• Coronavirus : Emmanuel Macron agacé par l’idée d’un reconfinement
    https://www.rtl.fr/actu/politique/les-infos-de-5h-coronavirus-emmanuel-macron-agace-par-l-idee-d-un-reconfinement-

    D’après les informations de RTL, la pression des scientifiques l’agace au plus haut point. En résumé, plus les blouses blanches répètent à Emmanuel Macron qu’il faut reconfiner, moins le président de la République a envie de le faire. 

    « Il est agacé par les spécialistes qui n’ont que ça à proposer », raconte un proche. Le chef de l’État en aurait assez de les voir défiler sur les plateaux de télévision, mettre la pression sur l’exécutif. Leurs propos sont scientifiques mais sa décision est aussi politique, économique et social. « Il connaît le vrai prix d’un confinement et ce prix est exorbitant », traduit un intime. Alors pour l’instant, à ses yeux, il est urgent d’attendre.

    Quand on était horrifiés de voir Trump touiter des conneries à propos de Fauci, parce qu’il ne supportait pas que son immunologue en chef tienne un discours basé sur des données scientifiques…

  • Panique astronomique face à la constellation de satellites d’Elon Musk
    https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/panique-astronomique-face-a-la-constellation-de-satellites-d-elon-musk-818

    Ils craignent que tous ces points brillants dans la nuit ne gâchent les observations de leurs télescopes, même si les points Starlink semblent devenir moins intenses au fur et à mesure que les satellites gagnent en altitude.

    « S’il y en a 12.000 là-haut, cela veut dire que des centaines se trouveront au-dessus de l’horizon à tout instant », explique Jonathan McDowell, du centre d’astrophysique d’Harvard et Smithsonian.

    Or les télescopes ont souvent besoin d’une exposition longue, par exemple 15 minutes, dit-il à l’AFP. Si des dizaines ou des centaines de satellites passent dans le champ pendant cet intervalle, « l’image sera rayée de traits lumineux (...) au point qu’il sera difficile de voir les galaxies très faiblement visibles que vous cherchiez à observer ».

    Les satellites Starlink font environ 227 kilogrammes et étaient particulièrement brillants peu après leur lancement jeudi dernier, à environ 440 km d’altitude, car ils sont plats, et ont un grand panneau solaire reflétant la lumière. La brillance dépend de l’angle des panneaux, et de celle de l’orbite.

    Un astronome néerlandais, Marco Langbroek, avait anticipé la trajectoire et a réussi à filmer vendredi le « train » bien droit des satellites, comme une armée extraterrestre. Depuis, chaque soir, des astronomes tentent d’observer la longue traîne, qui s’allonge et met plus de dix minutes à traverser le ciel.

    À Paris, le prochain passage du train de satellites est prévu pour mercredi à 23h39, très bas dans le ciel, selon le site heavens-above.com.

    Mais si les futures méga-constellations étaient aussi brillantes que dans les premiers jours de Starlink, « dans moins de 20 ans, les gens verront plus de satellites que d’étoiles à l’oeil nu pendant une bonne partie de la nuit », s’alarme Bill Keel, astronome à l’université de l’Alabama.

    Elon Musk a répondu sur Twitter avec un mélange de hauteur et de légèreté aux critiques.

    « Starlink ne sera vu par personne sauf ceux qui regardent très précisément, et aura à peu près 0% d’impact sur les progrès de l’astronomie », a-t-il assuré. Il a argué que fournir internet à des « milliards de gens économiquement désavantagés » était un « bien supérieur ».

    Mais il a tout de même dit avoir demandé à ses équipes de réduire l’albédo (la part de lumière renvoyée par la surface des satellites) des prochains appareils.

    « C’est bien, mais personne n’y avait réfléchi 60 secondes auparavant ? », ironise Bill Keel.

    #Espace #Communs

  • Pontifiant et dilettante : Michel Onfray, un BHL de gôche Le Grand Soir - Vincent MORET - 12 Mai 2017
    https://www.legrandsoir.info/pontifiant-et-dilettante-michel-onfray-un-bhl-de-goche.html

    En matière philosophique, Michel Onfray a sans doute des mérites de vulgarisateur, même s’il confond vulgariser et schématiser, disent quelques-uns de ses confères.

