• Roquefort : La main mise de Lactalis | Les pieds sur terre
    https://www.franceculture.fr/emissions/les-pieds-sur-terre/logre-du-lait-33-societe-la-mainmise-de-lactalis

    Roquefort-sur-Soulzon, dans l’Aveyron, est le haut et unique lieu de production du fromage Roquefort. Le village est en grande partie propriété de Société, filiale de Lactalis, qui en possède 80% du bâti et du foncier. La multinationale gère par ailleurs plusieurs laiteries dans le département, en est le principal employeur et fait travailler deux éleveurs laitiers sur trois. Rencontre avec des maires, des habitants, des agriculteurs, qui racontent ce que cela fait de vivre dans un territoire tenu par une multinationale. Durée : 29 min. Source : France Culture

    https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/10078-22.10.2020-ITEMA_22462267-2020C6612S0296.mp3

  • Lactalis, une firme sans foi ni loi - L’ogre du lait
    https://lactalistoxique.disclose.ngo/fr


    L’ogre du lait (1/3) : la pollution de la rivière de la Seiche
    https://www.franceculture.fr/emissions/les-pieds-sur-terre/logre-du-lait-13-la-pollution-de-la-riviere-de-la-seiche

    En Ille-et-Vilaine, à Retiers, se trouve l’une des plus grandes laiteries d’Europe : la société laitière de Retiers, propriété du groupe Lactalis. En 2017, les rejets d’eau usée de cette usine ont tué toute vie aquatique sur 8 km.

    Pollution en bande organisée
    Une enquête de #Disclose : Mathias Destal, Marianne Kerfriden, Inès Léraud et Geoffrey Livolsi.
    Lactalis bénéficie d’importantes subventions publiques pour… moins polluer ! En 2016, soit un an avant le rejet toxique de l’été 2017, l’usine de Retiers (35) à reçu pas moins de 400 000 euros de la part de l’agence de l’eau Loire – Bretagne. Depuis 2002, c’est près de 5 millions d’euros qui lui ont été versés par l’établissement public.

    https://multinationales.org/La-pollution-au-quotidien

    Une autre affaire qui a défrayé la chronique ces derniers mois est le combat judiciaire entre le groupe #Lactalis et une petite commune proche du Vercors, Saint-Just-de-Claix. Propriétaire d’une fromagerie dans la ville, Lactalis refusait de la raccorder au réseau d’assainissement public et rejetait directement ses eaux usées dans l’Isère, en arguant qu’elle avait besoin de construire sa propre station d’épuration. Le maire a fini par céder début 2019 et accorder l’autorisation de construire cette station. Quelques mois plus tard, Lactalis était condamnée pour ses rejets dans l’Isère à une amende de 100 000 euros, dont la moitié avec sursis. Loin du réquisitoire du parquet (500 000 euros) et du million d’euros que le groupe aurait économisé en ne traitant pas ses eaux usées entre 2011 et 2019.

    Ce n’est pas la première fois que Lactalis se rend coupable de ce type de #pollution, déjà signalée sur son site de Craon en cause dans l’affaire du lait contaminé de 2017-2018. En mai 2019, une filiale de Lactalis a été condamnée à une amende de 250 000 euros pour la pollution d’une #rivière d’Ille-et-Vilaine qui a entraîné la mort de milliers de poissons.

    https://cqfd-journal.org/Emmanuel-Besnier
    Déjà signalé par Odilon mais c’est tellement édifiant que deux fois vaut mieux qu’une https://seenthis.net/messages/881918
    Marie, Emmanuel et Jean-Michel Besnier, trois actionnaires milliardaires figurent sans surprises parmi les 20 premières fortunes françaises sans être au Cac-40 ce qui leur permet de passer sous les radars. L’enquête de Disclose est édifiante et de salubrité publique. Vu la réponse du groupe sur la page les pieds sur terre , la #famille_Besnier devrait voir les #subventions_publiques tomber aussi longtemps que les vaches pissent du lait.

    https://www.prix-pinocchio.org/nomine/lactalis

  • #Lactalis, une firme sans foi ni loi
    https://lactalistoxique.disclose.ngo/fr
    Mathias Destal, Marianne Kerfriden, Inès Léraud et Geoffrey Livolsi.

    Manquements à la #sécurité_alimentaire, #pollution massive des rivières, #dissimulation_d’informations, faillite des mécanismes de contrôle, #évasion_fiscale à grande échelle, chasse aux #lanceurs_d’alertes… Bien loin, donc, de la prétendue « stratégie de proximité, respectueuse de son #environnement, de ses hommes et exigeante en matière de qualité #sanitaire », vantée par la communication officielle de l’entreprise.

    #cartographie #agroalimentaire #lait #fromagerie

    • Thread sur twitter :
      https://twitter.com/Disclose_ngo/status/1279049745659559938

      Une enquête de @TBIJ, avec @Disclose_ngo et le @guardian révèle que 2,3 milliards d’euros ont été versés à l’industrie de la viande et du lait par la #BERD et #IFC, deux des principales banques d’aide au développement de @Banquemondiale.

      Principal bénéficiaire des financements de l’IFC et de la BERD : la filière laitière, avec plus de 890 millions d’euros investis en 10 ans. Les filières de la #volaille et du #porc ont obtenu 445 millions d’euros chacune.

      et ses partenaires ont découvert que ces #fonds_publics ont été largement mis au service de l’expansion de #multinationales. Des géants de l’#agrobusiness qui les ont utilisés pour construire des #abattoirs et des « #méga-fermes » industrielles à travers le monde.

      Parmi les bénéficiaires se trouve des poids lourds de l’agroalimentaire français. En 2010, la BERD a pris une participation dans les filiales d’Europe de l’Est et d’Asie centrale du groupe @DanoneFR – 25,3 milliards d’euros de CA en 2019.
      En 2016, c’est le @groupe_lactalis, n°1 mondial du lait, qui obtient un prêt de 15 millions d’euros de la part de la BERD. Les fonds ont bénéficié à #Foodmaster, la filiale de Lactalis au Kazakhstan.

      A l’époque, la #BERD annonce que « ce programme permettra à #Foodmaster d’augmenter la production et la qualité des produits laitiers » locaux. Ces dernières années, #Lactalis a été impliqué dans plusieurs scandales, dont la contamination de lait infantile à la salmonelle en 2017.
      Récemment, l’IFC a validé un prêt de 48M d’euros à la société indienne Suguna, le plus gros fournisseur de volaille du pays et l’un des dix plus gros producteurs mondiaux. En 2016, une ferme de Suguna a été accusée d’utiliser un antibiotique pointé du doigt par l’OMS.

      Autant d’investissements en contradiction avec les engagements de la BERD et de l’IFC en faveur de la lutte contre le changement climatique. Incohérence d’autant plus criante que l’élevage industriel est responsable de près de 15% des émissions de gaz à effets de serre.

      #Danone #France #Lactalis #Kazakhstan #produits_laitiers #lait_infantile #Suguna #antibiotiques

    • Le groupe #Carrefour complice de la #déforestation de l’#Amazonie

      Au #Brésil, les supermarchés Carrefour se fournissent en viande de #bœuf auprès d’un géant de l’agroalimentaire baptisé #Minerva. Une multinationale accusée de participer à la déforestation de l’Amazonie, et qui bénéficie du financement de la Banque mondiale.

      Chaque année, le Brésil exporte près de deux millions de tonnes de viande de boeuf. Pour assurer un tel niveau de production, l’élevage intensif est devenu la norme : partout à travers le pays, des méga-fermes dévorent la forêt amazonienne pour étendre les zones de pâturages.

      L’organisation internationale Trase, spécialisée dans l’analyse des liens entre les chaînes d’approvisionnement et la déforestation, a publié en 2019 une étude indiquant que l’industrie de la viande bovine au Brésil est responsable du massacre de 5 800 km2 de terres chaque année. Cette déforestation massive met en danger la faune et la flore, accélère les dérèglements climatiques et favorise les incendies, souvent localisés dans les zones d’élevage.

      Parmi les géants du bœuf brésilien qui sont aujourd’hui dans le viseur de plusieurs ONG : Minerva. Cette société inconnue en France est l’un des leaders de l’exportation de viande transformée, réfrigérée et congelée vers les marchés du Moyen-Orient, d’Asie ou d’Europe. Selon nos informations, l’un de ses principaux clients n’est autre que le groupe français Carrefour, qui a fait du Brésil son deuxième marché après la France.

