• Minuit moins dix à l’horloge de Poutine – #Politoscope

    https://politoscope.org/2024/07/3471

    David Chavalarias, Directeur de Recherche CNRS

    Le projet Politoscope observe depuis 2016 le militantisme politiques sur \X{}. Nous avons développé des méthodes pour analyser les dynamiques sociales et de débats, ainsi que les manipulations d’opinions.

    Permettant de passer en accéléré ces dynamiques sociales, il est possible de caractériser un processus d’affaiblissement puis d’inversion du front républicain à l’approche des #législatives de 2024 et d’identifier les stratégies de subversion qui l’ont favorisé. Ces stratégies de basse intensité, pilotées ou influencées pour la plupart par le Kremlin, se déploient sur des échelles de temps trop longues pour que les acteurs du débats en aient conscience. Elles visent à déstructurer la société française de manière systémique pour provoquer une transition vers une société fermée ou une démocratie illibérale.

    Dans un contexte de reconfiguration brutale de l’espace politique suite à la dissolution de l’#Assemblée_nationale, les efforts du #Kremlin sont sur le point de payer. Cette étude identifie une convergence d’intérêts entre le régime de #Poutine et l’extrême-droite française. Elle explicite certaines mesures actives mises en place par le Kremlin depuis au moins 2016 pour déstabiliser la société française et montre comment certaines d’entre-elles entrent en synergie ces jours-ci pour faire tomber voire s’inverser le front républicain. Ceci est la dernière étape avant la prise de contrôle de la France par des personnalités politiques moins hostiles au régime de Poutine.

    https://x.com/TheoLaubry/status/1512009330991763457/photo/1

    Dans ce dispositif, les communautés politiques préoccupées par le conflit israélo-palestinien et la montée de l’antisémitisme ou de l’islamophobie sont instrumentalisées afin de compromettre tout barrage contre une extrême-droite banalisée au second tour des législatives

    rapport en entier : https://hal.science/hal-04629585v1/document

    • Je ne dis pas que Poutine ne tente rien. Je dis que c’est désopilant comme on nous découvre systématiquement un complot russe hyper-efficace et hyper-complexe, pour expliquer ce que tout le monde sait pourtant clairement : plutot hitler que le front populaire. Mais nan, c’est Poutine qui tire les ficelles. Que depuis 2 ans, il est manifeste que des membres du RN ont eu des postes importants dans nos institutions, afin de gouverner avec Macron, et on va te dire que c’est de la faute à Poutine, qui est intervenu avec des armées d’usines à trolls sur X, où évidemment, tout le monde sait que c’est là bas que les décisions se prennent.
      Les effets des inégalités, des politiques du FMI, du néolibéralisme, du TINA, tout cela, ça n’existe pas, pour ces gens très sérieux, adepte du tag #célérusses (et si cépalérusses, cémélenchon ou n’importe quelle tête de gauche qui dépasse un petit peu trop).

    • on aura plus de billes après l’émission demain auposte... il me semble que ce papier ne fait qu’un état des lieux d’un changement de forme des forces politiques dans leurs argumentaires (Fig. 8). Il ne parle pas d’influence Russe ici, même si c’est l’idée que la propagande de poutine est à l’origine de cela (improuvable). Je suis d’accord que la causalité n’est pas a question, mais je trouve l’analyse des réseaux intéressante... Une polarisation qui change de sens (sans jugement de valeur à priori ni sur les causes de ce changement de polarisation : politiques néolibérales ou propagande russo/chinoise... ou encore stratégie politiques des partis fr).

    • mais j’approuve le danger à pointer du doigt uniquement l’ingérence russe, qui n’est clairement qu’une part des causes de ces changements de polarisation du débat français

    • Je n’ai pas lu au delà de l’extrait. De plus, j’approuve et accepte toutes tes nuances.

      Mais. L’idiocratie dans laquelle nous sommes contraints de naviguer, elle doit beaucoup à l’ingérence multiforme américaine. Même si dans nos contrées, on continue de faire comme si elle n’existait pas, comme si les dirigeants allemands n’étaient pas complètement intoxiqués par cette ingérence, et tous les autres autour, comme si Nuland n’avait jamais éructé « Fuck the EU », etc.

      C’est impressionnant comme pour faire sérieux, on s’escrime à ignorer l’éléphant au milieu de la pièce.

