• À quoi rêvait #Aaron_Swartz ?

    Aaron Swartz, militant de la #liberté_d’expression, du partage et de la circulation libre des savoirs, de l’accès illimité et pour tous à la connaissance et à la culture s’est suicidé en 2013. #Flore_Vasseur est allée rencontrer ses proches pour écrire cet ouvrage sur ce prodige disparu trop tôt.

    L’histoire et les enjeux d’#internet à travers la vie/tragédie d’#AaronSwartz, l’homme qui voulait changer le monde.

    https://www.franceculture.fr/emissions/linvite-innovation/a-quoi-revait-aaron-swartz

    http://rf.proxycast.org/1535564134769238016/10183-10.02.2019-ITEMA_21977854-0.mp3

    #web #hackers #Politique #Libertés #Droits


  • #Loi_Blanquer : Ce que la #confiance veut dire...

    « L’#école_de_la_confiance » c’est le slogan préféré de JM Blanquer , celui qui a été utilisé pour justifier sa politique tout au long de ses 18 mois de présence au ministère de l’éducation nationale. C’est encore le nom de son projet de loi sur l’école qui devrait bientôt arriver devant le Parlement. La confiance c’est, selon le Larousse, « le sentiment de quelqu’un qui se fie entièrement à quelqu’un d’autre, à quelque chose ». Mais le projet de loi de JM Blanquer redéfinit le terme et sa portée. Il éclaire du coup le véritable projet du ministre. L’école de la confiance c’est celle de la mise au pas des enseignants.

    L’article 1 de la loi Blanquer

    L’école de la confiance a déjà pris de sérieux coups depuis le phénomène #pasdevagues. Les enseignants ont largement témoigné de l’absence de confiance de l’institution à leur égard. Un sentiment bien rendu en retour. On croyait d’ailleurs le slogan enterré mais le ministre n’a pas hésité à l’utiliser à nouveau, juste avant que les lycéens apportent à leur tour un net démenti...

    Le projet de loi « pour une école de la confiance » commence par un premier article qui porte sur « l’engagement de la communauté éducative ». Comme d’autres articles de ce texte, il cache bien son jeu.

    L’article 1 du projet de loi demande d’insérer un article L. 111-3-1 dans le Code de l’éducation ainsi rédigé : « Art. L. 111-3-1 - Par leur engagement et leur exemplarité, les personnels de la communauté éducative contribuent à l’établissement du lien de confiance qui doit unir les élèves et leur famille au service public de l’éducation. Ce lien implique également le respect des élèves et de leur famille à l’égard de l’institution scolaire et de l’ensemble de ses personnels. »

    Un mot pour révoquer facilement

    Apparemment c’est une simple déclaration philosophique dont on peut se demander ce qu’elle fait dans un projet de loi. Mais l’étude d’impact du projet de loi, un document obligatoire fourni par le ministère aux députés, éclaire singulièrement ce que JM BLanquer appelle la confiance.

    « Le Gouvernement souhaite inscrire, dans la loi, la nécessaire protection de ce lien de confiance qui doit unir les personnels du service public de l’éducation aux élèves et à leurs familles. Compte tenu de son importance, il serait en effet déraisonnable de s’en tenir à une simple consécration jurisprudentielle », explique l’étude d’impact.

    « Les dispositions de la présente mesure pourront ainsi être invoquées, comme dans la décision du Conseil d’Etat du 18 juillet 2018 précédemment mentionnée, dans le cadre d’affaires disciplinaires concernant des personnels de l’éducation nationale s’étant rendus coupables de faits portant atteinte à la réputation du service public ».

    L’arrêt en question avait annulé la décision d’une cour administrative d’appel qui était revenue sur une décision de révocation d’un enseignant. Il s’agissait d’un professeur de Montceau-les -Mines coupable et condamné avec sursis pour agressions sexuelles sur mineurs de quinze ans. Pour chasser cet enseignant du métier , le Conseil d’Etat a argué de « l’exigence d’exemplarité et d’irréprochabilité qui incombe aux enseignants dans leurs relations avec des mineurs, y compris en dehors du service » et de l’importance de l’atteinte portée « à la réputation du service public de l’éducation nationale ainsi qu’au lien de confiance qui doit unir les enfants et leurs parents aux enseignants du service ».

    Faire taire les profs sur les réseaux sociaux

    Exploitant cette affaire très particulière, le projet de loi Blanquer exploite cet arrêt dans un tout autre domaine. Il ne s’agit plus de délinquant sexuel condamné mais de n’importe quel prof. Il ne s’agit plus de la violation perverse de la relation pédagogique mais du lien d’obéissance au ministre. En s’appuyant sur cet article et cette évocation de la confiance, le ministre veut pouvoir sanctionner ce qu’il n’arrive pas à punir actuellement.

    L’étude d’impact donne des exemples. « Il en ira par exemple ainsi lorsque des personnels de la communauté éducative chercheront à dénigrer auprès du public par des propos gravement mensongers ou diffamatoires leurs collègues et de manière générale l’institution scolaire. Ces dispositions pourront également être utilement invoquées par l’administration dans les cas de violences contre les personnels de la communauté éducative ou d’atteintes au droit au respect de leur vie privée, notamment par le biais de publications sur des réseaux sociaux ».

    La confiance c’est la soumission

    Ainsi toute critique portée par un enseignant sur l’institution pourrait être légalement sanctionnée par une #révocation. Ce que poursuit le ministre c’est la généralisation du #devoir_de_réserve qui concerne aujourd’hui les seuls cadres du système éducatif ou des cas bien particuliers. Les violences tout comme la diffamation sont déjà punis par la loi. Le devoir de réserve peut être invoqué pour des enseignants qui feraient campagne contre l’institution (et non contre un responsable politique). Or la liberté de parole des enseignants est nécessaire à l’exercice du métier. Ils doivent éthiquement privilégier l’intérêt de l’élève avant celui de l’institution. Ils doivent pouvoir exercer librement un droit de critique sur le fonctionnement de l’institution. Celle-ci d’ailleurs le leur demande quand il s’agit des programmes par exemple.

    On mesure le glissement que permettrait le passage de cet article. JM Blanquer inscrit cet article pour permettre une systématisation des #sanctions et faire en sorte que les #enseignants se taisent, notamment sur les réseaux sociaux, dernier espace de #liberté.

    Cet article autoritaire, qui ferait des enseignants une catégorie spéciale de sous-fonctionnaires, montre à quel point le mot confiance est un piège. Si, pour Orwell, « la liberté c’est l’esclavage », pour l’auteur de ce projet de loi, la confiance c’est la #soumission.

    François Jarraud


    http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2018/12/12122018Article636801966942543096.aspx
    #censure #éducation #France #réseaux_sociaux #école

    • Il y aura donc l’#école_de_la_confiance , autrement dit de la défiance envers les enseignants.

