• Offre d’emploi : Journaliste #Pigiste
    https://www.les-crises.fr/offre-d-emploi-journaliste-pigiste

    Afin de poursuivre le processus de professionnalisation du site, nous souhaitons renforcer notre équipe avec des compétences spécialisées. Nous recrutons donc un(e) Journaliste Pigiste disposant d’une #Carte_de_presse. En termes de spécialisation, nous sommes particulièrement intéressés par les thématiques suivantes : Actualité législative française – Lois et Décrets Actualité institutionnelle (Union européenne / France) […]

    #Divers #Les-Crises #Recrutement #Divers,_Carte_de_presse,_Les-Crises,_Pigiste,_Recrutement

  • Offre d’emploi : Assistant(e) de Direction – Office Manager
    https://www.les-crises.fr/offre-d-emploi-assistante-de-direction-office-manager

    Afin de poursuivre le processus de professionnalisation du site, nous souhaitons renforcer notre équipe avec des compétences spécialisées. Nous recrutons donc un(e) Assistant(e) de Direction ou Office Manager dans le cadre : soit d’un emploi salarié (CDD), à temps partiel ou complet (CDI envisageable par la suite) soit de prestations de service, si vous êtes […]

    #Divers #Les-Crises #Recrutement #Divers,_Les-Crises,_Recrutement

  • #FAQ – Réponses à vos Questions
    https://www.les-crises.fr/faq-reponses-a-vos-questions-2

    Avant de commencer, nous tenions vraiment à tous vous remercier, non seulement pour votre participation, mais aussi pour vos nombreux messages de soutien. Votre implication dans la vie du blog est une source de motivation pour toute l’équipe. #Olivier_Berruyer répond ici à quelques-unes de vos questions. Bonne lecture à toutes et à tous ! […]

    #Divers #Les-Crises #Divers,_FAQ,_Les-Crises,_Olivier_Berruyer

  • #FAQ – Réponses à vos Questions
    https://www.les-crises.fr/faq-reponses-a-vos-questions

    Depuis le lancement notre « Foire Aux Questions » la semaine dernière, nous avons reçu des dizaines de questions ! Nous tenons vraiment à tous remercier, non seulement pour votre participation et pour la qualité de vos questions, mais aussi pour vos nombreux messages de soutien. Votre implication dans la vie du blog est une […]

    #Divers #Les-Crises #Olivier_Berruyer #Divers,_FAQ,_Les-Crises,_Olivier_Berruyer

  • Pope Francis Weighs Adding ‘Ecological Sin’ to Church Teachings - WSJ
    https://www.wsj.com/articles/pope-francis-weighs-adding-ecological-sin-to-church-teachings-11573839966

    He noted that bishops from the Amazon region meeting at the Vatican in October had defined ecological sin as an “action or omission against God, against others, the community and the environment. It is a sin against future generations and is manifested in the acts and habits of pollution and destruction of the harmony of the environment.”

    #climat #pape #péché #pollution #environnement

  • Bernard Lavilliers « Pour ceux que l’on jette dans les oubliettes » - Agoravox TV
    http://www.agoravox.tv/culture-loisirs/culture/article/bernard-lavilliers-pour-ceux-que-l-43054

    http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=EyOkHGAZNhk

    Les mains d’or (avec Balbino Medellin) - Bernard Lavilliers Live : Escale au Grand Rex (2005)

    #Bernard-Laviliers
    #Les-mains-d’or

    J’voudrais travailler encore - travailler encore
    Forger l’acier rouge avec mes mains d’or
    Travailler encore - travailler encore
    Acier rouge et mains d’or

    #BonWE ;-)

  • Deux découvertes à voir pour ceusses qui sont pas loin de Roissy en Brie : avec des noms pareils, et avec leurs CV respectifs, ce ne peut être que très bien ! Dommage je ne pourrai y être..

    #musique
    #les-touffes-kretiennes
    http://www.lestouffeskretiennes.com
    #P.O.U.F Petite Organisation Ultra Féminine http://www.petiteorganisationultrafeminine.com

  • Aymeric Chauprade : « L’ #oligarchie #mondialiste promeut le #nihilisme » | Olivier Demeulenaere – Regards sur l’économie
    http://olivierdemeulenaere.wordpress.com/2013/12/03/aymeric-chauprade-loligarchie-mondialiste-promeut-le-

    Entretien avec Aymeric Chauprade paru dans L’Homme Nouveau n°1554 du 23 novembre 2013 (extrait).

    Quelle est votre analyse de géopoliticien sur la situation actuelle en Syrie ?

    A. Chauprade : « L’État syrien qui ne tenait en tant qu’État-nation qu’à travers l’autorité d’un régime fort, produit de l’arabisme baathiste, est aujourd’hui profondément déstabilisé par la poussée de forces extérieures islamistes, soutenues par les pays du Golfe, la Turquie et leurs alliés occidentaux (États-Unis, Royaume-Uni, France). Ces forces extérieures ont réussi à réveiller la vieille opposition de bastions arabosunnites travaillés, depuis des décennies, par les Frères musulmans (Homs, Hama). Ne disposant pas de l’appui majoritaire de la population, sauf dans quelques bastions sunnites, les rebelles ont eu comme stratégie de semer la désolation par le terrorisme, de faire sauter des voitures piégées dans le cœur de Damas, de massacrer des chrétiens, des Alaouites et des Kurdes au motif qu’ils soutenaient le régime. C’est oublier que la moitié au moins des sunnites (notamment ceux de la capitale) soutient aussi le régime. Ce conflit ne saurait se réduire à une opposition schématique entre la majorité arabosunnite et les minorités chiites ou chrétiennes. C’est beaucoup plus compliqué que cela.

    Les réseaux de distribution de l’alimentation étant quasiment tous entre les mains de familles sunnites, les zones tenues par le régime mourraient de faim si tel était le cas. Malheureusement, nous sommes soumis, en France et dans l’ensemble des pays qui mènent une guerre occulte au régime de Bachar el-Assad, à une propagande grossière. Nous avons affaire à cette même propagande occidentale, qui a menti s’agissant de toutes les agressions occidentales depuis 1990, contre l’Irak, contre la Serbie, contre la Libye et aujourd’hui contre la Syrie ».