    • https://www.mediapart.fr/journal/international/030724/legislatives-la-russie-affiche-sa-preference-pour-le-rn?userid=67f9b701-15

      [...]
      Un soutien embarrassant pour le #RN
      Sept ans plus tard, le soutien de la Russie est devenu embarrassant pour le Rassemblement national. Depuis l’invasion de l’Ukraine, Jordan Bardella tente de faire oublier les onze années de soutien actif au Kremlin de son parti, et les deux prêts obtenus en 2014 par celui-ci et son fondateur, à hauteur de 11 millions d’euros. « Il y a eu une naïveté collective à l’égard des intentions et des ambitions de Vladimir Poutine », avait déclaré le président du RN en février 2022. En septembre 2023, le parti a fini par rembourser son prêt russe, tant le sujet était devenu un « boulet » et un « angle d’attaque politique », de l’avis même de ses cadres.

      Mais dans le même temps, le RN a exclu les armes offensives de l’aide à apporter à l’Ukraine, s’est opposé aux sanctions énergétiques à l’égard de la #Russie, a souhaité, parmi les modalités de résolution du conflit, la reconnaissance d’une Crimée russe et la garantie d’une Union européenne et d’une Organisation du traité de l’Atlantique nord (Otan) sans l’Ukraine. Quant à Marine Le Pen, si elle a estimé, dès les premiers jours de la guerre en Ukraine, que Poutine avait « franchi la ligne rouge », elle s’est par la suite montrée clémente à l’égard de la Russie, imputant l’« escalade » à Emmanuel Macron, qu’elle qualifie de « va-t-en-guerre ».

      En juin, aux élections européennes comme aux élections législatives, le parti a investi des candidats ostensiblement prorusses, à l’image de Thierry Mariani et Pierre Gentillet, qui dirigent respectivement le Dialogue franco-russe et le Cercle Pouchkine. Selon le décompte de Mediapart, au moins quinze candidat·es investi·es aux législatives ont effectué, avant 2022, des missions d’observation électorale pour la Russie ou des visites à haut niveau à Moscou, ou bien ont été les piliers d’associations faisant la promotion du régime de Vladimir Poutine.

      Le RN compte aussi toujours dans ses rangs la Franco-Russe Tamara Volokhova, conseillère politique de son groupe au Parlement européen, qui a été en contact avec un espion russe, mais aussi en lien avec Alexandre Babakov, le conseiller de Poutine à l’origine du prêt accordé au RN. Questionné sur son cas par Gabriel Attal, lors du débat télévisé, le 25 juin, Jordan Bardella a semblé embarrassé.

      Deux jours plus tard, Mediapart révélait que la fondation de l’ex-eurodéputé Jean-Luc Schaffhauser avait perçu 255 000 euros en échange d’interventions pro-Poutine au Parlement européen, en marge du prêt russe qu’il avait négocié pour le parti en 2014.

      Dès son arrivée à la tête du Front national, en 2011, Marine Le Pen avait érigé le soutien au Kremlin en politique officielle du parti. En novembre 2014, année de l’obtention des deux prêts russes, elle avait convié une délégation de la Douma et offert une tribune à son vice-président. Deux ans plus tard, elle avait à nouveau signé un projet de prêt russe – finalement resté sans suite – qui prévoyait le versement de 3 millions d’euros pour « financer la campagne électorale présidentielle ».

      En 2017, deux mois avant d’être reçue par Vladimir Poutine, la présidente du Front national avait à nouveau donné des gages au Kremlin : elle avait affirmé à CNN, à rebours de la position de l’Union européenne et des États-Unis, qu’il n’y avait pas eu d’« invasion de la Crimée » et que celle-ci n’avait « jamais été ukrainienne ».

      À l’étranger, le Rassemblement national a reçu tout récemment un autre soutien : celui du ministre israélien des affaires de la diaspora. Le 1er juillet, Amichai Chikli a déclaré que la possibilité que Marine Le Pen devienne présidente de la République était « excellent pour Israël », compte tenu de sa « position ferme » au sujet du Hamas, de la Cour pénale internationale et de l’antisémitisme, a rapporté Haaretz. Le ministre a ajouté que le premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou était « apparemment du même avis »

    • l’entretien, très riche, avec David Chavalarias :

      https://www.auposte.fr/elections-revelations-le-kremlin-a-lassaut-des-reseaux-sociaux-et-de-la-repu

      « Une étude du #CNRS, révélée dimanche soir, dévoile des manœuvres de longue haleine pour affaiblir le débat public en france. Selon #David_Chavalarias, directeur d’études du CNRS, les élections #législatives sont le point d’orgue d’une #manipulation à l’œuvre depuis 2016. »

  • "12e paquet de #sanctions contre #Moscou : un contournement sera mis en œuvre, prévient le #Kremlin"

    Le 13e est offert ! C’est #Noël ! :-D :-D :-D

    « Il y a des possibilités de contourner ces sanctions. Il y en a, et elles seront mises en œuvre [...] pour garantir nos intérêts », a déclaré le porte-parole du Kremlin Dmitri Peksov, réagissant au douzième paquet de sanctions de l’UE.

