#kéolis

  • Un SDF reçoit 200 euros d’amende pour « mendicité » dans le métro la voix du nord -Morgane Baghlali-Serres - 15 Mars 2018
    http://lavdn.lavoixdunord.fr/336122/article/2018-03-15/un-sdf-recoit-200-euros-d-amende-pour-mendicite-dans-le-metro

    L’association Une touche d’espoir a publié lundi sur Facebook une photo rapidement devenue virale : celle d’une amende Transpole reçue par un sans-abri, parce qu’il était assis dans le métro de la gare Lille-Flandres. Les bénévoles déplorent une amende d’un montant excessif (200 euros), Transpole répond que c’est le règlement.

    Dimanche, en maraude dans le centre-ville, sept bénévoles d’Une touche d’espoir rencontrent un sans-abri devant la gare, qui leur raconte une drôle d’histoire. Alors qu’il était assis en bas de l’escalator de l’arrêt de métro Lille-Flandres, l’homme s’est vu verbalisé d’une amende de 200 euros. « Il nous a sorti l’amende de sa poche, apparemment il en avait déjà reçu d’autres. Est-ce une pratique courante ou un excès de zèle ? », s’interroge un bénévole de l’association. La publication émeut les internautes. Ils sont plus de 1 500 personnes à la partager.

    Contacté, Transpole répond dans un communiqué qu’ils « travaillent main dans la main avec l’association ABEJ Solidarité pour aider les plus vulnérables. Deux éducateurs de l’ABEJ sont ainsi présents quotidiennement sur le réseau et opèrent des maraudes (…) » Cependant, Transpole justifie que ses agents « veillent au respect du règlement d’utilisation du réseau (…) » Et parmi les dispositions « figure l’interdiction de pratiquer toute forme de mendicité dans l’enceinte des transports guidés de voyageurs. Toute personne contrevenant à cette disposition s’expose à une amende prévue pour les contraventions de 4e classe (décret nº2016-541 du 3 mai 2016) ».

    « C’est commode de parler de règlement mais ce n’est pas suffisant, réagit un bénévole de l’association Une touche d’espoir. 200 euros d’amende pour un SDF c’est une aberration.  »

    #sdf #mendicité #Transpole #kéolis #agression #violence #Lille la #ville du #PS et de Madame #martine_aubry #haut_de_france #mel


  • Édito n°54 - Urbaine à ordures
    http://labrique.net/index.php/thematiques/editos/968-edito-n-54-urbaine-a-ordures

    La métropole européenne de Lille (MEL) vient de fêter en grande pompe ses cinquante ans. Cinquante années d’exploitation capitaliste, de gentrification, d’approfondissement des inégalités spatiales et sociales et d’un contrôle social exacerbé. En cinquante ans, les gens ont été écrasés par le rouleau compresseur métropolitain. Pour nous faire avaler la pilule, la MEL a sorti un beau bouquin de propagande vantant les mérites de leurs méfaits, avec le soutien de la presse locale – La Voix du Nord en tête – faisant le service après-vente de leur plan com’ parfaitement huilé. Et ça tache !

    #En_vedette #Éditos


  • « Neuf stations de métro bientôt parfumées »
    http://www.leprogres.fr/rhone-69-edition-lyon-metropole/2018/01/17/neuf-stations-de-metro-bientot-parfumees

    Pour couvrir des #odeurs désagréables, neuf des principales stations du #métro lyonnais (dont Bellecour, Hôtel de Ville, Charpennes, Saxe-Gambetta...) seront prochainement parfumées. Un contrat a été signé entre #Keolis et la société #Sensorys. Après six mois de test, en accord avec le Sytral, c’est une fragrance #Agrume-Thé_Vert qui a été retenue.

    Outre une amélioration de la qualité de service, « ce parfum décuple le sentiment de #sécurité », affirme Pierre Pagès, fondateur de Sensorys, une société qui fabrique elle-même les parfums d’ambiance dans l’Eure, et qui a fait de l’identité olfactive dans les transports une de ses spécialités.

    Et donc Sensorys
    sensorys.com

    Notre concept : La diffusion d’une fragrance renforce le #sentiment de #propreté et de #sécurité.

    (...)

    Le #sentiment_de_confiance dans vos services peut naître de la perception olfactive de vos clients quand ils utilisent vos sanitaires.

    (...) Les cabines d’essayage dans les grands magasins deviennent des espaces de #théâtralisation où le client doit se sentir chez lui.

    Les odeurs désagréables de sudation et autres doivent disparaître et laisser place à un univers de #confort_olfactif.

    (...) Nous avons crée l’#identité_olfactive des entreprises de VINCI Park, SPIE concessions, URBIS Park et gérons des parkings pour EFFIA, INTERPARKING, les Villes de Puteaux, Evreux etc ..

    (...) La mise en place de nos solutions contribue à #diminuer_les_incivilités et à #augmenter_la_satisfaction des locataires.

    Sensorys travaille aujourd’hui avec plus de 15 #bailleurs Nationaux dont Tours Habitat, Unicil, Lille Métropole Habitat, Habitat 3 moulins, Meaux Habitat, Cilgère, Proxylogis etc ..

    #marketing_olfactif #comportementalisme


  • Transports lillois : Keolis joue à qui veut perdre des millions mediacites.fr/lille - Olivier Aballain - 8 décembre 2017
    https://www.mediacites.fr/lille/decryptage-lille/2017/12/08/transports-lillois-keolis-joue-a-qui-veut-perdre-des-millions/8 minutes

    La Métropole européenne de Lille (MEL) choisira son nouveau délégataire pour les transports publics le 15 décembre. L’actuel détenteur, Keolis-Transpole, est donné archi-favori face à Transdev. Il a pourtant accumulé 85,7 millions d’euros de pertes ces dernières années. Explication d’un paradoxe.


    Ce 30 novembre 2017, à la station Lille Europe, Gilles Fargier est tout sourire. Le patron de Keolis Lille (Transpole) est venu en invité assister à l’inauguration des premiers portiques d’accès au métro dont il a la gestion. L’investissement dépasse le million d’euros, supporté intégralement par la métropole lilloise (MEL). C’est la Saint-Nicolas avec une semaine d’avance ! D’autant que dans sa hotte, le Père Noël Damien Castelain, président (divers droite) de la MEL, transporte un cadeau bien plus somptueux, d’une valeur de 60 millions d . . .

    La suite de l’article est payante. Néanmoins, quelques extraits :

    Un cadeau de 60 millions d’euros par la MEL à Kéolis pour que Transpole mette en place ces portiques de soit disant sécurité
    Un des rares cadeaux que la MEL aura fait à son opérateur de transport, tout au long du contrat de 7 ans qui s’achéve.

