façon à assurer à tous une vie digne de ce siècle. La concurrence pour le profit privé est devenue un obstacle au progrès social. La société n’a jamais été aussi riche... et les urgences hospitalières, les maternités, les Ehpad et l’Éducation manquent de moyens ! Les dirigeants du pays prétendent qu’il est impossible d’entretenir les routes, les ponts ou les voies de chemin de fer, et d’en finir avec l’habitat insalubre. Les formidables possibilités de la société sont gâchées.

    La seule devise du grand capital, c’est « après moi le déluge ». L’avenir, c’est de le renverser en l’expropriant et en prenant la maîtrise des banques et des groupes industriels et commerciaux pour décider collectivement de ce qui doit être produit et comment.

    En votant Lutte ouvrière,

    – vous marquerez votre opposition au gouvernement Macron, en rejetant ceux qui veulent le remplacer mais respectent le pouvoir de la grande bourgeoisie,
    – vous exprimerez les exigences des travailleurs et de l’immense majorité,
    – contre l’Europe du capital, la tentation du repli sur soi, le nationalisme et le racisme, vous défendrez la perspective d’une Europe réellement unifiée et ouverte sur le monde qui garantisse la liberté de circulation et d’installation,
    – vous affirmerez la nécessité d’une Europe débarrassée du capitalisme et fondée sur des relations égalitaires entre les peuples, sans rapports de concurrence ni de domination.


  • #Journal du regard (Semaine 16)
    http://liminaire.fr/journal/article/journal-du-regard-semaine-16

    https://youtu.be/BKWNRI7lgAA

    Chaque jour, un film d’une minute environ, chaque lundi, la compilation du journal #Vidéo de la semaine précédente, et le texte qui s’écrit en creux. « Une sorte de palimpseste, dans lequel doivent transparaître les traces - ténues mais non déchiffrables - de l’écriture “préalable” » Jorge Borges, Fictions Regarder se passe toujours au présent. Un présent qui s’oppose à l’irréversibilité du temps. Le mélange en écho, dans la marche urbaine. Pépiements en bruissements multiples, #Paysage en poses. Lumière douce, (...)

    Journal / #Art, #Architecture, #Écriture, #Lecture, #Livre, #Musique, Vidéo, #Voix, #Sons, #Poésie, #Paris, Paysage, #Ville, #Dérive, #Ciel, #Cinéma, Journal du (...)

    #Journal_du_regard


  • A voir sur Télérama.fr : “Retour à Kigali”, un documentaire implacable sur le génocide au Rwanda - Télévision - Télérama.fr
    https://www.telerama.fr/television/a-voir-sur-telerama.fr-retour-a-kigali,-un-documentaire-implacable-sur-le-g

    Vingt-cinq ans après le génocide au Rwanda, de quoi la France est-elle responsable ? Réponse implacable de Jean-Christophe Klotz dans ce documentaire à découvrir en avant-première de sa diffusion sur France 3 jeudi 25 avril, à 23h30.

    #rwanda #génocide


  • How I got Rejected by 30+ Startups Before Landing a “Dream” Job
    https://hackernoon.com/how-i-got-rejected-by-30-startups-before-landing-a-dream-job-6582e42aca7

    I recently went through a job change and would like to post my experience. My post got a lot of people interested on reddit.TL;DR: Lot of companies do not focus on good engineering. Prepare. The algorithm rounds were a hit-or-miss for me.Always negotiate.Some facts:I resigned and decided to take a 2 month break to completely focus on job-huntingInterviewed (i.e. at least 1 online round) with 35+ companies. Mostly startups (seed to series A).Mostly in India. ~10 in EU, Japan, and other overseas countries through stack overflow careers. I don’t think my then 8k SO reputation helped out.I had linked to my medium profile in my CV and in 3 or 4 interviews (after initial screening rounds), we talked about my (somewhat controversial) blog Can’t hack your way to the topI practiced mostly using (...)