    L’Union européenne a adopté le 18 décembre un douzième paquet de sanctions contre Moscou, interdisant notamment l’importation de diamants russes. Cela concerne les diamants naturels ou synthétiques et les bijoux dès janvier, ainsi que les diamants russes taillés dans d’autres pays à partir de septembre 2024.

    L’interdiction était « prévisible » et l’industrie diamantaire s’y était « préparé », a de surcroît ajouté Dmitri Peskov.
    La liste des personnalités européennes interdites d’entrée en #Russie élargie

    En réponse à ces sanctions européennes, le ministère russe des Affaires étrangères a annoncé le 19 décembre avoir élargi la liste des représentants des institutions européennes et des États membres de l’#UE interdits de séjour en Russie.

    Le président Vladimir Poutine martèle régulièrement que ces sanctions ont échoué à mettre à genoux l’économie russe, pointant notamment la croissance du PIB russe et l’ouverture vers de nouveaux marchés mais aussi l’impact négatif de ces sanctions qui se sont retournées contre leurs promoteurs, notamment l’Allemagne qui s’est coupée du gaz russe. (...)"

    https://francais.rt.com/russie/108497-12e-paquet-sanctions-contre-moscou-contournement-kremlin

    #humour #politique #démagogie #Occident #propagande #atlantiste #panpanculcul #otantacule #hypocrisie #onion_européen #vangauguin

  • Russia’s New Nuclear Normal
    https://www.foreignaffairs.com/russian-federation/russias-new-nuclear-normal

    In the past year, nuclear weapons have become a popular topic of conversation. Only lazy Russian media commentators have not offered their take on nuclear use. The notion that using nuclear weapons should be a last resort but not an unthinkable option has become routine in Russian media and has framed common thinking about escalation in war. This recurring belligerent nuclear rhetoric—official and unofficial alike—has somewhat eroded the nuclear taboo, even if unintentionally.

    The sources of nuclear normalization are unclear. It may be a naturally emerging, bottom-up phenomenon that reflects the Zeitgeist. The war, after all, has routinized violence and brutality in the country’s public consciousness, and the bellicose environment has radicalized much of the population.

    But the messianic-existential aura that the Kremlin and the Russian Orthodox Church have given to the war has also contributed to nuclear normalization. Both institutions are framing the conflict in almost transcendental terms—as a clash of civilizations and a civil war within the “Russian world.” The Kremlin and the church present Ukraine as a “prodigal daughter” that has become a proxy for the forces of darkness, specifically a collective West that is seeking to dismantle Russia spiritually and geopolitically. In their wartime speeches, both Putin and Patriarch Kirill, the head of the Russian Orthodox Church, have embraced the language of martyrdom, of purifying sacrifice, and of repentance—all for the sake of winning the war. This language is most obviously applicable to Russian soldiers, many of whom face death on the battlefield, and many of whom are blessed by priests before being deployed. But the rhetoric may also prime Russians at home to accept the highest possible costs as necessary in this clash of civilizations.

    Wartime folklore—militaristic songs, clips, performances, and military heraldry—also bears religious symbols and apocalyptic motives, further eroding the nuclear taboo. This folklore venerates Russia’s nuclear might, painlessly threatens nuclear use, and glorifies Russian combat, past and present. A popular Russian rock singer, close to the Kremlin and sanctioned by Ukraine, produced a hymn to Sarmat—the country’s newest class of intercontinental ballistic missiles, for example. A video clip of the song, with the military orchestra of the Strategic Nuclear Missile Forces performing the music, highlights Putin’s eschatological figures of speech in relation to nuclear weapons and the fate of world, threatens the United States and NATO, and concludes with the words: “God and Sarmat are with us.”

    The civil role of religion matters, too. The legitimization of the war by the Russian Orthodox Church is an extension of the years of ecclesiastical support for the Kremlin’s foreign policy gambits and nuclear assertiveness. The patriarch’s wartime sermons have transformed him into something like a national spiritual commissar. Before the war, the Kremlin actively portrayed itself as a faith-driven actor to enhance its coercive bargaining. Now, in war, the patriarch’s messianic and apocalyptic rhetoric, occasionally in unison with nuclear threats from the Kremlin, apparently assists Moscow in sending signals that line up with the “madman theory”—persuading adversaries that it is crazy enough to go to nuclear extremes to achieve its aims. The Russian public is not the target audience for this messaging. But inadvertently, the religious-military rhetoric has made nuclear employment more conceivable in the public’s consciousness.