      Pour ce qui est des élèves, il y aura le #SNU, le #service_national_universel pour la soit disant cohésion sociale.
      Le Service National de la main d’oeuvre gratuite, entre autres.
      Expérimentation en 2019 dans la Creuse.

      A terme, seront concernés :

      Pas mal d’informations sur https://www.campuslille.com/index.php/entry/service-national-universel-snu

    • https://dijoncter.info/?un-fonctionnaire-ca-ferme-sa-gueule-ou-ca-demissionne-828

      Imaginons qu’un professeur soit amené avec sa collègue enseignant l’allemand, à encadrer une sortie d’élèves, pour étudier au cinéma le film intitulé" Le jeune Karl Marx" ; très vite, il serait amené à évoquer la liberté d’expression, censée être garantie constitutionnellement : l’œuvre s’ouvre en effet sur cette scène insolite où le philosophe et économiste est interpellé par la police d’État alors qu’il se trouve en plein comité de rédaction, le seul crime qu’il est censé avoir commis étant d’avoir participé à un journal contestataire. Cela provoquait l’ire du roi de Prusse.
      Un an plus tard, en 2019, la réalité rejoint la fiction : ce même enseignant prend connaissance de la convocation de Sophie Carrouge pour crime de lèse-majesté (une tribune somme toute inoffensive à l’encontre du président-mandaté du moment). Il apprend aussi - dans les mêmes jours, d’ailleurs - que son ministère a prévu de nouvelles mesures statutaires lui imposant un bâillon à lui ainsi qu’aux milliers d’autres enseignants, sous couvert de renforcement de leur « devoir de réserve » . Sommes nous dans une république bananière ? Dans la Tunisie de Ben Ali ? Non, en France en 2019, où il apparaît légitime de remettre en cause, en toute décontraction, des droits constitutionnels, au nom d’un contrat de travail avec le meilleur des employeurs : l’État.
      Le voilà, par la force de décrets ministériels, dans une situation de sujétion accrue qu’on déguisera au mieux en loyauté à l’égard de la République, au pire en ce qu’on nommera, ce qui ne manque pas de sel ni d’ironie, une « école de la confiance ». (c’est le nom du projet de loi comportant le bâillon en question).
      Pour peu qu’il se rende au Panthéon avec ses élèves, devra-t-il encore rendre hommage à Voltaire ou à quelque autre incitateur de révoltes, qui se sont illustrés contre des institutions vermoulues à l’autoritarisme grossier ? Devrait-on souhaiter, que l’enseignant, comme n’importe quel militaire ou gendarme soumis à sa hiérarchie, soit coopté et jugés honorable que s’il est un fonctionnaire inféodé à tel ou tel gouvernement de passage ? Celui du moment perd chaque jour davantage en crédibilité et légitimité (pour ne rien dire de sa cote de séduction, en chute libre), se crispant toujours davantage sur ses pouvoirs régaliens ; où en est-il, en cherchant à faire taire le moindre professeur de province rédigeant quelques lignes sur un site à la fréquentation confidentielle ? Se met-il sérieusement en tête de traquer quelque « ennemi intérieur » ? Le porte-parole du gouvernement de passage, affolé - et opportuniste - va même jusqu’à qualifier les mouvements de résistance actuels d’ entreprises « factieuses ».

      La liste des « factieux »

      Sont ainsi stigmatisés tous les opposants à la verticalité problématique de la cinquième république désirée par De Gaulle, s’imposant toujours à nous alors qu’elle n’a de cesse de démontrer les excès de l’exécutif : elle à chaque fois chaque fois instrumentalisée par le roitelet du moment (pour cinq ans), lequel est relayé par le moindre de ses petits clones locaux dans chaque institution, chacun se faisant alors une gloire d’être la courroie de transmission de l’insanité d’en haut.
      Seront alors décrétés « Factieux » tous ceux qui osent prendre la parole ou agir hors de la mise-au -pas de la mise « en marche » : ceux qui viennent au secours des sans-papiers, les citoyens qui s’engagent dans une contestation actives, ceux qui alertent l’opinion publique des démolitions programmées des services publics par les réformes qu’on fait passer à coups de matraques, ceux qui remettent en question la dégradation systématique et organisée des services publics (organisée par ceux qui veulent les démanteler pour mieux les vendre aux copains et coquins du privé), et même désormais ceux qui défendent leurs propres élèves contre les algorithmes aveugles ou les matraques sus-citées.
      « Factieux », ceux qui s’indignent de l’annulation de l’ISF, ou du fait qu’on leur tire dessus à bout-portant avec des flash-balls, sans sommation.
      « Factieux » tous ceux qui méprisent la start-up nation et la considèrent aussi has been que Giscard.
      « Factieux » tous ceux qui défendent le véritable esprit républicain et démocratique, qui ne se limitera certes pas à un malheureux vote de barrage dont certains se sont fendus pour éviter Le Pen. Ceux qui réclament des référendums d’initiative populaire, voire une constituante, pour une sixième République : « Factieux. »
      Cela commence à en faire beaucoup, de factieux, beaucoup de citoyens qui prennent encore la parole. Il va falloir recruter encore davantage au ministère de l’intérieur, à défaut d’augmenter le nombre de professeurs, lesquels auraient l’heur d’enseigner la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen du 26 août 1789 qui consacre la liberté d’expression comme un droit imprescriptible, l’article 11 dispose : "La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’Homme : tout Citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l’abus de cette liberté dans les cas déterminés par la Loi". Les enseignants doivent-ils être traités tels des parias de la République au point qu’ils devraient s’acquitter d’une allégeance absolue à tel chef temporaire de l’exécutif et ses divers valets-exécutants zélés dans tels obscurs bureaux ? Entendu que le devoir de réserve en classe favorise l’auto-détermination de l’élève, sans la biaiser ou la fausser, est-ce à dire que le citoyen qu’est d’abord le professeur, doit désormais s’interdire toute prise de position sociale, éthique, syndicale ou politique hors de ses heures de cours ? Les intimidations feutrées prononcées à l’encontre de Sophie Carrouge doivent alerter tous les citoyens.

