• En soutien à Gaspard #Glanz, journaliste
    https://lemediapresse.fr/social/en-soutien-a-gaspard-glanz-journaliste

    Plus d’une vingtaine de Sociétés des Journalistes et Rédacteurs de différents médias, dont la SDJ du Média, cosignent ce texte en soutien au journaliste Gaspard Glanz, interpellé par la #Police ce 20 avril, gardé à vue durant 48 heures et interdit de paraître à Paris les samedis, jours de mobilisation des #Gilets_Jaunes, ainsi que le premier mai.

    #Social #Journalisme #Justice



  • Anas, le héros masqué du journalisme africain
    https://www.lemonde.fr/m-le-mag/article/2019/04/19/anas-le-heros-masque-du-journalisme-africain_5452593_4500055.html

    Sa popularité dépasse le Ghana, pourtant personne ne connaît le visage du journaliste Anas Aremeyaw Anas. Cet anonymat lui permet de protéger sa vie et d’enquêter en caméra cachée sur les affaires de corruption.

    Le chauffeur connaît manifestement le chemin. Sur les avenues fluides, les immeubles de bureaux défilent, comme les enfants des rues qui, aux carrefours, mendient une pièce ou un morceau de pain. Accra, capitale du Ghana, fait sa pause dominicale. Même le marché central, le plus grand d’Afrique de l’Ouest, qui perturbe le centre-ville les jours de semaine, en provoquant des embouteillages monstres, est presque calme avec ses femmes en tenue de fête négociant le kilo de légumes.
    La ville retient son souffle, chargée des derniers échos des cantiques évangéliques, véritable tempo du dimanche matin. Sur les murs, quelques graffs accrochent le regard au passage, comme ce visage en noir et blanc, masqué par un drôle de rideau de perle.
    On le retrouve, en faisant route vers l’aéroport, sur une immense fresque signée Nicholas Tettey Wayo, un des street-artistes les plus en vogue du pays, accompagnée de cette devise en gros caractères : « Anas te surveille. Agis bien. »

    Un superhéros

    Anas ? C’est Anas Aremeyaw Anas, une vedette sans visage, mais à double face. Côté pile, c’est le journaliste le plus connu du continent africain ; côté face, un véritable James Bond, qui met sa vie en jeu pour tourner les images de ses documentaires chocs : des films pour la BBC, CNN ou la chaîne qatarie Al-Jazira.
    Peu connu en France, il apparaît comme un superhéros en Afrique et dans le monde anglo-saxon. Un journaliste espion, bardé d’une cinquantaine de prix, qui travaille caméra cachée sous la chemise, déguisé pour infiltrer les milieux les plus opaques.

    Son dernier reportage, Number 12, est sorti mi-2018. Il raconte la face obscure du football africain, où « le 12e joueur, c’est la corruption ». Le documentaire, fruit de deux ans d’enquête, dénonce cette gangrène.
    Trois jours après sa diffusion par la BBC, le 9 juin 2018, lors d’une séance publique dans la ville d’Accra, le patron ghanéen de ce sport hyperpopulaire a été forcé de démissionner. Puis, pendant plusieurs semaines, toute la planète du ballon rond africain a vécu à l’heure des évictions prononcées par la Fédération internationale (FIFA). Jusqu’à celle d’un arbitre kényan pourtant prêt à officier durant la Coupe du monde en Russie, à l’été 2018. Anas et son équipe ont piégé 97 des 100 leaders du championnat ghanéen ou des grands championnats du continent, leur proposant de l’argent pour influer sur la sélection d’arbitres ou pour truquer des matchs.

    L’anonymat, une assurance-vie

    Aucun milieu ne fait peur à Anas Aremeyaw Anas. En 2015, il a fait tomber sept des douze juges des plus hautes juridictions de son pays. Au total, une trentaine de magistrats et 170 huissiers de justice s’étaient laissés acheter par des journalistes infiltrés, acceptant des liasses de billets en échange d’une décision de justice, comme l’a montré Ghana in the Eyes of God (« le Ghana vu par Dieu »).
    Ce film a été construit à partir de 500 heures de tournage ; il a été vu par 6 500 personnes en quatre projections seulement, au Centre international de conférences d’Accra. Car dans ce petit Etat anglophone d’Afrique de l’Ouest, entre Burkina Faso et Côte d’Ivoire, les sorties des enquêtes du journaliste sont de véritables événements nationaux, aussi courus que le concert d’une rock star.

    « Si je décide d’arrêter, quelqu’un d’autre peut devenir le nouvel Anas. » Anas

    Anas Aremeyaw Anas est une célébrité sans visage car l’anonymat est son assurance-vie. Si de très rares personnes ont déjà vu ses traits, la plupart ne connaissent de lui que le rideau de perles qui tombe de son bob noir, assorti, dans une coquetterie inattendue, à la couleur de sa tunique. Il a choisi de longue date ce masque « produit de l’artisanat local », d’abord parce qu’il « est représentatif du continent africain », mais aussi parce que d’autres que lui peuvent le porter facilement.
    « Si je décide d’arrêter, quelqu’un d’autre peut devenir le nouvel Anas », répète-t-il volontiers. Aujourd’hui, ils sont parfois trois à l’arborer en même temps dans les grands rendez-vous internationaux où Anas est invité. Si, officiellement, il s’agit de tromper ceux qui voudraient l’agresser ou le tuer, c’est aussi par souci de mise en scène. Anas est conscient de la force symbolique du personnage qu’il s’est créé et en joue désormais, écrivant chaque jour un chapitre supplémentaire de cette histoire.

    Pour nous recevoir, le rendez-vous a été donné sans adresse. A l’heure dite, ce 17 février, le pick-up annoncé s’est arrêté devant un hôtel international d’Accra. Prénoms échangés en guise de code et le voilà reparti, stoppant une demi-heure plus tard devant un immeuble à l’air inhabité, dans une banlieue sans charme. Entre une épicerie fermée et une de ces mini-pharmacies où, hormis la gamme d’antipaludéens, les étagères font plus de place aux sodas qu’aux médicaments, un responsable de la sécurité entrebâille un portillon et joue les guides vers le troisième étage, où attend une clé, sésame pour accéder au toit-terrasse, puis à un studio aveugle, camouflé derrière de lourds volets de bois. L’air de la pièce poussiéreuse est encore irrespirable quand le garde du corps y installe trois chaises. Sorti de nulle part, Anas se glisse en silence sur l’une d’elles.

    « Dénoncer, faire honte, emprisonner »

    Après des salutations rapides, ses premiers mots sont pour demander la climatisation. On imagine la chaleur sous son bob enfoncé, derrière ses perles dont le jaune doré répond à sa tunique aux plis parfaits, sur laquelle il porte un petit gilet écossais où le jaune se marie à l’ocre roux. L’homme est théâtral sur sa chaise. Une voix douce très assurée qui s’emballe de temps à autre quand on pointe des contradictions. Des mains qui parlent seules, gesticulant sans cesse. On les fixe d’instinct, gêné face à cet interlocuteur sans visage. Ces mains aux longs doigts fins, graciles, ne trahissent rien de son âge, une quarantaine d’années.

    Anas n’a jamais cessé d’infiltrer des milieux fermés « au nom de l’intérêt général et des droits de l’homme ».

    Né dans le nord du pays, élevé par un père militaire et une mère infirmière, Anas a grandi dans une caserne d’Accra, ville où il étudie le droit à l’université et le journalisme au Ghana Institute of Journalism. Lors de son stage de fin de cursus au tabloïd Crusading Guide, il passe son temps avec les petits vendeurs de rue, ceux qui alpaguent les automobilistes pour quelques cacahuètes ou une bouteille d’eau, et prouve, images à l’appui, que les policiers prélèvent leur obole pour fermer les yeux sur ce commerce illicite.
    Depuis cette première, en 1998, Anas n’a jamais cessé d’infiltrer des milieux fermés « au nom de l’intérêt général et des droits de l’homme », explique celui qui change d’apparence et de personnage pour prélever les preuves de ce qu’il dénonce.

    Pour lutter contre la prostitution enfantine, il devient concierge et homme de ménage dans une maison close en 2007 ; pour démanteler un réseau de proxénètes chinois, il joue les garçons d’étage dans un hôtel chic. Pour raconter le scandale des hôpitaux psychiatriques, il se fait interner, en 2009, sous le nom de Musa Akolgo, une caméra cachée dans sa chemise, essayant de conserver toute sa lucidité en dépit des drogues avalées. En Tanzanie, il dénonce les assassinats d’albinos, dont on broie les os pour en faire des potions, et livre les criminels aux policiers.

    Si Anas Aremeyaw Anas est le cerveau de ces enquêtes, il ne travaille plus seul. Il est le patron emblématique d’une équipe de journalistes d’investigation qui dénoncent la corruption et défendent les droits de l’homme au Ghana et ailleurs sur le continent. Il est copropriétaire du journal de ses débuts, devenu le New Crusading Guide, et a ouvert son agence vidéo. A l’écrit comme à l’écran, sa méthode tient dans le triptyque : Naming, Shaming, Jailing (« dénoncer, faire honte, emprisonner »).

    « Nous voyons cet esprit dans des journalistes courageux comme Anas Aremeyaw Anas, qui risque sa vie pour la vérité. » Barack Obama, lors d’un voyage au Ghana

    Parce qu’il n’hésite pas à s’attaquer aux puissants, Anas est devenu celui qui protège le peuple contre des pouvoirs corrompus. Une sorte de Robin des bois moderne, qui dit choisir ses enquêtes « en fonction de l’intérêt général », ce qui explique son immense popularité.
    Au Ghana, se présenter comme journaliste, c’est immédiatement s’entendre répondre « comme Anas ! », que ce soit dans les taxis ou à la réception de l’Hôtel Golden Tulip, où Linda, la vingtaine, étudiante en tourisme, a cette réaction spontanée, avant d’expliquer avoir vu « le film sur le football et celui sur les juges ».

    #jesuisanas

    La population connaît d’autant mieux Anas qu’il offre des projections gratuites en plein air de tous ses documentaires, estimant que « les gens doivent savoir », que « les informations doivent circuler en Afrique » pour faire naître une société civile plus exigeante et afin que la presse passe enfin du rôle de faire-valoir à celui de quatrième pouvoir. Anas a aussi choisi ce mode de diffusion en parallèle à la BBC, CNN ou Al-Jazira pour protéger les télévisions de son pays qui pourraient être poursuivies si elles diffusaient ses documentaires.
    Le journaliste estime sa popularité « symptomatique d’une société où les gens sont désenchantés ». « Tout à coup, quelqu’un leur redonne espoir en poussant la démocratie plus loin, réveillant leurs aspirations. C’est un phénomène naturel, qui est la conséquence de notre travail – si vous faisiez la même chose, vous seriez aussi populaire », minimise celui qui reste modeste en dépit des fresques sur les murs, des tee-shirts à son effigie, de sa présence dans le dessin animé Tales of Nazir (« les contes de Nazir »), un symbole de la production ghanéenne dont les saisons successives sont diffusées depuis 2014.

