#la_tour_dieu

  • 22 – LA TOUR DES HOMMES ET LA MAISON DE DIEU – TROISIÈME PARTIE – 3×7
    http://www.3x7.org/fr/22-la-tour-des-hommes-et-la-maison-de-dieu-troisieme-partie

    Au chant IX de l’Enfer, Dante pose à nouveau dans son décor une haute tour.[4] À son sommet embrasé se dressent tout d’un coup les trois Furies, qui sont ensuite rejointes par Méduse. Cristoforo Landino, dans son commentaire sur ce passage, dit que les Furies sont apparues au sommet de la tour parce que la fureur ne peut rester cachée et qu’elle n’est jamais sans orgueil et inflammation extrême.[5] Ici encore, par conséquent, la tour est évocatrice de l’orgueil humain et le sommet en est enflammé. Landino révèle l’identité des trois Furies en analysant leurs noms :

    Alecto signifie « sans repos », et l’inquiétude est le principe de la fureur ; Tisiphone en langue grecque veut dire « vengeresse de meurtre » et c’est le remords de la conscience […] ; #Mégère, tire sa signification de « haine », par laquelle on atteint une fureur extrême. Les Furies sont à prendre comme l’appétit désordonné, qui incendie l’esprit humain comme une furie, et l’aveugle et la précipite sans secours dans les vices. Je pense que ce n’est rien d’autre que le désir amoureux, la colère, la haine, l’ambition et toutes les cupidités sans retenue, pour ne pas dire fureur, laquelle comme un cheval emballé emporte l’homme par les ravins et les escarpements jusqu’à ce qu’il se rompe le cou.[6]

    Dans la carte, la troisième jambe de la triskèle cachée pose le pied sur la tête de l’homme qui tombe, comme pour accélérer sa chute vers le bas. Si on se représente la triskèle comme un système rotatif en mouvement, on peut imaginer que les coups de pieds vont se succéder alternativement sur la tête du personnage. De cette façon, le dessin paraît illustrer l’idée selon laquelle le châtiment divin s’exerce par celui-là même qui en est la victime, en raison de ses appétits sans freins.

    #tarot_de_Marseille #Mégère #furies #La_Tour_Dieu