      La liberté de la fermer

      Le libéralisme économique cherchant à tout s’assujettir – jusqu’aux institutions de la République, même le temps de mandats – est tout de même bien tenté de s’accommoder , ce qu’il fait du reste de plus en plus, d’une dérive autoritaire, de moins en moins temporaire– l’état d’urgence théorisé par le nazi Carl Schmitt pouvant à l’occasion être fort utile pour faire taire toutes les voix discordantes. Mais bien plus retorses qu’une censure par trop directe, les propensions à susciter de l’auto-censure s’imposent discrètement, par les divers raffinements de l’intimidation, les assignations administratives, le recours à toutes les chaînes de commandement ou à toute autre injonction symbolique ; le tout s’autorisant à peu de frais de grands noms ronflants : on ose évoquer « la démocratie » (même si on l’a rabougrie au seul rite masochiste du vote), tout en évoquant bien entendu la nécessité de l’ « ordre » et de la « sécurité » - - ce qui ne manque pas de s’accorder, sans trop de peine, de fait, avec un discours échevelé sur les libertés civiques, notamment celle d’expression - elle pourra à l’occasion permettre de prendre la défense des « journalistes » de BFM.
      De toute manière, Michel Foucault le relevait déjà dans un texte ironisant à l’encontre de ceux qui ne détectent pas les subtilités prises par les formes de contrôle modernes : « il faut se faire une représentation bien inversée du pouvoir pour croire que nous parlent de liberté toutes ces voix qui, depuis tant de temps, dans notre civilisation, ressassent la formidable injonction d’avoir à dire ce qu’on est, ce qu’on a fait, ce dont on se souvient et ce qu’on a oublié, ce qu’on cache et ce qui se cache, ce à quoi on ne pense pas et ce qu’on pense ne pas penser. Immense ouvrage auquel l’Occident a plié des générations pour produire ‑ pendant que d’au­tres formes de travail assuraient l’accumulation du capi­tal – l’assujettissement des hommes ».
      L’accumulation du capital, lui, en effet, se porte bien. Par contre, la question de savoir si nous pouvons encore nous exprimer librement se pose de nouveau avec acuité, à l’heure où des agents de l’État voient leurs droits constitutionnels mis en danger par leurs tutelles administratives et managériales. Nous sommes bel et bien à l’époque du fichage des manifestants, des arrestations préventives sans fondement juridique, de la violence physique opposée aux lycéens contestataires qui prendraient un peu conscience de ce qui les attend, et de l’utilisation des leviers institutionnels pour procéder à des intimidations à l’encontre de tout citoyen un tant soit peu engagé.
      Il semblerait que la seule liberté d’expression qui soit alors concédée consisterait à laisser des avis sur Tripadvisor ou tel ou tel produit chez Amazon ; et encore, peut-être cela devra-t-il fait sous pseudo ? Que de tristes sires se livrent par ailleurs à des insultes racistes ou à d’autres tombereaux d’immondices fascisantes sur le net - cela semble par contre largement toléré, bien davantage, du moins, que les manifestations citoyennes récentes qui ont le heur de tancer le statu quo néo-libéral. Il sera loisible de les faire passer pour des ennemis internes du pacte républicain- - comme si ceux qui entraient en insurrection contre la véritable république française n’étaient pas tous ceux qui se cachent derrière leurs fonctions administratives ou leurs insignes pour se mettre au service de l’oligarchie démantelant les services publics de ce pays. Qu’une clique arguant de son mandat pour procurer des cadeaux fiscaux trouve en effet dans son sillage tout un ensemble d’opportunistes n’est pas si étonnant ; que ceux-ci profitent à ce point de l’aubaine pour renforcer encore la dérive managériale hiérarchique autrefois constatée chez France Télécom et La Poste, cela suscite d’abord notre étonnement, puis tout simplement notre mépris. Nous retournons enseigner Voltaire, Marx et Beaumarchais à nos élèves, en essayant de ne pas mourir de honte à la place de tous ceux qui n’en éprouvent plus depuis longtemps (de la honte).

    • #Loi_sur_l’école : les débats se déportent un peu plus sur la droite

      L’examen du projet de loi « pour une #école_de_la_confiance », porté par le ministre de l’éducation nationale, a débuté le 11 février. La tonalité conservatrice des débats sur l’#uniforme, le #drapeau ou la restriction de la #liberté_d’expression des enseignants est manifeste.

      https://www.mediapart.fr/journal/france/120219/loi-sur-l-ecole-les-debats-se-deportent-un-peu-plus-sur-la-droite?onglet=f


  • L’#Azerbaïdjan qualifié de « dictature » par « #Cash_investigation » : un Etat ne peut pas poursuivre en diffamation, dit la justice française
    https://www.lemonde.fr/actualite-medias/article/2018/09/19/l-azerbaidjan-qualifie-de-dictature-par-cash-investigation-un-etat-ne-peut-p

    « Pour nous, cette décision aboutit à ce que toute personne puisse tenir des propos diffamatoires voire racistes ou antisémites sans qu’un Etat puisse se défendre », a réagi mercredi Laurence Dauxin, l’une des avocates de l’Etat caucasien. « C’est un déni de justice », a-t-elle estimé, précisant que son client réfléchissait à un pourvoi en cassation ou à lancer une nouvelle procédure, au civil.

    A contrario, pour Juliette Félix, avocate de France Télévisions et d’Elise Lucet, l’arrêt de la cour d’appel est « une très bonne décision » qui « garantit la #liberté_d’expression des journalistes dénonçant les exactions commises par les dictatures et autres Etats autoritaires ». « C’est une très bonne nouvelle pour la démocratie. Les dictatures ne peuvent pas exporter leur #censure en France », a renchéri Virginie Marquet, avocate de M. Richard.



  • Emmanuel Todd : “La menace, ce n’est pas les Fake News, c’est l’autoritarisme de l’État”
    https://www.les-crises.fr/emmanuel-todd-la-menace-ce-nest-pas-les-fake-news-cest-lautoritarisme-de-

    Que pensez-vous du projet du gouvernement de faire voter une loi contre les “Fake news » ?

    Je suis très inquiet. Ce qui me frappe dans la période actuelle, alors que nous sommes censés vivre l’apothéose de la démocratie libérale après l’effondrement des #totalitarismes, c’est le rétrécissement des espaces d’expression et de la liberté de pensée.

    La #liberté, depuis le Moyen Age, s’est d’abord définie contre l’Église et puis contre l’État. Dire que l’État va assurer la #liberté_d’expression, c’est un oxymore historique ! Et je suis plus particulièrement inquiet pour la France, en tant qu’historien, parce qu’elle est ambivalente dans son rapport à la liberté : elle est à la fois l’une des trois nations qui ont construit la démocratie libérale, avec l’Angleterre et les États-Unis, et le pays de l’absolutisme de Louis XIV, de Napoléon I” et Napoléon III, de Pétain et de l’ORTF.

    Or nous sommes en train de vivre une désintégration des partis et de la représentation politique. Les groupes culturels et idéologiques antagonistes qui assuraient un pluralisme structurel de l’information (le PC, l’Église, le socialisme modéré, le gaullisme …) ont implosé. Le #pluralisme n’est donc plus assuré et les médias représentent de plus en plus une masse indistincte. Typiquement le genre de situation dans laquelle l’État peut émerger comme une machine autonome et se mettre au-dessus de la #société, pour la contrôler. La séparation des pouvoirs est de moins en moins assurée. La menace que je vois se dessiner ce n’est donc pas celle des #Fake_news, mais celle de l’autoritarisme de l’État et son autonomisation en tant qu’agent de contrôle de l’#opinion. Il sera d’autant plus autoritaire sur le plan de l’#information qu’il s’avère impuissant sur le plan économique : la société est bloquée, avec son taux de chômage tournant autour de 10%, et de plus en plus fragmentée en groupes qui se renferment sur eux-mêmes (les Corses, les habitants de Neuilly, autant que les musulmans).

