• Le pire de la #télévision italienne condensé dans cette image... une scène (obscène) vu alors que j’étais dans un hôtel en Italie (10.05.2019).
    Cela devait être quelque chose comme 20h30-21h du soir...

    #Mediaset #Canale_5 #femmes #indiens #peuples_autochtones #sexisme #TV #nudité #corps #obscénité #fesses #exotisme

    Et je ne sais pas quel autre horrible mot-clé ajouter...

    Evidemment, c’est l’occasion de faire encore et encore un petit rappel de ce documentaire de #Lorella_Zanardo : #Il_corpo_delle_donne (le corps des femmes) :
    https://www.youtube.com/watch?v=koLacS5_EtA

  • How the #El_Paso Killer Echoed the Incendiary Words of Conservative Media Stars

    It remains unclear what, or who, ultimately shaped the views of the white, 21-year-old gunman, or whether he was aware of the media commentary. But his post contains numerous references to “invasion” and cultural “replacement” — ideas that, until recently, were relegated to the fringes of the nationalist right.


    https://www.nytimes.com/interactive/2019/08/11/business/media/el-paso-killer-conservative-media.html?action=click&module=Top%20Stories&pg

    #vocabulaire #terminologie #invasion #rhétorique_de_l'invasion #mots #médias #journalisme #presse #Tucker_Carlson #tuerie #massacre #USA #Etats-Unis #eau #métaphore #liquide #remplacement #grand_remplacement

  • How the media contributed to the migrant crisis

    Disaster reporting plays to set ideas about people from ‘over there’.

    When did you notice the word “migrant” start to take precedence over the many other terms applied to people on the move? For me it was in 2015, as the refugee crisis in Europe reached its peak. While debate raged over whether people crossing the Mediterranean via unofficial routes should be regarded as deserving candidates for European sympathy and protection, it seemed as if that word came to crowd out all others. Unlike the other terms, well-meaning or malicious, that might be applied to people in similar situations, this one word appears shorn of context; without even an im- or an em- attached to it to indicate that the people it describes have histories or futures. Instead, it implies an endless present: they are migrants, they move, it’s what they do. It’s a form of description that, until 2015, I might have expected to see more often in nature documentaries, applied to animals rather than human beings.
    Lose yourself in a great story: Sign up for the long read email
    Read more

    But only certain kinds of human beings. The professional who moves to a neighbouring city for work is not usually described as a migrant, and neither is the wealthy businessman who acquires new passports as easily as he moves his money around the world. It is most often applied to those people who fall foul of border control at the frontiers of the rich world, whether that’s in Europe, the US, Australia, South Africa or elsewhere. That’s because the terms that surround migration are inextricably bound up with power, as is the way in which our media organisations choose to disseminate them.

    The people I met during the years I spent reporting on the experiences of refugees at Europe’s borders, for my book Lights in the Distance, were as keenly aware of this as any of us. There was the fixer I was introduced to in Bulgaria, a refugee himself, who was offering TV news crews a “menu” of stories of suffering, with a price range that corresponded with the value the media placed on them. Caesar, a young man from Mali I met in Sicily, told me he was shocked to find that Italian television would usually only show images of Africa in reports about war or poverty. Some refugees’ stories, he felt, were treated with more urgency than others because of what country they came from. Or there was Hakima, an Afghan woman who lived with her family in Athens, who confronted me directly: “We keep having journalists visit, and they want to hear our stories, but, tell me, what can you do?” Often, people I met were surprised at the lack of understanding, even indifference, they felt was being shown to them. Didn’t Europe know why people like them were forced to make these journeys? Hadn’t Europe played an intimate role in the histories and conflicts of their own countries?

    Europe’s refugee crisis, or more properly, a disaster partly caused by European border policies, rather than simply the movement of refugees towards Europe, was one of the most heavily mediated world events of the past decade. It unfolded around the edges of a wealthy and technologically developed region, home to several major centres of the global media industry. Scenes of desperation, suffering and rescue that might normally be gathered by foreign correspondents in harder-to-access parts of the world were now readily available to reporters, news crews, filmmakers and artists at relatively low cost.

    The people at the centre of the crisis were, at least for a time, relatively free to move around once they had reached safety and to speak to whoever they pleased. This gave certain advantages to the kind of media coverage that was produced. Most of all, it allowed quick and clear reporting on emergency situations as they developed. Throughout 2015, the crisis narrative was developed via a series of flashpoints at different locations within and around the European Union. In April, for example, attention focused on the smuggler boat route from Libya, after the deadliest shipwreck ever recorded in the Mediterranean. A month or so later focus shifted to Calais, where French and British policies of discouraging irregular migrants from attempting to cross the Channel had led to a growing spectacle of mass destitution. By the summer, the number of boat crossings from Turkey to Greece had dramatically increased, and images and stories of people stepping on to Aegean shores, or of piles of orange lifejackets, came to dominate. Then came the scenes of people moving through the Balkans, and so on, and so on.

    https://i.guim.co.uk/img/media/2fe295c2e8dc7ea934d7091beaee84d9c5c3c804/42_649_3645_2186/master/3645.jpg?width=880&quality=85&auto=format&fit=max&s=4029d3e00eba3245a92c5c

    In all of these situations the news media were able to do their basic job in emergency situations, which is to communicate what’s happening, who’s affected, what’s needed the most. But this is usually more than a matter of relaying dry facts and figures. “Human stories” have the greatest currency among journalists, although it’s an odd term if you think about it.

    What stories aren’t human? In fact, it’s most commonly used to denote a particular kind of human story; one that gives individual experience the greatest prominence, that tells you what an event felt like, both physically and emotionally. It rests on the assumption that this is what connects most strongly with audiences: either because it hooks them in and keeps them watching or reading, or because it helps them identify with the protagonist, perhaps in a way that encourages empathy, or a particular course of action in response. As a result, the public was able to easily and quickly access vivid accounts and images of people’s experiences as they attempted to cross the EU’s external borders, or to find shelter and welcome within Europe.

    The trade-off was that this often fit into predetermined ideas about what disasters look like, who needs protection, who is innocent and who is deserving of blame. Think, for example, about the most recognisable image of the refugee crisis in 2015: the picture of a Turkish police officer carrying the lifeless body of three-year-old Alan Kurdi away from the water’s edge on a beach near Bodrum.

    As the Dutch documentary Een zee van beelden – A Sea of Images – (Medialogica, 2016) asked: why did this image in particular strike such a chord? After all, many news editors see images of death on a daily basis, yet for the most part decide to exclude them. The documentary showed how the apparently viral spread of the Alan Kurdi photograph on social media was in large part the result of a series of decisions taken by senior journalists and NGO workers.

    https://i.guim.co.uk/img/media/dae2df82cc5f6e0366d71f29daacfa5fdbc32e71/0_285_4500_2700/master/4500.jpg?width=880&quality=85&auto=format&fit=max&s=08662beb01cdef62f0e718

    First, a local photo agency in Turkey decided to release the image to the wires because they were so fed up with the lack of political response to the crisis on their shores. The image was shared by an official at a global human rights NGO with a large Twitter following, and retweeted by several prominent correspondents for large news organisations. Picture editors at several newspapers then decided, independently of one another, to place the photo on the front pages of their next editions; only after that point did it reach its widest circulation online. The image gained the status it did for a mix of reasons – political, commercial, but also aesthetic. One of the picture editors interviewed in the documentary commented on how the position of the figures in the photo resembled that of Michelangelo’s Pietà, an iconography of suffering and sacrifice that runs deep in European culture.

    But if this way of working has its advantages, it also has its dark side. News media that rush from one crisis point to another are not so good at filling in the gaps, at explaining the obscured systems and long-term failures that might be behind a series of seemingly unconnected events. To return to the idea of a “refugee crisis”, for example, this is an accurate description in one sense, as it involved a sharp increase in the number of people claiming asylum in the European Union; from around 430,000 in 2013, according to the EU statistics agency Eurostat, to well over a million in 2015 and 2016 each. In global terms this was a relatively small number of refugees: the EU has a population of over 500 million, while most of the world’s 68.5 million forcibly displaced people are hosted in poorer parts of the world. But the manner of people’s arrival was chaotic and often deadly, while there was a widespread institutional failure to ensure that their needs – for basic necessities, for legal and political rights – were met. To stop there, however, risks giving the false impression that the crisis was a problem from elsewhere that landed unexpectedly on European shores.

