• Return : voluntary, safe, dignified and durable ?

    Voluntary return in safety and with dignity has long been a core tenet of the international refugee regime. In the 23 articles on ‘Return’ in this issue of FMR, authors explore various obstacles to achieving sustainable return, discuss the need to guard against premature or forced return, and debate the assumptions and perceptions that influence policy and practice. This issue also includes a mini-feature on ‘Towards understanding and addressing the root causes of displacement’.


    https://www.fmreview.org/return

    #revue #retours_volontaires #dignité #retour #retour_au_pays
    #Soudan_du_Sud #réfugiés_sud-soudanais #réfugiés_Rohingya #Rohingya #Inde #Sri_Lanka #réfugiés_sri-lankais #réfugiés_syriens #Syrie #Allemagne #Erythrée #Liban #Turquie #Jordanie #Kenya #réfugiés_Somaliens #Somalie #Dadaab #Myanmar #Birmanie #Darfour #réintégration_économique #réintégration

    ping @isskein @karine4 @_kg_

    • Nouvelles révélations dans l’octroi de la Coupe du Monde 2022 au Qatar RTS - 18 Octobre 2019
      https://www.rts.ch/info/suisse/10795349-nouvelles-revelations-dans-l-octroi-de-la-coupe-du-monde-2022-au-qatar.

      . . . . . .
      Au sein de la FIFA, la Commission des finances s’est réunie le 3 octobre 2013. Le procès-verbal de cette discussion se trouve dans les Football Leaks, documents partagés par le Spiegel avec le réseau EIC. Le Camerounais Issa Hayatou, président de la Fédération africaine de football, veut savoir si le Qatar est prêt à compenser d’éventuelles pertes de revenus de la FIFA en la reportant à l’hiver. Jérôme Valcke, secrétaire général, lui répond qu’il a récemment évoquer le problème avec des « représentants du Qatar », qui lui ont indiqué que la FIFA pourrait recevoir des fonds supplémentaires d’entreprises qataries pour compenser d’éventuelles pertes. Le Français rassure ses collègues, précisant que les Qataris lui ont promis de « coopérer positivement ».

      Un jour avant la tenue de cette commission, Jérôme Valcke écrit dans un courriel privé qu’il achetait une maison en Sardaigne. Il n’a pas besoin d’un prêt pour une villa de 438 mètres carrés, 13 chambres avec piscine donnant sur l’une des criques les plus enviées de la Sardaigne : « Je finalise l’acquisition le 8 novembre d’une maison à Porto Cervo avec un financement propre sans crédits en raison d’une rentrée financière exceptionnelle, qui couvre le coût d’acquisition, à savoir 5 millions d’euros ».

      D’où viennent ces fonds extraordinaires ? Jérôme Valcke est payé quelques millions de dollars entre 2007 à 2016 et reçoit de généreuses primes spéciales. Pour la seule Coupe du Monde 2010, il recevra une prime de neuf millions de francs suisses. En juillet 2013, les Panama Papers ont révélé que Jérôme Valcke ouvre une société offshore, domiciliée dans les îles Vierges britanniques. Cette structure sert pour l’acquisition d’un yacht de 32 mètres, principalement « pour conserver le pavillon des Iles Vierges Britanniques que possédait déjà le bateau », ajoute Me Hunzicker, avocat de Jérôme Valcke. Coûts : 2,8 millions de dollars. L’année suivante, Jérôme Valcke emmènera le bateau dans un chantier naval de Pise pour le rénover, pour un coût de 15 millions d’euros selon le quotidien italien Il Tirreno.

      Le 30 octobre 2013, le Français rédige et imprime un document à l’attention de Nasser Al-Khelaïfi, qu’il « semble avoir remis » au patron du PSG, écrit le MPC dans une note de synthèse. « Au début de la semaine prochaine, un virement d’un montant de 5’070’000 euros doit être effectué sur le compte du notaire », ainsi que 200’000 euros pour l’agence immobilière et 70’000 euros pour le notaire. Dans le projet pour le contrat de vente, son ex-femme est spécifiée comme acheteur.
      . . . . . . . .
      #Football_Leaks, #football #Fifa #quatar #corruption

  • Géographie, d’Anne-Sophie Barreau
    http://liminaire.fr/livre-lecture/article/geographie-d-anne-sophie-barreau

    Le dernier #Livre d’Anne-Sophie Barreau prolonge et développe les thèmes de son précédent livre, que j’ai eu le plaisir d’éditer chez Publie.net, qui évoquait la versatilité de notre mémoire à l’ère du numérique à travers la disparition d’un téléphone lors d’un #Voyage effectué avec son compagnon aux États-Unis, le jour de son anniversaire. Dans Géographie, la narratrice qui travaille à Paris et occasionnellement à l’étranger, aime un homme souvent en mission à l’étranger pour son travail. Le couple vit donc (...) Livre & #Lecture / Livre, Lecture, #Amour, #Dérive, Voyage, #Art, #Histoire, #Écriture, #Récit, #Journal, #Quotidien, (...)

    #Livre_&_lecture #Sensation
    https://www.publie.net/livre/macguffin-anne-sophie-barreau
    https://www.editions-jclattes.fr/geographie-9782709661713

  • ’It’s a crisis, not a change’: the six Guardian language changes on climate matters

    A short glossary of the changes we’ve made to the Guardian’s style guide, for use by our journalists and editors when writing about the environment
    In addition to providing updated guidelines on which images our editors should use to illustrate the climate emergency, we have updated our style guide to introduce terms that more accurately describe the environmental crises facing the world. Our editor-in-chief, Katharine Viner, said: “We want to ensure that we are being scientifically precise, while also communicating clearly with readers on this very important issue”. These are the guidelines provided to our journalists and editors to be used in the production of all environment coverage across the Guardian’s website and paper:

    1.) “climate emergency” or “climate crisis” to be used instead of “climate change”

    Climate change is no longer considered to accurately reflect the seriousness of the overall situation; use climate emergency or climate crisis instead to describe the broader impact of climate change. However, use climate breakdown or climate change or global heating when describing it specifically in a scientific or geophysical sense eg “Scientists say climate breakdown has led to an increase in the intensity of hurricanes”.

    2.) “climate science denier” or “climate denier” to be used instead of “climate sceptic”

    The OED defines a sceptic as “a seeker of the truth; an inquirer who has not yet arrived at definite conclusions”. Most “climate sceptics”, in the face of overwhelming scientific evidence, deny climate change is happening, or is caused by human activity, so ‘denier’ is more accurate.

    3.) Use “global heating” not “global warming”
    ‘Global heating’ is more scientifically accurate. Greenhouse gases form an atmospheric blanket that stops the sun’s heat escaping back to space.

    4.) “greenhouse gas emissions” is preferred to “carbon emissions” or “carbon dioxide emissions”. Although carbon emissions is not inaccurate, if we’re talking about all gases that warm the atmosphere, this term recognises all of the climate-damaging gases, including methane, nitrogen oxides, CFCs etc.

    5.) Use “wildlife”, not “biodiversity”
    We felt that ‘wildlife’ is a much more accessible word and is fair to use in many stories, and is a bit less clinical when talking about all the creatures with whom we share the planet.

    6.) Use “fish populations” instead of “fish stocks”

    This change emphasises that fish do not exist solely to be harvested by humans – they play a vital role in the natural health of the oceans.

    Since we announced these changes, they have been reported widely, shared across social media channels, and even prompted some other media outlets to reconsider the terms they use in their own coverage.

    The update to the Guardian’s style guide, originally announced earlier this year, followed the addition of the global carbon dioxide level to the Guardian’s daily weather pages – the simplest measure of how the mass burning of fossil fuels is disrupting the stable climate. To put it simply, while weather changes daily, climate changes over years and decades. So alongside the daily carbon count, we publish the level in previous years for comparison, as well as the pre-industrial-era baseline of 280ppm, and the level seen as manageable in the long term of 350ppm.