    Vous parlez de l’État, mais le risque n’est-il pas aujourd’hui du côté d’entreprises privées, comme Facebook ?

    Que ces entreprises (les fameux Gafam : Google, Amazon, Facebook, Apple, Microsoft) ne paient pas les impôts qu’ils devraient, qu’ils aient des stratégies monopolistes, oui, bien sûr. Mais je ne crois pas que ces moyens d’échange entre individus, par ailleurs extraordinaires quant à leur capacité à faire circuler l’information, soient les puissances occultes qu’on nous décrit. Ce que je sais en revanche, c’est qu’il y a des pays où l’accès à internet est contrôlé, comme la Chine, un État semi ou post-totalitaire où la #police est reine.

    Attirer l’attention sur les #Gafam, c’est détourner l’attention de l’acteur majeur et producteur principal de Fake news dans l’Histoire, qu’est l’#État. Parce que nous sommes en économie de marché, les Français surestiment le libéralisme intrinsèque de leur société et ils sous-estiment la puissance de #désinformation de l’État. La guerre d’Irak a pourtant commencé par des Fake news qui venaient de l’État américain sur les armes de destruction massive en Irak, avec Colin Powell qui agitait son petit flacon devant le conseil de sécurité de l’ONU …

    C’est l’État qui a la puissance financière, l’avantage de la continuité, le monopole de la violence légitime : s’il y a bien un producteur de Fake news à contrôler c’est l’État. Et l’État de son propre pays, pas les États extérieurs. Le principe fondateur de la démocratie libérale, c’est, en effet, que si la collectivité doit assurer la sécurité du citoyen, le citoyen doit être protégé contre son propre État.

    En outre, les fausses nouvelles, les délires et les rumeurs mensongères, c’est l’éternité de la vie démocratique. Et l’idée même de la #démocratie libérale, c’est de faire le pari que les hommes ne sont pas pour toujours des enfants. Contrôler l’information, c’est infantiliser le citoyen.

    Au fond, ce débat évoque des classes dirigeantes en grande détresse intellectuelle. Comme elles ne comprennent plus la réalité qu’elles ont elles-mêmes créée, le comportement des électorats, Trump, le Brexit…, elles veulent interdire. Non content d’avoir le monopole de la #violence_légitime, l’État voudrait s’assurer le monopole des Fake news.


  • Reporter Sans Frontières Suisse demande d’annuler une conférence sur les casques blancs

    Guy Mettan sommé d’annuler une conférence

    Genève : RSF demande au président du Club suisse de la presse d’annuler une conférence sur les Casques blancs.

    Le Club suisse de la presse doit accueillir mardi une conférence de presse consacrée aux Casques blancs syriens. Un sujet sensible. Plusieurs fois récompensée pour son action sur le terrain au profit des populations civiles, l’ONG reste dans le collimateur des autorités syriennes et de son allié russe. Damas et Moscou n’ont eu de cesse de dénoncer la proximité de cette organisation crée par un ancien officier britannique avec les « rebelles syriens ». Sous le titre « They don’t care about us » (Ils ne se soucient pas de nous. Casques blancs, leur véritable agenda), la conférence organisée lundi annonce la couleur. Ce qui n’est pas du goût de tout le monde.

    Dans un courrier adressé jeudi au Club Suisse de la presse (lire ci-contre), Gérard Tschopp et Christiane Dubois, respectivement président et directrice de Reporters sans frontières (RSF) en Suisse, pressent son directeur, Guy Mettan, de renoncer à l’organisation de cette conférence de presse qui, selon eux, porterait « atteinte à l’image du Club suisse de la presse ». Ils menacent de s’en retirer si la conférence n’est pas annulée. Ils accusent deux des intervenants – Vanessa Beeley et Marcello Ferranda De Noli, président de Swedish Doctors for Human Rights – d’être au service de « la propagande russe ».

    RSF, qui figure dans la liste des membres médias du Club suisse la presse, refuse d’être associé à un tel événement. Joint par téléphone, Guy Mettan avoue tomber de sa chaise (lire sa réponse intégrale ci-contre). « Je n’ai jamais vu une chose pareille, soupire le président. Voilà qu’une organisation qui défend la liberté d’informer me demande de censurer une conférence de presse. »

    Guy Mettan, qui a souvent été « attaqué » pour ses engagements « prorusse », assure qu’il s’est toujours employé à donner la parole à tout le monde. « D’habitude, les pressions pour faire annuler des conférences de presse viennent de pays qui sont connus pour être des dictatures. La démarche de RSF me stupéfait. C’est prendre les journalistes pour des imbéciles. Comme s’ils n’étaient pas capables de se faire une opinion par eux-mêmes. »

    TDG : https://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/Guy-Mettan-somme-d-annuler-une-conference/story/14091151

    La lettre de RSF adressée à Guy Mettan

    Genève, le 23 novembre 2017,

    Monsieur le Directeur, cher Monsieur,

    Nous avons eu connaissance de l’événement organisé par le Club suisse de la Presse le 28 novembre prochain : « They don’t care about us ». About white helmets true agenda. » Nous avons également été interpellés sur notre « soutien » à cette conférence, le nom de notre organisation apparaissant dans la liste des membres médias.

    Nous nous dissocions totalement de cet événement et ne souhaitons en aucune manière être associés à une conférence qui accueille une soi-disant journaliste, Madame Vanessa Beeley,qui justifie l’utilisation dela torture par lerégime syrien afin de le préserver.Quand bien même elle n’a jamais été publiée dans un média indépendant, il est étonnant qu’elle soit référencée au moins deux cents fois dans les médias russes de propagande (SputnikNews, Russia Today).

    De plus, il est pour le moins inacceptable d’inviter Monsieur Marcello Ferranda De Noli, président de Swedish Doctors for Human Rights, une association qui, selon nos informations, agit comme un outil de propagande russe. Il est probable que vous n’avez pas eu connaissance de ces éléments d’information, nous tenons le cas échéant les liens utilesà cet effet.

    Quoi qu’il en soit, nous vous invitons à renoncer à ce projet qui portera atteinte à l’image du Club suisse de la Presse. Selon votre décision, nous nous réservons l’opportunité d’étudier de conserver notre carte de membre.

    Dans l’attente de vos nouvelles, nous vous adressons, Monsieur le Directeur, cher Monsieur, nos salutations les meilleures,

    Gérard Tschopp et Christiane Dubois

    La réponse de Guy Mettan à RSF

    Chère Madame, Cher Monsieur,

    J’ai bien reçu votre courrier qui a retenu toute mon attention.

    En ma qualité de membre fondateur de Reporters sans frontières aux côtés de François Gross dans les années 1980, je dois avouer que j’ai été atterré par sa teneur. Je peux comprendre que le fait de donner la parole à des voix dissidentes puisse susciter de la réprobation. Mais de là à exiger l’annulation de cette conférence de presse, il y a un pas dont je n’aurais jamais pensé que vous puissiez le franchir.

