• Transphobie ! Le Centre LGBT Paris vire le seul groupe lesbien restant !
    https://christineld75.wordpress.com/2022/12/13/transphobie-le-centre-lgbt-paris-vire-le-seul-groupe-lesbie

    Les Señoritas était le seul groupe lesbien qui continuait de fonctionner au CLGBT Paris, un groupe de lesbiennes féministes plus toutes jeunes ; elles ont été jugées coupables de transphobie, censurées et après un procès digne des purges staliniennes, renvoyées du Centre.

    Cela fait longtemps que je le dis et l’écris, le sigle LGBTQI++ est en réalité une imposture, le L est inexistant dans ce mouvement qui n’est plus que gay et trans., et ce depuis des années. Si vous n’êtes pas convaincus, lisez l’essai que j’ai fait paraître en 2021 aux éditions Double Ponctuation : « Fractures ! Le féminisme et le mouvement LGBT en danger », un bilan de décennies de militantisme à la fois dans les mouvements de libération homosexuelle et féministes. (Et notamment sept années de présidence de ce Centre.)

    J’ai été informée par une membre des Sénoritas (voir son message ci-dessous, j’ai retiré son nom et ses coordonnées pour préserver sa vie privée).

    Quelle est donc leur faute ? Une Sénorita a envoyé un e-mail au groupe, via la boîte mails interne au groupe et domiciliée au Centre. Il s’agissait d’un communiqué de l’Observatoire de la Petite Sirène transmis au groupe pour information. Un message interne et privé entre membres du groupe donc. Seulement voilà, la boîte mails est gérée par le Centre qui y a fourré son nez et décidé que l’Observatoire en question était transphobe et que cela justifiait le renvoi du groupe. En outre une référente des Señoritas, membre du Conseil d’Administration du Centre a été démise de ses fonctions. (Une autre raison avancée pour justifier cette mise à pieds : avoir inscrit au club de lecture des Sénioritas mon livre « Fractures ! Le féminisme et le mouvement LGBT en danger ». Incroyable ingratitude quand on sait que le Centre de la rue Beaubourg n’existerait pas si je ne l’avais pas remis à flot et déménagé après la faillite de la rue Keller). Depuis la boîte mails des Sénioritas est sous surveillance et leur activité suspendue. Ceci a entraîné d’autres démissions en chaîne au Centre.

    #lesbophobie #discrimination #misogynie #masculinisme

  • Women Assaulted by Trans Activists While Demonstrating Against Potential Placement of Trans-Identified Murderer in Women’s Prison

    https://reduxx.info/women-assaulted-by-trans-activists-while-demonstrating-against-potential-pl

    Women protesting the placement of trans-identified males in women’s prisons were met with violence from trans activists yesterday at the Alameda County Courthouse in Oakland, California.

    Led by author and women’s rights advocate Kara Dansky, the small group peacefully began their protest on the steps of the courthouse, with the women carrying banners which read “No Men in Women’s Prisons” and “Dana Rivers is a Man.” Some of the demonstrators gave speeches on the importance of keeping prisons sex-segregated for the safety and dignity of female inmates.

    The women, most of whom were advocates with Women’s Declaration International USA, had gathered specifically to voice opposition to the possibility that biologically male convicted murderer Dana Rivers may be housed in a women’s prison.

    But it wasn’t long before the female protesters were attacked by trans activists who had reportedly arrived with the intention of intimidating them into ending their demonstration.

    Speaking to Reduxx, Women’s Liberation Front founder Lierre Keith says the protest had initially been off to a good start — with members of the public expressing support for the women’s signage. But after the group moved their demonstration to the sidewalk across from the courthouse, black-clad trans activists ambushed them.

    “Antifa had been lingering for a while. We saw them watching us, but they were afraid to act while we were near the courthouse, presumably because law enforcement is present,” Keith said, noting that the demonstrators had been engaged in conversation with a passerby curious about their protest when the activists struck.

    “One man rammed into Kara with an umbrella. Others attacked us by slamming things into our faces and heads. Kara also got eggs smashed into her head and body. There’s a photo of actual blood behind her ear from the force.”

    Keith continued that she had “minor” swelling in her eyes from the incident after a whipped cream pie was forcefully thrown at her face.

    “It was over really quickly. These things are a blur in the moment. Another man came at us from the other side on a bicycle, trying to knock women down or scare us. He came very close to seriously injuring women.”

    The two banners the women had been holding were also targeted, with dramatic footage emerging from the scene of multiple trans activists successfully wrestling the signs from the women. Keith estimates that there were eight trans activists who participated in the assaults, most or all of whom were male.

    Keith says that the passerby who had stopped to talk to the group just before the violent attack was “horrified” by what she had witnessed.

    “We tried to explain to her then that these are the men who want to get into women’s prisons — violent, abusive misogynists who take delight in hurting women for fun [and] that this has been going for over a decade. Women have lost our ability to speak and gather in public if we disagree with men. The [trans activists] did our job for us. They showed her who they are better than we ever could have!”

    Police were contacted immediately following the incident.

    Many who had tuned into the Facebook livestream of the event were shocked by the attack, pointing out that the female demonstrators had been there specifically to protest a man convicted of murdering a family.

    Dana Rivers, a man who identifies as a transgender woman, was recently found guilty in the triple homicide of a lesbian couple and their son. After a lengthy delay in court proceedings, Rivers was finally convicted last month of murder in the first degree for the 2016 slayings of Charlotte Reed, Patricia Wright, and Benny Diambu-Wright.

    Prior to the killings, Rivers was a prominent trans activist known for fighting against “gender discrimination.”

    Rivers first gained notoriety in 1999 after he was fired from his job teaching at Center High School in Sacramento County, California, for openly discussing his “sexuality and the importance of gender self-determination” in class with students. Rivers launched a highly-publicized “discrimination” lawsuit and was awarded $150,000 in compensation.
    Dana Rivers appearing on TV in the early 2000s.

    Following the suit, Rivers became a well-known advocate for trans-identified males. He was invited to speak as a guest lecturer at several universities, including Stanford and UC Davis, and served as a Board Member for the International Foundation for Gender Education (IFGE).

    Rivers was also a keynote speaker for the National Center for Lesbian Rights as well as for The Tiffany Club, an organization founded to promote the political interests of those with “gender confusion.”

    Rivers was arrested on November 11, 2016 as he was fleeing the home of Wright and Reed. Neighbors had called the police after hearing gunshots sounding from the house.

    When authorities arrived, they found Rivers covered in blood and gasoline and running from the property, which had been set ablaze. When officers searched Rivers, they found a bloody screwdriver, a knife, brass knuckles, bullets, pepper spray, and Benny Diambu-Wright’s iPod.

    According to police reports, Rivers “began to make spontaneous statements about [his] involvement in the murders” while being arrested. Rivers ultimately confessed to killing the two women and their son, but entered a plea of not guilty on charges of triple homicide in 2017.

    The case had first been set for trial in 2019, but was repeatedly delayed in order to accommodate an investigation into Rivers’ mental health. The trial finally began on October 31, and Rivers was convicted just weeks later in mid-November.

    The court reconvened on December 5 to begin considerations for Rivers’ insanity claim. If accepted, Rivers will likely be sent to a psychiatric institution rather than a prison. But if rejected, there is a strong possibility Rivers will be placed in a women’s correctional facility in accordance with California state law.

    California has one of the most liberal prisons self-identification policies in the country, something that has become a point of contention for women’s rights advocates.

    S.B-132, also known as the Transgender Respect, Agency, and Dignity Act, was signed into effect in January of 2021 by California Governor Gavin Newsom. The law provides inmates housing based on their self-declared gender identity status.