    In order to keep below 1.5C of warming, the aspiration of the world’s nations, we need to halve emissions by 2030 and reach zero by mid century. It is also likely we will need to remove CO2 from the atmosphere, perhaps by the large-scale restoration of nature. It is a huge task, but we hope that tracking the daily rise of CO2 will help to maintain focus on it.

    Viner said: “People need reminding that the climate crisis is no longer a future problem – we need to tackle it now, and every day matters.”

    https://www.theguardian.com/environment/2019/oct/16/guardian-language-changes-climate-environment
    #terminologie #vocabulaire #journalisme #mots #presse #glossaire

    ping @fil @reka

  • « Mime Suiveur » à Cholet (49)

    Au petit matin je me suis rendu aux nouvelles Halles pour trois heures de prestation. Dès 09h30, le monde dans les nouvelles halles était nombreux et n’ai eu aucun mal à choisir mes « victimes »… https://www.lebateauivre.info/2019/09/22/mime-suiveur-a-cholet

    #journal_de_bord #artiste_mime #mime #artiste #prestation #animation #événementiel #Le_Bateau_Ivre #Paris #septembre_2019 #2019 #Mime_Suiveur #Cholet #Maine_et_Loire #Pays_de_la_Loire

  • Bezirksamt sieht keine Notwendigkeit, Kritik der Linksfraktion: Keine Schlichtungsstelle für Konflikte mit dem Jobcenter in Tempelhof-Schöneberg - Tempelhof-Schöneberg
    https://www.berliner-woche.de/tempelhof-schoeneberg/c-politik/keine-schlichtungsstelle-fuer-konflikte-mit-dem-jobcenter-in-tempelho

    Die Linke macht sich in Tempelhof-Schöneberg schon lange für eine Ombudsstelle stark, die Streitigkeiten mit dem Jobcenter schlichtet. Dass Sozialstadträtin Jutta Kaddatz (CDU) kürzlich erklärte, diese werde nicht benötigt, ärgert die Partei.

    „Eine Ombudsstelle arbeitet unabhängig vom Amt und wird von den Betroffenen nicht mit Repressionen des Jobcenters verbunden“, erläutert Elisabeth Wissel. „Viele Klagen von ALG II-Empfängern und eine Flut von Anträgen, die vom Sozialgericht kaum zu bewältigen sind, bleiben oft monatelang liegen. Oftmals sind es Probleme und Missverständnisse, die im Vorfeld von einer Ombudsstelle geklärt und bereinigt werden können. In vielen Fällen kann es schon reichen, Bescheide, die nicht verstanden werden, genauer zu erläutern“, so die Fraktionsvorsitzende der Linken.

    Jutta Kaddatz hatte zuvor erklärt, dass die Senatsverwaltung für Integration, Arbeit und Soziales die Unterstützung mit Landesmitteln nicht ermöglichen könne. Ebenso sei das Bezirksamt nicht in der Lage, die Finanzierung selbst zu übernehmen. Der Stadträtin zufolge bedürfe es jedoch grundsätzlich nicht der Einrichtung einer solchen Ombudsstelle im Bezirk. „Der Rechtsanspruch auf leistungsrechtliche Beratung ist von zentraler Bedeutung und sichert den Kunden kostenlosen Rechtsrat durch das Jobcenter zu“, betont sie. Die Kunden würden durch die Beratung in die Lage versetzt, Rechte und Pflichten erkennen und verstehen und den individuellen Anspruch nachvollziehen zu können sowie Hilfestellungen zu individuellen Problemen zu erhalten.

    Rechtsverbindlichkeit wahren

    „Diesen Anforderungen wird eine Ombudsstelle für das Jobcenter durch das Bezirksamt nicht gerecht, da hier weder die fachliche Kompetenz vorgehalten noch rechtsverbindliche Auskünfte gegeben werden können. Eine entsprechende Beratung könnte daher im Gegenteil zu weiteren Beschwerden führen, wenn das Jobcenter den Empfehlungen der Ombudsstelle nicht folgt“, meint Kaddatz. „Im Übrigen kann darauf verwiesen werden, dass es bereits Stellen außerhalb des Jobcenters gibt, an die sich Betroffene wenden können.“ Beispiel sei das Berliner Arbeitslosenzentrum. Das Jobcenter arbeite derweil an „der stetigen Optimierung des Dienstleistungs- und Serviceangebotes“. Angestrebt sei die Zusammenlegung des internen Kundenreaktionsmanagements und der Clearingstelle, die Konflikte löst.

    #Berlin #Tempelhof-Schöneberg #Jobcenter

  • Le Jour des morts... Offrande et calaveras

    https://lavoiedujaguar.net/Le-Jour-des-morts-Offrande-et-calaveras

    L’Association pour l’estampe et l’art populaire a le plaisir de vous inviter
    à l’exposition « Le Jour des morts... à Paris ! Offrande et calaveras ».

    Exposition ouverte tous les jours
    du 31 octobre au 10 novembre 2019
    de 15 à 20 heures
    au 49 bis, rue des Cascades
    Paris XXe (métro Jourdain)

    Vernissage le jeudi 31 octobre à partir de 18 heures

    Depuis 2001, ce sera la dix-huitième année consécutive que l’Association pour l’estampe et l’art populaire fête les morts à la manière mexicaine, il y aura une offrande ainsi que des gravures satiriques. Comme chaque année, le soir du vernissage, vous pourrez goûter la soupe mexicaine et boire à la santé des trépassés.

    #Mexique #Paris #Jour_des_morts #calaveras #estampe #exposition

  • Norway’s Huge New Oil Project Clashes With Growing Climate Focus - Bloomberg
    https://www.bloomberg.com/news/articles/2019-10-07/norway-s-huge-new-oil-project-clashes-with-growing-climate-focus


    Photo: Espen Ronnevik / Oyvind Gravas – Equinor ASA

    The timing of Norway’s biggest oil project in decades is a bit awkward.

    Equinor ASA kicked off its massive #Johan_Sverdrup field, a rare mega-project in the aging North Sea, at a moment where the pressure on the oil industry and governments to act against the climate crisis has never been greater. The field is set to produce crude for 50 years, well beyond the time where the world’s greenhouse-gas emissions should be net zero to avoid warming of more than 1.5 degrees.

    It’s understandable that it could be viewed as a paradox in times like these,” said economics professor Klaus Mohn, the rector of the University of Stavanger, the country’s oil capital. “But Norway has stubbornly maintained a separation between its oil policy on one side and climate policy on the other.

    Sverdrup has already been a boon for Norway’s offshore industry, and now promises to deliver a big production boost for its owners and the country as a whole. Yet, it comes the year after Equinor changed its name from Statoil, to reflect increased investments in renewable energy, and as political debate about the post-oil era in Norway is accelerating.

  • #Haïti bloqué : ses écrivains lancent un appel au monde - Le Point
    https://www.lepoint.fr/monde/haiti-bloque-ses-ecrivains-lancent-un-appel-au-monde-02-10-2019-2339013_24.p

    La demande du peuple est claire : la démission du président et de ce qu’il reste du Parlement ; l’installation d’un gouvernement de transition orientant son action vers la réduction des inégalités, des mesures immédiates pour atténuer les souffrances des plus démunis ; la tenue de procès contre tous les actes de corruption dont sont coupables les dignitaires du PHTK ; la tenue d’une conférence nationale (les appellations varient) sur les problèmes du pays et le chemin à prendre pour l’engager vers l’équité républicaine. Nous le disons au monde : il n’y a pas de réconciliation possible entre le peuple haïtien et la présidence de #Jovenel_Moïse/#PHTK. Le seul support dont bénéficie ce pouvoir décrié lui viendrait de puissantes ambassades étrangères. C’est au prix du sang du peuple, de la radicalisation, de la #violence_répressive que Jovenel Moïse resterait au pouvoir. Nous en appelons aux citoyens du monde afin qu’ils soutiennent la cause haïtienne. L’humanisme demande aujourd’hui de choisir entre un peuple et un président, entre un peuple et ses bourreaux.