      Fin 2019, après les incendies qui ont dévasté l’Amazonie, Noël Prioux, le directeur général de Carrefour au Brésil, s’est fendu d’une lettre à ses fournisseurs brésiliens, dont Minerva. Il souhaitait s’assurer que la viande de bœuf fournie par Minerva, mais aussi JBS et Marfrig, ne provenait pas d’élevages installés dans des zones déboisées. Quelques mois plus tôt, en juin, Carrefour s’était engagé à ce que « 100% de sa viande fraîche brésilienne » soit issue d’élevages non liés à la déforestation.

      Contacté par Disclose, Carrefour qualifie Minerva de fournisseur « occasionnel » au Brésil. Selon un responsable de la communication du groupe, Carrefour Brasil » a demandé à l’ensemble de ses fournisseurs de la filière bœuf un plan d’action pour répondre à l’engagement de lutte contre la déforestation. Dès que le groupe a connaissance de preuves de pratiques de déforestation, il cesse immédiatement d’acheter les produits dudit fournisseur. »

      https://www.youtube.com/watch?v=6ACsayFkw_Y&feature=emb_logo

      Le groupe continue pourtant à se fournir en viande bovine auprès de Minerva, mis en cause dans un rapport de Greenpeace Brésil au début du mois de juin. Selon l’ONG, l’entreprise aurait acheté des milliers de bovins à une exploitation appelée « Barra Mansa ». Laquelle est soupçonnée de se fournir auprès d’éleveurs accusés de déforestation. À l’image de la ferme de Paredão, installée dans le Parc national Serra Ricardo, dont la moitié des 4000 hectares de terrain auraient été déboisés illégalement. Barra Mansa, située à quelques kilomètres à peine, y a acheté 2 000 bovins, qui ont été achetés à leur tour par Minerva, le fournisseur de Carrefour au Brésil. Les analyses de données effectuées par Trase indiquent, elles aussi, qu’il existerait un lien direct entre les chaînes d’approvisionnement de Minerva et la déforestation de plus de 100 km2 de terres chaque année ; Minerva conteste ces conclusions.

      Minerva bénéficie du soutien de la Banque mondiale

      En décembre 2019, notre partenaire, The Bureau of Investigative Journalism (TBIJ), et le quotidien britannique The Guardian ont révélé que la Banque mondiale et son bras financier, la Société internationale financière (IFC), soutiennent directement l’activité de Minerva. Une participation financière initiée en 2013, date de la signature d’un prêt de 85 millions de dollars entre Minerva et l’IFC. Objectif affiché à l’époque : « Soutenir [le] développement [de Minerva] au Brésil, au Paraguay, en Uruguay et probablement en Colombie ». En clair, une institution d’aide au développement finance un géant mondial du bœuf soupçonné de participer à la déforestation de l’Amazonie. Le tout, avec de l’argent public.

      Selon des experts de l’ONU interrogés par le BIJ, la Banque mondiale doit absolument reconsidérer ses investissements au sein de Minerva. « Compte tenu de la crise climatique mondiale, la Banque mondiale devrait veiller à ce que tous ses investissements soient respectueux du climat et des droits de l’Homme et doit se retirer des industries qui ne respectent pas ces critères », a déclaré David Boyd, le rapporteur spécial des Nations Unies pour les droits de l’homme et l’environnement. Une position également défendue par son prédécesseur, le professeur de droit international John Knox : « Le financement international de projets contribuant à la déforestation et la détérioration du climat est totalement inexcusable ».

      Contactée, l’IFC explique avoir « investi dans Minerva afin de promouvoir une croissance pérenne (…) dans le but de créer une industrie bovine plus durable ». L’organisation assure que sa participation dans l’entreprise a permis à Minerva de prendre « des mesures pour améliorer la traçabilité de son approvisionnement auprès de ses fournisseurs directs », précisant qu’aujourd’hui « 100 % de ses achats directs proviennent de zones qui n’ont pas été déforestées. » Quid, dès lors, des fournisseurs indirects ? Ceux qui font naître et élèvent les bovins, avant qu’ils n’arrivent aux ranchs qui les enverront à l’abattoir ? Ils constituent de fait le premier maillon de la chaîne d’approvisionnement.

      Taciano Custódio, responsable du développement durable de Minerva, reconnaît lui-même qu’ « à ce jour, aucun des acteurs de l’industrie n’est en mesure de localiser les fournisseurs indirects ». Il en rejette la faute sur l’administration brésilienne et l’absence de réglementation en la matière, tout en justifiant la déforestation : « Les pays d’Amérique du Sud possèdent encore un grand pourcentage de forêts et de terres non défrichées qui peuvent être exploitées légalement et de manière durable. Certains pays invoquent notamment la nécessité d’agrandir leur territoire de production afin de pouvoir développer la santé et l’éducation publiques et investir dans des infrastructures. ».

      Depuis le début de l’année 2020, plus de 12 000km2 de forêt ont disparu. Soit une augmentation de 55% par rapport à l’année dernière sur la même période.

      https://disclose.ngo/fr/news/au-bresil-le-groupe-carrefour-lie-a-la-deforestation-de-lamazonie

  • Lactalis rappelle des laits de croissance pour risque de moisissures - France 3 Bretagne
    https://france3-regions.francetvinfo.fr/bretagne/ille-et-vilaine/lactalis-rappelle-laits-croissance-risque-moissisures-1

    Du lait de croissance est rappelé par le groupe Lactalis. Ce rappel concerne la référence « Eveil croissance nature de Lactel petit format 250ml » avec date de durabilité minimale (DDM) des produits concernés 11/09/2019, 26/09/2019 et 14/10/2019, conditionnés en bouteille individuelle) ou pack de 12 bouteilles.
    Ces produits présentent un risque de « présence éventuelle de moisissures à l’extérieur de la bouteille autour du goulot ». « Il est demandé aux personnes détenant ces produits de ne pas les consommer et de contacter le numéro vert mis en place par la société (0805 805 950) afin d’obtenir les modalités de retour du produit », selon l’avis publié par la DGCCRF.

    Contactée, Lactalis indique qu’il s’agit « d’un rappel de précaution de quantité résiduelle de petites bouteilles en raison d’éventuels risques de moisissures qui pourraient apparaître à l’extérieur de la bouteille. Nous remboursons les bouteilles concernées. Il n’y a pas de raison d’inquiéter les consommateurs. »

    ben si ! dès que j’entends parler de #Lactalis je m’inquiète

  • Pour avoir pollué l’Isère, #Lactalis condamné à une #amende #dérisoire
    https://reporterre.net/Pour-avoir-pollue-l-Isere-Lactalis-condamne-a-une-amende-derisoire

    Toujours pareil, des amendes qui représentent un encouragement à maintenir le même comportement.

    D’un point de vue strictement économique, la condamnation prononcée est trop faible », estime Anne Roques, juriste à FNE, précisant que « le gain réalisé par la société a été estimé entre 800.000 et un million d’euros » pour la seule période allant de janvier 2015 à décembre 2017.

  • Affaire du lait contaminé : de nouvelles révélations accablent Lactalis AFP - 30 Novembre 2018 - Le figaro
    http://www.lefigaro.fr/conso/2018/11/30/20010-20181130ARTFIG00075-affaire-du-lait-contamine-de-nouvelles-revelation

    Contrairement à ce que le géant de l’agroalimentaire affirmait, des boîtes de lait auraient été remises sur le marché alors qu’elles ont été produites dans une unité de production contaminée par les salmonelles, selon des documents de la Direction générale de la Santé (DGS), consultés par l’AFP. Toutefois, le géant de l’agroalimentaire conteste ces affirmations.