    D’une part, cela me semble une atteinte grave à la liberté d’expression et en totale contradiction avec la « liberté d’informer et d’être informé partout dans le monde » que RSF prétend défendre dans sa charte et qui figure en toutes lettres sur votre papier à en-tête. Cela reviendrait ensuite à prendre les journalistes et les rédacteurs en chef pour des imbéciles incapables d’analyser les faits et les arguments qu’on leur présente et de se forger une opinion par eux-mêmes.

    Par ailleurs, depuis 20 ans que j’exerce mes fonctions au Club suisse de la presse, j’ai toujours été soumis à des pressions afin d’empêcher des gens de s’exprimer. Mais jusqu’ici ces pressions sont toujours venues de régimes autoritaires ou dictatoriaux, tels que la Chine, l’Arabie saoudite, l’Egypte ou le Bahrein. C’est la première fois qu’une organisation de défense des journalistes d’un pays démocratique m’adresse une telle demande. Il va sans dire que je ne peux y donner suite. Ce serait déshonorer un métier qui, je l’espère, est toujours le vôtre.

    Plutôt que de pratiquer la censure, je ne peux donc que vous proposer de participer à cette conférence de presse, comme je l’ai d’ailleurs suggéré aux partisans des Casques blancs, et de poser les questions que vous jugerez utiles aux intervenants. Pour ma part, fidèle à l’esprit d’ouverture et de recherche de la vérité qui caractérise le Club suisse de la presse depuis sa fondation, je suis naturellement prêt à accueillir une rencontre de presse avec les organisations qui soutiennent les Casques blancs afin qu’ils puissent faire valoir leur point de vue. Mais ils n’y ont pas donné suite pour l’instant.

    Vous me permettrez de ne pas vous répondre en ce qui concerne les attaques personnelles que vous avez adressées à notre consœur Vanessa Beeley et à M. De Noli. Elles sont indignes du journalisme.

    Enfin, je vous transmets par courrier séparé quelques-uns des innombrables messages de soutien que je reçois d’un peu partout dans le monde et qui me confortent dans la conviction que la liberté d’expression est désormais davantage menacée chez nous que chez les « autocrates » que vous prétendez dénoncer.

    Avec mes messages confraternels

    Guy Mettan

    Source : Les Crises : https://www.les-crises.fr/rsf-suisse-demande-dannuler-une-conference-sur-les-casques-blancs

    #RSF #presse #Suisse #casques_blancs #Syrie #censure #Démocratie #Club_suisse_de_la_presse #Russie #dictature #Guy_Mettan #Journalistes #gérard_tschopp #christiane_dubois #Chine, #Arabie_saoudite #Egypte #Bahrein #Liberté_d’expression


  • Pourquoi la liberté d’expression est un conte de fées 20 Sep 2017 Bruno Guigue

    Dans une société où une minorité détient la majeure partie du capital, il est clair que certains sont “plus libres” que d’autres. Parce qu’ils monopolisent l’exercice de la liberté d’expression, les riches, en réalité, en privent les pauvres.

    La liberté d’expression fait partie des nobles principes dont se prévalent les régimes qui se disent “civilisés” et se prétendent “démocratiques”. Pour l’idéologie libérale, les choses sont simples. Comme nous sommes libres et égaux, nous jouissons tous de la possibilité de nous exprimer comme nous l’entendons. Attachée à notre nature, cette liberté inaliénable serait à la portée de tous. Dans ce monde idéal où les libertés n’attendent que l’initiative individuelle pour s’accomplir, où chaque individu est un Robinson en attente d’une île déserte pour y bâtir un monde à son image, chacun serait libre de s’exprimer en toutes circonstances.


    En réalité, il suffit de formuler clairement – comme nous venons de le faire – ce que devrait être la liberté d’expression pour s’apercevoir qu’elle est non seulement irréelle, mais absolument impossible sous le régime social qui est le nôtre. Elle est irréelle, en effet, pour la simple raison que tous les citoyens ne peuvent pas exercer cette liberté dans les mêmes conditions. Lorsqu’on vante la liberté d’expression qui régnerait dans les démocraties occidentales, on se contente en réalité d’une liberté abstraite, “formelle” comme disait Marx, et on raisonne comme s’il suffisait d’ouvrir la bouche pour jouir de cette merveilleuse liberté accordée à tous.

    Or cette liberté tant vantée est un véritable conte de fées, car son exercice effectif – et non la simple possibilité abstraite de cet exercice – suppose la possession de moyens dont nous ne sommes pas également dotés. Dans le monde féérique du libéralisme cette inégalité ne pose aucun problème, mais il se trouve que nous vivons dans le monde réel. Si je n’ai pas les mêmes idées que mon voisin, il n’est pas indifférent de savoir qu’il possède un journal alors que je n’en possède aucun. Sa liberté d’expression ne sera pas équivalente à la mienne. Dans une société où une minorité détient la majeure partie du capital, il est clair que certains sont “plus libres” que d’autres. Parce qu’ils monopolisent l’exercice de la liberté d’expression, les riches, en réalité, en privent les pauvres.

    Envisagée de manière concrète, la question de la liberté d’expression, par conséquent, recoupe celle de la propriété des moyens d’expression. En France, une dizaine de milliardaires possède la quasi-totalité des titres de la presse écrite et audiovisuelle, nationale et régionale. Mais ce n’est pas par amour pour la “liberté d’expression” que ces détenteurs de capitaux ont pris le contrôle des médias. Si c’était le cas, la ligne éditoriale de ces organes de presse ne serait pas monolithique jusqu’à la caricature. Elle ne refléterait pas aussi crûment les choix idéologiques d’une caste qui entend imposer sa vision du monde. “La liberté de la presse, disait Marx, est la liberté que les capitalistes ont d’acheter des journaux et des journalistes dans l’intérêt de créer une opinion publique favorable à la bourgeoisie”. Le matraquage médiatique ayant conduit le godelureau de la finance à l’Elysée en est un bon exemple.

    On objectera que malgré cette mainmise sur les médias on peut s’exprimer comme on veut sur la Toile. C’est vrai et faux à la fois. Heureusement, de nombreux sites animés par des bénévoles diffusent une information alternative qui bat en brèche le discours dominant. Mais ce n’est pas un combat à armes égales. Les médias officiels disposent de moyens colossaux qui proviennent non seulement de leurs actionnaires privés mais aussi de subventions publiques. Organe central du parti euro-atlantiste, le quotidien “Le Monde”, par exemple, perçoit 4 538 000 euros de la part de l’Etat (2015). Bien sûr, de tels subsides n’empêchent pas ce journal de publier des énormités. On peut même se demander s’il n’y a pas une relation de cause à effet. Chacun se souvient des nombreux articles dans lesquels le “quotidien de référence” annonçait la chute imminente de Bachar Al-Assad, conformément à la doctrine du Quai d’Orsay.