    This impression is false on two counts. First, Europe has played a key role, historically, in the shaping of a world where power and wealth are unequally distributed, and European powers continue to pursue military and arms trading policies that have caused or contributed to the conflicts and instability from which many people flee. Second, the crisis of 2015 was a direct effect of the complex and often violent system of policing immigration from outside the EU that has been constructed in the last few decades.

    In short, this has involved the EU and its members signing treaties with countries outside its borders to control immigration on its behalf; an increasingly militarised frontier at the geographical edges of the EU; and an internal system for regulating the movement of asylum seekers that aims to force them to stay in the first EU country they enter. This, cumulatively, had the effect of forcing desperate people to take narrower and more dangerous routes by land and sea, while the prioritising of border control over safe and dignified reception conditions compounded the disaster. How well, really, did media organisations explain all this to their audiences?

    The effect, all too often, was to frame these newly arrived people as others; people from “over there”, who had little to do with Europe itself and were strangers, antagonistic even, to its traditions and culture. This was true at times, of both well-meaning and hostile media coverage. A sympathetic portrayal of the displaced might focus on some of those images and stories that matched stereotypes of innocence and vulnerability: children, women, families; the vulnerable, the sick, the elderly.

    Negative coverage, meanwhile, might focus more on the men, the able-bodied, nameless and sometimes faceless people massed at fences or gates. Or people from particular countries would be focused on to suit a political agenda. The Sun, one of Britain’s most widely read newspapers, for example, led with a picture of Alan Kurdi on its front page in September 2015, telling its readers that the refugee crisis was a matter of life and death, and that the immediate action required was further British military intervention in Syria. A few weeks later it gave another refugee boat story the front page, but in contrast to the earlier one the language was about “illegals” who were seeking a “back door”. This time, the refugees were from Iraq, and they had landed on the territory of a British air force base in Cyprus, which legally made them the responsibility of the UK.

    The fragmented and contradictory media coverage of the crisis left room for questions to go unanswered and myths to circulate: who are these people and what do they want from us? Why don’t they stop in the first safe country they reach? Why don’t the men stay behind and fight? How can we make room for everyone? Are they bringing their problems to our shores? Do they threaten our culture and values? The problem is made worse by those media outlets that have an active desire to stoke hostility and misunderstanding.

    One of the first people I met in the course of my reporting was Azad, a young Kurdish man from northern Syria, in a hastily constructed refugee camp in Bulgaria at the end of 2013. At the time, the inability of Bulgarian and EU authorities to adequately prepare for the arrival of a few thousand people – the camp, at Harmanli in southern Bulgaria, marked the first time Médecins sans Frontières had ever set up emergency medical facilities within Europe – seemed like an unusual development. Everyone was new to this situation, and the camp’s inhabitants, largely Syrians who had fled the war there but decided that Syria’s neighbouring countries could not offer them the security they needed, were shocked at what they found. Several of them told me this couldn’t possibly be the real Europe, and that they would continue moving until they found it. Azad was friendly and wanted to know lots about where I came from, London, and to find out what he could about the other countries in Europe, and where people like him might find a place to settle.

    I went back to meet Azad several times over the next two years, as he and his family made their way across Bulgaria, and then central Europe, to Germany. During that time, the backlash against refugees grew stronger, a fact Azad was keenly aware of. In Sofia, in the spring of 2014, he pointed out places in the city centre where homeless Syrians had been attacked by street gangs. Later that year, in eastern Germany, we walked through a town where lampposts were festooned with posters for a far-right political party.

    https://i.guim.co.uk/img/media/fa2e141ab6724115920ad9c8da0a9a8f5062613a/178_3160_7900_4740/master/7900.jpg?width=880&quality=85&auto=format&fit=max&s=f94d910248f1757de42634

    By the autumn of 2015, Azad and his family were settled in Germany’s Ruhr area, and he was much warier of me than he had been in our early meetings. He could see that hostility ran alongside the curiosity and welcome that had greeted the new arrivals to Europe; and he knew how giving too many details away to journalists could threaten what stability people in his situation had managed to find. Within a few months, a series of events – the Islamic State attack in Paris in November 2015, the robberies and sexual assaults in Cologne that New Year’s Eve – had provided the excuse for some media outlets to tie well-worn stereotypes about savage, dark foreigners and their alleged threat to white European purity to the refugees of today.

    The most brazen of these claims – such as the Polish magazine wSieci, which featured a white woman draped in the EU flag being groped at by the arms of dark-skinned men, under the headline The Islamic Rape of Europe – directly echoed the Nazi and fascist propaganda of Europe’s 20th century. But racist stereotyping was present in more liberal outlets too. The Süddeutsche Zeitung, in its coverage of the Cologne attacks, prominently featured an illustration of a woman’s legs silhouetted in white, with the space in between taken up by a black arm and hand. Racism is buried so deep in European history that at times like these it can remain unspoken yet still make its presence clear.

    Now, several years on from the peak of the refugee crisis, we are faced with a series of uncomfortable facts. The EU has tried to restore and strengthen the border system that existed before 2015 by extending migration control deep into Africa and Asia. The human rights of the people this affects, not least the many migrants trapped in horrendous conditions in Libya, are taking a back seat. Far right and nationalist movements have made electoral gains in many countries within the EU, and they have done this partly by promising to crack down on migration, to punish refugees for daring to ask for shelter from disasters that Europe was all too often the midwife to. Politicians of the centre are being pulled to the right by these developments, and a dangerous narrative threatens to push out all others: that European culture and identity are threatened by intrusions from outside. If we come to view culture in this way – as something fixed and tightly bounded by the ideologies of race and religion, or as a means for wealthy parts of the world to defend their privilege – then we are headed for further, greater disasters.

    The irony is that you can only believe in this vision if you ignore not only Europe’s history, but its present too. Movement, exchange, new connections, the making and remaking of tradition – these things are happening all around us, and already involve people who have been drawn here from other parts of the world by ties not just of conflict but of economics, history, language and technology. By the same token, displacement is not just a feature of the lives of people from elsewhere in the world; it’s been a major and recent part of Europe’s history too. And what has kept people alive, what has preserved traditions and allowed people to build identities and realise their potential, is solidarity: the desire to defend one another and work towards common goals.

    If there is a failure to recognise this, then the way people are represented by our media and cultural institutions has to be at fault, and setting this right is an urgent challenge. This isn’t only in terms of how people are represented and when, but who gets to participate in the decision-making; who gets to speak with authority, or with political intent, or with a collective voice rather than simply as an individual.

    All too often, the voices of refugees and other marginalised people are reduced to pure testimony, which is then interpreted and contextualised on their behalf. One thing that constantly surprised me about the reporting on refugees in Europe, for instance, was how little we heard from journalists who had connections to already settled diaspora communities. Immigration from Africa, Asia or the Middle East is hardly new to Europe, and this seems like a missed opportunity to strengthen bridges we have already built. Though it’s never too late.

    Any meaningful response to this has to address the question of who gets to tell stories, as well as what kinds of stories are told. The Refugee Journalism Project, a mentoring scheme for displaced journalists, based at London College of Communication – disclosure: I’m on the steering committee, and it is supported by the Guardian Foundation – focuses not only on providing people with a media platform, but helping them develop the skills and contacts necessary for getting jobs.

    All too often the second part is forgotten about. But although initiatives like these are encouraging, we also need to rethink the way our media organisations are run: who owns them, who makes the decisions, who does the work. This reminds me of what I heard Fatima, a women’s rights activist originally from Nigeria, tell an audience of NGO workers in Italy in 2016: “Don’t just come and ask me questions and sell my story or sell my voice; we need a change.”

    The more those of us who work in media can help develop the connections that already exist between us, the more I think we can break down the idea of irreconcilable conflict over migration. Because, really, there is no “over there” – just where we are.

    https://www.theguardian.com/news/2019/aug/01/media-framed-migrant-crisis-disaster-reporting
    #médias #journalisme #presse #crise #terminologie #mots #vocabulaire #asile #migrations #réfugiés #crise_migratoire

  • Man Who Built The Retweet : “We Handed A Loaded Weapon To 4-Year-Olds”
    https://www.buzzfeednews.com/article/alexkantrowitz/how-the-retweet-ruined-the-internet

    Developer Chris Wetherell built Twitter’s retweet button. And he regrets what he did to this day.