    Cette popularité dépasse même largement les frontières nationales, comme le prouvent ses invitations multiples dans les grands festivals, mais aussi ses 276 000 abonnés sur Facebook et ses 212 000 followers sur Twitter, où le mouvement #jesuisanas se répand.
    En plus des trois conférences TED qu’il a faites (à visage caché, bien sûr), Anas s’est vu consacrer un film de 78 minutes, Chameleon (« caméléon »), réalisé par le Québécois Ryan Mullins, et a été cité dans le grand discours de Barack Obama au Ghana, en 2009. Le président américain avait alors rappelé qu’une « presse indépendante » est l’une des choses qui « donne vie à la démocratie » et ajouté : « Nous voyons cet esprit dans des journalistes courageux comme Anas Aremeyaw Anas, qui risque sa vie pour la vérité. »

    Campagne de dénigrement

    Malgré cette célébrité sans frontière, le journaliste est aussi une cible. Un de ses plus proches collaborateurs, Ahmed Hussein-Suale, qui avait travaillé avec lui sur le football et sur les juges, a été abattu le 16 janvier aux abords de son domicile d’Accra par deux hommes à moto. Depuis cet assassinat, Anas a dispersé son équipe et chacun travaille dans son coin.
    Deux jours avant la sortie du film Number 12, Anas a été publiquement accusé de ne pas payer ses impôts par un député du parti au pouvoir, Kennedy Agyapong. L’élu estimait qu’il faisait du mal au peuple ghanéen, ce à quoi Anas a répondu : « Fake news », ajoutant, serein : « Plus vous vous attaquez aux gros poissons, plus vous êtes attaqué. » C’est le même homme politique qui avait appelé à la télévision à « frapper » Ahmed Hussein-Suale, diffusant sa photo (alors que lui aussi jouait l’anonymat) et proposant de « payer » pour corriger cet enquêteur dont il dénonçait les méthodes.

    Cet assassinat a créé l’émoi dans le pays et au-delà. « Lorsque des dirigeants politiques qualifient les journalistes de “diaboliques” ou de “dangereux”, ils incitent à l’hostilité à leur égard et dénigrent leur travail aux yeux du public. De telles déclarations ont un impact direct sur la sécurité des journalistes et créent un environnement de travail dangereux pour eux », a déclaré David Kaye, le rapporteur spécial de l’ONU sur la liberté d’opinion et d’expression.
    « On travaille depuis vingt ans et personne n’avait encore été tué jusque-là, parce que personne n’avait été “outé”, observe simplement aujourd’hui Anas. Si le visage d’Ahmed Hussein-Suale n’avait pas été montré, il ne serait peut-être pas mort. Il y a les gens qui parlent et ceux qui agissent et tuent. Mais quand vous êtes à cette position, vous créez une opportunité en montrant cette photo. »

    « Etre infiltré permet d’apporter des preuves tangibles, que les puissants ne peuvent pas contester devant les tribunaux. Mon objectif est l’efficacité. » Anas

    Interrogé sur ce sujet le 15 février, pour l’émission « Internationales » de TV5Monde, le chef de l’Etat, Nana Akufo-Addo, qui avait officiellement dénoncé le crime sur Twitter, avouait en marge de l’entretien qu’il aimerait « connaître les raisons de cet assassinat », laissant entendre que la victime n’était peut-être pas tout à fait irréprochable. La rumeur court en effet qu’Ahmed Hussein-Suale aurait lui-même touché de l’argent – rumeur que l’entourage d’Anas balaie d’un revers de main, expliquant que la campagne de dénigrement fait partie de la riposte de ceux qui protègent leurs intérêts en refusant de voir le pays changer.

    « A la limite de l’éthique »

    L’ONU comme le Comité pour la protection des journalistes ont demandé qu’une enquête soit sérieusement menée sur cette mort. Le député a reconnu, le 16 mars, dans la presse ghanéenne, avoir été mandaté par le parti au pouvoir pour mener une croisade anti-Anas et jeudi 11 avril, un suspect a été arrêté.
    Reste que la méthode d’Anas interroge et interrogeait bien avant le meurtre d’Ahmed Hussein-Suale. Un journaliste peut-il verser de l’argent pour piéger son interlocuteur ? Peut-il travailler sans révéler son identité professionnelle ? « Mon journalisme est adapté à la société dans laquelle je vis, explique l’intéressé. Au Ghana, et plus largement en Afrique, on ne peut pas se contenter de raconter une histoire pour faire bouger les choses. Etre infiltré permet d’apporter des preuves tangibles, que les puissants ne peuvent pas contester devant les tribunaux. Mon objectif est l’efficacité », poursuit celui qui collabore avec la police. Dépasse-t-il les limites de la déontologie journalistique ? « Je vends bon nombre de sujets à Al-Jazira, CNN et surtout à la BBC. Or, les standards de la BBC sont les meilleurs au monde », rétorque-t-il.

    Pour avoir passé un an auprès de lui et l’avoir vu fonctionner, Ryan Mullins, le réalisateur de Chameleon, journaliste lui-même, reconnaissait, dans un entretien au site Voir, à la sortie du film, en 2015, que les méthodes d’Anas sont « à la limite de l’éthique pour un journaliste occidental » mais qu’elles « sont issues du contexte de travail ghanéen, où les institutions et le système juridique fonctionnent souvent au ralenti et sont aussi très corrompus ».
    Plus important, il ajoute croire que « les motivations d’Anas sont sincères ». « Il veut vraiment que la justice dans son pays soit meilleure et plus développée. Après plus d’une dizaine de séjours en compagnie d’Anas et de son équipe, j’ai pu constater son intégrité. Il a une véritable foi en sa mission », conclut le réalisateur.

    Entreprise privée d’investigation

    Une intégrité qui n’empêche pas le sens des affaires, même si cela contribue à brouiller encore un peu son image… En effet, le savoir-faire développé par les enquêteurs qui entourent Anas Aremeyaw Anas, à mi-chemin entre le journalisme d’infiltration à la Günter Wallraff, le travail de détective et celui d’espion, a fait affluer les commandes. Et le journaliste a monté une entreprise privée d’investigation, Tiger Eye, qui se consacre aussi à des enquêtes ne relevant pas du journalisme. Interpol, la troisième société minière au monde (AngloGold Ashanti), l’une des plus grosses entreprises britanniques de sécurité (Securicor) sont ses clients, au même titre que le gouvernement ghanéen.
    L’entreprise propose tout type d’enquête, de la filature à l’infiltration, la surveillance fine, l’analyse de données. Pour cela, Tiger Eye met à disposition « des agents de haut niveau » qui peuvent avoir été « formés par les services de renseignement israéliens, maîtrisent les sciences de la sécurité et de la surveillance », rappelle le site commercial, qui propose des tarifs variant entre 300 et 500 dollars (jusqu’à 450 euros) la journée – le revenu national moyen au Ghana est d’à peine 2 000 euros annuels.
    Là encore, la pratique pose des questions déontologiques et fait surgir le risque de conflits d’intérêts, qu’Anas met de côté, pragmatique. « La BBC fonctionne avec de l’argent public ! Ici, ce n’est pas possible. Je suis réaliste. Je collabore avec de nombreuses institutions et je le mentionne dans les enquêtes. Et la postérité ne nous pardonnerait pas si nous décidions de simplement se croiser les bras et de laisser place à la criminalité », ajoute celui qui rêve que le journalisme réveille la société africaine.

    « D’autres très bons journalistes d’investigation font leur métier au Ghana et dans la région avec une tout autre approche. » Will Fitzgibbon, ICIJ
    « Nous avons reçu une aide pour reproduire ce nouveau type de journalisme à travers le continent africain. Nous travaillons actuellement sur un projet baptisé “Investigations nigérianes”, qui suscite beaucoup d’intérêt et d’enthousiasme chez les journalistes nigérians. Je suis censé aller au Malawi, en Tanzanie, en Afrique du Sud pour bâtir une nouvelle génération d’“Anas”, capables de repousser les limites de notre démocratie. On n’est plus dans l’histoire d’un individu mais dans un mouvement », insiste-t-il.

    Optimiste

    Un mouvement qui n’est pas le seul sur le continent. Will Fitzgibbon, du Consortium international de journalistes d’investigation (ICIJ), qui reste réservé sur les méthodes d’Anas Aremeyaw Anas, rappelle que « d’autres très bons journalistes d’investigation font leur métier au Ghana et dans la région avec une tout autre approche ». M. Fitzgibbon a notamment travaillé avec la Cellule Norbert Zongo (du nom d’un reporter burkinabé assassiné en 1998) pour le journalisme d’investigation en Afrique de l’Ouest (Cenozo) sur les « West AfricaLeaks », qui ont permis de dénoncer quelques scandales financiers.

    Anas ne prétend d’ailleurs pas que sa démarche est la seule valable et se veut plutôt optimiste : « Je vois la société ghanéenne bouger, avancer. Une société civile est en train de naître dans ce pays et le journalisme d’investigation y est pour quelque chose, observe-t-il. Le monde a toujours été en lutte, nous ne sommes pas arrivés ici sans nous battre. Nos ancêtres, que ce soit en Amérique ou ailleurs, ont lutté pour que nous arrivions où nous en sommes aujourd’hui. Dans dix ans, la société sera plus ouverte, il y aura beaucoup moins de corruption. On ne volera plus impunément. Des gens ne demanderont plus qu’on frappe des journalistes parce qu’ils ont de l’argent. On aura davantage conscience que l’argent n’achète pas tout. »
    En attendant, le Ghana occupait, en 2018, la 78e place sur les 180 pays qu’observe l’association de lutte contre la corruption Transparency International. Et l’Afrique est le continent le plus mal classé.


  • Une journaliste lesbienne tuée dans un attentat en #Irlande.

    Gay Journalist Lyra McKee Shot Dead In Suspected Terrorist Attack Northern Ireland | GCN | Gay Ireland News & Entertainment
    https://gcn.ie/gay-journalist-lyra-mckee-shot

    Faber McKee, was shot while reporting on riots that broke out in the Creggan area of Derry last night.
    At 11 o’clock last night a gunman appeared and fired a number of shots towards police.
    Tragically she died from her injuries. At this stage we believe her murder was carried out by a violent dissident republican.

    She had recently signed a two-book deal with publisher Faber & Faber, who are due to publish her book The Lost Boys next year. The publishing house has called her “a rising star of investigative journalism.”

    McKee, an out gay woman, had been vocal in her support for the LGBT+ community. In a 2017 interview with The Irish Times, she said “I thought at 14 you could not be out and proud; that it was a secret that had to be kept at all costs. I believed that it was better to be dead than out and gay.