    Il n’est pas de mon ressort d’en juger. Mais, là où je le vois se surestimer, c’est en matière politique où il survole, ne se pose pas, frôle à peine le pollen et prétend nous livrer du miel qui a bien souvent l’aspect, la consistance trop diluée et le goût du brouet.
    Donc, il vaticine dans les studios de télé, à la radio, dans les journaux, moulin à paroles bien huilé (je rêve d’un match Onfray/ BHL).


    Il écrit plusieurs livres par an, ce qui prouve (j’imagine) à ses yeux sa supériorité sur ce glandeur de Socrate. Le problème, c’est que seul un génie pourrait être au top niveau en se dispersant de la sorte. Et Onfray n’est…

    Onfray aime aborder jusqu’à l’obsession des sujets dont il connaît ce qu’il a lu en diagonale dans les médias : Le Tibet, Robespierre, Chavez, Castro. Là, on le croit élève de Robert Ménard (sauf pour Robespierre dont Ménard, moins lettré, croit qu’il faisait équipe avec Jean-Marc Thibault).

    Pourquoi ces sujets ? Pour alimenter ses diatribes contre son autre obsession : Jean-Luc Mélenchon assez savant, lui, pour parler d’Histoire et de politique sans manichéisme, comme devrait le faire tout intellectuel.

    La grotesque vidéo de Narcisse ébloui par la beauté de son texte.
    https://www.youtube.com/watch?v=0qROujxM9a4


    
Il faut voir la vidéo (façon de parler, on peut aussi éviter de le faire. Je vous dirai plus loin comment aller directement aux endroits dont je parle) où Onfray se met en scène. Il a écrit un nouveau livre pas encore publié. Mais, brûlant de nous en éblouir sans tarder, il nous en lit les bonnes feuilles pendant 19 minutes (19 !) s’enivrant d’un talent d’écriture magnifié par sa voix.

    Il y raconte d’emblée (0mn38) son lumbago récent, la cortisone et la morphine, détails intimes qu’il trouverait grotesques chez ses adversaires, mais qui le posent en homme de chair et de sang, pouvant souffrir, lui. Cela pourrait le rendre sympathique s’il n’était dénué de toute commisération envers les autres, c’est-à-dire envers tous ceux qui ne pensent pas la même chose que lui au moment où il les pense et ne le suivent pas illico quand il pense le contraire. Car l’homme change souvent d’avis, surtout en matière politique.

    Onfray nous rapporte et valide sans plus de précaution, une attaque lancée sur Internet contre Jean-Luc Mélenchon et sa fille en plaçant la pseudo-affaire au même niveau que le Pénélope-gate et les emplois (fictifs ?) des fils de Fillon (à 13mn30). L’accusation était si grossière, en pleine campagne électorale, que pas un média ne l’a reprise et que le Parquet n’a pas bougé un cil. Mais Onfray, léger, fait flèche de tout bois pourri.

    Il fustige avec vigueur la mégalomanie (à partir de 17mn12), l’égocentrisme, le narcissisme, la vanité, la fatuité de Mélenchon (17mn28). Ça nous fait cinq adjectifs en suivant, quand un aurait suffit à quiconque n’est pas classé 5/5 sur l’échelle de la mal-comprenance. Pour conserver à la liste son caractère quasi-pléonasmique, indispensable quand on s’adresse à des interlocuteurs au QI moins élevé que le sien, il n’a pas placé là « Hystérie », mais il l’a fait plus loin (18mn12).

    Or, aussi compétent en psychanalyse que Michel Onfray en mélenchonisme, je conseille au philosophe médiatique de se livrer à une introspection, avec réponse à ces deux questions :
- « L’homme qui vous lit pendant 19 loooongues minutes un texte qu’il va publier, qui vous parle de son mal au dos dont il est guéri, qui se filme, qui met ça sur Internet, n’est-il pas atteint de mégalomanie, d’égocentrisme, de narcissisme, de vanité, de fatuité ? 
- Si le seul nom de Mélenchon lui fait brailler avec dégoût ceux d’un révolutionnaire français incorruptible et ceux de deux révolutionnaires latino-américains, doit-on parler d’hystérie ? »

    Jouons pour marquer une pause et arrêter de s’énerver :
    – Parmi les qualificatifs suivants, lequel vous paraît mal choisi pour qualifier Michel Onfray : amateur, superficiel, futile, léger, insignifiant, frivole, vain, nobélisable ?
    
- Diriez-vous que Michel Onfray est aussi crédible quand il parle de Mélenchon que BHL quand il parle de Botul ?

    – Pensez-vous qu’en lâchant la grappe à Mélenchon, Michel Onfray aurait pu écrire un livre par jour pendant les présidentielles au lieu d’en écrire seulement trois ?