    “We might have just handed a 4-year-old a loaded weapon,” Wetherell recalled thinking as he watched the first Twitter mob use the tool he created. “That’s what I think we actually did.”

    Wetherell, a veteran tech developer, led the Twitter team that built the retweet button in 2009. The button is now a fundamental feature of the platform, and has been for a decade — to the point of innocuousness. But as Wetherell, now cofounder of a yet-unannounced startup, made clear in a candid interview, it’s time to fix it. Because social media is broken. And the retweet is a big reason why.

    After the retweet button debuted, Wetherell was struck by how effectively it spread information. “It did a lot of what it was designed to do,” he said. “It had a force multiplier that other things didn’t have.”

    “We would talk about earthquakes,” Wetherell said. “We talked about these first response situations that were always a positive and showed where humanity was in its best light.”

    But the button also changed Twitter in a way Wetherell and his colleagues didn’t anticipate. Copying and pasting made people look at what they shared, and think about it, at least for a moment. When the retweet button debuted, that friction diminished. Impulse superseded the at-least-minimal degree of thoughtfulness once baked into sharing. Before the retweet, Twitter was largely a convivial place. After, all hell broke loose — and spread.

    In the early 2010s, Facebook’s leadership was looking for ways to drive up engagement. Having previously failed to acquire Twitter, they looked to its product for inspiration.

    The allure of going viral via the retweet had drawn publications, journalists, and politicians to Twitter en masse. And their presence shined most prominently during the 2012 election, a big moment for Twitter and a relative dud for Facebook. So Facebook, in a now all too familiar move copied Twitter, adding a trending column, hashtags, and a retweet clone.

    In 2014, Wetherell realized the retweet button was going to be a major problem when the phrase “ethics in game journalism” started pouring into a saved search for “journalism” he had on Twitter. The phrase was a rallying cry for Gamergate — a harassment campaign against women in the game industry — and Wetherell, after seeing that first batch of tweets, watched it closely.

    As Gamergate unfolded, Wetherell noticed its participants were using the retweet to “brigade,” or coordinate their attacks against their targets, disseminating misinformation and outrage at a pace that made it difficult to fight back. The retweet button propelled Gamergate, according to an analysis by the technologist and blogger Andy Baio. In his study of 316,669 Gamergate tweets sent over 72 hours, 217,384 were retweets, or about 69%.

    The game took another dark turn during the 2016 presidential campaign, when impulse-sparked sharing caused outrage and disinformation to flourish on both Twitter and Facebook. It’s one thing to copy and paste a link that says Hillary Clinton is running a pedophile ring in the basement of a pizza shop — and share it under your own name. It’s another to see someone else post it, remember that you don’t like Hillary Clinton, and impulsively hit the share or retweet button.

    “We have some evidence that people who are more likely to stop and think are better at telling true from false,” David Rand, an associate professor at MIT who studies misinformation, told BuzzFeed News. “Even for stuff that they are motivated to believe, people who stop and think more are less likely to believe the false stuff.”

    The benefits of creating such content accrued disproportionately to the fringe. When someone retweets something, they’re sharing the content with their followers, but also sending a signal to the person they’re amplifying, said Anil Dash, a blogger and tech entrepreneur. The more fringe the original tweeter, the more valuable the retweet.

    “If I retweet the New York Times, they don’t care,” Dash said. “But extreme content comes from people who are trying to be voices, who are trying to be influential in culture, and so it has meaning to them, and so it earns me status with them.”

    The pursuit of that status has driven many Twitter users to write outrageous tweets in the hope of being retweeted by fringe power users. And when they do get retweeted, it sometimes lends a certain credibility to their radical positions.

    The retweet and share, in other words, incentivize extreme, polarizing, and outrage-inducing content.

    A full rollback of the share and retweet buttons is unrealistic, and Wetherell doesn’t believe it’s a good idea. Were these buttons universally disabled, he said, people could pay users with large audiences to get their message out, giving them disproportionate power.
    "Oh no, we put power into the hands of people.”

    To rein in the excesses of the retweet, Wetherell suggested the social media companies turn their attention toward audiences. When thousands of people retweet or share the same tweet or post, they become part of an audience. A platform could revoke or suspend the retweet ability from audiences that regularly amplify awful posts, said Wetherell. “Curation of individuals is way too hard, as YouTube could attest,” Wetherell said. “But curation of audiences is a lot easier.”

    Another solution might be to limit on the number of times a tweet can be retweeted. Facebook is experimenting with an approach of this nature, although not in its main product. Earlier this year, WhatsApp, which is owned by Facebook, limited the number of people to which a message could be forwarded to five at a time, in response to quick-spreading rumors and disinformation. “The forward limit significantly reduced forwarded messages around the world,” WhatsApp said in a blog post. “We’ll continue to listen to user feedback about their experience, and over time, look for new ways of addressing viral content.”

    MIT’s Rand suggested another idea: preventing people from retweeting an article if they haven’t clicked on the link. “That could make people slow down,” he said. “But even more than that, it could make people realize the problematic nature of sharing content without having actually read it.”

    Whatever the solution, Wetherell looks at the retweet very differently than he once did — a lesson that he thinks has broader implications. “I remember specifically one day thinking of that phrase: We put power in the hands of people,” he said. “But now, what if you just say it slightly differently: Oh no, we put power into the hands of people.”

    #Twitter #Retweet #Médias_sociaux #Viralité #Fake_news #Cyberharcèlement

  • US and Iran, short memories, by Serge Halimi & Pierre Rimbert (Le Monde diplomatique - English edition, August 2019)
    https://mondediplo.com/2019/08/02us-iran

    On 1 September 1983 a Soviet Sukhoi Su-15 interceptor downed a Korean Air Lines Boeing 747 carrying 269 passengers from New York to Seoul. KAL 007 had accidentally deviated from its planned route and entered Soviet airspace by night, flying over sensitive military installations. The Kremlin said it had mistaken the civilian aircraft for a spy plane. These incidents, extensively documented, provide an opportunity for a scientific experiment: the difference in treatment of the KAL 007 and Iran Air 655 stories gives an accurate measure of the ideological bias of western media, especially the US press which is hailed around the world for its professionalism.

    On 2 September 1983 a #New_York_Times editorial, ‘Murder in the Air’, declared, ‘There is no conceivable excuse for any nation shooting down a harmless airliner.’ Five years later, when a US jet did the shooting, all sorts of excuses seemed conceivable. The NYT emphasised that ‘while horrifying, it was nonetheless an accident. On present evidence, it’s hard to see what the Navy could have done to avoid it’ (5 July 1988). Itinvited its readers to ‘put yourself in Captain Rogers’s shoes [William C Rogers III, who ordered the firing of the missile] ... it is hard to fault his decision to attack the suspect plane.’ The NYT also claimed there was blame on both sides: ‘Iran, too, may bear responsibility for failing to warn civilian planes away from the combat zone of an action it had initiated’ (2).

    #médias #monde_libre #démocraties

  • Comment Patrick Drahi enfonce « Libération »
    https://www.mediapart.fr/journal/france/010819/comment-patrick-drahi-enfonce-liberation

    Les milliardaires qui investissent dans la presse prétendent souvent qu’ils ont contribué à sauver les journaux. Mais le groupe Altice de Patrick Drahi a facturé 1,8 million d’euros de « services » à sa filiale "Libération" l’an dernier, aggravant ainsi les pertes comptables du journal, déjà très élevées.

    #Médias #libération,_Laurent_Joffrin,_SFR_Presse,_Patrick_Drahi

  • Nantes : le corps retrouvé dans la Loire est très probablement celui de Steve
    https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/nantes-le-corps-retrouve-dans-la-loire-est-celui-de-steve-7798123272


    Crédit : Sebastien SALOM-GOMIS / AFP

    Lundi, un corps a été retrouvé dans la Loire à Nantes au niveau du quai Ferrand non loin du quai Wilson, lieu de la disparition de Steve Maia Caniço. Selon nos informations, après les premières constatations, il s’agit bien du corps de l’animateur scolaire de 24 ans, porté disparu depuis la Fête de la musique, le 21 juin dernier. Pour l’heure, aucune confirmation officielle n’a encore été donnée.