    The Act has resulted in hundreds of male inmates to issue requests for transfer to women’s institutions, many of whom have been accepted regardless of their legal gender status or conviction history.

    According to the California Department of Corrections and Rehabilitation, as of November 27, 342 male inmates currently housed in men’s prisons have requested to be moved to a female institution. The Department has previously confirmed to Reduxx that male inmates do not need to be on any hormones or have had any “gender affirming” surgeries in order to be considered for placement in a women’s facility.

    Male inmates don’t even need to identify as transgender to request a transfer, and can simply mark themselves as gender non-conforming, non-binary, or not presently utilizing “he/him” pronouns.

    Earlier this year, Reduxx reported that a pedophile who had molested a 4-year-old girl had been moved to the California Institution for Women despite having been denied a gender and name change, and still legally being a male.

    #sexisme #lesbophobie #misogynie #féminisme #transactivisme #féminicide #genre

  • Trans, détrans : alertes pour un scandale annoncé (plus Communiqué de Ypomoni – Pour une approche éthique des questions de genre)
    https://entreleslignesentrelesmots.blog/2021/12/06/trans-detrans-alertes-pour-un-scandale-annonce-plus-com

    Mais pourquoi cette flambée de filles ?

    La question la plus intrigante reste entière : pourquoi, dans la foule des adolescents qui veulent changer de sexe, l’écrasante majorité sont des filles ? Aucune étude n’a à ce jour apporté une réponse mais on voit bien que cette dernière est à chercher du côté de la sociologie autant que de la médecine. Là encore, les détransitionneuses fournissent de précieuses clés de compréhension. Des clés pas très rassurantes, il faut le dire.

    Elie explique qu’elle s’est sentie seule comme adolescente car elle ne correspondait pas aux stéréotypes de la féminité. Que ce qui lui a manqué, ce sont simplement des amies, une communauté, qui la rassurent sur ce qu’elle a toujours été : une femme, masculine, lesbienne, « et c’est ok ». Faute de les trouver, elle a rejoint la communauté trans et s’est persuadée que pour une femme masculine, la seule issue est devenir un homme.

    C’est ce qui fait dire aux dissidents du mouvement LGBT que l’insistance à promouvoir la transition cache une homophobie intériorisée. Malgré les discours sur la fluidité, le sous-texte est brutal : mieux vaut changer de sexe que de vivre son homosexualité. « A la limite, résume François Brutsch, la transition peut être considérée comme la thérapie de conversion ultime. » C’est aussi la thèse de cinq médecins qui ont quitté le Gender Identity Development Service de Londres, mal à l’aise avec cette constatation : trop de jeunes homosexuels demandent à changer de sexe pour échapper aux souffrances de l’homophobie. Ces médecins ont raconté dans les médias britanniques qu’un mauvais gag circulait dans la clinique : « Bientôt, il ne restera plus de gays… » Le lien entre souffrance homophobe et désir de changer de sexe serait confirmé par une étude de l’Université de l’Arizona, citée dans une longue enquête de Radio Canada.

    Mais cela n’éclaircit pas encore le mystère : si, pour un certain nombre d’ados contemporains, la transition est une manière d’esquiver leur homosexualité, que signifie cette surreprésentation de filles ? Cela veut-il dire qu’il est plus difficile, pour une adolescente, en 2021, de se découvrir lesbienne que pour un garçon de se découvrir gay ? On voit mal d’autre conclusion plausible. Tout se passe comme si, en quelques décennies, s’était produite une inversion de tendance : pour les filles, il est plus difficile aujourd’hui d’être un garçon manqué tandis que pour les garçons, il est devenu plus facile d’être féminin.

    « Sur Instagram, avec les images de filles super belles, féminines, sexy, tu te dis qu’il n’y a pas d’autre voie […] Ça a déclenché chez moi […] une anxiété intolérable, et, de l’autre côté, je ne voulais pas être lesbienne », raconte une détransitionneuse citée dans l’enquête de Radio Canada. On a beau se féliciter des avancées de la condition féminine, il est difficile, en regardant les cours d’écoles et les réseaux sociaux, d’échapper à ce constat : les stéréotypes de genre pèsent aujourd’hui plus lourd sur les filles qu’il y a 40 ans. Elie, trop masculine pour être heureuse, trop seule dans la cour au milieu de ses copines super moulées et maquillées, a grandi à Bruxelles, dans la deuxième décennie du vingt-et-unième siècle.

    A côté de l’homosexualité douloureusement vécue, une autre thématique est très présente dans les témoignages des détransitionneuses : celle de l’abus sexuel et de l’insoutenable statut de proie. « J’ai fait une transition pour échapper à ma réalité de femme et de survivante de violences… », lit-on encore dans la brochure diffusée par Post Trans. Elie et Nele y invitent leurs lectrices à « se réconcilier avec [leur] sexe biologique ». Tout indique que, pour diverses funestes raisons, la flambée des adolescentes en questionnement de genre est l’indice d’un mouvement contraire. Ce n’est pas une bonne nouvelle pour les femmes.

    #lesbophobie #sexisme #trans #genre #homophobie #misogynie #violences_sexuelles #inceste

    • Interroger l’énorme déséquilibre genré de la transidentité actuelle est concrètement interdit et suffit à se faire traiter de TERF.
      Pourtant, on ne peut clairement pas dissocier la transidentité du #patriarcat qui reste notre environnement de référence.

      Parfois, j’ai l’impression que la transidentité est purement une émanation du patriarcat et le conforte de manière tordue  : dans une société où le genre ne surdéterminerait pas notre place dans la société en général et notre exposition à la violence en particulier, je pense que l’assignation sexuelle et/ou sa transition seraient assez inexistantes puisqu’on pourrait vivre et se comporter à sa guise sur ces plans-là sans aucune espèce de conséquence.

    • La transidentité est ancienne, les transactivistes le font souvent valoir comme arguments en leur faveur. Pourtant quand on se documente sur les pratiques de la transidentité dans les divers cultures on retrouve des strategies de survie en contexe misogyne et homophobe dans des cultures ultra-patriarcales et répressives (caste vouée à la prositution en Inde, obligation de transition pour faire disparaitre les gays en Iran, utilisation des veuves et des vierges pour poursuivre des assassinats en Albanie...). C’est de la survie dans un contexte patriarcale mais c’est pas une solution collective, le but du féminisme c’est d’abattre le patriarcat, pas de le rendre confortable pour les victimes de discriminations (femmes et homo qui integrent la misogynie et l’homophobie au point de se nier soi-même et de s’inventer une identité plus confortable du point de vue patriarcale).

  • Cas d’école - L’histoire de Dinah
    https://blogs.mediapart.fr/158568/blog/291021/cas-decole-lhistoire-de-dinah

    (Attention, ce lien évoque le #suicide, l’#homophobie et le #harcèlement)

    Le calvaire subi par Dinah nous a tous dévastés. La douleur et la sidération dans lesquelles nous plonge cette affaire ne doivent pas nous faire oublier que le harcèlement scolaire est un fléau qui prospère dans bon nombre d’établissements sans que de véritables mesures ne soient réellement mises en place. Pour Dinah et pour toutes les autres victimes, voici ce nouvel épisode de « Cas d’école ».

  • Le port de symboles militants est désormais assimilé au port ostentatoire de signes religieux. Ite, missa laica est ...