    Nouveau rebondissement dans l’affaire Lactalis. Alors que le groupe a été autorisé en septembre dernier à remettre ses laits en poudre pour #bébé dans les rayons des supermarchés et des pharmacies, un nouveau scandale vient accabler le groupe. Deux types de salmonelles ont été retrouvés dans des produits fabriqués par la tour n°2 de l’usine de Craon en Mayenne, alors même que le groupe a toujours maintenu que cette unité de production a été préservée par l’affaire du lait contaminé. Un argument qui avait d’ailleurs en partie justifié la reprise de la commercialisation des produits. D’autant que ces révélations émanent de découvertes faites lors d’autocontrôles réalisés par le groupe peu avant le début de l’affaire du lait contaminé, selon des documents de la Direction générale de la Santé (DGS), consultés par l’AFP. Selon des comptes-rendus de réunions hebdomadaires de sécurité sanitaire organisées sous l’égide de la DGS entre le 6 décembre 2017 et le 7 février 2018, le groupe Lactalis a étendu, le 20 décembre 2017 son retrait-rappel « à l’ensemble des produits fabriqués sur le site de Craon depuis le 15 février 2017 à la suite de la mise en évidence de Salmonella mbandaka et Salmonella agona dans des produits fabriqués par la tour n°2 lors d’autocontraintes environnementales en novembre ».

    Toutefois, Lactalis « conteste fermement » les documents de la Direction générale de la Santé (DGS), indique Lactalis dans un communiqué. « Nous confirmons qu’en aucun cas il n’y a eu, avant l’arrêt de la tour n°2 début décembre 2017, de résultat positif de #salmonelle dans les produits issus de cette tour n°2, ce qui peut être vérifié notamment auprès de la DDCSPP (Direction départementale de la Cohésion Sociale et de la protection des populations) », affirme le groupe laitier. « S’il y a bien eu des autocontrôles positifs dans l’environnement de la tour n°2 en aucun cas il y a eu mise en évidence de salmonelle +dans les produits fabriqués par la tour n°2+ » de l’usine de Craon (Mayenne) « avant déclenchement de la crise début décembre », assure Lactalis. Le groupe laitier estime avoir été mis en cause dans une information tirée « d’une phrase inexacte d’un compte-rendu de la Direction Générale de la Santé du 27 décembre 2017 », et regrette la reprise d’une « information erronée (...) qui lui porte préjudice ». Lactalis a toujours assuré que le phénomène de contamination était limité à la tour n°1. La tour n°2 a elle repris sa production en juillet. En octobre dernier, le groupe a tenu à rappeler que « le phénomène de contamination a toujours été limité aux fabrications de la tour 1 de l’usine de Craon, provoquant d’ailleurs l’arrêt définitif de cette tour et son démantèlement ».

    En tout état de cause, « ces nouvelles informations confirment ce que l’on pensait depuis le départ, à savoir que l’ensemble de l’usine était complètement contaminé par des salmonelles, ce qui justifiait nos demandes de fermeture d’usine », dénonce Quentin Guillemain président de l’association des familles victimes du lait contaminé (AFVLCS). « Cette tour n° 2 est un élément majeur nouveau dans la mesure où Lactalis a toujours assuré que le phénomène de contamination était limité à la tour n°1 » de l’usine, qui a été depuis définitivement fermée. La tour n°2 a elle repris sa production en juillet. « C’est sur l’absence de contamination dans la tour n°2 que le groupe s’appuie pour justifier la réouverture de l’usine de Craon », a ajouté Quentin Guillemain. « Lactalis a menti depuis le début, avec la complicité des autorités qui savaient depuis le mois de décembre. C’est ce que nous apprennent les derniers documents. Plus aucun produit ne doit sortir de cette usine, elle doit être fermée », ajoute ce dernier.

    Craintes de nouveaux cas de contaminations
    Les réunions de sécurité sanitaire réunissent chaque semaine plusieurs services de l’État, dont l’Agence nationale de santé publique (ANSP), l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) ou la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGGCCRF). Dans le rapport de la commission d’enquête du Sénat du 5 avril 2018, la directrice générale de la DGCCRF évoquait déjà la détection de salmonelle dans « l’environnement » de la tour n° 2. « Le 21 décembre 2017, suite à la détection de la bactérie dans l’environnement de la tour n° 2, le groupe Lactalis annonce généraliser le retrait-rappel à l’ensemble des produits fabriqués ou conditionnés sur la partie du site Lactalis Nutrition Santé depuis le 15 février 2017 », expliquait-elle aux sénateurs.

    Ces nouvelles révélations vont attiser la colère des associations, d’autant que la reprise de la commercialisation des laits infantiles de Lactalis était mal passée auprès de l’association de consommateurs Foodwatch, qui la jugeait « inacceptable ». « Nous n’avons aucune garantie que les nombreux dysfonctionnements dans l’affaire Lactalis, qui vont bien au-delà des aspects sanitaires, ne vont pas se reproduire », soutenait Karine Jacquemart, directrice de l’ONG #foodwatch. « L’enquête judiciaire préliminaire est toujours en cours. Et les conclusions de la Commission d’enquête parlementaire n’ont même pas encore été prises en compte. Il serait très grave que Lactalis et tous les acteurs impliqués s’en tirent en toute impunité », affirmait-elle. Pour rappel, l’ONG a porté plainte en février dernier avec plusieurs parents pour exiger la totale transparence dans cette affaire.

    Depuis le début de la crise, Lactalis a notamment été accusé d’avoir manqué de transparence et d’avoir tardé à réagir, ne retirant ses produits qu’à la fin 2017, alors que la salmonelle a été détectée en août et novembre de la même année. L’indignation a ensuite été décuplée par les ratés des distributeurs qui ont continué à vendre les boîtes de lait pourtant interdites. Les excuses tardives du discret président du groupe, Emmanuel Besnier, en février puis celles des enseignes de la grande distribution n’ont pas apaisé les familles des victimes ni les services de l’État.

    #Emmanuel_Besnier #lactalis #multinationales  #alimentation # #santé #agriculture_et_alimentation #grande_distribution #crapules #agroalimentaire #En_vedette #Actualités_françaises

  • La mort programmée du véritable camembert de Normandie ? - L’Express Styles
    https://www.lexpress.fr/styles/saveurs/la-mort-programmee-du-veritable-camembert-de-normandie_1987373.html

    Véronique Richez-Lerouge : Contrairement à ce qui semble ressortir des éléments de langage communiqués ce jour par les protagonistes de la filière qui ont écrit ce nouveau cahier des charges, c’est bien un assouplissement de l’#AOP qui va s’opérer, je dirais même un renoncement aux valeurs de l’appellation. Ce dont rêvait Lactalis en 2006, lui est offert sur un plateau d’argent : la possibilité de fabriquer un #camembert industriel au #lait_pasteurisé dans le cadre de l’appellation.

    À l’époque, rappelons que le prétexte avancé était le danger de faire un fromager à pâte molle au lait cru en grand volume. Il semblerait donc que cet argument ait eu gain de cause, on fera donc du camembert AOP pasteurisé de Normandie en grand volume au prétexte que faire du lait cru, « c’est compliqué, c’est coûteux et que les éleveurs n’y arrivent pas... Les normes sont trop strictes et même, les salmonelles résistent à la stérilisation alors imaginez en lait cru... » La réalité, c’est qu’on a donné les clés de l’AOP à #Lactalis !

    Ça va devenir difficile de trouver des fromages au lait cru !
    Pour rappel

    La #pasteurisation confère au produit un goût neutre, une texture molle qui ne garantit pas une totale #protéolyse (càd la transformation de la matière crayeuse en crème). En stérilisant 1 litre de lait, beaucoup de bonnes et mauvaises #bactéries seront détruites ; Pas toutes ! surtout les bonnes, celles nécessaires au mûrissement et à l’auto protection du #fromage.

    Et comme la nature a horreur du vide, celles subsistant ont donc ainsi plus de place pour se multiplier avec un risque accru pour quelques indésirables ! On comble ce manque d’immunité naturelle par l’utilisation de conservateurs.

    Les fromages pasteurisés ont ainsi toujours une date limite de consommation , en général 30 jours, bien avant que les produits crus arrivent sur le marché. ( durée de vie relative à l’utilisation de #conservateurs)

    #crapules #agroalimentaire

  • #Lactalis : #Auchan et #Carrefour ont remis en rayon des produits rapportés par des clients
    https://www.francebleu.fr/infos/sante-sciences/lactalis-auchan-et-carrefour-ont-remis-en-rayon-des-produits-rapportes-pa

    Nouvelles révélations dans la gestion de la crise Lactalis ce mercredi, concernant cette fois la grande distribution. Non seulement des produits Lactalis concernés par la procédure de rappel sont restés en rayon, mais en plus, des produits rapportés par des clients ont parfois été remis en vente.