    En fin d’après-midi, un corps avait été retrouvé « en état de décomposition extrême », selon source proche du dossier. « Une autopsie va être pratiquée le plus vite possible », avait déclaré à l’AFP le procureur de la République de Nantes, Pierre Sennès. Le corps repêché était porteur d’au moins un bijou qui devait être soumis à la famille du jeune homme disparu. Une source proche du dossier a affirmé dans la soirée que l’autopsie aurait lieu demain, mardi, « à 10h30 ».

  • The hard facts behind deportation regimes

    Many countries have created deportation strategies that bring danger, despair and death. Why do we tolerate this? The answer is ungrounded fear of foreigners, of economic consequences and of crime. Many politicians raise our fears by painting irrational images and dehumanizing migrants and refugees. At the same time it is proven over and over that the deportation system doesn’t work. Walls, fences and even the fear of deportation don’t influence people’s mobility. War and desperate economic circumstances do. Funded by the European Research Council, anthropologist Barak Kalir studied the huge deportation systems, how they work, and the impact they have. He calls for an honest public debate about deportation in western liberal states.

    https://www.youtube.com/watch?time_continue=110&v=hGf_dQWgXkk



    #vidéo #rétention #détention_administrative #peur #asile #migrations #réfugiés #film_d'animation #ressources_pédagogiques #renvois #expulsions #coût #pouvoir #murs #complexe_militaro-industriel #médias #journalisme #inhumanité #frontières #Equateur #alternatives #efficacité #statistiques #budget #coût #Europe #EU #UE #USA #Etats-Unis

    ping @karine4 @isskein

    • The Draconian Governance of Illegalized Migrants in Western States

      This article proposes the term #Departheid to capture the systemic oppression and spatial management of illegalized migrants in Western liberal states. As a concept, Departheid aims to move beyond the instrumentality of illegalizing migration in order to comprehend the tenacity with which oppressive measures are implemented even in the face of accumulating evidence for their futility in managing migration flows and the harm they cause to millions of people. The article highlights continuities between present oppressive migration regimes and past colonial configurations for controlling the mobility of what Hannah Arendt has called “subject races.” By drawing on similarities with Apartheid as a governing ideology based on racialization, segregation, and deportation, I argue that Departheid, too, is animated by a sense of moral superiority that is rooted in a fantasy of White supremacy.

      https://www.berghahnjournals.com/view/journals/conflict-and-society/aop/arcs050102.xml

  • Les clés pour un barbecue plus éco-responsable cet été La rédaction - 25 Juillet 2019 - Le figaro madame
    http://madame.lefigaro.fr/cuisine/les-cles-pour-un-barbecue-plus-eco-responsable-cet-ete-250719-165820

    À la belle saison, les Français réalisent en moyenne 17 barbecues par an (1). Une goutte d’eau dans l’océan, en termes de pollution atmosphérique ? Peut-être, mais leur accumulation à la belle saison, couplée aux fortes chaleurs, participe aux pics de pollution. En région Auvergne-Rhône-Alpes, par exemple, un arrêté signé par le préfet en mai 2017, prévoyait un plan gradué de mesures de limitation ou d’interdiction des activités industrielles, agricoles, résidentielles et dans le secteur des transports. Parmi les mesures qui concernent le secteur résidentiel, le texte prévoyait l’interdiction des barbecues à combustible solide (bois, charbon, charbon de bois) durant un épisode de pollution. Alors, quels sont les choix et gestes éco-responsables pour profiter, sans culpabiliser, de bonnes grillades cet été ?

    Si l’on pense écologie au moment d’investir, il faut regarder du côté des barbecues au gaz. Moins cher à l’achat et plus répandu, le barbecue au charbon de bois émet un cocktail de substances polluantes pour l’air (particules fines, dioxyde de carbone, monoxyde de carbone, oxydes d’azote, composés organiques volatils, HAP, etc.), pouvant occasionner des effets néfastes sur notre santé. Le barbecue électrique, lui, se révèle particulièrement énergivore. La version au gaz est sans conteste la plus propre. En effet, il utilise du propane, un gaz moins polluant, émettant moins de CO2. Un barbecue au gaz émet 500 fois mois de particules fine (PM10) et 100.000 fois mois de benzo[a]pyrène, un hydrocarbure cancérogène, qu’un barbecue au charbon de bois (2). Des chiffres qui donnent à réfléchir.

    Du charbon, oui mais lequel ?
    Si votre barbecue au charbon a encore de belles années devant lui, il est possible, pour cuire ses grillades de façon plus responsable, de s’orienter vers un combustible de meilleure qualité. La France importe beaucoup de charbon de bois, les deux tiers de sa consommation. Or, sur les 120.000 tonnes importées chaque année, 43% des emballages seulement mentionnent la provenance du combustible, d’après une étude récente de l’ONG Earthworm Foundation, qui a analysé 30 références de charbon de bois. Certains pays exportateurs, comme le Nigeria, contribuent à la déforestation, parfois de zones protégées, le tout dans des conditions de travail discutables. Alors on fuit les sacs de charbon sans origine affichée et on privilégie le charbon français - le « qualité restaurant ». En plus de laisser peu de cendres et de se consumer plus lentement, ce qui engendre moins de matières volatiles, il est moins nocif pour la santé. Autre intérêt, ce charbon aura parcouru moins de kilomètres pour arriver dans notre barbecue.

    Les plus audacieux s’essayeront aux charbons écologiques, fabriqués à base de coco, de rafle de maïs, de bois de vigne ou de bois dur, 100% chêne. Bien sûr, là encore, on fait attention à l’origine. Car tout écolo qu’il est, ce charbon, s’il a parcouru 7.000 kilomètres pour arriver dans notre garage, aura une lourde empreinte carbone.

    Dans le monde des barbecues écologiques, les allume-feux liquides sont bannis. Non seulement ils sont dangereux - ils présentent des risques de retours de flamme et sont, à ce titre, déconseillés par la Commission de la sécurité des consommateurs (CSC) - mais ils peuvent en plus être toxiques. Alcool à brûler ou hydrolysat de pétrole dégagent des gaz hydrocarbures de combustion toxiques qui polluent l’air et les aliments cuits sur le barbecue. Il en va de même pour les gels et autres cubes allume-feu qui libèrent des substances peu recommandables. On s’oriente donc vers des allume-feux fabriqués à partir de bois recyclé, transformés en sciure puis imprégnées de cire ou d’huile végétale. C’est inodore et non toxique. Les amateurs de petit bois pourront quant à eux rester fidèle à leur habitude, si et seulement si le bois est sec, c’est-à-dire qu’il a séché au moins deux ans avant d’être utilisé. Pour faire un barbecue éco-responsable, il n’y a pas de fumée sans feu, il faut se donner un peu de mal.

    (1) D’après une étude réalisée en 2016, par l’institut de sondage Idealo.

    (2) L’intégralité de l’article "Barbecue, qualité de l’air et santé" https://www.atmo-auvergnerhonealpes.fr/actualite/barbecue-qualite-de-lair-et-sante sur le site de l’ATMO Auvergne-Rhône-Alpes, observatoire agréé par le ministère de la Transition écologique et solidaire, pour la surveillance et l’information sur la qualité de l’air.

    #fouttage_de_gueule #capitalisme_vert #publicité #médias #presse #mdr

  • #Meghan_Murphy : Les femmes vous avaient prévenus : la cause de droits de la personne intentée par J. Yaniv est le résultat inévitable de l’idéologie entourant la notion d’identité de genre.
    http://tradfem.wordpress.com/2019/07/20/les-femmes-vous-avaient-prevenus-la-cause-de-droits-de-la-personn

    Bizarrement tout le mouvement queer, la gauche et tous les médias grand public ont discrètement fermé les yeux sur le spectacle absolument scandaleux qui s’est déroulé au Tribunal des droits de la personne de la Colombie-Britannique ce mois-ci. (Une simple citoyenne, @goinglikeelsie, a été seule à en rendre compte sur son fil Twitter.)

    Bizarrement, les journalistes qui couvrent l’actualité du monde queer ont préféré ne pas faire leur travail, malgré le fait que ces audiences n’ont lieu qu’en raison des progrès réalisés par le mouvement queer dans sa lutte pour faire passer en lois l’idéologie de l’identité sexuelle.

    Je trouve également bizarre que des gens qui se disent incroyablement préoccupés par les femmes « méprisables » qui osent soulever les incidences de permettre à des hommes de s’identifier comme femmes n’aient pas réussi à trouver le temps de commenter le cas d’une personne qui a porté plainte pour offense aux droits de la personne contre 16 femmes pour avoir refusé d’épiler ses organes génitaux, en affirmant que cela constitue de la discrimination fondée sur l’identité sexuelle.