    #géopolitique
    #Syrie
    #les-pays-du-Golfe
    #Turquie
    #États-Unis
    #Royaume-Uni
    #France

  • Les Possibles - Les Possibles - No. 01 Automne 2013
    http://www.france.attac.org/cs/newsletter/les-possibles-no-01-automne-2013
    https://france2.attac.org/IMG/nl/3/713a14b9fc64bd4f5e285551403ed827.jpg#fixed

    L’état de la protection sociale en France et dans l’Union européenne. Vers la mise à mort de l’État-providence ?
    par Jean Tosti
    Les néolibéraux, qu’ils soient économistes ou politiciens, nous annoncent ou nous promettent depuis maintenant des décennies la fin de l’État-providence. C’était encore le cas il y a quelques semaines aux Pays-Bas où le roi, à peine descendu de son carrosse doré, tenait devant les parlementaires un discours où il estimait dépassé « l’État-providence classique de la deuxième moitié du vingtième siècle ». À quoi il ajoutait : « À tous ceux qui le peuvent, il est demandé de prendre leurs responsabilités pour leur propre vie et pour leur entourage [1]. » De discours en discours, de sondage en sondage, les populations européennes ont fini par croire qu’effectivement les États étaient trop dépensiers et qu’il fallait que ça cesse. Elles oublient simplement, ou on oublie de leur dire, que l’État-providence, c’est d’abord et avant tout la protection sociale à laquelle elles ont droit.
    lire en ligne

    #Attac
    #Les-Possibles
    #Protection-sociale

  • Quand «  Les Echos  » célèbrent le classement économique le plus nul de l’année
    http://www.marianne.net/Quand-%E2%80%AFLes-Echos%E2%80%AF-celebrent-le-classement-economique-le-pl

    «  Les Echos  » ont repris à leur compte les conclusions d’un classement qui place la France derrière le Rwanda. Analyse d’une opération d’enfumage.

    http://www.marianne.net/photo/art/default/975828-1156494.jpg?v=1383070569
    Dans la série des classements les plus cons, c’est comme pour les taxes  : l’imagination n’a pas de limite. Et il n’y pas de raison de se priver puisque les «  experts  » et les médias (qui sont souvent interchangeables) les reprennent sans état d’âme.

    Le dernier exemple en date nous est fourni par les notes attribuées par la Banque Mondiale concernant «  la vie des affaires  ». Ce travail (très) particulier a été résumé d’une formule en style SOS par Les Echos  : «  La France recule ». L’éditorialiste chargé de monter au créneau, Jean-Francis Pécresse, écrit  : «  Nous payons d’autant plus cher notre incapacité à nous réformer que nos concurrents progressent sans complexe pour faciliter la vie des entrepreneurs  ». Sur France Inter comme ailleurs est aussitôt montée la litanie du déclin français, du manque d’ «  attractivité  », des «  réformes  » trop longtemps repoussées, j’en passe et des pires.

    Donc, les carottes sont cuites et les choux de Bretagne sont dévorés par la concurrence étrangère. Regardons cela d’un peu plus près, ne serait-ce que pour éviter de mourir idiot. La Banque Mondiale prétend mesurer la «  vie des affaires  ». En soi, c’est une notion inepte, sauf qu’elle est porteuse d’un message idéologique très précis, qui revient à dire que tout ce qui favorise le business est bon à prendre. D’ailleurs, à la Banque Mondiale, le classement s’appelle «  Doing business  », ce qui permet de mettre les points sur les «  i  »....."

    #enfumage
    #économie
    #classement
    #banque-mondiale
    #capital
    #les-échos

  • Allons-nous manger du bœuf aux hormones sans le savoir ? | Rue89
    http://www.rue89.com/2013/10/22/allons-manger-boeuf-hormones-sans-savoir-246836

    José Bové s’inquiète. Invité de Jean-Jacques Bourdin sur RMC ce mardi, le Don Quichotte de la « malbouffe » revient sur les accords de libre-échange transatlantique – en cours de négociation entre les Etats-Unis et l’Union européenne, conclus vendredi avec le Canada – et surtout sur leurs conséquences en terme de sécurité alimentaire.

    « Le problème, c’est que personne n’a vu le texte, le gouvernement ne l’a pas vu. Dans ce texte, la question des importations de bœuf qui pourraient être hormonés risque d’être un problème.

    On a eu les grands chapitres : il y a aura deux types de bœuf importé, le bœuf “de qualité”, et le bœuf “standard” : c’est du bœuf aux hormones ! »

    Une guerre commerciale qui dure depuis 1988

    Pour comprendre de quoi parle José Bové, il faut rappeler le contexte. Depuis 1988, l’UE soumet le bœuf canadien et américain à des restrictions sur son territoire, pour des raisons de santé publique : l’élevage dans ces deux pays utilise des hormones de croissance interdites en Europe.

    En guise de représailles, le Canada et les Etats-Unis sanctionnent des produits européens. Ce conflit commercial dure depuis 25 ans.

    Côté européen, la seule viande de bœuf canadienne et américaine tolérée, c’est la viande « haute qualité », c’est-à-dire avec une traçabilité suffisante pour garantir au consommateur qu’elle est sans hormones.

    Des négociations permettent d’augmenter épisodiquement les quotas de viande « haute qualité » acceptés en Europe. En échange, le Canada et les Etats-Unis allègent les sanctions sur les produits européens. En mars 2011 par exemple, la Commission européenne et le Canada étaient arrivés à un accord de ce type. Même chose entre les Etats-Unis et l’UE en 2012.

    15 000 tonnes de bœuf congelé, 31 000 tonnes de bœuf frais

    Pour ses partisans, le traité Canada-UE négocié depuis quatre ans permettrait d’accroître de 20% les échanges commerciaux entre les deux zones. Au terme de quatre ans de négociations, le texte prévoit notamment l’abaissement des droits de douane sur un ensemble de services, de produits manufacturés et agricoles.

    « Au final, Ottawa a accepté de doubler le quota de fromage européen admis sans droits tarifaires, en échange d’un plus grand accès au marché européen pour les producteurs de bœuf canadiens. »

    En vertu de cet accord, l’UE « importera sans droits tarifaires 15 000 tonnes de bœuf congelé et près de 31 000 tonnes de bœuf frais ».