    #lamentable #France

  • #Lactalis défend sa filiale luxembourgeoise
    https://www.mediapart.fr/journal/france/020218/lactalis-defend-sa-filiale-luxembourgeoise

    Après six jours de silence, le groupe laitier a finalement pris la plume pour certifier la légalité de ses opérations financières en Belgique et au #Luxembourg, mais sans entrer dans le détail. Les élus Verts-ALE du Parlement européen et l’ex-juge Eva Joly ont demandé l’examen « des montages fiscaux et financiers de l’entreprise » à Bruno Le Maire et à la commissaire européenne à la concurrence.

    #France #BSA_international #Emmanuel_Besnier #Nethuns

  • Profit & analyse

    « Nous nous posons beaucoup de questions sur la sensibilité des analyses faites par ce laboratoire. Nous avons beaucoup de mal à comprendre comment 16 000 analyses réalisées en 2017 ont pu ne rien révéler. Nous avons des doutes sur la sensibilité des tests. Ce n’est pas possible qu’il y ait eu zéro test positif ».

    https://www.ouest-france.fr/economie/agroalimentaire/lactalis/lactalis-cout-de-la-crise-analyses-emplois-emmanuel-besnier-fait-le-poi
    #Emmanuel_Besnier #lactalis #Ouest_torch'

  • Journal breton - saison 2 (8/10) : La fabrique du silence : les #agriculteurs
    https://www.franceculture.fr/emissions/les-pieds-sur-terre/journal-breton-saison-2-810-la-fabrique-du-silence-les-agriculteurs
    #lait #industriels #Lactalis #radio #audio #France_Culture

    Dans cet épisode, des éleveurs racontent les terribles #pressions qu’ils subissent de la part des groupes industriels pour lesquels ils travaillent, lorsqu’ils tentent de remettre en cause leurs conditions de travail.

  • Au Luxembourg, #Lactalis fait tourner l’argent du lait
    https://www.mediapart.fr/journal/economie/260118/au-luxembourg-lactalis-fait-tourner-l-argent-du-lait

    L’une des rares photos d’Emmanuel Besnier, le PDG de Lactalis, prise dans les années 2000. © DR Mis en cause dans un scandale sanitaire, le géant du lait a multiplié les opérations financières via des sociétés en Belgique et au Luxembourg. L’une de ces coquilles offshore, révélée par Mediacités et Ebdo, a réalisé un Meccano financier à 2 milliards d’euros, particulièrement complexe et opaque.

    #Economie #Besnier_SA #BSA_international #Ekabe_international #Emmanuel_Besnier #Nethuns

  • « Cash Investigation ». Produits laitiers : où va l’argent du beurre ? - France 2 - 16 janvier 2018 - En replay
    https://www.francetvinfo.fr/replay-magazine/france-2/cash-investigation/cash-investigation-du-mardi-16-janvier-2018_2553523.html

    Impossible de rater le rayon #produits_laitiers dans les supermarchés : lait, beurre, fromages, yaourts… il compte près de 4 000 références ! Un marché gigantesque évalué à 27 milliards d’euros par an en France. Et alors que les profits des géants du lait battent des records inégalés, le nombre d’éleveurs français sur la paille n’a jamais été aussi important. En 2016, 10 000 producteurs de #lait auraient mis la clé sous la porte quand beaucoup d’autres croulent sous les dettes.

    Pour ce premier numéro 2018 du magazine « #Cash_Investigation » (Facebook, Twitter, #cashinvestigati), Jean-Baptiste Renaud a enquêté sur Lactalis, le numéro un mondial du secteur aux méthodes très contestées. Un empire familial opaque dirigé par le très secret Emmanuel Besnier, 116e fortune mondiale et 8e fortune de France. Et « Cash » a découvert que l’herbe n’est pas beaucoup plus verte chez Sodiaal, numéro deux du secteur…

    #lactalis #grande_distribution #agroalimentaire

    • Article 263 - Lactalis - l’organigramme du groupe Besnier et (suite) un ministre incompétent Benoit Boussemart - La richesse des Mulliez et les grandes fortunes - 15 Janvier 2018
      http://richessem.eklablog.com/article-263-lactalis-l-organigramme-du-groupe-besnier-et-suite-u

      _ Dans cet article, l’organigramme du groupe Besnier, les comptes sociaux et consolidés publiés en Belgique pour BSA International + une remarque à Monsieur le ministre.

      Bonjour

      De nombreux lecteurs du blog m’ont demandé de mettre l’organigramme Besnier de manière plus visible (voir article 261). Ce qui est fait ci-dessous. Avec en complément les pourcentages de détention du groupe Lactalis par la famille Besnier.

      Télécharger « Organigramme Besnier.pdf »

      Bonne lecture.

      B. Boussemart

      PS - J’ai entendu hier l’interview du Ministre (sic) de l’agriculture qui avouait ne pas pouvoir obtenir les comptes de Besnier. Incroyable. Ce gars là est totalement incompétent ou menteur ... Lorsqu’on demande en y mettant les moyens les comptes d’une société à un Président du Tribunal de Commerce - en liaison avec le Procureur du la République du coin - on les obtient. J’en ai fait l’expérience très concrète avec la famille Mulliez, qui a été obligée de publier les comptes de "l’AFM". Il n’y a pas à dire ... les équipes de Macron sont de vrais professionnels ... en faveur des riches !!! Et il ne faudrait surtout pas que les agriculteurs puissent voir comment ils se font rouler dans la farine avec Lactalis. Les comptes français et la consolidation globale sont les seuls indisponibles ... Bizarre ! Non ?

      Voir ci-dessous les comptes sociaux et consolidés publiés en Belgique pour BSA International. Les comptes de Parmalat sont disponibles sur le site du groupe.

      Télécharger « BSAInternational2016ConsoBelg.pdf »

      Télécharger « BSAInternational2016SocBelg.pdf »

    • Lactalis est le nom de l’économie financiarisé.
      Un autre scandale alimentaire : "L’obésité, cette épidémie que les Etats-Unis propagent"

      Kenneth Rogoff, professeur d’économie et de sciences politiques à Harvard (Cambridge, Massachusetts), dénonce dans Les Echos la diffusion de la culture alimentaire américaine dans le monde.

      Aujourd’hui, 40 % de la population américaine est considérée comme obèse. En diffusant leur culture alimentaire au Mexique ou au Canada, via leurs accords commerciaux, les Etats-Unis ont une responsabilité considérable dans la progression de cette épidémie dans le monde. Il faut agir pour renverser la tendance.

      #santé_publique

  • Affaire Lactalis : « L’alimentation industrielle est tout sauf saine »
    https://reporterre.net/Affaire-Lactalis-L-alimentation-industrielle-est-tout-sauf-saine

    Marie-Claire Frédéric — J’ai repensé à une histoire : #Lactalis avait accusé un producteur artisanal de #camemberts au #lait_cru d’avoir des #fromages contaminés. Ce producteur avait dû retirer tout un stock de la vente. Ensuite, on a fait des analyses, et il s’est avéré que c’était faux. Mais le mal était fait. Le gars avait perdu plein de camemberts, et sa réputation était atteinte. C’est interpellant.

    Vous travaillez sur la #fermentation, due à de « bonnes » #bactéries. Mais comment expliquez-vous les contaminations aux mauvaises bactéries, ici dans le cas de Lactalis, aux #salmonelles ?

    D’une certaine manière, c’est le résultat de 150 ans d’#hygiénisme à outrance. Pour vivre, on a absolument besoin des bactéries. Il y en a beaucoup de bonnes, qui nous sont utiles, et il y en a quelques-unes qui sont #pathogènes, comme la listeria, les salmonelles, etc. Dans l’ensemble du vivant, ces bactéries s’équilibrent les unes les autres.

    Mais, quand on éradique les bactéries, quand on utilise des produits, comme on dit dans les publicités, qui tuent 99 % des bactéries, cela éradique toutes les bonnes et celles qui restent, généralement, ce sont les pathogènes, justement. Plus on va faire la guerre aux bactéries, plus c’est dangereux, parce qu’on va sélectionner des souches #résistantes aux #bactéricides ou aux #antibiotiques.