    Le réseau Lillois a plongé dans le rouge dés 2012.
    Année après année, l’exploitant Kéolis Transpole a du essuyer les pertes, et plus exactement demander à sa maison mère, Kéolis Sa, contrôlé par la SNCF de boucher les trous.
    Celui ci a re financé sa filiale Lillois à hauteur de 64,8 millions d’euros en capital entre 2012 et 2016. Un gouffre.

    Kéolis et Trandev se livrent à une concurrence acharné sur le renouvellement du contrat (avec énormément d’avantages pour kéolis).

    Transpole a accumulé de 2011 à 2016 un déficit d’exploitation de 85,7 millions d’euros, qui intègre le transfert à kéolis SA de 80 % du crédit d’impôts CICE touché par la filiale Lilloise.

    Kéolis SA a du re capitaliser sa filiale pour compenser la cash consommé par son déficit.

    De 2012 à 2016, le montant versé par Kéolis à sa filiale a attend 64,8 millions d’euros, dont ma majorité en cash selon les experts du cabinet Secafi . . .

    La billetique, un ratage bien exploité par Transpole
    La mise en place de la carte et du ticket Pass Pass sans contact a été pour le moins chaotique . . .
    Un manque à gagner évalué à 23 millions d’euros pour la seule année 2016 . . . .
    Kéolis tente donc d’obtenir une indemnisation pour les dysfonctionnement du systéme Pass Pass . . .
    Rien ne dit qu’une telle somme finira par renter dans les caisses de l’entreprise . . .

    En attendant, la direction a pu mettre la pression sur les salariés et même sur l’emploi . . .

    Un investissement sur l’avenir
    Ce qui semble par dessus tout motiver Kéolis ce sont . . .
    Un tramway vers Lesquin en 2013 . .
    L’intégration à un grand réseau ( Bus Tramway Métro automatique . . . ) pour ses contrats à l’étranger . . .

    Aucun opérateur ne peut officiellement prévoir une marge négative, mais rien ne les empêche de se tromper . .

    #Keolis #Transpole #Transdev #Lille #MEL #Damien-Castelain #SNCF #Portiques #Tramway #Bus #billeterie Les #affaires sont les affaires #berdouilleux


  • Les premiers portillons anti-fraude du métro ont été inaugurés La voix du Nord - Benjamin Duthoit - 30 Novembre 2017
    http://www.lavoixdunord.fr/276274/article/2017-11-30/les-premiers-portillons-anti-fraude-du-metro-ont-ete-inaugures

    Les premiers portiques anti-fraude du métro de l’agglomération lilloise ont été mis en service ce jeudi matin à la gare Lille-Europe. Ils ont été inaugurés par Damien Castelain, président de la MEL (Métropole européenne de Lille), Gérald Darmanin, vice-président de la MEL en charge de la sécurité dans les transports, et le préfet Michel Lalande. D’ici fin 2020, toutes les stations du réseau Transpole seront équipées.

    Ce jeudi matin, Damien Castelain, président de la MEL (Métropole européenne de Lille), Gérald Darmanin, vice-président de la MEL en charge de la sécurité dans les transports, et Michel Lalande, préfet du Nord, ont inauguré les premiers portiques anti-fraude du métro du réseau Transpole, à la gare Lille-Europe.

    Dès la fin de la cérémonie, la mise en service de ce nouvel outil a été activée. Il vous faudra donc être munis d’un titre de transport valide pour pouvoir pénétrer dans la station. L’objectif de cette installation est de lutter encore plus efficacement contre la fraude, en baisse depuis quelques années.

    En 2018, six autres stations de métro seront équipées de portiques (Lille Flandres, Porte des Postes, République Beaux-Arts, Eurotéléport, Tourcoing Centre et Porte de Douai). Toutes les stations seront pourvues d’ici la fin 2020, a précisé Damien Castelain.

    #Kéolis #transports #métro #Lille #violence #violence_institutionnelle #Damien_Castelain #Gérald_Darmanin #Transpole #Tourcoing #guerre_aux_pauvres #gaspillage


  • Une navette sans conducteur accidentée dès le premier jour de sa mise en service RTBF - RTBF avec Agences - 9 Novembre 2017
    https://www.rtbf.be/info/societe/detail_une-navette-sans-conducteur-accidentee-des-le-premier-jour-de-sa-mise-en

    Un véhicule autonome qui circulait lors d’un test de navette à Las Vegas est entré en collision avec un camion de livraison mercredi, au premier jour de sa mise en service.

    Selon les autorités municipales, la responsabilité de l’incident, qui n’a pas fait de blessé, est revenue au chauffeur du camion de livraison qui a reçu une contravention.

    « La navette a fait ce qu’elle devait faire dans le sens où ses capteurs ont enregistré le camion et elle s’est arrêtée pour éviter la collision », ont indiqué les services municipaux sur le site Tumblr.

    « Malheureusement, le camion ne s’est pas arrêté et a effleuré l’aile avant de la navette », ajoute le texte.

    La navette #Arma, conçue par la société française #Navya, venait le jour-même d’être mise en service pour un test de #véhicule_autonome devant durer un an à Las Vegas.

    Trajets gratuits en centre-ville
    Les navettes Arma, opérant en collaboration avec la société de transport #Keolis, fournissent des trajets gratuits dans le centre ville de Las Vegas.

    Selon un porte-parole de l’entreprise, des opérateurs sont à bord de la navette davantage pour servir de personnel d’accueil que pour servir de chauffeurs de secours.

    Ce programme pilote, parrainé par l’American Automobile Association (AAA), a été présenté comme le premier service de navette autonome du pays pour le grand public.

    « En plus d’étudier comment la navette réagit dans un environnement de trafic en centre-ville, AAA va interroger les passagers sur leur expérience afin de comprendre pourquoi un grand pourcentage de consommateurs restent méfiants vis-à-vis de la conduite autonome et si le fait d’avoir une expérience personnelle de cette technologie change leur perception », a indiqué la ville en présentant le service test.

    Navya avait dévoilé mardi l’Autonom Cab, une navette électrique autonome sans volant ni pédale, capable de transporter jusqu’à six personnes.

    La société a affirmé avoir des partenariats avec des sociétés de transport comme #Keolis en Europe et aux Etats-Unis ou #RAC en Australie, ce qui lui permettrait de déployer des flottes autonomes en milieu urbain.
    #MDR


  • La Brique Lille sur les ondes - le numéro 50 : Les chiens ne font pas des chats
    On a pris le magnétophone, l’escalier (400 marches) , et on a frappé à la porte, au milieu du chant des sirènes lilloises.
    – Présentation du N° 50 : Ré création Permanente et de son dossier : L’enfance et l’éducation, l’offensive.
    
- Le collège sécuritaire de Lille Moulin : Bienvenue à Alcatraz ! Chacun(e) à sa place.

    – Le beau bar de génération identitaire : La Citadelle à Lille.
    
- Métro de Lille, drôle d’odeur à Saint Maurice Pellevoisin.