    The Kremlin could also be deliberately authorizing this public nuclear normalization to enhance its saber rattling. Russia’s nuclear threats, after all, might seem more credible if the country’s people appear willing to risk Armageddon. But even if Moscow worked to get Russians to embrace nuclear use, the tail might now be wagging the dog. Nuclear public discourse appears to have acquired a life of its own and may be detrimental to its master. Several Russian defense intellectuals and nuclear experts have been shocked by the unbearable nuclear lightness among the Russian public. These experts have said that public sentiment inaccurately represents the #Kremlin’s position, and that it is irresponsible because of its dangerous implications.

    And irrespective of the source, the public’s nuclear normalization could corrode the norm against using atomic weapons—especially when coupled with the military leadership’s conceptual innovations and strategic concerns. The Russian sources reveal an anxiety that the West perceives Moscow to be weaker and less determined than it really is, and that Western states will seek to exploit this faintness. It is unclear how the Russian supreme command intends to address this concern. But within this self-reinforcing climate, there is simply now an easier path to escalatory conduct. Russia’s increased nuclear muscle flexing, designed to recharge the batteries of deterrence and restore Russia’s coercive reputation, should therefore come as no surprise. Moscow’s decision to build infrastructure in Belarus that can host its nuclear arsenal, the hints that the Kremlin could deploy its nuclear weapons in even more countries, the government’s reluctance to engage in arms control negotiations, and the experts’ suggestions that Russia might carry out a nuclear test all illustrate steps in this direction.

    #Russie #nucléaire #Ukraine

    • The West cannot cure Russia’s nuclear fever
      https://warontherocks.com/2023/07/the-west-cannot-cure-russias-nuclear-fever

      The lively exchange coincided with an intensified obsession, shared among Russian politicians and propagandists alike, over alleged U.S. and European efforts to inflict a “strategic defeat” upon Russia. The fear — no matter how outlandish it may seem to American and European audiences — is that the United States and Europe seek to “dismember” the country and destroy it as an independent entity. This obsession, coupled with Ukraine’s counteroffensive, likely explains the timing of the “Karaganov debate” as symptomatic of a wider anxiety among Russia’s ruling elites over the course of the war.

      The subject matter is gloomy. However, this discussion is welcome, especially considering the political environment in which it is taking place. In wartime Russia, it has become damaging to one’s career and, potentially, dangerous to stay outside the chorus of pro-war voices. That numerous Russian scholars have argued publicly for nuclear restraint is a good thing. Some Russian experts have also privately dismissed Karaganov as a marginal voice or, worse, as someone who has lost touch with reality. This line of reasoning suggests that the nuclear weapon skeptics are by far the more credible side of the debate. Yet even Karaganov’s critics admit that there is a worrying nuclear normalization unfolding in Russia. They concede that discussions on nuclear use have become more widespread and acceptable. The casual nuclear talk has transcended the strategic community to reach mainstream media coverage and public discourse in what some scholars have termed Russia’s new nuclear normal or Russia’s nuclear fever. In late June, Russian Nobel Peace Prize winner Dmitry Muratov likened Russian domestic television coverage of nuclear weapons use to “dog food commercials,” suggesting that the weapons had been mentioned 200 times in the preceding two weeks alone.

  • Putin Has a New Opposition—and It’s Furious at Defeat in Ukraine
    https://foreignpolicy.com/2022/09/12/russia-ukraine-war-defeat-opposition-putin-stab-in-the-back-conspirac

    A new Russian protest movement is coalescing, but it’s neither pro-democracy nor anti-war. Instead, it’s the most extreme of Russian President Vladimir Putin’s supporters, who have grown increasingly furious at the unfolding military disaster for Russia in the six-month-long war in #Ukraine.

    [...] by creating a fantasy world in which a supposedly all-powerful Russian army is being defeated by domestic enemies—instead of by superior Ukrainian soldiers fighting for their own land with modern tactics and Western weapons—the movement has potentially disturbing implications for a postwar and possibly post-Putin Russia.

    #Kremlin

  • Russia’s melancholy oligarchs
    https://www.ft.com/content/daee2387-6d96-4f2e-9a80-5cc70cd8cc67

    Since Putin launched the invasion of #Ukraine, dozens of Russian tycoons have had their western bank accounts frozen and some have been forced to give up their stakes in western companies and lost their Mediterranean mansions.

    But six months later, there is little sign that the sanctions have pressured the oligarchs into starting a “palace coup” against Putin.

    Instead, they have had a very different impact. Increasingly angry at western governments, Russia’s oligarchs are scrambling for ways to cling on to what remains of their wealth — including through the sorts of buyout proposals that Fridman presented [donner une partie de sa fortune à l’Ukraine contre une levée des sanctions].