    #alimentation #santé #diffamation

  • #Lactalis et ses fautes face aux salmonelles
    https://www.mediapart.fr/journal/france/140118/lactalis-et-ses-fautes-face-aux-salmonelles

    Le PDG du géant laitier #Emmanuel_Besnier a discrètement rencontré Bruno Le Maire, vendredi. Il s’est engagé à réaliser les investissements nécessaires dans l’usine contaminée aux salmonelles à #Craon. En juin 2016, le tribunal administratif de Nantes avait annulé l’autorisation préfectorale d’exploiter le site où d’importants travaux avaient été engagés sans attendre l’enquête publique.

    #France #Salmonelle

  • #Lactalis, roi de la dissimulation

    Bien avant le scandale des #salmonelles, Lactalis s’était déjà distingué en cachant ses défaillances aux pouvoirs publics. #Falsification_de_produits, optimisation fiscale, rejets polluants, etc., Mediacités s’est replongé dans les dossiers d’un empire très secret.


    https://www.mediacites.fr/nantes/enquete-nantes/2018/01/12/lactalis-roi-de-la-dissimulation
    #évasion_fiscale #pollution #industrie_laitière #France #paywall

    • http://www.liberation.fr/france/2018/01/12/lactalis-emmanuel-besnier-le-boss-invisible_1622133

      A la tête du géant de l’agro-alimentaire depuis près de dix-huit ans, le Mayennais cultive le secret dans sa vie comme dans son groupe. Au point que les ministres n’ont pas son portable.

      Les doigts d’une main sont beaucoup trop nombreux pour compter les interviews qu’Emmanuel Besnier a accordées à la presse - nous aussi avons tenté d’entrer en contact, mais en vain… Depuis qu’il est patron de l’empire laitier Lactalis, c’est encore plus simple : il n’a pas parlé à un journaliste. Une rare photo de lui existe, réalisée à Zagreb en 2007 au ministère croate de l’Agriculture (ci-contre). Lors de sa venue vendredi à Bercy pour répondre à la convocation de Bruno Le Maire, il a emprunté une entrée discrète afin d’échapper aux objectifs des photographes. Alors que les syndicalistes agricoles se voient accorder audience plus qu’exceptionnellement, la grande majorité des 15 000 salariés français du groupe Lactalis n’ont jamais rencontré Emmanuel Besnier car il ne se rend jamais dans ses usines. Les ministres de l’Agriculture qui se succèdent rue de Varenne ne connaissent pas son numéro de portable. « Je ne l’ai même jamais rencontré », nous confiait Stéphane Le Foll avant de quitter son ministère en 2017. Au stade de Laval, l’héritier de Lactalis assiste aux matchs de son équipe de foot préférée (dont il est actionnaire et sponsor) depuis sa loge aux mêmes vitres fumées que sa berline. Dans un restaurant de la préfecture de la Mayenne où il a ses habitudes, il déjeune dans un salon privé. Il refuse de publier les comptes de son groupe, qui ne l’ont été qu’une fois et sous la contrainte lors de l’OPA hostile mais réussie contre l’Italien Parmalat en 2011. « Il a repris l’adage de son père : le bruit ne fait pas de bien et le bien ne fait pas de bruit », a confié un jour à Paris Match son ami Jean Arthuis, eurodéputé et ex-ministre, un des rares à le fréquenter.

      La 8e fortune française.
      S’il est invisible et muet, Besnier pèse très lourd. En 2017, le magazine Forbes l’a classé 8e fortune française et 116e mondiale, avec 11,3 milliards de dollars (9,32 milliards d’euros). Pour mémoire, quatre ans plus tôt, elle était estimée à 4,3 milliards de dollars. De quoi investir dans un jet privé, des costumes et des propriétés de luxe sous les tropiques ou fréquenter le Fouquet’s et les clubs du moment ? Que nenni. Le milliardaire élancé (1,90 mètre), à l’élégance sobre (dit-on), ne se rend pas davantage au Rotary Club ou au Lions Club. Ni ne fraye parmi les politiques en vue, les puissants des affaires ou les cercles parisiens. Le PDG n’a aucune vie publique, à l’instar de son paternel Michel.

      C’est la mort de ce dernier en juin 2000 d’une crise cardiaque dans sa maison de Marbella qui l’a propulsé dans le fauteuil de PDG de Lactalis, groupe familial qu’il avait rejoint immédiatement après ses études à l’Institut supérieur de gestion, à Paris. Il n’a alors que 29 ans. Plus tôt, l’héritier a étudié dans deux institutions catholiques de Laval, sa ville de naissance. Après ses études supérieures, Emmanuel Besnier s’est forgé une expérience dans la production aux Etats-Unis, puis dans la logistique et les questions commerciales en Espagne. Avant de rejoindre le siège lavallois en 1995 pour devenir directeur du développement et occuper un bureau voisin de celui du paternel durant cinq ans. Ses interlocuteurs le disent solitaire, calme, franc et peu adepte du haussement de ton, à l’inverse de son père. Mais il serait ferme, pour ne pas dire intransigeant et brutal : à l’image de sa gestion de la crise avec les producteurs-fournisseurs de lait depuis 2016.

      En 4×3.
      Le propriétaire du leader mondial du secteur (avec sa sœur et son frère, actionnaires à 49 % du groupe mais sans responsabilité opérationnelle) a soufflé ses 47 bougies en septembre dans son château du XIXe avec sa femme et leurs trois enfants. C’est son père qui avait acheté en 1973 cette demeure d’Etrammes, près de Laval, où il a vécu au quotidien et vient désormais en famille le week-end profiter du court de tennis, de la piscine et du sauna. Pour l’anecdote, à l’occasion de son mariage, le publicitaire Jean-Claude Decaux, qui travaille avec Lactalis, avait décidé de placarder dans les panneaux 4 × 3 de Laval des affiches « Félicitations président ! » Furieux, le tout frais époux avait fait tout enlever. A Paris, le cadet loge dans un appartement du VIIe arrondissement situé près de ceux de son frère et de sa sœur. En vacances, Emmanuel Besnier et les siens rejoignent leur maison de l’île de Ré ou le chalet de Courchevel où le tycoon mayennais aime skier. Pas bling-bling, mais dans les codes bourgeois.

    • http://www.liberation.fr/france/2018/01/16/lactalis-la-ville-de-craon-a-cran_1622784

      En Mayenne, depuis l’arrêt de l’activité de l’usine où ont été retrouvées des traces de salmonelles, 250 personnes ont été placées au chômage technique. L’inquiétude et l’agacement sont palpables.

      A Craon, petite ville de la Mayenne où coule l’Oudon, et où se dresse un orgueilleux château du XVIIIe, le ciel est lourd et l’inquiétude dans toutes les têtes depuis l’arrêt de l’activité de l’usine Lactalis, où ont été retrouvées des traces de salmonelles. Avec 250 personnes placées au chômage technique sur un effectif de 327 employés affectés à la production de poudre de lait, la grande question demeure la durée de cette période d’inactivité.

      « Tout le monde est très inquiet car tout le monde connaît des gens qui travaillent à l’usine, souligne Régine, 56 ans, venue faire son marché sur une place de la ville. Personnellement, j’y ai des amis qui travaillent avec leur fils et je n’ose même pas les appeler. La Mayenne est un département rural où on a besoin de ces emplois. »

      Tirant son chariot devant les étals débordant de clémentines et de salades vertes, Régine salue en outre la « conscience professionnelle » et le sérieux des employés de Lactalis, et ne comprend pas ce qui a pu se passer pour provoquer la contamination. Mariée à un inséminateur qui fait régulièrement le tour des élevages de la région, elle ne cache pas en revanche son ressentiment vis-à-vis du géant laitier : « Est-ce qu’il ne va pas en profiter encore pour baisser le prix du lait ? Début janvier, alors que toutes les laiteries augmentaient leurs prix, Lactalis baissait le sien. Ils n’en ont rien à faire des éleveurs, ni de la laiterie ! » Une manifestation d’éleveurs devant l’usine est d’ores et déjà annoncée pour vendredi.

      « On en a marre des journalistes »

      Devant la petite camionnette d’où s’échappent les effluves parfumés de galettes de sarrasin, le sentiment d’inquiétude est tout aussi prégnant. Mais se double aussi d’exaspération, voire de franche colère face aux feux médiatiques dont fait l’objet la commune.