    – Plus il y a de riches au M2, plus il y a d’arbres : L’Argent des Mulliez planqué chez les 3 Suisses. Notre bourgeoisie locale.


    Les Soeurs Chamots (Ta geule)
    https://www.youtube.com/watch?v=6TVYc-nylf8

    Leur Soundcloud : https://soundcloud.com/les-chamots

    Loïc Lantoine : Quand les Cigares
    https://www.youtube.com/watch?v=GFzmO5_KMoQ


    Rappel : Les Willot, quatre frères dans le vent (Images d’archive INA)
    https://www.youtube.com/watch?v=IN5k6zx_4ik

    A propos du rachat des usines Boussac par la société Ferinel (Bernard Arnault)
    https://www.youtube.com/watch?v=2hgBYD10MZs

    #La_Brique #Lille #Enfance #Education #Ecole #Lille_Moulin #Collège #identitaire #fn #Métro #kéolis #Parfum #Mulliez #Croix #3_Suisses #Immobilier #Audio #Radio #Radios_Libres #Radio_Campus_Lille #violence_sociale


  • Des femmes pour l’excuse sécuritaire La Brique Lille - Stella, Mona - 9 mars 2017

    Il a bon dos, le « plan de lutte national contre le harcèlement sexiste et les violences sexuelles dans les transports en commun » ! Ou comment une occasion de « bien faire » se transforme en opportunité de « faire bien ». À Lille, dans le secteur des deux gares, une marche participative a lieu courant novembre. Mais ce n’est ni notre sécurité effective, ni même un entrebâillement émancipateur pour les femmes que recherchent in fine les entreprises qui l’organisent, Keolis1, la SNCF et la SPL Euralille2. L’objectif suprême, c’est d’attirer davantage de clientes3. Sans surprise.

    Nous avons participé aux premiers temps du protocole : la réunion préparatoire, la marche exploratoire et la réunion de bilan. Une restitution auprès des élu.es locaux est prévue, mais pas avant janvier. Le taux de participation est dérisoire : une dizaine de femmes arrive péniblement à la réunion de préparation – il faut dire que même le personnel de la gare a du mal à nous indiquer la salle. On en retrouve moins du double à la marche ; quant à la réunion de bilan, le score plafonne à six ! Le projet aurait pourtant pu faire l’objet d’une communication massive : ces entreprises ont des pouvoirs de communication titanesques... Mais on n’est jamais mieux servi que par soi-même : dans cette mascarade pseudo-participative, à part nous et quelques autres femmes, toutes les participantes bossent soit pour Keolis, soit pour Citéo5. Lors de la première réunion, ces collègues se disent « intéressées par la démarche ». Elles veulent « voir si elles peuvent s’en inspirer » dans leurs services respectifs. Nous sommes tombées en pleine réunion de famille ! Et comme s’en réjouissent celles et ceux qui mènent la réunion : après le caractère expérimental des marches exploratoires vient le temps d’une véritable « industrialisation » du concept. Pour le meilleur du pire des mondes ?



    Merci papa

    C’est un homme qui ouvre la réunion préparatoire. Normal, pour introduire le projet d’une marche non-mixte. Ce monsieur, c’est le responsable du pôle sûreté de la SNCF de Lille. Comme c’est le chef, il nous explique comment ça va se passer. Il rappelle le cadre dans lequel s’inscrit l’action de son entreprise : le plan de lutte, sorti l’été dernier. Il évoque vite fait et sans lien le cas des frotteurs dans le métro parisien pour énoncer quelques secondes plus tard le prétendu objectif : réduire le sentiment d’insécurité des femmes dans les transports publics et aux abords des gares de Lille.

    Pour l’atteindre, trois étapes : diagnostiquer les points forts et les points faibles de la gare Lille Flandres et ses abords et établir un parcours ; ensuite, la marche aidant, proposer des solutions pratiques ; et enfin changer le regard des femmes sur les transports en commun. Par contre, le chef nous prévient : « Pour pas que vous soyez déçues... C’est pas parce que vous proposez quelque chose qu’on va le mettre en place. Les propositions sont examinées, évaluées... Et on demande à ce que ce soit réaliste parce que si vous me dites : "À cet endroit-là faut mettre 8 caméras et 20 spots halogènes", ça va pas le faire ». Forcément, pour lui, seul l’arsenal sécuritaire est une réponse envisageable. Et si nous voulons nous inspirer des propositions faites par d’autres femmes, dans d’autres quartiers ou d’autres villes ?

    Élodie Longuemart, chargée de mission pour l’égalité femmes-hommes à la mairie de Lille, s’apprête à dire oui, réjouie à l’idée de partager son travail. Mais le chef l’arrête d’un geste du bras. « Vous comprenez, on préfère que vous ne soyez pas influencées ». Non, on ne comprend pas : ça pourrait nous aider à ouvrir les yeux sur le terrain, de voir sur quels éléments d’autres femmes avant nous ont été vigilantes. Faire évoluer l’outil des marches exploratoires, s’en emparer. Comprendre ce que les femmes ont proposé pour renforcer le sentiment de sécurité... Sentiment ? C’est cette approche affective qu’on nous demande d’avoir. La philosophie de la marche est précisément fondée sur le « sentiment d’insécurité », terreau fertile de la propagande sécuritaire. Nous sommes là pour légitimer l’action des flics et élargir encore un peu plus les normes du contrôle. C’est compris, les filles ? Papa a dit : on ne réfléchit pas, on ressent !

    Au nom de la liberté, mon cul !

    Le processus est sexiste en lui-même, comment pourrait-il peser contre le harcèlement ou les violences sexuelles dans les transports ? Tout est misé sur les stéréotypes lourds et faciles de « demoiselle en détresse » et de « maman respectable ». On est en train de nous dire que nous fantasmons le danger, et que ce sont nos sentiments qui nous empêchent de mettre le nez dehors – et de biper nos tickets à puce RFID. Pas qu’on serait retenues à la maison par les tâches domestiques ou familiales, notre éducation, ou encore par des expériences fâcheuses...

    Keolis a déjà organisé des marches participatives dans le métro, en s’arrêtant particulièrement sur les stations Porte de Valenciennes à Lille, et Gare Lebas à Roubaix. Héloïse Gerber, coordinatrice prévention chez Keolis, nous diffuse alors un petit clip documentaire de Keolife5. On y voit quelques-unes des participantes à ces marches-là, ainsi que leurs motivations. Parmi elles, l’une des cheffes de La Redoute, ravie de participer pour que ses employées puissent aller et venir plus sereinement sur leur lieu de travail, sans se faire apostropher par les relous du quartier. Ah ! Le bien-être des salarié.es, c’est la performance possible, la confiance retrouvée dans sa hiérarchie ! Et puis cette madame Transpole aussi, qui sort clairement de ses habitudes en venant sur son propre terrain pour « comprendre » pourquoi elle compte moins de clientes que de clients. Après la vidéo, on s’attache à déterminer un parcours.