    Bizarrement, des médias qui disposent des moyens financiers et du personnel nécessaires pour couvrir cette affaire en ont laissé le soin à des journalistes indépendants, qui sont beaucoup plus vulnérables et beaucoup plus pauvres qu’eux en termes de ressources.

    Traduction : Tradfem
    Version originale : http://www.feministcurrent.com/2019/07/18/women-warned-you-yanivs-human-rights-tribunal-case-is-natural-result-of-gender-identity-ideology/%20

    #identité_de_genre #queer #médias_de_gauche #féminisme #violences

  • Iskandar Safa, candidat au rachat de « Nice-Matin », a convoyé Eric Ciotti dans son jet privé
    https://www.mediapart.fr/journal/france/190719/iskandar-safa-candidat-au-rachat-de-nice-matin-convoye-eric-ciotti-dans-so

    Le député de Nice Éric Ciotti s’est rendu au Liban en mars 2018 dans le jet privé de l’homme d’affaires Iskandar Safa, avec lequel il reconnaît « une relation entre la cordialité et l’amitié ». De quoi renforcer les soupçons de motivations politiques dans la bataille entre Safa et Xavier Niel pour le contrôle du journal "Nice-Matin".

    #Médias #Iskandar_Safa,_presse,_Eric_Ciotti,_politique,_Xavier_Niel,_Christian_Estrosi,_Nice_Matin,_Nice,_médias

  • Réflexions sur « les leçons de l’histoire » Gérard Noiriel - 17 Juillet 2019
    https://noiriel.wordpress.com/author/grrdnrl

    Je n’ai pas pu alimenter mon blog au cours de ces dernières semaines car j’ai dû mettre les bouchées doubles pour terminer à temps l’ouvrage qui va paraître en septembre à la Découverte, sous le titre Le venin dans la plume. Edouard Drumont, Eric Zemmour et la face sombre de la République. Je reprendrai régulièrement ce blog à la rentrée. En attendant, je vous propose de méditer sur cette tribune que j’ai publiée dans le Monde le 15 juillet.

    Dans l’un des musées de Münich (l’Alte Pinakothek), est conservé un tableau d’Albrecht Altdorfer intitulé « la bataille d’Alexandre ». Il célèbre en apparence la victoire d’Alexandre le Grand face aux roi des Perses Darius III, lors de la fameuse bataille d’Issos en 333 avant JC. Toutefois, lorsqu’on observe attentivement ce tableau, on ne peut qu’être frappé par un énorme anachronisme. Ce n’est pas Alexandre, en effet, qui est représenté, mais l’empereur Maximilien . Et les combattants « perses » ressemblent en tous points aux soldats turcs qui assiégeaient la ville de Vienne en 1529, l’année même où Altdorfer exécuta son tableau.

    Dans son livre l_ e Futur passé, _ l’historien Reinhart Koselleck a pris cet exemple pour montrer qu’à cette époque, « présent et passé se trouvaient englobés dans un seul et même horizon historique »1. En raisonnant à partir d’un concept de temps continu et homogène, les Européens voyaient l’histoire comme un réservoir d’exemples, dans le prolongement de l’« Historia magistra vitae » (« l’histoire éduque la vie »), défendue dès l’Antiquité par Cicéron. Le formidable choc qu’a provoqué la Révolution française a bouleversé ce schéma en imposant la conviction que les hommes pouvaient, par leurs actes, provoquer des ruptures décisives dans le cours de l’histoire. Devenu étranger à notre présent, le passé n’est plus désormais perçu comme un réservoir d’exemples, mais il peut encore éclairer nos conduites, à condition de mettre en œuvre des méthodes spécifiques pour décrypter les traces qui sont parvenues jusqu’à nous.

    Ce nouveau rapport entre le passé et le présent s’imposa au début du XIXe siècle avec « l’école historique allemande » qui fut le point de départ de l’histoire comme discipline savante. Il existe encore aujourd’hui des essayistes qui conçoivent le passé comme un réservoir d’exemples et qui veulent nous faire croire que « l’histoire repasse toujours les mêmes plats ». Néanmoins, les historiens sérieux se situent à l’intérieur du cadre conceptuel construit au début du XIXe siècle. Tous partent du principe que le passé diffère du présent, même s’ils ne sont pas d’accord sur les leçons que l’on peut tirer de l’histoire.

    Les marxistes ont cherché dans le passé des lois permettant d’orienter les luttes du présent et de prédire l’avenir. Leurs prophéties ayant été cruellement démenties par les faits, cette manière de relier le passé au présent a été abandonnée, au profit d’autres perspectives, moins ambitieuses, mais plus crédibles. Même s’il n’existe pas de lois de l’histoire, comparables aux lois de la physique ou de l’astronomie, on peut mettre en évidence des processus de longue durée, comme l’a fait par exemple Norbert Elias en montrant que le développement des sociétés humaines avait produit une extension incessante des « chaînes d’interdépendance » reliant les hommes entre eux. C’est aussi dans cette perspective que s’est développée l’histoire structurale de Fernand Braudel qui recherchait derrière l’écume des événements, des constantes de longue durée.

    La sociologie durkheimienne a exploré une autre facette des relations passé/présent, que Pierre Bourdieu a résumée dans un article intitulé « le mort saisit le vif »2. On peut éclairer le présent en montrant combien il est conditionné ou déterminé par le passé, que ce soit dans la langue, dans les institutions, les formes matérielles, les structures mentales. Dans cette perspective, le rôle civique de l’historien est comparable à celui du psychanalyste : ramener à la conscience le passé refoulé pour permettre aux citoyens de s’émanciper des contraintes qui pèsent sur eux sans qu’ils le sachent. C’est cette fonction sociale de l’histoire qu’évoquait Marc Bloch quand il disait que l’histoire doit « aider les hommes à mieux vivre ».

    Ces différentes façons d’éclairer le présent en s’appuyant sur le passé sont autant d’outils qu’un historien peut combiner pour apporter sa petite contribution aux débats d’actualité. Prenons l’exemple de la polémique qui s’est développée ces derniers mois à propos du « retour des années 1930 ». Elle a été fortement alimentée par les propos du président de la République qui s’est dit « frappé par la ressemblance entre le moment que nous vivons et celui de l’entre-deux-guerres ». Cette petite phrase avait une finalité politique évidente. Les élections européennes approchant, le chef de l’Etat s’efforçait d’exploiter à son profit l’idée que « le mort saisit le vif », pour mobiliser le camp libéral contre le camp nationaliste. Des noms comme Mussolini, Hitler, Pétain, de même que les mots « nazisme » ou « fascisme » conservent aujourd’hui une forte charge émotionnelle car notre mémoire collective est encore hantée par les fantômes de cette époque. Il n’est donc pas surprenant que les idéologues de l’extrême droite ait aussitôt réfuté ces analogies en dénonçant la « dramatisation » et « l’amalgame » faite entre les dirigeants populistes de l’Europe actuelle et les dictateurs de l’entre-deux-guerres.

    Sans chercher à arbitrer ce genre de polémiques, l’historien peut mettre en évidence de nombreuses similitudes entre la période actuelle et les années 1930. De même que la crise du capitalisme (le « jeudi noir » de Wall Street en octobre 1929) a joué un rôle décisif dans la montée en puissance des forces réactionnaires en Europe, de même c’est la crise du capitalisme financier qui explique aujourd’hui l’accession au pouvoir de l’extrême droite dans plusieurs pays européens.

    Un autre point commun tient au type d’arguments que privilégient les partis d’extrême droite pour endoctriner les masses : l’ennemi c’est l’étranger, celui qui nous envahit, qui ne partage pas nos valeurs, nos traditions. On peut aussi constater la similitude des propos visant à dénoncer les élites, et plus particulièrement les gouvernants accusés d’utiliser le pouvoir que le peuple leur a confié pour défendre leurs intérêts personnels. Dans les périodes de crise, ce qu’on appelle maintenant « le populisme » a toujours un impact particulièrement fort, étant donné l’impuissance dans laquelle se trouvent les dirigeants pour résoudre les problèmes du peuple. Ce fut la toile de fond de l’affaire Stavisky, en 1934, qui permit à l’extrême droite de mobiliser une fraction importante des classes populaires pour tenter d’abattre la République.