    #manifestation #corruption

  • Une journée avec les hommes et les femmes de Frontex

    Chaque jour ils surveillent, contrôlent, lisent avec attention vos documents. Les employés de Frontex sont au taquet. L’Agence européenne de garde-frontières et de garde-côtes a pour mission principale d’aider les Etats membres de l’Union européenne et de l’espace Schengen à sécuriser leurs frontières extérieures. Elle dispose d’une réserve de réaction rapide de 1500 agents et sera dotée, progressivement jusqu’à 2027, d’un corps permanent de 10.000 agents.

    Les hommes et les femmes qui la composent traquent la moindre anomalie, le moindre document frauduleux. Au moindre doute, tout votre véhicule est fouillé.

    Frontex dirige des opérations maritimes, aériennes et terrestres (en Méditerranée et dans les pays de l’Est notamment). Elles sont menées par des garde-frontières mis à la disposition de l’agence par les Etats membres. Ils sont reconnaissables à leur brassard ou leur dossard bleu clair et sont toujours accompagnés par des agents de l’Etat membre dans lequel a lieu l’opération.

    A l’été 2018 par exemple, dans le cadre de l’opération opération Minerva, Frontex a aidé les autorités espagnoles à contrôler les passagers arrivant du Maroc par ferry. L’agence avait également déployé des experts en documents contrefaits et des agents formés pour repérer les véhicules volés.

    https://ds1.static.rtbf.be/article/image/770xAuto/5/b/b/b8d4c4953a1d60bd9cf28d042fa96f59-1568391909.pngCertains week-ends jusqu’à 100.000 voyageurs et 20.000 véhicules différents sont contrôlés au poste frontière de Medika. D’un côté c’est l’Europe. De l’autre, l’Ukraine. Un point de passage idéal pour a trafiquants en tout genre, drogue, contrebande, contrefaçon. Pour les affronter, une coopération internationale est tout simplement indispensable.

    En matière de lutte contre l’immigration illégale, Frontex coordonne aussi des opérations de renvoi de migrants irréguliers vers leurs pays d’origine (chaque Etat membre restant libre de déterminer quelle personne doit être renvoyée). Elle peut aider les États membres à financer les opérations de retour et à coopérer avec les pays tiers chargés des procédures de réadmission.

    L’Agence européenne assure également une veille permanente de la situation aux frontières extérieures de l’UE et de l’espace Schengen : elle analyse les tendances et collecte des données sur les personnes liées aux filières d’immigration clandestine ou aux activités criminelles transfrontalières (trafics, terrorisme, pêches illégales…). Elle transmet ces informations aux Etats membres et à l’office européen de police Europol.

    Une vocation familiale

    Piotr Wiciejowski a toujours voulu être soldat, il faut dire que c’est une tradition dans la famille. Sauf qu’il a choisi la protection des frontières comme terrain de chasse. Aujourd’hui il coordonne l’agence européenne Frontex à Medyka.

    Dans le même bureau travaillent un Polonais, un Autrichien, un Portugais, un Letton et un Moldave. Tous ont des expériences différentes mais un même objectif : agir rapidement et compter les uns sur les autres.

    « On contrôle les polices d’assurance, les documents de voiture, les passeports, les papiers de voyage, les visas et même les cartes de pêche. » Explique Piotr Wiciejowski.

    La détection des faux documents est une priorité dans la profession et un succès face aux criminels.

    « Notre groupe s’entraîne constamment. Nous avons des spécialistes de la contrefaçon de documents, de la détection des documents de voitures volées, nous partageons les expériences de nos collègues des services de police et des services des frontières d’autres pays de l’Union européenne. » ajoute le garde-frontière.

    En 2018, 1500 faux documents d’identité ont été saisis à la frontière orientale de l’Union européenne. La contrebande est un aussi un défi aux postes frontières. Drogues, alcool sans accise, cigarettes permettent aux organisations criminelles de gagner beaucoup d’argent.

    Un agent témoigne anonymement. « Il s’agit d’un secteur très lucratif pour les groupes criminels, c’est de l’argent facile à gagner, il n’est pas étonnant que des personnes peu scrupuleuses tentent leur chance. Mais nous sommes là pour l’éviter. »

    Les passeurs rivalisent d’imagination pour cacher leur marchandise. Mais les hommes de Frontex ne sont pas dupes et les chiens détecteurs de drogue par exemple, sont très utiles pour dénicher les cargaisons frauduleuses.

    « L’innovation et la créativité de ces groupes criminels n’ont pas de limite » explique le garde.

    Piotr Wiciejowski sait que toutes les voitures doivent être soigneusement contrôlées à la frontière de Medyka. C’est le dernier point de passage pour qu’un véhicule volé ne disparaît complètement des radars. La lutte contre les voleurs de voitures est possible grâce à la coopération internationale. En 2018, près de 1000 voitures volées ont été interceptées aux frontières de l’Union européenne. « Nous venons de saisir une voiture Jaguar en version limitée, d’une valeur marchande supérieure à 400.000 PLN. (Soit 92.313 euros) Lors des contrôles frontaliers en Pologne, il s’est avéré que les numéros d’identification et les papiers de la voiture étaient contrefaits », explique une responsable du bureau polonais.

    Lorsqu’un agent doit vérifier un document ou obtenir des informations rapidement, les employés de Frontex peuvent immédiatement contacter leurs collègues européens. Le temps et la rapidité de réaction sont au détriment des criminels." Si quelqu’un franchit la frontière de notre côté, il peut ensuite arriver facilement à Lisbonne, au Portugal. Nous sommes donc tenus de travailler d’une façon précise et la plus professionnelle possible. Nous sentons la pression sur nous, mais nous la gérons très bien. "

    Lorsqu’ils rentrent dans leur pays, les employés de Frontex ont acquis de nouvelles expériences tout en contribuant à protéger la frontière orientale de l’Union européenne. Une coopération qui joue aussi sur la dissuasion. Les hommes de Frontex veulent aussi donner l’impression aux trafiquants qu’ils ne peuvent leur échapper.

    https://www.rtbf.be/info/monde/detail_ces-heros-du-quotidien-les-hommes-et-les-femmes-de-frontex?id=10313604
    #Frontex #frontières #contrôles_frontaliers #témoignage #gardes-frontière #travail #asile #migrations #réfugiés

    • Frontex, rempart de l’Europe forteresse !

      À la lecture de l’article paru sur le site de la RTBF du 21 septembre dernier[1], initialement titré “Ces héros du quotidien : les hommes et les femmes de Frontex” et rebaptisé quelques heures plus tard “Une journée avec les hommes et les femmes de Frontex”, nous aurions pu croire qu’il s’agissait d’une campagne de recrutement pour cet organisme européen. “Travailler pour Frontex, c’est agir pour la collectivité” ; “travailler pour Frontex, c’est se réaliser” ; “travailler pour Frontex, c’est faire partie de la grande Europe” semble affirmer ce papier. Mais sous des faux-semblants d’objectivité, cet article nous apparaît clairement partial étant donné l’omission de nombreuses informations.

      Melting-pot nauséabond

      Non, Frontex n’a pas un rôle émancipateur mais est un outil de répression et de blocage des arrivant.e.s et migrant.e.s avant qu’ils.elles ne touchent le sol de l’Union européenne ou de l’Espace Schengen.