    #interview #job-rejection #startup-job-rejection #startup-rejection #algorithms


  • Propos sur le non-discours du 15 avril 2019 attribué au président de la République | Le Club de Mediapart
    https://blogs.mediapart.fr/paul-cassia/blog/180419/propos-sur-le-non-discours-du-15-avril-2019-attribue-au-president-de

    Ce non-discours soulève beaucoup plus de questions qu’il n’apporte de réponses aux attentes d’une partie des français. Il fait songer à l’intervention du regretté Raymond Devos sur le plateau de l’émission télévisée Apostrophes en 1985, qui reprenait un passage de l’un de ses spectacles humoristiques : « je vais parler pour ne rien dire. Non mais écoutez, je sais, vous vous dites s’il n’a rien à dire il ferait mieux de se taire. Mais c’est trop facile ! C’est trop facile ! Moi quand je n’ai rien à dire, je veux qu’on le sache ! Je veux en faire profiter les autres ! ». Parler ou écrire pour ne rien dire, telle est la marque de fabrique des « rienologues »

    Pour le remplacement de l’ENA par l’ISF voir aussi : https://www.affordance.info/mon_weblog/2019/04/ena-isf-innommable.html

    Verbatim du discours sur lundi.am : https://lundi.am/Exclusif-le-discours-qu-Emmanuel-Macron-n-a-pas-prononce-le-15-avril

    Faute de temps, nous n’avons pas été en mesure de vérifier qu’il s’agisse ici d’un document parfaitement authentique, bien que confirmé par deux sources. Cependant à la lecture, le style pompeux et ennuyeux ainsi que le contenu creux nous semblent attester qu’il s’agisse bien de la plume du président.

    #non-discours #non-annonce #grand_debat #enfumage

    • J’ai entendu des voix…
      … que notre république n’entendait plus.

      Outre le côté Jeanne d’Arc évident, on retrouve, brillamment résumée en une courte phrase, la thématique du #je_nous du discours du 10 décembre.
      https://seenthis.net/messages/742902#message743533

      je veux, je décide, je fais
      /
      nous avons fait des erreurs

      je me souviens [du grand débat et je pleure…]
      (avec #anaphore !)
      /
      nous avons un devoir

      j’ai entendu / que nous perdions

      j’ai entendu la peur
      /
      parfois on se résigne [mais pas moi !]… la résignation c’est pire encore !

      j’y ai ma part à prendre …
      /
      chacun d’entre nous à sa part à y prendre
      (union nationale !!!, faut qu’on l’aide c’t’homme là_

      [je craque, je saute quelques pages en notant (fin de p. 5 et p. 6) une courte variante sur le thème je/vous]

      nous avons besoin de bons salaires…
      /
      c’est pourquoi J’ai pris des mesures importantes

      (une prime sans aucune charge -> mon programme, c’est toujours d’exploser le système de sécurité sociale…)

      Ah, sur la fin, les problématiques enchainées deviennent intéressantes :
      • travail
      • retraite
      • la famille d’abord
      • la santé [surtout !] et la solidarité
      • le pays productif et écologique

      et donc,
      nous poursuivrons les réformes commencées

      et c’est MAINTENANT

      #just_do_it #yes_we_can


  • Une journaliste lesbienne tuée dans un attentat en #Irlande.

    Gay Journalist Lyra McKee Shot Dead In Suspected Terrorist Attack Northern Ireland | GCN | Gay Ireland News & Entertainment
    https://gcn.ie/gay-journalist-lyra-mckee-shot

    Faber McKee, was shot while reporting on riots that broke out in the Creggan area of Derry last night.
    At 11 o’clock last night a gunman appeared and fired a number of shots towards police.
    Tragically she died from her injuries. At this stage we believe her murder was carried out by a violent dissident republican.

    She had recently signed a two-book deal with publisher Faber & Faber, who are due to publish her book The Lost Boys next year. The publishing house has called her “a rising star of investigative journalism.”