    – A votre avis, quand Onfray prend des libertés avec la vérité en politique (1), est-ce uniquement par ignorance ou bien parce qu’il sait que ses interlocuteurs n’iront pas vérifier ?

    Conclusion, sévère mais juste.
    
Michel Onfray, enivré par un succès médiatique qui vaut ce que vaut le vent, est en guerre, par superficialité dans la recherche des informations, contre ce qu’il devrait défendre.

    Il serait bien avisé de se méfier : dès qu’on épouse les combats de toutes les droites (sur Robespierre, Chavez, Castro, Mélenchon, le Tibet…) on a les faveurs des médias, les livres produits à la chaîne se vendent bien, mais on se salit, on ne peut espérer être respecté par les lecteurs, par ses homologues et (je titille la corde sensible) on renonce à la postérité.

    Vincent MORET
    (1) Selon Onfray, JLM a qualifié De Gaulle de « fasciste » , Ahmadinejad a dit « qu’on pouvait rayer de la carte l’Etat d’Israël » et le Tibet n’es pas une république autonome… Trois mensonges tranquilles, le premier volontaire et conscient, les deux autres fruits de son ignorance.

    #onfray #monologue #superficialité #médias #mégalomanie #égocentrisme #narcissisme #vanité #fatuité #bhl #santé

  • Dunkerque : dans les Arena du pouvoir

    http://labrique.net/index.php/thematiques/hors-canard/759-dunkerque-dans-les-arena-du-pouvoir

    « Entre 2009 et 2014, Michel Delebarre, maire PS de Dunkerque et président de la Communauté Urbaine, rêvait d’une grande salle multi-sport Arena à la hauteur de son ego. Au final, ce projet aura précipité sa chute aux élections municipales de mars 2014 en faveur de Patrice Vergriete (divers gauche). Si ce dernier a fait campagne en dénonçant les pratiques non-démocratiques du maire bâtisseur, son vernis de politique de concertation publique commence à s’écailler : c’est dans l’entre-soi cher aux élus que vient de se décider la construction d’une autre version de l’Arena. Retour sur ce projet qui ne cesse de cristalliser les rancœurs contre un système politique local à bout de souffle. »

    #dunkerque #arena #democratie #sport_spectacle

  • Dunkerque, dans les Arena du pouvoir - La Brique Lille, 22 Janvier 2016
    Entre 2009 et 2014, Michel Delebarre, maire PS de Dunkerque et président de la Communauté Urbaine, rêvait d’une grande salle multi-sport Arena à la hauteur de son ego. Au final, ce projet aura précipité sa chute aux élections municipales de mars 2014 en faveur de Patrice Vergriete (divers gauche). Si ce dernier a fait campagne en dénonçant les pratiques non-démocratiques du maire bâtisseur, son vernis de politique de concertation publique commence à s’écailler : c’est dans l’entre-soi cher aux élus que vient de se décider la construction d’une autre version de l’Arena. Retour sur ce projet qui ne cesse de cristalliser les rancœurs contre un système politique local à bout de souffle.


    Les arguments ne manquaient pas pour s’opposer au projet de la salle Arena qui pointe son nez à l’été 2009 : projet sur-dimensionné (10.700 places pour un territoire de 200.000 habitant.es), contrat décrié (Partenariat Public-Privé et donc perte de la maîtrise publique) entre les mains d’un géant du BTP (Vinci), coût faramineux (260 millions d’euros), lieu d’implantation à proximité d’une usine pharmaceutique classée SEVESO, et construction d’un centre commercial « Grand Nord » attenant à la salle, qui fragiliserait des commerces de proximité déjà affaiblis par la présence massive de grandes surfaces sur l’agglomération. Et pourtant le projet a été voté les yeux fermés par la majorité des élu.es de la Communauté Urbaine de Dunkerque (CUD). Il aura fallu attendre que des habitant.es, environnementalistes et syndicalistes s’emparent du sujet pour que le débat sorte du conseil communautaire et enflamme la vie politique dunkerquoise à un an des élections municipales. La Brique a passé au scalpel ce Grand Projet Inutile qui assomme aujourd’hui les Dunkerquois.es d’une dette de 30 millions d’euros.
     