    Many of the oligarchs who once enjoyed spending time in the west are now resigned to returning to Russia. Those in Moscow have quietly accepted their diminished status in a country at war.

    #oligarques #kremlin #sanctions

  • What the Dugin assassination tells us about Russia
    https://www.spectator.co.uk/article/alexander-dugin-darya-putin-russia-ukraine-assassination

    [Darya Dugina] was a prominent figure in her own right, a journalist working for an outfit Washington says is owned by Russian businessman Evgeny Prigozhin – under sanctions in the West for being the godfather of both the Wagner mercenary group and the infamous social media ‘troll farms’ – who had been a cheerleader for the war in Ukraine. Indeed, she was under sanctions, with the UK government describing her as a ‘frequent and high-profile contributor of disinformation in relation to Ukraine and the Russian invasion of Ukraine’.

    Nonetheless, inevitably there is a widespread assumption that the real target was her father. The car was said to have been his, although other accounts say it was registered in her name. Either way, he would have been in it had he not at the last moment chosen to return home another way. No one has yet claimed responsibility, but in the charged political environment of the moment, everyone is blaming their favourite villain.

    [...] This murder will only add to the #Dugin myth, one he himself has so assiduously developed. There are many in the West happy to take him at face value, as ‘Putin’s Brain’ or ‘Putin’s Rasputin’. He is not, though, and never has been especially influential. He has no personal connection to Putin, but rather is just one of a whole breed of ‘political entrepreneurs’ trying to pitch their plans and doctrines to the #Kremlin .

    • U.S. Believes Ukrainians Were Behind an Assassination in Russia
      https://www.nytimes.com/2022/10/05/us/politics/ukraine-russia-dugina-assassination.html

      United States intelligence agencies believe parts of the Ukrainian government authorized the car bomb attack near Moscow in August that killed Daria Dugina, the daughter of a prominent Russian nationalist, an element of a covert campaign that U.S. officials fear could widen the conflict.

      The United States took no part in the attack, either by providing intelligence or other assistance, officials said. American officials also said they were not aware of the operation ahead of time and would have opposed the killing had they been consulted. Afterward, American officials admonished Ukrainian officials over the assassination, they said.

      [...] While Russia has not retaliated in a specific way for the assassination, the United States is concerned that such attacks — while high in symbolic value — have little direct impact on the battlefield and could provoke Moscow to carry out its own strikes against senior Ukrainian officials. American officials have been frustrated with Ukraine’s lack of transparency about its military and covert plans, especially on Russian soil.

      Since the beginning of the war, Ukraine’s security services have demonstrated their ability to reach into Russia to conduct sabotage operations. The killing of Ms. #Dugina, however, would be one of the boldest operations to date — showing Ukraine can get very close to prominent Russians.

  • #Bois contre #mercenaires #russes : comment la #Centrafrique a bradé un... | #Mediapart
    https://www.mediapart.fr/journal/international/260722/bois-contre-mercenaires-russes-comment-la-centrafrique-brade-une-foret-au-

    Bois contre mercenaires russes : comment la Centrafrique a bradé une #forêt au groupe #Wagner
    Depuis 2021, Bois Rouge, une entreprise liée au #groupe_militaire_privé Wagner, bras armé officieux du #Kremlin, exploite une forêt à l’ouest de la Centrafrique. Elle bénéficie d’un étonnant traitement de faveur de la part des autorités, et œuvre parfois au mépris de la loi.

    #Justine_Brabant et European Investigative Collaborations (EIC)

    26 juillet 2022 à 08h02

    À Bangui, « influence étrangère » a longtemps rimé avec France. La capitale de la Centrafrique, pays indépendant depuis 1960, a gardé des traces tenaces de l’ancien colonisateur français : avenue de France, rues du Poitou et du Languedoc, lycée français Charles-de-Gaulle, stations-service Total, bières Castel et coopérants français en pagaille.

  • Has Putin gone soft?
    https://tldrussia.substack.com/p/has-putin-gone-soft

    The source of Girkin’s ire is a statement by Russian Foreign Minister Sergei Lavrov to the effect that the purpose of Russia’s “special military operation” is the “liberation of the Donetsk and Luhansk oblasts,” while calling on the residents of other occupied Ukrainian territories to “decide for themselves” whether they prefer to be part of #Ukraine.

    The parallels between Girkin’s critique of Putin and the rising chorus of Western observers fretting (not without reason) that the commitment of European and American leaders to Ukrainian security and sovereignty may be slipping are obvious — and telling. Girkin worries that on its present course, Russia will settle for something less than what he believes it should seek: something less than the complete subjugation of Ukraine. And as much as we in the West fear (and should fear) that Putin’s goals are similarly maximalist, Girkin’s anxieties are not unfounded.