    Si les sites d’information alternative percevaient le dixième de ce que touchent neuf milliardaires pour maintenir en vie leurs feuilles de chou, on imagine à peine ce qui se passerait. Mais cette répartition équitable de la manne publique ne risque pas de voir le jour. Le système médiatique des démocraties libérales, en effet, repose à la fois sur la concentration capitaliste et la faveur du pouvoir. Un bon journal est un journal qui dit ce qu’il faut dire – du point de vue de l’oligarchie – et à qui l’Etat donne les moyens d’éliminer la concurrence. Le summum a été atteint lorsque la ministre sortante de l’Education nationale a ordonné aux établissements d’offrir aux lycéens un accès gratuit à une dizaine de journaux tout en leur demandant de dissuader les élèves d’aller s’informer sur Internet. En les prenant au berceau, nul doute qu’on obtiendrait encore de meilleurs résultats.

    La sphère médiatique une fois verrouillée par l’oligarchie, la liberté d’expression est un droit formel dont l’exercice effectif est réservé à ceux qui la servent. La liberté d’expression se résume dans cet univers orwellien à la dictature de la doxa, le procès en “complotisme”, version moderne du procès en sorcellerie, permettant de neutraliser les récalcitrants. Mais cela ne suffit pas. Non seulement l’espace médiatique est saturé par l’idéologie dominante pour cause d’actionnariat privé, mais on veille aussi à ce que l’espace public reste sous contrôle. On refuse alors à un intellectuel américain de l’envergure de Noam Chomsky l’entrée des locaux de l’Assemblée nationale où il devait faire une communication à caractère scientifique. Transformé en SDF, cet éminent linguiste coupable d’un obscur délit d’opinion (il eut le tort de critiquer Israël et les USA) trouva refuge au centre culturel belge.

    Pour sauver ce qui reste de cette liberté d’expression moribonde, on pouvait alors espérer que le service public de l’information, hors de portée des affairistes et des lobbies, puisse faire contrepoids. C’était sans compter sur l’intervention du pouvoir. On a récemment pu voir une remarquable émission de la série “Un oeil sur la planète” consacrée à la Syrie. Avec un rare professionnalisme, l’équipe de France 2 dévoilait les aspects contradictoires du drame syrien, rompant avec la narration dominante de cette guerre par procuration. Mais le lobby qui défend les intérêts de l’OTAN et d’Israël a procédé au nettoyage. Après quinze ans de bons et loyaux services, l’émission “Un oeil sur la planète” vient d’être effacée des programmes de la chaîne. Aucun motif n’a été avancé. CQFD.

    Pour défendre la liberté d’expression, il faut d’abord cesser de lui prêter une réalité qu’elle n’a pas. On fait comme si chacun était libre d’en jouir, alors qu’il s’agit d’une possibilité dont la réalisation dépend de moyens que le simple citoyen ne possède pas. Tant que ces moyens sont monopolisés par la bourgeoisie d’affaires, cette réalisation est chimérique. Dans les prétendues démocraties, la liberté de la presse est le manteau dont se drape la classe dominante pour formater l’opinion. “La propagande est à la démocratie ce que la matraque est à la dictature”, disait Chomsky. Toute parole qui échappe à la censure de la classe dominante est une victoire, mais c’est l’arbre qui cache la forêt. La seule façon de promouvoir le pluralisme, c’est l’expropriation sans condition des magnats de la presse.

    Source http://www.investigaction.net/fr/pourquoi-la-liberte-dexpression-est-un-conte-de-fees
    #liberté_d’expression #Information #médias #démocratie #presse #propagande #censure #matraque #bourgeoisie_d’affaires #affairistes #lobbies


  • Réseaux sociaux : quelles obligations déontologiques pour les fonctionnaires ?
    http://www.lettreducadre.fr/14803/reseaux-sociaux-quelles-obligations-deontologiques-pour-les-fonctionna

    Un arrêt du Conseil d’État du 20 mars 2017 rappelle que les agents publics restent soumis à leurs obligations déontologiques sur les blogs et réseaux sociaux. L’arrêt donne l’occasion d’opérer un certain nombre de rappels et de formuler quelques recommandations. Car la jurisprudence dresse au final un tableau assez complet de ce qui est autorisé et de ce qui ne l’est pas.

    #fonctionnaires #salarié.e.s #droit_d'expression #obligations_déontologiques #obligation_de_discrétion_professionnelle #devoir_de_réserve #devoir_de_neutralité #liberté_d’expression #obligation_de_réserve


  • Etat d’urgence dévoyé

    La #France de François Hollande aura fait bien peu de cas de la #liberté_d’expression. La lecture du dernier #rapport d’Amnesty International, présenté ce matin, est édifiante. L’ONG y dresse la liste des #manifestations interdites, des #arrestations_préventives ou encore des dispositifs policiers arbitraires et des #violences excessives exercées sur des manifestants sur la base des mesures antiterroristes prises au lendemain des massacres du 13 novembre 2015. Un petit jeu liberticide particulièrement lamentable au regard des enjeux découlant de l’usage d’un tel dispositif – l’#état_d’urgence – et de la menace terroriste bien réelle.

    https://www.lecourrier.ch/149830/etat_d_urgence_devoye
    #liberté


  • Tickling Giants - Official Trailer

    « Petits et grands, nous devrions tous chatouiller des géants ». Dans l’Egypte du printemps arabe, #Bassem_Youssef, un chirurgien inconnu, lance #The_Show, une émission TV satirique pleine de verve, à mi-chemin entre Jon Stewart et Yann Barthès. Dans ce pays qui n’a jamais connu de réelle #liberté_d’expression, le succès est inouï, mais le scandale aussi. Bassem contine, à la barbe des puissants. Qui aura le dernier mot ?

    https://www.youtube.com/watch?v=dBw3FQt9FlI

    #satire #Egypte #film #documentaire #Sissi #Morsi #Mubarak #TV #presse #liberté_de_la_presse


  • « Jean-Marc Rouillan condamné à huit mois de prison : Retour sur le procès pour “apologie du terrorisme” de l’ancien membre d’Action directe »
    http://www.leravi.org/spip.php?article2444

    #Jean-Marc_Rouillan, ancien membre d’Action directe, a été condamné ce mercredi 07 septembre 2016, à huit mois de prison pour « #apologie_du_terrorisme » suite à la « Grande Tchatche » qu’il nous a accordé en février 2016. Lors de son procès en juin dernier, sa condamnation sans ambiguïtés de Daech et des auteurs des attentats de Paris, qu’il avait qualifié de « courageux » dans notre émission sur radio Grenouille mais tout en dénonçant leur « idéologie mortifère », n’y a rien changé. La justice, en suivant les réquisitions du Parquet (partiellement car il avait requis un an de prison) elles-mêmes conformes au souhait du ministre de l’intérieur, a-t-elle voulu faire un exemple en réclamant le retour en prison, pour quelques mots sortis de leur contexte, d’un homme qui a pourtant déjà purgé lourdement sa peine durant un quart de siècle et qui ne menace plus personne ? Les avocats de JM Rouillan vont faire appel, qui est suspensif, et dénoncent une décision « inquiétante pour la #liberté_d’expression » (1). En attendant de revenir dans notre prochaine édition sur ce jugement, qui prolonge un emballement médiatique, nous republions ci-dessous notre reportage lors du procès, le 24 juin 2016, à la 16ème chambre du tribunal correctionnel de Paris.