      Or, les raisons d’être de Frontex – en réalité, celles que l’autrice a choisi de présenter – s’égrènent tout au long de l’article sous un jour positif. Nous y apprenons que les employé.e.s se dévouent pour nous protéger de la drogue, de la criminalité, des trafics en tout genre… mais aussi de l’immigration “illégale”. Il s’agirait donc de nuisances multiples agrégeables en un tout homogène. Autrement dit, les Européen.ne.s, honnêtes citoyen.ne.s, seraient menacé.e.s et l’objet du malheur viendrait, forcément, de l’extérieur. Cette idée prend appui sur une sémantique très orientée : “sécurité”, “protection”, “affrontement”, “terrain de chasse” (l’Europe serait-elle un terrain de chasse ?!)...

      Paresse intellectuelle et alimentation des peurs constituent donc le ton de cet article. À l’heure où l’extrême droite, véritable menace, gangrène toute l’Europe, nous ne pouvons nous y résoudre. Dès lors, nous formulons une série d’interrogations.

      Quels sont les effets possibles de ce type d’article ? A titre d’illustration, de la perception de menaces à l’armement des agents[2], il n’y a qu’un pas… que la Commission européenne a déjà franchi… et que l’article de la RTBF ne mentionne pas.

      Faut-il, une fois de plus, assimiler l’immigration à une menace ? Faut-il associer l’immigration au trafic de drogue ? À la criminalité ? Faut-il rappeler que les migrant.e.s sont en danger et que les politiques migratoires européennes tuent ? L’Europe, érigée en terre isolée, a déjà laissé périr 30 000 personnes depuis l’année 2000, rien qu’en Méditerranée (selon The Migrants files). Pourtant elles tentaient seulement de fuir des guerres, des traitements iniques et des conditions de vie indignes. Leurs espoirs se heurtent aux murs d’une Europe érigée en forteresse. Cela, l’article ne le mentionne pas non plus. Ne nous y trompons pas : ce ne sont pas “seulement” des personnes qui nous sont étrangères qui décèdent. Nous affirmons que chaque corps qui se noie, chaque vie arrachée s’accompagne de l’amenuisement de notre conscience et de nos valeurs. Voilà bien une menace réelle.

      Angles-morts de l’article

      Le fait que Frontex soit très fort critiqué par des associations ne figure pas non plus dans l’article. Les actions de ces “héros” (comme le titrait au départ la journaliste rédactrice) sont dénoncées par de nombreuses associations (Agir pour la Paix, CNCD, Migreurop, à titre d’illustrations). Beaucoup de critiques venant du monde journalistique ont été faites concernant le manque de transparence de l’agence de contrôle des frontières. Le Guardian, notamment, avait déclaré que Frontex se rendait coupable de violations des droits fondamentaux. Par ailleurs, le journaliste allemand Arne Semsrott et l’espagnole Luisa Izuzquiza, une militante du droit à l’information avaient déposé plainte contre Frontex pour manque de transparence. Nous aurions aimé a minima une solidarité journalistique de la part de la RTBF[3]

      L’article omet également de mentionner ce que Frontex nous coûte. Cette agence, garante de l’Europe forteresse, a investi, depuis l’an 2000… 15 milliards d’euros pour barricader ses frontières qui n’ont pour effet que de garder les personnes migrantes prisonnières à l’intérieur de nos murs physiques et numériques (fichages et contrôles) en complément d’une politique de l’externalisation (Turquie, Maghreb, Libye, collaborant ainsi avec des régimes autoritaires sinon des dictatures) qui représentent un marché lucratif, impossible à mener sans des politiques sécuritaires (et corollaires, racistes).

      Frontex et ses dérives

      Ce sont bien les mesures de nos gouvernements démocratiques qui ont préféré investir des milliards d’euros dans des moyens issus de la haute technologie sécuritaire prônée par Frontex, distillant le principe de la libre circulation des capitaux, au détriment de la sécurité des personnes qui sont forcées de fuir la misère, les changements climatiques ou les dictatures.

      Ainsi, durant la récente période des “vacances”, des centaines de personnes sont mortes en mer, contraintes de fuir dans des embarcations de fortune, faute d’obtenir des moyens légaux de quitter des terres hostiles. Les avions et bateaux de Frontex ont empêché les missions de sauvetage des ONG en criminalisant leurs actions, en les poursuivant pour délit de solidarité ou en les accusant de trafic d’êtres humains. Notons que cette épée de Damoclès poursuit également les hébergeur.se.s aujourd’hui.

      Questionner la déontologie journalistique

      Cet article s’avère donc problématique, et ce, à bien des égards. En plus des questions soulevées précédemment, nous questionnons l’aspect déontologique. La mission du journalisme est d’informer et non de faire du publi-reportage. Faut-il le rappeler ?

      Certes, protéger un territoire des trafics en tout genre, comme la criminalité, est indispensable. Néanmoins, Frontex, comme nous l’avons démontré, c’est avant tout le rempart de l’Europe forteresse.

      Ce reportage unilatéral, partiel et partial est-il digne de l’ambition de la RTBF qui est d’offrir à ses auditeur.trice.s une information de qualité et de référence ? On attend mieux du service public.

      Aucun des médias principaux de la presse écrite de Belgique francophone n’a accepté positivement notre carte blanche selon nos conditions, à savoir qu’elle soit l’objet d’un article à part entière.

      Conclusion

      Le contrôle des murs aux frontières de l’Europe est le problème et non la solution. La hiérarchisation entre les personnes, la catégorisation entre celles et ceux qui ont le droit d’avoir des droits ou non sur le sol européen doit cesser. Les personnes qui risquent leur vie aux frontières doivent être sauvées et accueillies dignement. La solidarité est la seule solution pour faire face aux défis climatiques, démocratiques et économiques à venir.

      https://blogs.mediapart.fr/collectif-citoyen-belge/blog/270919/frontex-rempart-de-l-europe-forteresse
      #journalisme #presse #fact-checking
      ping @karine4

  • Gaz et flouze à tous les étages

    L’année dernière, dans le documentaire Main basse sur l’énergie , je racontais comment le service public de l’électricité avait été mis à mal depuis une dizaine d’années par les gouvernements et les directions successives. Le projet actuel de privatisation totale d’EDF, initié par le gouvernement et la direction d’EDF, « joliment » intitulé Hercule, est une étape supplémentaire de la casse du service public.

    Les salarié.e.s du gaz (et par conséquent les ex-usagers devenus désormais des client.e.s… vaches à lait !) vivent déjà depuis 2007 cette destruction du service public GDF (Gaz de France). Ils savent que leurs efforts servent avant tout à faire remonter des dividendes aux actionnaires d’Engie, le nouveau nom de la fusion GDF-Suez. Ils ont conscience du véritable hold-up de l’argent public. Ils voient la dégradation de leurs conditions de travail, ils s’inquiètent du manque d’investissements dans un secteur où la sécurité est pourtant primordiale, le gaz. Ils constatent avec colère la hausse du prix du gaz - + 80% depuis une douzaine d’années. Ils déplorent la fuite en avant de la direction d’Engie dans un business de l’immédiat et de coups financiers à court terme.

    https://www.youtube.com/watch?v=dascczKdwtc

    Le lien vers l’intégralité de la vidéo  : https://www.gazetflouzeatouslesetages.com

    Dans mon nouveau documentaire, Gaz et flouze à tous les étages , produit une fois de plus par la Fédération CGT de l’Energie, je raconte tout cela... et pire encore : https://www.gazetflouzeatouslesetages.com

    Ce film, comme ceux que j’ai réalisés ces dernières années avec plusieurs syndicats combattifs, Vérités et mensonges sur le SNCF / Transport de marchandises : changeons d’ère / Main basse sur l’énergie, constitue des outils et des armes pour vous opposer à la casse de nos services publics.

    Alors, citoyen.e.s, usagers, salarié.e.s, réalisez des projections publiques pour débattre et faire la nique aux faux débats de Macron !!!

    Il est encore temps de sauver nos services publics !