      « Vous fouillez la merde et vous ne faites qu’en rajouter ! » s’emporte une dame engoncée dans son anorak à l’adresse des journalistes qui défilent ces derniers jours dans la petite ville de 4 500 habitants, dont le maire, comme les employés de Lactalis, déclinent toute déclaration. « Je suis productrice de lait et au finale, c’est encore les éleveurs qui vont morfler », ajoute-t-elle, même si pour l’heure, le lait des producteurs qui fournissaient l’usine de Craon est livré sur d’autres sites.

      « Pourquoi on ne parle pas de ce qui va bien à Craon ? » suggère de son côté un amateur de crêpes et de hippisme, qui cite le dernier vainqueur des championnats du monde de gentlemen riders, remporté à Doha par un natif de Saint-Quentin-des-Anges, une commune voisine. « On en a marre des journalistes qui viennent seulement ici pour démolir, reprend un grand gaillard, aux cheveux frisés comme seul rempart à la pluie. Allez voir à Monaco ce qui s’y passe et laissez-nous tranquilles ! »

      Logique industrielle

      Une dame de 52 ans, cheveux tirés en arrière et sourire entendu, qui dit connaître plusieurs employés de Lactalis, se montre plus conciliante. Et laisse entendre à demi-mot que l’hygiène dans l’usine de Craon où l’on produit en continu, jour et nuit, du lait infantile mais aussi du fromage, n’a pas toujours été irréprochable : « Ceux qui travaillent à l’usine savent bien qu’il y a déjà eu des petits problèmes. Il fallait bien un jour que ça éclate. »

      Devant la rôtisserie, un bonnet de laine enfoncé sur le crâne, Vincent Guillet, ancien porte-parole de la Confédération paysanne, s’interroge de son côté sur une logique industrielle qui, a force de vouloir tout aseptiser au maximum, rend peut-être plus sensible l’être humain à la moindre bactérie. « Alors que dans les fromages, on a aussi des bactéries, des champignons », remarque-t-il, tout en approuvant les contrôles systématiques de la laiterie sur le lait tiré dans le tank de l’exploitation, comme à la sortie du camion-citerne. Eleveur de vaches laitières installé à Craon et produisant pour Lactalis, il déplore l’absence de syndicat au sein de l’usine : « A chaque fois que quelqu’un a voulu monter une section, il s’est fait viré. Et aujourd’hui, on envoie des gens travailler sur d’autres sites, sans personne pour discuter des conditions. »

      « Manque de rigueur dans les contrôles »

      Au bar-restaurant la Station, avec plat du jour et hors-d’œuvre à volonté, le son de cloche est un peu différent. Et on vitupère là aussi surtout contre « l’emballement » médiatique qui apparaît totalement démesuré face au problème de santé soulevé. « Il y a peut-être eu un manque de rigueur dans les contrôles, mais les conséquences ne sont pas si dramatiques, estime un client installé devant son expresso. On ne peut même pas dire combien il y a eu de cas avérés de salmonellose. Et des germes et des microbes, il y en a partout dans une maison. »

      Il en est un qui fait l’unanimité en s’attirant des huées lorsqu’il apparaît sur la chaîne d’info en continu : le président de l’Association des victimes du lait contaminé, Quentin Guillemain. « Lui, c’est un vrai fouteur de merde ! » s’exclame un retraité moustachu.
      Pierre-Henri Allain correspondant à Rennes

      Cet article est totalement désespérant. Les gens interrogés en sont quasiment à reprocher aux instances de contrôles d’avoir repéré les bactéries. Tout ça pour préserver du travail ! On est vraiment dans un pays d’aliéné·e·s.

  • Les pratiques obscures de Lactalis | L’Humanité
    https://www.humanite.fr/les-pratiques-obscures-de-lactalis-648623

    Le géant laitier puissant et discret pressure salariés, producteurs et consommateurs, sans se soucier de la sécurité alimentaire.

    C’est l’histoire d’une petite entreprise familiale de Mayenne devenue, en plusieurs décennies, l’un des leaders mondiaux des produits laitiers. Et qui, par ses pratiques, illustre les dérives de l’industrialisation de l’agriculture et de l’agroalimentaire.

    Fondée en 1933, la petite entreprise Besnier, sise à Laval, produit au départ des camemberts. Dans les années 1950, elle se diversifie dans le beurre et la crème fraîche, puis le lait, pour devenir aujourd’hui, au fil d’OPA tous azimuts, un des mastodontes du secteur. Au dire de Daniel Jaouen, président du directoire, interrogé dans le quotidien Ouest-France le 23 novembre 2017, le groupe familial, détenu par les trois petits-enfants du fondateur, pèserait « plus de 18 milliards d’euros de chiffre d’affaires, employant 80 000 salariés dans 90 pays ». On n’en sait guère plus, Lactalis, qui n’est pas coté en Bourse, refuse de publier ses comptes, préférant payer des amendes plutôt que de dévoiler ses marges… L’application de la loi Sapin va toutefois l’obliger à les rendre en partie publics, cette année. Et l’affaire du lait infantile contaminé rappelle que le groupe a déjà été l’objet de plusieurs polémiques.
    Condamné pour « fraude sur le lait et publicité mensongère »

    En 2000, Lactalis, qui s’appelait encore Besnier, du nom de son fondateur, a été condamné pour « fraude sur le lait et publicité mensongère » : l’industriel coupait son lait avec de l’eau. La fraude portait sur 70 % de la fabrication du groupe. En 2008, la marque Galbani, propriété du groupe, est accusée à son tour, avec d’autres marques, de recycler des fromages périmés et de les avoir mis en vente. Une pratique qui lui a permis de générer quelque 10 millions d’euros de chiffres d’affaires. En décembre 2012, le Canard enchaîné avait aussi accusé le groupe de vendre du lait stérilisé UHT pour du lait frais pasteurisé, au prix bien plus élevé. Une fraude découverte par la Répression des fraudes, mais qui avait été classée sans suite en raison d’un vide réglementaire. En mars 2015, l’entreprise a cette fois été condamnée à une amende de 56,1 millions d’euros dans l’affaire dite du « cartel des yaourts » pour entente illicite sur les prix des produits laitiers frais vendus sous marques de distributeurs.

    Enfin, depuis le début des années 2010, le groupe, qui pointe du doigt la « crise de la surproduction laitière », est régulièrement la cible des critiques des agriculteurs de la filière laitière qui lui reprochent d’acheter le lait à un prix trop bas. En 2016, une grande partie des éleveurs de l’Ouest ont bloqué le siège, à Laval, bien décidés à aller au bout de leur action pour obtenir le « juste prix » pour leur production. Ils accusaient le géant des produits laitiers de les étrangler avec un prix d’achat passé en deux ans de 36 centimes le litre à 26 centimes le litre. Les fournisseurs reprochaient à la firme d’être un des plus mauvais payeurs de la profession ! Lactalis a fini par céder, de crainte de voir son image abîmée auprès des consommateurs. Sic !

    Bien qu’empêtré dans cette affaire de contamination de son site mayennais, le géant laitier poursuit sa course au gigantisme. Début janvier, il a annoncé s’être offert le laitier américain propriétaire de la marque de yaourts traditionnels islandais Siggi’s, qui rencontre un énorme succès auprès des consommateurs américains. Un rachat qui fera de l’entreprise familiale française le numéro quatre du yaourt à marques aux États-Unis.
    Ils vont tous se retrouver dans le même bain de lait

    Avec cette affaire, les distributeurs sont sous la menace d’actions en justice de la part des familles. Selon le Parisien, Leclerc va prochainement faire l’objet d’une plainte. Une action de groupe aurait été lancée par dix familles contre le groupe Lactalis pour « mise en danger de la vie d’autrui ». « Le fait de poursuivre la vente de produits concernés par une opération de retrait/rappel est susceptible de constituer une tromperie aggravée, ce qui est un délit pénal », rappelle la DGCCRF. Les concernés risquent une peine de prison de sept ans et une amende de 750 000 euros.
    Alexandra Chaignon

    #patrons_voyous #Ya_basta !