    #Kremlin

  • ❝La propagande officielle aboie avec hystérie et fait tout ce qu’elle peut pour convaincre les Russes du bien-fondé de cette guerre, tout en refusant de la désigner ainsi. Le ministre de la censure muselle les quelques médias russes encore indépendants, notamment Meduza, où je travaille, qui osent utiliser le mot “guerre”. Mardi, le gouvernement a privé d’antenne Echo de Moscou et TVRain, les dernières stations de radio et chaîne de télévision indépendantes. Les appels à punir la “cinquième colonne” et les “traîtres”, c’est-à-dire ceux qui soutiennent l’Ukraine, sont de plus en plus forts. La répression politique va s’intensifier, c’est certain.

    #russie #censure #ukraine #kremlin #presse #media

    https://www.courrierinternational.com/article/tribune-moscou-subi-une-ecrasante-defaite-morale-les-russes-l

  • #1996 : Hold-up à #Moscou

    En 1996, #Boris_Eltsine, malade et détesté, brigue un second mandat à la présidence de la Fédération de #Russie. Face à lui, un candidat communiste, #Guennadi_Ziouganov, porté aux nues par les oubliés de la #transition_post-soviétique. Crédité en début de course d’à peine 3 % des intentions de vote, #Eltsine parvient pourtant contre toute attente à se faire réélire avec près de 54 % des voix. Comment a-t-il pu gagner cette bataille que tous pensaient perdue d’avance ?
    Pour l’emporter, Eltsine s’est engagé dans une #campagne impitoyable au #budget abyssal, dans laquelle le #Kremlin, les #médias, les #hommes_d'affaires russes et les puissances occidentales ont uni leurs forces pour que la Russie « ne retourne pas en URSS ». De #pactes incongrus en escroqueries à grande échelle, ici avouées sans ambages, ce film de Madeleine Leroyer scille entre film noir et tragi-comédie shakespearienne. Archives rares, animations et témoignages, notamment de Tatiana Diatchenko, fille et conseillère d’Eltsine, de l’ancien vice-Premier ministre Anatoli Tchoubaïs de l’oligarque déchu Sergueï Pougatchev ou encore de l’ancien président du FMI, Michel Camdessus, nous entraînent dans les coulisses ahurissantes d’un moment crucial qui a scellé le destin de la Russie et, par ricochet, celui du monde.

    http://www.film-documentaire.fr/4DACTION/w_fiche_film/64207_1
    #film #film_documentaire #documentaire
    #libéralisation #anti-communisme #campagne_électorale #Tatiana_Diatschenko #Mikhail_Fridman #Alpha_Bank #banques #privatisation #pillage #oligarques #oligarchie #Anatoli_Tchoubaïs #Bill_Clinton #Clinton #FMI #Guennadi_Ziouganov #Dick_Morris #Dick_Dresner #vote_ou_perd #prêts_contre_actions #obligations_d'Etat #corruption

  • Affaire #Griveaux : ce qu’Alexandra de Taddeo a dit aux policiers
    https://www.lemonde.fr/politique/article/2020/02/20/les-liaisons-dangereuses-de-l-affaire-griveaux_6030193_823448.html

    "Cela n’empêche pas la presse russe de suivre l’affaire avec délectation. Dimanche, lors des « Nouvelles de la semaine », l’émission préférée de #Vladimir Poutine sur Rossiya 1, l’animateur Dmitri Kisselev – « le #propagandiste du #Kremlin », disent les opposants au régime – consacre à Piotr #Pavlenski un reportage intitulé « L’ange déchu ». Dix minutes pleines d’ironie sur celui qui était autrefois l’une des figures de la #dissidence russe devenu… l’empêcheur de tourner en rond d’une France qui lui a offert l’asile #politique, à la veille de l’élection d’Emmanuel #Macron. Dans le même sujet, on voit aussi Benjamin Griveaux claquer la bise à Emmanuel Macron, ou le chef du gouvernement Edouard Philippe et le ministre de l’intérieur Christophe Castaner soutenir l’ex-candidat à la Mairie de Paris. « Voilà bien une manifestation de la solidarité masculine », conclut le petit film.