    “I believed that because of all the Biblical scripts. I used to sit in my house at night and bargain with God not to send me to hell. I don’t think any child should have to go through that.”

    #terrorisme #journalisme #LGBT

    Edit : j’ai réfléchi à comment reformuler ma première phrase de présentation et « accidentellement » ne convenait pas (le mec a fait exprès), « par hasard » non plus, « tragique méprise » avec qui ? En fait, chaque fois qu’une attaque terroriste (des militant·es qui tuent au hasard pour inspirer la terreur et faire avancer leur cause) tue, ça tombe sur des gens très bien. Il se trouve que parmi les #victimes il y avait cette militante lesbienne et journaliste talentueuse.

    cc @sandburg et @simplicissimus

    • Y’a comme un lien cause, conséquence dans ta phrase. C’est pas plutôt une balle perdue qui l’a tuée, que dit l’enquête ?
      Tu postes de + en + façon twitter où faut cliquer pour lire la suite, j’avoue ne jamais cliquer quand je ne fais que de la lecture de seenthis.

      Faber McKee, was shot while reporting on riots that broke out in the Creggan area of Derry last night.
      At 11 o’clock last night a gunman appeared and fired a number of shots towards police.
      Tragically she died from her injuries. At this stage we believe her murder was carried out by a violent dissident republican.

    • Oui, c’est ça, dès que je suis sur un ordi je reposte en utilisant le bouton qui fait de si beaux formatages ;-). La journaliste a été tuée par hasard mais l’info vient d’un média LGBT qui met en avant son travail journalistique et son engagement politique.


  • Et si on revenait à la bougie ?
    http://www.piecesetmaindoeuvre.com/spip.php?page=resume&id_article=1127

    Cela fait 150 ans que ça dure. Depuis l’invention de la « Houille blanche » en 1869 à Grenoble, des générations d’opposants au despotisme de l’électro-industrie ont essuyé l’invective : « - Vous les opposants (passéistes/obscurantistes/conservateurs/écologistes), vous voulez revenir à la bougie ! » Le mouvement anti-Linky, les pêcheurs du Tréport opposés aux éoliennes en mer et les habitants de Bure contre l’enfouissement de déchets nucléaires sous leurs pieds, font partie parmi tant d’autres de cette dernière vague d’humains à se faire ainsi apostropher par les Seigneurs du Progrès. À force, on finit par se demander si l’électrification de nos vies, de nos villes et campagnes, à l’échelle nationale et globale, fut un tel bienfait, et pour qui. C’est ce que nous avons tâché de savoir, à partir de l’exemple (...)

    #Nécrotechnologies
    http://www.piecesetmaindoeuvre.com/IMG/pdf/geg.pdf


  • Doctolib bouscule les professionnels de la #santé | Alternatives Economiques
    https://www.alternatives-economiques.fr//doctolib-bouscule-professionnels-de-sante/00089033

    Le modèle de Doctolib a pourtant déjà convaincu 75 000 médecins. « Sur les 500 000 professionnels de santé, déjà 15 % ont souscrit à nos services, et en moyenne 3 000 nouveaux médecins s’y ajoutent chaque mois », précise Julien Meraud, directeur produit et marketing de l’entreprise. La start-up propose à ces derniers une plate-forme de prise de rendez-vous en ligne, où les patients ont directement accès aux agendas des professionnels de santé et réservent eux-mêmes les créneaux disponibles. Doctolib se charge même de relancer les patients par SMS ou mail, avec la promesse de réduire les rendez-vous non honorés et les frais de secrétariat. Le tout pour 129 euros par mois facturés aux professionnels de santé.

    • #publireportage #publicité #journalisme
      Le journaliste n’a pas fait son travail en ne dénonçant pas l’existence même de doctolib, une plateforme privé qui stocke des données confidentielles.

      Il trouve même des excuses risibles qu’il met en dame blanche

      Ce secteur répond à des règles déontologiques fortes qu’un acteur privé innovant n’intègre pas forcément pleinement

      Mais oui, c’est ça, cette pauvre #start_up de doctolib est à plaindre, elle est en fait trop moderne, si si bien entendu elle raconte ne rien comprendre aux données privées., c’est beau comme du Zuckerberg !

      En octobre dernier, des médecins attaquaient doctolib qui s’était largement servi dans leurs fichiers, mais pour des raisons concurrentielles :/ Encore des histoires de fric

      https://www.lejdd.fr/Societe/Sante/des-medecins-declarent-la-guerre-a-doctolib-3788729

      De la « vente forcée » selon des médecins

      Deux reproches sont plus particulièrement faits à la plateforme.

      Premier grief : les praticiens qui quittent Doctolib ont la surprise de toujours voir leurs noms y figurer. Ainsi, quand un patient les recherche, il les trouve mais est redirigé vers un de leurs confrères, qui lui a recours aux services de la plateforme. Pour Franck Chaumeil, il s’agit ni plus ni moins de « vente forcée ».
      Second grief : tous les médecins de France, c’est-à-dire ceux répertoriés dans l’annuaire de l’Ordre de cette profession, figurent sur Doctolib. "Doctolib utilise l’Opendata pour pomper nos coordonnées, ce qui est légal, s’agace Bertrand Legrand. Ce qui ne l’est pas, en revanche, c’est que tous les médecins de France n’ont pas consenti de manière explicite à se retrouver dans ce qui est plus un annuaire qu’un agenda en ligne. C’est une grave violation du RGPD

      Sauf que les médecins n’ont pas d’ovaires, sous le prétexte fallacieux qu’ils sont surbookés ils refilent les données de leurs patients sans leur accord explicite. Je le sais pour l’avoir vécu à maintes reprisesmalgré ma demande de radiation de leurs fichiers. Il y a bien des syndicats de médecins mais jamais de syndicats pour ceux qui se font peler la laine sur le dos, ici les patient·es et des données confidentielles dont vont se repaitre les banques et les assureurs.

      Jacques Lucas, le responsable du Conseil de l’Ordre des médecins en charge, a tenté de siffler la fin de la controverse dans un tweet : « Il serait en effet difficile de soutenir que le médecin qui s’abonne à un service de prise de RDV en ligne le fait pour détourner de la clientèle vers lui, alors même que tous se disent surbookés. Il y a cependant une interrogation sur le référencement Google, en cours d’examen. » Du côté des médecins, la colère s’est dissipée. « #Doctolib a mis en œuvre un référencement plus respectueux de l’éthique professionnelle des médecins », a ainsi tweeté le docteur Bertrand Legrand. Fin du #Doctolibgate pour moi !"

      #fichage_généralisé

    • Et comme ça m’ennerve vraiment, je cite les responsables du massacre, l#ordre_des_médecins lui même. C’est un peu comme la vente des autoroutes entre le pouvoir et les marchands de pétrole. Toi petit patient·e, tais-toi, les patrons qui t’auscultent décident pour toi de refourguer tes données au numérique.

      « Nous sommes en relation avec les plates-formes de prise de rendez-vous en ligne et leur faisons des recommandations, confirme Jacques Lucas, vice-président du Conseil national de l’ordre des médecins et délégué général au numérique. Et Doctolib se développe parce que les professionnels de santé y ont recours. »

    • Je colle les entreprises qui soutiennent Doctolib et essaierai d’en faire un retour

      Ses actionnaires historiques, l’organisme public #Bpifrance, les sociétés d’investissement françaises #Eurazeo et #Kernel et celle de capital-risque américaine #Accel, continuent à la soutenir. Un autre s’est récemment ajouté avec la levée de fonds de 150 millions d’euros de mars 2019 : le fonds d’investissement américain #General_Atlantic.

      #lobbying #santé #marché_des_données_de_santé

      –------
      General Atlantic
      Pas besoin de creuser beaucoup …

      Henri de Castries rejoint le fonds General Atlantic
      Après plusieurs mois consacrés à la campagne électorale de François Fillon, l’ancien patron d’AXA va rejoindre la société d’investissement américaine.

      À noter
      L’ancien patron d’AXA restera administrateur de HSBC et de Nestlé, et continuera de présider l’Institut Montaigne.

      #assureurs #bigpharma #Groupe_Bilderberg


  • Féminisme dans le journalisme, l’heure est venue.

    « À la #sororité des femmes journalistes ! », les femmes journalistes ont trinqué ensemble samedi 13 avril. Un réconfort mérité, après une journée de discussion et de travail à la Cité des Sciences et de l’Industrie. Ces États généraux des femmes journalistes, premiers du genre, ont rassemblé près de 350 participantes.


    https://radioparleur.net/2019/04/16/etats-generaux-journalistes-prenons-la-une
    #féminisme #journalisme #presse #médias #femmes_journalistes


  • (1) John Hudson sur Twitter : “I asked Peru’s foreign minister what he might do if sanctions against Maduro start negatively impacting the humanitarian situation in Venezuela. Pompeo stepped in & said I “ shouldn’t ask questions like that ” & accused me of blaming the crisis on the US. I didn’t, but you decide: https://t.co/6rVJp8iF4Y” / Twitter
    https://twitter.com/John_Hudson/status/1117448785293189120

    #limites #démocratie #journalisme


  • Grosse journée pour la #police #prédictive : convocation de Olivier Cyran pour un tweet moqueur et arrestation de 15 nantais-e-s qui préparaient des banderoles pour la manifestation de demain :

    Du côté d’Olivier Cyran :

    Surprise, surprise : je viens de recevoir une convocation à la direction de la police judiciaire dans le cadre d’une enquête préliminaire pour « provocation publique à la commission de destructions, dégradations et détériorations volontaires dangereuses pour les personnes ».
    https://twitter.com/OlivierCyran/status/1116687402041532416
    À l’origine de ce branle-bas de combat diligenté par le parquet de Paris, un tweet humoristique posté il y a trois mois :


    /.../ En ce sens, les services du procureur de Paris ne manquent pas d’humour (👏#EspritCharlie). L’ennui, c’est que leur trait d’esprit m’expose, si j’en crois la loi, à cinq ans de taule et 45 000 euros d’amende, ce qui a tendance à provoquer chez moi une hilarité modérée. /.../

    A mettre dans la ligné des délits de création / artistiques / humoristiques précédents ( @lundimatin / #Nick_Conrad...)

    Du côté de #Nantes, une quinzaine d’arrestations dont des potes, certain-e-s sont encore en GàV lors d’un ATELIER BANDEROLES PUBLIC (!) contre la #Loi_Anticasseurs & limitations de manif !!!