    Chronique d’une #fascisation ordinaire : l’enseignante a failli jouer sa carrière pour un symbole militant de couleur arc-en-ciel

    Dans le Rhône, une enseignante interdite de cours en raison d’un masque arc-en-ciel – Libération
    https://www.liberation.fr/societe/dans-le-rhone-une-enseignante-interdite-de-cours-en-raison-dun-masque-arc

    Il était bien homologué mais ce sont ses couleurs qui n’ont pas plu à la proviseure du lycée Germaine-Tillion, à Sain-Bel (Rhône). Le 3 mai, cette cheffe d’établissement a interdit à l’une de ses enseignantes, professeure de lettres classiques, de porter un masque en tissu figurant un arc-en-ciel. Six bandes horizontales, symboles de la lutte contre les discriminations subies par les personnes #LGBTQI. Dans un courrier consulté par Libération, la proviseure, jugeant le port de ce masque « non réglementaire », s’est justifiée auprès de l’enseignante : « Je vous ai rappelé que vous deviez respecter, en tant que fonctionnaire, le principe de neutralité dans l’exercice de vos fonctions et que si vous n’ôtiez pas votre masque, je vous demandais effectivement de ne pas prendre vos classes. »

    L’hypocrisie en mode #pas_de_vague a encore de beaux jours devant elle à l’#éducation_nationale

    #petit·es_chef·fes #discriminations #neutralité (mon cul) #national_républicanisme

  • Déni de réalité et misogynie au cube.
    Je tombe sur cette vidéo titré "Caroline Mecary : « Dans l’opposition à la PMA pour toutes, il y a un fond homophobe inconscient »"
    https://www.youtube.com/watch?v=SDm-9F7PtGc


    Alors que

    Le Sénat a voté mardi un amendement au projet de loi bioéthique excluant les femmes célibataires de l’extension de la PMA, mais pas les couples de femmes . Il s’agit de l’une des mesures phare du texte du projet de loi bioéthique, actuellement en deuxième lecture au Sénat.

    https://www.lepoint.fr/societe/pma-pour-toutes-les-femmes-celibataires-exclues-du-projet-de-loi-par-le-sena

    Du coup je titrerait plutot "« Dans l’opposition à la PMA pour toutes, il y a une grosse couche de misogynie parfaitement assumée de tous les cotés" » car il faudra m’expliqué en quoi l’autorisation de la PMA est homophobe alors que ce sont les femmes célibataires uniquement qui en sont exclues.
    C’est une double invisibilisation des femmes - d’abord prétendre que les lesbiennes sont discriminées alors qu’elles ne le sont pas - et ensuite appelé les lesbiennes des homos alors que les gays ne sont absolument pas concernés et que les lesbiennes sont invisibilisées.

    • Les couples de femmes mariées n’ont pas droit à la PMA (corrige moi si je me trompe mais j’en suis quasi certain). Donc toutes les femmes qui ne sont pas en couple avec des hommes sont discriminées. Donc c’est lesbophobe. Ensuite les lois françaises parlent d’homophobie pour regrouper les discriminations faites aux homosexuel·les (cf https://www.senat.fr/lc/lc129/lc129_mono.html). Donc c’est ce mot qu’une avocate doit employer pour dénoncer une loi française.

    • Il semble que tu ai raison @fsoulabaille , ca dépend des dates, le 2 et 3 février seuls les femmes célibataires étaient exclues et le 4 avec le critère médical les couples lesbiens sont exclus aussi avec les femmes célibataires. La loi discrimine donc bien les femmes seuls et les lesbiennes. OK pour la ref au nom de la loi, c’est logique qu’une juriste utilise les terminologie législatives. Je comprend mieux maintenant.
      –----
      le 2 février

      « La chambre haute a d’abord rejeté par 122 voix pour et 174 voix contre (33 abstentions) les amendements (LR et centristes) visant à supprimer l’article 1er ouvrant la PMA aux couples de femmes et aux femmes seules. Mais le Sénat a ensuite adopté à main levée un amendement du sénateur LR Dominique de Legge prévoyant de limiter l’ouverture de la PMA aux couples de femmes. »

      https://www.ouest-france.fr/societe/famille/pma/debats-nourris-au-senat-autour-de-l-extension-de-la-pma-7140730
      –----
      le 3 février

      Ce mardi, le Sénat a voté mardi un amendement au projet de loi bioéthique excluant les femmes célibataires de l’extension de la procréation médicalement assistée ( PMA), écornant la mesure phare du texte qui pourra toutefois être rétablie par les députés. Résultat, l’article 1er du projet de loi visant à ouvrir l’accès à la PMA à toutes les femmes a fait le plein d’abstentions chez ses partisans, qui l’ont jugé « dénaturé » par les modifications apportées. L’article a été rejeté par 48 voix pour, 132 contre et 152 abstentions. Dans les faits, le Sénat a donc vidé de sa substance le projet de loi, examiné bioéthique en deuxième lecture.

      https://www.20minutes.fr/societe/2967947-20210202-pma-toutes-senat-exclut-femmes-celibataires

      –----
      le 4 février

      "Ils ont introduit dans le texte un « critère d’infertilité médicalement diagnostiqué ou la non transmission d’une maladie d’une particulière gravité ». Les couples hétérosexuels seront contraints de prouver ce critère médical. Ce qui exclut de fait les femmes seules et les couples de femmes, qui, elles, ne pourront pas être systématiquement remboursées."

      https://information.tv5monde.com/terriennes/pma-pour-toutes-la-france-dit-oui-ou-presque-320566
      –----
      le 4 février

      « les associations LGBT et celles représentant les mères célibataires étaient furieuses, jeudi 4 février, après le rejet par le Sénat de l’extension de la procréation médicalement assistée (PMA) aux couples de femmes et aux célibataires.

      Le Sénat, à majorité de droite, a adopté dans la nuit de mercredi à jeudi le projet de loi de bioéthique, amputé de sa mesure phare : l’ouverture de la PMA à toutes les femmes. Cette disposition pourra, toutefois, être rétablie par les députés. »

      ...

      non seulement l’avancée fondamentale que représente la PMA pour de nombreuses femmes a été supprimée, mais les sénateurs avaient préalablement honteusement écarté les femmes seules », a rappelé, pour sa part, Bénédicte Blanchet, de l’association Mam’ensolo.

      https://www.lemonde.fr/societe/article/2021/02/04/les-associations-furieuses-du-rejet-de-l-extension-de-la-pma-a-toutes-les-fe
      –---
      #lesbophobie #misogynie #sexisme #PMA #discrimination

    • Ici le rapport de la commission sur la PMA de sept 2019 ou des lacano-freudien·nes sont auditionné·es https://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/comptes-rendus/csbioeth/l15csbioeth1819032_compte-rendu#

      En tant que tel, même dans l’adoption, le fait même d’être femme seule est un facteur de risque.

      L’effacement symbolique du père est un vrai problème – pour moi, c’est l’un des problèmes essentiels. On efface à la fois son rôle symbolique et réel. Il ne faut pas oublier l’effet d’un père réel sur son enfant, c’est-à-dire l’existence d’interactions qui lui sont propres et que l’enfant n’aura pas ailleurs – ce ne seront pas les mêmes interactions avec l’oncle, le grand-père ou l’ami. L’impact de l’effacement ne se fait pas sentir seulement dans la réalité, mais aussi de façon symbolique, parce que la société va dire qu’elle n’a pas besoin d’un père pour un enfant – pour travailler depuis 20 ans dans le monde de la protection de l’enfance, je sais que cela posera un vrai problème. Cette inutilité, cet effacement du père du fait de la logique poursuivie par l’État aura des conséquences sur le plan de la protection de l’enfance et par rapport au champ de la prévention.

      #patriarcat #lacan

  • Médias
    « Des propos sexistes toutes les 11 minutes » à l’émission phare de RTL
    https://www.bastamag.net/Emission-Les-grosses-tetes-sur-RTL-Des-propos-sexistes-toutes-les-11-minut

    Sexisme, transphobie, racisme, âgisme, classisme, validisme, grossophobie… L’émission Les Grosses têtes sur RTL collectionne les propos discriminatoires selon une étude de l’Association des journalistes lesbiennes, gays, bi·e·s, trans et intersexes.

