#loi_sur_l'asile

  • During and After Crisis : Evros Border Monitoring Report

    #HumanRights360 documents the recent developments in the European land border of Evros as a result of the ongoing policy of externalization and militarization of border security of the EU member States. The report analyses the current state of play, in conjunction with the constant amendments of the Greek legislation amid the discussions pertaining to the reform of the Common European Asylum System (CEAS) and the Return Directive.

    https://www.humanrights360.org/during-and-after-crisis-evros-border-monitoring-report

    #rapport #Evros #migrations #réfugiés #Grèce #frontières #2019 #militarisation_des_frontières #loi_sur_l'asile #Kleidi #Serres #covid-19 #coronavirus #Turquie #push-backs #refoulements #refoulement #push-back #statistiques #passages #chiffres #frontière_terrestre #murs #barrières_frontalières #Kastanies #violence #Komotini #enfermement #détention #rétention_administrative #Thiva #Fylakio #transferts

    –------
    Pour télécharger le rapport


    https://www.humanrights360.org/wp-content/uploads/2020/05/During-After-Crisis-Evros.pdf

    ping @luciebacon

  • Briefing: How will Greece’s new asylum law affect refugees?

    ‘There’s no justification for what we’re seeing.’

    Nearly 44,000 asylum seekers have crossed the Aegean Sea from Turkey to the Greek islands so far this year, compared to fewer than 32,500 in all of 2018 – an annual increase of more than 30 percent, but still far below 2015 and 2016 levels.

    In response, the Greek government passed a new asylum law on Thursday, 31 October aimed at speeding up procedures and facilitating the return of more people to Turkey under the terms of the EU-Turkey deal signed in March 2016 to curb migration across the Aegean.

    Greece’s right-wing New Democracy government, which took office in July, argues that faster procedures will allow refugees to integrate more smoothly into Greek society and accelerate the return to Turkey of people whose asylum claims are rejected.

    But human rights organisations say the new law will result in major rights violations, making it more difficult for people to access protection, leaving thousands in limbo, and doing nothing to improve the situation for almost 100,000 refugees and migrants in Greece.

    Already, tens of thousands of people are living in dismal conditions on the Greek islands, which the Council of Europe’s Commissioner for Human Rights, Dunja Mijatovic, called “explosive” following a recent visit.

    It’s unclear what the new legislation will do, if anything, to alleviate the humanitarian crisis on the islands, and it is likely to only make conditions worse for asylum seekers in Greece overall. Refugee advocates expect the new law to be challenged in the European Court of Human Rights.
    Why a new asylum law now?

    It has been more than three years since the height of the migration crisis in the Aegean, when one million people crossed the sea from Turkey to Greece between March 2015 and March 2016.

    But even with dramatically fewer people crossing, those who do arrive now often remain in Greece due to the closure of borders along migration routes to northern Europe.

    There are now more than 96,500 refugees and migrants in Greece, according to the UN’s refugee agency, UNHCR.

    The refugee issue has become a major political battlefield between the government and the far-right opposition, and nationalist and racist attitudes are rising in Greece, according to a Pew Research report from last year.

    “It’s not 2015 anymore where we had one million people arriving.”

    In the past few months, there have been weekly protests in rural Greece against refugee relocation where protestors express fears of an “ongoing invasion” and the “Islamisation” of the country.

    “The government is now under fire even from members of its own party because during the election campaign it promised it would solve the issue,” said Marina Rigou, a professor of journalism and new media at the University of Athens. “The media are also fuelling the situation further by constantly reporting on increased arrivals, even though they’re much lower than those in 2015.”

    Greek Prime Minister Kyriakos Mitsotakis has vowed to protect Greek and EU borders and increase deportations. Following elections in July, his new government, which campaigned on a “law and order” platform, closed the Ministry of Migration and transferred responsibility for the issue to the Ministry of Civil Protection: the police.

    The government is arguing that the majority of people arriving in Greece are economic migrants who should be deported and that Greece is no longer facing a refugee crisis.

    According to UNHCR, however, 85 percent of people arriving are from Afghanistan, Syria, the Democratic Republic of Congo, Iraq, or other countries experiencing violent conflict.

    Women and children account for 56 percent of arrivals over the past two years, with the majority of children under the age of 12. Minors travelling without their families account for two out of every 10 people who have arrived.

    “Waves of immigrants and refugees besiege countries,” Mitsotakis said at an event in October. “Democratic rules of order and rights require reprocessing.”
    What are conditions like for new arrivals?

    There are currently 34,000 asylum seekers on the Greek islands, where new arrivals are required to stay during the course of the asylum process. Under the terms of the EU-Turkey deal, asylum seekers can only be considered for readmission to Turkey from the islands. Once they are transferred to the mainland, asylum seekers who have their claims rejected have to be deported to their countries of origin, which isn’t possible in many cases.

    As a result, reception facilities on the islands are dramatically over capacity and living conditions are horrendous.

    Apostolos Veizis, director of medical operational support in Greece for Médecins Sans Frontières, told The New Humanitarian that there’s one toilet for every 300 people on Samos and one shower for every 506 people at Moria, the camp on Lesvos.

    MSF has observed a sharp deterioration in mental health among asylum seekers due to the inhumane conditions on the islands. The medical charity says it has seen a 40 percent increase in the number of cases compared to summer 2018, including dozens of attempted suicides and self-harm incidents, many involving children.

    “There’s no justification for what we’re seeing,” said Veizis. “It’s not 2015 anymore where we had one million people arriving. After the EU-Turkey deal, the islands are in a situation that I’ve never seen in my 20 years with MSF.”
    How has access to healthcare changed?

    In July, the Greek government cut access to public healthcare for newly arrived asylum seekers, leaving people with chronic illnesses to have to pay privately or rely on help from NGOs. The move also meant children weren’t able to be immunised – a requirement for them to be able to enrol in schools.

    Under the new law, post-traumatic stress disorder (PTSD) has been removed from the vulnerability criteria considered during the asylum process – the government says it believes people falsely claim to have PTSD to increase their chances of receiving a positive decision.