    Des sentiments et des gommettes

    La suite : http://labrique.net/index.php/thematiques/feminismes/861-des-femmes-pour-l-excuse-securitaire

    #La_Brique #Transpole #Keolis #Marches #exploratoires #sécurité #harcèlement #sexiste #PS #Élodie_Longuemart #Lille #mairie_de_Lille #puce_RFID


  • La Brique dans La Voix sans maître
    http://www.campuslille.com/index.php/entry/la-brique-dans-la-voix-sans-maitre

    Vendredi 13 janvier 2017, l’émission La Voix sans maître (sur Radio Campus Lille) invitait l’équipe du journal La Brique pour discuter du dernier numéro « La Conquête de l’espace » et notamment sur trois articles du dossier sur les femmes dans l’espace public.
    L’entretien débute à 20 minutes et 45 secondes)

    DOSSIER p.9-13 du N° 49

    L’émancipation sous contrainte
    Depuis 2014, la ville de Lille expérimente les « marches exploratoires » par des femmes en non-mixité dont l’objectif est de favoriser les prises de parole des femmes dans l’espace public. Chouette, qu’on s’est dit : une initiative organisée par la mairie pour parler entre femmes de sexisme, pourquoi pas ? Après enquête, entretiens et tout le tintouin, on a un peu déchanté : tout n’est pas à jeter mais force est de constater que le résultat est un peu moins reluisant que sur la plaquette. Longue est la route vers l’égalité !
     
    Des femmes pour l’excuse sécuritaire
    Il a bon dos, le « plan de lutte national contre le harcèlement sexiste et les violences sexuelles dans les transports en commun » ! Ou comment une occasion de « bien faire » se transforme en opportunité de « faire bien ». À Lille, dans le secteur des deux gares, une marche participative a lieu courant novembre. Mais ce n’est ni notre sécurité effective, ni même un entrebâillement émancipateur pour les femmes que recherchent in fine les entreprises qui l’organisent, Keolis, la SNCF et la SPL Euralille. L’objectif suprême, c’est d’attirer davantage de clientes. Sans surprise.

    Mixité : l’égalité déchante
    Édith Maruéjouls est chargée de mission « égalité » au sein de la mairie de Floirac, commune girondine de 16 000 habitant.es. Elle contribue à définir et à mettre en œuvre une politique d’égalité dans les pratiques de loisirs entre hommes et femmes. Elle a soutenu en 2014 une thèse en géographie du genre intitulée « Mixité, égalité et genre dans les espaces du loisir des jeunes. Pertinence d’un paradigme féministe ». Elle évoque dans cet entretien son travail sur les inégalités réelles entre les sexes et aborde plus particulièrement le cas des espaces de loisir des jeunes, terreau de ces processus.

    http://labrique.net/index.php/breves/879-la-brique-sur-les-ondes-radio
    #La_Brique #Radio #Audio #Radios_Libres #Lille #La_Voix_sans_maître #CCL #Femmes #Emancipation #non-mixité #Espace_Public #Sexisme #Kéolis #SNCF #SPL_Euralille #Édith_Maruéjouls #marche_participative #harcèlement_sexiste


  • Kéolis : De la Fraude ? ou de la triche ?
    2 milliards d’euros en jeux sur Lille Roubaix Tourcoing

    Délégation des transports de la métropole lilloise : l’appel d’offres déraille la voix du mort - PATRICK SEGHI - 29/11/2016

    Alors que Keolis, expert en métro automatique, a ouvert son garage-atelier et son PC à la presse pour revendiquer son « leadership mondial », les élus communautaires élimineront ce vendredi les deux offres reçues dans le cadre de la future délégation de service public transports. En voiture pour un nouveau tour.
    « Il convient de déclarer infructueuse la consultation lancée… et d’autoriser le lancement d’une nouvelle procédure. » Ce vendredi, les élus communautaires décideront de l’élimination des offres remises par Keolis et Transdev, candidats à l’attribution de la délégation de service public pour l’exploitation des transports urbains de la métropole. Ce marché d’un montant avoisinant les deux milliards d’euros de chiffre d’affaires pour une durée de sept ans sera, selon toute vraisemblance, relancé.
    Selon un document que s’est procuré La Voix du Nord, « les offres remises ne respectent pas les conditions et caractéristiques minimales de la consultation ». Une bataille juridique pourrait s’engager à ce titre. La seule certitude révélée (outre l’abandon des offres) est que l’échéancier fixé ne devrait pas être modifié. Le futur délégataire serait connu à la fin du premier semestre 2017 pour une prise d’exploitation au 1er janvier 2018.
    . . . . . .

    http://www.lavoixdunord.fr/82204/article/2016-11-29/delegation-des-transports-de-la-metropole-lilloise-l-appel-d-offres-der
    #transports #Lille #kéolis


  • LILLE MÉTROPOLE SERT LA SOUPE À KEOLIS... ET CRACHE DANS CELLE DES PAUVRES
    La Brique Lille Décembre 2015, Par Riton

    Parce qu’elle s’est embarquée dans un nouveau contrat foireux, Lille Métropole s’est mise en tête de faire les poches des pauvres pour rembourser la société qui gère Transpole, Keolis. Au passage, Darmanin, maire de Tourcoing et vice-président aux transports, en a profité pour nous coller des flics et des portiques. Ce qui devait arriver est déjà là : depuis le basculement à droite de Lille Métropole, la nouvelle majorité poursuit la même politique que l’ancienne – en pire.  
     
    Tout commence par une tambouille mal ficelée. En 2011, Lille Métropole (MEL) signe avec la société Keolis un nouveau contrat pour la gestion du réseau lillois de Transpole. Une série de clauses stipulent que la MEL doit tout mettre en œuvre pour assurer la rentabilité du réseau. Sauf que rien ne se passe comme prévu : pas assez de voyages assurés (178 millions sur les 245 convenus pour 2017), et une fraude qui dépasse toutes leurs prévisions. Conséquence : Keolis n’est pas, mais alors pas du tout rentrée dans ses frais. Depuis 2011, 40 millions de dette se sont accumulées. Alors à la MEL, c’est la panique : la fin du contrat est pour 2017, et il faudra bientôt rendre des comptes – ou plutôt les solder. Keolis réclame 50 millions, quand la MEL estime qu’elle ne devra que 4 millions. Dans tous les cas, il faudra passer à la caisse. Et Darmanin, élu délégué aux transports de la Métropole, a trouvé une parade lui permettant de faire coup double : renflouer les caisses... en donnant libre cours à ses délires sécuritaires.

    T’es pauvre ? Ben reste chez toi.