    Unanimité forcée
    http://labrique.net/index.php/thematiques/hors-canard/759-dunkerque-dans-les-arena-du-pouvoir

    Aux grands maux... les grands remèdes
    . . . . . .
    Versatile Vergriete
    . . . . . .
    Une enquête publique pour la forme
    . . . . . .
    Game of Thrones
    . . . . . .
    La sanction de la Cour des Comptes
    . . . . . .
    Autisme ou syndrome d’hubris ?
    . . . . . . 

    #Arena #PS #Communauté_Urbaine #Patrice_Vergriete #entre-soi #système_politique_local #Partenariat_Public_Privé #PPP #Vinci #AGUR #USDK #Soginorpa #Lagardère_Unlimited #oligarchie #politique_locale #mégalomanie #démesure #Xavier_Bertrand #Saint-Pol-sur-Mer #béton #Lille #La_Brique_Lille #Grand_Projet_Inutile #dunkerque #democratie #sport_spectacle

  • #Roumanie : craintes et plaisirs quotidiens des époux #Ceauşescu

    On connait la #mégalomanie et l’ambition pharaonique du couple qui a dirigé la Roumanie d’une main de fer entre 1965 et 1989, mais beaucoup moins le détail de leur intimité, d’une vie quotidienne marquée par la peur constante de l’empoisonnement et rythmée parfois par des passions d’une « simplicité ostentatoire ».


    http://balkans.courriers.info/article26799.html
    #Ceausescu

  • Centrafrique : la presse norvégienne explique que les soldats français sont prêts à « éviter un génocide en Centrafrique ».

    http://www.nrk.no/verden/soldater-skal-avverge-folkemord-1.11380337

    Tusen franskmenn skal avverge folkemord

    Soldater skal avverge folkemord - Nyheter, tv og radio fra hele verden - NRK.no

    On a complètement oublié ceci (je viens de relire la fiche wikipédia de Jean-Bedel Bokassa) :

    Jean-Bedel Bokassa - Wikipédia
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Bedel_Bokassa

    Bokassa se couronna finalement empereur le 4 décembre 1977. La cérémonie eu lieu au palais des sports de Bangui lors d’une cérémonie à laquelle assistèrent 5 000 invités, dont le ministre français de la Coopération Robert Galley . Aucun chef d’État ne s’y rendit, excepté le Premier ministre de l’Île Maurice.

    Bokassa revêtit une réplique du costume que portait Napoléon Ier lors de son sacre. La cérémonie fut très fastueuse : 10 000 pièces d’orfèvrerie, 200 uniformes d’apparat, 600 smokings et pas moins de 60 000 bouteilles de Champagne et de Bourgogne.

    De nombreux artisans et créateurs français furent mis à contribution par l’intermédiaire de Jean-Pierre Dupont. Un trône monumental fut créé par le sculpteur Olivier Brice , empruntant le symbole de l’aigle à Napoléon. La garde-robe impériale fut conçue par Pierre Cardin. La couronne en or pur, confectionnée par le joaillier Claude Arthus-Bertrand, comportait 7 000 carats de diamants, dont l’un de 60 carats.

    À la fin de la cérémonie, le nouvel empereur remonta les rues de Bangui à bord d’un carrosse de bronze et d’or tirés péniblement par huit chevaux importés de Normandie, (Haras du Pin), envoyés par l’Elysée. Deux chevaux moururent lors du trajet ce qui contraint la famille impériale à parcourir les derniers mètres en limousine.

    On chiffra la cérémonie à quelque 100 millions de francs, financés en partie par le « cher cousin » Mouammar Kadhafi. Son titre complet était « Empereur de Centrafrique par la volonté du peuple centrafricain, uni au sein du parti politique national : le MESAN » ("Mouvement pour l’évolution sociale de l’Afrique noire").

    Un film de son couronnement a été réalisé par le service cinématographique de l’Armée française sur commande de la France pour les archives personnelles de Bokassa. Des bobines de ce film furent stockées avec précaution dans les archives de l’ECPAD car le générique présente l’annonce de son sacre sous forme de lettres roses pailletées de diamants. Le service d’animation de l’ECPAD voulait en effet montrer sa capacité à créer de nouvelles techniques d’effets spéciaux et ainsi annoncer le faste de la cérémonie. L’affaire des diamants incita les dirigeants de l’ECPAD à placer le film au coffre sous la mention « diffusion restreinte » jusqu’à sa déclassification en juin 2008.

    Voilà, la France pourra donc « éviter un génocide », elle doit bien ça au peuple centrafricain supplicié...

    #centrafrique #bokassa #mégalomanie #françafrique