    "C’était un rendez-vous public. On s’était donné rendez-vous pour un atelier créa. L’idée, c’était de fabriquer ensemble des banderoles pour la manif de demain. Cela avait été voté en AG publique #Gilets_Jaunes. On ne se cachait pas..."
    /.../
    Quinze ont été interpellées et quatorze placées en garde à vue pour "participation à un attroupement formé en vue de la préparation de violences volontaires ou de destructions et dégradations", ce vendredi soir, confirment les autorités, avant d’ajouter avoir découvert sur place « différents artifices et pétards artisanaux ».
    https://www.presseocean.fr/actualite/nantes-ils-setaient-reunis-a-la-veille-de-la-manif-quinze-interpellation

    La criminalisation des pétards et feux d’artifices, considérés à priori comme armes par destination, c’est complètement ouf... d’autant qu’il y a pas mal de teufs ce week-end dans le coin ! Rien ne prouve que les pétards et les bidouilles artisanales, trouvées sur place, et non en cours de fabrication, étaient destinées aux manifs... Pourtant, Ouest France fait une fois encore du #journalisme_de_préfecture en titrant initialement du faux scoop de flic, hélas encore visible dans l’adresse et les caches : « nantes-ils-preparaient-banderoles-et-petards-artisanaux-pour-la-manif-de-samedi-6307535 »

    Pour rappel, le « Journalisme de Préfecture » c’est une grande partie des #Infox & #FakeNews des autorités, de la police ou de la justice balancées sans aucune enquête par les rédactions des mainstream et d’extreme-droite. #Acrimed en parlait par là : https://www.acrimed.org/Medias-et-violences-policieres-aux-sources-du (et visiblement, on l’avait même pas #seenthissé !)

    Le « journalisme de préfecture » recouvre un ensemble de réflexes et de pratiques médiatiques qui conduisent à relayer, sans aucun recul, le discours « officiel » (celui des autorités, de la police ou de la justice) à propos d’opérations de « maintien de l’ordre ». Plusieurs éléments entrent en compte pour expliquer la prégnance de cette forme de journalisme dans le traitement des violences policières. Le premier concerne la proximité et la dépendance des journalistes vis-à-vis de leurs sources policières. Le second concerne une certaine conception du journalisme comme partie prenante du maintien de l’ordre social


  • Benoît XVI estime que la pédophilie dans l’Eglise est liée à la révolution sexuelle et aux « clubs homosexuels »
    https://www.nouvelobs.com/societe/20190411.OBS11447/benoit-xvi-estime-que-la-pedophilie-dans-l-eglise-est-a-la-revolution-sex

    Benoît XVI estime que la pédophilie dans l’Eglise est liée à la révolution sexuelle et aux « clubs homosexuels »

    #chrétien_abyssal #homophobie #sexophobie #pédoprédation



  • The Urgent Quest for Slower, Better News | The New Yorker
    https://www.newyorker.com/culture/annals-of-inquiry/the-urgent-quest-for-slower-better-news

    In 2008, the Columbia Journalism Review published an article with the headline “Overload!,” which examined news fatigue in “an age of too much information.” When “Overload!” was published, Blackberrys still dominated the smartphone market, push notifications hadn’t yet to come to the iPhone, retweets weren’t built into Twitter, and BuzzFeed News did not exist. Looking back, the idea of suffering from information overload in 2008 seems almost quaint. Now, more than a decade later, a fresh reckoning seems to be upon us. Last year, Tim Cook, the chief executive officer of Apple, unveiled a new iPhone feature, Screen Time, which allows users to track their phone activity. During an interview at a Fortune conference, Cook said that he was monitoring his own usage and had “slashed” the number of notifications he receives. “I think it has become clear to all of us that some of us are spending too much time on our devices,” Cook said.

    It is worth considering how news organizations have contributed to the problems Newport and Cook describe. Media outlets have been reduced to fighting over a shrinking share of our attention online; as Facebook, Google, and other tech platforms have come to monopolize our digital lives, news organizations have had to assume a subsidiary role, relying on those sites for traffic. That dependence exerts a powerful influence on which stories that are pursued, how they’re presented, and the speed and volume at which they’re turned out. In “World Without Mind: the Existential Threat of Big Tech,” published in 2017, Franklin Foer, the former editor-in-chief of The New Republic, writes about “a mad, shameless chase to gain clicks through Facebook” and “a relentless effort to game Google’s algorithms.” Newspapers and magazines have long sought to command large readerships, but these efforts used to be primarily the province of circulation departments; newsrooms were insulated from these pressures, with little sense of what readers actually read. Nowadays, at both legacy news organizations and those that were born online, audience metrics are everywhere. At the Times, everyone in the newsroom has access to an internal, custom-built analytics tool that shows how many people are reading each story, where those people are coming from, what devices they are using, how the stories are being promoted, and so on. Additional, commercially built audience tools, such as Chartbeat and Google Analytics, are also widely available. As the editor of newyorker.com, I keep a browser tab open to Parse.ly, an application that shows me, in real time, various readership numbers for the stories on our Web site.

    Even at news organizations committed to insuring that editorial values—and not commercial interests—determine coverage, it can be difficult for editors to decide how much attention should be paid to these metrics. In “Breaking News: the Remaking of Journalism and Why It Matters,” Alan Rusbridger, the former editor-in-chief of the Guardian, recounts the gradual introduction of metrics into his newspaper’s decision-making processes. The goal, he writes, is to have “a data-informed newsroom, not a data-led one.” But it’s hard to know when the former crosses over into being the latter.

    For digital-media organizations sustained by advertising, the temptations are almost irresistible. Each time a reader comes to a news site from a social-media or search platform, the visit, no matter how brief, brings in some amount of revenue. Foer calls this phenomenon “drive-by traffic.” As Facebook and Google have grown, they have pushed down advertising prices, and revenue-per-click from drive-by traffic has shrunk; even so, it continues to provide an incentive for any number of depressing modern media trends, including clickbait headlines, the proliferation of hastily written “hot takes,” and increasingly homogeneous coverage as everyone chases the same trending news stories, so as not to miss out on the traffic they will bring. Any content that is cheap to produce and has the potential to generate clicks on Facebook or Google is now a revenue-generating “audience opportunity.”

    Among Boczkowski’s areas of research is how young people interact with the news today. Most do not go online seeking the news; instead, they encounter it incidentally, on social media. They might get on their phones or computers to check for updates or messages from their friends, and, along the way, encounter a post from a news site. Few people sit down in the morning to read the print newspaper or make a point of watching the T.V. news in the evening. Instead, they are constantly “being touched, rubbed by the news,” Bockzkowski said. “It’s part of the environment.”

    A central purpose of journalism is the creation of an informed citizenry. And yet––especially in an environment of free-floating, ambient news––it’s not entirely clear what it means to be informed. In his book “The Good Citizen,” from 1998, Michael Schudson, a sociologist who now teaches at Columbia’s journalism school, argues that the ideal of the “informed citizen”––a person with the time, discipline, and expertise needed to steep him- or herself in politics and become fully engaged in our civic life––has always been an unrealistic one. The founders, he writes, expected citizens to possess relatively little political knowledge; the ideal of the informed citizen didn’t take hold until more than a century later, when Progressive-era reformers sought to rein in the party machines and empower individual voters to make thoughtful decisions. (It was also during this period that the independent press began to emerge as a commercial phenomenon, and the press corps became increasingly professionalized.)

    Schudson proposes a model for citizenship that he believes to be more true to life: the “monitorial citizen”—a person who is watchful of what’s going on in politics but isn’t always fully engaged. “The monitorial citizen engages in environmental surveillance more than information-gathering,” he writes. “Picture parents watching small children at the community pool. They are not gathering information; they are keeping an eye on the scene. They look inactive, but they are poised for action if action is required.” Schudson contends that monitorial citizens might even be “better informed than citizens of the past in that, somewhere in their heads, they have more bits of information.” When the time is right, they will deploy this information––to vote a corrupt lawmaker out of office, say, or to approve an important ballot measure.

    #Journalisme #Médias #Economie_attention


  • Dear Publishers, if you want my subscription dollars (or euros), here is what I expect…
    https://mondaynote.com/dear-publishers-if-you-want-my-subscription-dollars-or-euros-here-is-wha

    Over the last two years, three forces have combined to favor the subscription model: The “Trump Bump,” the growing concern about misinformation and the depletion of the digital advertising business. After years of denial, the ad is finally acknowledged as a blatant failure for the news sector, with all indicators blinking red: prices remain flat, engagement is dwindling, viewability of formats is at its lowest, fraud is rampant, users vote with their ad-blockers, Google and Facebook have sterilized the battlefield (they snatched 84% of the global ad spending last year), and as if that were not enough, the new data privacy regulation concocted by the EU’s bureaucrats will drastically reduce the performance of advertising. While a small fraction of publishers try to reinvent the ad model, the vast majority is still milking the cow, not realizing that its udders now looks like dried apricots.

    The biggest concern in news economics is that, over the recent years, the quality of the service — I’m talking about execution — hasn’t improved significantly. I don’t want to go into finger pointing (it will spare me replies to unpleasant emails). But here are examples of weaknesses that should be easy to address:

    #Journalisme #Médias #Economie


  • Un rappel des idées développées par Walter Lippmann dans Public Opinion (1922) à propos de l’influence des images sur notre opinion


    (Articles de 1969 sur le premier alunissage)

    Il reprend les idées d’Isaac Bernays et questionne la façon dont la démocratie façonne le consentement. Pour lui, les masses ne sont pas en mesure de se donner une image correcte des décisions politiques. Pour autant, il ne faut pas les empêcher de voter. Les élites leur donnent une image (virtuelle) de la réalité pour qu’elles se croient libres de leurs décisions, mais les gens font exactement ce que ces élites escomptent. Ce « gouvernement invisible » a besoin du journalisme, des images, de la communication pour construire des « pseudo environments », des fictions. Dans les journaux, nous réagissons par rapport à des évènements que nous n’expérimentons pas nous-mêmes. Nous n’en savons que ce que les journalistes nous en disent. Pourtant nous prenons des décisions à partir de ces informations, nous n’avons pas le choix. Et ces décisions produisent des effets réels. Cela a toujours été ainsi, mais à présent, l’humain est exposé aux médias qui façonnent sa perception et son affect.
    http://www.taz.de/Oekonomin-ueber-Meinungsmanipulation/!5585707