    36 heures d’écoutes et 24 émissions : pendant cinq semaines une vingtaine de membres de l’Association des journalistes lesbiennes, gays, bi·e·s, trans et intersexes (AJL) ont écouté Les Grosses têtes sur RTL, animée par Laurent Ruquier. Le bilan est un amas de déclarations sexistes, homophobes ou racistes. Les femmes y sont régulièrement dévalorisées ou sexualisées, et on ne s’y gêne pas pour les réduire à leur condition de « mère », de « ménagère » ou à déballer leur vie privée et sentimentale. « Des remarques qu’il faut qualifier de systémiques, tellement elles sont récurrentes et appuyées, détaille l’AJL. Des propos sexistes toutes les 11 minutes et jusqu’à 16 dans la même émission. Ça fait beaucoup en une heure et demie. » La sexualité des chroniqueuses est également évoquée allègrement : 19 fois sur les 24 émissions. Par exemple, le 15 octobre, Laurent Baffie présume que Christine Ockrent « doit se taper tellement de mecs ». Cinq jours plus tard, on demande à Arielle Dombasle et Isabelle Mergault si elles aiment simuler.

    L’AJL comptabilise au total « 159 déclarations sexistes, 66 déclarations homophobes et transphobes, 51 déclarations racistes, 29 déclarations grossophobes, 25 déclarations âgistes, 17 déclarations banalisant des crimes sexuels et des violences », ainsi que des propos « classistes » (teintés de mépris social) ou validistes (discriminatoires envers un handicap). Concernant les déclarations racistes par exemple, elles sont présentes dans 80 % des émissions écoutées. Les noms sont tournés en dérision, les accents imités, la communauté asiatique y est fétichisée, les roms et roumains stigmatisés, avec des sorties telles que « Arrête de faire la manche, on dirait une Roumaine ! ». L’association a particulièrement été surprise du caractère répétitif des propos et de l’acharnement.
    « Elle gueule comme une goudou, comme un routier ! »

    Les minorités semblent presque être le fond de commerce du programme. L’AJL explique que « sur les 24 émissions que nous avons écoutées, 83 % comprennent des propos LGBTIphobes ». Le 21 septembre dernier, Christine Bravo déclare au micro ne pas aimer François Hollande : « Il n’en faut pas moins à Jeanfi Janssens [un humoriste, ndlr] pour lui lancer : “Lesbienne !” Et lorsque Laurent Ruquier lui demande de répéter, celui-ci confirme : “Lesbienne !” Puis ajoute : “Je savais que tu allais virer goudou ! Elle gueule comme une goudou, comme un routier !” ».

    Dès qu’elle sont évoquées, les orientations de genre ou orientations sexuelles deviennent des insultes, sans oublier les stéréotypes qui vont avec. D’autres fois, les chroniqueurs refusent de reconnaître que les femmes trans sont des femmes ou les réduisent à leur apparence physique. « La lesbophobie et la transphobie sont, certes, minoritaires parmi les propos problématiques relevés, ajoute l’AJL. Mais, lorsque les identités lesbiennes et trans sont évoquées, c’est systématiquement de manière dégradante. »

    #sexisme #misogynie #homophobie #lesbophobie #violophilie #transphobie

  • Ils s’embrassent devant la Manif pour Tous, la police les exfiltre violemment pour “trouble à l’ordre public”
    https://www.revolutionpermanente.fr/Ils-s-embrassent-devant-la-Manif-pour-Tous-la-police-les-exfilt
    https://www.revolutionpermanente.fr/local/cache-vignettes/L653xH436/arton22370-f05eb.jpg?1602602923

    Ce samedi 10 octobre, des manifestations étaient organisées dans toute la France par La Manif Pour Tous (LMPT), organisation ultra-réactionnaire qui, après avoir tenté de faire pression contre l’ouverture du mariage aux couples homosexuels, a décidé de faire de l’opposition à l’ouverture de la PMA aux couples lesbiens et aux femmes célibataires son nouveau cheval de bataille. Revendiquant « Pas de PMA sans père » et « Liberté, Egalité, Paternité », les manifestants de LMPT réaffirment leur discours homophobe et transphobe, qui oppose un prétendu bien-être des enfants aux droits des couples homosexuels et revendique la préservation de l’institution patriarcale de la famille.

    Des contres-manifestations ont été appelées nationalement pour contrer cette offensive des secteurs les plus conservateurs de la droite et de l’extrême-droite, mais également pour revendiquer les droits des personnes LBGTQI+ à exister et à vivre dans cette société, en insistant sur le caractère transphobe de cette loi puisque les hommes trans sont exclus du droit à la PMA.

    À Paris, comme dans le reste du pays, ces rassemblements et manifestations ont été accueillis par des contre-manifestants défendant les droits des personnes LGBT. Devant le ministère de la Justice, où quelques centaines de réactionnaires étaient réunis, des couples de même sexe participant à la contre-manifestation se sont embrassés en signe de protestation, ici capturés par Olivier Corsan, photo-journaliste au Parisien.

    Les couples sont pris à parti par les manifestants, comme il l’explique à Têtu : « Environ une heure après le début de la manifestation, j’ai pu voir un mouvement de mêlée, la foule s’en prenait violemment à deux hommes qui s’embrassaient ».

    La police est alors intervenue, non pas pour mettre un terme aux insultes, mais pour « exfiltrer » les deux couples ; comprenez, intervenir violemment pour les empêcher de s’embrasser et les sortir du rassemblement.

    Pire, jointe par le journal Têtu, la préfecture de police explique que « L’intervention des forces de l’ordre a eu lieu quand des troubles à l’ordre public ont été constatés du fait de la présence de contre-manifestants n’ayant pas déclaré leur manifestation ». « S’embrasser dans la rue, est-ce illégal ? L’espace public appartient-il à la Manif pour tous ? Pour la préfecture en tout cas, le baiser de deux personnes de même sexe est un "trouble à l’ordre public". Un baiser d’autant plus insupportable que les amoureux sont au milieu d’une manifestation contre les droits des personnes LGBT+ ? » s’insurge le journal. De son côté, la préfecture dément :

    Pourtant, la réponse de la préfecture était limpide : « des troubles à l’ordre public ont été constatés du fait de la présence de contre-manifestants n’ayant pas déclaré leur manifestation » Les couples seraient donc fautifs, selon la préfecture. Pourquoi ? Un baiser entre deux hommes ou deux femmes est-il une provocation en soi ? La Manif pour Tous et ses partisans ont-ils le droit d’insulter et de prendre à parti des couples de même sexe, avec l’appui de la police, sous prétexte que leurs baisers constitueraient une manifestation non-déclarée ?

    #homophobie #lesbophobie #misogynie #manif_pour_tous #acab #policepartoutjusticenullepart #inversion_patriarcale #extreme_droite #catholicisme #invisibilisation #femmes #PMA

  • #Anna_Wilkins : Les crimes haineux contre les lesbiennes sont en hausse
    https://tradfem.wordpress.com/2020/05/01/les-crimes-haineux-contre-les-lesbiennes-sont-en-hausse

    Pour la deuxième année consécutive, l’organisation française SOS Homophobie publie les chiffres des actes de harcèlement à l’encontre des femmes lesbiennes enregistrés durant un an. Et les résultats sont très inquiétants : entre 2017 et 2018, les actes haineux envers les lesbiennes ont augmenté de 42 %. Au total, 365 cas ont été enregistrés, soit en moyenne une par jour.