    #économie
    #alimentation
    #Planète
    #boeuf
    #hormones
    #Europe
    #Canada
    #Etats-Unis
    #les-accords-de-libre-échange-transatlantique

    • http://www.humanite.fr/monde/accord-de-libre-echange-lue-et-le-canada-signent-u-546596

      L’accord de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada, négocié depuis 2008, a été signé entre le Premier ministre canadien et Stephen Harper, et le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso. S’il a fait très peu de vagues en Europe, c’est un véritable cheval de troie préfigurant le partenariat avec les États-Unis. Au Canada à l’inverse, la résistance à la doctrine néolibérale s’est activée contre ce traité. Un exemple à suivre pour les Européens, car l’accord UE-USA n’en sera qu’une copie.

      http://www.humanite.fr/sites/default/files/imagecache/une_article_horizontal/canada_ue.jpg
      Nous republions ici notre décryptage de cet accord publié fin août :

      Dans le plus grand secret, l’Union européenne et le Canada négocient un traité de libre-échange depuis 2008, l’Accord économique et commercial global (AECG, CETA en anglais, pour Comprehensive Economic and Trade Agreement). Le Canada réclame un accord avec l’UE, deuxième partenaire économique du Canada, depuis 2004. La signature était prévue pour fin 2011 mais les négociations ont pris du retard et les plus optimistes parlent maintenant de fin 2013.

      « Indifférence générale »

      Car depuis l’ouverture des discussions sur un accord de libre-échange avec les États-Unis d’Amérique (TAFTA, pour Transatlantic Free Trade Area, qui devrait voir le jour en 2015), l’UE traîne des pieds dans le dossier canadien. Le Canada n’est que le 12e partenaire économique de l’Union, ne représentant que 1,8 % des échanges commerciaux totaux, loin derrière Oncle Sam et ses 14 %. Une puissance commerciale de seconde zone donc pour l’Union européenne, qui toutefois teste pour la première fois son pouvoir de négociation avec un pays du G7. En effet, depuis l’entrée en vigueur du traité de Lisbonne en 2009, les accords de libre-échange sont conclus directement au niveau européen, par la Commission européenne, et l’AECG devrait être le premier partenariat signé.

      Le premier mais pas le seul, car l’Union européenne noue des accords de libre-échange à la pelle : outre les USA, l’Union négocie sec avec l’Inde et la Corée du Sud. De quoi faire oublier le Canada. « Nous sommes moins importants au commerce européen que l’Inde ou la Corée du Sud. Et notre pays ne compte que 34 millions d’habitants, bien moins que les USA, qui seront un négociateur beaucoup plus coriace lors des discussions. », admet Stuart Trew, responsable du commerce au Conseil des Canadiens, une organisation militante canadienne créée en 1985 pour s’opposer à l’accord de libre-échange nord-américain (ALENA). « C’est vrai que ce traité est négocié dans l’indifférence générale », déplore Marie-Christine Vergiat, eurodéputée Front de gauche. « Et le silence le plus total de la Commission européenne n’aide pas à sa médiatisation........ »

      Argumentaire du Réseau québécois sur l’intégration continentale (RQIC) contre l’accord de libre-échange Canada-UE
      http://www.humanite.fr/sites/default/files/pdf/2013/argumentaire_aecg_mars2011.pdf

  • Changer l’Europe
    http://www.agefi.fr/fiche-livres-wikifinance/changer-l-europe-2656.html

    L’Europe va mal, voire pire, estime le collectif des économistes atterrés, « profondément unis par la conviction que l’Europe telle qu’elle va court à sa perte ». Car si le contexte économique connait une embellie apparente depuis le début 2013, après une crise qui a précipité l’Europe à la limite de l’implosion, rien n’est vraiment joué, estiment-ils dans un livre publié par les éditions Les liens qui libèrent, « Changer l’Europe ».

    Composé de douze exposés, l’ouvrage rédigé par seize auteurs* offre une vision sombre des mesures prises par les dirigeants européens. Les réponses qu’ils ont apportées à la crise n’ont rien résolu, critiquent les économistes. Qu’il s’agisse d’Union bancaire, de politique industrielle, d’égalité homme femme, le ton est à la dénonciation de la politique « néolibérale » dont la cause s’est profondément diffusée parmi les « élites » aux dépens des populations européennes qui en subissent les conséquences.

    Ce phénomène de « néolibéralisation » imposée par les responsables européens à la faveur de la crise et des perturbations qu’elle a occasionnées, est activement « soutenue par les lobbies industriels ou financiers et par la Cour de justice de l’Union européenne », estiment encore les auteurs.

    Face aux assauts néolibéraux, les économistes atterrés misent sur la prise de conscience par l’opinion. Leur ouvrage offre « un ensemble de propositions alternatives à ces orientations mortifères, propositions à même de sortir de la crise par le haut ». Parmi ces pistes, l’innovation industrielle, la lutte contre la précarisation ou encore le développement des énergies renouvelables constituent des clé pour amorcer une transition écologique que ces experts entendent comme un renouvellement du modèle économique voire de société. Une perspective « de solidarité entre les humains et de respect des équilibres écosystémiques, antagonique avec la logique capitaliste », assure Jean-Marie Harribey, ancien co-président d’Attac France.

    Un bémol, à la lecture, les différentes parties de l’ouvrage manquent parfois de fil conducteur, ce que les auteurs justifient par la nécessité de « respecter leurs différences ». Il faut dire que ceux-ci revendiquent un bagage idéologique fort, en rupture avec la pensée unique néolibérale en vigueur aujourd’hui. 

    * Maylis Avaro, Mireille Bruyère, Benjamin Coriat, Michel Dévoluy, Anne Eydoux, Sabina Issehnane, Esther Jeffers, Dany Lang, Jean-Marie Harribey, Edwin Le Héron, Catherine Mathieu, Jacques Mazier, Dominique Plihon, Jean-François Ponsot, Christophe Ramaux, Henri Sterdyniak)

    #Les-Economistes-atterrés
    #changer l’ #Europe

  • PMO ne sais plus quoi faire... ils relaient des textes réactionnaire homophobes, lesbophobe et hétéronormatif sous prétexte qu’il effectuerai aussi une critique de la technique... Notamment ceux qui entendent permettre une reproduction artificielle, sous entendu contrôlé...