    @fil : autre #seenthis_bug (mais qui arrive de temps à autre depuis plus longtemps), c’était dans le RSS de @rezo, mais ça n’est pas sorti sur seenthis.


  • De Ferré à Orelsan, brève chronologie du sexisme dans la chanson française - Culture / Next
    http://next.liberation.fr/culture-next/2016/02/18/de-ferre-a-orelsan-breve-chronologie-du-sexisme-dans-la-chanson-fran

    L’affaire Orelsan, accusé de faire l’apologie de violences contre les femmes, s’est close jeudi par la relaxe de l’artiste. Pour autant, elle ne doit pas faire oublier que l’histoire de la chanson française, à l’image de la société dont elle se fait souvent le miroir, a été émaillée de paroles sexistes, plus ou moins assumées.

    Le rap d’Orelsan constitue-t-il une provocation à la violence envers les #femmes ? Non, a finalement tranché jeudi la justice, et après moult débats : l’artiste, rejugé à Versailles pour les textes de plusieurs chansons, a été relaxé au bénéfice de la « #liberté_d’expression ».

    D’aucuns en profitent pour en tirer des généralités, et font du sexisme dans la musique l’apanage d’un seul genre musical - comme par hasard : le rap. C’est oublier que la chanson française, de Michel Sardou au regretté Michel Delpech, est émaillée de chansons tendancieuses (c’est en cela un fidèle miroir de la société). Certes, elles ne sont pas toutes à mettre sur le même plan ; parfois, les auteurs (souvent masculins) de telles saillies se glissent dans la peau d’un salaud misogyne, parfois non. Parfois, aussi, ils revendiquent la misogynie comme un sport de combat (coucou Léo F.)

    Une chose est sûre : la chose n’est absolument pas circonscrite à ce genre de musique qu’on appelle - en tout cas le soir des Victoires de la musique - les « musiques urbaines ».

    #sexisme #chanson_française


  • Un rapport note un recul de la #liberté_d’expression sur le #Web en France
    http://www.lemonde.fr/pixels/article/2015/10/28/un-rapport-note-un-recul-de-la-liberte-d-expression-sur-le-web-en-france_479

    La France est particulièrement critiquée dans ce rapport. « Des reculs notables ont été enregistrés en Libye, en France et, pour la deuxième année consécutive, en Ukraine sur fond de conflit territorial et de guerre de propagande avec la Russie », note l’ONG dans un communiqué. « La position de la France a baissé principalement à cause de politiques problématiques adoptées après les attaques terroristes de Charlie Hebdo » en janvier.

    « Ces attaques ont déclenché un vaste mouvement de solidarité sous le slogan “Je suis Charlie”, et 3,7 millions de personnes ont manifesté pour défendre la liberté d’expression. En réaction à ces incidents, les forces de l’ordre ont eu une approche dure, en arrêtant des dizaines de personnes pour apologie du terrorisme, un délit datant du XIXe siècle mis à jour deux mois avant les attaques pour y inclure les propos tenus sur Internet. »

    La France perd également des points dans le classement en raison du vote de la controversée loi sur le renseignement, adoptée en juin et qui prévoit des outils automatisés d’analyse du trafic Web. Malgré ce recul, la France figure à la neuvième place des 18 pays classés « libres ».

    https://freedomhouse.org/report/freedom-net/2015/france


  • Le procès Bedos-Morano mis en délibéré
    Publié le 07.09.2015
    http://www.20minutes.fr/strasbourg/1681395-20150907-proces-bedos-morano-mis-delibere

    Guy Bedos et Nadine Morano se sont retrouvés à Nancy, ce lundi. La raison ? Pas un duo, mais un procès au Tribunal de grande instance. L’humoriste a traité la députée européenne de « conne » et de « salope » lors d’un spectacle à Toul, en octobre 2013.
    « Une personne que j’ai aimée en tant qu’acteur »

    Mis en examen pour injures publiques, Guy Bedos a déclaré à la barre : « Si j’ai prononcé les mots qu’on me reproche, je le regrette », rapporte L’Est Républicain dans le live qu’il a assuré le temps de l’audience.

    De son côté, Nadine Morano a avoué : « C’est difficile pour moi de me retrouver ici face à une personne que j’ai aimée en tant qu’acteur ». Puis, relève le quotidien régional lorrain, l’ex-ministre chargée de l’Apprentissage et de la Formation professionnelle a poursuivi : « Des hommes, drapés de leur statut d’humoriste, pourraient insulter des femmes, et d’autres non ? Au nom du droit des femmes je ne peux pas laisser passer ça. »

    Les avocats de Nadine Morano ont plaidé que la liberté d’expression avait atteint ses limites avec les injures à l’encontre de sa cliente. Pour le procureur adjoint, la ligne jaune a été franchie et il a requis une amende à l’encontre du comédien.

    #liberté_d’expression


  • Tribune anti-migrants du « Sun » : une #propagande_génocidaire selon l’ONU - Libération
    http://www.liberation.fr/monde/2015/04/26/la-tribune-anti-migrants-de-the-sun-ressemble-a-de-la-propagande-genocida

    L’éditorial violemment anti-migrants publié mi-avril dans le tabloïd britannique The Sun a tout de la propagande génocidaire, selon le Haut-Commissariat aux droits de l’Homme des Nations unies, qui a exhorté vendredi Londres de tout faire pour « juguler l’incitation à la haine par les tabloïds britanniques ».

    « Dans un langage très similaire à celui employé par le journal Kangura et la Radio des Mille Collines au Rwanda au cours de la période précédant le génocide de 1994, l’éditorialiste du Sun, déclare : "Ne vous trompez pas. Ces migrants sont comme des cafards" », a dénoncé à l’ONU à Genève le Haut-Commissariat. Il a également demandé à tous les pays européens d’adopter « une ligne plus ferme sur le #racisme et la #xénophobie » qui selon lui « sont autorisés, sous le couvert de la #liberté_d’expression, à alimenter un cercle vicieux de #diffamation, d’#intolérance et de #politisation des migrants et des #minorités européennes marginalisées tels que les #Roms ».


  • 1984 comme manuel de savoir-vivre | Carnet de notes
    https://n.survol.fr/n/1984-comme-manuel-de-savoir-vivre

    Au nom de la #liberté_d’expression, les enfants qui ne disent pas ce qu’on attend d’eux sur des sujets qu’ils ne comprennent de toutes façons pas seront interrogés par les forces de l’ordre, pour enquête sur requête du procureur du procureur de la république.