    Gilles Balbastre, réalisateur

    Gaz et Flouz€ à tous les étages Gilles Balbastre Ciné Débat ce vendredi 18 octobre 2019 à 18h30 à Tourcoing.
    https://lille.demosphere.net/rv/7132

    #gilles_balbastre #vol #gaz #fric #médias #lutte #services_publics #Gilles_Balbastre #émancipation #journalisme #documentaire #privatisation #énergie #électricité #france #ue #union_européenne #europe  #économie #politique #CGT

  • Jouir - Éditions Zones

    https://www.editions-zones.fr/livres/jouir

    Merci Mona d’avoir signalé cet opus sur FB, je relaie sur seenthis si tu ne l’as pas déjà fait.

    Libérée, la sexualité des femmes d’aujourd’hui ? On serait tenté de croire que oui. Pourtant, plus de 50 % d’entre elles se disent insatisfaites, que ce soit à cause d’un manque de désir ou de difficultés à atteindre l’orgasme. Si tant de femmes ordinaires sont concernées, peut-être qu’elles n’ont rien d’anormal et que ce n’est pas à la pharmacie qu’il faut aller chercher la solution. Le remède dont elles ont besoin est plus certainement culturel, et passe par une réorientation de notre approche androcentrée du sexe et du plaisir.
    Tour à tour reportage, essai et recueil de réflexions à la première personne, cet ouvrage enquête sur les dernières découvertes scientifiques ayant trait à l’orgasme féminin. On y apprend ainsi qu’une chercheuse en psychologie clinique a recours à la méditation de pleine conscience pour traiter les troubles à caractère sexuel. On y découvre aussi diverses façons dont les femmes choisissent de redéfinir leur sexualité. Cette aventure aux confins de la jouissance nous emmène jusqu’au festival Burning Man, où l’orgasme féminin est donné à voir sur scène, ou encore dans le cabinet feutré d’une thérapeute qui propose de soigner les traumatismes liés au viol à l’aide de massages sensuels.

    #jouir #orgasme #amour #sexualité

  • #Journal du #Regard : Septembre 2019
    http://liminaire.fr/journal/article/journal-du-regard-septembre-2019

    https://youtu.be/d0MWpL5X4AU

    Chaque mois, un film d’une demie heure environ, regroupant l’ensemble des images prises au fil des jours, le mois précédent, et le texte qui s’écrit en creux. « Une sorte de palimpseste, dans lequel doivent transparaître les traces - ténues mais non déchiffrables - de l’écriture “préalable” ». Jorge Borges, Fictions Un monde dans lequel les images sont devenues le #Langage. On vit dans ce monde. Dans l’incessante insatisfaction du trop et du trop peu. Annoncer son départ. Un trou dans sa vie. La forme (...) #Journal / Journal, #Art, #Écriture, #Paris, #Vidéo, #Voix, #Lecture, #Poésie, #Numérique, Langage, #Ville, #Gare, #Dérive, Regard, #Journal_du_regard, (...)

    #Paysage

  • The New York Times published a story alleging ‘swing voters’ are repelled by impeachment. Turns out, they really interviewed Trump voters – Alternet.org
    https://www.alternet.org/2019/09/the-new-york-times-published-a-story-alleging-moderate-swing-voters-are-re

    This week, Sabrina Tavernise and other New York Times reporters have been focusing on swing voters and the issues that could sway them either for or against President Donald Trump in the 2020 election — including an impeachment inquiry in response to the Ukraine scandal. Tavernise, on Twitter, posted, “I talked with six swing voters today. Impeachment repelled every one of them. This could cost Dems at polls.” But pollster Matt McDermott responded that the voters Tavernise was referring to weren’t really swing voters, but committed conservatives or strong Trump supporters.

    McDermott, responding to Tavernise’s tweet, posted, “No, the New York Times did not talk to six ‘swing voters’ about impeachment. The article quotes a handful of devout GOP voters who the NYT has repeatedly interviewed multiple times.”

    The New York Times article that McDermott was referring to rang with the headline, “Elated, Furious, Wary: Impeachment Divides Voters, Like Everything Trump.”

    McDermott, director of Whitman Insight Strategies, specifically discussed some of the voters the Times had interviewed and explained why he didn’t consider them swing voters but rather, staunch conservatives or Trump loyalists.

    For example, a Tennessee woman named Donna Burgraff was interviewed. McDermott notes that the Times presented Donna as an example of a swing voter who “doesn’t favor impeachment. The problem? NYT interviewed the same woman last year. She voted for Trump and the Republicans again in the midterm.”

    McDermott notes that another person presented by the Times as a swing voter, Trisha Hope, has repeatedly attended Trump rallies. Hope, McDermott tweets, “admits she’s been to 23 Trump campaign rallies. 23!…. She’s a Trump fanatic, not a swing voter.”

    Reggie Dickerson is also presented by the Times as a swing voter, but Dickerson, McDermott points out, “was highlighted in an AP story last year entitled ‘In the heart of Trump country, his base remains unshaken.’ Reggie has a portrait of Robert E. Lee hanging in his living room. No, Reggie is not a swing voter.”

    McDermott asserts, “The NYT is repeating its exact same 2016 reporting antics, presenting devout Trump supporters as some sort of forgotten swing constituency. Why does this keep happening, and why do they keep going back to the same individuals for interviews?”

    #Fake_news #Micro_trottoir #Journalisme #new_York_Times

  • Comment Joseph Stiglitz veut « sauver le capitalisme de lui-même »
    https://www.mediapart.fr/journal/economie/260919/comment-joseph-stiglitz-veut-sauver-le-capitalisme-de-lui-meme

    Dans son dernier ouvrage, le prix Nobel d’économie 2001 remet en cause le consensus néolibéral. Pour apaiser l’exaspération sociale, il dessine les grands traits d’un capitalisme réformé s’appuyant sur une interaction entre le pouvoir démocratique et les marchés.

    #ESSAIS #Joseph_Stiglitz,_Etats-Unis,_économie_étasunienne,_Capitalisme

  • La #Bretagne et l’#agro-industrie

    Depuis maintenant deux ans, Inès Léraud a emménagé dans le hameau de #Coat-Maël au coeur de la première région agroalimentaire de France, la Bretagne. Elle reprend son #journal_breton pour une deuxième saison qu’elle ouvre avec un bilan des changements qui ont eu lieu depuis son arrivée à #Maël-Pestivien.

    http://inesleraud.fr/2017/09/journal-breton-saison-2

    Commentaire de l’atelier paysan grâce à qui j’ai trouvé cette source :

    Pour celles et ceux qui étaient passé·e·s à coté, un petit bijou d’#éducation_populaire : le Journal breton d’#Inès_Léraud. Une série de #documentaires #audio au cœur #rural de la première région agroalimentaire de #France, dans laquelle petits #paysans et simples citoyens se démènent constamment face à l’#hégémonie et la #violence quotidienne de l’agro-industrie bretonne. Fort.

    https://www.latelierpaysan.org/Des-lectures-pour-septembre

    #agriculture
    ping @odilon

  • Culture numérique pour milliardaires dégénérés, par Evgeny Morozov (Les blogs du Diplo, 13 septembre 2019)
    https://blog.mondediplo.net/culture-numerique-pour-milliardaires-degeneres

    Pourtant les choses auraient pu se passer différemment. En 1991, John Brockman, l’agent littéraire le plus en vue dans le domaine du numérique, et dont j’étais le client jusqu’à peu, annonçait l’émergence d’une « tierce culture » qui substituerait enfin aux intellectuels littéraires technophobes des intellectuels issus du monde de la science et de la technologie. « L’émergence d’une “tierce-culture” introduit de nouveaux modes de discours intellectuel et réaffirme la prééminence des États-Unis dans le monde des idées », écrivait-il dans un essai controversé.