    “The removal of PTSD from the list of vulnerability… will just prevent patients from receiving the appropriate medical and social support needed, while they won’t receive a fair treatment in their asylum claim either,” Veizis says.

    Victims of torture now need to have their cases certified by doctors who are part of Greece’s public health system, despite the fact that asylum seekers no longer have access to healthcare and, from 2020, will only be able to access emergency care.

    MSF and METAdrasi, a Greek NGO, have trained personnel to provide these certifications for years. But the new law doesn’t recognise certifications issued by anyone outside of the public health system. “There’s a lack of trained medical staff in public hospitals to conduct the vulnerability screening on the Greek islands,” explained Veizis.

    Currently, there are two doctors at Moria for around 14,000 people and one doctor on Samos for 6,000 people.
    What do the new asylum procedures look like?

    Under the new law, Greek police and army personnel can conduct asylum interviews, which were previously done only by the Greek Asylum Service or the European Asylum Support Office, known by the acronym EASO.

    Rights groups are worried that police and army personnel aren’t trained and don’t have an adequate understanding of international protection law. There have also been dozens of reports of the Greek police and army pushing back asylum seekers at the country’s land and sea borders and committing other abuses.

    “This is a serious backward step that will compromise the impartiality of the asylum procedure,” said Eirini Gaitanou, Amnesty International’s Greece campaigner.

    The new law also makes the process of appealing a rejection more difficult. Asylum seekers will need to provide complicated legal documents to find out why they were turned down, and they have no access to free legal counsel from the state to navigate the process.

    Under the previous system, the committees hearing appeals to rejected asylum claims were composed of two Greek judges and an independent expert trained by UNHCR. Now, the committees will only be made up of one or two judges – a change that UNHCR and the Greek Bar Association warn will create further delays and make more of a backlog.

    The new law also allows for the detention of asylum seekers who have their claims rejected or who are having them reevaluated. This may end up in people being held in detention for more than 18 months, according to rights groups, even though this is unconstitutional in Greece.

    And if an asylum seeker is deemed not to be cooperating with authorities, even for something as simple as moving to a different area or camp than the one they are assigned to, their case will be automatically suspended, according to Gaitanou from Amnesty International.

    “This is a serious backward step that will compromise the impartiality of the asylum procedure.”

    Authorities are drawing up a list of third countries considered to be safe for people to be returned to, which they say will speed up the asylum process.

    To open up spots for newcomers, once an asylum seeker’s application is accepted, they will have a maximum of four months to leave the refugee camp they are living in and will then have to find accommodation on their own.

    Unemployment in Greece is still at 17 percent, and UNHCR, MSF, and other organisations predict that this measure will dramatically increase the number of homeless refugees, placing thousands of people in precarious situations.

    Critics and refugee rights advocates have long complained about the lack of integration programmes in Greece to help newcomers learn the language and find a job.
    What lies ahead?

    The EU-Turkey deal, the agreement underlying the situation for refugees in Greece, is set to expire at the end of 2019. A new agreement is currently being negotiated.

    The EU commissioner for migration, Dimitris Avramopoulos, visited Turkey at the beginning of October, along with the French and German interior ministers. Avramopoulos said that Turkey had reassured them that it is determined to continue implementing the EU-Turkey agreement.

    “We also passed on the message that the financing of the UN and IOM (International Organisation for Migration) programmes will continue in order for Turkey to keep the four million refugees there,” Avramopoulos told the Greek parliament mid-October, adding that if tensions on the Turkish-Syrian border escalate people living their could be forced to migrate to Europe.

    Meanwhile, the Greek government is pushing for some changes to the current deal.

    Citizen Protection Minister Michalis Chrisochoidis has called for asylum seekers from any country to be eligible for return to Turkey from anywhere in Greece, instead of just Syrians on the islands. “Otherwise,” Chrisochoidis said, “Moria will continue stigmatising Europe.”

    https://www.thenewhumanitarian.org/news/2019/11/04/Greece-new-asylum-law-refugees
    #loi #loi_sur_l'asile #Grèce #asile #migrations #réfugiés

  • Nouvelle procédure d’asile : les explications de Cynthia Gani.

    https://www.rts.ch/play/tv/19h30/video/nouvelle-procedure-dasile-les-explications-de-cynthia-gani-?id=9814114&station=a
    #restructuration #asile #procédure_d'asile #suisse #migrations #réfugiés #révision #accélération_des_procédures #loi #révision #loi_sur_l'asile #centre_fédéral #procédure_d'asile #droit_d'asile

    Dans le sujet de la RTS, on peut voir la nouvelle carte des centres (appelés avant #centres_d'enregistrement_et_de_procédure, #CEP, désormais appelés #centres_fédéraux) :
    En Suisse :


    En Suisse romande :

    #cartographie #visualisation

    On y apprend que le centre de #Boudry sera le centre principal pour le traitement des demandes d’asile (#centre_de_procédure). Les autres, #Chevrilles, #Vallorbe, #Le_Grand_Saconnex (#Genève), accueilleront les requérants d’asile en attente d’une réponse (#procédure_étendue, soit toutes celles et ceux qui probablement recevront une réponse positive...) ou en attente d’un renvoi (#déboutés). Dans le centre #Les_Verrières on trouvera les fameux (sic) #récalcitrants.

    Accélération des procédures = but de la réforme ?
    Depuis très longtemps, @vivre et quelques autres associations ont compris que c’était juste une belle histoire... et que la réalité était bien autre...