    On connaît désormais la solution retenue : une hausse du prix du transport chiffrée à 3 millions d’euros. La MEL justifie cette augmentation en invoquant une augmentation de la TVA1 sur les transports. Prévue pour 2014, elle avait été initialement repoussée – il faut dire qu’à l’époque, on était en période pré-électorale. Darmanin a beau s’imaginer une tarification « sociale » et un souci d’ « équité »  : il a surtout précisé que « plus personne ne voyagera gratuitement ». Et tant pis pour les retraité.es, les chômeur.ses et les déficient.es visuel.les visé.es par la mesure. On vous le dit, la gratuité c’est fini : un abonnement pour un minimum de sept euros par mois sera désormais requis. Plus généralement, la nouvelle grille appliquée à partir du 1er janvier 2016 se traduira par une hausse massive des tarifs pour une bonne partie des usagers.

    Mais de quoi je me MEL ?

    En guise de nouvelle grille2, on parle plutôt d’un tableur avec 30 000 catégories différentes. Au point de se demander si la complexité n’a pas été pensée pour perdre les usagers – la clientèle, pardon. La nouvelle tarification sera calculée sur la base du quotient familial, soit les ressources de la famille divisées en parts. En gros : la gratuité est remplacée par trois seuils de réduction. Ces seuils concernent les personnes disposant d’un QF allant de 375 euros à 716 euros. Au-dessus de ce dernier seuil, il faudra désormais payer plein pot. Pour les réducs, il faudra donc montrer patte blanche et prouver au millimètre qu’on est aussi pauvre qu’on le prétend. Place à la paperasse, qui en découragera sûrement plus d’un.e de recourir à ses droits.

    Si une partie des usagers pourra peut-être s’y retrouver (comme les chômeur.ses non-indemnisé.es qui n’avaient droit à rien auparavant), les plus défavorisés seront davantage dépouillés que les plus riches : alors que certain.es personnes bénéficiaient de la gratuité, ils devront à présent allonger 72 euros par an quand les plus aisé.es devront eux s’acquitter de... 40 euros supplémentaires. Ces derniers régaleront néanmoins – et au total – Transpole de la maudite somme de 588 euros par an, rien que ça. La fin de toute gratuité pose aussi la question de l’accompagnement des personnes à mobilité réduite : la nouvelle tarification touchera-t-elle les accompagna—teurs de personnes dont la carte d’invalidité précise « avoir besoin d’une tierce personne »  ?

    Humour orwellien

    La MEL a donc besoin d’argent. Sauf quand il s’agit de financer les projets sécuritaires de Darmanin : alors là, c’est carte bleue. D’ici 2017-2018, sept stations seront équipées d’imposants portiques à l’entrée des quais, le tout pour un coût invraisemblable de 9 millions d’euros. Peut-être que les vitres seront en diamant. Avec ces nouveaux dispositifs de contrôle, Darmanin espère enrayer la fraude jusqu’à obtenir un taux de recouvrement de 100% des amendes. Les agents de contrôles de Transpole sont certes habilités à demander l’identité des fraudeurs et fraudeuses, mais ils ne peuvent pas les fouiller. C’est ainsi que, d’après Transpole, les deux-tiers des personnes donnent une fausse identité pour esquiver leurs amendes. Autant dire que si Darmanin vise les 100% de recouvrement, il devra assurer un taux de présence des flics de... 100%. C’est pourtant écrit partout : « Avec Transpole, vous allez aimer être libre ».
     
    Riton

    1. Délibérations de la MEL du 17 avril 2015. La délibération du contrôle d’accès et de la nouvelle tarification ont été expédiées et votées à la suite.
    2. Nouvelle tarification issue du rapport officiel de Transpole.

    TARIFICATION ANTI-SOCIALE : LE P.S. COMPOSTE SON TICKET

    Sur 179 élu.es, seul.es 15 d’entre eux se sont abstenus lors du vote. Et ce n’est pas la gauche, mais l’extrême-droite qui profite des réformes anti-pauvres pour se la jouer miséricordieuse. En plein contexte austéritaire, comment une dépense aussi élevée a-t-elle pu recueillir autant de voix ? Un élu de la MEL nous livre bien un indice : « Sur ce débat, il doit y avoir seulement 5 élus sur les 179 qui connaissent les tenants et les aboutissants » . Et il est fort probable que, comme d’habitude lors de ces longues séances où rien ne se joue1, la plupart a soit roupillé, soit égayé sa torpeur en prenant des selfies2.

    On en est là, et certains vont même encore au-delà : à la sortie du métro République, on croise par hasard un élu du coin occupé à tracter pour Pierre de Saintignon. Sébastien Duhem est président PS du conseil de quartier de Fives, et proche de certains élus métropolitains. Après avoir cherché à nous refourguer sa came sur l’amélioration des transports promise par son leader, il nous présente Darmanin comme seul responsable de l’augmentation des tarifs et de l’installation des portiques. Aimablement, on lui rappelle donc que le groupe PS a voté pour ces décisions. S’ensuit une courageuse tentative de fuite : « Le Conseil régional, ben c’est pas la MEL, alors que nous là, on tracte pour la Région euh... » . On l’interroge sur la possible baisse de la fréquentation liée à la hausse des tarifs. Il répond comme un automate : « Croyez-vous vraiment que les gens qui utilisent le métro pour aller travailler vont arrêter de le prendre parce qu’on augmente les tarifs ? S’ils en ont besoin, ils l’utiliseront » . En voilà, une belle idée du service public !
     
    1. La plupart des délibérations sont déjà ficelées au moment de passer en Conseil communautaire, au point que la mise au vote relève le plus souvent de la pure formalité. « Lille Métropole : ’’Ils ne rendront pas ce qu’ils nous ont confisqué’’ », voir La Brique n°33.
    2. Si si, on est allé vérifier.

    2014 - 2016 Kéolis LE SYSTÈME DE COMPOSTAGE FONCTIONNE TOUJOURS AUSSI ALÉATOIREMENT !

    2016 C’est toujours comme ça  :

    6/11/2013 par Patrick Seghi de La Voix du Nord : Métropole lilloise : billettique, les pannes passent et (re) passent chez Transpole

    Il y a des sujets qui fâchent. Évoquer la fiabilité de la billettique de Transpole en fait partie. La carte Pass-Pass reste en travers de la gorge d’un bon nombre de valideurs. Promis, juré, ce sera réglé cette semaine ou la prochaine au plus tard. Quant au bon vieux ticket de métro, il représente toujours un tiers des voyages.

    Spectaculaire. Un énorme bug. Une panne totale, « indépendante de Transpole » et fruit « d’une fausse manœuvre sur la fibre optique » survenue samedi dernier où tous les valideurs sont restés en rade (nos éditions précédentes). Il n’en fallait pas plus pour relancer la question de la fragilité de la billettique. Un petit tour ces lundi et mardi stations Rihour, porte des Postes et CHRB Calmette et toujours quelques cartons rouges. « Les contrôleurs se montrent conciliants, ils savent que les pannes sont nombreuses » , glisse une étudiante. Le valideur lui souhaite « bon voyage ». Une attention délicate qui ne doit pas occulter les nombreuses interrogations qui ne trouvent, pour le moment, que des réponses très évasives de la part de la direction de Transpole. Au moins, reconnaît-elle l’étendue du problème. « Le système n’est pas encore stabilisé mais globalement il s’améliore et il fonctionne ».