    Ces chiffres incluent une grande variété d’agressions, allant du rejet à la discrimination, en passant par les insultes et la violence physique. Selon les chiffres publiés par l’organisation, 28 % de ces actes ont eu lieu en ligne, 14 % dans des familles, 13 % dans des lieux publics et 10 % au travail.

    SOS Homophobie n’a pas été en mesure de déterminer si cette énorme augmentation était due à une hausse réelle des agressions contre les victimes ou si davantage de personnes ont simplement décidé d’en parler. Dans tous les cas, les agressions étaient réelles. Plusieurs victimes ont également accepté la demande de l’organisation de parler de leur expérience.

    Traduction : #Tradfem
    Version originale : https://www.gentside.co.uk/news/anti-lesbian-hate-crimes-are-on-the-rise_art3568.html
    #sos-homophobie #lesbophobie #violences_masculines

  • #Julie_Bindel : Que faire lorsque l’on regrette sa transition sexuelle ?
    https://tradfem.wordpress.com/2020/01/06/que-faire-lorsque-lon-regrette-sa-transition-sexuelle

    Livia, 23 ans, vit comme transhomme depuis cinq ans. À 20 ans, elle a subi une double mastectomie, une hystérectomie et une ovariectomie (ablation des ovaires). Et elle le regrette aujourd’hui. Elle fait partie d’un panel de sept jeunes femmes qui discutent de leurs sentiments face à la transition lors de la toute première réunion du Detransitioner Advocacy Network (DAN) (Réseau de défense des droits des personnes en détransition, plus tôt ce mois-ci.

    Depuis la création du réseau, en octobre dernier, plus de 300 femmes qui regrettent d’être passées du statut de femme à celui de (trans)homme se sont manifestées pour obtenir du soutien et des conseils. C’est un nombre extraordinaire. Mais il n’est peut-être pas si surprenant quand on voit qu’au cours des dix dernières années, on a observé une augmentation de 3 200 % du nombre d’enfants qui se croient transgenres au Royaume-Uni, dont les trois quarts sont des filles. Une recherche rapide sur le site de sociofinancement GoFundMe montre que plus de 26 000 filles et femmes cherchent actuellement de l’argent pour subir la « chirurgie du haut » (une double mastectomie élective) afin d’acquérir une apparence plus masculine.

    Traduction : #Tradfem
    Version originale : https://unherd.com/2019/12/the-nhs-is-failing-trans-kids
    #détransition_transgenre #identité_de_genre #féminisme #transgenre

    • Il semble que Livia souffrait de dysmorphie corporelle, un désordre qui amène les gens à croire que leur corps est défectueux ; cette condition devient de plus en plus fréquente en raison de la pression exercée sur les jeunes femmes pour qu’elles se conforment à des stéréotypes féminins. Mais on l’a plutôt amenée à croire qu’elle souffrait d’une dysphorie de genre, un trouble où des gens en viennent à penser c’est leur sexe biologique qui n’est pas « le bon », ce qui conduit à vouloir subir une chirurgie irréversible, souvent à un âge jeune et impressionnable.

      Ayant fait son coming out en tant que lesbienne à l’âge de 11 ans, Evans se sentait mal à l’aise face à la réaction négative de garçons et de filles à l’école. Elle a enduré leur cruauté et leurs remarques homophobes pendant plusieurs années, puis, à l’âge de 14 ans, elle a découvert que plusieurs membres de son groupe d’amis passaient du statut de femme à celui d’homme, une perspective qu’elle dit avoir trouvée irrésistible.

      « J’ai suivi le mouvement », me dit Evans. « J’aime les autres filles et j’aime les armes, les camions et la boue, je n’aime pas avoir les cheveux longs et je suis vraiment bordélique, et ma chambre ressemble à une chambre de garçon, donc je dois être un garçon. »

      « Aujourd’hui, j’ai accepté celle que je suis vraiment : une femme non conforme à son sexe. Je ne crois pas que j’aurais dû vivre une transition médicale pour en arriver à ce constat. »

      #lesbophobie #homophobie #misogynie

  • Ellul & Charbonneau contre la fabrication de l’homme-machine
    http://www.piecesetmaindoeuvre.com/spip.php?page=resume&id_article=1207

    Voici un article de Bernard Charbonneau (1910-1996), Vers un meilleur des mondes, publié en 1984 dans Combat nature, et un extrait de Ce que je crois, de Jacques Ellul (1912-1994), publié en 1987 chez Grasset. Deux textes contre la fabrication de l’homme-machine (FIV, PMA, GPA, eugénisme et manipulations génétiques), que nous republions à l’occasion du vote de la nouvelle loi de « bioéthique », étendant à toutes les femmes, fécondes ou non, seules ou en couples, l’accès aux technologies de production infantile. Merci à qui nous les a passés et à qui les fera passer à son tour. (Pour lire la suite et les textes d’Ellul & Charbonneau, ouvrir le document ci-dessous.) Lire aussi : Appel contre l’eugénisme et l’anthropocide Alertez les bébés ! Le projet Manhattan de reproduction (...)

    #Documents
    http://www.piecesetmaindoeuvre.com/IMG/pdf/pma_ellul_charbonneau.pdf

  • Démasquez les physiciens, videz les laboratoires !
    http://www.piecesetmaindoeuvre.com/spip.php?page=resume&id_article=1205

    Démasquez les physiciens, videz les laboratoires Rien, plus rien aujourd’hui ne distingue la Science d’une menace de mort permanente et généralisée : la querelle est close, de savoir si elle devait assurer le bonheur ou le malheur des hommes, tant il est évident qu’elle a cessé d’être un moyen pour devenir une fin. La physique moderne a pourtant promis, elle a tenu, et elle promet encore des résultats tangibles, sous forme de monceaux de cadavres. Jusqu’alors, en présence des conflits entre nations, voire du possible anéantissement d’une civilisation, nous réagissons selon nos critères moraux et politiques habituels. Mais voici l’espèce humaine vouée à la destruction complète, que ce soit par l’emploi cynique des bombes nucléaires, fussent-elles « propres » (!), ou par les ravages dus aux déchets (...)

    #Documents
    http://www.piecesetmaindoeuvre.com/IMG/pdf/videz_les_laboratoires.pdf

  • Appel contre l’eugénisme et l’anthropocide
    http://www.piecesetmaindoeuvre.com/spip.php?page=resume&id_article=1200

    Cet appel a été publié dans La Décroissance d’octobre 2019, à l’occasion de la révision de la loi dite « de bioéthique », légalisant de nouvelles extensions de la production et de la modification artificielles de l’humain. Les signataires (Les Amis de Bartleby, les Chimpanzés gascons, Hors-Sol, Lieux communs, Pièces et main d’œuvre, Resistenze al Nanomondo) invitent les lecteurs à diffuser cet appel et à débattre des moyens de s’opposer à ces progrès nécrotechnologiques. * Un crime contre l’humanité a lieu sous nos yeux. Ce crime, né du cerveau des biologistes et commis avec les moyens de la médecine et de la génétique, se présente sous les dehors d’un bienfait et d’une émancipation pour l’humanité. Bienfait pour les victimes de stérilité (organique ou due à l’empoisonnement chimique et industriel du (...)