    Comme ils savent qu’il y a un problème, mais n’arrivent pas clairement à la définir, ils se contentent d’une introduction aux allures sarcastiques, mais qui n’effectue pas de critique, et renvoie les lecteurs a allé voir a leur « gauche » ce qu’il trouve sur le même sujet (Politis fairait une éloge du transhumanisme).

    Pourtant dans son livre l’Eugénisme libéral, habermas avait déjà vu le problème du contrôle parental des enfants a venir par une sélection qui éviterai telle ou telle maladie... mais ce dernier ne s’élevait pas contre l’avortement, ni contre la reproduction artificielle, ou le droit d’être parent, mais bien contre l’unique vue d’un contrôle orienté de la reproduction...

    Historiquement, la critique de la technique ne rentrait pas dans nos distinction aujourd’hui classique de droite et de gauche.
    Cependant il clair, que la droite s’est assez vite mis a une critique de la technique pour défendre... l’obscurantisme (à travers la religion), ou l’idéologie de la pureté (mère nature, contre la chimie). Ce dernier registre idôlatre d’une idée de la nature, tient malheureusement encore lieu de motivation a beaucoup de critique d’OGM qui les voie comme contre-nature (oui, car ils fauchent nue voyez vous ! et ils n’utilise jamais leur pouce préhenseur. D’ailleurs, ils ne parlent pas, et n’écrive jamais sur le papier... enfin il ne danse pas. Car tout ceci est bien reconnue comme technique du corps par Marcel Mauss)... il serait pourtant possible d’éviter ses paradoxes en ayant une critique politique sur le brevetage contre la liberté de partage, la marchandise contre le libre accès, et le clonage versus la diversité...
    L’enjeu est profond, et est souvent sortie sur la question de l’avortement qui est parfois vu comme un point de ralliement entre extrême droite et extrême gauche à travers le refus de voir l’enfant comme un objet. Cependant c’est une erreur qui ignore la différence entre l’adoration pour la vie, pure en elle même, qui pousse la droite à être contre l’avortement, et l’appréciation des vivants, d’une vie qui s’affirme (et non coule indéfiniment) et s’épuise dans une forme....

    L’article horrible que relais PMO :
    http://www.piecesetmaindoeuvre.com/spip.php?page=resume&id_article=427
    Le texte est très réactionnaire. Il commence par une hiérarchisation autoritaire des luttes (critique de l’intérêt pour le mariage gay, qui passe devant la critique des ogm).
    Présuppose que les parents vont mentir a leur enfants car il déclarerai forcément qu’ils ont un papa (alors que c’est pas le cas)... on espère pour eux, qui ne crois pas en Dieu (alors qu’il n’existe pas) et qu’il ne fêterons jamais Noël...
    Ensuite il s’élève parce que le fait d’être mère, ne serait plus lié à l’accouchement ! Leur DIeu ! Que les mères qui ne peuvent pas enfanter et qui ont du adopté leur jettent des papiers d’adoption !

    Ensuite, le texte oppose une étude particulière, en la mettant au même niveau, que tout un ensemble de nombreuses études qui disent le contraire...

    Et tout ceci n’est que le début de l’article...

    P.S : j’ai largement modifié le texte que j’avais mis originellement, qui était plus le résultat d’une réaction vive et émotionelle, que d’un peu de recul. Merci a @bluemoon pour m’y avoir poussé dans les commentaires.

    #pmo #avortement #homophobie

    • Je pense plutôt que c’est le résultat d’une lassitude par rapport aux mouvements de gauche à ne pas avoir de point de vue sur la technologie et aux modifications sociales qu’elle provoque. Pour PMO, le responsable c’est mai 68 (comme chez Ragemag d’ailleurs). Pour pas que toute cette mouvance antitech se retrouve de plus en plus réac, il faut que la discussion sur ces questions (la technique, pas l’homophobie) prenne de l’ampleur. Ne pas laisser les gens filer à l’extrême droite. Ça me motive à écrire mon petit papier sur la cybernétique, tiens.

    • Ouais mais faudrait pas laisser filer les gens à l’extrême droite, y compris ceux déjà proches de PMO (par exemple). Faudrait de la discussion avec ces groupes directement. Je ne sais pas si des rencontres physiques, pour en discuter, permettrait un dialogue, mais peut-être...

      Faudrait que je tente de recontacter un pote de là-bas à qui j’ai pas parlé depuis un certain temps...

    • Je viens de lire ce texte. il n’y est nulle part question d’avortement, ni de position anti-avortement. Ou je suis mal réveillé (ça arrive), ou il y a un ... bug dans votre analyse.

    • C’est ce que je voulais dire @rastapopoulos :-) On peut en discuter aux rencontres médias libres si t’es intéressé (fin août à la NDDL) auxquelles participeront des gens de la mouvance critique des technologies. Ca pourrait être bien d’y présenter une nouvelle fois Spip d’ailleurs.

    • @bluemoon Ce n’est pas écrit en clair, mais c’est largement suggérer tout au long de l’article. Le Nouveau Féminisme Européen, fait de même : il se contente de dire que ceux qui fait une femme, c’est qu’elle est mère...
      Si j’ai cependant bien axé ma critique sur la problématique de l’avortement et la distinction vie/vivant, c’est parceque c’est un débat qui revient systématiquement entre l’extrême gauche et l’extrême droite à travers les points de vue écologique le plus souvent.
      Je reconnais aussi que j’ai posté un peu vite mon message, tellement ça m’a remué intérieurement. Je vais le réaménagé.

      @ari j’entend ce que tu dis, mais un ras le bol, n’impliquai pas de relayer une propagande homophobe, patriarcale, hétéronormé etc...

