#jadot

  • Bruno #Amable : « Une partie de l’opposition de #Gauche pense toujours à l’ancien monde » (2/2)
    https://lemediapresse.fr/idees/bruno-amable-une-partie-de-lopposition-de-gauche-pense-toujours-a-lanc

    Dans la seconde partie de notre entretien, l’économiste Bruno Amable pointe les contradictions de l’écologie de marché, alerte contre les prochaines réformes du gouvernement et évalue les stratégies de la gauche.

    #Idées #ADP #Bloc_bourgeois #Classes_sociales #EELV #Elections #FI #FN #Garrido #Hollande #Jadot #Moscovici #Palombarini #populisme #RN

  • Europe écologie-Les Verts : une “#vague_verte ” porteuse de désillusions | Le Journal Lutte Ouvrière
    https://journal.lutte-ouvriere.org/2019/05/28/europe-ecologie-les-verts-une-vague-verte-porteuse-de-desill #EELV

    Au Parlement européen, le groupe écologiste, même renforcé, n’aura aucun pouvoir véritable, d’abord parce que les institutions européennes sont faites pour que cette assemblée n’en ait aucun. Ce n’est pas la création d’un « comité de surveillance et d’initiative » annoncé par #Jadot le soir des élections qui y changera quelque chose. Et, pour le reste, les perspectives qu’il a tracées, à savoir la création d’un grand parti écologiste pour les élections municipales et nationales à venir, visent simplement à occuper la place longtemps tenue par la gauche aujourd’hui moribonde, pour participer à la gestion du capitalisme en crise.

    • Geneviève Azam, économiste et altermondialiste
      Valérie Cabanes, Porte-parole de « End Ecocide on Earth »
      Benjamin Dessus, Président de l’association « Global Chance »
      Marc Dufumier, Professeur émérite, AgroParisTech
      Gérard Filoche, Inspecteur du travail et Membre du Bureau National du PS
      David Flacher, Porte-parole du Mouvement Utopia
      Jean Gadrey, Professeur émérite d’économie, Université Lille 1
      Susan George, essayiste altermondialiste
      Marc Humbert, Professeur d’économie, Université Rennes 1
      Florence Jany-Catrice, Professeure d’économie, Université Lille 1
      Gustave Massiah, altermondialiste
      Dominique Méda, Professeure de sociologie, Université Paris 9-Dauphine
      Laure Pascarel, Porte-parole du Mouvement Utopia
      Corine Pelluchon, Professeure de Philosophie, Université Paris-Est-Marne-La-Vallée
      Marie-Monique Robin, Réalisatrice
      Denis Vicherat, Président des Editions Utopia
      Raymond Zaharia, Membre des « Jours heureux »

  • Au royaume des aveugles, l’accord TISA est roi
    http://www.marianne.net/Au-royaume-des-aveugles-l-accord-TISA-est-roi_a239874.html

    La semaine dernière, on apprenait, éberlué, l’existence de négociations secrètes d’un nouveau traité commercial, le Tisa, entre une cinquantaine de pays dont la France. Son but ? Favoriser la libéralisation du commerce des services. « Marianne » a remonté le fil et constaté que la plupart des responsables politiques français ont donné leur feu vert à ces négociations sans savoir véritablement de quoi il s’agissait. A moins que ce soit la philosophie libre-échangiste du Tisa qui les ait séduits ?

    http://www.marianne.net/photo/art/default/983774-1166143.jpg?v=1404408997

    Ils l’ont votée, sans même savoir ce que c’était. Pire, sans même savoir qu’ils l’avaient fait. « J’ai voté ça, moi ? », s’interroge l’ex-PS Françoise Castex. « Honnêtement, je n’en sais plus rien du tout », lui emboîte l’écologiste Corinne Lepage. « Ils », ce sont la plupart des députés français du Parlement européen lors de législature précédente (2009-2014). Et « ça », c’est la résolution sur l’ouverture de négociations relatives à un accord plurilatéral sur les services. Vous savez, l’accord TISA ou ACS, ce petit projet sans importance qui prévoit l’ouverture totale et irréversible de nombreux services, y compris publics (eau, éducation, santé, transports,…), à la concurrence internationale entre les « Très bons amis des services » (sic), un sous-groupe de 48 pays membres de l’OMC, dont ceux de l’UE, le Japon, la Turquie ou les Etats-Unis.

    Les négociations étaient censées rester secrètes. « Jusqu’à cinq ans après la conclusion d’un accord » ou l’éventuel échec des négociations, d’après un document Wikileaks dévoilé par l’Humanité. C’est le Conseil de l’Union européenne (UE) qui, le 18 mars 2013, alors qu’il est réuni… en session « Agriculture et pêche » a mandaté la Commission pour négocier cet accord. Le tout, sous le regard bienveillant donc de notre ministre de l’agriculture, Stéphane Le Foll (voir ici la liste des participants à cette petite sauterie). Contacté à plusieurs reprises, son cabinet n’a pas donné suite à nos appels. Moins timide, le Parlement a, lui, voté la résolution le 4 juillet 2013, à la grande majorité. Il s’est même « félicité de l’ouverture » de ces négociations qui vont, nous assure-t-on, « promouvoir [les] intérêts » de l’UE. Soutenu par 526 des 765 eurodéputés, et par tous les parlementaires français du PS, du centre et de l’UMP (voir en fin d’article la liste complète des votants). Seuls les élus écolos, Front de gauche et Front national ont voté contre...
    ........

    >>>

    Ils l’ont votée, sans même savoir ce que c’était. Pire, sans même savoir qu’ils l’avaient fait. « J’ai voté ça, moi ? », s’interroge l’ex-PS Françoise Castex

    <<<

    #acs
    #castex
    #danjean
    #europe
    #jadot
    #le_foll
    #lepage
    #ervices
    #tafta,
    #tisa
    #ttip
    #ue,