    Lorsqu’on pousse Olivier Broche, directeur commercial, dans ses derniers retranchements, celui-ci convient « d’un taux de validation variable en fonction des stations et des heures de la journée. » . Plus, les passages sont nombreux et plus les incidents sont proportionnels. Un taux qui voici quelques semaines était de façon très imprécise évalué à « plus de 10 % sur l’ensemble d’une journée et sur une station précise » . De l’histoire ancienne promet Olivier Broche. « En fin de semaine, notre prestataire mettra en place un nouveau logiciel censé corriger l’essentiel des dysfonctionnements. »

    #Lille #La_Brique #MEL #Kéolis #Transports #Transpole #transports_en_commun #Darmanin #sécuritaire #gratuité #Lille_Métropole #PS #contrôle #Pass_Pass #métro #tramway #bus


  • Lille : La Mutuelle des Fraudeurs dans La Brique et à la Radio ce week end
    POUR TRANSPOLE, VOUS ÊTES TOUS DES FRAUDEURS. Un Angle d’Attac : LA GRATUITÉ DES TRANSPORTS EN COMMUN C’EST POSSIBLE !

    _ Ce Samedi 16 Janvier, Christian, Floran, Monique, René la science, La mutuelle des Fraudeurs autours des micros pour décortiquer la mobilité et les transports dans la Métropole Européenne de Lille, la MEL, et l’actualité des alternatives. _

    7 associations locales viennent de (re)créer une Coordination pour la Gratuité des Transports en Commun dans la Métropole Lilloise.
    A l’origine de ce mouvement, 3 constats :

    Le premier est l’orientation politique de la MEL sur la mobilité et les transports qui s’est traduite en cette rentrée par :
    – Une hausse massive et injuste des tarifs et la fin de la gratuité pour les publics les plus précaires,
    – Une propagande honteuse de Transpole qui insulte les usagers fraudeurs par nécessité ou conviction, propagande grossière renforcée par
    – Une loi inique déposée par le député PS Gilles Savary et qui n’hésite pas à amalgamer terrorisme, délinquance et fraudeurs.
    Le deuxième, c’est l’assurance que la gratuité des transports publics est possible, comme dans une trentaine de villes françaises et européennes.
    Le troisième, c’est le déficit criant de démocratie dans cette instance politique qu’est le Conseil de la Métropole et le réveil de citoyens qui entendent réclamer des comptes à leurs élus.
    La suite : http://www.campuslille.com/index.php/entry/la-gratuite-des-transports-en-commun-c-est-possible


    MUTUELLE DES FRAUDEURS, ENSEMBLE CRÉONS DES LIENS La Brique
    La Mutuelle des fraudeurs de Lille est un collectif qui prône la gratuité des transports en commun pour tous.tes. Suite à l’attaque en justice par Transpole en mai dernier, on aurait pu la croire morte et enterrée. Il n’en est rien ! La Mutuelle est bien vivante, et encore plus déterminée. Entre un projet de livre, et une coordination unitaire pour la gratuité des transports, le collectif ne lâche rien. Rencontre avec quelques un.es de ses membres.
    Pouvez-vous nous présenter la Mutuelle des Fraudeurs de Lille ? 

    Source : http://labrique.net/index.php/thematiques/lutte-des-classes/734-mutuelle-des-fraudeurs-ensemble-creons-des-liens

    La mutuelle existe depuis cinq ans, précisément depuis septembre 2009. Elle fait suite à un contexte particulier, le mouvement « Ne plus payer » en Grèce. Suite à la crise de 2008, des Grecs, regroupés en collectif, décident de ne plus payer les impôts, les factures d’électricité, le loyer, ainsi que les transports. Au même moment, un appel a été lancé qui invitait à multiplier les mutuelles des fraudeurs partout. Notre création s’inscrit donc dans un propos plus large que la seule question des transports.

    Le but initial est de ne pas payer les transports en commun et d’en revendiquer la gratuité. C’est un collectif d’entraide, mais pas seulement. On veut dénoncer la politique inégalitaire des transports en commun à Lille, et rendre visible tout ce système d’exploitation. Le développement du capitalisme passe largement par les transports, et aussi ceux en commun.

    Comment fonctionne le collectif ?

    C’est un fonctionnement horizontal, sans chef ni hiérarchie. Le collectif se réunit une fois par mois. Si des membres ont des amendes, on les rembourse grâce à notre caisse collective où chacun.e cotise. Les réunions sont l’occasion de parler du collectif, monter des projets comme le livre qui va bientôt sortir, et aussi parler des actualités sur Transpole. Où en est la répression, l’installation des portiques, etc. Des personnes se proposent pour faire la trésorerie, être secrétaire durant les réunions, gérer la boite mail, et aussi envoyer des SMS pour se prévenir des contrôles. D’ailleurs, se prévenir des contrôles deviendra peut-être illégal si la proposition de loi du député Gilles Savary est adoptée.

    Êtes-vous en lien avec d’autres Mutuelles ? En France ou ailleurs ?
    On a des contacts avec celles de Paris, Rennes,Bordeaux mais aussi en Belgique et en Allemagne. La plupart du temps, c’est pour échanger des infos ou demander des conseils pour créer des mutuelles, mais c’est aussi du soutien, comme lors de notre procès.

    Vous êtes passé.es au tribunal en mai dernier, vous pouvez revenir là-dessus ?
    La suite sur le site de La Brique http://labrique.net/index.php/thematiques/lutte-des-classes/734-mutuelle-des-fraudeurs-ensemble-creons-des-liens

    #Transpole #Kéolis #La_Brique #Lille #Transports #Attac #radio #audio #Radio_Campus_Lille #Transports_en_commun #Collectif #Gilles_Savary #tribunal #Martine_Aubry #PS #Solidarité #Mutuelles


  • Fin de la gratuité des transports pour les chômeurs à Dijon
    https://www.francebleu.fr/infos/societe/donnez-votre-avis-les-chomeurs-doivent-ils-payer-les-transports-en-commun

    La fin de la gratuité pour les chômeurs à Dijon ! La décision doit rentrer en vigueur en mai prochain. Jusqu’à présent les demandeurs d’emploi pouvaient bénéficier d’un « pass » de cinquante trajets par mois, sous certaines conditions de ressources , pour prendre le bus et le tram gratuitement.