    • Merci pour votre réponse. Je continue de m’interroger cependant. Pensez-vous que les gens dont vous parlez (l’auteur du texte et ceux qui l’ont mis en ligne) sont contre les « techniques du corps » décrites par Mauss ? Par ailleurs, pensez-vous que les OGM sont naturels ? Qu’entendez-vous par « distinction vie/vivant » ? Finalement, je perçois dans votre analyse un refus du naturel que j’aimerais que vous développiez, pour mieux comprendre ce que vous voulez dire. Ces questions, me semble-t-il, méritent des arguments précis et développés. Si vous avez du temps, bien sûr.

    • Ça veut dire quoi « être naturel » ? Je ne pense pas qu’on puisse se mesurer sur ces questions là pour contrer les OGM, car ça ne veut pas dire grand chose, mis à part pour les religieux (et encore, même eux c’est souvent incohérent). Croiser des plantes à la main pour obtenir de nouvelles espèces, les paysans font ça depuis des siècles, ça marche, et ce n’est absolument pas « naturel » (pour autant que ça veuille dire quelque chose). Et ça ne pose pas de problème à grand monde. Le seul truc qui serait naturel, serait de cueillir ce qui pousse sans que l’on ait rien touché... Donc ce n’est pas sur ce terrain que l’on doit argumenter contre les OGM.

    • En effet, et d’après ce que je lis sur Pièces et main d’oeuvre, ce genre d’argument n’est pas du tout dans leur répertoire. C’est pourquoi j’ai du mal à comprendre cette querelle. Ceci dit, mes questions s’adressaient à l’auteur du premier billet de cette discussion. Merci à vous.

    • @bluemoon

      Pensez-vous que les gens dont vous parlez (l’auteur du texte et ceux qui l’ont mis en ligne) sont contre les « techniques du corps » décrites par Mauss ?

      Non. Je pense que leur définition de la technique y est étrangère. Pour moi ça montre plutôt un biais de ce qui est pensée comme technique. Dans « Terreur et possession », § Thèses pour le temps présent , PMO définit la technique comme la capacité à transformer le monde, il la voit comme la possibilité de modifier qq.chose d’extérieur a soi, et non de se modifier soi, ou d’être soi-même une technique (temporairement, comme un danseur, un acteur etc.)
      Par ailleurs la suite du texte continue avec un sophisme ou l’activité industrielle, au lieu d’être critiqué ou étudié dans sa réalité historique contingente, est ramené à une question de vocabulaire " Le mot industria désigne en latin une « activité secrète ». Tout ceci est donc un peu rapide.

      Par ailleurs, pensez-vous que les OGM sont naturels ?

      La je comprend pas la question. Pour y répondre, il faudrait que vous me définissiez ce que vous entendez par « naturel ».

      Qu’entendez-vous par « distinction vie/vivant » ?

      Que la vie et le vivant sont deux choses distincte. J’ai proposé une définition en disant que le vivant c’est de la vie qui s’affirme et s’épuise à travers une forme. C’est une proposition déjà osé, elle sous entend qu’il existe qq.chose comme « la vie », or a priori, je vois des vivants, jamais « la vie ».

    • En effet, on pourrait dire que l’industrie n’est pas étudiée dans sa « réalité historique » par PMO si on s’arrêtait à la page 12 du livre. Or, il y a ensuite 320 pages d’étude concrète du capitalisme à l’ère technologique.
      Par ailleurs, les représentants de thèses comme « la vie n’existe pas » sont d’horribles réductionnistes, ne considérant que des processus physico-chimiques à partir desquels on peut faire tout et n’importe quoi. Ce qu’ils font, d’ailleurs.

    • Les pages qui suivent pour moi sont des analyses sur le sécuritaire, et sur certaines industries en particulier.
      Il y a des questions simples qui serait intéressante d’aborder, par exemple, peut-on autogérer une « industrie » dans un système sans argent et sans hiérarchie, ou es ce que l’on considère que l’industrie est un mal en soit.
      Ça dépendra entre autre, de ce que l’on entend par industrie évidemment. C’est une question importante. Es ce que l’on qualifie une industrie par des productions standardisé qui évince la personnalité de ceux qui produisent ? etc.
      Souvent, ces questions sont mise de côtés, et je crains que beaucoup de personnes nous prennent pour des technophobes. Pour moi non plus ce n’est pas tranché, je ne sais pas exactement ce que l’on apelle « une industrie », mais il est certains que je ne suis pas contre toute technique.
      Par contre j’adhère à l’idée de combattre le réductionnisme ou plutôt ce que Canguilhem critiquais avec sa proposition d’un vitalisme rationnel. La réduction de tout ce qui existe a des automatisme et des mécanismes, alors que ces derniers existent, que comme une par du reste.

      Sinon, je trouve amusant le pseudo bug_out ;)

      P.S : sur l’idée que la vie n’existe pas, mais sans accepter pour autant de faire n’importe quoi (il me semble) avec les vivants, c’est un peu la conclusion de Thierry Hoquet dans le livre sur « la vie ». Mais bon, l’ayant déjà eu comme prof, je pense qu’il est capable de penser cela, puis de penser autre chose.

      Par analyse historique de l’industrialisation je pense a deux choses, d’une part l’interv. de François Jarrige au colloque sur l’industrialisation. Comme j’ai un doute sur qui tu es, je ne sais pas si tu étais la, quand il a prononcer. Malheureusement je n’ai pas de trace écrite communicable de son intervention.
      Sinon, j’ai noté dans mes travaux personnels, sur l’histoire du travail (sans rapport avec Jarrige) :