    Ces points communs ne doivent pas, néanmoins, masquer tout ce qui sépare le monde actuel de celui qu’ont connu les générations précédentes. La charge émotionnelle que conserve la référence aux années 1930 tient au fait que la crise économique et politique a débouché sur une violence de masse sans précédent dans l’histoire de l’humanité. Or, nous vivons dans une société où la question de la violence ne se pose plus dans les mêmes termes qu’autrefois. Les derniers Français ayant vécu la guerre sur le territoire national auront tous au moins 75 ans en 2020. Jamais la société française n’avait connu une aussi longue période de paix.

    Paradoxalement, cette pacification des relations internationales, qui a touché également notre vie politique intérieure, a facilité le retour de l’extrême droite sur le devant de la scène à partir des années 1980. A la différence de l’Action Française qui prônait la « révolution nationale » pour rétablir la monarchie, l’extrême droite d’aujourd’hui ne dit plus explicitement qu’elle veut abattre la démocratie ; elle prétend même défendre les « valeurs de la République ». Quoi qu’on puisse en penser, cette façon de se positionner dans l’espace public a un fort impact dans la population. En 1934, des millions de Français apportèrent leur soutien au front antifasciste parce qu’ils se sentaient directement concernés par les menaces qui pesaient sur la démocratie. Aujourd’hui, la majorité de nos concitoyens n’éprouvent plus ce genre de craintes. Comment pourraient-ils avoir vraiment peur de dirigeants qui sont invités en « prime time » sur toutes les chaînes télévisées ? C’est l’une des raisons qui explique la difficulté auxquelles se heurtent aujourd’hui les forces progressistes qui veulent développer la solidarité, notamment à l’égard des réfugiés.

    La comparaison entre notre époque et les années 1930 montre une autre différence essentielle. La diminution de la violence physique a eu pour contrepartie une aggravation des nouvelles formes de contraintes, que les sociologues appellent la « violence douce » : la pérénnisation du chômage de masse, la précarisation de l’emploi, l’enchaînement des salariés dans des dispositifs technologiques de plus en plus sophistiqués ont considérablement affaibli les capacité de résistance collective. Alors que les années 1930 avaient été un paroxysme de la lutte des classes, la démobilisation actuelle se traduit par un désintérêt croissant pour la politique ; l’abstention étant aujourd’hui le premier parti des classes populaires.

    Si l’on peut voir dans la référence à l’entre-deux-guerres une volonté de dramatiser la vie politique actuelle, il ne faut pas pour autant négliger une autre leçon de l’histoire. Norbert Elias nous a appris que la tendance historique de très longue durée qui a entraîné une pacification des conduites humaines pouvait être, dans certains cas, brutalement inversée, comme ce fut le cas avec le nazisme. Etant donné que les partis d’extrême droite n’ont pas, eux non plus, de recette miracle pour résoudre la crise, lorsqu’ils mettent la main sur l’Etat en jouant sur les fantasmes national-sécuritaires de l’opinion, ils sont pris dans un engrenage répressif qui les pousse à multiplier les boucs émissaires. Ce qui se passe aujourd’hui au Brésil ou en Hongrie prouve que ce passé-là est toujours bien présent et qu’il peut engendrer notre avenir.

    1 Reinhart Koselleck, Le Futur passé, Ed EHESS, 1990.
    2 Pierre Bourdieu, « Le mort saisit le vif », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, 1980.

    #Histoire #Gérard_Noiriel #violence #violence_douce #médias #extreme_droite #facisme

  • De l’urgence de débattre au sein du mouvement écologiste Hervé Kempf (Reporterre) 18 juillet 2019
    https://reporterre.net/De-l-urgence-de-debattre-au-sein-du-mouvement-ecologiste

    Cyril Dion a exprimé son agacement après la publication d’un de nos articles concernant son action. Au-delà de ce différend, l’épisode révèle le besoin urgent de réfléchir collectivement sur les stratégies que doit suivre le mouvement écologiste. Pour infléchir réellement le cours inquiétant de la dégradation de la biosphère, quelle position est la plus utile : une écologie « radicale » ou une écologie « de compromis » ? Et y en a-t-il d’autre ?

    Cyril Dion manifeste quelque courroux après l’article de Reporterre https://reporterre.net/Comment-Cyril-Dion-et-Emmanuel-Macron-ont-elabore-l-assemblee-citoyenne- racontant comment il a élaboré avec Emmanuel Macron et leurs équipes respectives la Convention citoyenne pour le climat annoncé par le Président de la République le 25 avril. Il me l’a manifesté par courriel, et nous avons échangé des arguments, courtoisement. Il m’a laissé un message téléphonique samedi dernier, message que j’ai trouvé trop tard pour le rappeler, et il a choisi d’exposer notre différend sur sa page Facebook https://www.facebook.com/cyril.dion2/posts/10156482919273602 . Je trouve cela très compréhensible, et poursuis donc moi aussi publiquement cet échange. Car derrière le point litigieux, il y a une question de fond qui mérite une attention et une réflexion collectives.
    Le courroux de l’auteur du Petit manuel de résistance contemporaine https://reporterre.net/Resister-a-l-effondrement-ecologique-mais-contre-l-exterieur-ou-contre-n provient, non pas de l’article lui-même, dont il ne conteste pas l’exactitude, mais de son titre et de la photo qui l’illustre :

    « Non écrit-il, je n’ai pas “élaboré le projet de convention citoyenne avec Emmanuel Macron” comme Reporterre, le quotidien de l’écologie (ou plutôt Hervé Kempf si j’ai bien compris) l’a titré en choisissant de mettre nos deux photos et en retournant la mienne pour renforcer l’idée de connivence. »

    Et bien, si. Le titre est réducteur, comme tout titre, mais il résume le processus décrit dans l’article : il y a eu élaboration commune. On ne rencontre pas le président de la République — surtout dans une période très agitée par le mouvement des Gilets jaunes, en février dernier — pour papoter et prendre le thé. La rencontre entre MM. Dion et Macron a été importante et a posé les grandes lignes de ce qui a ensuite été mis en musique par leurs équipes respectives, avant d’être validé par retour au sommet.

    Il va de soi que le président de la République ne va pas suivre personnellement toutes les réunions qui formalisent un dispositif de cette nature. Mais quand la décision de lancer la Convention citoyenne pour la transition écologique a finalement été prise et annoncée en avril, elle a bien sûr été préparée et validée au niveau du chef de l’État, après le travail réalisé avec les conseillers de l’Élysée et avec le ministre de la Transition écologique dans plusieurs réunions auxquelles Cyril Dion a participé, et où il dit avoir posé, avec le collectif Démocratie ouverte, « des lignes rouges ».

    Quant à la photo rapprochant les deux portraits, elle exprime la réalité physique de la rencontre entre les deux hommes. Dans la maquette de Reporterre (comme dans celle de bien des sites et journaux), la photo de tête d’un article est par définition une métaphore du récit de l’article. Soit on présente une image illustrant un épisode précis de celui-ci, soit on présente une image symbole de la réalité évoquée : c’est bien le cas ici. Il n’y aurait problème que si les deux hommes ne s’étaient pas rencontrés.

    Le reproche qui m’est fait est d’autant plus étrange que dans l’article, discuté en commun par toute la rédaction comme tous ceux de Reporterre, nous avons choisi de ne pas énoncer tous les problèmes soulevés par cette collaboration entre Cyril Dion et ses amis et le président de la République et ses subordonnés. Certains lecteurs sagaces s’en sont étonnés dans le Club des lecteurs, et nous l’ont reproché. Car bien sûr, que des écologistes estimables acceptent de travailler, en pleine crise sociale, avec un président qui couvre une politique répressive d’une violence jamais vue depuis trente ans, qui lance une section de lutte antiterroriste contre les activistes du climat qui décrochent son portrait, qui poursuit une politique des plus néfastes en matière d’écologie, doit être discuté. Comme doit être discuté la possibilité que ces écologistes estimables soient instrumentalisés, malgré le gain important qu’ils estiment avoir obtenu. Mais mon intention n’est pas de le faire ici.

    Pourquoi ? Parce qu’il me parait plus urgent et utile de souligner deux choses.