    En France, le site #RT (anciennement #Russia Today) affichait mercredi à sa « une » Pavlenski expliquant, lors de sa remise en liberté : « Je pensais que la France était le pays de la liberté d’expression. » Une page d’accueil plutôt rare pour un média d’ordinaire peu enclin à célébrer les opposants du président Vladimir Poutine. La patronne de RT et Sputnik en Russie, Margarita Simonian, reprend elle aussi la vidéo de Pavlenski dénonçant le manque de liberté d’expression en France. Quant à l’ambassade de Russie en France, elle semble abandonner toute réserve sur cette affaire, « likant » sur son compte Twitter officiel un message expliquant que « Benjamin Griveaux a été placé sous protection policière. En effet, la police veut s’assurer qu’il ne se masturbe plus devant une caméra… »"

  • L’Élysée s’inquiète d’une ingérence russe lors des élections européennes
    https://www.mediapart.fr/journal/france/200519/l-elysee-s-inquiete-d-une-ingerence-russe-lors-des-elections-europeennes

    Les services de renseignement français surveillent les activités des relais d’influence de Moscou en France, en amont des européennes. Une demande d’Emmanuel Macron, qui craint que le Kremlin ne fausse le scrutin du 26 mai. Cette inquiétude française a trouvé ce week-end une matérialisation en Autriche avec le scandale touchant le vice-chancelier d’extrême droite, dont les liens avec la Russie ont été révélés.

    #Enquête #Kremlin,_élections_européennes,_Russie,_association,_extrême_droite,_services_de_renseignement

  • MBS n’a pas fait d’apparition depuis le 21 avril : il serait blessé mortellement – Site de la chaîne AlManar-Liban
    http://french.almanar.com.lb/896487

    suite des rumeurs (https://seenthis.net/messages/695116) confortées par le fait que Mohamad Ben Nayef « est sorti de sa réserve » (ce qu’on peut traduire par « n’a pas eu peur de publier un tweet ouvertement critique du régent ». french.almanar.com.lb/896487.

    Mujtahid à cette heure n’a rien écrit hormis la mention des tweets précités. #arabie_saoudite

  • La #Russie de Poutine ? « Une kleptocratie sans idéologie »
    https://www.mediapart.fr/journal/international/261117/la-russie-de-poutine-une-kleptocratie-sans-ideologie

    À quatre mois de l’élection présidentielle russe, le paysage de la campagne se met en place. Si l’opposition est représentée, #Vladimir_Poutine est assuré d’être réélu. Tentative de définition du poutinisme à l’aune d’un quatrième mandat qui devrait être le dernier, avec le chercheur ukrainien Anton Shekhovtsov.

    #International #autoritarisme #droite #élection_présidentielle #extrême_droite #Kremlin #union_européenne #Xenia_Sobtchak

  • Poutine entre en campagne en bienfaiteur du peuple
    https://www.mediapart.fr/journal/international/080717/poutine-entre-en-campagne-en-bienfaiteur-du-peuple

    Le 27 juin, #Vladimir_Poutine s’est rendu à Ijevsk (1 200 km de Moscou) pour écouter les doléances d’Anastasia Votintseva, ce que certains considèrent comme le demarrage de sa campagne électorale. © Reuters Ce vendredi 7 juillet, Vladimir Poutine rencontrait pour la première fois Donald Trump, à Hambourg, dans le rôle du leader qui a permis à la #Russie de revenir sur le devant de la scène internationale. Mais à domicile, alors que la campagne pour sa réélection en mars 2018 a démarré, il façonne sa “nouvelle” image de président proche du peuple, prêt à s’attaquer à tous les maux de la Russie.

    #International #Corruption #Election_présidentielle_russe #Kremlin

  • Poutine lance en bienfaiteur du peuple sa campagne électorale
    https://www.mediapart.fr/journal/international/080717/poutine-lance-en-bienfaiteur-du-peuple-sa-campagne-electorale

    Le 27 juin, #Vladimir_Poutine s’est rendu à Ijevsk (1 200 km de Moscou) pour écouter les doléances d’Anastasia Votintseva, ce que certains considèrent comme le demarrage de sa campagne électorale. © Reuters Ce vendredi 7 juillet, Vladimir Poutine rencontrait pour la première fois Donald Trump, à Hambourg, dans le rôle du leader qui a permis à la #Russie de revenir sur le devant de la scène internationale. Mais à domicile, alors que la campagne pour sa réélection en mars 2018 a démarré, il façonne sa “nouvelle” image de président proche du peuple, prêt à s’attaquer à tous les maux de la Russie.