      Je vous épargnerai le travail comme tripalium. Ce qui est important surtout pour moi, c’est de pointer historiquement le « Travail » est apparu après celui de labeur (dérivé du laboureur, qui fait son champs, et qui concernait la large parti paysanne de la population française, par distinction avec le clergé ou disons ceux qui ont le savoir, et les « politiciens ». Les autres aristocrates ou bourgeois, je ne vous en parle pas non plus). Il me semble donc qu’historiquement, on a sorti les gens du labeur pour les mettre au travail de force. C’est aussi le passage au salariat.
      On sort de la vie de paysan qui consistait a « vivre au pays », c’est à dire « vivre la », c’est à dire entretenir le paysage, la terre, les relations etc... On produisait ce dont on avait besoin, et on se faisait taxer derrière (comme d’hab). Il y avait une activité vivrière qui pouvait être communautaire et qui était surtout NON SALARIÉE. Ce n’est qu’ensuite qu’est arrivée le salariat (et par confusion la réduction du paysan ou producteur spécialisé de l’alimentaire en tant qu’agriculteur), par un ensemble de lois interdisant les usages communs des sols par exemple ou de forêts. La destruction de la possibilité de cette vie commune à FORCER au salariat, a un détour de production, ou l’on ne produit pas pour un « nous » dont « soi » fait partie, mais pour une production qui peut nous être complètement étrangère afin d’obtenir un salaire qui permettra d’acheter ce dont on a vraiment besoin. C’est le « détour de production ». Le détournement de l’organisation de nos affections et de nos énergies au profit de ceux qui ont le monopole de la monnaie ou qui s’occupe de sa gestion ou production.
      L’usine est née comme une prison, organisation spatiale fermée, dans laquelle on peut contrôler la personne chargé de produire, afin qu’elle n’est pas des visites inopportunes de ces amis (ce qui arrivait) et qu’elle se concentre sur l’unique tache qu’on lui à donner a accomplir (Voir l’art. Voir l’article « la domestication industrielle » de Os Cangaceiros.). Aujourd’hui le rapport de force est tellement du côté du Capital, qu’il n’a plus besoin réellement d’usine, et accepte le télétravail ou travail a domicile.
      C’est pourquoi je pense, et cela contrairement a Marx, que dans le cadre de la lutte qu’on accomplie les luddites (1811-1812), ils avaient raison d’avoir détruit leur machines, car l’objectif ne pouvais décemment pas être la simple réappropriation des « outils de productions » (mais peut-on parler encore d’outil de production, quand il s’agit surtout d’outils de destruction d’un mode de vie communautaire choisis ?)... surtout quand on ne maîtrise pas la valeur qu’aura cette production, dans une société ou c’est le capitalisme, ou la bourse qui décidera de cette valeur a notre place.

      J’ai aussi noté ceci, qui ne doit pas t’être étrangé :

      S’il est vrai qu’aujourd’hui industrie raisonne avec pollution de masse, il n’en a pas toujours été le cas, si l’on veux bien considérer un début d’industrialisation avec vers le milieu du XII ième siècle, les multiples usage du moulin. On trouve des moulins de toute sorte : à huile, moutarde, aiguiser, tourner, tan, pastel, chanvre, scier, fer. Ce dernier permettait d’améliorer la productivité de la forge à la main (Pierre Thuiller, La grande implosion, éd. Fayard, 1995. Ch. IV Homo Technicus, p. 240.). La fabrication d’un moulin de la sorte demandait des matériaux que l’on pouvait en grande partie trouver sur place et qu’il était probablement possible de reconstituer sans d’énorme difficulté. Le moulin à fer est toutefois un cas limite, car l’activité de forge à toujours constitué un problème qui à défaut comme par le passé d’être spirituel, est écologique. La pollution des rivières qu’engendre cette production tout comme une part des productions textile est un problème.

      Enfin pour être complet, il faudrait répondre, ou plutôt affiner la critique avec les textes que « André Dréan » (un pseudo évidemment) à écrit au sujet de la l’industrie.

    • Deux articles d’indymedia Grenoble discutant du sujet du premier message :
      http://grenoble.indymedia.org/2013-08-21-PMA-homoparentalite-filiation-A
      http://grenoble.indymedia.org/2013-09-21-Frigide-Barjot-chez-PMO

      Dans les commentaire du premier article, il y a justement un lien vers un d’André Dréan critiquant celui de Le Meur (et de PMO car il parle de Yannick Blanc directement).
      http://www.non-fides.fr/?Herve-Le-Meur-ou-la-faillite-de-l

      Le tout signalé par mon camarade @bigjo (n’existe pas mais je finirai par le convaincre) qui est dans le coin là-bas (de PMO). Et qui me dit que ça cancane pas mal au bistrot sur les orientations de PMO.

    • Bon... La il est 4h14 du matin, je reviens d’un bal aux couleurs de la Gascogne... je suis crevé, et j’ai vu qu’il y a aussi plein d’autres articles, post que j’ai de retard, et j’ai un bouquin a finir de lire aussi depuis un moment... Je vais essayer de m’organiser un peu là. Merci pour le suivi du sujet. C’est vrai que je ne suis plus trop Indymedia parce que je le trouve moins pratique que seenthis :)

    • Aparrament, une photo prise à Grenoble, entre casto et le campus.


      Pour celui qui l’a prise, ce serait du a la secte PMO indymedia...
      Franchement j’en sais rien, mais ce qui est sur c’est que je partage pas du tout un slogan comme « a bas la science », et que je crains qu’il soit possible que des gens malheureusement y adhère vraiment à cause de certaines discussions.

    • En suivant les liens de son dernier billet (http://seenthis.net/messages/185035), je découvre un super article de @aude_v dans #Reporterre sur la #PMA, l’#homosexualité et la #nature, qui pourrait répondre en partie à certains des trucs, non écrits, mais relayés par @pmo, alors que ça a été publié en janvier 2013, plusieurs mois avant.

      En tout cas, super article sur la #critique_techno mise en rapport avec les débats de société, avec le contexte #social et #les-gens.

      PMA et critique de la #technique : au nom de quelle nature ?
      http://www.reporterre.net/spip.php?article3740

  • Mort de Clément Méric : une vidéo accrédite la thèse de l’accident - France Info
    http://www.franceinfo.fr/justice/mort-de-clement-meric-une-video-accredite-la-these-de-l-accident-1040111-

    On y découvre donc un Clément Méric pour le moins agressif, qui se rue sur Esteban, alors de dos, pour lui asséner un coup. Le skinhead se retourne vivement, et lui porte un coup de poing au visage, qui le fait tomber. Méric ne se relèvera plus.

    • C’est tout ce que je craignais. A faire trop vite de Méric un « martyr » innocent, on a pris le risque de donner une trop belle occasion aux fachos d’avoir aussi leur « martyr » innocent en prison.
      1 partout, balle au centre.
      Les médias sont contents, ils ont renvoyé tout le monde dos à dos..