    #Documents
    http://www.piecesetmaindoeuvre.com/IMG/pdf/appel_contre_l_euge_nisme_et_l_anthropocide.pdf

  • Du coup
    http://www.piecesetmaindoeuvre.com/spip.php?page=resume&id_article=1197

    Voici une lettre de notre ami Tomjo, à propos du sordide ordinaire en « milieu radical ». C’est nous qui disons « sordide ordinaire », de manière sans doute réductrice, pour résumer son témoignage. Un abrégé de l’éducation politique d’un jeune gars de milieu populaire, arrivé d’Amiens, découvrant tout à la fois la grande ville de Lille et l’activisme « radical », à l’école des intellos universitaires. Tomjo, pour ceux qui ne le situeraient pas, c’est à la fois l’animateur du site Hors sol (ici), un contributeur des media alternatifs (La Brique, Lundi matin, CQFD, La Décroissance…) ; et l’auteur de nombre d’enquêtes en collaboration avec PMO. On pourrait écrire, en réaction à Du coup, l’un de ces livres que tant d’« ex » - communistes, gauchistes, communards -, ont écrit après coup pour expliquer ce qu’ils (...)

    http://hors-sol.herbesfolles.org #Faits_divers
    http://www.piecesetmaindoeuvre.com/IMG/pdf/du_coup.pdf

  • PMA : « Nous demandons les mêmes droits pour toutes les femmes et leurs enfants »
    https://www.lemonde.fr/idees/article/2019/09/05/pma-nous-demandons-les-memes-droits-pour-toutes-les-femmes-et-leurs-enfants_

    Malheureusement, ce projet de justice et d’égalité contient des mesures qui inquiètent les principales intéressées, car elles sont de nature à traiter les couples de femmes et leurs familles de manière discriminatoire au regard du droit et de l’état civil, avec la création d’un nouveau type d’établissement de la filiation pour elles et leurs enfants ainsi que par la référence stigmatisante du mode de procréation sur les actes de naissance des enfants nés d’une PMA avec don.

    Une tribune sous #paywall c’est particulier mais je trouve que les asso LGBT manquent de solidarité avec les femmes car les discriminations en lien avec la PMA ne s’appliquent pas qu’aux couples de femmes mais aussi aux femmes célibataires. Le fait que les lesbiennes invisibilisent les femmes est tout de même problématique. La mention du mode de conception sera obligatoire pour toutes les femmes sauf les hétérosexuelles en couple avec un homme qui elles n’aurons pas leurs enfants tatoué administrativement par cette mention pour préservé l’honneur des couilles du paterfamilias.
    #discrimination #misogynie #sexisme #lesbophobie

  • PMA : de futurs enfants stigmatisés par le droit ? - Libération
    https://www.liberation.fr/debats/2019/05/02/pma-de-futurs-enfants-stigmatises-par-le-droit_1724583

    Dans la perspective d’ouvrir la PMA à toutes les femmes, un nouveau type de filiation est en discussion : réservé à ces seuls enfants, il garderait trace du recours à un don de gamètes dans l’acte d’état civil. Une stigmatisation alors qu’existe une solution bien plus simple : étendre le droit existant.

    Une telle inscription est problématique à plusieurs égards. Mentionner le recours à un don sur un document public, c’est tout simplement contraindre les personnes à révéler, à différentes occasions de la vie, des informations médicales confidentielles : veut-on vraiment révéler à notre conjoint, à notre notaire, à un officier d’état civil, qu’on est né d’un don ? Que nos parents rencontraient des problèmes de fertilité ? Que notre mère célibataire a conçu dans un cabinet médical ? Quand bien même l’acte de naissance intégral est très peu accessible, ces informations médicales et personnelles sont hors de propos dans le système de filiation. De manière générale, cette proposition rapproche indûment la filiation et l’accès aux origines biologiques alors qu’il s’agit de deux questions radicalement distinctes. Les actes d’état civil sont conçus pour garder trace de la filiation au sens juridique, c’est-à-dire du lien entre un enfant et son parent, indépendamment de l’existence d’un lien biologique entre eux. La question de l’accès aux origines, voire de la levée de l’anonymat des donneurs et donneuses, devrait être traitée indépendamment de celle de la filiation, afin de ne pas mettre en place un système stigmatisant pour les parents ayant eu recours à un don de gamètes et pour leurs enfants.

    #PMA #filiation #femmes #discrimination #lesbophobie #sexisme

  • PMA : la droite ne refait pas le match du mariage gay
    https://www.liberation.fr/france/2019/07/30/pma-la-droite-ne-refait-pas-le-match-du-mariage-gay_1742903

    Le débat sur la loi de bioéthique s’annonce bien moins virulent que celui sur le texte Taubira de 2013. Dans les rangs LR, entre 15 et 20 députés pourraient voter en faveur de la procréation médicalement assistée.

    Ce que cet article ne dit pas c’est que si la droite ne bronche pas (pour l’instant car des manifs sont prévus en novembre) c’est que cette loi leur donne les moyens de nuire gravement aux enfants né·es de PMA. La nouvelle loi oblige le mode de conception des enfants né·es de PMA de mère célibataire et couples de femmes à être inscrit dans l’acte d’état civile. Cette obligation ne s’applique pas aux couples hétéros, ceux là même qui sont le plus susceptible de mentir à leur progéniture pour préservé l’égo du pater familias stérile.
    Ainsi l’état va tatoué administrativement les enfants des lesbiennes et femmes célibataires afin de facilité les persécutions que les cathos et PMO vont leur faire vivre dans le future. Sachant ceci je déconseille aux femmes qui le peuvent d’avoir recours à la PMA en France, c’est beaucoup trop dangereux pour les enfants.

    De toute façon elles y serons forcées dans un premier temps car
    la nouvelle loi oblige la destruction de tous les stock de sperme disponibles en France. Les donneurs n’ayant plus de garantie d’anonymat il y en aura probablement beaucoup moins qu’auparavent.

    #PMA #discrimination #catholicisme #misogynie #lesbophobie

    • @rastapopoulos oui en principe ce sont les stock de donneurs anonymes qui doivent être détruits. Pour l’anonymat, de toute façon il deviens impossible. Avec les test ADN par internet les enfants retrouvent de plus en plus facilement les donneurs, demi-soeurs et demi-frères. Même si la législation ne l’autorise pas et que les administrations ne lâchent pas l’info, en pratique c’est devenu commun de faire ces tests et les donneurs n’ignorent probablement pas que l’anonymat est vidé de son sens et que ca ne risque pas de s’amélioré de ce coté là.

      PMA, nature et illusions
      https://www.liberation.fr/debats/2019/08/01/pma-nature-et-illusions_1743200

      Selon la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, cette spécificité serait justifiée par la nécessité de garantir une vraisemblance biologique dans l’inscription de la filiation. Dès lors, que ses instigateurs reconnaissent que le refus d’universaliser les modalités d’inscription de filiation ne repose que sur un choix idéologique. Car nulle contrainte technique ni juridique n’impose d’introduire un traitement à part qui distinguerait parents et enfants en fonction de l’orientation sexuelle.
      Sens commun

      Il convient de s’interroger sur les motivations politiques et les effets d’une telle décision, qui se résume à refuser d’universaliser le mode d’établissement de la filiation. Il s’agit ici de réaffirmer dans le sens commun, une prime à l’illusion de naturalité. Cela revient, non pas à admettre les altérités comme autant de possibles à légitimité équivalente, mais plutôt à sauvegarder une hiérarchisation posant en référence le couple cis-hétérosexuel ayant recours à la procréation par relation sexuelle. Ce mode de procréation, seul à bénéficier du droit commun parce qu’il est majoritaire, se voit gratifié d’une dimension quasi-missionnaire : comme un bonus donné au biologique.

      En parallèle, la volonté de réinscrire à tout prix un donneur de sperme dans le parcours d’inscription de la filiation qui serait assigné aux seuls couples de femmes agit comme un warning de sur-signalisation d’une absence. On nous explique, là encore, qu’il s’agit de préserver et de rendre visible la vraisemblance biologique. Mais en réalité, cela ne vise qu’à marquer symboliquement et fortement la participation masculine à tout processus reproductif.