  • LE COMBAT D’UNE MÈRE CONTRE LACTALIS
    http://www.occitanie-tribune.com/articles/5724/haute-garonne-toulouse-le-combat-d-une-mere-contre-lactalis

    Comme 1000 autres nourrissons en France, Noan est malade. Fièvre, diarrhée, perte de sang … Selon Ségolène, sa maman, le bébé de 6 mois est méconnaissable depuis plusieurs semaines. Ses symptômes ont débuté après qu’il a consommé du lait contaminé à la salmonelle, fabriqué par Lactalis.

    Pourtant, le Picot Riz, nom du produit qu’il a bu, ne faisait pas partie des lots jugés suspect. À Toulouse, après 3 hospitalisations, Ségolène a décidé d’attaquer l’industriel en justice.

    Depuis mardi, plusieurs enseignes ont reconnu avoir vendu des produits de l’industriel qui étaient pourtant concernés par le rappel.

    mini réparation du manque de chiffres et de paroles des victimes de #lactalis

    • Y SONT GONFLES DANS LA GRANDE DISTRIBUTION !

      Pourquoi ces produits n’ont ils pas été retirés des rayons ?
      La gestion humaine n’a pas suivi ! Dixit cet article du Figaro : http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2018/01/11/20002-20180111ARTFIG00132-lactalis-comment-se-deroule-la-procedure-de-rappe

      « Tous les distributeurs ont pointé du doigt une erreur humaine dans la procédure de vérification des lots et de retraits en rayon. « Cela requiert un travail méticuleux de repérage en magasin. Mais la gestion humaine n’a pas suivi », a concédé Michel-Edouard Leclerc. La procédure très fastidieuse aurait selon eux été rendue plus compliquée par les trois rappels successifs de Lactalis. Leclerc a dénoncé « une sursaturation d’informations » pour les équipes en plein rush de Noël. »

      Mais comment les humains pourraient ils suivre les ordres donnés par les robots ?

      L’information, l’ordre de retrait doit arriver au personnel gérant ces rayons. Elle ne semble pas l’avoir fait.
      Normal, en Magasin, c’est la valse permanente du personnel.
      Toi, aujourd’hui, tu t’occupes pas du rayon chaussures de sports, mais du rayon pâtes.
      C’est ça l’Agilité dans les magasins.
      Sans compter la priorité absolue des opérations commerciales de fin d’année, en quelques jours se joue le chiffre annuel, les primes, et les emplois.

      Comment joindre le vrai responsable du rayon ?
      Sachant que les absent(e)s ne sont pas remplacé(e)s.
      Sachant que les salarié(e)s valsent entre les différents rayons des magasins.
      A tous les niveaux !
      Même pour la haute hiérarchie des magasin qui est aussi censée recevoir, consulter ces ordres de retrait.

      Un souvenir ému, de cette Secrétaire du Directeur général d’Auchan France se plaignant que 15 Directeurs de Magasins avaient changé de fonction, de magasin durant ses vacances, et que personne n’avait été prévenu.
      Donc, ces Directeurs ne recevaient pas les informations nécessaires.
      QUINZE ! C’était il y a 3 ans, à Auchan, et ailleurs ce doit être la même chose.

      Il va sans dire que ce retrait s’est fait en 3 fois, car il y a eut 3 rappels.
      Beaucoup ont du penser avoir reçu 3 fois le même ordre de retrait.

      Tout cela pour dire, que le retrait de produits en magasin ne va pas s’améliorer.

      Les robots, les ordinateurs donnent les ordres, parfois sous impulsion humaine.
      Mais ça peut pas suivre.

      Les robots ça détruit les humains, leur santé, voir les conditions de travail en entrepôt avec la préparation des commandes en voice picking.
      ça détruit aussi les client(e)s

      André

      Post Scriptum : Tout cela ne doit faire oublier la responsabilité de lactalis et de l’organisation mise en place par la direction.

      Source : http://richessem.eklablog.com/article-261-besnier-et-la-culture-de-l-opacite-l-affaire-lactali

    • MAIS QU’EST-CE QU’ON VA FAIRE D’…Emmanuel Besnier ?
      http://cqfd-journal.org/Emmanuel-Besnier

      Puisque Lactalis, et surtout son lait infantile contaminé aux salmonelles, font la une des journaux, voici le "Mais qu’est-ce qu’on va faire de... ?" consacré à son patron, Emmanuel Besnier, que nous avions publié il y a... juste un an.

      Même Stéphane Le Foll, le ministre de l’Agriculture, avoue ne l’avoir jamais vu ni même posséder son 06. La seule image qui circule de lui est une photo prise à la sauvette dans une usine croate. Et il assisterait aux matchs de foot du Stade lavallois, club qu’il sponsorise, dans une loge privée aux vitres teintées.

      « Le bruit ne fait pas de bien et le bien ne fait pas de bruit », tel est le vieil adage mayennais auquel semble s’accrocher Emmanuel Besnier. Big boss de Lactalis, le leader mondial du lait, « l’émir blanc » est aussi l’un des patrons les plus secrets du pays. L’empire Besnier est pourtant si étendu que quiconque a beurré une tartine ou croqué dans un fromage a forcément rempli les poches à Manu. Lactalis contrôle en effet les trois quarts de nos fromages AOC, transforme les produits laitiers pour l’ensemble de la grande distribution et tient sous sa botte un tiers des producteurs laitiers français

  • Leclerc lui vend du lait potentiellement contaminé par des salmonelles

    Malgré le rappel très médiatisé, fin 2017, par Lactalis de lait pour enfant susceptible d’être contaminé par des salmonelles, des boîtes sont toujours en vente. Comme en témoigne la mésaventure d’Audrey, une habitante d’Haubourdin.

    http://lavdn.lavoixdunord.fr/291795/article/2018-01-05/leclerc-lui-vend-du-lait-potentiellement-contamine-par-des-salmon

    Audrey se souviendra longtemps de son début d’année, précisément du mardi 2. Ce jour-là, elle décide de faire ses courses sur Internet, précisément sur le site du drive du Leclerc de Seclin.

    Elle n’hésite pas à mettre des boîtes de lait Milumel 3e âge, le lait préféré de son fils de quatorze mois. « J’étais au courant des mesures prises contre ce lait - on n’en trouvait d’ailleurs plus - mais je me suis dit que peut-être, il avait été possible d’en reproduire, et puis si le magasin Leclerc en vendait, c’est que tout allait bien… ». Erreur…


    Car après un premier biberon donné à son fils, elle regarde la boîte de plus près pour s’apercevoir qu’elle vient de l’usine Lactalis incriminée (Craon, en Mayenne), avant qu’un appel au numéro vert mis en place par Lactalis (0800 120 120) confirme que ce lait ne devrait plus être en vente depuis le… 21 décembre.

    « Le problème est que mon enfant en a consommé. » Et du côté du magasin ? Silence ou quasiment.

    Furieuse, Audrey ne compte pas en rester là.

    Au total, huit clients ont acheté le produit incriminé, deux n’ont toujours pu être joints par Leclerc...

    #lactalis #leclerc #grande-distribution #marge #santé #argent avant toute chose

  • Besnier et la culture de l’opacité - l’affaire Lactalis Benoit Boussemart - La richesse des mulliez et les grandes fortunes - 4 Janvier 2018
    http://richessem.eklablog.com/article-261-besnier-et-la-culture-de-l-opacite-l-affaire-lactali

    Bonjour

    Comme promis, quelques éléments d’informations sur le groupe #Besnier SA (BSA). Pour s’y retrouver, voir ci-dessous l’organigramme du groupe publié lors de l’émission d’Elise Lucet sur France 2, organigramme qui n’a pas été contesté par la famille.

    Télécharger « Organigramme Besnier.pdf http://ekladata.com/LJYqu1uQpLNkRfPI2JTcg07nzZY/Organigramme-Besnier.pdf »

    BSA se décompose en trois grandes composantes : la partie "Groupe #Lactalis", société française contrôlée à 100% par BSA et sa filiale à 100% Galac ; la partie internationale de Lactalis, via BSA International en Belgique, contrôlée à 100% par "Groupe Lactalis" et #Galac ; et enfin la composante "Parmalat", groupe italien contrôlé à un peu plus de 89% (le % a augmenté par rapport à l’organigramme, suite à l’OPA lancée par la famille Besnier pour racheter tous les titres ; OPA qui a échoué), via la société "Sofil", contrôlée également à 100% par "Groupe Lactalis" et Galac. L’ensemble du groupe BSA pèse 17,3 Mds d’euros, seul chiffre publié sur le site "2016".