    A partir de mai 2016, seuls les chômeurs éligibles à la CMU (la couverture maladie universelle), pourront bénéficier d’un tarif spécial, soit 6 euros par mois, pour un « pass » illimité. Une proposition de la majorité soutenue donc par l’opposition qui a voté pour cette mesure, à l’image de Laurent Bourguignat conseiller du Grand Dijon pour Les Républicains.


  • Circulez, y’a rien à voir ! - La Brique - Lille sur les ondes - le numéro 45
    Ce Vendredi 4 Décembre 2015, le collectif de #La_Brique de Lille sur les ondes, à l’invitation de «  La voix sans maitre  », non pas pour courir, mais pour présenter leur numéro 45 : Circulez, y’a rien à voir !

    AU SOMMAIRE DU N°45
    http://labrique.net/index.php/numeros/729-n-45-circulez-y-a-rien-a-voir
    Cours ou crève
    Pierre de Saintignon : si vous aviez raté un métro
    Lille Métropole sert la soupe à #Keolis et crache dans celle des pauvres
    #Mutuelle_des_Fraudeurs, ensemble créons des liens
    Réseau express vers la faillite
    #SNCF : la voie libérale
    Tous mobiles ou tous flexibles ? Les dessous de la "mobilité généralisée"...
    Prisonniers de #Calais
    Mon vélo est-il révolutionnaire ?
    La ville à mobilité réduite 
    BD Google Car par Achille Blaster
    Delta 3 : dans l’enfer du capitalisme logistique
    Péniches d’hier et d’aujourd’hui
    #Canal_Seine_Nord
    Des marins marchands aux marchands de marins
    Fives : voie rapide contre voix ouvrières


    La voix sans maitre, c’est tous les Vendredi à 20h, l’actualité vue par les anars, les libertaires de lille et d’ailleurs, avec Lucien, Van, Saint-Marc . . . . sur Radio Campus Lille
    http://www.campuslille.com/index.php/easyblog/entry/la-brique-lille-sur-les-ondes-le-numero-45

    L’agenda de Lille Libertaire c’est ici : http://lille.cybertaria.org/spip.php?rubrique12 . On a retiré l’agenda du début de l’émission, car il est hélas éphémère.

    COURS OU CRÈVE
    « Mobilité = priorité » . #Damien_Castelain, président de #Lille_Métropole, avait-il besoin d’un tweet débile pour rappeler ce que tout le monde ressent chaque jour si fort ? La « #mobilité » malmène déjà le pouls de nos vies accélérées ; elle fracture nos horaires de taf ; elle excite constamment les smartphones, et elle commande même nos « projets d’avenir ». Elle est cette espèce de lame de fond qui nous pousse à réaliser toujours plus vite toujours plus de trucs qu’on nous dit de faire.
     
    Parce qu’elle est une des idéologies de notre temps, La Brique l’a placée sous ses scalpels. Le sociologue #Hartmut_Rosa dit à propos d’elle qu’elle est une « force totalitaire » : elle exerce en permanence une pression sur nos têtes, dans tous les domaines de la vie ; et il est presque impossible de la critiquer. Elle est cette « _ peur constante que nous pouvons perdre le combat, que nous pouvons cesser d’être capables de suivre le rythme, c’est-à-dire de satisfaire tous les besoins (en augmentation constante)... la peur de ne jamais être capable de rester dans la course 1 _ ».

    « Force totalitaire »
    Ici comme ailleurs, la mobilité accélérée n’enrôle pourtant pas tout le monde sur le même mode. Pendant qu’elle sucre les acquis des #chômeurs, la société #Transpole met en place des plans de déplacements pour aider les entreprises. Pendant que les urbain.es pressé.es font leurs achats sur le net, les ouvriers de Dourges, de Hem ou de Lesquin se brisent l’échine dans les entrepôts du «  e-business  ». Pendant que les cadres traversent le centre-ville en vélo pour pédaler de chez eux au boulot, #Pôle_emploi conduit les pauvres à s’exiler bosser à plus de cent bornes de chez eux. Pour ceux-là d’ailleurs, la mobilité physique n’est déjà plus que la condition nécessaire pour espérer le surplace économique . La mobilité, comme course à la compétitivité, laisse les inadapté-es derrière elle. Elle finit par ramener à ces deux évidences : l’homme circule moins librement que la marchandise ; c’est même la marchandise qui fait circuler l’homme.

    Pis allées...
    La mobilité embarrasse même jusqu’aux décideurs publics : elle épuise les énergies non-renouvelables, nous salope l’air qu’on respire, nous entasse dans les bouchons, nous assaille de nuisances sonores et réclame toujours plus d’aménagements pharaoniques. Alors voilà que, depuis quelques temps, la région et les oracles de la Troisième révolution industrielle frétillent autour d’une nouvelle lubie : la «  mobilité douce  », supposée solder tous les problèmes. Toute la famille est de la partie : Lille Métropole est à fond derrière, #Jérémy_Rifkin se gave – au propre comme au figuré – du mot, le Conseil régional plussoie, #Philippe_Vasseur et le patronat s’en font les perroquets appliqués. Que cache cet unanimisme universel ? Des intérêts particuliers : anticiper l’augmentation du prix du baril sur la facture énergétique des entreprises, améliorer la productivité des salarié.es, ouvrir de nouveaux marchés autour de la « smart » économie. Autant dire que la «  mobilité  », même douce, n’a que peu de chances de nous sortir de l’impasse.

    Le covoiturage c’est bien, la rage contre la voiture c’est mieux
    Ce que le discours satisfait des décideurs du coin masque mal, c’est que se déplacer mieux veut surtout dire se déplacer plus. Les formes soft de déplacement – depuis le fret jusqu’au vélo – ne font aujourd’hui que s’additionner aux circuits établis. Dans une région qui, à l’intérieur la division européenne du capitalisme, se spécialise dans le transit de marchandise, on ne construit pas une route, un canal ou une ligne de train pour faire de l’A1 une coulée verte, mais plus sûrement pour équiper le poulpe économique de tentacules supplémentaires. C’est cours ou crève – sans ligne d’arrivée.
     
    Alors peu importe que les statistiques régionales enregistrent à l’avenir quelques (hypothétiques) pourcentages positifs sur les taux d’usage du #V'Lille. S’il n’y a jamais eu aujourd’hui autant de bagnoles, de cametards et de bouchons sur la métropole, ce n’est pas qu’on s’est simplement mal (laissé-es) organisé-es ; mais que tout conduit, dans la métropole capitaliste, à devoir mobiliser toujours plus tous les transports. Les derniers gadgets intelligents ou collaboratifs transportent au fond la même philosophie que leurs aînés : gagner du temps pour en manquer toujours plus. Mobilité Douce, Mobilité Aliénée MDMA, l’ecstasy que tout le monde prendra.
     