    McKee, an out gay woman, had been vocal in her support for the LGBT+ community. In a 2017 interview with The Irish Times, she said “I thought at 14 you could not be out and proud; that it was a secret that had to be kept at all costs. I believed that it was better to be dead than out and gay.

    “I believed that because of all the Biblical scripts. I used to sit in my house at night and bargain with God not to send me to hell. I don’t think any child should have to go through that.”

    #terrorisme #journalisme #LGBT

    Edit : j’ai réfléchi à comment reformuler ma première phrase de présentation et « accidentellement » ne convenait pas (le mec a fait exprès), « par hasard » non plus, « tragique méprise » avec qui ? En fait, chaque fois qu’une attaque terroriste (des militant·es qui tuent au hasard pour inspirer la terreur et faire avancer leur cause) tue, ça tombe sur des gens très bien. Il se trouve que parmi les #victimes il y avait cette militante lesbienne et journaliste talentueuse.

    cc @sandburg et @simplicissimus

    • Y’a comme un lien cause, conséquence dans ta phrase. C’est pas plutôt une balle perdue qui l’a tuée, que dit l’enquête ?
      Tu postes de + en + façon twitter où faut cliquer pour lire la suite, j’avoue ne jamais cliquer quand je ne fais que de la lecture de seenthis.

      Faber McKee, was shot while reporting on riots that broke out in the Creggan area of Derry last night.
      At 11 o’clock last night a gunman appeared and fired a number of shots towards police.
      Tragically she died from her injuries. At this stage we believe her murder was carried out by a violent dissident republican.

    • Oui, c’est ça, dès que je suis sur un ordi je reposte en utilisant le bouton qui fait de si beaux formatages ;-). La journaliste a été tuée par hasard mais l’info vient d’un média LGBT qui met en avant son travail journalistique et son engagement politique.


  • Et si on revenait à la bougie ?
    http://www.piecesetmaindoeuvre.com/spip.php?page=resume&id_article=1127

    Cela fait 150 ans que ça dure. Depuis l’invention de la « Houille blanche » en 1869 à Grenoble, des générations d’opposants au despotisme de l’électro-industrie ont essuyé l’invective : « - Vous les opposants (passéistes/obscurantistes/conservateurs/écologistes), vous voulez revenir à la bougie ! » Le mouvement anti-Linky, les pêcheurs du Tréport opposés aux éoliennes en mer et les habitants de Bure contre l’enfouissement de déchets nucléaires sous leurs pieds, font partie parmi tant d’autres de cette dernière vague d’humains à se faire ainsi apostropher par les Seigneurs du Progrès. À force, on finit par se demander si l’électrification de nos vies, de nos villes et campagnes, à l’échelle nationale et globale, fut un tel bienfait, et pour qui. C’est ce que nous avons tâché de savoir, à partir de l’exemple (...)

    #Nécrotechnologies
    http://www.piecesetmaindoeuvre.com/IMG/pdf/geg.pdf


  • A new generation is ready to stand with Palestinians
    Noura Erakat, The Washington Post, le 16 avril 2019
    https://www.washingtonpost.com/opinions/2019/04/16/new-generation-is-ready-stand-with-palestinians

    Young Palestinians, born and raised in the era of the Oslo Accords and Israel’s repeated wars in Gaza, are increasingly disillusioned with the two-state solution. They are cynical about all Palestinian national leadership from Fatah to Hamas and are seeking alternative futures. It was young people who launched the Great March of Return, the largest popular convergence in Gaza to demand freedom and the right to return of Palestinian refugees.

    Young Palestinians have been the driving force of new political efforts such as the Palestinian Youth Movement, which connects Palestinians ages 18 to 35 across a global diaspora with the aim of reconstituting a national politics of resistance. Young Palestinians are also the primary advocates of the global Boycott, Divestment and Sanctions (BDS) movement that sidesteps political negotiations and makes rights-based claims for equality, the return of refugees and the end of occupation of Arab lands. Far from destitution, the grim status quo is fueling a politics of hope among Palestinian youths in particular.