    Les « nouveaux modes de discours intellectuel » chers à M. Brockman résultaient en fait principalement d’une mutation commerciale, les entreprises technologiques passant de contrats militaires sans âme pendant la guerre froide au monde branché de l’informatique personnelle. L’entreprise Apple, portée par un Steve Jobs considéré comme un apôtre de la contre-culture, avait besoin de la mystique consumériste de la « tierce culture », contrairement à IBM et Hewlett-Packard, bloqués dans la mentalité des années 1950. De même, la « prééminence des États-Unis dans le monde des idées » n’était que le résultat de sa domination économique et militaire, qui empêchait d’autres pays de créer des alternatives dynamiques à Hollywood ou à la Silicon Valley.

    Si la « tierce-culture » est aussi avancée que la culture classique, comment se fait-il que la plupart de ses membres officiels, des scientifiques connus devenus des noms de marque grâce à l’empire Brockman, soient impliqués dans l’affaire Epstein ? Il n’est pas rare que les intellectuels servent d’idiots utiles aux puissants de ce monde, mais dans le cadre de la tierce-culture, c’est presque dans leur fiche de poste.
    "
    Lire aussi Ingrid Carlander, « Le Media Lab aux avant-postes du cybermonde », Le Monde diplomatique, août 1996. "

    Cette culture qui implique la prostitution de l’activité intellectuelle lors de « dîners de milliardaires » en vaut-elle la peine ? Peut-on faire confiance à ce que les intellectuels de la « tierce-culture » ont à dire, compte tenu de ce qu’ils ont à vendre ?

    Les réponses à ces questions vont de soi. Néanmoins, s’il est aisé de s’en prendre aux brebis galeuses comme Joi Ito ou Nicholas Negroponte, une transformation radicale passera par des mesures de plus grande envergure : fermer le Media Lab du MIT, mettre un terme aux conférences TED, refuser l’argent des milliardaires de la technologie et boycotter les agents comme John Brockman. Sans ces changements drastiques, le puissant complexe industrialo-de-mes-deux qu’est la « tierce-culture » restera intact et pourra servir de couverture au prochain Epstein.

    Evgeny Morozov

    #Culture_numérique #Silicon_Valley #MIT #TED #John_Brockman

  • Nouveau cap répressif franchi, cette fois sur la liberté d’informer : 5 mois de prison avec sursis pour une video de manif
    Article de Dijoncter et commentaires du conseil juridique de @lundimatin

    https://dijoncter.info/5-mois-de-prison-avec-sursis-pour-une-video-de-manif-1324

    Un gilet jaune dijonnais a été condamné à 5 mois de prison avec sursis pour avoir filmé et diffusé sur le web une vidéo des affrontements qui avaient eu lieux devant la caserne Deflandre pendant l’acte 8 des gilets jaunes, le samedi 5 janvier 2019.

    Commentaires de « Juriste lundimatin » sur twitter :
    https://twitter.com/Juristematin/status/1175874777745170434

    Voici encore une nouveauté dans la répression, qu’il va falloir prendre au sérieux (signalé par @DijonDTR, merci à elle/lui).
    Voici le texte sur la base duquel la personne a été condamnée.
    https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LEGITEXT000006070719&idArticle=LEGIART
    Est considéré comme complice de violences et encourt donc la même peine celui oo celle qui les filme.
    Encourt 5 ans celui où celle qui diffuse.
    Une immunité pénale est néanmoins prévue :
    – lorsque cela rentre dans l’exercice de la profession de journaliste
    – lorsqu’il s’agit de recueillir un élément de preuve en justice.
    Compte tenu de la difficulté pour certain.e.s journalistes de se voir reconnaître cette qualité, l’immunité journalistique ne paraît pas les mettre complètement à l’abri de poursuites.
    Quant aux simples manifestant.e.s ou passant.e.s qui filment : sur quelle base determine-t-on le motif pour lequel ça a été filmé, exactement ?
    Rappelons que cette infraction a été créée par la loi du 5 mars 2007 prévention de la délinquance (grande époque), en réaction au phénomène du « happy slapping », qui consiste dans le fait de filmer une agression ciblée par un groupe.
    Ce texte est donc évidemment dévoyé, et n’a absolument aucun sens appliqué aux cas de personnes filmant des évènements en manif’, si ce n’est vouloir dissuader les gens de filmer.
    Nous avons vu légion de scènes d’intimidation physique par des policiers pour faire cesser les actions de vidéo de manifestant.e.s. Voici désormais l’utilisation du droit pénal.

    #information #droit #image #video #justice #liberté_de_la_presse #journalisme #repression

  • « Dernière Sommation » (Grasset)
    http://www.davduf.net/derniere-sommation-grasset

    C’est l’histoire d’un journaliste pas comme les autres – tel que la littérature nous en offre à chaque époque, entre Rouletabille et Lisbeth Salander. Etienne Dardel, 50 ans, fou de littérature, de punk, et d’Internet, croit de moins en moins à son métier. C’est un idéaliste roué, un cœur pur et pugnace, défenseur de toutes les libertés. Franc tireur, il a rendu sa carte de presse et travaillé à l’étranger. Son pays la France semblait avoir renoncé à tout destin social et politique mais soudain, par un hiver (...) #Dernière_Sommation #maintien_de_l'ordre #police #justice #roman

  • [#photo] Coup de foudre rétinien pour le travail de Alvaro Laiz, photographe espagnol spécialisé dans l’anthropologie et le photojournalisme environnemental.
    Son site : http://www.alvarolaiz.com

    Trois séries parmi d’autres :
    Série The Hunter, sur la mort d’un chasseur : http://www.alvarolaiz.com/the-hunter


    Vidéo : https://vimeo.com/151300503

    Série Wonderland sur la vie au delta Amacuro au Vénézuela : http://www.alvarolaiz.com/wonderland


    Vidéo : https://vimeo.com/74714086

    Série Transmongolian au nom éponyme : http://www.alvarolaiz.com/transmongolian


    Vidéo : https://vimeo.com/49072623

    Fiche wikipedia https://en.wikipedia.org/wiki/Alvaro_Laiz [en]
    Compte instagram : https://www.instagram.com/alvarolaiz

    #Alavaro_Laiz #photo #photographe #photographie #arts_visuels #journalisme #anthropologie

  • J’apprends par ce tweet...


    https://twitter.com/LouisMRImbert/status/1173646846415257601

    ... qu’il y a des #actes du #colloque "#De_Frontex_à_Frontex" qui sont sortis...

    « L’agence Frontex au prisme du concept polysémique de frontière » , in Actes du colloque des 22-23 mars 2018 sur Frontex, Bruylant, à paraître en 2019.

    https://www.sciencespo.fr/ecole-de-droit/fr/profile/imbert-louis.html

    Pour rappel, à ce colloque, auquel j’ai participé dans le public... il y a eu des étudiant·es qui ont été blessés (notamment à la tête) par l’intervention musclée des #CRS sur le #campus de l’#Université_Grenoble_Alpes.

    C’était mars 2018 :
    https://seenthis.net/messages/678989

    voir aussi cet article de #Jon_Solomon #Sarah_Mekdjian :
    De #Frontex à Frontex. À propos de la “continuité” entre l’#université logistique et les processus de #militarisation
    https://seenthis.net/messages/697112

    ping @karine4 @cede @isskein

  • On Joi and MIT - Lessig - Medium
    https://medium.com/@lessig/on-joi-and-mit-3cb422fe5ae7

    Par Larry Lessig

    Un texte très intéressant. Au fond, c’est tout le système de financement des universités par les « donateurs » et ce que ceux-ci recherche dans leur « philanthropie » qui est en jeu. Il pousse forcément à ne pas se poser la question de l’origine de l’argent...

    A couple of weeks ago, I signed a petition (the site has since been taken down, but you can see it at archive.org) expressing my support for Joi Ito. Not unexpectedly, that signing produced anger and outrage among many, and among some of my friends. I had wanted, in the spirit of the Net, to respond and explain then. I was asked by Joi’s friends not to. Yesterday’s events terminate that injunction. What follows is an explanation and an account, with as little emotion as I can muster.