    Sur les « récalcitrants » :
    https://asile.ch/tag/recalcitrant

    v. ici, sur le site de @vivre, les articles avec le mot-clé « accélération des procédures » :
    https://asile.ch/tag/acceleration-des-procedures

    Et notamment cette analyse suite aux déclaration de Simonetta Sommaruga, conseillère fédérale (socialiste !) en charge du dossier « asile » :
    https://asile.ch/2016/03/23/cherchez-lerreur

    cc @isskein @i_s_

    • Femme isolée, âgée et malade : 90 jours au #centre_fédéral

      9 février 2018
      Rachel a dû faire ses trois mois au centre fédéral de #Vallorbe. Elle y aura passé toutes les fêtes de fin d’année alors que sa procédure d’asile était terminée depuis le 28 novembre lorsque le SEM a rendu une décision négative et de renvoi de Suisse. Elle est sans famille dans ce grand centre de vie collective où on mange à la cantine bruyante en faisant la queue son plateau à la main avec 150 autres personnes, essentiellement des hommes, et où on dort dans la promiscuité et le manque d’intimité dans des dortoirs collectifs sur des lits superposés étroits, collés deux à deux pour gagner de l’espace, plantés le long des murs en rang, autant que la pièce peut en contenir. « Les gens viennent et partent et moi je suis toujours là. Je suis fatiguée et angoissée. La nuit je ne dors pas. J’ai mal à la tête. J’ai des problèmes de haute tension, à 170, 140, 150… Je suis très angoissée par mon état, mais ils ne veulent pas que j’aille chez le médecin. J’ai vu seulement un gynécologue, une fois, pour un contrôle. Je supplie chaque jour pour aller voir un médecin. Ils me donnent du paracétamol et me disent d’attendre mon transfert. Cela fait trois mois que j’attends. Tous les jours je vais supplier Monsieur Olivier pour mon transfert, mais c’est toujours « plus tard, plus tard ». Il y a des jeunes qui sont restés deux mois, et moi, j’ai 55 ans, je suis toujours là… [pleurs] … [pleurs] … [pleurs] … J’ai besoin de voir une psychologue… Je suis à bout. »

      Les raisons pour lesquelles les gens, et particulièrement les personnes souffrantes ou socialement plus exposées, doivent rester pendant des semaines voire des mois dans un centre fédéral aménagé comme un hall de gare (mais sans les lumières des magasins) restent mystérieuses. Serait-ce pour favoriser les échanges interculturels entre les populations, pour la création d’un espace de vie communautaire solidaire, ou pour le développement des activités économiques locales par l’offre d’emplois de service d’intendance, de conseil en santé naturelle et d’agent de sécurité ? Impossible de comprendre. Il n’y a pas de raison autre que répressive en réalité, une volonté délibérée de garder les gens sous l’emprise de l’autorité, en situation semi-carcérale, dans la dépendance de survie et la soumission aux injonctions et autres règlements internes. C’est une volonté d’humiliation, c’est-à-dire d’écrasement de la liberté personnelle. Lorsque le quotidien est réglé par l’autorité, on perd sa qualité d’individu libre et autonome, c’est-à-dire sa dignité.

      À la question « pourquoi faut-il rester trois mois voire quatre mois dans un centre fédéral ? », le SEM répond : « c’est parce qu’il y a un recours contre notre décision négative ». Quel rapport ??! Ou bien : « C’est parce que c’est la loi. » Trop facile… Même pour la notification de la décision de renvoi, la présence au centre fédéral n’est pas nécessaire. Les gens la reçoivent sous forme de courrier remis à l’entrée sans aucune explication. Cela revient au même que de retirer l’enveloppe de la boîte aux lettres à son domicile. Il n’y a que les actes de saisie des empreintes digitales et d’audition des personnes en présence d’un interprète qui peuvent justifier l’obligation de maintenir les gens au centre fédéral. Ces actes sont généralement accomplis pendant la première semaine du séjour. Au-delà de 7 jours, la prolongation de l’assignation au centre dévalorise les personnes, les démoralise et les épuise.

      D’une manière générale, le critère de vulnérabilité des femmes isolées a disparu des préoccupations des autorités fédérales. Les autorités n’ignorent pourtant pas qu’elles proviennent de milieux sociopolitiques discriminants et que la plupart d’entre elles ont déjà été victimes d’abus et de violences.

      Rachel par exemple est une femme séparée d’un mari alcoolique et violent. Ce fait seul devait entraîner son attribution rapide à un canton. Il fallait ajouter à cela qu’elle a besoin de voir un médecin, qu’elle est une femme isolée alors que la population du centre est essentiellement masculine ce qui est inapproprié, et qu’elle est une femme d’un certain âge, qui a besoin d’intimité, de repos et de pouvoir cuisiner ses propres repas selon ses propres horaires. Les nuits dans les dortoirs collectifs et les repas de pâtes huileuses au thon ne sont pas appropriés non plus. Ce régime de vie en soi manque de respect à son égard. C’est sans compter les fouilles et les contrôles de documents par des agents de sécurité en uniforme à chaque sortie/entrée du centre, l’assignation à des tâches ménagères et les interdictions de sorties dont elles sont assorties, et les violences verbales ou physiques quotidiennes au vu et au su de tous. Les résidentes comme Rachel sont contraintes d’en être les témoins, simplement parce qu’elles sont là. Dans ce milieu très discipliné et contrôlé, où aucune activité n’est prévue autre que d’attendre pendant des jours et des jours, les bagarres sont fréquentes, entre les requérants d’asile, ou à l’entrée lorsque les agents de sécurité se disputent avec les jeunes hommes d’origine africaine, arabophone, afghane ou d’Europe de l’est, peu importe.

      D’une manière générale, les femmes, les enfants, les personnes âgées ou malades en pâtissent plus lourdement. Leur situation individuelle n’est pas prise en compte. Le SEM n’a qu’un seul objectif : faire sa loi, plier la population requérante d’asile à sa discipline, à ses instructions, à son ordre juridique, celui de l’autorité toute puissante. Les femmes ou les vieux n’ont qu’à s’adapter.

      http://droit-de-rester.blogspot.com/2018/02
      #témoignage #femmes

    • Asile : une décennie de remue-ménage

      Au terme d’un processus complexe entamé quelque dix ans plus tôt, la nouvelle la loi sur l’asile entrera en vigueur au printemps 2019. Chargé d’information sur l’asile au Centre social protestant à Genève, Aldo Brina a suivi pas à pas la mise en place de la réforme. L’occasion d’en rappeler les grandes lignes dans une perspective critique.