    D’autre part, il y a un besoin urgent de débattre de la stratégie du mouvement écologiste. En reconnaissant que personne n’a la clé magique d’une situation où la situation écologique s’aggrave constamment. Faut-il refuser tout accommodement positif de la part d’un gouvernement et d’un système de pouvoir au motif qu’ils sont intrinsèquement nuisibles et violents ? Mais les postures les plus radicales ont-elles obtenu des résultats probants ? Ne touchent-elles pas une minorité trop restreinte, malgré son énergie, pour bousculer le système ? Et n’est-il pas nécessaire de parvenir à mobiliser des masses plus importantes pour faire poids, ce qui implique de mettre de l’eau dans son vin ? Est-il prioritaire de développer des « récits » ou de susciter le rejet d’un capitalisme en pleine évolution autoritaire et élitaire ?

    Ce ne sont là que quelques questions parmi celles qu’il nous faut explorer quitte, peut-être, à conclure à des différends irréconciliables ou, au contraire, à une analyse commune renforçant l’énergie collective.

    Aider ce débat est le rôle que s’assigne pour l’heure Reporterre, en invitant Cyril Dion à un débat sur le site ou à s’exprimer par une tribune, ainsi qu’à Patrick Viveret (avec qui nous avons aussi échangé) ou à tout autre voulant intervenir de manière claire et argumentée. Nous avons aussi lancé une enquête au sein du mouvement écolo pour savoir comment sont perçues les deux lignes stratégiques, et irons au Camp climat organisé par Alternatiba début août avec cette préoccupation en tête.

    Profitons de l’été pour réfléchir et discuter, avant une année qui sera de nouveau cruciale pour la cause écologique.

    D’une part, qu’il faut admettre la nécessité du débat au sein de la galaxie écologiste. Il est nécessaire que l’on parvienne à sortir soit du consensus béat au motif que nous sommes tous et toutes d’accord sur la gravité de la crise écologique, soit de l’irritation indignée quand on pointe une position problématique. Une des ambitions de Reporterre est de parvenir à mettre en scène ce débat entre une écologie « radicale » et une écologie de « compromis ». Ce n’est pas toujours facile. Ainsi, les habitants actuels de la Zad ont-ils d’abord mal vécu qu’on puisse exprimer à propos de la Zad un point de vue plus radical que le leur. Avant d’accepter de jouer le jeu et de produire une explication argumentée et utile de leur position. De même Nicolas Casaux et Cyril Dion avaient exprimé en vis-à-vis des positions diamétralement opposées sur les énergies renouvelables (ici et là).
    Que le débat soit vif n’est pas un problème, au contraire, je suis persuadé qu’on peut le faire de manière sereine. Un bon exemple en était la Fête des 30 ans de l’écologie, où les invités allaient de zadistes et de Gilets jaunes à Corinne Lepage et à Yann Arthus-Bertrand. Un très large arc-en-ciel, où tout le monde a joué le jeu avec une chaleureuse bienveillance, ce qui n’empêchait pas de vrais dissensus, comme par exemple entre Damien Carême et un Gilet jaune sur le rôle de la représentation politique, ou entre Claire Nouvian et Yann Arthus-Bertrand sur le rôle des lobbies.

    #Hervé_Kempf #Reporterre #Cyril_Dion #écologie #Colibris #Politicaille #médias #twitter #enfumage #union_européenne #demain
    #écologie #ecologie #environnement #climat #france #agriculture #politique #resistances #pollution #énergie #nature_/_ecologie #capitalisme

  • La confrontation entre Niel et Kretinsky autour du « Monde » se durcit
    https://www.mediapart.fr/journal/france/180719/la-confrontation-entre-niel-et-kretinsky-autour-du-monde-se-durcit

    Le rachat, révélé par Mediapart, des parts de l’espagnol Prisa dans le groupe Le Monde par Pigasse et son allié Kretinsky est perçu par la direction du journal et la Société des rédacteurs comme « un acte hostile ». Le patron de Lazard est sommé d’imiter Xavier Niel en ratifiant le droit d’agrément, qui offre au « pôle d’indépendance » un pouvoir de veto sur l’arrivée de tout nouvel actionnaire.

    #Médias #Le_Monde,_Matthieu_Pigasse,_Xavier_Niel,_Daniel_Kretinsky,_les_inrocks

  • Le licenciement d’Elisabeth Laborde ouvre une nouvelle crise aux « Inrocks »
    https://www.mediapart.fr/journal/france/170719/le-licenciement-d-elisabeth-laborde-ouvre-une-nouvelle-crise-aux-inrocks

    La directrice générale des "Inrocks" est convoquée à un entretien préalable. Son probable licenciement, dont le motif ne lui a pas été précisé, crée une vive émotion au sein du magazine, d’autant qu’elle avait joué un rôle majeur pour sanctionner les deux membres de la rédaction impliqués dans l’affaire de la « Ligue du LOL ».

    #Médias #Les_Inrockuptibles,_Matthieu_Pigasse,_Elisabeth_Laborde,_Emmanuel_Hoog

  • Pigasse et Kretinsky en passe de prendre le contrôle des actions de Prisa dans « Le Monde »
    https://www.mediapart.fr/journal/france/150719/pigasse-et-kretinsky-en-passe-de-prendre-le-controle-des-actions-de-prisa-

    Après avoir acquis 49% des parts de Matthieu Pigasse dans le groupe qui contrôle « Le Monde » et « L’Obs », l’investisseur tchèque serait en passe de poursuivre sa montée au capital du groupe en s’assurant du contrôle des actions détenues par le groupe espagnol Prisa, devenant ainsi un rival de plus en plus menaçant pour Xavier Niel.

    #Médias #Xavier_Niel,_Le_Monde,_Daniel_Kretinsky,_Matthieu_Pigasse

  • François de Rugy victime de la vengeance du Mollah Homard Jacques-Marie Bourget - 11 Juillet 2019 - Le Grand Soir
    https://www.legrandsoir.info/francois-de-rugy-victime-de-la-vengeance-du-mollah-homard.html

    Les commentateurs de l’actualité politique, tout si indépendants, n’ont pas compris que François de Rugy était une victime du djihad. Etonnant ! Non !

    Il est surprenant que nos analystes politiques, eux qui font l’honneur de la presse comme le « Cellofrais » plaqué sur la barquette de saucisses de Toulouse, n’aient pas correctement expliqué les désarrois de l’élève Rugy. Alors que l’exemplaire ministre de l’écologie -c’est-à-dire un traitre par Nature- est simplement victime de l’islamisme, le terrible mal qui court. Victime d’un djihad lancé par Plenel et son « Médiapart ». On oublie trop qu’Edwy, qui voulait naguère « construire une maison commune » avec Tariq Ramadan, est un supporteur des Frères Musulmans. Lui-même étant, à sa façon, une sorte de Mollah Omar version piéton, il était logique qu’il volât au secours de ses amis crustacés, victimes de la marmite de Lassay.

    Pour affirmer mon propos je vais me référer au maître en la matière : Alexandre Vialatte, l’écrivain qui, sans l’avoir autorisé, a accouché de Desproges. Vialatte a publié un formidable « Eloge du homard et autres insectes utiles ». Traducteur de Kafka et journaliste à « La Montagne », le quotidien de Clermont-Ferrand, Alexandre le magnifique a parlé du homard avec des mots qu’aucune langouste n’aurait su trouver :

    « Le homard est un animal paisible qui devient d’un beau rouge à la cuisson. Il demande à être plongé vivant dans l’eau bouillante. Il l’exige même, d’après les livres de cuisine. La vérité est plus nuancée... le homard n’aspire à la cuisson que comme le chrétien au ciel, mais le plus tard possible. Précisons de plus que le homard n’aboie pas et qu’il a l’expérience des abîmes de la mer, ce qui le rend très supérieur au chien et décidait Nerval à la promener en laisse dans les jardins du Palais Royal ». Vous voyez que nous sommes dans la plus haute éthologie, art à ne pas confondre avec l’éthylisme. Même si son avantage est de faire voir double.

    Trop jeune, et visiblement peu instruit de « l’Affaire Greenpeace », François de Rugy ignore qu’outre sa Carte de Presse, Plenel est le seul journaliste français à posséder un « Permis de chasser le ministre ». Si un titulaire de maroquin déplait, surtout les siens, Plenel reçoit en Colissimo la bouteille de poison. Cette fois de homard. Y’a plus qu’à verser.