    This hope echoes a similar trend in the United States, where young people are driving an unprecedented shift in U.S. politics on the Middle East, and Palestinian freedom has been steadily incorporated into a progressive agenda. Trump’s embrace of Netanyahu is making ever clearer to a U.S. public that the reactionary right embodied by Trump is the normalized state of affairs in Israel. The Trump-Netanyahu alliance is on full display in the concerted and hypocritical attacks against Rep. Ilhan Omar (D-Minn.), who, in her advocacy on behalf of all marginalized communities, has illuminated the negative impact that U.S. unconditional support for Israel has on Palestinians.

    Social movements such as Black Lives Matter and events like the Women’s March, driven by a similar base, have affirmed Palestinian freedom as part of their platforms. Polls indicate that since Trump took office two years ago, more Americans are less inclined to sympathize with Israel over Palestinians, while a majority of Democrats say they would support sanctions or stronger action against Israel due to settlement construction.

    A mettre avec l’évolution de la situation aux États-Unis vis à vis de la Palestine :
    https://seenthis.net/messages/752002

    #Palestine #USA #BDS #Noura_Erakat #Washington_Post #Jeunesse


  • Téléchargez Assassin Creed Unity gratuitement #NotreDame (Korben)
    https://www.crashdebug.fr/informatik/94-20mn-par-jour-a-dit-le-docteur/15940-telechargez-assassin-creed-unity-gratuitement-notredame-korben

    Suite à la catastrophe de Notre Dame, Ubi soft vous offre Assassin Creed Unity en version complète, sans limitation une fois que vous l’aurrez téléchargé et installé, par contre l’offre s’arrète le 25 avril à 09:00 (heure locale) en contre-partie Ubi soft vous demande (si possible) de faire un geste pour la cathédrale. Source : Korben

    #En_vedette #Jeux_vidéo #Actualités_Informatiques


  • #performance Profiling During Your Development Workflow
    https://hackernoon.com/performance-profiling-during-your-development-workflow-ebff78afb71c?sour

    Ditch subjectivity about performance with #java VisualVMPerformance profiling isn’t just an activity reserved for Ops teams monitoring an application in production — in my view, it’s a skill that should become part of every decent software developer’s/engineer’s development workflow.It’s not just for troubleshooting, be proactive and take a look under the bonnet (hood* 🇺🇸) before the trouble even starts.I’m going to ask you 2 questions:Do you want to be the team member who committed the two lines of code that brought production to its knees and ground it to a halt?OR:Do you want to be the glorious team member who saved the team from merging the defective code in the first place?Unless you hate your team and your company, I’m pretty sure you want to be the latter team member — which is why I’ve put (...)

    #software-development #programming #software-engineering


  • #es6 and Beyond >
    https://hackernoon.com/es6-and-beyond-28aed8574e00?source=rss----3a8144eabfe3---4

    Hello folks,ES6, pretty much hyped topic these days in front-end world.So, how about learning some cool features of ES6 and Beyond (like, #es7, ES8).First thing first.What ES means?ES stands for #ecmascript.What is the different between ECMAScript and JavaScript then?ECMAScript is the standard whereas #javascript is also the standard. But,ECMAScript is specification whereas JavaScript is the implementation of ECMAScript specifications.So, let’s get started.What we are going to learn?letconstObject Rest/Spread propertiesArrow FunctionString interpolationExponential **Array.prototype.includesString.prototype.padStartString.prototype.padEndObject.valuesObject.entriesLetlet is the new var but the advantage is that it is accessible & available within the scope only. Let’s see an  (...)

    #es8


  • Who cares? by Mike Brooks – Forthright Magazine
    http://forthright.net/2019/04/20/who-cares

    It was just another story in the local newspaper. A schoolgirl accused her principal of sexual abuse. Shortly afterward she was set on fire and after struggling for life for a few days lost that battle too. There was a brief outrage in the community which soon settled down so that the incident became just one more of many. The principal of course denied any involvement with the girl or her death.

    #justice #Bible