      Le 1er mars 2019 entrera en vigueur la nouvelle #procédure_d’asile, au terme d’une #restructuration menée depuis 2010 par la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga et son administration. Un projet mastodonte, divisé en plusieurs volets législatifs, étendu sur différentes lois et ordonnances. En raison de sa complexité et de la durée du processus, peu de personnes ont gardé une vision d’ensemble, en dehors de quelques fonctionnaires et une poignée de spécialistes. En entrant dans ce labyrinthe, il s’agit de garder le fil d’Ariane : le but premier de la procédure d’asile est l’octroi d’une protection aux personnes en danger dans leur pays.

      Accélération des #renvois

      Dans le nouveau système, l’enregistrement de la demande et l’instruction du dossier se fait en 31 jours, grâce à la concentration en un seul lieu des acteurs-clés de la procédure d’asile (fonctionnaires, juristes, interprètes, etc.) et grâce à la mise en place d’une procédure dite « cadencée » qui se tient à un rythme soutenu, pour ne pas dire effréné. En contrepartie de l’#accélération, chaque demandeur d’asile a droit à un conseil et à une représentation juridique, du moins jusqu’à ce
      que tombe la décision de première instance.
      #procédure_cadencée #accélération_des_procédures

      Selon les projections du Secrétariat d’Etat aux migrations (SEM), 60% des demandeurs d’asile feront l’objet d’une procédure dite accélérée et ne seront, dès lors, plus attribués à un canton. Les procédures accélérées sont prévues pour les cas jugés « clairs », qui ne nécessitent pas de mesures d’instruction approfondies. Elles aboutiront, dans la plupart des cas, à une décision négative. Le délai de #recours est réduit de 30 à 7 jours. Ces personnes resteront sous le contrôle de la Confédération.

      40% des demandes – les cas jugés les plus « complexes » – seront traitées en procédure dite étendue. Les requérants d’asile seront alors attribués à un canton, et la suite de la procédure se déroulera plus ou moins comme sous l’ancien droit. Le SEM se fixe un objectif de délai de traitement de ces demandes d’une année, mais il n’existe en réalité pas de délai contraignant. L’accélération pour ces cas, qui sont ceux les plus à même de conduire à une protection, n’est pas du tout garantie.

      Des #centres_fédéraux d’« asile », vraiment ?

      La nouvelle procédure est actuellement testée au centre de #Boudry, dans le canton de Neuchâtel. A l’occasion d’une journée « portes ouvertes », Mme Sommaruga annonce que 10% des procédures accélérées y débouchent sur une décision d’asile ou d’admission provisoire, et 90% sur des décisions négatives et des procédures de renvoi. Partant, ce sont surtout les procédures de renvoi qui sont accélérées. Cette orientation regrettable correspond néanmoins à l’ordre de priorité de traitement des demandes que s’est fixé le SEM depuis des années.

      L’un des volets marquants de la restructuration, c’est la concentration des requérants d’asile pour une durée prolongée dans des #centres_fédéraux_d’asile (#CFA). Jusqu’ici, les demandeurs d’asile y restaient au maximum 90 jours. Cette durée sera portée à 140 jours. Ceux qui auront vu leur demande être traitée en procédure accélérée et être frappée d’une décision négative, le plus souvent en vertu de l’application du Règlement européen Dublin, ne connaîtront plus que ces structures.

      Dans les centres fédéraux, la dimension sécuritaire prend le pas sur l’encadrement social. Il n’y est pas question d’accueil, mais de #contrôle. Les requérants d’asile n’ont pas le droit de sortir en dehors d’heures précises et sont fouillés systématiquement à chaque fois qu’ils entrent. Leurs droits sont limités, tant en matière de liberté de circuler, de vie privée et familiale, d’accès aux soins ou d’#intégration sociale. Cet univers clôturé et surveillé n’est adapté ni aux mineurs ni aux personnes traumatisées, que l’on retrouve par définition en nombre dans la procédure d’asile.
      #liberté_de_mouvement

      Le canton de Genève sera au cœur de ce dispositif orienté vers l’exécution des renvois. 160 places de détention administrative ont été construites à la #Brenaz II en prévision de la restructuration. Un projet complémentaire devrait en outre voir le jour au #Grand-Saconnex, sur une parcelle jouxtant l’aéroport. Il sera composé de 50 autres places de détention administrative, de nouveaux bureaux pour quelque 300 collaborateurs de la police internationale (police chargée, entre autres missions, de l’exécution des renvois), d’un centre de coopération douanière, et d’un centre fédéral d’« asile » de 260 places. Ce gigantesque complexe n’est pas encore construit et fait l’objet d’une contestation grandissante.

      Le rôle ambigu des #représentants_juridiques

      La mise en place d’une #protection_juridique, aussi partielle soit-elle, a favorisé l’adhésion à la restructuration de l’asile d’une partie de la gauche et des œuvres d’entraide. La revendication historique des milieux de défense du droit d’asile a-t-elle enfin été entendue ?

      Présentant le dispositif, la conseillère fédérale souligne que la protection juridique améliore la qualité des décisions, qu’« on a moins de recours, ce qui montre que quand une décision a été prise, elle est comprise et acceptée ». On attendrait donc du représentant juridique qu’il aide l’administration à instruire les dossiers, à participer à la production d’une décision de meilleure qualité, et qu’il fasse accepter aux requérants d’asile les décisions négatives les concernant.

      Cette conception est à mille lieues du rôle des représentants juridiques tels qu’ils travaillent depuis des décennies dans le domaine de l’asile. Les juristes des permanences existantes défendent les intérêts des demandeurs d’asile, sans se préoccuper de ceux de l’administration. En fait, cette orientation est contraire aux principes régissant le rôle des avocats dans tous les autres domaines du droit.