    Ökonomin über Meinungsmanipulation
    "Die Techniken sind atemberaubend“
    […]
    Bernays entwickelte ein neues Verständnis von „Demokratie“: Die Masse der Menschen sei schlicht überfordert sich durch Überlegungen ein reflektiertes Bild von politischen Entscheidungen zu machen. Deswegen solle man sie zwar nicht vom Wählen abhalten. Eliten aber sollten ihnen (Schein-)Bilder von der Realität vermitteln, so dass Menschen sich vermeintlich frei in ihren Entscheidungen fühlten, unbewusst aber gar nicht anders könnten, als das zu tun, was diese Eliten als richtig erachten. Bernays sprach von einer „unsichtbaren Regierung“. Diese wirkt gleichsam durch die Köpfe der Menschen hindurch. Lippmann hielt für diese Form der Regierung den Journalismus besonders wichtig.
    Inwiefern?
    Die Frage der Beeinflussung der Bilder ist nicht verständlich ohne die Frage der Zunahme moderner Kommunikationsmittel; damals vor allem Zeitung, aber zunehmend auch Ton und Film.
    Wie, genau, fasst Lippmann diese Fragen?
    Er geht davon aus, dass unsere Entscheidungen auf „Pseudo-Umwelten“ basieren, im Original „pseudo environments“: Diese treten zwischen uns Menschen und die reale Welt der Erfahrungen. Wir blicken etwa in die Zeitung und regen uns auf über Ereignisse, die wir niemals miterlebt haben. Wir kennen nur das, was uns Journalisten davon vermitteln. Gleichwohl aber treffen wir Entscheidungen auf der Grundlage dieser Informationen; in unserer modernen Welt müssen wir dies tun. Und diese Entscheidungen zeitigen dann reale Effekte. Sie wirken auf die Welt, in der wir tatsächlich leben. Das war auch früher schon so, ist aber durch die Medien – und zumal die „sozialen“ Medien – extrem verstärkt worden.
    Ist diese Verstärkung nur quantitativ, indem uns Medien also mehr potentiell Erregung bewirkende Themen nahe bringen?
    Medien- und auch Werbungseinflüsse haben sich natürlich schon zahlenmäßig extrem vergrößert, ebenso die gesellschaftliche Aufgeregtheit anhand von medialen Ereignissen. Bereits Lippmann spricht davon, dass durch Beeinflussungstechniken ein „Gefühlshaushalt“ angesprochen werden kann, also der Mensch in seinen basalen Instinkten berührt wird – ohne dass er das merkt. Und in dieser Hinsicht sind heute ja die Techniken atemberaubend: einerseits aus wirtschaftlichen Gründen – man denke an die Werbung –, aber auch aus politischen Gründen. Und wie da gearbeitet wird, die Möglichkeiten, wie Textoberflächen und mediale Welten gestaltet werden, um bestimmte Effekte zu erzielen, und das unterhalb der Schwelle des Bewusstseins der Nutzerinnen und Nutzer: Das hat sich seit Lippmann nicht nur zahlenmäßig vervielfacht. Das Wissen um mögliche Mittel und Formen der unbewussten Beeinflussung hat sich auch qualitativ vertieft. Was aber nicht zugenommen hat, ist die Bildung über diese Zusammenhänge, also in Schule, Universität und öffentlicher Debatte.
    […]

    #opinion_publique


  • Dans la rédaction du site de France Info : un « boys club », une enquête et des sanctions | David Perrotin et Paul Aveline
    https://www.liberation.fr/france/2019/04/05/dans-la-redaction-du-site-de-france-info-un-boys-club-une-enquete-et-des-

    « Libération » a recueilli les témoignages de salariés du site d’information. Ils révèlent une ambiance sexiste entretenue et permise par la chefferie masculine et qui a abouti mardi à un licenciement et à des sanctions disciplinaires. Source : Libération


  • Harcèlement sexuel : à Franceinfo, la souffrance des précaires - L’Express
    https://www.lexpress.fr/actualite/societe/harcelement-sexuel-a-franceinfo-la-souffrance-des-precaires_2071407.html

    D’après des éléments que L’Express s’est procuré, depuis 2016 au moins, le journaliste licencié a harcelé et agressé sexuellement des jeunes femmes. Et lorsque sa hiérarchie a été mise au courant, elle n’a rien fait . Pire, à son tour, l’un des responsables a adressé à au moins deux reprises des messages graveleux à l’une des victimes. Il était alors son maître de stage.

    • S. contacte Marie rapidement sur la messagerie interne qu’utilise l’entreprise, Slack. Il se fait volontiers dragueur, bien que la jeune femme lui signale à plusieurs reprises qu’elle n’est pas intéressée. Un soir, en janvier 2017, S. invite Marie à boire un verre. Puis un autre, un autre, encore un autre. « Rétrospectivement, il savait ce qu’il faisait, mais je ne m’en rendais pas compte. Je devais prendre un train pour rentrer, et il insistait encore pour que je boive. J’ai fini par rater le dernier train. » Il l’invite alors à passer la nuit dans son Airbnb. Marie prend tout de même soin d’appeler son petit ami de l’époque.

      Une fois dans l’appartement que loue le journaliste, Marie affirme que S. se fait lourdement insistant. « Il a dû me demander des dizaines de fois si on pouvait coucher ensemble. Il a essayé plusieurs fois de m’embrasser. À chaque fois je l’ai repoussé. Il a fini par aller dormir dans sa chambre, mais il est revenu dans la nuit et j’ai encore dû le repousser. J’ai quitté l’appartement à 4 h 50 sans avoir pu fermer l’oeil. Je me disais que je ne pouvais pas dormir, au cas où il revenait. » Le lendemain, elle reçoit un message de S. « J’ai été relou hier ? » Elle répond : « Oui. » Contacté, S. n’a pas répondu aux sollicitations de L’Express.
      […]
      Marie a plusieurs fois tenté d’alerter sa hiérarchie. Quelques mois auparavant, elle avait demandé un point à F., son maître de stage, également cadre de la rédaction. Dans son récit auprès de France Télévisions, elle raconte que ce dernier lui propose alors de se rencontrer dans une brasserie. Elle aborde ce qu’il se passe avec S., ses difficultés d’intégration, mais la conversation prend rapidement une autre tournure, d’après les dires de Marie. « On a beaucoup bu, il m’a posé énormément de questions sur ma vie privée, sur mes relations avec des hommes de la rédaction. Des questions intimes. Il m’a raccompagné chez moi à trois heures du matin, mais il ne s’est rien passé entre nous. »

      #metoo #harcèlement_sexuel #femmes #précarité #journalisme
      Et aussi #guerre_aux_pauvres, puisque ce sont spécifiquement les jeunes femmes précaires et donc pauvres qui sont ciblées.


  • Ian B., membre du collectif Désarmons-les interpellé à Paris ! – Désarmons-les !
    https://desarmons.net/index.php/2019/03/26/ian-b-membre-du-collectif-desarmons-les-interpelle-a-paris

    Ce lundi 25 mars en fin d’après-midi, alors qu’il rentrait d’une conférence qu’il dispensait sur le maintien de l’ordre, Ian B, membre de notre collectif a été interpellé à sa sortie du train.

    Il a été placé en garde à vue pour port d’arme prohibée, en l’occurence des munitions vides qui illustraient son exposé et qu’il transportait sur lui.

    Il est actuellement détenu dans les locaux du commissariat du 7ème arrondissement.

    On ne peut s’empêcher de lier cet évènement au travail de fond, de recensement et d’accompagnement des blessé.e.s, qu’accomplit notre collectif depuis plusieurs semaines afin de visibiliser les violences policières inédites que subissent les Gilets Jaunes.

    Nous dénonçons cette interpellation aux allures d’enlèvement, qui s’apparente aux agissements d’une police politique, dont les intimidations vont croissantes à l’encontre des acteurs de la contestation sociale. Nous demandons la libération immédiate et inconditionnelle de Ian et la restitution de l’intégralité de son matériel de conférence !

    Le Collectif Desarmons-les

    Du 29 au 31 mars 2019, bloquons l’usine Alsetex et toutes les usines d’armement des forces de l’ordre !
    https://paris-luttes.info/du-29-au-31-mars-2019-bloquons-l-11834

    #armes_de_la_police #répression #police #maintien_de_l'ordre #intimidation

    • Un fiché S d’ultragauche qui transportait des grenades en garde à vue, Aziz Zemouri, Presse policière
      https://www.lepoint.fr/societe/un-fiche-s-d-ultragauche-qui-transportait-des-grenades-en-garde-a-vue-26-03-

      [Monsieur], 33 ans, considéré comme membre de l’ultragauche, a été interpellé hier à la gare Montparnasse. Il transportait de nombreuses armes dans ses bagages.

      Ian libéré avec un rappel à la loi ! , Mise à jour : aujourd’hui à 19h06

      https://paris-luttes.info/ian-b-de-desarmons-les-interpelle-11869

      Incroyable mais vrai, Ian vient d’être libéré avec un rappel à la loi, on attend les détails pour donner de plus amples informations sur cette nouvelle péripétie sécuritaire en macronie …

      # Mise à jour : aujourd’hui à 17h49

      Communiqué de l’Assemblée Des Blessé-es

      Ce lundi 25 mars en fin d’après-midi, alors qu’il rentrait d’une conférence qu’il dispensait sur le maintien de l’ordre, Ian B, membre de Désarmons-les et de l’Assemblée Des Blessé-es, a été interpellé à sa sortie du train.

      Il a été placé en #garde_à_vue pour port d’arme prohibée, en l’occurrence des munitions vides qui illustraient son exposé et qu’il transportait sur lui.

      Il est actuellement détenu dans les locaux du commissariat du 7e arrondissement.

      On ne peut s’empêcher de lier cet évènement au travail de fond, de recensement et d’accompagnement des blessé-es, qu’accomplissent nos collectifs depuis plusieurs semaines afin de visibiliser les violences policières que subissent les Gilets Jaunes, et depuis de nombreuses années sur les habitants des quartiers populaires, et tout ceux qui luttent.

      Ian est un spécialiste reconnu pour ses expertises sur l’usage disproportionné de la force dans le maintien de l’ordre, ses articles sur la dangerosité des armes ont largement été diffusé dans la presse nationale, et de nombreux médias audio et télévisuels ont fait appel à lui. En plein débat sur les armes mutilantes, ses interventions sur le sujet ont permis d’informer la population sur la nocivité de ces armes de guerre, voire d’identifier les projectiles et notamment les grenades (confondues avec les fumigènes) et ainsi éviter des mains arrachées.

      Il est évident que l’état veux faire payer à Ian son soutien aux victimes des forces de l’ordre, blessées, ou tuées.

      Nous dénonçons cette interpellation aux allures d’enlèvement, qui s’apparente aux agissements d’une police politique, dont les intimidations vont croissantes à l’encontre des acteurs de la contestation sociale.

      Nous demandons la libération immédiate et inconditionnelle de Ian et la restitution de l’intégralité de son matériel de conférence !

      RENDEZ-VOUS 18H, AU COMMISSARIAT DU 7e ARRONDISSEMENT,
      9 RUE FABERT (ESPLANADE DES INVALIDES).

      Assemblée Des Blessé-es, des Familles et des Collectifs contre les violences policières.

      # Mise à jour : aujourd’hui à 17h13

      Propagande policière suite à l’interpellation de Ian B.
      "Un fiché S d’ultragauche qui transportait des grenades en garde à vue" - "Une figure de l’Ultra-gauche fichée "S" interpellée avec des munitions policières" - « un leader de la mouvance anarcho-autonome susceptible d’inciter ou de se livrer à des actes subversifs violents contre les institutions ou les forces de l’ordre »...