    Au nom de la propriété privée, ceux qui volent des choses jetées à la poubelle par ceux qui n’en veulent plus seront arrêtés, interrogés et poursuivis sur requête du procureur de la république.

    La guerre c’est la paix,
    La liberté c’est l’esclavage,
    L’ignorance c’est la force.

    Nous vivons une époque formidable depuis que nous avons pris #1984 comme manuel de savoir-vivre.


  • Quelques réflexions sur la guerre en cours - La Rotative
    http://larotative.info/quelques-reflexions-sur-la-guerre-779.html

    Il ne fait plus de doute à personne que l’État français n’a que faire de la #liberté_d’expression. Que l’interdiction des manifestations propalestiniennes cet été, que la mise à mort de la presse libre et indépendante, que les différents procès contre les rappeurs et porteurs de paroles de la rage populaire, que les tentatives diverses et variées de traîner la #contestation du monde qu’ils nous dessinent dans une répression féroce, que l’espace public est quadrillé par les forces de l’ordre, que le modèle dominant de la presse écrite aujourd’hui est soumis à un schéma économique et hégémonique délaissant l’information pour la rentabilité, que toute tentative d’expression en dehors des cadres et modalités fixés par l’État est frappée du sceau de la répression, et que et que et que.....
    Et que principalement l’#État n’utilise la défense de la liberté d’expression que comme « élément de langage », « lexique », quand cela sert ses intérêts, quand une campagne de communication fait miroiter une belle opportunité de se montrer comme le garant ultime des valeurs de liberté contre la barbarie, comme une autre mobilisation des esprits et des consciences avec un discours capable de « fonder une vérité liée à un rapport de force », comme le dit si bien #Foucault.
    Nous ne sommes pas en train de dire que l’État bloque la liberté d’expression, ou l’attaque, ou l’empêche de s’exprimer, bien au contraire, il mobilise cette valeur éthique comme un sujet politique dont il se porte garant et défenseur . Et par la suite, adossant cette vérité à son rapport de force, il permet de créer les catégories du bon et du mauvais, de l’acceptable et de l’inentendable, du politiquement correct et de l’indignable.


  • Être ou ne pas être en deuil | L’odeur de la ville mouillée
    https://lodeurdelavillemouillee.wordpress.com/2015/01/13/etre-ou-ne-pas-etre-en-deuil

    J’ai vu les photos de cette #foule où l’on pouvait lire #not_afraid et j’ai pensé : vous n’avez pas peur ? Eh bien vous avez de la chance, parce que personnellement, tout ça me colle sacrément les miquettes. J’ai eu peur de ce qui allait venir après et je ne suis toujours pas rassurée. J’ai eu peur que la #réflexion soit entièrement confisquée par l’#émotion, j’ai eu peur pour ceux qui risquaient de se voir assimilés malgré eux à ce carnage, à cause de leurs #origines ou de leurs #croyances – et ça n’a pas loupé. J’ai eu peur qu’on ne puisse plus se questionner sur la #liberté_d’expression, qu’on n’ait plus le droit de se demander si l’#humour, quand il renforce des #stéréotypes #racistes ou #sexistes peut encore se considérer subversif ou s’il n’est plus qu’épate-bourgeois. J’ai eu peur qu’on ne cherche pas à comprendre ce qui s’était passé pour que ce genre de chose soit possible ; j’ai eu peur qu’on vide les #mots de leur #sens.

    via @arkhi sur Twitter


  • #Liberté_d’expression, le grand malaise né de la tuerie de « #Charlie_Hebdo »

    Ils sont de plus en plus nombreux à dénoncer une liberté d’expression à deux vitesses. Célébrer « Charlie Hebdo » et interdire #Dieudonné fait débat. Les musulmans de France peinent à se faire entendre


    http://www.letemps.ch/Page/Uuid/72faf40e-9b5e-11e4-aa73-0eb920ec942b/Libert%C3%A9_dexpression_le_grand_malaise_n%C3%A9_de_la_tuerie_de_Charlie_He


  • L’homophilie réhabilitée - La Vie des idées
    http://www.laviedesidees.fr/L-homophilie-rehabilitee.html

    (Article du 11 décembre 2009)

    Le mouvement Arcadie lutta pendant une trentaine d’années pour la reconnaissance civile des homosexualités, militant d’une manière qui peut paraître aujourd’hui surannée dans des conditions particulièrement hostiles. L’historien anglais Julian Jackson rend justice à l’audace de ces activistes d’un autre temps, précurseurs et parfois critiques par anticipation des développements contemporains.


    #Histoire #société_civile #homosexualité #liberté_d’expression


  • « La défense des droits et libertés sur internet » (Radio Grenouille)
    http://www.radiogrenouille.com/antenne/la-defense-des-droits-et-libertes-sur-internet

    Toute cette semaine la grenouille vous propose d’écouter une série de 5 chroniques sur la défense des droits et libertés sur #internet. Nous sommes allés à la rencontre de Jérémie #Zimermann porte-parole de la #Quadrature_du_net, une organisation qui intervient notamment dans les débats concernant la #liberté_d’expression, le #droit_d’auteur, la régulation du secteur des télécommunications ou encore le respect de la #vie_privée.

    01 – La neutralité du net
    02 – Hadopi
    03 – Les législations européennes
    04 – Lutte de libération des données par Wikileaks
    05 – Les propositions de la Quadrature du net.

    http://media.radiogrenouille.com/20130325_chronique_quadrature_du_net_n1-web.mp3

    #web #données #audio #radio


  • Le #FBI saisit un serveur hébergeant un service de courriels anonymes - Actualité PC INpact
    http://www.pcinpact.com/news/70383-fbi-serveur-mixmaster-remailer-anonymat.htm

    Selon les organisations Riseup Networks et May First/People Link, toutes deux détentrices de la machine saisie, cette « attaque gratuite » vise l’anonymat dans son ensemble. « Cette saisie n’est pas seulement une attaque à notre encontre, mais une attaque à l’encontre de tous les utilisateurs d’Internet qui ont besoin de communications anonymes » résume Jamie McClelland, le directeur de May First/People Link.

    D’après le communiqué commun des deux fournisseurs de services, le FBI ne s’est pas attaqué ici à des fous et des terroristes, mais à des « universitaires, des artistes, des historiens, des groupes féministes, des groupes de défense des droits des homosexuels, des centres sociaux, des archives de documentation et de développement de logiciels ainsi que des groupes sur la #liberté_d’expression ».

    #internet #repression #anonymat


  • ADN d’un contre-pouvoir
    http://www.letemps.ch/Page/Uuid/eb66d340-1542-11e1-b72c-e7742d1019cc|0

    Le groupe d’#hacktivistes #Anonymous est la première superconscience collective issue du Web. Ces #pirates défendent le droit à la #liberté_d’expression. Avec « Occupy Wall Street », ils sont devenus le nouveau visage de la contestation