      Et du point de vue des requérants d’asile eux-mêmes ? Pour ceux-ci, qui ne connaissent pas nos procédures administratives et arrivent dans un centre fédéral comme sur une nouvelle planète, la distinction entre les fonctionnaires du SEM et les représentants juridiques sera-t-elle claire ? Comprennent-ils que les uns sont là pour décider de leur sort et que les autres défendent leurs intérêts ? C’est une question cruciale, tant, dans la procédure d’asile, les confidences intimes – tortures, mauvais traitements, violences sexuelles, orientation sexuelle ou conversion religieuse à haut risque – sont importantes et appellent à ce que s’établisse un lien de confiance entre le requérant d’asile et son mandataire. Un rapport d’évaluation mentionnait qu’« une minorité importante de requérants d’asile a ainsi évoqué le fait que les autorités et les représentants légaux travaillaient dans le même bâtiment et qu’ils se demandaient donc si ces derniers ne défendaient pas plutôt les intérêts de ces autorités ».

      Enfin, le rythme même de la procédure, accéléré à l’extrême, met en danger la protection juridique. Par définition, l’instruction d’une demande d’asile s’accommode mal de la précipitation, étant donné les enjeux en présence et la difficulté de faire la lumière sur des faits qui se sont déroulés à des milliers de kilomètres et qui touchent à la sphère intime des demandeurs d’asile. En juin 2018, l’Organisation suisse d’aide aux réfugiés dénonce des dispositions qui « ne créent pas les conditions de base nécessaires à un déroulement des procédures équitable et conforme à l’Etat de droit »8.
      Vers moins de protection juridique ?

      En procédure accélérée, les mandataires d’office peuvent refuser de faire recours s’ils estiment que les chances de succès sont nulles. Les requérants d’asile se retrouvent alors obligés de se tourner vers d’autres acteurs pour se faire aider. Ainsi la moitié des recours au centre test de Zurich est déposée non pas par le juriste nommé d’office, mais par des mandataires externes, c’est-à-dire par des associations financées par leurs propres moyens. Quant à la procédure étendue, la représentation juridique y est limitée à la procédure de première instance. Les recours ne sont pas couverts de façon systématique, alors même que les cas sont jugés plus complexes.

      Ajoutons à ces limitations que l’activité d’une permanence juridique, au sens actuel du terme, ne se limite jamais à la procédure d’asile proprement dite. Les personnes en demande d’asile ont de nombreux problèmes juridiques ou sociaux qui nécessitent un conseil : inclusion d’un conjoint dans un statut, regroupement familial, réexamen suite à la survenue d’un fait nouveau, transformation de permis, changement de canton, demandes de visas humanitaires, problème d’hébergement ou d’assistance, etc. Aucune de ces démarches n’est couverte par la protection juridique subventionnée.

      Avec l’avènement de la restructuration, il a pourtant été annoncé haut et fort que chaque requérant d’asile aurait désormais droit à un représentant juridique (voire même à un « avocat », selon la propagande de l’UDC). C’est dans ce contexte que les permanences juridiques traditionnelles vont devoir continuer à trouver des financements indépendants, avec le risque de perdre en légitimité auprès de leurs soutiens, puisqu’existera désormais un système subventionné par l’Etat. Paradoxalement, il y a un risque que la mise en place d’une protection juridique subventionnée aboutisse globalement à moins de protection juridique.

      Malgré l’introduction d’une protection juridique, la répartition des taux entre différentes décisions – négatives, admission provisoire ou asile – ne semble pas devoir changer avec la restructuration. L’asile ne sera octroyé ni plus souvent, ni plus rapidement que jusqu’ici. La protection de personnes en danger, qui devrait constituer le cœur de notre politique d’asile, ne sera pas améliorée. On serait tenté de défier Mme Sommaruga de nous prouver le contraire, elle dont le remue-ménage aura surtout eu pour but de viser une diminution des coûts et de rendre notre pays moins attractif par l’accélération des renvois… mais étant donné les remaniements en vue au Conseil fédéral, la ministre socialiste sera-t-elle encore à la tête du DFJP dans quelques mois pour assurer le service après-vente ?

      https://lecourrier.ch/2018/11/18/asile-une-decennie-de-remue-menage

    • Ouverture d’un centre pour #requérants_récalcitrants

      L’établissement fédéral des Verrières, dans le canton de Neuchâtel, accueillera dès le 3 décembre des requérants d’asile au comportement inadéquat. C’est le premier centre de ce type, un deuxième étant prévu en Suisse alémanique.

      Le Secrétariat d’Etat aux migrations (SEM) a présenté ce jeudi à Berne l’ouverture d’un centre spécifique fédéral, destiné aux requérants dont le comportement « insoumis » justifie leur mise à l’écart temporaire des centres d’asile fédéraux ordinaires. Il sera situé dans l’ancien centre sportif des Cernets, au-dessus de la commune des Verrières, à un jet de pierre de la frontière française. Des requérants d’asile au comportement inadéquat pourront y être transférés pour une durée maximale de 14 jours. Un site analogue sera prochainement mis en place en Suisse alémanique.

      La mesure est censée améliorer le fonctionnement des établissements ordinaires. « Lorsqu’une personne refuse, de manière répétée, de se plier aux règles de la maison et compromet la vie en communauté, elle le fait au détriment de tous les autres résidents », indique Pierre-Alain Ruffieux, responsable pour la Suisse romande de l’asile pour le SEM.

      Il cite par exemple des cas d’alcoolémie répétée et des personnes sous l’emprise de stupéfiants dérangeant la vie commune. D’autres cas, comme des vols ou l’introduction d’objets prohibés, pourront également aboutir à un transfert aux Verrières. Seuls des hommes adultes seront visés, puisque, selon la directrice de l’asile du SEM, Esther Maurer, tous les cas d’incivilité et de refus des règles observés jusqu’à présent concernent des hommes.

      « Ce ne sont pas des criminels »

      « Il est important de souligner qu’il ne s’agit pas de personnes criminelles ou commettant des infractions pénales », précise la fonctionnaire fédérale. Elle rappelle également que si une telle mesure contient bien une dimension disciplinaire, le centre des Verrières ne ressemble en rien à une prison : les requérants y resteront libres de leurs mouvements.

      Ils seront cela dit soumis à un règlement plus strict et encadré par plus de personnel. Le centre pourra à terme accueillir jusqu’à 60 personnes. Dans la première année, phase pilote, leur nombre se limitera à 20.