      Plusieurs médias (Le Point, LCI...), visiblement en manque de sensationnalisme, reprennent avec toute la finesse journalistique qui leur est propre la #communication_policière à propos de cette interpellation... Rappel rassemblement de soutien à 18h devant le commissariat du 7e, solidarité face à la répression !

      Le #rappel_à_la_loi étant une reconnaissance de culpabilité ( qui fournit la "reine des preuves", l’aveu), on devrait en savoir plus sur ce qui a motivé son acceptation (niveau de pression et de menaces).

      Un militant d’ « ultragauche » armé de grenades a-t-il été arrêté à Paris lundi ?
      https://www.liberation.fr/checknews/2019/03/26/un-militant-d-ultragauche-arme-de-grenades-a-t-il-ete-arrete-a-paris-lund

      Contactée par CheckNews en fin d’après midi, Lucie Simon, une des avocates de Ian B, a infirmé formellement l’interdiction de séjour à Paris de son client évoqué par Le Point. « C’est faux, le contrôle judiciaire a été levé il y a deux ans. » L’avocate a aussi annoncé le depôt prochain d’une plainte pour violation du secret professionnel, « une plainte contre X visant les fonctionnaires ayant diffusé des informations dont les avocats, à ce stade de l’enquête, n’étaient même pas au courant ».

    • Les chiens de garde et le pilori ! 26 mars 2019, desarmons-les, Communiqué

      https://desarmons.net/index.php/2019/03/26/les-chiens-de-garde-et-le-pilori

      Il n’a pas fallu entendre longtemps pour entendre les chiens de garde hurler au loup et brandir le parfait arsenal de l’#ennemi_intérieur pour justifier l’#arrestation on ne peut plus politique et ciblée d’un membre de notre collectif.

      Tout y est : “figure de l’ultragauche”, “assignation à résidence”, “fiche S”, “fiche J”, “mouvance contestataire radicale”, “mouvance anarcho-autonome”. Et pour peaufiner le tableau, on saupoudre de souffre avec la DGSI, le Renseignement Intérieur, tout le petit monde secret qui se dispense bien de jamais devoir se justifier sur ses affirmations, ses investigations et dont les fuites savamment orchestrées auprès de journalistes trop contents de manger dans les mains des puissants, achèvent de convaincre tout un chacun que le pilori s’impose.

      Aujourd’hui nos champions se nomment Aziz Zemouri pour le Point et Georges Brenier pour LCI. Le journalisme à la petite journée a de beaux jours devant lui : pas besoin de vérifier l’information, en matière de propagande c’est l’information qui a valeur de vérité.

      Fiche J ? Non Ian (on conservera son souhait de dénomination ici, n’en déplaise aux vautours qui sont prompts à livrer leur prochain à la vindicte populaire) n’a jamais été avisé qu’il écopait d’une fiche J et n’a par conséquent pas pu enfreindre une interdiction de Paris.

      Fiche S ? Comme les fiches J, il semble qu’elles soient furieusement contagieuses, et ce proportionnellement au degré de paranoïa du pouvoir en place. Malgré de nombreuses sollicitations de la société civile, on ne sait toujours pas quels sont, à ce jour, sinon la subjectivité d’agents du renseignement territorial, les conditions d’attribution d’une fiche S. De même que la qualification d’appartenance à une mouvance d’ultra-gauche est un moyen bien commode pour ouvrir la foire à l’enchère émotionnelle à qui vendra la plus belle corde de chanvre pour l’extrémiste capturé. On a pu voir dans l’affaire Tarnac, qu’au bout de 10 ans et des dizaines de milliers de pages d’instruction il ne restait que peau de chagrin, le vide béant de politiciens en perte de légitimité, de policiers en pleine querelle et débâcle institutionnelle et le foulard rouge agité par un médiocre Cassandre des temps modernes, M. Alain Bauer.

      COP21 : non il n’a jamais pu être établi à l’encontre de Ian des ” suspicions d’actions avec d’autres camarades contre l’organisation de la COP21 “, y compris par l’appui des fameuses notes blanches, aussi blanches que leur dénomination. Aujourd’hui Ian, après plusieurs recours contre l’assignation à résidence devrait bientôt voir son dossier examiné à la Cour Européenne des Droits de l’Homme.

      Un “véritable arsenal” dans ses valises ? Ces grenades ont été systématiquement collectées sur des lieux de manifestations après le terme de celles-ci et se sont donc consumées, et si certaines contiennent encore leur principe actif (le gaz CS sous forme de biscuit), elles ne constituent en rien un arsenal, sauf à être déposées au cœur d’un brasier et y dégager les fameuses fumées qui asphyxient nombre de manifestants ces dernières semaines. (...) [et avec un article des procureurs de LCI]

    • Un membre du collectif « Désarmons-les » a été interpellé lundi et placé en garde à vue jusqu’à mardi soir. « Il a été arrêté directement à sa sortie du train, il était clairement ciblé, estime un militant du collectif. S’agit-il d’un coup de pression par rapport au travail de recensement des blessés que nous faisons ? » Le collectif appelle à des rassemblements partout en France du vendredi 29 au dimanche 31 mars, sur différents sites de fabrication de matériel de maintien de l’ordre, telles que LBD, grenades lacrymogènes ou de désencerclement (voir la carte réalisée par Basta !). @bastamag
      https://www.bastamag.net/Un-membre-du-collectif-Desarmons-les-arrete-avant-les-rassemblements-du-we


  • Le nouvel ordre mondial de l’information selon la Chine
    https://gallery.mailchimp.com/5cb8824c726d51483ba41891e/files/f201bb1a-809a-4687-8424-4f1c908a052a/FR_RAPPORT_Chine_WEB_FINAL.pdf

    Depuis une décennie, la Chine s’emploie à établir un « nouvel ordre mondial des médias » sous son contrôle, pour dissuader ou empêcher les critiques à son égard. Moins connu que celui des nouvelles routes de la soie, mais tout aussi ambitieux, ce projet menace la liberté de la presse dans le monde. En Chine, pays placé au 176e rang sur 180 au classement 2018 de la liberté de la presse publié par Reporters sans frontières (RSF), des dizaines de journalistes et de blogueurs se retrouvent emprisonnés pour (...)

    #journalisme #surveillance #RSF


  • German journalist who was held captive and gave birth in Syria speaks of her ordeal | World news | The Guardian
    https://www.theguardian.com/world/2019/mar/21/german-journalist-who-was-held-captive-and-gave-birth-in-syria-speaks-o

    C’est une bonne chose d’apprendre qu’une jeune femme et son enfant ont survécu un enlèvement en Syrie. Cette jeune allemande a voulu faire ses armes avec un reportage dans une zone de guerre.

    Ses préparatifs font preuve d’une naïveté surprenante avec un résultat conséquent. Sachant qu’il y a d’autres reporters qui ont réuissi des reportages dans la même guerre et au même moment qui ne se sont pas faits kidnapper, je me demande pourquoi elle raconte son histoire et ce faisant expose aux monde entier son incompétence.

    Peut-être les perspective professionelles d’une jeune diplomée en éthnologie et sciences des religions comparées l’obligent à se démarquer du reste de la meute.

    Alors qu’on apprécie les actes qui font preuve d’une grande ambition, quelqu’un qui risque la vie de son enfant pour un scoop dépasse les limites du raisonnable. Qui voudrait ensuite employer et donner des responsabilité à quelqu’un qui est dépourvu de scrupules sur le plan humain et peu réfléchi dans ses démarches professionelles ?

    Derrière le scoop ce cache la triste histoire de la rencontre d’une jeune femme à caractère extrême avec le monde des science qui ne permettent plus à bien des scientifiques de vivre de leur métier.

    Janina Findeisen, who went to Syria when seven months pregnant, was released with her son in September 2016

    Philip Oltermann in Berlin, Thu 21 Mar 2019 19.01 GMT

    A German woman who was abducted in Syria and held captive for nearly a year has revealed how her kidnappers were prepared to “cut off my head in front of a live camera”, but ended up pampering her with chocolate, toys and luxury nappies after she gave birth to a baby boy while in captivity.

    The journalist Janina Findeisen, who was released with her child in September 2016, has spoken for the first time about the circumstances under which she travelled to a war zone on her own when seven months pregnant, and how she managed to survive the ordeal.

    In an interview published in Süddeutsche Zeitung, Findeisen said she travelled to Syria in October 2015 in order to make a documentary about a schoolfriend who had turned to jihad and joined a faction of al-Qaida’s former affiliate in Syria, Jabhat al-Nusra.

    Her pregnancy, she said, had spurred her on rather than made her more aware of the risks. “I felt pressured – precisely because of my pregnancy. I wanted to tell this one more story before only being able to pick up work a few months after the birth. I was not aware of the fact that in that moment I was making the biggest mistake of my life.”

    Using a people smuggler in Antakya, southern Turkey, to drive her across the border into Syria, Findeisen said she had only shared her travel plans with the father of her child and not taken a mobile phone or a GPS tracker with her. While conceding that other people could have stopped her from going through with her plans, Findeisen said: “In the end it was my decision, and my mistake.”

    Even though her school friend had promised her in an email that she would not be harmed, Findeisen and her driver were ambushed as they tried to cross over back into Turkey. The then 27-year-old was blindfolded at gunpoint and taken to a house in a remote location.

    “On the first night I really believed that the security guarantee my friend had given me meant I would soon be released. But I soon realised that my hopes were in vain,” said Findeisen, whose book My Room in the House of War is being published in Germany next month. She said she does not believe that her friend was aware of the plan to kidnap her, though members of his group were.

    Asked about treatment while in captivity, Findeisen said: “There were a couple of unpleasant situations, but I fared comparatively well. But nonetheless it was clear that these weren’t nice, humane people […] They would have cut off my head in front of a live camera.”

    While she was held captive, the journalist kept a diary in tiny handwriting, using food packaging after she ran out of paper. She unsuccessfully tried to get the attention of people in neighbouring houses and secretly collected tools that could become handy to facilitate an escape.

    “Until the end I believed that I would be back in Germany for the birth of my child,” Findeisen told her interviewers. “It was unimaginable to me that I would give birth to my child in Syria. I ignored the reality of the situation. Until I could ignore it no more.”

    Her kidnappers blackmailed a doctor to deliver her child, and the birth took place without complications. “Suddenly everything was so very far away: the war, my kidnappers, it was just my son and I. He was so teeny, so fragile, but healthy.”

    After the birth, Findeisen said, her kidnappers’ treatment of her changed: “With a small child I was even more helpless than before. When my son woke at night and screamed, they asked me the next morning what was wrong.” Her abductors brought her chocolate, multivitamin juice and a teddy bear, and did not spare expenses when it came to nappies: “In Syria there are two kinds of nappies: the one kind is known as ‘Assad nappies’ and are quite flimsy. Then there are Molfix, the premium nappy brand there. They brought me those.”