      Mais bon, pour l’usage du mot « accident » faut pas déconner : c’était dans une scène de baston, et le skin n’était pas venu spécialement ici avec la fleur au fusil...
      ok pour le terme d’homicide involontaire, mais pas pour « accident », ni « légitime défense »...

    • Ah tiens une avalanche de démentis :

      http://www.liberation.fr/societe/2013/06/25/mort-de-clement-meric-ce-que-dit-vraiment-la-video_913580?xtor=rss-450

      (je mets en gras)

      La police judiciaire de Paris qui enquête sur les « violences volontaires ayant entraîné la mort de Clément Méric sans intention de la donner » a mis la main dès le 6 juin sur ces images filmées la veille par une caméra de la RATP à l’extérieur de la station Havre-Caumartin. Selon un commissaire de la PJ , « la police technique et scientifique n’a pas travaillé pendant plusieurs jours sur ces images pour les faire parler », comme le prétend le journaliste qui a toutefois eu accès à la bande. Celui-ci n’a cependant pas indiqué que la caméra est orientée vers le trottoir et « ne montre que vingt centimètres au-dessus du sol, c’est à dire les jambes des personnes ». Les enquêteurs ont donc pu voir « des échanges de coups de pieds » entre cinq garçons d’extrême droite et quatre d’extrême gauche puisqu’il « s’agit d’une bagarre entre deux groupes », rappelle le commissaire

      Rien de nouveau sur les faits

      Ayant repéré Clément Méric à ses « chaussures claires » et Esteban Morillo à ses « godillots », les policiers aperçoivent « à un moment de la rixe, Méric passer derrière Morillo occupé à frapper un autre. Peut être Méric donne-t-il un coup à Morillo lequel, en tout cas, se retourne. Et Méric tombe par terre ». Inconscient. Voici la scène de rixe filmée au ras du bitume. La PJ ne comprend pas comment RTL peut laisser entendre que Méric déclencherait l’agression sur Morillo lequel riposterait : « Qu’est-ce que cela changerait si Méric assènait un coup dans le dos à Morillo au cours de la bagarre ? Les échanges de coups ne sont niés par personne, ni côté extrême gauche ni côté extrême droite ».

      Quant l’information de RTL précisant que le militant antifa n’a pas été « lynché une fois par terre », tout le monde le savait, les témoins, la PJ et le procureur de la République de Paris l’ayant bien expliqué. Clément Méric a été tué par deux coups mortels qu’Esteban Morillo a d’ailleurs avoué avoir porté à mains nues. Si la vidéo surveillance avait montré l’utilisation de poing américain, le militant d’extrême droite de Troisième voie aurait sûrement été mis en examen pour « homicide volontaire » mais, comme le souligne un proche du dossier, « ce n’est pas le cas ».

      Quand à la position de RTL, il n’y a qu’à voir comment leur partenaire BFM, dont RTL rediffuse les images, a laissé la parole à Serge Ayoub et comment ils prennent soin de cacher les visages de fachos qui ont manifestés sur la voie publique .

    • J’suis tombé dessus aussi de mon côté :
      http://seenthis.net/messages/150914

      Désopilant en effet comme chacun souhaite donner à l’affaire son interprétation.
      La violence (des mots) des gauchistes est bien souvent condamnée, longuement... par les mêmes qui veulent rabaisser les violences des fascistes, les vrais. A la façon dont cela se passe en Grèce, où les histoires de gauchistes torturés sont pléthores, et où les affaires de fascistes violents (publiquement et physiquement) sont impunies.

    • J’ai été piégé en tous cas par les dépêches aujourd’hui. Je n’imaginais pas qu’on pouvait oser faire une tel scoop (RTL) sur cette histoire avec des éléments aussi ambigus, j’ai été naïf.

      Il y a vraiment dans la presse une bonne infiltration de l’extrême-droite, parce qu’un tel acharnement à vouloir réécrire l’histoire, avec maintenant la théorie d’un complot orchestré par les gauchos contre les fachos, sur la base de rien (cf Le Point), ça ne peut plus être imputable au seul besoin de « sensationnalisme »...

    • Ça dépasse quand même l’incompétence là… Plus qu’une sympathie avec les fachos qui m’étonnerait, je parierais davantage sur une détestation des antifas, qui dépasse d’ailleurs le périmètre des médias…

    • Je veux bien qu’ils détestent les gauchistes, mais de là à transformer Esteban Morillo et sa copine en proies des gauchistes, ça fait plus intoxication que détestation à force...
      (résumons : les gauchos auraient tendu un piège au potes de Morillo dans une vente privée, pour qu’ils appellent leur pote à la rescousse, le faire sortir du bois et l’attaquer à 4 contre 5 dans la rue.. ça se tient..)
      Moi je pense que dans les millions de manifestants anti mpt, il y avait quelques journalistes dans le tas qui se sont bien fait monter le bourrichon et ont choisi leur camp en rêvant de revanche...
      Mais oui, j’espère être parano...

  • Une vague idée me traverse l’esprit : nous savons tous que les codes vestimentaires qui régissent l’entreprise imposent de savoir porter tout un tas de fringues valorisantes, généralement fabriquées dans des pays à bas coûts et sujets à des modes fluctuantes.

    Serait-il pensable de tenter d’exiger des entreprises citoyennes de ne pas imposer à leurs salariés de s’habiller chez des négriers, et donc, d’accepter le production vestimentaire locale et durable ?

    • En tant qu’employeur, j’en suis à peine à me demander comment remplacer mon banquier par un établissement financier qui me garantisse un comportement de banque éthique ne favorisant aucun comportement économique prédateur sur les humains.
      Pour les fringues ce sera une prochaine phase :-)

      Dernière question : connais-tu une production vestimentaire locale et durable par ici ? Parce que moi, j’ai peur que cela nous fasse remplacer nos ordinateurs par des machines à coudre, cette histoire... (ce qui en soi ne serait pas idiot, mais c’est con parce que nos PC ne sont pas vieux..)

    • Quels services exactement attends-tu d’un banquier ?