      L’annonce de l’ouverture du site en 2016 avait suscité des protestations parmi la population de la commune de 658 habitants, notamment lors d’une séance d’information avec le SEM, où le ton était monté. Cependant, le président des Verrières Jean-Bernard Wieland assure que la situation s’est apaisée et que la collaboration avec la Confédération et le canton s’est bien déroulée. « Certains termes négatifs comme « récalcitrants » ont suscité de l’inquiétude. Mais ceux qui vont venir ne sont pas des criminels ! Ce sera comme des problèmes de voisinage, tout le monde peut en avoir. »

      https://www.letemps.ch/suisse/ouverture-dun-centre-requerants-recalcitrants
      #récalcitrants #Varrières

    • Recours admis contre le SEM pour #déni_de_justice formel

      Le Tribunal administratif fédéral (TAF) a été saisi d’un recours au sujet d’entraves aux #droits_fondamentaux de requérants d’asile passés par le #centre_fédéral de #Boudry, là où se met en œuvre la nouvelle procédure d’asile. Lors de leur séjour dans le centre, les recourants ont fait l’objet d’un cumul de #sanctions – interdictions de sortie, privations d’argent de poche – et de #fouilles_corporelles systématiques. Leur mandataire, indépendante de la représentation juridique officielle du centre, a demandé au Secrétariat d’État aux migrations (SEM) de rendre une décision formelle justifiant ces sanctions. L’autorité s’y est refusée, se contentant de rappeler les comportements fautifs des requérants et les articles de la législation justifiant selon elle des sanctions sans décision formelle. La mandataire a donc déposé un #recours au TAF pour déni de justice formel.

      Dans son arrêt F-4132/2017 du 9 janvier 2019, le TAF estime qu’il ne peut pas se prononcer sur le fond du problème, le SEM n’ayant pas rendu de décision formelle. Sur la forme en revanche, les juges de Saint-Gall ont le devoir de se prononcer puisque les pratiques du SEM sont de nature à porter atteinte aux droits fondamentaux des recourants. Le TAF rappelle que les ordres donnés par le personnel du centre « sont susceptibles de porter atteinte à la personnalité et à la liberté du requérant ». L’instance judiciaire poursuit : « Il convient de permettre aux requérants d’asile qui estiment leurs droits fondamentaux lésés de faire valoir leurs griefs à l’encontre d’actes étatiques qui viennent de se produire (…) ». En conclusion « le SEM n’avait d’autre choix que de se saisir de la demande des recourants » (…) et « aurait dû rendre une décision formelle sujette à recours ». Le Tribunal relève au passage que la nouvelle législation, en l’occurrence l’ordonnance du DFJP, « tend à aller vers la consécration d’un droit à obtenir une décision formelle ».

      Même si le #TAF juge inutile que le SEM rende une décision dans le cas d’espèce, estimant que l’intérêt n’est plus actuel (les recourants ont depuis disparu), espérons que ce rappel à l’ordre incitera l’administration à rendre des décisions formelles lorsque les droits fondamentaux des demandeurs d’asile sont en jeu.

      https://odae-romand.ch/breve/recours-admis-contre-le-sem-pour-deni-de-justice-formel
      #justice

  • I migranti che la Norvegia non vuole più

    Nella contea di #Østfold, un centinaio di chilometri a sud di Oslo, in Norvegia, sorge un grande e asettico hangar un tempo conosciuto come Smart club. Per decisione del ministero dell’immigrazione e dell’integrazione, al suo interno sono state montate una cinquantina di tende militari in fila per tre, in modo che lo spazio libero tra una tenda e l’altra non sia maggiore di sei-sette metri. Il campo coperto è un mondo a sé: vi si può accedere solo da alcune porte, mentre su tutto il perimetro della sua superficie l’illuminazione è artificiale, anche di giorno.

    Le tende raccolte nell’hangar possono raggiungere una capienza complessiva di mille posti letto. Qui, a partire dal 2018, saranno rinchiusi tutti i migranti che arrivano in Norvegia in attesa di sapere se otterranno o meno l’asilo politico. La permanenza durerà al massimo 21 giorni: chi otterrà l’asilo sarà poi trasferito in centri di accoglienza, chi andrà incontro a un rifiuto sarà invece immediatamente espulso. Rimpatriato nei paesi di partenza o rispedito in quelli di transito.

    È questo il modo in cui la ministra dell’immigrazione e dell’integrazione #Sylvi_Listhaug intende procedere a una “revisione totale” del sistema d’asilo in Norvegia. Listhaug è una dei due ministri in quota al Partito del progresso, la formazione politica di destra radicale – che però rifiuta di essere definita sia di “estrema destra”, sia “populista” – che dal 2013 governa con il Partito conservatore. Le elezioni del settembre 2017 hanno confermato la stessa maggioranza di governo, lasciando il partito laburista e le altre formazioni di sinistra all’opposizione.

    La decisione di rinchiudere tutti i migranti in unico luogo è solo l’ultimo atto della profonda rivisitazione delle politiche dell’immigrazione (e non solo di quelle che riguardano i richiedenti asilo) volute dal Partito del progresso.


    https://www.internazionale.it/reportage/alessandro-leogrande/2017/11/27/norvegia-migranti
    #Norvège #asile #migrations #réfugiés #révision #loi_sur_l'asile #enfermer_pour_mieux_expulser (c’est valable aussi pour la #restructuration de l’asile en #Suisse) #it_has_begun #renvois #expulsions #Afghanistan #réfugiés_afghans

    cc @reka même si le texte est en italien...

  • From host country to deportation country – latest asylum reform in Germany

    Last week the German parliament passed a reform of the asylum law introducing far-reaching changes affecting data protection of asylum seekers, residence restrictions and prolongation of detention custody.

    The new legal changes introduce stricter obligations on asylum seekers to cooperate in establishing their nationality and obtaining identity documents. Data carriers, such as mobile phones, sim cards and hardware can be systematically checked by the Federal Office for Migration and Refugees in order to establish their identity. The data collected can also be used in case an asylum seeker is suspected to pose a threat to public order. Pro Asyl warns that accessing private data of refugees circumvents a decision of the German Constitutional Court, according to which private data can only be accessed by court order. Also, Andrea Voßhoff, Federal Data Protection Commissioner, had criticised the change as disproportionate and contrary to the Constitution.