    Ne croyez pas que j’ai la plus petite pitié pour Rugy, guignol devenu fils de Caligula mais, en tant qu’ancien grand reporter au « Chasseur Français », permettez-moi de démonter le dernier coup de fusil d’Edwy. Il a commencé avais-je écrit, avec le scandale du Rainbow Warrior. Pendant des jours, au moment du scandale en juillet et août 1985, le Tintin du Monde n’a écrit que des sottises, dans mensonges pour épargner l’Elysée. Puis soudain, on lui a soufflé un scénario, la révélation d’une « Troisième équipe », des barbouzes présents à Auckland dans le port où a coulé le bateau écolo (Déjà des écolos !). Ce vrai faux secret était le moyen de flinguer Charles Hernu, ministre des Armées. Et le frère barbu de Villeurbanne a démissionné. La mort politique de Jérôme Cahuzac, qui ne me fait pas chagrin, c’est aussi Edwy et le trophée du menteur « les yeux dans les yeux » figure maintenant au-dessus de cosy corner du patron de Médiapart.

    Décryptons donc comme le fait si bien Jean-Michel Apathie, l’un des invités de François de Rugy. Car le scoop de « Médiapart » entend nous convaincre d’une information incroyable : l’indépendant -et pas paysan- Jean-Mimi se serait laissé aller à partager la soupe d’un politique ! Etonnant ! Non ? Je tombe de l’échelle de Richter. Que va-t-il nous rester pour dire le vrai si Apathie participe aux festins des maîtres ? Je suis très déçu. Question ? Qui veut aujourd’hui la peau de celui qui a autorisé la chasse à la glue et autres barbaries ? Sûrement un ami, un collègue de gouvernement ? Un néo-Benalla agissant sur ordre du Palais ? Découvrir que, même chez les Z’en Marche il existe des fourbes, c’est triste même pour moi l’avant dernier de cordée (en alpinisme le « dernier de cordée » étant le numéro deux de l’équipée). Le bonheur de notre monde a bien des accros, et des acros au maintien des privilèges monarchiques. C’est vrai qu’il ne l’a pas fait exprès mais Robespierre, en mettant la bourgeoisie au pouvoir, devait s’attendre à une revanche de François Goullet de Rugy. Pour les « nobles », le retour des privilèges passait par la casserole du homard.

    Moi-même piqué par le pléonasme à la mode, celui du « journalisme d’investigation », je suis en mesure de vous révéler que Vialatte, post tombe, savait tout des intentions de Plenel, ne terminait-il pas ses « Chroniques du Homard » pas un définitif « Et c’est ainsi qu’#Allah est grand » ?
    Jacques-Marie BOURGET

    #humour #mollahs #mollah #Homard #festin #privilèges #cuisine #guerre_aux_pauvres #presse #journalistes #médias #écologie #islamisme #Edwy_Plenel #Tintin #Médiapart #Rugy #investigation #gastronomie

  • Évasion fiscale de #BFM TV : l’étrange silence des #Médias dominants
    https://lemediapresse.fr/medias/evasion-fiscale-de-bfm-tv-letrange-silence-des-medias-dominants

    Une part importante des bénéfices du groupe #Next Radio TV (BFM, #RMC et autres) s’envole vers les paradis fiscaux pour échapper à l’impôt : lundi 8 juillet, Le Média révélait les pratiques d’évasion fiscale du groupe de Patrick #Drahi. Silence radio (et télé), à de rares exceptions. Quelques hypothèses sur un étrange mutisme.

    #Économie #Altice #BFMTV #Bourdin #Evasion_fiscale #Jersey #Libération #Luxembourg #paradis_fiscal #SFR #Télérama #Weill

  • Révélations – #BFM TV, championne de France de l’évasion fiscale
    https://lemediapresse.fr/medias/revelations-bfm-tv-championne-de-france-de-levasion-fiscale

    Une part conséquente des bénéfices générés par la première chaîne d’info de France, propriété de Patrick #Drahi, s’envolent vers des paradis fiscaux pour échapper à l’impôt : c’est ce que révèle une enquête exclusive du Média. 

    #Économie #Médias #Altice #BFMTV #Evasion_fiscale #Jersey #Libération #Luxembourg #Next #paradis_fiscal #RMC

  • Opinion | ‘This Is Quite Gay!’ - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2019/07/06/opinion/sunday/social-media-homophobia.html

    On the quiet, promising first morning of June, I received a text message from my brother in Abuja, Nigeria. “Please, refrain from all these shameful acts,” he wrote. “Everyone is tired of you. Mummy is crying, Daddy is crying. If you don’t value relationships, we do!”

    My brother had written after I had posted a picture on Facebook that showed me hugging a male friend. A mixture of anger, sadness and fatigue erupted in my body. “Block me if you are tired of my shameful acts,” I replied. “I won’t be the first or last person to be rejected by his family.”

    I had the audacity to start a queer publication in Nigeria and was disowned by my country as a gay man, writer and activist. After a vicious homophobic attack in Akwanga, my hometown in central Nigeria, I moved to the United States and sought asylum here in the summer of 2018.

    In a certain public rendering I could come across as a brave activist. But I have lived with intense private pain and discomfort after homophobic shaming from people like my own brother.

    Social media can be a delightful way to connect with loved ones far away, but for me it has also become a space where my own family and friends have turned into censors, distorting my life, denigrating my being gay from thousands of miles away.

    Yet when I am about to post my pictures on social media, I examine them through the searching eyes of my staunchly evangelical Christian parents, through the prying eyes of my childhood friends who still remember me as the boy who would recite chapters of the Bible. I swipe through my pictures. “This is very gay!” “This is super gay!” “This is quite gay!” I judge my own images and delete the pictures. I am my own censor.

    #Médias_sociaux #Homosexualité #Afrique #Cyberharcèlement

  • « Il faudra bien réfléchir avant d’adjoindre au CSA un haut conseil agissant “au nom de la science” »
    https://www.lemonde.fr/idees/article/2019/07/06/il-faudra-bien-reflechir-avant-d-adjoindre-au-csa-un-haut-conseil-agissant-a

    Chronique. Le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) a rendu, le 1er juillet, son avis sur le dossier glyphosate d’« Envoyé spécial », diffusé par France 2 le 17 janvier 2019. Il n’a rien à reprocher au magazine, malgré la virulence des critiques formulées à son endroit – souvent sur la foi de faits imaginaires. Insatisfaits, certains ont aussitôt dénoncé un manque de jugement du CSA et réactivent cette vieille idée des académies : attacher au gendarme de l’audiovisuel un haut conseil à la science, une sorte de « ministère de la vérité scientifique ». Il faudra, dans ce cas, bien choisir les « ministres ».

    Au cours des derniers mois, L’Actualité chimique (la revue de la société savante des chimistes français) a, par exemple, publié plusieurs chroniques climatosceptiques – l’une allant jusqu’à mettre sur un pied de quasi-égalité le mouvement antivaccinal et la mobilisation contre le réchauffement. En mai, sous les protestations, la publication a retiré l’un des textes litigieux.
    Article réservé à nos abonnés Lire aussi Le glyphosate et deux insecticides accusés d’augmenter les risques de lymphomes

    Ce genre de situation n’a rien d’exceptionnel. Un regard rétrospectif sur la manière dont s’est propagée la vulgate climatosceptique ces dernières années suggère que ce sont des scientifiques, bien plus que des journalistes, qui en ont été les principaux moteurs. Sur le réchauffement, les tribunes ou les ouvrages les plus trompeurs ont été publiés sous d’éminentes signatures issues des sciences économiques, de la géologie, de la géographie, de la microbiologie, de la physique des semi-conducteurs, des mathématiques, de la chimie… Forts de leurs titres académiques, des scientifiques s’exprimant hors de leur champ de compétence ont largement contribué à tromper le public et les décideurs sur l’une des plus graves questions de notre temps.

    De fait, en France, le principal bastion climatosceptique n’était ni une sombre église obscurantiste ni un mouvement d’homéopathes radicalisés : c’était l’Académie des sciences.

    Il est incontestable que, de manière générale, la presse est sujette à un biais d’exagération et de spectacularisation des faits. Mais il est tout aussi incontestable que l’establishment scientifique souffre du biais inverse de conservatisme, et il n’est pas certain que l’un soit toujours préférable à l’autre. Il n’est pas non plus certain que les travers dont est souvent accusée la première soient toujours étrangers au second.

    #Science #Médias #Climat