    Asked if she thought that her son would one day reproach her for having him in such precarious circumstances, Findeisen said: “I have thought about that a lot. When the time comes, I will face up to it.”

    Findeisen, who studied ethnology and comparative religion before researching modern jihadism as a journalist, was eventually freed – not by German intelligence services, but another group of Islamists. After hearing shots outside her compound, the journalist found herself surrounded by a group of men in balaclavas who told her they would take her back to Germany.

    The group Jabhat Fateh al-Sham announced in an online statement that it had freed the German woman after a sharia court ruled her kidnapping un-Islamic in the light of the security guarantee given by her friend.

    Findeisen told Süddeutsche Zeitung she believed this to have been the case, and that she was not aware of the German state having paid any of the €5m (£4.3m) ransom her kidnappers had demanded.

    “I got a second chance,” Findeisen said. “Not everyone who got kidnapped [in Syria] was given one.”

    #Allemagne #Syrie #Daech #journalisme

    • The group Jabhat Fateh al-Sham announced in an online statement that it had freed the German woman after a sharia court ruled her kidnapping un-Islamic in the light of the security guarantee given by her friend.

      Vraiment ?...


  • 25 anni dall’omicidio di #Ilaria_Alpi e #Miran_Hrovatin

    Il fumetto ripercorre a ritroso gli ultimi giorni di vita di Ilaria e Miran, a partire da quei colpi di pistola alla testa sparati da un commando somalo, colpi che dall’interno di quel pick-up hanno rimbombato fino in Italia. Era il 20 marzo 1994. Come pezzi di un puzzle mai finito, i capitoli fanno breccia nelle ricerche condotte dai due sul traffico di armi dall’Italia alla Somalia, sui rifiuti tossici nocivi presumibilmente seppelliti sotto scuole e strade, come la Garoe-Bosaso, e sul ruolo del peschereccio Farah Omar, all’epoca sequestrato al porto di Bosaso.

    Assemblando prove accertate con elementi non confermati o di finzione, indicati e distinti dallo stesso sceneggiatore nella sua nota finale, l’opera sposa l’ipotesi dell’esecuzione premeditata volta ad insabbiare le prove raccolte da Ilaria e Miran. Attraverso una narrazione volutamente scarna e necessariamente non esaustiva, vengono presentati degli squarci che aiutano ad entrare nella complessità della vicenda. Sfruttando poi il potere divulgativo e di denuncia del graphic journalism, i disegni ad acquerello di Francesco Ripoli, basatisi in parte sul materiale fotografico disponibile, riescono a trasmettere allo stesso tempo la tragicità del duplice omicidio, la passione per il giornalismo d’inchiesta che animava Ilaria Alpi e il bisogno di giustizia che persiste. Un bisogno di giustizia che cresce e si alimenta man mano che si aggiungono elementi durante la lettura, nella vana speranza di trovare tutte le tessere del puzzle.


    http://afrologist.org/25-anni-omicidio-ilaria-alpi-miran-hrovatin

    #BD #bande_dessinée #livre #meurtre #journalisme #presse #assassinat #médias
    ping @albertocampiphoto @wizo


  • Spazio in #Rai, alle donne il 3%, agli uomini il 97%. Boldrini: “Donne al governo in percentuali da Kabul, ma par condicio va garantita anche tra sessi”

    59 secondi alle donne contro 1 ora e 41 minuti agli uomini: è il tempo di parola che il primo telegiornale italiano, il Tg1, ha dedicato agli esponenti di governo, di entrambi i sessi, nel mese di gennaio. Lo segue, a stretto giro, il Tg2 di Gennaro Sangiuliano: qui le donne dell’esecutivo hanno preso parola, in 30 giorni, per appena 44 secondi, contro un’ora e quasi due minuti dei loro colleghi uomini. Differenze che diventano ancora più macroscopiche su un canale all news come RaiNews24, 8 ore e 48 minuti a politici in cravatta (e non) contro i 18 minuti dedicati alle rispettive omologhe.

    Ça va sans dire, si potrebbe obiettare, nel governo Conte le donne al ministero sono solo 5 su 18. Non è proprio così. Perché, stando sempre ai dati dell’Autorità di garanzia per le comunicazioni (Agcom), la voragine che separa maschi e femmine in tv non si riduce neppure allargando la platea a tutti i soggetti politici e istituzionali, esclusi quelli di governo: anche in questo caso le reti del servizio pubblico riservano agli uomini l’81, 40% del tempo di parola, relegando le donne a un misero 18, 60%. Gender gap mediatico: in totale, i telegiornali del servizio pubblico dedicano, in un mese, 2 ore e 24 minuti ai politici donne, contro le 21 ore e 25 riservate agli uomini.

    “Dati scandalosi, la par condicio dovrebbe essere garantita anche tra i generi. Un grido di protesta dovrebbe levarsi dal sottosegretario alle pari opportunità Vincenzo Spadafora, che invece non fa nulla e non se ne preoccupa”, commenta alle telecamere di Servizio Pubblico l’ex presidente della Camera Laura Boldrini, da sempre in prima linea nelle battaglie per le pari opportunità. “Si continua a riprodurre un immaginario per cui la politica è fatta solo dagli uomini. E invece non è così, per la prima volta nella storia italiana in Parlamento le donne sono oltre il 30%, ma continuano a essere oscurate”.

    Ma ad allarmare non sono solo i numeri, con la presenza femminile al governo del 17%, “percentuale che ci avvicina a Kabul, più che all’Europa, dove Parigi conta il 58% di donne nell’esecutivo e Madrid il 65%”, ma anche le minacce ai diritti. “Questo governo ha messo in fila una serie di provvedimenti veramente raccapriccianti: il disegno di legge Pillon che vorrebbe riscrivere la materia dell’affido dei figli e spinge le donne, soprattutto quelle che non lavorano, a non chiedere il divorzio, e introduce la mediazione in caso di violenza domestica, vietata dalla convenzione di Istanbul”, spiega Laura Boldrini. “E poi ci sono le minacce alla legge 194 sull’interruzione di gravidanza. Vorrebbero addirittura reintrodurre le case chiuse, superando la legge Merlin, invece che pensare ad offrire opportunità di lavoro alle donne, che sono le prime a scuola e nei concorsi. E alle ragazze cosa diciamo, rimanete a casa e sperate solo di sposarvi bene?”

    https://www.michelesantoro.it/2019/03/donne-diritti-intervista-boldrini
    #temps_de_parole #femmes #hommes #inégalités #télévision #médias #journalisme #Italie #statistiques #chiffres #genre


  • The U.S. Targeted Journalists on the Border. Two Senators Want to Know Why.
    https://theintercept.com/2019/03/11/southern-us-border-mexico-journalists

    There were nearly a dozen categories of individuals catalogued in the government’s secret list of border troublemakers. Revealed last week in documents obtained by an NBC News investigative team in San Diego, the list included 13 “organizers,” eight “instigators,” and 10 journalists with varying descriptions. There was a “lawyer,” an “associate,” and an individual described as “suspected Antifa.” Three people were recorded as administrators of the “Caravan Support Network Facebook page,” while more (...)

    #frontières #journalisme #surveillance


  • Riptide - An oral history of the epic collision between journalism and digital technology, from 1980 to the present
    https://www.digitalriptide.org

    The Big Picture

    For most of the 20th century, any list of America’s wealthiest families would include quite a few publishers generally considered to be in the “news business”: the Hearsts, the Pulitzers, the Sulzbergers, the Grahams, the Chandlers, the Coxes, the Knights, the Ridders, the Luces, the Bancrofts — a tribute to the fabulous business model that once delivered the country its news. While many of those families remain wealthy today, their historic core businesses are in steep decline (or worse), and their position at the top of the wealth builders has long since been eclipsed by people with other names: Gates, Page and Brin and Schmidt, Zuckerberg, Bezos, Case, and Jobs — builders of digital platforms that, while not specifically targeted at the “news business,” have nonetheless severely disrupted it.

    #médias #internet #journalisme #histoire


  • http://igorbabou.fr/un-peu-de-reflexivite-a-propos-de-la-crise-des-gilets-jaunes-de-leffondrem

    « Ce qui se passe en France depuis plusieurs années, et qui culmine sous nos yeux avec la crise des Gilets Jaunes, est effrayant. Les témoignages au sujet des violences policières, et de leur caractère illégitime, sont devenus tellement quotidiens en raison des outils de captation et de diffusion des images sur les réseaux sociaux qu’on ne peut plus faire comme si notre pays était encore une démocratie et un Etat de droit. On assiste, sidérés, à la répression de toute forme d’opposition – politique, syndicale, étudiante, écologiste, associative, etc. -, et à une violence d’Etat sans égale depuis des décennies. On assiste dans le même temps à la destruction planifiée de tous les biens communs – des services publics à la biodiversité en passant par le patrimoine culturel - par un capitalisme outrancier et vulgaire qui s’appuie sur un personnel politique devenu si servile qu’il ne cherche même plus à légitimer son action par des arguments. [...] »
    #université #journalisme #préfecture #soumission #veulerie #enseignement #servitude #Gilets_jaunes #médias #violences_policières #maintien_de_l'ordre


  • Le Monde : la fracture éditoriale
    Comment le journalisme militant met en péril le contrat de confiance avec les lecteurs

    https://www.france-medias.fr/images/pdf/LeMonde-LaFactureEditoriale.pdf

    Une (violente) attaque de la dérive «  radicale  » du Monde sur une ligne éditoriale anti-macroniste. Étude menée par France-Médias, https://www.france-medias.fr/informations site publié par La station Web https://www.societe.com/societe/la-station-web-454011107.html

    Le travail d’investigation mené pour cette étude a duré environ 10 semaines et cible les périodes du 1er juillet 2018 au 20 février 2019, a consisté à étudier près de 190 Unes du site lemonde.fr, notamment via le site waybackmachine.org, à observer les choix éditoriaux et rédactionnels mis en oeuvre, à (re)lire 220 articles par le moteur de recherche multimédia du site lemonde.fr, à analyser près de 400 photos, à identifier les outils et moyens de communication utilisés pour diffuser l’information, à répertorier et analyser 3.500 commentaires d’abonné(e)s et de lecteurs du Monde.

    Organisée en 6 parties, l’étude consacre les 3 premières à des événements marquants de l’actualité puis les 3 suivantes à une réflexion plus large sur la ligne éditoriale du Monde, aux malaises observés dans le lectorat puis, finalement, aux solutions envisageables pour restaurer une confiance durable. Notons que les pistes de réflexion et solutions proposées, même si elles se destinent au Monde en premier lieu, peuvent être éventuellement valables auprès d’autres médias de presse écrite.