    The reform also introduces an additional ground of detention for rejected asylum seekers that are suspected of constituting a public danger, this includes people awaiting #Dublin transfers. This form of “security removal detention” can be used, even if the deportation cannot be conducted within the time limit of three months. Further, #surveillance options for rejected asylum seekers are widened, an electronic ankle monitor will be introduced, and deportation custody is prolonged from four to ten days. The statutory notification period of one month prior to deportation for holders of tolerated stay status (Duldung) is removed for people who are alleged to be involved in identity fraud or who are allegedly prolonging their tolerated stay through lack of reasonable cooperation. Pro Asyl warns that the new law does not lay down criteria of what constitutes reasonable cooperation and that lifting a time limit of security-based detention might trap Dublin returnees indefinitely, as less than 10 percent of Dublin returns are in fact ultimately carried out.

    The new law also introduces the option for Federal States to oblige asylum seekers, including children, to stay in initial reception centres until the end of the asylum process or the execution of a removal order. UNICEF and German civil society organisations warned that this will be against the best interests of the child, as conditions in initial reception centres are not safe and appropriate for children and access to education not granted.

    “This new legislation is an additional building block to transform Germany from a ‘welcoming’ to a ‘camp and deportation country’. Merkel’s refugee U-turn is completed. Asylum seekers are deliberately isolated and excluded. The message to them: “Hit the road”, comments Karl Kopp Pro Asyl’s Director of European Affairs.

    https://www.ecre.org/from-host-country-to-deportation-country-latest-asylum-reform-in-germany
    #Allemagne #loi_sur_l'asile #législation #loi #asile #migrations #réfugiés #renvois #expulsions #détention_administrative #rétention #surveillance #contrôle #SIM #téléphone_portable #données #liberté_de_mouvement #liberté_de_circulation

  • Stopexclusion | Interview d’Aldo Brina : Nouvelle restructuration de l’asile
    https://asile.ch/2017/05/01/stopexclusion-interview-daldo-brina-nouvelle-restructuration-de-lasile

    Stopexclusion qui a été à l’origine de la campagne Ma Genève, grâce notamment à Aldo alors président de la Coordination lui a posé quelques questions au sujet de cette nouvelle restructuration, les conséquences pour Genève et quels moyens pour lutter contre.

  • Appel contre l’application aveugle du règlement #Dublin
    https://blogs.letemps.ch/jasmine-caye/2017/01/11/appel-contre-lapplication-aveugle-du-reglement-dublin

     A droite, au centre, à gauche, plus d’une centaine de personnalités ont signé l’Appel contre l’application aveugle du règlement Dublin et vous invitent à le faire. Parmi les nombreux signataires se trouvent le dessinateur ZEP, Carlo Sommaruga (ancien président du CICR), Ruth Dreifuss (ancienne Conseillère fédérale) et le dessinateur Patrick Chappatte. Cet Appel est […]

    #Loi_sur_l'asile

  • Appel contre l’application aveugle du règlement #Dublin
    http://blogs.letemps.ch/jasmine-caye/2017/01/11/appel-contre-lapplication-aveugle-du-reglement-dublin

     A droite, au centre, à gauche, plus d’une centaine de personnalités ont signé l’Appel contre l’application aveugle du règlement Dublin et vous invitent à le faire. Parmi les nombreux signataires se trouvent le dessinateur ZEP, Carlo Sommaruga (ancien président du CICR), Ruth Dreifuss (ancienne Conseillère fédérale) et le dessinateur Patrick Chappatte. Cet Appel est […]

    #Loi_sur_l'asile

  • 2016 : l’année de la désobéissance civile en Suisse
    http://blogs.letemps.ch/jasmine-caye/2016/11/17/2016-lannee-de-la-desobeissance-civile-en-suisse

    A la Chapelle Mon-Gré de Lausanne, le père Gabriel Pittet accueille depuis avril 2016 les protégés du Collectif R qui s’étaient réfugiés à l’église Saint-Laurent en mars 2015. Ce sont toutes des personnes menacées de renvoi dans le cadre des accords de #Dublin, donc vers le premier pays européen par lequel ils sont arrivés. Au […]

    #Loi_sur_l'asile #Politique_d'asile_européenne

  • Petit rappel sur l’Erythrée et sur ceux que nous ne devons pas oublier
    http://blogs.letemps.ch/jasmine-caye/2016/09/26/petit-rappel-sur-lerythree-et-sur-ceux-que-nous-ne-devons-pas-oublier

     Ils sont détenus au secret depuis quinze ans Ils ont été arrêtés il y a quinze ans. C’était le 18 septembre 2001 au petit matin. Les forces de sécurités érythréennes, ont arrêté 11 membres officiels du gouvernement parce qu’ils avaient émis, dans une lettre ouverte, des critiques sur les excès dictatoriaux du Président Isaias […]

    #Loi_sur_l'asile #Migration #Politique_d'asile_européenne

  • Cosa prevede la proposta di riforma del diritto d’asilo in Italia

    Il ministro della giustizia Andrea Orlando, durante un’audizione davanti al comitato parlamentare di controllo sull’attuazione dell’accordo di Schengen, il 21 giugno, ha anticipato una proposta del governo per riformare la legge sul diritto d’asilo in Italia. Si tratta di un disegno di legge delega, attualmente al vaglio del dipartimento per gli affari giuridici e amministrativi (Dagl) della presidenza del consiglio. Il cuore della riforma è l’annullamento del grado d’appello per chi ha ricevuto un diniego dell’asilo in primo grado.

    http://www.internazionale.it/notizie/2016/08/23/proposta-riforma-diritto-asilo
    #Italie #asile #réfugiés #droit_d'asile #migrations #loi_sur_l'asile #réforme

  • SOSF | Révision de la loi sur l’asile. Et après ?
    http://asile.ch/2016/06/07/sosf

    Après le vote du 5 juin, ne pas oublier l’essentiel. Dans un communiqué, Solidarités sans frontières rappelle les enjeux à venir et appelle à une mobilisation des associations pour l’accès de la société civile aux centres fédéraux, à une transparence dans le sort réservé aux demandeurs d’asile, contre les renvois Dublin, et bien d’autres enjeux.