    Le collectif de La Brique
     
    1. Hartmut Rosa, Accélération. Une critique sociale du temps , La Découverte, 2010.

    #Radio_Campus_Lille


  • L’agglo de Nîmes supprime la gratuité des transports pour les chômeur-euses, CNT 30
    http://www.cnt-f.org/30/L-AGGLO-SUPPRIME-LA-GRATUITE-DES-TRANSPORTS-POUR-LES-CHOMEUR-EUSES.html

    Par un délibéré de ce lundi 7 Décembre 2015 actant l’adoption de tarifs dits sociaux, le conseil communautaire de l’agglomération Nîmes métropole a entériné de facto la suppression de la #gratuité_des_transports pour les demandeur-euses d’emploi sur plusieurs villes clés de l’agglomération, dont Nîmes.

    Acquis par les #mouvements_de_chômeur-euses à la fin des années 90, la gratuité permettait à nombre de #précaires, de pouvoir assurer leurs démarches ou leurs déplacements quotidiens. A l’heure où les agences Pôle Emploi, la Mission Locale Jeunes, Cap emploi, et les établissements sociaux sont relégués en périphérie des villes, où les chômeurs et chômeuses sont invité-es à multiplier les démarches ou à cumuler les emplois précaires, le service public se retire.


    • Dans #La_Voix_du_Nord, il y a les articles, les commentaires, les faits divers.

      Pour ce qui est des articles, il n’est pas besoin de s’appesantir longuement. Quelques exemples :
      – Les habitants de Lens, de Douai, et du Nord ont été dénoncés comme ne participant pas au défilé gouvernemental lors du baptème national de la haute classe moyenne française, jesuischarlie.

      – Les usagers des transports en commun sont des fraudeurs.
      En effet #Transpole (gros annonceur) a changé son système de pointage des billets de transport.
      Chacun doit maintenant s’identifier se fliquer, à chaque correspondance.
      La Voix du Nord dénonce donc ceux et celles qui n’y mettent pas assez de bonne volonté.
      Aucun article sur la non fiabilité totale des cartes de transport de cette compagnie, que les bornes #Kéolis refusent de lire. La semaine dernière, j’ai fait changer la mienne à la station République, la nouvelle carte dysfonctionnait comme l’ancienne.
      Sujet #tabou dans la Voix du Nord

      Le rédactionnel sur la glorification des lois Macron, c’est permanent.
      Médiocratie, surenchère des lois sur la surveillance et la promotion des caméras de surveillance, le grotesque, c’est tous les jours !
      Je reconnais quand même que les informations données sur ce qui se passe réellement à Calais ont été intéressante, mais le tout avec le langage de la #Doxa du pouvoir.
      Pas question de parler de bidonvilles ou d’êtres humains, les mots sont soigneusement choisis, jungle, sans papiers, migrants . . .
      Depuis Mai 68, période durant la quelle ce journal a été appelé La Voix du Mort, rien n’a changé.

      On soulignera aussi l’organisation et la glorification de manifestions populaires ordonnées par les ces « journalistes ». Marche blanche pour décés d’enfant, ou crime par exemple.

      Le traitement médiatique des faits divers atteind parfois l’obscénité.
      Un exemple, en janvier 2012, à Lens un adolescente se suicide.
      Dès que l’affaire a éclaté, la #presse s’est emparé du drame pour illustrer le phénomène du harcèlement scolaire et ordonner au enseignants ce qu’il fallait faire.
      L’actualité nauséabonde, ce journal y participe trés bien.
      Un dénigrement en règle de l’équipe pédagogique du collége, qui déjà accablée par la mort d’une élève et devait faire face à la souffrance des collégiens.
      "La Voix du Nord voulait sortir toutes les heures des informations sur Internet".
      Mais elle n’avait pas d’information.
      Donc, elle interroge n’importe qui, l’utilise. Et ensuite, ce sont des réactions en chaîne.
      Plus d’information : http://www.campuslille.com/index.php/entry/cas-d-ecole-de-gilles-balbastre

      Venons en aux #commentaires sur le site web.
      La plupart des commentaires, circonstanciés, avec chiffres, explicatifs, sans insultes ont trés peu de chances de ne pas être modérés, c’est à dire censurés, s’il n’approuvent pas pleinement ce que le journaliste écrit.
      Hors la Doxa, point de salut !

      Par contre, c’est la dénonciation systématique (dans les commentaires) des profiteurs du #RSA, de la criminalité étrangères, des grévistes qui grognent toujours (le journaliste les assimiles toujours à des animaux), des prolos. . . . .

      La guerre des classes sociales, mais entre pauvres, c’est la Voix du Nord.
      Ça, ça passe sur leur site, dans les commentaires.
      La Voix du Nord veut satisfaire la clientèle qu’il vise, et pour moi, c’est c’elle du #FN.


  • Appli « contrefaisante »
    http://boulabiar.light.bzh/2015/02/23/brest-appli-contrefaisante

    En tant qu’utilisateur régulier du réseau de transport de Bibus Brest, j’étais déçu de ne pouvoir trouver une application indiquant rapidement les horaires des prochains passages de bus. J’ai donc commencé le développement d’une page web en 2012 pour afficher les prochains passages de bus de l’arrêt le plus proche de chez moi.

    #opendata #keolis


  • #Keolis, le tram de Tours, ses « 15 km2 d’émotions », et ses 339 caméras de #vidéosurveillance

    http://tours.mediaslibres.org/mais-qui-se-planque-derriere-les.html

    C’est le site Mobilicités qui nous l’a appris : certains adhérents de l’Union des transports publics (UTP) craindraient qu’on leur interdise d’exploiter les images filmées par les systèmes de vidéosurveillance installés le long de leurs réseaux. A l’origine de cette crainte ? Un arrêté de la préfecture d’Indre-et-Loire, en date du 29 août 2013, qui porte sur « 22 caméras extérieures situées sur les zones sensibles, aux abords des stations de la ligne de tramway et visionnant l’axe de circulation du tramway et la voie publique ». Dans son article 2, l’arrêté indique que :

    « Les forces de police et les agents municipaux affectés à des missions de surveillance de la voie publique sur les communes de Tours et Joué-lès-Tours seront les seuls à pouvoir visualiser les images de ces caméras et à en obtenir l’extraction à l’aide d’un code d’accès dont ils seront les uniques détenteurs. »

    Évidemment, ça a suscité l’émotion du lobby des transporteurs publics. A quoi sert de mettre au point un système de vidéosurveillance dernier cri si c’est pour que les flics soient les seuls à en profiter ? Selon cette formulation, impossible pour les agents de Kéolis de profiter de la vue sur leurs écrans : les agents publics ont l’exclusivité des images.

    Le tram de Tours, c’est 8 caméras intérieures et 2 caméras extérieures dans chaque rame, mais aussi 107 caméras extérieures situées sur les stations de la ligne et sur les parkings relais, en plus des 22 caméras extérieures dans des "zones sensibles". Soit 339 caméras de vidéosurveillance pour l’ensemble du dispositif.