    #International #Corruption #Election_présidentielle_russe #Kremlin

  • Les résaux du Kremlin en France

    Émission du 17 février, entretien avec Cécile Vaissié. « Le Kremlin mène depuis quelques années des campagnes de » séduction « sur différents créneaux de population en France. Pour cela, il a créé en Occident des fondations, des think-tanks et des médias, auxquels il consacre de plus en plus d’argent ; il a imaginé des » usines à trolls « chargés d’influer sur l’opinion publique par le biais des réseaux sociaux ; il organise des rencontres, prestigieuses ou plus secrètes ; il missionne des spécialistes idéologiques chargés de tenir certains discours très codifiés et d’entretenir des contacts utiles. En fait, le Kremlin mélange sa conception du soft power avec des méthodes traditionnelles de ce KGB qui a formé l’essentiel des dirigeants russes actuels, pour influencer très concrètement les affaires intérieures françaises et européennes... »

    http://offensivesonore.blogspot.fr/2017/02/les-resaux-du-kremlin-en-france.html
    https://www.mixcloud.com/offensive_sonore/les-r%C3%A9saux-du-kremlin-en-france

    #Radio_Libertaire #offensive_sonore #audio #radio #urss #russie #propagande #kremlin #poutine #sputnik #Cécile_Vaissié #fn #gauche #droite #france #trolls

  • Les pirates Russes et les emails américains…
    https://reflets.info/les-pirates-russes-et-les-emails-americains

    Même Barack Obama l’a donc dit à la radio : les pirates du #Kremlin sont à l’origine du piratage de la #Convention_démocrate et de conseillers de la candidate #Hillary_Clinton. Après la CIA, les agences variées de renseignement, la parole du président vient ajouter un poids important à l’accusation. Et pourtant… En matière de […]

    #Rainbow_Hat #Technos #daesh #Etats-Unis #NSA #Pirates_informatiques #Podesta #russie #TV5_Monde #Wikileaks

    • Dans la Presse anglo-saxonne, un ancien diplomate raconte qu’il a de ses propres mains reçu le leak de la part d’un membre du DNC... et qu’il a ensuite transmis le leak à WikiLeaks. Mais visiblement, ça ne suffit toujours pas à désamorcer les élucubrations de la CIA et de la présidence américaine...

  • Cécile Vaissié : « Ce qu’est le #soft_power version #Kremlin »
    https://www.mediapart.fr/journal/international/120416/cecile-vaissie-ce-quest-le-soft-power-version-kremlin

    Vidéo accessible dans le corps de l’article. Dans Les Réseaux du Kremlin en France, l’historienne Cécile Vaissié détaille comment le régime de Poutine déploie de nouveaux leviers d’influence en France. Argent, moyens de communication, nostalgie et imaginaire soviétique, propagande : une impressionnante machine se met en place.

    #International #Cécile_Vaissié #communauté_russe #Sputnik

  • Putin’s Russian image change: Action man to Mr Ordinary - BBC News
    http://www.bbc.com/news/world-europe-32741458


    President Putin joined a march on Red Square, holding a picture of his father in uniform

    As viewers watched Russian state TV coverage of Victory Day on 9 May, their eyes will have been drawn to one face in particular among the crowds carrying photographs of family members who took part in the struggle against Nazi Germany between 1941 and 1945.
    Among the massed ranks, a portrait of his late father held out in front of him, was President Vladimir Putin.
    This surprise appearance amid crowds in Moscow honouring ordinary people who served in World War Two seems to be part of a change of image for the Russian president - portraying him more as a down-to-Earth man of the people, rather than the all-action hero TV viewers have become used to seeing.

    Longs développements de #kremlinologie appliquée…

  • Where in the World Is Vladimir Vladimirovich Putin ? Not Giving Birth. | Foreign Policy
    http://foreignpolicy.com/2015/03/13/where-in-the-world-is-vladimir-vladimirovich-putin-not-giving-birth

    Information that a child has been born to Vladimir Putin is not true,” Putin spokesman Dmitry Peskov told Forbes Russia. “I am planning to appeal to people who have money to organize a competition for the best journalistic hoax,” he added.

    Occasion de renaissance d’une ancienne discipline : la #kremlinologie

    In the weeks since Nemtsov’s death, cracks have begun to appear in the Kremlin’s typically ironclad foundations, exposing rivalries among Russia’s elite. The battle played out in media reports about the Nemtsov investigation and the supposed killers, Zaur Dadayev and Anzor Gubashev. After his arrest, Dadayev retracted his confession and claimed it was issued under torture. In an interview with the Russian news site Gordon on Tuesday, prominent Russian journalist and Kremlin-watcher Oleg Kashin said it was noteworthy that Dadayev and the other suspects in the Nemtsov case were arrested by the FSB and made public by Aleksandr Bortnikov himself, the chief of the Russian intelligence service. Kashin said that pointed to a possible showdown between Kremlin elites, specifically Bortnikov and Chechen president Ramzan Kadyrov, under whom Dadayev served as deputy commander of a paramilitary battalion.