  • Révision de la loi sur l’asile | Après l’euphorie du 5 juin, business as usual
    http://asile.ch/2016/06/07/revision-de-loi-lasile-apres-leuphorie-5-juin-business-as-usual

    La revoilà, la rengaine de la droite consistant à jouer avec l’image du « faux réfugié » ou du « réfugié économique ». Et les personnes recevant une « admission provisoire » (permis F) sont toutes trouvées pour jouer ce rôle de bouc-émissaire. On comprend que le Parti libéral-radical (PLR) veut rapidement se faire sa […]

  • Incontro con il pastore #Marcel_Cavallo, cappellano a Zurigo nell’unico «Centro sperimentale per richiedenti asilo» della Confederazione, un progetto pilota messo in funzione un paio d’anni fa in vista proprio della revisione della legge sull’asilo accettata questa domenica dal popolo elvetico

    Uno stanzino semplice in cui domina il bianco, tre poltroncine Ikea, un tavolo, una macchinetta del caffè e una grande fotografia appesa alla parete sulla quale si vede in primo piano un ponte di corda malamente teso sopra un torrente, con dall’altra parte della sponda un rigoglioso bosco verde: è quanto accoglie il richiedente asilo che chiede un incontro con il pastore Marcel Cavallo, cappellano per la chiesa riformata del Canton Zurigo nel primo Centro federale sperimentale per richiedenti asilo della Svizzera.

    http://riforma.it/it/articolo/2016/06/07/curare-anime-sospese
    #asile #Suisse #réfugiés #migrations #loi_sur_l'asile #révision #restructuration #Zurich #Juch

  • Votation du 5 juin : L’assistance juridique gratuite prévue dans la nouvelle loi sur l’asile est un progrès
    http://blogs.letemps.ch/jasmine-caye/2016/05/17/votation-du-5-juin-lassistance-juridique-gratuite-prevue-dans-la-nouve

    Le malaise plane du côté des défenseurs des requérants d’asile concernant la nouvelle loi sur l’asile soumise à votation le 5 juin prochain. L’OSAR et Amnesty International recommandent de voter pour la nouvelle loi alors que plusieurs autres associations comme le Centre social protestant, Vivre Ensemble, Stop Exclusion et le Comité pour la sauvegarde du […]

    #Loi_sur_l'asile

  • RTS, Forum | La gauche divisée sur la réforme de la loi sur l’asile
    http://asile.ch/2016/05/19/rts-forum-la-gauche-divisee-sur-la-reforme-de-la-loi-sur-lasile

    Plusieurs personnalités de gauche et des milieux de défense des requérants se sont unis pour dire « non » à la réforme de la loi sur l’asile. Or, le « non » est également porté par l’UDC qui a lancé le référendum. Débat entre Cesla Amarelle, conseillère nationale (PS/VD), et Ueli Leuenberger, ancien conseiller national (Les Verts/GE).

  • Collectif R | Clip sur la révision de la loi sur l’asile
    http://asile.ch/2016/05/19/collectif-r-clip-sur-la-revision-de-la-loi-sur-lasile

    Le 5 juin, la vie des réfugiés est entre nos mains « La révision de la Loi sur l’Asile (Lasi) soumise au vote le 5 juin constitue une attaque violente et dangereuse contre les requérant.e.s d’asile. Le Conseil Fédéral comme l’UDC prétendent que cette révision améliore la condition des réfugié.e.s, parce que les procédures seront équitables […]

  • Le temps des réfugiés | Votation du 5 juin : L’assistance juridique gratuite prévue dans la nouvelle loi sur l’asile est un progrès
    http://asile.ch/2016/05/18/le-temps-des-refugies-votation-du-5-juin-lassistance-juridique-gratuite-prevue

    Le malaise plane du côté des défenseurs des requérants d’asile concernant la nouvelle loi sur l’asile soumise à votation le 5 juin prochain. L’OSAR et Amnesty International recommandent de voter pour la nouvelle loi alors que plusieurs autres associations comme le Centre social protestant, Vivre Ensemble, Stop Exclusion et le Comité pour la sauvegarde du […]

  • La phase test de procédure d’asile accélérée n’a pas permis d’intégrer plus rapidement les réfugiés en Suisse
    https://forumasile.org/2016/04/06/la-phase-test-de-procedure-dasile-acceleree-na-pas-permis-dintegrer-plus

    D’un point de vue humanitaire, la phase test de procédure accélérée n’a pas été satisfaisante. Elle a laissé en suspend les demandes de personnes qui ont subi des horreurs dans leur pays d’origine alors que ce sont eux qui méritaient une attention particulière et qui devaient être rassurés sur leur avenir en Suisse. En septembre […]

    #Asylum_Procedure #Loi_sur_l'asile #News

  • SOSF | Référendum contre la restructuration. Objectif : bloquer l’UDC
    http://asile.ch/2016/04/07/31024

    Le 5 juin 2016, les citoyens et les citoyennes suisses se prononceront sur la révision de la loi sur l’asile adoptée par le Parlement l’année dernière. L’UDC a en effet lancé un référendum contre les « avocats gratuits » prévus. Solidarité sans frontières recommande de faire barrage à l’UDC. Nos raisons. Solidarité sans frontières (Sosf) […]

  • Votation du 5 juin : quelle posture adopter ?
    http://asile.ch/2016/04/07/votation-du-5-juin-quelle-posture-adopter

    Vivre Ensemble a maintes fois décortiqué et critiqué dans ses colonnes la restructuration de l’asile. Le scrutin du 5 juin 2016 prochain porte sur la réforme de la législation attaquée en référendum par l’UDC sur deux dispositions : l’assistance juridique et la réquisition de terrain par la Confédération. Or, c’est sur l’entier de la loi que […]