      Quel est donc ce besoin, si intense, de crier ainsi la présence de sperme dans les constructions de narration, alors qu’on se demande, au vu des technologies existantes, qui pourrait imaginer aujourd’hui – à part à travers une incroyable manifestation de foi dans des fécondations issues du saint-esprit – qu’il n’y ait pas eu dans l’opération altérité de gamètes ? Ce n’est rien d’autre qu’un énième avatar du syncrétisme patriarcal visant à répondre au projet politique de persister à poser le masculin en insécable universel.

      Gwen Fauchois, Ancienne vice-présidente d’Act Up-Paris est totalement centrée sur les lesbiennes et elle oublie que les femmes célibataires et les enfants qu’elles aurons avec la PMA serons soumis à la même discrimination que les femmes homosexuelles. Il s’agit de misogynie pure et dure, pas seulement de lesbophobie. Il s’agit de contrôle du corps des femmes et de leurs enfants, de la préservation de la domination masculine à travers la procréation. Impossible en 2019 de faire croire qu’il n’y a pas de sperm dans la fécondation, la PMA c’est pas le clonage et les techniques dont il est question impliquent un donneur mâle. Les femmes ne peuvent pas mentir là dessus mais même si elles le pouvaient, en quoi est-ce un problème si grave qu’on risque la sécurité de leurs enfants en créant une distinction à vie sur leur état civil ? Actuellement, celles et ceux qui dissimulent le recours à la PMA ce sont les couples hétéros dont l’homme est stérile, et le gouv ne les soumet pas à ce stigmate et n’expose pas leurs enfants à de potentielles discriminations à vie.

      Aujourd’hui la perspective d’un gouvernement RN deviens plus concrète. Qui peu dire ce qu’un tel gouvernement fera de cette information ?

  • Municipales : LREM investit une ex de la Manif pour tous
    « Chez Pol ».
    https://www.liberation.fr/france/2019/07/12/municipales-lrem-investit-une-ex-de-la-manif-pour-tous_1739617

    La stratégie de LREM pour les municipales pourrait vite devenir illisible. Dans sa dernière salve d’investitures, le parti macroniste a désigné, outre l’ex-filloniste Caroline Cayeux à Beauvais, Aurélie Taquillain à Courbevoie. Or, la future ex-adjointe au maire LR de la ville des Hauts-de-Seine chargée de la famille et de la petite enfance (elle va démissionner de ses délégations) a longtemps été proche de la Manif pour Tous puis de son émanation politique, Sens Commun. Deux entités fortement opposées au mariage pour tous et à la PMA pour toutes que l’actuelle majorité prévoit d’instaurer. Une élue étiquetée « droite Trocadéro » en somme, qui participait à des débats à LR en 2016 sur la politique familiale avant de quitter le parti après l’élection de Laurent Wauquiez. Cette investiture souligne les paradoxes des tactiques municipales à géométrie variable de la majorité, capable d’investir quelqu’un contre un édile Macron-compatible comme des élus sortants PS ou LR. Surtout, cette désignation d’Aurélie Taquillain entre en contradiction avec la récente exclusion d’Agnès Thill pour ses provocations homophobes répétées et son opposition viscérale à la PMA pour toutes.

    #PMA #misogynie #lesbophobie #homophobie #catholicisme

  • Du « transidentitaire » à l’enfant-machine : entretien avec Fabien Ollier
    http://www.piecesetmaindoeuvre.com/spip.php?page=resume&id_article=1152

    A l’occasion de la parution de son livre, L’Homme artefact. Indistinction des sexes et fabrique des enfants (Editions QS ?) voici un entretien avec Fabien Ollier, précédé de rappels et considérations sur le sujet. Fabien Ollier publie des ouvrages de critique de l’idéologie sportive (entre autres) depuis 20 ans. Il dirige les éditions Quel Sport ? et suit de près toutes les métamorphoses du corps-marché à l’ère technologique. (Ouvrir le document ci-dessous). Lire aussi : Manifeste des Chimpanzés du futur contre le transhumanisme, Pièces et main d’oeuvre (Editions Service compris, 2017) ; Reproduction artificielle « pour toutes » : le stade infantile du transhumanisme Ceci n’est pas une femme (à propos des tordus « queer ») La reproduction artificielle de l’humain (...)

    #Nécrotechnologies
    http://www.piecesetmaindoeuvre.com/IMG/pdf/entretien_avec_fabien_ollier.pdf

  • Loi bioéthique : la ministre de la santé veut « lever le voile sur la filiation » pour les enfants nés de la PMA
    https://www.lemonde.fr/societe/article/2019/06/23/loi-bioethique-la-ministre-de-la-sante-veut-lever-le-voile-sur-la-filiation-

    Quant à l’autorisation pour les femmes de congeler leurs ovocytes, comme cela se fait en Espagne ou en Belgique, elle a fait savoir que le gouvernement « allait le faire, de façon très encadrée pour éviter une baisse de la natalité due notamment à l’allongement des études ». « La conservation des ovocytes pourrait être ouverte à partir de 30 ou 32 ans », a-t-elle précisé.

    Jupiter ne veux pas que les femmes fassent des études, il préfère qu’elles fassent des petits trouffions de SNU et cela dès leurs 20 ans.

  • Football et féminisme (Revue de presse)

    On nous avait vendu l’organisation de cette coupe du monde de football féminin comme une grande victoire du féminisme. Est-ce si certain ?

    Cathy, footballeuse : « Un jour, la Fédération nous a dit de véhiculer une image “plus féminine” » (L’Obs, 08.06.19)
    https://www.nouvelobs.com/societe/20190608.OBS14142/cathy-footballeuse-un-jour-la-federation-nous-a-dit-de-vehiculer-une-imag

    Cette ex-joueuse de 2e division a connu quelques sélections en équipe de France durant son adolescence. Une époque où la Fédération avait peu de considération pour les #femmes ...

    Les Bleues ont les cheveux longs, et ce n’est pas tout à fait un hasard (Sébastien Billard, L’Obs, 07.06.19)
    https://www.nouvelobs.com/sport/20190607.OBS14061/les-bleues-ont-les-cheveux-longs-et-ce-n-est-pas-tout-a-fait-un-hasard.ht

    Pour être médiatisées et attirer les #sponsors, les #sportives de haut niveau sont contraintes de coller à une certaine image de la #féminité, dénonce la sociologue Catherine Louveau.

    Sabrina, footballeuse, 25 ans : « Un garçon m’a dit : “Si on se met ensemble, tu devras arrêter le foot” » (Sébastien Billard, L’Obs, 07.06.19)
    https://www.nouvelobs.com/sport/20190607.OBS14063/sabrina-footballeuse-25-ans-un-garcon-m-a-dit-si-on-se-met-ensemble-tu-de

    Originaire d’Argenteuil, cette joueuse évolue sous les couleurs de Nancy et gagne un petit salaire grâce au #football .

    Entre sexisme et « féminisme marketing », la publicité surfe sur la Coupe du monde féminine (Aurélie Sipos, Le Parisien, 06.06.19)
    http://www.leparisien.fr/societe/mondial-2019-entre-sexisme-et-feminisme-marketing-comment-la-publicite-su

    La Coupe du monde est l’occasion pour les publicitaires de se saisir d’un marché féminin en plein essor. Mais gare aux #clichés .

    Mondial 2019 : un drapeau arc-en-ciel déployé pendant le match d’ouverture pour "promouvoir la visibilité des lesbiennes" (Marie-Violette Bernard, France Info, 08.06.19)
    https://www.francetvinfo.fr/sports/foot/coupe-du-monde-de-foot-feminin/mondial-2019-un-drapeau-arc-en-ciel-deploye-pendant-le-match-d-ouvertur

    L’association Les Dégommeuses a déployé ce tifo lors du coup d’envoi du match France-Corée du Sud, pour dénoncer le #sexisme et la #lesbophobie dans le foot.