    I had known of Joi’s contact with Epstein since about the beginning. He had reached out to me to discuss it. We are friends (Joi and I), and he knew I would be upset by his working with a pedophile. He knew that because he knew that I had been extensively abused as a kid, and that I am ferocious in my anger at people and institutions that protect abusers. (Defenders of the Catholic Church just love me for this.) Indeed, as I have come to understand myself, I see this anger as the whole reason for the work I do. Institutional corruption is just a fancy way to frame the dynamic of the weak enabling evil to do wrong.

    Our conversations then were about his diligence to determine whether Epstein remained an abuser. I am constitutionally skeptical about claims that pedophiles reform. Pedophilia is alcoholism; it is never gone (without chemical castration), it is only suppressed. Or so I can’t help but believe — I am not a scientist, and I have studied the facts not so deeply. But it is how I feel the wrong that evil is. It is how Joi knew I felt it. And so we had what would not have been an easy conversation about whether this criminal continued his soul-sucking crimes.

    Joi believed that he did not. He believed Epstein was terrified after the prosecution in 2011. He believed he had come to recognize that he would lose everything. He believed that whatever else he was, he was brilliant enough to understand the devastation to him of losing everything. He believed that he was a criminal who had stopped his crime. And nothing in his experience with Epstein contradicted this belief.

    It was not my fight. I didn’t have the stomach or the ability then to do my own investigation. I wish now I had just screamed “don’t” to Joi. But I didn’t—and I wouldn’t have. Indeed, though I don’t remember this precisely, I probably told him that if he was convinced, then it was ok. Because the truth is that—as I thought about it then—if Joi believed as he did after real diligence, I didn’t believe he was wrong to take Epstein’s money anonymously.

    That belief — of mine—was a mistake, for reasons that I’ll return to below. But we should start with why that belief is even conceivable before I return to why it is wrong.

    #MIT #Joi_Ito #Epstein #Philanthropie

  • Un texte de l’écrivain #Jonathan_Franzen, qui fait beaucoup jaser... à croire que la collapsologie a mis plus de temps à rejoindre les grand médias aux États-Unis :

    What If We Stopped Pretending ?
    Jonathan Franzen, The New-Yorker, le 8 septembre 2019
    https://www.newyorker.com/culture/cultural-comment/what-if-we-stopped-pretending

    On l’ajoute à la troisième compilation :
    https://seenthis.net/messages/680147

    #effondrement #collapsologie #catastrophe #fin_du_monde #it_has_begun #Anthropocène #capitalocène #USA

    Mais aussi aux évaluations et critiques des #actions_individuelles compilées ici :
    https://seenthis.net/messages/794181

    Semi #paywall alors :

    “There is infinite hope,” Kafka tells us, “only not for us.” This is a fittingly mystical epigram from a writer whose characters strive for ostensibly reachable goals and, tragically or amusingly, never manage to get any closer to them. But it seems to me, in our rapidly darkening world, that the converse of Kafka’s quip is equally true: There is no hope, except for us.

    I’m talking, of course, about climate change. The struggle to rein in global carbon emissions and keep the planet from melting down has the feel of Kafka’s fiction. The goal has been clear for thirty years, and despite earnest efforts we’ve made essentially no progress toward reaching it. Today, the scientific evidence verges on irrefutable. If you’re younger than sixty, you have a good chance of witnessing the radical destabilization of life on earth—massive crop failures, apocalyptic fires, imploding economies, epic flooding, hundreds of millions of refugees fleeing regions made uninhabitable by extreme heat or permanent drought. If you’re under thirty, you’re all but guaranteed to witness it.

    If you care about the planet, and about the people and animals who live on it, there are two ways to think about this. You can keep on hoping that catastrophe is preventable, and feel ever more frustrated or enraged by the world’s inaction. Or you can accept that disaster is coming, and begin to rethink what it means to have hope.

    Even at this late date, expressions of unrealistic hope continue to abound. Hardly a day seems to pass without my reading that it’s time to “roll up our sleeves” and “save the planet”; that the problem of climate change can be “solved” if we summon the collective will. Although this message was probably still true in 1988, when the science became fully clear, we’ve emitted as much atmospheric carbon in the past thirty years as we did in the previous two centuries of industrialization. The facts have changed, but somehow the message stays the same.

    Psychologically, this denial makes sense. Despite the outrageous fact that I’ll soon be dead forever, I live in the present, not the future. Given a choice between an alarming abstraction (death) and the reassuring evidence of my senses (breakfast!), my mind prefers to focus on the latter. The planet, too, is still marvelously intact, still basically normal—seasons changing, another election year coming, new comedies on Netflix—and its impending collapse is even harder to wrap my mind around than death. Other kinds of apocalypse, whether religious or thermonuclear or asteroidal, at least have the binary neatness of dying: one moment the world is there, the next moment it’s gone forever. Climate apocalypse, by contrast, is messy. It will take the form of increasingly severe crises compounding chaotically until civilization begins to fray. Things will get very bad, but maybe not too soon, and maybe not for everyone. Maybe not for me.

    Some of the denial, however, is more willful. The evil of the Republican Party’s position on climate science is well known, but denial is entrenched in progressive politics, too, or at least in its rhetoric. The Green New Deal, the blueprint for some of the most substantial proposals put forth on the issue, is still framed as our last chance to avert catastrophe and save the planet, by way of gargantuan renewable-energy projects. Many of the groups that support those proposals deploy the language of “stopping” climate change, or imply that there’s still time to prevent it. Unlike the political right, the left prides itself on listening to climate scientists, who do indeed allow that catastrophe is theoretically avertable. But not everyone seems to be listening carefully. The stress falls on the word theoretically.

    Our atmosphere and oceans can absorb only so much heat before climate change, intensified by various feedback loops, spins completely out of control. The consensus among scientists and policy-makers is that we’ll pass this point of no return if the global mean temperature rises by more than two degrees Celsius (maybe a little more, but also maybe a little less). The I.P.C.C.—the Intergovernmental Panel on Climate Change—tells us that, to limit the rise to less than two degrees, we not only need to reverse the trend of the past three decades. We need to approach zero net emissions, globally, in the next three decades.

    This is, to say the least, a tall order. It also assumes that you trust the I.P.C.C.’s calculations. New research, described last month in Scientific American, demonstrates that climate scientists, far from exaggerating the threat of climate change, have underestimated its pace and severity. To project the rise in the global mean temperature, scientists rely on complicated atmospheric modelling. They take a host of variables and run them through supercomputers to generate, say, ten thousand different simulations for the coming century, in order to make a “best” prediction of the rise in temperature. When a scientist predicts a rise of two degrees Celsius, she’s merely naming a number about which she’s very confident: the rise will be at least two degrees. The rise might, in fact, be far higher.

    As a non-scientist, I do my own kind of modelling. I run various future scenarios through my brain, apply the constraints of human psychology and political reality, take note of the relentless rise in global energy consumption (thus far, the carbon savings provided by renewable energy have been more than offset by consumer demand), and count the scenarios in which collective action averts catastrophe. The scenarios, which I draw from the prescriptions of policy-makers and activists, share certain necessary conditions.

    The first condition is that every one of the world’s major polluting countries institute draconian conservation measures, shut down much of its energy and transportation infrastructure, and completely retool its economy. According to a recent paper in Nature, the carbon emissions from existing global infrastructure, if operated through its normal lifetime, will exceed our entire emissions “allowance”—the further gigatons of carbon that can be released without crossing the threshold of catastrophe. (This estimate does not include the thousands of new energy and transportation projects already planned or under construction.) To stay within that allowance, a top-down intervention needs to happen not only in every country but throughout every country. Making New York City a green utopia will not avail if Texans keep pumping oil and driving pickup trucks.