    En outre, nous mentionnerons que malgré nos demandes, ni le directeur du Monde (Monsieur Fenoglio) ni le directeur de la publication (Mr Bronner) n’ont souhaité répondre aux questions, interrogations et constats soulevés par cette étude.

    Notons enfin que celle-ci a été réalisée de manière entièrement bénévole, sans subvention ni publicité et n’est liée à aucune institution, entreprise, parti politique ou groupe de pression. Elle se veut citoyenne dans son orientation et dans ses finalité(s).

    le sommaire

    I. L’affaire Benalla
    II. La crise des gilets jaunes
    III. La Une du magazine « M »
    IV. La ligne éditoriale en question(s) V. Un lectorat déboussolé
    VI. Les solutions envisageables

    • Le traitement [de l’affaire Benalla] du monde.fr en chiffres
      L’analyse des Unes et des surfaces de visibilité (au dessus de la ligne de regard dite « ligne de flottaison »), du site lemonde.fr, a de quoi impressionner. Du 18 juillet 2018 au 30 août 2018, l’affaire occupe 85% des Unes et 88% de l’espace majeur de visibilité.

      A titre de comparaison, cela représente environ 2,5 fois la couverture dédiée aux attentats terroristes de Paris en novembre 2015 (perpétrées notamment au Bataclan) ou encore 2 fois plus que l’affaire DSK, à périmètres équivalents (durée du traitement et intensité de la visibilité). Cette intensité médiatique est également supérieure au total de tous les candidats à la présidentielle de 2017 réunis, sur une période comparable (de 6 semaines).

      Jamais aucun événement géopolitique, politique ou économique n’aura disposé d’une telle surface de visibilité médiatique depuis le lancement du site lemonde.fr en 1996.
      « L’affaire Bennalla a disposé de 2,5 fois plus de visibilité que la couverture dédiée aux attentats de Paris en novembre 2015 »

      Sur les éléments à notre disposition, on peut également affirmer qu’aucun des grands sites d’information en ligne européen (El Pais en Espagne, le Frankfurter allgemeine en Allemagne ou Le Times en Angleterre) n’a jamais consacré une place aussi importante au traitement d’une seule information au cours des 10 dernières années.

      La couverture du Brexit, à titre d’exemple, par le site Internet du Times (thetimes.co.uk), a représenté une visibilité inférieure de 40% à celle de l’affaire Benalla par lemonde.fr (à temps et périmètre équivalents).

    • à propos du traitement des GJ

      Le poids des photos : mouvement d’ampleur et violences policières
      Les photos mises en ligne sur lemonde.fr relèvent bien évidemment de la ligne éditoriale et traduisent, le plus souvent, la volonté du journaliste et ou de la rédaction de mettre l’accent sur un phénomène.

      Sur environ 400 photos étudiées (photos principales d’article et photos insérées à l’intérieur des contenus), 2 orientations dominent : l’impression d’un mouvement d’ampleur d’une part et des violences policières omniprésentes d’autre part.
      […]
      La police (beaucoup) plus blâmée que les manifestants violents
      D’une façon générale, les articles du monde.fr ont relaté à la fois les violences des manifestants mais aussi celles de certains policiers. A plusieurs reprises néanmoins, le choix de la rédaction du Monde a été de plutôt de mettre en avant les dérapages policiers et plus rarement les violences des manifestants.

    • 2 histoires, 2 identités et un mélange explosif
      Pour de nombreux lecteurs, l’objectif d’une partie des articles du Monde n’est pas de les informer de façon neutre et objective mais plutôt de leur présenter une vision orientée et idéologique ; une finalité spécieuse éloignée des règles déontologiques dont se prévaut la direction du journal.

      On doit déjà se rappeler que l’identité des 2 éditions du Monde est fondamentalement différente. Pendant plus de 10 ans, les 2 rédactions (« papier » et numérique) ont cohabité sans se côtoyer, chacune à un étage différent, avec des organisations très différentes.

      La première était constituée des journalistes les plus aguerris, des « signatures » du Monde et des moyens les plus importants (correspondants dans le monde entier, relecteurs...). Elle véhiculait une approche rigoureuse et factuelle de l’information, une vision d’un journalisme ambitieux et fiable.

      La seconde rédaction (numérique) s’est formée à la fin des années 90, presque en opposition avec sa grande sœur. Essentiellement constituée de jeunes journalistes et disposant de moyens limités, il lui fallait exister et se singulariser en explorant des voies qui n’étaient pas celles du journal papier « traditionnel ».
      […]
      Sur les articles étudiés issus de publications sur lemonde.fr, on peut considérer que moins de la moitié des contenus est suffisamment « équilibrée » et neutre. Cela signifie qu’une légère majorité des publications du Monde peut être considérée comme partisane, parti-pris ou orientée sur le plan idéologique.

      Cette réalité pourrait être acceptable dans un journal d’opinion tel que Le Figaro ou Libération mais semble choquante pour un média qui se veut une « référence » en matière de qualité et de neutralité de l’information.

      Le tournant de l’été 2018
      En 2003, dans le livre « La face cachée du Monde : du contre-pouvoir aux abus de pouvoir », la radicalité voire l’autoritarisme d’Edwy Plenel, alors directeur de la rédaction, est décrite et dénoncée par les 2 auteurs, Pierre Péan et Philippe Cohen.

      On retrouve curieusement, ces derniers mois, dans les colonnes du Monde, quelque chose de cette radicalité et des attaques implacables contre les gouvernants dont l’actuel directeur de Médiapart s’est fait l’expert incontesté. Une sorte de fièvre parait s’être emparée d’une partie de la rédaction qui, visiblement dépassée (ou aveuglée) par les enjeux, en a oublié ses règles éthiques et déontologiques les plus rudimentaires.
      […]
      Il semblerait néanmoins qu’elle se heurte à une réalité journalistique nettement moins nuancée. Sur 60 articles publiés dans le Monde qui illustrent des opinions (tribunes, interviews, points de vus...) entre le 15 juillet 2018 et le 16 janvier 2019, 48 peuvent être considérées comme des critiques négatives des actions de l’Etat et ou du gouvernement.

      Cela signifie que 80% des articles d’opinions, publiés par Le Monde sur cette période, renvoient une image négative voire très négative des actions de l’Etat. On peut qualifier les 20% restant de « plutôt neutres » ou « équilibrés ».
      […]
      Rapprochement idéologique avec Mediapart ?
      « L’affaire Benalla » semble avoir révélé, au fil des investigations des 2 médias, une forme nouvelle de rapprochement autour de valeurs communes.

      Il n’est probablement pas anodin que, lors de plusieurs épisodes de l‘affaire, notamment après le licenciement d’Alexandre Benalla par l’Elysée, différentes questions ou polémiques (passeports et déplacements en Afrique, contrat avec un oligarque russe, seconde audition auprès de la commission du Sénat, perquisition refusée au siège de Mediapart), les 2 éditions en ligne (mediapart.fr et lemonde.fr) ont semblé e*n parfaite synchronisation* pour relayer les découvertes de l’un tandis que l’autre valorisait les révélations de l’autre.

      En outre, on retrouve, dans l’orientation et l’écriture journalistique des 2 journaux en ligne, un certain nombre de traits communs : un même goût pour les révélations tonitruantes qui touchent l’Etat et la présidence, un sens certain de la mise en scène de l’information pour mieux en accentuer la portée (titres et photos en très grands formats, alertes en gras et rouges sur les fils d’information..), l’utilisation d’effets de dramatisation (dans le choix des titres en particulier et dans la mise en page) ainsi qu’une propension aux révélations « feuilletonnées » dans le but de tenir le lecteur en haleine...

    • J’ai pensé à toi @reka :)
      Et à y réfléchir, aucune étude ne pourra absoudre par le chiffre une ligne éditoriale qui est le plus souvent dans le déni et la censure. Certes cette étude donne la preuve d’un dysfonctionnement, le titre de sa présentation fait peur, vraiment, accuser le journalisme militant infiltré au monde de mettre en péril la crédibilité de la presse écrite est assez osé.
      Pour appuyer ma réflexion, une étude pourrait aussi accuser le logiciel libre de mettre en péril Apple ou Microsoft parce qu’ils intègrent l’un et l’autre du code libre.

    • Je ne connais pas le parcours politique et les motivations de Denis Morineau* qui signe cet article, non plus que la ligne de france-medias.
      Mais quand je lis les solutions proposées, comité d’éthique et de surveillance de la presse écrite, intervention du ministère de la culture, proposition de contribution de psychanalystes ou le simple fait d’évoquer la sauvegarde de l’identité et l’âme d’un journal (c’est quoi ?), cela m’inquiète pour la #liberté_de_la_presse, pas vous ?

      Il en va de la restauration d’un climat de confiance entre la rédaction et les lecteurs, largement mis à mal depuis une année. Il en va également de la nécessité pour Le Monde de continuer à être considéré, en France comme à l’étranger, comme un média suffisamment indépendant et qualitatif pour témoigner des mouvements de la société sans y perdre son identité et son âme. Nous avons compilé les principales mesures, dont certaines sont dores et déjà à l’étude au Ministère de la Culture, qui peuvent contribuer à cette évolution positive...

      Il convient, pour contribuer à rétablir cette confiance perdue, de mettre en place un comité d’éthique et de surveillance de la presse écrite. Cette instance doit pouvoir regrouper les directeurs de journaux, des directeurs de rédaction mais également des journalistes et bien évidemment, et en nombre significatif, des lecteurs et lectrices. En outre, des intellectuels, des sociologues, des sémiologiques voire des psychanalystes doivent également pouvoir apporter leurs contributions et leurs regards croisés et complémentaires (au delà des convictions politiques et ou idéologiques).

      * https://www.france-medias.fr/informations/#tab-1
      Dans la présentation de l’équipe (un seul et ex journaliste qui vient de la presse régionale groupe « Le Messager ») on trouve Denis Morineau

      Denis Morineau | Directeur de la publication et auteur
      Parcours & profil

      Diplômé de Neoma Business school de Rouen et d’HEC Montréal, Denis travaille très tôt dans l’univers du web (dès 1999) autour de projets européens basés à Paris. Il se lance ensuite dans l’édition web en créant des projets et concepts numériques. A l’origine de « Sortir en ville » (réseau social de sorties) ou encore de « Psychologie.fr ». Il déploie aussi son expression créative dans l’univers de l’architecture et du design en réalisant des espaces contemporains.
      Ses univers de prédilection

      Société et politique, géo-politique, médias, Histoire, sciences humaines (sociologie et psychanalyse), économie et Culture (théâtre et cinéma en particulier).
      Pourquoi France médias ?

      "Je souhaite que France médias permette au plus grand nombre de mieux comprendre et utiliser les médias. J’aimerais également que le site devienne une référence qualitative en termes de critique, d’évaluation et de décodage des médias."