    Jusqu’à présent, seuls les comptes de #Parmalat étaient disponibles (données sociales et consolidées), le groupe n’ayant pas le choix puisque cette société est cotée. En revanche, il ne publiait que quelques informations en Belgique (les comptes sociaux de BSA International). Mais ni Sofil, ni Galac, ni "Groupe Lactalis" et bien évidemment encore moins BSA ne publiaient de comptes (ni les comptes sociaux, ni les comptes consolidés) malgré les obligations légales que sont censés faire respecter les présidents des Tribunaux de commerce et les procureurs de la République. Mais manifestement, la famille Besnier est au dessus de ces contingences !

    Elle va devoir pourtant s’y plier, car l’affaire de la "salmonelle", cachée au public pendant plusieurs mois, procède de ce même culte du secret (selon le Canard Enchainé, Lactalis avait gardé "confidentiel" en août 2017 le rapport mentionnant la contamination) ; avec un préfet de la Mayenne qui a préféré - selon ses propres dires - rendre public l’arrêté de fermeture partielle du site de Craon en le publiant au ... Recueil des Actes Administratifs !!! Vous connaissez ce bidule ? Et ceci le 29 décembre, Lactalis ayant été notifié le 9 décembre. En allant sur le site dédié au RAA, rien sur Lactalis !!! Bizarre. En tout état de cause, il pourrait y avoir des suites judiciaires, avec des pénalités à la clé, et des indemnités à verser à d’éventuelles parties civiles. D’où l’intérêt de connaître la situation financière réelle d’un tel groupe, qui s’était fortement endetté lors du rachat de Parmalat. Voir France 2, l’émission d’Elise Lucet.

    Peut-être un lien de cause à effet : le groupe vient de publier pour la première fois en Belgique les comptes consolidés de BSA International. Cette composante réalisait en 2016 (en M€) 4 899 de chiffre d’affaires, réalisait (part du groupe) 133 de bénéfice net et disposait de 3 004 de capitaux propres.

    Il faut ajouter à ces capitaux propres les capitaux propres du groupe Parmalat, 3 329 M€ en 2016, pour un chiffre d’affaires de 6 530 M€ et un bénéfice net de 79 M€.

    Par ailleurs, l’endettement financier net des deux composantes est faible (135 M€) relativement au cumul des fonds propres.

    Mais la question se pose pour Sofil (qui a participé au rachat de Parmalat), pour "Groupe Lactalis" et pour BSA évidemment. Les seules données fiables seraient les données consolidées de BSA, mais comme pour la salmonelle, sortez, il n’y a rien à voir !!!

    Notre président s’était fait le chantre de la transparence financière des groupes, lorsqu’il était ministre. Tout cela est resté lettre morte, les multinationales sont au dessus des lois ... puisque personne ne trouve à y redire.

    Bons comptes ; bonnes #salmonelles !!!

    B. Boussemart

  • #Laits contaminés par des #salmonelles : #Lactalis savait... et n’a rien dit
    https://www.nouvelobs.com/sante/20180102.OBS0048/laits-contamines-par-des-salmonelles-lactalis-savait-et-n-a-rien-dit.html

    Lactalis s’est bien gardé d’ébruiter l’affaire. Comme l’y autorise la loi, le numéro 1 mondial des produits laitiers n’a pas fait savoir qu’au mois d’août, puis de novembre 2017, elle avait repéré « des salmonelles sur du matériel de nettoyage et sur les carrelages » de son site de Craon, en Mayenne, rapporte « le Canard enchaîné » ce mercredi 3 janvier. Soit cette même usine d’où sont issus les lots de laits infantiles dont le rappel a été ordonné par les pouvoirs publics début décembre... pour cause de contamination aux salmonelles.

    Mais ça n’est pas tout. L’hebdomadaire satirique révèle aussi que l’inspection sanitaire du ministère de l’Agriculture serait passée à côté de la contamination de l’usine, lors d’une visite de routine en septembre dernier.

    Interrogé par « le Canard », un expert en sécurité sanitaire des #aliments s’en étonne :

    « Comment les contrôleurs s’y sont-ils pris pour ne détecter en septembre aucune salmonelle, alors que l’on sait aujourd’hui, après enquête, que l’usine était infectée depuis février, au moins ? »

    #crimes #criminels #santé

    • Lait contaminé Lactalis : la réponse des autorités mise en cause - 03/01/2018 - ladepeche.fr
      https://www.ladepeche.fr/article/2018/01/03/2715274-lait-contamine-lactalis-la-reponse-des-autorites-mise-en-cause.htm

      Le ministère de l’Agriculture, épinglé par le Canard Enchaîné, a reconnu mercredi qu’aucune anomalie n’a été décelée en septembre dans l’usine lors d’un contrôle sanitaire. Cela s’explique par le fait que l’inspection « portait » seulement sur « un nouvel atelier de mélange à sec de céréales » et pas sur les activités de poudre de lait.

      Le ministère affirme n’avoir « pas eu connaissance » des résultats des auto-contrôles menés par le groupe en août et en novembre qui avaient décelé, eux, des traces de salmonelles dans les bâtiments, mais pas sur les chaînes de production.

      Pour sa défense, il souligne aussi qu’une obligation de notification n’existe que lorsque une non-conformité a été décelée sur un produit mis sur le marché.

      En face, Lactalis rétorque que « les autorités ont à disposition les résultats des audits en permanence ».

  • https://reporterre.net/En-Bretagne-une-pollution-de-Lactalis-a-devaste-une-riviere
    Pendant plusieurs jours, une usine de #Lactalis, le numéro un mondial du lait, a rejeté du lactose dans la Seiche. Quatre tonnes de cadavres de poissons ont été ramassées dans cette #rivière presque « morte » à cause de cette #pollution.

    « Je pêche depuis que j’ai douze ans, parfois douze heures dans la journée, ça a tendance à agacer ma femme, rigole Jean-Baptiste, avant de s’assombrir. Une pollution comme ça, c’est du jamais-vu, une catastrophe. »

    https://seenthis.net/messages/624973
    https://seenthis.net/messages/625829
    http://educatif.eau-et-rivieres.asso.fr/pdf/seiche.pdf

    Un étude réalisée en 2011 sur la qualité de l’eau du bassin versant de la Seiche relève, dans toutes les masses d’eau du bassin de la seiche en quantité parfois importante, des molécules interdites depuis plusieurs années.
    Les molécules les plus fréquemment détectées sont le glyphosate (et l’AMPA, son métabolite) l’atrazine (interdit en France depuis 2003), l’isoproturon et le diuron (interdite pour l’usage agricole en France depuis 2008).

  • Pollution de la Seiche : le nettoyage de la rivière a commencé - France 3 Bretagne
    http://france3-regions.francetvinfo.fr/bretagne/ille-et-vilaine/pollution-seiche-nettoyage-riviere-commence-1318377.htm

    lus d’une semaine après la découverte d’une pollution dans la Seiche, les pêcheurs et les riverains attendaient toujours de voir Lactalis réagir. Ce 29 août, une entreprise mandatée par l’entreprise et composée d’une trentaine de personnes a entamé le nettoyage de la rivière. Elle doit notamment retirer les cadavres des poissons morts asphyxiés par centaines, une opération qui devrait prendre plusieurs jours.

    Selon des relevés topographiques, cette pollution s’étend désormais sur 17 kilomètres. La fédération pêche d’Ille-et-Vilaine rapporte que des oiseaux morts ont également été retrouvés sur les berges, comme des hérons.

    Un incident technique à l’origine de la pollution

    Vendredi dernier, l’usine Lactalis de Retiers a confirmé un incident technique (survenu le 18 août) dû à un défaut du processus de production, lequel a entraîné un déversement anormal de lactose brut dans la rivière, du fait de la saturation de la station d’épuration de l’entreprise.

    Je suis pour le retour du pilori médiatique ! 11 jours pour agir et avoir le temps de polluer une rivière, la honte.

    #Lactalis_pollueur
    premier groupe laitier et fromager mondial
    voila où ça mène

    https://seenthis.net/messages/624973