    The actions taken by these countries must also be the right ones. Vast sums of government money must be spent without wasting it and without lining the wrong pockets. Here it’s useful to recall the Kafkaesque joke of the European Union’s biofuel mandate, which served to accelerate the deforestation of Indonesia for palm-oil plantations, and the American subsidy of ethanol fuel, which turned out to benefit no one but corn farmers.

    Finally, overwhelming numbers of human beings, including millions of government-hating Americans, need to accept high taxes and severe curtailment of their familiar life styles without revolting. They must accept the reality of climate change and have faith in the extreme measures taken to combat it. They can’t dismiss news they dislike as fake. They have to set aside nationalism and class and racial resentments. They have to make sacrifices for distant threatened nations and distant future generations. They have to be permanently terrified by hotter summers and more frequent natural disasters, rather than just getting used to them. Every day, instead of thinking about breakfast, they have to think about death.

    Call me a pessimist or call me a humanist, but I don’t see human nature fundamentally changing anytime soon. I can run ten thousand scenarios through my model, and in not one of them do I see the two-degree target being met.

    To judge from recent opinion polls, which show that a majority of Americans (many of them Republican) are pessimistic about the planet’s future, and from the success of a book like David Wallace-Wells’s harrowing “The Uninhabitable Earth,” which was released this year, I’m not alone in having reached this conclusion. But there continues to be a reluctance to broadcast it. Some climate activists argue that if we publicly admit that the problem can’t be solved, it will discourage people from taking any ameliorative action at all. This seems to me not only a patronizing calculation but an ineffectual one, given how little progress we have to show for it to date. The activists who make it remind me of the religious leaders who fear that, without the promise of eternal salvation, people won’t bother to behave well. In my experience, nonbelievers are no less loving of their neighbors than believers. And so I wonder what might happen if, instead of denying reality, we told ourselves the truth.

    First of all, even if we can no longer hope to be saved from two degrees of warming, there’s still a strong practical and ethical case for reducing carbon emissions. In the long run, it probably makes no difference how badly we overshoot two degrees; once the point of no return is passed, the world will become self-transforming. In the shorter term, however, half measures are better than no measures. Halfway cutting our emissions would make the immediate effects of warming somewhat less severe, and it would somewhat postpone the point of no return. The most terrifying thing about climate change is the speed at which it’s advancing, the almost monthly shattering of temperature records. If collective action resulted in just one fewer devastating hurricane, just a few extra years of relative stability, it would be a goal worth pursuing.

    In fact, it would be worth pursuing even if it had no effect at all. To fail to conserve a finite resource when conservation measures are available, to needlessly add carbon to the atmosphere when we know very well what carbon is doing to it, is simply wrong. Although the actions of one individual have zero effect on the climate, this doesn’t mean that they’re meaningless. Each of us has an ethical choice to make. During the Protestant Reformation, when “end times” was merely an idea, not the horribly concrete thing it is today, a key doctrinal question was whether you should perform good works because it will get you into Heaven, or whether you should perform them simply because they’re good—because, while Heaven is a question mark, you know that this world would be better if everyone performed them. I can respect the planet, and care about the people with whom I share it, without believing that it will save me.

    More than that, a false hope of salvation can be actively harmful. If you persist in believing that catastrophe can be averted, you commit yourself to tackling a problem so immense that it needs to be everyone’s overriding priority forever. One result, weirdly, is a kind of complacency: by voting for green candidates, riding a bicycle to work, avoiding air travel, you might feel that you’ve done everything you can for the only thing worth doing. Whereas, if you accept the reality that the planet will soon overheat to the point of threatening civilization, there’s a whole lot more you should be doing.

    Our resources aren’t infinite. Even if we invest much of them in a longest-shot gamble, reducing carbon emissions in the hope that it will save us, it’s unwise to invest all of them. Every billion dollars spent on high-speed trains, which may or may not be suitable for North America, is a billion not banked for disaster preparedness, reparations to inundated countries, or future humanitarian relief. Every renewable-energy mega-project that destroys a living ecosystem—the “green” energy development now occurring in Kenya’s national parks, the giant hydroelectric projects in Brazil, the construction of solar farms in open spaces, rather than in settled areas—erodes the resilience of a natural world already fighting for its life. Soil and water depletion, overuse of pesticides, the devastation of world fisheries—collective will is needed for these problems, too, and, unlike the problem of carbon, they’re within our power to solve. As a bonus, many low-tech conservation actions (restoring forests, preserving grasslands, eating less meat) can reduce our carbon footprint as effectively as massive industrial changes.

    All-out war on climate change made sense only as long as it was winnable. Once you accept that we’ve lost it, other kinds of action take on greater meaning. Preparing for fires and floods and refugees is a directly pertinent example. But the impending catastrophe heightens the urgency of almost any world-improving action. In times of increasing chaos, people seek protection in tribalism and armed force, rather than in the rule of law, and our best defense against this kind of dystopia is to maintain functioning democracies, functioning legal systems, functioning communities. In this respect, any movement toward a more just and civil society can now be considered a meaningful climate action. Securing fair elections is a climate action. Combatting extreme wealth inequality is a climate action. Shutting down the hate machines on social media is a climate action. Instituting humane immigration policy, advocating for racial and gender equality, promoting respect for laws and their enforcement, supporting a free and independent press, ridding the country of assault weapons—these are all meaningful climate actions. To survive rising temperatures, every system, whether of the natural world or of the human world, will need to be as strong and healthy as we can make it.

    And then there’s the matter of hope. If your hope for the future depends on a wildly optimistic scenario, what will you do ten years from now, when the scenario becomes unworkable even in theory? Give up on the planet entirely? To borrow from the advice of financial planners, I might suggest a more balanced portfolio of hopes, some of them longer-term, most of them shorter. It’s fine to struggle against the constraints of human nature, hoping to mitigate the worst of what’s to come, but it’s just as important to fight smaller, more local battles that you have some realistic hope of winning. Keep doing the right thing for the planet, yes, but also keep trying to save what you love specifically—a community, an institution, a wild place, a species that’s in trouble—and take heart in your small successes. Any good thing you do now is arguably a hedge against the hotter future, but the really meaningful thing is that it’s good today. As long as you have something to love, you have something to hope for.

    In Santa Cruz, where I live, there’s an organization called the Homeless Garden Project. On a small working farm at the west end of town, it offers employment, training, support, and a sense of community to members of the city’s homeless population. It can’t “solve” the problem of homelessness, but it’s been changing lives, one at a time, for nearly thirty years. Supporting itself in part by selling organic produce, it contributes more broadly to a revolution in how we think about people in need, the land we depend on, and the natural world around us. In the summer, as a member of its C.S.A. program, I enjoy its kale and strawberries, and in the fall, because the soil is alive and uncontaminated, small migratory birds find sustenance in its furrows.

    There may come a time, sooner than any of us likes to think, when the systems of industrial agriculture and global trade break down and homeless people outnumber people with homes. At that point, traditional local farming and strong communities will no longer just be liberal buzzwords. Kindness to neighbors and respect for the land—nurturing healthy soil, wisely managing water, caring for pollinators—will be essential in a crisis and in whatever society survives it. A project like the Homeless Garden offers me the hope that the future, while undoubtedly worse than the present, might also, in some ways, be better. Most of all, though, it gives me hope for today.

  • Journée sans voiture #2019
    http://carfree.fr/index.php/2019/09/16/journee-sans-voiture-2019

    Une journée sans voiture vise à expérimenter dans le #monde ce que peut être la #Vie_sans_voiture. Cette journée est pour les piétons, les cyclistes et les transports en Lire la suite...

    #Alternatives_à_la_voiture #Fin_de_l'automobile #Marche_à_pied #Quartiers_sans_voitures #Transports_publics #Vélo #Ville_sans_voitures #2000 #Belgique #carfree #france #journée_sans_voitures #Québec #Suisse