      (Si c’est du crédit tu sais bien que ces établissements se distinguent des particuliers par une licence d’autorisation d’émission de crédit couvert par l’état : auquel cas le problème est « purement règlementaire » donc, strictement politique : à rapprocher du démantèlement des caractères spécifiques de la Banque Postale en cours par les énarques du PS)

      Pour le reste une production vestimentaire locale ne peut être que durable au sens où seuls des produits extrèmement solides, type vêtements de travail, pourraient être produits en France. L’idée n’est pas d’interdire l’importation de matière première (qui ne représente que quelques% du coût) mais surtout d’en revenir à ce qui était la norme du temps des ouvriers, à savoir, les tenues de travail protectrices, durables, et adaptées à une activité plutôt qu’à la valorisation de la personne qui les porte.

    • En théorie, le banquier ne me sert qu’à gérer la trésorerie et les flux financiers avec le reste du monde, car on est en auto-financement sur la partie des investissements. Bon ok on a un emprunt qui nous a permis de racheter les parts des investisseurs de départ.
      Pour l’instant les bénéfices de la boite vont donc à l’investissement et au remboursement de cet emprunt. Autant dire que la banque se régale avec nous, elle se gave avec nos liquidités, et on vit avec le risque d’une ponction à la chypriote si elle déconne trop.
      Je pense transférer le compte vers le crédit mutuel ou la banque postale, ce sera toujours mieux qu’une filiale de la société générale..
      Mais bon...

    • Nous on est au Crédit Coopératif. C’est le moins pire.

      #Bizi et #Les-amis-de-la-Terre avait publié ça :

      Crédit Mutuel n’est donc pas forcément une super idée.

      Sinon pour les habits... la production locale là tout de suite ça reste un truc de bourge quand même. Enfin faut économiser pour acheter des produits de qualité en petite quantité, quand on est pas riche. Ce que je fais pour les chaussures par exemple.

      Pour les autres habits, vu la quantité de vêtements déjà en circulation, le mieux reste de produire moins et de réutiliser ce qui existe.

    • Malgré le patient détricotage de son statut unique par les énarques de l’inspection des finances qui gangrènent l’ UMPS, la Banque Postale reste encore, pour quelque temps, une oeuvre sociale aux moeurs certes inspirées par l’enseignement des pires écoles de banque. C’est toujours une solution provisoire.

      Si la garantie d’état sur les dépots ne vous intéresse pas, une simple association pourrait rendre les services que tu demandes, par exemple par internet. J’ai toujours été frappé de constater que les gauchistes ne voient pas l’intérêt d’offrir des services financiers communautaires.

      Pour le reste, j’ai eu l’occasion de chiffrer ce qu’il pourrait en être de produire de l’habillement durable en France, honnêtement, c’est jouable, même sans rétablir la production de chanvre autrefois utilisé pour le textile. Mais bien plus encore que d’exiger du textile local, un grand pas en avant aurait lieu si les entreprises décourageaient l’habillement corporate genre escarpins/jupe/chemisier/chignon ou chemise de merde à 100€ pour homme. Imposer un habillement de travail serait davantage dans mon esprit un prétexte pour, en passant, relocaliser l’activité.

      Et, encore une fois, l’immense nombre de vêtements en circulation sont de très mauvaise qualité et la plus belle illustration de l’obsolescence programmée. Une éducation citoyenne respectueuse des logiques durables devrait souligner que disposer de trois paires de chaussures et trois pantalons est bien suffisant.

    • Et, encore une fois, l’immense nombre de vêtements en circulation sont de très mauvaise qualité et la plus belle illustration de l’obsolescence programmée. Une éducation citoyenne respectueuse des logiques durables devrait souligner que disposer de trois paires de chaussures et trois pantalons est bien suffisant.

      Je ne sais pas si je me suis bien exprimé : je parlais des vêtements déjà en circulation déjà achetés. Donc c’est le contraire de l’obsolescence programmée, c’est pas acheter ce qui est déjà dans les magasins, je parle de réutiliser les habits déjà en vraie circulation.

      90% de mes habits sont d’occas, et ils tiennent très bien, et « pire » : la plupart sont fabriqués en France ou en Europe, car c’est justement les bourges qui en plus d’acheter des supers trucs en achètent 30000 par mois et les redonnent ou les jettent ensuite. Pour lutter contre la surconsommation d’habits, la priorité c’est déjà d’utiliser ce qui existe et qui est trop vite mis à la poubelle.

      Du coup c’est doublement écologique : c’est fabriqué en France, et en plus c’est de la récup.

      Bien sûr, sur le long terme, le mieux est de réhabiliter la filière normande de chanvre (entre autre). Mais culture ET filage.

      Là actuellement, autour de ma ville natale, on continue de cultiver du chanvre, puis il est envoyé à l’autre bout du monde pour être filé, puis dans un autre bout du monde pour être cousu en habits, puis il revient être vendu dans le coin. Trop cool.

  • Arkansas Senate approves random drug testing for the unemployed - World Socialist Web Site

    http://www.wsws.org/en/articles/2013/04/12/drug-a12.html

    Arkansas Senate approves random drug testing for the unemployed
    By Matthew MacEgan
    12 April 2013

    On April 8, the Arkansas Senate approved a measure (25-5) that would require random drug testing of residents who receive state unemployment benefits. The bill, which has the potential to affect 85,000 residents, now passes on to a Republican-controlled House committee. The passage of this proposal follows another bill, passed the same day (19-12), which seeks to cut the maximum weekly benefits paid from $451 to $325.

    #big-brother #contrôlr #surveillance #discrimination #les-américains-sont-tarés

  • #Les-Cautionneurs
    http://radiofrance-podcast.net/podcast09/rss_12269.xml

    #Hi-Tekk et #Nikkfurie, les deux membres du groupe #La-Caution vous font partager deux heures d’un #mix « heavyweight » sorti tout droit de leur expertise du gros son en tous genres.

    Tu connais le groupe de #hip-hop La Caution ? Tu connais la #radio #Le-Mouv ? Et bien voilà. 2h de mix de #rap et autres sons tous les samedis nuit.

    Je vous mets le dernier, d’hier soir, et après vous fouillez vous-mêmes ok ?

    http://rf.proxycast.org/m/media/247047201412.mp3?c=musique&p=Les+Cautionneurs_12269&l3=20130406&l4=&me