    Rébecca Chaillon : “Les femmes qui jouent au foot dérangent” (Belinda Mathieu, Télérama, 03.06.19)
    https://www.telerama.fr/sortir/rebecca-chaillon-les-femmes-qui-jouent-au-foot-derangent,n6277864.php

    Dans “Où la chèvre est attachée il faut qu’elle broute”, l’auteure et metteuse en scène tacle le sexisme et l’#homophobie dans le milieu du ballon rond.

    • Pour l’égalité des sexes, exigeons :
      – la réduction de 95% des temps d’antenne monopolisés par le football « masculin »
      – la réduction de 95% des salaires des footballeurs « masculins »
      – la réduction de 99,999% des revenus des grenouilleurs « footballistiques » (gros membres (...) de la FIFA, propriétaires de clubs « pros », « intellectuels » du foot en tous genres, etc...

  • PMA et secret : le mieux ennemi du bien - Libération
    https://www.liberation.fr/debats/2019/06/06/pma-et-secret-le-mieux-ennemi-du-bien_1732142

    Donner aux enfants nés par don l’accès à leurs origines personnelles est une nécessité. Mais pourquoi l’inscrire à l’état civil ? Un tel affichage peut être contre-productif, paralysant.

    On le sait, le mieux est parfois l’ennemi du bien. Faire en sorte que le secret qui entoure la filiation des enfants nés par don de gamètes soit levé est une impérieuse nécessité. Un « bien », oui.

    Il est primordial pour l’équilibre psychique, tant des parents que de l’enfant, puis de l’adulte, que ceux-ci puissent avoir un accès à leurs origines. La révision prochaine de la loi de bioéthique doit indéniablement aboutir à la levée de l’anonymat des dons de gamètes. Les mentalités ont évolué. Les parents qui ont eu recours à un don savent pertinemment qu’il est essentiel de dire son mode de conception à celui ou celle qu’ils ont ardemment désiré. Qu’à enfouir cette histoire particulière sous des monceaux de silence, celle-ci finit toujours par suinter. Entraînant les mêmes conséquences délétères que ces secrets de famille qui empoisonnent des générations. On ne peut donc que souhaiter sortir de ce cercle vicieux : bravo.

    Mais la question que semblent se poser certains sur l’aménagement de cette filiation est : « Comment imposer la nécessité de dire à l’enfant qu’il est né d’un don ? ». Car il s’agit bien d’imposer. Que la loi permette un jour l’accès aux origines n’est pas, à leurs yeux, suffisant. Ils espèrent « mieux » : que le mode de conception de l’enfant soit inscrit sur une « déclaration commune anticipée de filiation », mention figurant sur l’état civil intégral de l’enfant, que les parents soient mariés ou non, de sexe différent ou non. Une mention légale qui change tout : ces parents qui ont désiré, qui ont entamé et mené à bien un parcours difficile, ces parents-là seraient dépossédés d’une liberté de révéler à leur enfant son mode de conception, simplement, à leur manière, à leur moment et selon leurs propres modalités.

    A la culture du secret instituée depuis des années succéderaient donc une culture du contrôle de la vérité obligatoire et ce, par voie administrative.

    Rappelons-le : si, dans notre pays, le donneur est choisi selon le même groupe sanguin que le parent infertile, c’est pour éviter que l’enfant, au cours de son itinéraire de santé, ne découvre le pot aux roses. L’appariement des cheveux, la couleur des yeux, de la peau, participe de cette même volonté. Tout est fait pour que l’acte de « don », confié au notaire, soit secret. Cela part d’une « bonne » intention, mais cela ne correspond plus à ce que nous savons aujourd’hui des arcanes d’un développement psychologique épanouissant. Les témoignages de ceux qui, devenus adultes, ont souffert de la découverte trop tardive de leurs origines, ou de l’impossibilité de les connaître, confirment leur sentiment d’avoir été trahis ou d’avoir souffert d’être prisonniers d’un mensonge. Pour autant, la déclaration de filiation ne nous semble pas le meilleur accompagnement pour éviter ces maladresses.

    Non, ce n’est pas pour revenir à des vieilles antiennes que ce projet de « déclaration » nous semble mal venu. Ce n’est pas non plus parce que nous serions timorés. Nous sommes aussi attachés à la révélation du mode de conception à l’enfant mais pas dans un autoritarisme de la transparence.

    Ne pas tout mélanger. Une telle révélation par le mode de la « déclaration » peut être contre-productive, voire paralysante. Imaginez les ravages que cette annotation administrative pourrait avoir sur une personne née de don de gamètes qui vient à la mairie, pour une raison des plus banales, chercher son acte d’état civil !

    Mais il y a plus grave : cette idée de « déclaration » donne la curieuse impression d’un retour en arrière et d’infantiliser, voire stigmatiser, les parents qu’ils soient mariés ou non, qu’ils soient de même sexe ou de sexe différent. Tout se passe comme s’ils étaient soupçonnés d’être incompétents à dire la vérité à l’enfant, et qu’il fallait que l’Etat se substitue à eux. Intrusion violente et choquante dans la vie intime des individus. Un manque de confiance singulièrement anachronique pour que ceux qui proposent d’« instituer la volonté et l’engagement des parents à l’égard de l’enfant, plutôt que d’escamoter le don (1)… » au moment où notre société devient favorable à l’accès aux origines et ose penser que les parents ne cacheront pas leur recours à un don, tout en attribuant au donneur(se) sa juste valeur. Ces parents, qui au premier chef ont bravé des épreuves, ont réfléchi - plus que bien des parents bio ! - avant de se lancer dans cette aventure, seraient-ils inaptes à entretenir leur petit des circonstances de sa conception ?

    Pourquoi, plus simplement, plus justement, ne pas centraliser tous les consentements à la procréation avec don au sein d’un organisme géré par un tiers (2) ? Les parents ayant, quand ils le souhaitent, comme ils le souhaitent, révélé leur parcours à leur enfant, ce dernier pourra y avoir accès, s’il le désire, à sa majorité. Connaissant l’existence de cette éventualité, les parents seraient encore plus enclins à anticiper cette démarche, et les enfants devenus adultes pourraient naturellement y avoir recours. Vouloir libérer le silence, soit. Lever de force un secret, non.

    #misogynie #lesbophobie #patriarcat #domination_masculine #femmes #catholicisme #couillisme #contrôle_des_femmes #PMA

    • Ca touche les femmes, homos, hétéros, célibataires, et même les asexuelles . Le but est de privé les femmes de leur liberté de procrée sans la domination d’un mâle. Et de garantir aux hommes la possibilité de nuire à ces femmes toute leur vie ainsi que la capacité de ruiner la vie des enfants mis au monde par ces femmes.
      #papa_dans_maman_pour_tous
      Ce poison viens en parie des catholiques, mais on trouve aussi cette forme grave de misogynie chez des gens comme pièce et main d’œuvre. @pmo Sur ce coup les misogynes de gauche, de droite et du centre sont unis, pour opprimer les femmes et les dépossédé de leur corps il n’y a plus de division. Comme quant les rabins, curés et imams font la trève pour interdire la gay pride à Jérusalem.
      Avec cette loi, le don de sperm est en fait une dépossession des femmes de leur corps et de leurs choix de ne pas avoir de père pour les enfants qu’elles mettent au monde. Cette loi fera de tout donneur de sperm un salopard hypocrite de la dernière espèce.